La micro-assurance en marche : enjeux, mise en œuvre, innovations et perspectives

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La micro-assurance en marche : enjeux, mise en œuvre, innovations et perspectives"

Transcription

1 Institut international du Management - Ecole nationale d assurances THESE PROFESSIONNELLE Présentée en vue d obtenir le MBA Manager d entreprise spécialisation Assurance Président du jury : François EWALD, Professeur au Cnam La micro-assurance en marche : enjeux, mise en œuvre, innovations et perspectives Fatou Quinet DIENG Amsa Assurances Sénégal Sous la direction de : Marc NABETH CGSI Consulting et chercheur associé à l Institut Thomas Moore Mars 2009

2 Remerciements J adresse mes sincères remerciements à Monsieur Marc Nabeth, Expert en micro-assurance, Consultant en assurance et en micro-assurance chez CGSI Consulting, chercheur associé à l Institut Thomas Moore, auteur du livre «Micro-assurance : défis, mise en place et commercialisation. Grand prix du livre du CHEA (Centre des Hautes Etudes Commerciales) 2006.qui m a fait l honneur de diriger ma thèse. Je lui serai toujours redevable du temps précieux qu il a bien voulu me consacrer, de ses éclairages et nombreuses contributions. Il a su m enrichir de ses expériences avec générosité. J exprime toute ma gratitude à Monsieur François Bakou, Président Directeur Général du Groupe CFOA, pour son soutien et ses encouragements. Mes remerciements vont également à Monsieur Loic Roccon, Directeur souscription vie et assurances de personnes, CCR Monsieur Carlos Courtois, Responsable Développement International, AXA Assistance Monsieur Dominique Mole, Directeur du marché «entreprises», Groupama Transport Monsieur Claude de Sautière, Président Directeur Général, Pierre Leblanc et associés Monsieur Amadou Sy, Président du Conseil d Administration, Amsa Vie Madame Aida Djigo Wane, Directrice Générale, Amsa Assurances Sénégal. Merci à Madame Anne Ramin, responsable du programme MBA-Manager d entreprise spécialisation Assurance pour son encadrement et ses encouragements, à l ensemble des intervenants et à mes camarades de promotion. A mon défunt père, à ma mère, à mes frères et sœurs A Pape, à nos enfants 2/103

3 Résumé Ces trente dernières années ont été marquées par un bouleversement rapide et continu des conditions sociales, économiques, culturelles, technologiques, voire politiques. Ce bouleversement s est accompagné notamment du développement du microcrédit «médiatisé» par l attribution du prix Nobel de la Paix 2006 à Muhammad Yunus et à la Grameen Bank au Bangladesh, organisme qui accorde des prêts à des populations de faibles revenus, n ayant pas accès au système bancaire classique. Néanmoins, le microcrédit ne saurait prétendre à réduire seul la pauvreté, sachant que la vulnérabilité face au risque en constitue un élément catalyseur. Constat qui expliquerait en partie le développement de la micro-assurance. Mary Douglas, écrivait déjà «les sociétés humaines peuvent toujours être analysées comme des formes de protection contre les risques extérieurs, les aléas de la vie» 1 Ces populations conscientes de leur vulnérabilité se sont créées des outils de gestion du risque: AREC (Associations Rotatives et non Rotatives d Epargne et de Crédit ou tontines en Afrique), diversification d actifs, fonds funéraires, réseaux de sociabilité etc. Dans un contexte de quasi-absentéisme de «l Etat social», (protection sociale) et face aux limites de ces systèmes informels au périmètre de mutualisation réduit, la mise en place de nouvelles stratégies de gestion du risque s impose. De fait, en s adossant à des services offerts par la micro-finance (prêts, épargne, transferts de fonds) la micro- assurance se propose d exploiter une nouvelle niche (pouvant être très large) en offrant une sécurité à des millions de personnes proches de la ligne de pauvreté (classe moyenne incluse), compte tenu bien sûr de leurs spécificités culturelles, de leur situation géographique et de leurs capacités financières : en somme une micro-assurance, dynamicienne. A cet effet les assureurs ont développé des partenariats avec les IMF 2, des groupes d entraide et de soutien, des syndicats, des associations féminines, des organisations professionnelles, des mutuelles, des coopératives, des agences de développement et des ONG selon les opportunités que présente le territoire ciblé. «Assurer une population à risque c est déjà un pari ; Alors le faire à moindre coût ressemblerait dés lors à une gageure C est pourtant l idée que défend la micro-assurance» écrivait Emmanuel Landais, 3 Cette micro-assurance offre une couverture à la mère de famille, membre de la SEWA 4 en Inde, à «l entrepreneur de la cité» à Mantes- la -Jolie en France, au cultivateur dans le bassin arachidier à Kaffrine au Sénégal. Cet élargissement du spectre de couverture à des secteurs jusque là hors jeu a incité les assureurs à réviser leur stratégie en la matière. C est pourquoi à l image de d Allianz, de Zurich Group, de Mapfre, et d assureurs locaux, les grands groupes d assureurs, de réassureurs, de courtiers nationaux et internationaux investissent le monde de la micro-assurance. 1Mary Douglas, anthropologue britannique : «Principe de précaution, prévention et assurance». Revue d économie financière n Institution de Micro-Finance 3 Micro assurance : Logique de confiance versus logique du risque» Emmanuel Landais, Directeur Général de l ADIE (Association pour le Droit et l Initiation Economique) 01/10/ «Self Employed Women s Association» qui comptait membres en /103

4 Cette micro-assurance appelle naturellement de par sa vocation à l innovation: marketing social, conception de produits appropriés, mise en place de modèles de fonctionnement adéquats, appel à la réassurance, aux nouvelles technologies, et accompagnement des pouvoirs publiques. Selon un inventaire mondial de la micro-assurance réalisé par MicroInsurance Center, le taux de croissance de la micro assurance était estimé en 2006 à 100% dans les 5 (cinq) prochaines années, par les opérateurs de la micro-assurance. Au plan mondial 2,6 milliards de personnes vivent sans assurance, une demande estimée à 250 millions de personnes en Inde, 75 millions au Brésil un potentiel avéré également dans le cadre de la micro-takaful (47% de musulmans dans les pays émergents où l assurance est en développement). Le marché de la micro- assurance présente de réelles perspectives de croissance devant lui.. 4/103

5 Sommaire Résumé.. p 3 Introduction générale... p 6 1. Première partie : Micro- assurance : Origine, objectifs et enjeux...p Genèse de la micro assurance 1.2 Le marché de la micro assurance La population cible L offre de la micro-assurance Les assurances de personnes Les assurances de dommages 1.3 Quelques recommandations pour la conception d un produit adéquat 2. Deuxième partie : Acteurs du marché et expériences selon différents contextes...p Les acteurs du marché de la micro-assurance 2.2 Quelques expériences Afrique du Sud Sénégal Maroc France 3. Troisième partie : Quelques pistes pour développer la micro-assurance.p Indications techniques pour la gestion d un système de micro assurance 3.2 Les différents modèles de partenariat Focus sur la micro-takaful Les nouvelles technologies Conclusion générale Annexes Bibliographie 5/103

6 Introduction «L assurance a vocation à porter l innovation et la modernisation» disait Bernard Spitz en décembre Consciente, de l incapacité des produits d assurance classiques conçus pour les pays développés et les populations fortunées des pays en développement, à couvrir les franges inférieures de la pyramide de pauvreté, la micro-assurance «conteste» l affirmation suivante : «l assurance est un bien de luxe». Elle se propose d offrir une protection appropriée et ce à moindre coût, à des populations, ne pouvant pas accéder au système classique de couverture assurantielle. Le défi est de taille en ce sens que le micro-assureur devra s insérer pleinement et en toute humilité dans l organisation sociale et économique du groupe cible (clan, village, association etc.) pour une meilleure compréhension de la demande. Comme le dit Marc Nabeth «La micro assurance répond ainsi à de nouveaux enjeux socioéconomiques et s inscrit résolument dans une vision dynamique du monde et sans fatalité» 6. Une micro-assurance, vecteur facilitateur La première partie de ce mémoire confirme le rôle de guide facilitateur joué par le microcrédit dans l introduction de la micro-assurance dans le secteur de la micro-finance. Il est aussi important d avoir une meilleure maîtrise du concept de vulnérabilité au-delà de la pauvreté. Enfin on essaiera d analyser l offre et la cible potentielle de la micro-assurance dans un cadre réglementaire approprié, parfaitement efficace avec l implication des pouvoirs publics. Une micro-assurance dynamique La deuxième partie souligne les caractéristiques d une micro-assurance dynamique, entreprenante qui de l Afrique à l Asie en passant par l Europe, laisse ses acteurs économiques indépendants faire preuve de créativité afin d apporter les solutions idoines aux problèmes assurantiels des populations démunies et hors des circuits classiques : la création d une compagnie d assurance agricole au Sénégal, la «première trousse assurance» de l association Entrepreneurs de la cité en France et en Afrique du Sud le programme «zimélé» qui veut dire «être debout sur ses jambes» en zoulou. Une micro-assurance avant-gardiste La troisième partie se propose d étudier quelques pistes de développement de la microassurance. Certains programmes soutenus par le Fonds d Innovation pour la Micro-assurance pourraient en constituer une illustration dans le contexte actuel de crise économique. Cette crise, certes pour le moment touche les plus démunis à une moindre mesure mais il est important d en anticiper les conséquences au regard de la baisse générale de la croissance économique dans les pays en développement: La micro-assurance islamique dans les pays musulmans particulièrement dans les pays émergeants, à l heure où les pays industrialisés commencent à s intéresser à la finance islamique. 5 «L argus de l assurance» n 7100 du 12 décembre Micro-assurance : Défis, mise en place et commercialisation, Editions l Argus, /103

7 L assurance transfrontalière: les émigrés à travers les transferts de fonds vers le pays d origine améliorent des conditions de vie de la famille restée sur place et souscrivent des assurances à leur profit, Une innovation majeure à travers l assurance santé offerte par les mutuelles qui vient en complément du système de protection sociale lorsqu il existe. La modernisation et l innovation du secteur par l entrée en jeu des agences de rating, la diversification des modèles de distribution, la mise en place de conventions de partenariat, la mesure de l impact social des IMF (Institution de Micro-Finance), l engagement des réassureurs (Munich Re, Guy Carpenter entre autres) En effet comme le disait Sylvie Ramadier, journaliste au quotidien «Les Echos»: «même une micro-assurance peut cacher de grands enjeux» Ces enjeux seront-ils à la mesure des attentes des populations ciblées par la micro-assurance? 7/103

8 Première partie : Micro- assurance Origine, objectifs et enjeux 8/103

9 1.1 Genèse de la micro assurance A l origine la micro finance - Concept de la micro -assurance La grande majorité de la population dans les pays en développement n a pas accès au système bancaire classique, donc ne peut pas obtenir de crédits ni bénéficier des avantages qu offre l épargne bancaire. Le mécanisme de protection sociale y est le plus souvent inexistant ou incomplet. Au plan national, voire régional, c est une entrave à la mobilisation de l épargne et au développement économique, mais la principale conséquence est une pauvreté accrue. C est dans ce contexte qu est née en 1976 au Bangladesh puis après en Amérique Latine, la micro-finance ou plus précisément sa première branche : le microcrédit. Néanmoins d autres expériences étaient déjà initiées notamment en Afrique de l Ouest 7. Le principe est le suivant : octroyer des crédits de montants modestes aux populations hors du circuit bancaire classique. Le microcrédit se développe surtout dans les pays en développement où il permet théoriquement de concrétiser des microprojets favorisant ainsi l'activité et la création de richesse. Il peut aussi être utilisé pour des crédits à la consommation (alimentaire, éducation des enfants, problèmes de santé, frais sociétaux). Il se pratique aussi dans les pays développés ou en transition au profit des micro-entrepreneurs et des artisans. La gestion des microcrédits est assurée par des structures financières appelées Institutions de Micro-Finance (IMF). En trois décennies, les IMF ont connu un développement considérable tant en Afrique qu en Asie et en Amérique Latine. La démarche privilégie plutôt une approche participative en impliquant la communauté ou des responsables identifiés mais aussi l instauration d une solidarité collective. Cette approche est néanmoins technique et les acteurs ont intérêt à favoriser l introduction d un nouveau produit non pas par le haut (logique top-down) mais plutôt par le bas. Cette approche intermédiaire a l avantage de considérer les réels besoins de la population cible puisque la première étape consiste à l interroger et à mener des analyses complémentaires. Certes le microcrédit solidaire ou «individuel», parfois sans qu aucune garantie ne soit donnée, permet de créer ou de développer une activité génératrice de revenus, mais il peut aussi être contre productif et créer un surendettement (cas de suicides en Inde) en raison d une absence de protection des personnes ou des biens. D ou la nécessité de créer des mécanismes pour pérenniser dans le temps et dans l espace le statut acquis par Ces populations à travers les IMF. Ces populations ont toujours mis en place des mécanismes de gestion des risques. Les résultats d une enquête effectuée dans différents pays et figurant dans le tableau ci-dessous nous en donnent un aperçu : 7 «La micro finance en Afrique de l Ouest» 9/103

10 La gestion des risques selon le contexte 8 Viêt-Nam Tanzanie Haïti Bolivie Afrique du Sud Géorgie Mexique rural Inde Santé = Prêt // Frais scolaires = vente de porcelets. Epargne : gestion importante mais limitée car risque de captation par la collectivité // Tontines Beaucoup de personnes avec une épargne conséquente préfèrent emprunter que de puiser dans leur épargne quand il y a des sinistres imprévus Volailles (compte d épargne à vue comme gestion du risque) versus Bovins (capital)/ Epargne ou microcrédit contre dépenses imprévues Beaucoup de pauvres urbains préfèrent emprunter L épargne joue un rôle considérable comme gestion des risques Surendettement + vente d actifs comme gestion d actifs = aggravation de la pauvreté, phénomène courant dans les pays postcommunistes où les populations mettent du temps à développer leur propre stratégie comptant encore sur le Gouvernement Microcrédit: Epargne programmée Elevage de porcs, une forme d épargne risquée peu rentable + coût des aliments = prix de vente élevé Or ou bijoux <= Epargne (épargne monétaire quasi inexistante) Bétail (capital), surtout le petit bétail (épargne)/ Chit Funds / Tandal (taux d intérêt variant entre 4 et 25 %) Prêteurs sur gages (crédits d urgence) / Terijavanga (personne que vous connaissez pour les gros emprunts : soit 600$US Dernier recours quant c est impossible auprès de la famille ou des amis. Ce tableau est une illustration du fait que les populations ont toujours cherché de manière naturelle et spontanée à se protéger des risques par des mécanismes adaptés à leurs possibilités : épargne, achats d actifs, emprunt etc Pourquoi la micro assurance? DAKAR, Sénégal (BIT en ligne) F S. et son mari vivent avec leurs quatre enfants à Pikine, banlieue dakaroise surpeuplée où le secteur informel prédomine largement. Le mari de F.S travaille à son propre compte comme menuisier. Ses revenus varient en fonction des commandes de ses clients, et il n'est pas toujours en mesure de subvenir aux besoins de la famille. F.S, elle, a décidé de monter un petit commerce multiservices. Alors même qu'elle avait obtenu un prêt pour l'aider dans son entreprise, son fils âgé de 5 ans est tombé malade, atteint 8 Présentation CHEA de Marc Nabeth le 30/06/2008 sur «la micro assurance» 10/

11 de paludisme. Pour payer les frais d'hospitalisation, F.S a dû utiliser l'argent du crédit alloué par la Mutuelle d'épargne et de crédit d Icotaf Boubess (MECIB) et destiné initialement à financer la création de son commerce. Les dépenses de santé constituent la principale raison d'utilisation détournée des microcrédits et de leur non-remboursement. Elles peuvent réduire à néant les efforts consentis par les ménages pour sortir de la pauvreté. Aussi, quand, en 2003, la MECIB a mis en place un système qui permettait de couvrir les besoins de ses membres en matière de santé, F.S y a tout de suite adhéré. Source : Article de presse paru le 24 avril 2007 : 11ème Réunion régionale africaine (Addis- Abeba, avril 2007) - Afrique: une micro-assurance de proximité pour une couverture santé généralisée E Ghassana écrivait «Fournir aux pauvres des moyens d existence sans les prémunir des risques empêchant leur durabilité pourrait s avérer contre productif» 9 Définition «La micro-assurance est un mécanisme de protection des personnes à faibles revenus contre les risques (accident, maladie, décès dans la famille, catastrophe naturelle ) en échange du paiement de primes d assurance adaptées à leur besoin et niveau de risque. Elle cible principalement les travailleurs à faibles revenus des pays en voix de développement, particulièrement ceux qui travaillent dans le secteur informel qui sont souvent mal desservis par les assureurs commerciaux et les systèmes d assurance sociale» 10 «Le besoin de sécurité est universel» Le besoin de sécurité des patrimoines et des revenus est pourtant une aspiration universelle qui concerne toute la population de tous les continents : constate Jérôme Yeatman, Consultant en Assurance. 11 Sur les 4 milliards d êtres humains vivant dans les pays en développement avec moins de 2 dollars par jour (définition du seuil de pauvreté selon la banque mondiale), à peine dix millions sont couverts contre les aléas et les situations de détresse. En effet, seulement 5 à 10 % de la population d un pays en développement disposent d une protection formelle contre des risques tels que la maladie, le décès, les accidents, les catastrophes naturelles, la perte de récoltes et/ou de biens entrainant une perte de revenus qui se traduit par l endettement et une vulnérabilité accrue. Le Président Colombien Álvaro Uribe Vélez, à l ouverture de la 4éme Conférence de la micro assurance à Cartagena (5-7 novembre 200) encourageait ses compatriotes à recourir à l assurance comme outil de gestion des risques: «En Colombie, la micro-assurance a la possibilité d atteindre même les plus pauvres parmi les pauvres. Les gens doivent comprendre que l assurance est la première solution de gestion des situations d urgence qu il s agisse de chocs personnels, comme des problèmes de santé, 9 «La pauvreté en Afrique et le cadre stratégique de réduction de la pauvreté» AG FANAF 13/03/ Bureau International du Travail, Fonds pour l innovation en micro-assurance (2008) 11 «L assurance en Afrique une émergence difficile» Risques N 71 / Septembre /

12 une crise financière ou une catastrophe naturelle. Au lieu de s adresser à un usurier ou au marché noir de la finance, ils devraient penser d abord à l assurance.» Le cas particulier du continent africain : La problématique de la pauvreté, qui est une préoccupation pour tous les gouvernements, défie toutes les théories et pratiques économiques destinées à la juguler. Près de 50% de la population de l Afrique Subsaharienne vit sous le seuil de pauvreté, défini par la Banque Mondiale 12. Cette pauvreté massive qui touche des communautés entières renforce la vulnérabilité et le risque de tomber dans l indigence et la mort «sociale et affective». Il convient d ores et déjà de souligner que les populations ont développé depuis longtemps des stratégies communautaires (tontines 13, solidarité familiale, ethnique, villageoise etc.) basées sur un système de transfert vers des réseaux de solidarité et visant à se protéger contre les risques de précarité. Nous avons vu ci-dessus, à travers Mary Douglas, que cette recherche de sécurité est une condition anthropologique de l homme. Ces assurances informelles qui seront étudiées plus loin, dans le cas d un événement isolé peu couteux financièrement ou socialement peuvent être parfois efficaces, Mais dès lors que le sinistre atteint plusieurs ménages (sinistre covariant), ses capacités étant limitées, le mécanisme ne fonctionne plus et son efficacité peut être remise en cause. Les risques auxquels les populations à faible revenu sont le plus exposées sont entre autres: la maladie (coût excessif de l hospitalisation ou du traitement), le décès (dettes, funérailles ou perte de revenu), l invalidité, les pertes matérielles, les catastrophes naturelles ; risques contre lesquels les systèmes classiques n offrent pas de solutions adaptées. Certes, dans le domaine du financement, le microcrédit permet de plus en plus à des personnes hors du système bancaire classique, d accéder au crédit voire à des activités génératrices de revenus, mais il n offre pas une protection contre ces aléas de la vie, qui peuvent entraver son évolution ou annihiler son œuvre. Ces pays en développement étant souvent dépourvus de systèmes de couverture sociale, les mécanismes de protection passant par la micro-assurance sont de plus en plus sollicités comme solutions de substitution ou d appoint. La micro-assurance vise à offrir une certaine protection aux personnes connaissant des conditions de vie précaires. Partant des principes classiques de l assurance en les adaptant aux besoins des pauvres, elle opère par le biais de systèmes de protection solidaire contre les risques. Les formules typiques sont la plupart du temps circonscrites à un cadre local ou conçues pour un groupe social spécifique. Elles sont financées par des cotisations relativement faibles, versées par les assurés. Néanmoins l enjeu est de taille, en ce contexte de saturation des marchés classiques d assurance dans certains pays: prospecter, voire couvrir une large frange de ces 90% de la population mondiale en marge du système peut représenter une nouvelle niche à explorer. La micro-assurance serait potentiellement en ce sens une assurance de masse. 12 La banque mondiale a défini le seuil de pauvreté à 2US$ par jour et par personne. 13 Pour en savoir plus : «A propos d une composante négligée et oubliée : la micro assurance dans l ouest du Cameroun» Sylvain Ngassam Bertelet Université Dschang Cameroun 12/

13 Même si la micro-assurance ne peut proposer que des prestations limitées, elle permet au même titre que la possibilité d épargner régulièrement, de surmonter des crises sans perte de revenus ni endettement durable. L épargne et la micro-assurance peuvent améliorer la santé et la performance économique des personnes concernées (de même pour leurs proches) et leur éviter d entrer dans la spirale de la pauvreté, voire l indigence. L objectif premier de la micro-assurance est de réduire la vulnérabilité des populations à faible revenu afin de sécuriser et de renforcer leur activité, leur revenu, leur productivité et leur entourage Micro assurance : Au-delà de la pauvreté, le concept de vulnérabilité «Dans ce qui relie pauvreté et vulnérabilité, la fluctuation des revenus est une donnée essentielle. Accentuant un peu plus les vulnérabilités cette fluctuation entretient la pauvreté ou la provoque dès lors que des sinistres difficilement prévisibles (décès d un membre de la famille, problèmes de santé, dommages aux biens) viennent grever les revenus d un ménage 14.» écrivait Marc Nabeth, complété par Jean-Michel Servet 15 (cf. graphe ci-dessous) «D un point de vue matériel, être pauvre est moins le fait d avoir des revenus très faibles par rapport au système de besoins prévalant dans sa société que le fait d une perception erratique des revenus» Figure1 : Ligne de pauvreté Riche Non- pauvre Non pauvre vulnérable Chocs Avec une gestion de risque Pauvre Ligne de pauvreté Très pauvre Indigent Filet de sécurité ultime Sans gestion de risque Source : Présentation de Michael J ; Mc Cord «Introduction to microinsurance : stakeholder perspectives», 4th International Microinsurance Conférence, Cartagena Colombie, 5 novembre Selon la Banque Mondiale, le seuil de pauvreté correspond à un revenu quotidien de 2 US$ par personne, Et le Seuil d extrême pauvreté : 1 US$ par jour et personne. 14 «La micro assurance : retour sur un besoin essentiel» Marc Nabeth ; Annuaire Swiss de politique de développement, vol 26 N 2, 7 février «La micro assurance : retour sur un besoin essentiel» Marc Nabeth ; Annuaire Swiss de politique de développement, vol 26 N 2, 7 février 2008 Jean Michel Servet «Les banquiers aux pieds nus : la micro finance» Paris Odile Jacob p 51 13/

14 Cette pauvreté monétaire contestable et contesté constitue tout de même un indicateur. «La pauvreté, où qu'elle existe, constitue un danger pour la prospérité de tous» Déclaration concernant les buts et objectifs de l Organisation Internationale du Travail (OIT), Philadelphie, 1944 L OIT encourage les gouvernements et les i organisations internationales à respecter les opinions des populations pauvres et à élaborer des solutions sur mesure plutôt que «prêt-àporter 16». En effet comprendre la vulnérabilité des populations à travers leurs gestions des risques et l expression de leurs demandes et besoins constitue la première étape d un programme opérationnel de micro-assurance. Si l assurance nécessite des outils techniques de tarification du risque ou de gestion (systèmes d informations), l analyse sociologique et une réglementation appropriée constituent néanmoins des préalables Amélioration du cadre réglementaire pour un développement sécurisé Le rôle économique et social de l assurance dans les pays industrialisés justifie l importance qui est accordée à la réglementation du secteur. Alors que dans les pays émergents, la faible pénétration de l assurance et le volet social de la micro assurance exigent pour son développement, l instauration d une réglementation spécifique comportant des avantages «encourageants» pour les acteurs du secteur. En effet, la plupart des prospects qui décident de souscrire à une assurance n ont pas d informations précises sur la compagnie. C est donc, l Autorité de contrôle qui est chargée de protéger les contractants des différentes formes de fraude et de préserver les intérêts des clients assurés, qui sont nombreux, dispersés et mal informés Elle procède en mettant en place des normes de solvabilité et des contrôles prudentiels drastiques, qui peuvent parfois mener au retrait de l agrément de l assureur. L Autorité exige de l assureur la constitution de provisions techniques suffisantes et la couverture de ces engagements par des actifs qui respectent les règles de dispersion. Une protection est ainsi offerte aux populations vulnérables et une caution au micro- assureur. Les fondements d une réglementation adaptée à la micro assurance Dans la plupart des pays du Sud, la réglementation appliquée est inadaptée aux spécificités de la micro- assurance car les textes en vigueur sont proches des codes établis dans les pays industrialisés et anciennement coloniaux. Bien entendu, les situations sont différentes de par les éléments caractéristiques des deux marchés : taux de pénétration, densité de l assurance, capacités financières des populations etc. Et ce «copie-collé» des codes d assurance du Nord vers le Sud ne cesse d interpeller Nous pouvons évoquer l exemple des tables de mortalité qui ne correspondent pas à la réalité En effet, dans la zone CIMA, c est la table PM 60/64 qui est en vigueur. Il est recommandé aux acteurs de la micro assurance de prôner comme cadre de développement, un cadre légal et réglementaire adéquat pour un meilleur avenir du secteur et cela passerait par : /

15 - Un abaissement du niveau minimal de fonds propres obligatoires qui tiendrait compte de la faiblesse des montants de cotisation (1 million $US en Ouganda, 1,2 $US en Afrique du Sud et 21,2 millions en Inde) - Un assouplissement des conditions d octroi d agrément des agents de microassurance - Un allégement des procédures de contrôle sur pièces et sur place. Cette législation adaptée permettrait d éviter de : Priver le client de ses droits Fragiliser la structure en n obéissant pas aux règles techniques. Soumettre le programme à des obligations de moyens et non de résultats Se priver de la réassurance en cas de survenance d un sinistre covariant. La précarité du système car l Etat peut à tout moment interdire l activité Encore faut t-il que les réglementations tiennent compte des spécificités du secteur. Imposer des centaines d heures de formation à l assurance ou un BAC+5 pour devenir un agent ou un courtier de la micro-assurance peut s avérer dans un certain sens contreproductif. L Inde facilite en ce sens le développement d un réseau d agents de microassurance issus du terrain et non des grandes écoles et fixe aux compagnies d assurance des obligations envers le secteur rural et «social». La CIMA (Conférence Interafricaine des Marchés d Assurance) ne semble pas dogmatique non plus. Ce qui est une bonne nouvelle pour cet important marché de la micro-assurance. En conclusion, l Etat doit opter pour «Une reconnaissance des spécificités de la microassurance à travers une législation adaptée à ses problématiques et à ses contraintes» Néanmoins nous pouvons noter quelques innovations pour la mise en place d une réglementation en faveur d une croissance durable de la micro-assurance dans les pays suivants : En Inde (on facilite l agrément d agents, parts de marché obligatoires en microassurance et dans le monde rural) Au Maroc (réseau de distribution par les Associations de microcrédit) A Trinidad et Tobago Au Philippines (avantages de fonctionnement pour les mutuelles) Au Japon Dans les pays membres de l UEMOA (Union Economique et Monétaire Ouest Africain) avec l encadrement du BIT (Bureau Internationale du Travail) sur le fonctionnement des mutuelles 17 Le cas du Brésil par des encouragements fiscaux (défiscalisation pour la microassurance collective vie décret n ) et des décrets facilitateurs par la SUSEP, organe de tutelle des sociétés d assurance privées La thématique d une réconciliation d objectifs sociaux et financiers fut largement abordée lors de la dernière Assemblée Générale de la FANAF ((Fédération Africaine des sociétés d Assurance de droit national), à travers notamment un symposium sur «La Contribution de l Assurance à l Emergence Economique de l Afrique», comportant une table ronde et un atelier de réflexion sur la micro assurance. 17 Voir (Dossier thématique microassurance) et Travaux de l AICA/IAIS (Association internationale des contrôleurs d assurance) 15/

16 En présence du ministre de l économie et des finances ivoirien, le président de la FANAF revenait sur les résolutions et recommandations suivantes : «RESOLUTIONS : - 1. L Assemblée Générale décide la convocation avant l Assemblée Générale prochaine des états généraux de la micro assurance en vue de proposer un cadre juridique et fiscal appropriés. Dans cette optique, il est demandé à chaque marché d initier une étude de sa population cible. 2. L Assemblée Générale confie au Bureau Exécutif la mission de recherche, d identification et d implication des organismes pouvant accompagner les compagnies dans cette démarche L Assemblée Générale décide la mise en place d un groupe de travail chargé de réfléchir sur l Assurance Agricole.» RECOMMANDATIONS - L Assemblée Générale recommande, en attendant les conclusions des états généraux : l application de la règlementation actuelle avec souplesse en ce qui concerne la micro-assurance pour ne pas dissuader les initiatives dans le domaine et l organisation de séminaires de formation à la micro assurance et l introduction d un module dans ce domaine à L I.I.A (Institut National des Assurances de Yaoundé)». Il est certain que les acteurs sont conscients de l importance du cadre juridique en micro assurance. En résumé, la réglementation c est l ensemble des règles définies par les autorités et applicables aux assureurs portant sur le capital minimum requis et l expertise nécessaire. Protège le consommateur en assurant la supervision des assureurs et notamment de leurs politiques en matière de prix, des formulaires destinés aux clients et leur pratique de vente. 18 La section qui suit est consacrée à l identification de ce consommateur. 1.2 La population cible de la micro-assurance La micro-assurance protège, les populations à faible revenu contre les imprévus de la vie. En effet, il s agira de couvrir des segments de population qui n ont pas accès au système classique d assurance et sont exposés aux risques de décès, de maladie, d accident, de perte de biens, de catastrophes naturelles ; donc une population vulnérable. Cette cible, qui généralement travaille dans le secteur informel ou dans le monde rural, se retrouve aussi de nos jours au sein des «working poor 19». La crise du salariat a beaucoup contribué à la création de cette nouvelle classe. Servais Kedem, Célestine Toé et Daouda Sawadogo nous expliquent cette diversification de la clientèle de la micro-finance en général «la RCPB constitue de nos jours une réelle offre d accès aux services bancaires de proximité pour un pan majoritaire de la population. Sa clientèle s est fortement diversifiée si bien que les fonctionnaires de l administration publique ainsi que des sa1ariés du privé, qui peuvent paradoxalement accéder aux services bancaires classiques, ont choisi de faire leurs virements salariaux dans les caisses populaires. A titre d exemple, au 31 décembre 2006, salariés des secteurs public et privé étaient membres des caisses populaires. Dont fonctionnaires de l Etat» 20. Les personnes susceptibles de recourir à la micro-assurance ont les caractéristiques communes suivantes: elles sont particulièrement vulnérables face aux risques, travaillent souvent dans 18 L assurance et les Institutions de Micro-Finance. ILO (International Labor Organisation) Travailleurs pauvres. 20 A.Ouedraogo & D. Gentil (dir.), «La microfinance en Afrique de l'ouest - Histoires et innovations», Karthala, /

17 l économie informelle ou populaire et ont des revenus irréguliers. Elles ont recours en général aux assurances informelles y compris les réseaux sociaux et font montre d une confiance limitée envers les compagnies d assurance. Il est important de considérer ces éléments pour la conception de produits appropriés. En effet il est primordial de procéder à un ciblage pragmatique pour assurer la pérennité du système et la rentabilité des produits commercialisés : Population justifiant généralement d un revenu, ayant un besoin réel d assurance et se trouvant dans une zone géographique accessible (les zones enclavées entrainent un surcoût de gestion). Illustration : Figure 2 La Pyramide de la pauvreté qui fait ressortir la population cible de la micro-assurance Assurance Formelle Assurance informelle R I C H E S S E Assurable sans accès Non assurable à travers un mécanisme de marché POPULATION Source Adaptée de MJM Mc Cord Microinsurance Center Une fois que la personne, hors du système classique a fait preuve d une certaine capacité contributive et exprimé un besoin de couverture, elle peut être considérée comme un prospect du marché de la micro-assurance, et l assureur peut procéder à une analyse du risque. L aspect assurantiel de la pauvreté Pour l assureur, un risque assurable doit répondre aux critères suivants: Le risque aléatoire et «futur», ne doit pas dépendre de la seule volonté de l assuré, Le risque doit être commun, partagé, un ensemble de risques forme une mutualité, La perte maximale doit être limitée, Les dommages à couvrir et leurs probabilités d occurrence doivent être mesurables, 17/

18 Le montant de la prime doit être compatible avec la rentabilité des activités assurées et la capacité contributive des souscripteurs, L anti sélection doit être décelable et condamnable, La couverture doit être autorisée par la loi en vigueur. Cette vulnérabilité serait assurable si et seulement si on parvient à en cerner la demande. Elle pourrait l être également si elle s inscrit dans un cadre plus large, une pauvreté vue comme un bloc uniforme. Ce qu elle n est pas. Cette cible potentielle serait la population urbaine, périurbaine et rurale. Tout est une question de choix stratégique La clientèle féminine D après une étude réalisée par la Commission du secteur privé et du développement du PNUD 21, la majorité des micro-entreprises du secteur informel, dans les pays en développement appartiennent à des femmes et elles occupent aussi une place significative dans le secteur formel. Nous pouvons citer à travers le monde ces quelques associations féminines, qui interviennent dans le secteur de la micro-finance tout en intégrant des programmes sociaux: alphabétisation, santé, scolarisation et éducation des jeunes filles. Women s Empowerment Project (WEP) au Népal, ASSEF (association d entraide des femmes) au Bénin, WWF et SEWA en Inde, FFPL (Fédération des Femmes dans la Préfecture de Luliang) dans la province de Shansi dans de nombreux villages chinois, les fédérations de femmes jouent un rôle essentiel, associations de femmes également incontournables au Vietnam impliquées au niveau des communes urbaines et rurales qui comptaient en 2000, 12,5 millions de membres, soit plus de 50% de la tranche d âge ans. «Ces travailleuses» contribuent considérablement au PIB de leur pays et gagnent aussi une certaine autonomie et une liberté financière. La micro-finance en général, pourrait en ce sens un être «outil d émancipation et de promotion de la condition féminine». L apport de l émigration Le transfert d argent des immigrés vers leurs terroirs d origine participe de l amélioration des conditions de vie. L exemple de l assurance santé avec la possibilité de développer un modèle de micro assurance pour offrir une couverture à la famille restée dans le pays d origine par la mise en place d une plate forme médicale qui gère une infrastructure de soins avec une prime mensuelle relativement faible. L assurance vie épargne et la prévoyance sont des voies explorées également. Après avoir étudié les caractéristiques de la population cible, nous pouvons analyser la réponse de la micro assurance face à cette demande digne d intérêt du fait notamment de la solvabilité des payeurs de primes. 21 «Libérer l entreprenariat-mettre le monde des affaires au service des pauvres» Programme des Nations Unies pour le développement» New York /

19 L offre de la micro assurance Les populations qui n ont pas accès au système classique de protection sociale ont toujours trouvé des mécanismes de protection plus ou moins adaptées à leurs besoins de couverture. Les différents bouleversements de ces trente dernières années (voir résumé) ont conduit au développement de la microassurance, principalement sous forme d assurance emprunteur pour les assureurs commerciaux, de santé pour les mutuelles (après l évaluation des résultats de l initiative de Bamako en 1987) 22. De nos jours, nous assistons à une diversification des produits de micro assurance même si les produits les plus répandus restent toujours la santé, l assurance emprunteur (avec cette fois des garanties complémentaires plus complexes), qui présentent des avantages certains pour les organismes prêteurs comme les IMF. La maîtrise progressive du secteur implique le développement de produits plus complexes comme la responsabilité civile professionnelle et l assurance agricole. A ce stade, il est important de faire la distinction entre assurances dommages et assurances de personnes avant de voir les règles à suivre pour bien réussir la conception du produit. Cette distinction est importante en ce sens que la demande d agrément ou de licence se fait pour chaque catégorie d assurance : Aux Etats-Unis la maladie est considérée comme une branche de l assurance vie, en France l accident, la maladie, l incapacité et l invalidité sont considérées comme des assurances de personnes Les assurances de personnes Les assurances de personnes protègent contre les évènements de la vie - maladie, accident, décès, arrêt de travail, invalidité entre autres.- affectant la personne même de l assuré. L assureur règle le montant prévu au contrat : on parle de principe forfaitaire. On peut considérer deux grands groupes de micro- assurance de personnes : Les assurances en cas de décès garantissent au décès de l assuré le versement d un capital au(x) bénéficiaire(s) désigné(s) ou aux ayants droits Les assurances en cas de vie garantissent le versement à l assuré d un capital correspondant aux primes nettes de chargements capitalisées sur la durée du contrat 1. L assurance emprunteur C est la plus connue. Ce contrat garantit le remboursement du solde restant dû en cas de décès ou d invalidité permanente totale de l assuré. La garantie peut aussi porter sur une invalidité temporaire ou partielle. C est un produit simple et rentable en ce sens que les coûts de gestion sont relativement faibles. Pour les IMF, il présente entre autre avantages : - Une réduction considérable du risque de défaut de paiement en cas de décès. 22 Adoptée en 1987, l Initiative de Bamako vise à favoriser l accès aux soins de santé primaires pour l ensemble de la population dans les pays en voie de développement. En l absence de tiers payeur (assurance maladie) et selon le principe «la santé n a pas de prix mais elle a un coût», chaque bénéficiaire de soins doit prendre à sa charge une partie des soins. Le recouvrement global des coûts doit se faire sous le contrôle de la communauté des usagers de chaque dispensaire (Haut Conseil de la Coopération Internationale) 19/

20 - L organisme prêteur est contractant et bénéficiaire, le client étant payeur de prime - Une gestion sereine des successions et des ayants droits - Une meilleure sécurisation de la position du contractant vis-à-vis de sa clientèle. - Une meilleure qualité de service. - Une meilleure image du micro-assureur lorsque les sinistres sont réglés rapidement. AIG Ouganda propose ce type de produit aux IMF partenaires. Les caractéristiques du produit de micro-assurance sont les suivantes : - Il s agit d une assurance individuelle accident, invalidité permanente, décès par accident, incluant une assurance emprunteur et invalidité, et enfin protégeant d un désastre détruisant complètement l activité économique. - L IMF souscrit une police de groupe auprès d AIG, pour ses clients. - Eligibilité : l assuré doit être emprunteur d une IMF ; les critères d éligibilité de l IMF s appliquent (aucun critère supplémentaire propre à l assurance). - Terme variable, dépend de l IMF et des produits (entre 4 et 6 mois). La couverture est attachée à un produit de prêt et duplique son terme, jusqu'à une année. - Renouvellement automatique avec chaque nouvel emprunt. Sans emprunt l assurance n est pas possible. - Il s agit d une assurance majoritairement obligatoire. Seule l IMF UMU propose à ses clients une police AIG sous forme d adhésion volontaire, bien que le personnel d UMU incite fortement les clients à l achat. - Tarification : des ajustements mineurs sont apportés suivant les IMF. Les primes facturées aux IMF varient entre 0.5% et 1.0% de la valeur de l emprunt. Les IMF ne touchent pas de commission en général, mais vont facturer à leur client un surcoût compris entre 0,5% et 0.75% du principal emprunté, ce qui augmente le coût de la prime pour les clients de 50% a 100%. Source : Portail de la micro-assurance Cette fiche du produit d AIG-Ouganda représente un modèle standard pour ce type de garantie. C est un produit simple et facile à gérer. Le coût du crédit est certes plus important mais la sécurité est offerte aussi bien à l IMF qu aux héritiers de l emprunteur s il venait à décéder alors même que le développement de son activité ne permet pas d assurer les remboursements après sa disparition. Pour rendre ce contrat plus attractif, certains micro-assureurs lui adossent une garantie complémentaire : frais funérailles, garantie obsèques ou tout simplement un capital supplémentaire versé aux ayants droits pour faire face temporairement aux pertes de revenus consécutifs au décès de l assuré. «Le produit de micro-assurance Payung Keluarga de la filiale indonésienne d ALLIANZ (assureur allemand) offre ainsi aux bénéficiaires du contrat deux fois le montant de l emprunt, contracté par l assuré, auprès d une IMF partenaire ; ceci en plus du paiement du solde restant dû». 20/103

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1

AP A R P E R F E F ju j i u n n 20 2 1 0 1 1 1 APREF juin 2011 1 Pourquoi la micro-assurance? Lien fort et évident entre pauvreté et vulnérabilité Si quelqu un est protégé contre les risques de base pour lui et sa famille, il est plus enclin à prendre

Plus en détail

La finance durable a-elle un avenir durable?

La finance durable a-elle un avenir durable? La finance durable a-elle un avenir durable? La perspective du microcrédit Emmanuelle Javoy 1 L exclusion bancaire Les bénéficiaires Le client type des services de microfinance est une «personne à faibles

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance

La perspective du secteur privé sur l accès au financement des TPE et des PME en croissance 5 ème RÉUNION DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES POLITIQUES EN FAVEUR DES PME, DE L ENTREPRENARIAT ET DU CAPITAL HUMAIN ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DES MICRO ET PETITES ENTREPRISES : RÉSOUDRE LES OBSTACLES FINANCIERS

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT

MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT MARATHON PRO BONO HEC FORMATION PRO BONO S INITIER AU MICROCREDIT Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux petites associations

Plus en détail

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE

ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE ASSURANCE MALADIE ET PROTECTION SOCIALE: ETAT DES LIEUX LA VISION D UN ASSUREUR PRIVE Plan de présentation Constat d ensemble sur l assurance santé Secteur formel Secteur privé Primes assurances non-vie

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009

Micro-assurance. Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Micro-assurance Denis Garand, FSA, FICA le 6 juin, 2009 Objectifs de développement du millénaire Réduire la pauvreté extrême et la faim Éducation primaire pour tous Promouvoir l égalité des sexes et l

Plus en détail

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie

Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour. qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Encourager le cofinancement entre travailleurs et employeurs pour permettre un accès à des soins de qualité: Le cas de la Mutuelle sociale Transvie Abdou Diagne, DG mutuelle sociale TransVie 5 ème Conférence

Plus en détail

3. Des données financières globalement positives en 2010

3. Des données financières globalement positives en 2010 3. Des données financières globalement positives 3.1 Une nouvelle progression du bilan À fin 2010, le total de bilan agrégé de l ensemble des organismes d assurance et de réassurance contrôlés par l Autorité

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009

Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA. DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA MICROASSURANCE: DEFIS ET OPPORTUNITES Présenté par OUEDRAOGO Adolphe Chef de Brigade de la CIMA DAKAR, les 3-4 et 5 novembre 2009 2 INTRODUCTION Le thème sera abordé en cinq

Plus en détail

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect

PLANET GUARANTEE MALI. One World to protect PLANET GUARANTEE MALI One World to protect Sommaire Sommaire I. Présentation de PlaNet Guarantee II. Présentation de PlaNet Guarantee Mali I. Assurance Récolte Sahel II. Santé pour tous III. Lakana 2 3

Plus en détail

Le microcrédit personnel accompagné

Le microcrédit personnel accompagné OCTOBRE 2013 N 36 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le microcrédit personnel accompagné Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit

Centre d Appui à la Microfinance et au Développement. Du micro-crédit au meso-crédit Centre d Appui à la Microfinance et au Développement Du micro-crédit au meso-crédit Contexte Région de Kayes: Population de 1,6M d habitants 7 cercles, 129 communes regroupant 1564 villages Villages bien

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale,

Notre Mission. La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, Notre Mission 2 La FONDEP Micro-Crédit (Fondation pour le Développement local et le Partenariat) est une organisation non gouvernementale, à but non lucratif, qui s investit depuis 1996 dans l action du

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement

UNION DES COMORES Unité solidarité - développement UNION DES COMORES Unité solidarité - développement PROJET DE CREATION D UNE ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE POUR LES FONCTIONNAIRES EN UNION DES COMORES - Ministère de la Santé Publique et de la Solidarité

Plus en détail

Mutuelles de santé L approche du CIDR

Mutuelles de santé L approche du CIDR 1 SYNTHESE DE LA SESSION DE FORMATION SUR «LE DEVELOPPEMENT ET LA VIABILITE DES MUTUELLES DE SANTE EN AFRIQUE» Centre de Formation et d appui Sanitaire (CEFA) Kinshasa, du 2 au 6 juin 2003 Depuis un certain

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E.

Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Séminaire sur les services économiques et financiers pour les P.M.E. Organisé par l Institut Multilatéral d Afrique et la Banque Africaine du Développement en partenariat avec le Fond Monétaire International

Plus en détail

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE

THEME 5: CONDITIONS DE VIABILITE FINANCIERE DE LA MICROFINANCE AGRICOLE RESEAU DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA ********************************* Fédération des Caisses Populaires du Burkina (F.C.P.B.) Tél.: 50.30.48.41, Fax : 50.30.49.10 ; E-mail : fcpb@fasonet.bf ; Adresse

Plus en détail

Revue de presse. Un cadre législatif permettant d accorder de nouveaux produits

Revue de presse. Un cadre législatif permettant d accorder de nouveaux produits Revue de presse Un cadre législatif permettant d accorder de nouveaux produits Le responsable des crédits au sein d ENDA Inter-Arabe, Mohamed Zmandar, a appelé mercredi, à la nécessité de mettre en place

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007

LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE. Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 LES SYSTEMES DE PROTECTION SOCIALE A BASE COMMUNAUTAIRE Christian Jacquier Coordinateur Programme BIT/STEP Turin, décembre 2007 systèmes de PSBC 1. Un phénomène mondial 2. Origine et causes du phénomène

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES LA FISCALITE DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Abdou FALL Ancien Conseiller Technique n 1du Ministre de la Microfinance et de l Entreprenariat féminin Conseiller à la Direction générale des Finances/

Plus en détail

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE

des mutuelles FRAIS DE GESTION PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE FRAIS DE GESTION des mutuelles PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Les Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent 3 milliards

Plus en détail

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance

PERFORMANCE DES IMF SOCIALE. MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance PERFORMANCE SOCIALE DES IMF MOHAMED ALLOUCH Directeur Général Attawfiq Micro-Finance SOMMAIRE Performance sociale : Définition et principes Comment mesurer la performance sociale? Performance sociale en

Plus en détail

Une mission commune au service de la protection sociale universelle

Une mission commune au service de la protection sociale universelle Une mission commune au service de la protection sociale universelle Note conceptuelle En ce début de XXI e siècle, c est avec fierté que nous faisons nôtre le consensus qui s est dégagé: la protection

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse :

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse : Dossier de presse Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire Contacts presse : Sandrine Bonamy Tél. : 01 56 03 59 03 06 86 17 48 76 - s.bonamy@adie.org Audrey Thirot Tél. : 01

Plus en détail

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali

Journal d apprentissage. Union Technique du Mali Journal d apprentissage Union Technique du Mali Projet Kénéya Sabatili «Assurer la santé» Contentus Le Projet... 1 Que quoi le projet traite t-il?... 1 Résumé du projet... 2 Faits Marquants... 3 Quelques

Plus en détail

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016

MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 MISE EN PLACE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE 2016 Le Conseil Social du Mouvement Sportif qui représente les employeurs du sport a lancé un appel d offre s agissant de la couverture complémentaire santé

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE

PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE PROTECTION SOCIALE Note d information N 2012-22 du 6 avril 2012 PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE REFERENCES Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (Journal officiel

Plus en détail

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL

RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL RAPPORT SUR LES ACTIVITES DE MICRO ASSURANCE ORGANISEES PAR CADERCO-SAVING FOR LIFE INTERNATIONAL 1. INTRODUCTION SUR LE MICRO ASSURANCE AU SEIN DE L ONG CADERCO- SAVINGS FOR LIFE INTERNATIONAL. L ONG

Plus en détail

SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants. Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut

SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants. Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut SwissLife Prévoyance TNS Spécial Artisans et Commerçants Une offre complète, adaptée à votre activité et votre statut La prévoyance : une préoccupation pour les indépendants Tout comme deux tiers des Français,

Plus en détail

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives

Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des lieux et Perspectives REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ----------------------------------------------------------------------------------------- Stratégie de la couverture maladie universelle au Sénégal Etat des

Plus en détail

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie

Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Conférence Régionale sur l Assurance et la Réassurance des Risques liés aux Catastrophes Naturelles en Afrique Modalités de financement des risques catastrophiques en Algérie Présenté par Mr Abdelkrim

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes COMMUNIQUÉ DE PRESSE Permettre l accès aux soins des personnes à revenus modestes Malakoff Médéric lance Ma Complémentaire Santé ACS, la première complémentaire santé individuelle conçue pour les bénéficiaires

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

La convention AERAS en 10 points-clés

La convention AERAS en 10 points-clés La convention AERAS en 10 points-clés Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs,

Plus en détail

Activités de PlaNet Guarantee au Burkina Faso. 10 mars 2013

Activités de PlaNet Guarantee au Burkina Faso. 10 mars 2013 1 Activités de PlaNet Guarantee au Burkina Faso 10 mars 2013 Présentation de PlaNet Guarantee Courtier en Microassurance PlaNet Guarantee est une société du Groupe PlaNet Finance, consacrée à la promotion

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

Quels services financiers pour les plus pauvres?

Quels services financiers pour les plus pauvres? Quels services financiers pour les plus pauvres? Cette préoccupation devient de plus en plus importante dans l objectif de renforcer l économie rurale ; elle a toujours été présente dans le champ du développement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE

DOSSIER DE PRESSE POINT DE PRESSE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix Travail Patrie MINISTERE DU TRAVAIL ET DE LA SECURITE SOCIALE SECRATARIAT GENERAL CELLULE DE COMMUNICATION REPUBLIC OF CAMEROON Peace Work Fatherland MINISTRY OF LABOUR AND

Plus en détail

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un!

PASS INDÉPENDANCE. tous pour un! PASS INDÉPENDANCE ne laissez pas vos salariés devenir dépendants de leur situation familiale tous pour un! LA DÉPENDANCE : DE PLUS EN PLUS DE PERSONNES TOUCHÉES Le nombre de personnes dépendantes devrait

Plus en détail

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent.

SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE. Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. SANTÉ 2012 LES PROPOSITIONS DE LA MUTUALITÉ FRANÇAISE Face au problème de l accès aux soins, des solutions existent. Dans la France de 2012, de plus en plus de Français doivent renoncer à des soins ou

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER

LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER LE FINANCEMENT D UN INVESTISSEMENT IMMOBILIER Dans le cadre de l optimisation du financement d une acquisition immobilière, il est souvent difficile de faire le point de toutes les propositions et d optimiser

Plus en détail

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc

La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc La micro assurance est au service du développement de l économie au Maroc Mme Saadia Nouri Directeur Général Adjoint Assurances de personnes et Partenariats Axa Assurance Maroc 1 Sommaire Préambule : Micro

Plus en détail

Assurez l avenir de votre entreprise. SwissLife Homme Clé SwissLife Garantie Associés

Assurez l avenir de votre entreprise. SwissLife Homme Clé SwissLife Garantie Associés Assurez l avenir de votre entreprise SwissLife Homme Clé SwissLife Garantie Associés L indisponibilité ou le décès de collaborateurs clés d une entreprise peut entraîner de graves difficultés pour celle-ci,

Plus en détail

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012

Royaume-Uni. Conditions d ouverture des droits. Indicateurs essentiels. Royaume-Uni : le système de retraite en 2012 Royaume-Uni Royaume-Uni : le système de retraite en 212 Le régime public comporte deux piliers (une pension de base forfaitaire et une retraite complémentaire liée à la rémunération), que complète un vaste

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Capital garanti à vie * Allianz Continuité La garantie décès qui prend le relais de vos assurances professionnelles pour sécuriser l avenir de ceux que vous

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-467 du 27 avril 2011 relatif aux états statistiques des entreprises d assurances, des mutuelles

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale.

EN BREF. Ressources Sélection Vie II. Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. Ressources Sélection Vie II Offrez à vos salariés une retraite plus sereine tout en optimisant votre politique sociale. EN BREF Ressources Sélection Vie II est un contrat collectif d assurance sur la vie

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014) ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE SUR " PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE : ROLE DES BANQUES CENTRALES" 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS DES BANQUES

Plus en détail

Coiffeurs. Travailleurs non salariés

Coiffeurs. Travailleurs non salariés Coiffeurs Travailleurs non salariés Coiffeurs, travailleurs non salariés une protection sociale optimale Depuis plus de dix ans, vous nous faites confiance pour assurer le régime frais de santé des salariés

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Exposé en droit des assurances sous le thème :

Exposé en droit des assurances sous le thème : Université Cadi Ayyad Master : Droit des Affaires Faculté des Sciences Juridiques Semestre : 3 Economiques et Sociales. UFR Marrakech Exposé en droit des assurances sous le thème : De la classification

Plus en détail

Initiative Accès à l Assurance

Initiative Accès à l Assurance Initiative Accès à l Assurance Programme mondial pour la promotion de cadres réglementaires et de contrôle solides 9 e Consultation téléphonique : 26 mars 2015 «Mutuelles, coopératives et organisations

Plus en détail

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard

La Prévoyance en France 2010. «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard La Prévoyance en France 2010 «La prévoyance ne doit pas stériliser l'avenir ; elle doit préparer ses voies» Tristan Bernard 1. Histoire et Définition 2. Le Marché de la Prévoyance 3. Les différentes catégories

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Voyage d étude au Mexique

Voyage d étude au Mexique Voyage d étude au Mexique Assurance agricole pour les petits exploitants agricoles 5 8 Novembre 2014 Crédit Photo AMUCSS 1 Objectif de la visite En 2012, la Fondation Fondation Grameen Crédit Agricole

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la

PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la PRESENTATION DU CREDIT RURAL DE GUINEE à la CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LA FINANCE SOCIALE & SOLIDAIRE LIMA 13 & 14 MAI 2015 BREVE PRESENTATION DE LA GUINEE Contexte Socio-économique de la Guinée: La

Plus en détail

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL

One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL One World to protect PLANET GUARANTEE SENEGAL 2 A PRÉSENTATION DE PLANET GUARANTEE I. Présentation de PlaNet Guarantee L'objectif de PlaNet Guarantee est de permettre aux populations exclues des systèmes

Plus en détail

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb

REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb REGULATION DE LA MICROFINANCE ET PROTECTION DE LA CLIENTELE DANS UNE APPROCHE DE GENRE EN AFRIQUE DE L OUEST ( recherche en cours) Moussa Samb I Analyser les contours, les points forts/faibles de la régulation

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE DIVERSIFIÉ Composez le futur de votre épargne BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance Yves Durand 10 e assureur européen*, BNP Paribas

Plus en détail

Radiance Humanis Vie

Radiance Humanis Vie ÉPARGNE Radiance Humanis Vie Et votre avenir prend des forces Taux du fonds en euros de Radiance Humanis Vie : 3,50 %* * Taux de rémunération 2013 du fonds en euros Apicil Euro Garanti. Taux net de frais

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 751 CIDR Tous droits de reproduction réservés Guide d estimation de la capacité contributive des ménages au financement de l assurance

Plus en détail

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1

Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire. CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 Présentation d une approche d une microfinance à base communautaire CLASSE-B Project UMUTARA Juillet 2005 1 A. Background information Definition des concepts La Micro finance La microfinance est un mécanisme

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Les assurances collectives Santé et Prévoyance

Les assurances collectives Santé et Prévoyance CAA P A C I F I C A P R E D I C A Les assurances collectives Santé et Prévoyance Dernières évolutions réglementaires et réponses du Crédit.Agricole Réunion Experts-Comptables du 10 juillet 2014 Page 1

Plus en détail

MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION. Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle)

MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION. Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle) MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle) 1. Le distributeur Nom :.. Dénomination sociale : Adresse :.. Tél....

Plus en détail

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) -

La mutualité. Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf. Date de création du document 2011-1012. - Support de Cours (Version PDF) - La mutualité Comité éditorial pédagogique de l'uvmaf Date de création du document 2011-1012 1/10 Table des matières SPECIFIQUES :... 3 I Introduction et historique :... 4 II Objet d une mutuelle :...4

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Cardif Multiplus Perspective

Cardif Multiplus Perspective Cardif Multiplus Perspective CONTRAT D ASSURANCE VIE FONDS EUROCROISSANCE Composez le futur de votre épargne Communication à caractère publicitaire BNP Paribas Cardif, La référence en partenariat d assurance

Plus en détail

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5

CAISSE LE SALUT RAPPORT DE STAGE. Janvier 2013. Faire des pauvres de vrais partenaires de développement. Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 CAISSE LE SALUT Janvier 2013 RAPPORT DE STAGE Faire des pauvres de vrais partenaires de développement Tuteur : Mme NARBONNE NIJEAN JASON GEA1 TD5 Sommaire REMERCIEMENT... 1 INTRODUCTION... 2 DEVELOPPEMENT...

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Comment les pauvres gèrent-ils le risque?

Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Comment les pauvres gèrent-ils le risque? Le présent dossier donne un aperçu de la manière dont les ménages pauvres gèrent les risques. Fondé sur les recherches effectuées via les journaux financiers dont

Plus en détail

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------

République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ République du Sénégal Un peuple Un but Une foi INTEGRER LA PROTECTION SOCIALE DANS LA STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT HELSINKY 7-97 9 JUIN 2004 ------ PRÉPARATION DE LA STRATÉGIE DE PROTECTION SOCIALE AU SÉNÉGAL

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-181 du 27 décembre 2012 relative à l affiliation de la Mutuelle Générale de l Économie, des Finances et de l Industrie (MGEFI) à l union mutualiste de groupe Istya

Plus en détail