La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012"

Transcription

1 DREAL Champagne- Ardenne Juin 2014 OBSERVATION ET STATISTIQUES Le logement en chiffres La construction de maisons individuelles en Champagne-Ardenne en 2012 En 2012, permis ont été délivrés en Champagne-Ardenne pour la construction d une maison individuelle. Parmi ceux-ci, ménages ont acheté le terrain. La valeur médiane du prix du mètre carré de ces terrains est de 52 et leur superficie de 851 m². Le prix médian du terrain s élève à et le prix médian des maisons construites s établit à Au total, la valeur médiane de l investissement (terrain+maison) est de Le terrain compte pour 28 % dans le coût total du projet. Les terrains achetés En 2012, terrains ont été achetés en Champagne-Ardenne pour l achat d une maison individuelle. Leur superficie médiane est de 851 m 2 pour un montant médian de Le prix au m² est plus élevé dans les grandes aires urbaines Champ : terrains achetés en 2012 pour la construction d une maison individuelle, permis délivrés en 2012 Terrains à bâtir achetés Les terrains à bâtir en Champagne-Ardenne moins chers et plus grands qu au niveau national Superficie médiane Le prix du terrain représente 28 % du coût du projet dont l investissement médian (terrain et maison) s élève à Au niveau national, le montant médian d un terrain s élève à et compte pour 34 % du coût du projet. Avec un prix médian du mètre carré de 52, la Champagne-Ardenne occupe la sixième place des régions les moins chères, après le Poitou-Charentes, la Basse-Normandie, la Bourgogne, l Auvergne et le Limousin (20 /m 2 ). Le prix médian du mètre carré le plus élevé se situe en Ile-de-France (254 /m 2 ). S agissant de la superficie médiane, l Ile de-france présente la plus petite (569 m 2 ) et le Limousin la plus grande (1 524 m 2 ). La Champagne- Ardenne se situe dans la moyenne des régions métropolitaines. Au niveau départemental, la Marne présente la superficie médiane la plus petite de la région (739 m 2 ) et le prix médian du mètre carré le plus élevé (87 / m 2 ). Le prix médian du mètre carré d un terrain dans la Marne est 1,7 fois plus élevé qu au niveau régional et 3,2 fois plus élevé qu en Haute-Marne. Cette dernière affiche le prix médian du mètre carré le plus bas de la région (27 /m 2 ). La Haute-Marne est également caractérisée par la surface médiane la plus élevée (1 002 m 2 ) et le montant médian du terrain le plus bas ( ). L achat du terrain dans la Marne compte pour 32 % de l investissement du projet (terrain + maison). Dans les Ardennes et l Aube, l achat du terrain compte respectivement pour 24 % et 27 %. En Haute- Marne l acquisition du terrain ne compte que pour un cinquième du coût global du projet. Part moyenne du terrain dans le coût total (%) Coût médian du projet Ardennes Aube Marne Haute-Marne Champagne-Ardenne France métropolitaine Service Logement, Territoires et Planification - Cellule Études et Statistiques

2 Baisse des superficies et hausse des prix au mètre carré Depuis 2006, la superficie médiane d un terrain à bâtir en Champagne-Ardenne baisse en moyenne de 1,4 % par an. Sur Surface médiane Qui achète un terrain et où se situe-t-il? cette période, seule la Haute-Marne connaît une très légère évolution positive (+0,2 %). Les Ardennes, la Marne et l Aube enregistrent La superficie médiane baisse de 8 % entre 2006 et Ardennes Aube Marne Haute-Marne Champagne-Ardenne Le prix médian du mètre carré augmente de moitié entre 2006 et Ardennes Aube Marne Haute-Marne Champagne-Ardenne des baisses moyennes annuelles respectives de 0,4 %, 1,2 % et 1,7 %. Au niveau régional, la baisse de la surface moyenne a surtout été marquée en Au niveau départemental les évolutions entre 2006 et 2012 sont variables d une année à l autre. L évolution récente de la superficie médiane est à la hausse en Champagne-Ardenne, avec une augmentation de 3 % entre 2011 et La superficie médiane évolue au cours de cette dernière année faiblement dans les Ardennes, la Marne et la Haute-Marne alors qu elle progresse de 12 % dans l Aube. Le prix médian du mètre carré de terrain à bâtir connaît depuis 2006 une évolution moyenne annuelle positive au niveau régional et départemental : de +5 % dans les Ardennes à +10 % en Haute-Marne, +7 % en Champagne-Ardenne. Au niveau régional, le prix médian du mètre carré a connu une forte hausse en 2008 (+32 %), puis s est stabilisé jusqu en 2010 avant de connaître une nouvelle augmentation en 2011 (+20 %). La Haute-Marne se distingue par une forte augmentation en 2009 du prix médian du mètre carré. Dans les trois autres départements, la hausse avait été plus marquée en 2008, ainsi qu en 2011 dans l Aube. En six ans, le prix médian du mètre carré de terrain à bâtir a été multiplié par 1,5 en Champagne-Ardenne, il a presque doublé en Haute-Marne. L évolution récente montre une légère baisse du prix médian, -3 % entre 2011 et Cette baisse est exclusivement portée par l Aube (-13 %). Au niveau national, le prix médian du mètre carré est en constante évolution, il a été multiplié par 1,6 en six ans. En Champagne-Ardenne, les terrains sont achetés à 49 % par des employés, à 20 % par des ouvriers et à 15 % par des cadres et des professions intellectuelles supérieures. Les autres catégories socioprofessionnelles sont représentées à parts quasi équivalentes, entre 2 % et 5 % des transactions pour chacune. Le montant moyen du terrain est le plus élevé pour les cadres et les professions intellectuelles supérieures, suivis de près par les retraités. Ce sont d ailleurs ces deux catégories socioprofessionnelles qui achètent les terrains les plus chers au mètre carré. La superficie moyenne de terrain la plus élevée est observée pour les agriculteurs exploitants (2 009 m²) pour lesquels l investissement total du projet est également le plus élevé. Les ouvriers affichent le montant moyen le plus bas ( ) et les professions intermédiaires le prix du mètre carré le plus faible (38 /m²). Les catégories socioprofessionnelles «autres», non répertoriées, enregistrent la superficie moyenne la plus basse (980 m²). Les acheteurs sont âgés de 30 à 39 ans pour 41 % d entre eux et moins de 30 ans pour 34 %. Les moins de 30 ans achètent de grands terrains (1 164 m 2 en moyenne) mais à des prix bas (41 /m 2 ). Le prix du terrain s accroît avec l âge des acheteurs, que ce soit en montant total ou en prix du mètre carré. Le prix moyen le plus élevé est observé pour la tranche d âge 60 ans et plus ( et 65 / m 2 ). Les terrains achetés sont majoritairement viabilisés. Ces derniers sont plus chers (63 /m 2 ) et également plus petits (886 m 2 ). 14 % sont achetés dans les grands pôles, 46 % dans les couronnes des grands pôles et 16 % dans les communes multipolarisées (cf définitions). La part que représente l achat du terrain dans le coût total du projet est équivalente dans les grands pôles et leurs couronnes (31 %). Néanmoins, la superficie moyenne du terrain dans les grands pôles est plus petite que dans les couronnes (797 m 2 contre m 2 ). Seulement 14 % des terrains acquis dépassent 900 m 2 dans les grands pôles contre 46 % dans leurs couronnes. Le prix du mètre carré est plus élevé (76 /m 2 contre 58 /m 2 ). Les terrains achetés dans les communes multipolarisées des grandes aires urbaines présentent une superficie très proche de celle observée dans les couronnes des grands pôles mais le prix du mètre carré y est très inférieur (44 /m 2 ). Dans les moyens et petits pôles, la superficie

3 villes moyennes** communes multipolarisées couronnes des grands pôles Répartition par classe de surface en fonction de la localisation rural* moyenne est comprise entre 800 et m 2 pour un prix moyen du mètre carré de l ordre de 45. Les terrains de plus de 900 m 2 sont moins représentés (36%) que dans les couronnes des grands pôles ou les communes multipolarisées. Pour les projets se situant dans les zones rurales, la superficie moyenne du terrain est supérieure à m 2, le prix du mètre carré de terrain à bâtir ne dépasse pas 31 et l achat du terrain ne représente au maximum qu un cinquième du coût du projet. grands pôles 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% <500 m2 500 à 699 m2 700 à 899 m2 900 à 1199 m à 1499 m2 >1500 m2 *rural : communes appartenant à la couronne d'un moyen pôle ou d un petit pôle, autres communes multipolarisées, communes isolées hors influence des pôles **villes moyennes : communes appartenant à un moyen pôle ou à un petit pôle Les terrains sont principalement achetés par des employés et se situent en péréphérie des grands pôles Terrains à bâtir achetés Surface moyenne Part moyenne du terrain dans le coût total (%) Investissement total moyen (terrains + maisons) Catégorie socio-professionnelle de l acheteur agriculteurs exploitants artisans, commerçants, chefs d entreprise cadres et professions intellectuelles supérieures professions intermédiaires employés ouvriers retraités autres Age de l acheteur moins de 30 ans à 39 ans à 49 ans à 59 ans ans et plus Viabilisation du terrain oui non Catégories de l aire urbaine (cf définitions) Grands pôles Couronne des grands pôles Communes multipolarisées des grandes aires urbaines Moyens pôles Couronne des moyens pôles Petits pôles Couronne des petits pôles Autres communes multipolarisées Communes isolées, hors influence des pôles Champagne-Ardenne

4 Les maisons individuelles construites En 2012 en Champagne-Ardenne, maisons individuelles ont été construites sur un terrain, qu il soit acheté ou non. La surface de plancher médiane est de 125 m² pour un prix médian de La superficie médiane du terrain d assise Plus forte disparité géographique du prix des maisons que du prix du mètre carré de terrain est de 906 m². Cette valeur est un peu plus élevée (+55m²) que pour les seuls terrains achetés. Au niveau national, la surface de plancher médiane est de 119 m² et le prix médian s élève à Avec un prix médian du mètre carré de surface de plancher de 1 071, la Champagne-Ardenne occupe la quatrième place des régions les moins chères, après la Picardie, le Centre et le Languedoc-Roussillon (1 026 /m 2 ). Le prix médian le plus élevé est observé en Alsace (1 286 /m²). Au niveau départemental, l Aube présente la surface de plancher médiane la plus faible de la région (119 m²) et la Haute-Marne la surface de plancher médiane la plus élevée (134 m²). Les Ardennes et la Marne présentent des valeurs proches du niveau régional. Les écarts de prix du mètre carré de surface de plancher entre départements sont faibles : la Marne affiche le prix médian le plus élevé de la région (1 078 / m²) et la Haute-Marne le plus bas (1 042 / m²). Les maisons individuelles en Champagne-Ardenne moins chères et plus grandes qu au niveau national Maisons individuelles construites SdP médiane Superficie médiane terrain d assise Ardennes Aube Marne Haute-Marne Champagne-Ardenne France métropolitaine

5 Augmentation du prix au mètre carré des maisons Le prix médian du mètre carré augmente de 15% entre 2006 et 2012 De 2006 à 2011, le prix du mètre carré des maisons individuelles est en constante augmentation. L évolution moyenne annuelle est de 2,3 % au niveau régional, elle varie de 1,7 % en Haute-Marne à 2,6 % dans l Aube. Entre 2011 et 2012, les prix médians amorcent une très légère baisse, -0,3 % en Champagne- Ardenne Ardennes Aube Marne Haute-Marne Champagne-Ardenne Qui construit, comment et où? En Champagne-Ardenne, les maisons sont construites à 42 % par des employés, à 20 % par des ouvriers et à 14 % par des cadres et des professions intellectuelles supérieures. Les autres catégories socioprofessionnelles sont représentées à parts quasi équivalentes, entre 3 % et 6 %. Les agriculteurs exploitants présentent les valeurs les plus élevées pour l ensemble des caractéristiques : un prix moyen de /m 2, une surface de plancher moyenne de 164 m 2 et une superficie moyenne du terrain d assise de m 2. Le prix moyen des maisons atteint pour cette catégorie socioprofessionnelle Arrivent ensuite les cadres et professions intellectuelles supérieures et les retraités, qui construisent des maisons avec le même niveau de prix au mètre carré mais de surface moindre. Le prix moyen le plus bas est observé pour les ouvriers : 973 /m 2 et un montant total de Cette catégorie socioprofessionnelle construit également les maisons les plus petites, si l on excepte la catégorie socioprofessionnelle «autres». 31 % des ménages ont opté pour un mode de chauffage «tout électrique». Cette catégorie de maison présente la surface de plancher moyenne la plus petite (117 m 2 ). Avec des parts équivalentes (21 %), les modes de chauffage choisis ensuite sont l électricité avec le bois en appoint et les énergies renouvelables, seules ou combinées entre elles. Cette dernière catégorie présente le prix moyen au mètre carré et la superficie moyenne du terrain d assise les plus élevés, respectivement 152 /m 2 et m 2. Enfin, 16 % des maisons construites ont comme mode de chauffage des énergies renouvelables combinées à un autre mode de chauffage, 6 % sont au gaz et 5 % ont un autre mode de chauffage. Ces dernières années les modes de chauffage ont évolué dans les maisons Évolution depuis 2006 des modes de chauffage dans la construction des maisons individuelles en Champagne-Ardenne % 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% gaz électricité et bois d'appoint énergies renouvelables combinées à un autre mode électricité seule énergies renouvelables seules ou combinées entre elles autres modes de chauffage Champ : permis délivrés en 2012 pour la construction d une maison individuelle sur un terrain qu il soit acheté ou non individuelles. La part du chauffage au gaz et du chauffage «tout électrique» diminue progressivement au profit de l électricité avec du bois en appoint. Depuis 2007, la part du chauffage avec des énergies renouvelables se stabilise, elle est de l ordre de 35 %. Plus de la moitié des maisons construites le sont par un constructeur de maisons individuelles et près d un tiers par les particuliers eux-mêmes. La première catégorie présente une surface de plancher moyenne petite (117 m 2 ) mais aussi la superficie moyenne du terrain d assise la plus petite. Les particuliers construisant eux-mêmes leur maison atteignent les prix au mètre carré les plus faibles (941 /m 2 ). Les maisons construites par l intermédiaire d un architecte présentent les valeurs les plus élevées, que ce soit pour le prix moyen, le prix au mètre carré, la surface de plancher et la superficie du terrain d assise. Le degré de finition des maisons est variable : 62 % des maisons sont dites prêtes à décorer, 30 % sont totalement terminées et 8 % sont closes et couvertes. 14 % des maisons construites le sont dans les grands pôles, 42 % dans les couronnes des grands pôles et 17 % dans les communes multipolarisées. A surface de plancher moyenne égale (133 m 2 ), le montant moyen d une maison est plus élevé dans les couronnes des grands pôles que dans les grands pôles ( contre ). Le prix moyen au mètre carré des maisons est le plus élevé dans les communes multipolarisées et les couronnes des petits pôles. Il est le plus bas dans les couronnes des moyens pôles (994 /m 2 ).

6 Les maisons sont principalement construites par des constructeurs de maisons individuelles et se situent en périphérie des grands pôles Maisons individuelles construites des maisons des maisons SdP moyenne des maisons Superficie moyenne d assise Catégorie socio-professionnelle de l acheteur agriculteurs exploitants artisans, commerçants, chefs d entreprise cadres et professions intellectuelles supérieures professions intermédiaires employés ouvriers retraités autres Chauffage gaz électricité seule électricité et bois d appoint énergies renouvelables seules ou combinées entre elles énergies renouvelables combinées à un autre mode autres modes de chauffage Maître d oeuvre architecte constructeur de maisons individuelles entrepreneurs ou artisans particulier lui-même autre cas Finition totalement terminé prêt à décorer clos et couvert Catégorie de l aire urbaine (cf définitions) grands pôles couronne des grands pôles communes multipolarisées des grandes aires urbaines moyens pôles couronne des moyens pôles petits pôle couronne des petits pôles autres communes multipolarisées communes isolées, hors influence des pôles Champagne-Ardenne Sophie Chadeau

7 Méthodologie Source L enquête sur le prix du terrain à bâtir (EPTB) concerne l ensemble des permis délivrés en 2012 pour la construction d une seule et unique maison individuelle. Elle est exhaustive sur ce champ. Les questions posées portent sur le terrain, la maison édifiée sur celui-ci et les caractéristiques du ménage. L enquête est exploitée annuellement. Permis enquêtés en 2012 : données issues de résultats en date réelle ; sélection des permis selon leur date de prise en compte sous condition d un délai de prise en compte inférieur à six mois. Les données recueillies sont redressées annuellement. Les permis ayant fait l objet d une annulation au cours de l année sont exclus. Les résultats redressés «bruts» sont remis en cohérence («recalage») annuellement avec les séries en date réelle sur l ensemble des permis autorisés, Définitions Aire urbaine : Une aire urbaine est un ensemble de communes, d un seul tenant et sans enclave, constitué par un pôle urbain (unité urbaine) et par des communes rurales ou unités urbaines (couronne périurbaine) dont au moins 40% de la population résidente ayant un emploi travaille dans le pôle ou dans des communes attirées par celui-ci. Le zonage en aires urbaines 2010 distingue : - les grandes aires urbaines, constituées autour d un grand pôle urbain de plus de emplois - les moyennes aires, constituées autour d un pôle moyen de à emplois - les petites aires, constituées autour d un petit pôle de à emplois - les communes multipolarisées, communes dont au moins 40 % des actifs occupés résidents travaillent dans plusieurs aires urbaines, sans atteindre ce seuil avec une seule d entre elles, et qui forment avec elles un ensemble d un seul tenant. Sont distinguées : - les communes multipolarisées des grandes aires urbaines, communes dont au moins 40 % des actifs travaillent dans plusieurs grandes aires urbaines - les autres communes multipolarisées, communes dont au moins 40 % des actifs travaillent dans plusieurs aires urbaines, hors communes multipolarisées des grandes aires Pour plus de précisions : SdP : Surface de Plancher. Elle s entend comme la somme des surfaces de plancher closes et couvertes sous une hauteur sous plafond supérieure à 1 mètre 80, calculée à partir du nu intérieur des murs. Elle est mise en place au 1er mars 2012 suite au décret n Elle se substitue à la fois à la surface de plancher hors œuvre brute (SHOB) et à la surface de plancher hors œuvre nette (SHON). en euros par m² : rapport entre la somme des coûts ou maisons et la somme des surfaces ou maisons. Prix : les prix et maisons sont toutes taxes comprises; - pour les terrains, ils sont hors frais de notaire et frais d agence - pour les maisons, il s agit du coût prévisionnel estimé par le pétitionnaire du permis au moment de l enquête Médiane : valeur qui sépare la série observée en deux groupes de taille identique. Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement Champagne-Ardenne Service Logement, Territoires et Planification 40 boulevard Anatole France BP Châlons-en- Champagne cedex DREAL 2014

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 576 Novembre 2014 Le prix à bâtir OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 2013, plus de neuf ménages sur dix ayant reçu l autorisation de

Plus en détail

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire Le coût de construction des s en Pays de la Loire pour les permis autorisés en 2006 Sommaire I Source, définitions et limites d utilisation p 2 II Les principaux enseignements p 3 III Qui sont les pétitionnaires

Plus en détail

Initialement centrée sur le prix des terrains

Initialement centrée sur le prix des terrains Marchés fonciers L enquête sur le prix des terrains à bâtir Une enquête nationale annuelle permet de suivre le marché des terrains à bâtir pour maisons individuelles mais pas seulement. Quelles en sont

Plus en détail

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB

Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB Les comptes de production régionaux 2011-2012 - 2013 de la FFB 03/10/2014 FEDERATION FRANÇAISE DU BATIMENT Direction des Affaires Economiques, Financières et Internationales Service des Etudes Economiques

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015

Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 CGDD / MEDDE / SOeS Chiffres et Statistiques NUMÉRO 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs - Résultats au deuxième trimestre 2015 Au deuxième trimestre 2015, 26 500 logements neufs ont été

Plus en détail

Commercialisation des logements neufs

Commercialisation des logements neufs COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 667 Août 2015 Commercialisation des logements neufs Résultats au deuxième trimestre 2015 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Au deuxième

Plus en détail

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres

Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Quelle efficacité du diagnostic électrique obligatoire? Rapport d étude 2012 réalisé par TNS Sofres Cliquez Sommaire pour modifier le style du titre 1. Contexte et objectifs 2. Principaux enseignements

Plus en détail

Le prix des terrains à bâtir en 2011

Le prix des terrains à bâtir en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 363 Novembre 2012 Le prix à bâtir en 2011 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION Près de 93 % des ménages ayant reçu une autorisation de construire

Plus en détail

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes

Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Les marchés immobiliers et fonciers en région Rhône-Alpes Afin d avoir une vue d ensemble des transactions foncières et immobilières effectuées en région Rhône-Alpes, l Observatoire Régional de l Habitat

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros)

des ménages en 2012 Montant moyen dépensé (en euros) COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 645 Juin 2015 Consommations énergétiques des ménages en 2012 OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION En 2012, la dépense moyenne annuelle en

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me ROBIN Laurent Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Comme chaque année, la Chambre des Notaires de PAU présente une analyse du

Plus en détail

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984.

DRAAF de Basse-Normandie. Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie. Situation en 2012 et évolution depuis 1984. DRAAF de Basse-Normandie Le chauffage domestique au bois en Basse-Normandie Situation en 2012 et évolution depuis 1984 Rapport final Biomasse Normandie 19, Quai de Juillet - 14000 CAEN Tél. : 02 31 34

Plus en détail

Le prix des terrains à bâtir en 2010

Le prix des terrains à bâtir en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 279 Décembre 2011 Le prix à bâtir en 2010 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 2010, 142 000 permis de construire 1 ont été délivrés à

Plus en détail

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Comparaisons régionales et évolution depuis 2000 Édito Cette étude analyse le marché du logement neuf en HauteNormandie en 2012 en revenant

Plus en détail

Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs

Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs DREAL Alsace Champagne-Ardenne Lorraine Service connaissance et développement durable Bilan trimestriel de la commercialisation des logements neufs Commercialisation des appartements neufs Résultats au

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle

La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines dont le pôle N 18 Septembre 20 Les grandes aires urbaines d ACAL : la croissance démographique tirée par les couronnes des grands pôles La nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine compte vingt aires urbaines

Plus en détail

Données de cadrage sur les constructions de maisons individuelles. Le budget alloué par les particuliers à la construction de leur maison

Données de cadrage sur les constructions de maisons individuelles. Le budget alloué par les particuliers à la construction de leur maison MARS 2008 Données de cadrage sur les constructions de maisons individuelles En 2006, 562 000 logements ont reçu une autorisation de permis de construire en France, dont un tiers, soit 178 500, au bénéfice

Plus en détail

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine

Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Etude statistique de la production de maisons individuelles en secteur aménagé et en diffus en France Métropolitaine Adequation - Caron Marketing - SNAL / UMF - Novembre 2010 1 Objectifs de l étude et

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

Séminaire de l'observation urbaine. 13 novembre 2012. La maison individuelle, une réponse au logement des français?

Séminaire de l'observation urbaine. 13 novembre 2012. La maison individuelle, une réponse au logement des français? La maison individuelle, une réponse au logement des français? Séminaire de l'observation urbaine 13 novembre 2012 ministère de l'égalité des territoires et du Logement ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015

L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 8 décembre 2015 - N 15.043 L EMPLOI INTÉRIMAIRE EN OCTOBRE 2015 Fin octobre 2015, le nombre d intérimaires s établit à 640 600 en valeur corrigée des variations saisonnières (donnée provisoire). Il connaît

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 468 Novembre 2013 Commercialisation des logements neufs Résultats au troisième trimestre 2013 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION À la fin

Plus en détail

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes.

L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F PRIVÉE. Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes. F11.11 I L'ÉHDOÉSRATIA Lrl'ISU F I 0 N PRIVÉE Etat des lieux chiffré de la formation et de la population en exercice des masseurskinésithérapeutes diplômés d Etat Note documentaire Direction des Ressources

Plus en détail

Direction générale des entreprises ANNEE 2014

Direction générale des entreprises ANNEE 2014 Direction générale des entreprises SERVICE DE L ACTION TERRITORIALE, EUROPÉENNE ET INTERNATIONALE SOUS DIRECTION DE LA RÉINDUSTIALISATION ET DES RESTRUCTURATIONS D ENTREPRISES BUREAU DE LA FORMATION ET

Plus en détail

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France

Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France C. Piquet 1 Les ressources, l économie et les perspectives de la construction bois en France Christian Piquet France Bois

Plus en détail

Evolution Chiffres Tendances. L essentiel. sur. le logement. ogement Habitat. en Alsace

Evolution Chiffres Tendances. L essentiel. sur. le logement. ogement Habitat. en Alsace Evolution Chiffres Tendances L essentiel sur ogement Habitat le logement en Le parc de Logement En, la croissance du parc résidentiel est toujours forte La croissance du parc résidentiel est deux fois

Plus en détail

BUREAU DE LA FORMATION

BUREAU DE LA FORMATION Direction générale de la Compétitivité, de l Industrie et des Services SERVICE DE LA COMPETITIVITE ET DU DEVELOPPEMENT DES PME SOUS DIRECTION DES CHAMBRE CONSULAIRES BUREAU DE LA FORMATION BILAN DE L ACTIVITE

Plus en détail

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 68 Septembre 2009 Indices des prix des travaux d entretien-amélioration de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT

Plus en détail

Construction de logements

Construction de logements COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 640 Mai 2015 Construction de logements Résultats à fin avril 2015 (France entière) OBSERVATION ET STATISTIQueS logement - CONSTRuCTION Rappel À compter des

Plus en détail

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX

LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX LA CRÉATION DE LOGEMENTS PAR CHANGEMENT DE DESTINATION DE LOCAUX Au sein de la construction neuve, la création de issus d'un changement de destination de locaux a progressé régulièrement entre 199 et 25

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS)

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) Avril ANIL 2001 HABITAT ACTUALITE ETUDE Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) PRET A 0 % : UN BILAN APRES CINQ ANS D EXISTENCE MARIELLE THOMAS,

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 584 Novembre 214 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Troisième trimestre 214 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE La puissance du parc éolien français s

Plus en détail

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04

1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 7 janvier 2013 Sommaire Que s est-il passé au 1 er semestre 2013? 1. Apocalypse : No! Baisse modérée des prix de l immobilier et nombre de ventes en hausse 04 2. Tableaux synthétiques 08 3. France 14

Plus en détail

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI)

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Août 2013 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Effectifs et masse salariale prévisionnels de l activité

Plus en détail

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT

>>> PARTIE 4 : PÉRIURBANISATION ET CONSOMMATION D ESPACES LA CONSOMMATION D ESPACES POUR L HABITAT Les lois du Grenelle de l environnement réaffirment l exigence de lutter contre la régression des surfaces agricoles et naturelles. À cette fin, elles renforcent le rôle des documents d urbanisme, notamment

Plus en détail

Les vacances des jeunes de 20 à 24 ans

Les vacances des jeunes de 20 à 24 ans Les vacances des jeunes de 20 à 24 ans Caractéristiques et contexte socio-économique En 2004, les jeunes de 20 à 24 ans sont partis moins souvent en vacances que le reste de la population. Ceux qui peuvent

Plus en détail

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1

Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 Communauté locale des Grands-Monts (C-14) Ville de Sherbrooke Ce que les chiffres nous disent 1 INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Démographie La communauté locale des Grands-Monts était composée

Plus en détail

Enquête sur la Commercialisation des Logements Neufs ECLN

Enquête sur la Commercialisation des Logements Neufs ECLN janvier 2014 Enquête sur la Commercialisation des Logements Neufs ECLN Objet Contribuer à la connaissance objective des marchés immobiliers du logement neuf : suivre la commercialisation des programmes

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Enquête Constructeurs Bois en région Rhône-Alpes - 2009 COMPTE-RENDU. Contexte. Objectif. Conditions de l enquête

Enquête Constructeurs Bois en région Rhône-Alpes - 2009 COMPTE-RENDU. Contexte. Objectif. Conditions de l enquête Enquête Constructeurs Bois en région Rhône-Alpes - 2009 COMPTE-RENDU Rédaction FIBRA - Mai 2011 Contexte La construction bois et plus particulièrement la maison bois connaît un véritable essor depuis quelques

Plus en détail

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse

M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique. Synthèse M0Z-Employés et opérateurs de l'informatique Synthèse Les employés et opérateurs de l informatique sont chargés des manipulations sur ordinateurs et leurs périphériques, ou de l information des utilisateurs.

Plus en détail

Les flux démographiques et le profil des nouveaux habitants

Les flux démographiques et le profil des nouveaux habitants Les flux démographiques et le profil des nouveaux habitants SARL GECE 1 rue du Louis d Or 35000 RENNES Tel : 02 23 30 77 32 / 06 74 30 79 71 contact@gece.fr SIRET : 51525860600018 APE : 7022Z Juin 2012

Plus en détail

Regards croisés Lyon-Marseille

Regards croisés Lyon-Marseille JEUDI 28 MAI 2015 Regards croisés Lyon-Marseille Deux territoires face aux tendances récentes REGARDS CROISÉS LYON-MARSEILLE Démographie Zoom sur les dynamiques démographiques des métropoles. Habitat Les

Plus en détail

Les Salles Art et Essai

Les Salles Art et Essai Les Salles Art et Essai octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue de Lübeck 75784 Paris cedex 16 Tél : 01.44.34.38.26 Fax : 01.44.34.34.55

Plus en détail

La part des constructions en zone rurale toujours en baisse

La part des constructions en zone rurale toujours en baisse COMMISSARIAT Général au développement durable n 685 Octobre 2015 Le prix à bâtir OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION En 2014, 93 % des ménages ayant reçu l autorisation de construire une

Plus en détail

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 OBSERVATOIRE DE L HABITAT 10 ANS DE TRANSACTIONS : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 Dans le cadre de l Observatoire de l Habitat du Pays d Aix, l AUPA a effectué une analyse des

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Conseil de développement du 17/10/2011

Conseil de développement du 17/10/2011 Conseil de développement du 17/10/2011 Vous présenter : Le Portrait de l aire urbaine d Orléans Actualisation du portrait réalisé en 2002 Analyse du territoire à travers 5 thèmes (déplacement, démographie,

Plus en détail

Etude sur l accession sociale à la propriété dans le. département de l Oise, dans les communes et les. intercommunalités PORTRAITS DE TERRITOIRE

Etude sur l accession sociale à la propriété dans le. département de l Oise, dans les communes et les. intercommunalités PORTRAITS DE TERRITOIRE Etude sur l accession sociale à la propriété dans le département de l Oise, dans les communes et les intercommunalités PORTRAITS DE TERRITOIRE Accession sociale à la propriété en 2009 Portraits de Territoire

Plus en détail

Le prix des terrains à bâtir en Languedoc-Roussillon en 2009

Le prix des terrains à bâtir en Languedoc-Roussillon en 2009 n 23 septembre Le prix des terrains à bâtir en en En, 7 427 permis de construire ont été délivrés à des particuliers en vue de la construction d une maison individuelle neuve en *, soit 16 % de qu'en 2008.

Plus en détail

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine

Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Panorama de la filière Réparation de machines agricoles en Aquitaine Contact : Fabien LALLEMENT - 05 57 14 27 13 Avril 2012 Sommaire 1. Périmètre de l analyse... Page 1 2. Définition des termes utilisés...

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

LES MENAGES ACTIFS DE LA ZONE D EMPLOI DU GENEVOIS FRANÇAIS FACE AU TRAVAIL FRONTALIER

LES MENAGES ACTIFS DE LA ZONE D EMPLOI DU GENEVOIS FRANÇAIS FACE AU TRAVAIL FRONTALIER LES MENAGES ACTIFS DE LA ZONE D EMPLOI DU GENEVOIS FRANÇAIS FACE AU TRAVAIL FRONTALIER Dans la zone d emploi du Genevois français, un «ménage actif» sur deux est concerné par le travail frontalier. Les

Plus en détail

Le prix des terrains à bâtir en 2006 en région Nord Pas-de-Calais

Le prix des terrains à bâtir en 2006 en région Nord Pas-de-Calais Cellule Applications Statistiques Mai 2008 Le prix des terrains à bâtir en 2006 en région Nord Pas-de-Calais En 2006, 7 438 permis de construire ont été délivrés à des particuliers pour des maisons individuelles

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire L Economie Sociale et Solidaire en - Chiffres clés - octobre 2014 Champ : Le périmètre de l économie sociale a été défini conjointement en mars 2008 par la délégation interministérielle à l innovation

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne

Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Éléments de diagnostic sur la pauvreté et l inclusion sociale en Champagne-Ardenne Laurence Bloch Directrice Régionale, Insee Champagne-Ardenne La pauvreté : mieux la comprendre pour mieux agir Le prix

Plus en détail

Immobilier de bureaux

Immobilier de bureaux Immobilier de bureaux Observatoire Nantais de l Immobilier Tertiaire L année en chiffres Nantes Métropole AURAN Édito 5 ans déjà! En 2009, le CINA décidait d organiser la collecte des transactions du marché

Plus en détail

Les marchés immobiliers

Les marchés immobiliers Éditorial de Me FEUILLETTE Frédérick Les marchés immobiliers Président de la Chambre interdépartementale des notaires des, des et des Pyrénées-Atlantiques Aborder l évolution du marché immobilier est un

Plus en détail

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV)

Liste des variables Fichier MENAGE Enquête Participation culturelle & sportive de mai 2003 (EPCV) Liste des s Fichier MENAGE Enquête "Participation culturelle & sportive" de mai 2003 (EPCV) Index des s : AGEDPR : Age de la personne de référence (8 modalités)... 3 AGEPR : Age de la personne de référence...

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux

ANIL HABITAT ACTUALITE. Les logements en copropriété. Mai. Jean Bosvieux Mai ANIL 2010 HABITAT ACTUALITE Les logements en copropriété Jean Bosvieux L enquête logement de l INSEE ne s intéresse pas aux copropriétés en tant qu unités statistiques ; cependant, elle repère et décrit

Plus en détail

Les propriétaires bailleurs personnes physiques

Les propriétaires bailleurs personnes physiques Les propriétaires bailleurs personnes physiques Nb de logements locatifs détenus par des personnes physiques en hausse depuis la fin des années 1990. Entre 1988 et 1996, ce parc, qui comprend des logements

Plus en détail

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président

Baromètre de l IMMO. Le mot du Président Bretagne Juillet 2015 peinent toujours. Le recours à un notaire est incontournable dans une vente immobilière. Il conseille, rédige, authentifie et conserve les actes de vente. C est pourquoi, les notaires

Plus en détail

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.

Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales. REALISATIONS 2013... p.6. PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p. 2 Sommaire Les dépenses de Bâtiment et des Travaux Publics des collectivités territoriales REALISATIONS 2013... p.6 PREVISIONS BUDGETAIRES 2014... p.10 TAUX DE REALISATION AVANCE & ESTIMATION DES TRAVAUX...

Plus en détail

Le contexte économique général

Le contexte économique général Le contexte économique général Les signaux positifs relevés au cours du 2 nd semestre 2013 se sont confirmés mais la reprise s avère timide. En France, au 1 er semestre 2014, le contexte économique est

Plus en détail

Le service d assainissement en France : principales données 2008

Le service d assainissement en France : principales données 2008 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 210 Avril 2011 Le service d assainissement en France : principales données 2008 OBSERVATION ET STATISTIQUES ENVIRONNEMENT La quatrième enquête sur les services

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L HABITAT

OBSERVATOIRE DE L HABITAT OBSERVATOIRE DE L HABITAT MARCHÉS IMMOBILIERS EN PAYS D AIX (2011-2013) Dans la continuité de la dernière publication «10 ans de transactions immobilières en Pays d Aix» (janvier 2015), l Observatoire

Plus en détail

pour l économie du Languedoc-Roussillon

pour l économie du Languedoc-Roussillon pour l économie du Languedoc-Roussillon RECENSEMENT DE LA POPULATION 2006 N 4 - Juillet 2009 Le Languedoc-Roussillon : la région où le nombre de logements a le plus augmenté Mireille LEFEBVRE - Insee Le

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013

RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 RAPPORT D ACTIVITÉ 2013 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 I. PRESENTATION DU FAFCEA... 3 II. L ACTIVITE EN 2013... 5 FORMATION... 6 1) LE BUDGET DU FAFCEA... 6 Les dépenses de formation par secteur en 2013... 8 A.

Plus en détail

Enquête qualitative Dispositif Congé Individuel de Formation 2009

Enquête qualitative Dispositif Congé Individuel de Formation 2009 Enquête qualitative Dispositif Congé Individuel de Formation 29 RÉSULTATS CONSOLIDÉS Novembre 21 Synthèse... pages 1 à 11 Tous OPA CDI + intérimaires... pages 12 à 17 CDD + intermittents... pages 18 à

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie De Nailloux Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités domicile-travail

Plus en détail

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE

REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE REDEVANCE POUR CREATION DE BUREAUX EN ILE-DE-FRANCE L article 31 de la loi de finances du 29 décembre 2010 a aménagé la redevance pour création de bureaux et de locaux de recherche en région d Ile-de-France.

Plus en détail

Rendez-vous du CETE Lundi 24 septembre 2012

Rendez-vous du CETE Lundi 24 septembre 2012 Eléments de connaissance sur les copropriétés présentant des facteurs de fragilité Rendez-vous du CETE Lundi 24 septembre 2012 Catherine Cousaert Olivier Dussart Ludovic Rosiers CETE RDT DUHF Eléments

Plus en détail

Phase 1: Elaboration du diagnostic

Phase 1: Elaboration du diagnostic Élaboration du SCOT du Pays Santerre Haute Somme Phase 1: Elaboration du diagnostic Fiche N 3: Economie et commerce 1. Les grandes caractéristiques socio-économiques de la population La population active

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013

ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS PROMOTION 2013 ENQUÊTE JEUNES DIPLÔMÉS 2014 PROMOTION 2013 SYNTHÈSE DES RÉSULTATS L enquête Jeunes Diplômés 2014 sur la promotion 2013 a été réalisée conjointement par des chercheurs

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010

338 465 créations d entreprises au premier semestre 2010 LA CRÉATION D ENTREPRISES EN FRANCE AU PREMIER SEMESTRE 2010 338 465 créations d entreprises au premier Un nombre record de créations d entreprises a été enregistré en France durant le premier avec 338

Plus en détail

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus

Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement plus ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Revenu fiscal des Ménages dans les métropolitains Les risques A RETENIR Le revenu fiscal moyen des ménages rapporté à l unité de consommation (UC) est légèrement

Plus en détail

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd

MSI ÉTUDE. Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : MSI Reports Ltd ÉTUDE CONSTRUCTION DE LOGEMENTS EN FRANCE : PRINCIPAUX INDICATEURS Février 2010 Données et analyse brève mise-à-disposition de sa clientèle par : Reports Ltd 231 avenue Jean Jaurès 2 Hilliards Court 69007

Plus en détail

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : Le parc des immeubles en copropriété : un échantillon

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales

Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Effectifs salariés de la Plasturgie : Données sociales Année 2014 SOMMAIRE ❶ Type d emploi :...3 ❷ Pyramide des âges :...4 ❸ Conditions d emploi :...5 ❹ Les emplois par catégorie socioprofessionnelle :...6

Plus en détail