Téléphonie mobile et santé

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Téléphonie mobile et santé"

Transcription

1 Téléphonie mobile et santé APCVEB La connaissance s accroît quand elle est partagée Colloque COPRAE 30 octobre

2 Préambule Un environnement permanent Sources naturelles Sources artificielles Interrogation sur la réalité des risques Focalisation sur la téléphonie mobile Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

3 Téléphonie mobile en France Phénomène de société incontournable En juin ,113 millions d abonnés soit 113.7% de pénétration 85% des français de 12 ans et plus Utilisation moyenne SMS/MMS environ 223 par mois et par abonné Voix 150 mn par mois et par abonné Equipement chez les plus jeunes (chiffres 2010) Tranche d âge France 6 à 10 ans Plus de 7% 11 à 14 ans 71% 15 à 17 ans 95% Niveau d équipement au 1 er octobre 2013 (source ANFR) sites autorisées (GSM-UMTS-4G) sites GSM 900/ sites UMTS Croissance rapide pour la 4G Colloque COPRAE 30 octobre

4 La probléma3que qui se pose Colloque COPRAE 30 octobre

5 Survol du contenu Aspects techniques Règlementation Effets sur la santé, risques biologiques Eléments pour une réflexion citoyenne Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

6 Par3e 1: Aspects techniques Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

7 Deux grandeurs fondamentales Champ électrique Produit par une différence de potentiel (ddp) entre deux points Plus la ddp est élevée plus le champ électrique est élevé Il existe même s il n y a pas circulation de courant Il s exprime en volt par mètre (V/m) Champ magnétique, induction magnétique Apparaissent que lorsque du courant circule Plus l intensité du courant est élevée plus ils sont élevés Le champ magnétique s exprime en ampère par mètre (A/m) L induction magnétique s exprime en Tesla (T). Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

8 Qu est ce qu un champ électromagné3que? Un champ électromagnétique est l association/couplage d un champ électrique et d un champ magnétique qui varient dans le temps et se propagent dans l espace. Caractérisé principalement par la longueur d onde, par la fréquence, par l amplitude de ses composantes, par la puissance rayonnée. La fréquence correspond au nombre de cycles par seconde. Elle est exprimée en Hertz (Hz). La longueur d onde correspond à la distance parcourue par la lumière en un cycle. Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

9 Notre environnement électromagné3que (1) Nous baignons en permanence dans des champs électromagnétiques Sources naturelles: Champs magnétique et électrique terrestres: orages, rayons ultraviolet Rayonnement stellaire (30 MHz-30 GHz): 2,5 fw/m² dans la bande GSM (1µV/m) La lumière du soleil: 1 pw/m² dans la bande GSM (20 µv/m) Rayonnement dit «bande large» c est-à-dire réparti sur une grande plage de fréquence Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

10 Notre environnement électromagné3que (2) Sources naturelles terrestres et extra terrestres Note: Rayonnement corps noir d une personne dans la bande radiofréquences est d environ 3mW/m² soit 1,8 V/m. Il s agit de bande large Colloque COPRAE 30 octobre

11 Notre environnement électromagné3que (3) Sources artificielles - Emetteurs intentionnels : - radio, télévision, radar, jouet télécommandé, portique magnétique, télécommande TV, WI-FI, téléphonie sans fil, RFID, Bluetooth - Appareillage électrique : - écran d ordinateur, plaque à induction, rasoir électrique, sèchecheveux, appareils électroménagers - Équipements industriels : - métro, ligne haute tension, caténaire de train. Rayonnement bande étroite et/ou bande large c est-à-dire concentré sur 1 ou plusieurs fréquences Colloque COPRAE 30 octobre

12 Notre quo3dien (1) Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

13 Notre quo3dien (2) Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

14 Antennes relais téléphonie mobile Le champ, au sol, est maximum à quelques centaines de mètres Variation en raison inverse de la distance Périmètre de sécurité: quelques mètres autour de l antenne Effet «parapluie»: en dessous du faisceau principal le champ est plus faible La proximité n est pas synonyme d exposition maximum Colloque COPRAE 30 octobre

15 Champ électrique au sol Selon ANFR pour un émetteur GSM 900 de 20W, une hauteur d antenne de 30 m, un gain d antenne de 15,5dBi (35) une inclinaison de 2,5 vers le bas Colloque COPRAE 30 octobre

16 Le réseau cellulaire Figure cf Jean Olivier - Chaque antenne relais couvre une zone géographique (cellule) définie - Les cellules sont des zones élémentaires de couverture téléphonique qui s'interpénètrent et permettent de couvrir le territoire à desservir. - L usager change d antenne relais lorsqu il se déplace - La taille des cellules varie suivant la zone desservie : espace rural, espace urbain, bâtiment (macro, micro, pico). Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

17 Architecture du réseau Antenne relais est émettrice /réceptrice vers les portables euxmêmes récepteurs/émetteurs Antennes relais doivent être compatibles entre elles c.à.d Ne pas être brouillées Ne pas brouiller L ensemble est interactif: une modification locale peut avoir des conséquences sur le fonctionnement de l ensemble Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

18 Par3e 2: Réglementa3on Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

19 Qui règlemente? Niveau de l Union Européenne Directives, recommandations Directive du 9 mars 1997 Recommandation du 12 juillet 1997 Niveau national Lois, décrets, arrêtés Décret du 3 mai 2002 n et arrêté du 8 octobre 2003 Niveau local Pas de compétences pour les niveaux Peut être pour les risques sanitaires? Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

20 Décret du 3 mai 2002 Transposition dans le droit français de la recommandation européenne 1999/519/CE du 12 juillet 1999 Texte national qui réglemente le niveau maximal des champs (E,B) auxquels le public est exposé le Débit d Absorption Spécifique (DAS) maximum: 0,08W/kg pour l ensemble du corps, 2W/kg localisé à la tête et au tronc, 4W/kg localisé aux membres. la densité de courant, les courants de contact et les courants induits dans le corps Note: le DAS est le «débit» avec lequel l'énergie produite, par le mobile, est absorbée par une quantité de masse de tissu du corps. L évaluation est faite pour 10 g de tissu contigu Le DAS s exprime en Watts par kilogramme (W/kg).. Depuis le 15 avril 2011, c est une information obligatoire pour les téléphones portables. Effet thermique avéré pour DAS=4W/kg pendant 30 minutes. Augmentation de 1 à 2 C Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

21 Processus d élabora3on Fréquence Grandeur physique Prévention de 0-1Hz Densité de courant J(A/m²) Système cardiovasculaire Système nerveux central 1Hz-10MHz Densité de courant j Système nerveux central 100kHz-10GHz 0,1MHz-10MHz 10MHz-30GHz DAS (W/kg) Densité de courant J Densité de puissance S (W/ m²) Stress thermique généralisé et localisé Echauffement tissus superficiels Restrictions de base: Effets avérés sur la santé Considérations biologiques Spécifiées en grandeurs physiques Déterminent les niveaux maximum d exposition (population généraletravailleurs) Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

22 Limites d exposi3on Population générale (en marron): Induction: GSM 900 0,14µT; GSM ,19µT; UMTS 0,2µT Champ électrique: GSM V/m; GSM V/m; UMTS 61 V/m Colloque COPRAE 30 octobre

23 Et en Europe? Pour la téléphonie mobile France: 41 à 61 V/m Italie 20 V/m Pologne 6,14 V/m Suisse 4 à 6 V/m Luxembourg 3 V/m Lichtenstein 0,6 v/m en 2012 Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

24 Par3e 3: Effets sur la santé, risques biologiques Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

25 Etudes et expérimenta3on In vitro Difficilement extrapolables à l homme Conditions expérimentation reproductibles In vivo Echantillonnage restreint Ethique Epidémiologiques Théoriquement les plus adaptées Problème des biais Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

26 Des incer3tudes méthodologiques (1) A propos des études épidémiologiques Difficultés d établir un lien de causalité pour les maladies à émergence lente (tumeurs) Population ayant utilisé le portable depuis plus de 10 ans est faible Sur une longue période, quasi impossibilité de s affranchir de biais hors du champ de l étude; par exemple les paramètres environnementaux Lacunes relatives à la caractérisation de l exposition des personnes Dose cumulée Pas d études étayées 10 V/m pendant 10 h produisent ils les mêmes effets que 1 V/m pendant 100h? La dose n est pas forcément le poison Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

27 Des incer3tudes méthodologiques (2) Influence de la bande de fréquence (contenu spectral) Peu ou pas d études Protocoles des essais pas standardisés/unifiés/reconnus souvent mis en cause base de l argumentation pour la critique des résultats Esprit de «chapelle» Difficulté de se faire une opinion raisonnée Colloque COPRAE 30 octobre

28 Interac3ons avec les 3ssus biologiques Le vivant est «électrique» et peut se caractériser -mais non se simplifier- en termes de Résistance, conductivité, permittivité, perméabilité comportement ferro-para-dia/magnétique «équivalence» avec des circuits électriques résonnants, non linéaires, détecteurs d enveloppe.. Champ électrique, champ magnétique, différence de potentiel, courant de circulation Le tissu vivant est soumis aux lois de la physique Forces de Lorentz, courants de Foucault, absorption diélectrique, effet Hall etc. Interactions avec le champ EM réponses biologiques Effet thermique avéré (pour un DAS>4W/kg Déplacement des charges libres (comme les ions) Orientation des molécules polarisées (acides aminés) Colloque COPRAE 30 octobre

29 Effets sur les personnes (1) Il existe de très nombreuses études depuis 1990 Symptômes les plus fréquemment signalés Céphalées Troubles auditifs, de la vue, du sommeil, de l attention Nausées et vertiges Cas des Electro Hyper Sensibles (EHS) En Suède c est considéré comme un handicap fonctionnel En Angleterre c est considéré comme une maladie En France ce n est pas reconnu Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

30 Effets sur les personnes (2) Cas des électro hypersensibles (EHS) Perception par les sujets de symptômes fonctionnels/cliniques Pour l OMS, pathologie handicapante mais sans qu un lien de causalité soit établi avec l exposition aux ondes EM Variabilité des symptômes d une personne à l autre Symptômes dermatologiques: rougeurs-picotements-sensations de brûlures.. Symptômes neurasthéniques et végétatifs: fatigue-pertes de l attentionétourdissements-nausées-palpitations cardiaques-troubles digestifs. EHS induit un comportement sociétal très marqué: changement de mode de vie par évitement, isolement L harmonisation des méthodes d études des symptômes laisse espérer un meilleur diagnostic( rapport 2013 de l ANSES) Colloque COPRAE 30 octobre

31 Effets sur les personnes (3) Deux thèses s affrontent Il n y a aucun effet avéré pour la santé aux niveaux définis par la norme. Il existe des études tendant à prouver qu il peut y avoir des effets pour des niveaux inférieurs à ceux de la norme comme: Altération de la mémoire et de l attention chez les enfants Modification de la barrière sang/cerveau Affaiblissement de l activité du système nerveux Développement de tumeurs etc.. Colloque COPRAE 30 octobre

32 Une longue marche est commencée! Colloque COPRAE 30 octobre

33 Etude Interphone (1) A ce jour la plus accomplie des études épidémiologiques Menée dans 13 pays (8 pays de l UE); chacun menant une étude dans son pays Méta étude Etude de causalité entre facteur de risque (le portable) et l effet sanitaire Interrogation des utilisateurs sur leur utilisation du téléphone mobile avec un risque de biais car basée sur la mémoire. Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

34 Etude Interphone (2) Analyse portant sur 6600 personnes: 2700 gliomes (tumeur du tissu cérébral) 2400 méningiomes (tumeur des méninges) 1100 neurinomes (tumeur du nerf acoustique) 400 tumeurs de la glande carotide Population de 30 à 59 ans Aucune étude menée sur les riverains des antennes relais Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

35 Etude Interphone (3) Principaux résultats Publiés par le CIRC en octobre 2008 et International Journal of Epidemiology le 18 mai 2010 Gliome Méningiomes Neurinomes Tumeur glande parotide Effet possible Incertitude Incertitude Pas d effet pour les «gros?» consommateurs (plus de 260H sur 46 mois soit 11 minutes par jour!) La mise en commun des données scandinaves et anglaises mettrait en évidence un risque de gliome significativement accru coté utilisation portable Il existe des biais sur l ensemble de l étude Principe de précaution serait justifié Colloque COPRAE 30 octobre

36 BIOINITIATIVE (1) Rapport international récapitulatif de 1500 études Participation de scientifiques américains, européen et chinois (Bio initiative working group) Domaine d étude: très basses fréquences (secteur 50 Hz) et hautes fréquences (GSM 900 et 1800, UMTS, WI-FI, WI- MAX,DECT ) Divisé en domaines d étude Rédaction des conclusions de chaque étude sous la seule responsabilité de leurs auteurs Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

37 BIOINITIATIVE (2) Passage en revue exhaustif des effets possibles Génétique-Génotoxicité (altération irréversible de l ADN)- Fonctions immunitaires-tumeurs du cerveau-cancer- Production de mélatonine(rythmes chrono biologiques)- Echanges cellulaires l Ces travaux sont considérés (pas par tous) comme base scientifique prouvant que les ondes électromagnétiques ont des conséquences importante sur la santé Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

38 BIOINITIATIVE (3) Conclusions qui se dégagent Utilisation du portable (*) effets caractérisés Exposition long terme antennes relais pas de certitude mais Les niveaux actuels d exposition sont trop élevés aussi bien en TBF qu en THF Préconise en HF 0,1 µw/cm² (1mW/m²) soit 0,6 V/m Appliquer le principe de précaution (*) le risque est augmenté lorsque le portable est toujours utilisé d un seul coté Colloque COPRAE 30 octobre

39 Rapport AFSSET- octobre 2009 (1) Agence Française de Sécurité Sanitaire de l Environnement et du Travail devenue Agence Nationale de Sécurité Sanitaire ANSES par décret du 28 juin 2010 Balayage par un groupe de travail de près de 3500 études Audition d experts Constate que la moitié des études conclut à la nocivité et que l autre moitié dit le contraire (c est du classique!) 11% des études dont la méthodologie est jugée rigoureuse mettent en évidence un effet biologique Admet l existence d effets des radio fréquences sur les fonctions cellulaires Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

40 Rapport AFSSET- octobre 2009 (2) Un tournant important Recommande de réduire les expositions Recommande de mener des études épidémiologiques sur les antennes relais Recommande de cartographier les zones ou les intensités sont les plus fortes Préconise une mutualisation des antennes entre opérateurs Cependant ne fixe pas les seuils de dangerosité Ouverture sur une mise en place du principe de précaution Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

41 Rapport ANSES- octobre 2013 Analyse et surveillance par 16 experts indépendants des travaux menés entre le avril 2009 et décembre Confirme et actualise les conclusions et recommandations du rapport précédent. Pointe des effets biologiques mais pas d effets sanitaires avérés qui en résulteraient réversibilité des effets EHS mérite une attention particulière et sera approfondie dès fin Recommande de maitriser l exposition générale aux antennes relais. Souhaite l élaboration d un guide méthodologique pour les études expérimentales. Mise en place d un dispositif global d expertise, de veille scientifique, d évaluation des risques et ce relativement aux effets sanitaires potentiels. Colloque COPRAE 30 octobre

42 Synthé3quement Long cheminement allant du déni total à la reconnaissance d un risque émergent BIOINITIATIVE INTERPHONE AFFSET/ANSES Principe de précaution Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

43 Principe de précau3on - c est quoi? Article 5 de la charte de l environnement Absence de certitudes scientifiques Nécessité d évaluer les risques Adoption de mesures provisoires et adaptées Notion anglo-saxonne Principe ALARA: As Low As Reasonably Achievable c.à.d. aussi bas qu il est raisonnablement possible Principe ALATA Aussi bas qu il est techniquement possible Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

44 Les commandements du portable Recommandations de bon sens et efficaces Choisir un portable avec un DAS faible (mention obligatoire sur l appareil depuis le 15 avril 2011) Privilégier l oreillette ou un kit mains libres (ou mettre le portable?) Eloigner le téléphone juste après la numérotation Eviter de téléphoner d un véhicule en mouvement (voiture, train, bus.) Conducteur ne jamais utiliser en voiture (c est la loi) Ne pas l utiliser dans de mauvaises conditions de réception (nb de barres <3) Limiter le temps de communication (sans doute le plus dur!) Eviter de porter le téléphone allumé sur le cœur, à la ceinture Eteindre son portable lorsque non nécessaire (il émet en permanence) Eduquer les enfants à un usage modéré (là aussi ce sera dur!) Tous les experts recommandent de limiter l usage du portable par les enfants Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

45 Pour résumer - Que retenir? (1) Oui/peut être Idéalement 0,6 V/m Au maximum 3 V/m Antennes relais Y a-t-il un risque pour la santé? Appliquer le principe de précaution Exposition maximum souhaitable Ca reste à confirmer/consolider A titre conservatoire (1) Quelles sont les sources? Exposition permanente Niveaux mesurés inférieurs à la norme (2) 8 à 10 V/m c est exceptionnel mais trop Téléphone mobile Téléphone fixe DECT Exposition intermittente Localement, niveaux pouvant être > norme Exposition intermittente Localement, niveaux supérieurs à la norme (1) Seuil susceptibilité dans directive 2004/108/CE (2) 41 à 61 V/m pour la téléphonie mobile Colloque COPRAE 30 octobre

46 Pour résumer - Que retenir? (2) Pour les enfants? Idéalement E < 0,6 V/m Usage très occasionnel jusqu à 14 ans Interdiction pour moins de 12 ans Limiter drastiquement la durée d utilisation Privilégier l utilisation du SMS Et dans la pratique? Choix du téléphone mobile sur la base du plus petit DAS Téléphone fixe, éviter le DECT Wi-Fi être à plus de 2 m Antenne relais, être à plus de 300 m Limiter la durée des communications Appliquer les règles de base (voir planche précédente) Colloque COPRAE 30 octobre

47 Par3e 4: Eléments pour une réflexion citoyenne C est au citoyen de définir ce qu il souhaite. Colloque COPRAE 30 octobre

48 Rappel de la probléma3que qui se pose Colloque COPRAE 30 octobre

49 Cadre juridique Situation confuse sur les niveaux décisionnels puis Arrêt du Conseil d état du 26 octobre 2011 qui stipule: Implantation des antennes est une compétence exclusive des autorités de l état (ministre, ARCEP, ANFR) Maire ne peut réglementer l implantation sur le fondement de son pouvoir de police générale Le principe de précaution ne permet pas à une autorité publique d excéder son champ de compétence (c est assassin!) Quelle réponse citoyenne? Colloque COPRAE 30 octobre

50 Des acteurs Colloque COPRAE 30 octobre

51 La concerta3on Colloque COPRAE 30 octobre

52 Rôle du citoyen Colloque COPRAE 30 octobre

53 Merci de votre écoute JP Granger octobre 2013 Association de Protection du Cadre de Vie et de l Environnement Balmanais, COPRAE Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

54 ANNEXE Vrac aspects techniques et autres Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

55 Effets biologiques des radiofréquences Très nombreuses études depuis 1990 portant sur: (La liste est non exhaustive) Échauffement des tissus Développement de tumeurs Système nerveux Neurotransmission et glie (1) Thermorégulation Barrière hémato encéphalique Réponse au stress et hormones Electrophysiologie Comportement: dépression, anxiété Troubles de développement, de la mémoire Céphalées, troubles auditifs (1) la glie est l ensemble des cellules gliales qui forment l environnement des neurones Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

56 Cadre étude ANSES 2013 Colloque COPRAE 30 octobre

57 Etudes impar3ales? Controverses permanentes, doutes sur l indépendance des experts, méthodologies critiquées, climat passionnel type acte de foi. Climat général peu propice à la sérénité nécessaire sur un tel sujet L absence de preuves d un effet nocif ne suffit pas aux sociétés modernes. Ce que l on exige.c est davantage la preuve de son absence. Barnabas Kunsch En 2009, selon Michèle Rivasi du CRIIREM «Sur l ensemble des études, on a remarqué que celles financées par les opérateurs montraient toutes qu il n y avait aucun effet, ou que les effets étaient neutres. Les études cofinancées par opérateurs et recherche publique montraient qu il y avait 25% d études qui montraient qu il y avait un effet. Et les études cofinancées par le public et des financements indépendants (des opérateurs) montraient qu il y avait au moins 40% d effets. D où un doute très fort» Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

58 Niveau d exposi3on de la popula3on (1) Ce qui suit résulte d une analyse personnelle donc discutable Provisoirement et en attente de résultats d études plus approfondies, mieux cernées et incontestables. Portables Dans la bande 100kHz-10GHz Effet thermique avéré pour DAS > 4W/kg pendant 30 Echauffement proportionnel au temps Diminution du DAS: Niveau <0,5 W/kg tête et tronc avec 0,1 W/kg comme objectif Niveau <1 W/kg pour les membres Pour l ensemble du corps, à calculer pour assurer la cohérence entre niveau champ électrique admis et caractéristiques «électriques» des différentes parties du corps Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

59 Niveau d exposi3on de la popula3on (2) Antennes relais Norme susceptibilité appareillages électroniques est < 3 V/m Majorité de la population subit < 2V/m Application du principe ALATA Diminution de la limite à 2 V/m Limitation à 0,6 V/m possible par: Diminution de la puissance d émission Multiplication des antennes donc taille des cellules plus faible, mais complexification de la gestion voire disfonctionnements techniques Formatage des faisceaux d antennes Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

60 Base de proposi3ons Les écoles et lieux publics Assurer un niveau <0.6 V/m Eloigner les antennes à plus de 300 m ou diminuer la puissance Organiser-développer la transparence Elaborer une charte communale complétant le Guide des relations entre opérateurs et communes signé en décembre 2007 entre l Association des Maires de France et les trois opérateurs Quelques pistes: légiférer les lieux d implantation via le PLU, mettre à disposition une information complète sur les implantations c.à.d plan de fréquences, diagramme de rayonnement.. C est au citoyen de définir ce qu il souhaite. Colloque COPRAE 30 octobre

61 Point par3culier sur la Wi- Fi Wi Fi Europe de 2,412 GHz à 2,472 GHz Répartition en 14 canaux Puissance Isotrope Rayonnée Equivalente (PIRE) 100mW maximum, 10mW pour les canaux 8 à 13 Norme B/11G la plus répandue (ordinateurs portables) jusqu à PIRE=30mW Emission maximum lors des échanges Pour PIRE=30mW (15 dbm) E inférieur à 1V/m pour une distance supérieure à 1m E inférieur à 0,6V/m pour une distance supérieure à 1,6m Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

62 Colloque COPRAE 30 octobre

63 Colloque COPRAE 30 octobre

64 Colloque COPRAE 30 octobre

65 Colloque COPRAE 30 octobre

66 Taux de pénétration régional (juin 2013) Colloque COPRAE 30 octobre

67 Année 2006 Colloque COPRAE 30 octobre

68 Source INRS Réunion publique 9 février 2010 Colloque COPRAE 30 octobre

69 Relevé des niveaux de champ rayonné Note: figure basée sur résultats de mesures Colloque COPRAE 30 octobre

70 Condi3ons minimales de récep3on (typiques) Colloque COPRAE 30 octobre

71 Bien choisir la distance - Hypothèses choisies: P=20W, G=15,5dBi=35,5 (valeurs typiques), champ libre - A quelle distance minimum de l antenne faut il être afin de ne pas être exposé à un champ électrique supérieur à 0,6 V/m? - Sur l axe verrcal, à parrr de la valeur 0,6 tracer une parallèle à l axe horizontal - Au point de rencontre avec la courbe tracer une parallèle à l axe verrcal puis lire la distance minimum, en l occurrence 240m Colloque COPRAE 30 octobre

72 Exemple fiche mesure (1) Colloque COPRAE 30 octobre

73 Exemple fiche de mesure (2) Colloque COPRAE 30 octobre

74 Occupation spectrale téléphonie mobile Mobile vers station Station vers mobile GSM MHz MHz GSM MHz MHz UMTS MHz MHz Colloque COPRAE 30 octobre

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire.

Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. IMEP-LAHC Les fondements de la directive européenne : de la science à la réglementation pour la sécurité sanitaire. Anne Perrin Salon Microwave & RF- CNIT Paris la Défense Session 20 mars 2014 «Expositions

Plus en détail

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ &

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ & TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ & SÉCURITÉ TÉLÉPHONES MOBILES Avec plus de 48 millions d abonnés en France, le téléphone mobile fait partie de notre quotidien. Toutefois, certains d entre nous s inquiètent des

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques Notre corps est électrique et l exposition à certaines ondes électromagnétiques sur certaines fourchettes de fréquences nous pose problème. Les ondes concernées sont : Les basses fréquences autour de 50

Plus en détail

Mon Mobile et Ma santé octobre 2011 58

Mon Mobile et Ma santé octobre 2011 58 Mon mobile et ma santé Octobre 2011 58 Ministère chargé de la Santé, Ministère chargé de l Écologie, Ministère chargé de l Industrie «Aucune preuve scientifique ne permet de démontrer aujourd hui que l

Plus en détail

FICHE 01 TECHNOLOGIE

FICHE 01 TECHNOLOGIE Ministère de la santé et des sports Secrétariat d Etat chargé de l écologie Secrétariat d Etat chargé de la prospective et du développement de l économie numérique FICHE 01 TECHNOLOGIE 1. Téléphones mobiles

Plus en détail

Du bon usage de la téléphonie mobile

Du bon usage de la téléphonie mobile Du bon usage de la téléphonie mobile Sommaire 1. Introduction 3 2. Le téléphone mobile a-t-il un impact sur la santé? 4 3. Antenne et terminaux : le Maroc veille à respecter les normes internationales

Plus en détail

RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL

RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL RISQUES LIES À L UTILISATION DES TELEPHONES PORTABLES AU TRAVAIL Hoareau David Salasca Aurélie Ternisien Loïc Responsables : M. BERNARD et M. ATHUYT UE5 2007 / 2008 Introduction Fin d année 2007 : 50%

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) Modification du 1 er juillet 2009 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 23 décembre 1999 sur la protection contre le

Plus en détail

Etude RFPro Exposition professionnelle

Etude RFPro Exposition professionnelle Société de médecine et santé au travail 20 mars 2009 Etude RFPro Exposition professionnelle A. Massardier-Pilonchéry, M. Hours T. Demallmann, C. Dousson, G. Lafon, M. Gillet, Jc.Gobet, E. Trescol UMRESTTE

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile

Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile Ondes électromagnétiques et réseaux de téléphonie mobile Avril 2010 Recommandations des associations environnementales - IEW, CLAG, Teslabel au Ministre de l Aménagement du Territoire et de l Environnement

Plus en détail

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID

Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Application des normes CEM, Radio et EMF aux équipements non-radio associés à un module radio RFID Directive R&TTE Intégration des modules radio Norme EN50364 : 2010 DAS Directive R&TTE Directive R&TTE

Plus en détail

Analyse de situations standards et extrêmes

Analyse de situations standards et extrêmes c h a p i t r e 6 Analyse de situations standards et extrêmes Les situations standards ont été choisies parmi les sites dont la configuration ne crée pas en général d interrogations dans le public : les

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) Modification du... 2009 Projet du 28.11.2008 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 23 décembre 1999 1 sur la protection

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

Référentiel sur l usage du Wi-Fi en établissement et école Radiofréquences et santé

Référentiel sur l usage du Wi-Fi en établissement et école Radiofréquences et santé Référentiel sur l usage du Wi-Fi en établissement et école Radiofréquences et santé Version 1.0 Mai 2015 Documents de référence Nom Version Date Commentaires Mise à jour de l expertise relative aux radiofréquences

Plus en détail

Process de certification CEM des ASI forte puissance

Process de certification CEM des ASI forte puissance Process de certification CEM des ASI forte puissance Méthodologie appliquée au laboratoire CEM de All content in this presentation is protected 2008 American Power Conversion Corporation Agenda Les produits

Plus en détail

Une gestion dynamique du spectre pour l innovation et la croissance

Une gestion dynamique du spectre pour l innovation et la croissance Une gestion dynamique du spectre pour l innovation et la croissance 12 ème Réunion annuelle FRATEL 30 septembre 1 er octobre 2014 Marrakech, Maroc Mercredi, 1 octobre 2014 Sommaire Rappel de la mission

Plus en détail

Téléphone mobile et risques de cancer

Téléphone mobile et risques de cancer Mesure 3 Mesure 12 Téléphone mobile et risques de cancer L e marché de la téléphonie mobile est en forte évolution au niveau mondial et notamment en France depuis le début des années 90. Selon l ARCEP

Plus en détail

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)?

Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? NOVEMBRE 2013 Que dit l Organisation Mondiale de la Santé (OMS)? Aide-mémoire n 193 de l OMS sur le téléphone mobile, juin 2011 : «Principaux faits : L usage du téléphone portable est généralisé et on

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Code site / Nom site: Adresse du site 35238_032_02 / BASSE DIVISION LA BASSE DIVISION, 35000 RENNES Destination de la parcelle Habitation Bureau Autres

Plus en détail

Exposition des travailleurs aux champs EM. Microwave&RF 2014

Exposition des travailleurs aux champs EM. Microwave&RF 2014 Exposition des travailleurs aux champs EM Pratiques actuelles et perspectives de la directive 2013/35/UE chez TDF Microwave&RF 2014 Les activités du groupe TDF Radiodiffusion TV : TNT, TVHD, TV de rattrapage,

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES POSSIBLES POUR LES HUMAINS Centre International de Recherche contre le Cancer Organisation de la Santé Mondiale COMMUNIQUÉ DE PRESSE N 2 0 8 31 mai 2011 LE CIRC CLASSE LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DE RADIOFREQUENCES COMME CANCÉROGÈNES

Plus en détail

Rapport sur les mesures d exposition aux champs électromagnétiques réalisées à la demande de la Ville de Massy. C. Way, Ville de Massy - Juillet 2012

Rapport sur les mesures d exposition aux champs électromagnétiques réalisées à la demande de la Ville de Massy. C. Way, Ville de Massy - Juillet 2012 Rapport sur les mesures d exposition aux champs électromagnétiques réalisées à la demande de la Ville de Massy C. Way, Ville de Massy - Juillet 2012 Rappel du contexte Plusieurs remontées des habitants

Plus en détail

ORS. Observatoire régional de santé d Ile-de-France. Dorothée Grange, Sabine Host, sous la direction d Isabelle Grémy, directrice de l ORS

ORS. Observatoire régional de santé d Ile-de-France. Dorothée Grange, Sabine Host, sous la direction d Isabelle Grémy, directrice de l ORS ORS Ile-de-France Observatoire régional de santé d Ile-de-France Radiofréquences, santé et société Dorothée Grange, Sabine Host, sous la direction d Isabelle Grémy, directrice de l ORS Les technologies

Plus en détail

D / Implantation d'un réseau WiFi :

D / Implantation d'un réseau WiFi : D / Implantation d'un réseau WiFi : Salle de réunion 10 m PA4 5 m Station fixe Bureau n 1 Bureau n 2 Portable Espace de travail Salle de repos 10 m 10 m Four à microonde Bureau n 5 Bureau n 4 Bureau n

Plus en détail

Téléphone mobile et risques de cancer

Téléphone mobile et risques de cancer Mesure 3 Mesure 12 PRÉVENTION Téléphone mobile et risques de cancer C O L L E C T I O N Fiches repère ÉTAT DES CONNAISSANCES EN DATE DU 16 JUIN 2011 Le marché de la téléphonie mobile est en forte évolution

Plus en détail

Le cellulaire et les ondes électromagnétiques éti Mai 2011 APDPIQ Acquisition et affaires municipales Gerard.belisle@videotron.ca Les ondes électromagnétiques But / Comment Notions de base Les différents

Plus en détail

FORMATION SUR «LA PROTECTION DES

FORMATION SUR «LA PROTECTION DES FORMATION SUR «LA PROTECTION DES POPULATIONS CONTRE LES EFFETS DE RAYONNEMENTS NON IONISANTS» DU 05 AU 09 OCTOBRE 2015 TUNIS (TUNISIE) LA PROTECTION DES POPULATIONS CONTRE LES EFFETS DES RAYONNEMENTS NON

Plus en détail

Dossier établi par la rédaction de Reflets de la physique (sfp-bulletin@ihp.fr) et la commission «Culture scientifique» de la SFP.

Dossier établi par la rédaction de Reflets de la physique (sfp-bulletin@ihp.fr) et la commission «Culture scientifique» de la SFP. Les ondes de téléphonie mobile Notre environnement est largement envahi par les ondes radiofréquence, dans les domiciles, lieux de travail et espaces publics. À l heure actuelle, plus de trois milliards

Plus en détail

LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DANS L HABITAT

LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DANS L HABITAT LES CHAMPS ELECTROMAGNETIQUES DANS L HABITAT La multiplication des sources d émissions de rayonnements électromagnétiques dans notre environnement n est pas sans soulever un certain nombre d interrogations

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE REFERENCES DU PROJET Nom site : Code site : Adresse : Etat : Coordonnées Lambert : MOE TOURS RIVOLI 37261_004_01 Impasse Rivoli 37000 TOURS Création X : 475723 Y : 2265118 Z : 49 m Graniou Val de Loire

Plus en détail

PwC. des réglementations et des engagements volontaires sur les ondes radio et la santé. Février 2009

PwC. des réglementations et des engagements volontaires sur les ondes radio et la santé. Février 2009 PwC Radiofréquences et Santé Synthèse de l étude comparative dans 7 pays des réglementations et des engagements volontaires sur les ondes radio et la santé Février 2009 PwC Contexte et conduite de l étude

Plus en détail

François Gaudaire Métrologie et modélisation de l exposition aux radiofréquences 25/09/2012

François Gaudaire Métrologie et modélisation de l exposition aux radiofréquences 25/09/2012 1 2 Métrologie et modélisation de l exposition aux radiofréquences François Gaudaire 3 Pourquoi caractériser l exposition aux radiofréquences? Indispensable pour les études sur les effets biologiques des

Plus en détail

Ondes électromagnétiques et environnement

Ondes électromagnétiques et environnement CRIIREM 72000 Le Mans, site: criirem.org - mail: contact@croorem.org Tél 02 43 21 18 69 (riirem 19-21 rue Thalès de Milet 72000 Le Mans Tél. 02 43 21 18 69 - Mail contact@criirem.org Ondes électromagnétiques

Plus en détail

WIFI au CHU de Montpellier. P. THEY et D. MARIANO-GOULART DTIT et médecine nucléaire CHRU de Montpellier.

WIFI au CHU de Montpellier. P. THEY et D. MARIANO-GOULART DTIT et médecine nucléaire CHRU de Montpellier. WIFI au CHU de Montpellier P. THEY et D. MARIANO-GOULART DTIT et médecine nucléaire CHRU de Montpellier. PLAN 1. Présentation générale du WIFI 2. WIFI et radioprotection WIFI Présentation Générale Les

Plus en détail

MESURES DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES -

MESURES DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES - MESURES DES RAYONNEMENTS ELECTROMAGNETIQUES - W. Pirard, ir Institut Scientifique de Service Public (ISSeP) - Premier speed-dating environnemental CSC Bouge, 14 novembre 2011 1 SOMMAIRE Rappel de notions

Plus en détail

RAPPORT D ESSAI N 30847713-01

RAPPORT D ESSAI N 30847713-01 APAVE SUDEUROPE SAS LABORATOIRE DE LYON TASSIN 177 route de Sain-Bel BP 3 69811 TASSIN CEDEX Tél. : 04 72 32 52 52 Fax : 04 72 32 52 00 Commune de Vallorcine MAIRIE 74660 VALLORCINE Contact : Georges de

Plus en détail

LIGNES ÉLECTRIQUES HAUTE ET TRÈS HAUTE TENSION ET CHAMPS MAGNÉTIQUES DE TRÈS BASSE FRÉQUENCE

LIGNES ÉLECTRIQUES HAUTE ET TRÈS HAUTE TENSION ET CHAMPS MAGNÉTIQUES DE TRÈS BASSE FRÉQUENCE LIGNES ÉLECTRIQUES HAUTE ET TRÈS HAUTE TENSION ET CHAMPS MAGNÉTIQUES DE TRÈS BASSE FRÉQUENCE mesures-cem@rte-france.com Rte aux côtés des maires Depuis 2008, RTE et l AMF se sont engagés à mettre en œuvre

Plus en détail

Mon GSM? Utile... mais pas top!

Mon GSM? Utile... mais pas top! Mon GSM? Utile... mais pas top! mais pas trop! conseils pratiques pour une utilisation saine et raisonnée 11du téléphone portable Une publication de l Administration communale de Watermael-Boitsfort, sur

Plus en détail

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles 2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Witschi Electronic SA 08.05.2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Tous les appareils Witschi arborant le marquage CE satisfont

Plus en détail

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels

UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels UE3 Organisation des appareils et des systèmes (1) : bases physiques des méthodes d'exploration - aspects fonctionnels 1 Les très basses fréquences du spectre électromagnétique Bases : ondes électromagnétiques

Plus en détail

AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE (ARCEP)

AUTORITE DE REGULATION DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE (ARCEP) Mr Jacob Chabi ALOH ajacob@atrpt.bj SOMMAIRE I. ESSAI DE COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE II. PROCEDURES DE CONTRÔLE ET DE TRAITEMENT DES PLAINTES EN BROUILLAGE ESSAI DE COMPATIBILITE ELECTROMAGNETIQUE

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR A LIRE AVANT DE COLLER FAZUP

GUIDE UTILISATEUR A LIRE AVANT DE COLLER FAZUP GUIDE UTILISATEUR A LIRE AVANT DE COLLER FAZUP Sommaire notice utilisateur Informations à savoir... 5 Instructions pour coller Fazup au dos de votre mobile... 6-7 Qu est-ce que le DAS... 8 Qu est-ce que

Plus en détail

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS)

Ondes & Santé. Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Ondes & Santé Le Débit d Absorption Spécifique (DAS) Sommaire Le DAS : Débit d Absorption Spécifique ou SAR : Specific Absorption Rate - Le contexte, la réglementation, les effets des ondes - La définition

Plus en détail

Règle et préconisation wifi Version : 1.0 SOMMAIRE. Rapport relatif à la mise en œuvre de points d'accès WI-FI au sein des bâtiments du lycée

Règle et préconisation wifi Version : 1.0 SOMMAIRE. Rapport relatif à la mise en œuvre de points d'accès WI-FI au sein des bâtiments du lycée Page 1 /16 SOMMAIRE 1 Objet du document Rapport relatif à la mise en œuvre de points d'accès WI-FI au sein des bâtiments du lycée 2 Le wifi en 3 points 2.1 Présentation 2.2 La réglementation française

Plus en détail

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME

LE CIRC CLASSE LES CHAMPS DE FREQUENCES ELECTROMAGNETIQUES COMME CARCINOGENES POSSIBLES CHEZ L HOMME Traduction intégrale du communiqué de presse n 208 du 31 mai 2011 de l Organisation mondiale de la santé Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) IARC CLASSIFIES RADIOFREQUENCY ELECTROMAGNETIC

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Références Nom site : RENNES Code site : 35238_025_01 Adresse : 87 rue JEAN GUÉHENNO 35000 RENNES Etat : Création Coordonnées Lambert : X : 301840

Plus en détail

Enquête citoyenne «Vivre avec une ligne THT?»

Enquête citoyenne «Vivre avec une ligne THT?» Enquête citoyenne «Vivre avec une ligne THT?» (riirem Centre de Recherche et d Information Indépendantes sur les Rayonnements Electromagnétiques Coordination interrégionale Stop-THT Vivre avec une ligne

Plus en détail

Rayonnement non ionisant

Rayonnement non ionisant Rayonnement non ionisant La protection ti contre le RNI dans le cadre de l application de la LPE Formation continue de l AVSST Formation continue de l AVSST Dominique Luy, SEVEN 9 octobre 2012 Un peu de

Plus en détail

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases

CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h. Conf 1 : WIFI, les bases CULTe Le samedi 9 février2008 à 15h Conf 1 : WIFI, les bases 1) Principes de fonctionnement (antennes, fréquences, emetteurs/recepteurs, point d'accés) a) Les grandes classes de fréquences HF, 300 Khz

Plus en détail

Un nouveau service d information et de mesures. Lignes électriques haute et très haute tension et champs magnétiques de très basse fréquence

Un nouveau service d information et de mesures. Lignes électriques haute et très haute tension et champs magnétiques de très basse fréquence Un nouveau service d information et de mesures Lignes électriques haute et très haute tension et champs magnétiques de très basse fréquence RTE aux côtés des maires Le 17 décembre 2008, Jacques Pélissard,

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE DOSSIER D INFORMATION MAIRIE 1. Références du projet : Références Nom site : RENNES Code site : 35238_026_01 Adresse : 14 place DES LICES 35000 RENNES Etat : Création Coordonnées Lambert : X : 300831 Y

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones Chapitre 17 Sciences Physiques - BTS Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones 1 Loi de Laplace 1.1 Etude expérimentale Le conducteur est parcouru par un courant continu ; il est placé dans un champ

Plus en détail

Quelque soit l environnement Nous vous accompagnons

Quelque soit l environnement Nous vous accompagnons Quelque soit l environnement Nous vous accompagnons Email: customer@xxilab.comm Tel: +33 (0)6 72 39 08 09 Web: http//ww.xxilab.com XXI-Lab XXI-Lab est une société d'ingénierie et d'études techniques spécialiste

Plus en détail

814.710 Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant

814.710 Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) du 23 décembre 1999 (Etat le 1 er juillet 2012) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 12, al. 2, 13, al. 1, 16, al. 2, 38, al. 3,

Plus en détail

Compatibilité Electromagnétique 14 éme Colloque International et Exposition & Journées Scientifiques d URSI France Paris, 20-23 Mai 2008

Compatibilité Electromagnétique 14 éme Colloque International et Exposition & Journées Scientifiques d URSI France Paris, 20-23 Mai 2008 Compatibilité Electromagnétique 14 éme Colloque International et Exposition & Journées Scientifiques d URSI France Paris, 20-23 Mai 2008 Projet d'élaboration d'un protocole de caractérisation des émissions

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

L exposition du public aux ondes radioélectriques

L exposition du public aux ondes radioélectriques Agence Nationale des Fréquences L exposition du public aux ondes radioélectriques EMF Day Paris, le 19 décembre 2013 Bernard CELLI Directeur de la Stratégie bernard.celli@anfr.fr Sommaire Présentation

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

Étude sur l évaluation du brouillage de la radiodiffusion par le LTE en terme de population dans la Mayenne ---

Étude sur l évaluation du brouillage de la radiodiffusion par le LTE en terme de population dans la Mayenne --- Étude sur l évaluation du brouillage de la radiodiffusion par le LTE en terme de population dans la Mayenne --- Compléments du 8 mars 2011 --- ANFR Contexte Ces compléments d études présentent les résultats

Plus en détail

Les radiofréquences. Mise à jour de l expertise relative aux radiofréquences. Édition scientifique Agents physiques Octobre 2009

Les radiofréquences. Mise à jour de l expertise relative aux radiofréquences. Édition scientifique Agents physiques Octobre 2009 Édition scientifique Agents physiques Octobre 2009 Les radiofréquences Mise à jour de l expertise relative aux radiofréquences l Avis de l Afsset l Rapport d expertise collective AVIS de l Agence française

Plus en détail

Se préparer au DELF B2

Se préparer au DELF B2 Se préparer au DELF B2 Compréhension écrite 1 - Quels sont les noms et professions des auteurs du livre «Génération téléphone»? 2 - Que pensent-ils de l utilisation du téléphone? 3 Quels sont les pourcentages

Plus en détail

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement ---

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- Le stationnement PMR Etat des lieux et prise en compte des évolutions réglementaires à Lille Métropole M. Courbot

Plus en détail

LES ANTENNES RELAIS :

LES ANTENNES RELAIS : Direction de la communication Tél. : 05 59 46 60 40 Courriel : communication@bayonne.fr Le 3 juin 2009 DOSSIER DE PRESSE LES ANTENNES RELAIS : LA STRATÉGIE DE CONCERTATION DE LA VILLE La révolution technologique

Plus en détail

RadioSens. Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité. argumentaire de ventes

RadioSens. Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité. argumentaire de ventes Systèmes de communication par radio sans bandes de sécurité argumentaire de ventes introduction Le système RadioSens est né de l effort de notre équipe d ingénieurs experts en télécommunications pour développer

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve de physique-chimie série STI2D et STL spécialité sciences physiques et chimiques en laboratoire Exemple de sujet Durée 3 heures - coefficient 4 A l exclusion de tout

Plus en détail

Radiocommande de Machines et Sécurité

Radiocommande de Machines et Sécurité Radiocommande de Machines et Sécurité 11/04/2013 Sommaire I. Présentation de Jay Electronique II. Principe de fonctionnement radio III. Sécurité IV. Radio/CEM V. Conclusion 2 I. Présentation de Jay Electronique

Plus en détail

PROTOCOLE DE MESURE DOCUMENTATION DE REFERENCE : ANFR/DR 15-3.1

PROTOCOLE DE MESURE DOCUMENTATION DE REFERENCE : ANFR/DR 15-3.1 PROTOCOLE DE MESURE Visant à vérifier sur site pour les stations émettrices fixes, le respect des limitations, en termes de niveaux de référence, de l exposition du public aux champs électromagnétiques

Plus en détail

TRANSPORT RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION

TRANSPORT RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION CONDUCTION ÉLECTRIQUE DÉFI DU RENOUVELABLE RÉSEAU DE TRANSPORT ET DISTRIBUTION Les centrales qui produisent l électricité sont implantées selon des contraintes géographiques

Plus en détail

Ondes Pulsées - Mise en évidence

Ondes Pulsées - Mise en évidence Ondes Pulsées - Mise en évidence Ce document, sans aucune prétention technique, est un essai de mise en évidence basique des ondes pulsées. Le but est de montrer les ondes pulsées typiques connues actuellement

Plus en détail

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé

État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé État des connaissances scientifiques Radiofréquences et santé Direction de santé publique Les communications cellulaires utilisent des radiofréquences (RF) qui sont des non-ionisantes 0 Hz 50 Hz 10 khz

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC

GUIDE TECHNIQUE MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC ANFR Page 1 of 44 Guide final v2-080222.doc GUIDE TECHNIQUE MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC Version II 22/02/2008 ANFR Guide final v2-080222.doc Page

Plus en détail

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image?

Quelles sont les caractéristiques de l image d un journal? Pourquoi l œil ne distingue-t-il pas la trame de l image? TP spécialité élec. N 1Conversion d une image en signal électrique. Principe de la TV. 1 / 7 I- Perception des images. 1)- La perception. - Une image est destinée à être vue par l œil. La prise de vue,

Plus en détail

Interdiction des GSM spécialement conçus pour les enfants et autres mesures: frequently asked questions

Interdiction des GSM spécialement conçus pour les enfants et autres mesures: frequently asked questions Interdiction des GSM spécialement conçus pour les enfants et autres mesures: frequently asked questions I. Les mesures... 2 Quelles sont les obligations imposées?... 2 Pourquoi ces mesures?... 2 Quel est

Plus en détail

Dossier de presse. Mise à jour de l expertise «Radiofréquences et santé» Mardi 15 octobre 2013

Dossier de presse. Mise à jour de l expertise «Radiofréquences et santé» Mardi 15 octobre 2013 Dossier de presse Mise à jour de l expertise «Radiofréquences et santé» Mardi 15 octobre 2013 Contact presse : Elena Séité 01 49 77 27 80 elena.seite@anses.fr www.anses.fr Sommaire Communiqué de presse...

Plus en détail

effets sur la santé des champs électromagnétiques basse fréquence

effets sur la santé des champs électromagnétiques basse fréquence effets sur la santé des champs électromagnétiques basse fréquence Docteur Pierre Choasson Médecin du travail EDF RTE le spectre électromagnétique 10 22 10 20 10 14 10 10 10 5 fréquence (Hz) Fréquence (Hz)

Plus en détail

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007

SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 SDESR - Journée technique du 23 mai 2007 Recommandations pour le financement de la distribution d eau directive SSIGE WX, (actuellement en consultation) 23.05.07 / J-M Pache SDESR 1 Pourquoi une nouvelle

Plus en détail

Sélection by SFR C1 Guide de prise en main

Sélection by SFR C1 Guide de prise en main Sélection by SFR C1 Guide de prise en main DAS : 0,634 W/Kg sfr.fr Carrément vous. Sommaire 1- PREMIÈRES Manipulations 3 Comment insérer ma carte SIM et la batterie? 3 Comment charger mon mobile? 4 2-

Plus en détail

Enquête de satisfaction des utilisateurs du téléphone mobile GSM au Mali

Enquête de satisfaction des utilisateurs du téléphone mobile GSM au Mali Ministère de la Communication et des Nouvelles Technologies ----------------------- * Comité de Régulation des Télécommunications* ----------------------- République du Mali Un Peuple Un But Une Foi -----------------------

Plus en détail

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz

Anémomètre/Débimètre Moulinet FA Vitesse / Débit Air - Gaz Anémomètre/Débimètre Vitesse / Débit Air - Gaz Le capteur à est idéal pour la mesure de vitesse et de débit d écoulement de l air ou de gaz. Caractéristiques techniques - Mesure de vitesse et débit d écoulement

Plus en détail

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant.

mémo santé du bâtiment Chef d entreprise artisanales Le bruit est un son désagréable et gênant. L'alliée de votre réussite mémo santé Chef d entreprise artisanale ATTENTION! LE BRUIT REND SOURD! Entreprises artisanales du bâtiment Le bruit est un son désagréable et gênant. Le son est le résultat

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53).

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Objet : Publicité, enseignes et pré-enseignes. Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Le décret n 96-946 du 24 octobre 1996 pris en

Plus en détail

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES

OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement OUTILS D AIDE A LA REALISATION D INVENTAIRES LOCAUX DE ZONES HUMIDES Note d accompagnement 1 Contexte et objectifs

Plus en détail

Wireless Networks Réseaux sans-fil. Radio Frequency (RF) : Fondamentaux stephane.frati@unice.fr

Wireless Networks Réseaux sans-fil. Radio Frequency (RF) : Fondamentaux stephane.frati@unice.fr Wireless Networks Réseaux sans-fil Radio Frequency (RF) : Fondamentaux stephane.frati@unice.fr Antennes Rôle: Amplification du signal Gain à l émission à la réception Ex: Antenne filaire ¼ onde Dimensions:

Plus en détail

Le scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100 : Quels risques pour la santé des utilisateurs?

Le scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100 : Quels risques pour la santé des utilisateurs? Le scanner corporel à ondes «millimétriques» ProVision 100 : Quels risques pour la santé des utilisateurs? Contact : Johanna FITE Johanna.fite@anses.fr J. 8 décembre FITE 2010 Séminaire ASPROM des 7 &

Plus en détail

Antenne amplifiée d intérieure SRT ANT 10 ECO

Antenne amplifiée d intérieure SRT ANT 10 ECO Antenne amplifiée d intérieure SRT ANT 10 ECO Image simulée Manuel d'utilisateur Table de Matière 1.0 INTRODUCTION 1 2.0 CONTENU DE LA BOITE 1 3.0 PRECAUTIONS D UTILISATION 2 4.0 BRANCHEMENT DE L ANTENNE

Plus en détail

Ces recommandations (indiquées dans la colonne la plus à droite des tableaux ci-après) ne sont pas obligatoires pour utiliser ce produit Midmark

Ces recommandations (indiquées dans la colonne la plus à droite des tableaux ci-après) ne sont pas obligatoires pour utiliser ce produit Midmark Déclarations de conformité électromagnétique à la norme EN 60601-1-2 La conformité de ce produit Midmark avec les spécifications de la norme EN 60601-1-2 concernant la compatibilité électromagnétique (CEM)

Plus en détail

+33 1 60 57 30 00 +33 1 60 57 30 15 77876 MONTEREAU CEDEX FRANCE SAS

+33 1 60 57 30 00 +33 1 60 57 30 15 77876 MONTEREAU CEDEX FRANCE SAS Câbles Energie SILEC CABLE 0 ENERGIE BT EDF - SOUTERRAIN CABLES DE BRANCHEMENT H1 XDV-AU Documents de normalisation : NF C 33-210, HD 603. Tension nominale Tension assignée : 0.6/1 kv Utilisation Excellent

Plus en détail

Salon Micowaves et RF Paris le 5 avril 2012

Salon Micowaves et RF Paris le 5 avril 2012 Réglementation relative à la protection des travailleurs contre les effets des champs électromagnétiques / contexte de la directive «travailleurs» 2004/40/CE Rémi BARBE Ingénieur nieur Direction générale

Plus en détail

CHARTE RELATIVE AUX ANTENNES RELAIS

CHARTE RELATIVE AUX ANTENNES RELAIS DÉPARTEMENT DES CÔTES D'ARMOR COMMUNE DE LANNION CHARTE RELATIVE AUX ANTENNES RELAIS DE TÉLÉPHONIE MOBILE prise entre la Ville de LANNION et la Société BOUYGUES TELECOM, la Société Française du Radiotéléphone

Plus en détail

LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD. Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier.

LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD. Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier. BTS ÉLECTROTECHNIQUE LYCÉE JULES VIETTE MONTBELIARD Choix d un tarif en vue de l implantation d une borne de recharge chez un particulier. BTS Electrotechnique Thème 8 : la gestion des coûts THEME 8 :

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE ANFR DR17 MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC

GUIDE TECHNIQUE ANFR DR17 MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC GUIDE TECHNIQUE ANFR DR17 MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC Version 3, 18/02/2009 périmètres de sécurité pour le public 1 Table des Matières. Introduction...4

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail