PROJET COALAS. «Cognitive Assisted Living Ambiant System» WP3 / Action 3.1. Rapport de recommandations. Rédacteur: Emmanuel NIYONSABA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET COALAS. «Cognitive Assisted Living Ambiant System» WP3 / Action 3.1. Rapport de recommandations. Rédacteur: Emmanuel NIYONSABA"

Transcription

1 PROJET COALAS «Cognitive Assisted Living Ambiant System» WP3 / Action 3.1 Rapport de recommandations Rédacteur: Emmanuel NIYONSABA

2 Sommaire 1. De la question théorique à la question sociale... 2 A) Contexte social à travers la littérature... 3 B) Le projet COALAS C) Problématique Méthodologie Résultats généraux Caractéristiques des situations sociales des personnes dépendantes Objectifs techniques et positions sociales a) Favoriser la communication b) Améliorer la mobilité c) Suivre l état de santé de la personne d) Détecter les autres anomalies Systèmes COALAS dans le soutien à l organisation d une vie sociale des personnes dépendantes Conclusion Bibliographie

3 1. De la question théorique à la question sociale Les personnes malades ou handicapées, quel que soit leur âge, leur parcours et leur lieu de vie (domicile ou institution), le contexte social qui les entoure en fonction de ses caractéristiques, engendre des situations de dépendance réciproques entre aidant et aidés. Certains auteurs considèrent que ces personnes peuvent être handicapées par l absence de ressources financières, sociales, culturelles disponibles dans leur environnement social. Au-delà de l état physique ou de sante, elles mènent un combat permanent contre les risques accrus d accidents domestiques, souvent contre l isolement, la solitude et même contre des formes plus ou moins visibles d exclusion. Ainsi, le souhait de vivre le plus longtemps possible dans un «chez soi» quel que soit le type d immeuble (collectif/individuel), le statut d habitat (logement ordinaire ou en résidence offrant des services spécifiques) et d occupation (locataire, propriétaire, pensionnaire ) 1 tel qu il est souvent présenté, doit engager davantage la société à s adapter à la réalité mouvante du vieillissement et du handicap pour préserver l autonomie et la place des personnes désignées comme dépendantes dans la société. Le projet COALAS s inscrit donc dans la problématique du maintien de l autonomie et de soutien à la nécessaire recomposition permanente d une vie sociale des personnes dépendantes. Il vise à répondre à de nouveaux besoins et usages, en intégrant les attentes des aidants et des utilisateurs en amont du projet. Ainsi, une enquête de «réception sociale» a été réalisée pour saisir des représentations de l usage des systèmes COALAS et surtout interroger la place que peuvent jouer ces technologies dans le processus de soutien. Elle vise à dépasser l approche machiniste et biomédicale des objets technologiques. Deux approchent se complètent : d une part des innovations technologiques pour observer en quoi celles-ci peuvent être utiles à la population et en premier lieu aux personnes les plus démunies, en difficulté. D autre part d une analyse des besoins spécifiques de chaque personne prise dans ses particularités pour formuler des recommandations à l usage des innovateurs technologiques. Ces recommandations ont d ailleurs plus l allure de suggestions que de prescriptions. C est l objet du présent rapport. La machine ne peut pas être considérée comme une fin en soi dont on explore 1 Selon la nomenclature INSEE 2

4 un usage, mais plutôt comme un moyen au service de la stimulation d un système relationnel entre différents intervenants autour de la personne. Dans un premier temps, nous situons le contexte social à travers la littérature concernant le vieillissement démographique et la dépendance en France, et les modalités actuelles de solidarités mises en œuvre envers les personnes dépendantes. Nous montrons que le vieillissement démographique à venir impose de s intéresser à des solutions innovantes, en l occurrence l usage de systèmes COALAS susceptibles d apporter de l aide technique, à côté de l aide humaine. Dans un second temps, nous restituons les résultats à partir des entretiens réalisés avec les aidants et les personnes cibles (âgées, handicapées) et dressons les recommandations. En bref, cette seconde partie rend compte des caractéristiques sociales des personnes dépendantes et surtout des positions sociales vis-à-vis de l usage des systèmes COALAS dans le soutien à l organisation d une vie sociale des personnes dépendantes. A) Contexte social à travers la littérature Vieillissement démographique : état des lieux en France L évolution démographique est devenue un enjeu social pour de nombreux pays, en particulier en occident. En 1997 Françoise Cribier écrivait : «L espérance de vie connaît depuis plusieurs décennies la phase de croissance la plus rapide de toute l histoire de l humanité. Plus jamais les sociétés occidentales ou japonaises ne seront jeunes 2». En 2005, un Français sur cinq était âgé de 60 ans ou plus. En 2060, c est un Français sur trois qui aura atteint cet âge, (Insee, 2010). A l échelle de l Europe, la tendance au vieillissement est également très sensible comme le rappelle le dernier livre vert de la commission européenne sur l avenir démographique. La question du vieillissement présente un intérêt majeur, en raison des transformations profondes, inexpérimentées dans l'histoire de l'humanité. 2 CRIBIER Françoise. «Changement social et allongement de la durée des vies» dans l'espérance de vie sans incapacités : Faits et tendances, premières tentatives d'explication, sous la direction de J. Dupâquier, Paris, PUF, 1997, p

5 En France, l allongement de l espérance de vie continue à accroître le nombre des personnes vieillissantes atteignant en moyenne «84,8 ans pour les femmes et 78,2 ans pour les hommes» 3. La population de 65 ans et plus est passée entre 1985 et 2007 de 12, 8% à 16,4% de la population totale, avec une augmentation de 2,1% parmi les 75 ans ou plus. Il convient de rappeler que le nombre de personnes de plus de 75 ans a doublé en cinquante ans, passant de 4,3 millions en 1960 (8,5% de la population totale) à 8,5 millions en 2007 (16,2%) 4. Selon les hypothèses retenues par l INSEE, en 2006, la population des 75 ans et plus sera multipliée par 2,5 entre 2000 et 2040 pour atteindre plus de 10 millions de personnes 5. De plus, cet accroissement s est poursuivi sous l effet de la baisse de la mortalité aux grands âges. Les Français vivent de plus en plus longtemps. Nous le constatons chez les centenaires dont le nombre s accroît également de façon spectaculaire. En moins de cinquante ans, celui-ci est passé de 977 à 14008, entre 1960 et 2005 (Pitaux, 2007). Selon les estimations, cette population continuera également à augmenter. Toujours selon l INSEE (opt.cit), cette évolution conduit à s interroger sur les politiques publiques en direction des personnes âgées : retraités, dépenses de santé, mais aussi prise en charge des personnes dépendantes dont le nombre augmentera dans les années à venir». Il faut rappeler que la génération de baby-boom gonflera prochainement le nombre de plus de 60 ans. Cet allongement de la durée de vie va se poursuivre grâce aux biotechnologies et aux innovations médicales (Godelier et al. 2005, p.146). Par ailleurs, cela ne veut pas dire sans handicap ou incapacité. En supposant une stabilité de la durée de vie moyenne en dépendance, la population des personnes dépendantes passera de en 2006 à 1, 2 millions en (INSEE, opt.cit). La question de la dépendance liée au vieillissement ne s étend pas seulement à l échelle nationale, mais aussi à l échelle internationale. La dépendance croît avec l avance en âge. En Europe (d après des enquêtes menées dans plusieurs pays), c est après 80 ans que le pourcentage des personnes dépendantes croît significativement (Weber, 2011). Comme le montre le 3 4 Insee Première, n 1319 et 1320 d octobre DUEE M., REBILLARD, C., (2006). La dépendance des personnes âgées : projections en 2040», santé et protection sociale 7, 2006, p

6 tableau ci-dessous (projection de l INSEE entre ), en France, la dépendance touche déjà, sinon va toucher davantage la tranche de plus de 85 ans. Cette dépendance s amplifie avec l apparition de certaines pathologies dégénératives qui se sont révélées ces dernières années, en plus des maladies très connues, chroniques ou non, comme le diabète, le cancer, etc.; on peut notamment citer la maladie d Alzheimer qui devient de plus en plus menaçante pour les personnes âgées et même pour les aidants, en l occurrence la famille. Cette maladie déstabilise de nombreuses familles, en exigeant une prise en charge spécifique. Ainsi, l accompagnement de ces personnes impose la recherche de solutions innovantes susceptibles de contribuer à l amélioration de leur quotidien, en sachant que cette maladie peut aussi s ajouter à d autres handicaps divers. Des estimations prévoient une augmentation importante dans les prochaines décennies. D après le rapport de l Union Nationale des Associations Familiales «en 2004, sur les personnes atteintes de démence (Alzheimer et maladies apparentées) en France métropolitaine, 89,5 % étaient âgées de plus de soixante-quinze ans et 73,4 % de quatre-vingts ans et plus. En extrapolant à taux de prévalence constant, on peut estimer que les personnes de plus de soixante-cinq ans atteintes de démence seraient au nombre de dont de plus de soixante-quinze ans en 2020 et de dont de plus de soixante-quinze ans en ». Dépendance comme construction médicale et sociale En France, la notion de dépendance des personnes âgées a émergé dans les années Sa définition médicale a véhiculé des représentations négatives de la vieillesse. Elle a été définie comme «un état déficitaire essentiellement biologique, lié uniquement à l avance en âge, 6 Dépendance : Etat des lieux et positions de l UNAF - Mars 2011, p. 6 5

7 connoté comme un besoin d aide important et comme assujettissement à l autre, au détriment, donc, de la définition commune de dépendance en tant que relation nécessaire avec les autres pour le maintien de la solidarité et de la cohésion sociale 7». La définition que donne la commission de terminologie auprès du secrétariat d Etat chargé des personnes âgées le confirme. Selon la Commission, la dépendance se définit d abord médicalement, comme «situation d une personne qui, en raison d un déficit anatomique ou d un trouble physiologique, ne peut remplir des fonctions ou effectuer des gestes essentiels à la vie quotidienne 8». Ensuite, socialement, comme une «subordination d une personne à une autre personne ou à un groupe». De la même manière, la loi n du 24 janvier 1997, instituant une Prestation Spécifique Dépendance définit la dépendance «comme l état de la personne qui nonobstant les soins qu elle est susceptible de recevoir, a besoin d être aidée pour l accomplissement des actes essentiels de la vie ou requiert une surveillance régulière 9». Les différentes définitions proposées dans le cadre des textes juridiques sont normatives, car elles induisent instinctivement une injonction qui réduit l individu à un être finalement devenu asocial. Le critère «état de santé» ne peut pas suffire pour parler de dépendance. Cependant, au fil du temps, la définition médicale s est immiscée dans les discours des acteurs de l action publique. Le grand âge a ainsi été assimilé à la dépendance ; au lieu d être considéré comme une chance pour la société, il a été plutôt retenu comme un grand défi à relever pour le pouvoir public. Ainsi, Bernard Ennuyer souligne que la dépendance est donc réduite «à n'être qu'un état d'incapacité, et non pas une dynamique d'interaction, par le seul fait que la mesure d'un état est beaucoup plus facile que l'évaluation d'une interaction, surtout quand il s'agit de prendre en compte les dimensions multiples de l'environnement d'une personne. C'est tout à fait ce qui s'est passé avec l'outil AGGIR 10». Certes, en vieillissant le corps humain est facilement sensible aux multiples pathologies et subit la dégradation de l état physique en raison du grand âge. L Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le souligne également dans ses rapports. Dans un article 7 CHABERT, J., et al, Vivre au grand âge. Angoisses et ambivalences de la dépendance, Autrement, 2001, pp Dictionnaire des personnes âgées, de la retraite et du vieillissement, 1984, éditions Nathan 9 e n=id 10 ENNUYER Bernard, «Les malentendus de la dépendance», Colloque : vieillissement et citoyenneté, Paris, 12 novembre

8 publié en 2012, elle note qu en vieillissant, «les gens sont davantage susceptibles d avoir des difficultés à se déplacer ou de souffrir de maladies chroniques, comme le cancer, d accidents vasculaires cérébraux ou de démence. Ils sont aussi plus vulnérables à la dépression, car beaucoup sont confrontés à la solitude et à la pauvreté 11». Divers accidents de la vie peuvent constituer un corpus complexe d état de santé et d environnement social dégradé. Cela peut s accompagner évidemment de dépenses, et vite devenir très coûteux lorsque l'incapacité s'accroît et nécessite une prise en charge spéciale (gardes de nuit, aide-ménagère, soins médicaux réguliers etc.). Malgré cela, les personnes âgées ou personnes handicapées se conjuguent au pluriel. La vieillesse ne peut pas être assimilée à la perte d autonomie et à une vulnérabilité accrue, sauf pour certains car il y en a d autres, comme l affirme Philippe Pitaux (2007), qui possèdent toutes leurs facultés ou des facultés suffisantes pour mener une vie sociale active. En d autres termes, les personnes âgées ne constituent en aucune façon une population homogène (Johannot, 2005), et leurs besoins en termes de soutien ne peuvent pas être assimilés. Concept du handicap Comme pour la notion de dépendance, les stéréotypes qui portent sur le handicap engendrent la ségrégation. Le handicap en tant que défaut, malformation, difformité est vieux comme le monde. Il a toujours existé. Emprunté à l anglais «hand-cap», ce terme désigne une diversité de situations et le champ du handicap reste très large (ParisTech, 2012). Ce terme «handicap» remonte au 15 e siècle et est issu des sports hippiques. Selon les dictionnaires, il désigne à l origine une «course dans laquelle on égalise les chances des concurrents en leur imposant un surplus de poids, de distance à parcours proportionné à leur force». Autrement dit, il s agit d un «désavantage imposé à un concurrent en fonction de sa supériorité sur les autres pour égaliser les chances de victoire». Les recherches ignorent quand un glissement sémantique «de difficulté accrue» vers l incapacité s est effectué. Hamonet 1990, 2012, ParisTech review,

9 Médiatisé par le domaine médical, le handicap évoque donc «un déficit, des limitations, mais surtout les conséquences sur la vie sociale des individus» 12. Il se confond avec d autres concepts, même lorsque le terme est utilisé dans d autres langues. En anglais «disability» se traduit comme «infirmité», «incapacité», «invalidité», et signifie le handicap au sens figuré. Au sens large, «a disability is an impairment that may be physical, cognitive, mental, sensory, emotional, developmental, or some combination of these. A disability may be present from birth, or occur during a person's lifetime 13. Cette définition en anglais semble se rapprocher de l usage administratif et juridique français, même si rien n est exactement parfait dans la traduction. Selon la loi française du 11 février 2005, article 114, pour l égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées: «constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d une altération substantielle, durable ou définitive d une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d un polyhandicap ou d un trouble de santé invalidante 14». D après l OMS, il s agit d un «résultat de l interaction entre une altération, durable ou définitive, d une ou plusieurs fonctions motrices, sensorielles ou intellectuelles, et des obstacles rencontrés dans l environnement matériel et social 15». Dans le domaine de la santé, en s appuyant sur l analyse fonctionnelle des maladies de Wood 16, comme le rappelle, le docteur Ariane Engelstein, (2004), le handicap se définit plus largement : «Une déficience est une anomalie d un organe (on dira qu une cécité est une anomalie sensorielle). L incapacité est la conséquence d une déficience : la marche par exemple est diminuée ou disparait complètement. On parlera de handicap pour des désavantages générés par une incapacité, ce qui veut dire que si une incapacité peut être plus ou moins compensée, TI &dateTexte= Cité par ParisTech review. 16 Ph. Wood : médecin anglais qui au début des années 70 fut sollicité par l organisation mondiale de la santé (OMS) pour établir une classification des maladies. En 1975 il publia «classification of impairments and handicaps» qui fut adoptée en 1980 par l OMS et a l avantage d être acceptée internationalement. Il propose une séquence linéaire maladie-déficience-incapacité-handicap. Cfr. ANGELSTEIN Ariane (entretien avec), «Parole de soignant», in Autonomie de la personne en fin de vie, revue Jalmalv, n 77-juin 2004, p.20 8

10 elle ne constitue pas un véritable handicap. Il y a dépendance, lorsque certains actes de la vie quotidienne exigent l intervention d une tierce personne 17». Ces définitions qu elles soient médicales ou juridico- administratives, sont fondées sur le critère «état de santé». Elles possèdent une forte dimension normative dans la mesure où elles enferment l individu dans un modèle unique. Il faut donc sortir de la tendance «homogénéisante» car on ne peut plus indéfiniment définir les handicapés comme des catégories à part. Le handicap ne se résume pas à une absence d autonomie, puisqu il constitue un univers très vaste, avec des profils variés, d autant plus, comme le souligne Ariane Engelstein (2004, opt.cit), qu une incapacité physique compensée ne diminue pas l autonomie. Quelle que soient les significations, la définition administrative du handicap est une définition normative. Le handicap n est pas seulement une maladie invalidante ou un accident, c est aussi le regard social. Des représentations sociales sont plus fortes de telle sorte que la prise en charge de la dépendance ou du handicap à un certain niveau peut être considérée comme un gaspillage économique. En 2004, le Docteur Yves Delomier disait : «le décès précoce et brutal est pour certains économistes le moyen le plus sûr et le moins coûteux d éviter l invalidité 18» Prise en charge de la dépendance des personnes âgées En France, la question de la dépendance des personnes âgées constitue aujourd hui une préoccupation pour les pouvoirs publics et même pour les familles. Depuis son émergence, la recherche des solutions s est multipliée, car les dispositifs développés apparaissaient comme la solution alternative aux déplorables conditions de vie et de mort qui caractérisaient les hospices. Depuis les années 60, des réflexions sur les modalités d exercices de solidarités à l égard des personnes vieillissantes ont donné lieu à une politique sociale du vieillissement initiée par le rapport Laroque en 1962 et relancée par la circulaire du 7 avril 1982 dans le cadre d une politique de relance par l emploi. Cette politique met la priorité sur «la nécessité d'intégrer les personnes âgées dans la société tout en leur fournissant les moyens de continuer le plus longtemps possible à mener une 17 ANGELSTEIN Ariane (entretien avec), «parole de soignant», in Autonomie de la personne en fin de vie, revue Jalmalv, n 77-juin 2004, p DELOMIER, Yves. «Préserver l autonomie des personnes âgées dépendantes», in Autonomie de la personne en fin de vie, revue Jalmalv, n 77-juin 2004, p. 16 9

11 vie indépendante par la construction de logements adaptés, par la généralisation de l aide-ménagère à domicile, par la création de services sociaux de toute nature qui leur sont nécessaires, par l organisation de leurs occupations et de leurs loisirs 19. Cette politique a orienté entre autres les initiatives de développement des services auprès des personnes âgées ayant des difficultés à gérer seules la vie quotidienne à domicile. De surcroît, les années 80 et 90 ont été marquées par le développement important sur une très grande partie du territoire d une diversité de services à la personne (télé-relation, portage de repas ). Ces services contribuent en effet au maintien à domicile le plus longtemps possible des personnes âgées. Aujourd hui, une diversité d acteurs est impliquée activement et continue à apporter des services divers. Ainsi, le maintien à domicile repose sur un système relationnel entre les différents aidants (famille, auxiliaire de vie, aide-soignante, infirmière, médecin, gestionnaires de services, responsables administratifs des services et établissements etc.) qui répondent aux besoins d aide d une personne pour lui permettre de compenser ses incapacités à gérer seule sa vie quotidienne. Dans ce processus de soutien, on souligne en particulier les difficultés que rencontrent des aidants parfois surchargés par la quantité de travail pour répondre de manière effective aux attentes qu ils peuvent percevoir des personnes dépendantes. Il en est de même pour les personnes âgées qui, en raison de leur état de santé (maladie ou handicap) ou leur situation sociale, se retrouvent souvent isolées. En effet, le vieillissement démographique de la population et les effets de la dépendance attendus, sans oublier la problématique du handicap en général, imposent de nouvelles stratégies de recherche aptes à saisir les dynamiques du changement social, notamment par l observation de l usage de nouvelles technologies dans la construction d une stratégie de prévention du vieillissement. En 2007 un rapport public soulignait : «Il paraît donc aujourd hui utile, sinon urgent, de faire un état des lieux des inventions disponibles ou qui le seront bientôt, et des domaines de la gérontologie où leur usage sera salutaire à la fois pour les malades, leur famille, les professionnels de la santé et l ensemble de la société. Cet état des lieux doit prendre en compte leur «plus 19 LAROQUE, Pierre. Politique de la vieillesse, rapport de la commission d étude des problèmes de la vieillesse, Haut Comité Consultatif de la population et de la famille, La documentation française 1962, p

12 value» en termes d amélioration des soins, de la sécurité, de la qualité de vie des personnes concernées et des économies sur les dépenses de tous ordres 20». Divers travaux soulignent (Ineum consulting, 2010 ; rapport/rialle, 2007) de nombreuses avancées technologiques issues des Nouvelles Technologies de l'information et de la Communication (TIC) susceptibles d'apporter des solutions complémentaires aux services de maintien à domicile proposées par les équipes médico-sociales. Ces avancées se développent davantage dans le domaine des technologies d assistance télé-médicale, robotique et domestique. Ces technologies peuvent accroître un système relationnel entre les intervenants en leur offrant spécifiquement un cadre de travail détendu et peuvent surtout atténuer l isolement des personnes âgées, (LAN - N 21 - Mai/Juin 2009, p.12). Ces technologies peuvent alors être envisagées comme des outils permettant à la personne de compenser ses incapacités en restant l acteur de son propre parcours de vie. En revanche, depuis leur émergence, ces technologies font naître diverses controverses tant sur le plan éthique que sur le plan social. Elles peuvent aussi, en se substituant à l onéreuse intervention professionnelle concourir à l isolement des personnes dépendantes. Quel que soit leur apport, des technologies numériques, domotiques, robotiques ne peuvent en aucun cas se substituer à l aide humaine. B) Le projet COALAS Le projet de développement d une plateforme cognitive (COALAS) dans le cadre d un programme INTERREG, France (Manche) - Angleterre pour l assistance aux personnes dépendantes (âgées, handicapées) s inscrit pleinement dans la préoccupation de recherche des solutions innovantes basées sur l usage des technologies de l information et de la communication (TIC), pour répondre aux défis du vieillissement et du handicap. Ces solutions innovantes s'appuient sur les avancées récentes en robotique : robotique humanoïde et robotique mobile autonome. En particulier, il s'agit de développer des fonctionnalités avancées (aide au diagnostic médical, maintenance des matériels, interactions avec le patient) pour un robot humanoïde (ex. NAO) et à l'intégration de 20 RAPPORT / RIALLE. Technologies nouvelles susceptibles d améliorer les pratiques gérontologiques et la vie quotidienne des malades âgés et de leur famille. Rapport remis en 2007 à Monsieur Philippe BAS Ministre de la Santé et des Solidarités. 11

13 solutions d'instrumentation sur un fauteuil roulant pour la mesure de paramètres physiologiques (ecg, tension, etc.) et une aide à la mobilité 21. Un robot autonome humanoïde accessible à distance permettra d'offrir des avantages significatifs à la fois en coût et en commodité pour la maintenance des installations et une aide au diagnostic médical d'une part et l'interaction sociale d'autre part. Le développement de ces fonctionnalités avancées aura le principal avantage de réduire les coûts significatifs liés aux visites à domicile de personnels soignants ou de personnels techniques pour des actions de maintenance. Le projet COALAS vise à prendre en compte les préoccupations, attentes et besoins des utilisateurs et des aidants en les intégrant en amont du projet. En résumé, il a pour but de répondre à de nouveaux besoins et usages en termes d évaluation de l état de fragilité, d assistance à la mobilité et de maintien du lien social et de la communication pour les personnes dépendantes. C) Problématique Notre problématique interroge la place que peuvent jouer des systèmes COALAS (robot humanoïde, fauteuil roulant High Tech), dans le soutien à l organisation d une vie sociale des personnes dépendantes (âgées, handicapées). Pour ce faire, nous tenons d abord à souligner que de nombreux travaux (Pitaux 2004, Rapport général/ac Bensadon 2006, Reguer 2008, Fondation de France 2012) soulignent les situations de solitude et d isolement relationnel qui tendent à être plus fréquentes au fur et à mesure qu une personne vieillit. Selon la fondation de France (ibid.) les personnes âgées restent les plus touchées et le phénomène a progressé notamment en France chez les plus de 75 ans, passant de 16% en 2010 à 21% en De même il est à rappeler que l isolement et la solitude chez les personnes âgées s accroissent après 10 ans en retraite. Cela prend le relais des préoccupations de la fin des relations de travail. Il en est de même pour les personnes handicapées qui souffrent plus d absence de relations et d exclusion (Hamonet, 1990, 2012). En abordant le rôle de ces technologies (machines) dans ce processus de soutien, nous partons de l hypothèse que l une des préoccupations des personnes âgées et des personnes handicapées, à part leur état de santé, est la relation sociale. En effet, les 21 Programme INTERREG France (Manche) - Angleterre (COALAS/ Réf : 4492/version : 1/projet déposé, p.3) 12

14 besoins de la personne ne peuvent pas être enfermés dans un modèle unique. Ainsi, la machine ne peut pas être considérée comme une fin en soi mais plutôt comme un moyen qui doit permettre de mieux aider et de stimuler un système relationnel entre différents intervenants et non de s y substituer. Il s agit d éviter un risque de robotisation de la personne. Il faut donc dépasser l approche machiniste car l objet domotique doit répondre au service d une fin. Comme le souligne l étude de Cornet et Carré (2008), ces technologies sont conçues pour compléter mais non pour remplacer le contact humain. C est pourquoi, l apport de l «aide technique 22» et humaine vis-à-vis des personnes dépendantes impose une analyse des interactions dans ce processus de soutien. Partant de ces constats, on s interroge pour savoir quel système relationnel les systèmes COALAS peuvent stimuler. Quels sont les avantages et les limites de ces systèmes technologiques? Quelles sont les solutions «numériques», «domotiques», «robotiques», quelles sont les solutions humaines qui permettraient à la personne dépendante de garder son pouvoir de décision sur soi et sur son environnement afin d être acteur et stratège de son propre parcours de vie? Globalement, quelles sont les représentations que les aidants et les personnes concernées peuvent avoir vis-à- vis des systèmes COALAS perçues comme des solutions innovantes pour compenser la perte d autonomie et surtout favoriser le maintien d une vie sociale chez les personnes en situation de dépendance? Cette problématique présente l intérêt théorique d explorer les dynamiques sociales du changement, les désordres plus que les ordres, de considérer les personnes dans leur pluralité et au sein d un système social dont elles sont actrices. 2. Méthodologie Nous considérons que l usage de la machine peut se situer dans une double action : être dans la stimulation de la personne et dans l aide à l aidant (famille, aide-ménagère, aide-soignante, infirmière, médecin, responsables administratifs et gestionnaires de 22 La recommandation 92 du Conseil de l Europe fait référence à la norme ISO 9999 et inclut non seulement les appareillages classiques mais aussi «tout outil ou système technique susceptible de faciliter le déplacement, la manipulation, la communication, le contrôle de l environnement, les activités simples ou complexes de la vie quotidienne, domestique, scolaire, professionnelle ou sociale», p. 9. Cfr RAPPORT/Aides techniques : «Situation actuelle, Données économiques, Propositions de classification et de prise en charge», réalisé en mars 2003 sous la direction de professeur D. Lecompte 13

15 services et d établissements etc.) pour permettre à ce dernier d avoir plus de temps pour l échange avec la personne dépendante. Notre problématique a donc orienté le choix méthodologique qui consiste à prendre en compte de façon très particulière les considérations de l aidant dont le rôle est essentiel dans ce processus de soutien. D où le choix non de faire beaucoup d entretiens avec les personnes visées (âgées, handicapées) mais plutôt d en faire davantage avec plusieurs intervenants autour d une même situation. a) Choix du terrain et échantillonnage L enquête sociale a été menée auprès des personnes âgées et handicapées et de différents intervenants afin de cerner les situations sociales existantes. Elle a été réalisée en mars et avril 2013 dans les deux villes de Rouen et du Havre. A Rouen, l enquête a été menée au sein d un Etablissement d Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (E.H.P.A.D) et auprès des acteurs mobilisés autour de la «dépendance» travaillant en institution publique ou privée. Au Havre, nous l avons réalisé pour l essentiel en collaboration avec le pôle Personnes Agées du Centre Communal d Action Sociale du Havre (CCAS), et une association d aide à la personne (Association d Aide Familiale Populaire : AAFP), qui nous ont servi de terrain. Concernant la constitution de l échantillon, nous avons fait le choix de cibler des situations spécifiques: personne en fauteuil roulant (électrique ou manuel) ; personne se déplaçant à peine avec un déambulateur ou à l aide de barres d appui nécessitant l apport de services successifs pour les actes essentiels de la vie quotidienne, sans imposer une présence permanente ; personne atteinte de maladie d Alzheimer ou apparentée, nécessitant une surveillance. Ce choix n a pas été guidé par la recherche de quantité représentative mais plutôt de qualité significative. Ces trois types ont été choisis car les contacts pris avec les établissements nous ont permis de nous rendre compte que ce sont des situations courantes. Ils permettent de saisir à la fois les pluralités qualitatives des situations, mais aussi les dynamiques sociales, chaque situation étant considérée comme une étape dans un parcours de vie. De plus, les handicapés moteurs (jeunes ou adultes) ont été interviewés. 14

16 b) Collecte des données et analyse des résultats L entretien «centré» à l aide d un guide et l observation directe ont été les techniques de recueil de données. Les entretiens visent à mettre en évidence les représentations que les personnes ont, au-delà de leur conformité et à dépasser des comportements, et même des gênes occasionnées par des effets que Festinger (1957) qualifie de «dissonances cognitives». L objectif de l entretien consiste à amener progressivement l interviewé à être l analyste de la situation et à proposer ses propres solutions. En résumé, le guide d entretien visait à poser le contexte spécifique des personnes dépendantes : observer l inclusion sociale (comment les personnes dépendantes s organisent-elles chez elles?), leurs activités et occupations au quotidien, leur déplacement (c'est-à-dire la fréquence de sorties de chez elles, sinon pourquoi?) etc., préciser l environnement de vie actuel (quels sont leurs équipements de mobilité, de communication, leurs difficultés à domicile par rapport au logement, leurs souhaits etc.) et à distinguer les avantages et les inconvénients des systèmes COALAS. Nous avons par exemple voulu savoir comment et à quel moment de la journée, en l'absence de l'aidant, un robot peut contribuer à l'assistance de la personne, mais également dans quelles tâches l aidant souhaiterait l utiliser afin de mieux se consacrer à la partie relationnelle de son travail avec la personne aidée. De plus, nous avons voulu savoir si les gens étaient prêts à l utiliser, sinon pourquoi? Il ne s agit plus de remplacer l'aidant familial par la machine car la machine n est qu un moyen pour l aidant de mieux aider. La machine ne peut que contribuer à stimuler davantage la personne dans ce processus de soutien. 30 entretiens ont été menés autour de 3 «situations de mobilité». 5 à 6 personnes (famille et aidants médico-sociaux), autour de chaque situation, ont été interviewées. Elles constituent le système social au sein duquel la personne est considérée comme actrice. Nous tenons à préciser que des entretiens avec des personnes handicapées (jeunes ou adultes) ont été réalisés pour mieux appréhender la question du handicap, car les systèmes COALAS vont s appliquer à toute personne en situation de handicap ou de dépendance quel que soit son âge. De plus, d autres entretiens réalisés avec des responsables administratifs et des gestionnaires de services et d établissements, mais n ayant pas une intervention directe auprès des personnes malades ou handicapées, 15

17 complètent notre matériau. Les professionnels médico-sociaux et responsables administratifs sont considérés comme des vecteurs de connaissances ayant cumulé les expériences avec des personne âgées et/ ou handicapées. Ils détiennent une certaine expérience dont ils font état durant les entretiens. Ils interviennent directement dans le conseil auprès des décideurs et la conception des outils et dispositifs mis à disposition des professionnels. Les personnes interviewées ont des âges variant entre 20 et 95 ans. Ces entretiens ont été réalisés et enregistrés avec l accord de l enquêté (e). Chaque entretien a duré en moyenne entre 30 et 60 min. Les questions n ont pas été posées forcément de manière ordonnée, car l intérêt n est pas de reproduire systématiquement l ordre des questions tel qu il a été établi dans le guide mais plutôt de garder une cohérence par rapport à la problématique. Dans cet univers d intervention médico-sociale, la famille reste, en dépit de sa recomposition, une institution de référence et un soutien pour la majorité des personnes. Les enfants assurent le plus souvent les fonctions d accompagnement jusqu à la fin de vie. C'est pourquoi il nous a paru important d aller à la rencontre des familles dont les enfants s occupent de leur parent âgé dépendant pour mieux appréhender les subtilités et les différentes considérations non exprimées par des acteurs institutionnels. Tenir compte de leurs considérations est une nécessité pour qui vise aborder l aide technique pour accompagner un parent âgé ou un proche en situation de dépendance. Ces entretiens sont très enrichissants en ce qu ils permettent d aborder les différentes représentations, les modalités d interventions et les aménagements possibles de l habitat au moyen de la domotique. Nous tenons à préciser que cette étude a été menée pendant 6 mois. Cela inclut la définition de l objet d étude (travail bibliographique, construction de la problématique, mise en place des protocoles méthodologiques de l enquête), rédaction des rapports d étape et la formation des enquêteurs étudiants de l ESIGELEC de ROUEN. Le projet COALAS vise également à mettre la formation au cœur des actions prévues en y associant étroitement les élèves ingénieurs de l ESIGELEC, tant sur les actions sociales que techniques. L objectif est de permettre aux futurs ingénieurs de participer à des programmes de recherche, et surtout les initier à la gestion de projets. C'est ainsi qu'une partie des entretiens a été réalisée par des étudiants sous couvert du Département Humanités, Langues et Gestion et certains d entre eux relevant de la dominante 16

18 Ingénierie Biomédicale. Les étudiants ont donc pris part à la formation sur la méthodologie et les techniques d enquêtes (entretien, questionnaire) en sciences sociales. Concernant leur immersion sur le terrain, à part quelques petites difficultés liées aux aléas du terrain, les étudiants rapportent des expériences émouvantes des personnes rencontrées au cours de l enquête et considèrent qu une telle expérience a été très enrichissante en termes de compréhension des problématiques liées au vieillissement et au handicap. Leur expérience sur le terrain contribue à éclairer également dans leur choix les perspectives de carrière professionnelle. Au-delà des motivations personnelles, il convient de souligner en particulier l interaction qui existe entre la technique et la société (Flichy, 2004). C est dire que pour l ingénieur, la maîtrise de la dimension «sociale» de la technologie est au moins aussi importante que sa dimension «technique». 3. Résultats généraux Concernant nos analyses, pour des raisons de confidentialité et d anonymat, les noms des interviewés ne figurent pas dans les extraits que nous présentons. Nous avons simplement choisi de préciser l âge de la personne, le statut de l aidant (famille, auxiliaire de vie, aide-soignante, infirmière etc.), le type de handicap apparent (handicapé moteur, problème de vue, problème d ouïe) ou d autres maladies invalidantes (problèmes de tension artérielle, Alzheimer, escarres etc.). Nous précisons également si la personne vit seule ou non. Les extraits d entretiens ont été mis en italiques, et présentés entre guillemets Caractéristiques des situations sociales des personnes dépendantes Nous présentons les caractéristiques sociales existantes, en notant d abord le rôle particulier de la famille dans ce processus de soutien. Ensuite, nous détaillons les différentes situations concernant la mobilité des personnes dépendantes, leur inclusion sociale et leurs différentes situations de santé, handicaps et leurs difficultés au quotidien. 17

19 a) Prise en charge familiale d une personne âgée dépendante. La prise en charge d une personne âgée reste une préoccupation familiale tant sur le plan financier que sur le plan social. La plupart des enfants se préoccupent de l état de fragilité de leurs parents jusqu à la fin de leur vie. Ils sont donc des aidants potentiels dans ce processus de soutien. Concomitamment ils gèrent souvent quotidiennement leurs activités et celles des parents. Pour certains, cette double gestion d activités est vécue comme une contrainte : «Oui, il y a une aide-ménagère qui vient tous les matins, 5 jours sur 7, moi je gère le reste, et c est assez lourd à gérer en fait, parce que je m occupe du linge, je m occupe de faire ses courses, de penser aux rendez - vous chez le médecin, aux rendez-vous de pédicule, jusqu à alors je m occupe de la toilette, je pense qu on va faire intervenir quelqu un, parce que c est beaucoup pour moi, j assume trop de choses à la fois, j ai ma maison (femme, retraitée, s occupe de sa mère de 93 ans qui marche difficilement à l aide d un déambulateur). Cette gestion de services divers se révèle parfois difficile pour les enfants dont l activité professionnelle se heurte à la prise en charge d une personne âgée. Conséquemment, certains y renoncent pour se consacrer pleinement à l accompagnement de leurs parents : «Avant je travaillais pour une dame âgée, quand ma mère a eu tous ses problème de santé, quand elle est revenu ici, j ai arrêté de travailler pour cette personne, pour venir m occuper de ma mère. Donc c est devenu mon travail», (dame qui s occupe de sa mère âgée de 86 ans, se déplaçant en fauteuil manuel, atteinte d Alzheimer). La prise en charge d une personne âgée déstabilise parfois la famille et peut susciter certaines divergences tant sur les modalités d intervention que sur le partage des charges financières qui s y rapportent : «Ma sœur voulait un lève-malade parce qu elle pensait qu elle avait mal au dos, alors que ma mère ne voulait pas un lève- malade [ ], on n a pas le même caractère», (dame qui s occupe de sa mère âgée de 86 ans, se déplaçant en fauteuil manuel, atteinte d Alzheimer). De plus, apparait également la question de la participation des membres à cette solidarité qui n est pas toujours équitable. Nous avons constaté que le plus souvent, des responsabilités reviennent à celui ou celle qui vit le plus près. On évoque également les difficultés financières au fur et à mesure que la dépendance s accroît. D abord, il faut rappeler que les ressources des personnes âgées dépendantes, sont souvent dérisoires pour permettre de couvrir les dépenses qui vont avec toutes les charges liées à leur état. 18

20 En 2011, Florence Weber soulignait : «on a vu néanmoins qu en France, les revenus des personnes âgées en EHPAD ne leur permettaient pas de payer les frais d hébergement. Les familles contribuent alors financièrement, volontairement dans la plupart des cas ou par le biais de l obligation alimentaire 23». Ainsi, la prise en charge financière est une difficulté majeure pour certaines familles et une contrainte considérable lorsque la dépendance engage des services spécifiques, notamment en établissement spécialisé. Il revient aux membres de la famille, en l occurrence les enfants, d en décider. Le plus souvent, on a recours à la vente de propriété, et le cas échéant les enfants se chargent de payer en envisageant un recours au droit de succession. En revanche, la prise en charge d une personne âgée peut générer le sentiment d en «faire trop». Ce sentiment peut paraître paradoxal dans le sens où les enfants ne souhaitent pas parfois qu une autre personne s occupe de leur parent. Il en est de même pour la personne âgée dépendante qui n aimerait qu avoir son entourage familial autour d elle. Nous l avons senti dans les discours de certains de nos interlocuteurs. b) Mobilité et inclusion sociale des personnes âgées dépendantes La question de la mobilité des personnes âgées dépendantes présente un intérêt spécifique dans l étude de l usage des technologies, en particulier des systèmes COALAS. Elle permet d aborder les différentes phases de la mobilité et l inclusion sociale des personnes dépendantes, en tenant compte de leurs occupations à l intérieur comme à l extérieur du domicile. Nous rappelons que l un des objectifs des systèmes COALAS vise à l amélioration de la mobilité des personnes en situation de handicap ou de perte d autonomie. Comme le suggèrent nos résultats, nous constatons que les personnes âgées dépendantes bougent peu à l intérieur comme à l extérieur. Cela tient à plusieurs raisons notamment liées: A la motricité c'est-à-dire qu elles ne peuvent pas ou difficilement se déplacer. En somme, l état physique représente un facteur de blocage à la mobilité et la participation à différentes activités à l extérieur du domicile. Les déplacements à 23 WEBER Florence. Handicap et dépendance. Drames humains, enjeux politiques, paris, Ulm, 2011, p.27 19

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE

LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE LES ORGANISMES DE SERVICES A LA PERSONNE Les services à la personne désignent les activités destinées à répondre aux besoins des particuliers dans leur vie quotidienne. On distingue 3 domaines de services

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour,

Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94. Bonjour, Françoise TRUFFY, Présidente de la CDAPH 94 Bonjour, Je me présente : J ai une formation de base d ergothérapeute et d infirmièreassistante sociale spécialisée en psychiatrie et comme pour faire, j ai

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Vieillir à domicile, l aménagement du logement

Vieillir à domicile, l aménagement du logement Les retraités et leur logement Maison de la Chimie, 18 novembre 2013 Vieillir à domicile, l aménagement du logement Sylvie Renaut Socio économiste Cnav 1 Contexte : le temps de la retraite et le temps

Plus en détail

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD:

Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: Préconisations de l association ALERTES pour le G.T. «Nouvelles technologies «présentées par J. GIARD: ALERTES Association Departementale Loi 1901 regroupe les différents acteurs intervenant en gérontologie

Plus en détail

VIH et Vieillissement

VIH et Vieillissement LIVRET D INFORMATION VIH et Vieillissement en Haute-Normandie Bien vieillir avec le VIH 1 2 VIH/SIDA la prise en charge des personnes vivant avec le VIH en Haute-Normandie Plus de 15 000 patients vivant

Plus en détail

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013

Dossier de presse. 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014. Nantes, le 11 mars 2013 Nantes, le 11 mars 2013 1000 Logements Bleus dans le parc social sur le mandat 2008-2014 v Dossier de presse Contact service presse Tél. : 02 40 41 64 36 Fax : 02 40 41 64 10 presse@mairie-nantes.fr 1000

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE

BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE BIENTRAITANCE CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE Dr Marie Florence PERARD-BAH Bonjour à tous, Pour ceux qui ne me connaissent pas: Je suis le Dr PERARD-BAH Gériatre responsable du pôle gériatrique du Centre Hospitalier

Plus en détail

Les systèmes d information de la DREES sur le handicap et la dépendance. Etienne Debauche

Les systèmes d information de la DREES sur le handicap et la dépendance. Etienne Debauche Les systèmes d information de la DREES sur le handicap et la dépendance Etienne Debauche Les objectifs de la Drees Suivi régulier des politiques publiques suivi des prestations existantes et de leurs bénéficiaires

Plus en détail

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012

Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer. Belfort, le 30 janvier 2012 Belfort, le 30 janvier 2012 Domicile protégé pour personnes atteintes de la malade d Alzheimer La Ville de Belfort inaugure le Domicile Protégé, un lieu de vie spécifiquement adapté aux personnes atteintes

Plus en détail

Définition, missions, fonctionnement des EHPAD Dr Sylvie HAULON Gériatre Chef de Service Hôpital Emile ROUX Hôpitaux universitaires Henri Mondor Problématiques Comment prendre en charge la dépendance de

Plus en détail

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude réalisée par Préambule L analyse de la littérature et des

Plus en détail

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» :

Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : 1 Association à but non lucratif créée en 2004, MEDeTIC est agréée Entreprise Solidaire et a le statut «Jeune Entreprise Innovante» : Recherche et Développement dans le domaine de l utilisation des Nouvelles

Plus en détail

débattre, comprendre, agir

débattre, comprendre, agir la dépendance : débattre, comprendre, agir Février 2011 MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE débat national sur la dépendance Pourquoi un débat sur la dépendance? Vivre plus longtemps :

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les

Carbet des aidants. Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées. Dossier de presse. sur les Carbet des aidants sur les Technologies d aide à l autonomie des personnes âgées Dossier de presse Le réseau Gérontologie-Alzheimer organise, le 16 novembre 2013 à l Auditorium de la Mairie de Rémire-Montjoly,

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? EN PROLOGUE Les personnes âgées qui doivent arrêter de conduire vivent

Plus en détail

Le MAINTIEN A DOMICILE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP. Caroline Véré Catherine Chandeau MDPH 1 64

Le MAINTIEN A DOMICILE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP. Caroline Véré Catherine Chandeau MDPH 1 64 Le MAINTIEN A DOMICILE DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP Caroline Véré Catherine Chandeau MDPH 1 64 LOI n 2005-102 DU 11 FEVRIER 2005 Pour l égalité des droits et des chances, la participation et

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

«LA SOLITUDE DES SENIORS» ENQUÊTE. 42 Éducation à la santé et à la vie quotidienne dans les Hauts-de-Seine. Objectifs

«LA SOLITUDE DES SENIORS» ENQUÊTE. 42 Éducation à la santé et à la vie quotidienne dans les Hauts-de-Seine. Objectifs ENQUÊTE «LA SOLITUDE DES SENIORS» La canicule de l été 2003 a montré combien les personnes isolées étaient vulnérables. Depuis cet événement, l Institut des Hautsde-Seine s est attaché à proposer aux seniors

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Expérimentation Watt & Moi 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Watt & Moi, une expérimentation de mise à disposition des données Linky aux consommateurs GRANDLYON HABITAT et ERDF

Plus en détail

-- Que faire face au risque dépendance?

-- Que faire face au risque dépendance? Conférence du 16 juin 2008 pour l APAI -- Que faire face au risque dépendance? Les coordonnées des intervenants : Nicole MISPELAERE Conseiller financier mispeln@agf.fr Portable perso 06 82 81 06 11 Michel

Plus en détail

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE?

142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? Item 142 COMMENT ORGANISER LE RETOUR À DOMICILE D UN PATIENT EN SOINS PALLIATIFS DANS LE CADRE D UNE MALADIE CANCÉREUSE? I/ Introduction 1 On rappelle la définition des soins palliatifs, par la S.F.A.P.

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009

Lycée du Dolmen à Poitiers le 26 janvier 2009 Le handicap au quotidien. J émettrai d abord une question : qu est-ce que le handicap? Pour moi, c est seulement une façon différente de penser, d être, d exister et de fonctionner. Je revendique mon statut

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques

Qualité de vie des Franciliens de 60 ans ou plus : agir sur les limitations physiques 20 Qualité de vie des personnes âgées Qualité de vie des Franciliens de 60 : agir sur les limitations physiques A l heure où «la révolution de la longévité» est engagée se pose avec acuité la question

Plus en détail

Régulièrement, des rencontres sont organisées entre résidences-autonomie et écoles, centres de loisirs ou crèches.

Régulièrement, des rencontres sont organisées entre résidences-autonomie et écoles, centres de loisirs ou crèches. Régulièrement, des rencontres sont organisées entre résidences-autonomie et écoles, centres de loisirs ou crèches. PoitiersMag page 8 AVRIL 2016 N 234 09 Seniors : la liberté de choisir De l aide à domicile

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

L expertise ergothérapique photographie du quotidien

L expertise ergothérapique photographie du quotidien L expertise ergothérapique photographie du quotidien Florence Collard Ergothérapeute D.I.U. Victimologie - Lyon D.I.U. Expertise Judiciaire - Nancy D.I.U. Psychopathologie et affections neurologiques -

Plus en détail

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile

Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Questionnaire adressé aux aidants de personnes mentalement handicapées vivant à domicile Besoins des aidants 1. Actuellement, êtes vous au bénéfice d une aide à domicile dans la prise en charge de la personne

Plus en détail

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées?

Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Comment mieux ouvrir la fonction publique aux personnes handicapées? Conférence-débat n 2 Bernadette MOREAU, Directrice de la Compensation à la CNSA ; Professeur Alain DOMONT, Professeur à l Hôpital Corentin

Plus en détail

Vers un schéma médico-social unifié

Vers un schéma médico-social unifié Vers un schéma médico-social unifié Quelles synergies rechercher pour valoriser les ressources des personnes et du territoire? La réglementation en vigueur et principalement le code de l action sociale

Plus en détail

Les Français et le Grand Age

Les Français et le Grand Age Les Français et le Grand Age Fédération Hospitalière de France / TNS Sofres Mai 2013 En préambule Le vieillissement de la population et la prise en charge du grand âge : un enjeu crucial dans l agenda

Plus en détail

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION?

QUAND METTRE EN PLACE UN PROGRAMME D INTERVENTION? S Y N T H È S E D E S R E C O M M A N D A T IONS D E B O N N E P R A T I Q U E Surdité de l enfant : accompagnement des familles et suivi de l enfant de 0 à 6 ans - hors accompagnement scolaire - Décembre

Plus en détail

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées

Septième partie. Les cartes pour personnes handicapées Septième partie Les cartes pour personnes handicapées 151 CHAPITRE 1 LA CARTE D INVALIDITÉ La carte d invalidité est délivrée à toute personne dont le taux d incapacité permanente est au moins de 80% ou

Plus en détail

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage

AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage AUTONOMIS NOUVELLE GÉNÉRATION Une réponse plus efficace pour les personnes dépendantes et leur entourage PARTENARIAT NATIXIS ASSURANCES, FRANCE DOMICILE ET UNA Contacts presse Karine BRIAND Responsable

Plus en détail

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2

STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 STAGE ASDIFLE : EXTRAIT de MASTER 2 «Évolution du concept de formation à travers l analyse de Cahiers de l Asdifle» C est dans le cadre d un partenariat entre l Asdifle et l Université Paris VII que j

Plus en détail

COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS

COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS D 1 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES ET LES GENERATIONS La Ville propose un grand nombre de services et d animations pour les personnes âgées encore relativement autonomes. Mais,

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1

Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Accompagner les apprentissages d un l élève handicapé scolarisé individuellement dans une classe «ordinaire» 2013 ASH 06 1 Critères efficaces dans la relation d aide «Empathie, disponible, attentif, attentionné,

Plus en détail

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS

ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS ÊTRE PROCHE AIDANT DU DOMICILE AU CENTRE D HÉBERGEMENT: DES BESOINS ÉVOLUTIFS TOUT AU LONG DU PARCOURS Francine Ducharme, Ph. D. Véronique Dubé, Ph. D. Université de Montréal 16 avril 2015 L APPUI Estrie

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» :

Synthèse. Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : Synthèse Quatre sujets ont été présentés au cours de l atelier «Méthodes d observation» : 1. Les études d acceptabilité : exemple du tableau blanc interactif (TBI) par Philippe WOLF. 2. Etwinning, une

Plus en détail

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés

Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs handicapés Centre Départemental de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Haute-Corse Pôle santé et sécurité au travail Les aides du FIPHFP en matière d accessibilité des locaux professionnels aux travailleurs

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

Janvier 2015 POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ

Janvier 2015 POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ 1 LES TERMES «VISION7 INTERNATIONAL», «V7I» ET «ENTREPRISE» DÉSIGNENT VISION7 INTERNATIONAL ET SES FILIALES ET UNITÉS COMMERCIALES. 1. OBJECTIF ET PORTÉE La Loi de 2005 sur l

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Normes de la LAPHO pour les services à la clientèle. Énoncé de politique

Normes de la LAPHO pour les services à la clientèle. Énoncé de politique Normes de la LAPHO pour les services à la clientèle Énoncé de politique Objectif : L objectif de cette politique est de mettre en place les directives pour la prestation de services aux personnes handicapées

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français

NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français Préface NOTRE société évolue de plus en plus vite, l espérance de vie des Français et leur longévité augmentent bien plus que nous ne l avions imaginé depuis cinquante ans. Dans de nombreux domaines, on

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D ERGOTHÉRAPEUTE Référentiel d activités L ergothérapeute est un professionnel de santé. L ergothérapie s exerce dans les secteurs sanitaire et social et se fonde sur le lien qui

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL. Incapacité MODE D EMPLOI. 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle.

SANTE AU TRAVAIL. Incapacité MODE D EMPLOI. 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. SANTE AU TRAVAIL Consolidation Incapacité CRP 1 salarié sur 25 est victime d un accident du travail ou d une maladie professionnelle. Dans 1 cas sur 10, la victime perd une partie de ses capacités fonctionnelles

Plus en détail

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile

La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile La téléassistance comme moyen de prévention de la perte d autonomie à domicile Christelle ROULET Chargée de mission Conseil général Pôle PA-PH Évelyne SANCIER Directrice de SIRMAD téléassistance Définition

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale

Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale Le secteur spécialisé «assuétudes» wallon et la Réforme des soins en santé mentale 1 L offre de soins en santé mentale dans l accord gouvernemental L accord gouvernemental du 9 octobre 2014 prévoit en

Plus en détail

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE

TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE TROUBLES D APPRENTISSAGE ET ÉCOLE QUEL DISPOSITIF POUR QUEL ENFANT? OCTOBRE 2014 JEAN DEVRIES IEN ASH 1 PLAN DE L INTERVENTION Service ASH 1 > Qu importe le diagnostic. 2 > Prendre en compte la diversité

Plus en détail

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs

Edito. Guy LE CHARPENTIER & Nicolas ROUMAGNE Co-directeurs, ingénieurs en réadaptation, formateurs Edito Depuis la création de notre organisme de formation en 2011, 350 personnes ont bénéficié de notre pédagogie innovante : Scènésens. Les stagiaires ont montré à la fois les besoins et les intérêts de

Plus en détail

REGION AQUITAINE. . La Réole. . Bazas. Zone d'animation Territoriale. Libournais - Sud Gironde --------------------------- Coutras.

REGION AQUITAINE. . La Réole. . Bazas. Zone d'animation Territoriale. Libournais - Sud Gironde --------------------------- Coutras. REGION AQUITAINE. Coutras. Cadillac Ste Foy La Grande. La Réole.. Bazas Enjeux Formation Emploi 2015 --------------------------- Zone d'animation Territoriale Libournais - Sud Gironde 1/6 Direction de

Plus en détail

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile

La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Habitat et vieillissement La vie chez soi, améliorer les pratiques du domicile Diagnostic autonomie et vieillissement Colloque FREGIF Paris Page 1 Le CSTB : au service la qualité et de la sécurité de la

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE

PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Rencontre presse Jeudi 12 septembre 2013 PRO BTP S ENGAGE POUR LES AIDANTS DE PROCHES EN PERTE D AUTONOMIE Plus de 4 millions de Français1

Plus en détail

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget

Logement. Maintien à domicile. Alimentation. Transport. Budget SOMMAIRE Logement Maintien à domicile Santé Alimentation Transport Budget LOGEMENT PACT Pays-Basque Le PACT vous aide à adapter votre logement : un diagnostic accessibilité réalisé par le PACT. Évaluation

Plus en détail

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse.

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse. Résumé de l étude Les seniors et Internet Pro Senectute Suisse L utilisation des technologies de la communication et de l information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015 Institut

Plus en détail

Comité de concertation associatif représentatif

Comité de concertation associatif représentatif Vendredi 21 Mars 2008 RENCONTRE AVEC MONSIEUR JEAN-FRANÇOIS VITOUX DIRECTEUR DE LA MAISON DÉPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPÉES DU PAS-DE-CALAIS Rencontre Monsieur VITOUX Vendredi 21 mars 2008 1 sur

Plus en détail

DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE?

DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE? DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE? 1 PREMIER USAGE : LES PHOTOS ME PERMETTENT DE MIEUX COMPRENDRE COMMENT FONCTIONNE LE PAYSAGE... 1 2 DEUXIÈME USAGE : ELLES ME PERMETTENT D ORGANISER LE PARTAGE DE L EXPÉRIENCE...

Plus en détail

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée»

«SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» «SOINS AUX PERSONNES AGEES : Cadre juridique et administratif des prises en charge chez la personne âgée» intéresser, l entendre, et transformer en soins de vie ce qu elle veut nous dire qu elle soit atteinte

Plus en détail

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012

Mieux répondre aux besoins et aux attentes des personnes âgées. Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Association des Bibliothécaires de France Journée du 14 mai 2012 Plan de la présentation Etat des lieux de la population bas-rhinoise et alsacienne des plus de 60 ans Les interventions du Conseil Général

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

!"!#!$% & $' # ("#! ) (' $ '*$ & $'+,

!!#!$% & $' # (#! ) (' $ '*$ & $'+, "#$% & $' # "# ) ' $ '*$ & $'+, - «Peut-on espérer, dans un avenir proche, que la nature soit ouverte à tous et soit donc accessible aux personnes handicapées?» «et comment envisager l accessibilité comme

Plus en détail

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite»

Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Pour les nouveaux retraités, les ateliers «Bienvenue à la retraite» Le passage à la retraite est une période de transition qui implique des changements et la perte d un certain nombre d éléments structurant

Plus en détail

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande

FOCUS définition. Charteterritoriale. Vieillir et s épanouir AIDER UN PROCHE ÂGÉ. en Pays de Redon. la formule «aidants familiaux» reflète la grande Vieillir et s épanouir en Pays de Redon AIDER UN PROCHE ÂGÉ Charteterritoriale En France, 3,4 millions de personnes apportent un soutien à un proche âgé. La présence d un aidant constitue souvent une condition

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1

Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées. Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Tableau synthétique des différentes aides au bénéfice des personnes handicapées Document réalisé par la MDPH 04 Mise à jour : mai 2013 1 Prestations financières pour adultes handicapés Prestation financière

Plus en détail

RAI-Home Care Genève. Dispositif de formation et séquences d enseignement. Symposium RAI Bruxelles 2 0 0 8

RAI-Home Care Genève. Dispositif de formation et séquences d enseignement. Symposium RAI Bruxelles 2 0 0 8 RAI-Home Care Genève Dispositif de formation et séquences d enseignement Symposium RAI Bruxelles 2 0 0 8 la Suisse et ses 26 cantons Allemagne Autriche France Italie la population résidante 8'000'000 7'000'000

Plus en détail

Baromètre de la protection sociale Vague 3

Baromètre de la protection sociale Vague 3 pour Baromètre de la protection sociale Vague 3-2 ème conférence nationale de la protection sociale - Contacts : Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint de l Ifop 10 avril 2013 Note méthodologique Etude

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France

Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Etude auprès des seniors sur leurs perceptions, leurs pratiques et retours d expérience Picardie / France Juillet 2015 - Occurrence pour CCMO mutuelle Sommaire Contexte et méthodologie 3 1. Préparation

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE

Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE Document de références ENTOURANT L ACCESSIBILITÉ UNIVERSELLE PRODUIT PAR : Association des Personnes Handicapées de la Rive-Sud Ouest (APHRSO) 100 rue Ste-Marie La Prairie (Québec) J5R 1E8 Téléphone :

Plus en détail