Jean-Louis CAYATTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Jean-Louis CAYATTE jlcayatte@free.fr http://jlcayatte.free.fr/"

Transcription

1 Chapitre 14 Marché du travail avec salaire négocié Supposer que le salaire est négocié entre l employeur et le salarié, c est remplacer l équation w( t) = w par une équation de détermination de ce salaire négocié (section 1). On résout le nouveau modèle obtenu (section 2) et on en fait la statique comparative (section 3). Section 1. La négociation du salaire La négociation détermine un salaire compris entre le plus faible des salaires qu un salarié accepte, appelé salaire de réserve, et le salaire maximal qu accepte de payer un employeur. 1. Le salaire de réserve Considérons le chômeur qui trouve un emploi et qui n a plus qu à négocier son salaire : quel est son taux de salaire de réserve, c est-à-dire le taux de salaire ω minimal que l employeur doit lui proposer pour qu il accepte l emploi? La réponse est évidente : le chômeur acceptera tout salaire w qui lui donne une utilité (globale) au moins aussi grande que celle qu il aurait en continuant à chercher un emploi. Or, s il continuait à chercher, il pourrait espérer obtenir le salaire alternatif ω, la moyenne des salaires dans l économie. Avec les notations introduites au chapitre 9, il acceptera donc tout salaire w tel que : S w S ω De l équation de Bellman d un actif occupé qui accepte le salaire w, on déduit : Jean-Louis CAYATTE -1- N = + ( ω) rs w w s S S w N N w rs SN ( w) S ( ω ) = r + s w rs ω Donc, notre chômeur acceptera tout salaire acceptables, soit ω = rs ( ω ) (1). Le salaire de réserve est le plus petit de ces salaires ( ω ) ˆ salaire de réserve = utilité permanente du chomeur (mesurée en ) ω =, la tension = 2,25 et l utilité instantanée du Exemple numérique. Supposons le salaire alternatif 10 chômeur a = 5. Nous avons déjà calculé (dans le chapitre 13, section 4, 2) que, dans ce cas, l utilité permanente d un chômeur est rs = 9,50. Son salaire de réserve est donc ω = rs = 9,50. Vocabulaire. On appelle surplus du salarié le supplément d utilité globale S ( w) S ( ω ) N que lui apporte le fait d accepter l appariement au taux de salaire w. On peut donc aussi dire que le chômeur acceptera tout salaire qui rend son surplus positif. On appelle rente du salarié la part de sa rémunération qui excède le minimum requis pour qu il accepte de tra-. vailler (donc qui excède son salaire de réserve), soit w rs ( ω ) Remarques. a) Pourquoi le chômeur accepte-t-il un salaire inférieur au salaire alternatif? Parce que pour obtenir ce salaire alternatif, il faut le chercher, donc passer par une période de chômage, pendant laquelle l utilité instantanée n est que de a = 5. Autrement dit, dans notre exemple numérique, le chômeur est indifférent entre un salaire de 9,50 tout de suite, et un salaire de 10 après une période aléatoire de recherche, dont l espérance de durée est 1 4, 4 m = mois. Vérifions que le salaire de réserve est nécessairement inférieur au salaire alternatif. Pour cela, écrivons que tout modèle du marché du travail doit satisfaire l inégalité S < SN, faute de quoi, le comportement d un chômeur serait contradictoire (cf. chapitre 9, section 2). Or, quel que soit le taux de salaire alternatif, cette inégalité est équivalente aux suivantes :

2 ( r + s) S < ( r + s) SN rs < rsn + s ( SN S ) rs < w + s S S + s S S = w N N b) Comme dans le chapitre précédent, les employeurs vont créer ou supprimer des postes vacants instantanément, de manière que la condition de création de postes soit satisfaite en permanence. Comme dans le chapitre précédent, par conséquent, la tension prendra immédiatement sa valeur d équilibre. Nous pouvons donc écrire, en utilisant l équation de Bellman du chômeur, ( ) ω = rs ω = a + m S ω S ω N et vérifier le signe des dérivées par rapport au salaire alternatif et à la tension : ω ω > 0 > 0 ω Conformément à l intuition, le salaire de réserve est fonction croissante à la fois du salaire alternatif et de la tension. c) Pour l instant, nous ne connaissons ni le salaire alternatif, ni la tension. Par conséquent, nous ne connaissons pas le salaire de réserve non plus. Le salaire de réserve n est pas exogène. 2. Le salaire maximal acceptable par un employeur En raisonnant comme pour le salarié, on conclut que l employeur accepte tout salaire w tel que p w Π N ( w) = > Π V ( ω ) = 0 r + s p =. Pourquoi accepte-t-il un salaire ω =? Parce que, pour obtenir de ne payer que Dans notre exemple numérique, il accepte donc tout salaire inférieur à 12 supérieur au salaire alternatif que nous avons supposé égal à 10 ce salaire alternatif, il faut continuer à chercher, et pendant la période de recherche, le profit est négatif (il faut payer h par unité de temps). On appelle surplus de la firme le supplément d espérance de profit actualisé que lui apporte le fait d accepter l appariement à ce taux de salaire plutôt que de continuer à chercher : p w Π N ( w) Π V ( ω ) = Π N ( w) 0 = r + s On appelle rente de la firme la part de profit (instantané) qui excède ce qui est nécessaire pour que le producteur accepte de produire, soit p w. 3. Le partage du surplus global On appelle surplus global S la somme des surplus individuels, donc ici, la somme du surplus du salarié et de celui de l employeur : ( N ( ω )) N V ( ω ) p rs ( ω ) S = S w S + Π w Π = r + s On appelle rente globale la somme des rentes, soit p rs ( ω ). Puisqu ils sont proportionnels, il est équivalent de raisonner sur le partage du surplus global ou sur le partage de la rente globale. Par conséquent, alors que la théorie générale de la négociation porte sur le partage du surplus global que génère l accord entre les parties, dans notre modèle, on peut en appliquer directement les résultats au partage de la rente globale. Ainsi, dans notre exemple numérique, si le salarié et l employeur se mettent d accord sur un salaire w = 11 par exemple, on peut dire que la rente est partagée en w rs ( ω ) 11 9,50 1, ,50 2,50 p rs ω = = = = pour le salarié et p w = = 1 pour la firme, soit 60% (de la rente ou du surplus) pour le salarié et 40% (de la rente ou du surplus) pour la firme. Plus généralement, on peut écrire : salaire de réserve salaire négocié salaire de réserve + rente globale ou (2) Jean-Louis CAYATTE -2-

3 salaire négocié = salaire de réserve + α rente globale où α est aussi bien la part du surplus global que la part de la rente globale obtenue par le salarié. Comme vous le savez, la théorie de la négociation conduit souvent à admettre la règle de partage du surplus connue sous le nom de solution généralisée de Nash (solution au problème de la négociation). 4. La solution généralisée de Nash John Nash (Américain né en 1928, prix Nobel d Economie 1994) a bien mis en lumière, en 1950, que le résultat d une négociation dépend de deux éléments bien distincts du rapport de force entre négociateurs : a) les situations dans lesquelles se trouveront les négociateurs en cas d échec de la négociation d une part, ou positions de repli, b) et un paramètre appelé pouvoir de négociation, d autre part. Nous savons écrire les positions de repli de nos négociateurs : S ω pour le salarié, ( ω ) 0 Π = pour l employeur. Voyons ce que nous pouvons dire du pouvoir de négociation. On peut construire divers modèles de négociation (sous forme de jeux non coopératifs) qui déterminent un pouvoir de négociation. Les plus intéressants sont ceux qui font dépendre ce pouvoir de l aversion pour le risque et du degré d impatience (taux de dépréciation du futur) des négociateurs. Plus précisément, ces modèles montrent que les salariés auront un pouvoir de négociation inférieur à celui des employeurs s ils ont une plus grande aversion pour le risque que les employeurs ou s ils sont plus impatients que les employeurs. D autre part, comme il est intuitif, c est le pouvoir de négociation relatif qui compte. Formellement, si on note γ le pouvoir de négociation du salarié et δ celui de l employeur, le pouvoir de négociation relatif du salarié est β = γ + δ et celui de l employeur 1 δ γ β = γ + δ. ne étude sur le Canada suggère un β de l ordre de 30%. Les employeurs canadiens étudiés seraient donc soit plus patients, soit moins β = riscophobes que leurs salariés, ou, évidemment, à la fois plus patients et moins riscophobes. Dans notre modèle, salariés et employeurs sont, tous les deux, neutres face au risque, et ils ont le même taux de dépréciation du futur r. Si on réduit la détermination du pouvoir de négociation à ces deux facteurs, notre modèle implique donc 50%. Nous retiendrons cette valeur dans nos exemples numériques, mais, pour laisser toutes les portes ouvertes, nous garderons β dans nos formules. Ainsi, notre modèle est compatible avec n importe quelle théorie du pouvoir de négociation. Avec ces notations, la solution généralisée de Nash énonce que le salaire négocié est la valeur w de w qui maximise le produit des surplus individuels, pondérés par les pouvoirs de négociation relatifs : β arg max ( ) ( ) 1 β w = SN w S ω Π N w Π V ω On démontre que la condition du premier ordre de ce programme s écrit : surplus du salarié = β surplus global ou, dans notre modèle où la rente et le surplus sont proportionnels, rente du salarié = β ( rente globale) Autrement dit, dans notre modèle, la part α du surplus global qui revient au salarié est égale à son pouvoir de négociation β. En utilisant la définition (1) du surplus du salarié et la définition (2) du surplus global, nous obtenons donc : w rs ( ω ) p rs ( ω ) = β r + s r + s ou, en passant à la rente, ( ω ) β ( ω ) w = rs + p rs (3) soit : le salaire négocié est égal au salaire de réserve, plus une part de la rente égale au pouvoir de négociation du salarié. Ce salaire négocié continue à dépendre du salaire de réserve, qui lui-même dépend du salaire alternatif et de la tension. V Jean-Louis CAYATTE -3-

4 5. Convergence du salaire négocié et du salaire alternatif rs Il nous reste une dernière étape à franchir. Reprenons notre exemple numérique : avec un salaire de réserve de rs ω = 10 = 9,50, avec p = 12 et β = 50%, la solution de Nash donne un salaire négocié de w = 10, 75. Mais si un employeur et un chômeur se mettent d accord sur un salaire de 10,75, le salaire moyen dans l économie, qui était de 10 par hypothèse, devient dès lors une moyenne (pondérée) de 10 et de 10,75, donc supérieur à 10. Le salaire alternatif pour les autres chômeurs vient donc d augmenter. Cette augmentation du salaire alternatif augmente le salaire de réserve du prochain salarié qui va négocier son salaire. Toutes autres choses égales par ailleurs, celui-ci obtiendra donc un salaire négocié supérieur à 10,75, ce qui augmentera encore le salaire alternatif, etc. Mais même notre premier salarié peut raisonner ainsi : si, lorsque le salaire alternatif est 10, je peux obtenir 10,75 dans cette entreprise, alors je pourrai obtenir 10,75 dans toutes les entreprises (puisqu elles sont identiques). Le salaire alternatif ne peut donc pas rester égal On pourrait expliciter un processus de convergence entre le salaire négocié et le salaire alternatif. Mais, si nous admettons que cette convergence est logiquement instantanée, nous pouvons écrire directement le résultat : à l équilibre, le salaire alternatif est égal au salaire négocié. Par conséquent : ω = w L équation (3) de détermination du salaire (négocié) s écrit alors : β ( ) w = rs w + p rs w (4) salaire d'équilibre = salaire de réserve d'équilibre + β rente globale d'équilibre Le salaire négocié d équilibre ne dépend plus que d une inconnue, le salaire de réserve rs, qui lui-même ne dépend plus que de la tension. Exprimons explicitement ce taux de salaire négocié d équilibre en fonction de la tension d équilibre. 6. La courbe WS rs et la rente globale de manière appropriée, on démontre que la relation (4) s écrit également : En réécrivant ( β ) β ( ) w = 1 a + p + h (5) Cette relation entre le salaire d équilibre et la tension d équilibre s appelle courbe WS (comme wage setting), ou simplement courbe de salaire (wage schedule). Dans notre cas, le taux de salaire d équilibre est une fonction affine de la tension d équilibre. Elle est représentée sur la figure 1. Jean-Louis CAYATTE -4-

5 w da > 0 dβ > 0 dh > 0 ( p a) a+ β Figure 1. La courbe WS donne le salaire négocié d équilibre en fonction de la tension d équilibre. 1. Vérifiez les déplacements indiqués par les flèches (translations et pivotements) : ne hausse de a ou de p augmente l ordonnée à l origine sans modifier la pente, donc translate la droite vers le haut. ne hausse de h augmente la pente sans modifier l ordonnée à l origine, donc fait pivoter la droite vers le haut. ne hausse de β augmente à la fois l ordonnée à l origine et la pente, donc déplace la droite vers le haut. La hausse de n importe lequel de ces 4 paramètres se traduit donc par un salaire d équilibre plus élevé pour une tension donnée, toutes autres choses égales par ailleurs. β ) et d un renforcement ( β 1) du a = et p = 12, 2. Vérifiez l effet sur le salaire négocie d un affaiblissement ( 0 pouvoir de négociation des salariés, à tension donnée. Dans notre exemple numérique, où 5 l ordonnée à l origine est : Vérifiez qu elle varie entre 5 a + β p a = 5 + β 12 5 = 5 + 7β a = et p = 12 selon le pouvoir de négociation des salariés. Avec h = 8, en posant β = 50%, la courbe WS s écrit, dans notre modèle : w = 8, Comment notre modèle se résout-il, compte tenu de cette équation de salaire? Section 2. Résolution du modèle Le salaire d équilibre dépend de la tension d équilibre selon WS, mais la tension d équilibre dépend du salaire d équilibre selon la condition de création de postes. 1. La condition de création de postes La condition de création de postes s écrit désormais : h p w = m r + s ( ) Pour la représenter dans le même repère que la courbe WS, écrivons-la Jean-Louis CAYATTE -5-

6 ( + s) ( ) h r w = p m Le graphe de cette fonction est représenté sur la figure 2, avec le sens du déplacement de la courbe en fonction des paramètres qui la déterminent. w p dh > 0 ds > 0 dr > 0 d µ > 0 max Figure 2. La condition de création de postes donne la tension d équilibre en fonction du salaire d équilibre. Puisqu elle représente la condition de création de postes, cette courbe est désignée par l abréviation anglo- v t = u t. Il n y a pas saxonne JC (job creation). Nous avons déjà désigné de cette manière la droite d inconvénient réel à noter de la même manière la courbe qui détermine importe. Vérifiez les cas limites : 1. w p implique n salaire nul w = 0 donnerait une valeur finie à la tension et la droite dont seule la pente. Si les actifs acceptaient de travailler gratuitement, la demande de travail ne deviendrait pas infinie. La raison en est que les employeurs devraient toujours subir le coût de recrutement ( h par unité de temps pendant la durée de vacance du poste), et que donc le travail ne serait pas réellement gratuit pour eux. Dans notre exemple numérique, cette courbe de création de postes a pour équation : ( r + s) h ( + ) 0,005 0, w = p = 12 = 12 µ 0, Salaire et tension d équilibre La courbe de création de postes et la courbe WS représentent deux relations entre le salaire d équilibre w et la tension d équilibre qui doivent être satisfaites simultanément. Leur croisement représente donc graphiquement la détermination de ces deux grandeurs. Jean-Louis CAYATTE -6-

7 w p da > 0 d β > 0 dh > 0 WS w ( p a) a+ β a 0 dh > 0 ds > 0 dr > 0 dµ > 0 JC Figure 3. Le salaire et la tension d équilibre 1. Les flèches de la figure 3 vous permettent de déterminer graphiquement a) les effets de a, β, s et µ sur le salaire et la tension d équilibre. Faites-le soigneusement. b) l effet de p sur w, mais pas sur. c) l effet de h sur, mais pas sur w. 2. On démontre analytiquement que et w sont des fonctions décroissantes de h et croissantes de p. tilisez ce résultat pour dessiner deux figures, l une avec h ' > h, l autre avec p ' > p (si nécessaire, la figure 6 peut vous servir de corrigé). 3. Vérifiez que le taux de croissance n de la population active ne participe à la détermination ni de ni de w. 4. La figure 3 ressemble à la détermination du salaire d équilibre dans le modèle walrassien, où la courbe d offre croissante et la courbe de demande décroissante déterminent simultanément le salaire et l emploi d équilibre. Il est vrai que, dans les deux cas, nous avons une courbe croissante et une courbe décroissante. La courbe décroissante ressemble à la courbe de demande de travail, mais c est, en toute rigueur, une courbe de création de postes (vacants). Il est vrai que, dans notre modèle, créer des postes vacants est le seul moyen d L N V = +, car les employeurs n ont pas de pouvoir direct sur N. d augmenter la demande de travail La courbe croissante est une courbe qui définit le taux de salaire négocié, en fonction de la tension. La seule ressemblance avec une courbe d offre de travail est le caractère croissant de la courbe. Dans notre exemple numérique, les deux courbes, la courbe WS et la courbe de création de postes, 4 w = 8, et w = 12 3 se croisent en w = 10,96 et = 0, 61. Vérifiez que, dans ces conditions : le salaire de réserve est rs = 9,91 ; la rente totale est p rs = 12 9,91 = 2,09 ; le salaire d équilibre est bien la somme du salaire de réserve et de la part (50%) de la rente qui va au salarié : w = 9,91+ 1,05 = 10,96 3. Le taux de chômage d équilibre ne fois la tension déterminée, on note que la courbe de Beveridge a la même expression que dans le chapitre précédent : Jean-Louis CAYATTE -7-

8 n + s u = n + s + m ( ) Elle ne dépend pas du salaire (ou plutôt, elle n en dépend que par l intermédiaire de la tension). Par conséquent, v t = u t, elle nous donne le taux de exactement comme dans le chapitre précédent, combinée à la droite chômage d équilibre, ce qui clôt la détermination de l équilibre. v t ds > 0 dn > 0 dµ > 0 JC v dµ >0 da > 0 dβ > 0 dr > 0 ds > 0 dh > 0 0 u BC u( t) Figure 4. Le taux de chômage d équilibre Dans notre exemple numérique, le taux de chômage d équilibre s établit à u = 15%. Section 3. Statique comparative 1. Le triplet d équilibre Dans l univers walrassien, l équilibre du marché du travail est représenté par le couple ( e e, ) w L, salaire d équilibre et emploi d équilibre (égal à la fois à l offre et à la demande de travail). Dans notre modèle, qu on appelle modèle d appariement, l équilibre du marché du travail est caractérisé par un triplet (,, ) (,, ) w V ou w v u. Comme vous l avez vu, nos raisonnements ont davantage utilisé la notion de tension que celle de postes vacants. C est pourquoi les économistes ont plutôt coutume de dire que l équilibre du marché du travail w,, u. est représenté par le triplet La représentation graphique de l équilibre nécessite désormais deux figures (la figure 3 et la figure 4). En utilisant les résultats indiqués par les flèches qui y figurent, ainsi que les deux résultats analytiques qui complètent la figure 3, à savoir w > 0 > 0 p p w < 0 < 0 h h on détermine l effet de chacun de nos 8 paramètres sur les 3 variables du triplet d équilibre. Ces effets sont résumés dans le tableau suivant, le signe + indiquant qu une hausse du paramètre entraîne une hausse de la variable d équilibre indiquée en ligne, le signe une baisse, et 0 l absence d effet. Jean-Louis CAYATTE -8-

9 a p β h µ r s n w u On procède ensuite de la même manière que dans le chapitre précédent pour déterminer les trajectoires d ajustement à la suite d un choc. Les deux grandes différences avec le chapitre précédent sont les suivantes. a) le salaire n est plus une cause, qui agirait notamment sur le chômage. Il est lui-même un effet de l état de l économie, compte tenu du pouvoir de négociation β que nous avons introduit. Le chômage d équilibre n est certes pas indépendant de ce salaire, mais le salaire n est pas non plus indépendant du taux de chômage. Ils se codéterminent. b) Désormais, l utilité instantanée du chômeur joue un rôle dans la détermination de l équilibre. Voyons à présent les effets de quelques chocs de plus près. 2. Effets de l allocation de chômage ne hausse de l allocation de chômage a, toutes choses égales par ailleurs, augmente l utilité instantanée a du chômeur. Elle déplace donc la courbe WS vers le haut, sans modifier la condition de création de postes. Son résultat est donc une hausse du salaire et une baisse de la tension d équilibre, comme on le voit sur la figure 5. p w WS da > 0 WS w w ( p a' ) a' + β ( p a) a+ β JC 0 Figure 5. Effet d une hausse de l utilité instantanée du chômeur d équilibre. a ' > a sur le salaire et la tension La courbe de Beveridge n étant pas affectée par une variation de a, cette baisse de la tension a les effets déjà décrits au chapitre précédent (figure 5 du chapitre 13). Prenez la peine de les vérifier : de a) hausse du taux de chômage. C est, encore une fois, la baisse de la probabilité instantanée m( ) sortir du chômage, qui, provoquant un allongement de la durée moyenne du chômage, en augmente le taux. b) baisse du taux de postes vacants (baisse de v à v B, suivie d une hausse à v < v ). Ce résultat est très général. En particulier : Si on introduit des allocations de chômage proportionnelles au taux de salaire, ou, pour simplifier les calculs, si on suppose : a = kw on démontre que c est une hausse du taux de remplacement k qui produit ces effets. Jean-Louis CAYATTE -9-

10 Si on introduit dans le modèle une distinction entre des assurés (ceux qui ont déjà travaillé) et des assistés (les primo-demandeurs d emploi) avec des allocations de chômage différentes, il faut distinguer deux salaires de réserve, le modèle se complique, mais les résultats ne changent pas qualitativement. Si on introduit le fait que l allocation de chômage n est versée que pendant une durée finie, le taux de salaire de réserve diminue avec le temps, le modèle se complique encore. Mais, là encore, tous calculs faits, on retrouve ce résultat général : Mieux les chômeurs sont traités par rapport aux actifs occupés, plus le taux de salaire de réserve est élevé, plus le taux de salaire d équilibre est élevé, et plus le taux de chômage d équilibre est élevé. 3. Effets du pouvoir de négociation β Il a exactement les mêmes effets qualitatifs que a. ne hausse du pouvoir de négociation des salariés augmente le salaire d équilibre, et donc le taux de chômage (par augmentation de sa durée). 4. Effets de la productivité p p est la productivité (marginale et moyenne) d un travailleur. ne hausse de cette productivité a les effets indiqués sur la figure 6. Premier effet : la courbe WS se déplace vers le haut, ce qui augmente le salaire négocié, et diminue la tension (passage de A à A ). Deuxième effet : cette même hausse de la productivité augmente la rentabilité d un poste de travail, par hausse du profit instantané d un poste occupé. Ceci déplace la courbe de création de postes vers la droite, ce qui a pour effet d augmenter la tension et le salaire (passage de A à B). Les deux effets vont donc dans le même sens pour le salaire w > w. Pour la tension, ils sont de sens contraire. Mais on a dit (section 3 2) qu on pouvait démontrer analytiquement que le second effet l emportait sur le premier. Au total donc, la tension d équilibre augmente : >. p ' w WS p w B WS w ( p' a) a+ β ( p a) a+ β A A JC 0 JC Figure 6. Effet d une hausse de productivité. Troisième effet : cette hausse de la tension fait diminuer le taux de chômage d équilibre et la durée moyenne du chômage (Vous devriez pouvoir faire la figure tout seul : c est la figure symétrique de la figure 5 du chapitre précédent). En conclusion, une hausse de productivité est donc un bienfait pour tous : hausse de profit sur les postes occupés (le surplus à partager a augmenté) ; hausse de salaire (le surplus à partager a augmenté) ; baisse du taux de chômage (la courbe de Beveridge n a pas bougé, alors que la tension a augmenté) ; baisse de la durée du chômage (la tension a augmenté). Jean-Louis CAYATTE -10-

11 Illustrons numériquement les effets des variations de la productivité (une crise peut être assimilée à une baisse de productivité) : p = 12 p = 15 (+25%) p = 6 (-50%) p = 5 (-58%) w 10,96 13,72 (+25,2%) 5,70 (-48%) 5 (-54%) 0,61 0,93 0,05 0 u 15% 13% 38% 100% rs 9,91 12,43 5,40 5 S = p rs 2,09 2,57 (+23,0%) 0,60 0 Remarque. On démontre que si l utilité instantanée des chômeurs et les frais de recrutement sont indexés sur le salaire, donc si a = kw h = cw alors, les deux effets sur la tension s annulent (B est à la verticale de A sur la figure 6). La tension restant constante, il en découle que le taux et la durée du chômage restent constants également. L utilité permanente des chômeurs S s améliore (salaire futur plus élevé), et leur utilité instantanée aussi, puisque a = kw. Le profit sur poste occupé augmente, mais le profit total, sur poste vacant, reste nul en vertu de la condition de création de postes Π V = 0. Par conséquent, le bénéfice de la hausse de productivité va intégralement aux actifs. Dans quel sens peut-on améliorer ce modèle? Trois directions s imposent : endogénéiser s, introduire le capital, et donc la substitution entre capital et travail, expliciter les transferts sociaux. Jean-Louis CAYATTE -11-

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs

1 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Université François Rabelais - L AES Cours d Economie Générale Enoncé du TD n 7 Automne 202 Une simple histoire de production, et déjà des calculs Vous considérez dans cet exercice une firme qui a la possibilité

Plus en détail

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2

ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 ADMISSION AU COLLEGE UNIVERSITAIRE Samedi 1 mars 2014 MATHEMATIQUES durée de l épreuve : 3h coefficient 2 Le sujet est numéroté de 1 à 5. L annexe 1 est à rendre avec la copie. L exercice Vrai-Faux est

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Chapitre 2 : Le revenu national

Chapitre 2 : Le revenu national Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année 2012-2013 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé Baccalauréat S/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé A. P. M.. P. XRCIC 1 Commun à tous les candidats Partie A 1. L arbre de probabilité correspondant aux données du problème est : 0,3 0,6 H

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne

Chapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne hapitre 2/ La fonction de consommation et la fonction d épargne I : La fonction de consommation keynésienne II : Validations et limites de la fonction de consommation keynésienne III : Le choix de consommation

Plus en détail

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel

CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER. Epargne et emprunt Calcul actuariel CONSOMMATION INTERTEMPORELLE & MARCHE FINANCIER Epargne et emprunt Calcul actuariel Plan du cours Préambule : la contrainte budgétaire intertemporelle et le calcul actuariel I II III Demandes d épargne

Plus en détail

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014

Correction du baccalauréat ES/L Métropole 20 juin 2014 Correction du baccalauréat ES/L Métropole 0 juin 014 Exercice 1 1. c.. c. 3. c. 4. d. 5. a. P A (B)=1 P A (B)=1 0,3=0,7 D après la formule des probabilités totales : P(B)=P(A B)+P(A B)=0,6 0,3+(1 0,6)

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1

Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 Introduction à l analyse microéconomique Devoir Maison n o 1 10 novembre 2014 Marianne Tenand Monitorat ENS (2014-2015) marianne.tenand@ens.fr A rendre au plus tard dans mon casier du bâtiment B le mercredi

Plus en détail

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO

Micro-économie 1. Marisa Ratto. Première Année MIDO Micro-économie 1 Marisa Ratto Première Année MIDO 1 Organisation du cours : Cours Magistral : des questions? Prendre contact : Maria_Luisa.Ratto@dauphine.fr Bureau : B 611bis le mercredi de 10h00 à 12h00.

Plus en détail

2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants

2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants 2 Probabilités conditionnelles. Événements indépendants 2.1 Probabilité conditionnelle Soient A et B deux événements tels que P(B) > 0. Soit alors P(A B), la probabilité que A se réalise, B étant réalisé.

Plus en détail

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2

Pour pouvoir appliquer la méthode «Par», l obligation doit avoir une cotation directe sur le marché, c est-à-dire, un prix. C 2 Méthode Par: La méthode «par» consiste tout simplement à valoriser une obligation en multipliant son prix de marché par le montant nominal : Valeur de marché = prix * montant nominal. La valeur obtenue

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES B. MARCHADIER Dépendance et indépendance de deux aléas numériques images Mathématiques et sciences humaines, tome 25 (1969), p. 2534.

Plus en détail

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang

1998.02 Composition d un portefeuille optimal. Dinh Cung Dang 199802 Composition d un portefeuille optimal Dinh Cung Dang Docteur en gestion de l IAE de Paris Ingénieur Conseil Résumé : Dans ce travail, le risque est défini comme étant la probabilité de réaliser

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant ECO434, Ecole polytechnique, e année PC 4 Approche Intertemporelle du Compte Courant Exercice : Choix intertemporel et Taux de Change Réel (TCR) On considère une petite économie ouverte dans laquelle deux

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation

Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation THEME 7 Choix en situations de risque et d incertitude. Choix inter-temporels de consommation Concepts et définitions essentiels Risque et incertitude Théorie de l utilité espérée Aversion au risque Loterie

Plus en détail

Principes de Finance

Principes de Finance Principes de Finance 13. Théorie des options II Daniel Andrei Semestre de printemps 2011 Principes de Finance 13. Théorie des options II Printemps 2011 1 / 34 Plan I Stratégie de réplication dynamique

Plus en détail

Variations du modèle de base

Variations du modèle de base 1 Variations du modèle de base Dans ce chapitre nous allons utiliser le modèle de base du chapitre précédent pour illustrer certaines questions économiques simples. Ainsi, le modèle précédent nous permettra

Plus en détail

Exercices théoriques

Exercices théoriques École normale supérieure 2008-2009 Département d informatique Algorithmique et Programmation TD n 9 : Programmation Linéaire Avec Solutions Exercices théoriques Rappel : Dual d un programme linéaire cf.

Plus en détail

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé.

Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013. Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. TES Spé Maths Eléments de correction du Bac Blanc n 2 de Mathématiquesdu Lundi 8 Avril2013 Calculatrice autorisée - Aucun document n'est autorisé. Vous apporterez un grand soin à la présentation et à la

Plus en détail

1. La fonction de consommation keynésienne

1. La fonction de consommation keynésienne Rappels de cours Aix- Marseille Université - Faculté des Sciences Economiques Licence EM 1ère année - 2ème semestre Travaux dirigés de Macroéconomie Karine CONSTANT Gilles DE TRUCHIS 1. La fonction de

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction.

Seconde Généralités sur les fonctions Exercices. Notion de fonction. Seconde Généralités sur les fonctions Exercices Notion de fonction. Exercice. Une fonction définie par une formule. On considère la fonction f définie sur R par = x + x. a) Calculer les images de, 0 et

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Épreuve de mathématiques Terminale ES 200 minutes

Épreuve de mathématiques Terminale ES 200 minutes Examen 2 Épreuve de mathématiques Terminale ES 200 minutes L usage de la calculatrice programmable est autorisé. La bonne présentation de la copie est de rigueur. Cet examen comporte 7 pages et 5 exercices.

Plus en détail

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques François Delarue) PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Ce texte vise à modéliser de façon simple l évolution d un actif financier à risque, et à introduire,

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009.

Correction de l épreuve intermédiaire de mai 2009. Licence de Gestion. 3ème Année Année universitaire 8-9 Optimisation Appliquée C. Léonard Correction de l épreuve intermédiaire de mai 9. Exercice 1 Avec les notations du cours démontrer que la solution

Plus en détail

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque

FONCTIONS. I Généralités sur les fonctions. Définitions. Remarque. Exercice 01. Remarque FNCTINS I Généralités sur les fonctions Définitions Soit D une partie de l'ensemble IR. n définit une fonction f de D dans IR, en associant à chaque réel de D, un réel et un seul noté f() et que l'on appelle

Plus en détail

Mathématiques Financières

Mathématiques Financières Mathématiques Financières 3 ème partie Marchés financiers en temps discret & instruments financiers dérivés Université de Picardie Jules Verne Amiens Par Jean-Paul FELIX Cours du vendredi 19 février 2010-1

Plus en détail

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I

MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I MATHÉMATIQUES FINANCIÈRES I Deuxième cours Rappel: Intérêt Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation 1 Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation Fonction d accumulation Rappel: Intérêt Fonction de capitalisation

Plus en détail

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications

Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications Optimisation non linéaire Irène Charon, Olivier Hudry École nationale supérieure des télécommunications A. Optimisation sans contrainte.... Généralités.... Condition nécessaire et condition suffisante

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

Chapitre 1. L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de :

Chapitre 1. L intérêt. 2. Concept d intérêt. 1. Mise en situation. Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : Chapitre 1 L intérêt Au terme de ce chapitre, vous serez en mesure de : 1. Comprendre la notion générale d intérêt. 2. Distinguer la capitalisation à intérêt simple et à intérêt composé. 3. Calculer la

Plus en détail

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre

5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 5. Options américaines Une option américaine peut être exercée à n importe quelle instant compris entre 0 et l échéance N. Définition 5.1. Une option américaine est définie par une suite (h n ) n=0..n,

Plus en détail

Théorie et codage de l information

Théorie et codage de l information Théorie et codage de l information Mesure quantitative de l information - Chapitre 2 - Information propre et mutuelle Quantité d information propre d un événement Soit A un événement de probabilité P (A)

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie. NOM(S) (en majuscules): Prénom(s):

Examen d Introduction à la Macroéconomie. NOM(S) (en majuscules): Prénom(s): Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours du Prof. Federica Sbergami, 2010-2011 Juin 2011 Version A NOM(S) (en majuscules):... Prénom(s):... N o d étudiant:... Ces pages constituent un cahier de données

Plus en détail

COURS DE MATHEMATIQUES TERMINALE STG

COURS DE MATHEMATIQUES TERMINALE STG COURS DE MATHEMATIQUES TERMINALE STG Chapitre 1. TAUX D EVOLUTION... 5 1. TAUX D EVOLUTION ET COEFFICIENTS MULTIPLICATEURS... 5 a. Taux d évolution... 5 b. Coefficient multiplicateur... 5 c. Calcul d une

Plus en détail

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne

Arithmétique. Préambule. 1. Division euclidienne et pgcd. Exo7. 1.1. Divisibilité et division euclidienne Exo7 Arithmétique Vidéo partie 1. Division euclidienne et pgcd Vidéo partie 2. Théorème de Bézout Vidéo partie 3. Nombres premiers Vidéo partie 4. Congruences Exercices Arithmétique dans Z Préambule Une

Plus en détail

Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon

Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon N d anonymat : Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon Remarques générales : Dans l ensemble, les résultats sont assez décevants compte

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

Un corrigé de l épreuve de mathématiques du baccalauréat blanc

Un corrigé de l épreuve de mathématiques du baccalauréat blanc Terminale ES Un corrigé de l épreuve de mathématiques du baccalauréat blanc EXERCICE ( points). Commun à tous les candidats On considère une fonction f : définie, continue et doublement dérivable sur l

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7.

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7. UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre Fiche N 7 (avec corrigé) L objet de ce TD est de vous initier à la démarche et à quelques

Plus en détail

Équations - Inéquations - Systèmes

Équations - Inéquations - Systèmes Équations - Inéquations - Systèmes I Premier degré Propriétés Soit f définie sur IR par f(x = ax + b avec a 0. f est une fonction affine, elle est représentée graphiquement par une droite. a est le coefficient

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6

1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité... 4. 1.1.2 La théorie ordinale de l utilité... 6 Microéconomie 1 Table des matières 1 Le calcul économique du consommateur 4 1.1 Préférences et fonction d utilité................................ 4 1.1.1 La théorie cardinale de l utilité............................

Plus en détail

Chapitre 2 La demande du consommateur

Chapitre 2 La demande du consommateur Chapitre 2 La demande du consommateur Plan du cours I. La fonction de demande et l élasticité. II. III. Analyse des demandes et des biens correspondants. Demande de loisir et offre de travail I. La fonction

Plus en détail

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée

Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée UNIVERSITÉ DU MAINE Faculté de Droit et de Sciences Économiques DEUG1 Économie gestion - Analyse Macroéconomique S. MÉNARD 1 - Année 2003-2004 Thème 6 : IS-LM et la demande agrégée Questions 1. Dénir la

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés

Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Probabilités Loi exponentielle Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : (cliquez sur l exercice pour un accès direct) Exercice 1 : densité de probabilité Exercice 2 : loi exponentielle de paramètre

Plus en détail

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé

Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé 1/46 Assurance, retraite et santé - F. Langot Assurance privée, Assurance sociale, retraite et santé F. Langot Univ. Le Mans (GAINS & IRA) Banque de France & PSE & Cepremap & IZA 2013-2014 2/46 Assurance,

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Principes de la Mécanique

Principes de la Mécanique Chapitre 1 Principes de la Mécanique L expérience a montré que tous les phénomènes observés dans la nature obéissent à des lois bien déterminées. Ces lois peuvent être, en plus, déterministes ou indéterministes.

Plus en détail

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B

Tension d alimentation : V CC. i C R C R B Chapitre 4 Polarisation du transistor bipolaire à jonction 4.1 Le problème de la polarisation 4.1.1 Introduction Dans le chapitre 3, nous avons analysé un premier exemple de circuit d amplification de

Plus en détail

Texte Agrégation limitée par diffusion interne

Texte Agrégation limitée par diffusion interne Page n 1. Texte Agrégation limitée par diffusion interne 1 Le phénomène observé Un fût de déchets radioactifs est enterré secrètement dans le Cantal. Au bout de quelques années, il devient poreux et laisse

Plus en détail

L Agent économique # 3. L entreprise. La production & les coûts à court terme. Remy Katshingu

L Agent économique # 3. L entreprise. La production & les coûts à court terme. Remy Katshingu L Agent économique # 3 L entreprise La production & les coûts à court terme Remy Katshingu 1 Objectifs d apprentissage : Intro: L entreprise: un système complexe ( voir notes de cours) 1. la fonction de

Plus en détail

À propos des matrices échelonnées

À propos des matrices échelonnées À propos des matrices échelonnées Antoine Ducros appendice au cours de Géométrie affine et euclidienne dispensé à l Université Paris 6 Année universitaire 2011-2012 Introduction Soit k un corps, soit E

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

L offre de travail à CT

L offre de travail à CT L offre de travail à CT I. Le choix travail/loisir : 1. Le cadre général : 2. La statique comparative du modèle : a) L influence d une hausse du revenu non-gagné : b) Effet d une modification du taux de

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

1. Utilisation d un nom ou d une enseigne communs et une présentation uniforme des locaux et/ou moyens de transport visés au contrat.

1. Utilisation d un nom ou d une enseigne communs et une présentation uniforme des locaux et/ou moyens de transport visés au contrat. 1 Les contrats de franchise Jean Magnan de Bornier Les contrats de franchise ont fait l objet de nombreux travaux théoriques et aussi économétriques, permettant de confronter les différentes théories du

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail

Lycée Cassini BTS CGO 2014-2015. Test de début d année

Lycée Cassini BTS CGO 2014-2015. Test de début d année Lycée assini BTS GO 4-5 Exercice Test de début d année Pour chaque question, plusieurs réponses sont proposées. Déterminer celles qui sont correctes. On a mesuré, en continu pendant quatre heures, la concentration

Plus en détail

Les états de collision inévitables, un outil pour la sûreté des systèmes robotiques

Les états de collision inévitables, un outil pour la sûreté des systèmes robotiques Les états de collision inévitables, un outil pour la sûreté des systèmes robotiques Antoine Durand-Gasselin, encadré par Thierry Fraichard, equipe emotion, laboratoire Inrialpes Contexte : La navigation

Plus en détail

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips

Brefs rappels sur le modèle IS-LM et sur la Courbe de Phillips Université Paris Ouest Nanterre La Défense Licence 3 Mention Economie U.F.R SEGMI Premier semestre 2009-2010 Dynamique économique: analyse des fluctuations Cours de Valérie Mignon Brefs rappels sur le

Plus en détail

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT

UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT UNE ÉVALUATION DU SEUIL DE RENTABILITÉ DE LA PRODUCTION DE CRÉDIT Le seuil de rentabilité de la production de crédit est défini comme le taux en deçà duquel les établissements vendraient à perte leur production

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite

Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Note de présentation générale - Les critères déterminant le choix du moment de la retraite Les systèmes de

Plus en détail

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge

Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Mathématique - Cours Filière STAV 2014-2015 Centre de Formation aux Métier de la Montagne Marine Estorge Le programme se compose ainsi : Rappels collège/seconde Partie STAV 1/3 Partie STAV 2/3 Partie STAV

Plus en détail

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008

Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 Baccalauréat ES Amérique du Nord 4 juin 2008 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats f est une fonction définie sur ] 2 ; + [ par : 4 points f (x)=3+ 1 x+ 2. On note f sa fonction dérivée et (C ) la représentation

Plus en détail

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65

Sommaire. Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires... 5. Chapitre 2 Variables aléatoires à densité... 65 Sommaire Chapitre 1 Variables et vecteurs aléatoires............... 5 A. Généralités sur les variables aléatoires réelles.................... 6 B. Séries doubles..................................... 9

Plus en détail

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014

Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Macroéconomie Cours des Prof. Nicolas Maystre et Federica Sbergami, 2013-2014 28 mai 2014 Nombre de pages au total: 12 pages + 1 grille réponse Durée

Plus en détail

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier

RETScreen International. ACÉTATE 3 : Feuille Sommaire financier Module de formation NOTES DU FORMATEUR ANALYSES FINANCIÈRE ET DE RISQUE AVEC LE LOGICIEL RETSCREEN COURS D ANALYSE DE PROJETS D ÉNERGIES PROPRES Ce document donne la transcription de la présentation orale

Plus en détail

Chapitre 0 Introduction à la cinématique

Chapitre 0 Introduction à la cinématique Chapitre 0 Introduction à la cinématique Plan Vitesse, accélération Coordonnées polaires Exercices corrigés Vitesse, Accélération La cinématique est l étude du mouvement Elle suppose donc l existence à

Plus en détail

SYSTÈMES CENTRÉS DANS LES CONDITIONS

SYSTÈMES CENTRÉS DANS LES CONDITIONS YTÈME ENTRÉ DAN LE ONDITION DE GAU Table des matières 1 ystèmes centrés focaux 2 1.1 oyer image Plan focal image................................ 2 1.2 oyer objet Plan focal objet.................................

Plus en détail

Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction

Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction Baccalauréat STG Mercatique Nouvelle-Calédonie 15 novembre 2012 Correction EXERCICE 1 : TAUX D ÉVOLUTION 5 points Le tableau ci-dessous présente le nombre de voitures neuves vendues en France en 1980,

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements

S5 Info-MIAGE 2013-2014 Mathématiques Financières Les bases de l évaluation des investissements Université de Picardie Jules Verne Année 2013-2014 UFR des Sciences Licence mention Informatique parcours MIAGE - Semestre 5 Mathématiques Financières LES BASES DE L EVALUATION DES INVESTISSEMENTS Les

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1

Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 Master IMEA 1 Calcul Stochastique et Finance Feuille de T.D. n o 1 1. a. On considère un modèle de marché (B, S) à une étape. On suppose que S = 5 C et qu à la date t = 1 on a (S u 1 = 51, S d 1 = 48).

Plus en détail

Jeux sous forme normale

Jeux sous forme normale CHAPITRE 4 Jeux sous forme normale Dans les problèmes de décision, nous avons relié les choix qui pouvaient être faits par un agent avec les utilités qu il pouvait en dériver. L idée qu un agent rationnel

Plus en détail

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points

La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES. Exercice 1 - sur 4 points La maison Ecole d ' Baccalauréat blanc Classe de terminale ES Année scolaire 00-004 Copyright c 004 J.- M. Boucart GNU Free Documentation Licence On veillera à détailler et à rédiger clairement les raisonnements,

Plus en détail

BACCALAUREAT GENERAL

BACCALAUREAT GENERAL ACCALAUREAT GENERAL Session 2009 MATHÉMATIQUES - Série ES - Enseignement de Spécialité Liban EXERCICE 1 1) 2) C 3) C 4) A Explication 1. Chacun des logarithmes existe si et seulement si x > 4 et x > 2

Plus en détail

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006

Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Politiques monétaire et fiscale Cours de M2R Printemps 2006 Ekkehard Ernst OCDE Ekkehard Ernst 1 Introduction et résumé du cours Objectifs Connaître et apprendre les concepts modernes d analyse monétaire

Plus en détail

Mathématiques assistées par ordinateur

Mathématiques assistées par ordinateur Mathématiques assistées par ordinateur Chapitre 4 : Racines des polynômes réels et complexes Michael Eisermann Mat249, DLST L2S4, Année 2008-2009 www-fourier.ujf-grenoble.fr/ eiserm/cours # mao Document

Plus en détail

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG

EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Exploitations pédagogiques du tableur en STG Académie de Créteil 2006 1 EXPLOITATIONS PEDAGOGIQUES DU TABLEUR EN STG Commission inter-irem lycées techniques contact : dutarte@club-internet.fr La maquette

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail