Les infos Du dauphin. Mai 2012 N 27. N oubliez pas la date du 9 juin, jour de notre assemblée générale ( page suivante ).

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les infos Du dauphin. Mai 2012 N 27. N oubliez pas la date du 9 juin, jour de notre assemblée générale ( page suivante )."

Transcription

1 Les infos Du dauphin Groupement des Infirmes Moteurs Cérébraux Siège social 5-7 rue de l amiral Courbet Saint Mandé Tél Fax Site internet : Sommaire Edito du Président Témoignage L Assemblée Générale L IES, une équipe à la découverte de nouvelles pratiques Les travaux de l étage à l IES sont terminés Une école de vie Les brèves Mai 2012 N 27 Une grande dame, Madame Boccon-Gibod nous a quittés, dans sa centième année. La première fois que je l'ai rencontrée c'était il y a 30 ans. Avec un groupe de jeunes parents nous avions pour projet de créer ce qui est devenu le foyer Arc en Ciel à Gif sur Yvette. Nous étions novices, nous ne voulions pas gérer mais en confier la gestion à une association existante. C est alors qu est intervenue Madame Boccon- Gibod, une des personnes fondatrices du GIMC. Elle venait nous conseiller. C est donc tout naturellement que le GIMC a intégré notre projet. Avec son soutien, ce projet a pris forme et a abouti. Ensuite au Conseil d'administration j'ai eu l'occasion durant de nombreuses années de mesurer sa patience, sa gentillesse, son bon sens mais aussi sa détermination. Sous des dehors affables, elle était une femme de conviction. Non touchée directement par le problème du handicap elle en a fait une cause pour laquelle elle s'est complètement engagée sa vie durant. Elle reste pour moi un exemple de l'esprit pionnier qui nous animait. Dans une époque où cet état d'esprit pionnier se perd, où beaucoup de parents concernés ne sont que des consommateurs, elle doit rester pour nous tous, jeunes et moins jeunes, un exemple d'engagement à suivre. Au revoir et merci Madame Boccon-Gibod Nous transmettons toutes nos condoléances à sa famille et remercions son fils Monsieur Didier Boccon-Gibod d avoir bien voulu témoigner sur l action de sa mère (Page suivante). Jean-Claude CARBALLES Président du GIMC N oubliez pas la date du 9 juin, jour de notre assemblée générale ( page suivante ).

2 Page 2 Témoignage Je ne sais pas précisément en quelle année notre mère a décidé de consacrer une grande partie de son temps aux IMC, j étais encore enfant. Je situe le début de son engagement dans le courant des années 50, période au cours de laquelle elle avait décidé de passer son permis de conduire, notamment pour être plus libre de ses mouvements dans ce qui devenait une occupation quasi-professionnelle. Les noms que nous entendions alors tous les jours étaient ceux de Mme Fokenberghe et de M. Thibierge. Sont venus ensuite s ajouter d autres noms qui restent attachés pour moi à l histoire des IMC, tels ceux de M. Fortin, de Mme Le Bihan, de Mme Stouls, de M. Méquignon, de Mme Campanini, de M. Carballès, pardon à tous ceux dont je n ai pas retenu le nom. En dehors de tâches administratives quotidiennes ou presque, à nos yeux très prenantes, il me semble que son action a été marquée par deux temps forts, qui sont la mise en route des centres de Sèvres (le nom de Claire Girard résonne encore à mes oreilles) et de Gonesse. Tout particulièrement, même encore très jeune, j avais parfaitement saisi à quel point le centre de Sèvres, le premier que l association ait construit je crois, lui tenait à cœur. Je me souviens l avoir entendu pester contre les audaces de l architecte qui défendait une vision artistique là où elle ne voulait que du fonctionnel pour les enfants, les éducateurs et les parents. Son activité a duré, sous une forme ou une autre jusque dans le courant des années 70, époque à laquelle il lui arrivait encore de rentrer fort tard d une réunion ou d une assemblée générale, pour la plus grande inquiétude de notre père. Notre vie, pendant une partie de ces années, a été rythmée par la vente annuelle de charité et par la quête nationale, dans lesquelles elle était totalement impliquée, et dont les préparatifs envahissaient alors notre appartement. J ai été dans mes jeunes années autorisé pour ma grande fierté à participer au comptage de sommes d argent d autant plus volumineuses qu elles se composaient pour l essentiel de pièces de 1 franc. Nous nous sommes parfois demandé ce qui pouvait la motiver ainsi : je crois que c était tout simplement une femme bonne, attentive à autrui, sensible à l injustice, très courageuse et travailleuse et très organisée. La dimension chrétienne de ses actes était également bien réelle, mais sans ostentation aucune et elle a toujours veillé au respect des convictions d autrui, ne sortant pas du cadre laïc dans lequel elle avait inscrit sa démarche. Son action aurait pu lui valoir un minimum de reconnaissance de la République, si prompte à distribuer des rubans. Visiblement, personne, dans les couloirs des ministères, n y a songé, mais je n ai jamais entendu de sa part la moindre récrimination à ce sujet. Je crois qu elle n en a tout simplement pas eu l idée : les honneurs n étaient pas sa motivation. L annonce de son décès a suscité, de la part de responsables et de parents de l association, des témoignages de sympathie qui nous ont été d un précieux réconfort. Cette reconnaissance-là est la meilleure des récompenses. A travers ces messages de soutien, je vois aussi, pour ma part, un signe adressé à tous ceux qui s occupent avec tant de courage et de désintéressement à ces enfants et adultes frappés par le handicap. Didier Boccon-Gibod

3 Page 3 Vous avez ou vous allez recevoir votre invitation à l Assemblée Générale. Cet évènement vous informe de la vie de l association et des établissements. Vous pouvez poser des questions. Si vous ne pouvez rester à la soirée, profitez au moins de la période apéritive qui permet de nombreux échanges entre parents et professionnels dans une ambiance détendue et conviviale. Et puis vous manifesterez votre soutien pour ceux qui se dévouent pour vos enfants. Assemblée Générale du GIMC Le Conseil d'administration du GIMC vous donne rendez-vous : Le Samedi 9 juin 2012 à 16H00 A l EFCB 23/25 rue Emile Zola Montreuil-sous-Bois ORDRE DU JOUR Mot de bienvenue du Président Rapport moral 2011 et perspectives 2012 Rapprochement avec d autres associations Rapport financier Rapport du Commissaire aux comptes Vote des résolutions Questions diverses Point d actualité sur la politique des IMC et du polyhandicap par la Présidente de la FFAIMC "Qualité d'accompagnement". Résultat du dépouillement des questionnaires Après l apéritif vers 18h, Nicolas DEMIZIEUX et son orchestre vous feront danser jusque tard dans la nuit autour d un buffet-dîner. Guillaume le magicien vous émerveillera une nouvelle fois avec ses tours de carte très surprenants.

4 Page 4 L IES, une équipe à la découverte de nouvelles pratiques Souvent, nous n avons pas encore trouvé avec certains enfants polyhandicapés un mode de communication qu on pourrait dire efficace, même pour un oui ou un non. C est principalement en pensant à ces enfants que nous nous sommes intéressés au concept de stimulation basale. La stimulation basale est une approche de la personne dont l accès à l environnement social et matériel se limite à l espace à proximité du corps ; ceci concerne donc les nouveau-nés, ainsi que les enfants, adolescents et adultes présentant des handicaps complexes. Andreas Fröhlich, inventeur du concept, part de l idée que tous les êtres humains disposent de compétences basales. Le terme «basale» fait référence aux expériences précoces, aux compétences précoces de la communication, de la perception et du mouvement. Tout apprentissage se fait à partir d expériences corporelles. La communication passe par des perceptions corporelles élémentaires : par la peau, par le mouvement (vestibulaire), par la voix humaine (vibratoire). La condition pour que la personne se développe et que la rencontre avec le professionnel ait lieu est de trouver quels sont les intérêts primaires de l enfant. C est un aspect central de la stimulation basale, ne pas rester à distance pour observer mais s impliquer dans l interaction et réagir à la moindre expression de la personne. Ainsi, la personne se sentira reconnue et continuera de tenter d exprimer des choses que l accompagnant apprendra peu à peu à comprendre. Les besoins quotidiens - habillage, repas, changements de position, soins - offrent la possibilité d un travail précoce de stimulation basale. Une formation a été réalisée dans les locaux de l IES. Elle a réuni des personnels de 3 établissements du GIMC. Pour l IES, ont participé rééducateurs (kiné, ergothérapeute, orthophoniste), des cadres (psychologue, chef de service), et des personnels de l équipe éducative (AMP, auxiliaire socioéducatif, éducateur). Elle s est tenue sur 3 jours il y a moins de 6 mois, mais porte déjà des fruits : Renforcement des liens professionnels entre équipe paramédicale et éducative. De nombreux ateliers existent déjà à l IES, co-animés par des professionnels des deux équipes. Il s agit souvent de «faire» ou «faire faire», que le temps soit donné à l enfant de percevoir et de se préparer à l action. Changement dans certaines pratiques quotidiennes. Une première modification s est réalisée autour des changes des enfants. Pour certains, lorsque cela est concrètement possible, il est maintenant privilégié un accompagnement individuel pour une interaction duelle : un enfant et un adulte. L enfant peut se préparer, sait ce qui va suivre (par exemple en donnant une protection à toucher). Tentatives d utilisation du mouvement pour apaiser les tensions ou manifestations de mal être.

5 Page 5 Tel enfant par exemple se tape la tête avec son poing quand il n est pas bien ou qu il y a trop de bruit autour de lui. Aujourd hui nous essayons des choses différentes, nous arrêtons toujours la main, mais proposons des tapotements sur une autre partie du corps de l enfant, sans risque de le blesser mais en tentant de lui apporter de l apaisement par le ressenti de vibrations assez semblables à celles qu il se procurait par lui-même sur le crâne. Ceci est un exemple, nous ne sommes pas encore bien persuadés que nos gestes soient efficaces tout le temps mais nous nous trouvons moins démunis, nous tentons d être plus en accord avec l enfant. Nous mesurons mieux qu il est parfois plus important de prendre son temps plutôt que de proposer à tout prix une activité à un enfant qui n est pas en situation de l accueillir. L équipe de l IES Champigny sur Marne Les travaux de l étage à l IES sont terminés! Il y avait plusieurs difficultés à résoudre dont surtout : Une salle d ergothérapie bien petite pour deux professionnelles Une salle de psychomotricité à laquelle on ne pouvait accéder qu en traversant la salle d ergothérapie, Un bureau médical à l étage et donc non accessible aux enfants. Plusieurs projets ont été pensés et affinés avec l aide notamment du comité d orientation de l établissement. Le cadre technique du foyer Jacques Cœur a accompagné la direction dans toute la phase d exécution des travaux et a permis la rencontre avec l entreprise qui les a effectués. Voici ce dont nous disposons aujourd hui : Une très grande salle d ergothérapie accessible grâce à notre «grenouille» : la plate forme monte escalier. Une salle de psychomotricité avec un accès indépendant. Un bureau médical en rez de chaussée. Tout ceci est bien confortable et les utilisateurs, enfants et professionnels en sont bien satisfaits.

6 Page 6 UNE ECOLE DE VIE Il est si beau, l'enfant, avec son doux sourire, Sa douce bonne foi, sa voix qui veut tout dire, Ses pleurs vite apaisés, Laissant errer sa vue étonnée et ravie, Offrant de toutes parts sa jeune âme à la vie Et sa bouche aux baisers! Seigneur! préservez-moi, préservez ceux que j'aime, Frères, parents, amis, et mes ennemis même Dans le mal triomphants, De jamais voir, Seigneur! l'été sans fleurs vermeilles, La cage sans oiseaux, la ruche sans abeilles, La maison sans enfants! «Lorsque l enfant paraît» Victor Hugo Le poème commence ainsi : «Lorsque l enfant paraît, le cercle de famille applaudit à grands cris». Mais quand paraît le handicap, le cercle de famille est d abord submergé de stupeur, et puis il faut bien le dire de chagrin, d inquiétude. Inquiétude pour cet être fragile, inquiétude pour les parents confrontés à ce qui est toujours une profonde injustice. Je parle en connaissance de cause pour avoir vécu cela de très près, dans ma famille, à deux reprises. La première réaction de la part des proches est d abord un mélange de compassion et de révolte. C est le malheur qui s abat sur ceux qu on aime, il faut bien l admettre, on a le sentiment que leur vie est gâchée, qu ils n auront plus droit au bonheur. Et bien, ce n est pas vrai et c est ce dont je voudrais témoigner. Je voudrais parler de mon expérience, de ce que j ai appris auprès de deux parents qui me sont extrêmement proches et qui, par là même, m ont donné une vraie leçon de vie. Leur cas est, je crois, heureusement très rare, c est le cas où, contre toute attente, le deuxième enfant est lui aussi atteint de la même anomalie. Ces parents-là n ont donc pas de compensation, pas d autres enfants non plus pour participer, partager. Leur souci est double, leur tâche aussi. Et leur inquiétude pour l avenir. N empêche. Ils assument. Ils s organisent, se regroupent auprès de parents d enfants handicapés, s engagent. Et du coup, ils se sentent moins seuls, moins marginalisés. Parce que dans notre monde avec ses critères de beauté et de réussite, on se

7 Page 7 retrouve vite mis à l écart. C est là où la famille joue un rôle important, ou disons les proches car ce n est pas toujours synonyme. Bien sûr, les familles réagissent différemment, les couples aussi. On ne peut porter de jugement. On se demande tous : et si c était à moi que cela arrivait? Comment je réagirais?on l ignore, il faut être en situation pour savoir comment l on réagit à toutes les situations difficiles de la vie. Et l on ne peut émettre de jugement. Certains ne peuvent s y résoudre, il arrive que le couple alors se désagrège ou prenne ses distances par rapport à l enfant. Et on peut comprendre, bien sûr. Pour aider des parents, je pense qu il faut commencer par surmonter ses propres appréhensions, peu à peu. J ajouterais que si c est possible, il ne faut pas avoir peur même de garder seul ou avec une aide, un enfant, une personne handicapée pour permettre aux parents de s aérer, de se retrouver un peu. C est ainsi que l on apprend à son tour. J ai appris, beaucoup appris. À propos de l amour, d un amour désintéressé. Eux, ils n attendent rien en échange et pourtant ils reçoivent. Nous qui les regardons de l extérieur, nous sommes estomaqués. Avec leur enfant qui ne parle pas, qui ne marche pas, ils communiquent, ils sont en symbiose, et quand elle sourit, quand elle est contente, ils sont contents, je pense même qu ils sont heureux, je le vois à leur sourire lumineux, et ça, ça ne s invente pas. Le bonheur pour eux, c est l étincelle dans l œil de leur enfant, ce sont les progrès imperceptibles grâce auxquels ils voient leur enfant franchir une étape, avancer. Ils sont passés par tant d épreuves, ils ont été à l école la plus rude de la vie et maintenant qu ils ont pris de l âge, ils sont riches de quelque chose que les autres n ont pas. Un autre point, important : Leur porte est ouverte, ils ont toujours intégré leurs enfants dans la vie de famille, dans le cercle d amis qui doivent eux aussi, apprendre à partager cette expérience, pas facile pour tout le monde, parce que le handicap fait peur, ou rend maladroit, on ne sait pas toujours comment se comporter, il faut surmonter des appréhensions devant l autre, différent, inquiétant. Au début, certains rechignent un peu et puis on se familiarise, on y arrive. Et l on découvre un monde, un autre monde. J avais cité le poème de Victor Hugo aussi pour sa dernière phrase, car je sais des parents d enfants handicapés qui, envers et contre tout, pensent ainsi : «Préservez-moi, préservez ceux que j aime, de jamais voir la maison sans enfants». Même avec un enfant différent, pour lequel on se bat. Marie-Claude

8 Page 8 Notre site internet a changé de look! Consultez-le : HANDICAP : des jeux pour chacun EVEIL ET JEUX a sélectionné des jouets qui conviennent à chaque type de retard mental ou moteur. Testés par des parents, des ludothécaires ou des professionnels, ils sont reconnaissables grâce au label Eveil et Handicap Nouveau guide pratique IMC A l usage des IMC, polyhandicapés, leur famille et les professionnels, il aborde des aspects importants de la vie : santé, autonomie, relations et vie sociale. Pour chacun de ces aspects il met en évidence les principales interrogations de la personne et de ces proches et y apporte des réponses. Prix : pages. Commande sur : aller sur la rubrique «livres» C est l année du salon «AUTONOMIC «à PARIS Dates : 13/14/15 juin 2012 Porte de Versailles - Palais des Expositions - Pavillon 4 Voir site internet : Allez-y, vous y trouverez tout ce qui concerne le handicap, des petits gadgets qui facilite la vie à la voiture adaptée en passant par les fauteuils etc... BULLETIN D'ADHÉSION 2012 AU GIMC Afin de soutenir les actions en faveur des enfants, adolescents et adultes polyhandicapés accueillis au sein des établissements du GIMC, Je soussigné (e) M. / Mme / Mlle demeurant..... adhère (nouvelle adhésion) OU renouvelle mon adhésion N Adhérent :... au Groupement des Infirmes Moteurs Cérébraux Association Loi de 1901 déclarée N 69/2127 autorisée à recevoir dons et legs Art et 238 bis-2 du Code général des impôts. JE SUIS : membre actif (parent ou personne handicapée GIMC) 40 euros minimum membre associé (ami, médecin, technicien) 50 euros minimum membre bienfaiteur 80 euros minimum

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire

TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire TÉMOIGNAGES de participantes et de participants dans des groupes d alphabétisation populaire Démarche sur l aide financière aux participantes Marie-Lourdes Pas beaucoup d argent pour tout ce qu il faut

Plus en détail

LES INFOS DAUPHIN. Octobre 2011 N 25

LES INFOS DAUPHIN. Octobre 2011 N 25 LES INFOS DU DAUPHIN Groupement des Infirmes Moteurs Cérébraux Siège social 5-7 rue de l amiral Courbet 94160 Saint Mandé Tél. 01 58 64 16 50 Fax. 01 58 64 16 59 contact@gimc.fr Site internet: www.gimc.fr

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier

Bernier Léa 3 1. Rapport de stage. Sallard immobilier. Photo de Sallard immobilier Bernier Léa 3 1 Rapport de stage Sallard immobilier Photo de Sallard immobilier 1 Sommaire 1 e partie : Enquête sur l entreprise 1) Présentation de l entreprise... p.3 2) Situation de l entreprise... p3-4

Plus en détail

N 17. Edito du Président. Ecole Méditerranéenne de Chiens Guides d aveugles de Biot

N 17. Edito du Président. Ecole Méditerranéenne de Chiens Guides d aveugles de Biot ECOLE MEDITERRANNEENE DE CHIENS GUIDES D AVEUGLES NOS MANIFESTATIONS NOS REMISES TEMOIGNAGE UNE JOURNEE AVEC NOS EDUCATEURS NOS NOUVELLES STARS JOURNEES D UNE REMISE A DOMICILE PARRAINAGE DE LA MAISON

Plus en détail

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript

French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript 2013 H I G H E R S C H O O L C E R T I F I C A T E E X A M I N A T I O N French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text FEMALE: MALE: FEMALE: MALE: FEMALE: Salut,

Plus en détail

Chante le matin. Chansonnier p. 33

Chante le matin. Chansonnier p. 33 de Yves Duteil Chante le matin Chante le matin qui vient te réveiller, Chante le soleil qui vient te réchauffer, Chante le ruisseau dans le creux du rocher, Le cri de l oiseau dans le ciel l été. La, la,

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016

Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016 Règlement intérieur de l école Ste Anne Année 2015/2016 Ces règles en vigueur à l école Ste Anne ont été établies dans l intérêt des élèves. Leur respect participera au bien-être et à la sécurité de chacun.

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital.

Conseil Diocésain de Solidarité et de la Diaconie. 27 juin 2015. «Partager l essentiel» Le partage est un élément vital. 27 juin 2015 Le partage est un élément vital. Notre démarche Notre chemin Dans un premier temps, nous sommes partis de mots qui expriment ce qui est essentiel pour nous, indispensable pour bien vivre.

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1...

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1... SOMMAIRE PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3 PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5 MS 1 : L odorat en M.S. 1... 7 MS 2 : La semaine des 5 sens en Moyenne Section... 8 MS 3 : La

Plus en détail

L ESTIME DE SOI, C EST...

L ESTIME DE SOI, C EST... L'estime de soi Sources : C.A.P. Santé Outaouais. Votre guide d'animation Mieux-être en tête, 1994. SCRIPTOGRAPHIC COMMUNICATIONS LTD, Ce que vous devez savoir sur l'estime de soi, 1989. FORTIN, BRUNO.

Plus en détail

TIM S.A., une aventure d Homme

TIM S.A., une aventure d Homme Comité d entreprise 1 Sommaire Edito de M. Hans-Jürgen Hellich, Directeur Général de Tim SA p. 9 Edito de Cyril Terrière, Secrétaire du Comité d Entreprise Tim SA p. 11 Itinéraires croisés d une entreprise

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Questionnaire pour le Jumeau B Second né

Questionnaire pour le Jumeau B Second né ETUDE SUR LA QUALITE DES RELATIONS GEMELLAIRES D ENFANTS DE 3 A 5 ANS ET PRATIQUES EDUCATIVES PARENTALES Questionnaire pour le Jumeau B Second né Thèse réalisée dans le cadre d un Doctorat de Psychologie

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres,

Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Prières de confession et assurance du pardon Pour toutes les fois où nous étions trop occupés pour nous soucier des autres, Pour toutes les fois où nous étions trop fatigués pour nous préoccuper de nos

Plus en détail

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge.

«J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. J aime, je n aime pas Extrait de "J'aime", Minne/Natali Fortier (Albin Michel) «J aime la musique de la pluie qui goutte sur mon parapluie rouge. Quand je traverse la route au passage piéton, j aime marcher

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique

L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique L'aidant familial face à Alzheimer: la tablette un outil simple et pratique Vous trouverez ici notre guide d utilisation et d accompagnement pour l'aidant familial utilisant la tablette et nos jeux de

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

Test - Quel type de voisin êtes-vous?

Test - Quel type de voisin êtes-vous? Test - Quel type de voisin êtes-vous? Être un voisin solidaire, c est d abord et avant tout un état d esprit. Chacun fait à sa façon, selon sa disponibilité et sa personnalité. Répondez au questionnaire

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture Le journal des CE1 et CE2 Vendredi 13 mars 2003 Une nouvelle maîtresse Après les vacances de février (c est à dire depuis le lundi 24 février 2003), nous avons eu une nouvelle maîtresse qui s appelle Aurélie.

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

RENCONTRE AVEC LES PERSONNES AGEES «PREMIERS PAS SUR INTERNET ET SUR LA PHOTO NUMERIQUE»

RENCONTRE AVEC LES PERSONNES AGEES «PREMIERS PAS SUR INTERNET ET SUR LA PHOTO NUMERIQUE» RENCONTRE AVEC LES PERSONNES AGEES «PREMIERS PAS SUR INTERNET ET SUR LA PHOTO NUMERIQUE» ACTEURS DU PROJET : 10 élèves du lycée Sévigné (29, rue Michelet - Saint -Etienne) de la filière Sciences et Techniques

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide?

Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Soutien après le suicide d un jeune À la mémoire de Adam Cashen Quelqu un de votre entourage a-t-il commis un suicide? Si une personne de votre entourage

Plus en détail

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL

ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL ASSOCIATION ARISSE INSTITUT MEDICO-EDUCATIF ARMONIA Avec prise en charge de jour et d internat séquentiel LIVRET D ACCUEIL Directeur: Chef de Service Éducatif Assistante de Direction Accueil - Secrétariat

Plus en détail

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé.

le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. L association plaisirs de l eau vous présente le livret de Bébé nageur avec la complicité de bébé. http://plaisir-de-leau.wifeo.com 27/09/14 Plaisirs de l eau livret bébé nageur 1 BIENVENUE à l association

Plus en détail

Vive le jour de Pâques

Vive le jour de Pâques Voici le joyeux temps du Carême, 40 jours où les chrétiens élargissent leurs cœurs, se tournent vers leurs frères et sont invités à vivre à la manière de Jésus-Christ. Chaque semaine ce livret t aidera

Plus en détail

Je me présente. Nom : Prénoms : Lieu d habitation : Contacts : Email : 2 Mon journal de bord 2015 - www.priscanad.com

Je me présente. Nom : Prénoms : Lieu d habitation : Contacts : Email : 2 Mon journal de bord 2015 - www.priscanad.com www.priscanad.com Je me présente Nom : Prénoms : Lieu d habitation : Contacts : Email : 2 Mon journal de bord 2015 - www.priscanad.com Mon journal de bord personnel 2014 s achève, comme les jours passent

Plus en détail

ENTRE-NOUS Janvier 2015 École des Sept-sommets Rossland, C.-B.

ENTRE-NOUS Janvier 2015 École des Sept-sommets Rossland, C.-B. ENTRE-NOUS Janvier 2015 École des Sept-sommets Rossland, C.-B. Dates importantes 13 janvier: Réunion de l APÉ (19h, bibliothèque de l école) 14, 21, 28 janvier: Dîners chauds 14, 28 janvier: Bouts de choux

Plus en détail

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées

Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Etude sur la formation professionnelle des personnes handicapées Rappel méthodologique Contexte & objectifs 1 2 Semaine pour l emploi des personnes handicapées : après avoir longtemps centré le regard

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège...

NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE. des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège... NOM:.. PRENOM:... CLASSE:.. STAGE EN ENTREPRISE des élèves de...ème Du../../.. au./../.. Collège......... SOMMAIRE Avant le stage Le cahier de stage. 2 Conseil au stagiaire. 3 Fiche d identité de l élève

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Que pouvez-vous faire pour que quelqu un ait une meilleure image de lui ou d elle-même? Qu est-ce qu un bon ami?

Que pouvez-vous faire pour que quelqu un ait une meilleure image de lui ou d elle-même? Qu est-ce qu un bon ami? Que pouvez-vous faire pour que quelqu un ait une meilleure image de lui ou d elle-même? Passer du temps avec cette personne Présenter la personne à vos amis Lui dire que vous l aimez bien Qu est-ce qu

Plus en détail

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus

Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Homélie Fête Patronale du séminaire Sainte Thérèse de l'enfant Jésus Chers fidèles du Christ, Chers séminaristes, La fête de Sainte Thérèse de l Enfant Jésus, patronne de votre séminaire, permet chaque

Plus en détail

Permettez à un jeune de consolider sa formation professionnelle à l international dans le domaine de l humanitaire, +

Permettez à un jeune de consolider sa formation professionnelle à l international dans le domaine de l humanitaire, + Valorisez votre entreprise en devenant mécène pour orphelins sida international! Michel JONASZ «Le temps de la solidarité est venu. Il n est plus possible de croire que l on peut vivre heureux sans se

Plus en détail

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement

Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Enquête qualité séjours été 2010 Eléments d'analyse et pistes de développement Introduction A l'issue des séjours d été, Wakanga a lancé une enquête qualité à destination des familles. Cette enquête avait

Plus en détail

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées

Guide des. interventions Personnes en difficulté Personnes âgées de 60 ans et plus Personnes handicapées Guide des interventions Edition 2010 Mot du président Le Centre Communal d Action Sociale de Saint-Yrieix-sur-Charente est un outil majeur de la politique sociale de la municipalité. Au delà des aides

Plus en détail

Doctrine et Alliances Sections 57-62. Cours de Religion 324 Leçon 11

Doctrine et Alliances Sections 57-62. Cours de Religion 324 Leçon 11 Doctrine et Alliances Sections 57-62 Cours de Religion 324 Leçon 11 Contexte historique JUIL.-AOÛT 1831 : Joseph Smith, le prophète, et Sidney Rigdon se rendent au Missouri et consacrent l endroit comme

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction

Plus en détail

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz

UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz UN AN EN FRANCE par Isabella Thinsz Musique On entend toujours l anglais mais le français, ça peut passer des semaines ou même des mois avant qu on entende le français à la radio ou à la télé, donc j ai

Plus en détail

Prise de rendez-vous pour une présentation Tupperware

Prise de rendez-vous pour une présentation Tupperware Manuel : Objectifs du module Définir la prise de rendez-vous dans le cadre d'une entreprise Tupperware. Comprendre l'importance de la prise de rendez-vous dans une entreprise Tupperware. Identifier où

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Directives. 1. Je lis beaucoup. 2. J aime utiliser la calculatrice, un chiffrier électronique ou un logiciel de base de données à l ordinateur.

Directives. 1. Je lis beaucoup. 2. J aime utiliser la calculatrice, un chiffrier électronique ou un logiciel de base de données à l ordinateur. Nous vous invitons à faire compléter ce questionnaire par votre enfant et à le compléter par la suite en utilisant la section qui vous est attribuée en pensant à votre enfant. Directives Lis chaque énoncé

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Annexe 1 : Modèles de plans de transition

Annexe 1 : Modèles de plans de transition 35 Annexe 1 : Modèles de plans de transition Les quatre modèles de plans de transition ci-après sont fondés sur des cas fictifs, qui ont été conçus uniquement à titre d illustration. Les trois premiers

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC

LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC GUIDE À L USAGE DE L EMPLOYEUR LA CAISSE DESJARDINS DE QUÉBEC un partenaire incontournable dans l intégration réussie de votre main-d œuvre immigrante Visitez-nous au desjardins.com/caissedequebec Être

Plus en détail

J'aime les fossettes qui creusent votre joue et aussi les petites imperfections autour de votre bouche Je me sens bien en votre compagnie

J'aime les fossettes qui creusent votre joue et aussi les petites imperfections autour de votre bouche Je me sens bien en votre compagnie Je suis contente de vous voir ici Vous êtes beaux Vous me faîtes du bien Vous avez la FORCE vous êtes distingué Vous m accueillez avec bienveillance Vous êtes souriants Votre présence est merveilleuse

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Classe ipad. Recommandations suite à l an 1 du projet

Classe ipad. Recommandations suite à l an 1 du projet Classe ipad Recommandations suite à l an 1 du projet ]É{tÇÇx UxtâÄ xâ Conseillère pédagogique en intégration des TIC Secteurs primaire et secondaire Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Iles

Plus en détail

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français «Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français Résultats de l étude Enquête Ipsos - Juillet 011 Etude élaborée dans le

Plus en détail

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent

Pour le parent à la recherche de son enfant enlevé par l autre parent enfant enlevé par l autre parent En cas d urgence, COMPOSEZ LE 911. Premières étapes à faire immédiatement Cette liste de contrôle vous aidera à rassembler toute l information utile aux corps policiers.

Plus en détail

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL

CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Session : 2005 Code : Page : 1/4 CAP TERTIAIRE/INDUSTRIEL Epreuve de Français SESSION 2005 SUJET Ce sujet comporte 4 pages : de la page 1/4 à la page 4/4. Assurez-vous que cet exemplaire est complet. Si

Plus en détail

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011

Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 Maison Intercommunale de la Petite Enfance Inauguration le 2 février 2011 J ai pas envie d y aller, à la crèche! Déjà, on a changé de ville et de maison, et je n ai plus ma Nounou, et je suis tout perdu.

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles

Les Actions Vie Associative. Un programme de rencontres et de soutien pour les familles Les Actions Vie Associative Un programme de rencontres et de soutien pour les familles L Adapei-Aria de Vendée engage son action et ses activités au service de personnes qui de par leur handicap présentent

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille

L assurance est là pour protéger votre famille Assurance L assurance est là pour protéger votre famille Vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle vie. L assurance met vos proches et vos biens à l abri des pertes

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille... Voici comment RBC Banque Royale peut vous aider

L assurance est là pour protéger votre famille... Voici comment RBC Banque Royale peut vous aider Assurance L assurance est là pour protéger votre famille... Voici comment RBC Banque Royale peut vous aider Nous savons que vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle

Plus en détail

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant-

FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- FICHE PÉDAGOGIQUE -Fiche d enseignant- o Thème : o Objectifs pédagogiques : o Nievau : o Public : o Durée : o Matériel nécessaire : o Source : o Disposition de la classe : travail avec le livre Et si c

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

LA MAT a élu. son nouveau PRÉSIDENT. Retrouvez-nous. Nouvelles GARANTIES, DÉCOUVREZ les!

LA MAT a élu. son nouveau PRÉSIDENT. Retrouvez-nous. Nouvelles GARANTIES, DÉCOUVREZ les! ensemble LA MAT a élu son nouveau PRÉSIDENT Retrouvez-nous au SALON des TAXIS 2007 Nouvelles GARANTIES, nouveau SITE DÉCOUVREZ les! sommaire 4 62 ÈME CONGRÈS FNAT au Havre. Un nouveau Président pour la

Plus en détail

D où viennent nos émotions

D où viennent nos émotions D où viennent nos émotions Il y a des émotions qui sont vraiment désagréables : l anxiété, la culpabilité, la colère, les grosses rages qui nous réveillent la nuit, la dépression, la tristesse, la peur,

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN Siège Social & Administratif (Direction Générale Pôle Ressources) Centre polyvalent «Les Blanchères» - 40, rue Louise Damasse VERNON Tél. 02 32 64 35 70 Fax. 02 32 64 35 79 Courriel : siege.asso@lesfontaines.fr

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie.

Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. Réussir sa vie 1. Réussir sa vie ce n est pas toujours réussir dans la vie. 2. Pour certaines personnes avoir une fonction importante, un poste à responsabilités, c est le signe de la réussite. 3. Pour

Plus en détail

NEXTEEM. Préparation à l Entretien Client. Phase I - L avant entretien :

NEXTEEM. Préparation à l Entretien Client. Phase I - L avant entretien : NEXTEEM Préparation à l Entretien Client!! L entretien client est un exercice qui rappelle clairement que NOTRE métier, que VOTRE métier est un métier de services. Vous avez donc cette responsabilité,

Plus en détail

Tout le monde est agité, moi seule ai l'esprit calme

Tout le monde est agité, moi seule ai l'esprit calme Tout le monde est agité, moi seule ai l'esprit calme Je me souviens de la naissance de mes enfants Je me souviens des bons moments Je me souviens aussi des mauvais Je me souviens de la solitude Je me souviens

Plus en détail

Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s

Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s Livret d accueil pour les futurs parents, les parents et les assistant(e)s maternel(le)s Un livret, pour qui? Ce livret est destiné aux parents et futurs parents qui souhaitent trouver un mode de garde

Plus en détail

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires :

B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : B A R O M È T R E 2 0 0 9 Voyage d affaires : l état des lieux après un an de crise Observation Le baromètre 2009 poursuit la mission engagée l an dernier, à savoir : «comprendre et mesurer les attentes

Plus en détail

DOSSIER de présentation

DOSSIER de présentation Projet d Habitat Participatif intergénérationnel et écologique DOSSIER de présentation 2015 Sommaire Mots d Ecoravissants Présentation d Ecoravie Donnez du sens à votre argent Chiffres et dates Contact

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

Denise Morin 4 Utile à lire Les membres des forces de maintien de la paix de l Organisation des Nations Unies sont nommés les Casques bleus. Ils sont prêtés par leur pays d origine. Les Casques bleus canadiens

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

La philosophie Ludi. recréer cet esprit chaleureux et amical afin de faire passer des bons moments à ses internautes autour d une même passion.

La philosophie Ludi. recréer cet esprit chaleureux et amical afin de faire passer des bons moments à ses internautes autour d une même passion. Sommaire 3 Historique 4 L identité Ludi Le jeu de la Belote est apparu en France dans les années 1920 et a connu un grand succès. Longtemps considérée comme le «jeu de cartes du peuple», la belote a conquis

Plus en détail

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1

Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 Appel à initiatives de l AFPSSU 2013 Page 1 BULLE D AIR Auteurs 1. Référent contact Responsable du projet: Mme BOISSEAU Béatrice Intervenante bien-être Mme PESCHARD Aurélie Enseignante EPS et professeur

Plus en détail

Newsletter n 3 du 24/10/2014 www.capemploi54.fr. Votre partenaire privilégié pour l'emploi des travailleurs handicapés

Newsletter n 3 du 24/10/2014 www.capemploi54.fr. Votre partenaire privilégié pour l'emploi des travailleurs handicapés Newsletter n 3 du 24/10/2014 www.capemploi54.fr Votre partenaire privilégié pour l'emploi des travailleurs handicapés Le mot du Directeur L Edito du Directeur Cette 18e édition de la Semaine pour l emploi

Plus en détail