Méthodologie Finances publiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Méthodologie Finances publiques"

Transcription

1 Méthodologie Finances publiques 1. MINISTÈRE de la RÉGION de BRUXELLES-CAPITALE Recettes&Dépenses 1.1. Les recettes Le financement des Communautés et des Régions est régi par la loi spéciale du 16 janvier Cette loi a été modifiée une première fois en 1993, en exécution des conclusions des accords dits de la Saint-Michel. La plupart des modifications sont entrées en vigueur à partir de l'année budgétaire Les parties attribuées de l'impôt des personnes physiques (IPP) ont été majorées d'un montant forfaitaire, tant en ce qui concerne les Régions que les Communautés, et ont en outre été liées partiellement à la croissance économique et ce, à partir de l'année budgétaire La redevance radio et télévision est devenue un impôt communautaire dont le produit est versé intégralement aux Communautés, avec effet rétroactif jusqu'en Aux Régions sont attribués des moyens supplémentaires relatifs à la régionalisation de certaines compétences agricoles. La loi spéciale de financement a été modifiée une seconde fois par la loi spéciale du 13 juillet 2001 portant refinancement des Communautés et extension des compétences fiscales des Régions. Cette loi spéciale, associée à la loi spéciale du 13 juillet 2001 portant transfert de diverses compétences aux Régions et aux Communautés, constitue la concrétisation des accords du Lambermont -conclus en octobre et ceux du Lombard - en mai 2001-, en ce qui concerne les institutions bruxelloises. L élargissement de l autonomie fiscale accordée aux Régions par les accords du Lambermont entraîne, à partir de l année budgétaire 2002, une modification importante de la structure du budget des recettes de la Région bruxelloise. Cette réforme est importante car une partie de la dotation Impôts des personnes physiques, dont l évolution dans le temps est fortement prévisible (croissance liée au Revenu national brut, à l inflation et à la part régionale dans les recettes IPP fédérales), sera remplacée par des recettes provenant d impôts sur lesquels la Région a désormais l entière souveraineté (à l exception de quelques impôts requérant un accord de coopération entre Régions) mais dont l évolution est nettement plus volatile. Le caractère cyclique et instable du produit des impôts régionaux a incité le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale à créer un Fonds de réserve dont l objectif premier sera de stabiliser les recettes de la Région. Celui-ci sera alimenté par une dotation de la Région les années de hausse de recettes, et les réserves ainsi engrangées seront réintégrées au budget les années de baisse. L exécution des recettes est présentée par mission et programme. Une courte description est donnée pour chaque combinaison mission-programme Les dépenses A partir de l édition de 1998 des indicateurs statistiques, les dépenses sont présentées, d une part, selon l optique engagements et, d autre part, selon l optique liquidations Les engagements sont les dépenses prévues. En cas d investissement par exemple, un montant engagé est inscrit pour cet investissement. Si cet investissement n est pas payé en une année, il est alors échelonné sur plusieurs années. Il y a donc une exécution d engagement au début du projet et plusieurs exécutions de liquidations (ou paiements) durant les années qui suivent. Le montant total final de ces paiements correspond évidemment au montant initial engagé. 1/7

2 La colonne «engagements» regroupe tous les engagements de l exercice concerné. La colonne «liquidations» comporte toutes les sommes qui ont été payées durant l exercice concerné pour les programmes en cours. Depuis 2008, une nouvelle structure a été instaurée pour les dépenses, afin d indiquer quelle est l origine ou qui est le bénéficiaire d une dépense et de structurer les dépenses selon les objectifs. Dans cette nouvelle structure, toutes les dépenses sont ensuite subdivisées selon la mission, le programme et l activité. Les missions reflètent les compétences de la Région telles que fixées par les instruments juridiques qui encadrent le fonctionnement de l institution. Les objectifs du gouvernement ont été repris dans les programmes, ce pourquoi les titres des programmes sont très précis. Les activités comportent à leur tour la nature de la dépense telle que fixée par la classification économique. A cette fin est dressée une liste exhaustive des activités, parmi lesquelles est choisie celle qui fait l objet de la dépense. Pour terminer, les allocations de base sont réécrites afin de mieux informer les députés parlementaires et les citoyens. 2. RÉGION de BRUXELLES-CAPITALE - Encours de la dette au 31 décembre La dette régionale se compose de trois types de dettes : la dette directe, les autres dettes consolidées et les soldes créditeurs des organismes appartenant au périmètre de consolidation. La dette directe représente la somme des emprunts réalisés par la Région en vue de financer son fonctionnement. Elle comporte une dette propre et une dette reprise à d autres entités. - La dette directe propre comporte une partie consolidée formée de la dette à long terme contractée directement par la Région et une partie flottante constituée du déficit sur compte courant, des avances à terme fixe et des billets de trésorerie - La dette directe reprise d autres entités représente la somme des emprunts réalisés par d autres pouvoirs publics mais dont la Région assure le paiement des amortissements et intérêts ainsi que le service de la dette. Y figurent essentiellement les dettes de l ex-province du Brabant, de l Agglomération, de Bruxelles-Propreté et du Service incendie qui ont été renégociées et sont devenues une dette directe de la Région. Les autres dettes consolidées représentent des dettes indirectes dont les postes principaux sont : la STIB, les emprunts du Fonds régional bruxellois de refinancement des trésoreries communales (FRBRTC), les travaux subsidiés, la compagnie intercommunale bruxelloise des eaux (CIBE), le logement et le fonds bruxellois de garantie (FBG). La Région n apporte plus que sa garantie aux emprunts contractés par la STIB en Les nouveaux emprunts ne sont pas repris dans le tableau de la dette. L amortissement pris en compte est l amortissement budgétaire pour cette année. Le Fonds Régional Bruxellois de Refinancement des Trésoreries Communales (FRBRTC) a été créé en 1993 afin de prendre en charge la consolidation et l amortissement d emprunts contractés au bénéfice des Communes. Il rentre dans les dettes consolidées pour le solde restant dû net des emprunts contractés initialement au nom de la Région pour rembourser les emprunts. 2/7

3 3. RÉGION de BRUXELLES-CAPITALE - Finances des 19 Communes Voté par le Conseil communal et soumis pour approbation au Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale qui exerce la tutelle administrative sur les Communes bruxelloises, le budget est un document annuel qui prévoit les montants de toutes les recettes et dépenses qui peuvent être réalisées et engagées dans l année. Dans le courant de l exercice, le conseil communal peut y apporter des modifications, en particulier afin de faire face à des dépenses imprévues. Le compte reflète l exécution du budget et de ses modifications. Il relève donc toutes les recettes et dépenses effectivement réalisées au cours de l année considérée. Le service ordinaire Le service ordinaire peut être défini comme l ensemble des recettes et dépenses se produisant au moins une fois au cours de chaque exercice financier et qui assurent à la Commune des revenus et un fonctionnement régulier, en ce compris le remboursement périodique de la dette. Les recettes ordinaires sont réparties en trois groupes : - les recettes de prestations qui concernent toutes les rentrées provenant des biens communaux (locations, redevances pour utilisation du domaine public) et des services rendus par la Commune (délivrance de documents, garde des enfants dans les crèches, transport scolaire, prestations de police, entrées dans les piscines, etc.) - les recettes de transfert qui comprennent : la dotation générale aux Communes et les subventions d autres pouvoirs publics, les impositions communales (dont le produit des centimes additionnels au précompte immobilier et celui des additionnels à l impôt sur le revenu des personnes physiques). - les recettes de dette qui comprennent les recettes provenant des créances et du patrimoine de la Commune (intérêts créditeurs, dividendes ou participations dans les intercommunales, intérêts de capitaux placés, etc.). Les dépenses ordinaires sont classées en quatre catégories : - les dépenses de personnel qui comprennent l ensemble des frais liés au personnel (pensions, rémunérations, etc.). - les dépenses de fonctionnement qui regroupent toutes les dépenses indispensables au bon fonctionnement de la Commune, exception faite des charges de personnel (consommations d énergie et d eau, frais de télécommunications), consommables informatiques, frais de bureau, etc. - les dépenses de transfert qui concernent essentiellement les interventions financières légalement obligatoires (C.P.A.S., déficit des hôpitaux et des régies, fabriques d église, zones de police) et les subventions facultatives à diverses associations sportives, culturelles, philanthropiques. - les dépenses de dettes qui sont majoritairement constituées par la charge annuelle d amortissements et d intérêts des emprunts contractés par la Commune 1. 1 Depuis la création des zones de police en 2002, les budgets communaux ne comprennent plus de dépenses de personnel, ni de dépenses de fonctionnement ni de dette en matière de police. En pratique, les budgets communaux ne comprennent plus qu'une dotation à la zone de police qui figure dans les dépenses de transfert. 3/7

4 Le service extraordinaire Les comptes détaillés relevant du service extraordinaire de l exercice ne sont pas présentés ici, à savoir les recettes, dépenses et soldes des investissements ainsi que les soldes reportés des exercices antérieurs relatifs à ces différents comptes. Nous présentons cependant dans ce tableau une colonne Résultats cumulés qui comprend le solde des exercices antérieurs à l année considérée c est-à-dire la somme des surplus ou déficits du service ordinaire (et du service extraordinaire pour certaines Communes). Les organes de la Commune Les organes de la Commune comprennent : - le Conseil communal qui assure la fonction législative dans la Commune. Il est l organe délibérant de la Commune, composé de Conseillers élus au suffrage universel tous les six ans ; - le Collège des bourgmestre et échevins est l organe exécutif de la Commune. Il exécute les décisions du Conseil et assure la gestion quotidienne de la Commune. Les échevins sont élus par le Conseil communal en son sein. Tout comme celui des Conseillers communaux, leur nombre est fixé par la loi et varie selon le nombre d habitants de la Commune ; - le Bourgmestre est le chef de la Commune. Il représente le pouvoir fédéral dans la Commune. A ce titre, il est notamment chargé de l exécution des lois et arrêtés de l Administration fédérale et du maintien de l ordre, la sécurité et la tranquillité dans la Commune ; - le Centre Public d Action Sociale (C.P.A.S.) spécialisé dans l aide sociale et sur lequel la Commune exerce une tutelle et assume des responsabilités financières. Les missions de la Commune sont diverses. Elles concernent tout ce qui est d intérêt communal et tout ce que les dispositions légales ont confié aux Communes. Parmi elles, citons : - gestion des biens et revenus de la Commune, - règlement des dépenses locales, - exécution des travaux publics (voiries communales, égouts, etc.), - administration des établissements appartenant à la Commune (écoles, piscine, crèche, etc.), - garantie de la sécurité et tranquillité publiques, - tenue des registres de la population, - établissement des listes électorales et la liste des jurés, - garantie de l enseignement fondamental, - subvention à l insuffisance de ressources du C.P.A.S., - garantie de l éclairage public, la distribution d eau, de gaz et d électricité (dorénavant via des intercommunales ou des concessions), etc. 4. RÉGION de BRUXELLES-CAPITALE - Finances des 19 Centres Publics d'action Sociale Le Centre Public d Action Sociale (C.P.A.S.) est une institution spécialisée en matière d action sociale organisée au niveau communal par la loi du 8 juillet Le Centre est organisé par les Communes et cofinancé par l'etat fédéral pour certaines de ses prestations. Une tutelle administrative est exercée par la Commune sur le C.P.A.S.; cette tutelle comporte également des responsabilités financières qui consistent notamment à pallier à l insuffisance des ressources du C.P.A.S. et, le cas échéant, prendre en charge le déficit des hôpitaux qui en dépendent. 4/7

5 Le service ordinaire Sont ici présentés les comptes relevant du service ordinaire de l exercice à savoir les recettes, dépenses et soldes courants qui permettent d assurer le fonctionnement régulier d un C.P.A.S. Les recettes ordinaires sont réparties en trois groupes : - les recettes de prestations qui concernent les rentrées provenant des biens dont le C.P.A.S. a la charge (locations, redevances) et des services rendus par le C.P.A.S. (garde des enfants dans les crèches dont le C.P.A.S. a la charge etc.) ; - les recettes de transferts qui comprennent la dotation fédérale et la dotation communale ainsi que les subventions d autres pouvoirs publics ; - les recettes de produits financiers qui comprennent les recettes provenant des créances et du patrimoine dont le C.P.A.S. a la charge (intérêts créditeurs, dividendes ou participations, intérêts de capitaux placés, etc.). Les dépenses ordinaires sont classées en quatre catégories : - les dépenses de personnel qui comprennent l ensemble des frais de personnel (pensions, rémunérations, etc.) ; - les dépenses de fonctionnement qui regroupent les dépenses indispensables au bon fonctionnement du C.P.A.S., exception faite des charges de personnel ; - les dépenses de redistribution qui concernent essentiellement les interventions financières légalement obligatoires ; - les dépenses de charges financières qui sont surtout constituées par la charge annuelle d amortissement et d intérêt des emprunts contractés par le C.P.A.S. Les autres dépenses regroupent les diverses dépenses récurrentes n appartenant pas aux catégories précédentes auxquelles un C.P.A.S. doit faire face (divers consommables, etc.). Le service extraordinaire Sont également présentés les comptes relevant du service extraordinaire de l exercice, à savoir les recettes, dépenses et soldes des investissements qui permettent de clôturer les comptes courants ainsi que les soldes reportés des exercices antérieurs relatifs à ces différents comptes qui permettent la clôture des comptes de l exercice de l année considérée. Les organes des C.P.A.S. Le C.P.A.S. dispose d organes propres : - un Conseil de l action sociale composé de Conseillers élus par le Conseil communal. - un organe exécutif composé d un Président et d un bureau permanent dont les membres sont élus par le Conseil de l action sociale en son sein. Les missions du C.P.A.S. sont diverses. Elles concernent tout ce qui est d intérêt social au sein de la Commune et tout ce que leur incombe selon les dispositions légales. Parmi elles, citons : - accueil, information et orientation vers des services adéquats, - médiation de dettes, régularisation des droits sociaux, droit aux allocations de chômage, affiliation auprès d'une mutuelle, etc., - aide financière; octroi du revenu d'intégration ou de l'aide sociale équivalente, octroi d'une aide en nature (meubles, vêtements), avances financières (sur les allocations chômage, sur pension), - octroi de carte médicale, aide médicale urgente et indispensable pour personnes en séjour illégal, - aide au logement, octroi de garantie locative, aide à l'hébergement en maison d'accueil, - insertion socioprofessionnelle, aide à la recherche d'une formation ou d'un emploi, - aide aux enfants mineurs (ébergement temporaire en Maison de la Jeunesse) et aux personnes âgées (aide à domicile, hébergement en maison de repos, etc.). 5/7

6 5. RÉGION de BRUXELLES-CAPITALE - Finances des Organismes d'intérêt public La loi du 16 mars 1954 relative au contrôle de certains organismes d intérêt public divise ces organismes en catégories A, B et C. En ce qui concerne les organismes de catégorie A, le projet de budget est établi par le Ministre compétent pour l organisme et transmis ensuite au Ministre des Finances. Ce projet est également ajouté au projet du budget général des dépenses. Quant aux institutions de catégorie B et C, le projet de budget est établi par les organes de gestion et approuvé par le Ministre responsable et le Ministre des Finances. Il sera ajouté à la justification du budget général des dépenses. Liste des Institutions : Organismes d'intérêt public (catégorie A) - Centre d'informatique pour la Région Bruxelloise - Institut Bruxellois pour la Gestion de l'environnement (Bruxelles Environnement) - Bruxelles-Propreté, Agence Régionale de Propreté - Service d'incendie et d'aide Médicale Urgente de la Région de Bruxelles-Capitale - Fonds Régional Bruxellois de Refinancement des Trésoreries Communales - Fonds pour le financement de la politique de l'eau - Institut d'encouragement de la recherche scientifique et de l'innovation de Bruxelles - Fonds de réserve de la Région de Bruxelles-Capitale Organismes d'intérêt public (catégorie B) - Actiris (anciennement ORBEM) - Société du logement de la région bruxelloise - Société anonyme du port de Bruxelles Non classés dans la loi du 16 mars Société régionale d'investissement de Bruxelles - Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) - Conseil économique et social de la Région de Bruxelles-Capitale - Société de Développement pour la Région de Bruxelles-Capitale - Fonds du Logement de la Région de Bruxelles-Capitale - ASBL Caisse de retraite des Membres du Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale - Fonds bruxellois de garantie - ASBL Agence bruxelloise pour l'entreprise - Société bruxelloise de gestion de l'eau - BRUxelles Gaz ELectricité Autres institutions n.d.a. - SA Société d'acquisition Foncière - SA Citeo - ASBL IRISteam - SA BRUSOC - SA SFAR - SA BRUSTART - SA SOFIBRU - SA Agence du Stationnement de la Région de Bruxelles-Capitale Le tableau des finances tel que publié ne comportent que certaines exécutions. 6/7

7 Niveaux administratifs En ce qui concerne la Région de Bruxelles-Capitale, l information se limite actuellement au Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale, aux principaux organismes para-régionaux, aux Communes et aux Centres Publics d Action Sociale qui dépendent de celles-ci. Les activités communautaires et les activités de l Agglomération n y sont pas reprises. Outre son Administration (le Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale), la Région confie diverses missions d'utilité publique à des organismes para-régionaux (Organismes d'intérêts Publics, O.I.P.). Il existe des organismes para-régionaux de type A (dont la gestion dépend directement du Ministre), de type B (dirigés par un conseil d'administration ou un organe de gestion sous la tutelle d'un ou de plusieurs ministres compétents) et d'autres organismes dont les statuts ou les missions ont été déterminés de manière spécifique. Les recettes des Communes n incluent pas jusqu'à présent les organismes d enseignement qui en dépendent car les informations sont encore largement incomplètes ou trop parcellaires. Les centimes additionnels sont comptabilisés sous la rubrique «recettes fiscales» des Communes et non sous la rubrique «recettes de transferts» car bien que perçus par l Etat fédéral et transférés ensuite aux Communes, ceux-ci constituent bel et bien un impôt communal. La Commune peut en fixer le taux dans les limites déterminées par l autorité de tutelle mais ne maîtrise pas l assiette de ce type d impôt ; c est pourquoi certains fiscalistes les assimilent plus volontiers à des recettes de transferts de l Etat fédéral. L information est ensuite totalisée pour chacune des Communes et ventilées selon les quatre rubriques demandées. Les recettes des centres publics d action sociale comprennent les dotations communales dans leurs recettes de transferts, l essentiel des autres recettes de transferts émane surtout du pouvoir fédéral. L information est totalisée pour chaque C.P.A.S. des différentes Communes bruxelloises puis ventilée selon les rubriques demandées. Les totaux respectifs des a.s.b.l. d intérêt régional ou communal n ont pu être pris en compte. L information devra donc être considérée avec prudence compte tenu de l hétérogénéité des données et de l information manquante. Une approche complémentaire sera nécessaire pour compléter les informations en prenant soin d éviter les comptages multiples liés aux transferts entre différents niveaux de pouvoirs locaux. Elle nécessite un examen détaillé des comptes et structures des multiples organismes qui dépendent de ces pouvoirs locaux en vue d'établir des séries temporelles relatives à ces variables de recettes. Références Ministère de la Région de Bruxelles-Capitale (MRBC) AFB Direction du Budget, AFB Direction Gestion de la dette, APL Direction des Finances, DSG Direction de la Fonction Publique Rapport annuel du Conseil supérieur des Finances; Rapport annuel de la dette régionale de la région de Bruxelles-Capitale. Toutes les autres sources sur demande. 7/7

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

France. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette

Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement. Epargne brute = épargne de gestion intérêts de le dette LES PRINCIPAUX SOLDES INTERMEDIAIRES 1-Epargne de gestion : Epargne de gestion = produits de fonctionnement charges de fonctionnement Il s agit de l excédent de recettes réelles de fonctionnement sur les

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81

3 099 704,29 RECETTES 2013 61 220,81 BUDGET 2013 EQUILIBRE GENERAL Le budget global 2013 se monte à 5 146 475,64 en recettes pour 4 615 844,79 en dépenses. Ces chiffres intègrent à la fois l année 2013 en fonctionnement et investissement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE...

TABLE DES MATIÈRES PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES PARTIE II LE BUDGET CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... TABLE DES MATIÈRES PAGES Sommaire... 5 Introduction générale... 7 PARTIE I NOTIONS GÉNÉRALES CHAPITRE I. LE BUDGET... 15 CHAPITRE II. LE BUDGET ET LA GESTION PUBLIQUE... 16 SECTION 1. Autoriser... 16 SECTION

Plus en détail

La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010

La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010 La comptabilité des copropriétés Formation du 16 octobre 2010 1 Le règlement de copropriété Le règlement de copropriété est avant tout un contrat interne, dont les copropriétaires sont les parties contractantes.

Plus en détail

Harmonisation des règles comptables

Harmonisation des règles comptables CONTEXTE À compter de l année 2007, l ensemble des municipalités appliqueront les principes comptables généralement reconnus (PCGR) recommandés par le conseil sur la comptabilité du secteur public (CCSP)

Plus en détail

Le compte 2013 en boni!

Le compte 2013 en boni! Le compte 2013 en boni! En sa séance du 27 mai 2014, le Collège communal a certifié les comptes présentés par Madame Lina FOOZ, Directrice financière de la Commune. Le Collège communal considère que la

Plus en détail

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires

Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-17 du 22 octobre 2002 Avis afférent au projet de décret relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires Le Conseil national de la comptabilité a été

Plus en détail

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale

Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale Fiche 8 - La nouvelle comptabilité communale 1. Généralités Trois documents d importance fondent l essentiel des règles applicables en matière de confection du budget, de gestion financière quotidienne

Plus en détail

ANNEXES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLEAUX CROISES DES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL

ANNEXES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLEAUX CROISES DES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL ANNEXES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLEAUX CROISES DES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLE DES MATIERES Page Regroupement économique des recettes sur base des réalisations 2007

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

Au niveau des recettes :

Au niveau des recettes : Extrait du bulletin communal de décembre 2013 Au cours de sa séance du 23 octobre 2013, le conseil communal a examiné et approuvé à l unanimité la seconde modification budgétaire de l année. 1. Budget

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

Compte de résultats bénéficiaire de CHF 793 648, diminution de la dette de CHF 21,5 millions entre 2012 et 2014

Compte de résultats bénéficiaire de CHF 793 648, diminution de la dette de CHF 21,5 millions entre 2012 et 2014 COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Comptes et gestion 2014 Les comptes 2014 présentent un bilan plus favorable que celui au 31 décembre 2013. La dette a diminué de CHF 13,2 millions pour atteindre

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Guide pratique : La comptabilité des petites asbl

Guide pratique : La comptabilité des petites asbl Guide pratique : La comptabilité des petites asbl Mise à jour avril 2010 INTRODUCTION La nouvelle loi sur les obligations comptables des asbl est entrée en vigueur le premier janvier 2006. Afin d améliorer

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

- 85 - TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Texte du projet de loi. Propositions de la Commission

- 85 - TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale en première lecture. Texte du projet de loi. Propositions de la Commission Article 1 er - 85 - TABLEAU COMPARATIF Article 1 er Article 1 er Les résultats définitifs de l'exécution des lois de finances pour 1999 sont arrêtés aux sommes mentionnées ci-après : Charges Ressources

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble

BUDGET PRIMITIF 2014. Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble BUDGET PRIMITIF 2014 Communauté de Communes de la Vallée du Lot et du Vignoble 2 Dans le cadre de la continuité de certains dossiers, le budget primitif 2014 ne contiendra aucune action nouvelle engageant

Plus en détail

REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+"

REGLEMENT DE GESTION mode de placement Fonds rendement garanti+ REGLEMENT DE GESTION mode de placement "Fonds rendement garanti+" CONTENU 1. INTRODUCTION... 3 2. TAUX D INTERET... 3 3. PARTICIPATION BENEFICIAIRE... 3 3.1. Participation bénéficiaire annuelle... 4 3.2.

Plus en détail

Prévisions Budget 2013. Projections Budget 2014 Budget 2015 Budget 2016 Budget 2017 Budget 2018. Coeffi cients. Compte 2011 Budget final 2012

Prévisions Budget 2013. Projections Budget 2014 Budget 2015 Budget 2016 Budget 2017 Budget 2018. Coeffi cients. Compte 2011 Budget final 2012 TABLEAU DE BORD VILLE/COMMUNE Population (nombre d'hab.) Taux IPP Nombre de ca PI RECETTES DE PRESTATIONS Vente de bois Locations immobilières Locations salles communales et sportives Redevance occupation

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Règlement financier de la FFTA

Règlement financier de la FFTA Règlement financier de la FFTA Préambule : Le règlement financier de la Fédération Française de Tir à l Arc (FFTA) s inscrit dans l ensemble des dispositions législatives et réglementaires s appliquant

Plus en détail

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie,

NOR: PMEA0420017D. Version consolidée au 5 août 2011. Sur le rapport du ministre d Etat, ministre de l économie, des finances et de l industrie, Le 5 août 2011 DECRET Décret n 2004-1165 du 2 novembre 2004 relatif aux c onseils de la formation institués auprès des chambres de métiers et de l artisanat de région, des chambres régionales de métiers

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM

Budget Primitif 2014. Conseil Municipal du 18 décembre 2013. Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM Budget Primitif 2014 Conseil Municipal du 18 décembre 2013 Laurent RICHE, Mairie de KINGERSHEIM «Actes» budgétaires Mandat 2008-2014 La préparation budgétaire 2014 clôture l exercice pluriannuel 2008 Début

Plus en détail

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat

Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un avenir suspendu au programme d assainissement de l Etat COMMUNE DE VAL-DE-RUZ Information aux médias Un budget 2015 équilibré avec une reprise en main du patrimoine immobilier, mais un Le compte de résultat du budget 2015 de la Commune de Val-de-Ruz boucle

Plus en détail

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011

Notes complémentaires des états financiers 31 mars 2011 Notes complémentaires des états financiers 1. Nature de la Commission La Commission de l énergie de l Ontario (la «Commission») est l autorité de réglementation des industries du gaz naturel et de l électricité

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

La présente circulaire a pour objet la clôture et l élaboration des comptes communaux pour l exercice 2012.

La présente circulaire a pour objet la clôture et l élaboration des comptes communaux pour l exercice 2012. à Mesdames et Messieurs les Bourgmestres et Echevins de la Région de Bruxelles-Capitale Pour information : A Mesdames et Messieurs les Receveurs communaux Sophie Jurfest T 02 800.32.71 F 02 800.38.00 sjurfest@mrbc.irisnet.be

Plus en détail

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine

Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine NEU NOUVEAU NUOVO NOVO 12.03.2009 Règlement financier et comptable du Secrétariat permanent de la Convention alpine Entré en vigueur le 1er avril 2009 Titre I er Dispositions générales Article 1er - Objet

Plus en détail

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2010 - CNIP 10.022

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2010 - CNIP 10.022 CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2010 - CNIP 10.022 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d'un projet de décret portant octroi d un crédit supplémentaire urgent de 700.000 francs destiné à répondre

Plus en détail

Mission d audit financier de début de mandat

Mission d audit financier de début de mandat Ville de Louveciennes Mission d audit financier de début de mandat Synthèse 23 octobre 2014 Vos interlocuteurs : MAZARS Secteur public 61, rue Henri Regnault 92075 La Défense Cedex Thierry GREGOIRE Senior

Plus en détail

Suisse. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Suisse. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE

Plus en détail

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est?

Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Le CPAS (Centre Public d Action Sociale), qu est-ce que c est? Version n : 1 Dernière actualisation : 13-10-2006 1) A quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu un CPAS (Centre Public d Action Sociale)? 3)

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI

Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI Présentation du dispositif fiscal : Article 217 undecies du CGI Pour les entreprises soumises à l Impôt sur les Sociétés, le dispositif Girardin Société 100 % permet de déduire du résultat imposable la

Plus en détail

Réponse à 6 questions-clés sur le statut OMNIO

Réponse à 6 questions-clés sur le statut OMNIO Le 13 mars 2007. Réponse à 6 questions-clés sur le statut OMNIO - Daniel Draguet - Rétroacte En 1997, le statut VIPO (veufs, invalides, pensionnés et orphelins) a été élargi à tous les bénéficiaires d

Plus en détail

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat

L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat L'évolution de la fiscalité immobilière dans le cadre institutionnel issu de la sixième réforme de l Etat Prof. dr. Marc Bourgeois (ULg Tax Institute) CESW Lundi 16 mars 2015 Plan 1. Le cadre institutionnel

Plus en détail

Conseil communal du 16 juin 2015

Conseil communal du 16 juin 2015 Conseil communal du 16 juin 2015 Présentation des Comptes annuels 2014 Anne MASSON Echevin des Finances et du Budget 1 x 100000 1. Présentation des résultats De tous les résultats présentés dans les documents

Plus en détail

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES

ADASP 78. 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES 12 rue de Vergennes 78000 VERSAILLES Comptes annuels au 31/12/2014 Sommaire Documents liminaires Attestation Documents de synthèse Bilan Compte de résultat Annexe DESIGNATION Principes, règles et méthodes

Plus en détail

Règlement sur les finances de l Université

Règlement sur les finances de l Université Règlement sur les finances de l Université vu la loi fédérale sur l aide aux universités et la coopération dans le domaine des hautes écoles du 8 octobre 1999 ; vu la loi sur l université du 13 juin 2008

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER

AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION COMPTE FINANCIER AGENCE COMPTABLE RAPPORT DE PRESENTATION du COMPTE FINANCIER 2014 Conseil d administration du 27 MARS 2015 . SOMMAIRE Pages Exécution du budget 2014 1 Comparaison budget / compte financier 2 Produits 2014

Plus en détail

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME

RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME RÈGLEMENT DE GESTION FINANCIÈRE POUR LE COLLÈGE D ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL DE SAINT-JÉRÔME (Règlement numéro 8) Remplaçant l ancien règlement numéro 8 et abrogeant le Règlement numéro 6 -

Plus en détail

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois.

Annexes PREAMBULE. L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Annexes PREAMBULE L'exercice social clos le 31/12/2014 a une durée de 12 mois. L'exercice précédent clos le 31/12/2013 avait une durée de 12 mois. Le total du bilan de l'exercice avant affectation du résultat

Plus en détail

Explications concernant les types de crédits

Explications concernant les types de crédits Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Explications concernant les types de crédits Types de crédits et plafonds de dépenses L Assemblée fédérale dispose de différents

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

CRÉDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT HALLE VOLTA 10.072

CRÉDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT HALLE VOLTA 10.072 CRÉDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT HALLE VOLTA 10.072 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d'un projet de décret portant octroi d'un crédit supplémentaire urgent de 1.249.000 francs destiné à

Plus en détail

Mise à jour économique et financière

Mise à jour économique et financière 2010-2011 Mise à jour économique et financière L hon. Blaine Higgs Ministre des Finances Le 26 novembre 2010 Mise à jour économique et financière 2010-2011 Publié par : Ministère des Finances Province

Plus en détail

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales

Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère du travail, de l emploi et de la santé Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l Etat Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction de la sécurité sociale

Plus en détail

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Novembre 2007 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Novembre 2007 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Les finances des communes bruxelloises

Les finances des communes bruxelloises Finances locales Les finances des communes bruxelloises 2014 Les finances des communes bruxelloises Pour les communes bruxelloises, les principales tendances d évolution qui se dégagent globalement selon

Plus en détail

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI

REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER DE L HADOPI REGLEMENT COMPTABLE ET FINANCIER Version consolidée au 9 novembre 2011 Prenant en compte : - Délibération n 2010-021 du 16 décembre 2010 portant règlement comptable et financier de l Hadopi, - Délibération

Plus en détail

RÈGLEMENT. N 2015-01 du 2 avril 2015

RÈGLEMENT. N 2015-01 du 2 avril 2015 AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

Rôle et Fonction du trésorier du CE. Christophe THIEBAUT Gestion & Stratégies

Rôle et Fonction du trésorier du CE. Christophe THIEBAUT Gestion & Stratégies Rôle et Fonction du trésorier du CE Christophe THIEBAUT Gestion & Stratégies Le mandat du trésorier du CE La désignation du trésorier Le rôle du trésorier du CE Les moyens d action du trésorier La responsabilité

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BURUNDI

REPUBLIQUE DU BURUNDI REPUBLIQUE DU BURUNDI MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE Institut de Statistiques et d Etudes Economiques du Burundi (ISTEEBU) TRAITEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES

Plus en détail

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar

DECRET N 99-821. fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar DECRET N 99-821 fixant les statuts de l Aviation Civile de Madagascar Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la Convention relative à l Aviation Civile Internationale signée

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11

Résultats 1. Bilan 2. Déficit et surplus d apport 3. Flux de trésorerie 4. Notes afférentes aux états financiers 5-11 RAPPORT FINANCIER INTERMÉDIAIRE ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS Résultats 1 Bilan 2 Déficit et surplus d apport 3 Flux de trésorerie 4 Notes afférentes aux états financiers 5-11 1 RÉSULTATS CONSOLIDÉS POUR

Plus en détail

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Réglement n 2002-07 du 12 décembre 2002

COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Réglement n 2002-07 du 12 décembre 2002 COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Réglement n 2002-07 du 12 décembre 2002 Relatif au plan comptable des mutuelles relevant du code de la mutualité et n assumant aucun risque d assurance ni de réassurance,

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Dépenses de santé et situation budgétaire des gouvernements provinciaux et territoriaux En 2013, on prévoit que les dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux atteindront 138,3

Plus en détail

Compte d exploitation

Compte d exploitation Compte d exploitation Classe 6 : Comptes de charges 60 Achats 606120 Energie ; électricité. 606130 Chauffage. 606220 Produits d entretien 606281 Petit Equipement 606400 Fournitures de bureau 61 Services

Plus en détail

PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT

PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT PLANIFICATION FINANCIÈRE ET CAPACITÉ ÉCONOMIQUE D ENDETTEMENT Commune de Lully Assemblée communale du 2 mai 2012 Bases légales Selon la loi des communes, article 10 et 43 Support et conseil Par la Maison

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015

Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 13 février 2015 Gestionnaires de placements collectifs de capitaux (LPCC) Instructions de traitement pour le recensement de données - Edition 2015 Laupenstrasse 27, 3003 Berne Tél. +41 (0)31 327 91 00,

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial

L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial L accueil familial en faveur des personnes handicapées et allocation d accueil familial 1. Définition Le dispositif d accueil familial concourt à la diversification des offres d hébergement proposées aux

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

Autorité cantonale de surveillance des finances communales

Autorité cantonale de surveillance des finances communales Autorité cantonale de surveillance des finances communales Association cantonale vaudoise des boursiers communaux 9 mai 2014 Autorité cantonale de surveillance des finances communales () F.Weber Projets

Plus en détail

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC ÉTABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) SCHL Décembre 2014 Le Centre d administration

Plus en détail

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE

SÉNAT PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE N 22 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 15 octobre 2008 PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE pour le financement de l économie, ADOPTÉ PAR L'ASSEMBLÉE NATIONALE,

Plus en détail

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Canada. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Canada Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007

LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE. Le compte Administratif 2007 LE BUDGET DE LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DU VOLVESTRE Le budget est l'acte par lequel sont prévues et autorisées par l'assemblée délibérante les recettes et les dépenses d'un exercice. Le budget de la Communauté

Plus en détail

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement

Loi coordonnée - Fonds de vieillissement Loi du 5 septembre 2001 portant garantie d'une réduction continue de la dette publique et création d'un Fonds de vieillissement (Moniteur belge du 14 septembre 2001), modifiée par la loi du 20 décembre

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENT N O 20 SUR LA GESTION FINANCIÈRE Adopté le 29 juin 2009 par le conseil d'administration (275 e assemblée résolution n o 2321) Modifié le 21 avril 2015 par le conseil d administration (310 e assemblée

Plus en détail

Quelle est la structure d un compte de résultat?

Quelle est la structure d un compte de résultat? LE COMPTE DE RESULTAT Qu est- ce qu un compte de résultat? Quelle est sa structure? Que retrouve- t- on dans les comptes? Et quelles sont les obligations légales?! PCMN! BUDGET FINANCES I. Qu est- ce qu

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

1. Du budget de l État au déficit public

1. Du budget de l État au déficit public 1. Du budget de l État au déficit public QCM 1. Qu est-ce que la LOLF? a. la loi d orientation des lois financières b. la loi d organisation des limites financières c. la loi organique relative aux lois

Plus en détail

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE

LISTE DES DOCUMENTS A FOURNIR A L APPUI DE VOTRE DEMANDE DE BOURSE 2015-1 - 1 Cette liste n'est pas exhaustive. L'Administration se réserve le droit de demander tout document complémentaire qui lui apparaîtrait nécessaire lors de l'instruction du dossier. Aucun document

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA COHÉSION SOCIALE Arrêté du 14 mars 2005 relatif aux comptes du syndicat des copropriétaires NOR : SOCU0412535A Le

Plus en détail

Le financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique. Thomas Rousseau Michel Vigneul 25 novembre 2014

Le financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique. Thomas Rousseau Michel Vigneul 25 novembre 2014 Le financement de l assurance maladie obligatoire en Belgique Thomas Rousseau Michel Vigneul 25 novembre 2014 Introduction Le budget des soins de santé 2014 30.929.434.000 EUR ou 115.342.568.408 PEN Remboursement

Plus en détail

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS TITRE 1 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS 2 CHAPITRE 1 NATURE JURIDIQUE Les services départementaux d incendie et de secours (SDIS) sont des établissements publics administratifs, dotés de la

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 3LES FINANCES DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES LOCALES 3-1 Les administrations publiques locales dans les comptes de la nation 42 3-2 Les comptes des administrations

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, FINANCEMENT MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction

Plus en détail

Analyser sa trésorerie au moyen de l ecomptes

Analyser sa trésorerie au moyen de l ecomptes Fiche pratique Analyser sa trésorerie avec ecomptes Description Comment réaliser une analyse de trésorerie au moyen du logiciel ecomptes Méthode SPW- DGO5- Cellule ecomptes Analyser sa trésorerie au moyen

Plus en détail