Cernier, mercredi 2 février 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cernier, mercredi 2 février 2011"

Transcription

1 Cernier, mercredi 2 février 2011 SOLUTION is a project of the CONCERTO initiative co-funded by the European Commission under the 7 th Framework Programme

2 Assainir ma maison? L assainissement énergétique des bâtiments Pierre Renaud, Directeur, Planair SA Cours SOLUTION sur l assainissement de bâtiments Cernier, le 2 février

3 3 Plan de la présentation Un peu de théorie, quelques ordres de grandeurs Pourquoi commencer par isoler? Assainissement de l enveloppe Installations techniques (ventilation)

4 4 Enveloppe des bâtiments Où disparaît l énergie? Les murs extérieurs, le toit, les fenêtres et le sol représentent les voie de fuite les plus importantes pour la chaleur.

5 5 Enveloppe des bâtiments Standards de construction Un bâtiment rénové selon le standard Minergie/BBC consomme au moins 3 fois moins d énergie qu un bâtiment ancien! Source: CRDE

6 6 Enveloppe des bâtiments Comparaison de bâtiments La quantité d énergie thermique requise varie énormément en fonction du standard de construction.

7 7 Enveloppe des bâtiments Bilan énergétique

8 kwh/m2.an 8 Enveloppe des bâtiments Effets des mesures Mesures pour la diminution de la consommation d énergie Selon la compacité du bâtiment Abaissement des consommations suite aux différentes mesures Standard Minergie

9 9 Quelques définitions Standards de construction Coefficient de transmission thermique U (valeur U) [W/m 2.K] Conductivité thermique apparente d un matériau [W/m.K] Quantité de chaleur qui passe en 1 seconde au travers de 1m² d'un élément de construction soumis à une différence de température de 1 degré entre ses 2 faces. Quantité de chaleur qui passe en 1 seconde au travers de 1m² d'une couche de matériau homogène de 1 mètre d'épaisseur, soumis à une différence de température de un degré.

10 10 Quelques définitions valeur U Il est important d avoir des ordres de grandeur Plus la valeur U est faible, moins l élément laisse passer de la chaleur : on dira qu il est bien isolé. Valeurs limites en Suisse Eléments Valeur U médiocre Valeur U bonne Valeur U excellente Toiture O,8 W/m 2.K 0,25 W/m 2.K 0,15 W/m 2.K Murs contre ext 0,8 W/m 2.K 0,25 W/m 2.K 0,15 W/m 2.K Murs contre local non chauffé 1 W/m 2.K 0,3 W /m 2.K 0,2 W/m 2.K Plancher contre terre 1,2 W/m 2.K 0,3 W/m 2.K 0,2 W/m 2.K Lors d une rénovation, il faut demander deux devis : un devis avec la valeur U bonne et un devis avec la valeur U excellente. Et plutôt viser l excellent car on part pour 20 ans

11 11 Quelques définitions Lien valeur U / lambda De manière simplifiée, si il n y a pas d isolation dans l élément considéré, l ajout d isolation est prépondérant dans la nouvelle valeur U. Approximation : U = lambda de l isolant / d (épaisseur isolant en m). Quelques ordres de grandeurs d épaisseur pour atteindre une valeur U de 0,2 W/m 2.K Matériau lambda ép nécessaire (cm) ouate de cellulose 0, laine de verre 0,035 23,3 Polyuréthane 0,022 14,7 béton 1,2 800,0 8 m de béton = 24 cm de laine de verre. Si épaisseur dispo faible : viser du PU (lambda = 0,022 W/m.K) Dans le devis : il faut la valeur U et le lambda visé. Lors de la mise en œuvre : vérifier le lambda du produit

12 Epaisseur d isolant en cm 12 Conductivité thermique et épaisseur Standards de construction Lambda (W/m.K) Isolant très performant Isolant «standard» Isolant peu performant

13 13 En passant Ca ne marche pas Les isolants minces multi-couches : Ca coûte cher, La mise en œuvre est délicate. Des tests du CSTB montrent que ça équivaut à 2 cm de laine de verre. Nous ne recommandons jamais ces produits.

14 14 Les fenêtres Un assemblage complexe Trois éléments : Le cadre Le vitrage Et l intercalaire En plus de la valeur U :

15 15 Les fenêtres Progression technologique impressionnante Les verres, les intercalaires et les cadres ont fait un bond en 5 ans. U g simple verre 3 à 4 0,8 double moyen (il y a 5 ans ) 1,9 0,7 double bon 1,1 0,6 triple 0,7 0,5 Les cadres sont passés de 2 à 1.1 W/m 2.K Les intercalaires à 0.04 (pour du synthétique). Le cadre est le point faible : il faut le minimiser (fenêtre à un ouvrant au lieu de 2, baie vitrée fixe, ) : toujours se poser la question Toujours demander la valeur U du cadre, du vitrage, de la fenêtre complète.

16 16 Fenêtres Eléments Valeur U médiocre Valeur U bonne Valeur U excellente Verre 1,6 1 0,7 Cadres 1,9 1,4 1 Intercalairs 0,08 0,06 0,04 Global Plus de 2 1,3 Moins de 1 Le cadre est le point faible : il faut le minimiser (fenêtre à un ouvrant au lieu de 2, baie vitrée fixe, ) : toujours se poser la question Toujours demander la valeur U du cadre, du vitrage, de la fenêtre complète. Pas de cadre alu. Bois alu contre les intempéries ou PVC. Et exiger lors de la livraison un certificat du fabricant.

17 17 Plan de la présentation Un peu de théorie, quelques ordres de grandeurs Pourquoi commencer par isoler? Assainissement de l enveloppe Installations techniques (ventilation)

18 18 Assainissement Pourquoi commencer par isoler? Parce que les kwh les moins chers sont ceux que l on ne consomme pas. Parce qu en isolant, vous réduisez la puissance de l installation et donc son coût. Parce que si vous remplacez la chaudière puis isolez : Vous aurez une installation surdimensionnée, Qui aura un rendement moindre. Donc toujours commencer par regarder ce qui est faisable en terme d isolation. Et pour commencer, il faut bien délimiter ce qui est chauffé de ce qui est non chauffé.

19 19 Amélioration de l enveloppe Du plus au moins «rentable» Isolation du plancher des combles, Isolation des murs contre les locaux non chauffés (garage, etc), Isolation du plafond des caves ou des sous-sols, Isolation des sous-pentes de toiture (combles aménagées), Remplacement des fenêtres, Isolation des murs extérieurs,

20 20 La toiture L isolation des combles : à faire soi même Des multiples solutions : laine de verre, ouate de cellulose, En vrac ou en rouleau, Chemin d accès pour marcher, Attention aux bêtes (fouines, rats, ) : parfois il faut protéger l ensemble. Viser 30 cm(les cm en plus ne coûtent pas cher), Mettre un pare-vapeur côté chaud et soigner l étanchéité à l air (cf plus loin) Si problème d accessibilité, solution injection en vrac à étudier (knauf) Ne pas oublier la trappe d accès.en isolation et étanchéité à l air

21 21 La toiture Isolation des sous-pentes Solution 1 : isolation par l intérieur Possible soi-même aussi. Maintenir une circulation d air au niveau de sous-couverture (3 à 6 cm). Poser avec soin le pare-vapeur côté chaud et utiliser des scotchs adaptés pour un jointoyage parfait. Le pare-vapeur est indispensable pour éviter tout problème de condensation.

22 22 La toiture Solution 1 : isolation en surtoiture (sarking) Isolation des sous-pentes A combiner lors d une réfection de la toiture (couverture, poutraison), Très difficile à faire soi-même, Permet de ne pas réduire la hauteur des locaux en comble, Isolation plus continue, meilleure étanchéité à l air 1. couverture 2. contre-lattes 3. lattes 4. sous-toiture 5. isolant 6. pare-vapeur 7. chevrons ou fermettes 8. pannes

23 23 La toiture Toit terrasse Jamais par l intérieur Ne jamais isoler par l intérieur un toit terrasse : Difficulté à éliminer la chaleur en été, Variation de température très importante pour le béton (-15 à + 50 ) avec dilatation différentielle risque pour l étanchéité. Toujours une isolation par le dessus avec reprise de l étanchéité. Se poser la question d ajouter une toiture froide.

24 24 Les murs intérieurs Identifier les locaux chauffés des locaux non chauffés Si possible, ajouter de l isolant du côté froid (non chauffé). Facilement réalisable. Ne pas oublier les portes (coûts élevés)

25 25 Le plancher Plus ou moins facile Si les locaux chauffés sont sur une cave, un garage : Isolation du plafond du garage, Parfois délicat à cause de ce qu il y a au plafond, Si problème de hauteur, penser à un isolant très performant (polyuréthane avec lambda = 0,022 W/m.K). Repérer les conduites, les passages de gaines

26 26 Le plancher Faisable soi-même

27 27 Le plancher Si plancher sur terre plein ou vide sanitaire non accessible Plus difficile A combiner avec des travaux lourds de rénovation intérieur. Attention au vide sanitaire ou cave des vieilles maisons : Ne pas supprimer leur ventilation pour éviter qu ils soient trop froids, Risque d accumulation du radon (composant radioactif). Si mur de refend, faire une retombée d isolation (mini 50 cm x 5 cm) pour réduire le pont thermique

28 28 Isolation plancher / murs intérieurs Quelques détails

29 29 Les fenêtres Plusieurs effets bénéfiques suite au remplacement Réduction des déperditions car valeur 3 à 5 fois inférieur. Meilleur confort par suppression de la paroi froide (proche de la température ambiante pour un triple) : Température ressentie plus élevée, Pas de courant d air froid descendant, Possibilité de chauffer moins à isoconfort (1 en moins= 7% de conso en moins). Réduction drastique des infiltrations : Meilleur confort, Jusqu à 10 à 20% de la consommation économisée. Mais des précautions à prendre

30 30 Enveloppe des bâtiments Pertes aux fenêtres Des infiltrations d air au travers de fenêtres peu étanches provoquent des pertes et péjorent le confort! 21.9 C Li

31 31 Les fenêtres Quelques points de vigilance Être attentif à la qualité globale (certification) livrée (cadre, fenêtre, verre). Du triple avec un cadre médiocre, bof.. Favoriser des marques réputées (fenêtres plus lourdes..donc quicaillerie à adapter). Les nouvelles fenêtres ont plus de cadre (plus lourdes) : le pourcentage de verre va diminuer : Mettre certaines fenêtres fixes, Passer de un à deux ouvrants, Se poser la question d enlever le dormant plutôt que de faire de la rénovation sur le cadre existant. Proscrire les fenêtres avec caisson de volets roulants : Isolation médiocre, Étanchéité à l air faible, Mettre les volets à l ext. (caisson en applique) ou stores intérieurs. Attention à la ventilation

32 32 Fenêtres Ventilation / aération Nouvelles fenêtres = étanchéité accrue. Renouvellement d air par infiltration beaucoup plus faible. L humidité relative augmente : Risque de condensation / moisissure dans les zones froides : taches, dégâts, Mauvaise élimination des COV. A minima : Mettre en place une extraction ponctuelle dans les toilettes / SDB, Hotte de cuisine avec extraction extérieure. Aération par ouverture de fenêtres 2 à 3 fois par jour pendant 5 à 10 minutes. Surveiller l hygrométrie (avant / après) : 20 CHF l hygromètre. Plus loin : nous verrons les solutions de ventilation.

33 33 Fenêtres Passage de 2 ouvrants à un ouvrant.

34 34 Fenêtres Bien aérer Température extérieure Humidité relative intérieure maximale en % % % 5 54 % 0 48 % % Valable pour 20 C int. Enlever 5% pour 23 C intérieur Si ça dépasse : aérer

35 35 Fenêtres Penser à l étape d après Si isolation par l extérieur, il faut pouvoir à terme isoler les embrasures avec au moins 4 cm d épaisseur. Un m linéaire d embrasure non isolé entraine autant de déperditions que 3 m 2 de façade isolés par l extérieur avec 14 cm. Plusieurs montages possibles.

36 36 Fenêtres Surchauffe : attention Pour éviter la surchauffe en été : Protections solaires extérieures (Stores ou volets roulants), Si possible stores à lamelles horizontales : o Permet de réduire les gains solaires, o Laisse rentrer la lumière.

37 37 Plan de la présentation Un peu de théorie, quelques ordres de grandeurs Pourquoi commencer par isoler? Assainissement de l enveloppe Installations techniques (ventilation)

38 38 Exemple de conseil d assainissement Standards de construction Situation actuelle Assainissement minimal Assainissement exemplaire selon module Minergie Epaisseur d isolation Valeur U estimée Epaisseur d isolation supplémentaire Valeur U visée Epaisseur d isolation supplémentaire Valeur U visée 0 cm 1.2 W/m 2 K 12 cm 0.25 W/m 2 K 20 cm 0.15 W/m 2 K

39 39 Isolation périphérique ou intérieure? Standards de construction L'isolation extérieure présente de nombreux avantages: Elimination des ponts thermiques, Augmentation de l'inertie thermique, donc amélioration du confort d'été et meilleure utilisation de gains solaires passifs en hiver, Stabilisation de la température des structures,vieillissement plus lent, Diminution des risques de condensation des éléments de construction.

40 40 Façade Privilégier l isolation extérieure Profiter d un ravalement de façade pour isoler. Deux solutions : Façade ventilée, Isolation compacte crépie. Détails à soigner (toiture, fenêtres) Pied de façade : si besoin décaisser pour descendre 30 à 50 cm sous le nez de dalle.

41 41 Enveloppe des bâtiments Ponts thermiques Les pieds de façades présentent souvent des ponts thermiques importants 18.5 C 18 Li C

42 42 Façade Isolation intérieure Pourquoi? Bâtiment classé ou aspect extérieur à conserver, Bâtiment à usage intermittent (monte vite en température), Budget, Travaux au coup par coup. Ne permet pas de régler tous les ponts thermiques. Risque de condensation en tête de dalle, murs de refend. Pose du pare-vapeur importante. Dans l ancien : pare-vapeur à perméabilité variable (ex : proclima) pour permettre d évacuer l eau vers l intérieur en été. Si boiserie ou embrasure en bois : possibilité d injecter de la laine de roche dans la boiserie. Effet intéressant sur la thermique.

43 43 Façade Isolation intérieure Quelques détails à surveiller. On peut à minima isoler derrière les radiateurs 5.3 C 5 4 Li Pose sur pied possible pour le radiateur Risque de gel de la conduite

44 44 Enveloppe des bâtiments Ponts thermiques Les éléments traversants constituent des ponts thermiques importants 8.1 C

45 45 Optimisation du fonctionnement Isolation => nouveaux réglages. Isolation = moins de déperdition Il faut ajuster les réglages de chauffage : o Décalage de la courbe de chauffe, o Augmentation de l abaissement nocturne.

46 46 Plan de la présentation Un peu de théorie, quelques ordres de grandeurs Pourquoi commencer par isoler? Assainissement de l enveloppe Installations techniques (ventilation)

47 47 Aération Pour les volumes raisonnables L amélioration de l étanchéité (remplacement des huisseries notamment) impose de prendre des précautions au niveau de la ventilation : Risque de condensation /moisissure accru Qualité de l air. 4 solutions : Pas d action : aération uniquement par ouverture de fenêtres Hybride : o Extraction cuisine (hotte) et SdB/WC (minuterie / détection)

48 48 Aération Hygro versus double-flux Hygro : Coût faible, Mise en place assez simple, Peu d entretien Faible conso d électricité, Adaptée pour des taux d occupation type habitat/bureau, Intéressant si le taux d occupation varie

49 49 Aération Double flux Energétiquement optimal, Garanti d un air sain en toute condition, Coût de mise en œuvre élevé, Consommation d électricité plus importante : choix des ventilateurs, Non auto-adaptatif à l occupation (sauf à complexifier l installation), Emprises des gaines, Encombrement du monobloc de ventilation.

50 50 Merci de votre attention

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie

Isolation globale. 1. Maîtriser la consommation d énergie Isolation globale 1. Maîtriser la consommation d énergie Le confort et l éco-performance d une habitation sont fortement liés à son isolation. Celle-ci doit être homogène et adaptée aux caractéristiques

Plus en détail

Flash information : Juin 2010

Flash information : Juin 2010 Flash information : Juin 2010 Comment rendre son logement plus performant Le coût de l énergie, son impact polluant sur notre environnement, nous mènent aujourd hui à favoriser et à développer chez chacun

Plus en détail

Version n 3 du 11 décembre 2009

Version n 3 du 11 décembre 2009 SYNTHESE de l étude thermique Projet de Maison Individuelle Basse Consommation Maîtres d ouvrage : M. et Mme Enjolras Lieu : La Bâtie Divisin (38) Version n 3 du 11 décembre 2009 SOMMAIRE : 1. Hypothèses

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Chauffage et eau chaude sanitaire: conception et régulation Bruxelles Environnement Flux énergétiques dans le système de chauffage/ecs sur base de trois exemples Jonathan FRONHOFFS

Plus en détail

Spécialisée dans le conseil et le rénovation de parc immobilier et de bâtiments. Début activité 2008 Effectif 6 collaborateurs internes, 6

Spécialisée dans le conseil et le rénovation de parc immobilier et de bâtiments. Début activité 2008 Effectif 6 collaborateurs internes, 6 Spécialisée dans le conseil et le rénovation de parc immobilier et de bâtiments. Début activité 2008 Effectif 6 collaborateurs internes, 6 collaborateurs externes 2 3 4 Source: astronomes.com 5 6 Source:

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Traquer les courants d air Quelques infos pour commencer LIENS UTILES Les problématiques d étanchéité à l air et de VMC sont souvent accompagnées de questions concernant la qualité de l air intérieur.

Plus en détail

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A

La Maison Passive. Sarl Bois et Paille Charpente Eddy Fruchard Code APE/NAF 4391A La Maison Passive La Maison Passive, souvent appelée «maison sans chauffage», repose sur un concept de construction très basse consommation, basé sur l utilisation de la chaleur passive du soleil, sur

Plus en détail

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures?

Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? N 20 - Novembre 2008 www.siplast.fr contact.ealliance@icopal.com Réglementation thermique : son évolution et son extension aux bâtiments existants Quelles conséquences pour les toitures? Les enjeux de

Plus en détail

«Habitat et Maîtrise de l énergie»

«Habitat et Maîtrise de l énergie» «Habitat et Maîtrise de l énergie» Réunion d information Introduction l ALEC SQY - le CAUE MDE écogestes - petits travaux Isolation et Architecture Rénovation isolation - préconisations Énergie chauffage

Plus en détail

PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET

PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET PROJET DE RENOVATION PRESENTATION DU PROJET 1 - SITUATION Le projet est situé en périphérie de la commune de Villeurbanne, 12 rue Jules Guesde. Il s agit d une réhabilitation d une maison de l après guerre.

Plus en détail

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS LA CONTRIBUTION DES FENÊTRES ALUMINIUM A LA PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS Les critères de performance énergétique des fenêtres aluminium Impact des fenêtres sur la consommation d un bâtiment d

Plus en détail

La fenêtre : thermique, statique et nouvelle norme SIA 331

La fenêtre : thermique, statique et nouvelle norme SIA 331 La fenêtre : thermique, statique et nouvelle norme SIA 331 11 mars et 15 avril 2010 Haute école spécialisée bernoise Architecture, bois et génie civil 1 SOMMAIRE INTRODUCTION CONSOMMATION EN ÉNERGIE DES

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE SOMMAIRE 4 1. LE CONTEXTE 1.1 Enjeux environnementaux 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Réglementation thermique 2005 1.4 DPE «Etiquette énergie» 1.5 Loi Grenelle: L urgence écologique 1.6 Protéger l environnement

Plus en détail

Avec ACTIS, optez pour la maison économe.

Avec ACTIS, optez pour la maison économe. Avec ACTIS, optez pour la maison économe. solutions ACTIS : ATTEINDRE LA CLASSE B DU DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DEVIENT POSSIBLE. Isolants minces multicouches réflecteurs Isolants en fibres

Plus en détail

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE

OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE OPTIMISATION THERMIQUE PAR SIMULATION DYNAMIQUE 1 OBJET L objet du présent document est l analyse et l optimisation de la thermique d'hiver d un projet de construction de maison individuelle à ossature

Plus en détail

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction

Les fondamentaux du bioclimatisme. JC Mengoni, Conseils en éco construction Autrefois Architecture pratique mais sans confort (vie dans les champs) Longue connaissance/expérience de la nature, du soleil, des vents Guerre 14 1.400.000 morts en France Perte des techniques traditionnelles

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés! Le diagnostic énergétique des anciens bâtiments! Exigences et solutions constructives

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Label Bâtiment Basse Consommation

Label Bâtiment Basse Consommation JUMELAGE Eco-Construction Label Bâtiment Basse Consommation CETE Mediterranée Nicolas Cabassud Bruno Cornen TUNIS 30-31 Janvier 2012 SOMMAIRE 1 Présentation du label Bâtiment Basse Consommation 2 Maitrise

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Bâtiment isolé thermiquement Bâtiment étanche à l air La chaleur est conservée Bâtiment avec ventilation efficace Objectif

Plus en détail

Bâtiments basse énergie l exemple suisse du programme MINERGIE

Bâtiments basse énergie l exemple suisse du programme MINERGIE Bâtiments basse énergie l exemple suisse du programme MINERGIE AJENA, qui sommes nous? L AJENA, Energie et Environnement en Franche-Comté association loi de 1901 à but non lucratif plus de 400 adhérents

Plus en détail

Inertie dans les bâtiments passifs constante de temps. PECOURT Alexandre

Inertie dans les bâtiments passifs constante de temps. PECOURT Alexandre Inertie dans les bâtiments passifs constante de temps PECOURT Alexandre Sommaire 1. Constante de temps = couple isolation / inertie 2. Influences de la constante de temps 3. Conclusions et proposition

Plus en détail

Chaque élément de la construction doit être isolé.

Chaque élément de la construction doit être isolé. La priorité absolue en rénovation basse consommation d énergie est de limiter les besoins de chauffage de votre logement, car l énergie la moins chère est celle que vous ne consommez pas. La solution :

Plus en détail

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans

thermique Rénover sa maison > 250 une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans La rénovation thermique > 250 Rénover sa maison > 250 pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans < 88 Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

L ensemble de ces paramètres joue un rôle sur la consommation énergétique et sur le confort des occupants.

L ensemble de ces paramètres joue un rôle sur la consommation énergétique et sur le confort des occupants. 1 FICHE OX «Enveloppes de bâtiments performantes avec solutions techniques ou architecturales minimisant la part des ponts thermiques dans les déperditions» 1. Contexte Enjeux La performance d une enveloppe

Plus en détail

LA VOCATION D ACTIS : INNOVER POUR MIEUX ISOLER

LA VOCATION D ACTIS : INNOVER POUR MIEUX ISOLER ACTUALITÉS BATIMAT 2009 LA VOCATION D ACTIS : INNOVER POUR MIEUX ISOLER Une volonté de se surpasser Depuis près de 30 ans, ACTIS fait de l innovation sa priorité en proposant des solutions concrètes et

Plus en détail

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration

ventilez chauffez votre eau CRÉDIT D IMPÔTS* vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 facilité d intégration vmc BBC + chauffe-eau thermodynamique sur air extrait aéraulix 2 Les P r o d u i t s facilité d intégration facilité d installation gains énergétiques renforcés : rendement stable quelle que soit la température

Plus en détail

Passive. France. Bouches de soufflage chauffantes ECO Chauffage par ventilation pour maisons passives

Passive. France. Bouches de soufflage chauffantes ECO Chauffage par ventilation pour maisons passives Bouches de soufflage chauffantes ECO Chauffage par ventilation pour maisons passives La récupération de chaleur sur l air vicié est indispensable aux maisons Elle réduit considérablement les pertes de

Plus en détail

ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE

ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE ETUDE DE DEUX MAISONS A ENERGIE POSITIVE DANS LE CADRE DU PROJET VALLENERGIE L ATELIER DE LA GRANGE EN QUELQUES MOTS L Atelier de la Grange est une équipe de 12 personnes, implantée en zone rurale, à Daverdisse,

Plus en détail

économies d énergie Isoltop RT 2012 RT2012

économies d énergie Isoltop RT 2012 RT2012 Le Grenelle de l environnement a prévu la mise en œuvre d un programme de réduction des consommations énergétiques des bâtiments, avec deux objectifs majeurs: la généralisation des bâtiments basse consommation

Plus en détail

Habitat et confort Isolation

Habitat et confort Isolation Isolation Français p 1 Maquette isolation phonique et thermique Version : 9009 Habitat et confort 1 Présentation du concept 1.1 Introduction La maquette isolation phonique et thermique a été conçue par

Plus en détail

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012

SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 SYNTHESE ETUDE THERMIQUE RT 2012 MAITRE D OUVRAGE CHB - COOP HABITAT BOURGOGNE 69 Avenue Boucicaut 71100 CHALON SUR SAÔNE Tél : 03 85 46 16 63 - Fax : 03 85 46 55 32 ARCHITECTE NAOS ATELIER D ARCHITECTURE

Plus en détail

Terre et Soleil : le Bioclimatisme

Terre et Soleil : le Bioclimatisme Maison Charmeau Cahier Bioclimatisme page 1 /7 Terre et Soleil : le Bioclimatisme La conception bioclimatique de l habitat : Concevoir des bâtiments adaptés au climat local, en utilisant, avec bon sens,

Plus en détail

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE

CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE 30/06/2011 CETTE VILLA EST CONSTRUITE EN BBC & ENERGIE POSITIVE NOTICE EXPLICATIVE Page 1 I. QUE SIGNIFIE LA NORME BBC & RT 2020? A. Qu est-ce qu une Maison BBC? Pour obtenir le Label BCC, Effinergie a

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation thermique d une maison de bourg Localisation : 49250 Saint-Mathurin-sur-Loire

Plus en détail

Exemple de construction d un toit

Exemple de construction d un toit Exemple de construction d un toit Solution A Solution B Montage de l intérieur vers l extérieur Montage de l intérieur vers l extérieur Plaque de plâtre cartonnée ou en fibre de plâtre 12,5mm Plaque de

Plus en détail

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais

ANNEXES. Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé. Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Qualité architecturale et solutions constructives pour un logement optimisé Logements optimisés CQFD : Coûts, Qualité, Fiabilité, Délais Troisième session ANNEXES 2 octobre 2009 SOMMAIRE Annexe 1 - Evolution

Plus en détail

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS

Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS Sommaire 1. PRESENTATION DU PROJET 1.1 INTRODUCTION 1.2 OBJECTIF DE PERFORMANCE 1.3 DESCRIPTION DE L IMMEUBLE BATI 2. DESCRIPTIF DES OPTIONS 2.1 RÉCAPITULATIF 2.2 VERSION DE BASE 2.3 OPTION N 1 2.4 OPTION

Plus en détail

Energéticien Consultant Formateur

Energéticien Consultant Formateur 1 Energéticien Consultant Formateur 2 Cas 1 : maison contemporaine Maison individuelle 1972 Façade avant entrée Pignon jardin Façade arrière jardin 3 Description Présentation générale état initial 2 niveaux

Plus en détail

Le Bbio RT 2012 pour le permis de construire

Le Bbio RT 2012 pour le permis de construire Le Bbio RT 2012 pour le permis de construire I LES 4 ÉTAPES POUR OBTENIR LA RT 2012 1 Connaître sa zone 2 Profiter au maximum de l énergie gratuite (Biomax) Un des points pris en compte est le BIOmax.

Plus en détail

Concilier économie d énergie & bâti ancien

Concilier économie d énergie & bâti ancien Concilier économie d énergie & bâti ancien Contact: Arthur Goubet Ingénieur 206 rue de Belleville / 75020 PARIS Tél. : 01.43.15.00.06 / Fax : 01.43.15.01.80 e-mail : mail@tribu-energie.fr - web : www.tribu-energie.fr

Plus en détail

Les logiques de la rénovation énergétique

Les logiques de la rénovation énergétique Le 7 novembre 2011 La rénovation énergétique des bâtiments Yquebeuf Les logiques de la rénovation énergétique Pierre LECOUTEY ( Conseiller en Energie Partagé Département de Seine Maritime Mission Projet

Plus en détail

De la conception à la réalisation

De la conception à la réalisation De la conception à la réalisation d une maison BBC, à énergie positive Gaël LHENRY et Hélène SINGEZ 09 avril 2010 Un pôle de compétences au service des maîtres d ouvrage publics et privés CAeP, versdes

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Quattro et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard

Plus en détail

Le solaire à capteur photovoltaïque (production d'électricité)

Le solaire à capteur photovoltaïque (production d'électricité) Le solaire à capteur photovoltaïque (production d'électricité) Les panneaux solaires photovoltaïques, appelés modules photovoltaïques ou simplement panneaux solaires, convertissent la lumière en électricité.

Plus en détail

COLLOQUE BATIR DURABLE Saint Jean Bonnefonds. Jeudi 17 décembre 2009

COLLOQUE BATIR DURABLE Saint Jean Bonnefonds. Jeudi 17 décembre 2009 COLLOQUE BATIR DURABLE Saint Jean Bonnefonds Jeudi 17 décembre 2009 FICHES TECHNIQUES COSTIC / FFB AMELIORATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS EXISTANTS ANCIENNES FICHES ADEME / FFB EXEMPLE DE FICHE AMÉLIORATION

Plus en détail

- isolation par l intérieur-

- isolation par l intérieur- Amélioration des performances thermiques des parois opaques - isolation par l intérieur- Fiche technique Répartition des déperditions thermiques 1 - Définitions et principes Pourquoi isoler? Dans un appartement,

Plus en détail

Questionnaire MVE Maison Individuelle et Appartement Collectif

Questionnaire MVE Maison Individuelle et Appartement Collectif Date de RdV :... / / Lieu de RdV : Initiales du CIE :. Questionnaire MVE Maison Individuelle et Appartement Collectif Afin de rendre le conseil en énergie constructif, nous avons besoin d un maximum de

Plus en détail

ECOLE PASSIVE A BRUXELLES

ECOLE PASSIVE A BRUXELLES ECOLE PASSIVE A BRUXELLES Institut Marie Immaculée Montjoie - Anderlecht TRAIT architects sa F r a n k N o r r e n b e r g & P i e r r e S o m e r s T : + 32 ( 0 ) 2 5 3 7 21 31 www. t r a i t - a r c

Plus en détail

Isoler pour améliorer la performance énergétique d un bâtiment 12 septembre 2013

Isoler pour améliorer la performance énergétique d un bâtiment 12 septembre 2013 Isoler pour améliorer la performance énergétique d un bâtiment 12 septembre 2013 Pierre DEMESMAECKER Auditeur énergétique à l ICEDD Table des matières 1. Introduction 2. Isolation des toits 3. Isolation

Plus en détail

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux

GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux GESEC Siège Social - Rénovation des bureaux Les Besoins Gestion des Apports Solaires Les Systèmes La Synthèse Site Climat & Ressources Ventilation QAI Typologie Bâtiment & les usages Isolation Thermique

Plus en détail

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP

Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements à Marco Ragonesi RSP L enveloppe du bâtiment Minergie P Minergie ZH-007-P Minergie BE-001-P-ECO Minergie ZH-002-P-ECO Minergie ZH-002-P Minergie SG-001-P Minergie ZH-003-P-ECO Manuel Bauer Flourentzos Flourentzou Remerciements

Plus en détail

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4

Maçonnerie de béton cellulaire 400 0,120 0,24 9,09 11,4 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES On obtient ainsi les résultats repris au tableau ci-dessous [25] Matériau e Amortissement Déphasage F (kg/m 3 ) (W/mK) (m) (h) Maçonnerie de béton cellulaire

Plus en détail

Doc 3 transferts thermiques

Doc 3 transferts thermiques Activité Documentaire Transferts d énergie entre systèmes macroscopiques Doc 1 Du microscopique au macroscopique La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique.

Plus en détail

12/10/2014. Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne. Programme

12/10/2014. Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne. Programme Contenu tiré du site energie.wallonie.be Et des formations PEB de la région wallonne Programme 1. Contexte 2. Bilan énergétique 3. Indicateurs du logiciel PEB 4. Champs d application et exigence PEB 5.

Plus en détail

1 La conception bioclimatique

1 La conception bioclimatique Nos performances écologiques 1 La conception bioclimatique Une maison ioclimatique est intelligemment implantée bien orientées Objectif : utiliser passivement l énergie solaire pour bénéficier d apports

Plus en détail

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI

La BAO PROMODUL version Pro Expert MI La BAO PROMODUL version Pro Expert MI Logiciel de diagnostic et de simulation pour l amélioration de la performance énergétique et du confort thermique dans la maison individuelle La BAO PROMODUL version

Plus en détail

Votre facture d énergie ne vous laisse pas de glace? JETSPRAY

Votre facture d énergie ne vous laisse pas de glace? JETSPRAY Votre facture d énergie ne vous laisse pas de glace? JETSPRAY La solution innovante et respectueuse de l environnement pour l isolation des vides ventilés et des caves. JETSPRAY PROJETTE DES ÉCONOMIES

Plus en détail

TD de thermique de l habitat 1

TD de thermique de l habitat 1 TD de thermique de l habitat 1 - Td 3-1 Etude des déperditions d un pavillon F3 On étudie le pavillon F3, situé à Blois (41) dont le plan de masse est donné ci-dessous. La ventilation de ce pavillon est

Plus en détail

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie.

Aides financières de la part de l Etat. maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Aides financières de la part de l Etat maison basse consommation d énergie et maison basse énergie. Maison à performance énergétique élevée Lors de la conception d une maison à performance énergétique

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB

Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd. énergie. Formation conseiller PEB Module 3 :TECHNIQUE ENERGIE 3.1 Consommation d éd 3.1 La consommation d éd Contenu Lien vers la PEB Bases techniques Applications Synthèse Lien vers le logiciel PEB 2 Liens vers la PEB Les 3 volets 1.

Plus en détail

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation SOMMAIRE Avant-propos......................................... 5 Domaine d application du guide.............................. 6 Les produits isolants................................... 9 Les laines minérales....................................

Plus en détail

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux.

Justifier des choix réalisés pour les travaux au regard de la consommation et de la maîtrise de l énergie et de l eau, du choix des matériaux. Annexe Prise en compte de la démarche de développement durable et solidaire pour les opérations de moins de 15 logements Grille du référentiel départemental Justifier des choix réalisés pour les travaux

Plus en détail

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE

LES PLANCHERS LES PLANCHERS LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES PLANCHERS LA MÉTHODOLOGIE DE LA RÉNOVATION DES PLANCHERS ET L ÉNERGIE LES FONCTIONS PRINCIPALES ET LES PERFORMANCES REQUISES L ISOLATION THERMIQUE DES PLANCHERS DANS LE CONTEXTE DU BÂTIMENT EXISTANT

Plus en détail

Salle polyvalente de La Prillaz. Analyse énergétique. réalisée en avril 2012 par S. Pantet

Salle polyvalente de La Prillaz. Analyse énergétique. réalisée en avril 2012 par S. Pantet Salle polyvalente de La Prillaz Analyse énergétique réalisée en avril 2012 par S. Pantet Sommaire 1. Introduction! 3 2. Analyse thermographique de lʼenveloppe! 4 2.1.Conditions météorologiques! 4 2.2.Thermographies

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur.

La ventilation en rénovation r Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur. La ventilation en rénovation r : Exemple de mise en place dans deux bâtiments exemplaires de bureaux : Mundo B / Mundo-Namur Octobre 2010 Introduction Il s agit de présenter ici le point de vue d un maître

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Retour d expérience sur la construction. de 6 logements sociaux. passifs en ossature bois et labellisés Minergie-P

Retour d expérience sur la construction. de 6 logements sociaux. passifs en ossature bois et labellisés Minergie-P Retour d expérience sur la construction de 6 logements sociaux passifs en ossature bois et labellisés Minergie-P (Commune La Terrasse, dans l Isère) mercredi 17 novembre 2010 Vincent RIGASSI architecte

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE

LE GUIDE DE LA MAISON ENVIRONNEMENTALE Des procédés durables, écologiques et à faible consommation d énergie Pierre Etoile s engage à respecter l environnement au travers de la construction de ses résidences. Terra Natura s inscrit dans cette

Plus en détail

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments

Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Qualité de l enveloppe l thermique des bâtiments Bertrand DENIS Défi nergie 66200 ELNE Diagnostic de Performance Energétique Audit & optimisation énergétique Etude d ensoleillement - Thermographie infrarouge

Plus en détail

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS

PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS 7. SURCHAUFFE PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS R BSE Procédure... 7.1 R Critère de surchauffe à partir du 1 er janvier 2014... 7.2 BSE Refroidissement - BSE... 7.3 Prévention... 7.4 Orientation et

Plus en détail

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2

Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Menuiserie : Double vitrage bois 4/12/4 + 2 Velux 4/8/4 + 2 "lucarnes" de toiture. Murs Situation actuelle Préconisation 1 Préconisation 2 Brique rouge alvéolaire 25cm + 7,5cm laine de verre + 7cm brique

Plus en détail

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles

Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Essais comparatifs d Aluthermo Optima et de laine de verre en pose dans une simulation de combles Contact technique Thibault Boulanger Contact facturation Julien Thiry ELIOSYS sa ELIOSYS sa Boulevard de

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LA VENTILATION HYGIÉNIQUE François LECLERCQ et Thomas LECLERCQ MATRIciel sa Bilan énergétique

Plus en détail

L essentiel de La Rt 2012

L essentiel de La Rt 2012 L essentiel de la RT 2012 Philippe Leblond L essentiel de la RT 2012 Obligations et mise en œuvre de la réglementation thermique 2 e édition À tous ceux qui m ont soutenu, sans les citer pour n oublier

Plus en détail

La conception du logement

La conception du logement La conception du logement L habitat est le premier poste d utilisation d énergie des ménages, à égalité avec les transports. Le niveaux de consommation par usage direct (chauffage, eau chaude, électricité

Plus en détail

REPORTAGE. Architecture BOIS N 58

REPORTAGE. Architecture BOIS N 58 REPORTAGE 56 REPORTAGE 57 Tout pour plaire Sur les hauteurs de Grenoble, la construction bois s offre de belles vitrines. À Saint-Jean-de-Moirans, l architecture du siège mondial des skis Rossignol est

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique

Guide filière sur. le chauffe-eau. thermodynamique Guide filière sur le chauffe-eau thermodynamique QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une

Plus en détail

~ OU~E. Economy " Eco/ogy. Constructeur de maisons en bois

~ OU~E. Economy  Eco/ogy. Constructeur de maisons en bois ~ OU~E 2 Economy " Eco/ogy Constructeur de maisons en bois 1 Vos projets deviennent réalité Neuf Large choix Rénovation Courts délais Sur mesure Économies énergétiques Constructeur de maisons en bois Toiture

Plus en détail

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples

Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Champ d application Principes Exigences Exemples Troisième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «GLOBALE» Arrêté relatif à la performance énergétique des bâtiments existants de surface supérieure à 1000 m², lorsqu ils font

Plus en détail

Plus sûr, sensiblement meilleur Efficacité prouvée

Plus sûr, sensiblement meilleur Efficacité prouvée Le produit Plus sûr, sensiblement meilleur Efficacité prouvée Idéale pour les travaux de rénovation intérieure, cette plaque isolante vous permet de réaliser d importantes économies d énergie. Accessoires

Plus en détail

Atelier Evolution de la réglementation thermique

Atelier Evolution de la réglementation thermique 1 JEP 2012 Solutions architecturales et techniques pour les projet ts RT 2012 Hicham LAHMIDI, Représentant du GIP (Bureauu Veritas) 2 Cho oisir une forme compacte Un bâtiment compact est un bâtiment qui

Plus en détail

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013

La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover. Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 La maîtrise des consommations dans l habitat à rénover Comment agir? Quelle est la démarche? 5 juin 2013 Stéphane GIRAULT Études de conception en génie climatique et électricité Audits énergétiques Études

Plus en détail

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique

Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012. Réglementation thermique Le guide de la construction écologique : Tout savoir sur votre maison RT 2012 Tout savoir sur votre maison RT2012 Réglementation thermique Avec Maison DTT Avec Maisons CTVL www.maison-dtt.fr La réglementation

Plus en détail

La rénovation thermique des copropriétés

La rénovation thermique des copropriétés La rénovation thermique des copropriétés Isolation thermique par l extérieur (façades, toitures, planchers bas) ASDER - Chambéry Mardi 19 mars 2013 François Sivardière Chargé de mission Copropriétés L

Plus en détail

Plateforme Maison Passive a.s.b.l.

Plateforme Maison Passive a.s.b.l. Plateforme Maison Passive a.s.b.l. M a r n y D i P i e t r a n t o n i o, I r A r c h i t e c t e 1 L i s o l a t i o n o v e r v i e w... P o u r q u o i i s o l e r? - Diminuer sa facture énergétique

Plus en détail

Calculs et bilan des déperditions thermiques

Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculs et bilan des déperditions thermiques Calculer les déperditions thermiques c'est déterminer la quantité de chaleur à fournir pour le chauffage d'une pièce à température donnée. Cette chaleur fournie

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail

Rénovation passive ou basse énergie Marc Opdebeeck Architecte www.modelmo.be

Rénovation passive ou basse énergie Marc Opdebeeck Architecte www.modelmo.be Rénovation passive ou basse énergie Marc Opdebeeck Architecte www.modelmo.be 10 et 11 septembre 2011 10h 1 Atelier g logement passif 15 kwh par m2/an Transforma)on d un atelier en logement à Bruxelles

Plus en détail

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées

Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Recommandations pour rafraîchir un espace à l intérieur des établissements d accueil des personnes âgées Les différents rapports d enquête sur la canicule 2003 ont souligné que le rafraîchissement des

Plus en détail