Renford. 7 ème promotion. Portraits d agricultrices et d agriculteurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Renford. 7 ème promotion. Portraits d agricultrices et d agriculteurs"

Transcription

1 Renford R e s p o n s a b l e s E N F O R m a t i o n p o u r D e m a i n 7 ème promotion Portraits d agricultrices et d agriculteurs

2

3 Sommaire «L engagement est nécessaire et il faut s y former» par Philippe Vasseur, ministre de l agriculture, de la pêche et de l alimentation de 1995 à 1997 «Renford : la formation des futurs responsables de la profession agricole» par Christophe Hochedé, président de l association Renford «Passionnant et enrichissant!» Par Gautier Meausoone, délégué des stagiaires de la 7 ème promotion de Renford «Aved la promo 7, l agriculture régionale est entre de bonnes mains» Par Bruno Guermonprez, responsable de la formation Renford, et Joseph Vandenbroucke L agriculture du Nord-Pas-de-Calais, en quelques chiffres et grandes tendances Les organismes partenaires et les stagiaires de la 7 ème promotion de Renford Table des matières Les témoignages sont classés en 10 rubriques Diversification agricole Zone périurbaine Métier-passion Productions végétales Productions animales Transmission Revenus Pluriactivité Innovation Territoire 33 exploitations du Nord-Pas-de-Calais (localisation) Sommaire

4 L engagement est nécessaire, mais il faut s y former Etre agriculteur aujourd hui? Le maître-mot est assurément la passion! S installer en agriculture est bien une décision, non un simple atavisme. Le métier est complexe et la formation est plus que jamais indispensable. Bien sûr, il y a les compétences techniques et les compétences en gestion : l agriculteur produit et gère. Mais il y a aussi la nécessité de se former à l innovation, ce qui passe par cette difficile capacité de penser son projet, de le formaliser et de prendre des décisions. Produire, gérer et innover! La formation est nécessaire, tout comme la passion! Autrefois, nous avions une vision très collective de l agriculture et elle a créé de beaux engagements, comme la coopération. Aujourd hui, certes il ya toujours un cadre général, une politique de soutien, il ya aussi chez les jeunes agriculteurs le désir d aventures individuelles. C est bien de se prendre en main mais il ne faut pas perdre l esprit «communautaire», dans les coopératives, le système bancaire, les organisations professionnelles, la vie locale. Il faudra toujours des engagements collectifs. Prenons un cas d école, la suppression éventuelle des quotas laitiers. Le pilotage devrait alors être assuré par l aval, par la transformation. L agriculteur devrait alors s investir dans l aval par une coopération qui, outre l approvisionnement, s investit dans la transformation. Un dernier point L engagement est nécessaire et il faut s y former. La formation Renford est un exemple : de jeunes agriculteurs réfléchissent sur leur projet personnel, sur leur projet professionnel, sur leur projet de responsable. C est ici le savoir-être qui est en jeu. Et puis ils n oublient pas leur rôle dans la société. Ils sont citoyens à part entière et doivent, plus que jamais aujourd hui, être les acteurs du rapprochement entre le monde agricole et la société. Philippe Vasseur, ministre de l agriculture, de la pêche et de l alimentation ( )

5 En cette fin de formation pour la 7 ème promotion de Renford, je voudrais rappeler les raisons qui ont présidé à sa création. Dans le contexte d une «formidable progression de l enseignement agricole qui s est faite sous un angle plutôt technique et développement individuel que visionnaire et développement collectif»*, il reste un besoin pour la profession agricole : former les futurs responsables de la profession agricole, assurer une meilleure cohésion entre le Nord et le Pas-de-Calais, dépasser les clivages idéologiques issus du passé (plus vraiment d actualité quand la profession agricole devient une minorité comme les autres), assurer la présence du monde agricole dans le développement local. La formation des futurs responsables de la profession agricole Les clivages idéologiques se sont atténués mais ne sont-ils pas remplacés par une forme de concurrence économique sur les services proposés aux agriculteurs? La régionalisation des organisations professionnelles agricoles sera encore d actualité dans la décennie à venir. Bref, tout cela justifie plus que jamais une formation qui, en plus du développement personnel de chaque participant, permet la création d un véritable réseau de responsables professionnels. Ces futurs responsables ne partagent pas obligatoirement la même vision collective de l agriculture régionale, mais en ont déjà débattu entre eux et sont tous convaincus de la nécessité de cette dimension collective pour l avenir de notre agriculture. Je suis très heureux de l initiative de la publication de ce recueil de projets de vie et professionnel des stagiaires. Je voudrais également profiter de cette tribune pour rendre hommage à Philippe Muys dont le décès fin décembre nous a tous bouleversés. Il était dans l ombre un acteur indispensable de la formation. Christophe Hochedé, président de l association Renford Merci également à André Herman, mon prédécesseur, qui est parti vers d autres horizons professionnels, qu il puisse se servir de ce document entre autres pour initier la création d une formation comparable dans l Ouest. *Patrick Coste, président du CNJA «150 ans d enseignement agricole»

6 Passionnant et enrichissant! Ouf, c est fini! Non, c est une blague Mmême s il est vrai que la formation Renford demande beaucoup de temps et de motivation. La formation est tellement passionnante qu on ne s en lasse pas Renford? Qu est-ce donc? Qu y apprenons-nous? A quoi cela sert-il? Honnêtement, il me faut avouer avoir du mal à répondre à ces questions et je crois ne pas être le seul des stagiaires de Renford Essayons. Durant ces 3 années de formation, nous avons développé 4 axes. Le premier tourne autour de nous-mêmes, de ce que nous sommes, des hommes et des femmes, des exploitants agricoles, des responsables dans le monde agricole. Le second axe, alimenté par les témoignages tous aussi passionnants les uns que les autres et par des voyages,notamment et très récemment en Afrique du Sud, nous apporte l ouverture d esprit sur le monde qui nous entoure. Le troisième axe cherche à nous faire comprendre l esprit de groupe, l intérêt de travailler en groupe et d y trouver sa place. Le dernier enfin s intéresse à l expression et à la communication. Bref, nous avons appris à mieux nous connaître, à éclaircir notre vision des choses et notre projet de vie, projet personnel, projet professionnel, projet de responsable dans le monde agricole, celui que l on veut être, celui qu on refuse d être. La formation Renford, c est aussi un groupe Un groupe d agriculteurs et d agricultrices, d origines diverses, tous plus ou moins engagés dans différents organismes professionnels agricoles. Cette notion de vie de groupe, au fil des 10 journées de formation par an des voyages d études, est capitale : ces liens crées entre nous sont à coup sûr bénéfiques à notre profession qui a si souvent souffert d un manque de dialogue et de communication Comment parler de Renford sans parler de ses formateurs*? Par leur diversité, leurs compétences, leur professionnalisme et leur expérience, ils nous ont tant apporté! Ils ont toujours eu le soin de ni nous inculquer la pensée unique et, comme peuvent le dire peutêtre certains détracteurs de Renford, ni de nous «sectariser» Renford, comprenez-le bien, c est le respect de l autre et de ses différences. Gautier Meausoone, délégué des stagiaires de la 7 ème promotion de Renford La richesse du programme, la qualité des intervenants en fin de journée, le professionnalisme des formateurs, l esprit de groupe, tout cela fait de Renford une formation de responsables de grande qualité : Renford enrichit celui qui y participe, Renford est bénéfique pour l agriculture du Nord-Pas-de-Calais. * Eric Comont, Pierre-Marie Courtin, Bruno Guermonprez, Bernard Permanne, Joseph Vandenbroucke

7 Nous ne reviendrons pas dans cette préface sur les objectifs de la formation, le texte de Gautier, tout en précisant qu il est difficile d expliquer ce qu on y fait, le présente parfaitement. Nous ajouterons simplement le témoignage reçu d un stagiaire qui a dû abandonner la formation pour des raisons de travail : «tout ce que j'ai pu apprendre durant ces 2 ans m'a été très bénéfique tant professionnellement qu'humainement. Même si mon absence cette année ne m'aura pas permis de savoir quelle responsable je veux être!! j'aurai quand même trouvé l'homme que je veux rester». Nous voudrions plutôt vous éclairer sur ce qui nous a frappés dans votre promo et qui justifie ce titre. Pendant 3 ans, nous avons rencontré : Avec la promo 7, l agriculture régionale est entre de bonnes mains Des chefs d entreprise très branchés nouvelles technologies de production et de commercialisation qui ont connu une phase de développement quasi exponentielle de leurs entreprises. Des responsables prêts à s engager, avec professionnalisme, pour agir sur la réalité du secteur. Mais aussi des paysans très attachés à leurs racines, à l exploitation héritée et à transmettre, pour qui ce métier n est pas qu un moyen mais bien le projet de vie. Et, enfin, des citoyens prenant complètement en compte l évolution de la demande de la société, particulièrement environnementale, et qui voient des opportunités là où beaucoup d autres ne voient que des contraintes. L objectif de ce document est de vous montrer ces différentes facettes à travers les témoignages des stagiaires. Bien souvent, ces différentes facettes se retrouvent chez la même personne, c est ce qui nous permet de dire que l agriculture régionale sera entre de bonnes mains. Bruno Guermonprez, responsable de la formation Renford, et Joseph Vandenbroucke

8 L agriculture du Nord-Pas-de-Calais Quelques chiffres et grandes tendances* hectares de Surface Agricole Utile La 17 ème région française Céréales : 43 % Surfaces en herbes : 20 % Fourrages : 8 % Betteraves industrielles : 7 % Pommes de terre : 5 % Oléoprotéagineux : 4% Jachères : 4 % Légumes : 3 % Autres productions : 6 % Le saviez-vous? La surface agricole utile est de plus en plus amputée : en 35 ans, - 11 %. La diminution du nombre d exploitation se ralentit. La progression de la taille moyenne des exploitations se stabilise. Le Nord-Pas-de-Calais est la 1 ère région mondiale d endives. 4 hectares sur 10, dans la région, sont en céréales ha en blé et ha en orge. Le cheptel total (bovin, ovin, porcin) : têtes! 36 % des pommes de terres de consommation françaises. La région produit 4,5 millions de tonnes de betteraves exploitations producteurs de céréales éléveurs de bovins planteurs de betteraves producteurs d oléo-protéagineux exploitants légumiers producteurs de pommes de terres éleveurs de porcs 53 hectares de moyenne de SAU Mise en valeur du territoire par l agriculture : 68 % (France 52 %) Chiffre d affaires agricole 13 ème région française 2,2 milliards d euros 2/3 productions végétales dans l ordre : pommes de terre, céréales, légumes betteraves fourrages 1/3 productions animales dans l ordre : lait, bovins, porcs, aviculture et autres productions

9 Palmarès Sur 2,3% du territoire français : 2,9 % de la surface agricole française 3,8 % du chiffre d affaires de la ferme France 1 ère région française : endives, pommes de terre de consommation, chicorée, petits pois, chrysanthèmes, haricots secs 2 ème région française : Céleri-rave, houblon, chou-fleur, lin textile, oignons 3 ème région française : betteraves, plants de pomme de terre, poireaux, pommes de terre fécule, ail 4 ème région : viande porcine, haricots verts, géranium 5 ème région : lait 6 ème région : blé 9 ème région : viande de volaille 10 ème région : viande bovine actifs permanents emplois agricoles *Chiffres de la chambre régionale d agriculture 2007 Cheptel Cheptel bovin : dont vaches laitières Cheptel porcin : Cheptel ovin : Grandes tendances depuis une trentaine d années Les surfaces en blé progressent, les rendements aussi : la récolte de blé explose. La surface en orge a été divisée par 2. Le blé tendre représente désormais les 3/4 des surfaces en céréales (la 1/2 en 1971!). Le nombre total de bovins décroît régulièrement. La viande bovine produite connaît des évolutions marquées mais a une orientation à la baisse. Le cheptel de vaches allaitantes a connu une véritable explosion. Le cheptel Truies a été divisé par 4. Les volumes produits de viande porcine ont été divisés par 2. Le cheptel Porcs à l engraissement a connu une forte chute et se stabilise depuis une quinzaine d années. Les surfaces en pommes de terre connaissent une progression irrégulière, les rendements varient beaucoup pour, finalement, peu progresser. La surface en betteraves diminue régulièrement mais les rendements connaissent une croissance tendancielle forte. Les volumes de viandes de poulet ont connu une très nette progression. La production de viande dinde a explosé mais l abattage s infléchit nettement. La viande de lapin, après la chute brutale de 1988, s est stabilisée. La production d œufs connaît des évolutions très contrastées. Le cheptel de vaches laitières diminue régulièrement. Les superficies en féveroles ont diminué jusqu en 2003 et augmentent très fort depuis. Les surfaces en pois protéagineux ont fortement reculés.

10 Les organismes partenaires et les stagiaires de la 7 ème promotion de Renford Romain Bécu Xavier Delsert Karel Lesaffre Edouard Vasseur Jeunes agriculteurs (62) Crédit Mutuel Nord Europe Adrien Blanchard David Delannoy Vincent Caillieret Charles-Antoine Lhotellerie Jean-Edouard Marlard Xavier Mortreux Géraldine Puche Florence Roquigny Crédit Agricole Nord de France Bertrand Achte Hélène Brongniart François Deleau Christian Duquesne Arnaud Eloy Stéphane Lescroart Sébastien Pruvost Jérôme Vermersch Guillaume Desert Bernard Janssen Olivier Lenne Gautier Meausoone Yves Courtaux Maryse Delassus Géry Desmons Denis Gourdin Chambre d agriculture (59) François Vercoustre Laurent Verhaeghe Fdsea (59) Fdsea (62) Antoine Dequidt Jean-Luc Maeyaert Damien Dupont Raphaël Fournier Marc Andrieu Jacky Delassus Bernard Leclercq Emmanuel Cordier Cédric Martel Etienne Cailliez Thibaut de le Vallée Franck Leroy Patrick Arpin Cer (62) Msa (62) Gènes Diffusion Afa (62) Ucanel Aranor Unéal Cib Cévinor Contrôle laitier (59) Chambre d agriculture (62) Sébastien Bocquillon François Catoir Gilbert Doret Arnaud Mesnard

11 Table des matières DIVERSIFICATION AGRICOLE Géraldine Puche : «Epouse d un agriculteur dans le Cambrésis, j ai dû changer de vie» De la ville aux champs Antoine Dequidt : «Des projets plein la tête!» Agricuteur, un métier de service Xavier Delsert : «Les fraises assurent une meilleure stabilité du revenu» 38 tonnes de fraises chaque année! Charles-Antoine Lhotellerie : «Un magasin à la ferme et des idées pour l avenir» D agriculteur à commerçant ZONE PERI-URBAINE Romain Bécu : «La conjoncture n est pas simple mais je suis en train de réaliser mes objectifs personnels» Grandes cultures et développement lapin en milieu périurbain Christian Duquesne : «Quel avenir pour l agriculture en milieu périurbain» Rester paysan face à la ville qui avance Maryse Moreaux : «Je veux défendre mon territoire!» Exploiter en zone péri-urbaine Raphaël Fournier : «Comment vivre entouré par le tunnel sous la manche?» Un agriculteur dans le tunnel Vincent Caillieret : «Salarié sur l esploitation familiale» Une installation remise en cause! Table des matières

12 METIER-PASSION Cédric et Virgine Martel : «Nous voulons vivre le même métier!» Une passion partagée en couple Yves Courtaux : «Nous allons redessiner nos paysages» Le remembrement, pour réconcilier l Agriculture et la Nature Géry Desmons : «Une agriculture durable, à la fois rentable et respecteuse de l environnement» Un métier diversifié pour l avenir Florence Roquigny : «L envie de découvrir et de s ouvrir à d autres domaines» A la recherche de nouveaux horizons Table des matières Gautier Meausoone : «Entreprendre en respectant les autres» Quitter les Flandres pour l Avesnois, un tournant vers l avenir François Catoir : «Le travail en commun au sein d une Cuma : une philosophie de vie» L aventure de groupe en agriculture Gilbert Doret : «Devenir agriculteur, je l avais rêvé! Alors, je l ai fait» De la cravate au tablier de traite Arnaud Mesnard : «Ouvrons nos fermes et communiquons avec le grand public» L agriculture! Une passion Karel Lesaffre : «L avenir de l agriculture appartient aux jeunes» Un engagement fort et des projets plein la tête PRODUCTIONS VÉGÉTALES Etienne Cailliez : «Agriculteur : assurément un métier d avenir» Faire face à la réalité économique Sébasien Pruvost : «Mon objectif constant? la rentabilité» Allier grandes cultures et production à forte valeur ajoutée Bertrand Achte : «Une décision prise très jeune et aucun regret!» Responsable professionnel Pourquoi? PRODUCTIONS ANIMALES Hélène Brongniart : «L agriculture reste un métier d avenir!» Le lait au féminin

13 Marc Andrieu : «Après 10 ans d installation» Du lait pour un fromager dans le Boulonnais Olivier Lenne : «Rester agriculteur, même près de Toyota! Un engagement chez les jeunes agriculteurs pour défendre son métier et communiquer! Arnaud Eloy : «Une passion pour la génétique» De belles vaches pour Paris Patrick Arpin : «A la Scl Cap Lait, le lait demain nous y croyons!» Système intensif et Cuma intégral TRANSMISSION Bernard Janssen : «Transmettre l exploitation à Benjamin» Confier son exploitation à un fils passionné Jean-Luc Maeyaert : «Installé en 1999, j ai beaucoup fait évoluer l exploitation depuis 2007» Prendre le «re-lait» REVENUS François Vercoustre : «Loin des goldens boys de la Bourse de Paris» Le Matif, un outil pour sécurise ses revenus PLURIACTIVITÉ Jérôme Vermersch : «Une vie dynamique et passionnante» Gérer, entreprendre et se faire plaisir! Jacky Delassus : «Pluriactif, un métier à part entière» Faire rimer agriculteur, formateur et coopérateur INNOVATION Adrien Blanchard : «Nous avons investi dans Roto de traite» Un investissement pour pouvoir traire vite et seul TERRITOIRE Sébastien Bocquillon : «J ai toujours souhaité m investir dans les organismes de développement» Développement agricole et règles environnementales Table des matières

14 33 explotations agricoles du Nord-Pas-de-Calais Antoine Dequidt Xavier Delsert Romain Bécu Christian Duquesne Sébasien Pruvost Hélène Brongniart Arnaud Menard Sébastien Bocquillon Raphaël Fournier Vincent Caillieret François Catoir Yves Courtaux François Vercoustre Jérôme Vermersch Arnaud Eloy Bernard Janssen Jacky Delassus Jean-Luc Maeyaert Karl Lesaffre Marc Andrieu Géry Desmons Cédric et Virgine Martel Gilbert Doret 16 Bertrand Achte

15 7 Maryse Moreaux Olivier Lenne 24 Patrick Arpin 26 Charles-Antoine Lhotellerie 4 32 Adrien Blanchard 14 Gautier Meausoone Géraldine Puche Florence Roquigny 13 1 Etienne Cailliez 19

16 01 # DIVERSIFICATION AGRICOLE Géraldine Puche : «Epouse d un j ai dû changer de vie» De la ville aux champs Géraldine est entrée dans la vie active en 1992 en tant qu assistante à la direction des ressources humaines d un groupe textile français, dans le peignage et négoce de laine. Elle vivait à l époque à Lille bien qu originaire du Cambrésis Elle aimait beaucoup les voyages et a eu l occasion durant sa vie d étudiante et de célibataire de faire de beaux voyages et deux longs séjours à l étranger, comme 1 an aux USA et 6 mois à Madrid Et puis le mariage avec un agriculteur en 1997! L habitation principale, en 97, du jeune couple se situe à 90 km de son lieu de travail, à Marcq-en-Baroeul. Géraldine a d abord continué son travail et est devenu la reine des bouchons sur l autoroute A1. C est après la naissance de leur seconde fille que son mari l a gentiment encouragée à trouver du travail plus près. Une mauvaise expérience Un poste s étant libéré dans une filiale du groupe textile à 30 km, Géraldine accepte de faire le pas mais un peu à contre cœur, avoue-t-elle. L expérience n est pas concluante : désintérêt pour le nouveau poste, mauvaise ambiance de travail. «Je ne suis restée qu un an. Il a alors fallu que je me remette complètement en question. J ai arrêté de travailler, chose que j avais toujours dit que je ne ferai jamais. Cela n a pas été facile car rester à la maison n a rien de valorisant». et une grande décision! La même année, Géraldine suit une formation agricole pour obtenir son BPREA et donne naissance à son troisième enfant. sieurs objectifs : «je cherchais une ouverture d esprit sur l agriculture car, provenant du milieu textile, je n y connaissais rien. Cette formation aurait pu également me permettre de m installer si j avais eu une opportunité de reprise de terre. En fait, elle m a surtout permis de bien préparer mon projet de diversification dans le tourisme, avec étude de marché et de rentabilité». Aujourd hui un nouveau métier sur l exploitation. Je suis donc aujourd hui mère de 3 enfants, gérante d une Sarl : 4 chambres d hôtes, 1 gîte et une salle de Cette formation agricole avait pluréception. Ce fut une décision difficile à prendre car, si j en connaissais les avantages comme les contacts avec les gens et la revalorisation des bâtiments, j en connaissais aussi les inconvénients : plus de vie de famille et toujours du monde chez soi Nous avons donc ouvert depuis 18 mois et ce qui m est le plus difficile, c est de ne plus pouvoir prévoir quoi que ce soit : plus de WE, plus de voyage Un changement de vie radical. Mais Géraldine positive : «je suis aujourd hui totalement impliquée dans cette activité et prend les choses très à cœur. Mon objectif est d assurer le meilleur accueil possible envers mes

17 agriculteur dans le Cambrésis, hôtes et de promouvoir au mieux notre activité. Je fais d ailleurs partie aujourd hui d une association qui réunit différents hébergeurs de Cambrai et j ai vraiment envie de m impliquer au sein de cette association afin de promouvoir notre belle région du Cambrèsis. Chiffres A Crèvecœur/Escaut dans le Cambresis Surface agricole utile : 138 ha Betteraves : 32 ha Colza : 5 ha Féverole : 5 ha Orge : 5 ha Lin : 14 ha Blé : 77 ha Activité touristique 4 chambres d'hôtes 1 gîte de 4 pers 1 Salle de réception MAX 70 pers Ouverture du gîte et des chambres d'hôtes : mai 2006 Ouverture de la salle : mai 2007 Taux de remplissage des chambres d'hôtes 2007 : 42% (25% en 2006) Taux de remplissage du gîte : 67% en 2007 Gîte : classement 3 épis Chambres d'hôtes : classement 3 épis et label chambres de charme

18 02 # DIVERSIFICATION AGRICOLE Antoine Dequidt : Agriculteur, Désireux de concilier vie de famille, métier d agriculteur et commerce de proximité, Antoine Dequidt veut raccourcir les circuits de vente traditionnels. Le nombre croissant de retraités, l installation d un jeune et le goût pour le maraîchage, tout cela lui laisse quelques opportunités Jeune exploitant à Ramecourt dans le Pas-de-Calais, Antoine Dequidt est producteur de céréales, de betteraves et de pommes de terre. Cette dernière production l a toujours séduit. La segmentation de la variété choisie influe directement sur un type de commercialisation (industrie, export, marché français, etc. ). Besoin de projets Antoine est très attiré par la nouveauté, par le lancement de projets : «une fois que l affaire est en vitesse de croisière, j ai besoin d autre chose!». Il a effectué son stage agricole dans une exploitation de maraîchage, thym et persil. C est ce stage qui lui a donné le goût pour l agriculture. Depuis ce jour, il a gardé le plaisir de produire à petite échelle avec un circuit court de commercialisation où il est directement impliqué. La vente au détail l intéresse mais ne lui laisse pas assez de temps pour s occuper de son exploitation Et puis, il y a les 4 enfants! Il est difficilement compatible de leur consacrer du temps le week-end et de faire de la vente au détail Pour la production, l outil existant sera la base du projet (terre, matériel, MO). Un arrangement avec des voisins et l achat de produits de qualité à un grossiste, cela devrait leur permettre de proposer une gamme complète. Le projet possède un facteur limitant : le temps réservé à la vente. Un magasin occuperit une personne à temps plein. L idée serait alors de proposer aux clients de venir chercher des colis préparés à l avance à date et heure fixes, ce qui évite la création et l entretien d un magasin. Le client commandera son colis jusqu au mercredi soir et pourra venir le chercher le vendredi soir. Ceci laisse deux jours pour prépa- rer et pour s approvisionner. La rencontre avec ce jeune fut donc capitale dans le projet : le manque de temps et la faible maîtrise de la gestion d un site internet sont les deux handicaps d Antoine pour se lancer. Ceci n est encore qu un projet. Notre étudiant doit finir ses études que déjà Antoine pense à un autre développement : les retraités. Peu enclins a se servir de l informatique et peu mobiles de nouvelles pistes sont à explorer pour notre agriculteur. En 2 mots Depuis le départ en retraite de ses parents, Antoine Dequidt a réorganisé l exploitation, la main d œuvre, il a surtout cherché à optimiser son matériel en s associant avec un voisin. Tout le materiel a été réparti sur les 2 exploitations sans investissement et en divisant le parc matériel par 2. Aujourd hui, la mise en commun est terminée, Antoine recherche de nouveaux projets. Une rencontre En juin 2007, Antoine fait la connaissance d un jeune étudiant en économie, passionné par la terre et par internet. Ce dernier serait le complément idéal pour mettre en œuvre le projet. Le principe est simple : vendre des fruits et légumes sur internet.

19 «Des projets plein la tête» un métier de service Aline Dequidt, orthophoniste, épouse d Antoine et maman de 4 enfants Concilier travail, vie de famille, et taches ménagères me laissent que peu de temps pour bien choisir mes produits. Je ne peux plus faire 3 magasins comme avant, il faut que ça aille vite! Commander par internet et venir chercher ses colis à la ferme est vraiment une bonne idée!

20 03 # DIVERSIFICATION AGRICOLE Xavier Delsert : «Les fraises assurent 38 tonnes de fraises Sorti de l Isa, une école d ingénieur, en novembre 2000, Xavier Delsert a d abord travaillé pendant 2 ans à la chambre d agriculture de la Somme. En 2002, il décide de reprendre une exploitation et d entrer dans le Gaec de la Bacquerolle, constitué de ses deux oncles et son frère. Gilles et Dominique Marquilly, les deux oncles de Xavier Delsert, étaient installés sur deux exploitations indépendantes. En 1995, Emmanuel, le frère aîné de Xavier, décide de reprendre une exploitation agricole dès la fin de ses études à l Isa. Tous trois décident alors de se rapprocher pour créer le Gaec de la Bacquerolle. Une exploitation familiale Consécutivement à ce regroupement, Emmanuel met en place un atelier de diversification : la production de fraises sous serre, sur une superficie de m 2. Cette diversification a deux objectifs : améliorer la stabilité du revenu de l exploitation et assurer un meilleur équilibre dans les responsabilités de chaque associé. Cet équilibre des responsabilités est un des fondements de ce Gaec : Gilles s occupe de la partie «cultures», Dominique assure le suivi du troupeau laitier et Emmanuel gère l atelier fraises, pour que chacun possède son «pôle de compétences». En 2000, les trois associés décident, au vu de la bonne rentabilité de la production de fraises, de doubler cet atelier, portant alors la surface de serres à m 2. La production de fraises est réalisée sous serres sur une superficie de 7000 m 2 Arrivée d un 4 ème associé Xavier, le frère cadet d Emmanuel, a également toujours voulu s installer. C est en 2002 qu une opportunité se présente : «j avais appris qu un voisin de mon frère allait céder son exploitation. Je me suis donc rapproché de lui et l affaire a été conclue assez rapidement», déclare Xavier. Il a donc repris cette exploitation et a immédiatement intégré le Gaec de la Bacquerolle, amenant la superficie à 185 hectares et le quota laitier à litres. Toujours dans l esprit du partage des responsabilités, il décide de démarrer une production de chicorée frisée sur 1 hectare. «Mais nous nous sommes rapidement aperçus que l organisation du travail devenait trop complexe et que le terrain n était pas appropriée à cette culture avoue Xavier. Nous avons donc décidé en 2005 d arrêter les frisées pour augmenter encore la surface en fraises». De nouvelles serres ont donc été installées en 2006 pour arriver à une superficie de m 2 couverts. Cela a supposé une réorganisation du travail : la production de fraises est maintenant gérée conjointement par Emmanuel et Xavier. Pendant les périodes de pointe au niveau des cultures, l un des deux frères peut donc plus facilement se libérer pour participer aux travaux des champs. La production de fraises La technique de production de fraises sous serre offre plusieurs avantages,

21 une meilleure stabilité du revenu» chaque année! notamment une température plus élevée qui accélère la croissance des plantes et une maîtrise totale de l arrosage au goutte à goutte qui se fait par l intermédiaire d un programmateur électronique. Les pieds de fraises sont repiqués dans des sacs de terreau posés sur des supports métalliques à 1,20 m du sol environ, ce qui présente deux avantages essentiels. D une part tout le travail est réalisé debout à hauteur de bras, ce qui en diminue considérablement la pénibilité, et d autre part, les fraises mûres ne touchent jamais le sol, ce qui améliore nettement leur qualité et leur conservation. Telles sont les raisons qui ont poussé Emmanuel à choisir ce mode de production. «Cependant, cette méthode exige un suivi technique quotidien pour assurer un bon rendement et une qualité optimale», déclare Xavier. Les pieds de fraises sont changés chaque année en février pour des raisons de rentabilité, et la cueillette, qui exige l embauche de 15 salariés saisonniers, s étale de début mai à fin octobre, pour une production totale d environ 38 tonnes. La totalité de la production, conditionnée en barquettes de 500 grammes pesées une par une, est vendue sur le marché du frais par l intermédiaire d une coopérative, le Marché de Phalempin. En conclusion, Xavier affirme : «je suis satisfait des choix que nous avons eu à faire, au niveau de mon installation comme au niveau de la diversification en fraises». Chiffres 4 associés Surface agricole utile : 185 ha Prairies : 45 ha Maïs fourrager : 30 ha Betteraves : 25 ha Pommes de terre : 13 ha Céréales : 67 ha Jachères : 4 ha m 2 de fraises sous serres (38 tonnes par an) litres de lait (65 vaches laitières) 20 vaches allaitantes

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs

Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine du Saïs (2) www.alternatives-rurales.org- Novembre 2014 Points de vue et témoignages Développer toujours plus la production maraichère ou réinvestir dans l élevage laitier? Le parcours d un agriculteur de la plaine

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable»

«Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» «Contribution des agricultrices au développement rural et à une agriculture durable» Workshop Luxembourg, le 01 décembre 2006 A. TURLOT et B. DUQUESNE FAO Introduction Selon la FAO, les femmes rurales

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN

NOTICE EXPLICATIVE. Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN NOTICE EXPLICATIVE Bilan global de fertilisation azotée : Bilan CORPEN Ce bilan global de la fertilisation azotée est obligatoire pour toute exploitation située en zone vulnérable et qui a contractualisé

Plus en détail

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012

Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Panorama de l Agriculture en Vienne 2012 Juillet 2013 Panorama de l agriculture en Vienne 2012 1 Sommaire Page Utilisation de l espace agricole... 1 Les surfaces agricoles en 2012... 2 Les exploitations

Plus en détail

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio»

GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» 300 chèvres -65 ha de SAU - 3 associés Système mixte laitier fermier - fromage bio (AB) Route du Chabichou et Biosèvres. Fiche n 8 GAEC La Plaine de Foumard : «une exploitation fermière caprine bio» L

Plus en détail

En 2010, près des deux tiers

En 2010, près des deux tiers 283 Agreste Primeur Numéro 283 - juin 212 Exploitations de grandes cultures en France métropolitaine Des grandes cultures dans deux tiers des exploitations 31 exploitations agricoles produisent des grandes

Plus en détail

Contraintes en agriculture : que font les agriculteurs?

Contraintes en agriculture : que font les agriculteurs? Contraintes en agriculture : que font les agriculteurs? 1 Introduction Marie Mormont, psychologue Agricall Preventagri est un projet financé par le Fond Social Européen et SPF Emploi, Travail et Concertation

Plus en détail

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu

L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu L activité agricole sur la communauté de communes Terres de Montaigu La Bernardière la Boisissiere de Montaigu Boufféré La Guyonnière Montaigu St Goerges de Montaigu St Hilaire de Loulay Treize Septiers

Plus en détail

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt

Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt Hausse des prix des céréales Plan d action du ministère de l agriculture, de l agroalimentaire et de la forêt La hausse des prix des céréales et des oléagineux constatée sur les marchés mondiaux ces derniers

Plus en détail

DAAF La Réunion. La production maraîchère à La Réunion. Hectare. dont : 1989. Source : DAAF La Réunion - Agreste - Recensement Agricole

DAAF La Réunion. La production maraîchère à La Réunion. Hectare. dont : 1989. Source : DAAF La Réunion - Agreste - Recensement Agricole Agreste La Réunion - n 81 - Janvier 2013 Numéro 81 - Janvier 2013 DAAF La Réunion La production maraîchère à La Réunion Des exploitations maraîchères dynamiques et diversifiées qui produisent tout l éventail

Plus en détail

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés

Le revenu agricole régional baisse à cause du recul des prix de la plupart des productions, malgré des rendements souvent élevés Agreste Champagne-Ardenne n 5- Octobre 2015 Analyse des comptes de l agriculture champardennaise en 2014 En 2014, le revenu net d exploitation par actif non salarié baisse de 13,3 % en valeur courante

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

L exploitant agricole de demain : un dirigeant d entreprise agricole, mais aussi un entrepreneur et un innovateur en agriculture

L exploitant agricole de demain : un dirigeant d entreprise agricole, mais aussi un entrepreneur et un innovateur en agriculture L exploitant agricole de demain : un dirigeant d entreprise agricole, mais aussi un entrepreneur et un innovateur en agriculture Dossier de presse Conférence de presse mardi 9 décembre 2015, à 9h00 saf

Plus en détail

ANNEXE N 1 CALCUL DE LA DIMENSION ECONOMIQUE DE L EXPLOITATION GRILLE D'EQUIVALENCE ENTRE PRODUCTIONS

ANNEXE N 1 CALCUL DE LA DIMENSION ECONOMIQUE DE L EXPLOITATION GRILLE D'EQUIVALENCE ENTRE PRODUCTIONS Projet Agricole Départemental de l'orne 2012 Annexes ANNEXE N 1 CALCUL DE LA DIMENSION ECONOMIQUE DE L EXPLOITATION GRILLE D'EQUIVALENCE ENTRE PRODUCTIONS Afin de comparer entre elles des exploitations

Plus en détail

Lait biologique : des chiffres à découvrir

Lait biologique : des chiffres à découvrir Lait biologique : des chiffres à découvrir 2013-2014 Depuis 2003 les éleveurs laitiers biologiques du Nord Pas de Calais qui le souhaitent peuvent chaque année analyser leurs résultats. L outil GTE lait

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

LES «PAIEMENTS COUPLES»

LES «PAIEMENTS COUPLES» cap sur La pac 2015 2020 LES «PAIEMENTS COUPLES» La réforme de la politique agricole commune (PAC) permet à la France d amplifier le montant des paiements couplés à une production (c est-à-dire liés à

Plus en détail

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014.

Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. Présentation de la politique de Renouveau Agricole et Rural en Algérie et du programme quinquennal 2010-2014. -------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

Séminaire Petite-Ile 10 octobre 2014. L'agriculture Réunionnaise. Etat des lieux et stratégie de développement

Séminaire Petite-Ile 10 octobre 2014. L'agriculture Réunionnaise. Etat des lieux et stratégie de développement Séminaire Petite-Ile 10 octobre 2014 L'agriculture Réunionnaise Etat des lieux et stratégie de développement Direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la Forêt de la Réunion Une ambition stratégique

Plus en détail

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités

De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités De vraies perspectives d avenir Des dispositifs d accompagnement et de financements De multiples complémentarités Organisateurs : Partenaires : Des outils d accompagnement Des outils de financement Zoom

Plus en détail

Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole

Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole Fiche de renseignements justifiant la nécessité de la construction en zone agricole Renseignements en vue de l avis de la Chambre d Agriculture et de la Direction Départementale des Territoires du Bas-Rhin

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020

ORIENTATIONS. un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 ORIENTATIONS pour l'agriculture un secteur d avenir en NORMANDIE HORIZON 2020 Juillet 2011 Agriculture et Agroalimentaire, un patrimoine essentiel à l'économie normande Pour de nombreuses productions,

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ET PROJET POUR CONFORTER ET REDEPLOYER LES DIFFERENTES FILIERES AGRICOLES A SAINT-MARTIN

DIAGNOSTIC DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ET PROJET POUR CONFORTER ET REDEPLOYER LES DIFFERENTES FILIERES AGRICOLES A SAINT-MARTIN DIAGNOSTIC DE L AGRICULTURE ET DE L ELEVAGE ET PROJET POUR CONFORTER ET REDEPLOYER LES DIFFERENTES FILIERES AGRICOLES A SAINT-MARTIN SEPTEMBRE / NOVEMBRE 2011 AUDITEURS GROUPE AGENA : MAURICE LACROIX :

Plus en détail

COMITE REGIONAL COMITE REGIONAL INSTALLATION TRANSMISSION INSTALLATION TRANSMISSION. 28 mai 2015

COMITE REGIONAL COMITE REGIONAL INSTALLATION TRANSMISSION INSTALLATION TRANSMISSION. 28 mai 2015 COMITE 28 mai 2015 Actualité sur le PDR Poitou-Charentes Examen dossiers individuels Ordre du jour Questions diverses 2 Actualité sur le PDR Poitou-Charentes Quelques difficultés pour l'ouverture de l'osiris

Plus en détail

Auto-diagnostic sur le pré-projet du candidat PROJET

Auto-diagnostic sur le pré-projet du candidat PROJET Auto-diagnostic sur le pré-projet du candidat Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour de votre projet d installation. Si vous poursuivez la démarche d installation,

Plus en détail

Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE CANTAL CANTAL CANTAL

Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE ARTENSE CANTAL CANTAL CANTAL Agreste Auvergne N 120 - mai 2013 Céréales et oléoprotéagineux : moins de producteurs mais maintien des surfaces Plus de la moitié des 23 700 régionales cultive des céréales, des oléagineux ou des protéagineux

Plus en détail

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE

Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois. PNA Vendômois SOMMAIRE Les circuits de proximité pour l approvisionnement de la restauration scolaire en Vendômois Mai 2013 PNA Vendômois PNA VENDOMOIS Travail réalisé dans le cadre du projet PNA «Pour une restauration SAINE

Plus en détail

Emploi : Causes et conséquences des tendances futures

Emploi : Causes et conséquences des tendances futures Emploi : Causes et conséquences des tendances futures Horizon 2020 30 50 Impact sur la Métropole lilloise Les prix se font ailleurs (1) Libéralisation de la PAC Mondialisation - Doha Les marchés régulent

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Ouverture du magasin le 19 août 2014 à Wambrechies! Partenaires et Financeurs :

DOSSIER DE PRESSE. Ouverture du magasin le 19 août 2014 à Wambrechies! Partenaires et Financeurs : DOSSIER DE PRESSE Ouverture du magasin le 19 août 2014 à Wambrechies! Partenaires et Financeurs : Communiqué de presse 18-07-2014 Les Agriculteurs de Wambrechies : Quels Talents! Les agriculteurs des douze

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

CUMA de transformation du Séronais

CUMA de transformation du Séronais CUMA de transformation du Séronais Transformation charcutière fermière Présentation générale de l atelier www.villorama.com La CUMA de découpe et transformation du Séronais est située à La Bastide de Sérou,

Plus en détail

Petite Région Agricole Livradois Forez

Petite Région Agricole Livradois Forez Petite Région Agricole Livradois Forez Petite Région Agricole Livradois Forez Des activités Une zone riche en productions 86 communes ; 1217 exploitations dont 559 exploitations professionnelles. 52 900

Plus en détail

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020

Politique Agricole Commune. Programme 2015-2020 Politique Agricole Commune Programme 2015-2020 DPB Paiement redistributif Jeunes Agriculteurs Verdissement Aides couplées Aides couplées Sommaire : Principe... 3 Aides animales : - Aides Ovines... 5 -

Plus en détail

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS

CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS CLBV AQMP02 CAPRINS LAITIERS + BOVINS VIANDE ENSILAGE DE MAÏS 2 UMO sur 39 ha avec 200 chèvres produisant 160 000 litres de lait et engraissement de 40 génisses Ce système se rencontre principalement dans

Plus en détail

Avez vous pensé à votre mise en marché?

Avez vous pensé à votre mise en marché? Avez vous pensé à votre mise en marché? Plan de la présentation Mise en marché? Potentiel et contexte régional Les options en Outaouais Frais vs transformation Stratégie de prix Planification et stratégie

Plus en détail

Soutenir une agriculture locale de qualité. Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts

Soutenir une agriculture locale de qualité. Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts Soutenir une agriculture locale de qualité Mettre en œuvre des points de vente pour les producteurs locaux et développer les circuits courts Plan 1- Présentation du Pays «Une autre Provence» 2- La problématique

Plus en détail

CONSTRUCTION EN ZONE AGRICOLE COMMUNE DE :

CONSTRUCTION EN ZONE AGRICOLE COMMUNE DE : CONSTRUCTION EN ZONE AGRICOLE COMMUNE DE : Monsieur, Madame, Vous souhaitez réaliser un projet de construction en zone agricole, à protéger en raison de son potentiel agronomique, biologique ou économique.

Plus en détail

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées

Caractéristiques. Fréquence du système. Perspectives. Utilisation des surfaces. Atouts. Contraintes. Système plantes sarclées Système plantes sarclées Caractéristiques Variantes de ce système Production de viande (vaches allaitantes ou bœufs sur 10ha d herbe) 1,3 unité de main d œuvre : 1 chef d exploitation et 1 salarié occasionnel

Plus en détail

Porteurs de projet : auto diagnostic, préalable au positionnement

Porteurs de projet : auto diagnostic, préalable au positionnement Porteurs de projet : auto diagnostic, préalable au positionnement Date de réception POINT INFO :. Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation.

Plus en détail

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire»

Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» Note de synthèse de l étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» L étude «Peuplement, marché et sécurité alimentaire» a été publiée en avril 2013 dans les Cahiers de l Afrique de l Ouest de l OCDE/CSAO.

Plus en détail

PETIT GUIDE pour un ALLAITEMENT réussi et durable

PETIT GUIDE pour un ALLAITEMENT réussi et durable PETIT GUIDE pour un ALLAITEMENT réussi et durable Ca y est, bébé est arrivé! Vous voici de retour à la maison avec votre petit bout. A vous les moments de bonheur et de complicité avec lui. Le lait maternel,

Plus en détail

Dossier de Presse 23 mai 2011

Dossier de Presse 23 mai 2011 Dossier de Presse 23 mai 2011 De la production à la mise en marché, de l organisation du travail au pilotage stratégique de l entreprise, des hommes et des femmes explorent des voies nouvelles et tracent

Plus en détail

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1

I. Faire le point sur son projet, ses motivations. Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions CHAPITRE 1 Se poser les bonnes questions Cette toute première phase de réflexion, pas forcément simple ni évidente, devra se faire en deux temps. Ainsi, vous serez d abord

Plus en détail

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014

L essentiel de la filière. viande bovine française 2014 L essentiel de la filière viande bovine française 2014 Sommaire Cheptel Chiffres filière Systèmes d élevage & environnement Consommation CHEPTEL Lexique / Vocabulaire (définitions réglementaires (CE) n

Plus en détail

Résultats et impacts

Résultats et impacts Résultats et impacts «Creusement d un puits pour une utilisation maraîchère à Fandène, Sénégal» Village de Diayane Localisation: Village de Diayane dans la commune de Fandene, département de Thiès, à 77

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Communication Avril 2015 Sur la commune de Brindas (69) dans la plaine de «La Pras», Que se passe-t-il en Avril à la ferme Race : Alpine chamoisée De la part de Sandrine Il

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

La Bio en France : repères

La Bio en France : repères La Bio en France : repères Plus d un million d hectares engagés en bio fin 25 467 producteurs engagés en bio en et plus de 26 211 au 30 juin 2014 12 577 transformateurs, distributeurs et importateurs Evolution

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees

Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES. Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Le secteur laitier en Irlande vers une expansion durable et profitable C. LASCURETTES Executive Secretary National Dairy and Liquid Milk Committees Irish Farmers Association catherinelascurettes@ifa ifa.ieie

Plus en détail

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013

Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Le Groupe Crédit Agricole du Maroc Accompagnement du Plan Maroc Vert 2009-2013 Novembre 2008 Introduction : CONTEXTE ET CONJONCTURE national et international l augmentation des cours des matières premières

Plus en détail

Rénovation de l Offre de Formation de. l Institut Professionnel Agricole et Vétérinaire de Sana a

Rénovation de l Offre de Formation de. l Institut Professionnel Agricole et Vétérinaire de Sana a Rénovation de l Offre de Formation de l Institut Professionnel Agricole et Vétérinaire de Sana a Document réalisé par Yvan GUIRONNET et Philippe QUINIOU Remerciements à Michel DELACROIX (DRIF Haute-Normandie),

Plus en détail

www.odyssee-agri.com Autres Offres de Stages Agricoles à l'étranger et travail possibles (liste non exhaustive)

www.odyssee-agri.com Autres Offres de Stages Agricoles à l'étranger et travail possibles (liste non exhaustive) ODYSSEE-AGRI Le Bourg - 53110 La Baroche Gondouin - 0033 (0)2.43.08.53.12. info@odyssee-agri.com N SIRET : 420638066 00019 APE : 804D www.odyssee-agri.com Autres Offres de Stages Agricoles à l'étranger

Plus en détail

PAC. ce qui change. vraiment

PAC. ce qui change. vraiment PAC 2014 2020 ce qui change vraiment Dotée d un budget préservé de l ordre de 9,1 milliards par an, la nouvelle pac entrera pleinement en application en 2015 et sera le cadre commun de l agriculture européenne

Plus en détail

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Si vous poursuivez la démarche d installation,

Plus en détail

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques

Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques Les Points de vente collectifs de PACA Etat des lieux et dynamiques 1. Contexte et enjeux de l enquête L état des lieux des collectifs d agriculteurs en PACA (Trame / FRGEDA PACA - 2010) Intérêt grandissant

Plus en détail

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT

CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT RÉSEAUX D ÉLEVAGE POUR LE CONSEIL ET LA PROSPECTIVE COLLECTION THÉMA CALCULER LE COÛT DE PRODUCTION D UN ATELIER BOVINS LAIT Méthode nationale développée par l Institut de l Élevage dans le cadre du dispositif

Plus en détail

Le montant des aides versées

Le montant des aides versées 259 Agreste Primeur Numéro 259 - avril 2011 Le bilan de santé de la Pac Une redistribution des aides en faveur des élevages d herbivores En 2010, la réforme issue du bilan de santé de la Pac est mise en

Plus en détail

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques

-Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques -Boucherie Ferme Saint-Vincent- Mise en Marché des Viandes Biologiques Présenté par : Yves Saint-Vincent Éleveur, Transformateur et Détaillant Ferme Saint-Vincent / Boucheries Ferme Saint-Vincent Certifiés

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNELS AGRICOLE (PLPA) SESSION 2011 Concours : INTERNE Section : Sciences économiques et sociales et gestion Option A : Sciences économiques et sociales

Plus en détail

BAUMANN Régis BLASZIC Pascal GIANNINI Antonio GIANNINI David GOFFINET Nicolas HENKINET Aland KOWALIK Stéphane MAJTLOCH Daniel ROSSIGNON Didier

BAUMANN Régis BLASZIC Pascal GIANNINI Antonio GIANNINI David GOFFINET Nicolas HENKINET Aland KOWALIK Stéphane MAJTLOCH Daniel ROSSIGNON Didier BAUMANN Régis BLASZIC Pascal GIANNINI Antonio GIANNINI David GOFFINET Nicolas HENKINET Aland KOWALIK Stéphane MAJTLOCH Daniel ROSSIGNON Didier ROZMANOWSKY Marc SAINT-REMY Sébastien SCHNEIDER Christian

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S

Réforme de la Politique agricole commune. www.verts-ale.eu J A M A I S Réforme de la Politique agricole commune M A I N T E N A N T www.verts-ale.eu ou J A M A I S LES VERTS au Parlement européen appellent à: UNE PAC PLUS JUSTE 20% des exploitations agricoles accaparent 80%

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE

> ÉDITION décembre 2014. Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE ÉDITION décembre 2014 Évaluation des capacités de stockage à la ferme 2014 en France métropolitaine LES ÉTUDES DE Résumé Les capacités de stockage à la ferme sont estimées par l'enquête réalisée par BVA

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

Les protéines en nutrition animale

Les protéines en nutrition animale Les protéines en nutrition animale Sources, origine, évolution Plan Qui sommes nous? Les coopératives de nutrition animale Principes de base de la nutrition animale Les principales matières protéiques

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

du Massif du Jura Enjeux perspectives Commissariat à l Aménagement

du Massif du Jura Enjeux perspectives Commissariat à l Aménagement Schéma interrégional d aménagement & de de développement du Massif du Jura & perspectives Enjeux perspectives Commissariat à l Aménagement du Massif du Jura Le territoire Massif du Jura Arc montagneux

Plus en détail

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations

ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Résumé ACV des produits agricoles sélectionnés en comparaison avec des importations Contexte et objectifs Etant donné le dynamisme du commerce de produits agricoles, la compétitivité écologique du secteur

Plus en détail

Une brève histoire du lait et de ses quotas

Une brève histoire du lait et de ses quotas Note du service d études d ECOLO 03/2015 Une brève histoire du lait et de ses quotas Le 31 mars 2015 marquera la fin de 31 années de quotas laitiers. Une véritable révolution dans le monde agricole européen,

Plus en détail

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec

Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Tendances et perspectives du marché de la viande ovine dans le monde et au Québec Présentée par : Amina Baba-Khelil, M.Sc., agr, chargée de projet, FPAMQ 21 Février 2013 Production ovine En ouvelle-zélande

Plus en détail

3 L offre et la demande

3 L offre et la demande 3 L offre et la demande Principaux points du chapitre 3 LES EFFETS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE SUR LES PRIX LES MARCHÉS HORTICOLES FONCTIONNENT AVEC COMPLEXITÉ DES CHANGEMENTS ONT LIEU DANS LES ARRANGEMENTS

Plus en détail

MISE EN PLACE D UNE AVAP SUR AGEN

MISE EN PLACE D UNE AVAP SUR AGEN MISE EN PLACE D UNE AVAP SUR AGEN Compte rendu de la 1 ère Réunion CLAVAP en date du 12 Mars 2015 Service Urbanisme 1) LISTE DE PRESENCE Membres de la commission avec voix délibérative : Nom Fonction /Absent

Plus en détail

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3

DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 2009 DÉVELOPPEUR D ENSEIGNE alternance ADMISSION Bac +2/3 NEGOCIA et PROCOS se sont engagés avec succès, depuis 9 ans, dans la formation de «Développeur d enseigne». Les chiffres parlent d eux-mêmes :

Plus en détail

Les principales spécificités des «résidences de tourisme»

Les principales spécificités des «résidences de tourisme» Les principales spécificités des «résidences de tourisme» «La résidence de tourisme est un établissement commercial d hébergement classé, faisant l objet d une exploitation permanente ou saisonnière. Elle

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Arrêté établissant le schéma directeur des structures agricoles dans le département de l Orne

Arrêté établissant le schéma directeur des structures agricoles dans le département de l Orne Direction Départementale des Territoires de l'orne NOR : 2340 11 00805 LE PREFET DE L ORNE Chevalier de l'ordre National du Mérite Arrêté établissant le schéma directeur des structures agricoles dans le

Plus en détail

Soutiens couplés. Aides animales. - Aides bovines allaitantes - Aides bovines laitières - Aides ovines - Aides caprines

Soutiens couplés. Aides animales. - Aides bovines allaitantes - Aides bovines laitières - Aides ovines - Aides caprines Soutiens couplés Aides animales - Aides bovines allaitantes - Aides bovines laitières - Aides ovines - Aides caprines Aides Bovines Allaitantes - ABA Attribution et gestion des références Définition d

Plus en détail

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire?

les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? Actions et Communication pour promouvoir les mobilités professionnelles et le développement des compétences des salariés sur un territoire? MARS 2008 Sommaire Introduction Proposition de campagne de communication

Plus en détail

DOSSIER D'AGREMENT 2015

DOSSIER D'AGREMENT 2015 DOSSIER D'AGREMENT 2015 1) Présentation de la ferme et des exploitants Nom :... Prénom :... Adresse ou siège social :... Nom de la ferme :... Numéro SIREN :... Code postal : Téléphone : Commune :... Téléphone

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

Les indispensables de l exploitant agricole Generali, l assureur des Professionnels de l agriculture

Les indispensables de l exploitant agricole Generali, l assureur des Professionnels de l agriculture particuliers PROFESSIONNELS entreprises Les indispensables de l exploitant agricole Generali, l assureur des Professionnels de l agriculture Generali.fr L APPROCHE NOVATRICE ET GLOBALE DE GENERALI Votre

Plus en détail

Les Paysans de Rougeline

Les Paysans de Rougeline Communiqué de presse Marmande, le 26 mars 2010 Les premières tomates de Parentis-en-Born, qui seront récoltées au printemps 2010, auront un goût durable Pour produire des fruits, un plant de tomates a

Plus en détail

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007

Image de Nevers et de l action touristique locale. Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers et de l action touristique locale Etude réalisée en mai juin juillet 2007 Image de Nevers dans la presse en 2006 Presse nationale : Nevers est très peu citée dans la presse nationale sauf

Plus en détail

FORMATIONS. 2ème Semestre 2014 :

FORMATIONS. 2ème Semestre 2014 : FORMATIONS 2ème Semestre 2014 : Loi d avenir / réforme de la PAC : Comment ces réformes vont influer sur les territoires (2 journées) Dates et lieux : plusieurs dates et lieux de formation (cf. dernière

Plus en détail

Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées

Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées Ecole En Sauvy, Ville de Lancy Suisse Carte du monde à l échelle

Plus en détail

La confiance des agriculteurs diminue, mais l avenir offre des opportunités

La confiance des agriculteurs diminue, mais l avenir offre des opportunités B R U X E L L E S, l e 14 j u i l l e t 2 0 1 5 La confiance des agriculteurs diminue, mais l avenir offre des opportunités Crelan présente l Indice de Confiance agricole 2015 À l approche de Libramont

Plus en détail

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée

AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires. CA : 3,4 Milliards d euros - Une répartition équilibrée AXEREAL, Un intérêt commun, le grain Des activités complémentaires 1 Transformation : 25,1 % - 853 M Meunerie 176 M Nutrition Animale : 209 M Activités spécialisées : 2,6 % - 88 M Malterie : 467 M 42,5

Plus en détail

Atelier de transformation collectif Démarche projet. Fabien Valorge 13 novembre 2012

Atelier de transformation collectif Démarche projet. Fabien Valorge 13 novembre 2012 Atelier de transformation collectif Démarche projet Fabien Valorge 13 novembre 2012 Plan de la présentation Qu est ce que les Cuma viennent faire dans les circuits courts? Etapes clés d un projet d atelier

Plus en détail

MACROECONOMIE AGRICOLE

MACROECONOMIE AGRICOLE MACROECONOMIE AGRICOLE Arnaud Diemer Institut des Hautes Etudes en Droit Rural et Economie Agricole 2005-2006 1 INTRODUCTION Qu est ce que la macroéconomie agricole? C est l étude des exploitations agricoles

Plus en détail