Renford. 7 ème promotion. Portraits d agricultrices et d agriculteurs

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Renford. 7 ème promotion. Portraits d agricultrices et d agriculteurs"

Transcription

1 Renford R e s p o n s a b l e s E N F O R m a t i o n p o u r D e m a i n 7 ème promotion Portraits d agricultrices et d agriculteurs

2

3 Sommaire «L engagement est nécessaire et il faut s y former» par Philippe Vasseur, ministre de l agriculture, de la pêche et de l alimentation de 1995 à 1997 «Renford : la formation des futurs responsables de la profession agricole» par Christophe Hochedé, président de l association Renford «Passionnant et enrichissant!» Par Gautier Meausoone, délégué des stagiaires de la 7 ème promotion de Renford «Aved la promo 7, l agriculture régionale est entre de bonnes mains» Par Bruno Guermonprez, responsable de la formation Renford, et Joseph Vandenbroucke L agriculture du Nord-Pas-de-Calais, en quelques chiffres et grandes tendances Les organismes partenaires et les stagiaires de la 7 ème promotion de Renford Table des matières Les témoignages sont classés en 10 rubriques Diversification agricole Zone périurbaine Métier-passion Productions végétales Productions animales Transmission Revenus Pluriactivité Innovation Territoire 33 exploitations du Nord-Pas-de-Calais (localisation) Sommaire

4 L engagement est nécessaire, mais il faut s y former Etre agriculteur aujourd hui? Le maître-mot est assurément la passion! S installer en agriculture est bien une décision, non un simple atavisme. Le métier est complexe et la formation est plus que jamais indispensable. Bien sûr, il y a les compétences techniques et les compétences en gestion : l agriculteur produit et gère. Mais il y a aussi la nécessité de se former à l innovation, ce qui passe par cette difficile capacité de penser son projet, de le formaliser et de prendre des décisions. Produire, gérer et innover! La formation est nécessaire, tout comme la passion! Autrefois, nous avions une vision très collective de l agriculture et elle a créé de beaux engagements, comme la coopération. Aujourd hui, certes il ya toujours un cadre général, une politique de soutien, il ya aussi chez les jeunes agriculteurs le désir d aventures individuelles. C est bien de se prendre en main mais il ne faut pas perdre l esprit «communautaire», dans les coopératives, le système bancaire, les organisations professionnelles, la vie locale. Il faudra toujours des engagements collectifs. Prenons un cas d école, la suppression éventuelle des quotas laitiers. Le pilotage devrait alors être assuré par l aval, par la transformation. L agriculteur devrait alors s investir dans l aval par une coopération qui, outre l approvisionnement, s investit dans la transformation. Un dernier point L engagement est nécessaire et il faut s y former. La formation Renford est un exemple : de jeunes agriculteurs réfléchissent sur leur projet personnel, sur leur projet professionnel, sur leur projet de responsable. C est ici le savoir-être qui est en jeu. Et puis ils n oublient pas leur rôle dans la société. Ils sont citoyens à part entière et doivent, plus que jamais aujourd hui, être les acteurs du rapprochement entre le monde agricole et la société. Philippe Vasseur, ministre de l agriculture, de la pêche et de l alimentation ( )

5 En cette fin de formation pour la 7 ème promotion de Renford, je voudrais rappeler les raisons qui ont présidé à sa création. Dans le contexte d une «formidable progression de l enseignement agricole qui s est faite sous un angle plutôt technique et développement individuel que visionnaire et développement collectif»*, il reste un besoin pour la profession agricole : former les futurs responsables de la profession agricole, assurer une meilleure cohésion entre le Nord et le Pas-de-Calais, dépasser les clivages idéologiques issus du passé (plus vraiment d actualité quand la profession agricole devient une minorité comme les autres), assurer la présence du monde agricole dans le développement local. La formation des futurs responsables de la profession agricole Les clivages idéologiques se sont atténués mais ne sont-ils pas remplacés par une forme de concurrence économique sur les services proposés aux agriculteurs? La régionalisation des organisations professionnelles agricoles sera encore d actualité dans la décennie à venir. Bref, tout cela justifie plus que jamais une formation qui, en plus du développement personnel de chaque participant, permet la création d un véritable réseau de responsables professionnels. Ces futurs responsables ne partagent pas obligatoirement la même vision collective de l agriculture régionale, mais en ont déjà débattu entre eux et sont tous convaincus de la nécessité de cette dimension collective pour l avenir de notre agriculture. Je suis très heureux de l initiative de la publication de ce recueil de projets de vie et professionnel des stagiaires. Je voudrais également profiter de cette tribune pour rendre hommage à Philippe Muys dont le décès fin décembre nous a tous bouleversés. Il était dans l ombre un acteur indispensable de la formation. Christophe Hochedé, président de l association Renford Merci également à André Herman, mon prédécesseur, qui est parti vers d autres horizons professionnels, qu il puisse se servir de ce document entre autres pour initier la création d une formation comparable dans l Ouest. *Patrick Coste, président du CNJA «150 ans d enseignement agricole»

6 Passionnant et enrichissant! Ouf, c est fini! Non, c est une blague Mmême s il est vrai que la formation Renford demande beaucoup de temps et de motivation. La formation est tellement passionnante qu on ne s en lasse pas Renford? Qu est-ce donc? Qu y apprenons-nous? A quoi cela sert-il? Honnêtement, il me faut avouer avoir du mal à répondre à ces questions et je crois ne pas être le seul des stagiaires de Renford Essayons. Durant ces 3 années de formation, nous avons développé 4 axes. Le premier tourne autour de nous-mêmes, de ce que nous sommes, des hommes et des femmes, des exploitants agricoles, des responsables dans le monde agricole. Le second axe, alimenté par les témoignages tous aussi passionnants les uns que les autres et par des voyages,notamment et très récemment en Afrique du Sud, nous apporte l ouverture d esprit sur le monde qui nous entoure. Le troisième axe cherche à nous faire comprendre l esprit de groupe, l intérêt de travailler en groupe et d y trouver sa place. Le dernier enfin s intéresse à l expression et à la communication. Bref, nous avons appris à mieux nous connaître, à éclaircir notre vision des choses et notre projet de vie, projet personnel, projet professionnel, projet de responsable dans le monde agricole, celui que l on veut être, celui qu on refuse d être. La formation Renford, c est aussi un groupe Un groupe d agriculteurs et d agricultrices, d origines diverses, tous plus ou moins engagés dans différents organismes professionnels agricoles. Cette notion de vie de groupe, au fil des 10 journées de formation par an des voyages d études, est capitale : ces liens crées entre nous sont à coup sûr bénéfiques à notre profession qui a si souvent souffert d un manque de dialogue et de communication Comment parler de Renford sans parler de ses formateurs*? Par leur diversité, leurs compétences, leur professionnalisme et leur expérience, ils nous ont tant apporté! Ils ont toujours eu le soin de ni nous inculquer la pensée unique et, comme peuvent le dire peutêtre certains détracteurs de Renford, ni de nous «sectariser» Renford, comprenez-le bien, c est le respect de l autre et de ses différences. Gautier Meausoone, délégué des stagiaires de la 7 ème promotion de Renford La richesse du programme, la qualité des intervenants en fin de journée, le professionnalisme des formateurs, l esprit de groupe, tout cela fait de Renford une formation de responsables de grande qualité : Renford enrichit celui qui y participe, Renford est bénéfique pour l agriculture du Nord-Pas-de-Calais. * Eric Comont, Pierre-Marie Courtin, Bruno Guermonprez, Bernard Permanne, Joseph Vandenbroucke

7 Nous ne reviendrons pas dans cette préface sur les objectifs de la formation, le texte de Gautier, tout en précisant qu il est difficile d expliquer ce qu on y fait, le présente parfaitement. Nous ajouterons simplement le témoignage reçu d un stagiaire qui a dû abandonner la formation pour des raisons de travail : «tout ce que j'ai pu apprendre durant ces 2 ans m'a été très bénéfique tant professionnellement qu'humainement. Même si mon absence cette année ne m'aura pas permis de savoir quelle responsable je veux être!! j'aurai quand même trouvé l'homme que je veux rester». Nous voudrions plutôt vous éclairer sur ce qui nous a frappés dans votre promo et qui justifie ce titre. Pendant 3 ans, nous avons rencontré : Avec la promo 7, l agriculture régionale est entre de bonnes mains Des chefs d entreprise très branchés nouvelles technologies de production et de commercialisation qui ont connu une phase de développement quasi exponentielle de leurs entreprises. Des responsables prêts à s engager, avec professionnalisme, pour agir sur la réalité du secteur. Mais aussi des paysans très attachés à leurs racines, à l exploitation héritée et à transmettre, pour qui ce métier n est pas qu un moyen mais bien le projet de vie. Et, enfin, des citoyens prenant complètement en compte l évolution de la demande de la société, particulièrement environnementale, et qui voient des opportunités là où beaucoup d autres ne voient que des contraintes. L objectif de ce document est de vous montrer ces différentes facettes à travers les témoignages des stagiaires. Bien souvent, ces différentes facettes se retrouvent chez la même personne, c est ce qui nous permet de dire que l agriculture régionale sera entre de bonnes mains. Bruno Guermonprez, responsable de la formation Renford, et Joseph Vandenbroucke

8 L agriculture du Nord-Pas-de-Calais Quelques chiffres et grandes tendances* hectares de Surface Agricole Utile La 17 ème région française Céréales : 43 % Surfaces en herbes : 20 % Fourrages : 8 % Betteraves industrielles : 7 % Pommes de terre : 5 % Oléoprotéagineux : 4% Jachères : 4 % Légumes : 3 % Autres productions : 6 % Le saviez-vous? La surface agricole utile est de plus en plus amputée : en 35 ans, - 11 %. La diminution du nombre d exploitation se ralentit. La progression de la taille moyenne des exploitations se stabilise. Le Nord-Pas-de-Calais est la 1 ère région mondiale d endives. 4 hectares sur 10, dans la région, sont en céréales ha en blé et ha en orge. Le cheptel total (bovin, ovin, porcin) : têtes! 36 % des pommes de terres de consommation françaises. La région produit 4,5 millions de tonnes de betteraves exploitations producteurs de céréales éléveurs de bovins planteurs de betteraves producteurs d oléo-protéagineux exploitants légumiers producteurs de pommes de terres éleveurs de porcs 53 hectares de moyenne de SAU Mise en valeur du territoire par l agriculture : 68 % (France 52 %) Chiffre d affaires agricole 13 ème région française 2,2 milliards d euros 2/3 productions végétales dans l ordre : pommes de terre, céréales, légumes betteraves fourrages 1/3 productions animales dans l ordre : lait, bovins, porcs, aviculture et autres productions

9 Palmarès Sur 2,3% du territoire français : 2,9 % de la surface agricole française 3,8 % du chiffre d affaires de la ferme France 1 ère région française : endives, pommes de terre de consommation, chicorée, petits pois, chrysanthèmes, haricots secs 2 ème région française : Céleri-rave, houblon, chou-fleur, lin textile, oignons 3 ème région française : betteraves, plants de pomme de terre, poireaux, pommes de terre fécule, ail 4 ème région : viande porcine, haricots verts, géranium 5 ème région : lait 6 ème région : blé 9 ème région : viande de volaille 10 ème région : viande bovine actifs permanents emplois agricoles *Chiffres de la chambre régionale d agriculture 2007 Cheptel Cheptel bovin : dont vaches laitières Cheptel porcin : Cheptel ovin : Grandes tendances depuis une trentaine d années Les surfaces en blé progressent, les rendements aussi : la récolte de blé explose. La surface en orge a été divisée par 2. Le blé tendre représente désormais les 3/4 des surfaces en céréales (la 1/2 en 1971!). Le nombre total de bovins décroît régulièrement. La viande bovine produite connaît des évolutions marquées mais a une orientation à la baisse. Le cheptel de vaches allaitantes a connu une véritable explosion. Le cheptel Truies a été divisé par 4. Les volumes produits de viande porcine ont été divisés par 2. Le cheptel Porcs à l engraissement a connu une forte chute et se stabilise depuis une quinzaine d années. Les surfaces en pommes de terre connaissent une progression irrégulière, les rendements varient beaucoup pour, finalement, peu progresser. La surface en betteraves diminue régulièrement mais les rendements connaissent une croissance tendancielle forte. Les volumes de viandes de poulet ont connu une très nette progression. La production de viande dinde a explosé mais l abattage s infléchit nettement. La viande de lapin, après la chute brutale de 1988, s est stabilisée. La production d œufs connaît des évolutions très contrastées. Le cheptel de vaches laitières diminue régulièrement. Les superficies en féveroles ont diminué jusqu en 2003 et augmentent très fort depuis. Les surfaces en pois protéagineux ont fortement reculés.

10 Les organismes partenaires et les stagiaires de la 7 ème promotion de Renford Romain Bécu Xavier Delsert Karel Lesaffre Edouard Vasseur Jeunes agriculteurs (62) Crédit Mutuel Nord Europe Adrien Blanchard David Delannoy Vincent Caillieret Charles-Antoine Lhotellerie Jean-Edouard Marlard Xavier Mortreux Géraldine Puche Florence Roquigny Crédit Agricole Nord de France Bertrand Achte Hélène Brongniart François Deleau Christian Duquesne Arnaud Eloy Stéphane Lescroart Sébastien Pruvost Jérôme Vermersch Guillaume Desert Bernard Janssen Olivier Lenne Gautier Meausoone Yves Courtaux Maryse Delassus Géry Desmons Denis Gourdin Chambre d agriculture (59) François Vercoustre Laurent Verhaeghe Fdsea (59) Fdsea (62) Antoine Dequidt Jean-Luc Maeyaert Damien Dupont Raphaël Fournier Marc Andrieu Jacky Delassus Bernard Leclercq Emmanuel Cordier Cédric Martel Etienne Cailliez Thibaut de le Vallée Franck Leroy Patrick Arpin Cer (62) Msa (62) Gènes Diffusion Afa (62) Ucanel Aranor Unéal Cib Cévinor Contrôle laitier (59) Chambre d agriculture (62) Sébastien Bocquillon François Catoir Gilbert Doret Arnaud Mesnard

11 Table des matières DIVERSIFICATION AGRICOLE Géraldine Puche : «Epouse d un agriculteur dans le Cambrésis, j ai dû changer de vie» De la ville aux champs Antoine Dequidt : «Des projets plein la tête!» Agricuteur, un métier de service Xavier Delsert : «Les fraises assurent une meilleure stabilité du revenu» 38 tonnes de fraises chaque année! Charles-Antoine Lhotellerie : «Un magasin à la ferme et des idées pour l avenir» D agriculteur à commerçant ZONE PERI-URBAINE Romain Bécu : «La conjoncture n est pas simple mais je suis en train de réaliser mes objectifs personnels» Grandes cultures et développement lapin en milieu périurbain Christian Duquesne : «Quel avenir pour l agriculture en milieu périurbain» Rester paysan face à la ville qui avance Maryse Moreaux : «Je veux défendre mon territoire!» Exploiter en zone péri-urbaine Raphaël Fournier : «Comment vivre entouré par le tunnel sous la manche?» Un agriculteur dans le tunnel Vincent Caillieret : «Salarié sur l esploitation familiale» Une installation remise en cause! Table des matières

12 METIER-PASSION Cédric et Virgine Martel : «Nous voulons vivre le même métier!» Une passion partagée en couple Yves Courtaux : «Nous allons redessiner nos paysages» Le remembrement, pour réconcilier l Agriculture et la Nature Géry Desmons : «Une agriculture durable, à la fois rentable et respecteuse de l environnement» Un métier diversifié pour l avenir Florence Roquigny : «L envie de découvrir et de s ouvrir à d autres domaines» A la recherche de nouveaux horizons Table des matières Gautier Meausoone : «Entreprendre en respectant les autres» Quitter les Flandres pour l Avesnois, un tournant vers l avenir François Catoir : «Le travail en commun au sein d une Cuma : une philosophie de vie» L aventure de groupe en agriculture Gilbert Doret : «Devenir agriculteur, je l avais rêvé! Alors, je l ai fait» De la cravate au tablier de traite Arnaud Mesnard : «Ouvrons nos fermes et communiquons avec le grand public» L agriculture! Une passion Karel Lesaffre : «L avenir de l agriculture appartient aux jeunes» Un engagement fort et des projets plein la tête PRODUCTIONS VÉGÉTALES Etienne Cailliez : «Agriculteur : assurément un métier d avenir» Faire face à la réalité économique Sébasien Pruvost : «Mon objectif constant? la rentabilité» Allier grandes cultures et production à forte valeur ajoutée Bertrand Achte : «Une décision prise très jeune et aucun regret!» Responsable professionnel Pourquoi? PRODUCTIONS ANIMALES Hélène Brongniart : «L agriculture reste un métier d avenir!» Le lait au féminin

13 Marc Andrieu : «Après 10 ans d installation» Du lait pour un fromager dans le Boulonnais Olivier Lenne : «Rester agriculteur, même près de Toyota! Un engagement chez les jeunes agriculteurs pour défendre son métier et communiquer! Arnaud Eloy : «Une passion pour la génétique» De belles vaches pour Paris Patrick Arpin : «A la Scl Cap Lait, le lait demain nous y croyons!» Système intensif et Cuma intégral TRANSMISSION Bernard Janssen : «Transmettre l exploitation à Benjamin» Confier son exploitation à un fils passionné Jean-Luc Maeyaert : «Installé en 1999, j ai beaucoup fait évoluer l exploitation depuis 2007» Prendre le «re-lait» REVENUS François Vercoustre : «Loin des goldens boys de la Bourse de Paris» Le Matif, un outil pour sécurise ses revenus PLURIACTIVITÉ Jérôme Vermersch : «Une vie dynamique et passionnante» Gérer, entreprendre et se faire plaisir! Jacky Delassus : «Pluriactif, un métier à part entière» Faire rimer agriculteur, formateur et coopérateur INNOVATION Adrien Blanchard : «Nous avons investi dans Roto de traite» Un investissement pour pouvoir traire vite et seul TERRITOIRE Sébastien Bocquillon : «J ai toujours souhaité m investir dans les organismes de développement» Développement agricole et règles environnementales Table des matières

14 33 explotations agricoles du Nord-Pas-de-Calais Antoine Dequidt Xavier Delsert Romain Bécu Christian Duquesne Sébasien Pruvost Hélène Brongniart Arnaud Menard Sébastien Bocquillon Raphaël Fournier Vincent Caillieret François Catoir Yves Courtaux François Vercoustre Jérôme Vermersch Arnaud Eloy Bernard Janssen Jacky Delassus Jean-Luc Maeyaert Karl Lesaffre Marc Andrieu Géry Desmons Cédric et Virgine Martel Gilbert Doret 16 Bertrand Achte

15 7 Maryse Moreaux Olivier Lenne 24 Patrick Arpin 26 Charles-Antoine Lhotellerie 4 32 Adrien Blanchard 14 Gautier Meausoone Géraldine Puche Florence Roquigny 13 1 Etienne Cailliez 19

16 01 # DIVERSIFICATION AGRICOLE Géraldine Puche : «Epouse d un j ai dû changer de vie» De la ville aux champs Géraldine est entrée dans la vie active en 1992 en tant qu assistante à la direction des ressources humaines d un groupe textile français, dans le peignage et négoce de laine. Elle vivait à l époque à Lille bien qu originaire du Cambrésis Elle aimait beaucoup les voyages et a eu l occasion durant sa vie d étudiante et de célibataire de faire de beaux voyages et deux longs séjours à l étranger, comme 1 an aux USA et 6 mois à Madrid Et puis le mariage avec un agriculteur en 1997! L habitation principale, en 97, du jeune couple se situe à 90 km de son lieu de travail, à Marcq-en-Baroeul. Géraldine a d abord continué son travail et est devenu la reine des bouchons sur l autoroute A1. C est après la naissance de leur seconde fille que son mari l a gentiment encouragée à trouver du travail plus près. Une mauvaise expérience Un poste s étant libéré dans une filiale du groupe textile à 30 km, Géraldine accepte de faire le pas mais un peu à contre cœur, avoue-t-elle. L expérience n est pas concluante : désintérêt pour le nouveau poste, mauvaise ambiance de travail. «Je ne suis restée qu un an. Il a alors fallu que je me remette complètement en question. J ai arrêté de travailler, chose que j avais toujours dit que je ne ferai jamais. Cela n a pas été facile car rester à la maison n a rien de valorisant». et une grande décision! La même année, Géraldine suit une formation agricole pour obtenir son BPREA et donne naissance à son troisième enfant. sieurs objectifs : «je cherchais une ouverture d esprit sur l agriculture car, provenant du milieu textile, je n y connaissais rien. Cette formation aurait pu également me permettre de m installer si j avais eu une opportunité de reprise de terre. En fait, elle m a surtout permis de bien préparer mon projet de diversification dans le tourisme, avec étude de marché et de rentabilité». Aujourd hui un nouveau métier sur l exploitation. Je suis donc aujourd hui mère de 3 enfants, gérante d une Sarl : 4 chambres d hôtes, 1 gîte et une salle de Cette formation agricole avait pluréception. Ce fut une décision difficile à prendre car, si j en connaissais les avantages comme les contacts avec les gens et la revalorisation des bâtiments, j en connaissais aussi les inconvénients : plus de vie de famille et toujours du monde chez soi Nous avons donc ouvert depuis 18 mois et ce qui m est le plus difficile, c est de ne plus pouvoir prévoir quoi que ce soit : plus de WE, plus de voyage Un changement de vie radical. Mais Géraldine positive : «je suis aujourd hui totalement impliquée dans cette activité et prend les choses très à cœur. Mon objectif est d assurer le meilleur accueil possible envers mes

17 agriculteur dans le Cambrésis, hôtes et de promouvoir au mieux notre activité. Je fais d ailleurs partie aujourd hui d une association qui réunit différents hébergeurs de Cambrai et j ai vraiment envie de m impliquer au sein de cette association afin de promouvoir notre belle région du Cambrèsis. Chiffres A Crèvecœur/Escaut dans le Cambresis Surface agricole utile : 138 ha Betteraves : 32 ha Colza : 5 ha Féverole : 5 ha Orge : 5 ha Lin : 14 ha Blé : 77 ha Activité touristique 4 chambres d'hôtes 1 gîte de 4 pers 1 Salle de réception MAX 70 pers Ouverture du gîte et des chambres d'hôtes : mai 2006 Ouverture de la salle : mai 2007 Taux de remplissage des chambres d'hôtes 2007 : 42% (25% en 2006) Taux de remplissage du gîte : 67% en 2007 Gîte : classement 3 épis Chambres d'hôtes : classement 3 épis et label chambres de charme

18 02 # DIVERSIFICATION AGRICOLE Antoine Dequidt : Agriculteur, Désireux de concilier vie de famille, métier d agriculteur et commerce de proximité, Antoine Dequidt veut raccourcir les circuits de vente traditionnels. Le nombre croissant de retraités, l installation d un jeune et le goût pour le maraîchage, tout cela lui laisse quelques opportunités Jeune exploitant à Ramecourt dans le Pas-de-Calais, Antoine Dequidt est producteur de céréales, de betteraves et de pommes de terre. Cette dernière production l a toujours séduit. La segmentation de la variété choisie influe directement sur un type de commercialisation (industrie, export, marché français, etc. ). Besoin de projets Antoine est très attiré par la nouveauté, par le lancement de projets : «une fois que l affaire est en vitesse de croisière, j ai besoin d autre chose!». Il a effectué son stage agricole dans une exploitation de maraîchage, thym et persil. C est ce stage qui lui a donné le goût pour l agriculture. Depuis ce jour, il a gardé le plaisir de produire à petite échelle avec un circuit court de commercialisation où il est directement impliqué. La vente au détail l intéresse mais ne lui laisse pas assez de temps pour s occuper de son exploitation Et puis, il y a les 4 enfants! Il est difficilement compatible de leur consacrer du temps le week-end et de faire de la vente au détail Pour la production, l outil existant sera la base du projet (terre, matériel, MO). Un arrangement avec des voisins et l achat de produits de qualité à un grossiste, cela devrait leur permettre de proposer une gamme complète. Le projet possède un facteur limitant : le temps réservé à la vente. Un magasin occuperit une personne à temps plein. L idée serait alors de proposer aux clients de venir chercher des colis préparés à l avance à date et heure fixes, ce qui évite la création et l entretien d un magasin. Le client commandera son colis jusqu au mercredi soir et pourra venir le chercher le vendredi soir. Ceci laisse deux jours pour prépa- rer et pour s approvisionner. La rencontre avec ce jeune fut donc capitale dans le projet : le manque de temps et la faible maîtrise de la gestion d un site internet sont les deux handicaps d Antoine pour se lancer. Ceci n est encore qu un projet. Notre étudiant doit finir ses études que déjà Antoine pense à un autre développement : les retraités. Peu enclins a se servir de l informatique et peu mobiles de nouvelles pistes sont à explorer pour notre agriculteur. En 2 mots Depuis le départ en retraite de ses parents, Antoine Dequidt a réorganisé l exploitation, la main d œuvre, il a surtout cherché à optimiser son matériel en s associant avec un voisin. Tout le materiel a été réparti sur les 2 exploitations sans investissement et en divisant le parc matériel par 2. Aujourd hui, la mise en commun est terminée, Antoine recherche de nouveaux projets. Une rencontre En juin 2007, Antoine fait la connaissance d un jeune étudiant en économie, passionné par la terre et par internet. Ce dernier serait le complément idéal pour mettre en œuvre le projet. Le principe est simple : vendre des fruits et légumes sur internet.

19 «Des projets plein la tête» un métier de service Aline Dequidt, orthophoniste, épouse d Antoine et maman de 4 enfants Concilier travail, vie de famille, et taches ménagères me laissent que peu de temps pour bien choisir mes produits. Je ne peux plus faire 3 magasins comme avant, il faut que ça aille vite! Commander par internet et venir chercher ses colis à la ferme est vraiment une bonne idée!

20 03 # DIVERSIFICATION AGRICOLE Xavier Delsert : «Les fraises assurent 38 tonnes de fraises Sorti de l Isa, une école d ingénieur, en novembre 2000, Xavier Delsert a d abord travaillé pendant 2 ans à la chambre d agriculture de la Somme. En 2002, il décide de reprendre une exploitation et d entrer dans le Gaec de la Bacquerolle, constitué de ses deux oncles et son frère. Gilles et Dominique Marquilly, les deux oncles de Xavier Delsert, étaient installés sur deux exploitations indépendantes. En 1995, Emmanuel, le frère aîné de Xavier, décide de reprendre une exploitation agricole dès la fin de ses études à l Isa. Tous trois décident alors de se rapprocher pour créer le Gaec de la Bacquerolle. Une exploitation familiale Consécutivement à ce regroupement, Emmanuel met en place un atelier de diversification : la production de fraises sous serre, sur une superficie de m 2. Cette diversification a deux objectifs : améliorer la stabilité du revenu de l exploitation et assurer un meilleur équilibre dans les responsabilités de chaque associé. Cet équilibre des responsabilités est un des fondements de ce Gaec : Gilles s occupe de la partie «cultures», Dominique assure le suivi du troupeau laitier et Emmanuel gère l atelier fraises, pour que chacun possède son «pôle de compétences». En 2000, les trois associés décident, au vu de la bonne rentabilité de la production de fraises, de doubler cet atelier, portant alors la surface de serres à m 2. La production de fraises est réalisée sous serres sur une superficie de 7000 m 2 Arrivée d un 4 ème associé Xavier, le frère cadet d Emmanuel, a également toujours voulu s installer. C est en 2002 qu une opportunité se présente : «j avais appris qu un voisin de mon frère allait céder son exploitation. Je me suis donc rapproché de lui et l affaire a été conclue assez rapidement», déclare Xavier. Il a donc repris cette exploitation et a immédiatement intégré le Gaec de la Bacquerolle, amenant la superficie à 185 hectares et le quota laitier à litres. Toujours dans l esprit du partage des responsabilités, il décide de démarrer une production de chicorée frisée sur 1 hectare. «Mais nous nous sommes rapidement aperçus que l organisation du travail devenait trop complexe et que le terrain n était pas appropriée à cette culture avoue Xavier. Nous avons donc décidé en 2005 d arrêter les frisées pour augmenter encore la surface en fraises». De nouvelles serres ont donc été installées en 2006 pour arriver à une superficie de m 2 couverts. Cela a supposé une réorganisation du travail : la production de fraises est maintenant gérée conjointement par Emmanuel et Xavier. Pendant les périodes de pointe au niveau des cultures, l un des deux frères peut donc plus facilement se libérer pour participer aux travaux des champs. La production de fraises La technique de production de fraises sous serre offre plusieurs avantages,

21 une meilleure stabilité du revenu» chaque année! notamment une température plus élevée qui accélère la croissance des plantes et une maîtrise totale de l arrosage au goutte à goutte qui se fait par l intermédiaire d un programmateur électronique. Les pieds de fraises sont repiqués dans des sacs de terreau posés sur des supports métalliques à 1,20 m du sol environ, ce qui présente deux avantages essentiels. D une part tout le travail est réalisé debout à hauteur de bras, ce qui en diminue considérablement la pénibilité, et d autre part, les fraises mûres ne touchent jamais le sol, ce qui améliore nettement leur qualité et leur conservation. Telles sont les raisons qui ont poussé Emmanuel à choisir ce mode de production. «Cependant, cette méthode exige un suivi technique quotidien pour assurer un bon rendement et une qualité optimale», déclare Xavier. Les pieds de fraises sont changés chaque année en février pour des raisons de rentabilité, et la cueillette, qui exige l embauche de 15 salariés saisonniers, s étale de début mai à fin octobre, pour une production totale d environ 38 tonnes. La totalité de la production, conditionnée en barquettes de 500 grammes pesées une par une, est vendue sur le marché du frais par l intermédiaire d une coopérative, le Marché de Phalempin. En conclusion, Xavier affirme : «je suis satisfait des choix que nous avons eu à faire, au niveau de mon installation comme au niveau de la diversification en fraises». Chiffres 4 associés Surface agricole utile : 185 ha Prairies : 45 ha Maïs fourrager : 30 ha Betteraves : 25 ha Pommes de terre : 13 ha Céréales : 67 ha Jachères : 4 ha m 2 de fraises sous serres (38 tonnes par an) litres de lait (65 vaches laitières) 20 vaches allaitantes

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable

Agriculteurs, comptez sur votre expert-comptable Agriculteurs, comptez sur votre Analyser un prix de revient, établir un budget, un plan de financement permet d aider au choix et à la mise en place d un statut social, juridique, de conseiller sur le

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur!

Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Les Nouvelles Fraîches de Fraîcheur! Février 2015 Edito Fraicheur et Terroir : une nouvelle étape! Le dernier édito vous faisait part de l évolution de notre magasin et du manque de place engendré par

Plus en détail

Devenir maraîcher en Picardie

Devenir maraîcher en Picardie Devenir maraîcher en Picardie Vous envisagez une reconversion professionnelle en agriculture, Vous voulez créer, reprendre une entreprise ou vous associer, Venez tester votre projet dans un cadre sécurisé.

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette

Rapport de stage Mer et Monde. Frédérique Morissette Rapport de stage Mer et Monde Frédérique Morissette Comment décrire en quelques mots cette merveilleuse expérience qu à été mon stage au Sénégal? Impossible selon moi, je devrais écrire des pages et des

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Les indispensables de l exploitant agricole Generali, l assureur des Professionnels de l agriculture

Les indispensables de l exploitant agricole Generali, l assureur des Professionnels de l agriculture particuliers PROFESSIONNELS entreprises Les indispensables de l exploitant agricole Generali, l assureur des Professionnels de l agriculture Generali.fr L APPROCHE NOVATRICE ET GLOBALE DE GENERALI Votre

Plus en détail

Porteurs de projet : auto diagnostic, préalable au positionnement

Porteurs de projet : auto diagnostic, préalable au positionnement Porteurs de projet : auto diagnostic, préalable au positionnement Date de réception POINT INFO :. Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation.

Plus en détail

Position d origin sur le futur de la PAC

Position d origin sur le futur de la PAC Position d origin sur le futur de la PAC Ce document constitue la position d origin, Organisation pour un Réseau International d'indications Géographiques, aux questions posées par Dacian Cioloș, Commissaire

Plus en détail

Mon état civil. Ma situation

Mon état civil. Ma situation Nom : Prénom : Tél :. Activité : Vous souhaitez créer une entreprise dans le secteur des Services à la personne. Votre Chambre de Commerce et d Industrie a élaboré ce guide pour vous aider à : - vous poser

Plus en détail

Travailler ensemble Réussir ensemble

Travailler ensemble Réussir ensemble Travailler ensemble Réussir ensemble Systèmes de simulation et de test Systèmes opérationnels Solutions d entrainement et de formation À la recherche de talents Que vous soyez débutants ou expérimentés,

Plus en détail

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et

InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et 1 InvestirLoiPinel.fr vous propose des conseils pour votre investissement immobilier en Loi Pinel. Au travers d un réseau de partenaires fiables et reconnus, InvestirLoiPinel.fr vous met en relation avec

Plus en détail

Répercussions sociales de La Banque Postale

Répercussions sociales de La Banque Postale Répercussions sociales de La Banque Postale La Banque Postale RÉPERCUSSIONS SOCIALES SUR LES CITOYENS RÉPERCUSSIONS SOCIALES SUR LES PERSONNELS DE LA POSTE FRANCAISE REPERCUSSIONS SOCIALES SUR LES CITOYENS

Plus en détail

Les objectifs du bilan de compétences.

Les objectifs du bilan de compétences. Les objectifs du bilan de compétences. Qu est ce qu un bilan de compétences? Pourquoi faire un bilan de compétences? Comment se déroule un bilan de compétences? Quelle est la méthodologie utilisée? Le

Plus en détail

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant!

Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Le réseau d entreprises : s associer et rester indépendant! Regroupés autour d une enseigne commune, les commerçants associés sont des distributeurs grâce à une organisation amont forte et structurée qui

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons?

Les agriculteurs reviendront-ils à leurs moutons? DIVERSIFICATION PAR L OVIN La dynamique lancée depuis 2014 par le groupe Filière ovine du Comité Régional Elevage pour démontrer l intérêt de la diversification dans le mouton trouve un écho favorable

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité

Capital garanti à vie * Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Allianz Continuité Et demain, pourrez-vous protéger vos proches? Capital garanti à vie * Allianz Continuité La garantie décès qui prend le relais de vos assurances professionnelles pour sécuriser l avenir de ceux que vous

Plus en détail

LE MARAÎCHAGE POUR LA VENTE DIRECTE C EST. Trouver un équilibre main d œuvre /travail. Approvisionner toute l année. Proposer des produits.

LE MARAÎCHAGE POUR LA VENTE DIRECTE C EST. Trouver un équilibre main d œuvre /travail. Approvisionner toute l année. Proposer des produits. LE MARAÎCHAGE POUR LA VENTE DIRECTE C EST. Réussir ses cultures Produire de manière diversifiée Efficacité du travail Trouver un équilibre main d œuvre /travail Approvisionner toute l année Proposer des

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

FORMATIONS. 2ème Semestre 2014 :

FORMATIONS. 2ème Semestre 2014 : FORMATIONS 2ème Semestre 2014 : Loi d avenir / réforme de la PAC : Comment ces réformes vont influer sur les territoires (2 journées) Dates et lieux : plusieurs dates et lieux de formation (cf. dernière

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique

Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Exploitation 9 : Système allaitant en agriculture biologique Carte de visite : 1 personne + 1 salarié 1/3 temps 85 ha 47 PMTVA (60 vaches nourrices) Signe particulier : Système naisseur en plein air. Des

Plus en détail

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche

«Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche «Améliorez et sécurisez votre organisation, réduisez votre impact sur l environnement et ouvrez-vous à des pratiques innovantes grâce à la démarche Terr avenir» Pour un développement durable Les 3 piliers

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF

LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF LE DROIT A LA GARDE D ENFANTS CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT ENTRE L APHP ET LA CAF 1.000 places de crèches supplémentaires pour les franciliens SOMMAIRE Page 1 : programme de la matinée du 7 octobre

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement

Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement Des Trades Explosifs Avec La Formation Gagner En Bourse Simplement!!! Créé Par Ben De Bourse Ensemble http://www.bourseensemble.com! À Lire - Très Important Je sais que vous avez envie de vous plonger

Plus en détail

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs.

Dans l attente de votre réponse, favorable je l espère, veuillez agréer, Madame, Monsieur, l expression de mes sentiments les meilleurs. Je suis actuellement en cinquième année d études universitaires pour la préparation d un Master 2 en Fiscalité et Droit des Affaires au Groupe Ecole des Hautes Etudes Commerciales à X. Je désire poursuivre

Plus en détail

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1

Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Chèvrerie de l@ Joanna / N 1 Communication Avril 2015 Sur la commune de Brindas (69) dans la plaine de «La Pras», Que se passe-t-il en Avril à la ferme Race : Alpine chamoisée De la part de Sandrine Il

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Étude sur la distribution de viande en Aveyron

Étude sur la distribution de viande en Aveyron Commercialisation: Étude sur la distribution de viande en Aveyron Une enquête a été réalisée en 2012 sur le fonctionnement de l aval de la filière viande aveyronnaise afin de mieux comprendre les attentes

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!»

Validation des Acquis de l Expérience. «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Validation des Acquis de l Expérience «Si vous en avez envie, osez vous lancer!» Six entretiens ont été menés par téléphone auprès d assistantes maternelles ayant suivi une VAE pour obtenir le titre professionnel

Plus en détail

q u e s t i o n s / réponses

q u e s t i o n s / réponses dossier de presse À paraître février 2012 «100 Questions/réponses sur» est une collection qui aborde des thèmes sociaux à travers 100 questions qui interrogent tous les aspects du sujet. À ces questions,

Plus en détail

Annexe n 1 au compte-rendu du GT sur l économie locale, les commerces et l agriculture (12/1/15) Profil des 12 personnages

Annexe n 1 au compte-rendu du GT sur l économie locale, les commerces et l agriculture (12/1/15) Profil des 12 personnages Annexe n 1 au compterendu du GT sur l économie locale, les commerces et l agriculture (12/1/15) Profil des 12 personnages Principe du jeu de rôle : Mettez vous dans la peau de et répondez aux questions

Plus en détail

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir

ACTIV EXPERTISE. La licence de marque selon le réseau Activ expertise. Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir contacté Activ Expertise Nous tenons d abord à vous remercier et à vous féliciter d avoir Vous allez comprendre à la lecture des pages suivantes pourquoi le métier formidable de diagnostiqueur immobilier

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Cela fait plus de 20 ans que l association. La formation continue des conseillers agricoles à Madagascar

Cela fait plus de 20 ans que l association. La formation continue des conseillers agricoles à Madagascar La formation continue des conseillers agricoles à Madagascar A Madagascar, l association de coopération internationale (Formation pour l épanouissement et le renouveau de la terre), en partenariat avec

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE

Fiches de synthèse AGRICULTURE CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 1- Secteur agricole au Sénégal Foncier Le foncier sénégalais appartient à 95 % au domaine national

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse 1 «Le Perche souhaite accueillir de nouveaux arrivants et met en place une politique volontariste et des actions. La session d accueil s adresse à tous les porteurs de projet souhaitant créer ou reprendre

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Les circuits courts. Sont-il durables?

Les circuits courts. Sont-il durables? Les circuits courts Sont-il durables? Petit rappel instructif Par définition officielle, un circuit court est une modalité de vente qui comporte au maximum UN intermédiaire entre le producteur et le consommateur

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

SECTION 1 : Connaissances et expérience

SECTION 1 : Connaissances et expérience SECTION 1 : Connaissances et expérience Question 1 : Vos connaissances en matière d investissements sont o plutôt faibles 0,0 o moyennes 5,0 o très bonnes 10,0 Question 2 : ACTIONS : Connaissez-vous ce

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

L agriculture de l Oise

L agriculture de l Oise L agriculture de l Oise 17 juin 2010 Direction départementale des territoires de l'oise Service Economie Agricole Le département de l Oise Superficie de 5890 km² 800 000 habitants 693 communes 90% des

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

Inscrivez-vous en ligne dès maintenant!

Inscrivez-vous en ligne dès maintenant! PARTENAIRE DE VOS COMPÉTENCES Paris, le Madame, Monsieur, OPCALIM, l OPCA des Industries Alimentaires, de la Coopération Agricole et de l Alimentation en Détail vous présente son programme dédié aux TPE

Plus en détail

Devenir Agent Général Allianz

Devenir Agent Général Allianz Devenir Agent Général Allianz Un métier d entrepreneur à découvrir. Avec vous de A à Z Si vous êtes motivé(e) pour vendre, entreprendre, organiser, animer, Allianz a besoin de votre compétence pour partager

Plus en détail

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Comment réussir son investissement en loi Pinel? Le dispositif Pinel est une loi de défiscalisation particulièrement intéressante. Elle remplace avantageusement

Plus en détail

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau

vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau vous souhaite la bienvenue L offre globale de services aux entreprises Droit Chiffre Banque & Conseil financier Informatique Sécurité Monde du Bureau Droit FIDUCIAL SOFIRAL Chiffre FIDUCIAL Audit FIDUCIAL

Plus en détail

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution

Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution Les secteurs qui recrutent Finance, audit, conseil, industrie, grande consommation, distribution On trouve des diplômés des écoles de commerce dans tous les secteurs d activité. C est l avantage qu offrent

Plus en détail

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1 QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE VPT1 Je suis vraiment contente d avoir réalisé mon premier stage en agence car cela m a permis de découvrir un métier vraiment très diversifié au

Plus en détail

Formation de dirigeant de PME

Formation de dirigeant de PME Formation Dirigeant de PME Public : Cette formation est centrée sur le chef d entreprise ou futur chef d entreprise qui a besoin de s approprier ou de perfectionner les outils du management global d entreprise

Plus en détail

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national

Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Vers une définition des ambitions et orientations de la charte du Parc national Ce document constitue la synthèse de la première phase des travaux d élaboration de la charte du Parc national des Cévennes.

Plus en détail

MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet

MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet MODULE 1 : Vous, l équipe et le projet 1. Généralités : Les activités, Les profils, Les motivations 2. Vous 3. L idée, la vision, la mission de l entreprise, la stratégie 4. Le business plan 5. Un outil

Plus en détail

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT

DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT DOCUMENT D AUTODIAGNOSTIC SUR LE PRE-PROJET DU CANDIDAT Ce document est destiné à vous présenter et à organiser votre réflexion autour du projet d installation. Si vous poursuivez la démarche d installation,

Plus en détail

STRATÉGIES DE TERRITOIRE. Résultats définitifs du questionnaire 9 septembre 2009

STRATÉGIES DE TERRITOIRE. Résultats définitifs du questionnaire 9 septembre 2009 STRATÉGIES DE TERRITOIRE Résultats définitifs du questionnaire 9 septembre 2009 1. LES RÉPONDANTS AGE Moins de 30 ans (27%) 70 De 30 ans et à 49 plus ans (6%) (31%) De 50 à 69 ans (34%) GENRE Hommes (60%)

Plus en détail

Êtes-vous prêt à entreprendre?

Êtes-vous prêt à entreprendre? Êtes-vous prêt à entreprendre? 1 La CCI Oise : qui sommes nous? 20 000 entreprises Etablissement public au service des entreprises Sous la responsabilité des chefs d entreprises Proximité : 3 implantations

Plus en détail

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION

LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION 1 LA QUALITÉ DES ALIMENTS D ORIGINE ANIMALE VUE PAR LES PROFESSIONNELS DE LA PRODUCTION, DE LA FABRICATION ET DE LA DISTRIBUTION par Gilles Le Pottier 1 Alors que notre alimentation est de plus en plus

Plus en détail

Des conditions de travail décentes

Des conditions de travail décentes LISTE D IDEÉS POUR LE PLAN DE DEVELOPPEMENT FAIRTRADE POUR LES ORGANISATIONS DE PETITS PRODUCTEURS Toutes les organisations sont différentes et auront des priorités ainsi que des stratégies de développement

Plus en détail

Emploi : Causes et conséquences des tendances futures

Emploi : Causes et conséquences des tendances futures Emploi : Causes et conséquences des tendances futures Horizon 2020 30 50 Impact sur la Métropole lilloise Les prix se font ailleurs (1) Libéralisation de la PAC Mondialisation - Doha Les marchés régulent

Plus en détail

Votre entreprise Le titre du poste que vous recherchez Le nom du candidat Exemple : Note concernant la candidate Tremblay (exemple)

Votre entreprise Le titre du poste que vous recherchez Le nom du candidat Exemple : Note concernant la candidate Tremblay (exemple) Votre spécialiste en acquisition de talents Symbiose Ressources humaines 514-448-5630 info@symbioserh.net Tabledesmatières NoteconcernantlacandidateTremblay(exemple)...1 Résumédelacandidature(exemple)...2

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

La Démarche Conseil Bâtiment «Les étapes d un projet»

La Démarche Conseil Bâtiment «Les étapes d un projet» Optimiser ses pratiques pour s adapter à la conjoncture en production équine 7 è journée du Réseau Économique de la Filière Équine - 04 février 2014 La Démarche Conseil Bâtiment «Les étapes d un projet»

Plus en détail

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg)

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) «J étais vraiment surpris de gagner le Prix de la réadaptation professionnelle! Ce prix est une bonne chose, il peut

Plus en détail

Date : Lieu : 9h00 à 16h30. Consultations régionales : le gouvernement en ligne Communautique

Date : Lieu : 9h00 à 16h30. Consultations régionales : le gouvernement en ligne Communautique Date : Lieu : 9h00 à 16h30 Carnet de travail Ce carnet est à la fois, POUR VOUS, un carnet de notes, de travail et de réflexion ; Pour, un moyen de recueillir de l information sur les enjeux du gouvernement

Plus en détail

Sommaire. Pitch Activité Marché Concurrence Projet Investissement Chiffres clés L équipe Coordonnées Merci!

Sommaire. Pitch Activité Marché Concurrence Projet Investissement Chiffres clés L équipe Coordonnées Merci! Sommaire Pitch Activité Marché Concurrence Projet Investissement Chiffres clés L équipe Coordonnées Merci! P 3 P 4 P 5 P 6 P 7 P 8 P 9 P 10 P 11 P 12 Pitch Mariage Serein est une jeune Start-Up parisienne

Plus en détail

ALLER PLUS LOIN D ANS L ELABORATION DE VOTRE PROJET

ALLER PLUS LOIN D ANS L ELABORATION DE VOTRE PROJET ALLER PLUS LOIN D ANS L ELABORATION DE VOTRE PROJET 1 Vous ressentez le besoin de faire un point, pour mieux cerner votre situation et envisager une évolution de votre carrière professionnelle. Pour vous

Plus en détail

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant :

Entourez une évaluation entre 0 (cote minimale) et 5 (cote maximale) ou encore SO = Sans Objet. L étudiant : Grille d évaluation du stage d immersion en entreprise de 3 ème bachelier 2014-2015 Etudiant : Entreprise :. Date : Superviseur :. Maitre de stage : Signature :. 1. Evaluation continue [60 pts] Entourez

Plus en détail

Plus De Cartouches 2013/2014

Plus De Cartouches 2013/2014 Plus De Cartouches 2013/2014 Page 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ET PRESENTATION...3 MISSIONS...4 LE CONTEXTE DES MISSIONS...4 LES OBJECTIFS...4 LES CONTRAINTES...5 REALISATIONS...6 CHOIX EFFECTUÉS...6 RÉSULTATS...10

Plus en détail

Devenir chef d entreprise

Devenir chef d entreprise Devenir chef d entreprise CATALOGUE DE FORMATION pour les créateurs et repreneurs d entreprise Édito Opérateur Nacre 1 2 3 Prêter une oreille attentive à chaque idée, développer l esprit créatif, encourager

Plus en détail

CLÉS. pour réussir votre création d entreprise en Ardèche

CLÉS. pour réussir votre création d entreprise en Ardèche E 7 CLÉS pour réussir votre création d entreprise en Ardèche 1 Etre un créateur dans l âme Créer puis gérer une entreprise demande de solides qualités personnelles : Désir d entreprendre Engagement fort

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Synthèse de la Matinée du 9 octobre 2007

Synthèse de la Matinée du 9 octobre 2007 Synthèse de la Matinée du 9 octobre 2007 Rencontre sur l Agriculture périurbaine Arrageoise : Sa place dans la dynamique économique du territoire et son devenir Préambule : Le SCoT et l Agriculture une

Plus en détail

DOSSIER DE PARTICIPATION

DOSSIER DE PARTICIPATION DOSSIER DE PARTICIPATION " Marquez une page de votre entreprise avec les Trophées de la performance environnementale 2014 " L ENVIRONNEMENT ET MON ENTREPRISE... Vous avez à cœur de développer votre activité

Plus en détail

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable.

Une solution patrimoniale sur mesure. Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Delfea Une solution patrimoniale sur mesure EN BREF Vous cherchez à optimiser la gestion de votre patrimoine tout en profitant d une solution financière modulable. Définissez votre stratégie d investissement

Plus en détail

Avez vous pensé à votre mise en marché?

Avez vous pensé à votre mise en marché? Avez vous pensé à votre mise en marché? Plan de la présentation Mise en marché? Potentiel et contexte régional Les options en Outaouais Frais vs transformation Stratégie de prix Planification et stratégie

Plus en détail