L'euro, monnaie internationale?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'euro, monnaie internationale?"

Transcription

1 L'euro, monnaie internationale? Sommaire La nature d'une monnaie internationale et ses fonctions Quelques leçons de l'histoire Les concurrents à la pesée De la sphère réelle à la sphère monétaire et financière La place de l'euro, dix-huit mois après Vers un certain régionalisme monétaire Vers une politique de " bienveillante négligence " Penser la concurrence monétaire internationale Des conditions nécessaires à une plus grande diffusion internationale La puissance des marchés financiers Le développement d'instruments financiers de référence Un important potentiel d'absorption des capitaux Un rôle de " prêteur en dernier ressort " Pour en savoir plus par Jacques Le Cacheux. L'euro dispose de nombreux atouts pour devenir une monnaie internationale. Le poids économique et commercial de la zone euro, l'augmentation du nombre de pays - notamment à l'est de l'union européenne - adoptant des politiques d'ancrage à la devise européenne et la diversification des avoirs de réserve des différentes Banques centrales constituent quelques-uns de ces éléments favorables. En revanche, la puissance du dollar, monnaie bien installée pour assurer nombre d'échanges internationaux et la plus grande partie des opérations financières internationales, représente une sérieuse limite au développement de l'euro comme monnaie internationale. Jacques Le Cacheux analyse ici la question de la puissance de l'euro dans le monde, notamment sous l'angle de la concurrence monétaire. La guerre de Troie n'a pas eu lieu. Le choc titanesque des grandes devises que certains anticipaient ou appelaient de leurs voeux à la veille de la création de l'euro a tourné court, et apparemment au détriment du challenger, dont la dégringolade semble signer l'indiscutable défaite. Introduit au taux de change de 1,17 dollar le 4 janvier 1999, l'euro a enregistré une file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (1 sur 10)17/11/ :17:20

2 dépréciation importante au cours de sa première année d'existence, passant durablement au dessous de la parité par rapport au dollar au début de décembre 1999, puis sous le " seuil psychologique " de 0,9 dollar pour un euro au printemps 2000, pour osciller ensuite autour de 0,95 dollar en juillet 2000 : soit une dépréciation d'environ 20 %! Faut-il rappeler que la plupart des analystes craignaient, à la veille de l'introduction de l'euro, que la monnaie européenne fût trop forte et s'appréciât, en raison d'une demande soutenue liée notamment à son internationalisation? Au lieu de quoi l'euro s'est déprécié tant et si bien que les mêmes crient à la trahison, dénonçant sa " faiblesse " et son manque de " crédibilité ". Est-ce là le signe de l'incontestable suprématie du dollar américain dans le système monétaire international et faut-il ranger l'ambition internationale de la monnaie européenne au rayon des vieilles lunes, des utopies hors d'atteinte? La nature d'une monnaie internationale et ses fonctions Évaluer le potentiel de l'euro comme monnaie internationale, donc ses atouts et ses faiblesses dans la concurrence avec le dollar, dont tous s'accordent à reconnaître qu'il demeure, près de trente ans après l'effondrement du Système monétaire international fondé en 1944 à Bretton Woods et consacrant l'hégémonie de la monnaie américaine, la monnaie internationale, suppose d'avoir, au préalable, défini les attributs d'une telle monnaie. En dépit des efforts militants de certains - dont Keynes, qui représentait le gouvernement britannique à la conférence de Bretton Woods -, il n'existe pas en effet de monnaie purement internationale, au sens où elle serait émise par une instance internationale et circulerait librement dans tout l'espace économique et financier mondial. A la fin du XIXe siècle, l'or avait cette qualité ; en créant les Droits de tirage spéciaux (DTS) émis par le Fonds monétaire international (FMI), à la fin des années 60, on faisait un pas dans cette direction, qui n'a pas été suivi d'effets. Dès lors, c'est en réalité une devise nationale - le dollar américain -, émise et gérée par une Banque centrale nationale - la Réserve fédérale ou Fed -, qui fait office de monnaie internationale, en ce sens qu'elle remplit les fonctions traditionnelles de la monnaie (que, depuis Aristote, on résume au triptyque unité de compte, intermédiaire des échanges et réserve de valeur) dans l'économie internationale, en dehors donc de son espace monétaire national. Le dollar, il est vrai, est presque universellement accepté ; il sert de monnaie de facturation et de règlement de bon nombre d'échanges commerciaux, même entre deux agents sans rapport avec l'économie américaine - c'est une monnaie véhiculaire - ; et de nombreux actifs financiers, représentant des montants considérables, sont libellés en dollar, y compris lorsqu'ils sont émis ou détenus par des agents économiques non-américains. En outre, le dollar sert souvent de référence aux autorités monétaires des autres pays, comme c'était le cas dans le système de Bretton Woods, à la fois parce que bon nombre de monnaies sont " ancrées " au dollar - leur taux de change par rapport à la monnaie américaine est fixé, de manière plus ou moins rigide - et parce que les Banques centrales de la majorité des pays choisissent de détenir une part prépondérante de leurs réserves de change en dollars. Tels sont, en fait, les fonctions et les domaines dans lesquels l'euro est susceptible de file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (2 sur 10)17/11/ :17:20

3 concurrencer, voire, qui sait?, de détrôner un jour la devise américaine. Quelques leçons de l'histoire Bien que l'on ne puisse guère trouver de précédent à l'unification monétaire européenne et à la création, à partir de onze monnaies nationales, d'une monnaie nouvelle les remplaçant du jour au lendemain dans les transactions financières, l'histoire monétaire des deux siècles passés présente quelques épisodes de concurrence entre grandes devises pour la position de monnaie de référence internationale. Ainsi peut-on considérer que la coexistence entre les deux grands systèmes d'étalon métallique, l'argent et l'or, jusqu'aux années 1870, relève d'une telle concurrence, tournant finalement à l'avantage de ce dernier après la défaite de la plus grande des nations bimétalliques, la France, face à la Prusse qui, grâce au paiement d'indemnités de guerre en or par le pays vaincu, a choisi de basculer sur l'étalon-or. De même, quelques décennies plus tard, l'entre-deux-guerres a vu monter progressivement la concurrence entre la livre sterling, référence incontestée du système d'étalon or dominant entre 1870 et 1914, et le dollar, étoile montante après la création, en 1913, de la Réserve fédérale américaine. Le mouvement s'est accentué au lendemain d'une guerre dans laquelle l'intervention tardive des États-Unis en Europe s'était révélée décisive. Le dollar ne s'est pourtant imposé réellement qu'au terme de la Seconde Guerre mondiale, et la monnaie britannique a continué déjouer un rôle certain sur la scène internationale jusque dans les années 50. La domination du dollar elle-même n'est plus sans partage, son usage dans les différentes fonctions de monnaie internationale ayant connu, dans les années 70 et 80, une érosion sensible au profit d'autres devises nationales, le yen, le mark et le franc suisse notamment. Sans préjuger des conclusions de l'analyse qui suit, retenons de ces exemples historiques que la puissance, économique mais aussi sans doute militaire, est intimement liée à la suprématie monétaire internationale, même si le rôle non négligeable de la monnaie nationale d'un " petit " pays comme la Suisse, et à l'inverse, celui somme toute modeste de monnaies telles que le yen ou le mark, suggèrent que d'autres ingrédients entrent dans le processus d'internationalisation d'une monnaie. Notons également que la concurrence entre grandes devises pour l'hégémonie monétaire est un processus long, les pratiques des différents agents concernés ne se modifiant que lentement et la domination monétaire internationale présentant, à l'évidence, une grande inertie. Il faut enfin rappeler qu'au cours des dernières décennies, le taux de change du dollar, en yen ou en mark, a fluctué dans des proportions considérables, sans que sa position dominante sur la scène monétaire internationale soit remise en cause dans les phases de dépréciation : en fait, les deux phénomènes - internationalisation et " force " d'une monnaie - n'ont guère de lien direct. Les concurrents à la pesée file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (3 sur 10)17/11/ :17:20

4 De la sphère réelle... En termes de poids relatif, les deux concurrents ont des atouts similaires. Avec une population d'environ 290 millions pour l'euroland actuel (à 11 membres), contre 265 millions pour les États-Unis, les deux zones monétaires affichent des produits intérieurs de taille comparable (chacun représentant un peu plus de 19 % du PIB mondial à la veille du lancement de l'euro). En matière d'échanges commerciaux internationaux, toutefois, l'avantage est nettement dans le camp européen, l'euroland assurant un peu plus de 18,5 % du commerce mondial, contre 16,5 % pour les États-Unis, ce qui reflète un degré d'ouverture commerciale (ratio des exportations au PIB) de l'ue-11 (11,6 % en 1998) plus élevé que celui des États-Unis (9,5 %). Ainsi donc, si les parts relatives des monnaies dans les différentes fonctions monétaires internationales devaient refléter le poids respectif des économies qui les émettent, l'euro ferait jeu pratiquement égal avec le dollar selon les critères habituels de mesure de l'activité économique réelle.... à la sphère monétaire et financière Il n'en va pas du tout de même lorsque l'on considère le rôle des monnaies dans la banque et la finance, nationales et internationales. Pour appréhender ces dimensions, il convient de distinguer deux grandes catégories d'opérations et d'agents concernés : les Banques centrales, qui gèrent les taux de change et détiennent, pour ce faire, des réserves en devises étrangères ; les autres agents, privés et publics, qui détiennent ou émettent des actifs financiers et effectuent des transactions sur les marchés correspondants et sur les marchés des changes. Concernant le rôle des monnaies dans les régimes de change et les réserves des Banques centrales, la domination du dollar est écrasante. En premier lieu, bien que le Système monétaire international soit, officiellement, un régime de changes flottants, la plupart des pays choisissent en pratique une devise de référence et un " ancrage ", plus ou moins rigide ( 1 ), à cette devise ; or le dollar est, de très loin, la monnaie de référence la plus utilisée, seule ou dans des paniers de devises où elle a une part prépondérante, non seulement par les Banques centrales des pays d'amérique latine, mais également par celles de nombreux pays asiatiques - la crise asiatique de 1997 ayant illustré les dangers d'un tel choix -, voire du Moyen-Orient, d'afrique ou d'europe. En second lieu, et sans que la relation entre les deux soit nécessairement étroite, le dollar occupe également une place prépondérante dans les réserves de changes détenues par les Banques centrales : fin 1999, le montant total des réserves officielles atteignait environ 1750 milliards de dollars, dont près de 80 % en dollars! Ce rôle considérable de la devise américaine dans les transactions et les réserves officielles trouve son pendant sur les marchés des changes, où près de 80 % des transactions sont des échanges contre dollar. L'avantage de la monnaie américaine n'est guère moindre lorsque l'on évalue les ordres de grandeur des flux et des stocks sur les autres marchés financiers. Sur les marchés boursiers, par exemple, la capitalisation totale des marchés américains atteignait milliards de dollars fin 1999, et le nombre de sociétés cotées 7 300, tandis que les chiffres correspondants pour la zone euro étaient respectivement milliards de dollars et un peu moins de sociétés cotées ; de même, le volume annuel file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (4 sur 10)17/11/ :17:20

5 des transactions boursières était-il, en 1999, de milliards aux États-Unis, et de milliards de dollars dans la zone euro ( 2 ) Quant aux marchés obligataires, nationaux et internationaux, qu'ils concernent les instruments de dettes publiques ou ceux des émetteurs privés, les encours en dollars sont, eux aussi, nettement supérieurs à ceux en euros, notamment ceux des instruments de dette internationaux, dont près de 50 % (sur un encours total de milliards de dollars fin 1999) sont libellés en dollars, contre moins de 30 % en euros. La place de l'euro, dix-huit mois après Après cette comptabilité des forces en présence, on peut tenter d'établir un état provisoire des lieux au terme de plus d'un an d'existence de l'euro. Globalement, le constat n'est guère triomphal et conforte l'idée d'une inertie considérable des processus de concurrence entre grandes devises. Dans la fonction d'unité de compte et de facturation des échanges, tout d'abord, la part de l'euro n'a, semble-t-il, pas progressé ; et les prix des produits pour lesquels il existe des marchés mondiaux, notamment les grandes matières premières, continuent d'être presque exclusivement exprimés en dollars. De même, sur les marchés financiers, et notamment les marchés des changes et les marchés boursiers, la suprématie américaine demeure pratiquement intacte, même s'il convient de noter que dans les flux de nouvelles émissions obligataires internationales de l'année 1999, l'euro a fait jeu pratiquement égal et même légèrement mieux que le dollar. Vers un certain régionalisme monétaire Dans le domaine monétaire officiel, la monnaie américaine demeure la référence dominante et la devise de réserve préférée des Banques centrales de toutes les régions du monde, même si certaines, dont celles de Chine et de plusieurs pays d'asie - qui détiennent aujourd'hui les stocks de réserves les plus importants du monde -, ont entrepris une opération, encore modeste et progressive, de diversification de leurs avoirs en devises étrangères ( 3 ). Pourtant, l'émergence de l'euro laisse entrevoir une tendance à la régionalisation du monde en matière de régimes de change et de choix de la monnaie d'ancrage : un nombre croissant des pays commerçant intensément avec la zone euro, et singulièrement les pays d'europe centrale et orientale (PECO), candidats à l'adhésion prochaine à l'union européenne, adoptent des politiques d'ancrage sur la devise européenne, de sorte que des " blocs monétaires ", dont les contours correspondent approximativement à ceux des " blocs commerciaux " existants (UE et ses partenaires privilégiés d'europe centrale et orientale, du Bassin méditerranéen et du Proche-Orient, ALENA et sa zone d'influence), semblent devoir se constituer. Comme il est peu probable - et sans doute pas souhaitable - que les nouveaux adhérents et les nombreux pays associés à l'ue puissent, dans un avenir proche, devenir membres à part entière de l'union monétaire européenne, ce rôle d'ancrage de l'euro devrait prendre encore davantage d'importance, notamment au sein du SME-bis qui associe à la monnaie européenne, dans un système de change fixe mais ajustable avec marges de fluctuation, les devises des pays membres de l'ue qui ne sont pas membres de la zone euro ( 4 ). file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (5 sur 10)17/11/ :17:20

6 Vers une politique de " bienveillante négligence " Toutefois, en dépit de cette ébauche de " régionalisme monétaire ", l'émergence de l'euro n'a pas jusqu'à présent permis d'amorcer le rééquilibrage du Système monétaire international que beaucoup jugent nécessaire, pas plus qu'elle n'a engendré une plus grande stabilité des relations de changes entre les grandes devises ou entre les zones. En fait, les autorités monétaires européennes pourraient, au contraire, et en dépit de leurs dénégations, être tentées de pratiquer en matière de gestion du taux de change de l'euro, notamment à l'égard du dollar, la politique de " bienveillante négligence " (benign neglect) qu'elles ont si longtemps reprochée à la Banque centrale américaine : la zone euro est, en effet, désormais une " grande économie ", commercialement assez peu ouverte sur le reste du monde - guère plus que les États-Unis -, de sorte que des fluctuations, même amples, de son taux de change n'ont que des effets internes limités ( 5 ). Penser la concurrence monétaire internationale Au-delà des constats et des conjectures sur les forces à l'oeuvre dans la diffusion internationale d'une devise, l'analyse monétaire traditionnelle ne constitue pas un guide particulièrement éclairant de ce type de processus. Pour mieux en comprendre les logiques complexes et la dynamique, il conviendrait sans doute d'explorer des raisonnements tenant explicitement compte du caractère hybride de la monnaie et du système monétaire, à la fois bien privé et bien collectif, puisque sa valeur et l'utilité que chacun peut tirer de son usage dépendent du nombre d'usagers qui l'acceptent et l'utilisent. En cela, la monnaie internationale s'apparente à la langue internationale, ou encore aux " biens réseaux ", tels que les réseaux de télécommunications, qui présentent notamment de fortes externalités de demande. Son adoption, sa diffusion sont également comparables à celles des standards technologiques, par exemple dans le domaine des ordinateurs - la longue rivalité entre PC et MacIntosh -, de la vidéo domestique - la concurrence entre VHS et Bétamax, au début des années 80 -, de la télévision couleur - la lutte entre Pal et Secam -, etc. La concurrence entre monnaies dans l'environnement monétaire international peut ainsi être pensée à l'aide des outils analytiques développés par l'économie industrielle de la compétition entre standards technologiques ( 6 ). Parmi les enseignements que suggère une transposition à la question monétaire internationale de ces analyses d'économie industrielle, il y a tout d'abord l'inertie qui caractérise ces processus : le lancement d'un nouveau standard, concurrent du standard en place, n'engendre généralement qu'une érosion lente des positions acquises, même si - ce qui est loin d'être évident dans le cas d'espèce - le nouveau standard est techniquement supérieur à l'ancien ; lorsque deux standards se disputent la suprématie, l'un des deux finit par l'emporter, mais ce n'est pas nécessairement le meilleur, techniquement, et celui qui a perdu la bataille ne disparaît pas complètement - il se maintient sur des " niches technologiques ". Pour que ce raisonnement analogique soit vraiment fructueux, encore faut-il pouvoir préciser ce que serait l'équivalent de la " qualité " d'une technologie dans le contexte file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (6 sur 10)17/11/ :17:20

7 monétaire. Alors que l'analyse monétaire classique et monétariste met en exergue le rôle du pouvoir d'achat, donc de la stabilité monétaire, dans l'appréciation par les usagers de la qualité des monnaies ( 7 ), il semble que, notamment dans le contexte mondial actuel de faible inflation, la liquidité et les performances des instruments, intermédiaires et marchés financiers opérant dans chacune des monnaies soient des déterminants plus décisifs de leur pouvoir d'attraction. En revanche, et à la différence de ce que suggèrent les parallèles avec les langues ou les standards technologiques, bien qu'il apparaisse souvent des synergies entre les différentes fonctions internationales de la monnaie, l'environnement mondial contemporain, caractérisé notamment par la globalisation financière, dont la liquidité des différents marchés, et singulièrement des marchés des changes des principales monnaies, autorise, semble-t-il, plus que dans le passé, la coexistence de plusieurs monnaies internationales, les coûts du passage de l'une à l'autre étant faibles parce que les coûts d'information et de transactions sont eux-mêmes faibles. Des conditions nécessaires à une plus grande diffusion internationale D'où proviennent la liquidité des marchés d'actifs libellés dans une monnaie et la force d'attraction qui en découle pour les divers usagers de cette devise, notamment les investisseurs et, peut-être plus encore, les débiteurs non résidents, qui choisissent d'investir ou de s'endetter dans cette devise? L'analyse monétaire traditionnelle cerne mal cette notion de liquidité, dont les composantes sont multiples et complexes. Certaines conditions apparaissent toutefois nécessaires, à défaut d'être suffisantes, au succès international d'une monnaie. La puissance des marchés financiers En premier lieu, l'existence de marchés financiers et d'intermédiaires efficaces et performants, capables d'offrir à des coûts faibles des instruments de dette, de placement et de couverture des risques attrayant est, évidemment, au nombre de ces conditions nécessaires. De ce point de vue, la zone euro souffre d'un certain handicap, dans la mesure où les marchés financiers sont encore segmentés et où les intermédiaires bancaires et financiers ne sont pas parmi les plus performants. Cependant, les restructurations, fusions, acquisitions, alliances et regroupements en cours devraient permettre de lever en partie cet obstacle. Que le Royaume-Uni ne soit pas membre de la zone euro ne semble pas devoir constituer à cet égard une difficulté supplémentaire, puisque la place financière de Londres est, d'ores et déjà, partie prenante dans ces restructurations et assure déjà une fraction importante des transactions financières en euros. Le développement d'instruments financiers de référence En outre, le développement de marchés financiers profonds, amples et liquides suppose file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (7 sur 10)17/11/ :17:20

8 notamment que des emprunteurs, publics ou privés, décident d'émettre des montants importants d'instruments pouvant servir de supports ou de référence aux placements et aux transactions des investisseurs, ainsi qu'aux émissions des emprunteurs non résidents. Or les pays membres d'euroland se sont engagés, avec le Pacte de stabilité, dans des politiques budgétaires orthodoxes, visant à limiter les déficits et, à terme, à réduire les montants de dette publique, tandis que le gouvernement fédéral américain est parvenu de son côté à dégager, depuis quelques années, des excédents budgétaires et prévoit d'annuler, à l'horizon de , la dette publique américaine. Ces évolutions remettent en cause le statut de référence des instruments de dette publique sur les marchés obligataires et obligent à s'interroger sur l'avenir de ces marchés, dès lors que les compartiments d'obligations d'état risquent de n'être plus guère alimentés par des émissions nouvelles aux États-Unis ni, peutêtre, en Europe. Certes les débiteurs privés peuvent, dans une certaine mesure, prendre le relais des secteurs publics, dont les besoins de financement pourraient d'ailleurs croître à nouveau à l'avenir ; mais la manière dont la liquidité serait assurée sur des marchés entièrement dominés par des titres de dette privée n'est pas évidente et fait aujourd'hui l'objet de nombreuses réflexions. Un important potentiel d'absorption des capitaux La liquidité et la stabilité des marchés financiers internationaux dépendent de plusieurs manières des politiques menées par les autorités du ou des pays qui émettent et gèrent la ou les monnaies internationales. Tout d'abord, il importe qu'en période " tranquille ", c'est-àdire en l'absence de crise financière, les marchés financiers soient suffisamment alimentés en instruments de placement attrayants pour les investisseurs, notamment ceux des pays qui, tel le Japon actuellement, enregistrent un important excès d'épargne nationale : c'est aujourd'hui l'économie américaine qui joue ce rôle " d'emprunteur en dernier ressort ", tandis que la zone euro, dont le vieillissement démographique est rapide et qui n'est pas économiquement très dynamique, ne semble pas susceptible de l'assumer ; les pays qui ont un important potentiel d'absorption de capitaux, notamment les pays émergents, souhaiteront-ils s'endetter davantage en euros? Un rôle de " prêteur en dernier ressort " Enfin, dans les périodes de turbulences financières, la liquidité des marchés financiers et la confiance des investisseurs sont, on le sait, assurées par l'existence d'une institution disposée à jouer le rôle de " prêteur en dernier ressort ", voire, dans certaines conditions, " d'assureur ultime ", injectant les liquidités ou organisant le sauvetage d'établissements menacés d'insolvabilité. Or, comme l'ont souligné certains observateurs à propos de la dépréciation de l'euro, alors que la Réserve fédérale américaine a largement démontré, notamment au cours des crises financières les plus récentes, sa capacité et sa détermination à assurer ces fonctions et à en assumer les coûts éventuels, l'incertitude entoure les possibilités et les intentions de la BCE sur ces questions essentielles pour l'internationalisation de l'euro. Pour en savoir plus file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (8 sur 10)17/11/ :17:20

9 Banque centrale européenne (BCE) : Bulletin mensuel, différents numéros. Banque des règlements internationaux (BRI), 2000 : 70ème Rapport annuel, Bâle, 5 juin. Bourguinat Henri, 1999 : Finance internationale, 4ème édition revue et refondue, Coll. " Thémis ", Paris, PUF. Commissariat général du Plan, 1999 : Le gouvernement économique de la zone euro, Rapport du groupe de réflexion présidé par Robert Boyer, Paris, La Documentation française. Les Cahiers français, 1997 : La monnaie unique, n 282, Paris, La Documentation française. Fitoussi Jean-Paul, dir., 1999 : Rapport sur l'état de l'union européenne, Paris, Fayard et Presses de Sciences-Po. Hayek Friedrich von, 1976 : Denationalization of Money, Hobart. HypoVereinsbank : Euro!, Lettre économique, différents numéros. Le Cacheux Jacques, 1998 : " La diffusion internationale de l'euro ", Revue de l'ofce, n 65, avril. Pauwels J.-P. et Y. Windelincx, 1999 : L'Europe, l'euro et le commerce mondial, Paris, Vuibert. ( 1) Les modalités d'ancrage vont des plus souples, telles que les " parités glissantes ", aux plus rigides, telles que les régimes de change fixe avec marges de fluctuations, comme le Système monétaire européen (SME) ou les régimes de bureau d'émission (Currency Boards), dont la vogue se répand (dans les Pays baltes, en Argentine, en Bulgarie, etc.). Ces derniers, qui consistent à régler l'émission de monnaie nationale strictement sur les réserves de changes, impliquent un abandon complet de l'autonomie monétaire nationale. ( 2) Il est vrai que tous ces montants, tirés du dernier rapport annuel de la BRI, sont exprimés en dollars au taux de change courant, de sorte que la dépréciation de la monnaie européenne a eu tendance à les minorer. ( 3) Bien que souvent associées dans les analyses, la référence d'ancrage et la devise dans laquelle sont détenues les réserves de change de la Banque centrale d'un pays ne coïncident pas nécessairement, et singulièrement pas dans le contexte financier actuel, dans la mesure où les Banques centrales détiennent, en réalité, des titres rémunérés et non de la monnaie stricto sensu, et où les marchés financiers et les marchés des changes sont suffisamment liquides pour qu'il soit aisé et peu coûteux de changer, quand c'est nécessaire, des réserves en monnaie d'intervention. ( 4) Ces pays sont, en août 2000, au nombre de deux : la Grèce, qui ne remplissait pas les critères de participation au moment de la création de l'euro, mais dont l'adhésion est programmée pour janvier 2001, et le Danemark, qui ne souhaitait pas participer à l'euro, mais organise, à l'automne 2000, un référendum sur ce choix. Le nombre de pays dans le SME-bis augmentera avec les nouvelles adhésions, notamment celles des PECO prévues à partir de Rappelons que le Royaume-Uni et la Suède, membres de l'union européenne, ont choisi de ne pas participer à l'union monétaire et ont des taux de change flottants à l'égard de l'euro. ( 5) La Banque centrale européenne (BCE) a souvent insisté sur les conséquences néfastes de la dépréciation de l'euro sur l'inflation européenne, notamment l'inflation importée. Il est vrai que les prix des matières premières, notamment du pétrole, sont exprimés en dollar, ce qui accentue leur renchérissement récent. Mais la dépréciation de l'euro a, pour compenser, l'avantage de rendre les produits européens plus compétitifs, stimulant ainsi les exportations des pays de la zone euro. ( 6) Voir Le Cacheux (1998) qui contient aussi quelques références bibliographiques explorant cette piste de réflexion. ( 7) Voir, notamment, Hayek (1976). file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (9 sur 10)17/11/ :17:20

10 Les cahiers français, n 297 (07/2000) Page 75 Auteur : Jacques Le Cacheux (Professeur à l'université de Pau et des pays de l'adour, Directeur du Département des études, OFCE, Paris). file:///f /prépa/prépa2/cours/90 paiements/93l'euro, monnaie internationale.htm (10 sur 10)17/11/ :17:20

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998 Remarques introductives de Bruno Gehrig A l'approche du passage à l'euro Le 1er janvier 1999, onze des quinze Etats de l'union européenne introduiront

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance

Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Dominique Plihon Alternatives Economiques Hors-série n 105 - avril 2015 Les liaisons dangereuses de la monnaie et de la finance Depuis trois décennies, les marchés financiers connaissent une montée en

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Les banques suisses 1996

Les banques suisses 1996 Les banques suisses 1996 Communiqué de presse de juillet 1997 A fin 1996, 403 banques (1995: 413) ont remis leurs comptes annuels à la Banque nationale. Au total, 19 établissements ont été exclus de la

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier

Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Luxembourg, le 21 avril 211 Publication de comptes financiers du secteur privé non-financier Dans la mesure où le Service Central de la Statistique et des Etudes Economiques (STATEC) n'est pas encore à

Plus en détail

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise»

Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Rapport S 2.19-L «Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des sociétés d'assurance Entité luxembourgeoise» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction... 3 1.1 Population déclarante...

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES

CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES CREANCES ET DETTES EN MONNAIES ETRANGERES Objectif(s) : o o o Evaluation des créances et dettes libellées en monnaies étrangères, Traitements comptables : facturation, fin d'exercice, règlement, Conséquences

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Régulation financière et recomposition du système monétaire international

Régulation financière et recomposition du système monétaire international Régulation financière et recomposition du système monétaire international Jacques Mazier Dominique Plihon Centre d Economie de Paris Nord 16 décembre 2013 I/ La régulation financière et ses instruments

Plus en détail

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES

COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES COTATION BANQUE DE FRANCE UNE ÉVALUATION DES PERFORMANCES Juin 2015 SOMMAIRE 1. Précisions sur la cotation Banque de France et les statistiques présentées... 4 2. Statistiques 2015... 6 2.1. Discrimination

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

I - DE LA SUPERPUISSANCE A L HYPERPUISSANCE

I - DE LA SUPERPUISSANCE A L HYPERPUISSANCE Problématique : Quelles sont, en Amérique, les différentes sphères d'influence des États- Unis? Comment les États-Unis parviennent-ils à organiser la mondialisation à leur profit? I - DE LA SUPERPUISSANCE

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires

Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Rapport S 1.6 Informations sur les effets de valorisation sur le bilan des organismes de placement collectif non monétaires Banque centrale du Luxembourg 1 Introduction 1.1 Population déclarante Le rapport

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe 2009 SUJET 1 Le rôle de l information dans le fonctionnement

Plus en détail

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger

Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Interprétation IFRIC 16 Couvertures d un investissement net dans un établissement à l étranger Références IAS 8 Méthodes comptables, changements d estimations comptables et erreurs IAS 21 Effets des variations

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

2. Principes de la politique de placement

2. Principes de la politique de placement Directives générales de la Banque nationale suisse (BNS) sur la politique de placement du 27 mai 2004 (état le 1 er avril 2015) 1. But et champ d application Les présentes directives générales précisent

Plus en détail

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM

Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Chiffres clés de l assurance transport 2011 réalisés par l ABAM Contenu 1. Facultés : la Belgique reste dans le top 15... 2 2. La branche CMR reste dans le vert... 3 3. Corps fluviaux... 4 4. Corps maritimes...

Plus en détail

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II

Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Améliorations 2014 des Normes comptables pour les entreprises à capital fermé Historique et fondement des conclusions Manuel de CPA Canada Comptabilité, Partie II Avant-propos En octobre 2014, le Conseil

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 3: Quelle est la place de l'union Européenne dans l'économie globale? Être capable de définir Notions à acquérir

Plus en détail

Observation et conjoncture économique

Observation et conjoncture économique Observation et conjoncture économique Les Comptes d Accumulations L accumulation de la richesse des SI est retracée dans les comptes d accumulations - Le compte de capital: la richesse non financière -

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique

Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Cote du document: EB 2008/93/R.21 Point de l ordre du jour: 11 b) ii) Date: 24 avril 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour les deux premiers

Plus en détail

Dessous d une balance commerciale. Econosphères X Dupret (Gresea) 25 mai 2012

Dessous d une balance commerciale. Econosphères X Dupret (Gresea) 25 mai 2012 Dessous d une balance commerciale Econosphères X Dupret (Gresea) 25 mai 2012 Objectifs 1. Revenir sur les concepts 2. Données pour la Belgique 3. Lecture descriptive et critique Concept (1) Balance commerciale

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015 Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013?

UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? ACTUALITÉS EUROPÉENNES n 49 janvier 2012 UE-27 : quelles prévisions de croissance économique en 2012 et 2013? par Pierre Verluise, Directeur de recherche à l IRIS, Directeur du site géopolitique www.diploweb.com

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique

La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique IP/97/507 Bruxelles, 10 juin 1997 La Commission publie un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique Un Livre vert sur les retraites complémentaires dans le marché unique a été

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie.

Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Cours Page 1 Thème 1 : La monnaie et le financement de l'économie. mardi 14 septembre 2010 13:02 Chapitre 1 : Les fonctions et les formes de la monnaie. Chapitre 2 : La création monétaire. Chapitre 3 :

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale

Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale Vers une meilleure prise en compte de l intermédiation financière en comptabilité nationale La comptabilité nationale recense deux types de production des intermédiaires financiers. La première est directement

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue.

FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment il évolue. FIN-INTER-02 LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 4 heures. Objectifs : Comprendre les déterminants du taux de change. D'où il vient, comment

Plus en détail

Le Protocole de Madrid (Octobre 1997)

Le Protocole de Madrid (Octobre 1997) MARQUES Le Protocole de Madrid (Octobre 1997) Le Protocole de Madrid : une nouvelle possibilité pour les entreprises françaises de protéger leurs marques à l'étranger Le système de la marque internationale

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT

COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT COMMERCE INTERNATIONAL, CROISSANCE ET DEVELOPPEMENT I) L'internationalisation des échanges A) Mesurer les échanges La balance des paiements Le taux d'ouverture La part de marché Le taux de pénétration

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta

La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta La tentation du risque Nécessité stratégique de la couverture du risque de change Résumé* J. Benetti, Th. Häfliger, Ph. Valta PICTET STRATEGIC ADVISORY GROUP JUIN 2004 Une prise de risques à calculer En

Plus en détail

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3%

Structure du marché Vie & Capi en 2013 selon le mode de distribution -Source : FFSA Autres 3% La place de l assurance chez les bancassureurs Depuis de nombreuses années, on sait que les bancassureurs se sont accaparés plus de 60 % du marché de l assurance vie. Cette part de marché est maintenant

Plus en détail

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie

Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Théorie keynésienne : le rôle de la monnaie Le rôle de la monnaie Toute la théorie keynésienne repose sur la prise en compte de l'existence de la monnaie. Si la monnaie n'existait pas, les ménages devraient

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2006 Direction de la Balance des paiements Service des Opérations internationales des banques et des administrations

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS

POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS POLITIQUE D EXECUTION DES ORDRES SUR INSTRUMENTS FINANCIERS La présente section vise à vous communiquer, conformément à la Directive, des informations sur la politique d exécution des ordres sur instruments

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS)

LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) LE MÉCANISME DE SAUVEGARDE SPÉCIALE (MSS) FONDÉ SUR LE VOLUME : ANALYSE DES CONDITIONS PRÉVUES AU TEXTE RÉVISÉ EN DÉCEMBRE 2008 DU PROJET DE MODALITÉS CONCERNANT L AGRICULTURE À L OMC RÉSUMÉ Genève, Suisse

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Problèmes Économiques Numéro 3110 - deuxième quinzaine avril 2015

Problèmes Économiques Numéro 3110 - deuxième quinzaine avril 2015 Pages 8 à 9. Le système financier : les chiffres clés. Problèmes Économiques Numéro 3110 - deuxième quinzaine avril 2015 Double page constituée de huit encadrés fournissant des informations chiffrées sur

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196

512 Bq 1196 4151 avances et acompte reçu 1196. 44580 TVA à régulariser 196 44571 TVA collectée 196 K = 50 000 euros Vente prestation et entretien = 4 000 euros 15/03/n+1 Acompte du 25 15/034/n+1 Facturation 15/04/n+1 Règlement 30 jours fin de mois Réception de l acompte : 512 Bq 1196 4151 avances et

Plus en détail