6.1. Quels indicateurs peuvent Étre mis au point au niveau de l Union pour assurer le suivi des caractäristiques et des tendances de la

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "6.1. Quels indicateurs peuvent Étre mis au point au niveau de l Union pour assurer le suivi des caractäristiques et des tendances de la"

Transcription

1 4.4. Comment peut-on favoriser la complämentaritä des politiques communautaires et nationales dans un souci d amälioration de la cohäsion territoriale? Si on considäre que la cohåsion territoriale råpond Ç une politique multipolaire, alors il est nåcessaire de dåfinir les axes d une politique unique avec des niveaux de responsabilitå qui s inscrivent dans le cadre de la subsidiaritå. L Union EuropÅenne ayant dåfini ce que devraient Ñtre les Ö zones måtropolitaines Ü, leur dåveloppement pourrait Ñtre assurå et contrálå par les services de la Commission, les páles intermådiaires relevant Ç paritå des Etats membres et des RÅgions dont ils dåpendent. 5. Nouveaux partenariats territoriaux 5.1. La participation de nouveaux acteurs par exemple les acteurs de l Äconomie sociale, de parties prenantes locales, d associations d intärét gänäral ou encore d ONG Ñ l Älaboration des politiques est-elle näcessaire Ñ la cohäsion territoriale? La gouvernance locale se construit avec l ensemble des acteurs proposås dans votre question, c est sur la base de cette gouvernance locale que doivent se construire les futures politiques de l Union. Pour renforcer l Åmergence de cette nouvelle gouvernance, peut-ñtre pourrait-on exiger un partenariat multiple au niveau des territoires. Il faut noter que dåjç beaucoup de partenaires multiples sont impliquås dans les projets de coopåration territoriaux. A l inverse, il faut sans doute veiller Ç ne pas cråer des officines spåcialisåes dans la gestion des fonds europåens dådiås Ç la cohåsion territoriale et donc mettre en place des outils de contrále spåcifiques. 6. AmÄliorer la comprähension de la cohäsion territoriale 6.1. Quels indicateurs peuvent Étre mis au point au niveau de l Union pour assurer le suivi des caractäristiques et des tendances de la cohäsion territoriale? Quels sont les diffårents ÅlÅments qui pourraient marquer une progression de la cohåsion territoriale au niveau de l Union? De nouveaux critäres doivent Ñtre recherchås comme l accäs pour tous aux services publics de qualitå, de la Ö qualitå de vie Ü, de dåveloppement Åconomique et social et ce au niveau infra-rågional. Bien des indices pourraient Ñtre imaginås pour constater le råsultat des politiques de l Union concernant la cohåsion territoriale. La question peut Ñtre conjuguåe avec la nåcessitå d Åvaluer ces politiques ; däs lors notre proposition de cråation d un observatoire europåen de la cohåsion territoriale pourrait, une fois encore, råpondre Ç cette exigence d Åvaluation et de conseil. 10

2 des zones atlantiques associå Ç une unitå de gestion des fonds de coopåration en lien avec les organisations repråsentatives rågionales (CRPM et CVAA). 4. Une meilleure coordination Le principe de subsidiaritå devrait s appliquer Ç la politique de cohåsion territoriale De quelle maniöre la coordination entre les politiques territoriales et sectorielle peut-elle Étre amälioräe? Il y a parfois des contradictions entre les politiques territoriales et sectorielles car la plupart des projets de coopåration territoriale råpondent Ç des prioritås dictåes par les politiques sectorielles. La coordination entre les deux doit amener Ç renforcer les actions prioritaires de l Union europåenne. Il faut donner plus aux projets de coopåration territoriaux qui råpondent aux objectifs des politiques sectorielles de l Union et que le Commissaire chargå de la cohåsion territoriale agisse en coordinateur des politiques prioritaires de l Union pour les diffuser sur les territoires de l Union. Cette politique territoriale doit Ñtre transversale Dans l Älaboration de quelles politiques sectorielles serait-il utile d accorder une plus grande attention aux consäquences territoriales? Quels outils pourraient Étre mis au point Ñ cet Ägard? Vu de la position territorialisåe qui est la nátre, l envie serait grande de voir les consåquences territoriales de toutes les politiques prises en compte, voire Åvaluer avant leur adoption. DÄs lors, ne faudrait-il pas se poser la question inverse en s interrogeant syståmatiquement sur les consåquences des politiques sectorielles pour les territoires? Un observatoire permanent pourrait råpondre Ç cette question, permettre de mieux pråparer les territoires aux consåquences des politiques sectorielles mises en place et pråvoir leur mise en application sur le terrain De quelle maniöre la cohärence des politiques territoriales peutelle Étre renforcäe? Notre sentiment est qu il faut aller plus loin dans le dåpassement des frontiäres et la coopåration transfrontaliäre. Il faudrait travailler Ç une meilleure coordination des actions entre RÅgions europåennes. Par exemple, l espace Atlantique, FinistÄre Ouest de l Europe, dialogue avec les autres rågions påriphåriques pour partager les meilleures pratiques et construire aussi des espaces de coopåration et de dåveloppement dans le respect de la stratågie de Lisbonne. On peut Ågalement s interroger sur les limites d une politique trop rågionalisåe ; ne faudrait-il pas coordonner les actions au niveau des diffårents territoires pour assurer une cohårence globale des politiques de l Union? 9

3 Les aires urbaines de l Ouest de la France L aire Urbaine de Nantes ( hbts ) est au cœur d une zone particuliçrement dense et forme avec le réseau Loire Bretagne, un espace métropolitain de plus de 2,5 millions d habitants Cette reconnaissance des páles måtropolitains permettra en outre Ç la Commission de mieux contráler ses actions de financement et d agir concrätement dans le cadre de la stratågie de Lisbonne de compåtitivitå des territoires De nouvelles formes de coopérations territoriales sont-elles nécessaires? Il convient d abord de conforter les outils actuels de coopåration, en rååquilibrant les dotations financiäres et en inscrivant le financement par projet comme prioritaire. Ensuite, si la Commission retient la cråation de Ö Zones måtropolitaines de dåveloppement Ü, il faudra alors Åtablir des rägles de coopåration entre ces Zones et les RÅgions qui les entourent dans le but de renforcer la compåtitivitå des territoires dans l objectif de la stratågie de Lisbonne. Enfin, les associations de coopåration entre territoires doivent Ñtre reconnues et soutenues pour leurs actions comme des partenaires importants favorisant l Åmergence de projets de coopåration. Ces associations doivent Ñtre encouragåes par des financements directs au titre de leur soutien Ç l esprit coopåratif transfrontalier. En retour, elles devront faire un rapport pråcisant le nombre de projets impliquant leurs membres et comment elles ont participå Ç la mise au point du projet Est-il nécessaire de créer de nouveaux instruments législatifs et outils de gestion visant à faciliter la coopération, notamment dans les Régions Frontalières Extérieures? Le caractäre spåcifique des rågions påriphåriques Åtant reconnu, il paraàt nåcessaire de cråer un outil spåcifique d Åtude et de suivi de ces territoires, et de cråer un programme de coopåration pour les territoires frontaliers extårieurs de l Ouest (Atlantique) et de l Est. Par son positionnement central dans l espace Atlantique, la MÅtropole Nantaise est candidate pour accueillir un observatoire du dåveloppement 8

4 aupräs des zones urbaines pour la Commission. Les zones urbaines pråsentent aussi des caractåristiques spåcifiques qu il faut prendre en compte, et la politique de cohåsion ne peut pas ignorer les disparitås fortes qui existent Ç l intårieur des zones urbaines. En ce qui concerne la lutte contre les dåräglements climatiques, c est aussi grâce aux actions menåes dans les villes que l Europe pourra atteindre les objectifs qu elle s est fixåe. C est pourquoi la question de la cohåsion territoriale doit aussi aborder ces questions Ç travers des politiques ambitieuses de transports urbains durables, d Ånergie, de rånovation urbaine et de soutien aux populations les plus fragiles. La future politique de cohåsion ne pourra par ignorer les disparitås entre les territoires sur ces questions en mettant en place des mesures incitatives fortes et en soutenant les territoires qui s engagent sur ce terrain. 3. Une meilleure coopération 3.1. Quel rôle la Commission peut-elle jouer afin de favoriser et soutenir la cohésion territoriale? La Commission a un rále essentiel d entraànement et de soutien Ç la coopåration transfrontaliäre et rågionale, d une part Ç travers les programmes rågionaux, d autre part Ç travers les programmes spåcifiques. Pour assurer une participation plus large des acteurs des territoires, notamment les villes, la Commission pourrait s appuyer sur les gouvernements des Ö Functional metropolitan areas Ü, en faire des interlocuteurs directs pour dåvelopper des projets de dåveloppement en råseau avec les páles secondaires et entre les diffårents páles måtropolitains Ç travers les RÅgions. Pour dåvelopper les coopårations, nous proposons de råcompenser les territoires qui jouent le jeu de la coopåration et de doter de moyens spåcifiques ceux qui s engagent Ç aider les autres Ç monter ou accompagner des projets. Le soutien Ç la coopåration est une affaire qui devrait se traiter directement entre les gouvernements territoriaux et les services de la Commission. Il faut donc reconnaàtre les cœurs de zones måtropolitaines comme des interlocuteurs directs, au mñme titre que les RÅgions et de faãon complåmentaire. Ainsi la Commission marquera son choix d un soutien au dåveloppement de ces páles et permettra aux RÅgions d agir sur le cœur de leurs politiques, l amånagement du territoire autour des zones måtropolitaines. 7

5 Bas), soit par la mer (Grand Port Maritime de Nantes-Saint Nazaire) ; soit par l avion (AÅroport International de Nantes) ; soit par le train (ligne TGV) ; soit enfin par la route. Toutes ces liaisons doivent Ñtre confortåes et de nouvelles liaisons doivent Ñtre ouvertes pour renforcer la polaritå Atlantique et faire de cette zone måtropolitaine un pále de centralitå et de dåveloppement de la Faãade Atlantique Ç l identique de Bilbao en Espagne (Pays Basque), Lisbonne au Portugal, Dublin en Irlande, Liverpool-Manchester en Angleterre, Glasgow en Ecosse. Il est donc nåcessaire de renforcer les liaisons entre ces territoires et de renforcer les liaisons avec les autres territoires europåens, notamment les territoires de l Est et du Sud de l Europe par des liaisons directes. Il reste beaucoup Ç faire pour conforter ce pále. La RÅgion Ouest Atlantique ne bånåficie pas de liaison directe en TGV avec Bruxelles par exemple. Dans une perspective d un dåveloppement durable et respectueux de l environnement, il convient de privilågier des modes de transports plus Åconomes en Ånergie et les plus sårs. La question d une liaison maritime de type Ö Autoroute de la Mer Ü entre Bilbao et Nantes-Saint Nazaire participera pleinement Ç l objectif de råduction des Åmissions de gaz Ç effet de serre ; elle pourra Ñtre complåtåe d un dåveloppement du fret ferroviaire au dåpart de Nantes-Saint Nazaire. La question spécifique des zones urbaines : la Commission reconnait dans sa communication «la dimension urbaine des programmes opérationnels». Dans le respect de la charte de Leipzig, nous appelons Ç une reconnaissance de la ville comme ÅlÅment moteur du dåveloppement de la compåtitivitå europåenne et donc Ç la nåcessitå d agir directement 6

6 2.3. Les rägions ayant des caractäristiques gäographiques particuliöres doivent-elles faire l objet de mesures späcifiques? Si oui, lesquelles? A l heure actuelle, nous constatons un niveau de services d intårñt gånåral (SIG) diffårent entre les territoires quelle que soit leur densitå. Il faut reconnaàtre le caractäre spåcifique de certains territoires pour permettre le dåveloppement ultårieur des SIG sur l ensemble de l Europe. SituÅ au cœur de l Ouest de l Europe, le grand Ouest franãais autour de la zone måtropolitaine nantaise se positionne comme un pále d Åquilibre entre les rågions atlantiques et le reste de l Europe. Cette zone måtropolitaine atlantique est dåjç reliåe Ç de nombreux territoires au Sud (Espagne, Portugal) et au Nord (Irlande Grande Bretagne et Pays- 5

7 1.1. Quels nouveaux ÄlÄments la cohäsion territoriale pourrait-elle apporter Ñ la politique actuelle de l Union europäenne en matiöre de cohäsion Äconomique et sociale? La cohåsion territoriale doit d abord Ñtre considåråe comme un outil de dåveloppement et de renforcement de la compåtitivitå de l ensemble de l Europe. En amåliorant l accessibilitå des territoires, en reconnaissant les Ö functional metropolitan areas Ü comme des páles rågionaux de dåveloppement capables d entraàner les rågions qui les entourent, la politique de cohåsion territoriale permet Ç tous les EuropÅens de profiter de cette politique. Il s agit de renforcer des páles qui pourront Ñtre les fers-de-lance de la compåtitivitå europåenne dans les nouveaux Etats Membres et dans les rågions påriphåriques de l Europe. Pour cela, il convient de renforcer les Åchanges entre ces territoires et le cœur de l Europe (banane bleue) et surtout entre ces territoires eux-mñmes. Il faut dåvelopper des centres de recherches et des centres universitaires nouveaux ou renforcer ceux qui existent. 2. Ampleur et portäe de la cohäsion territoriale 2.1. L Union europäenne peut-elle favoriser la cohäsion territoriale? De quelle maniöre peut-elle y contribuer tout en respectant le principe de subsidiaritä? Une politique de cohåsion territoriale efficace s appuiera sur un partenariat fort entre les acteurs locaux et en particulier avec les råseaux de villes dont la ville principale pourrait Ñtre reconnue par l Union europåenne comme le centre d une Ö Functional metropolitan area Ü. Sans remettre en cause le principe de subsidiaritå, les services de la Commission europåenne pourraient cråer des programmes de coopåration avec ces Ö Functional metropolitan areas Ü par un partenariat spåcifique qui associerait les Etats Membres, les Gouvernements de ces Ö FMA s Ü et les services de la Commission europåenne Dans quelle mesure l Ächelle territoriale de l intervention politique doit-elle Étre adaptäe Ñ la nature des problömes abordäs? La compåtitivitå de l Europe dåpend avant tout de la compåtitivitå des villes europåennes. Ce sont les villes qui cråent la richesse, assurent la diffusion de la connaissance, financent le dåveloppement culturel et les industries cråatives Il est primordial pour l Union europåenne de cråer les conditions d un dialogue direct avec leurs gouvernements. De la mñme maniäre que la politique rågionale est reconnue par l Union comme un moyen de dialoguer avec les repråsentants des RÅgions, la nouvelle politique de cohåsion territoriale doit ouvrir une nouvelle Äre de relations entre l Union et les MÅtropoles qui maillent le territoire europåen et qui en assurent la charpente musculaire. La carte de l organisation spatiale de l espace Atlantique montre le maillage territorial qui se tisse autour des villes en formant des zones MÅtropolitaines Ç l Åchelle europåenne. 4

8 1. Définition de la cohésion territoriale La cohåsion territoriale est un concept garantissant une forme d ÅgalitÅ des EuropÅens les uns par rapport aux autres quel que soit leur lieu de råsidence. Pour faire face Ç ce nouveau dåfi, la politique de cohåsion territoriale doit råpondre au double objectif d ÅgalitÅ des chances et de renforcement de la compåtitivitå dans le respect de la StratÅgie de Lisbonne. C est la pråsence humaine qui cråe l activitå et le dåveloppement. Aujourd hui, cette pråsence s organise essentiellement autour des páles urbains. La cohåsion territoriale doit råpondre aux enjeux actuels d un dåveloppement durable, c est pourquoi nous souhaitons affirmer d emblåe que le modäle urbain dense garantit un dåveloppement durable en Europe, et doit se composer de páles urbains måtropolitains forts et de páles påriphåriques de moindre taille, socialement et Åconomiquement structurants. La cohåsion territoriale, un des objectifs de l Union europåenne dans le TraitÅ de Lisbonne, devrait devenir un objectif politique transversal de l Union, poursuivi au bånåfice de tous les citoyens europåens, dans le respect de la diversitå des villes et rågions de l Union europåenne. Les services publics sur les territoires sont garants de la cohåsion sociale et territoriale, au service de l'intårñt gånåral. L article 14 dans le traitå de Lisbonne reconnaàt l'existence et la nåcessitå des services publics en Europe. L'adoption d'une directive cadre transversale sur les services publics est nåcessaire pour garantir la reconnaissance des rågies directes, des dålågations de service public, du rále des intercommunalitås, de la sauvegarde de la påråquation tarifaire, mais aussi du financement du logement social, de la santå publique et du rågime des aides d'etat. La politique de cohåsion doit relayer les politiques de dåveloppement durable en assurant un Åquilibre entre les territoires urbains Ç forte compåtitivitå et les zones faiblement peuplåes qui forment un råservoir de zones naturelles en Europe. La cohåsion territoriale est le complåment de la cohåsion socio-åconomique, elle est horizontale (cohåsion spatiale) quand la seconde est verticale (cohåsion sociale). Enfin, la cohåsion territoriale s appuie sur une logique de polycentrisme Ç plusieurs Åchelles : europåenne, nationale, interrågionale, interurbaine et infra-urbaine. Il existe en Europe des zones de forte compåtitivitå et des zones påriphåriques qui ne råpondent pas aux mñmes critäres de compåtitivitå. La cohåsion territoriale doit aider ces zones Ç progresser par une meilleure accessibilitå et par une politique de polycentrisme qui renforce des páles de dåveloppement rågionaux (Ç l Åchelle europåenne) autour desquels s organisera un råseau de páles secondaires. Mais la cohåsion territoriale doit aussi s appliquer Ç l Åchelle des zones måtropolitaines, dans les villes, dans les quartiers, en particulier dans les moins favorisås d entredeux. La cohåsion territoriale est un concept transversal qui doit impacter däs lors toutes les politiques sectorielles mises en œuvre par la Commission dont les råpercussions ont un impact sur la structuration du territoire europåen. 3

9 FICHE D IDENTITE Nantes MÅtropole est une communautå urbaine de präs de habitants regroupant 24 communes de l agglomåration de Nantes, la ville centre ( habitants, sixiäme ville de France). Elle est la principale agglomåration de la faãade atlantique franãaise, avec une croissance dåmographique et Åconomique qui la place parmi les toute premiäres en France et en Europe Occidentale. L espace måtropolitain Nantes-Saint Nazaire se construit autour de l Estuaire de la Loire pour une population de plus d un million d habitants. Au sein du råseau MÅtropolitain Loire-Bretagne, les agglomårations de Nantes, Rennes ( habitants), Angers ( ) et Brest ( ) collaborent pour construire un espace commun de dåveloppement et de cohåsion, renforãant ainsi l attractivitå de notre territoire. La Gouvernance Locale : Jean-Marc Ayrault est Maire de Nantes depuis 1989 et PrÅsident de Nantes MÅtropole. Pour conduire sa mission, le pråsident s appuie sur une trentaine de vice-pråsidents et sur une administration de collaborateurs. Un conseil de dåveloppement råunit les acteurs du territoire souhaitant apporter leur expertise aux Ålus et un nouveau Conseil Ç l AttractivitÅ Internationale a ÅtÅ cråå pour accompagner l internationalisation de la MÅtropole. Les räseaux europäens : Nantes MÅtropole, membre du comitå exåcutif d Eurocities et de la ConfÅrence des Villes de l Arc Atlantique, participe Ç de nombreux programmes et projets de coopåration parmi lesquels : Ecce, Concerto, Civitas Nantes MÅtropole coopäre dans le cadre des projets Interreg ENO et Interreg Espace Atlantique. Cette contribution a ÄtÄ rädigäe sous la coordination du Service Europe de Nantes MÄtropole avec le concours de l Agence d Urbanisme de la RÄgion Nantaise (AURAN) Contact : Nantes MÄtropole Direction de l AttractivitÄ Internationale, Service Europe 2, Cours du Champ de Mars NANTES (FrÄdÄric VALLIER : ) 2

10 Débat européen sur la cohésion territoriale Contribution de Nantes Métropole

Ålaboration de la deuxiçme Étape de l Agenda 21 de l Essonne

Ålaboration de la deuxiçme Étape de l Agenda 21 de l Essonne CONSEIL GENERAL DE L'ESSONNE Ålaboration de la deuxiçme Étape de l Agenda 21 de l Essonne RÄunion du 11/ 09 / 08 Animation territoriale Identifier, capitaliser et diffuser les bonnes pratiques pour favoriser

Plus en détail

Avant-propos. Rappel des 4 axes de la Charte du Pays Avallonnais

Avant-propos. Rappel des 4 axes de la Charte du Pays Avallonnais Avant-propos Le projet territorial du Pays Avallonnais, traduit par ce nouveau contrat 2007-2013, se veut une expression locale du däveloppement durable. Il poursuit en cela les 5 finalitäs 1 ÄnoncÄes

Plus en détail

MED-Amin: une initiative multilatärale de suivi des marchäs pour la säcuritä alimentaire en MÄditerranÄe

MED-Amin: une initiative multilatärale de suivi des marchäs pour la säcuritä alimentaire en MÄditerranÄe MED-Amin: une initiative multilatärale de suivi des marchäs pour la säcuritä alimentaire en MÄditerranÄe Christine Ton Nu Adjointe au Directeur, CIHEAM-Montpellier Co-coordinatrice du råseau MED-Amin Nicolas

Plus en détail

Open Data Nantes, un appel Ä projets innovants

Open Data Nantes, un appel Ä projets innovants Open Data Nantes, un appel Ä projets innovants Dans le cadre de l ouverture des donnçes publiques, Nantes MÇtropole, la Ville de Nantes et leurs partenaires lancent un appel Ä projets innovants rçutilisant

Plus en détail

Les métiers de la distribution. Rapport final

Les métiers de la distribution. Rapport final Branche professionnelle des Industries Electriques et Gazières Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications Les métiers de la distribution Rapport final Décembre 2008 Page 1 sur 200 Sommaire

Plus en détail

Statuts CITEC Suisse

Statuts CITEC Suisse Statuts CITEC Suisse I. Nom, siäge, buts Art. 1 Art. 2 Nom et siäge Sous le nom de CITEC Suisse (dånommåe ci-apräs association), est crååe une sociåtå dans le sens du Code civil suisse. L'association a

Plus en détail

LE PROJET CLUB. Le projet associatif, pour construire l avenir de notre club

LE PROJET CLUB. Le projet associatif, pour construire l avenir de notre club LE PROJET CLUB DE Le projet associatif, pour construire l avenir de notre club PROJET CLUB MODE D EMPLOI De nombreux clubs sont däjå enträs dans la dämarche de projet. Le präsent outil, n est pas un format

Plus en détail

Formation Continue en KinÄsithÄrapie LibÄrale

Formation Continue en KinÄsithÄrapie LibÄrale Formation Continue en KinÄsithÄrapie LibÄrale Etat des lieux Janvier 2012 Formation Continue des MK Dominique MIZERA Janvier 2012 Page 1 sur 34 Principes mäthodologiques...3 PrÄambule...4 CompÄtences utiles

Plus en détail

Z A C P A U L C L A U D E L T R A N C H E 4 MISSION D ETUDE DE POLLUTION DES SOLS. C a h i e r d e s C l a u s e s P a r t i c u l i Ç r e s

Z A C P A U L C L A U D E L T R A N C H E 4 MISSION D ETUDE DE POLLUTION DES SOLS. C a h i e r d e s C l a u s e s P a r t i c u l i Ç r e s Z A C P A U L C L A U D E L T R A N C H E 4 MarchÄ de services : MISSION D ETUDE DE POLLUTION DES SOLS C a h i e r d e s C l a u s e s P a r t i c u l i Ç r e s ProcÄdure adaptäe en application de l article

Plus en détail

LYON LA DUCHERE INAUGURATION DE LA RESIDENCE REGARD 9 / GENERATION 9 COTE COEUR

LYON LA DUCHERE INAUGURATION DE LA RESIDENCE REGARD 9 / GENERATION 9 COTE COEUR LYON LA DUCHERE INAUGURATION DE LA RESIDENCE REGARD 9 / GENERATION 9 COTE COEUR Dossier de presse Avril 2010 SOMMAIRE GÄnÄration 9 CÅtÄ Cœur / Regard 9 La mixitä au cœur de l Élot p. 3 Le logement Ä La

Plus en détail

ÉCOLE CENTRALE PARIS MASTÈRE SPECIALISÉ

ÉCOLE CENTRALE PARIS MASTÈRE SPECIALISÉ ÉCOLE CENTRALE PARIS MASTÈRE SPECIALISÉ MS TECHNOLOGIES DE L'INFORMARION ET DU NUMERIQUE - BRANCHE MANAGEMENT DES SYSTEMES D'INFORMATION Objectifs Les technologies de l information et de la communication

Plus en détail

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS

CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS CHARTE DE L INVESTISSEMENT RESPONSABLE (IR) DES ACTEURS DE LA PLACE DE PARIS 1 Paris, le 2 juillet 2009 La crise financiåre pose, aujourd hui, la question du rçle et du mode de fonctionnement des marchés

Plus en détail

RÄglement de Consultation Marché de Travaux. CrÄation d une voirie temporaire, rue des Trois Baisers

RÄglement de Consultation Marché de Travaux. CrÄation d une voirie temporaire, rue des Trois Baisers RÄglement de Consultation Marché de Travaux MARCHES PROCEDURE ADAPTEE CrÄation d une voirie temporaire, rue des Trois Baisers MaÇtre d Ouvrage Amiens AmÄnagement 14 boulevard d Alsace Lorraine - 80011

Plus en détail

SCHEMA DIRECTEUR UNIVERSITE AMIENS CENTRE VILLE

SCHEMA DIRECTEUR UNIVERSITE AMIENS CENTRE VILLE SCHEMA DIRECTEUR UNIVERSITE AMIENS CENTRE VILLE Préconisations en matière de développement durable Page 2 sur 13 SOMMAIRE I. PrÄservation des espåces animales...3...3...3 II. PrÄservation des espaces vägätalisäs...4...4...4

Plus en détail

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE

SANTE ALIMENTATION EN ENTREPRISE SANTE ET ALIMENTATION EN ENTREPRISE Nicolas Rouig Diététicien Nutritionniste La santä et l alimentation jouent un rçle dans votre entreprise La santé est un des éléments de bien-étre au travail comme dans

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières

Cahier des clauses techniques particulières Marchés Ordonnance Prestations intellectuelles ACCORD-CADRE DIAGNOSTIC AMIANTE ET PLOMB AVANT TRAVAUX ET/OU AVANT DEMOLITION Cahier des clauses techniques particulières Sommaire 1 ARTICLE 1 -GENERALITES...3

Plus en détail

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration

A. Conditions de pråparation et d organisation des travaux du Conseil d Administration RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PREPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET SUR LES PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE MISES EN PLACE PAR

Plus en détail

[Programme pluriannuel et Plan Stratégique 2012-2015]

[Programme pluriannuel et Plan Stratégique 2012-2015] [ w w w. l a c i t e - n a n t e s. f r ] [Programme pluriannuel et Plan Stratégique 2012-2015] Annexe 1 PLAN STRATEGIQUE 2012-2015 1 Sommaire Introduction...3 I Notre cadre de räfärence...6 II Une gouvernance

Plus en détail

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç

Ä Autour de la rupture pour motif Åconomique Ç Association franäaise de Droit du travail et de la SÅcuritÅ sociale ------------------------------------------- 5, rue du Renard 75004 Paris - fax : 01.42.71.24.27 mail : afdt.asso@gmail.com- http://www.afdt-asso.fr

Plus en détail

Paris Innovation Finance : ouverture d une påpiniçre dådiåe É la finance 5 rue d UzÇs. PrÅsentation É l attention des PME candidates 17 janvier 2011

Paris Innovation Finance : ouverture d une påpiniçre dådiåe É la finance 5 rue d UzÇs. PrÅsentation É l attention des PME candidates 17 janvier 2011 Paris Innovation Finance : ouverture d une påpiniçre dådiåe É la finance 5 rue d UzÇs PrÅsentation É l attention des PME candidates 17 janvier 2011 www.finance-innovation.org GenÄse du projet La cråation

Plus en détail

BTS Informatique de gestion (lycäe Rostand Chantilly) AMSI Chapitre 1 Introduction aux räseaux - Page 1 / 24

BTS Informatique de gestion (lycäe Rostand Chantilly) AMSI Chapitre 1 Introduction aux räseaux - Page 1 / 24 AMSI Chapitre 1 Introduction aux räseaux - Page 1 / 24 Objectifs et points du räfärentiel : S15 Architecture des räseaux o DÄcrire la structure et le fonctionnement d'une configuration räseau. o Identifier

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DE SERVICES QUALITE DE SERVICE DES ETABLISSEMENTS EXERCANT LE METIER D OPTICIEN

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DE SERVICES QUALITE DE SERVICE DES ETABLISSEMENTS EXERCANT LE METIER D OPTICIEN REFERENTIEL DE CERTIFICATION DE SERVICES QUALITE DE SERVICE DES ETABLISSEMENTS EXERCANT LE METIER D OPTICIEN RÄfÄrence : RE/OP/09 Version 1 Date : 16/04/2009 LE DEMANDEUR Bureau Veritas Certification Nom

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM

DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM DOSSIER DE PRESSE WWW.ENVIROFLUIDES.COM Site de e-commerce spécialisé dans les fluides industriels (froid, air comprimé, régulation,...) destiné principalement aux industriels, et spécialistes. Site proposant

Plus en détail

R.C. Règlement de Consultation VENTE DE SIX LOTS A BÂTIR INTERCAMPUS. TRANCHE 1 phase 1

R.C. Règlement de Consultation VENTE DE SIX LOTS A BÂTIR INTERCAMPUS. TRANCHE 1 phase 1 R.C. Règlement de Consultation VENTE DE SIX LOTS A BÂTIR INTERCAMPUS TRANCHE 1 phase 1 Aménageur Amiens AmÅnagement 80 rue La VallÅe 80011 AMIENS CEDEX 1 ReprÅsentÅ par Marie-Paule BOURGEADE TÅl : 03.22.22.37.52

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS-OUEST - IEJ HENRI MOTULSKY CRFPA SESSION 2013 PREPARATION A l'epreuve DE COMPTABILITE PRIVEE

UNIVERSITE PARIS-OUEST - IEJ HENRI MOTULSKY CRFPA SESSION 2013 PREPARATION A l'epreuve DE COMPTABILITE PRIVEE UNIVERSITE PARIS-OUEST - IEJ HENRI MOTULSKY CRFPA SESSION 2013 PREPARATION A l'epreuve DE COMPTABILITE PRIVEE ENSEIGNANT : Mr DEMAGNY Blog (pour informations et compläments de cours) : http://www.bloog.org/comptablog

Plus en détail

Lot 03 Menuiseries intärieures Cloisons intärieures - Plafonds

Lot 03 Menuiseries intärieures Cloisons intärieures - Plafonds (C.N.R.S) DÄlÄgation RÄgionale Aquitaine Limousin Esplanade Arts et MÄtiers BP 105 33402 TALENCE CEDEX RÄhabilitation du Centre de Recherche Paul Pascal Ç Pessac Lot 03 Menuiseries intärieures Cloisons

Plus en détail

Le Contrôle Judiciaire Socio-Éducatif (CJSE). Christophe WarmÄ (psychologue clinicien). Les grandes dates du contrôle judiciaire socio-éducatif :

Le Contrôle Judiciaire Socio-Éducatif (CJSE). Christophe WarmÄ (psychologue clinicien). Les grandes dates du contrôle judiciaire socio-éducatif : Le Contrôle Judiciaire Socio-Éducatif (CJSE). Christophe WarmÄ (psychologue clinicien). AprÄs quelques annåes de pratique professionnelle dans le champ du CJSE, j ai pu percevoir le manque d informations

Plus en détail

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence!

Ecoute. EfficacitÄ. DiscrÄtion. Notre force vient de notre diffärence! Ecoute EfficacitÄ DiscrÄtion Notre force vient de notre diffärence! 1 PrÄsentation 2 Ecoute, efficacitä et discrätion : Depuis 2003, C NET 15 met ses compätences en pratique en y intägrant une valeur supplämentaire,

Plus en détail

Vendredi 6 juillet 2012 de 08H30 Ä 17H30

Vendredi 6 juillet 2012 de 08H30 Ä 17H30 Depuis 6 ans däjå plus de 20 000 participants Å nos manifestations Vendredi 6 juillet 2012 de 08H30 Ä 17H30 Espace Haussmann Saint Lazare 92 rue Saint-Lazare 75009 Paris Ñ Ceux qui pensent qu il est impossible

Plus en détail

REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information

REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information REGIME FRAIS DE SANTE Notice d information PrÄambule : Par accord du les partenaires sociaux de la branche professionnelle des hétels cafäs restaurants ont mis en place un rägime complämentaire de frais

Plus en détail

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes Le marchä des professionnels 1 INTRODUCTION Les attentes des professionnels Quels sont les attentes des professionnels vis Ä vis de la banque? A titre privå A titre professionnel 2 INTRODUCTION Les attentes

Plus en détail

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002

PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002 1 PROCES-VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU 16 MAI 2002 Le Conseil Municipal de la ville de Fontenay-aux-Roses, lägalement convoquä le dix mai deux mille deux, s est assemblä au lieu ordinaire

Plus en détail

Cahier des clauses administratives particulières

Cahier des clauses administratives particulières Marchés Ordonnance Prestations intellectuelles ZAC GARE LA VALLEE DIAGNOSTIC AMIANTE ET PLOMB AVANT DEMOLITION Cahier des clauses administratives particulières Octobre 2011 Diagnostics amiante et plomb

Plus en détail

Evaluer et contråler vos fournisseurs

Evaluer et contråler vos fournisseurs Les JournÄes QualitÄ SÄcuritÄ Environnement Evaluer et contråler vos fournisseurs Date : 08 avril 2008 Bureau Veritas 53-55 rue Crozatier 75578 PARIS Cedex 12 TÄl : 01 58 51 58 00 / Fax : 01 58 51 58 37

Plus en détail

Nantes MÄtropole - Service Politique de l Habitat Bilan PLH 2008 FÄvrier 2009 - 1 -

Nantes MÄtropole - Service Politique de l Habitat Bilan PLH 2008 FÄvrier 2009 - 1 - - 1 - SOMMAIRE INTRODUCTION AXE I RELANCER LA PRODUCTION DE L HABITAT p3 p4 1 Le däveloppement de l offre p4 La construction neuve en 28 p4 La commercialisation des logements neufs p6 2 L action dans le

Plus en détail

E X T R A I T D U R E G I S T R E D E S D E L I B E R A T I O N S D U C O N S E I L M U N I C I P A L

E X T R A I T D U R E G I S T R E D E S D E L I B E R A T I O N S D U C O N S E I L M U N I C I P A L Nombre de Conseillers : En exercice : 14 PrÄsents : 14 Votants : 14 E X T R A I T D U R E G I S T R E D E S D E L I B E R A T I O N S D U C O N S E I L M U N I C I P A L L an deux mil dix, le quatre fåvrier

Plus en détail

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes

MarchÄ des professionnels. Le marchä des professionnels. Commentaires. Prise de notes Le marchä des professionnels 1 Rappels de la formation präcädente 2 Aujourd hui : STATUTS JURDQUE, FSCAL, SOCAL 3 STATUTS JURDQUE, FSCAL, SOCAL Sommaire 1 Quelques notions essentielles MarchÄ des professionnels

Plus en détail

Déclaration préalable du 5 avril 2011

Déclaration préalable du 5 avril 2011 FORCES DE VENTE Ouverture de négociations Dans le cadre de la nägociation du 15 mars 2011, la 1 Åre bilatärale a eu lieu le 5 avril 2011. AprÅs le succås du mouvement national du 5 octobre 2010, la CGT

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER DE GAILLAC

CENTRE HOSPITALIER DE GAILLAC CENTRE HOSPITALIER DE GAILLAC REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT (avril 2006) SOMMAIRE 1 1. GARANTIES DES DROITS DES RESIDENTSÄÄÄÄÄÄÄÄÄÄÄ..page 2 A. Projet dåçtablissement É Projet de vieääääääääääää...page 2

Plus en détail

La cohärence cardiaque

La cohärence cardiaque La cohärence cardiaque La solution HeartMath Å Traditionnellement le cœur est associä aux Ämotions et aux sentiments Et cela n est pas seulement une mätaphore poätique Il existe une action räciproque entre

Plus en détail

Parlons de. et de notre expertise. Vous Ütes dirigeant de PME et vous souhaitez accålårer le dåveloppement commercial de votre entreprise?

Parlons de. et de notre expertise. Vous Ütes dirigeant de PME et vous souhaitez accålårer le dåveloppement commercial de votre entreprise? et de notre expertise Notre expertise: nous nous concentrons sur un des måtiers essentiels de l entreprise, la commercialisation des biens et services qu elle propose. A produit Åquivalent, la qualitå

Plus en détail

ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...)

ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...) Bulletin d infos de la section SDEN CGT 13 RetraitÄs Pour une retraite digne et combative ConfÄrence nationale des retraitäs (quelques räflexions...) SolidaritÄ et actions dans l'intergänärationnel telles

Plus en détail

EVALUATION DE PROJET. MÄmoire PROJET 2 : APPEL. Accompagnement de ProximitÄ Pour. les Entreprises Locales

EVALUATION DE PROJET. MÄmoire PROJET 2 : APPEL. Accompagnement de ProximitÄ Pour. les Entreprises Locales BENOMAR Yousra IMANSSAR Lamia SAAD Myriam CHHAN Ta maing RAUX GaÄlle SICONOLFI Vincent EVALUATION DE PROJET MÄmoire PROJET 2 : APPEL Accompagnement de ProximitÄ Pour les Entreprises Locales UniversitÅ

Plus en détail

Vu la loi du 13 mars 1937 ayant pour objet l organisation de l Industrie du taxi modifiåe par le dåcret 61-1207 du 2 novembre 1961,

Vu la loi du 13 mars 1937 ayant pour objet l organisation de l Industrie du taxi modifiåe par le dåcret 61-1207 du 2 novembre 1961, REPUBLIQUE FRANCAISE VILLE DE LYON EXTRAIT DU REGISTRE DES ARRETES DU MAIRE ArrÄtÅ NÇ 2005 TA 30 LE MAIRE DE LA VILLE DE LYON, Vu le Code GÅnÅral des CollectivitÅs Territoriales, Vu la loi du 13 mars 1937

Plus en détail

Notice du zonage d assainissement

Notice du zonage d assainissement Commune de SAINT JULIEN MONTDENIS Notice du zonage d assainissement Juin 2008 BP 314, Savoie Technolac, 73375 Le Bourget-du-Lac cedex TÅl / Fax : 04.79.25.34.50 alpepur@wanadoo.fr / www.alpepur.com Notice

Plus en détail

DESSIN TECHNIQUE CLASSIFICATION DES DESSINS PRESENTATION DU DESSIN TECHNIQUE INTRODUCTION

DESSIN TECHNIQUE CLASSIFICATION DES DESSINS PRESENTATION DU DESSIN TECHNIQUE INTRODUCTION INTRODUCTION Le dessin est un moyen d expression qui permet de transposer une idåe, un sentiment, un concept par un graphique plus ou moins pråcis. CLASSIFICATION DES DESSINS Le croquis; GÅnÅralement exåcutå

Plus en détail

La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7)

La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7) La professionnalisation au DESS ILTS de l UniversitÅ Denis Diderot (Paris 7) Michel Rochard, contribution au colloque international de l'universitä de Rennes 2 sur la professionnalisation des formations

Plus en détail

CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION. ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois

CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION. ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois CONSEIL EN MANAGEMENT ORGANISATION ET SYSTEME D INFORMATION ALTER ORGA SARL 3 rue Desgenettes 93110 Rosny sous Bois Contact : Daniel BERTRAND TÅl : 06 80 03 18 78 E-mail : daniel.bertrand@alter-orga.com

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES VALANT CAHIER DES CHARGES Pouvoir Adjudicateur : EPSoMS Intercommunal Georges Couthon & Nicolas Roussel 5-7 rue Pierre

Plus en détail

L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation

L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation L assurance dåpendance Estimation des matrices de transition ModÅlisation Massonnet Bruno AS-Consultant 105 bis, avenue Maurice Thorez 94200 Ivry sur Seine TÅl : +33 (0) 1 48 86 15 01 Fax : +33 (0) 1 48

Plus en détail

A L L O C A T I O N d E T U D E S : L E P O I N T ----------------------------------- --------------

A L L O C A T I O N d E T U D E S : L E P O I N T ----------------------------------- -------------- - 16 - B O U R S E S ------------- A L L O C A T I O N d E T U D E S : L E P O I N T ----------------------------------- -------------- S O M M A I R E - -=-=-=-=-=-=-=-=- 1) - Quelques rappels historiques

Plus en détail

Séminaire «Pratiques et recherches sur la concertation» Concertation en ligne / hors ligne

Séminaire «Pratiques et recherches sur la concertation» Concertation en ligne / hors ligne Séminaire «Pratiques et recherches sur la concertation» Concertation en ligne / hors ligne de 16h30 Ç 19h00 Avec Laurence Monnoyer-Smith (Professeure en Sciences de l'information et de la Communication

Plus en détail

Conventions 03 75 C 0093 et 06 75 C 0071 ADEME / SYPREA / FP2E / INERIS

Conventions 03 75 C 0093 et 06 75 C 0071 ADEME / SYPREA / FP2E / INERIS Conventions 03 75 C 0093 et 06 75 C 0071 ADEME / SYPREA / FP2E / INERIS Evaluation des risques sanitaires des filiäres d Çpandage des boues de stations d Çpuration RESUME version 1 du 15 octobre 2007 Version

Plus en détail

La newsletter 2012. Gestion et communication de crise : en faire un atout pour rebondir. 1- La situation aujourd hui : page 1

La newsletter 2012. Gestion et communication de crise : en faire un atout pour rebondir. 1- La situation aujourd hui : page 1 Gestion et communication de crise : en faire un atout pour rebondir Depuis 1991, date de cräation d AltÄris Environnement, nos consultants ont väcu la perte de confiance du public dans les autoritäs publiques

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE POUR LE PERSONNEL DES ENTREPRISES DE RESTAURATION DE COLLECTIVITES Syndicat National de la Restauration Collective 9 rue de la TrÄmoille 75008 PARIS TÄl : 01 56 62 16 16

Plus en détail

Ville de Lyon Direction de l Enfance DIRECTEUR (TRICE) D ETABLISSEMENT D ACCUEIL D ENFANTS DE 0 A 6 ANS

Ville de Lyon Direction de l Enfance DIRECTEUR (TRICE) D ETABLISSEMENT D ACCUEIL D ENFANTS DE 0 A 6 ANS DIRECTEUR (TRICE) D ETABLISSEMENT D ACCUEIL D ENFANTS DE 0 A 6 ANS Elle assure la responsabilitä de l Äquipement dans le respect du cadre räglementaire et de la räglementation Ville de Lyon. Elle est garante

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DÅlÅgation Aquitaine-Limousin Esplanade des Arts et MÅtiers 33402 TALENCE CEDEX

CENTRE NATIONAL DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE DÅlÅgation Aquitaine-Limousin Esplanade des Arts et MÅtiers 33402 TALENCE CEDEX AQUITAINE Omnium Technique d'etudes de la Construction et de l'equipement en Aquitaine SiÄge social : 126, rue des Quatre CastÅra 33 130 BEGLES SAS au capital de 250 000 - RCS Bordeaux B 341.724.052 CENTRE

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY

DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DE L ISERE DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL COMMUNE de LAFFREY SÅance du 1er dåcembre 2008 L an deux mil huit et le premier dåcembre Ç vingt heures trente, le Conseil

Plus en détail

Protection sociale, que conträler en prioritå? Philippe Warin

Protection sociale, que conträler en prioritå? Philippe Warin Protection sociale, que conträler en prioritå? Philippe Warin La lutte contre la fraude Ä la SÅcuritÅ sociale. Triche individuelle mais aussi fraude en råseau, arnaques en tout genre aux Assedic, pseudo-

Plus en détail

DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES

DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES MARCHE DE PRESTATION DE SERVICE D ASSURANCES DOMMAGE OUVRAGE/CONSTRUCTEUR NON REALISATEUR MARCHE A LOTS SEPARES CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES Procédure adaptée Pouvoir Adjudicateur :

Plus en détail

Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises. Édition de mai 2011

Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises. Édition de mai 2011 Maîtrise des risques et des crises : une réflexion croisée Édition de mai 2011 Un document du GT3P - groupe de travail partenarial public-privé - sur l approche commune des crises MINISTÈRE DU TRAVAIL,

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE GUIL Fr d ric 1 I.U.P. Sciences de gestion 2001 / 2002

RAPPORT DE STAGE GUIL Fr d ric 1 I.U.P. Sciences de gestion 2001 / 2002 1 AVANT-PROPOS Je tiens Å remercier tout particuliçrement Monsieur WOJTAZEWSKI, Directeur du magasin, Monsieur EFFROI, Directeur gestion logistique, HÄlÇne MATEO, Juliette RAKOTO, Corinne REY, Florelle

Plus en détail

SynthÄse de l Çtude sur les pratiques et les opinions des bailleurs du secteur privç sur les garanties demandçes aux locataires

SynthÄse de l Çtude sur les pratiques et les opinions des bailleurs du secteur privç sur les garanties demandçes aux locataires Centre de Recherche pour l Åtude et l Observation des Conditions de vie SynthÄse de l Çtude sur les pratiques et les opinions des bailleurs du secteur privç sur les garanties demandçes aux locataires DÄpartement

Plus en détail

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures

Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Concours d accås en 4 Äme annåe (Master 1) du Programme Grande Ecole Examen Type Epreuve de spåcialitå Marketing (Master Marketing) DurÅe : 3 heures Partie I : Questions (8 points) DÄfinissez les concepts

Plus en détail

METROPOLITAN LANGUES & APTITUDES. 151 rue de Billancourt 92100 BOULOGNE Carole MARTHE : 01 46 04 57 32 / cmarthe@metropolitan.fr

METROPOLITAN LANGUES & APTITUDES. 151 rue de Billancourt 92100 BOULOGNE Carole MARTHE : 01 46 04 57 32 / cmarthe@metropolitan.fr LANGUES Paris Ä RÅgion Parisienne : Boulogne (92) Ä Evry (91) Ä Marne la VallÅe (77) Province : råseau sur la France (Lyon Ä Nantes Lille - Marseille Ä Toulouse Ç) Etranger : Angleterre, Espagne Ç FORMATIONS

Plus en détail

Signature du contrat de diversification avec le ministäre des Affaires municipales et des RÅgions (MAMR) 28 mars 2007;

Signature du contrat de diversification avec le ministäre des Affaires municipales et des RÅgions (MAMR) 28 mars 2007; HISTORIQUE DES ÉVÉNEMENTS LA CHRONOLOGIE DES ÉVÉNEMENTS ET DES DÉMARCHES ENTREPRISES À CE JOUR (DEPUIS LE PRINTEMPS 2007) SE RÉSUME DE LA FAÇON SUIVANTE : Signature du contrat de diversification avec le

Plus en détail

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes

OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes OBSERVATOIRE des Vacances et des Loisirs des Enfants et des jeunes LES STAGIAIRES BAFA DU FINISTERE Octobre 2008 EnquÄte råalisåe pour La Direction DÅpartementale de la Jeunesse et des Sports du FinistÇre

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE RELATIF AU CONTROLE DES DECLARATIONS DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

GUIDE METHODOLOGIQUE RELATIF AU CONTROLE DES DECLARATIONS DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE M I N I S T E R E D E L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE L'ENVIRONNEMENT MinistÄre de l amçnagement du territoire et de l environnement Direction de la prçvention des pollutions et des risques Service de

Plus en détail

177,71 m2 de murs 41,46 m2 de boiserie les 93,96 m2 de sol Le 21 septembre protection du sol le grattage qualité de la finition rincer

177,71 m2 de murs 41,46 m2 de boiserie les 93,96 m2 de sol Le 21 septembre protection du sol le grattage qualité de la finition rincer Les ÄlÅves de la terminale Bac Pro AmÄnagement et Finition du BÇtiment du LycÄe des MÄtiers du BÇtiment Benjamin Franklin de La Rochette ränovent le couloir du 15Åme Ätage de l Inspection acadämique BÄatrice,

Plus en détail

Etude de faisabilit et de pr conisations pour la d couverte du patrimoine des murs p ches et la cr ation d un parcours d interpr tation du patrimoine

Etude de faisabilit et de pr conisations pour la d couverte du patrimoine des murs p ches et la cr ation d un parcours d interpr tation du patrimoine Etude de faisabilit et de pr conisations pour la d couverte du patrimoine des murs p ches et la cr ation d un parcours d interpr tation du patrimoine Comit de pilotage du 17 F vrier 2011 Sommaire 1. Rappel

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE TOUS RISQUES CHANTIER ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ET TOUS RISQUES CHANTIER CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE 1 PRESENTATION DE L OPERATION...3 1.1 - Lieu d implantation...3 1.2 - CaractÅristiques de l ouvrage...3 1.3 - Nature

Plus en détail

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES

TARIFS CONDITIONS GÉNÉRALES Centrale d emplois pour la Distribution TARIFS et CONDITIONS GÉNÉRALES http://www.distrijob.fr Offres d Emploi HT OFFRE D EMPLOI STANDARD Parution 2 x 30 jours - 1 poste, multi-rägions 1 offre 325.00 TARIFS

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES *** PRESTATIONS D ASSURANCES

CAHIER DES CHARGES *** PRESTATIONS D ASSURANCES *** PRESTATIONS D ASSURANCES SOMMAIRE 1.3. OBJET DU CONTRAT...5 1.5. CALCUL DE LA PRIME...9 2.1 DEFINITIONS...9 2.2 ACTIVITES GARANTIES...9 2.3 OBJET DU CONTRAT...9 2.4 EXTENSION DE GARANTIE AU RECOUVREMENT

Plus en détail

Convention pour la gestion et l exploitation de La CitÅ des CongrÇs de Nantes

Convention pour la gestion et l exploitation de La CitÅ des CongrÇs de Nantes Convention pour la gestion et l exploitation de La CitÅ des CongrÇs de Nantes Entre : NANTES METROPOLE CommunautÅ Urbaine, dont le siçge administratif est É Nantes (44000), 2 cours du Champ de Mars, repråsentåe

Plus en détail

BTS Informatique de gestion (lycäe Rostand Chantilly) AMSI Chapitre 3 Normalisation des räseaux - Page 1 / 19

BTS Informatique de gestion (lycäe Rostand Chantilly) AMSI Chapitre 3 Normalisation des räseaux - Page 1 / 19 AMSI Chapitre 3 Normalisation des räseaux - Page 1 / 19 Objectifs et points du räfärentiel : S15 Architecture des räseaux o DÄcrire la structure et le fonctionnement d'une configuration räseau. o Identifier

Plus en détail

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE GESTION DE LA QUALITE DES EAUX DE BAIGNADE

REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE GESTION DE LA QUALITE DES EAUX DE BAIGNADE REFERENTIEL DE CERTIFICATION DU SYSTEME DE GESTION DE LA QUALITE DES EAUX DE BAIGNADE Version 1 : 6 juin 2009 LISTE DES PARTICIPANTS A L ELABORATION DU REFERENTIEL ReprÄsentants des collectivitäs territoriales

Plus en détail

Agence Nationale de la Recherche Colloque Ä Bilan et perspectives Å Programme Ä SantÇ Environnement/SantÇ Travail Å

Agence Nationale de la Recherche Colloque Ä Bilan et perspectives Å Programme Ä SantÇ Environnement/SantÇ Travail Å Agence Nationale de la Recherche Colloque Ä Bilan et perspectives Å Programme Ä SantÇ Environnement/SantÇ Travail Å Le non-recours aux soins des actifs präcaires Article scientifique de synthäse Octobre

Plus en détail

Bulletin d information De la commune STE CROIX DE CADERLE. Les Conseil Municipaux. Les travaux. Les manifestations. Numéro 4

Bulletin d information De la commune STE CROIX DE CADERLE. Les Conseil Municipaux. Les travaux. Les manifestations. Numéro 4 Bulletin d information De la commune STE CROIX DE CADERLE Les Conseil Municipaux Les travaux Les manifestations de l ÅtÅ Numéro 4 2004 1 Le Mot du Maire La saison estivale est lä, les maisons secondaires

Plus en détail

18 Çme UniversitÉs du Management de Transition (8 Çme année)

18 Çme UniversitÉs du Management de Transition (8 Çme année) Depuis 8 ans, plus de 25 000 participants Ä nos manifestations 18 Çme UniversitÉs du Management de Transition (8 Çme année) MERCREDI 3 JUILLET 2013 de 08H45 Ä 17H45 12 Avenue Franklin Roosevelt 75008 Paris

Plus en détail

www.methodys.fr Depuis 5 ans däjå plus de 15 000 participants Å nos manifestations Vendredi 22 juillet 2011 de 08H30 Ä 17H45

www.methodys.fr Depuis 5 ans däjå plus de 15 000 participants Å nos manifestations Vendredi 22 juillet 2011 de 08H30 Ä 17H45 www.methodys.fr Depuis 5 ans däjå plus de 15 000 participants Å nos manifestations Vendredi 22 juillet 2011 de 08H30 Ä 17H45 Espace Haussmann Saint Lazare 92 rue Saint-Lazare 75009 Paris 11 Çmes UniversitÉs

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE 2008/09

DOCUMENT DE REFERENCE 2008/09 SociÄtÄ anonyme au capital de 13.869.062 euros SiÅge social : 89-91 Boulevard National - 92250 La Garenne-Colombes 329.764.625 R.C.S Nanterre DOCUMENT DE REFERENCE 2008/09 (Exercice du 1 er avril 2008

Plus en détail

CONVENTION TRIPARTITE

CONVENTION TRIPARTITE CONVENTION TRIPARTITE Entre : La CommunautÄ urbaine Nantes MÄtropole, repräsentäe par Madame Johanna ROLLAND, agissant en qualitä de PrÄsidente, et dåment habilitäe Ç cet effet, par la dälibäration du

Plus en détail

SociÅtÅ anonyme au capital de 25.885.191,32 euros SiÇge social : 7 rue du FossÅ Blanc, 92230 Gennevilliers DOCUMENT DE BASE

SociÅtÅ anonyme au capital de 25.885.191,32 euros SiÇge social : 7 rue du FossÅ Blanc, 92230 Gennevilliers DOCUMENT DE BASE SociÅtÅ anonyme au capital de 25.885.191,32 euros SiÇge social : 7 rue du FossÅ Blanc, 92230 Gennevilliers DOCUMENT DE BASE VISA DE L AUTORITE DES MARCHES FINANCIERS En application de son räglement gånåral

Plus en détail

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux

Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Questionnaire de souscription Assurance de ResponsabilitÄ Civile des Mandataires Sociaux Ce questionnaire est un document confidentiel, sa signature n engage pas le proposant Å souscrire un contrat d assurance.

Plus en détail

COLLEGE MAURICE UTRILLO 8 rue Jules Ferry 95360 MONTMAGNY TÄl : 01 34 28 66 70 Fax : 01 34 28 66 77 Courrier Älectronique : 0951909j@ac-versailles.

COLLEGE MAURICE UTRILLO 8 rue Jules Ferry 95360 MONTMAGNY TÄl : 01 34 28 66 70 Fax : 01 34 28 66 77 Courrier Älectronique : 0951909j@ac-versailles. 1. PRESENTATION DU PROJET a. ModalitÄs pratiques Voyage Å Stratford-upon-Avon, Oxford et Londres prävu du 3 au 6 avril 2011. Deux classes de 3 Çme sont concernäes (3 Çme 1 et 3 Çme 4), soit environ 60

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DE COMITE DIRECTEUR Vendredi 8 Octobre 2010 Ä NANCY

COMPTE RENDU DE LA REUNION DE COMITE DIRECTEUR Vendredi 8 Octobre 2010 Ä NANCY COMPTE RENDU DE LA REUNION DE COMITE DIRECTEUR Vendredi 8 Octobre 2010 Ä NANCY PrÄsents : G.Rettien, Y.Michaud, A.BiÄre, C.Dellis, N.Guerchoux, C.Jancenelle, M.Longhi, D.Nosal, L.Perrot, P.Rondeau, E.RosÅ,

Plus en détail

BIBUS-S pråsentation et fonctionnalitås

BIBUS-S pråsentation et fonctionnalitås BIBUS-S pråsentation et fonctionnalitås De base la centrale dispose de: > 6 zones Ä bord > 8 groupes (8 partitions indåpendantes ou interdåpendantes). > 3 Relais pour siränes extårieures, intårieures et

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 06 MAI 2010 CSP TOUL

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 06 MAI 2010 CSP TOUL CONSEIL D ADMINISTRATION DU 06 MAI 2010 CSP TOUL PRÅSENTS : ComitÄ Directeur : - Lieutenant-colonel FELICANI Pierre - Lieutenant ERRARD Philippe - Adjudant chef TRUNCK Fabrice - Sergent-chef ADLER Maurice

Plus en détail

Le modäle conceptuel de donnåes (MCD)

Le modäle conceptuel de donnåes (MCD) BTS Informatique de Gestion 1 Äre annåe DAIGL (ModÅlisation) Chapitre 1 Page 1 / 14 LycÄe Jean Rostand CHANTILLY Jean-Marie Cardoni Cours DAIGL (analyse) (1 Äre annåe) BTS INFORMATIQUE DE GESTION 1 Condition

Plus en détail

FICHE D ACCESSIBILITE

FICHE D ACCESSIBILITE FICHE D ACCESSIBILITE AUX ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (E.R.P.) Lorsqu il y a du public, il y a toujours des personnes en situation de handicap. Ne pas en tenir compte, c est råaliser un bçtiment

Plus en détail

CONNECTING & REWARDING NEWSLETTER FEVRIER 2014. Mardi 18 mars : däner dåbat avec Antoine de Saint Affrique

CONNECTING & REWARDING NEWSLETTER FEVRIER 2014. Mardi 18 mars : däner dåbat avec Antoine de Saint Affrique CONNECTING & REWARDING NEWSLETTER FEVRIER 2014 EVENEMENTS DU CLUB Mardi 18 mars : däner dåbat avec Antoine de Saint Affrique Antoine de Saint Affrique, PrÄsident monde de la division Food Unilever nous

Plus en détail

CONTRAT D'AGENT COMMERCIAL

CONTRAT D'AGENT COMMERCIAL ENTRE LES SOUSSIGNES : CONTRAT D'AGENT COMMERCIAL La sociätä DESSTOCK LOISIR MOTOR, sociätä SL au capital de 5000.00 euros, ayant son siåge social CALLE FERNANDO SASIAIN NÄ18 PUERTA 2A 20015 SANSEBASTIAN

Plus en détail

2012 S Y N T H E S E D U R A P P O R T A N N U E L D U D E L E G A T A I R E

2012 S Y N T H E S E D U R A P P O R T A N N U E L D U D E L E G A T A I R E SIAEP du Jalais 2012 S Y N T H E S E D U R A P P O R T A N N U E L D U D E L E G A T A I R E SERVICE DE L EAU - COMMUNES DESSERVIES : ARDENAY-SUR-MERIZE, CONNERRE, LE BREIL-SUR-MERIZE, MONTFORT-LE-GESNOIS,

Plus en détail

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition

Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition Catalogue professionnel Ä. Ç Licence d exploitation du logiciel Ä MERCATOS Ç DÑveloppement SEEG NTIC Edition PROPOSITION COMMERCIALE - LICENCE D EXPLOITATION (rayer toutes les mentions inutiles avant signature

Plus en détail

Projet acte d acceptation CP Nantes MÇtropole ACTE D ACCEPTATION DE LA CESSION OU DU NANTISSEMENT D UNE CREANCE PROFESSIONNELLE

Projet acte d acceptation CP Nantes MÇtropole ACTE D ACCEPTATION DE LA CESSION OU DU NANTISSEMENT D UNE CREANCE PROFESSIONNELLE ACTE D ACCEPTATION DE LA CESSION OU DU NANTISSEMENT D UNE CREANCE PROFESSIONNELLE (soumis aux dispositions de l article L. 313-29 du Code monåtaire et financier) CrÅdit Foncier de France 19 rue des Capucines

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES DU SERVICE TRANSIT IP

CONDITIONS PARTICULIERES DU SERVICE TRANSIT IP CONDITIONS PARTICULIERES DU SERVICE TRANSIT IP 1.DEFINITION En compläment des däfinitions de la Convention Cadre, les termes suivants utilisäs dans les präsentes Conditions ParticuliÅres auront la signification

Plus en détail

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE ArticlesL.271-4 Ä 6, R.134-1 Ä 9 et R.271-1 Ä 5 du Code de la construction et de l'habitation DOSSIER NÅ DA-9420

DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE ArticlesL.271-4 Ä 6, R.134-1 Ä 9 et R.271-1 Ä 5 du Code de la construction et de l'habitation DOSSIER NÅ DA-9420 DOSSIER DE DIAGNOSTIC TECHNIQUE ArticlesL.271-4 Ä 6, R.134-1 Ä 9 et R.271-1 Ä 5 du Code de la construction et de l'habitation Lieu d'expertise Chateau du Creuset 58300 NEUVILLE LES DECIZE Type de bien

Plus en détail

Page 1 / 7. Mireille Lemahieu, PrÄsidente d AF ouvre le CongrÇs devant 1800 participants (dont beaucoup de professionnels)

Page 1 / 7. Mireille Lemahieu, PrÄsidente d AF ouvre le CongrÇs devant 1800 participants (dont beaucoup de professionnels) Mireille Lemahieu, PrÄsidente d AF ouvre le CongrÇs devant 1800 participants (dont beaucoup de professionnels) Mme Komites Adjointe au Maire de Paris, chargäe des personnes handicapäes, präsidente de la

Plus en détail

Pour y voir clair, Le Crédit Agricole m'accompagne!

Pour y voir clair, Le Crédit Agricole m'accompagne! GUIDE TARIFAIRE DES PRINCIPAUX PRODUITS ET SERVICES AUX PARTICULIERS Extrait de nos conditions tarifaires au 1er janvier 2010 Pour y voir clair, Le Crédit Agricole m'accompagne! J'utilise mon compte J'ai

Plus en détail

Le programme EPS au collège

Le programme EPS au collège Le programme EPS au collège Structure générale IA-IPR EPS. Fév/Mars 2009 L EPS,, un rçle É jouer tout au long de la scolaritä Vise la räussite de tous les ÄlÖves Contribue É l instruction, la formation

Plus en détail