103 COMMENT S OPERE LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE MONDIALE?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "103 COMMENT S OPERE LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE MONDIALE?"

Transcription

1 103 COMMENT S OPERE LE FINANCEMENT DE L ECONOMIE MONDIALE? A La balance des paiements permet de mesurer les échanges internationaux a) Qu est-ce qu une balance des paiements? 1. La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant au moins un an sur le territoire national quelque soit leur nationalité) et les agents «non-résidents». Elle est construite sur le principe de la comptabilité en partie double. Chaque opération est comptabilisée deux fois pour la même somme. Ainsi, une importation de marchandises payée à crédit se traduit par une dépense (signe -) dans la balance commerciale et par une entrée de capital (signe +) dans la balance des capitaux. De ce fait, la balance des paiements est globalement équilibrée, aux erreurs et omissions près, qui peuvent être importantes. Balance des paiements 2. La balance des transactions courantes enregistre les importations et les exportations de biens et de services ainsi que les transferts de revenus (bénéfices des FMN rapatriés, salaires des frontaliers, prêts aux pays en développement, rapatriement de l épargne des immigrés ). Elle est composée de : La balance commerciale qui enregistre les exportations (entrées de devises) et les importations (sorties de devises) de biens évaluées franco à bord (hors taxes et fret). Son solde (exportations importations) peut être excédentaire, équilibré ou déficitaire. On peut mesurer l importance du solde en calculant un taux de couverture des importations par les exportations : Taux de couverture = Exportations/Importations x 100 Taux de couverture > 100 = 100 < 100 Excédent Equilibre Déficit Ainsi, en 2011, la balance commerciale est déficitaire de 74 milliards d car les exportations ne couvrent que 85,3% des importations. Balance commerciale française (en milliards d'euros FAB/FAB)* Balance commerciale de la France Exportations de biens Importations de biens Solde commercial = Taux de couverture = 109,9 98,8 88,1 88,5 88,3 85,3 86,8 (Sources : Douanes, données FAB/FAB y compris matériel militaire, 2012) (FAB* = franco à bord = les marchandises sont évaluées hors-taxe) Un excédent commercial peut être positif. Il peut en effet témoigner du dynamisme des exportations de marchandises françaises, signe d'une bonne compétitivité des entreprises nationales, qui gagnent des parts de marché à l'étranger. Mais, un excédent commercial peut, au contraire, est un mauvais signe car il peut signifier que la demande intérieure est très peu dynamique (d'ou de faibles importations) du fait d'une faible croissance, d'un grand pessimisme des consommateurs...

2 Un déficit commercial peut être le signe d'un manque de compétitivité et de faibles exportations. Les entreprises produisent moins car elles perdent des débouchés, c'est donc l'emploi qui se rétracte, entrainant le ralentissement de la consommation, et donc de la croissance. Inversement, un déficit commercial peut être la preuve d'un fort dynamisme économique : la croissance étant forte, les besoins en produits étrangers sont également importants (matières premières, énergie...), ainsi que la demande intérieure. En France, en 2012, le déficit commercial s est réduit à 67 milliards d'euros (contre 74 milliards en 2011). Les exportations sont en légère hausse (mais une hausse moins forte que l'an passé), tandis que les importations sont restées presque stables (pétrole). L'amélioration du déficit s'explique principalement par la faiblesse de la demande intérieure française. La balance des invisibles enregistre les exportations et les importations de services (de transport, de services touristiques, de services financiers, de services techniques ), les revenus nets de l'étranger (Salaires, dividendes, intérêts versés par des non résidents à des résidents salaires, dividendes, intérêts versés à des non résidents par des résidents) et les transferts courants nets (Transfert des revenus des émigrés vers leur famille + transfert des organisations internationales à l Etat français Transfert des immigrés à leur famille + transferts de l Etat français à des organisations internationales et à des Etats étrangers). 3. Le compte de capital enregistre les transferts en capital (aides à l investissement, dons et remises de dette à des pays en développement par exemple) ainsi que les achats ou ventes d actifs non financiers non produits (brevets, droits d'auteur, franchises par exemple). Comme pour les transactions courantes, les opérations qui se traduisent par une recette sont inscrites au crédit (signe +) et celles qui se traduisent par une dépense sont inscrites au débit (signe -). Balance courante française (en milliards d'euros) Capacité ou besoin de financement de la France Solde commercial + 24,0-4,0-59,0-45,0-52,0-73,5-70,0 Solde des services 1 14,9 12,2 16,5 10,2 10,0 24,2 30,3 Revenus nets de l'étranger 2 6,3 18,1 33,4 31,6 36,5 46,9 30,4 Transferts courants nets (aides et dons) 3-11,6-17,3-24,2-27,2-26,2-36,6-37,2 Solde de la balance courante = 33,6 9,0-33,3-28,4-33,7-39,0-43,5 Solde du compte de capital 4 1,3 1,5 0,7 0,3 0,1 0,1-0,2 Capacité ou besoin de financement = 34,9 10,5-32,6-28,1-33,6 38,9-46,7 (Sources : Banque de France, 2013) Si la balance courante et le compte de capital sont excédentaires, le pays vit en dessous de ses moyens. Il dégage une capacité de financement (son épargne est supérieure à ses investissements) et engrange des devises qu il va pouvoir investir, prêter, placer à l étranger ou les mettre en réserve. Si la balance courante et le compte de capital sont déficitaires, le pays vit au dessus de ses moyens. Il a un besoin de financement (son épargne est insuffisante pour financer ses investissements) et il manque de devises. Il va devoir emprunter ou vendre ses actifs ou tirer sur ses réserves de devises.

3 Depuis 2005, la France vis au dessus de ses moyens 4. La balance financière enregistre les mouvements de capitaux qui portent sur des titres de propriété (actions) ou de créances (obligations, bons du trésor ) financiers. Tout achat de titres étrangers par un résident se traduit par une exportation de capitaux (sorties de devises) et toute vente de titres financiers à un non-résident correspond à une importation de capitaux (entrées de devises). Ce compte comprend : Les investissements directs à l étranger, c est-à-dire la création par les entreprises résidentes d une filiale à l étranger, ou la prise de contrôle d une société étrangère, ou le réinvestissement des bénéfices sur place ou le prêt à une filiale implantée à l étranger. Le pourcentage du capital détenu pour exercer un contrôle significatif est de 10 % d'après la France ou les États-Unis qui suivent les recommandations de l'ocde et du FMI. Pour l'allemagne et le Royaume-Uni, il faut un taux de contrôle de 20 % pour que l opération soit enregistrée en IDE et non en investissement de portefeuille. Un solde négatif de la balance des IDE signifie que les firmes implantées en France investissent davantage à l étranger que les firmes implantées à l étranger investissent en France. Cela résulte de la volonté des firmes françaises de se mondialiser et de conquérir de nouveaux marchés à l étranger. Un solde négatif peut avoir des inconvénients mais aussi des avantages : L IDE provoque une sortie de capitaux qui auraient pu être investis sur le territoire national et dynamiser l économie nationale. L IDE, s il prend la forme d une délocalisation, peut se traduire par une destruction d emplois. L implantation d une firme nationale à l étranger va se traduire par des échanges de biens et de services entre la maison mère et ses filiales (commerce intra-firme) qui vont augmenter les flux d exportations. Les revenus générés à l étranger par la filiale à l étranger vont être, partiellement ou totalement, rapatriés ce qui va se traduire par des rentrées de devises qui s inscriront en positif dans la balance courante. La balance des paiements française (en milliards d' ) Solde de la balance courante 33,6 9,0-33,3-28,4-33,7-38,9-46,7 Solde du compte de capital 1,3 1,5 0,7 0,3 0,1-0,1-0,2 Solde du compte financier ( ) -38,3-7,9 18,3 41,1 18,2 58,2 98,2-1 - Solde des investissements directs - 11,0-19,5-62,0-49,6-37,9-35,4 1,2-2 - Solde des investissements en portefeuille - 23,0-52,4 25,0 251,1 119,9 251,6 37,5-3 - Solde des produits financiers dérivés 3,5 5,0-16,4-16,9 34,3 13,8 4,3-4 Autres investissements - 2,6 62,5 63,1-147,4-92,3-177,3 59,2-5 - Avoirs de réserve - 5,2-3,5 8,5 3,9-5,8 5,5-4,0 Erreurs et omissions nettes 3,4-2,6 14,3-13,0 15,4-19,1-51,3 (Source : Banque de France 2013)

4 Les investissements en portefeuille correspondent aux achats par des résidents d actions (à condition que cela ne dépasse pas les 10% pour les actions d une société) ou d obligations ou de bons du trésor pour en tirer des revenus de placement (intérêt, dividendes, qui seront rapatriés et alimenteront les ressources de la balance des revenus). Il s agit d un investissement financier ou d un placement. Un solde positif pour la France signifie que les étrangers achètent plus de titres émis par des agents économiques établis en France, en particulier les titres de la dette de l Etat français, que l inverse. Cela rapporte des devises à la France à court terme mais ces apports sont fragiles car ils peuvent se retourner si la confiance des marchés dans la solvabilité de la France est entamée et ils se traduiront, à terme, par une sortie de devises qui s inscriront en négatif dans la balance courante. Les autres investissements concernent les créances ou les dettes contractées au moment des échanges commerciaux (paiement à 90 jours après la livraison) et les prêts ou emprunts des résidents ou des nonrésidents à des sociétés financières (Banques, sociétés de crédit ). Les variations des réserves de la Banque centrale serviront à défendre le cours de la monnaie nationale (vente de devises et achat de monnaie nationale pour en faire remonter le cours). C est l inscription de cette variation des avoirs de réserves dans la balance des paiements qui permet d en assurer l équilibre comptable, la variation des avoirs de réserve pouvant dès lors être assimilée au «solde de la balance des paiements». C est ainsi que, si les opérations enregistrées dans la balance des paiements ont conduit à une augmentation des avoirs de réserves détenus par le système bancaire (balance des paiements excédentaire), la variation des avoirs de réserves est inscrite au débit (signe ). A l inverse, si la variation des avoirs de réserve apparaît au crédit (signe +), cela signifie que les avoirs de réserves détenus par le système bancaire ont diminué au cours de la période (déficit de la balance des paiements). La ligne erreurs et omissions est censée équilibrer les comptes et traduit les fuites de capitaux non enregistrées. Par convention, la balance des paiements est toujours équilibrée. Le besoin de financement ou la capacité de financement sont compensés par un mouvement de capitaux en sens inverse. Mais, des erreurs dans la comptabilisation des flux obligent les comptables à créer une ligne erreur et omissions pour équilibrer la balance. 5. Un excédent du compte financier n'est donc pas nécessairement positif. L'appel à des capitaux étrangers pour combler le besoin de financement du pays présente, en effet, des inconvénients : il suppose par la suite de verser des revenus (signe négatif dans le compte des transactions courantes), ou bien qu'il faudra rembourser le capital emprunté (signe négatif dans le compte financier).

5 6. En fin de compte, un excédent du compte financier tend à dégrader le solde des transactions courantes, et diminue l'excédent du compte financier. Inversement, un déficit du compte financier est synonyme de revenus futurs et de remboursements à venir. Par ailleurs, un solde positif place le pays dans une situation de «contrainte extérieure» : il est tenu de rester solvable aux yeux des investisseurs étrangers afin qu'ils continuent à placer leurs capitaux dans le pays pour financer le déficit des transactions courantes. Lorsque les entrées nettes de capitaux ne suffisent pas à compenser le déficit des transactions courantes, il est nécessaire de puiser dans les réserves de devises ou de change (fournies par la Banque Centrale) (signe + au compte avoirs de réserves). b) Quelle signification donner au solde des transactions courantes? 1. A partir du milieu des années 1970, on va assister à des déséquilibres croissants dans les balances des transactions courantes qui enregistrent les exportations et les importations de biens, de services et les transferts de revenus (les bénéfices réalisés à l'étranger par des entreprises françaises et rapatriés en France, par exemple). Certains pays vont accumuler des excédents importants (Chine, Japon, Allemagne,...). Ils produisent plus de biens et services qu'ils n en consomment et/ou investissent. Ils exportent plus de biens et de services qu ils n en importent. Ils vivent au dessous de leurs moyens, dégagent une capacité de financement, c est-à-dire qu ils accumulent une épargne en devises qu ils vont pouvoir investir à l étranger (IDE), placer (Investissement en portefeuille), prêter à des non résidents ou conserver sous la forme de réserves de devises. Ainsi, entre 1995 et 2012, la Chine a dégagé un excédent cumulé de milliards d euros qui lui a permis de financer ses achats d actifs productifs et d actifs financiers étrangers et d assoir son rôle de financier du reste du monde. Ceci est la conséquence de la faible part de la consommation des ménages chinois dans leur PIB (faiblesse des salaires) et de leur taux d épargne important (absence de véritable protection sociale). D autres pays accumulent des déficits de la balance courante (Etats-Unis, Brésil, Royaume-Uni, France ). Ils consomment et/ou investissent plus qu'ils ne produisent. Autrement dit, leur épargne nationale est insuffisante par rapport à leurs investissements. Ils importent donc plus de biens et de services qu ils n en exportent. Ils vivent au dessus de leurs moyens et ont un besoin de financement. Ils vont devoir vendre une partie de leurs avoirs (titres de propriété ou titres de créance), emprunter ou tirer sur leurs réserves pour financer le déficit c est-à-dire dépendre de l épargne extérieure pour compenser l insuffisance de l épargne intérieure. Ainsi, l Etats-Unis, entre 1995 et 2012 ont accumulé un déficit extérieur de milliards d euros qui résulte de la faiblesse de l épargne des consommateurs américains. Les Etats-Unis dépendent donc des importations de capitaux étrangers pour financer leur mode de vie. Evolution des soldes des balances courantes dans le monde entre 1980 et 2010 (en % du PIB mondial)

6 c) Quelle signification donner aux flux de capitaux? 2. Pour connaitre les transferts financiers nets de capitaux dont bénéficient certains pays et subissent d autres pays, il faut non seulement prendre en compte les entrées et les sorties d IDE, d investissement en portefeuille, les prêts et les emprunts, l aide publique au développement mais il faut retirer les remboursement de la dette (amortissement de la dette + intérêts appelés «service de la dette») ainsi que les profits rapatriés par les multinationales qui apparaissent dans la balance courante ; Transfert net de capitaux = Apports nets de capitaux (service de la dette+ Rapatriement des profits) 3. Au cours des années 1970, les deux chocs pétroliers ( et ) déséquilibrent principalement les balances courantes des pays en développement. Les banques des pays développés vont recycler les pétrodollars des pays de l OPEP pour les prêter aux pays déficitaires. Le stock de la dette, c est-à-dire le montant des sommes que doivent rembourser les emprunteurs est multiplié par 10 entre 1970 et Pour payer chaque année le service de la dette (amortissement de la dette + intérêts), les pays en développement disposent de trois types de ressources : De nouveaux emprunts aux banques ; Des prêts de l aide publique des pays riches et du FMI ou de la Banque Mondiale ; Des investissements directs à l étranger des FTN qui viennent s implanter sur leur sol. Ces transferts nets deviennent négatifs durant les années 1980 ce qui signifie que les PED versent plus de capitaux aux pays du Nord (remboursement de la dette, intérêts, profits rapatriés) qu ils n en reçoivent. Années Au dessus de leurs moyens Pays ou Zones vivant Au dessous de leurs moyens Mouvements de capitaux Origine Destination Pays en développement Pays développés Nord Sud Etats-Unis Japon, Europe Nord Nord Etats-Unis/Emergents Japon, Europe Nord Nord/Sud Etats-Unis Japon, Chine, OPEP Sud Nord 4. Au cours des années 1980, ce sont les Etats-Unis qui vivent au dessus de leurs moyens. Le Japon et l Europe vont utiliser leurs excédents de la balance courante pour investir aux Etats-Unis et prêter des capitaux aux résidents américains. En revanche, la crise de la dette des PED aboutit à un transfert de capitaux des pays pauvres en direction des pays riches. 5. A partir des années 1990, les flux de capitaux s orientent principalement vers les Etats-Unis et les pays en transition (la Russie mise à part) car leurs déficits des transactions courantes deviennent croissants. Ces pays vivent largement au dessus de leurs moyens. Leur épargne est insuffisante. Ils vont devoir se financer auprès des pays qui sont fortement excédentaires : les pays pétroliers, les pays émergents (principalement la Chine), le Japon, l Allemagne. On aboutit au paradoxe de Lucas : ce sont les pays en développement qui finance la première puissance économique du monde qui vit à crédit! Les pays en développement en tant que groupe ont continué à transférer de grandes quantités de ressources financières vers les pays développés. En 2010, les transferts nets se sont élevés à un montant estimé à 580 milliards de dollars, soit une légère hausse par rapport au niveau enregistré l année précédente. En 2011, ces transferts se montaient à 826,6 milliards de $. Comme cela a été le cas pour plus d une décennie, la plupart des transferts nets reflète des accumulations de réserves supplémentaires de la part des PED (Pays en développement). La constitution de telles réserves se fait au détriment d investissement dans les pays en développement. Les transferts financiers nets durant les années 2000

7 6. La vaste majorité de ces réserves sont investies dans des bons du Trésor des États-Unis et autres pays dont les obligations sont à faible rendement. Les pays émergents financent donc la dette des Etats des pays du Nord. Le reste sert à constituer un portefeuille de titres financiers émis par les agents privés des pays développés ou émergents, à financer le développement des firmes multinationales émergentes et à constituer un important matelas de devises. Evolution des réserves de change entre 1980 et 2010 (En % du PIB mondial) 7. Ainsi, les pays émergents, en faisant pression à la baisse sur les salaires pour rester compétitif, ont beaucoup plus produit qu ils n ont consommé ou investi au cours de la dernière décennie. Cette tendance à dégager des excès d épargne exerce un effet dépressif sur la croissance de l économie mondiale, qui a été contrecarré par le rôle de «consommateur en dernier ressort» des Etats-Unis (Dominique Plihon et Robert Guttmann). Sans l endettement des ménages américains, les déséquilibres auraient été moindres mais la croissance aussi. Pays développés qui vivent au dessus de leurs moyens Pays émergents qui vivent en dessous de leurs moyens Déficit du budget de l Etat Déficit de la balance courante Endettement = émission de titres de créance Placement = achat de titres de créance Epargne et entrée de capitaux (IDE ) Excédent de la balance courante

8 d) Quelles sont les causes et les conséquences des flux financiers? 1. Le système financier international a été profondément transformé sous l effet de ce que l on a appelé " les trois D " : déréglementation, désintermédiation, décloisonnement. Les années 80 ont permis un développement spectaculaire de la finance, à tel point que l on a parlé d une déconnexion entre la sphère de l économie réelle et la sphère monétaire et financière. La déréglementation financière désigne l assouplissement des règles régissant l activité bancaire, le fonctionnement des marchés financiers et les mouvements de capitaux. Ainsi, la levée du contrôle des changes (Contrôle étatique des flux de devises) a provoqué un développement considérable du marché des changes. La désintermédiation concerne le développement de la finance directe (ou désintermédiée) qui met en relation offreurs et demandeurs de capitaux par l intermédiaire du marché financier (la Bourse) au lieu de passer par le financement bancaire. Le financement direct (actions, obligations) permet de diminuer le coût d un investissement. Le décloisonnement consiste en la suppression des barrières entre les différents compartiments nationaux et internationaux des marchés financiers. Jusqu au début des années 70, les systèmes financiers nationaux étaient juxtaposés, chaque pays finançant ses investissements à l aide de sa propre épargne. Il existe désormais un marché mondial des capitaux fonctionnant en continu, 24 heures sur 24. Cette globalisation financière est le résultat des innovations financières et des nouvelles technologies (Internet, téléphone satellitaire ). 2. En théorie, cette globalisation financière doit améliorer l efficience de la finance internationale. Cela signifie d abord qu il y aurait une meilleure allocation internationale des fonds disponibles. Une ressource rare (l épargne) va donc être mieux utilisée. Les emprunteurs vont également avoir accès à cette épargne à des conditions plus avantageuses grâce à la diminution des coûts d intermédiation. Les investissements de portefeuille en particulier s y développent. Ils permettent aux entreprises de trouver des capitaux plus facilement. C est aussi un moyen pour les administrations publiques de trouver des ressources financières. L État émet des bons du Trésor pour pouvoir emprunter. Quant aux épargnants, ils trouvent également des opportunités plus grandes de placement. L investissement devrait donc être favorisé du fait de la baisse des coûts de financement. 3. Cependant, ces mouvements de capitaux entre les pays étaient très souvent spéculatifs. Ils se déplaçaient d une place financière à l autre en fonction des opportunités (intérêts plus élevés, hausse plus rapide des cours en bourse, faible fiscalité ) qu ils pouvaient en tirer. Des bulles spéculatives se forment. Le cours de bourse devient largement supérieur à la valeur réelle des sociétés cotées en bourse. Dès que les anticipations sur les gains futurs des sociétés deviennent négatives, les capitaux se retirent provoquant une crise financière (baisse rapide des cours boursiers), une crise de change (le cours de la monnaie se déprécie face aux autres devises), une crise bancaire (les dépôts diminuent et les défauts de paiement se multiplient) et une crise économique (arrêt de la croissance du PIB voire récession). On appelle ce phénomène le «sudden stop». Plus de 120 sudden stop ont été répertoriés depuis les années 1970 (crise de la dette en 1982, crise boursière en 1987, crise du Mexique en 1994, crise boursière en 1997, crise asiatique en 1997, de la Russie en 1998, crise boursière en 2001 et 2007, crise bancaire en ).

9 Entrée de capitaux étrangers Hausse des cours Placements spéculatifs Perte de confiance Rapatriement des capitaux Crise boursière Epuisement des réserves Crise de change Récession Crise bancaire 4. La sphère financière est donc en partie déconnectée de la sphère réelle car son développement a été sans commune mesure avec celui de la production. Les cours boursiers évoluent indépendamment de l activité économique. Le marché financier sert davantage à la spéculation qu au financement des entreprises : les capitaux qui participent au gonflement de la " bulle financière " sont des capitaux perdus pour la production. Ce marché mondial des capitaux n est surveillé par aucune instance supranationale. Ainsi les échanges de capitaux deviennent particulièrement opaques, et les comportements exagérément risqués ne peuvent être sanctionnés. B Les échanges internationaux ont besoin d un marché des changes a) Marché des changes et fixation du taux de change 1. Pour échanger, les agents économiques ont besoin d une monnaie commune. Cela vaut au niveau de la nation, mais aussi au niveau mondial. Les échanges internationaux sont réglés avec quelques monnaies internationales, dans lesquelles les agents ont confiance. Une devise est une monnaie convertible en monnaie étrangère détenue par des non-résidents. Cette devise est échangée sur le marché des changes. Il y a un seul marché des changes dans le monde. Les transactions sur une devise se font en continu simultanément à Londres, Paris ou New York. Le marché des changes est interbancaire (80% des transactions sont réalisées entre banques). Au siège des banques, les opérations de change sont réalisées par les cambistes. Ces derniers subissent un risque de change, lié aux variations des valeurs des monnaies les unes par rapport aux autres. C'est aussi cette volatilité extrême qui permet aux arbitragistes (ceux qui tirent profit des différences de cotation des devises) de s'enrichir et d unifier le taux de change. L'accélération de la mondialisation des échanges réels ainsi que des flux financiers a donné un rôle prépondérant au marché des changes La forte croissance du volume des échanges quotidiens en devises 2. Les agents économiques ont plusieurs raisons de détenir des devises : Les entrepreneurs, les ménages, en ont besoin pour régler leurs échanges de biens et services étrangers. Les entrepreneurs doivent en disposer lorsqu elles font un investissement direct à l étranger. Les entrepreneurs, les ménages, s en servent pour acheter des titres financiers étrangers (placement). Les banques et les fonds financiers en achètent pour les revendre à terme avec plus-value (spéculation). La Banque centrale les conserve pour défendre le cours de sa monnaie s il est besoin.

10 3. Le taux de change, c est-à-dire le prix relatif d une monnaie par rapport à une autre ou la quantité de devises que l on peut obtenir avec la monnaie nationale, est donc déterminée par l offre et la demande respectives des monnaies dans un marché parfait. Ainsi sur le marché de l euro contre le dollar, il y a une demande d euros qui représente les ordres d'achat d euros contre le dollar et une offre d euros qui représente les ordres de vente d euros contre le dollar. Si la demande d une devise s accroît plus vite (déplacement de la courbe de demande vers la droite) que l offre, son cours va s apprécier. C est le cas lorsque le pays connait un excédent de sa balance courante ou lorsque les entrées nettes de capitaux, liées par exemple aux opérations relevant des IDE ou des investissements de portefeuille, sont positives. Inversement, si l offre de devises augmente plus vite (déplacement de la courbe vers la droite) que la demande, son cours va se déprécier. Ce cas se produit lorsque notamment, le pays connaît un déficit de la balance du commerce extérieur ou des sorties nettes de capitaux liées par exemple aux opérations relevant des IDE ou des investissements de portefeuille. Marché des changes : cotation du dollar en euros Prix d équilibre Quantités échangées 4. Sur le marché des changes (le Foreign exchange, «forex» pour les initiés), on échange des euros contre des dollars, des livres sterling contre des yens, des yens contre des euros. Le taux de change se forme et évolue sans cesse en fonction des achats et des ventes de devises sur le marché des changes. Si la fonction première du marché des changes est de permettre l'échange immédiat de devises (au comptant, dans le jargon du métier), son autre grand rôle est de permettre aux entreprises et aux banques de gérer les risques liés aux variations des cours de change, ce qu'on appelle le risque de change. Dès qu'une entreprise est en relation avec des fournisseurs étrangers ou des clients étrangers et que ce qu'elle doit régler en monnaies étrangères ne correspond pas exactement à ce qu'elle va recevoir en monnaies étrangères, elle est exposée au risque de change. Elle peut transférer ce risque sur le marché des changes grâce à des opérations à terme. On parle d'opérations à terme, car elles se caractérisent par un décalage entre le moment où le contrat est signé et le moment où il est exercé. L'entreprise cherchera par exemple un cambiste qui accepte de lui vendre les dollars dont elle aura besoin pour régler une facture dans trois mois à un cours de change entre le dollar et l'euro fixé le jour de la signature du contrat financier (ici un contrat d'achat de dollars appelé «call»). Le cours de change étant fixé aujourd'hui pour dans trois mois (c'est le cours à terme), il n'y a plus d'incertitude pour l'entreprise sur la variation du taux de change euro-dollar. Bien sûr, si au terme des trois mois le cours au comptant du dollar a baissé vis-à-vis de l'euro, notre entreprise sera heureuse de régler sa facture dans un dollar moins cher.

11 Selon l'enquête triennale de la Banque des règlements internationaux (BRI) de décembre 2010, il s'est échangé chaque jour de l'année 2010 sur le marché des changes pas loin de milliards de dollars (avec environ un tiers d'opérations au comptant et deux tiers d'opérations à terme). Pour fixer les idées, c'est à peu près deux fois le produit intérieur brut (PIB) annuel de la France! Cela veut dire aussi qu'en quelques jours sur le marché des changes, il s'échange autant d'argent qu'en une année entière sur le marché des biens et des services. b) Les différents régimes de change 1. Un système monétaire correspond à l ensemble des règles et des institutions qui facilitent la circulation et la conversion des devises. Il en existe trois : le système de parités fixes, celui du régime de change flottant et celui du flottement administré. Changes fixes La banque centrale doit intervenir pour défendre la parité Purs La banque centrale se refuse à intervenir Changes flottants Administrés La banque centrale mène une politique de change

12 2. Le régime des parités fixes comprend trois règles : Un taux de change officiel défini par l Etat qui doit rester stable dans un tunnel dont les marges de fluctuations sont définies par avance (dans le système monétaire international de 1944 à 1971 : 1% au dessus et au dessous de la parité officielle et dans le système monétaire européen de 1979 à 1999 : 2,5% de marges). Autrement dit, si 5 F = 1 $, la Banque de France s engage à ce que le cours du franc vis-à-vis du dollar ne dépasse pas 4,95 F (plafond) et 5,05 F (plancher) pour un $. Ainsi, si le franc atteint le plancher vis-à-vis du $, la Banque de France doit vendre du $ pour acheter du franc. Le franc devient plus rare et le dollar plus abondant, ce qui fait remonter le franc vis-à-vis du dollar. Si elle n arrive pas à défendre la parité, elle devra la dévaluer lorsqu elle franchit le plancher et la réévaluer lorsqu elle dépasse le plafond. Dévaluation et réévaluation sont donc des changements de parités officielles décidés par l Etat. La convertibilité des monnaies entre elles, ce qui suppose que la Banque centrale dispose de suffisamment de devises dans ses réserves pour assurer à tout moment la conversion de la monnaie nationale qui lui est présentée en devises. L assistance d une banque internationale de règlement (le FMI dans le cadre du SMI, le FECOM dans le cadre du SME), qui prête les devises, qu elle a reçues de chaque État membre, aux pays qui ont un besoin momentané de devises pour défendre le cours de leur monnaie. Ces prêts peuvent faire l objet de recommandations qui doivent être suivies par le pays receveur. Ainsi, la Grèce a dû accepter les plans d austérité conçus par la FMI pour recevoir des fonds lui permettant de faire face à ses échéances. 3. Un système de taux de change flottant suppose que le taux de change est fixé librement par le marché des changes en fonction de l offre et de la demande, sans intervention de la Banque centrale (le tunnel a disparu). Les libéraux (Milton Friedman) y voient trois avantages : Le rééquilibrage automatique de la balance courante : une balance courante déficitaire se traduit, en effet, par une moindre demande de monnaie nationale (recettes des exportations en devises qui vont être transformées en monnaie nationale) et une plus grande demande de devises (pour payer les importations). Le cours de la monnaie nationale va donc baisser (dépréciation externe de la monnaie), ce qui rend les produits nationaux moins chers pour les étrangers et les produits étrangers plus chers pour les nationaux. Les exportations vont augmenter et les importations diminuer.la balance courante va retrouver un équilibre, voire un excédent. Le taux de change va devenir l expression de la parité de pouvoir d achat : lorsqu un pays a une inflation supérieure à celle de son principal partenaire commercial, son taux de change va se dévaloriser en proportion de l écart d inflation entre les deux pays afin de maintenir la parité de pouvoir d achat. UE = Inflation + 10% soit un panier de biens de 100 => 110 Exemple : 1 = 1 $ { } 1,1 = 1 $ nouveau taux en PPA. USA = Inflation + 0% soit le même panier de biens de 100 $ = 100$ L Etat n a plus à intervenir car le marché des changes est autorégulateur. Les Banques centrales n ont plus qu un seul objectif : limiter l inflation en contrôlant la croissance de la masse monétaire car pour les monétaristes l inflation est toujours et partout un phénomène monétaire (Milton Friedman). Mais, le Keynésien Robert Mundell souligne que dans ce cas l État peut mener une politique de interne keynésienne sans se soucier de ses conséquences sur la balance courante puisque la flexibilité du change rétablira l équilibre. 4. Depuis 1971 (dévaluation et inconvertibilité du dollar en or) et 1976 (Accord de la Jamaïque), les grandes devises (dollar, yen, et maintenant euro) flottent entre elles mais un grand nombre de pays ont choisi de lier leur monnaie par un système de parité fixe vis-à-vis d une de ces grande devises (60% sont liées au dollar, 15% visà-vis de l euro et 2% vis-à-vis du yen). L Union européenne, après avoir créée, en 1979, son propre système de parité fixe (le SME), a décidé d unifier ses monnaies dans l Euro depuis En d autres termes, le système monétaire actuel combine parités fixes et parités fluctuantes.

13 5. Un système de flottement administré : En effet, les Etats n ont pas renoncé à mener une politique de change, à l exception de l UE. Les Etats peuvent manipuler le taux de change pour en tirer un avantage comparatif. En effet, si le cours du dollar diminue vis-à-vis de l Euro, les européens donneront moins de leur monnaie pour obtenir un dollar ce qui diminue le prix des produits américains qui sont libellés en dollars. Ainsi, si 1$ = 1, un produit américain valant 100$ coûtera aux européens 100. Si 1$ = 1,5, le produit ne coûtera plus aux européens que (100/1,5) 66,6. Une baisse du taux de change renforce la compétitivité-prix du pays. Dans les années 1960 et 1970, le Japon, l Italie ou l Espagne ont élaboré ce type de stratégie commerciale, axée sur des prix à l exportation faibles. Actuellement, les Etats-Unis et surtout la Chine (Yuan faible qui suit la baisse du dollar) ont une politique de change agressive à l égard des autres pays pour favoriser leurs exportations. On parle dans ce cas de «Dumping monétaire». En conséquence, il n y a pas de parité de pouvoir d achat et les monnaies peuvent être surévaluées (cas de l Euro) ou sous-évaluée (cas du Yuan, du Dollar, du Yen).

14 c) Les déterminants du taux de change 1 Les déterminants réels 1. Pendant les 30 glorieuses, le SMI a connu un système de parités fixes. A cette époque, le contrôle des changes (autorisation administrative pour sortir des capitaux ou des devises à l étranger), empêchait la libre circulation des capitaux au niveau mondial. En conséquence, le taux de change dépendait principalement de deux fondamentaux : Le solde de la balance des transactions courantes : si la balance courante était durablement déficitaire, le taux de change atteignait son plancher et la Banque centrale devait intervenir pour en défendre le cours en puisant dans ses réserves de devises ou en empruntant au FMI et, si elle n y arrivait pas, elle devait la dévaluer. Le déficit commercial de la France a ainsi provoqué de nombreuses dévaluations du Franc entre 1948 et Le différentiel d inflation entre pays : si l inflation était plus forte dans un pays, sa compétitivité-prix se dégradait et le solde de sa balance courante devenait déficitaire. La faible inflation en Allemagne a permis à ce pays de voir le Mark se réévaluer à de nombreuses reprises entre 1949 et Selon les théoriciens, les taux de change devraient être à leur niveau optimum lorsque la balance des transactions courante est stable. Lorsqu un pays importe un produit, la facture sera effectuée en devise du pays exportateur du produit ou en dollar. L importateur doit alors acheter la devise du pays exportateur et vendre sa propre monnaie. Ainsi, toute modification des opérations économiques d importation ou d exportation de biens, de services et de revenus entraîne une variation du taux de change : En cas de la balance de transactions courantes déficitaire, les importations sont supérieures aux exportations, la demande des devises pour effectuer des règlements à l étranger sera supérieure à l offre de ces mêmes devises pour effectuer des paiements auprès du pays. Dans ce cas, la monnaie nationale aura tendance à se déprécier, dans un régime de change flottant, ou à être dévalué dans un régime de change fixe, par rapport aux autres monnaies utilisées pour ces transactions. Importations supérieures aux Achat de devises contre monnaie nationale Déficit de la balance courante Dépréciation de la monnaie nationale Exportations Vente de devises contre monnaie nationale A l inverse, lorsque la balance de transactions courantes est excédentaire, les entrées de devises sont supérieures aux sorties, la demande de monnaie par les non résidents est plus importante que la demande des devises exprimée par les résidents. La monnaie nationale a tendance à s apprécier, dans un régime de change flottant, ou à être réévaluées dans un régime de change fixe. Exportations supérieures aux Vente de devises contre monnaie nationale Excédent de la balance courante Appréciation de la monnaie nationale Importations Achat de devises contre monnaie nationale 3. Dans les faits, la relation taux de change balance courante ne se vérifie pas toujours. Si les excédents croissants de la balance courante chinoise se traduisent bien par une hausse du Yuan depuis 2008 (il s apprécie de 19% entre 2008 et 2013). On observe l inverse entre 2006 et A cette époque, la Chine enregistrait une balance courante fortement excédentaire face au reste du monde. Son excédent passe de 7% du PIB en 2006 à près de 10% du PIB en Pourtant sur la période, le Yuan ne fit que se déprécier face à l euro. En 2006, il fallait donner 9,5 yuans pour obtenir un euro et en 2008 il fallait en donner 11, soit une dépréciation de 15,7% du yuan vis-à-vis de l euro. On peut s expliquer ce phénomène par les effets combinés de la balance des transactions courantes avec un autre compartiment de la balance des paiements : la balance des transactions financières. Les sorties massives de capitaux chinois vers le reste du monde, en particulier vers les Etats-Unis, ont contrebalancé les effets des excédents commerciaux chinois. Les transactions courantes, longtemps considérées comme déterminants «fondamentaux» de l offre et de la demande de devises, donc des taux de change, ont aujourd hui un impact nettement moins important en raison de l importance prise par les mouvements internationaux de capitaux.

15 Solde de la balance courante de la Chine (En % du PIB) Taux de change Euro/Yuan chinois 2 Les déterminants monétaires et financiers 1. Depuis la crise des années 70, la libéralisation progressive des marchés de capitaux (fin du contrôle des changes) a permis la création d un marché unique des capitaux aux niveaux mondial. Les capitaux entrent et sortent très rapidement, sans contrôle étatique, d une place financière à l autre. En conséquence, la détermination du taux de change dépend principalement de la balance des capitaux ou balance financière. Ce sont les détenteurs de devises et d actifs financiers (Banques centrales, banques, fonds de pension, fonds d investissements...) qui déterminent le taux de change en fonction de plusieurs éléments : Le différentiel des taux d intérêt à court terme et la politique monétaire de la Banque centrale. Si cette dernière fixe un taux directeur plus élevé que celui des autres banques centrales, les détenteurs de liquidités vont placer leurs fonds dans ce pays. D où une entrée de capitaux, une forte demande de monnaie nationale et une appréciation du taux de change. Mais toute modification du taux de la banque centrale provoquera immédiatement un reflux de ces capitaux vers d autres pays plus rémunérateurs. On comprend alors aisément pourquoi les décisions des Banques Centrales influencent tant le marché des changes. En général, lorsqu une Banque Centrale réduit ses taux directeurs ou injecte des liquidités, le taux de change de sa monnaie a tendance se déprécier immédiatement. On comprend ainsi la baisse du Dollar vis-à-vis de l Euro et celle récente du Yen. Différentiel de taux d intérêt et variation du taux de change euro/dollar Lorsque le différentiel USA/UE diminue le cours de l se déprécie Lorsque le différentiel USA/UE augmente le cours de l s apprécie

16 Néanmoins une hausse du différentiel des taux d intérêt n entraînera pas automatiquement une hausse du taux de change. Les investisseurs vont aussi regarder la solvabilité du pays (de l Etat ou des agents privés du pays). Le pari de prêter va prendre en compte la crainte ou non qu un émetteur de titres financiers ne puisse pas honorer les rémunérations promises aux détenteurs des titres. Les taux d intérêts proposés par la Grèce peuvent être très élevés, elle n attire pas les capitaux. Ainsi, les fortes différences de taux d'intérêt observées entre les Etats-Unis, le Japon, la zone euro, la Suisse, d'un côté, et la Nouvelle Zélande ou l'australie, de l'autre, ont favorisé au cours des années 2000 des stratégies de «carry trade» consistant à emprunter la(les) monnaie(s) dont le taux d'intérêt est bas et à placer dans la(les) monnaie(s) dont le taux d'intérêt est plus élevé. Là encore, il s'agit de stratégies qui font augmenter les transactions de change. La rentabilité des placements : la comparaison des rendements attendus sur les titres financiers influence le cours du change et peut provoquer des variations rapides. Si les titres financiers d un pays présentent un meilleur rendement attendu que ceux du reste du monde, les investisseurs internationaux cherchent à acheter les titres dont ils anticipent le meilleur rendement et doivent pour cela se procurer la monnaie dans laquelle ces titres sont libellés : cela devrait faire augmenter la valeur de cette monnaie, tandis qu au contraire la monnaie dans laquelle sont libellés les titres les moins rentables devrait se déprécier. Pour comparer les taux de rendement des titres libellés dans deux monnaies différentes, il faut tenir compte : Des taux d intérêt nominaux des marchés financiers pratiqués dans chaque territoire ; Des taux d inflation anticipée qui permettent de calculer le taux d intérêt réel. De l évolution anticipée des taux de change qui pourrait remettre en cause le gain anticipé si le taux de change variait en sens inverse du taux d intérêt. Ainsi, les investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension, les fonds d investissement ou de placement, les fonds spéculatifs ou encore les banques d'investissement, qui diversifient leur portefeuille de placements à l'international prennent des risques de change. Ce sont de gros acheteurs de risques sur le marché des changes, c'est-à-dire qu'ils acceptent de jouer le rôle de contrepartie pour ceux qui cherchent à se protéger des variations de change. Autant de stratégies qui les font intervenir souvent et massivement sur le marché des changes. On comprend pourquoi les échanges sur le marché des changes est 50 fois supérieur aux besoins en devises pour les exportations de biens et de services. Des anticipations spéculatives : la spéculation, c est-à-dire l achat d une monnaie dans l idée de la revendre à court terme pour gagner de l argent. Le principe, les acheteurs anticipent une variation de la valeur de cette monnaie et l achètent à un prix bas pour la revendre à un prix plus élevé. Ces anticipations dépendent des taux d intérêts mais aussi du différentiel de croissance. Un pays qui connaît une croissance supérieure à celle de ses concurrents offre des perspectives de débouchés et de profits supérieurs. Les capitalistes internationaux vont donc investir et placer sur ce marché, ce qui accroît la demande de la monnaie de ce pays et son taux de change. Un facteur technologique est également à prendre en considération. Les programmes de trading électronique se sont beaucoup développés au cours des années Ces programmes sont mis au point pour exploiter des mouvements de cours probables entre les devises. Le trading électronique consiste ainsi à préprogrammer des opérations qui se déclencheront automatiquement au cas où un seuil prévu est franchi à la hausse ou à la baisse (variations de taux d'intérêt de titres publics, écart de taux d'intérêt à court terme entre deux ou plusieurs monnaies, variations de cours de change ). Ces opérations automatiques ont contribué sensiblement à l'augmentation des volumes d'opérations. 2. En conséquence, les taux de change des principales devises vont connaître de fortes variations dans le temps et une forte volatilité (instabilité journalière).

17 d) Les effets des variations du taux de change sur l économie réelle 1. Une politique de change correspond aux actions sur la valeur externe de la monnaie afin de d atteindre des objectifs en termes d activité (plus de croissance), de prix (moins d inflation) et/ou de solde extérieur (plus de compétitivité-prix). Elle s inscrit dans un régime de change : change fixe ou change fluctuant. C est en particulier le cas dans la zone euro qui se caractérise par un double régime de change : irrévocablement fixe en interne, librement flottant vis-à-vis du reste du monde. 2. L adoption d un régime de change flottant ne signifie pas qu un pays ou sa banque centrale renonce à toute politique de change. Tout d abord, «le flottement impur» ou le flottement administré font partie de la boîte à outils des banquiers centraux. Le flottement administré est ainsi habituellement défini comme une intervention de la banque centrale sur le marché des changes (le Forex). Les instruments à la disposition des autorités monétaires pour intervenir : Les interventions physiques sur le marché des changes : achat de monnaie nationale contre vente de devises pour faire monter le cours de la première ou vente de monnaie nationale contre achat de devises pour faire baisser le cours de la première. La fixation du taux d intérêt de court terme : une hausse du taux attire les investisseurs étrangers qui achètent de la monnaie nationale pour placer leurs capitaux ce qui fait monter le cours de la monnaie nationale vis-à-vis des autres devises. Une baisse du taux se traduira donc par une baisse du taux de change. Les interventions verbales, également appelées «openmouth operations» : la Banque centrale annonce sa volonté de faire monter ou de baisser le cours externe de la monnaie nationale et les agents économiques réagissent en conséquence en achetant ou en vendant de la monnaie nationale contre des devises. Ces trois instruments sont concentrés dans la zone euro dans les mains de la Banque centrale européenne et utilisés pour servir l objectif de stabilité des prix. Politique de change Achat/vente de devises Variation du taux d intérêt Annonce des interventions Hausse du taux de change Baisse du taux de change Importations moins chères = baisse des prix internes Exportations moins chères = compétitivité accrue 3. La plupart des pays ont une politique de change. Les Etats-Unis ont toujours eu une politique de «douce négligence» (Benign neglect) en considérant que le Dollar est leur monnaie mais un problème pour les autres pays. En effet, le dollar étant la monnaie internationale de référence, la valeur externe du dollar dépend de la politique monétaire interne des Etats-Unis. Lorsque la Fed (La banque centrale américaine) veut soutenir l économie, elle l inonde de liquidités et baisse ses taux d intérêt directeurs ce qui fait baisser le cours du dollar sur le marché des changes. Lorsqu elle veut lutter contre l inflation, elle fait l inverse ce qui fait remonter le cours du dollar. En 2013, la Banque centrale du Japon a également fait marcher la planche à billet pour faire baisser le cours du Yen et redonner une compétitivité-prix à l économie nippone. La Chine, quant-à-elle, a toujours manipulé le cours du Yuan afin qu il soit sous-évalué même si elle orchestre depuis quelque temps son appréciation afin d en faire une monnaie de réserve. 4. Seule la zone euro n a pas de varitable politique de change. Elle est partagée, de façon ambiguë, entre la BCE et les ministres des finances de la zone euro (Traité de Maastricht). La valeur de l Euro est donc fixée librement sur le marché des changes en fonction de l offre et de la demande qui dépendent, en partie, des anticipations des agents du marché sur les politiques monétaire et budgétaire menées au sein de la zone euro et aux Etats- Unis. Si la politique américaine apparaît comme trop expansionniste et trop inflationniste, les marchés vont se détourner du dollar et acheter de l Euro. A contrario, si les perspectives de croissance apparaissent plus solides aux Etats-Unis que dans l UE, l Euro va se déprécier vis-à-vis du dollar. La valeur de l Euro dépend donc, en grande partie, des décisions qui sont prises en dehors de la zone. L euro n est pas seulement une monnaie sans État. C est une monnaie sans souveraineté. Faute de gouvernement politique, l euro ne sert pas le projet européen.

18 5. La variation du taux de change doit conduire en principe à un rééquilibrage de la balance du commerce extérieur. Une dévaluation ou une dépréciation a deux effets contraires : Un effet prix : dans un premier temps, la baisse de la valeur de la monnaie nationale provoque une hausse du prix des importations et une baisse du prix des exportations. Les volumes échangés ne s'adaptant, au mieux, qu'à moyen terme, cela se traduit par une dégradation de la balance courante. Effets immédiats d'une dépréciation de l'euro (effets prix > effets volume) Un effet quantité ou effet volume : à moyen terme, la baisse des prix à l'exportation doit permettre un accroissement du volume des ventes, tandis que la hausse du prix des importations doit les décourager. Ces changements doivent permettre une amélioration du solde de la balance courante. L'effet quantité joue plus ou moins selon que la consommation des biens échangés est ou non sensible aux prix de vente, c est-à-dire de l élasticité-prix aux exportations (la baisse des prix n'affecte pas toujours les quantités vendues). Si elle est supérieure à 1, la hausse des quantités exportée sera supérieure à la baisse du prix et l effet volume l emportera sur l effet prix. Effets d'une dépréciation de l'euro après un laps de temps (effets volume > effets prix) : Ces effets contradictoires sont mis en lumière par le principe de la courbe en J de Marshall-Lerner : la dévaluation provoque une courte dégradation du solde de la balance commerciale (effet prix), avant de permettre une amélioration d'une plus grande ampleur (effet quantité). Les vérifications empiriques montrent que pour la plupart des pays industriels, la courbe en J s'étend sur une période de six mois à un an.

19 Un exemple de courbe en J : la balance courante américaine et taux de change effectif réel (TCER) dans les années 1980 NB : Le taux de change effectif est le taux de change d'une zone monétaire, mesuré comme une somme pondérée des taux de change avec les différents partenaires commerciaux et concurrents. On mesure le taux de change effectif nominal (avec les parités nominales), et le taux de change effectif réel, avec la prise en compte pour ce dernier des indices de prix et de leurs évolutions 6. Cependant, ce retour vers l équilibre n est pas si simple. La dévaluation ou la dépréciation du taux de change a plusieurs effets pervers. D une part, elle rend plus cher les importations, en particulier celles des produits primaires nécessaires à la production nationale (Pétrole, gaz, minerais ) ce qui augmente les coûts de production et ce qui diminue, par conséquent, la compétitivité-prix de l économie nationale à long terme. Autrement dit, la dévaluation va être une bouffée d oxygène pour le commerce extérieur qui n est pas durable car elle peut être à l origine de l inflation importée. D autre part, elle diminue la concurrence entre les producteurs étrangers et les producteurs nationaux ce qui évite à ces derniers de se restructurer et d innover. Or, de nos jours, la compétitivité hors-prix ou structurelle compte plus que la compétitivité-prix. En conséquence, importations et exportations sont de moins en moins sensibles aux variations des taux de change. Les échanges intra-firmes ne dépendent pas des prix et le choix des consommateurs est plus guidé par la qualité ou la différenciation du produit. La baisse de la valeur externe d un pays peu compétitif au niveau structurel ne lui rendra pas rapidement sa compétitivité (La Grèce ). Enfin, elles peuvent engendrer une «guerre des monnaies»: chacun peut avoir intérêt à dévaluer ou à faire déprécier sa monnaie, surtout en situation de crise économique, pour favoriser des exportations et sa production nationale. Ces dévaluations compétitives sont une forme de protectionnisme, qui peut engendrer des tensions entre pays et la mise en place de mesures de rétorsion (représailles).

20 7. C est la raison pour laquelle certains pays recherchent l'appréciation de leur monnaie. Une politique de «monnaie forte» cherche à mettre en place un cercle vertueux de l'appréciation. L'augmentation du taux de change rend les importations moins chères. En conséquence, les coûts de production sont limités et l'inflation réduite. De plus, les entreprises nationales sont pénalisées par les prix à l'exportation et doivent faire des efforts pour devenir plus compétitives. Cela a été le choix de l Allemagne avant la création de l Euro ce qui ne l a pas empêché de dégager d importants excédents commerciaux. Autre avantage, les titres financiers libellés dans cette monnaie prennent de la valeur par rapport à ceux libellés en devises étrangères et il est alors possible de les placer sur les marchés en les rémunérant un peu moins que ceux libellés en devises étrangères. Les emprunteurs d un territoire, dont la monnaie a tendance à s apprécier, peuvent donc s endetter en ne payant qu un taux d intérêt faible. Cercle vertueux d une monnaie forte Taux de change fort et stable Faible compétitivitéprix Stabilité ou baisse des prix à l importation Efforts des firmes pour améliorer leur compétitivité hors-prix Baisse de l inflation Baisse des coûts de production Conquête de nouveaux marchés Confiance dans la stabilité du pays Croissance du PIB et baisse du chômage Baisse de la prime de risque et du taux d intérêt

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS

TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS TD N 14 LA BALANCE DES PAIEMENTS La balance des paiements est un document comptable retraçant, pour une période donnée, l'ensemble des opérations entre les agents «résidents» (tous ceux qui résident pendant

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Terminale ES Enseignement spécifique Science économique Thème n 2 : Mondialisation, finance internationale et

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Le financement de l'économie

Le financement de l'économie Le financement de l'économie I - La Banque de France La Banque de France est la Banque centrale, ou Banque des banques. Elle émet de billets : c'est une banque d'émission. Elle effectue toutes les opérations

Plus en détail

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE I] PERSPECTIVE HISTORIQUE QUANT A L EVOLUTION DU CAPITALISME 1. L ère du Gold-index : en quoi l or permet-il un rééquilibrage automatique de la BP? 2. Les accords

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard

TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard TD n 1 groupe 1 : Vendredi 30 novembre 2007 Bertrand Lapouge Stéphane Perot Joël Maynard Note de synthèse : Les avantages et les inconvénients d une politique de changes flexibles La politique de change

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Balance des paiements (rappel)

Balance des paiements (rappel) et simpli ée la des et Balance des paiements (rappel) Td n 1 Tovonony Raza ndrabe EconomiX 01 octobre 2012 et simpli ée la des et Plan 1 et simpli ée la 2 des 3 et Les autres soldes et simpli ée la des

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

TD6 La balance des paiements

TD6 La balance des paiements TD6 La balance des paiements Banque de France : Balance des paiements et position extérieure de la France (http://www.banque- france.fr/fr/stat_conjoncture/balance/bdppof/bdppof.htm) en milliards d'euros

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

CH15 - Comment s'opère le financement de l'économie mondiale?

CH15 - Comment s'opère le financement de l'économie mondiale? CH15 - Comment s'opère le financement de l'économie mondiale? à intégrer à la partie 3 du cours (mondialisation, finance internationale, intégration européenne) Ce poly a été distribué en cours les 13

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE

CHAPITRE 9 L ÉPARGNE CHAPITRE 9 L ÉPARGNE LA NOTION D EPARGNE Définition Pour Bohm-Bawerk, l épargne s analyse comme la renonciation immédiate. Pour Keynes, l épargne est un résidu de revenu quand les besoins de consommation

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ (1 $ = 0,8 ) Une appréciation du taux de

Plus en détail

1 L équilibre sur le marché des biens et services

1 L équilibre sur le marché des biens et services Modèle IS LM BP IMPORTANT : en aucun cas ce cours ne remplace le cours magistral de M. Gilles Dufrénot, notamment le cours sur les chapitres 4 et 5. Il est destiné à faciliter la comprehension du cours

Plus en détail

Le change et les politiques de change

Le change et les politiques de change Le change et les politiques de change BTS 2ème année Economie générale Durée : 1 h cours + 2h TD Pré requis : Connaître les composantes de la balance des paiements. Principes d un régime de change flottants

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS

EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS Direction de la Formation Centre Ouest Africain de Formation et d'etudes Bancaires (COFEB) EPREUVE DU TEST DE PRE-REQUIS 30 ème PROMOTION DU COFEB Durée : 4 heures Aucun document n est autorisé Avenue

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE 2 1 L origine des opérations de change : Le change est l'acte par lequel on échange deux monnaies différentes. Ces monnaies peuvent être celle d un pays ou d un ensemble de

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques?

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? par Patrick Artus. Les interventions des banques centrales asiatiques sur le marché des changes visent à soutenir la compétitivité des exportations

Plus en détail

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE

CHAPITRE 4 - Monnaie, financement de l économie et politique monétaire MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE Chapitre 4 MONNAIE, FINANCEMENT DE L'ECONOMIE ET POLITIQUE MONETAIRE SECTION 1 : Qu'est ce que la monnaie? I Definition Deux definitions sont communement admises : - La monnaie est définie comme l ensemble

Plus en détail

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement?

DISSERTATION. Sujet = Dans quelle mesure une hausse de la rentabilité peut-elle stimuler l investissement? DISSERTATION Il est demandé au candidat : - de répondre à la question posée explicitement ou implicitement dans le sujet ; - de construire une argumentation à partir d une problématique qu il devra élaborer

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière?

Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 12 mars 2015 à 13:47 Chapitre 5 Qu est-ce que la globalisation financière? Introduction La globalisation financière est à la fois la condition d un système financier

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Prise de note des finances internationales

Prise de note des finances internationales Prise de note des finances internationales Séance de 13 novembre 2010 (SMI) CHAPITRE III : le système monétaire international Définition du SMI : le SMI est un ensemble des règles communes permettant un

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA Distribution: Restreinte EB 2005/84/R.33 18 avril 2005 Original: Anglais Point 14 b) ii) de l'ordre du jour Français a FIDA Conseil d'administration Quatre-vingt-quatrième session Rome, 18-20 avril 2005

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Chapitre 12 : Comment s opère le financement de l économie mondiale? (Durée indicative prévue 2 semaines)

Chapitre 12 : Comment s opère le financement de l économie mondiale? (Durée indicative prévue 2 semaines) T... Fustel de Coulanges 2012/2013 GALY marjorie.galy@wanadoo.fr http://www.toile.org 5 ème partie : Mondialisation Chapitre 12 : Comment s opère le financement de l économie mondiale? (Durée indicative

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

Chapitre I : Les caractéristiques générales du marché des changes traditionnel

Chapitre I : Les caractéristiques générales du marché des changes traditionnel Chapitre I : Les caractéristiques générales du marché des changes traditionnel Le marché des changes traditionnel possède des caractéristiques spécifiques portant sur les intervenants, les supports utilisés,

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

Système Monétaire International Et Système Financier International

Système Monétaire International Et Système Financier International Système Monétaire International Et Système Financier International I. Le S.M.I Objet du SMI : c est l établissement de règles relatives aux échanges de biens de services de capitaux entre pays qui utilisent

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or Chapitre 1 Le SMI 1.1 Les origines historiques du SMI actuel 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or L étalon change-or (Conférence de Gênes - 1922) Caractéristiques : Chaque monnaie nationale

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

Solde Courant et Choix Intertemporel

Solde Courant et Choix Intertemporel Solde Courant et Choix Intertemporel Grégory Corcos et Isabelle Méjean ECO 434: Economie Internationale Ecole Polytechnique, 2ème Année http://isabellemejean.com/eco434 InternationalEconomics.html Plan

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011

COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO. Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 COMPRENDRE LA CRISE DE LA ZONE EURO Source : Flash Economie, «La crise de la zone euro est finalement facile à comprendre», Natixis, 15/11/2011 I- Un endettement chronique du Sud de la zone euro vis-à-vis

Plus en détail