Royaume du Maroc. L'euro et le Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. Novembre 1998(Version actualisée en mars 2002)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Royaume du Maroc. L'euro et le Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. Novembre 1998(Version actualisée en mars 2002)"

Transcription

1 Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation L'euro et le Maroc Novembre 1998(Version actualisée en mars 2002)

2 Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les documents de travail engagent cependant la responsabilité de leurs auteurs. Ils sont diffusés par la Direction pour approfondir le débat sur les sujets en question et susciter des observations.

3 Table des matières 1. Préambule Grandes étapes de la monnaie unique Conséquences pour l Europe Avantages Principales réserves Euro face au dollar Conséquences pour le Maroc Préparation de l ouverture du Maroc sur la zone de libre-échange Principales réformes menées depuis Conduite de politiques économiques plus réactives Avantages de l euro pour le Maroc Certains risques pour l économie nationale Conséquences sur la dette extérieure Mécanisme de conversions de dettes en investissements Réaménagements opérés par le Maroc Effets sur les investissements directs étrangers Effets sur les réserves de change Enseignements pour la politique monétaire Répercussions sur le milieu des affaires Préparation des entreprises Conséquences pour les entreprises Actions de Bank Al Maghrib Actions des banques commerciales Exemples de secteurs dépendant étroitement de l'euro Textile et habillement Chiffres clés du secteur Effets prévisibles de l avènement de l euro fiduciaire sur le secteur Secteur du tourisme Chiffres clés du secteur Effets de l avènement de l euro sur le tourisme marocain Perspectives d une monnaie unique régionale pour le Maghreb

4 1. Préambule L avènement de l euro est un événement historique qui représente le couronnement d'un long processus et constitue un facteur de stabilité à l intérieur d un espace économique qui s est fortement restructuré depuis le traité de Rome de Compte tenu des relations étroites entre l'union Européenne et le Maroc renforcées par l accord d association conclu entre les deux parties en 1996, la mise en place de l euro a plusieurs conséquences sur l'économie marocaine. Après un aperçu de l historique de l euro et ses retombées sur l Europe, la présente note a pour objectif de présenter les conséquences de l avènement de la monnaie unique européenne sur l'économie marocaine et particulièrement sur certains secteurs qui dépendent étroitement de l euro et de retracer le processus de préparation à cet événement aussi bien au niveau des pouvoirs publics (réformes, préparation à l ouverture, action de Bank Al Maghrib) que des entreprises et du secteur bancaire. 2. Grandes étapes de la monnaie unique La naissance de l euro est l aboutissement d un long processus de recherche de la stabilité monétaire nécessaire à la construction de l Union Economique et Monétaire (UEM). Elle libère les européens des contraintes qu imposait la gestion du Système Monétaire Européen (SME) et de ses marges de fluctuation. Ci-après sont présentées les grandes étapes de cette construction : 1944 : naissance du Système Monétaire International (SMI) de Bretton Woods qui repose sur deux principes : le dollar devient la monnaie de référence avec un rapport fixe avec l'or et des parités officielles sont fixées entre les monnaies et le dollar avec des fluctuations de + ou 1% : crise du SMI, fin de la convertibilité du dollar et l'or et assouplissement du système avec des fluctuations à 2,25%. Ecarts considérables entre les monnaies des pays européens et besoin de stabilité pour bâtir l'uem : les européens vont donc créer leurs propres règles : naissance du serpent monétaires européen : avec la crise pétrolière de 1973, fin du SMI et flottement généralisé des monnaies. De 1972 à 1978, il y a eu 7 sorties du serpent monétaire européen : naissance du Système Monétaire Européen (SME). Création de l'écu, avec une marge de fluctuation de 2,25% tolérée des monnaies de la CEE par rapport à l'écu. Le SME connaît un succès, il assure la stabilité des monnaies européennes et prépare le passage à la monnaie unique. Février 1992 : décision d adopter l euro lors du traité de l Union Européenne signé à Maastricht par les chefs d Etat ou de gouvernements des Etats membres. 15 et 16 décembre 1995 : décision des quinze d appeler "euro" la monnaie unique lors du Conseil européen de Madrid. Mai 1998 : sélection des pays participants et fixation de cours pivots bilatéraux qui serviront à déterminer les taux de conversion irrévocables. 31 décembre 1998 : fixation irrévocable des taux de conversion des monnaies "in" en euros. 2

5 1 er janvier 1999 : lancement de l euro pour les onze pays qui ont rempli les conditions nécessaires fixées par le traité de Maastricht, suivis de la Grèce depuis le 1 er janvier Naissance de la Banque Centrale Européenne garante de la stabilité des prix. Passage à l euro fiduciaire le 1 er janvier 2002 dans les douze pays de la zone euro. 30 juin 2002 : les pièces et billets en monnaies "in" cesseront d'avoir un cours légal. 3. Conséquences pour l Europe En se dotant de l euro, l Europe se donne les moyens de mieux défendre ses intérêts sur les marchés mondiaux, particulièrement face au dollar et de concentrer sa politique monétaire sur les objectifs internes d inflation et de croissance. L UEM forme, désormais, une grande économie, moins dépendante de l extérieur que chacun de ses membres, pris séparément. Ainsi, la politique monétaire européenne a les moyens, à l instar de la politique monétaire américaine, de gérer souplement le cycle conjoncturel avec un objectif hiérarchisé de stabilité des prix et de croissance. L avènement de l euro se traduira par des avantages certains pour l Europe, mais il impliquera des disciplines et comportera des risques. Il s est révélé faible face au dollar à ce jour, mais il sera amené à concurrencer le billet vert et à s imposer en tant que monnaie internationale Avantages L existence de monnaies différentes constituait un obstacle aux échanges européens compte tenu des limites du rôle stabilisateur du SME lors de dépréciations importantes (lire, livre, peseta) ou de hausses coûteuses de taux d intérêt lors de défense des taux pivots (cas de la France en 1992 et 1993). Par conséquent, l introduction de l euro se traduit par de nombreux avantages : Importante économie de coûts pour les entreprises : la disparition du besoin de se couvrir contre le risque de change au sein de l UEM implique la baisse des coûts des transactions. De même, le coût des transferts de fonds sera, massivement diminué. Enfin, un grand marché obligataire est né grâce à l euro, facteur de liquidité et par conséquent de baisse du coût réel du financement des investissements. Suppression des dévaluations compétitives qui contribuera à la stabilisa tion des prix à l intérieur de l Union, et réduction des taux d intérêt qui facilitera les échanges entre pays membres. Accroissement de la concurrence, dès lors que le marché européen sera rendu plus transparent, avec des prix directement comparables dans la durée. Parallèlement, les entreprises pourront rationaliser leurs implantations au sein de la zone euro, l élément d incertitude lié au change ayant disparu. Dynamisation du secteur financier : l euro va tendre à unifier les marchés financiers de l UEM par l élargissement des placements domestiques à l ensemble de la zone euro. Ce changement de dimension des bassins d épargne et d investissement s accompagnera d un développement des marchés financiers, avec une structure de financement de l économie se rapprochant de celle prévalant aux Etats-Unis, faisant davantage appel à une gamme élargie d instruments de marché. 3

6 Meilleure allocation de l épargne et relance de l investissement : les investissements les plus rentables seront financés en priorité. Le financement de l innovation devrait s en trouver facilité. Maîtrise de l inflation : l euro sera géré par la Banque Centrale Européenne, instance supranationale indépendante du pouvoir politique, dont l objectif principal est de garantir la stabilité des prix. Rééquilibrage du système monétaire international : l hégémonie du dollar en termes de monnaie de facturation des échanges, de monnaie de réserve ou de monnaie de placement pour les investisseurs privés sera de plus en plus partagée par l'euro qui devient un concurrent crédible au dollar et jouera progressivement un rôle important sur la scène internationale. Par ailleurs, l euro permettra une meilleure distribution de la croissance. Comme la dévaluation ne pourra plus donner un avantage compétitif à un pays, ou restaurer une compétitivité dégradée, c est la compétitivité globale de chaque pays qui importera. Celle-ci recouvrera, dans une période transitoire, un ensemble complexe de facteurs (qualité des infrastructures, système de formation et qualité de la main d œuvre, coûts salariaux, flexibilité du marché du travail, fiscalité, procédures administratives...). Il pourrait en résulter une concentration de certaines activités de pointe dans un nombre limité de régions européennes. Cette concentration, observée aux Etats-Unis, permet en effet aux entreprises de disposer d un environnement favorable en termes de main d œuvre (fluidité du bassin d emplois en personnes qualifiées), d infrastructures spécialisées, de soustraitance et de centres de recherche-développement. Parallèlement, des charges fiscales ou sociales particulièrement lourdes, qui ne seront pas compensées par d autres facteurs positifs, pousseraient à la délocalisation de certaines activités vers les autres pays de l UEM. Ce risque est d autant plus grand que la base taxable est plus mobile (les entreprises, l épargne, la main d'oeuvre hautement qualifiée). De ce fait, des pressions fortes à la convergence des taux marginaux de prélèvement se feront jour. Cette convergence amènera les gouvernements à accélérer l'harmonisation des systèmes fiscaux Principales réserves La mise en place de l euro engendre des contraintes et une discipline rigoureuse pour les pays de l Union. On peut citer, notamment, les contraintes ci-après : Renforcement des critères de convergence dits de Maastricht (taux d inflation ne dépassant pas 2% ; déficits publics inférieurs à 3% du PIB ; endettement public inférieur à 60% du PIB) par le Pacte de Stabilité et de Croissance adopté au sommet d Amsterdam en juillet 1997 pour garantir que la convergence sera durable et que des sanctions seront prises contre les pays de l euro qui ne contrôleraient pas leur déficit. Abandons de souveraineté au profit de la BCE ; le Conseil de l Euro 1 qui comprend les gouverneurs des banques centrales nationales ne compensera pas véritablement l'influence de la BCE. 1 Le Conseil de l'euro a été créé en décembre C'est une instance informelle non décisionnelle créée à la demande de la France et de l'allemagne pour coordonner les politiques économiques. Elle réunit les ministres des Finances des pays de la zone euro qui y discutent entre eux des questions concernant la gestion de la monnaie unique et les relations de change entre l'euro et les autres monnaies. C'est un organe essentiel pour l'établissement d'un bon équilibre entre une politique monétaire unique et les politiques budgétaires nationales. 4

7 Risque de chocs asymétriques : dans le cas où un pays de l UEM se trouve seul affecté par un choc économique, il ne pourra plus disposer de l instrument du change pour restaurer sa compétitivité et soutenir sa croissance. Une partie des chocs pourra être amortie par le jeu des finances publiques, dès que les marges de manœuvre auront été reconstituées. A terme, une augmentation du poids du budget communautaire permettrait d opérer automatiquement un transfert de ressources vers un pays en difficulté. Lenteur de la mise en place des coordinations fiscale et sociale, alors que le problème de l emploi, laissé au seul recours des Etats est loin d être résolu et que le budget communautaire est insuffisant pour compenser les écarts, en matière de situation économique, qui pourraient survenir d un pays à l autre (chocs asymétriques). Lenteur de la réforme des institutions : la construction politique de l Union Européenne est reportée, l harmonisation fiscale est encore à l état de projet et l hypothèse d un système fédéral, complément naturel de l union monétaire suscite toujours une vive opposition. Absence de fédéralisme budgétaire qui prive l Europe de capacités d intervention. Compte tenu du montant limité du budget communautaire (environ 1,2 point du PIB européen), il apparaît, en effet, difficile de considérer que l UEM puisse être de ce point de vue, une zone monétaire optimale. Problématique de l élargissement de l'union Européenne : l adhésion des pays d Europe Centrale et Orientale peut constituer aussi bien un élément de stabilisation d une Europe considérablement élargie qu un facteur supplémentaire de fragilisation de l ensemble de l édifice communautaire Euro face au dollar 12,5 Cours de change 1, ,5 11 euro/dollar dollar/dh 1,1 1 0,9 10,5 10 9,5 9 euro/dh 0,8 0,7 0,6 8,5 0,5 8 0,4 janv-99 mars-99 mai-99 juil-99 sept-99 nov-99 janv-00 mars-00 mai-00 juil-00 sept-00 nov-00 janv-01 mars-01 mai-01 juil-01 sept-01 nov-01 Depuis le début de sa cotation, début 1999, l'euro a perdu 25% de sa valeur et la part du dollar dans les réserves mondiales a grimpé à 65% contre un peu plus de 20% pour l'euro et 8% pour le yen 2. Cette faiblesse structurelle trouve son origine dans les éléments suivants : La persistance d'un écart de croissance potentielle important entre les Etats-Unis et la zone euro (supérieur à 2%). 2 Selon le Conference Board américain. 5

8 L'importance des sorties de capitaux longs vers les Etats-Unis, investissements de portefeuilles et investissements directs confondus : en 1999 et le premier semestre 2001, ces mouvements s'expliquent notamment par la multiplication des opérations de fusion et d'acquisition des entreprises européennes attirées par les perspectives de croissance à long terme et de rentabilité aux Etats-Unis et l'attractivité du marché actions américain comparativement à celui de l'europe. L'appartenance d'une grande partie du monde à la zone dollar. Selon la Réserve fédérale, 70% de la circulation monétaire est hors du territoire des Etats-Unis et les investissements, directs ou non s'orientent vers le monde du dollar. La lenteur de la mise en place de réformes structurelles profondes qui concernent les marchés des capitaux, des biens et du travail (manque de souplesse du marché du travail, qui décourage le transfert des forces productives vers les activités d'avenir comme les NTIC à l'instar de ce qui s'est produit aux Etats-Unis) et de mise en œuvre d un policy - mix judicieusement dosé dans la zone euro. Rôle de monnaie refuge traditionnellement joué par le dollar en cas de crise internationale à l'image de ce qui s'est produit suite aux événements du 11 septembre. En 1998, la monnaie unique intervenait dans 50% des opérations de change dans la zone euro alors que sur le plan international, le dollar intervient dans 94 % des opérations au comptant et à terme. De même, le dollar est la monnaie de réserve par excellence, puisque la proportion des réserves mondiales ou en instruments libellés en dollars est estimée à 70%. L'évolution de l euro face au dollar dépend étroitement de la conjoncture américaine, de l'amélioration de l'activité dans la zone euro et du rôle joué en tant que monnaie internationale, à savoir une monnaie de réserve, de transaction, e t de placement. 4. Conséquences pour le Maroc Les relations entre le Maroc et l'union Européenne se sont intensifiées depuis la signature en 1996 de l accord d association portant création d une zone de libre échange à l horizon 2010 comme en témoignent les éléments ci-après. L'Union Européenne représente 74,8% de nos exportations en 2000, contre 73,7% en 1996 et 57,3% de nos importations en 2000, contre 57% en Elle a représenté 84% des IDE entrants en 1999 comme en 2000 et abrite l'essentiel des Marocains Résidants à l Etranger. L excédent commercial réalisé par l Union Européenne vis-à-vis du Maroc est considérable et n est pas compensé par les flux de capitaux privés. Cet excédent va probablement s amplifier avec l édification progressive de la zone de libre-échange. L'Union Européenne est le premier créancier du Maroc avec 38,3% de la dette extérieure totale en Depuis 1996, le Maroc est un chantier de réformes visant à préparer l ouverture de son économie au libre échange. 6

9 4.1. Préparation de l ouverture du Maroc sur la zone de libre-échange Principales réformes menées depuis 1996 Les réformes ont concerné la promotion de l investissement, le développement du secteur financier, l intégration à l économie mondiale, la poursuite du désengagement de l Etat, la modernisation de l administration publique, l assainissement des finances publiques et la promotion des secteurs sociaux. L objectif recherché est de créer les conditions d une croissance rapide et soutenue créatrice d emplois, d améliorer le niveau de vie des citoyens et de renforcer les liens de solidarité sociale. Les principales réformes réalisées sont précisées cidessous : Environnement des affaires : charte de l investissement, code du commerce, loi sur les sociétés, loi sur la concurrence et la liberté des prix, lois relatives à la protection de la propriété intellectuelle et industrielle, l OMPI, Groupements d Intérêt Economique, tribunaux de commerce, Agence Nationale de Promotion de l emploi et des Compétences, guichets uniques régionaux, Réforme du secteur financier : libéralisation des taux d intérêt, modernisation de la Bourse, réforme du marché monétaire, création du marché de change, renforcement de l épargne institutionnelle (marché hypothécaire, réorganisation de la CMR, projet de loi sur les assurances) réforme du Crédit Populaire, Intégration à l économie mondiale : conclusion d accords de libre échange (AELE, Zone de Libre Echange Arabe), poursuite de la libéralisation du commerce extérieur (valeur du GATT, Code des douanes), réaménagement du panier de cotation du dirham en renforçant la pondération de l'euro Désengagement de l État : privatisation (attribution de la deuxième licence GSM, ouverture du capital d Itissalat Al Maghrib), concessions des services publics et préparation de la libéralisation des secteurs d infrastructures. Transparence et moralisation : pénalisation de la fraude fiscale, Pacte de Bonne Gestion, code des marchés publics et lancement de la modernisation de l administration. Développement du social (46,7% du budget général de l État hors dette pour l exercice contre 41% en ) et des mécanismes de lutte contre la pauvreté (BAJ1, Agence de développement social, micro-crédit, habitat social, ). Poursuite du dialogue social et préparation en cours du régime d assurance maladie obligatoire Conduite de politiques économiques plus réactives En plus de la mise en œuvre de réformes structurelles tendant à améliorer l environnement des affaires, la politique économique est désormais plus réactive pour s adapter aux conditions du libre-échange. On observe notamment : la contractualisation des rapports public-privé, favorisée par la contribution du Fonds Hassan II (conclusion de contrats programmes dans les secteurs du tourisme et des NTIC) ; la dynamisation de l investissement public et le développement d une nouvelle approche budgétaire (programmation pluriannuelle des dépenses, meilleur ciblage des investissements en fonction de leur effet sur l emploi et le secteur privé) ; 7

10 le renforcement programmé de l autonomie de la Banque Centrale à travers l amélioration du système de contrôle et une plus grande neutralité vis-à-vis des institutions contrôlées, ce qui lui permettrait de concentrer sa politique monétaire sur les objectifs de stabilité et de croissance ; la recherche d une meilleure efficacité de la politique budgétaire en orientant les dépenses vers la valorisation des ressources humaines et l accroissement du stock de capital productif ; l accélération de la modernisation de la Bourse (renforcement de l'autorité du CDVM, création de nouveaux compartiments pour les PME et les entreprises d'infrastructure, développement des nouveaux indices de capitalisation MASI et MAEDEX) ; la priorité accordée à des gisements sectoriels de croissance tels que le tourisme, les NTIC, l habitat social, l agroalimentaire, la pêche et le textile ; l opportunité d une nouvelle stratégie de promotion des exportations (accélération de la mise en place de l Agence Nationale de Promotion Économique, dynamisation de la diplomatie économique, diversification des marchés grâce à l établissement de liens étroits avec les pôles d entraînement de la croissance mondiale, accélération du partenariat Sud-Sud, promotion de la qualité, amélioration du financement des exportations, ) Avantages de l euro pour le Maroc Le Maroc pourrait bénéficier de l accélération de la croissance communautaire qui résulterait de l introduction de l euro, via l amélioration de la demande étrangère qui lui est adressée. De ce fait, on pourrait s attendre à ce que le Maroc puisse profiter aussi bien d une augmentation des exportations vers l'union Européenne que vers les autres pays en Europe et en Méditerranée qui verront aussi une accélération de leur croissance. Néanmoins, cet effet de stimulation économique n est pas acquis puisque les entreprises marocaines seront confrontées à une forte concurrence de la part des entreprises communautaires ou tierces. Par ailleurs, le renforcement de l intégration commerciale et financière entre les pays de l Union a permis d observer depuis une dizaine d années une synchronisation de leurs cycles conjoncturels. Cet effet va d autant s intensifier que la monnaie unique met fin à l instrument de politique de change et que la convergence va s accroître. Ceci signifiera pour le Maroc que les cycles conjoncturels impliqueraient des impulsions sur l économie marocaine plus prononcées qu avant. Le renforcement de la concurrence en Europe après l introduction de l euro devrait contribuer à une certaine réduction des prix ainsi qu une baisse des taux d intérêt associés à l euro en raison de la concurrence entre les banques européennes. La baisse des prix impliquerait certainement diverses retombées pour les entreprises marocaines dont essentiellement : un avantage pour les entreprises qui dépendent des importations européennes ; une baisse des coûts d emprunt pour les entreprises pouvant mobiliser des fonds sur le marché européen suite à l intégration renforcée du marché financier eur opéen, sa transparence et sa compétitivité ; une protection contre les risques de change que couraient les entreprises quand elles s endettaient dans une monnaie européenne qui est différente de celle de leurs recettes d exportation ; 8

11 une simplification des calculs et des opérations ; un meilleur jeu de la concurrence entre les fournisseurs européens sur le marché local avec la transparence des prix ; une opportunité pour mobiliser des fonds supplémentaires à des coûts relativement modérés, à travers notamment des émissions obligataires en euros. Les impacts que pourrait récolter le Maroc ne sont pas automatiques. Pour en tirer profit, le Maroc devrait poursuivre sa politique de mise à niveau et de diversification de l économie. De plus, la politique économique de l Union qui est orientée, durablement vers la stabilité, donnera certainement une opportunité et une incitation supplémentaires pour le Maroc de poursuivre sa politique de stabilisation macro-économique. Cette politique est indispensable pour maîtriser l'inflation, renforcer la compétitivité de l économie marocaine et créer les bases pour une croissance soutenue et durable Certains risques pour l économie nationale Toutefois, l euro présente quelques sources d inquiétude pour l économie nationale liées notamment : au caractère néfaste des fluctuations euro/dollar sur la compétitivité des exportateurs, allégé cependant par le réaménagement du panier de cotation du dirham qui a renforcé le coefficient de pondération de l'euro en avril 2001 ; à l intensification de la concurrence de la part des entreprises de l Union monétaire qui verront leurs coûts de transaction et de financement réduits. De ce fait, le Maroc se doit de conduire avec détermination une politique de diversification de ses marchés extérieurs et de renforcer sa base exportatrice afin d'amortir les retournements de cycles ; aux retombées limitées à plus longue échéance en l absence d un système monétaire méditerranéen (régimes de change hétérogènes, convertibilité partielle des monnaies méditerranéennes, ) Conséquences sur la dette extérieure Les retombées sur la dette extérieure se seraient traduites par le renchérissement du remboursement des dettes contractées par le Maroc en devises faibles (pesetas, lires) et à des taux d intérêt faibles si le Ministère de l Economie, des Finances de la Privatisation et du Tourisme n'avait pas anticipé la reconversion de la dette en investissements et réaménagé sa structure selon les monnaies Mécanisme de conversions de dettes en investissements Ce mécanisme, qui porte sur la dette rééchelonnée à l'égard des créanciers membres du Club de Paris, concerne à la fois la conversion de la dette en investissements publics et la conversion en investissements privés. En effet, 1,9 milliard USD ont été traités au titre de la dette extérieure : la conversion de dettes en investissements pour 868,1 millions USD, le refinancement de dettes onéreuses pour 881 millions USD et la transformation de certains taux d'intérêt onéreux pour 157 millions USD. 9

12 Un accord a été signé le 19 septembre 2000 avec le Gouvernement espagnol portant sur la conversion de 40 millions de dollars. 46,4% de l'enveloppe totale a été utilisé à ce jour. Un accord a été signé le 12 avril 2000 avec le Gouvernement italien pour la conversion de 100 millions de dollars de dettes en projets publics inscrits au niveau des Lois de Finances pour le 2 ème semestre 2000 et pour L'annulation d'une première tranche a été opérée en septembre 2001 portant sur un montant d'environ 550 millions de dirhams relatif aux dépenses couvrant la période du 11/04/2000 au 31/12/2000. Avec la France, la reconversion a été réalisée en trois tranches. La première tranche (accord du 13/01/1996) portant sur un montant de 600 millions de FF (120 millions USD) a été totalement épuisée. 32 projets ont bénéficié de ce mécanisme pour un montant agréé de 1,2 milliard de FF. Le montant effectivement débloqué par le Trésor marocain s'élevait à 563 millions de dhs et a généré un investissement d'environ 2 milliards de dhs. Par ailleurs, en 1996, un accord pour l'annulation de la dette marocaine en faveur d'investissements publics d'un montant de 400 millions de FF a été signé. Cette enveloppe, entièrement épuisée, a été affectée à la réalisation de projets d'infrastructures dans les provinces du nord. La deuxième tranche (accord du 24/10/1997) a porté sur 1,4 milliard de FF (280 millions de USD). La dette effectivement rachetée au Trésor français a atteint un montant de 721 millions de FF. Au cours du lancement de cette tranche, 20 projets ont été agréés pour un montant de 1,4 milliard de FF. Le montant versé par le Trésor marocain aux promoteurs s'élevait, au 17/02/1999, à 665 millions de dhs et a généré un montant d'investissement de 4,7 milliards de dhs. La troisième tranche (accord du 21/03/2000) porte sur un montant de 700 millions de FF Réaménagements opérés par le Maroc Le Ministère de l Economie, des Finances de la Privatisation et du Tourisme, anticipant l avènement de l euro fiduciaire, a réalisé les aménagements suivants sur la dette extérieure nationale : Conversion de tous les prêts libellés en monnaies fortement fluctuantes telles que la peseta espagnole ou la lire italienne, en deutschemark, la monnaie européenne de référence avant la mise en place de l'euro en Seuls les prêts libellés en franc français et en livre sterling sont restés inchangés. Le franc constitue l autre monnaie européenne de référence et la livre reste collée au dollar. Ces deux devises présentent un risque limité. Conversion début 1999 de la totalité des prêts libellés en monnaies allemande et française en euros tout en optimisant les risques en devises. Ce traitement a eu pour effet non seulement de sécuriser l encours mais aussi et surtout de soulager le budget de l Etat puisqu il a permis de limiter l impact négatif des fluctuations des taux de change de certaines monnaies. Adaptation de la Direction du Trésor, sur le plan informatique, de son système de gestion de la dette extérieure en intégrant les modifications nécessaires pour chaque prêt et en tenant compte de l historique des prêts dans les devises initiales. 10

13 4.3. Effets sur les investissements directs étrangers Le passage à l euro ne semble pas exercer une influence sur les investissements directs étrangers. Ces derniers obéissent à d autres variables plus pertinentes comme la taille et le taux de croissance du marché local, l existence d un tissu industriel local performant Néanmoins, l alignement du dirham sur l'euro, opéré en avril 2001, aurait pour conséquence de dynamiser les entrées d'investissements européens Effets sur les réserves de change Au niveau de la structure et de la gestion des réserves de change, on observe le renforcement du poids de l euro. L accroissement de la part de l euro dans les réserves de change résulte, en effet, de : l intensification des échanges commerciaux surtout avec la mise en place progressive de la zone de libre-échange ; l augmentation des échanges libellés en euros à mesure que la facturation des opérations sera alignée sur la structure des échanges extérieurs du Maroc ; la nature des engagements financiers futurs du Maroc qui se feront probablement davantage en euros Enseignements pour la politique monétaire L ensemble des éléments qui précédent, permet de dégager les enseignements suivants. L intégration du Maroc à l espace financier européen implique une libéralisation financière plus poussée et une plus grande exposition aux investissements étrangers de portefeuille, dont la volatilité peut-être à l origine de crises financières (expérience des pays d Asie du Sud Est en ). L ancrage explicite du dirham à l euro est non souhaitable dans l immédiat (préalables : mise à niveau de l économie, réduction de la vulnérabilité à l aléa climatique et élargissement des marges de manœuvre budgétaires). Par contre, il est primordial de neutraliser les impacts négatifs des dévaluations compétitives menées à l étranger par l intégration éventuelle au panier de cotation de dirham des devises de pays concurrents. Il est nécessaire de poursuivre l adaptation de notre politique de change régulièrement à l évolution de notre environnement en accordant une attention privilégiée aux fluctuations des monnaies de nos concurrents. Il est fondamental surtout de renforcer la compétitivité structurelle de l économie marocaine (accélération de la mise à niveau, développement d un véritable climat entrepreneurial, dynamisation du partenariat euro-med, ). 11

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler Aperçu bref sur la dette du Maroc Aperçu bref sur la dette du Maroc Avant l indépendance Opérations effectuées au profit

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

RISQUES Risque de change

RISQUES Risque de change Les devises sont désignées par une abréviation standardisée. Ce code ISO est constitué de 3 lettres dont les deux premières correspondent au pays et la troisième à la devise (CAD pour Dollar Canadien).

Plus en détail

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes»

«Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» «Réglementation des Investissements Directs Étrangers au Maroc : progrès et réformes» M. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Paris, le 29 octobre

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école

Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Propositions d éléments constitutifs d une éducation financière à l école Mai 2009 Les compétences qu il faudrait avoir acquises A la fin du primaire A la fin de la scolarité obligatoire Les élèves doivent

Plus en détail

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc

Document de travail n 46. La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances. Royaume du Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La dimension économique du Ministère de l'economie et des Finances Novembre 1999 Document de travail n 46 C est un grand plaisir pour

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014

Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014 Développement de l'afrique Subsaharienne. Quels rôles et Opportunités pour le Maroc? TANGER (Maroc) 24, 25, 26 AVRIL 2014 L accompagnement des IDE (Investissements Directs Etrangers) par les banques marocaines

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Les accords entre le Maroc et l UE Effectué par : Adil EL ACHARI Lausane INDOULI Yassir BENBOUZID Plan: Introduction I. Historique II. Accord de libre échange entre Maroc et UE 1. Présentation 2. Opportunité

Plus en détail

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances

Investissement des réserves de sécurité sociale: possibilités et performances Association internationale de la sécurité sociale Colloque des directeurs d'institutions de sécurité sociale des pays francophones d'afrique Limbé, Cameroun, 28-30 janvier 2004 Investissement des réserves

Plus en détail

Vue d ensemble des programmes d'aide financière

Vue d ensemble des programmes d'aide financière Vue d ensemble des programmes d'aide financière (état au 31 août 2015) Vue d ensemble des aides financières européennes fournies par le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig

Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998. Remarques introductives de Bruno Gehrig Conférence de presse semestrielle, Genève, le 18 juin 1998 Remarques introductives de Bruno Gehrig A l'approche du passage à l'euro Le 1er janvier 1999, onze des quinze Etats de l'union européenne introduiront

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CADRE GENERAL II DEFINITION, OBJECTIFS ET PRINCIPES DU CDMT III DEMARCHE METHODOLOGIQUE D ELABORATION DU CDMT IV PERSPECTIVES 2 Le gouvernement a entrepris ces dernières

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE

CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE CONSEIL GENERAL DE LA VIENNE REUNION DU CONSEIL GENERAL DU 21 DECEMBRE 2012 BP 2013 COMMISSION DES FINANCES ET DU PARC DU FUTUROSCOPE Direction Générale Adjointe Fonctionnelle Direction Générale Adjointe

Plus en détail

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER

TP 3 : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER GACO S TP : LA SELECTION DES MARCHES ETRANGERS ET LES MODES DE DISTRIBUTION A L ETRANGER Cas n : SELECTION DES MARCHES CIBLES : AQUALUX / Pour appréhender ces marchés, les critères généraux et spécifiques

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière

Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Résultats comptables et situation financière des PME de l industrie manufacturière Faits marquants en 2008-2009 - La rentabilité économique recule mais demeure satisfaisante - L investissement ralentit

Plus en détail

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME La PME Marocaine Levier de développement économique et d innovation Saad Hamoumi Président de la commission PME Rencontre des PME Ibéro Américaines et d Afrique du Nord Madrid 22 octobre 2012 I: L économie

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

INDEPENDANCE DES BANQUES CENTRALES: MYTHE OU REALITE?

INDEPENDANCE DES BANQUES CENTRALES: MYTHE OU REALITE? INDEPENDANCE DES BANQUES CENTRALES: MYTHE OU REALITE? Expérience de la Banque Centrale du Congo (BCC) Deogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO Gouverneur Malabo, Août 2015 1 2 SOMMAIRE I. APERCU DES MISSIONS DE

Plus en détail

Une solution de placement simple et efficace

Une solution de placement simple et efficace INVESTIR Fonds diversifiés Banque Nationale Une solution de placement simple et efficace INVESTIR Fonds diversifiés Banque Nationale Que sont les Fonds diversifiés? Cinq solutions clés en main conçues

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Fonds diversifiés Banque Nationale. Une solution de placement simple et efficace

Fonds diversifiés Banque Nationale. Une solution de placement simple et efficace Fonds diversifiés Banque Nationale Une solution de placement simple et efficace INVESTIR Fonds diversifiés Banque Nationale Que sont les Fonds diversifiés? Cinq solutions clés en main conçues pour répondre

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9

Qu est-ce que la Bourse? 3. Les marchés de cotation 5. La structure du marché 7. Les principaux intervenants du marché 9 Qu est-ce que la Bourse? 3 Les marchés de cotation 5 La structure du marché 7 Les principaux intervenants du marché 9 La protection des investisseurs 11 2 Qu est-ce que la Bourse? Marché organisé, où s

Plus en détail

Fonds de financement de la transition énergétique

Fonds de financement de la transition énergétique Fonds de financement de la transition énergétique Convention particulière de mise en œuvre de l appui financier au projet «Territoire à énergie positive pour la croissance verte» Entre La ministre de l

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Restera-t-il une place pour l éolien dans le futur marché énergétique?

Restera-t-il une place pour l éolien dans le futur marché énergétique? Restera-t-il une place pour l éolien dans le futur marché énergétique? France Energie Eolienne Mars 2014 Le marché de l électricité traverse aujourd hui une crise sans précédent. La crise économique engendre

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION

SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION SOCIETE MAROCAINE D ASSURANCE A L EXPORTATION LA SMAEX, INSTRUMENT DE SÉCURISATION DES EXPORTATIONS Nezha LAHRICHI Présidente Directrice Générale 02 Novembre 2009 1 A propos de la SMAEX: Exporter c est

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances

La revue financière. Publication du ministère des Finances Publication du ministère des Finances Faits saillants 2009 : excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,8 milliard de dollars a été dégagé en février 2009, comparativement

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire

L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Conseil National du Commerce Extérieur L observatoire de conjoncture et de compétitivité de l industrie alimentaire Anticiper Partager Agir 2005 www.cnce.org.ma CHAPITRE I : Sommaire LES INDICATEURS DE

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars

La revue financière. Publication du ministère des Finances. Décembre 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Publication du ministère des Finances Faits saillants 2008 : excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars Un excédent budgétaire de 0,2 milliard de dollars a été enregistré en décembre 2008, comparativement

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail