ECONOTE Société Générale Département des études économiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECONOTE Société Générale Département des études économiques"

Transcription

1 N 4 DÉCEMBRE 2011 ECONOTE Société Générale Département des études économiques CHINE : L'INTERNATIONALISATION SANS CONVERTIBILITÉ DU RENMINBI Depuis quelques années, les autorités chinoises ont multiplié les initiatives pour internationaliser le renminbi (RMB), avec (i) la conclusion de plusieurs accords bilatéraux d échanges de devises avec du RMB entre la Banque Populaire de Chine et d'autres banques centrales étrangères, (ii) l utilisation croissante du RMB comme moyen de règlement des échanges commerciaux, et (iii) le développement d un centre offshore du RMB à Hong Kong. Si l utilisation du RMB comme unité de compte et moyen de paiement est déjà un succès, son absence de convertibilité limite sa fonction de réserve de valeur et donc son internationalisation. Cependant, quelques conditions préalables devront être réunies pour permettre la convertibilité du RMB : un système bancaire plus robuste, des marchés financiers plus profonds et plus liquides, et une plus grande flexibilité du régime de change. L'internationalisation du RMB reste donc encore lointaine. Sopanha SA Meno MIYAKE

2 Au cours de ces trois dernières années, les autorités chinoises ont multiplié les initiatives pour internationaliser le renminbi (RMB), qu il s agisse d accords d échanges de devises avec du RMB, de l utilisation du RMB comme moyen de règlement des échanges commerciaux, ou du développement d un centre offshore du RMB à Hong Kong. L internationalisation du RMB est en marche mais les perspectives de sa pleine convertibilité restent encore lointaines. UNE APPROCHE ORIGINALE D'UNE PERSPECTIVE INTERNATIONALE L approche chinoise est unique sur deux plans. En premier lieu, elle consiste à développer l internationalisation du RMB à partir d une place offshore (Hong Kong). Le développement du marché offshore du RMB est comparable à celui de l'eurodollar observé dans les années à Londres. Ce marché de l eurodollar a rapidement progressé notamment en raison de facteurs politiques. Les pays exportateurs de pétrole préférant conserver leurs pétrodollars hors de la juridiction américaine ont procédé à des transferts massifs des dépôts en dollars détenus auprès des banques américaines vers leurs homologues européennes. Les restrictions réglementaires sur les flux de capitaux ont également contribué au développement du marché de l'eurodollar. En 1963, une taxe de péréquation des taux d'intérêts était introduite sur les achats américains d'actions et d obligations à l étranger. Deux ans plus tard, le programme de restriction volontaire du crédit à l étranger était mis en place pour limiter les sorties de capitaux à court terme du territoire américain vers d'autres pays développés. Les banques non américaines étaient également soumises à la réglementation de la Réserve fédérale (réserves obligatoires sur les dépôts et paiements au titre de la garantie des dépôts), contrairement au marché de l'eurodollar. Le marché offshore du RMB présente deux similitudes avec le marché de l'eurodollar : une forte demande mondiale pour la devise en question et des mesures de contrôle des capitaux (voir Encadré 1). Cependant, certaines caractéristiques donnent à penser que son potentiel pourrait être inférieur à celui du marché de l'eurodollar. Il ne s'agit pas d'un processus dicté par les marchés en réaction à une réglementation plus stricte, mais plutôt d'un phénomène initié par les autorités chinoises dans le cadre de leur stratégie d'internationalisation du RMB. Par ailleurs, lorsque le marché de l'eurodollar a été créé, les souverains étrangers (Union soviétique et pays du Moyen-Orient) ont été les premiers à transférer leurs dépôts en dollar hors du territoire américain, tandis que dans le cas du marché offshore du RMB, ils ne détiennent pas d'actifs en RMB. ENCADRÉ 1 MESURES DE CONTRÔLE DES CAPITAUX EN CHINE Malgré l'ouverture de la Chine à l'investissement direct étranger au début des années 1990 et la libéralisation de ses investissements directs à l'étranger à la fin des années 1990, les mesures visant à libéraliser les flux de portefeuille sont restées assez limitées depuis le début des années Programmes pour Investisseurs Institutionnels Qualifiés La Chine a tenté d'institutionnaliser la gestion des entrées et sorties de capitaux de portefeuille avec les fameux programmes pour Investisseurs Institutionnels Étrangers Qualifiés (IIEQ) et Investisseurs Institutionnels Domestiques Qualifiés (IIDQ). Le premier régit les entrées de capitaux de portefeuille tandis que le deuxième concerne les sorties. Les deux programmes impliquent des procédures d'approbation préalable et de gestion des quotas, des règles en matière de conversion de change et d'importantes obligations de reporting. Le programme IIEQ a été lancé en 2002 pour stimuler les marchés boursiers chinois. En 2007, les autorités ont décidé d'accroître le quota d'investissement total sur le marché local des actions A à 30 Mds USD (contre 10 Mds précédemment). Puis en 2008, elles ont relevé le plafond d'investissement initial de chaque nouvel investisseur institutionnel à 1 Md USD (contre 800 MUSD précédemment). Toutefois, les IIEF ont une présence encore très limitée sur les marchés boursiers chinois. A la fin 2010, le quota d'investissement atteignait un total cumulé de 19 Mds USD répartis entre 97 IIEQ, soit 0,5 % de la capitalisation boursière totale. Le programme IIDQ a été mis en place en 2006 pour permettre aux Chinois (particuliers et entreprises) d'investir dans des placements financiers à l'étranger. En 2007, les autorités ont modifié le programme pour permettre aux banques commerciales d'investir jusqu'à 50 % d'actifs IIDQ sur les marchés boursiers à l étranger (à commencer par Hong Kong), avec un montant d'investissement minimum de RMB (environ USD) dans un produit de gestion de patrimoine. Contrairement aux banques, le programme IIDQ pour les fonds communs de placement et sociétés boursières peut atteindre 100 % en actions. 2

3 Cependant, en raison de la crise financière de 2008, seule une faible partie des quotas a été utilisée jusqu'à présent. En décembre 2010, l'investissement total atteignait 68 Mds USD répartis entre 88 établissements ayant le statut IIDQ. Conversion de RMB en monnaie étrangère En janvier 2007, les autorités ont annoncé un plafond de USD par ressortissant chinois et par an sur la conversion de RMB en monnaie étrangère et inversement. En second lieu, contrairement aux expériences internationales du dollar américain, du Deutsche Mark et du Yen, la Chine a décidé d'internationaliser le RMB avant même qu'il ne devienne totalement convertible. L'expérience japonaise donne quelques raisons à la Chine de suivre une stratégie différente. Dans les années 1980, lorsque le yen est devenu convertible, la libéralisation du compte de capital a encouragé les entrées de capitaux spéculatifs qui ont contribué à l'appréciation de la monnaie nippone, pesant sur l'économie japonaise dans le sillage de l'éclatement de la bulle d actifs. Depuis lors, malgré les efforts de réforme du gouvernement japonais, le yen ne s'est jamais totalement internationalisé. À UNE VOIE CHINOISE Avec la mise en œuvre de plusieurs programmes pilotes, la méthode choisie par la Chine pour internationaliser le RMB est très prudente et graduelle. Cette approche est comparable à celle adoptée lors de la transition du pays vers une économie de marché dans les années La «traversée de la rivière en tâtant les pierres» par le leader communiste Deng Xiaoping pour ouvrir des zones économiques spéciales dans la région côtière avant le reste de l'économie aurait expliqué la réussite économique de la Chine. La stratégie des autorités chinoises est claire et comporte deux étapes : d'abord la régionalisation, puis l'internationalisation. Il s agit avant tout de promouvoir le règlement en RMB des transactions commerciales et financières à Hong Kong, qui sert déjà de plateforme aux exportations chinoises, et de développer ensuite d autres places financières de la région (Singapour) comme centres offshore du RMB. Par la suite, les centres financiers internationaux (New-York, Paris et Londres) pourraient être promus comme centres offshore du RMB. Début septembre 2011, Londres a été mentionnée comme prochain centre financier offshore du RMB, ce qui traduit l'intérêt croissant des banques et établissements financiers européens pour le marché des changes et des obligations en RMB. L INTERNATIONALISATION DU RENMIBI EST DÉJÀ À L ŒUVRE ET SON POTENTIEL EST ÉLEVÉ UTILISATION OFFICIELLE DU RENMINBI C est au moment de la crise financière de 2008 que la Banque Populaire de Chine (People Bank of China, PBoC) a entériné une utilisation «officielle» du RMB en concluant une série d accords bilatéraux d échanges de devises (bilateral currency swap agreements, BSAs) entre les banques centrales de grands pays exportateurs de matières premières et des partenaires commerciaux régionaux de la Chine : Argentine, Biélorussie, Corée du Sud, Hong Kong, Islande, Indonésie, Kazakhstan, Malaisie, Mongolie, Nouvelle Zélande, Singapour et Ouzbékistan. En novembre 2011, la PBoC a doublé la taille de son BSA avec l'autorité Monétaire de Hong Kong (HKMA) à 63 Mds USD, soit le montant le plus élevé de tous les BSAs signés par la PBoC à ce jour. D un montant total de 191 Mds USD, ces accords permettaient à la Chine de payer ses importations en RMB et de pouvoir ensuite récupérer des RMB en paiement de ses exportations. C'est ainsi que l'échange international d'une devise non convertible était devenu possible. Jusqu'à présent, seul le BSA avec la HKMA a été activé. Parallèlement, la Chine contribue à hauteur de 34 Mds USD à la multilatéralisation de l'initiative de Chiang Mai (accord d'échange de devises de 120 milliards USD entre les pays de l'asean 1, la Chine, le Japon et la Corée du Sud) en mai La participation de la Chine à cette initiative régionale est davantage un geste symbolique qu'une manière de «régionaliser» le RMB. Par ailleurs, en septembre 2009, la PBoC et le FMI ont signé un accord autorisant la Chine à acheter l'équivalent de 50 Mds USD de titres libellés en droits de tirage spéciaux (DTS) et de les régler en RMB. 1 L'Association des nations de l'asie du Sud-Est comprend : Brunei, le Cambodge, l'indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam. 3

4 UTILISATION DU RENMINBI PAR LE SECTEUR PRIVÉ Utilisation à des fins commerciales C est en que la PBoC a lancé plusieurs initiatives pour encourager l utilisation du RMB par le secteur privé. En juillet 2009, un programme pilote a été lancé, autorisant la facturation des transactions commerciales en RMB entre cinq villes chinoises et Hong Kong, Macao et les pays de l'asean. En juin 2010, ce programme a été étendu à vingt provinces chinoises pour toutes les transactions commerciales effectuées avec le reste du monde. En août 2011, toutes les provinces chinoises étaient autorisées à utiliser le RMB pour régler leurs transactions commerciales à l'international. Depuis lors, l'utilisation du RMB en tant que monnaie de règlement des transactions commerciales a rapidement augmenté. Au premier semestre 2011, les paiements transfrontaliers en RMB s'élevaient à 958 Mds RMB et représentaient 9 % des transactions totales, contre 2,5 % en 2010 (voir graphique 1). Une grande partie de ce commerce libellé en RMB s'effectue avec Hong Kong et concerne 93 % des importations chinoises, mais seulement 7 % des exportations chinoises. Ce programme profite principalement aux entreprises chinoises qui peuvent facturer leurs importations en RMB auprès de leurs fournisseurs de Hong Kong, tandis que les sociétés étrangères sont réticentes et/ou ont des difficultés à se procurer des RMB pour payer leurs importations auprès de fournisseurs chinois. Cela dit, si le règlement des transactions en RMB augmente rapidement, plus de 90 % du commerce extérieur chinois est encore payé en monnaie étrangère (principalement en dollar). 800 GRAPHIQUE 1 : PAIEMENTS COMMERCIAUX TRANSFRONTALIERS Mds RMB Utilisation pour les transactions financières L internationalisation du RMB se fait plus prudente sur les transactions financières. En août 2010, des établissements financiers étrangers (dont les banques de compensation de Hong Kong et Macao, des banques étrangères participant au programme de règlement des transactions commerciales en RMB et des banques centrales étrangères engagées dans des BSAs avec la PBoC) ont été autorisés à investir sur le marché interbancaire onshore en étant toutefois soumis à certains quotas. En janvier 2011, la PBoC a lancé un programme pilote autorisant les entreprises chinoises à effectuer des investissements directs à l étranger en RMB. Les dépôts en RMB à Hong Kong ont rapidement progressé depuis juin 2010, portés par des anticipations d appréciation du RMB. En octobre 2011, ils s'élevaient à 96 Mds USD (618 Mds RMB), soit 10 % du total des dépôts bancaires à Hong Kong contre 1 % en 2010 (voir graphique 2). Si ces dépôts sont notamment le fait d entreprises engagées dans le règlement des transactions commerciales transfrontalières en RMB (deux tiers des dépôts), ils concernent également des particuliers résidant à Hong Kong. Avec le programme «Personal Renminbi Business» lancé en 2004, les résidents de Hong Kong peuvent ouvrir des comptes bancaires en RMB et y placer des sommes issues d'opérations de change (limitées à RMB par jour et par personne) ou des versements en provenance de Chine (plafonnées à RMB par jour et par personne). GRAPHIQUE 2 : DÉPOTS BANCAIRES À HONG KONG Mds RMB T4-09 T1-10 T2-10 T3-10 T4-10 T1-11 T2-11 Sources: PBoC, SG janv-07 janv-08 janv-09 janv-10 janv-11 Sources: CEIC, SG 4

5 Outre son attrait en qualité de réserve de valeur dans les dépôts à Hong Kong, le RMB est également utilisé comme moyen de financement. Malgré une taille relativement limitée par rapport à l'ampleur des dépôts en RMB, le marché des obligations libellées en RMB off shore 2 a enregistré une croissance spectaculaire. Depuis son lancement à la mi-2007, le marché dit «des Dim Sum» a levé 39 Mds USD (voir graphique 3). Mds USD GRAPHIQUE 3 : EMISSIONS D'OBLIGATIONS DIM-SUM (PAR PAYS EMETTEUR) Cumul H Chine Hong Kong Autres Sources : Bloomberg, SG Depuis le 1er janvier 2011, 28 Mds USD d'obligations Dim Sum ont été émises (contre un montant cumulé de 11 Mds USD sur la période ). Dans un premier temps, les principaux émetteurs étaient des entités officielles chinoises (comme le Ministère des Finances) et les grandes banques publiques chinoises (China Development Bank et Bank of China), ainsi que des banques commerciales à Hong Kong avec des filiales en Chine. Par la suite, d'importantes multinationales (McDonalds, Caterpillar et Volkswagen) ont commencé à émettre des obligations Dim Sum. La première émission de ce type d'obligations par le français Air Liquide pour un montant de 274 Mds USD en septembre 2011 marque l'intérêt croissant des investisseurs internationaux pour le marché du CNH. D'autres émetteurs jugés de moins bonne signature, voire spéculatifs, ont émis des obligations Dim Sum, ce qui a récemment soulevé des inquiétudes quant à la qualité des émetteurs sur ce marché. Les émetteurs d'obligations Dim Sum désirent profiter de taux d intérêt à Hong Kong qui sont inférieurs à ceux en Chine. Par exemple, le taux d intérêt de l'emprunt d'état chinois à 10 ans émis en décembre 2010 était de 2,48 % sur le marché offshore contre 3,91 % pour le marché onshore. Les investisseurs en obligations Dim Sum sont principalement institutionnels, avec une part croissante de non asiatiques. Cependant, la dégradation des perspectives de l'économie mondiale et la dépréciation du CNH ont récemment réduit l'attrait des obligations Dim Sum, comme en témoigne le recul de leur prix depuis l'été dernier (voir graphique 4). À terme, les émetteurs d'obligations Dim Sum espèrent rapatrier leurs fonds levés à moindre coût à Hong Kong pour financer leurs activités en Chine ou pour investir sur les marchés financiers onshore. Le transfert de ces fonds vers la Chine continentale reste soumis à l'approbation au cas par cas des autorités chinoises. Cependant, en septembre 2011 le tant attendu mini programme pour les Investisseurs Institutionnels Étrangers Qualifiés en RMB (IIEQR), ou «Mini-IIEQ» comme les marchés le surnomment, a été lancé. Dans ce programme, les autorités chinoises autorisent les IIEQR agréés à investir sur les marchés boursiers chinois, avec un quota initial de 20 Mds RMB (environ 3,1 Mds USD). Relativement limité, ce plafond traduit les craintes des autorités chinoises d'attirer trop de flux de capitaux spéculatifs de court terme, qui pourraient contrarier l'efficacité de la politique monétaire de la PBoC. En octobre 2011, les autorités chinoises ont officialisé un programme pilote permettant aux sociétés et banques étrangères d'investir des RMB levés offshore sous forme d'investissements directs étrangers en Chine GRAPHIQUE 4 : PRIX MOYEN DES OBLIGATIONS DIM SUM 97 sept-09 mars-10 sept-10 mars-11 sept-11 mod4 Sources : Bloomberg, SG 2 Le RMB offshore est également appelé CNH (pour en savoir plus sur la différence entre RMB et CNH, voir Encadré 2). 5

6 ENCADRÉ 2 UN PAYS, DEUX MONNAIES Le renminbi (RMB) versus yuan chinois onshore (abrégé CNY) : introduit en 1949, le RMB est le nom officiel de la monnaie chinoise qui se traduit littéralement comme la «monnaie du peuple». Le yuan (également appelé kwai) est le nom désignant communément la monnaie chinoise comme unité de compte. À ce titre, dans un cadre officiel (celui de la PBoC), il est fait mention du RMB, tandis que dans un contexte moins formel (celui des marchés), l utilisation du terme yuan sera préférée. Le CNY est la monnaie chinoise utilisée uniquement en Chine et supervisée par la PBoC. Si sa convertibilité est totale pour les opérations courantes de la balance des paiements (règlement des transactions commerciales) depuis 1997, elle est plus limitée pour les opérations du compte de capital. Les investissements directs étrangers (IDE) restent soumis à autorisation, et les opérations transfrontalières de portefeuille ne sont accessibles qu'aux Investisseurs Institutionnels Étrangers Qualifiés (IIEQ) et Investisseurs Institutionnels Domestiques Qualifiés (IIDQ). Outre les mesures de contrôle des capitaux, le CNY est soumis à des restrictions en matière de change et de taux d'intérêt sur les dépôts/crédits. Le marché du CNY est donc principalement déterminé par les flux commerciaux et l'offre/demande onshore. Le yuan chinois offshore (abrégé CNH) : c'est la monnaie chinoise lancée en juillet 2010 par la Hong Kong Monetary Authority (HKMA) en accord avec la PBoC pour rendre le CNY officiellement livrable à Hong Kong. L'offre de CNH est intégralement déterminée par (i) les canaux par lesquels le CNY afflue de la Chine vers Hong Kong et est ensuite converti en CNH par la banque de compensation désignée à Hong Kong auprès de la succursale de la PBoC à Shenzhen, la Bank of China (Hong Kong) (ci-après dénommée BOC (HK)) et (ii) de l'accord bilatéral d'échange de devises avec du RMB entre la HKMA et la PBoC. Dans les faits, la PBoC assure les conditions de la liquidité de manière distincte sur les marchés onshore et offshore. La quantité de CNY disponible à Hong Kong est régie de manière stricte puisque la BOC (HK) doit respecter un quota de conversion de 8 Mds CNY par an. Les limites de cette réglementation sont apparues en octobre 2010 lorsque la BOC (HK) avait atteint son quota du fait de la forte demande de CNH par les banques, ce qui avait contraint la HKMA à activer l'accord d'échange de devises avec du RMB avec la PBoC. En conséquence, les règles ont été durcies en 2011, avec des quotas trimestriels de 4 Mds de CNY révisables chaque trimestre, et les banques ne peuvent désormais s adresser à la BOC (HK) que si elles ont des positions nettes courtes ou longues sur le CNY et si elles doivent régler des transactions commerciales dans les trois mois. Comme les conditions d'offre et de demande sont différentes entre les marchés du CNY et du CNH, il existe inévitablement un écart entre les deux cours de change et les deux taux interbancaires. Toutefois, ces deux marchés sont étroitement corrélés. Un CNH qui se négocie à un cours en deçà du CNY traduit un durcissement des conditions de liquidité et des anticipations d'appréciation (comme cela fut observé en octobre 2010). À l'inverse, un CNH supérieur au cours du CNY traduit un assouplissement des conditions de liquidité et des anticipations de dépréciation (comme cela s observe depuis la mi-septembre 2011). Le marché interbancaire du CNH n'est pas un véritable marché interbancaire dans la mesure où la liquidité reste concentrée auprès des établissements bancaires riches en dépôts, qui offrent des taux de rémunération allant de 0,4 à 0,9 %. On peut plutôt le considérer comme un marché unilatéral puisque les investisseurs ont des positions longues en CNH en raison des opportunités d'investissement limitées en CNH. Les taux interbancaires CNH offshore sont donc généralement inférieurs aux taux CNY onshore. 7,0 6,9 6,8 6,7 6,6 6,5 6,4 CNY VERSUS CNH (CONTRE USD) 6,3 août-10 déc-10 avr-11 août-11 mod4 USD/CNY USD/CNH Sources : Bloomberg, SG TAUX INTERBANCAIRES (3 MOIS) 0 avr-10 oct-10 avr-11 oct-11 mod4 Onshore (SHIBOR) Offshore (CNH) Sources : Bloomberg, SG 6

7 MAIS L ABSENCE DE CONVERTIBILITÉ POURRAIT LIMITER SON INTERNATIONALISATION Les derniers développements montrent que l utilisation «internationale» du RMB comme unité de compte et moyen de paiement est déjà un succès et que son potentiel est élevé du fait de l intégration commerciale et financière croissante de la Chine dans l économie mondiale. Pour autant, son utilisation comme monnaie de réserve internationale reste limitée. Le statut de monnaie de réserve est beaucoup plus long et plus difficile à atteindre. Il requiert que la monnaie soit détenue en quantité suffisamment importante dans les réserves de change internationales des banques centrales étrangères et des institutions financières internationales. Dans un premier temps, l utilisation du RMB comme monnaie d ancrage (ou dans un panier de monnaies) par un pays de la région pourrait conduire des banques centrales à détenir des RMB dans leurs réserves de change. Singapour pourrait être un candidat potentiel en l'échange d'une part du marché croissant du CNH. Hong Kong pourrait également être considéré si le régime de change évolue vers un ancrage à un panier de monnaies. Hors de la région Asie, la banque centrale du Nigeria a récemment annoncé qu'elle commencerait par allouer 10 % de ses réserves de change en RMB. En avril 2009, Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la PBoC, avait suggéré que le Droit de Tirage Spécial (DTS) du FMI devienne une monnaie de réserve internationale. Il avait alors indiqué que le panier de devises composant le DTS devait être représentatif des grandes économies mondiales en termes de PIB, laissant sous-entendre l intégration du RMB dans ce panier de monnaies. Puis, en avril 2011, les ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales du G20 ont appelé à travailler sur «des critères pour élargir la composition du DTS» pour renforcer le système monétaire international. Dans ce programme de travail, l'inclusion du RMB et d'autres grandes devises émergentes dans le panier de monnaies composant le DTS pourrait être envisagée sous certaines conditions. Si le rôle croissant de la Chine dans le commerce mondial œuvre en faveur de cette inclusion dans le panier de monnaies composant le DTS, l'absence de pleine convertibilité (libéralisation du compte de capital) du RMB l'empêche d'être largement utilisé et échangé sur les grands marchés des changes, et donc d'être une «monnaie librement utilisable» d'après la terminologie du FMI. Plus récemment, lors du dernier G20 sous la présidence française à Cannes en novembre 2011, les participants ont convenu de revoir la composition du panier de monnaies du DTS d'ici À moyen terme, l'inclusion des grandes monnaies émergentes comme le RMB dans le panier de monnaies composant le DTS pourrait accroître le rôle de ce dernier comme monnaie de réserve dans le système monétaire international. DES CONDITIONS PRÉALABLES SERONT NÉCESSAIRES POUR PERMETTRE LA CONVERTIBILITÉ DU RENMINBI Tout d'abord, malgré les réformes engagées au cours de ces deux dernières décennies pour renforcer le système bancaire, d autres progrès doivent encore être réalisés. L encadrement administratif des taux d'intérêt par la PBoC garantit toujours des marges d'intérêt positives aux banques commerciales chinoises. Dans ces circonstances, la libéralisation des taux d'intérêt sera nécessaire pour promouvoir la concurrence dans le secteur bancaire et inciter les banques à adopter une approche plus commerciale et à mieux évaluer le risque. Un système bancaire plus solide limiterait alors les sorties de capitaux lorsque les mesures de contrôle des capitaux seront levées. Ensuite, les marchés financiers chinois restent sous-développés puisque le marché obligataire ne représentait que 50 % du PIB, contre 140 % pour le crédit bancaire en Le marché obligataire chinois reste étroit et les banques en sont les principales participantes. La base d'investisseurs devrait être élargie aux investisseurs institutionnels, ce qui est tout à fait envisageable puisque le vieillissement de la population offre une opportunité de développer les secteurs des fonds de pension et de l'assurance. Par ailleurs, l'établissement d'une courbe des taux efficiente contribuerait au développement de marchés obligataires plus matures. Des marchés financiers plus profonds, liquides et efficients apporteraient non seulement des sources de financement supplémentaires à l'économie, mais permettraient aussi d'éviter plus facilement les effets déstabilisateurs de la levée des contrôles de capitaux. Enfin, le RMB demeure sensiblement sous-évalué. Dans ces circonstances, la convertibilité du compte de capital précipiterait des entrées de capitaux déstabilisantes, ce qui contrarierait la capacité de la PBoC à maîtriser l'inflation. Le fait d accepter plus de flexibilité dans le régime de change et de laisser le RMB s'apprécier graduellement contribuerait à atténuer les effets perturbateurs lors de la libéralisation du compte de capital. 7

8 LA CONVERTIBILITÉ DU RENMINBI RESTE UN OBJECTIF DE LONG TERME Si les objectifs de «réalisation progressive de la convertibilité du compte de capital» et de «promotion de Hong Kong en qualité de premier centre offshore du RMB» sont explicites dans le douzième plan quinquennal couvrant la période adopté en mars 2011, aucun calendrier précis n'a été convenu pour la réalisation de la pleine convertibilité et de l'internationalisation du RMB. Auparavant, l'objectif de convertibilité du RMB était implicite avec l'intention des autorités chinoises de faire de Shanghai un centre financier international d'ici Plus récemment, en août 2011, le vice-premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé une série de mesures destinées à renforcer le rôle de Hong Kong comme marché offshore du RMB. Parmi les mesures, les sociétés non financières chinoises seront autorisées à émettre des obligations sur le marché Dim Sum directement à partir de la Chine et sans passer par leurs filiales à Hong Kong. 8

9 NUMÉROS PRÉCÉDENTS ECONOTE LE DOLLAR : LA MONNAIE DES AMÉRICAINS, LEUR PROBLÈME? ECONOTE N 1 31 MARS 2011 Benoît HEITZ VERS UN DÉCOLLAGE AFRICAIN? ECONOTE N 2 10 MAI 2011 Clément GILLET ÉTATS-UNIS : ÉTATS FÉDÉRÉS ET COLLECTIVITÉS LOCALES, UN FREIN À LA REPRISE ÉCONOMIQUE ECONOTE N 3 9 JUIN 2011 Clémentine GALLES Kim MARCH 9

10 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONTACTS Olivier GARNIER Chef économiste du Groupe Laure de BATZ Amérique Latine et Afrique Sub Saharienne Olivier de BOYSSON Adjoint et chef économiste Pays Émergents Marie-Hélène DUPRAT Conseiller auprès du Chef économiste Ariel EMIRIAN Études risques-pays / Pays CEI Clémentine GALLÈS Études macro-financières / Amérique du Nord Benoît HEITZ Prévisions économiques mondiales / Zone euro et Europe Marc-Antoine COLLARD OCDE hors Zone euro, Pays du Golfe Matières Premières Léa DAUPHAS Zone euro et Europe du sud Marc FRISO Zone euro et Europe du nord Régis GALLAND Moyen Orient, Afrique du Nord, Asie Centrale Sopanha SA Asie Anna SIENKIEWICZ Europe centrale et du sud-est Isabelle AIT EL HOCINE Assistante Valérie TOSCAS Assistante Sigrid MILLEREUX-BEZIAUD Documentaliste Tiphaine CAPPE de BAILLON Statistiques et édition Société Générale Direction des Risques Département des Études Économiques PARIS CEDEX 18 Tél : Tél : Fax : Ce document reflète l opinion du seul département des études économiques de la Société Générale à la date de sa publication. Il ne reflète pas nécessairement les analyses des autres départements ou la position officielle de la Société Générale ou de l une de ses entités juridiques, filiales ou succursales (ensemble, ci-après dénommé «Société Générale»). Il ne constitue pas une sollicitation commerciale et a pour seul objectif d aider les investisseurs professionnels et institutionnels et eux seuls, mais ne dispense pas ceux-ci d exercer leur propre jugement. La Société Générale ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. La Société Générale ne saurait donc engager sa responsabilité, au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans ce document qui est, par ailleurs, susceptible d être modifié à tout moment et sans notification. La Société Générale est susceptible d agir comme teneur de marché, d agent ou encore à titre principal d intervenir pour acheter ou vendre des titres émis par les émetteurs mentionnés dans ce document, ou des dérivés y afférents. La Société Générale, ses dirigeants ou employés, peuvent avoir exercé des fonctions d employé ou dirigeant auprès de tout émetteur mentionné dans ce document ou ont pu intervenir en qualité de conseil auprès de ce(s) émetteur(s). A l intention des lecteurs en dehors de France : ce document, et les valeurs mobilières qui y sont discutées, peuvent ne pas être distribués ou vendus dans tous les pays ou à certaines catégories d investisseurs. 10

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS N 18 JUIN 213 ECONOTE Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS COURANTS SE DÉGRADE-T-IL DEPUIS PLUS DE 1 ANS? Le solde extérieur courant de la France

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi?

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi? ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE Do you Renminbi? PROSPECTEZ ET LANCEZ-VOUS SUR LE MARCHÉ CHINOIS ADOPTEZ LE RENMINBI, LA DEVISE CHINOISE SÉCURISEZ ET FINANCEZ VOS

Plus en détail

La porte d entrée vers la Chine Comment l utilisation du renminbi peut transformer votre activité en Chine

La porte d entrée vers la Chine Comment l utilisation du renminbi peut transformer votre activité en Chine La porte d entrée vers la Chine Comment l utilisation du renminbi peut transformer votre activité en Chine La montée du renminbi Pendant les trois dernières décennies, le PIB chinois a connu une croissance

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles N 24 MAI 214 ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles ZONE EURO : FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS : UN DÉVELOPPEMENT INÉGAL AU SEIN DE LA ZONE EURO Les entreprises

Plus en détail

Le marché du RMB en France, de nouvelles opportunités

Le marché du RMB en France, de nouvelles opportunités Le marché du RMB en France, de nouvelles opportunités 元 (Renminbi): INTERNATIONALISATION ET OPPORTUNITES Ces dernières années, l internationalisation du Renminbi (RMB) et son utilisation par les différents

Plus en détail

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence Le développement des relations financières France-Chine Assemblée Nationale, Paris - 11 janvier 2012

Compte-rendu de la conférence Le développement des relations financières France-Chine Assemblée Nationale, Paris - 11 janvier 2012 Table ronde n 1: Financement des entreprises et internationalisation, l apport du capital investissement transfrontalier Modérateur: M. Jean-Marc Vittori, journaliste économique, Les Echos Intervenants:

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012 Hong Kong Une passerelle vers le marché chinois Présentation, petit-déjeuner conférence HKCBA, Québec International, EDC, Export Québec, HKTDC et HKETO L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations

Plus en détail

Rencontres Economiques. Septembre 2012

Rencontres Economiques. Septembre 2012 Rencontres Economiques Septembre 2012 Développement des Sociétés Chinoises en France France = 3 ème partenaire en Europe 90 s : Emergence des Investissements Chinois Banque, Ressources Naturelles Secteur

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Conférence Af2i - HSBC France

Conférence Af2i - HSBC France Conférence Af2i - HSBC France «L'investissement sur des actifs financiers chinois, à l'heure des quotas spécifiques octroyés par les autorités chinoises pour la place de Paris» Le mercredi 8 octobre 2014

Plus en détail

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir.

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir. Singapour est l'un des centres financiers de premier plan dans le monde entier et important centre de distribution de la finance en Asie du Sud. Il n'est pas surprenant, le pays a un des systèmes bancaires

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL. N 73 Mars 2004

UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL. N 73 Mars 2004 Lab.RII UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D'OPALE Laboratoire Redéploiement Industriel et Innovation DOCUMENTS DE TRAVAIL N 73 Mars 24 La Bourse en Chine : éléments clés Peng YANG 1 La Bourse en Chine : éléments

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

L'argent afflue vers l'euro

L'argent afflue vers l'euro L'argent afflue vers l'euro Au cours des dernières semaines la crise de la dette a ressurgi en Europe. Les obligations portugaises, grecques et irlandaises ont été massivement vendues, tandis que les rendements

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT...

1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... Sommaire 1. PÉRIODE DE SOUSCRIPTION... 3 2. PRIME... 3 3. DATE DE PAIEMENT... 3 4. DATE D INVESTISSEMENT... 3 5. PÉRIODE D INVESTISSEMENT... 3 6. DESCRIPTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 3 Date

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires : 286,6 millions d euros, croissance organique de +4,0% Flux de trésorerie disponible : 31,9 millions d euros, en progression de +10,4% Croissance

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1

Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Gemalto : chiffre d affaires du 4 ème trimestre et de l exercice 2006 1 Chiffre d affaires 1 2006 : 1 698 millions d euros, comparable à celui de l exercice précédent Chiffre d affaires du 4 ème trimestre

Plus en détail

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne Perspectives économiques régionales de l Afrique subsaharienne FMI, Département Afrique

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Repo - un instrument financier pour les banques

Repo - un instrument financier pour les banques Repo - un instrument financier pour les banques Victor Füglister, Directeur adjoint de l'association suisse des banquiers Mesdames, Messieurs, Le marché des pensions (REPO) n'est ni une nouveauté ni une

Plus en détail

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results

Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente. Insight + Process = Results Diversification obligataire et recherche de rendement : Un rôle stratégique pour la dette émergente Insight + Process = Results Des fondamentaux solides Un potentiel de diversification Dans un environnement

Plus en détail

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents

Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Gestion obligataire Investir sur les marchés de taux au sein des pays émergents Nous pensons que la répression financière se prolongera encore plusieurs années. Dans cet intervalle, il sera de plus en

Plus en détail

PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA

PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA Plusieurs investisseurs nous demandent à juste titre quelle est la véritable situation du crédit

Plus en détail

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham

Royaume du Maroc. Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Royaume du Maroc Calcul du taux de change effectif nominal et réel du dirham Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction de la Politique Economique Générale, les

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS

A PLUS FINANCE FONDS DE FONDS FINANCE FONDS DE FONDS A PLUS DYNAMIQUE A PLUS PATRIMOINE A PLUS TALENTS A PLUS OBLIGATIONS RAPPORT DE AU 30-06-2015 COMMENTAIRE DE 1 er SEMESTRE 2015 Le premier semestre 2015 a été caractérisé par le

Plus en détail

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010

Japon. Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Extrait de : Statistiques bancaires de l'ocde : Notes méthodologiques par pays 2010 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/bank_country-200-fr Japon Merci de citer ce chapitre comme suit

Plus en détail

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros 26 mai 2015 Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros Europcar Groupe S.A. («Europcar»), société anonyme de droit français, a annoncé aujourd hui le lancement d une

Plus en détail

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables

La nouvelle réglementation des titres de créances négociables La nouvelle réglementation des titres de créances négociables Laure BÉAL Direction des Marchés de capitaux Service des Intermédiaires et des Instruments des marchés Le marché français des titres de créances

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

ETF ishares AVEC COUVERTURE DU RISQUE DE CHANGE POUR LES INVESTISSEURS PROFESSIONNELS UNIQUEMENT

ETF ishares AVEC COUVERTURE DU RISQUE DE CHANGE POUR LES INVESTISSEURS PROFESSIONNELS UNIQUEMENT ETF ishares AVEC COUVERTURE DU RISQUE DE CHANGE POUR LES INVESTISSEURS PROFESSIONNELS UNIQUEMENT Sommaire Synthèse 1 Principaux avantages des ETF ishares couverts contre le risque de change 1 Mécanismes

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire

Perspectives. Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud. Ediab Ali. que monétaire ARTICLE & ETUDE Les Orientations générales de la politique monétaire en Afrique du Sud Ediab Ali Le concept de la politi- Économiste que monétaire La politique monétaire est une des plus importants piliers

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

AXA WORLD FUNDS Société d Investissement à Capital Variable domiciliée au Luxembourg

AXA WORLD FUNDS Société d Investissement à Capital Variable domiciliée au Luxembourg AXA WORLD FUNDS Société d Investissement à Capital Variable domiciliée au Luxembourg Siège : 49, avenue J. F. Kennedy L-1855 Luxembourg Registre du Commerce : Luxembourg, B-63.116 INFORMATION AUX ACTIONNAIRES

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Titres à revenu fixe des marchés émergents

Titres à revenu fixe des marchés émergents Titres à revenu fixe des marchés émergents Fait : Les titres à revenu fixe des marchés émergents constituent une catégorie d actif en soi. Diversité : La taille et la portée des marchés émergents procurent

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences.

Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Le «peg» du yuan et les conséquences. Cours passé : Le marché du pétrole des tensions dans le futur? Aujourd hui : Le «peg» du yuan et les conséquences. - Important rappel théorique ; - Le contexte ; - L effet sur le niveau des taux d intérêt

Plus en détail

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1

Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 Principales tendances des statistiques internationales BRI 1 En collaboration avec des banques centrales et autorités monétaires du monde entier, la BRI compile et diffuse plusieurs séries de statistiques

Plus en détail

Les mesures adoptées et la réduction des risques à court terme ont revigoré les marchés 1

Les mesures adoptées et la réduction des risques à court terme ont revigoré les marchés 1 Les mesures adoptées et la réduction des risques à court terme ont revigoré les marchés 1 Au cours des trois mois écoulés jusqu à début décembre, les prévisions en matière de croissance économique mondiale

Plus en détail

Tarif des principales opérations sur titres

Tarif des principales opérations sur titres Tarif des principales opérations sur titres 01 janvier 2015 Ordres Euronext... 2 Bourse étrangère... 3 Euro-obligations... 4 Fonds de placement KBC (1)... 4 Produits d investissement KBC émis par KBC AM...

Plus en détail

HSBC Receivables Finance

HSBC Receivables Finance HSBC Receivables Finance A strength for a Global & Sustainable Business Lionel CHOURAKI Directeur Commercial Adjoint STRATEGIE DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES AFFACTURAGE: LEVER DU CASH EN TOUTE SIMPLICITE

Plus en détail

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport mensuel sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO : septembre 2009

AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport mensuel sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO : septembre 2009 AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) Rapport mensuel sur l évolution des taux de change des monnaies de la CEDEAO : septembre 2009 Freetown, octobre 2009 Introduction La stabilisation des taux

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

HSBC Global Investment Funds

HSBC Global Investment Funds HSBC Global Investment Funds Euro Core Credit Bond Prospectus simplifié Novembre 2007 GEDI:512160v5 Euro Core Credit Bond importantes Dans quels instruments le Compartiment peut-il investir? Date de lancement

Plus en détail

Status de la banque des états de l Afrique Centrale

Status de la banque des états de l Afrique Centrale Status de la banque des états de l Afrique Centrale T I T R E I CONSTITUTION - STATUT JURIDIQUE Article premier La Banque des Etats de l Afrique Centrale (ci-après désignée la Banque) est un établissement

Plus en détail

PROFITER DE LA CROISSANCE DE L ÉCONOMIE CHINOISE

PROFITER DE LA CROISSANCE DE L ÉCONOMIE CHINOISE PROFITER DE LA CROISSANCE DE L ÉCONOMIE CHINOISE FIN DE LA SOUSCRIPTION: 15.04.2010 Série Avril 2010 1 SÉRIE AVRIL EXPRESS CERTIFICATES SUR DES ACTIONS CHINOISES DE PREMIER ORDRE Surpondération des secteurs

Plus en détail

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance

Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance Fonds Granite Financière Sun Life multirisques axés sur une date d échéance REVUE DES FONDS, T1 2015 - Opinions au 7 avril 2015 POINTS SAILLANTS SOCIÉTÉ DE GESTION Placements mondiaux Sun Life inc. GESTIONNAIRES

Plus en détail

Journal officiel de l'union européenne

Journal officiel de l'union européenne L 68/54 DÉCISION (UE) 2015/425 DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 15 décembre 2014 modifiant la décision BCE/2010/21 concernant les comptes annuels de la Banque centrale européenne (BCE/2014/55) LE CONSEIL

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

Perspectives 2015 Divergences

Perspectives 2015 Divergences NOVEMBRE 2014 Perspectives 2015 Divergences Jean-Sylvain Perrig, CIO Union Bancaire Privée, UBP SA Rue du Rhône 96-98 CP 1320 1211 Genève 1, Suisse Tél. +4158 819 21 11 Fax +4158 819 22 00 ubp@ubp.com

Plus en détail

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales

Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Perspectives sur des politiques extraordinaires mises de l avant par les banques centrales Ron Hanson Chef des placements L un des principaux points à surveiller au cours des prochains mois sera la réaction

Plus en détail

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS

NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NE PAS DISTRIBUER LE PRÉSENT COMMUNIQUÉ AUX AGENCES DE TRANSMISSION AMÉRICAINES ET NE PAS LE DIFFUSER AUX ÉTATS-UNIS NEUF DES PLUS GRANDES INSTITUTIONS FINANCIÈRES ET CAISSES DE RETRAITE CANADIENNES PRÉSENTENT

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail