ECONOTE Société Générale Département des études économiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ECONOTE Société Générale Département des études économiques"

Transcription

1 N 4 DÉCEMBRE 2011 ECONOTE Société Générale Département des études économiques CHINE : L'INTERNATIONALISATION SANS CONVERTIBILITÉ DU RENMINBI Depuis quelques années, les autorités chinoises ont multiplié les initiatives pour internationaliser le renminbi (RMB), avec (i) la conclusion de plusieurs accords bilatéraux d échanges de devises avec du RMB entre la Banque Populaire de Chine et d'autres banques centrales étrangères, (ii) l utilisation croissante du RMB comme moyen de règlement des échanges commerciaux, et (iii) le développement d un centre offshore du RMB à Hong Kong. Si l utilisation du RMB comme unité de compte et moyen de paiement est déjà un succès, son absence de convertibilité limite sa fonction de réserve de valeur et donc son internationalisation. Cependant, quelques conditions préalables devront être réunies pour permettre la convertibilité du RMB : un système bancaire plus robuste, des marchés financiers plus profonds et plus liquides, et une plus grande flexibilité du régime de change. L'internationalisation du RMB reste donc encore lointaine. Sopanha SA Meno MIYAKE

2 Au cours de ces trois dernières années, les autorités chinoises ont multiplié les initiatives pour internationaliser le renminbi (RMB), qu il s agisse d accords d échanges de devises avec du RMB, de l utilisation du RMB comme moyen de règlement des échanges commerciaux, ou du développement d un centre offshore du RMB à Hong Kong. L internationalisation du RMB est en marche mais les perspectives de sa pleine convertibilité restent encore lointaines. UNE APPROCHE ORIGINALE D'UNE PERSPECTIVE INTERNATIONALE L approche chinoise est unique sur deux plans. En premier lieu, elle consiste à développer l internationalisation du RMB à partir d une place offshore (Hong Kong). Le développement du marché offshore du RMB est comparable à celui de l'eurodollar observé dans les années à Londres. Ce marché de l eurodollar a rapidement progressé notamment en raison de facteurs politiques. Les pays exportateurs de pétrole préférant conserver leurs pétrodollars hors de la juridiction américaine ont procédé à des transferts massifs des dépôts en dollars détenus auprès des banques américaines vers leurs homologues européennes. Les restrictions réglementaires sur les flux de capitaux ont également contribué au développement du marché de l'eurodollar. En 1963, une taxe de péréquation des taux d'intérêts était introduite sur les achats américains d'actions et d obligations à l étranger. Deux ans plus tard, le programme de restriction volontaire du crédit à l étranger était mis en place pour limiter les sorties de capitaux à court terme du territoire américain vers d'autres pays développés. Les banques non américaines étaient également soumises à la réglementation de la Réserve fédérale (réserves obligatoires sur les dépôts et paiements au titre de la garantie des dépôts), contrairement au marché de l'eurodollar. Le marché offshore du RMB présente deux similitudes avec le marché de l'eurodollar : une forte demande mondiale pour la devise en question et des mesures de contrôle des capitaux (voir Encadré 1). Cependant, certaines caractéristiques donnent à penser que son potentiel pourrait être inférieur à celui du marché de l'eurodollar. Il ne s'agit pas d'un processus dicté par les marchés en réaction à une réglementation plus stricte, mais plutôt d'un phénomène initié par les autorités chinoises dans le cadre de leur stratégie d'internationalisation du RMB. Par ailleurs, lorsque le marché de l'eurodollar a été créé, les souverains étrangers (Union soviétique et pays du Moyen-Orient) ont été les premiers à transférer leurs dépôts en dollar hors du territoire américain, tandis que dans le cas du marché offshore du RMB, ils ne détiennent pas d'actifs en RMB. ENCADRÉ 1 MESURES DE CONTRÔLE DES CAPITAUX EN CHINE Malgré l'ouverture de la Chine à l'investissement direct étranger au début des années 1990 et la libéralisation de ses investissements directs à l'étranger à la fin des années 1990, les mesures visant à libéraliser les flux de portefeuille sont restées assez limitées depuis le début des années Programmes pour Investisseurs Institutionnels Qualifiés La Chine a tenté d'institutionnaliser la gestion des entrées et sorties de capitaux de portefeuille avec les fameux programmes pour Investisseurs Institutionnels Étrangers Qualifiés (IIEQ) et Investisseurs Institutionnels Domestiques Qualifiés (IIDQ). Le premier régit les entrées de capitaux de portefeuille tandis que le deuxième concerne les sorties. Les deux programmes impliquent des procédures d'approbation préalable et de gestion des quotas, des règles en matière de conversion de change et d'importantes obligations de reporting. Le programme IIEQ a été lancé en 2002 pour stimuler les marchés boursiers chinois. En 2007, les autorités ont décidé d'accroître le quota d'investissement total sur le marché local des actions A à 30 Mds USD (contre 10 Mds précédemment). Puis en 2008, elles ont relevé le plafond d'investissement initial de chaque nouvel investisseur institutionnel à 1 Md USD (contre 800 MUSD précédemment). Toutefois, les IIEF ont une présence encore très limitée sur les marchés boursiers chinois. A la fin 2010, le quota d'investissement atteignait un total cumulé de 19 Mds USD répartis entre 97 IIEQ, soit 0,5 % de la capitalisation boursière totale. Le programme IIDQ a été mis en place en 2006 pour permettre aux Chinois (particuliers et entreprises) d'investir dans des placements financiers à l'étranger. En 2007, les autorités ont modifié le programme pour permettre aux banques commerciales d'investir jusqu'à 50 % d'actifs IIDQ sur les marchés boursiers à l étranger (à commencer par Hong Kong), avec un montant d'investissement minimum de RMB (environ USD) dans un produit de gestion de patrimoine. Contrairement aux banques, le programme IIDQ pour les fonds communs de placement et sociétés boursières peut atteindre 100 % en actions. 2

3 Cependant, en raison de la crise financière de 2008, seule une faible partie des quotas a été utilisée jusqu'à présent. En décembre 2010, l'investissement total atteignait 68 Mds USD répartis entre 88 établissements ayant le statut IIDQ. Conversion de RMB en monnaie étrangère En janvier 2007, les autorités ont annoncé un plafond de USD par ressortissant chinois et par an sur la conversion de RMB en monnaie étrangère et inversement. En second lieu, contrairement aux expériences internationales du dollar américain, du Deutsche Mark et du Yen, la Chine a décidé d'internationaliser le RMB avant même qu'il ne devienne totalement convertible. L'expérience japonaise donne quelques raisons à la Chine de suivre une stratégie différente. Dans les années 1980, lorsque le yen est devenu convertible, la libéralisation du compte de capital a encouragé les entrées de capitaux spéculatifs qui ont contribué à l'appréciation de la monnaie nippone, pesant sur l'économie japonaise dans le sillage de l'éclatement de la bulle d actifs. Depuis lors, malgré les efforts de réforme du gouvernement japonais, le yen ne s'est jamais totalement internationalisé. À UNE VOIE CHINOISE Avec la mise en œuvre de plusieurs programmes pilotes, la méthode choisie par la Chine pour internationaliser le RMB est très prudente et graduelle. Cette approche est comparable à celle adoptée lors de la transition du pays vers une économie de marché dans les années La «traversée de la rivière en tâtant les pierres» par le leader communiste Deng Xiaoping pour ouvrir des zones économiques spéciales dans la région côtière avant le reste de l'économie aurait expliqué la réussite économique de la Chine. La stratégie des autorités chinoises est claire et comporte deux étapes : d'abord la régionalisation, puis l'internationalisation. Il s agit avant tout de promouvoir le règlement en RMB des transactions commerciales et financières à Hong Kong, qui sert déjà de plateforme aux exportations chinoises, et de développer ensuite d autres places financières de la région (Singapour) comme centres offshore du RMB. Par la suite, les centres financiers internationaux (New-York, Paris et Londres) pourraient être promus comme centres offshore du RMB. Début septembre 2011, Londres a été mentionnée comme prochain centre financier offshore du RMB, ce qui traduit l'intérêt croissant des banques et établissements financiers européens pour le marché des changes et des obligations en RMB. L INTERNATIONALISATION DU RENMIBI EST DÉJÀ À L ŒUVRE ET SON POTENTIEL EST ÉLEVÉ UTILISATION OFFICIELLE DU RENMINBI C est au moment de la crise financière de 2008 que la Banque Populaire de Chine (People Bank of China, PBoC) a entériné une utilisation «officielle» du RMB en concluant une série d accords bilatéraux d échanges de devises (bilateral currency swap agreements, BSAs) entre les banques centrales de grands pays exportateurs de matières premières et des partenaires commerciaux régionaux de la Chine : Argentine, Biélorussie, Corée du Sud, Hong Kong, Islande, Indonésie, Kazakhstan, Malaisie, Mongolie, Nouvelle Zélande, Singapour et Ouzbékistan. En novembre 2011, la PBoC a doublé la taille de son BSA avec l'autorité Monétaire de Hong Kong (HKMA) à 63 Mds USD, soit le montant le plus élevé de tous les BSAs signés par la PBoC à ce jour. D un montant total de 191 Mds USD, ces accords permettaient à la Chine de payer ses importations en RMB et de pouvoir ensuite récupérer des RMB en paiement de ses exportations. C'est ainsi que l'échange international d'une devise non convertible était devenu possible. Jusqu'à présent, seul le BSA avec la HKMA a été activé. Parallèlement, la Chine contribue à hauteur de 34 Mds USD à la multilatéralisation de l'initiative de Chiang Mai (accord d'échange de devises de 120 milliards USD entre les pays de l'asean 1, la Chine, le Japon et la Corée du Sud) en mai La participation de la Chine à cette initiative régionale est davantage un geste symbolique qu'une manière de «régionaliser» le RMB. Par ailleurs, en septembre 2009, la PBoC et le FMI ont signé un accord autorisant la Chine à acheter l'équivalent de 50 Mds USD de titres libellés en droits de tirage spéciaux (DTS) et de les régler en RMB. 1 L'Association des nations de l'asie du Sud-Est comprend : Brunei, le Cambodge, l'indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam. 3

4 UTILISATION DU RENMINBI PAR LE SECTEUR PRIVÉ Utilisation à des fins commerciales C est en que la PBoC a lancé plusieurs initiatives pour encourager l utilisation du RMB par le secteur privé. En juillet 2009, un programme pilote a été lancé, autorisant la facturation des transactions commerciales en RMB entre cinq villes chinoises et Hong Kong, Macao et les pays de l'asean. En juin 2010, ce programme a été étendu à vingt provinces chinoises pour toutes les transactions commerciales effectuées avec le reste du monde. En août 2011, toutes les provinces chinoises étaient autorisées à utiliser le RMB pour régler leurs transactions commerciales à l'international. Depuis lors, l'utilisation du RMB en tant que monnaie de règlement des transactions commerciales a rapidement augmenté. Au premier semestre 2011, les paiements transfrontaliers en RMB s'élevaient à 958 Mds RMB et représentaient 9 % des transactions totales, contre 2,5 % en 2010 (voir graphique 1). Une grande partie de ce commerce libellé en RMB s'effectue avec Hong Kong et concerne 93 % des importations chinoises, mais seulement 7 % des exportations chinoises. Ce programme profite principalement aux entreprises chinoises qui peuvent facturer leurs importations en RMB auprès de leurs fournisseurs de Hong Kong, tandis que les sociétés étrangères sont réticentes et/ou ont des difficultés à se procurer des RMB pour payer leurs importations auprès de fournisseurs chinois. Cela dit, si le règlement des transactions en RMB augmente rapidement, plus de 90 % du commerce extérieur chinois est encore payé en monnaie étrangère (principalement en dollar). 800 GRAPHIQUE 1 : PAIEMENTS COMMERCIAUX TRANSFRONTALIERS Mds RMB Utilisation pour les transactions financières L internationalisation du RMB se fait plus prudente sur les transactions financières. En août 2010, des établissements financiers étrangers (dont les banques de compensation de Hong Kong et Macao, des banques étrangères participant au programme de règlement des transactions commerciales en RMB et des banques centrales étrangères engagées dans des BSAs avec la PBoC) ont été autorisés à investir sur le marché interbancaire onshore en étant toutefois soumis à certains quotas. En janvier 2011, la PBoC a lancé un programme pilote autorisant les entreprises chinoises à effectuer des investissements directs à l étranger en RMB. Les dépôts en RMB à Hong Kong ont rapidement progressé depuis juin 2010, portés par des anticipations d appréciation du RMB. En octobre 2011, ils s'élevaient à 96 Mds USD (618 Mds RMB), soit 10 % du total des dépôts bancaires à Hong Kong contre 1 % en 2010 (voir graphique 2). Si ces dépôts sont notamment le fait d entreprises engagées dans le règlement des transactions commerciales transfrontalières en RMB (deux tiers des dépôts), ils concernent également des particuliers résidant à Hong Kong. Avec le programme «Personal Renminbi Business» lancé en 2004, les résidents de Hong Kong peuvent ouvrir des comptes bancaires en RMB et y placer des sommes issues d'opérations de change (limitées à RMB par jour et par personne) ou des versements en provenance de Chine (plafonnées à RMB par jour et par personne). GRAPHIQUE 2 : DÉPOTS BANCAIRES À HONG KONG Mds RMB T4-09 T1-10 T2-10 T3-10 T4-10 T1-11 T2-11 Sources: PBoC, SG janv-07 janv-08 janv-09 janv-10 janv-11 Sources: CEIC, SG 4

5 Outre son attrait en qualité de réserve de valeur dans les dépôts à Hong Kong, le RMB est également utilisé comme moyen de financement. Malgré une taille relativement limitée par rapport à l'ampleur des dépôts en RMB, le marché des obligations libellées en RMB off shore 2 a enregistré une croissance spectaculaire. Depuis son lancement à la mi-2007, le marché dit «des Dim Sum» a levé 39 Mds USD (voir graphique 3). Mds USD GRAPHIQUE 3 : EMISSIONS D'OBLIGATIONS DIM-SUM (PAR PAYS EMETTEUR) Cumul H Chine Hong Kong Autres Sources : Bloomberg, SG Depuis le 1er janvier 2011, 28 Mds USD d'obligations Dim Sum ont été émises (contre un montant cumulé de 11 Mds USD sur la période ). Dans un premier temps, les principaux émetteurs étaient des entités officielles chinoises (comme le Ministère des Finances) et les grandes banques publiques chinoises (China Development Bank et Bank of China), ainsi que des banques commerciales à Hong Kong avec des filiales en Chine. Par la suite, d'importantes multinationales (McDonalds, Caterpillar et Volkswagen) ont commencé à émettre des obligations Dim Sum. La première émission de ce type d'obligations par le français Air Liquide pour un montant de 274 Mds USD en septembre 2011 marque l'intérêt croissant des investisseurs internationaux pour le marché du CNH. D'autres émetteurs jugés de moins bonne signature, voire spéculatifs, ont émis des obligations Dim Sum, ce qui a récemment soulevé des inquiétudes quant à la qualité des émetteurs sur ce marché. Les émetteurs d'obligations Dim Sum désirent profiter de taux d intérêt à Hong Kong qui sont inférieurs à ceux en Chine. Par exemple, le taux d intérêt de l'emprunt d'état chinois à 10 ans émis en décembre 2010 était de 2,48 % sur le marché offshore contre 3,91 % pour le marché onshore. Les investisseurs en obligations Dim Sum sont principalement institutionnels, avec une part croissante de non asiatiques. Cependant, la dégradation des perspectives de l'économie mondiale et la dépréciation du CNH ont récemment réduit l'attrait des obligations Dim Sum, comme en témoigne le recul de leur prix depuis l'été dernier (voir graphique 4). À terme, les émetteurs d'obligations Dim Sum espèrent rapatrier leurs fonds levés à moindre coût à Hong Kong pour financer leurs activités en Chine ou pour investir sur les marchés financiers onshore. Le transfert de ces fonds vers la Chine continentale reste soumis à l'approbation au cas par cas des autorités chinoises. Cependant, en septembre 2011 le tant attendu mini programme pour les Investisseurs Institutionnels Étrangers Qualifiés en RMB (IIEQR), ou «Mini-IIEQ» comme les marchés le surnomment, a été lancé. Dans ce programme, les autorités chinoises autorisent les IIEQR agréés à investir sur les marchés boursiers chinois, avec un quota initial de 20 Mds RMB (environ 3,1 Mds USD). Relativement limité, ce plafond traduit les craintes des autorités chinoises d'attirer trop de flux de capitaux spéculatifs de court terme, qui pourraient contrarier l'efficacité de la politique monétaire de la PBoC. En octobre 2011, les autorités chinoises ont officialisé un programme pilote permettant aux sociétés et banques étrangères d'investir des RMB levés offshore sous forme d'investissements directs étrangers en Chine GRAPHIQUE 4 : PRIX MOYEN DES OBLIGATIONS DIM SUM 97 sept-09 mars-10 sept-10 mars-11 sept-11 mod4 Sources : Bloomberg, SG 2 Le RMB offshore est également appelé CNH (pour en savoir plus sur la différence entre RMB et CNH, voir Encadré 2). 5

6 ENCADRÉ 2 UN PAYS, DEUX MONNAIES Le renminbi (RMB) versus yuan chinois onshore (abrégé CNY) : introduit en 1949, le RMB est le nom officiel de la monnaie chinoise qui se traduit littéralement comme la «monnaie du peuple». Le yuan (également appelé kwai) est le nom désignant communément la monnaie chinoise comme unité de compte. À ce titre, dans un cadre officiel (celui de la PBoC), il est fait mention du RMB, tandis que dans un contexte moins formel (celui des marchés), l utilisation du terme yuan sera préférée. Le CNY est la monnaie chinoise utilisée uniquement en Chine et supervisée par la PBoC. Si sa convertibilité est totale pour les opérations courantes de la balance des paiements (règlement des transactions commerciales) depuis 1997, elle est plus limitée pour les opérations du compte de capital. Les investissements directs étrangers (IDE) restent soumis à autorisation, et les opérations transfrontalières de portefeuille ne sont accessibles qu'aux Investisseurs Institutionnels Étrangers Qualifiés (IIEQ) et Investisseurs Institutionnels Domestiques Qualifiés (IIDQ). Outre les mesures de contrôle des capitaux, le CNY est soumis à des restrictions en matière de change et de taux d'intérêt sur les dépôts/crédits. Le marché du CNY est donc principalement déterminé par les flux commerciaux et l'offre/demande onshore. Le yuan chinois offshore (abrégé CNH) : c'est la monnaie chinoise lancée en juillet 2010 par la Hong Kong Monetary Authority (HKMA) en accord avec la PBoC pour rendre le CNY officiellement livrable à Hong Kong. L'offre de CNH est intégralement déterminée par (i) les canaux par lesquels le CNY afflue de la Chine vers Hong Kong et est ensuite converti en CNH par la banque de compensation désignée à Hong Kong auprès de la succursale de la PBoC à Shenzhen, la Bank of China (Hong Kong) (ci-après dénommée BOC (HK)) et (ii) de l'accord bilatéral d'échange de devises avec du RMB entre la HKMA et la PBoC. Dans les faits, la PBoC assure les conditions de la liquidité de manière distincte sur les marchés onshore et offshore. La quantité de CNY disponible à Hong Kong est régie de manière stricte puisque la BOC (HK) doit respecter un quota de conversion de 8 Mds CNY par an. Les limites de cette réglementation sont apparues en octobre 2010 lorsque la BOC (HK) avait atteint son quota du fait de la forte demande de CNH par les banques, ce qui avait contraint la HKMA à activer l'accord d'échange de devises avec du RMB avec la PBoC. En conséquence, les règles ont été durcies en 2011, avec des quotas trimestriels de 4 Mds de CNY révisables chaque trimestre, et les banques ne peuvent désormais s adresser à la BOC (HK) que si elles ont des positions nettes courtes ou longues sur le CNY et si elles doivent régler des transactions commerciales dans les trois mois. Comme les conditions d'offre et de demande sont différentes entre les marchés du CNY et du CNH, il existe inévitablement un écart entre les deux cours de change et les deux taux interbancaires. Toutefois, ces deux marchés sont étroitement corrélés. Un CNH qui se négocie à un cours en deçà du CNY traduit un durcissement des conditions de liquidité et des anticipations d'appréciation (comme cela fut observé en octobre 2010). À l'inverse, un CNH supérieur au cours du CNY traduit un assouplissement des conditions de liquidité et des anticipations de dépréciation (comme cela s observe depuis la mi-septembre 2011). Le marché interbancaire du CNH n'est pas un véritable marché interbancaire dans la mesure où la liquidité reste concentrée auprès des établissements bancaires riches en dépôts, qui offrent des taux de rémunération allant de 0,4 à 0,9 %. On peut plutôt le considérer comme un marché unilatéral puisque les investisseurs ont des positions longues en CNH en raison des opportunités d'investissement limitées en CNH. Les taux interbancaires CNH offshore sont donc généralement inférieurs aux taux CNY onshore. 7,0 6,9 6,8 6,7 6,6 6,5 6,4 CNY VERSUS CNH (CONTRE USD) 6,3 août-10 déc-10 avr-11 août-11 mod4 USD/CNY USD/CNH Sources : Bloomberg, SG TAUX INTERBANCAIRES (3 MOIS) 0 avr-10 oct-10 avr-11 oct-11 mod4 Onshore (SHIBOR) Offshore (CNH) Sources : Bloomberg, SG 6

7 MAIS L ABSENCE DE CONVERTIBILITÉ POURRAIT LIMITER SON INTERNATIONALISATION Les derniers développements montrent que l utilisation «internationale» du RMB comme unité de compte et moyen de paiement est déjà un succès et que son potentiel est élevé du fait de l intégration commerciale et financière croissante de la Chine dans l économie mondiale. Pour autant, son utilisation comme monnaie de réserve internationale reste limitée. Le statut de monnaie de réserve est beaucoup plus long et plus difficile à atteindre. Il requiert que la monnaie soit détenue en quantité suffisamment importante dans les réserves de change internationales des banques centrales étrangères et des institutions financières internationales. Dans un premier temps, l utilisation du RMB comme monnaie d ancrage (ou dans un panier de monnaies) par un pays de la région pourrait conduire des banques centrales à détenir des RMB dans leurs réserves de change. Singapour pourrait être un candidat potentiel en l'échange d'une part du marché croissant du CNH. Hong Kong pourrait également être considéré si le régime de change évolue vers un ancrage à un panier de monnaies. Hors de la région Asie, la banque centrale du Nigeria a récemment annoncé qu'elle commencerait par allouer 10 % de ses réserves de change en RMB. En avril 2009, Zhou Xiaochuan, le gouverneur de la PBoC, avait suggéré que le Droit de Tirage Spécial (DTS) du FMI devienne une monnaie de réserve internationale. Il avait alors indiqué que le panier de devises composant le DTS devait être représentatif des grandes économies mondiales en termes de PIB, laissant sous-entendre l intégration du RMB dans ce panier de monnaies. Puis, en avril 2011, les ministres des Finances et gouverneurs des banques centrales du G20 ont appelé à travailler sur «des critères pour élargir la composition du DTS» pour renforcer le système monétaire international. Dans ce programme de travail, l'inclusion du RMB et d'autres grandes devises émergentes dans le panier de monnaies composant le DTS pourrait être envisagée sous certaines conditions. Si le rôle croissant de la Chine dans le commerce mondial œuvre en faveur de cette inclusion dans le panier de monnaies composant le DTS, l'absence de pleine convertibilité (libéralisation du compte de capital) du RMB l'empêche d'être largement utilisé et échangé sur les grands marchés des changes, et donc d'être une «monnaie librement utilisable» d'après la terminologie du FMI. Plus récemment, lors du dernier G20 sous la présidence française à Cannes en novembre 2011, les participants ont convenu de revoir la composition du panier de monnaies du DTS d'ici À moyen terme, l'inclusion des grandes monnaies émergentes comme le RMB dans le panier de monnaies composant le DTS pourrait accroître le rôle de ce dernier comme monnaie de réserve dans le système monétaire international. DES CONDITIONS PRÉALABLES SERONT NÉCESSAIRES POUR PERMETTRE LA CONVERTIBILITÉ DU RENMINBI Tout d'abord, malgré les réformes engagées au cours de ces deux dernières décennies pour renforcer le système bancaire, d autres progrès doivent encore être réalisés. L encadrement administratif des taux d'intérêt par la PBoC garantit toujours des marges d'intérêt positives aux banques commerciales chinoises. Dans ces circonstances, la libéralisation des taux d'intérêt sera nécessaire pour promouvoir la concurrence dans le secteur bancaire et inciter les banques à adopter une approche plus commerciale et à mieux évaluer le risque. Un système bancaire plus solide limiterait alors les sorties de capitaux lorsque les mesures de contrôle des capitaux seront levées. Ensuite, les marchés financiers chinois restent sous-développés puisque le marché obligataire ne représentait que 50 % du PIB, contre 140 % pour le crédit bancaire en Le marché obligataire chinois reste étroit et les banques en sont les principales participantes. La base d'investisseurs devrait être élargie aux investisseurs institutionnels, ce qui est tout à fait envisageable puisque le vieillissement de la population offre une opportunité de développer les secteurs des fonds de pension et de l'assurance. Par ailleurs, l'établissement d'une courbe des taux efficiente contribuerait au développement de marchés obligataires plus matures. Des marchés financiers plus profonds, liquides et efficients apporteraient non seulement des sources de financement supplémentaires à l'économie, mais permettraient aussi d'éviter plus facilement les effets déstabilisateurs de la levée des contrôles de capitaux. Enfin, le RMB demeure sensiblement sous-évalué. Dans ces circonstances, la convertibilité du compte de capital précipiterait des entrées de capitaux déstabilisantes, ce qui contrarierait la capacité de la PBoC à maîtriser l'inflation. Le fait d accepter plus de flexibilité dans le régime de change et de laisser le RMB s'apprécier graduellement contribuerait à atténuer les effets perturbateurs lors de la libéralisation du compte de capital. 7

8 LA CONVERTIBILITÉ DU RENMINBI RESTE UN OBJECTIF DE LONG TERME Si les objectifs de «réalisation progressive de la convertibilité du compte de capital» et de «promotion de Hong Kong en qualité de premier centre offshore du RMB» sont explicites dans le douzième plan quinquennal couvrant la période adopté en mars 2011, aucun calendrier précis n'a été convenu pour la réalisation de la pleine convertibilité et de l'internationalisation du RMB. Auparavant, l'objectif de convertibilité du RMB était implicite avec l'intention des autorités chinoises de faire de Shanghai un centre financier international d'ici Plus récemment, en août 2011, le vice-premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé une série de mesures destinées à renforcer le rôle de Hong Kong comme marché offshore du RMB. Parmi les mesures, les sociétés non financières chinoises seront autorisées à émettre des obligations sur le marché Dim Sum directement à partir de la Chine et sans passer par leurs filiales à Hong Kong. 8

9 NUMÉROS PRÉCÉDENTS ECONOTE LE DOLLAR : LA MONNAIE DES AMÉRICAINS, LEUR PROBLÈME? ECONOTE N 1 31 MARS 2011 Benoît HEITZ VERS UN DÉCOLLAGE AFRICAIN? ECONOTE N 2 10 MAI 2011 Clément GILLET ÉTATS-UNIS : ÉTATS FÉDÉRÉS ET COLLECTIVITÉS LOCALES, UN FREIN À LA REPRISE ÉCONOMIQUE ECONOTE N 3 9 JUIN 2011 Clémentine GALLES Kim MARCH 9

10 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES CONTACTS Olivier GARNIER Chef économiste du Groupe Laure de BATZ Amérique Latine et Afrique Sub Saharienne Olivier de BOYSSON Adjoint et chef économiste Pays Émergents Marie-Hélène DUPRAT Conseiller auprès du Chef économiste Ariel EMIRIAN Études risques-pays / Pays CEI Clémentine GALLÈS Études macro-financières / Amérique du Nord Benoît HEITZ Prévisions économiques mondiales / Zone euro et Europe Marc-Antoine COLLARD OCDE hors Zone euro, Pays du Golfe Matières Premières Léa DAUPHAS Zone euro et Europe du sud Marc FRISO Zone euro et Europe du nord Régis GALLAND Moyen Orient, Afrique du Nord, Asie Centrale Sopanha SA Asie Anna SIENKIEWICZ Europe centrale et du sud-est Isabelle AIT EL HOCINE Assistante Valérie TOSCAS Assistante Sigrid MILLEREUX-BEZIAUD Documentaliste Tiphaine CAPPE de BAILLON Statistiques et édition Société Générale Direction des Risques Département des Études Économiques PARIS CEDEX 18 Tél : Tél : Fax : Ce document reflète l opinion du seul département des études économiques de la Société Générale à la date de sa publication. Il ne reflète pas nécessairement les analyses des autres départements ou la position officielle de la Société Générale ou de l une de ses entités juridiques, filiales ou succursales (ensemble, ci-après dénommé «Société Générale»). Il ne constitue pas une sollicitation commerciale et a pour seul objectif d aider les investisseurs professionnels et institutionnels et eux seuls, mais ne dispense pas ceux-ci d exercer leur propre jugement. La Société Générale ne garantit ni l exactitude, ni l exhaustivité de ces opinions comme des sources d informations à partir desquelles elles ont été obtenues, bien que ces sources d informations soient réputées fiables. La Société Générale ne saurait donc engager sa responsabilité, au titre de la divulgation ou de l utilisation des informations contenues dans ce document qui est, par ailleurs, susceptible d être modifié à tout moment et sans notification. La Société Générale est susceptible d agir comme teneur de marché, d agent ou encore à titre principal d intervenir pour acheter ou vendre des titres émis par les émetteurs mentionnés dans ce document, ou des dérivés y afférents. La Société Générale, ses dirigeants ou employés, peuvent avoir exercé des fonctions d employé ou dirigeant auprès de tout émetteur mentionné dans ce document ou ont pu intervenir en qualité de conseil auprès de ce(s) émetteur(s). A l intention des lecteurs en dehors de France : ce document, et les valeurs mobilières qui y sont discutées, peuvent ne pas être distribués ou vendus dans tous les pays ou à certaines catégories d investisseurs. 10

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS

ECONOTE N 18. Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS N 18 JUIN 213 ECONOTE Société Générale Département des études économiques FRANCE : POURQUOI LE SOLDE DES PAIEMENTS COURANTS SE DÉGRADE-T-IL DEPUIS PLUS DE 1 ANS? Le solde extérieur courant de la France

Plus en détail

Le renminbi peut-il devenir une monnaie internationale?

Le renminbi peut-il devenir une monnaie internationale? Le renminbi peut-il devenir une monnaie internationale? Résumé : - Le renminbi occupe une place toujours plus importante dans le Système Monétaire International (SMI), grâce à l intégration de la Chine

Plus en détail

La porte d entrée vers la Chine Comment l utilisation du renminbi peut transformer votre activité en Chine

La porte d entrée vers la Chine Comment l utilisation du renminbi peut transformer votre activité en Chine La porte d entrée vers la Chine Comment l utilisation du renminbi peut transformer votre activité en Chine La montée du renminbi Pendant les trois dernières décennies, le PIB chinois a connu une croissance

Plus en détail

Internationalisation du yuan : une stratégie à pas comptés

Internationalisation du yuan : une stratégie à pas comptés n 121 Novembre 213 Internationalisation du yuan : une stratégie à pas comptés L'internationalisation du yuan désigne le processus par lequel le yuan peut être utilisé en dehors des frontières de la Chine

Plus en détail

Le RMB, une monnaie internationale incontournable

Le RMB, une monnaie internationale incontournable Le RMB, une monnaie internationale incontournable 12/02/2012 Bei XU Economiste & Martine GRAFF Expert Trade Finance Introduction 1. Les chiffres clés de l économie chinoise 2. L internationalisation du

Plus en détail

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi?

DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE. Do you Renminbi? ENTREPRISES COMMERCE INTERNATIONAL DÉVELOPPEZ VOTRE ACTIVITÉ EN CHINE Do you Renminbi? PROSPECTEZ ET LANCEZ-VOUS SUR LE MARCHÉ CHINOIS ADOPTEZ LE RENMINBI, LA DEVISE CHINOISE SÉCURISEZ ET FINANCEZ VOS

Plus en détail

La CCB aidera à bâtir le marché du RMB à Toronto. Succursale de Toronto de la Banque de construction de Chine

La CCB aidera à bâtir le marché du RMB à Toronto. Succursale de Toronto de la Banque de construction de Chine La CCB aidera à bâtir le marché du RMB à Toronto Succursale de Toronto de la Banque de construction de Chine Contenu À notre propos Les marchés extra-territoriaux du RMB Les avantages pour le Canada Les

Plus en détail

ECONOTE N 20. Société Générale Département des études économiques PAYS-BAS : À LA PÉRIPHÉRIE DU CŒUR

ECONOTE N 20. Société Générale Département des études économiques PAYS-BAS : À LA PÉRIPHÉRIE DU CŒUR N 2 SEPTEMBRE 213 PAYS-BAS : À LA PÉRIPHÉRIE DU CŒUR ECONOTE Société Générale Département des études économiques Les Pays-Bas présentent plusieurs traits caractéristiques des pays périphériques de la zone

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge?

Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai. Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Délégation Asie-Pacifique du Groupe Crédit Agricole à Hong Kong et à Shanghai Le RMB s internationalise: Un simple filet d eau ou le déluge? Le Tour du Monde en 8 heures Poitiers, le 21 juin 2011 Agenda

Plus en détail

ECONOTE N 7. Société Générale Département des Études économiques CHINE : INVESTISSEMENTS DIRECTS A L ETRANGER : BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN

ECONOTE N 7. Société Générale Département des Études économiques CHINE : INVESTISSEMENTS DIRECTS A L ETRANGER : BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN N 7 MAI 212 ECONOTE Société Générale Département des Études économiques CHINE : INVESTISSEMENTS DIRECTS A L ETRANGER : BEAUCOUP DE BRUIT POUR RIEN Les investissements directs chinois à l étranger (IDE)

Plus en détail

N 23 JANVIER 2014 ECONOTE. Société Générale Département des études économiques

N 23 JANVIER 2014 ECONOTE. Société Générale Département des études économiques N 23 JANVIER 214 ECONOTE Société Générale Département des études économiques IRLANDE : FIN DU PLAN D AIDE, ET APRÈS? Durement touchée par la crise, l Irlande a dû faire appel à l aide internationale. En

Plus en détail

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles

ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles N 24 MAI 214 ECONOTE Société Générale Département des études économiques et sectorielles ZONE EURO : FINANCEMENT DES ENTREPRISES PAR LES MARCHÉS : UN DÉVELOPPEMENT INÉGAL AU SEIN DE LA ZONE EURO Les entreprises

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Chine, à quand l ouverture de son marché financier? [1]

Chine, à quand l ouverture de son marché financier? [1] 1 sur 5 27/02/2014 21:11 Published on Globalix (http://globalix.fr) Accueil > Chine, à quand l ouverture de son marché financier? ven, 08/02/2013-17:53 Chine, à quand l ouverture de son marché financier?

Plus en détail

Le Renminbi comme monnaie internationale. Bank of China Paris Branch 21, octobre 2015 Clermont Ferrand

Le Renminbi comme monnaie internationale. Bank of China Paris Branch 21, octobre 2015 Clermont Ferrand Le Renminbi comme monnaie internationale Bank of China Paris Branch 21, octobre 2015 Clermont Ferrand Agenda 01 Contexte 02 Internationalisation 03 Centre de RMB offshore 2 01 Contexte 3 Système monétaire

Plus en détail

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse

1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse 1.2.3. La balance des paiements, outil d'analyse Introduction La balance des paiements est un moyen d'analyse économique de premier plan. Elle permet d'appréhender la totalité des échanges de la France

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Renminbi Cash Management

Renminbi Cash Management Facilitez vos activités avec la Chine Renminbi Cash Management La dynamique du marché chinois La Chine, 2 ème économie mondiale 1 er exportateur mondial 1 er fournisseur en Europe 2 ème acheteur en Europe

Plus en détail

Le marché du RMB en France, de nouvelles opportunités

Le marché du RMB en France, de nouvelles opportunités Le marché du RMB en France, de nouvelles opportunités 元 (Renminbi): INTERNATIONALISATION ET OPPORTUNITES Ces dernières années, l internationalisation du Renminbi (RMB) et son utilisation par les différents

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE

LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE Le 20 janvier 2011 LA CONFIANCE DES MARCHÉS ÉMERGENTS EST EN HAUSSE TANDIS QUE CELLE DES MARCHÉS DÉVELOPPÉS RECULE ***La confiance des marchés asiatiques se rapproche de son niveau d avant la crise***

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence Le développement des relations financières France-Chine Assemblée Nationale, Paris - 11 janvier 2012

Compte-rendu de la conférence Le développement des relations financières France-Chine Assemblée Nationale, Paris - 11 janvier 2012 Table ronde n 1: Financement des entreprises et internationalisation, l apport du capital investissement transfrontalier Modérateur: M. Jean-Marc Vittori, journaliste économique, Les Echos Intervenants:

Plus en détail

États-Unis : États fédérés et collectivités locales, un frein à la reprise économique

États-Unis : États fédérés et collectivités locales, un frein à la reprise économique #03 9 juin 2011 États-Unis : États fédérés et collectivités locales, un frein à la reprise économique Aux Etats-Unis, les États fédérés, les municipalités et toutes les autres collectivités locales ont

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012

L investissement direct étranger à Taïwan en 2012 Résumé L investissement direct étranger à Taïwan en 212 L Union Européenne est le premier investisseur étranger à Taïwan (31,9 Mds USD en 212). Dans l autre sens, Taïwan est à l origine d environ 226 Mds

Plus en détail

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION

4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION 4. LE PORTEFEUILLE-TITRES DES ÉTABLISSEMENTS DE CRÉDIT ET LES RISQUES LIÉS À SON ÉVOLUTION L ensemble du portefeuille-titres 34 des établissements de la place a connu une croissance très importante au

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

Rencontres Economiques. Septembre 2012

Rencontres Economiques. Septembre 2012 Rencontres Economiques Septembre 2012 Développement des Sociétés Chinoises en France France = 3 ème partenaire en Europe 90 s : Emergence des Investissements Chinois Banque, Ressources Naturelles Secteur

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE

CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE CHAPITRE 2 LE TAUX DE CHANGE 2 1 L origine des opérations de change : Le change est l'acte par lequel on échange deux monnaies différentes. Ces monnaies peuvent être celle d un pays ou d un ensemble de

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté,

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, FICHE PAYS ASIE : CRISE OU COUP DE FREIN À LA CROISSANCE? Département analyse et prévision En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, malgré une baisse de régime durant l été. Son dynamisme

Plus en détail

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir.

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir. Singapour est l'un des centres financiers de premier plan dans le monde entier et important centre de distribution de la finance en Asie du Sud. Il n'est pas surprenant, le pays a un des systèmes bancaires

Plus en détail

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012

L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations avec la Chine Heenan Blaikie Québec 1 juin 2012 Hong Kong Une passerelle vers le marché chinois Présentation, petit-déjeuner conférence HKCBA, Québec International, EDC, Export Québec, HKTDC et HKETO L Hon. Martin Cauchon, C.P. LL.M. Groupe relations

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques?

Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? Le dollar à la merci des banques centrales asiatiques? par Patrick Artus. Les interventions des banques centrales asiatiques sur le marché des changes visent à soutenir la compétitivité des exportations

Plus en détail

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015

Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier 2015 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars 2015 Opérations internationales du Canada en valeurs mobilières, janvier Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le lundi 16 mars Les investisseurs canadiens ont réduit leurs avoirs en titres étrangers

Plus en détail

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 11 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : Les marchés financiers : entre attentes et réalités Ce soir le 5ème sommet des pays

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie?

Pourquoi une forte demande des PME en Sourcing Asie? Sourcing en Asie Pour toute information complémentaire, contactez : Le Département Développement International de la Chambre de Commerce et d Industrie de Saint-Etienne / Montbrison Tél : 04.77.43.04.50

Plus en détail

Agitation dans les marchés émergents

Agitation dans les marchés émergents Investir en obligations Agitation dans les marchés émergents Lundi 27 janvier 2014 Les obligations et les monnaies des marchés émergents sont à nouveau sous pression ces derniers temps et ce, en raison

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

BNP PARIBAS (FR) USD CHINESE YUAN PARTICIPATION NOTE 2015

BNP PARIBAS (FR) USD CHINESE YUAN PARTICIPATION NOTE 2015 BNP PARIBAS (FR) USD CHINESE YUAN PARTICIPATION NOTE 2015 Document promotionnel Octobre 2012 Obligation structurée émise par BNP Paribas SA (A2 / AA- / A+) Le présent document est rédigé dans le cadre

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs

Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Dynamique des exportations de biens et de services du Québec sur les marchés extérieurs Table des matières En bref 1 Une stagnation des exportations au cours des années 2000 1 Un recul majeur sur le marché

Plus en détail

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines

Points saillants. T3 2014 Octobre 2014. Titres à revenu fixe canadiens et américains. Actions canadiennes. Actions américaines Octobre 2014 Points saillants Titres à revenu fixe canadiens et américains Les marchés des titres à revenu fixe nord-américains ont inscrit de solides rendements au troisième trimestre de 2014, soutenus

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Le change et les politiques de change

Le change et les politiques de change Le change et les politiques de change BTS 2ème année Economie générale Durée : 1 h cours + 2h TD Pré requis : Connaître les composantes de la balance des paiements. Principes d un régime de change flottants

Plus en détail

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales

En termes de taille relative, le Canada occupe la 15 ème place parmi les économies mondiales Le Programme de comparaison internationale de la Banque mondiale du pouvoir d'achat : classement général des pays, 2011 Diffusé à 8 h 30, heure de l'est dans Le Quotidien, le vendredi 9 mai 2014 Le 30

Plus en détail

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial

Liste des tableaux. I. Évolution du commerce mondial Liste des tableaux I. Évolution du commerce mondial 1. Aperçu général Tableau I.1 Croissance du volume des exportations et de la production mondiales de marchandises, 2005-2013 21 Tableau I.2 Croissance

Plus en détail

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux

Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Investir dans un contexte de déséquilibres économiques mondiaux Le 1 er avril 2011 Vincent Lépine Vice-président Répartition globale de l actif et gestion des devises Agenda A Déséquilibres mondiaux croissants

Plus en détail

Actions Japonaises : le rallye n'est pas terminé

Actions Japonaises : le rallye n'est pas terminé Actions Japonaises : le rallye n'est pas terminé Frédéric Rollin Convictions d investissement Janvier 2014 Reprise du crédit, stabilisation des prix des biens de consommation et de l'immobilier, retour

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA

RAPPORT SUR LE PORTEFEUILLE DE PLACEMENTS DU FIDA Distribution: Restreinte EB 2005/84/R.33 18 avril 2005 Original: Anglais Point 14 b) ii) de l'ordre du jour Français a FIDA Conseil d'administration Quatre-vingt-quatrième session Rome, 18-20 avril 2005

Plus en détail

Aux actionnaires de Credit Suisse Group AG Invitation à l Assemblée générale extraordinaire

Aux actionnaires de Credit Suisse Group AG Invitation à l Assemblée générale extraordinaire Aux actionnaires de Credit Suisse Group AG Invitation à l Assemblée générale extraordinaire Jeudi 19 novembre 2015, 10h30 (Ouverture des portes à 9h00) BERNEXPO, Halle 4 Mingerstrasse 6, 3014 Berne Ces

Plus en détail

L'UNION EUROPÉENNE ET SES PARTENAIRES COMMERCIAUX

L'UNION EUROPÉENNE ET SES PARTENAIRES COMMERCIAUX L'UNION EUROPÉENNE ET SES PARTENAIRES COMMERCIAUX Premier exportateur mondial de biens et de services et première source d'investissements directs étrangers, l'union européenne occupe une place dominante

Plus en détail

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière

La crise financière internationale. 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Tunis, 10 octobre 2008 La crise financière internationale 1- Les raisons du déclenchement et de la propagation de la crise financière Le déclenchement de la crise financière est en grande partie attribué

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

Conférence Af2i - HSBC France

Conférence Af2i - HSBC France Conférence Af2i - HSBC France «L'investissement sur des actifs financiers chinois, à l'heure des quotas spécifiques octroyés par les autorités chinoises pour la place de Paris» Le mercredi 8 octobre 2014

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011 Cote du document: EB 2011/103/R.35 Point de l ordre du jour: 12 d) Date: 10 août 2011 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre

Plus en détail

STATISTIQUES MONETAIRES

STATISTIQUES MONETAIRES Sommaire Agrégats de monnaie (M1, M2, M3) Agrégats de placements liquides (PL1,PL2,PL3,PL4) Contreparties de M3 Tableaux des ressources et emplois de Bank Al-Maghrib et des Banques STATISTIQUES MONETAIRES

Plus en détail

BASE DE DONNÉES MONDE

BASE DE DONNÉES MONDE BASE DE DONNÉES MONDE 2013 SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA

PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA PRISMA Renminbi Bonds Hedgé USD/CHF Quelle situation dans le crédit en Chine? Marc Zosso CIO, Prisminvest SA Plusieurs investisseurs nous demandent à juste titre quelle est la véritable situation du crédit

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098)

Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098) Paris, le 6 juin 2014 Communiqué de presse Rachat par MAUREL & PROM de 16.005.307 OCEANE 2014 au prix unitaire de 16,90 euros (ISIN : FR0010775098) Concomitamment au placement privé d Obligations à option

Plus en détail

Étape importante pour la zone euro

Étape importante pour la zone euro Étape importante pour la zone euro Plan de sauvetage réussi - Les craintes liées à la dette dans la zone euro se sont finalement apaisées après avoir été à leur paroxysme la semaine dernière. Un effort

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

La Chine atterrit et le marché décolle!

La Chine atterrit et le marché décolle! Que s'est-il passé en avril? Focus Marchés Commentaires de marché En avril, le ralentissement économique du premier trimestre est confirmé par les chiffres de croissance publiés en Chine et aux Etats-Unis.

Plus en détail

Attrait des marchés frontières

Attrait des marchés frontières CONFÉRENCE OFI INNOVATIONS ET RECOMMANDATIONS 2015 OFI ASSET MANAGEMENT Attrait des marchés frontières Zin BEKKALI CEO and Group CIO, SILK INVEST 2 Silk Invest, spécialiste reconnu des marchés frontières

Plus en détail

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance

ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS. Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance ACCORD SUR LES MARCHÉS PUBLICS Ouvrir les marchés et promouvoir la bonne gouvernance Le saviez-vous? Les marchés publics représentent en moyenne au moins 15% du PIB d un pays. L Accord de l OMC sur les

Plus en détail

DÉCRYPTAGE N 57. L actualité juridique et réglementaire. Actualités législatives et réglementaires. Communications AMF. Actualités européennes

DÉCRYPTAGE N 57. L actualité juridique et réglementaire. Actualités législatives et réglementaires. Communications AMF. Actualités européennes Paris - Du 21/01/au 20/02/2014 N 57 DÉCRYPTAGE L actualité juridique et réglementaire Dépositaire - Conservateur - Administration de fonds - Services aux émetteurs Actualités législatives et réglementaires

Plus en détail

ECONOTE N 10. Société Générale Département des Études Économiques MARCHÉ IMMOBILIER ET POLITIQUES MACRO- RÉUSSITE?

ECONOTE N 10. Société Générale Département des Études Économiques MARCHÉ IMMOBILIER ET POLITIQUES MACRO- RÉUSSITE? N 10 AOÛT 2012 ECONOTE Société Générale Département des Études Économiques MARCHÉ IMMOBILIER ET POLITIQUES MACRO- PRUDENTIELLES : LE CANADA EST-IL SYNONYME DE RÉUSSITE? L'augmentation de l endettement

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Bulletin Economique Chine

Bulletin Economique Chine Bulletin Economique Chine DG Trésor n 77 Juillet - Août 20 Sommaire LA NOUVELLE POLITIQUE DE CHANGE CHINOISE : LIBERALISATION OU DEPRECIATION COMPETITIVE?... 2 LA DETTE DES COLLECTIVITES LOCALES CHINOISES

Plus en détail

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros

Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros 26 mai 2015 Europcar annonce le lancement d une émission obligataire de 475 millions d euros Europcar Groupe S.A. («Europcar»), société anonyme de droit français, a annoncé aujourd hui le lancement d une

Plus en détail

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015

Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 COMMUNIQUÉ DE PRESSE 4 novembre 2015 Bureau Veritas: CA des neuf premiers mois de 2015 Chiffre d affaires de 3 462 millions d euros, en hausse de 14,2% par rapport à 2014 Croissance organique de 2,7% pour

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail