REVUE DES LIVRES. La guerre des monnaies, Alain Nonjon

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REVUE DES LIVRES. La guerre des monnaies, Alain Nonjon"

Transcription

1 REVUE DES LIVRES La guerre des monnaies, Alain Nonjon La machine à trier. Comment la France divise sa jeunesse, Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Olivier Galland et André Zylberberg La fabrique des chômeurs. Un patron de PME brise les tabous, Marie-Thérèse Bertini La France sans ses usines, Patrick Artus et Marie-Paule Virard Les obligations d information et de conseil des intermédiaires d assurances, Collectif RiskAssur Des anthropologues à l OMC, Marc Abélès (sous la dir.) La fabrication de l ennemi ou comment tuer avec sa conscience pour soi, Pierre Conesa The box. Comment le conteneur a changé le monde, Marc Levison Le chemin de l espérance, Stéphane Hessel et Edgar Morin

2 Revue des livres La guerre des monnaies Alain Nonjon Ellipses Marketing, 2011 Dans ce recueil de contributions, coordonné par Alain Nonjon, la parole est donnée aux universitaires. L objectif n'est pas de comprendre les nouvelles menaces d une sphère financière de plus en plus hégémonique et opaque mais plutôt d y donner sens. Selon les auteurs, les rapports de force ont énormément changé avec l émergence de nouvelles puissances économiques (Chine, Inde, Brésil, Russie ), l essor des marchés financiers et les innovations financières ainsi que l intégration des systèmes financiers nationaux. En revanche, les règles de la gouvernance mondiale et le système monétaire et financier international peinent à se réformer faute de principes fondateurs d un nouveau Bretton Woods. Pour expliquer les origines des récents conflits monétaires, l ouvrage met l accent sur les défaillances de deux éléments essentiels de l architecture monétaire internationale contemporaine : 1) les failles du système monétaire international, illustré par l impuissance caractérisée du FMI face aux crises ; en effet, le FMI, aujourd hui, ne peut qu apporter son expertise et jouer les pompiers du système monétaire international ; 2) la construction inachevée de la zone euro : en tant que pièce maîtresse dans la nouvelle architecture du système monétaire international, l euro peine à s imposer comme monnaie de réserve et des échanges face au dollar américain. La monnaie européenne se contente d un second rôle de variable d ajustement. En cause, une intégration européenne inachevée, mise en lumière par la récente crise des dettes souveraines. La crise financière de 2007 a conduit à repenser l architecture financière et réglementaire afin de prendre la juste mesure des risques liés aux marchés financiers. Des réformes ont été lancées de par le monde (système bancaire, réglementation prudentielle ) au sein du G20, mais sont loin d être la panacée. De même, leur mise en œuvre présente des différences régionales importantes et des différences culturelles flagrantes. Aujourd hui, les guerres monétaires pourraient s avérer plus désastreuses et dévastatrices en termes d emplois, de création de richesses que les guerres classiques. John Adams, deuxième Président des États-Unis ( ), avertissait ainsi : "il y a deux manières de conquérir une nation. L une par l épée, l autre par la dette". Plus qu'un point de vue sur la guerre des monnaies, cet ouvrage est une réflexion plus globale pour ceux qui n'ont pas encore fait le tour de la question. En effet, contrairement aux autres ouvrages traitant de la question des conflits monétaires, il ne résume pas la question à un simple affrontement entre le dollar et le yuan. On peut, ainsi, regretter le titre. L ouvrage est plutôt une réflexion sur les défaillances de l architecture monétaire internationale. Il n'y apporte pas de solutions. Younes Bahi Économiste - Prospective internationale CCIP La machine à trier Comment la France divise sa jeunesse Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo, Olivier Galland et André Zylberberg Attention! Ne pas se fier au côté "cheap" de ce livre. Son contenu est riche, voire "lourd", malgré son petit format et ses 137 pages. 127

3 Les Cahiers de Friedland n 8-2 ème semestre 2011 Nos auteurs s attaquent, en effet, à un des principaux maux de notre pays, son incapacité à profiter de sa jeunesse (relative) en sachant l intégrer dans le monde économique, voire dans le monde tout court. Le constat comme le diagnostic sont accablants et les remèdes mériteraient de figurer en tête des programmes des candidats aux élections de Suivant une formule choc, la "jeunesse" dure, en effet, de plus en plus longtemps en France. Si on la définit comme une période de dépendance (économique) aux adultes, la jeunesse française s étend, désormais, aux rivages de la trentaine. À l image sympathique des "Tanguy" qui restent, voire squattent, de plus en plus longtemps, chez leurs parents, P. Cahuc et alii opposent un parcours semé d embûches vers l emploi stable, fait de stages, d inactivités, d échecs scolaires, etc. Loin d être un constat positif (l éternelle jeunesse!), cette réalité sanctionne une pratique profondément ancrée dans notre culture nationale : celle d une préférence pour l élitisme (en dépit de la devise républicaine) et d une méthode, le tri, pour faire émerger la crème d une génération et expulser le reste. Notre système de formation, depuis le plus jeune âge, fonctionnerait, en effet, sur la base d une impitoyable sélection, qui éjecterait, tout au long des deux décennies de formation des jeunes, un nombre croissant d individus. Guère étonnant qu in fine, on observe que près d un tiers d une génération échoue à trouver sa place sur le marché du travail et que la France ait le taux de chômage des jeunes parmi les plus élevés des pays de l OCDE. (1) C est le cas de la "Contribution 2012" de la CCIP aux élections nationales qui consacre une partie de ses propositions à aider les jeunes à avoir une activité avant 25 ans : Cet échec conduit à de profondes inégalités, avec une partie importante de la jeunesse qui se sent mise à l écart et se replie sur la sphère privée. Inutile d insister sur les conséquences dramatiques d une telle dérive, avec un fort taux d absentéisme des jeunes aux élections politiques (ou alors, quand ils votent, une tendance à écouter les discours extrémistes), ou une tendance à profiter d un système social généreux sans esprit de responsabilité. Ces barrières mises à l entrée des jeunes dans la "vraie vie" sont particulièrement spectaculaires dans le champ politique. Le chapitre 4 montre comment la propension au cumul des mandats électifs a pour effet pratique d empêcher un renouvellement du personnel politique et conduit la France à avoir un des parlements les plus âgés parmi les grandes démocraties. Au discours convenu sur l utilité, pour un parlementaire, d avoir un fort ancrage local, les auteurs opposent, au contraire, une vision très économique où le cumul des mandats s oppose à la concurrence au sein des partis. En trustant toutes les fonctions (y compris les multiples présidences d organes locaux tels qu'offices d HLM, hôpitaux, syndicats de traitements des eaux, etc.), les "vieux" empêchent les "jeunes" (et sans doute aussi les femmes!) de les concurrencer et donc de les menacer. Nos auteurs sont particulièrement sévères envers notre système éducatif, en particulier sur la façon dont est conçue la transmission du savoir : l importance du temps de travail extra-scolaire (qui favorise les enfants des classes aisées qui peuvent leur payer des cours particuliers), la préférence pour un enseignement de type vertical (cours magistraux plutôt que travail collectif), une sélection par l échec et la primauté donnée au classement, une orientation disqualifiée car souvent assimilée à un choix, par défaut, etc., sont autant de cau- 128

4 Revue des livres ses explicatives de la propension de notre système scolaire à aggraver les inégalités sociales (malgré le discours officiel) et, surtout, à provoquer, chez un grand nombre de jeunes, un profond manque d estime de soi et un grand manque de confiance en leurs capacités. Face à ce champ de ruines, on attend de la conclusion des pistes de rénovation. Les auteurs en évoquent certaines, mais on se doute que le champ des réformes est plus vaste : réformes des systèmes d'aides (accorder le RSA au moins de 25 ans!), réformes des contrats de travail (principal terreau de la persistance de la précarité chez les jeunes), recentrage de la formation sur les plus jeunes, etc. Si l'on peut contester certains aspects du diagnostic (on ne compte plus le nombre d'études et rapports sur les problèmes de l éducation nationale), on ne peut nier que le constat fait sur l exclusion d une part croissante de la jeunesse appelle des réformes urgentes et, probablement, radicales. Décideurs politiques (présents et futurs) et parents de néo-tanguy trouveront dans ce "petit" ouvrage matière à réflexion et, espérons-le, à actions! Jean-Luc Biacabe Directeur du Pôle de politique économique et financière DGAEPI, Chambre de commerce et d industrie de Paris La fabrique des chômeurs Un patron de PME brise les tabous Marie-Thérèse Bertini David Reinharc, 2011 L auteure de cet opuscule, patron de PME, s est donné pour objectif, en cette période de crise, de nous interpeller sur notre société et, surtout, notre système social, car celui-ci servirait non pas à adapter la demande d emploi à l offre mais plutôt à "fabriquer" des chômeurs. Alors pourquoi ce décalage? Tout y passe, pèle mêle : - les aides aux chômeurs, qui ne sont pas incitatives d un retour à l emploi ; - les chômeurs eux-mêmes, par un effet pervers du système ; - Pôle emploi, dont les conseillers, dépassés par les événements, ne connaissent ni le monde de l entreprise, ni les demandeurs d emploi ; - un droit construit pour la grande, voire la très grande, entreprise mais peu approprié pour la PME, au point qu il faciliterait les départs de salariés et créerait des chômeurs volontaires ; - les prud hommes trop favorables aux salariés et un droit du travail trop protecteur ; - les tribunaux de commerce mal adaptés ; - l URSSAF, administration qui ne vise pas à aider les entreprises mais "dressée à chasser le fraudeur" ; - les 35 heures, qui ont modifié la représentation du travail : les travailleurs engagés et motivés se sont transformés en "quasi-fonctionnaires", d où la perte de la valeur travail ; - les médecins, qui donnent aux salariés des arrêts de travail abusifs ; - l externalisation du travail avec, pour conséquence, la disparition du lien entre le travailleur et l entreprise ; - les politiques qui ne brillent ni par leur courage ni par leur volonté de régler la question ; - seule note positive dans cette énumération : la réorganisation des services des impôts qui a permis de mettre en place un interlocuteur unique pour l entreprise. À partir de cet état des lieux particulièrement accablant, l auteure nous propose d oser rompre la spirale pour élaborer une thérapie qui permettrait de traiter le "malade de l emploi" qu est la France. 129

5 Les Cahiers de Friedland n 8-2 ème semestre 2011 Tout d abord, il faudrait distinguer le chômage structurel du chômage conjoncturel, le premier dépendant des entreprises et le second des salariés. Ensuite, dans chaque cas, il serait nécessaire de quantifier, de définir le profil des salariés concernés et de déterminer les objectifs du retour à l emploi ainsi que les règles pour y parvenir. Enfin, pour le chômage structurel, il faudrait l anticiper, très en amont, afin de pouvoir construire et, surtout, mettre en place efficacement des solutions alternatives (formation, reconversion) en vue d amortir ses effets négatifs. Quant au chômage occurentiel, c est au niveau des personnes et des instances qu il serait indispensable d agir (Pôle emploi, Éducation nationale, médecins ). Si, une fois que l on aura appliqué la méthode thérapeutique développée, la question du chômage n est pas résolue, c est que les institutions, les politiques et aussi les chômeurs y mettent beaucoup de mauvaise volonté! En guise de conclusion, l auteure insiste fort justement sur la nécessité de réhabiliter la "valeur travail" et, à travers elle, la dimension sociale de l entreprise. Que serait cette dernière sans les hommes véritable richesse qui la composent? Anne Outin-Adam Directeur du pôle de politique législative et juridique DGA/EPI, CCIP Claudine Alexandre-Caselli Rédacteur en chef de La lettre de l'oced Responsable de la cellule statistique du CREDA, CCIP La France sans ses usines Patrick Artus, Marie-Paule Virard Fayard, 2011 En cette période pré-électorale où le patriotisme industriel renaît et les slogans "consommer français" ou "consommer les biens produits en France" fleurissent, l ouvrage de P. Artus et de M.-P. Virard arrive à point nommé. Nos deux auteurs n en sont pas à leur première collaboration. Le directeur de la recherche de Natixis et la journaliste économique ont toujours eu, dans leurs précédents ouvrages, le souci du didactisme sans jamais frôler le simplisme : l art et la manière de poser des mots simples sur des sujets compliqués et variés. Ce dernier opus ne déroge pas à la règle ; il va droit au but. Et c est, je crois, la grande force de ce nouvel ouvrage : un format court (175 pages), un style alerte et le sentiment, pour le lecteur, de s éloigner du propos de comptoir d un bistrot parisien (non délocalisable). La France sans ses usines présente, en couverture, la photo d une usine couleur brique, rappellant ainsi que la France a un passé industriel (et peut-être un avenir). "L industrie française décroche", nous rappellent les deux auteurs. La part de l industrie dans le PIB a fondu à 14 % en 2010 contre 30 % en Allemagne (et 22 % pour la moyenne de la zone euro) et a maigri plus vite en France (- 6 points sur la décennie contre - 3 points pour la zone euro). En outre, le secteur industriel souffre d une pathologie structurelle : 40 % d effectifs industriels en moins depuis 1973, un mouvement qui s est accéléré sur les dix dernières années, avec une perte de emplois. Ce constat est illustré par le commerce extérieur : - 35 % de parts de marché 130

6 Revue des livres depuis 1995, un solde commercial déficitaire depuis cinq ans ( 51 mds en 2010 contre 5,8 mds en 2004), seulement PME exportatrices en France (contre en Allemagne) et surtout la France a davantage perdu du terrain face aux Allemands et aux Italiens que face aux Chinois et aux Indiens. Dans une période où les comparaisons France-Allemagne sont légion, les auteurs battent en brêche certaines idées reçues sur les causes de la desindustrialisation. On y apprend ainsi que la durée annuelle du travail est plus élevée en France (1 554 heures) qu en Allemagne (1 390 heures), tout comme la productivité horaire, et que les différences de coûts de production (33 euros en France contre 1 euro en Allemagne) ne peuvent expliquer à elles seules les écarts de compétitivité. Dans cette optique, la mise en oeuvre de l euro n a été qu un catalyseur des faiblesses structurelles de l industrie française. Et celles-ci sont nombreuses : une stratégie d externalisation inopérante, une trop faible montée en gamme et une faiblesse des PME innovantes! Le coeur de la réflexion est là : le déficit industriel est, avant tout, un déficit d innovation. Or, comme l écrivent les deux auteurs : "En France, lorsqu on parle d industrie, la défaite culturelle n est pas loin". Industrie du passé face à une société post-industrielle orientée "services". Il y a un déficit d image pour l industrie, nos ingénieurs lui tournent le dos, notre État, en légiférant notamment sur le principe de précaution, bride l innovation. Nous aurions ainsi déjà déchu l industrie avant que la mondialisation ne le fasse elle-même. Les auteurs décrètent donc la mobilisation générale. Oublions l'idée de démondialisation, qualifiée d "heureuse illusion" : quelles substitutions opérer dans un monde où le processus de production est segmenté? Quels outils pour réindustrialiser? Quels exemples faut-il suivre? En analysant le modèle suédois, les auteurs insistent sur la complémentarité et la cohérence des options de politique industrielle : baisse des coûts salariaux, effort dans la R&D, dans l éducation, politique de montée en gamme, Small Business Act pour les PME. Dans ce contexte, les chantiers sont nombreux en France et trois axes prioritaires de réformes s imposent : la politique fiscale, la politique industrielle (champions nationaux versus PME innovantes) et le fédéralisme européen. P. Artus et M.-P. Virard n oublient pas les atouts français : niveau de qualification élevé, infrastructures de transport, énergie bon marché... ; ils ne font pas non plus abstraction du nécessaire examen de conscience que les futurs électeurs de 2012 vont devoir faire à l égard de l industrie. S il fallait faire un reproche à ce livre, il serait d ordre statistique : réfléchir sur la base de "moyennes" permet aisément à ses détracteurs de trouver des contre-exemples sectoriels à la réflexion menée dans l ouvrage. Toutefois, on ne peut que remercier les auteurs d avoir, dans un ouvrage si court, porté au public autant d interrogations pertinentes, de pistes et de nécessaire réflexion sur le type de société et de structures économiques que nous voulons. Une vraie révolution culturelle à venir. Emmanuel Hache Économiste Professeur à l IFP School 131

7 Les Cahiers de Friedland n 8-2 ème semestre 2011 Les obligations d information et de conseil des intermédiaires d assurances Collectif RiskAssur B et K Management, 2011 Les intermédiaires d'assurances sont soumis, à côté des assureurs, à des obligations d'information et à des obligations de conseil vis-à-vis de leurs prospects et de leur clientèle, qui engagent leur responsabilité civile et leur responsabilité pénale personnelle. Cet ouvrage permettra aux assurés de sélectionner leur intermédiaire d'assurances en fonction des prestations qu'ils peuvent attendre de lui, tout en sachant à quel moment et dans quelles limites ils peuvent faire appel à lui. C'est une prestation dont les assurés peuvent se prévaloir en sachant que son coût est inclus dans les primes d'assurance. Aux assureurs, l'ouvrage rappelle les obligations imposées en matière d'information et de conseil, à eux-mêmes et à leurs apporteurs d'affaires. Pour tous les professionnels, cet ouvrage doit être, sinon un livre de chevet, tout au moins un aide-mémoire relatif aux conditions d'exercice de leur activité professionnelle, en leur rappelant les obligations auxquelles ils doivent satisfaire, sous peine de sanctions. La mise en œuvre des obligations professionnelles des professionnels de l'assurance fait l'objet d'une importante jurisprudence à laquelle cet ouvrage fait référence, pour permettre aux lecteurs et à leurs conseils de s'y référer en cas de besoin. Ainsi, cet ouvrage, très documenté, s'adresse, à la fois, aux assurés, aux assureurs et aux intermédiaires d'assurance, mais également à leurs conseils juridiques et leurs avocats. Des anthropologues à l'omc Marc Abélès (Dir.) CRNS Éditions, 2011 Risk Assur La globalisation et l uniformisation des cultures imposent aux anthropologues de se pencher sur de nouveaux sujets d étude. Et c est l instrument même de cette raréfaction de leurs enquêtes, l Organisation mondiale du commerce (OMC), que plusieurs anthropologues, sous la direction de Marc Abélès, ont décidé d investiguer. Ils nous décrivent une bureaucratie globale "fondée sur des pensées occidentales" aux moyens somme toute limités puisque l OMC ne compte que 800 fonctionnaires et ne dispose que d'un budget de 130 millions d euros. L ouvrage de Marc Abélès nous permet de rentrer par la petite porte de l OMC et de mieux comprendre, pour les moins avertis, le fonctionnement de cette maison qui demeure relativement opaque. Si certains des rédacteurs ont réussi à pénétrer le "lieu saint" de la Green Room où se négocient à huit clos quelques marchandages, rien ne filtre de leur contenu. Les auteurs s étonnent de ce manque de transparence, à peine agrémenté de quelques artifices comme le Forum annuel des parties prenantes. Au demeurant, on comprend que la diplomatie économique ne se fasse pas forcément sur la place publique. L OMC y est présentée comme "le lieu où s incarnent les déséquilibres du monde et la remise en cause de l ordre qui régit l économie de marché". Le quotidien de 132

8 Revue des livres l Organisation ne fait pas particulièrement envie ; les atermoiements du Cycle de Doha n émeuvent personne, la question de l utilité technique et politique de l OMC est présentée "comme un fantôme qui hante l organisation", et les experts contraints à des exigences de neutralité s investissent dans de l assistance technique aux pays les moins développés sans grande conviction quant à l efficacité de cette mission. Les technocrates de l OMC regrettent, d'ailleurs, l époque où l OMC n était qu un club restreint et où "la bonhomie" faisait loi. Le lecteur trouvera certainement plus d intérêt à lire de quelle manière la Chine s est familiarisée avec cette organisation de gouvernance mondiale, de quelle manière elle "apprend en nageant" et décortique les mécanismes du Règlement des différends de l'omc. Le livre reste muet sur l interaction entre la technocratie de l OMC et celle de l Union européenne. Il ne montre pas de quelle manière ces deux cultures s imbriquent. Il aborde, en revanche, les maux qui tourmentent l OMC. Les auteurs posent ainsi un constat juste en affirmant que "le commerce ne porte plus la promesse de forces compensatoires suffisamment nombreuses pour équilibrer les divers intérêts" et qu à force de vouloir promouvoir le développement des pays les moins favorisés, l OMC subit une forme d'"ongisation". Le fait que l OMC ait remis à nues les peintures murales héritées de l ancien Bureau international du travail faisant l éloge de travailleurs est symptomatique d une organisation qui doit, désormais, se confronter à la dure réalité et à des défis de taille. Le diagnostic est clair, mais pour autant les auteurs ne s aventurent pas à lui trouver des remèdes. On trouvera là la limite de l exercice. Pierre Conesa Robert Laffont, 2011 Béatrice Richez-Baum Secrétaire générale d'ecoda La fabrication de l ennemi ou comment tuer avec sa conscience pour soi Dans l esprit ambiant de la pensée unique et du double langage occidental, l'ouvrage de Pierre Conesa fait exception et nous rassure sur l existence d hommes de bonne foi. Si ce livre intitulé La fabrication de l ennemi pose certains principes théoriques et quelques méthodes de fabrication de l ennemi, il est essentiellement une dénonciation des politiques de "deux poids, deux mesures" des pays les plus puissants. La fabrication de l ennemi, quand ce dernier n existe pas, permet avant tout de défendre les intérêts stratégiques d'un État. L invention d Al Qaïda (ennemi conceptuel), de la bombe nucléaire irakienne ou encore la diabolisation de l Iran intégriste (l Arabie saoudite et le Pakistan étant plus intégristes que lui) et proliférant (Israël étant déjà un pays nucléaire) ou ce que les Américains appelle "la guerre globale contre le terrorisme et la prolifération" après la chute de l URSS communiste ont été, avant tout, selon Pierre Conesa, initiées pour défendre les intérêts américains, notamment le pétrole et Israël. Et cela, sous couvert de défendre la démocratie et les droits de l homme. En revanche, en Somalie ou dans certains pays africains, les massacres et les 133

9 Les Cahiers de Friedland n 8-2 ème semestre 2011 génocides peuvent continuer car ils sont loin de l'espace vital des grandes puissances. "Y-aurait-t-il donc deux façons de juger de la prolifération nucléaire?", s'interroge malicieusement l'auteur. Cette nouvelle version de la guerre dite "idéologique", dont la théorie du complot est la matrice principale, est malheureusement promise, nous dit l'auteur, à un bel avenir. Mais cela n empêche pas de concevoir le monde autrement, c est-à-dire sans ennemi. La création de l Union européenne est un exemple de construction sans ennemi. De même, les discours de B. Obama, notamment celui du Caire, furent une "manière intéressante" de déconstruire l hostilité et de fabriquer des amis ; mais ces discours ne sont pas suffisants s ils ne sont pas suivis sur le terrain. Au demeurant, peut-on vivre sans ennemi? Tant qu'un espace est une nécessité pour un pays, la fabrication de l ennemi reste primordiale et "sera un gros secteur de production" pour reprendre une expression de l'auteur. Les sages paroles de Saint-Exupéry sur la non-fatalité des guerres est un vrai baume au cœur. Guère plus! Marc Levison Max Milo, 2011 Hacène Benmansour Écrivain The box. Comment le conteneur a changé le monde Pourquoi écrire un livre sur les boîtes de conserve? Certes, en les appelant conteneurs et en leur donnant une taille de 20, 30 ou 40 pieds (soit au maximum 12 mètres) et de 8 pieds de large et en les entassant (jusqu à ) sur des navires mesurant 335 mètres de long (et 425 mètres de large), il ne s'agit pas ici de simples boîtes en aluminium. Marc Levinson parle ici d'une révolution silencieuse, celle que la première utilisation du conteneur, le 26 avril 1956, dans le port de Newark (New Jersey), a engendrée au cours de la seconde partie du 20 ème siècle. Ainsi, le conteneur est devenu en quelques décennies "la pierre angulaire d un système hautement automatisé permettant de transporter des marchandises d un bout à l autre du globe, à moindre coût et sans aucun risque". Et il ajoute : "le véritable mérite de cet objet utilitaire ne tient pas à ce qu il est, mais aux possibilités qu il offre". Le conteneur reste, toutefois, un prétexte car ce livre est un véritable condensé d histoire sur l économie des transports, ses mutations, ses principes tarifaires, l importance de l État et de l innovation dans ce secteur ainsi que l'impact des conteneurs sur le commerce international et le développement économique. De surcroît, Marc Levinson montre habilement, en utilisant les travaux de Nathan Rosenberg, que la mise en œuvre d une innovation ne va pas toujours de soi. Outre les réticences internes (débardeurs), cette innovation a difficilement rencontré le soutien des commissions d État sur le commerce qui surprotégeaient le secteur de toute forme de concurrence, sans parler de la fixation des normes au niveau international. En réalité, le conteneur va révolutionner le commerce international via deux facteurs : 1) la recherche d une convergence globale mer, rail et route (gestion des nœuds de transport) et 2) une automatisation marquée. Le conteneur prendra ainsi son essor à la fin des années Tout d'abord 134

10 Revue des livres américaine, l industrie du conteneur deviendra ainsi transatlantique puis transpacifique ; elle révolutionnera les industries portuaires américaine et européenne. À ce titre, le chapitre sur la bataille des ports de New York et l affirmation du port de Rotterdam aux dépens de celui de Londres est passionnant et vient illustrer la division du processus productif au niveau international. Dès 1972, écrit l auteur, Singapour avait établi une stratégie : "utiliser les conteneurs pour devenir le centre commercial de l Asie du Sud-Est". Si l industrie du transport maritime a connu des cycles et des crises (notamment les deux chocs pétroliers), elle reste marquée par la recherche permanente d économies d échelle dans laquelle l élargissement des navires fait écho à l élargissement des ports. Ce livre répond quelque peu à celui de Thomas Friedman (La terre est plate, 2006). La mondialisation n est pas seulement née des nouveaux systèmes d information (gestion des stocks, suivi des clients...) qui ont fait prospérer les géants comme Wal Mart : elle le doit aussi, en partie, aux conteneurs qui permettent le découpage du processus de production. Au final, l'on ne peut qu être admiratif de la qualité et de la quantité d informations que recèle l'ouvrage. Certes, on pourrait reprocher à l auteur une certaine écriture à l américaine, trop romancée par moment, s'agissant, par exemple, de l histoire de Malcom Mc Lean, chef d orchestre de l industrie du conteneur. Toutefois, ce parti pris ne gène, en aucun cas, la lecture. Ce magnifique livre d histoire économique raconte combien l architecture de la mondialisation est aussi une passionnante histoire de (grandes) boîtes de conserve. Emmanuel Hache Économiste Professeur à l IFP School Le chemin de l'espérance Stéphane Hessel et Edgar Morin Fayard, 2011 Dans un non moins petit recueil que le très célèbre Les indignés, Stéphane Hessel vient de joindre sa plume, dans Le chemin de l'espérance, à celle d'un de nos maîtres à penser contemporains, le sociologue Edgar Morin. L'ensemble de la réflexion porte, cette fois, sur le chemin que la France peut emprunter demain sans faire, toutefois, abstraction de l'europe et du monde dans un chapitre introductif. Plus qu'un programme politique à la veille des élections présidentielles, l'ouvrage trouvera certainement plus d'écho auprès des lecteurs français quand les deux auteurs s'élèvent contre l'hégémonie de la quantité, du calcul ou de l'avoir pour mieux promouvoir une politique de la qualité de vie, du mieux vivre et du vouloir vivre. Pour résoudre nombre des maux dont souffre la France, S. Hessel et E. Morin préconisent, tour à tour, la neutralisation des tendances prédatrices exercées par les intermédiaires, notamment dans l'agro-alimentaire, la mise en œuvre d'un New Deal à la française, portant sur le ferroutage, l'élargissement des canaux, la création de ceintures de parkings autour des villes, ou encore le développement de l'agriculture et de l'élevage fermiers et biologiques On reprochera, cependant, à cet essai rempli de bonnes intentions, de réinventer, parfois, l'existant ou de vouloir reprendre quelques bonnes idées d'hier qui ne font pas toujours sens aujourd'hui. Mais c'est probablement sur le chapitre de l'éducation que celui-ci se révèle finalement le plus convaincant, en 135

11 Les Cahiers de Friedland n 8-2 ème semestre 2011 particulier quand les auteurs soulignent combien il est important aujourd'hui de mettre en place une politique de la jeunesse "en fonction de ce qu'est sociolo-giquement et culturellement l'adolescent : c'est le maillon le plus faible (parce que le moins intégré, entre le cocon de l'enfance et l'insertion dans les cadres adultes) mais aussi le plus fort de la société (parce que doté des plus grandes énergies, des plus fortes aspirations, des plus grandes capacités de révolte)". Mais au-delà de ses préconisations, l'ouvrage est surtout, à l'heure des solidarités disparues, un petit précis de l'empathie. Corinne Vadcar Rédacteur en chef des CAHIERS DE FRIEDLAND 136

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Gouvernance et communication financière

Gouvernance et communication financière COLLECTION QUESTIONS DE GOUVERNANCE Gouvernance et communication financière Yves Brissy Didier Guigou Alain Mourot Préface Alain Viandier Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54204-2 Sommaire Les auteurs...

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE

GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE MICHEL BADOC EN COLLABORATION AVEC ISABELLE SELEZNEFF GUIDE PRATIQUE DU MARKETING POUR LES CRÉATEURS D ENTREPRISE Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3215-6 SOMMAIRE Remerciements... 11 Table des

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

la taille des entreprises

la taille des entreprises 1 Contrat de génération : une mise en œuvre adaptée à la taille des entreprises Si le contrat de génération concerne toutes les entreprises, elles n ont pas toutes les mêmes leviers en matière d emploi,

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

La mise en place d un système de GRH socialement responsable chez un sous-traitant chinois.

La mise en place d un système de GRH socialement responsable chez un sous-traitant chinois. La mise en place d un système de GRH socialement responsable chez un sous-traitant chinois. Laurent GIRAUD MCF en GRH IAE Toulouse Huai-Yuan HAN Professeur - Neoma Business School 1. LES VRAIS ACTEURS

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014).

Si elle est votée, cette réforme devrait intervenir dans les semaines qui suivent (probablement début 2014). Paris, le 14 novembre 2013 Cher(e)s fidèles client(e)s LINXEA souhaite vous informer sur la réforme de l assurance-vie qui va être examinée prochainement par les députés et les sénateurs et dont le texte

Plus en détail

Chantier restructurations

Chantier restructurations Chantier restructurations Le présent document réalisé par le groupe de travail en charge du chantier restructurations, se fixe pour objectif de décrire de manière synthétique les enjeux présents et à venir

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Notions et définitions utiles

Notions et définitions utiles Notions et définitions utiles 1 Notions et définitions utiles I. Notions d usage 1. La notion de compétitivité. La notion de «compétitivité» est la symbolique de l enjeu de développement des entreprises.

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Formation. Position. Les défis

Formation. Position. Les défis Position Formation Outre le partenariat social, la formation est l un des plus importants facteurs du succès de l économie suisse. Elle a aussi un rôle clé lorsqu il s agit de combattre la pénurie de main-d

Plus en détail

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR

L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR L INTEGRATION D UN NOUVEAU COLLABORATEUR «Rien ne sert de bien sélectionner, il faut aussi savoir intégrer à point!» Si un recrutement réussi dépend avant toute chose d une solide procédure de sélection,

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Le bureau du recrutement et des concours

Le bureau du recrutement et des concours Cette brochure présente les conditions d inscription ainsi que les nouvelles épreuves applicables dès 2013 au concours d attaché d administrations parisiennes. Dans un souci pédagogique, divers indications

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» -------------------------------

2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- 1 2ème édition du Colloque du Conseil Scientifique de la COSOB «Le financement de la PME et la croissance» ------------------------------- Alain PITHON, Secrétaire général, Paris EUROPLACE Karim ZINE-EDDINE,

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

Demain l emploi si...

Demain l emploi si... Demain l emploi si... Sous la direction de Michel Didier Le rapport REXECODE 2006 Table des matières Remerciements..................................2 Introduction.....................................5

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Catalogue de formation 2012

Catalogue de formation 2012 Catalogue de formation 2012 www.h-conseil.com H comme Humain H Conseil est une société de conseil et de formation basée à Saint Nazaire et opérant partout, aussi bien en France qu à l étranger. La conviction

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Conciliateurs de Justice depuis un certain nombre d années, nous avons traité et acquis une expérience certaine concernant l ensemble des conflits du quotidien qui préoccupent nos concitoyens

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Rééquilibrer l ordre économique international

Rééquilibrer l ordre économique international Rééquilibrer l ordre économique international Exposé présenté à un colloque organisé par le Peterson Institute for International Economics La guerre des monnaies : les réalités économiques, les réactions

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION

SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION SEMINAIRE SUR LA LIBERALISATION DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR DAKAR, 11, 12 ET 13 AOUT RESOLUTION FINALE Séminaire de Dakar 11, 12 et 13 Août 2009 Page 1 Edito : La libéralisation de l enseignement supérieur,

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL

2 e CONGRÈS MONDIAL RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 2CO/F/6.8 (définitif) CONFÉDÉRATION SYNDICALE INTERNATIONALE 2 e CONGRÈS MONDIAL Vancouver, du 21 au 25 juin 2010 RÉSOLUTION L ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL 1. Le Congrès s engage à appuyer le

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Avant-propos. L utilité du plan marketing

Avant-propos. L utilité du plan marketing Avant-propos L Avant-propos E PLAN MARKETING est l exercice annuel des chefs de produit, des directeurs marketing et des comités de direction des entreprises. Le chef de produit le réalise pour la gamme

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

Les principales causes d échec d une création d entreprise

Les principales causes d échec d une création d entreprise CHAPITRE 1 Les principales causes d échec d une création d entreprise Introduction «[ ] Échouer, c est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intelligente [ ]» Henry Ford Depuis ces dix dernières

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Chap 6. Le marché : la demande globale

Chap 6. Le marché : la demande globale Chap 6 Le marché : la demande globale L entreprise commerciale doit adopter son offre aux attentes des consommateurs. Pour cela, elle doit parfaitement les connaître et s adapter à leurs spécificités.

Plus en détail

PREDICA - ASSURANCES COLLECTIVES. Construisons ensemble votre projet de retraite collective

PREDICA - ASSURANCES COLLECTIVES. Construisons ensemble votre projet de retraite collective PREDICA - ASSURANCES COLLECTIVES Construisons ensemble votre projet de retraite collective Indemnités de fin de carrière, financement d une rente viagère ou d un complément de retraite, quel que soit le

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES

Fiche 04 COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES La région de la Chaudière-Appalaches est reconnue pour la multitude de PME qu on retrouve sur son territoire. Dans le sondage mené par la CRÉ auprès d acteurs du développement de la région en janvier dernier,

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Une transformation s impose : changeons d attitude

Une transformation s impose : changeons d attitude Une transformation s impose : changeons d attitude Colloque sur le marché des hôpitaux et du réseau de la santé au Québec 27 mai 2009 Aujourd hui, au Canada Le Canada dépense plus pour les soins de santé

Plus en détail

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Decembre 2013. Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ!

Decembre 2013. Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ! Decembre 2013 Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ! Le contexte socio-économique actuel peu stable, les aléas de nos vies personnelles, nos déceptions comme nos envies

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

Les défis du deuxième pilier pour les salariés

Les défis du deuxième pilier pour les salariés Jean-Michel Kupper Administrateur Directeur AG Employee Benefits & HC Les défis du deuxième pilier pour les salariés 1 29/04/2015 Ordre du jour Les défis de la pension légale Les défis du deuxième pilier

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER...

EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... EXPORTER, INVESTIR, S INTERNATIONALISER... SIMPLIFIER ET ACCÉLÉRER LA RÉALISATION DE VOS PROJETS WWW.BUSINESSFRANCE.FR CHIFFRES-CLÉS 1 500 collaborateurs expérimentés à votre écoute et prêts à se mobiliser

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Marrakech, 22-23 Novembre 2009 Une gouvernance efficace garantissant

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

AVIS A.1028 AVIS RELATIF AU SUIVI DE L ÉVALUATION DES AIDES À LA PROMOTION DE L EMPLOI

AVIS A.1028 AVIS RELATIF AU SUIVI DE L ÉVALUATION DES AIDES À LA PROMOTION DE L EMPLOI AVIS A.1028 AVIS RELATIF AU SUIVI DE L ÉVALUATION DES AIDES À LA PROMOTION DE L EMPLOI Adopté par le Bureau du CESRW le 14 mars 2011 2 DOC.2011/A.1028 RÉTROACTES Le 22 avril 2010, le Gouvernement wallon

Plus en détail

Approche de la négociation commerciale et objet du livre

Approche de la négociation commerciale et objet du livre I N T R O D U C T I O N Approche de la négociation commerciale et objet du livre Depuis l achèvement de la première édition de cet ouvrage en décembre 1997, le monde a changé sous plusieurs angles et a

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Note d information pour la direction

Note d information pour la direction Big Data et l analyse métier pour le client et l entreprise Les volumes impressionnants et toujours croissants des données obligent les entreprises de certains secteurs à changer la manière dont elles

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail