On parle souvent, pas toujours à bon escient, d une coupure, voire d une

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "On parle souvent, pas toujours à bon escient, d une coupure, voire d une"

Transcription

1 Ancrer le système monétaire PhiliPPe Simonnot Économiste ÉCONOMIE INTERNATIONALE La crise actuelle est l ultime accès d une fièvre qui s est emparée du système monétaire international depuis qu a été fermée la fenêtre d or le 15 août 1971 par le président des États-Unis, Richard Nixon. Ce jour-là, on le sait, le dernier lien qui existait entre le métal jaune et une monnaie et pas n importe laquelle puisqu il s agissait du dollar a été rompu. On parle souvent, pas toujours à bon escient, d une coupure, voire d une opposition, entre l économie réelle et l économie financière. S il fallait trouver un sens contemporain à ces expressions, on le trouverait dans le renoncement des États-Unis à leur propre engagement de fonder leur monnaie sur l or, générant du même coup le «non-système» des changes flottants, de la balkanisation monétaire et du mercantilisme déguisé des politiques monétaires nationales, dont la Chine offre un des exemples les plus caricaturaux. Si la décision de supprimer la convertibilité or du dollar est le point final d une dérive commencée en août 1914 et continuée par les errements des conférences de Gênes de mai 1922 et de Bretton Woods en juillet 1944, la date du 15 août 1971 constitue un point de départ commode pour une analyse des travers monétaires contemporains. Excès La crise d aujourd hui, la plus grave depuis 1929, a braqué les projecteurs sur les excès de la «sphère» financière, ses innovations incompréhensibles, son manque de transparence, son âpreté au gain, son autisme, sa «déréglementation récente» (alors que, soit dit en passant, c est l un des domaines de l économie le plus réglementé), ses paradis fiscaux, son cynisme ou son immoralité, etc. 2 ème trimestre

2 Économie internationale Les marchés financiers sont devenus des marchés d assurance, coûteux pour les entreprises industrielles, de risques artificiels issus de la volatilisation du cadre monétaire. De fait, les marchés financiers, dont le rôle est de financer l investissement des entreprises et d élever le taux de croissance, ont été amenés à fournir des outils de couverture de risques de change et de taux d intérêt qui devrait être «gratuitement assurée» par une monnaie stable. Ils sont devenus des marchés d assurance, coûteux pour les entreprises industrielles, de risques artificiels issus de la volatilisation du cadre monétaire. Ils fonctionnent par le biais de la spéculation, une spéculation qui s est peu à peu autonomisée et emballée pour sombrer dans l agiotage, perdant ses vertus stabilisatrices. Ainsi la composante «marchés à terme» des marchés financiers s est hypertrophiée et a déstabilisé les marchés au «comptant» pour aboutir à ce non-sens d un système financier qui détruit de la richesse et se fait subventionner par le reste de l économie. Engagements Du même coup, le G20 s est concentré sur ces thèmes, des engagements ont été pris avec d autant plus d acuité que les banques, à peine renflouées par les banques centrales ou les États, ont affiché leur intention de se remettre à verser des bonus à leurs traders. On comprend l inquiétude des politiques alors que le chômage va atteindre des sommets : comment justifier leur échec à domestiquer des banques qu ils ont contribué à sauver de la faillite, et l aggravation formidable des inégalités qui en résulte? Quelles que soient les justifications sociales à s occuper de ce fossé grandissant qui menace l équilibre même de la société, il semble, toutefois, que c est confondre la cause et l effet, et qu il y a quelque chose d ubuesque à se concentrer ainsi sur la «phynance». La cause de l accès de fièvre actuel est en effet non pas financière mais monétaire, et toutes les innovations qui sont apparues générées pour beaucoup d entre elles par le progrès technique dans le domaine de l informatique, progrès aux bénéfices duquel on ne voit pas pour quelle raison on renoncerait, n auraient pas eu les effets délétères que l on déplore ou n auraient même pas été mises en œuvre si le système monétaire international n avait pas été désancré de la réalité. Et tant que l on n aura pas jeté une nouvelle ancre dans la réalité, il faut s attendre à de nouveaux accès, qui seront encore 100 Sociétal n 68

3 Ancrer le système monétaire plus graves, la situation ne cessant d empirer depuis Aucune évolution de la réglementation financière ne saurait faire l impasse sur les failles du système monétaire. En effet, le modèle actuel de l offre de monnaie est un modèle qui tend vers le déséquilibre, puisque tant que la valeur faciale du billet reste supérieure à sa valeur réelle Le modèle actuel de l offre de monnaie est un modèle qui tend vers le déséquilibre. d échange (proche de son coût de production) les producteurs de billets et d avoirs en comptes, le secteur bancaire public et privé, ont un intérêt économique à le produire. C est à un tel modèle que l on a laissé les mains libres depuis quelques dizaines d années, en permettant l accumulation de faux actifs financiers sans contrepartie réelle, qui finissent par se révéler être ce qu ils sont. La tendance à la surproduction monétaire avait été contenue en régime de convertibilité métallique classique (dit «d étalon-or») par cette possibilité d accéder au gage ou au collatéral de la monnaie que procurait au secteur privé la clause de convertibilité, et qui avait pour effet, en cas de doute, de mettre un coup d arrêt à la création de monnaie. Cela rétablissait l équilibre entre la masse de richesses à échanger et la masse monétaire, plus précisément cela permettait de reconnecter le rythme de création monétaire au rythme de création de richesses. L actif des banques centrales servait de gage à leur passif et la taille des bilans des banques d émission était contenue. La vertu principale de ce système est qu il mettait dans les mains des utilisateurs de monnaie un butoir absolu à la création monétaire. L ordre monétaire mondial qui en était la conséquence était de nature contractuelle. Vices Aujourd hui, le manque d ancrage du système dans la réalité se manifeste dans la politique des banques centrales. Libérés des contraintes de la convertibilité métallique, ces organismes ont cherché à ne pas être soumis aux desiderata du pouvoir politique. D où la revendication d «indépendance» plus ou moins obtenue, alors qu elle n a aucune légitimité démocratique. Cette «indépendance» a obligé les banques centrales à afficher des objectifs «objectifs» à leur action. Actuellement, ces objectifs tournent autour d un rythme de hausse des prix fixé entre 1 et 2 % Une forte inflation si l on se réfère à l expérience de la convertibilité métallique au XIX e siècle, mais qui paraît acceptable à nos contemporains, même si elle aboutit à une multiplication des prix par deux tous les 35 ans, le double de ce que l on appelait au XVI e siècle la «grande inflation»! 2 ème trimestre

4 Économie internationale La revendication d «indépendance» des banques centrales n a aucune légitimité démocratique. 102 Sociétal n 68 Il faut rappeler que les banques centrales ont dû se rabattre sur un objectif de prix après les échecs répétés du quantitavisme monétaire inspiré de Milton Friedman, échecs qui s expliquent par trois raisons : l impossibilité de trouver une définition satisfaisante de l offre de monnaie qui permettrait de fonder une telle politique ; les délais trop longs de rassemblement de statistiques adéquates ; enfin et surtout l autonomie relative et l imprévisibilité de la demande de monnaie. Le «second best» que constitue un objectif «niveau général des prix» par rapport aux prétentions monétaristes doit être remis en question lui aussi parce qu une telle politique s est révélée incapable de prévenir l apparition de «bulles», et donc de crises de plus en plus graves mettant en péril le système monétaire. Pourquoi une telle impuissance? Parce que les banques centrales génèrent par leur existence même un «moral hazard» un risque comportemental qui poussent les banques et leurs clients à prendre des risques supérieurs à ceux qui auraient été pris en l absence de banques centrales. Ce vice est aggravé par les systèmes de sécurité donnés aux dépôts bancaires qui, tout en fournissant un filet de protection aux banquiers, dispensent leurs clients de les surveiller. Alan Greenspan et Ben Bernanke, l ancien et l actuel président de la banque centrale américaine, ont donné une traduction exacte du vice du système en annonçant à l avance non seulement qu ils ne prendraient aucune initiative pour dégonfler les bulles, mais encore qu ils répareraient les dégâts provoqués par leur éclatement. Cette asymétrie de traitement fait que l «exubérance irrationnelle» des marchés, un moment dénoncée par Alan Greenspan en personne, est devenue rationnelle pour les agents de ces mêmes marchés. Deux ans après l éclatement de la bulle immobilière, on en est toujours là. Disons tout de suite que nous n entendons pas proposer a priori de corriger cette asymétrie par des interventions ex ante sur les bulles. Le retour à un régime d étalon-or n étant pas à l ordre du jour, quel dispositif pourrait-on trouver pour supprimer le hasard moral généré par les banques centrales, et du même coup ancrer le système monétaire international dans la réalité? La piste que nous allons suivre consiste à trouver, dans une première étape, des indices annonciateurs d un déséquilibre entre l offre et la demande de monnaie, dans le cas

5 Ancrer le système monétaire d une monnaie sans convertibilité métallique, de manière à imposer à la banque centrale de corriger ce déséquilibre, et du même coup supprimer le hasard moral qu elle génère. Dans une deuxième étape, une fois les banques centrales soumises à cette règle, il sera possible de penser à une monnaie mondiale convertible en un actif réel. Focus sur les matières premières Les indices en question doivent être des prix de marché réels, immédiatement observables par tout un chacun, sans trituration statistique et sans délai. Ce qui nous fait écarter d emblée non seulement l indice des prix, mais aussi tous les chiffres relatifs au PIB ou au revenu national, pour ne rien dire des agrégats monétaires, déjà hors jeu. Restent quatre catégories de prix : le prix du temps (les taux d intérêt), les cours de change, le prix des actifs financiers et le prix des marchandises. Après examen, nous choisissons la quatrième catégorie, et à l intérieur de cette dernière, le prix des matières premières, suivant en cela l enseignement de grands penseurs de l économie monétaire, tels Cantillon (1755), Cairnes (1873), Jevons (1884), Wicksell (1893), Del Mar (1896), Fisher (1911), Graham (1930), Simons (1936), Okun (1975) pour ne citer que les plus connus. Ces prix, observables au jour le jour, ont plusieurs qualités : ce sont des prix flexibles de marchandises relativement homogènes déterminés sur des marchés concurrentiels ; ce sont des concentrés de toute l information disponible au moment même où ils sont constatés ; ce sont des prix leaders servant à la formation des prix à la production et des prix à la consommation ; leur volatilité depuis 1971 montre qu ils sont sensibles aux errements de la politique monétaire. Il ne s agit pas de bâtir un indice composé des prix des matières premières retenues, mais bien de recenser directement ces prix et d en inférer l état d équilibre ou de déséquilibre de l offre et de la demande de monnaie. 2 ème trimestre

6 Économie internationale UNE RELATION MALSAINE Graphique 1 Fed Funds et prix du pétrole US $/b % Prix du baril de pétrole (WTI) Taux des Fed Funds (ech. dr.) Source : Datastream, Crédit Agricole SA La flambée des cours du baril se produit quand la Réserve fédérale réduit son taux d intérêt. Il ne s agit pas là d une pure coïncidence. La politique d argent à bon marché de la banque centrale américaine a engendré une surabondance de liquidités qui ont cherché à s employer. Le pétrole a été l une de leurs cibles. Création du solidum L établissement «d une nouvelle monnaie de réserve largement acceptée [...] prendra du temps», a remarqué Zhou Xiaochuan, gouverneur de la banque centrale de Chine à la veille du premier G20. Néanmoins, il a proposé de discuter de la création d une monnaie de réserve supra-souveraine. Celle-ci pourrait être les Droits de tirage spéciaux (DTS) : «On devrait étudier comment donner un rôle plus important aux DTS [qui ont] le potentiel [pour devenir] monnaie de réserve supranationale», écrivait-il. Ces propos du gouverneur chinois n ont pas été assez pris au sérieux, alors même que son idée a été reprise le 16 juin 2009 lors du sommet des Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine) à Ekaterinbourg. Les DTS passent pour une invention bureaucratique, peu compréhensible et jouant un rôle minime dans le système monétaire actuel. On a vu dans la déclaration de Zhou Xiaochuan une simple tactique visant à inciter les États-Unis à faire attention à leur gestion du dollar. Le dilemme chinois est connu : 104 Sociétal n 68

7 Ancrer le système monétaire avec plus de milliards de dollars de réserves de change, principalement en dollars, toute dégringolade du billet vert se traduirait pour la Chine par des pertes immenses. La Chine est liée au dollar comme le pendu à sa corde si la trappe s ouvre sous ses pieds. Et il lui sera très difficile de sortir du piège où sa propre politique de change l a enfermée. Nous proposons de prendre Zhou Xiaochuan au mot. C est-à-dire d explorer le «potentiel» des DTS à devenir une monnaie supranationale. «Supranationale» signifie que cette monnaie serait à l abri des fluctuations des monnaies nationales, et non pas l expression et le symbole d un pouvoir supranational. Appelons solidum cette nouvelle monnaie, en référence à la monnaie romaine qui fut l une des plus solides de l histoire de l humanité. Constantin, son créateur, avait choisi le terme «solidus». Nous adoptons un neutre pour bien montrer que sa force doit être associée à son innocuité. Nous supposons qu elle mérite son nom. Autrement dit, son pouvoir d achat serait constant. Comment pourrait-on transformer les DTS en solidum? Peut-être n est-il pas inutile de rappeler que lors de leur création en 1969, les DTS étaient définis en or 2. Le métal jaune ayant été chassé du système monétaire, cette définition a été remplacée par un panier de monnaie comprenant le dollar, l euro, la livre et le yen. Introduire dans ce panier d autres devises (la proposition venant de la Chine, on pense au yuan) n en ferait pas pour autant une monnaie supranationale, avec les mérites de solidité que nous lui avons supposés, mais une monnaie multinationale susceptible d être érodée par l inflation. Quelles que soient la taille et la composition du panier, une monnaie composée de monnaies fondantes est ellemême fondante. La seule manière de solidifier le DTS est de le protéger contre la hausse des prix au niveau mondial et donc de corriger sa valeur à partir d un indice choisi judicieusement pour refléter cette même hausse des prix. Cette correction pourrait être mensuelle. Une proposition de ce genre avait été faite à la fin des années 1970 par la Commission des Nations unies pour le droit commercial international et avait été considérée avec suffisamment d attention par la direction du FMI pour donner lieu à étude. Sans aboutissement concret. 2. Exactement 0, gramme d or fin. 2 ème trimestre

8 Économie internationale Cette monnaie, même limitée au rôle d unité de compte, comme le sont actuellement les DTS, aurait beaucoup d avantages, abritée qu elle serait de l inflation. Avec un baril de pétrole libellé en solida, l Opep n aurait plus l excuse des variations du dollar pour augmenter ses prix. Elle pourrait être utilisée non seulement par le FMI dans ses relations avec les pays membres (rôle joué aujourd hui par les DTS), mais aussi dans les contrats internationaux privés. Par exemple, avec un baril de pétrole libellé en solida, l Opep n aurait plus l excuse des variations du dollar pour augmenter ses prix. La spéculation sur l or noir et sur les autres matières premières, industrielles ou agricoles, qui lui sont liées, en serait assagie. D autre part, du fait même de sa valeur constante, elle serait demandée comme actif, notamment par les banques centrales aujourd hui encombrées de dollars, même si le taux d intérêt qui lui serait attaché serait faible. Elle servirait de point de repère pour mesurer la dévalorisation des devises et pourrait inciter les différents pays et les différentes banques centrales à respecter la discipline qui leur fait défaut. Elle pourrait être utilisée comme point d ancrage pour telle ou telle monnaie nationale qui voudrait se mettre à l abri de l inflation. L euro pourrait donner l exemple en devenant librement convertible en solida. Enfin les quotas du FMI seraient réévalués tous les mois en fonction de la hausse du niveau mondial des prix, ce qui serait plus efficient que les brutales revalorisations auxquelles on a procédé jusqu à présent. Les prêts du FMI aux pays qui en ont besoin se feraient en solida et l impact de l inflation sur le service de la dette serait ainsi éliminé. Cela fait beaucoup d atouts pour une mesure simple dans son principe. On devine que les États-Unis y seraient opposés. La superpuissance du moment a toujours intérêt à ne pas réformer le système monétaire. Mais, dans la conjoncture actuelle, un axe Chine-Russie-Europe-Opep allant dans le sens de la réforme est tout à fait imaginable Une fois le solidum mis en place en tant qu unité de compte, il faudra le transformer en une monnaie authentique, convertible en un actif réel. Diverses formes d étalons «réels» susceptibles d assurer l arrimage des systèmes monétaires à la réalité éco- 106 Sociétal n 68

9 Ancrer le système monétaire nomique et d éviter une nouvelle schizophrénie entre économie, monnaie et finance devrait être étudiées sans préjugés. Il pourrait s agir d un étalon matière première unique, comme l or qui est encore abondamment détenu par les banques centrales, ou d étalons matières premières composites associés à des clauses de convertibilité multiples, garantissant l accès à ce que Robert Mundell appelle une valeur de repli (fallback value). Il ne faut pas sous-estimer l immense avantage, non seulement économique, mais proprement politique, d une telle réforme, la stabilité de la valeur de la monnaie étant une condition-clé d une croissance saine, alors que la variabilité pousse au court-termisme, au gaspillage des ressources financières, à des inégalités de revenus injustifiables et à la révolte de leurs victimes. Le boom des Index Traders Malgré ses caractères particuliers, le pétrole n est pas la seule matière première à faire l objet de spéculation. En fait, le phénomène a été général, touchant notamment les matières premières agricoles 1. La commission de contrôle des marchés à terme aux États-Unis a révélé dans ses publications que le nombre de contrats commerciaux et «non-commerciaux» (purement spéculatifs) a fortement augmenté ces dernières années. La part des contrats «non-commerciaux» sur le New York Mercantile Exchange serait passée de 20 % en 1997 à plus de 25 % en De plus, il serait devenu de plus en plus difficile de distinguer entre acteurs commerciaux et noncommerciaux, dans la mesure où le jeu «spéculaire», au sens défini ci-dessus, se serait étendu à tous les acteurs. La commission de contrôle des marchés à terme aux États-Unis a même dû distinguer une nouvelle catégorie d acteurs sur les marchés des Futures des matières premières 1. J. A. Frankel, «The effect of monetary policy on real commodities prices», NBER Working Paper, 2006, n ème trimestre

10 Économie internationale agricoles. La stratégie de ces Index Traders consiste à allouer leurs fonds en se basant sur des indices composites représentatifs de la performance d un panier de contrats à terme sur matières premières agricoles, du type Standard & Poor-Goldman Sachs Commodities Index ou Dow Jones-AIG Commodity Index. Dans sa déposition devant le Sénat des États-Unis, Michael W. Masters a été formel. L intervention de cette nouvelle catégorie d acteurs a amplifié la hausse des cours, pour trois raisons : leurs décisions de placement étaient motivées par des considérations d allocation d actifs ; les marchés des contrats à terme sont étroits, et donc les mouvements de fonds avaient de forts impacts ; enfin ces investisseurs ont un horizon beaucoup plus long que les spéculateurs traditionnels, qui jouent à la semaine, à la journée, voire heure par heure. Les Index Traders parient sur l orientation à la hausse des prix des matières premières agricoles. Masters a illustré son propos par les graphiques ci-dessous. Le premier montre éloquemment le rapport entre la flambée des indices et la montée des positions des Index Traders. Graphique A Commodity Index Investment Compared to S&P GSCI Spot Price Commodity Index 700 $300 S&P GSCI SPOT PRICE COMMODITY INDEX others DJ-AIG SP-GSCI S&P GSCI $250 $200 $150 $100 $50 COMMODITY INDEX INVESTMENT (BILLIONS OF DOLLARS) 100 $ march 2008 Source : Goldman Sachs, Bloomberg, CFTC Commitments of Traders CIT Supplement 108 Sociétal n 68

11 Ancrer le système monétaire Le second fait bien voir la part croissante des Index Traders à la fois dans l expansion du marché des Futures et dans la flambée des prix. Graphique B Commodity Futures Market Size 700 $300 S&P GSCI SPOT PRICE COMMODITY INDEX others DJ-AIG SP-GSCI S&P GSCI $250 $200 $150 $100 $50 COMMODITY INDEX INVESTMENT (BILLIONS OF DOLLARS) 100 $ march 2008 Source : Bloomberg, CFTC Commitments of Traders CIT Supplement 2 ème trimestre

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie

IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle. La monnaie IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle La monnaie : INTRODUCTION 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et HEG-Genève; Directeur Ecosys

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE

LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE LA HAUSSE DES COURS PETROLIERS : UNE MENACE POUR LA REPRISE ECONOMIQUE? 30 Min INSIDE 6 Avril 2011 Plan de la présentation 1) L évolution des cours: faits stylisés et explications 2) Impact économiques

Plus en détail

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale

Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale ŒKONOMIA Analyse du 8 septembre 2015 Chine, Pétrole, Taux : Vers une nouvelle géographie de la croissance mondiale Depuis le début de l année, on parle beaucoup de l exceptionnel alignement des planètes

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Investissements directs dans l immobilier en Suisse

Investissements directs dans l immobilier en Suisse Taux d intérêts trop bas? Pertes de capital dues à des produits financiers trop compliqués et pas compréhensibles? Pas de diversification? De trop grands risques dans le portefeuille? Crainte d une future

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Chapitre 2 La monnaie et l inflation

Chapitre 2 La monnaie et l inflation Chapitre 2 La monnaie et l inflation 1 1. Pourquoi les prix augmentent-ils? 2. Section 1. La monnaie: Définition 3. Quelle politique économique peut-on mettre en place pour lutter contre l inflation? 3

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des

Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des FINANCE DE MARCHE 1 Finance de marché Thèmes abordés Panorama des marches de capitaux Fonctionnement des marchés de capitaux Le marché des obligations Le marchés des actions Les marchés dérivés Les autres

Plus en détail

Mandat de gestion de fortune Domestic Suisse. Votre solution individuelle axée sur la Suisse

Mandat de gestion de fortune Domestic Suisse. Votre solution individuelle axée sur la Suisse Mandat de gestion de fortune Domestic Suisse Votre solution individuelle axée sur la Suisse Mandat Domestic Suisse LGT une solution de placement simple et compréhensible Le monde des possibilités de placement

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

Hausse du prix de l énergie, hausse des prix agricoles : moyen et long terme? tancrede.voituriez@iddri.org

Hausse du prix de l énergie, hausse des prix agricoles : moyen et long terme? tancrede.voituriez@iddri.org Hausse du prix de l énergie, hausse des prix agricoles : quelles relations et implications à moyen et long terme? Tancrède Voituriez tancrede.voituriez@iddri.org Cinq vérités sur la crise (2006-2008) 2008)

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse

Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse Ordonnance relative à la loi fédérale sur la Banque nationale suisse (Ordonnance de la Banque nationale, OBN) Modification du 7 mai 2014 La Banque nationale suisse arrête: I L ordonnance du 18 mars 2004

Plus en détail

Chapitre 2 : l économie monétaire

Chapitre 2 : l économie monétaire Chapitre 2 : l économie monétaire Controverse sur la monnaie entre courants de pensée : neutre ou active Peut-on se servir de la monnaie pour absorber les déséquilibres de l économie réelle? Dématérialisation

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $ 004 005 - Economie Internationale Echanges commerciaux = 1% opérations de change Création monnaie qd accord crédit Devise clef = monnaie nationale reconnue comme monnaie internationale Contrainte pour

Plus en détail

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14

ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 ANALYSE DE MARCHÉS SEMAINE DU 17/11/14 AU 23/11/14 1/ Contexte : En Europe, les marchés actions sont toujours aussi peu directionnels. L économie européenne et les risques géopolitiques soulèvent quelques

Plus en détail

Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite

Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite IMPLEMENTED RISK MANAGEMENT CANADA INC. (GESTION IMPLÉMENTÉE DU RISQUE) Mise en oeuvre d une stratégie de gestion de risques pour les régimes de retraite Nicholas Ricard, M.A écon. 18 et 19 avril 2013

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Les matières premières : une baisse annoncée

Les matières premières : une baisse annoncée Que s'est-il passé en juillet? Commentaires de marché Focus Marchés Le carnage sur les matières premières et en Chine sur les marchés domestiques ont été les éléments essentiels dans ce qui fut un mois

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr Les prix augmentent: une bonne nouvelle? Dans le contexte actuel il semble que l augmentation des prix soit perçue

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 5 octobre 2015. Semaine 40. Du 05/10/15 au 11/10/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 5 octobre 2015. Semaine 40. Du 05/10/15 au 11/10/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique 5 octobre 2015 fff Semaine 40 Bilan de la semaine précédente : Performance* Depuis le 01/12/14 Depuis le 01/01/15 MyPropTrading +45.42% +41.32% CAC 40 +1.56% +4.36% Variation hebdo Cours* CAC 40-0.49%

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

La politique monétaire

La politique monétaire Conclusion : Le problème de la neutralité monétaire La politique monétaire Introduction : qui conduit la politique monétaire? I) La dynamique de la création monétaire 1 La notion de masse monétaire 2 Comment

Plus en détail

Crise financière et perspectives économiques

Crise financière et perspectives économiques Crise financière et perspectives économiques Genval, le 26 janvier 2009 Guy QUADEN Gouverneur de la Banque nationale de Belgique 2/ 19 La crise financière en bref Première phase (jusque septembre 2008)

Plus en détail

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion

Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion Cornèr Banque (Luxembourg) S.A. Risques associés aux profils de gestion 1 Introduction Gestion patrimoniale mobilière Gestion patrimoniale fonds d investissement Gestion en placements alternatifs Gestion

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

CHAPITRE 2 LA MONNAIE

CHAPITRE 2 LA MONNAIE CHAPITRE 2 LA MONNAIE L économie de troc est une économie dont l échange est simple, elle montre vite ses limites car elle a du mal à donner une valeur à un bien, elle oblige le déplacement de deux échangistes

Plus en détail

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement

Document de travail - Méthode de calcul des primes de la SADC et niveau cible de financement 6. Analyse La tarification, le financement et le caractère procyclique des régimes d assurance-dépôts sont étroitement liés. De fait, lorsque les primes sont relativement basses, elles ne permettent pas

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire

Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Décryptage des méthodes modernes de la création monétaire Nikolay Gertchev Deuxième Université d automne de l économie autrichienne 5-7 Octobre 212, Troyes Eléments essentiels des systèmes bancaires contemporains

Plus en détail

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction

Table des matières. La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles. Première partie. Avant-propos Introduction Table des matières Avant-propos Introduction IX XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie non autorisée est un délit. Chapitre 1. Les raisons

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Programme de préparation à la retraite 26 mars 2010 Marie-Pierre Fleury Menu Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Fiscalité

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Métaux industriels. Pétrole

Métaux industriels. Pétrole Nous sous-pondérons les matières premières les plus cycliques (métaux industriels et pétrole). Mais nous considérons toujours l or et les autres métaux précieux comme des valeurs refuge. Les matières premières

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI

Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI 2012 2013 Economie monétaire et financière Résumé du cours de Mr. EL KHIYARI Dans ce document, vous trouverez les points les plus importants du cours du 3ème semestre avec quelques exemples. Chapitre N

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 10 août 2015. Semaine 32. Du 10/08/15 au 16/08/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique

MYPROPTRADING.COM. Analyse de Marchés. 10 août 2015. Semaine 32. Du 10/08/15 au 16/08/15. 1/ Analyse Contextuelle et Graphique 10 août 2015 fff Semaine 32 Bilan de la semaine précédente : Performance* Depuis le 01/12/14 Depuis le 01/01/15 MyPropTrading +46.33% +42.23% CAC 40 +17.42% +20.64% Variation hebdo Cours* CAC 40 +1.42%

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

L endettement public est-il un frein à la croissance économique?

L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Marine Maréchal conférence de méthode n 7 Groupe3 finances publiques-années 90. L endettement public est-il un frein à la croissance économique? Introduction : Aujourd hui l endettement public de la France

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

Comment investir dans une conjoncture volatile?

Comment investir dans une conjoncture volatile? Erwan MARREC, Responsable de la Gestion Quantitative et de l'ingénierie Financière, Federal Finance Gestion Federal Finance 4 lignes métier Gestion Collective Gestion Institutionnelle Gestion Privée Épargne

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE

Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Propositions de la Commission relatives à la révision de la Directive MIF (Marchés des instruments financiers) Directive 2004/39/CE Partie I- Généralités Définitions Contexte général Evolutions Définitions

Plus en détail

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1 Les fonctions d un système monétaire international Les crises et la réforme du SMI fondé à Bretton Woods. La nature du système né dans les années 1970 Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables

Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Trouver des alternatives crédibles au modèle excessivement financiarisé de normes comptables Entretien publié in Confrontations Europe n 97, Janvier-Mars 2012 1 L Autorité des normes comptables (ANC),

Plus en détail

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX *

FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * FLUX D INTÉRÊTS ET RISQUE DE TAUX * Département analyse et prévision de l OFCE Cette étude évalue l impact à différents horizons temporels d une hausse des taux (courts et longs) sur le passif des agents

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu

Chapitre V. Balance des paiements & Taux de change. Aspects financiers du CI. R. Katshingu Chapitre V Aspects financiers du CI Balance des paiements & Taux de change R. Katshingu 1 Objectifs d apprentissage A.- La Balance des paiements (BP) 1. Définition et importance de la BP 2. Composition

Plus en détail

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech

Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Economie Générale Initiation Ecole des Ponts - ParisTech Stéphane Gallon Caisse des Dépôts stephane.gallon@caissedesdepots.fr https://educnet.enpc.fr/course/view.php?id=2 1 Macroéconomie : croissance à

Plus en détail