Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013"

Transcription

1 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

2 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de dépendance Conséquences consommation chez les jeunes et les moins jeunes Outils pour prévenir-aider

3 FONDATION NEUCHATEL ADDICTIONS Neuchâtel Le Locle La Chx-de-Fds Neuchâtel La Chaux-de-Fonds et son antenne CAPTT Centre d aide, de prévention et de traitement de la toxicomanie Fleurier

4 FNA prestations pour: Addictions aux substances légales et illégales (excepté tabac = Vivre sans fumer) Addictions sans substances, (comportementales) principalement jeux d argent et cyberaddictionmésusage

5 Le CENEA: qui sommes-nous? Depuis 1952 dans le canton sous la dénomination SMS (service médico-social). Existe depuis 2003 sous la dénomination CENEA. 3 centres répartis dans le canton sur Neuchâtel-La CDF-Le Locle. Notre mandat : Traitement ambulatoire psycho-médico-social, entretien individuel/de famille, groupes, accompagnement des proches, accompagnement socio-thérapeutique de jour Prévention primaire et secondaire dans les écoles, les entreprises, en milieu festif.

6 Les 4 piliers de la politique fédérale Prévention Traitement-Réduction des risques-répression Quatre niveaux d actions : Promotion de la santé, Prévention, Traitement et réduction des risques

7 Notions d alcoologie On peut classer les consommateurs selon leurs modalités ou à leurs manières de boire : 5 groupes peuvent être distingués : Les non-consommateurs ou abstinents les consommateurs modérés Les consommateurs à risque Les consommateurs à problèmes Les consommateurs dépendants

8 Les non-consommateurs Conduite à l égard des boissons alcooliques et/ou alcoolisées caractérisée par une absence de consommation. Le non-usage peut être : Primaire quand il s agit d un non-usage initial (enfants, préadolescents) ou d un choix durable, voire définitif (préférences personnelles et/ou culturelles chez l adulte) Secondaire quand il advient après une période de mésusage, alors généralement désigné par le terme abstinence

9 1 verre de vin rouge (1 dl) = 10 grammes 1 verre de vin blanc (1 dl) = 10 grammes 1 bière (3 dl) = 12 grammes 1 eau de vie (0.2 dl) = 7 grammes 1 grande eau de vie (0.4 dl) = 14 grammes

10 Les consommateurs modérés Toute conduite d alcoolisation ne posant pas de problème pour autant que la consommation reste modérée, inférieure ou égale aux seuils définis par l OMS et prise en dehors de toute situation à risque ou de risque individuel particulier. Les seuils définis par l OMS sont les suivants : - Jamais plus de 4 boissons standards par occasion pour l usage ponctuel - Pas plus de 21 boissons standards par semaine pour l usage régulier chez l homme (3 bs/jour en moyenne) - Pas plus de 14 boissons standards par semaine pour l usage régulier chez la femme (2 bs/jour en moyenne)

11 Les consommateurs à risque Toute conduite d alcoolisation où la consommation est supérieure aux seuils définis par l OMS et non encore associée à un quelconque dommage d ordre médical, psychique ou social (dépendance incluse), mais susceptible d en induire à court, moyen et/ou long terme. Cette catégorie inclut également les consommations égales et ou même inférieures aux seuils de l OMS quand elles sont associées à une situation à risque et/ou un risque individuel particulier.

12 Les consommateurs à problèmes Toute conduite d alcoolisation caractérisée par : - l existence d au moins un dommage d ordre somatique, psychique ou social induit par l alcool, quels que soient la fréquence et le niveau de consommation, et par : - l absence de dépendance à l alcool Conséquences physiques et psychiques de l alcool : diabète, cholestérol, maladies cardio-vasculaires, troubles gastriques et digestifs, troubles neurologiques, dépression, anxiété, perte de la motivation, troubles mémoire et concentration...

13 Les consommateurs dépendants Présence de 3 ou plus de ces critères sur période d un an Toute conduite d alcoolisation est caractérisée par la perte de maîtrise de la consommation Développement d une tolérance au produit : augmentation de la quantité consommée et effet diminué Manifestation de symptômes de sevrage Produit souvent pris en quantité plus importante ou dans une période plus prolongée Continuation de la consommation malgré les problèmes psychologiques ou physiques causés par le produit. Activités sociales, professionnelles, de loisirs abandonnées ou réduites à cause de l utilisation du produit

14 dépendance 5% usage à problème usage à risque consommation modérée abstinence 10% 10% 60% 15%

15 Pourquoi les jeunes boivent-ils, consomment-ils des produits psychotropes? La majorité des jeunes boit de l alcool pour profiter au mieux d une soirée, avoir du plaisir, ne pas faire bande à part ou parce que l on est alors perçu comme étant plus drôle. La consommation d alcool ou d autres produits devient problématique quand elle est utilisée pour faire face à des sentiments négatifs ou à gérer ce qui pèse. Cela concerne environ 10% des jeunes.

16 Quel est l impact de la consommation d alcool sur un cerveau jeune? La consommation problématique nuit à la santé. Chez les jeunes l alcool cytotoxique produit de plus grands dégâts que chez les adultes, car les organes des jeunes sont encore en développement. La consommation d alcool peut ralentir le développement du cerveau. La biture expresse affecte la mémoire quotidienne et interfère avec la croissance des cellules. Parallèlement l on constate aussi des comorbidités psychiques comme l anxiété et la dépression. Chez les jeunes qui consomment de l alcool régulièrement et en grande quantité le risque de devenir dépendant est plus grand.

17 Et les moins jeunes? Actuellement, plusieurs études et les milieux spécialisés alertent sur l augmentation de la consommation chronique/excessive/à problèmes/dépendance chez les plus de 60 ans. En effet, en vieillissant, la proportion entre la masse liquide et graisseuse du corps change. L on devient plus sensible aux effets de l alcool. De nombreux changements interviennent dans la vie : départ des enfants, retraite, perte de proches, diminution de certaines capacités, maladies et traitements liés à l âge Cela peut nous rendre plus fragile vis-à-vis de l alcool.

18 Quand la consommation d alcool par les jeunes devient-elle problématique? Environ 80% de la population suisse (15 ans et plus) boivent de l alcool, la plupart sans problème. Chez les adolescents de sexe masculin, la consommation problématique est un peu plus répandue que chez les jeunes femmes et elle augmente avec l âge. Les formes de consommation problématique d alcool sont : Les bitures expresses binge drinking La consommation chronique d alcool La consommation d alcool inappropriée à la situation Les limites de ces formes de consommation sont mouvantes

19 L alcool désinhibe et conduit à la perte de contrôle Les jeunes ayant une consommation problématique d alcool ont nettement plus de contacts sexuels et à risques (sans protection, IST, grossesse ). Ils ont plus souvent recours à la violence ou sont victimes de violence. Les nuisances sonores et dépradations diverses sont également souvent liées à des états d alcoolisation. Quelques chiffres : Chez les jeunes 25 à 50% de tous les actes de violence sont perpétrés sous l influence de l alcool.

20 Le risque de développer une addiction augmente lorsque les facteurs de risque (faible estime de soi, incapacité à résoudre des problèmes ) prennent le dessus sur les facteurs de protection. Par exemple : de bonnes relations, la capacité de gérer les conflits, de bons rapports avec les parents, un climat positif en classe, dans le lieu de formation/travail.

21 Que pouvons-nous faire? Intervention Précoce source: pyramide IP GREA

22 IP phases I et II Promouvoir un bon climat Maintenir la communication et une bonne relation Etablir des règles claires et les appliquer de manière conséquente Rendre des expériences de réussites possibles pour renforcer l estime de soi Lorsque des signes sont constatés : parler sans attendre, faire la distinction entre les faits et les conjectures, formuler des attentes concrètes, documenter les anomalies, en parler et chercher de l aide en cas de nécessité.

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives

LES ADDICTIONS. I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives LES ADDICTIONS I) Définition, typologie des usages. 1. Pratiques addictives Addictions aux substances psychoactives Un psychotrope (ou substance psychoactive) est un produit, qui agit sur le SNC en induisant

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP)

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Extrait du bulletin communal de juin 2010 Alcool, ce qu il faut savoir Guide réalisé par le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Rue des Carmes, 26 6900 Marche-en-Famenne pssp@marche.be

Plus en détail

SENSIBILISATION ALCOOL

SENSIBILISATION ALCOOL SENSIBILISATION ALCOOL PLACE DE L ALCOOL DANS L HISTOIRE DANS LA RELIGION DANS LA GASTRONOMIE DANS LA CULTURE DANS L ECONOMIE LA CONSOMMATION D ALCOOL DES FRANCAIS 14 % des Français sont des consommateurs

Plus en détail

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest

Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance. Réseau Addictions Val de Marne Ouest Alcool, consommations, comportements à risques et dépendance Quelques définitions : qu est ce qu une drogue? la modification de l état de conscience Étymologie de «addict» une dette de plaisir La dépendance

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES

JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES JOURNÉES D ÉCHANGES FRANCO-SUISSES Atelier 4 - Accompagnement individuel Mardi 5 février 2013 Genève Dominique Conant CENEA Fondation Neuchâtel Addictions Alcochoix + Le choix de la modération Un programme

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

Alcool et seniors Bernard Gibour Intersecteur d Alcoologie du Hainaut CH Saint-Amand-les-Eaux A- Des spécificit cificités s liées à l âge B- Boire trop, c est c combien? C- Les modalités s du mésusage

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

9.1 Alcool. Christophe Palle

9.1 Alcool. Christophe Palle 9.1 Alcool Christophe Palle 204 Drogues et addictions, données essentielles Associé au plaisir de la table, à la richesse et la diversité des terroirs et des paysages de France, l alcool, consommé sous

Plus en détail

La prévention des conduites addictives en collectivité

La prévention des conduites addictives en collectivité Colloque SANTE SECURITE AU TRAVAIL Les collectivités territoriales face aux conduites addictives Alcool, drogues, médicaments,... Comment prévenir et gérer les consommations et addictions des agents? Laurent

Plus en détail

Trois Franciliens sur quatre déclarent

Trois Franciliens sur quatre déclarent 37 Excès de consommation d alcool et tabac vont de pair En Ile-de-France, 14 % des personnes boivent tous les jours de l alcool. Un tiers des Franciliens peuvent être considérés comme des consommateurs

Plus en détail

Résumé. Programme National Alcool 2008 2012

Résumé. Programme National Alcool 2008 2012 Résumé Programme National Alcool 2008 2012 Programme National Alcool 2008 2012 Genèse et contenu du PNA En 2005, le Conseil fédéral a chargé l Office fédéral de la santé publique (OFSP) de faire le point

Plus en détail

Alcool : je fais le point sur ma consommation

Alcool : je fais le point sur ma consommation Alcool : je fais le point sur ma consommation Tous concernés? De quoi s agit-il? On a l habitude d évoquer un risque pour la santé au-delà de 3 verres standard par jour pour les hommes ou 2 pour les femmes,

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL

PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL PREVENTION DES RISQUES LIES A L ABSORPTION D ALCOOL Anne Marie LANUSSE Éducatrice Spécialisée à l ADAPEI des Pyrénées Atlantiques INTERVENTION A LA 3ème JOURNEE SCIENTIFIQUE DE REZOPAU LES OBJECTIFS Mener

Plus en détail

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre

BAYONNE jeudi 25 octobre 2012. Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre BAYONNE jeudi 25 octobre 2012 Laurence ARGUILLERE-BULTEL Vice- Présidente de l Association Alcool Addictions et Travail Grand Port Maritime du Havre De quoi parle-t-on? Conduites Addictives Les modes d

Plus en détail

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives

Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Prévention des comportements à risques et des conduites addictives Les substances psychoactives (alcool, cannabis, héroïne ) agissent sur le cerveau mais aussi sur les sensations du corps. Cela va avoir

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

L alcool et la grossesse. www.withchildwithoutalcohol.com 1

L alcool et la grossesse. www.withchildwithoutalcohol.com 1 L alcool et la grossesse www.withchildwithoutalcohol.com 1 Si vous êtes enceinte, soyez sans alcool. Il n y a AUCUN niveau d alcool connu qui soit sans risque pendant la grossesse. Introduction Presque

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

L homme et les drogues

L homme et les drogues L homme et les drogues - PCEM 1 psychologie - Dr Perrine ADAM Service de Psychiatrie et d Addictologie Groupe Hospitalier Bichat-Claude Bernard Document : propriété de la faculté de médecinem Paris 7-7

Plus en détail

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie

Charte. Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie Charte Relative à la prévention des conduites à risque liées à la consommation d alcool chez les étudiant(e)s en Picardie La consommation excessive d alcool et les conduites à risque associées sont des

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. l'alcool

Consensus Scientifique sur. l'alcool page 1/5 Consensus Scientifique sur l'alcool Source : OMS (2004) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - L alcool n est pas un produit ordinaire. Il fait partie de la civilsation humaine depuis des milliers

Plus en détail

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS

HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS HEBERGEMENT SOCIAL ET ADDICTIONS Pourquoi et comment une porte d entrée par la précarité dans une association qui a centré ses activités sur l addictologie? C PEQUART F MOISAN Association CHARONNE 1 logique

Plus en détail

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder

Avant-Propos. Objectifs. L Alcool & Le Médecin de 1 er recours. Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de l importance d aborder L Alcool & Le Médecin de 1 er recours Avant-Propos Thierry Favrod-Coune Daniel Alhadeff Unité des dépendances SMPR BACK to BLACK Objectifs Après ce colloque, nous espérons que vous: Serez convaincus de

Plus en détail

«Where is my mind?»: Effets cérébraux du binge drinking.

«Where is my mind?»: Effets cérébraux du binge drinking. Université Catholique de Louvain Institut de Recherche en Sciences Psychologiques Unité Neurosciences, Systèmes et Cognition (NEUROCS) Centre de Santé et Développement Psychologique (CSDP) «Where is my

Plus en détail

PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE. Philippe Batel MD, PhD

PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE. Philippe Batel MD, PhD PERCEPTION DES DOMMAGES DE L ALCOOL EN POPULATION GÉNÉRALE Philippe Batel MD, PhD Les enjeux Evaluer l écart des connaissances Comprendre les résistances à la connaissance Analyser la variation des représentations

Plus en détail

Prévention universelle ou sélective?

Prévention universelle ou sélective? Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière - Charles Foix Prévention universelle ou sélective? François Bourdillon Département de biostatistiques, santé publique et information médicale Les journées

Plus en détail

Interventions sur le risque foeto-alcoolique : conditions d efficacité

Interventions sur le risque foeto-alcoolique : conditions d efficacité Interventions sur le risque foeto-alcoolique : conditions d efficacité Philippe Michaud Dorothée Lécallier, Fatima Hadj-Slimane Institut de promotion de la prévention secondaire en addictologie Journées

Plus en détail

Substances engendrant la dépendance au poste de travail Infos pour les collaborateurs

Substances engendrant la dépendance au poste de travail Infos pour les collaborateurs Substances engendrant la dépendance au poste de travail Infos pour les collaborateurs Déroulement de la présentation Introduction Pourquoi faire de la prévention des dépendances? Consommation d'alcool

Plus en détail

La question du risque en addictologie

La question du risque en addictologie La question du risque en addictologie Dépendance et solitude; le risque d isolement social Karine DEGROND et Estelle PRIMAULT Assistantes sociales Centre Hospitalier de Corbie Centre de Rééducation Fonctionnelle

Plus en détail

Alcool au volant. Responsable sur les routes. bpa Bureau de prévention des accidents

Alcool au volant. Responsable sur les routes. bpa Bureau de prévention des accidents Alcool au volant Responsable sur les routes bpa Bureau de prévention des accidents Conduire requiert de bonnes facultés de concentration et de réaction. Il suffit de peu d alcool pour entraver ces facultés.

Plus en détail

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé

Défi addictions. Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé Fondements d une approche durable de la politique des addictions en Suisse Résumé de la dépendance du statut légal des substances psychoactives de la responsabilité individuelle de la protection de la

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2013. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2013 1 2 1. Contexte et objectifs Présentation d emevia et de ses missions Le premier réseau français de mutuelles étudiantes de proximité qui regroupe 10 mutuelles régionales Les mutuelles

Plus en détail

Il n existe pas de société sans addiction

Il n existe pas de société sans addiction CADRE ETHIQUE d intervention en entreprise Il n existe pas de société sans addiction l addiction est inévitable. A partir de quand l addiction devient insupportable pour la société et son modèle réduit

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

L alcool du côté de l époque

L alcool du côté de l époque L alcool et moi? L alcool du côté de l époque la vitesse de consommation et les quantités consommées par occasion augmentent, pour boire un maximum d'alcool en un minimum de temps dans le seul but de se

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne

Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne Jeune, vulnérabilité, société et communication avec l adulte Lausanne, 22 septembre 2011 P.-A. Michaud, Unité multidisciplinaire de santé des adolescents CHUV, Lausanne PLAN DE L EXPOSE Concepts: de l

Plus en détail

Alcool au volant. Pour rouler sereinement vers votre avenir. bpa Bureau de prévention des accidents

Alcool au volant. Pour rouler sereinement vers votre avenir. bpa Bureau de prévention des accidents Alcool au volant Pour rouler sereinement vers votre avenir bpa Bureau de prévention des accidents A votre santé! Dans la circulation routière, de nombreux accidents sont causés par des conducteurs alcoolisés.

Plus en détail

Sexualité, addiction et genre: aspects médicobiologiques

Sexualité, addiction et genre: aspects médicobiologiques Sexualité, addiction et genre: aspects médicobiologiques Barbara Broers Département de Médecine Communautaire Rencontre réseau genre, Infodrog 13/11/07 Plan de la présentation Concepts généraux Sexualité

Plus en détail

Perceptions et opinions des Canadiens à l égard de la consommation de tabac et d alcool chez les femmes enceintes

Perceptions et opinions des Canadiens à l égard de la consommation de tabac et d alcool chez les femmes enceintes La consommation de tabac et d alcool chez les femmes enceintes au Canada CENTRE D EXCELLENCE POUR LE DÉVELOPPEMENT DES JEUNES ENFANTS RAPPORT D ÉTUDE OMNIBUS Perceptions et opinions des Canadiens à l égard

Plus en détail

LES ACTIONS PREVENTION-SANTÉ EN ENTREPRISES

LES ACTIONS PREVENTION-SANTÉ EN ENTREPRISES Aujourd hui, pour une entreprise «responsable», la santé de tous ses collaborateurs présente un enjeu primordial. Pour la bonne marche de l entreprise, il est évident que des salariés en meilleure santé

Plus en détail

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC

GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES. Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC GESTION DES CONDUITES ADDICTIVES Nathalie HECQ, intervenante en éducation pour la santé, service de prévention en addictologie, ASSNC PROGRAMME DE PREVENTION ET DE SOINS EN ADDICTOLOGIE SERVICE DE PREVENTION

Plus en détail

2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011. Consommation de tabac

2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011. Consommation de tabac 2013 Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale Martinique 2011 Consommation de tabac Enquête sur la consommation de substances psychoactives en population générale

Plus en détail

Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation

Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation Outil pour une prévention des drogues et une réduction des risques liés à la consommation Ed.resp: Marie-Ange Cornet - CAL-Luxembourg Les Potados - Luxembourg asbl 2, rue de l ancienne Gare 6800 Libramont-Chevigny

Plus en détail

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées.

Ce n est qu en dégustant le vin lentement et avec modération que ses qualités gustatives pourront vraiment être ressenties et appréciées. Brochure Wine in moderation Le vin: la culture de la modération La production et la consommation de vin font partie du patrimoine européen depuis des millénaires. L Union européenne est le plus grand producteur,

Plus en détail

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations

K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une étude des différents modes de consommations Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 K3 - Facteurs socio-économiques associés à la consommation d alcool en France : une

Plus en détail

VIEILLIR SANS PROBLÈME D ALCOOL

VIEILLIR SANS PROBLÈME D ALCOOL VIEILLIR SANS PROBLÈME D ALCOOL A l attention des professionnels intervenant auprès des aînés FONDATION VAUDOISE CONTRE L ALCOOLISME (FVA) PROBLÈMES D ALCOOL CHEZ LES AÎNÉS? En raison de l évolution démographique,

Plus en détail

Alcoologie : Quelques définitions.

Alcoologie : Quelques définitions. Alcoologie : Quelques définitions. 1. TRANSFERRINE DEFICIENTE EN COCARBOXYLASE Jusqu à présent, le taux des GAMMA GT et le VGM (voir ces termes), volume globulaire moyen des globules rouges, permettaient

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CYCLE DE FORMATIONS 2012

LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CYCLE DE FORMATIONS 2012 VAR LUTTE CONTRE LES VIOLENCES FAITES AUX FEMMES CYCLE DE FORMATIONS 2012 MODULE 1 Violences faîtes aux femmes, violences au sein du couple Intitulé de la formation : Violences faîtes aux femmes, violences

Plus en détail

La Mutuelle Des Etudiants

La Mutuelle Des Etudiants 4ème Enquete sur la ^ Nationale Santé des Etudiants Etat de santé des étudiants en France Premiers résultats de l Enquete Nationale sur la Santé des Etudiants 2014 (ENSE4) La Mutuelle Des Etudiants www.lmde.com

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

La consommation d alcool chez les jeunes

La consommation d alcool chez les jeunes La consommation d alcool chez les jeunes > Michaël Hogge, Eurotox 1 La consommation d alcool chez les jeunes charrie son lot de fantasmes. Même si les dommages liés au mésusage d alcool sont une réalité

Plus en détail

Actions et formations

Actions et formations Catalogue 2013 Actions et formations en éducation pour la santé 1 l adessa, spécialiste de l éducation pour la santé dans l Ain depuis plus de 30 ans Association loi 1901 elle favorise l éducation pour

Plus en détail

D une part. D autre part. Tout ce qu il faut savoir sur l alcool et les autres substances engendrant la dépendance au poste de travail.

D une part. D autre part. Tout ce qu il faut savoir sur l alcool et les autres substances engendrant la dépendance au poste de travail. D une part. D autre part. Tout ce qu il faut savoir sur l alcool et les autres substances engendrant la dépendance au poste de travail. Une campagne de la Suva en collaboration avec l Institut suisse de

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

GUIDE CONCERNANT L USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES DURANT LA GROSSESSE

GUIDE CONCERNANT L USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES DURANT LA GROSSESSE GUIDE CONCERNANT L USAGE DE SUBSTANCES PSYCHOACTIVES DURANT LA GROSSESSE DOSSIER DE PRESSE POURQUOI CET OUVRAGE? Les risques encourus par l usage de substances psychoactives chez la femme enceinte sont

Plus en détail

Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons

Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons 19, avenue Trudaine 79 Paris Tél. : +33 (1) 48 74 82 19 Fax : +33 (1) 48 78 17 6 e-mail : ireb@ireb.com Base documentaire de l Ireb consultable sur

Plus en détail

JEUNES ET TABAC Etat de la situation

JEUNES ET TABAC Etat de la situation JEUNES ET TABAC Etat de la situation Etat des lieux au 01.06.2015 1- A quel âge les jeunes commencent-ils à fumer? Différents facteurs et raisons peuvent amener les jeunes à commencer à fumer. Si les jeunes

Plus en détail

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME

SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie. SITES DE LUTTE CONTRE L ALCOOLISME I. ANPAA : ASSOCIATION NATIONALE DE PREVENTION EN ALCOOLOGIE ET ADDICTOLOGIE. Coordonnées

Plus en détail

PREFET DE LA REGION PAYS DE LA LOIRE PREFET DE LA LOIRE ATLANTIQUE

PREFET DE LA REGION PAYS DE LA LOIRE PREFET DE LA LOIRE ATLANTIQUE PREMIER MINISTRE PREFET DE LA REGION PAYS DE LA LOIRE PREFET DE LA LOIRE ATLANTIQUE Paris, 2 septembre 2015 Communiqué de presse DÉPLACEMENT DANS LA LOIRE ATLANTIQUE DE DANIÈLE JOURDAIN-MENNINGER, PRÉSIDENTE

Plus en détail

Alcool. L alcool: un bien culturel, un bien de consommation et une substance psychoactive. L alcool est une substance banale, qui est consommée et

Alcool. L alcool: un bien culturel, un bien de consommation et une substance psychoactive. L alcool est une substance banale, qui est consommée et L alcool est une substance banale, qui est consommée et appréciée en Suisse par beaucoup de gens, mais qui cause aussi des maladies, des accidents et de la souffrance pour beaucoup d autres. Cette coexistence

Plus en détail

Vous trouverez ci-dessous les résultats des réponses qui nous paraissent les plus intéressantes : Pour quelles raisons consommez-vous du cannabis?

Vous trouverez ci-dessous les résultats des réponses qui nous paraissent les plus intéressantes : Pour quelles raisons consommez-vous du cannabis? Nous sommes quatre élèves de Terminale STT en option Administration. Nous avons choisi comme projet pour notre baccalauréat de réaliser une réunion d information sur le cannabis. Pour cela, une classe

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Etude réalisée par la FAGE entre mars et mai 2014 auprès de 3086 étudiants 1 Eléments de contexte

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

PRESENTATION DE LA CIPCA. MILDECA- colloque INSERM 1

PRESENTATION DE LA CIPCA. MILDECA- colloque INSERM 1 PRESENTATION DE LA CIPCA MILDECA- colloque INSERM 1 LA CIPCA A ÉTÉ MISE EN PLACE DANS LE CADRE DU PLAN GOUVERNEMENTAL 2013-2017 Pour que la prévention devienne une priorité des politiques de lutte contre

Plus en détail

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool Cas clinique Prévention des pathologies liées à l alcool Mr E., qui est un patient âgé de 70 ans, consulte à votre cabinet pour dysfonction érectile. L'interrogatoire vous apprend qu'il ne présente pas

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse

Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse Projet pilote de détection et d intervention précoces dans le champ scolaire et de la formation en Suisse Marie-Claire Rey-Baeriswyl, professeure Karin Zürcher, collaboratrice scientifique Haute école

Plus en détail

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE

Programme d aide aux employés. Par Denis GOBEILLE Programme d aide aux employés Par Denis GOBEILLE Les difficultés des employés Santé mentale au Canada 1 Canadien sur 10 souffre de l'une ou l'autre des affections suivantes D une dépression; De manies;

Plus en détail

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale

Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale Alcool et Grossesse Syndrome d Alcoolisation Fœtale 20 FEVRIER 2008 Colloque de Médecine Communautaire et Premier Recours MAKRIS Dionysios L apéritif du jour Vignette clinique-unité de l Alcoologie Partager

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Consommation de tabac et d alcool des personnes âgées en France

Consommation de tabac et d alcool des personnes âgées en France 24 Stéphanie Pin, sociologue, Institut national de prévention et d éducation pour la santé (INPES), à Saint-Denis (France). En présentant les résultats de l enquête française Baromètre santé sur la consommation

Plus en détail

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie

Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Prévenir les chutes pour retrouver et maintenir l autonomie Asbl Educasanté Fédération Wallonie- Bruxelles martine.bantuelle @educasante.org Luxembourg, 23 novembre 2012 1 Priorité santé sur fond démographique

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Le sportif face aux substances psychoactives. CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Le sportif face aux substances psychoactives CMBCS 7 juin 2011. M. Walter Plan A. Les incontournables : tabac, cannabis, alcool B. L arrêt sportif : une période de vulnérabilité CMBCS 7 juin 2011. M. Walter

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

Addictions et dépendances

Addictions et dépendances Addictions et dépendances Joëlle Visier Médecin Tabacologue CES de Bobigny/CPAM 93 Dr Hervé LE CLESIAU - Médecin Directeur Drogue, toxicomanie, addiction Faiblesse, vice, manie Souffrance, maladie Récompense,

Plus en détail

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC

IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC IMPACT PSYCHOLOGIQUE DU TABAC Mme ZERTAL CHERIFA Mme DJENNA. D Mr KAABOUCHE. A Bureau d Accueil, Orientation et Activités Socio-thérapeutiques Unité d Aide Psychologique CHU BENBADIS DE CONSTANTINE I)

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données DAT 974 - Axe 1 - Mission Observation COSU du 03/12/2012 Monique RICQUEBOURG Observatoire Régional de la Santé (ORS) 1 Plan de la

Plus en détail

Management, stress et risques psychosociaux

Management, stress et risques psychosociaux S. CHAMPION - 1 Management et RP Management, stress et risques psychosociaux Objectifs Cette action de formation propose de : Comprendre et d identifier les risques psychosociaux Acquérir une culture commune

Plus en détail

1/ Conduites à risque chez l enfant et l adolescent

1/ Conduites à risque chez l enfant et l adolescent SEMESTRE 2 UE 4.5.S2 Soins infirmiers et gestion des risques 1/ Conduites à risque chez l enfant et l adolescent Qu appelle-t-on conduite à risque? Mise en danger probable de sa vie ou de celle d autrui

Plus en détail

Etude quinquennale 2010 sur la consommation de vin en France

Etude quinquennale 2010 sur la consommation de vin en France 1 Etude quinquennale 2010 sur la consommation de vin en France 27 novembre 2012 caroline.blot@franceagrimer.fr philippe.janvier@franceagrimer.fr 2 La consommation de vin dans le monde Evolution de la consommation

Plus en détail

Consommation d alcool en Suisse

Consommation d alcool en Suisse Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Date: 3.5.211 Pour plus d informations: Section Alcool Fiche d information fondée sur l

Plus en détail

Alcool Les dangers cachés

Alcool Les dangers cachés Alcool Les dangers cachés L alcool, dangereux ami L alcool, produit familier des soirées étudiantes, donne l'impression d'être bien, d'être capable de plus de choses et d'avoir confiance en soi. Mais tout

Plus en détail

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE

Ouvrons le dial O gue. Alcool MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Ouvrons le dial O gue Alcool Pour arrêter faire le de point fumer MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE Pour faire le point Votre médecin vous a proposé de faire le

Plus en détail

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais

27/05/2013. Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles. Organisation du dispositif addiction en Valais Organisation du dispositif addiction en Valais Philippe Vouillamoz directeur secteur AideIPrévention 2011 2012 Nous changeons d image pas de mission Loi sur la santé (14 février 2008) Bases légales actuelles

Plus en détail

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens

Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens Habitudes d utilisation de la cigarette électronique et son potentiel addictif : enquête auprès des internautes vapoteurs quotidiens INTRODUCTION Un statut actuel un peu flou Ce n est pas un médicament

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail