Argentine, un modèle de redressement économique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Argentine, un modèle de redressement économique"

Transcription

1 2012/10 Argentine, un modèle de redressement économique par Pascal De Gendt Analyses & Études Économie 1 Siréas asbl

2 Nos analyses et études, publiées dans le cadre de l Education permanente, sont rédigées à partir de recherches menées par le Comité de rédaction de SIREAS sous la direction de Mauro Sbolgi, éditeur responsable. Les questions traitées sont choisies en fonction des thèmes qui intéressent notre public et développées avec professionnalisme tout en ayant le souci de rendre les textes accessibles à l ensemble de notre public. Ces publications s articulent autour de cinq thèmes Monde et droits de l homme Notre société à la chance de vivre une époque où les principes des Droits de l Homme protègent ou devraient protéger les citoyens contre tout abus. Dans de nombreux pays ces principes ne sont pas respectés. Économie La presse autant que les publications officielles de l Union Européenne et de certains organismes internationaux s interrogent sur la manière d arrêter les flux migratoires. Mais ceux-ci sont provoqués principalement par les politiques économiques des pays riches qui génèrent de la misère dans une grande partie du monde. Culture et cultures La Belgique, dont 10% de la population est d origine étrangère, est caractérisée, notamment, par une importante diversité culturelle Migrations La réglementation en matière d immigration change en permanence et SIREAS est confronté à un public désorienté, qui est souvent victime d interprétations erronées des lois par les administrations publiques, voire de pratiques arbitraires. Société Il n est pas possible de vivre dans une société, de s y intégrer, sans en comprendre ses multiples aspects et ses nombreux défis. Toutes nos publications peuvent être consultées et téléchargées sur nos sites et elles sont aussi disponibles en version papier sur simple demande à Siréas asbl Service International de Recherche, d Éducation et d Action Sociale asbl Secteur Éducation Permanente Rue du Champ de Mars, Bruxelles Tél. : 02/ Fax : 02/ Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

3 Récession, coût de la vie qui augmente, pays qui survit uniquement grâce aux crédits extérieurs, classe moyenne faisant connaissance avec la pauvreté parfois extrême : ce sort peu réjouissant est celui de la Grèce actuelle. Et peut-être également celui qui attend, dans un premier temps, d autres pays du Sud de l Europe. La situation de ces populations peut sembler sans espoir. Pourtant, il y a un peu plus de dix ans, les Argentins sont aussi passés par là et ont fini par s en sortir. Et si, actuellement, ce pays doit à nouveau faire face à des difficultés économiques mais qui n en a pas?, le spectre de la faillite nationale s est bel et bien éloigné. Réalisé en tournant le dos aux dogmes de l économie ultralibérale, et aux institutions les représentant, le redressement économique argentin est même devenu un modèle d école. Est-il pour autant transposable à l Europe de 2012? Et, quand bien même ce serait le cas, est-ce souhaitable? La crise de décembre 2001 Lorsque le 5 décembre 2001, le Fonds Monétaire International (FMI) refuse une aide de 1,3 milliards de dollars au gouvernement argentin, entraînant dans la foulée une suspension du versement de 1,1 milliards de dollars par la Banque Mondiale et la Banque Interaméricaine de Développement, le pays est en sursis. Quelques années plus tôt, l Argentine était pourtant encore considérée comme le pays le plus riche d Amérique du Sud et un des meilleures élèves du FMI. En ce début de XXI e siècle, le tableau est bien différent : les banques s effondrent, les investisseurs étrangers fuient et le pays sombre dans le chaos économique, politique et social. Des émeutes, accompagnées de pillages, 3

4 éclatent aux quatre coins du territoire. Elles seront durement réprimées, occasionnant des dizaines de morts, et le 19 décembre, l état de siège est déclaré. Cette colère d une population, dont les difficultés économiques n ont cessé de croître depuis la fin des années 80, est attisée par l interdiction de retirer plus de 250 dollars par semaine sur son compte bancaire. De quoi freiner d urgence la fuite des capitaux mais aussi tirer une épine hors du pied des banques qui ne peuvent faire face à cette demande massive de retraits. C est une des conséquences de la loi de convertibilité inscrite, en avril 1991, dans la Constitution par le président Carlos Menem. Cette disposition instaure la parité peso-dollar : chaque peso créé doit avoir sa contrepartie en dollar. Conséquences : le pays devient fort dépendant des dollars provenant des crédits accordés par les organismes internationaux mais aussi des investisseurs étrangers. D autant que cette mesure gâche également la compétitivité des produits argentins à l exportation. Des pans entiers de l économie argentine sont ainsi privatisés, pour favoriser l entrée des devises étrangères, et des dizaines de milliers de fonctionnaires perdent leur emploi. Cette convertibilité devient ainsi le fer de lance de la politique économique préconisée par le FMI. Elle permet notamment à l inflation de chuter. C était un des plus gros problèmes de l Argentine depuis la fin de la dictature militaire en En sept ans d une politique néo-libérale acharnée, la junte laisse le pays dans un état lamentable. La dette extérieure du pays est passée de 8 à 43 milliards de dollars et l inflation est galopante. Et cela ne s arrangera pas avec le retour à la démocratie. Pour l année 1989, l inflation atteint un taux hallucinant, et intenable pour la population, de 3000%! En juillet de cette année-là, Carlos Menem commence son règne de dix ans de présidence. Sa politique économique sera marquée du sceau du FMI : politique de privatisation, dont la compagnie pétrolière nationale YPF, réduction des dépenses publiques, hausse des recettes fiscales et succession de plans d austérité, qui lui attire les bonnes grâces des marchés internationaux et des organismes internationaux qui soutiennent le pays à coups de prêts se comptant en milliards de dollars. Son successeur Fernando de la Rúa empruntera la même voie, en faisant passer notamment une loi de déficit zéro. C est d ailleurs le non-respect de celle-ci qui entraînera le refus d un nouveau prêt par le FMI en décembre Juste avant la crise, l économie est en récession depuis trois ans, la dette extérieure du pays est de 132 milliards de dollars, 1 Argentin sur cinq est au chômage, 14 millions d habitants sur 36 vivent dans la précarité et un septième plan d austérité en trois ans entre en vigueur. Ex-pays le plus riche d Amérique Sud, l Argentine affiche désormais un bilan de pays du Tiers-Monde. 4

5 Pendant un temps, par faute d une réserve en dollars trop faible, la masse de monnaie en circulation dans le pays ne suffit plus à faire tourner normalement l économie. Des systèmes de troc voient le jour et les provinces, ainsi que la capitale Buenos-Aires, émettent leur propre devise, les «patacones», pour payer leurs fonctionnaires et les impôts. Durant ses sept jours de règne (du 23 décembre au 31 décembre 2001), le Président Adolfo Rodriguez Saá prend alors une décision qui préfigurera la future politique de l Argentine : il suspend le remboursement de la dette extérieure aux créanciers privés. Son successeur, Eduardo Duhalde, décidera de supprimer la parité entre le peso et le dollar et, à la fin de l année 2002, lèvera les restrictions de retrait bancaire. Néstor Kirchner, la politique de la rupture Mais c est avec l accession à la plus haute fonction de Néstor Kirchner, gouverneur de la province de Santa Cruz, que le pays entamera son vrai redressement économique. Nationaliste social-démocrate, se revendiquant du péronisme, il va mener de 2003 à 2007, une politique économique fondée sur deux axes : la rupture avec les organismes prêteurs internationaux et une économie régulée par l État. Dès le départ, il va décider de ne pas rembourser les emprunts d États en possession de milliers d épargnants étrangers, surtout Italiens, et de banques. Au bout d un long bras de fer, il aboutira à un accord en février 2005 selon lequel ¾ des ces détenteurs d obligations accepteront d échanger leurs titres non-payés contre de nouvelles obligations de moindre valeur, aux taux d intérêt plus faibles et aux échéances plus longues. Pour un dollar investi, les détenteurs se verront rembourser au final 0,32$. En septembre 2003, il refuse également d obéir au FMI qui demande de nouvelles mesures d austérité et de nouvelles privatisations. En décembre 2005, il se tourne même vers le Venezuela de Hugo Chávez qui lui accorde un prêt de 2 milliards grâce auquel il peut rembourser la dette de presque 10 milliards que l Argentine doit toujours au FMI. Économisant au passage 900 millions d intérêts que le pays aurait dû payer. L objectif avoué est évidemment de diminuer très sensiblement l influence du Fonds néo-libéral, et des États-Unis qui surveillent de près la situation en Amérique du Sud, sur l économie argentine. Cette politique de rupture des relations financières internationales ne lui vaut pas que des compliments mais permettra notamment à son pays d échapper à la crise globale de En effet, désormais paria des marchés internationaux, l Argentine a pu éviter la spéculation sur ses titres et sa monnaie. C est même un pays qui jouit d une santé économique insolente qui peut se permettre de regarder de loin ses anciens créanciers s engluer dans la crise 5

6 financière. Sur le plan intérieur, Kirchner tourne le dos à la politique qui a mené le pays à la faillite et applique des recettes keynésiennes de base : régulation de l économie par l État et relance de la demande intérieure à l aide de fonds publics. Ses premières mesures sont d augmenter les salaires, les dépenses publiques, notamment en lançant de grands travaux qui apportent de l emploi, et diminuer la baisse des taux d intérêt. En comptant sur certains atouts du pays, comme l abondance de matières premières et un riche tissu industriel, il relance la consommation. Pour juguler l inflation, il impose des règles tarifaires strictes aux services publics, pourtant aux mains du privé, à part la poste, qui est renationalisée, gèle le prix de l énergie et des transports et va jusqu à demander aux supermarchés de ne pas augmenter leurs prix. Les contrevenants s exposent à des amendes ou des menaces de se voir retirer leur licence d exploitation lorsqu il s agit de multinationales actives dans le secteur de l énergie. Lorsque Shell décide de malgré tout augmenter le prix du carburant à la pompe, il mène en personne une campagne de boycott de la compagnie. Le tout est accompagné d une forte taxe sur les importations pour amener la population à préférer les productions locales. Les résultats sont immédiats puisqu à la fin de l année 2003, l inflation est limitée à 3,7% et le nombre de chômeurs a diminué de presqu un tiers. Une fois les finances publiques assainies, il investit dans les infrastructures, l éducation et les programmes sociaux. Cristina, l autre K À partir d octobre 2007, sa femme, Cristina Fernández de Kirchner, prend le relais à la tête de l État et poursuit la même politique. Elle va même plus loin en nationalisant les fonds de pensions privés ou en renationalisant deux compagnies aériennes, Aerolínas Argentina et Austral Líneas Aéreas ainsi que la Firme Aviation Militaire (FMA). Mais la décision qui fera le plus parler d elle est surtout le retour de l Argentine comme actionnaire majoritaire de la société pétrolière YPF qui était passée entre les mains de l entreprise espagnole Repsol. Le but? Reprendre le contrôle du pétrole argentin, important moteur de croissance économique et sociale du pays que les Espagnols avaient négligé, obligeant l Argentine à massivement importer du carburant alors que le pays en est le quatrième producteur d Amérique du Sud. Une mesure érigée en symbole de la politique «péroniste» parce que synthétisant trois axes importants : création d emploi, accroissement de l indépendance, énergétique en l occurrence, du pays et lutte 6

7 contre les monopoles. Malgré la colère de l Espagne et de ses partenaires européens, la Présidente ne pliera pas. Côté social, elle marchera également dans les pas de feu son époux en améliorant les retraites, en consolidant des conventions collectives de travail garantissant une hausse annuelle des salaires supérieure à l inflation ce qui augmente le pouvoir d achat de la population - ainsi qu en implantant une assignation universelle par enfant, soit une allocation d environ 10% du salaire minimum destiné aux parents des 3,6 millions d enfants argentins. Rien d étonnant donc à sa réélection triomphale en D autant qu elle sait aussi faire preuve de flamboyance et jouer avec une fibre nationale qui avait été mise à mal par la crise. Ainsi en septembre 2012 lorsque la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, menace de donner un «carton rouge» à l Argentine, la Présidente réplique à la tribune des Nations Unies : «Nous ne sommes pas une équipe de football. Nous sommes une Nation souveraine. Et la crise économique n est pas un jeu. C est même la pire crise depuis les années 30. Quant à parler sport, il est bien évident que la mission du président de la FIFA est bien plus satisfaisante que celle des principaux dirigeants du FMI». En faisant l éloge dudit président, Sepp Blatter, pourtant peu aimé en Amérique du Sud et dont le mandat à la tête de la FIFA est entaché de plusieurs scandales, Kristina Kirchner plaçait une attaque bien comprise par ces passionnés de football que sont ses compatriotes. Avec en estocade, une autre réplique bien sentie : «Il est bon de rappeler que l Argentine a payé les actionnaires plus qu Enron. Pour chaque tranche de 100 dollars de la dette, la multinationale en a payé un, alors que les Argentins en ont payé vingt». Imparable et succès garanti auprès des nombreuses populations mondiales remettant en question la domination économique américaine. Surtout que les chiffres confirment les options choisies par le couple Kirchner. Si la croissance ralentit fortement en 2009, elle revient titiller les 10% dès l année suivante, bien aidée, il est vrai, par la flambée du prix des céréales, une des principales exportations du pays. En 2009, la Commission économique pour l Amérique Latine et les Caraïbes annonce que le taux de pauvreté du pays est passé de 45 à 11%. Un modèle exportable? L Argentine, pays qui a frôlé la chute, devenu paria des instances financières internationales depuis qu il a tourné le dos au FMI et regardé avec méfiance par les pays occidentaux, qui accepte mal son rapprochement avec Hugo Chavez, fait figure de modèle de redressement économique. Les recettes des Kirchner semblent pourtant difficilement applicables en Grèce 7

8 ou ailleurs au sein au sein de l Union européenne. Tout d abord parce que, si des similitudes théoriques entre les deux crises existent, la situation de départ est tout-à-fait différente. Le déficit budgétaire d Athènes et bien plus lourd que celui de Buenos Aires en 2001 (plus de 10% contre 3,2%). Et le pays européen, dont l économie est surtout centrée sur les services, le tourisme et le transport maritime, ne dispose pas des mêmes ressources naturelles, ni de la même place dans l économie mondiale, que la nation sudaméricaine, grande exportatrice de produits agricoles. Ensuite, le Mercosur et l Unasur, les deux communautés d États sudaméricains dont fait partie l Argentine, sont bien moins avancées dans l intégration économique, monétaire, financière et même sociale que l Union européenne. D une part, la Grèce n a pas les mains libres, elle doit respecter les directives et engagements découlant de son statut d État-membre elle ne peut pas, par exemple, fortement taxer ses importations pour privilégier les produits locaux -, et d autre part sa crise de la dette touche un pilier du système monétaire international. Elle ne pourra donc pas faire ce qu elle veut et on l imagine mal les instances économiques transnationales accepter qu elle leur tourne le dos. Quand en mars dernier, l énorme dette grecque de 206 milliards d euros a été restructurée 83% des créanciers privés acceptant une baisse de 53,5% de la valeur des titres détenus cela s est fait sous l étroite surveillance de la Commission européenne, de la Banque Centrale Européenne et du FMI. Le contexte économique n est pas identique à celui prévalant au début du XXI e siècle alors que l on parlait encore de croissance. La crise de la dette grecque est née en plein marasme financier international alors que les créanciers se débattaient à tenter de sauver les banques. Ce qui explique, notamment, que la Banque Centrale Européenne (BCE) s est montrée moins souple avec Athènes que le FMI qui avait toléré la cessation momentanée de paiement de la dette argentine en Le même Fonds a, par ailleurs, laissé la BCE gérer une crise alors que l institution n avait que très peu d expérience en la matière et qu elle devait composer avec une Commission divisée sur la manière de résoudre le problème. Les failles argentines Un autre argument en défaveur du modèle argentin provient des failles qui sont apparues au cours des années. La politique monétaire de peso faible et de dollar fort, bénéfique pour le tourisme et les gros exportateurs, induit des pressions inflationnistes que le pouvoir essaye de contrer en réduisant toujours plus les importations des produits technologiques au papier en passant par les pièces automobiles ce qui provoque la faillite de certaines entreprises. La gêne du gouvernement à ce sujet est manifeste : officiellement 8

9 l inflation est jugée à 9% mais nombre de sources évoquent des chiffres tournant plutôt autour des 25%. Depuis 2005, les prix à la consommation auraient augmenté de 170%. Le pouvoir peut d autant plus facilement qualifier ces allégations de mensonges venant de l extérieur du pays que les organismes privés sont interdits de diffuser d autres chiffres que les officiels. Autre constat : depuis 2003, une grande part de l économie du pays est toujours concentrée dans quelques grandes entreprises dont les profits ne sont pas redistribués à la population. Le soja transgénique, par exemple, accapare désormais la moitié des terres cultivables, ce qui induit une dépendance dangereuse à une monoculture, et l industrie minière est toujours toute puissante. La politique de subventions étatiques a ravivé des réflexes clientélistes et a recréé une sorte de bourgeoisie composée de hauts fonctionnaires et non d investisseurs privés. Ne soyons pas naïfs : il est clair que les récentes charges contre le système économique argentin ne sont pas innocentes à l heure où la finance internationale voit monter la contestation contre les règles qu elle impose. Toutefois, les interventions de Roberto Lavagna, ministre argentin de l économie de 2002 à 2005 et considéré comme l un des artisans du redressement économique du pays, ne manquent pas d interpeller. Désormais à la tête de l Institut économique EcoLatina, il parle «d économie qui tourne à l envers» avec comme symptômes les plus visibles des impôts directs et des taxes à la consommation très élevés mais aussi le développement d une économie informelle. C est une autre réalité cachée : dans les PME, le travail au noir serait la norme. Un autre indice prouvant que tout ne va pas aussi bien que voulu est le durcissement des mesures visant à stopper une fuite des capitaux. L accès aux dollars est limité, alors que les Argentins l utilisaient encore dans nombre de transactions importantes mais aussi pour leur épargne, tout comme leur sortie du pays. Fin décembre 2011, des chiens dressés à détecter les billets verts avaient même été utilisés aux frontières. Depuis le 14 mars, les Argentins ne peuvent plus disposer librement de l argent placé sur leur compte quand ils sont à l étranger et les entreprises ne peuvent plus exporter leurs bénéfices ce qui a provoqué la fermeture d enseignes internationales. La vente de dollars au marché noir est en plein boom (6 pesos le dollar au lieu du cours officiel de 4,5 pesos). Depuis cette année également, un décret a été voté permettant au gouvernement d utiliser les réserves de la Banque Centrale. C est que, malgré la nationalisation des fonds de pension qui avait apporté une réserve d argent frais, l argent commence à manquer pour une politique de subsidiation massive du secteur public. Maintenant que la croissance a retrouvé un rythme moindre (2,2% pour 2012) et que les inégalités recommencent à croître, le modèle argentin est 9

10 sans doute en train de faire connaissance avec ses limites. Pendant onze ans, la population a accepté ces inconvénients comme prix à payer pour sortir de l enfer et mettre au point une politique redistributive qui a considérablement augmenté en peu de temps le revenu moyen par habitant. Un temps révolu : les Argentins sont à nouveau descendus dans les rues pour faire résonner leurs casseroles, une tradition locale. Le contrôle du change est l un des objets de la colère des Argentins l autoritarisme de la chef d État en est un autre - qui n ont toujours pas retrouvé confiance en leur monnaie nationale. Une des conséquences de la mise à sac de leur économie par une austérité aveugle qui, plus près de chez nous, est pourtant encore et toujours un dogme qui fait force de loi dans les cénacles de la finance internationale. Bibliographie Argentine : la crise économique de Crise totale en Argentine Le Président tente de sortir le pays du chaos Argentine, la vie après la faillite h t t p : / / w w w. l e p o i n t. f r / m o n d e / a r g e n t i n e - l a - v i e - a p r e s - l a - faillite _24.php Dette argentine: l option radicale capitalise En Argentine, occuper, résister, produire L acteur : Roberto Lavagna 10

11 En Argentine, c est quitte ou double pour les Kirchner En Argentine, les «piqueteros» s impatientent Buenos Aires protège son or noir «Kirchner a décidé de rompre avec le FMI» Argentine : «Cristina Fernandez, progressisme et cacerolazos» La Grèce devrait-elle prendre les leçons de l Argentine? Grèce 2010, Argentine Les leçons de l Argentine pour la Grèce La dépendance mondiale envers les matières premières CRISE EN EUROPE : LES LEÇONS DU TIERS-MONDE La faille du modèle argentin Le modèle argentin connait ses premiers ratés 11

12 Argentine: le FMI reconnait ses erreurs Dix ans après la crise, l Argentine est un autre pays L Argentine se défend de tout protectionnisme Argentina s critics are wrong again about renationalising oil Le pétrole argentin n appartient pas aux Espagnols! L Argentine au diapason du Venezuela? L obsession argentine 12

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05 2012/05 La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? par Noemie Nyst Analyses & Études Monde et Droits de l Homme 1 Siréas asbl Nos analyses et études,

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

15 Les Fonds Petroliers

15 Les Fonds Petroliers CHAPTER IV OIL POLICY IN THE GULF OF GUINEA 15 Les Fonds Petroliers By Albert Yama Nkounga I. Introduction 1. La vulnérabilité des économies des pays producteurs de pétrole aux fluctuations à la baisse

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Comment reprendre le contrôle sur la finance?

Comment reprendre le contrôle sur la finance? Comment reprendre le contrôle sur la finance? Documents d analyse et de réflexion Février 2013 Rue Maurice Liétart, 31/4 B-1150 Bruxelles Avec le soutien de la fédération Wallonie-Bruxelles Centre AVEC

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

L importance de la monnaie dans l économie

L importance de la monnaie dans l économie L importance de la monnaie dans l économie Classes préparatoires au Diplôme de Comptabilité et Gestion UE 13 Relations professionnelles Etude réalisée par : Marina Robert Simon Bocquet Rémi Mousseeff Etudiants

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire

Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Quelles orientations pour sortir de la crise? Argumentaire Le début de l année fut marqué par la crise de la Grèce, avec la mise en place d un plan de sauvetage de 60 milliards d euros (prêts consentis

Plus en détail

L -franc en 16 points

L -franc en 16 points L -franc en 16 points Résumé : Nous faisons deux constats : Premièrement, nous vivons une massification de la pauvreté et une précarisation du salariat : 5 millions de chômeurs (sans compter les découragés

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Le risque souverain en zone euro

Le risque souverain en zone euro Patrice PALSKY - FRACTALES s.a. p.palsky@fractales.com Le risque souverain en zone euro FRACTALES 0 Stress Testing Solvabilité 2 n aborde pas explicitement le risque souverain des pays membres de l Union

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Consolidation budgétaire et croissance économique

Consolidation budgétaire et croissance économique Consolidation budgétaire et croissance économique Gilbert Koenig * La stratégie européenne fondée exclusivement sur des mesures d assainissement des finances publiques s est révélée peu efficace. En effet,

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES

INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES eduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 4. La monnaie et le financement Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 4.3 : Qui crée la monnaie? INDICATIONS

Plus en détail

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE

POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE POLITIQUE MONETAIRE APPLIQUEE Plan : 1) La structure du système bancaire européen 2) Les objectifs de la BCE Licence professionnelle Bancassurance 2010-2011 3) Les instruments de la politique monétaire

Plus en détail

et Financier International

et Financier International MACROECONOMIE 2 Dynamiques Economiques Internationales PARTIE 2 : Le Système Monétaire et Financier International UCP LEI L2-S4: PARCOURS COMMERCE INTERNATIONAL PLAN DU COURS I - LE SYSTEME MONETAIRE INTERNATIONAL

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé?

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé? Trading our health away Prêts à échanger votre santé? Plan I. Est-ce grave docteur? 1. Tensiomètre : définir les concepts 2. Documentaire : une pêche d'enfer 3. Quiz : les raisons du libre-échange 4. Photo-langage

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

3e question : Qui crée la monnaie?

3e question : Qui crée la monnaie? 3e question : Qui crée la monnaie? INTRO : Sensibilisation Vidéo : Comprendre la dette publique en quelques minutes (1min à 2min 27) http://www.youtube.com/watch?v=jxhw_ru1ke0&feature=related Partons de

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012)

Le système bancaire dans la crise de la zone euro. par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) Le système bancaire dans la crise de la zone euro par Michel Fried* (Synthèse de l exposé fait au CA de Lasaire du 21/06/2012) La crise de la zone euro a mis en évidence les liens étroits qui relient la

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

RELATIONS ECONOMIQUES INTERNATIONALES SYNTHESE

RELATIONS ECONOMIQUES INTERNATIONALES SYNTHESE Université Paris-Dauphine Mars 2009 RELATIONS ECONOMIQUES INTERNATIONALES SYNTHESE Professeur : Jean-Marc Siroën Colin Céline L3 Economie Internationale et Développement La gestion de la crise argentine

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES

LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Acte II LA CRISE GAGNE LES CÔTES FRANÇAISES Scène 1 Les Français craignent pour leur épargne Je ne compte plus les personnes qui, depuis la fin du mois de septembre, m ont demandé si elles devaient retirer

Plus en détail

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE

COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE CES Document de réflexion sur la situation économique 2010/1 COMMENT LES ÉLITES FINANCIÈRES FONT DE LA GRÈCE UN EXEMPLE POUR LE RESTE DE L EUROPE Un piège financier Qu adviendrait-il si des hauts fonctionnaires

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N

BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N BULLETIN DE LGF PATRIMOINE N 2 «Point de vue» La lettre d information de LGF Patrimoine SOMMAIRE PAGE 1 2 > Les marchés financiers Les marchés, l économie, l actualité PAGE 3 4 > Les SCPI, un outil de

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable

Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Agricultures paysannes, mondialisation et développement agricole durable Marcel MAZOYER professeur à La Paz juillet 2 007 Contenu 1. Une situation agricole et alimentaire mondiale inacceptable 2. Développement

Plus en détail

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014?

Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Rédacteur : Sylvain DESEAU, conseiller agro-équipements Chambre d Agriculture du Loiret Toitures agricoles solaires photovoltaïques : Quelles évolutions entre 2009 et 2014? Après une montée en puissance

Plus en détail

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie

Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie Chapitre X : Monnaie et financement de l'économie I. Le financement de l'économie Financement = fait d'apporter des fonds à un individu, une entreprise, ou à soi-même. A) Les différents types de financement

Plus en détail

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour.

Les hommes, les femmes et les enfants travaillent entre 14 et 17 heures par jour. Pol Indépendance de la Belgique 1830 La Belgique est gouvernée par les libéraux et les catholiques. Il ne s agit pas encore de partis politiques mais plutôt de regroupements philosophiques. Vote censitaire

Plus en détail

Mécanismes monétaires et financiers

Mécanismes monétaires et financiers Mécanismes monétaires et financiers Département IG, 1ère année (IG3) Polytech Montpellier Cours et TD : Marie MUSARD-GIES Introduction au cours (1/2) Marchés financiers (cf cours économie) Plus grande

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

La monnaie, les banques et les taux d intérêt

La monnaie, les banques et les taux d intérêt Chapitre 10 La monnaie, les banques et les taux d intérêt 1 Objectifs Définir ce qu est la monnaie et décrire ses fonctions Expliquer les fonctions économiques des banques canadiennes et des autres intermédiaires

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

Soirée d'information sur la crise financière

Soirée d'information sur la crise financière Soirée d'information sur la crise financière 6 ème Sciences Economiques 18 novembre 2008 Questions abordées I. Quelle est l'origine de la crise? II.Comment les subprimes se sont retrouvées dans nos banques

Plus en détail

Epargne et investissement

Epargne et investissement Epargne et investissement Nature du sujet : Sujet de type «mise en relation». Mots-clés / Définitions : Tous! «Epargne» : Part du revenu qui n est pas consommée Epargne des ménages : - Concept le plus

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la

SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada. Le présent certificat est émis en vertu de la SOCIÉTÉ D ASSURANCE VIE MD Siège social : Ottawa, Canada Le présent certificat est émis en vertu de la POLICE DE RENTE COLLECTIVE FONDS DE REVENU STABLE MD établie en faveur de LA COMPAGNIE TRUST ROYAL

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or

Le SMI. Chapitre 1. 1.1 Les origines historiques du SMI actuel. 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or Chapitre 1 Le SMI 1.1 Les origines historiques du SMI actuel 1.1.1 Avant la première Guerre mondiale : l étalon or L étalon change-or (Conférence de Gênes - 1922) Caractéristiques : Chaque monnaie nationale

Plus en détail

Collection Au Quotidien

Collection Au Quotidien Collection Au Quotidien Toutes nos publications sont disponibles : - en téléchargement, depuis l adresse internet de notre ASBL dans la rubrique Publications : http://www.cpcp.be/etudes-et-prospectives

Plus en détail

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier

I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. Le système bancaire et financier Le système bancaire et financier français I. La loi bancaire de 1984. II. III. Les acteurs du système bancaire et financier. Les marchés français des capitaux. January the 6th 2009 1 I. La loi bancaire

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012

L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 L Euro, l Europe et votre argent. La crise de l euro? Conférence-débat 3 avril 2012 Pascale Micoleau-Marcel Déléguée Générale de l IEFP La finance pour tous Sommaire 1/ De quoi parle-t-on? 2/ Pourquoi

Plus en détail

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études

Le programme de prêts pour les études à temps partiel. Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Le programme de prêts pour les études à temps partiel Avis de la FAEUQEP au Comité consultatif sur l'aide financière aux études Décembre 2001 1 Introduction Une revendication vieille de plus de dix ans

Plus en détail