Argentine, un modèle de redressement économique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Argentine, un modèle de redressement économique"

Transcription

1 2012/10 Argentine, un modèle de redressement économique par Pascal De Gendt Analyses & Études Économie 1 Siréas asbl

2 Nos analyses et études, publiées dans le cadre de l Education permanente, sont rédigées à partir de recherches menées par le Comité de rédaction de SIREAS sous la direction de Mauro Sbolgi, éditeur responsable. Les questions traitées sont choisies en fonction des thèmes qui intéressent notre public et développées avec professionnalisme tout en ayant le souci de rendre les textes accessibles à l ensemble de notre public. Ces publications s articulent autour de cinq thèmes Monde et droits de l homme Notre société à la chance de vivre une époque où les principes des Droits de l Homme protègent ou devraient protéger les citoyens contre tout abus. Dans de nombreux pays ces principes ne sont pas respectés. Économie La presse autant que les publications officielles de l Union Européenne et de certains organismes internationaux s interrogent sur la manière d arrêter les flux migratoires. Mais ceux-ci sont provoqués principalement par les politiques économiques des pays riches qui génèrent de la misère dans une grande partie du monde. Culture et cultures La Belgique, dont 10% de la population est d origine étrangère, est caractérisée, notamment, par une importante diversité culturelle Migrations La réglementation en matière d immigration change en permanence et SIREAS est confronté à un public désorienté, qui est souvent victime d interprétations erronées des lois par les administrations publiques, voire de pratiques arbitraires. Société Il n est pas possible de vivre dans une société, de s y intégrer, sans en comprendre ses multiples aspects et ses nombreux défis. Toutes nos publications peuvent être consultées et téléchargées sur nos sites et elles sont aussi disponibles en version papier sur simple demande à Siréas asbl Service International de Recherche, d Éducation et d Action Sociale asbl Secteur Éducation Permanente Rue du Champ de Mars, Bruxelles Tél. : 02/ Fax : 02/ Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles

3 Récession, coût de la vie qui augmente, pays qui survit uniquement grâce aux crédits extérieurs, classe moyenne faisant connaissance avec la pauvreté parfois extrême : ce sort peu réjouissant est celui de la Grèce actuelle. Et peut-être également celui qui attend, dans un premier temps, d autres pays du Sud de l Europe. La situation de ces populations peut sembler sans espoir. Pourtant, il y a un peu plus de dix ans, les Argentins sont aussi passés par là et ont fini par s en sortir. Et si, actuellement, ce pays doit à nouveau faire face à des difficultés économiques mais qui n en a pas?, le spectre de la faillite nationale s est bel et bien éloigné. Réalisé en tournant le dos aux dogmes de l économie ultralibérale, et aux institutions les représentant, le redressement économique argentin est même devenu un modèle d école. Est-il pour autant transposable à l Europe de 2012? Et, quand bien même ce serait le cas, est-ce souhaitable? La crise de décembre 2001 Lorsque le 5 décembre 2001, le Fonds Monétaire International (FMI) refuse une aide de 1,3 milliards de dollars au gouvernement argentin, entraînant dans la foulée une suspension du versement de 1,1 milliards de dollars par la Banque Mondiale et la Banque Interaméricaine de Développement, le pays est en sursis. Quelques années plus tôt, l Argentine était pourtant encore considérée comme le pays le plus riche d Amérique du Sud et un des meilleures élèves du FMI. En ce début de XXI e siècle, le tableau est bien différent : les banques s effondrent, les investisseurs étrangers fuient et le pays sombre dans le chaos économique, politique et social. Des émeutes, accompagnées de pillages, 3

4 éclatent aux quatre coins du territoire. Elles seront durement réprimées, occasionnant des dizaines de morts, et le 19 décembre, l état de siège est déclaré. Cette colère d une population, dont les difficultés économiques n ont cessé de croître depuis la fin des années 80, est attisée par l interdiction de retirer plus de 250 dollars par semaine sur son compte bancaire. De quoi freiner d urgence la fuite des capitaux mais aussi tirer une épine hors du pied des banques qui ne peuvent faire face à cette demande massive de retraits. C est une des conséquences de la loi de convertibilité inscrite, en avril 1991, dans la Constitution par le président Carlos Menem. Cette disposition instaure la parité peso-dollar : chaque peso créé doit avoir sa contrepartie en dollar. Conséquences : le pays devient fort dépendant des dollars provenant des crédits accordés par les organismes internationaux mais aussi des investisseurs étrangers. D autant que cette mesure gâche également la compétitivité des produits argentins à l exportation. Des pans entiers de l économie argentine sont ainsi privatisés, pour favoriser l entrée des devises étrangères, et des dizaines de milliers de fonctionnaires perdent leur emploi. Cette convertibilité devient ainsi le fer de lance de la politique économique préconisée par le FMI. Elle permet notamment à l inflation de chuter. C était un des plus gros problèmes de l Argentine depuis la fin de la dictature militaire en En sept ans d une politique néo-libérale acharnée, la junte laisse le pays dans un état lamentable. La dette extérieure du pays est passée de 8 à 43 milliards de dollars et l inflation est galopante. Et cela ne s arrangera pas avec le retour à la démocratie. Pour l année 1989, l inflation atteint un taux hallucinant, et intenable pour la population, de 3000%! En juillet de cette année-là, Carlos Menem commence son règne de dix ans de présidence. Sa politique économique sera marquée du sceau du FMI : politique de privatisation, dont la compagnie pétrolière nationale YPF, réduction des dépenses publiques, hausse des recettes fiscales et succession de plans d austérité, qui lui attire les bonnes grâces des marchés internationaux et des organismes internationaux qui soutiennent le pays à coups de prêts se comptant en milliards de dollars. Son successeur Fernando de la Rúa empruntera la même voie, en faisant passer notamment une loi de déficit zéro. C est d ailleurs le non-respect de celle-ci qui entraînera le refus d un nouveau prêt par le FMI en décembre Juste avant la crise, l économie est en récession depuis trois ans, la dette extérieure du pays est de 132 milliards de dollars, 1 Argentin sur cinq est au chômage, 14 millions d habitants sur 36 vivent dans la précarité et un septième plan d austérité en trois ans entre en vigueur. Ex-pays le plus riche d Amérique Sud, l Argentine affiche désormais un bilan de pays du Tiers-Monde. 4

5 Pendant un temps, par faute d une réserve en dollars trop faible, la masse de monnaie en circulation dans le pays ne suffit plus à faire tourner normalement l économie. Des systèmes de troc voient le jour et les provinces, ainsi que la capitale Buenos-Aires, émettent leur propre devise, les «patacones», pour payer leurs fonctionnaires et les impôts. Durant ses sept jours de règne (du 23 décembre au 31 décembre 2001), le Président Adolfo Rodriguez Saá prend alors une décision qui préfigurera la future politique de l Argentine : il suspend le remboursement de la dette extérieure aux créanciers privés. Son successeur, Eduardo Duhalde, décidera de supprimer la parité entre le peso et le dollar et, à la fin de l année 2002, lèvera les restrictions de retrait bancaire. Néstor Kirchner, la politique de la rupture Mais c est avec l accession à la plus haute fonction de Néstor Kirchner, gouverneur de la province de Santa Cruz, que le pays entamera son vrai redressement économique. Nationaliste social-démocrate, se revendiquant du péronisme, il va mener de 2003 à 2007, une politique économique fondée sur deux axes : la rupture avec les organismes prêteurs internationaux et une économie régulée par l État. Dès le départ, il va décider de ne pas rembourser les emprunts d États en possession de milliers d épargnants étrangers, surtout Italiens, et de banques. Au bout d un long bras de fer, il aboutira à un accord en février 2005 selon lequel ¾ des ces détenteurs d obligations accepteront d échanger leurs titres non-payés contre de nouvelles obligations de moindre valeur, aux taux d intérêt plus faibles et aux échéances plus longues. Pour un dollar investi, les détenteurs se verront rembourser au final 0,32$. En septembre 2003, il refuse également d obéir au FMI qui demande de nouvelles mesures d austérité et de nouvelles privatisations. En décembre 2005, il se tourne même vers le Venezuela de Hugo Chávez qui lui accorde un prêt de 2 milliards grâce auquel il peut rembourser la dette de presque 10 milliards que l Argentine doit toujours au FMI. Économisant au passage 900 millions d intérêts que le pays aurait dû payer. L objectif avoué est évidemment de diminuer très sensiblement l influence du Fonds néo-libéral, et des États-Unis qui surveillent de près la situation en Amérique du Sud, sur l économie argentine. Cette politique de rupture des relations financières internationales ne lui vaut pas que des compliments mais permettra notamment à son pays d échapper à la crise globale de En effet, désormais paria des marchés internationaux, l Argentine a pu éviter la spéculation sur ses titres et sa monnaie. C est même un pays qui jouit d une santé économique insolente qui peut se permettre de regarder de loin ses anciens créanciers s engluer dans la crise 5

6 financière. Sur le plan intérieur, Kirchner tourne le dos à la politique qui a mené le pays à la faillite et applique des recettes keynésiennes de base : régulation de l économie par l État et relance de la demande intérieure à l aide de fonds publics. Ses premières mesures sont d augmenter les salaires, les dépenses publiques, notamment en lançant de grands travaux qui apportent de l emploi, et diminuer la baisse des taux d intérêt. En comptant sur certains atouts du pays, comme l abondance de matières premières et un riche tissu industriel, il relance la consommation. Pour juguler l inflation, il impose des règles tarifaires strictes aux services publics, pourtant aux mains du privé, à part la poste, qui est renationalisée, gèle le prix de l énergie et des transports et va jusqu à demander aux supermarchés de ne pas augmenter leurs prix. Les contrevenants s exposent à des amendes ou des menaces de se voir retirer leur licence d exploitation lorsqu il s agit de multinationales actives dans le secteur de l énergie. Lorsque Shell décide de malgré tout augmenter le prix du carburant à la pompe, il mène en personne une campagne de boycott de la compagnie. Le tout est accompagné d une forte taxe sur les importations pour amener la population à préférer les productions locales. Les résultats sont immédiats puisqu à la fin de l année 2003, l inflation est limitée à 3,7% et le nombre de chômeurs a diminué de presqu un tiers. Une fois les finances publiques assainies, il investit dans les infrastructures, l éducation et les programmes sociaux. Cristina, l autre K À partir d octobre 2007, sa femme, Cristina Fernández de Kirchner, prend le relais à la tête de l État et poursuit la même politique. Elle va même plus loin en nationalisant les fonds de pensions privés ou en renationalisant deux compagnies aériennes, Aerolínas Argentina et Austral Líneas Aéreas ainsi que la Firme Aviation Militaire (FMA). Mais la décision qui fera le plus parler d elle est surtout le retour de l Argentine comme actionnaire majoritaire de la société pétrolière YPF qui était passée entre les mains de l entreprise espagnole Repsol. Le but? Reprendre le contrôle du pétrole argentin, important moteur de croissance économique et sociale du pays que les Espagnols avaient négligé, obligeant l Argentine à massivement importer du carburant alors que le pays en est le quatrième producteur d Amérique du Sud. Une mesure érigée en symbole de la politique «péroniste» parce que synthétisant trois axes importants : création d emploi, accroissement de l indépendance, énergétique en l occurrence, du pays et lutte 6

7 contre les monopoles. Malgré la colère de l Espagne et de ses partenaires européens, la Présidente ne pliera pas. Côté social, elle marchera également dans les pas de feu son époux en améliorant les retraites, en consolidant des conventions collectives de travail garantissant une hausse annuelle des salaires supérieure à l inflation ce qui augmente le pouvoir d achat de la population - ainsi qu en implantant une assignation universelle par enfant, soit une allocation d environ 10% du salaire minimum destiné aux parents des 3,6 millions d enfants argentins. Rien d étonnant donc à sa réélection triomphale en D autant qu elle sait aussi faire preuve de flamboyance et jouer avec une fibre nationale qui avait été mise à mal par la crise. Ainsi en septembre 2012 lorsque la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, menace de donner un «carton rouge» à l Argentine, la Présidente réplique à la tribune des Nations Unies : «Nous ne sommes pas une équipe de football. Nous sommes une Nation souveraine. Et la crise économique n est pas un jeu. C est même la pire crise depuis les années 30. Quant à parler sport, il est bien évident que la mission du président de la FIFA est bien plus satisfaisante que celle des principaux dirigeants du FMI». En faisant l éloge dudit président, Sepp Blatter, pourtant peu aimé en Amérique du Sud et dont le mandat à la tête de la FIFA est entaché de plusieurs scandales, Kristina Kirchner plaçait une attaque bien comprise par ces passionnés de football que sont ses compatriotes. Avec en estocade, une autre réplique bien sentie : «Il est bon de rappeler que l Argentine a payé les actionnaires plus qu Enron. Pour chaque tranche de 100 dollars de la dette, la multinationale en a payé un, alors que les Argentins en ont payé vingt». Imparable et succès garanti auprès des nombreuses populations mondiales remettant en question la domination économique américaine. Surtout que les chiffres confirment les options choisies par le couple Kirchner. Si la croissance ralentit fortement en 2009, elle revient titiller les 10% dès l année suivante, bien aidée, il est vrai, par la flambée du prix des céréales, une des principales exportations du pays. En 2009, la Commission économique pour l Amérique Latine et les Caraïbes annonce que le taux de pauvreté du pays est passé de 45 à 11%. Un modèle exportable? L Argentine, pays qui a frôlé la chute, devenu paria des instances financières internationales depuis qu il a tourné le dos au FMI et regardé avec méfiance par les pays occidentaux, qui accepte mal son rapprochement avec Hugo Chavez, fait figure de modèle de redressement économique. Les recettes des Kirchner semblent pourtant difficilement applicables en Grèce 7

8 ou ailleurs au sein au sein de l Union européenne. Tout d abord parce que, si des similitudes théoriques entre les deux crises existent, la situation de départ est tout-à-fait différente. Le déficit budgétaire d Athènes et bien plus lourd que celui de Buenos Aires en 2001 (plus de 10% contre 3,2%). Et le pays européen, dont l économie est surtout centrée sur les services, le tourisme et le transport maritime, ne dispose pas des mêmes ressources naturelles, ni de la même place dans l économie mondiale, que la nation sudaméricaine, grande exportatrice de produits agricoles. Ensuite, le Mercosur et l Unasur, les deux communautés d États sudaméricains dont fait partie l Argentine, sont bien moins avancées dans l intégration économique, monétaire, financière et même sociale que l Union européenne. D une part, la Grèce n a pas les mains libres, elle doit respecter les directives et engagements découlant de son statut d État-membre elle ne peut pas, par exemple, fortement taxer ses importations pour privilégier les produits locaux -, et d autre part sa crise de la dette touche un pilier du système monétaire international. Elle ne pourra donc pas faire ce qu elle veut et on l imagine mal les instances économiques transnationales accepter qu elle leur tourne le dos. Quand en mars dernier, l énorme dette grecque de 206 milliards d euros a été restructurée 83% des créanciers privés acceptant une baisse de 53,5% de la valeur des titres détenus cela s est fait sous l étroite surveillance de la Commission européenne, de la Banque Centrale Européenne et du FMI. Le contexte économique n est pas identique à celui prévalant au début du XXI e siècle alors que l on parlait encore de croissance. La crise de la dette grecque est née en plein marasme financier international alors que les créanciers se débattaient à tenter de sauver les banques. Ce qui explique, notamment, que la Banque Centrale Européenne (BCE) s est montrée moins souple avec Athènes que le FMI qui avait toléré la cessation momentanée de paiement de la dette argentine en Le même Fonds a, par ailleurs, laissé la BCE gérer une crise alors que l institution n avait que très peu d expérience en la matière et qu elle devait composer avec une Commission divisée sur la manière de résoudre le problème. Les failles argentines Un autre argument en défaveur du modèle argentin provient des failles qui sont apparues au cours des années. La politique monétaire de peso faible et de dollar fort, bénéfique pour le tourisme et les gros exportateurs, induit des pressions inflationnistes que le pouvoir essaye de contrer en réduisant toujours plus les importations des produits technologiques au papier en passant par les pièces automobiles ce qui provoque la faillite de certaines entreprises. La gêne du gouvernement à ce sujet est manifeste : officiellement 8

9 l inflation est jugée à 9% mais nombre de sources évoquent des chiffres tournant plutôt autour des 25%. Depuis 2005, les prix à la consommation auraient augmenté de 170%. Le pouvoir peut d autant plus facilement qualifier ces allégations de mensonges venant de l extérieur du pays que les organismes privés sont interdits de diffuser d autres chiffres que les officiels. Autre constat : depuis 2003, une grande part de l économie du pays est toujours concentrée dans quelques grandes entreprises dont les profits ne sont pas redistribués à la population. Le soja transgénique, par exemple, accapare désormais la moitié des terres cultivables, ce qui induit une dépendance dangereuse à une monoculture, et l industrie minière est toujours toute puissante. La politique de subventions étatiques a ravivé des réflexes clientélistes et a recréé une sorte de bourgeoisie composée de hauts fonctionnaires et non d investisseurs privés. Ne soyons pas naïfs : il est clair que les récentes charges contre le système économique argentin ne sont pas innocentes à l heure où la finance internationale voit monter la contestation contre les règles qu elle impose. Toutefois, les interventions de Roberto Lavagna, ministre argentin de l économie de 2002 à 2005 et considéré comme l un des artisans du redressement économique du pays, ne manquent pas d interpeller. Désormais à la tête de l Institut économique EcoLatina, il parle «d économie qui tourne à l envers» avec comme symptômes les plus visibles des impôts directs et des taxes à la consommation très élevés mais aussi le développement d une économie informelle. C est une autre réalité cachée : dans les PME, le travail au noir serait la norme. Un autre indice prouvant que tout ne va pas aussi bien que voulu est le durcissement des mesures visant à stopper une fuite des capitaux. L accès aux dollars est limité, alors que les Argentins l utilisaient encore dans nombre de transactions importantes mais aussi pour leur épargne, tout comme leur sortie du pays. Fin décembre 2011, des chiens dressés à détecter les billets verts avaient même été utilisés aux frontières. Depuis le 14 mars, les Argentins ne peuvent plus disposer librement de l argent placé sur leur compte quand ils sont à l étranger et les entreprises ne peuvent plus exporter leurs bénéfices ce qui a provoqué la fermeture d enseignes internationales. La vente de dollars au marché noir est en plein boom (6 pesos le dollar au lieu du cours officiel de 4,5 pesos). Depuis cette année également, un décret a été voté permettant au gouvernement d utiliser les réserves de la Banque Centrale. C est que, malgré la nationalisation des fonds de pension qui avait apporté une réserve d argent frais, l argent commence à manquer pour une politique de subsidiation massive du secteur public. Maintenant que la croissance a retrouvé un rythme moindre (2,2% pour 2012) et que les inégalités recommencent à croître, le modèle argentin est 9

10 sans doute en train de faire connaissance avec ses limites. Pendant onze ans, la population a accepté ces inconvénients comme prix à payer pour sortir de l enfer et mettre au point une politique redistributive qui a considérablement augmenté en peu de temps le revenu moyen par habitant. Un temps révolu : les Argentins sont à nouveau descendus dans les rues pour faire résonner leurs casseroles, une tradition locale. Le contrôle du change est l un des objets de la colère des Argentins l autoritarisme de la chef d État en est un autre - qui n ont toujours pas retrouvé confiance en leur monnaie nationale. Une des conséquences de la mise à sac de leur économie par une austérité aveugle qui, plus près de chez nous, est pourtant encore et toujours un dogme qui fait force de loi dans les cénacles de la finance internationale. Bibliographie Argentine : la crise économique de Crise totale en Argentine Le Président tente de sortir le pays du chaos Argentine, la vie après la faillite h t t p : / / w w w. l e p o i n t. f r / m o n d e / a r g e n t i n e - l a - v i e - a p r e s - l a - faillite _24.php Dette argentine: l option radicale capitalise En Argentine, occuper, résister, produire L acteur : Roberto Lavagna 10

11 En Argentine, c est quitte ou double pour les Kirchner En Argentine, les «piqueteros» s impatientent Buenos Aires protège son or noir «Kirchner a décidé de rompre avec le FMI» Argentine : «Cristina Fernandez, progressisme et cacerolazos» La Grèce devrait-elle prendre les leçons de l Argentine? Grèce 2010, Argentine Les leçons de l Argentine pour la Grèce La dépendance mondiale envers les matières premières CRISE EN EUROPE : LES LEÇONS DU TIERS-MONDE La faille du modèle argentin Le modèle argentin connait ses premiers ratés 11

12 Argentine: le FMI reconnait ses erreurs Dix ans après la crise, l Argentine est un autre pays L Argentine se défend de tout protectionnisme Argentina s critics are wrong again about renationalising oil Le pétrole argentin n appartient pas aux Espagnols! L Argentine au diapason du Venezuela? L obsession argentine 12

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

CADRE FINANCIER 2014

CADRE FINANCIER 2014 CADRE FINANCIER 2014 Ce cadre financier présente les mesures budgétaires qui permettront de mettre en œuvre la vision économique et sociale de Québec solidaire lors du prochain mandat. Le résultat était

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05

Siréas asbl. La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? 2012/05 2012/05 La cohérence des politiques de coopération au développement en Belgique : vœu pieux ou réalité? par Noemie Nyst Analyses & Études Monde et Droits de l Homme 1 Siréas asbl Nos analyses et études,

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER?

ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? ET SI ON ARRÊTAIT DE PAYER? La dette publique belge et les alternatives à l austérité 2012 Quelques questions 1. Pourquoi s intéresser à la dette publique? 2. D où ne vient pas la dette publique belge?

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale

CADRE POUR FINANCIER D OPTION NATIONALE L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC. Document préparé par l équipe économique d Option nationale CADRE FINANCIER D OPTION NATIONALE POUR L INDÉPENDANCE DU QUÉBEC Autorisé et payé par Sylvain Gauthier, agent officiel du parti Document préparé par l équipe économique d Option nationale Vers un Québec

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du date Ville Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du date Ville 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national : début de reprise économique, mais chômage encore trop fort Dans notre région, une problématique

Plus en détail

Rendement des entreprises et appartenance

Rendement des entreprises et appartenance Rendement des entreprises et appartenance 22 Les données sur le rendement des entreprises exploitées au Canada confirment la forte baisse des résultats concrets au dernier trimestre de 2008 et les années

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015

FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 SPÉCIAL FINANCES LOCALES supplément septembre 2015 L État réduit son aide financière aux communes Quelles conséquences pour Meudon et les Meudonnais? La commune reste la collectivité de proximité par excellence

Plus en détail

Dette et Aide publique au développement. Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi

Dette et Aide publique au développement. Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi Dette et Aide publique au développement Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi I. La dette Dette RDC = archétype d'une dette odieuse (dette contractée par une élite dictatoriale à son propre profit et qui n'a jamais

Plus en détail

Partie 2 : Qui crée la monnaie?

Partie 2 : Qui crée la monnaie? Partie 2 : Qui crée la monnaie? Marché monétaire Masse monétaire Banque centrale Prêteur en dernier ressort Notions clés I. La mesure de la création monétaire : la masse monétaire La masse monétaire n

Plus en détail

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT

LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT LA PROTECTION SOCIALE, LES SERVICES PUBLICS ET LE ROLE DE L ETAT Matthew Martin Directeur, Development Finance International Le Role de la Banque Mondiale et du FMI dans les pays arabes en transition Tunis,

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

SYNDICAT DES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS du CEGEP DE SOREL-TRACY

SYNDICAT DES ENSEIGNANTES ET ENSEIGNANTS du CEGEP DE SOREL-TRACY L austérité, c est quoi? Les mesures d austérité sont des mesures visant à équilibrer les finances publiques d un État ou à réduire l endettement public par une réduction des dépenses de l État (compressions

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance 1 ère partie : La baisse du prix du pétrole Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Le revenu et le pouvoir d achat

Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu et le pouvoir d achat Le revenu & le pouvoir d achat Le revenu d une personne est la somme d argent perçue en contrepartie du travail fourni, de ses placements, d un service rendu ou d une situation

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon

Réseau de formateurs : Denis Ducamp, Vincent Michecoppin, Marie-Line Zanon ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS BACCALAURÉAT STG ÉCONOMIE-DROIT PROPOSITION D ÉVALUATION TYPE SUJET BAC AVRIL 2006 Période d évaluation : premier trimestre année de terminale STG. Points du programme testés :

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 29, 17 juillet 15) Hemve 31. La Grèce sous tutelle Fin temporaire du feuilleton grec pour les marchés?

Le CAC vu de Nouillorque (Sem 29, 17 juillet 15) Hemve 31. La Grèce sous tutelle Fin temporaire du feuilleton grec pour les marchés? Le CAC vu de Nouillorque (Sem 29, 17 juillet 15) Hemve 31 Le bulletin hebdomadaire, sur votre site http://hemve.eklablog.com/ La Grèce sous tutelle Fin temporaire du feuilleton grec pour les marchés? La

Plus en détail

Note mensuelle de conjoncture wallonne

Note mensuelle de conjoncture wallonne Note mensuelle de conjoncture wallonne Août 2012 L IWEPS est un institut scientifique public d aide à la prise de décision à destination des pouvoirs publics. Par sa mission scientifique transversale,

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES

ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES ASSURANCE-VIE 2012, UNE ANNEE PAS COMME LES AUTRES L assurance serait-elle entrée dans une nouvelle ère en 2012 avec une décollecte de 3,4 milliards. S il ne s agit pas de véritable rupture, il s agit

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

Les flux financiers mondiaux

Les flux financiers mondiaux Les flux financiers mondiaux Constats, enjeux et solutions Par Olivier Bonfond & Eric Toussaint I) Financement du développement Ressources financières nécessaires au financement du développement Constat

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur

Transactions de l agriculteur 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500. l agriculteur Chapitre 11, assurance et diversification Réponses aux Questions et problèmes 1. Transactions de 1.5 /kilo 2.0 /kilo 2.5 /kilo Vente de la récolte 187 500 250 000 312 500 62 500 payés à 0 62 500 payés

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES

PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES PROTECTION COLLABORATEURS UNE STRATÉGIE DE POURSUITE DES AFFAIRES FAISANT APPEL À L ASSURANCE-VIE ET À L ASSURANCE MALADIES GRAVES Aidez vos clients à protéger leur entreprise contre les frais imprévus.

Plus en détail

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances

Consultation pré-budgétaire. Préparé à l attention du ministre des Finances Consultation pré-budgétaire Préparé à l attention du ministre des Finances Saint-Antoine, Nouveau-Brunswick Octobre 2009 Les priorités du CÉNB : - le Plan d action pour l autosuffisance du nord du Nouveau-Brunswick;

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous

CIG d Investissements Manuvie. Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous CIG d Investissements Manuvie Sécurité pour votre portefeuille, Choix et souplesse pour vous Les CIG * d Investissements Manuvie DES CARACTÉRISTIQUES NOVATRICES ADAPTÉES À VOS BESOINS DE PLACEMENT 1. Profitez

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Projet de loi 11 : L AVIS DES RETRAITÉES ET RETRAITÉS

Projet de loi 11 : L AVIS DES RETRAITÉES ET RETRAITÉS Projet de loi 11 : L AVIS DES RETRAITÉES ET RETRAITÉS Présenté conjointement par le Réseau FADOQ et la Fédération des Associations de Retraités du Québec (FARQ) devant la Commission de l économie et du

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX.

LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX. 29 DECEMBRE 2010 - TRACT N 24 SUD PROTECTION SOCIALE LE DÉMANTÈLEMENT DE LA SÉCURITÉ SOCIALE QUI S EN VIENT... ÉTAPE N 1 : DÉMONTRER QUE LE DÉFICIT EST INGÉRABLE ET QUE LE SYSTÈME EST TROP GÉNÉREUX. Denis

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

1 Les fonctions et les formes de la monnaie

1 Les fonctions et les formes de la monnaie 1 Les fonctions et les formes de la monnaie A. Les fonctions de la monnaie 1 Quels sont les effets du troc? a. il permet d accélérer les échanges b. il ralentit les échanges c. il peut permettre l accès

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Chapitre IV : La création monétaire

Chapitre IV : La création monétaire Chapitre IV : La création monétaire I. La hausse tendencielle de la masse monétaire hausse tendencielle = augmentation en moyenne Historiquement, il y a eu des contextes où la masse monétaire a pu décroitre

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO

10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 10 QUESTIONS AUTOUR DE LA CRISE DE LA DETTE DANS LA ZONE EURO 1) Qu est ce qu une dette souveraine? A) A l origine de la dette: les déficits publics B) Quelle dette prendre en compte: la dette brute ou

Plus en détail

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget

Les finances publiques québécoises 1. Germain Belzile 2. Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget Les finances publiques québécoises 1 Germain Belzile 2 Au printemps 1998, le ministre des finances Bernard Landry déposait un budget prévoyant, pour l année financière 1998-1999, un déficit de $2,2 G 3.

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE VIII.1 - ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL DES BANQUES AU COURS DE LA PÉRIODE 1991-2012 Le processus

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

heurts et consensus ÉDITORIAL

heurts et consensus ÉDITORIAL LA CRISE : heurts et consensus ÉDITORIAL michel rogalski Cette crise que bien peu ont vu venir, notamment parmi ceux qui avaient prophétisé un peu hasardeusement la «fin de l Histoire», alimente en boucle

Plus en détail

De l immobilier et du Hockey!

De l immobilier et du Hockey! De l immobilier et du Hockey! Cercle Finance du Québec Restaurant Michelangelo - Québec Mercredi 28 octobre 2015 Mario Lefebvre Président-directeur général Institut de développement urbain du Québec mlefebvre@iduquebec.com

Plus en détail

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes

Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes 20 Retour à l accumulation primitive et instruments financiers complexes L un des faits marquants de la période qui a commencé dans les années 1980 est l utilisation d instruments extrêmement complexes

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Le regroupement de crédits, la solution?

Le regroupement de crédits, la solution? JANVIER 2014 N 28 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le regroupement de crédits, la solution? Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE

Plus en détail

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or

BAYARD FINANCE Les cycles économiques au service de votre patrimoine. Argumentaire d investissement sur les minières Or Argumentaire d investissement sur les minières Or I/ Situation du marché de l or Physique 1/ Evolution sur les trois dernières années. Après avoir profité d une situation de stress importante sur l économie

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie OCTOBRE 2015 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & aveclespme.fr Le nouveau site pratique de la Fédération Bancaire

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail