le Processus de Barcelone : Les obstacles monétaires.. Mr. Rebaï Djermane LE PROCESSUS DE BARCELONE : LES OBSTACLES MONETAIRES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "le Processus de Barcelone : Les obstacles monétaires.. Mr. Rebaï Djermane LE PROCESSUS DE BARCELONE : LES OBSTACLES MONETAIRES"

Transcription

1 1 LE PROCESSUS DE BARCELONE : LES OBSTACLES MONETAIRES Mr. Rebaï Djermane, Docteur d Etat ès Sciences de Gestion Docteur de 3ème Cycle Analyse industrielle Faculté des Sciences économiques, de Gestions & Commerciales Université de Constantine Introduction Pour atteindre les objectifs du partenariat euro-méditerranéen dan le but de constituer une zone de libre échange en 2010, les pays maghrébins partenaires (PMP) et l Union européenne sont obligées d élaborer et de mettre en œuvre des stratégies coordonnées. 1 Celles-ci doivent résoudre des problèmes tels l allègement de la dette de la plupart des pays de cette région, l élargissement de la structure d éducation, l augmentation des moyens disponibles en sciences et technologies dans le but d apporter des solutions spécifiques aux problèmes régionaux. 2 Mais suite à la nouvelle configuration du système monétaire international conjuguée aux autres contraintes (politiques, institutionnelles, endettement, éducation, sciences et technologies, sécurité régionales, ) l adoption de la monnaie unique complique davantage le processus. Un projet de partenariat d une telle ampleur ne saurait passer sous silence les conséquences l introduction de l euro. Les acteurs européens et méditerranéens ( vingt sept partenaires ) qui ont engagé ce qu il est convenu d appeler le Processus de Barcelone qui a démarré à compter du 28 novembre 1995, ont certainement sous-estimé la dimension monétaire notamment la mise en œuvre de projet euro. L adoption par les onze pays de l Union européenne de la monnaie unique le 1 janvier 1999, révèle une autre dimension (monétaire) de l ampleur et de la complexité des problèmes qui resteront à résoudre notamment à moyen ou à long terme. 3 Cet article expose les éléments théoriques fondamentaux qui ont été à l origine des débats et controverses qui ont précédé la mise en œuvre du projet euro. Il propose un débat sur la portée d un tel projet sur les éventuels projets d union, de partenariat ou d association. 4 Les notions fondamentales sont présentées telles : la zone monétaire optimale, la région économique, les chocs symétriques. 5 I. La monnaie unique : un projet de longue haleine L idée de l union monétaire européenne est suggérée par Robert Mundell, professeur d origine canadienne qui enseigne à Columbia University de New York et ce, dès le début des années soixante. En 1965, Mundell envisage une zone monétaire européenne qui viendrait s ajouter aux zones monétaires dollar et sterling. Mundell qui se range au rang des «monétaristes», est convaincu que la fixation des taux de change et l adoption d une monnaie unique assurent une convergence suffisante des économies candidates à l union ; convergence des taux d inflation et d intérêt sous réserve de renoncer à l autonomie de la politique monétaire nationale. Néanmoins, le succès du processus d union monétaire dépendra d un management capable de gérer la politique monétaire commune

2 2 Rappelons que la vision des «économistes», voit dans l union monétaire un long processus de convergence des économies candidates qui exigent des conditions très strictes comme ceux exprimés par les accords de Maastricht ou le Pacte de stabilité. Certes, la création de l euro relève de considérations techniques et économiques, mais celle-ci doit-être placée dans une perspective plus large ; celle du système monétaire international. Il est évident que l Union monétaire découle d un long processus de réflexion mais elle s est concrétisée par un acte politique liée à l évolution historique de l Europe. Une telle union reflète un contre pouvoir face à l hégémonie politique, économique et monétaire des Etats-Unis. Elle représente un contre poids au dollar qui reste toutefois la monnaie dominante. La création de l euro est u projet de longue haleine. Si Victor Hugo rêvait de l Europe des Etats-Unis, le prix Nobel canadien Robert Mundell a élaboré les éléments théoriques qui ont suscité débats et controverses et qui ont permis finalement l adoption par les pays, onze à l origine, de la monnaie unique. Au cœur de la réflexion de Mundell, réside la théorie des zones monétaires optimales. II. La zone monétaire optimale et la région économique La théorie des zones monétaires optimales de Mundell, est considérée comme l une des contributions scientifiques les plus importantes du dernier siècle. 6 C est la raison pour laquelle le Comité Nobel a décidé de lui décerner l honorable prix le 10 décembre Sans conteste les avis sont unanimes, Mundell est le père de l euro. Selon Mundell la zone monétaire est une zone caractérisée par la présence de taux de changes fixes. Le domaine approprié d une telle zone est la région économique. Cette dernière est appréhendée comme une région à l intérieur de laquelle les facteurs sont mobiles. Par contre, ceux-ci sont immobiles par rapport aux autres régions. La théorie des zones monétaires optimales suggère que le concept de région se substitue à celui de nation avec la novelle configuration monétaire du monde. Ainsi, deux ou plusieurs régions pourraient créer leur propre monnaie sous réserve d abandonner leur propre souveraineté monétaire. La réponse à une telle condition nécessite une analyse en termes de coûts-avantages de l union monétaire. III. Les avantages-coûts de la zone euro La théorie de Mundell, va servir comme cadre idéal d analyse aux nombreux débats qui ont plaidé en faveur de la création de la monnaie commune européenne. Mais ces débats ont aussi généré de nombreuses controverses aux opposants d une telle Union. L existence de vastes empires, rendait possible la réduction des monnaies et l adoption d une monnaie unique. A l époque de César, l Europe ne disposait que d une monnaie unique. Ainsi, il paraît évident que si le monde était gouverné par un seul pouvoir (gouvernement mondial), une monnaie unique aurait inévitablement, prévalue pour assurer l ensemble des transactions internationales. Le système serait efficient sous réserve de l existence du régime de taux de change fixes et d un management efficace pour assurer son bon fonctionnement.

3 3 Les économistes classiques ont bien montré les avantages inhérents à l existence d une unité monétaire commune comme moyen privilégié pour assurer la complexité des différents échanges. Par extension, une monnaie unique pour l ensemble du monde serait donc la meilleure solution pour l ensemble des acteurs impliqués dans les transactions. La nouvelle configuration du système monétaire international confirme un monde politique et économique tripolaire dominé par les devises les plus fortes : le dollar, l euro et le yen. C est la confirmation du poids économique des principales puissances économiques qui atteint plus de 60% du total mondial dont 25% pour les Etats-Unis, 20% pour l Union européenne et 15 % pour le Japon. Les avantages de l adoption d une monnaie unique comprennent : la réduction de divers coûts de transaction propres aux monnaies différentes, un gain en liquidité de la monnaie dû notamment à l extension de son aire de transactions, ce qui profitera également à l ensemble des marchés financiers. Pour les entreprises de l Union européenne sans conteste l un des principaux avantages est l élargissement des marchés financiers et monétaires avec un taux de change fixe. Pour les entreprises partenaires, le risque de change est réduit. Les coûts potentiels proviennent d la suppression d un taux de change entre les membres de l union. Il n est plus possible de laisser le taux de change absorber les chocs qui viendraient frapper de façon asymétrique les diverses régions d une union monétaire. En l absence de mobilité des facteurs de production, les chocs asymétriques pourraient être résorbés par une variation du taux de change. Mais cette hypothèse suppose que les régions affectées disposent de leur propre monnaie. Chaque banque centrale pourrait alors miser la variation des taux de change et d intérêt pour réaliser les ajustements nécessaires ( résoudre les problèmes d inflation, de chômage ). Ainsi, en théorie, des conditions très strictes sont nécessaires pour justifier de l existence dune zone monétaire optimale ou d une région économique. IV. Critères d appartenance à la région économique La théorie des zones monétaires optimales pose la question de savoir quels sont les critères économiques selon lesquels diverses régions pourraient décider d adopter une monnaie unique. Il en découle du raisonnement précédent que pour répondre à de tels critères et devenir une région économique adoptant une monnaie commune, une région doit satisfaire à des conditions strictes. Tout d abord, elle ne doit pas être sujette à des chocs asymétriques fréquents et de grande amplitude. Ensuite les facteurs de production doivent jouir d une mobilité parfaite. Ainsi, pour une économie ouverte et diversifiée, les avantages de l adhésion à l union monétaire en termes de gains de liquidité et de stabilité financière peuvent compenser les coûts d ajustements supplémentaires que pourrait imposer son isolement par rapport à la région économique. Néanmoins, une économie qui se caractérise par la diversification des exportations, réduit l impact des chocs asymétriques.

4 4 V. Difficultés à réaliser une Région économique Il découle de conditions d optimalité précitées que les pays même européens et ce, quel que soit le nombre, ne constitueraient pas une zone monétaire optimale. Ainsi, l union européenne ne répondrait en fait que partiellement aux critères précités. Tout d abord, les zones monétaire optimales ne correspondent pas cause aux limites d un état. Ensuite, l optimalité monétaire stricto sensus signifie que diverses régions d un même état, peuvent rejoindre des zones monétaires différentes, chacune dotée de sa propre monnaie. Cette condition implique que toute proposition d union entre états existant pourrait être rejetée pour cause de non optimalité. Enfin, concernant la mobilité des facteurs de production, le marché du travail dans les principaux pays européen souffre de rigidités prononcées. Le facteur travail déjà peu mobile à l intérieur de certains pays l est encore moins entre eux. VI. Compétitivité des zones monétaires Depuis que le système monétaire international a changé de configuration, la zone monétaire euro est entrée en concurrence avec la zone dollar. Un pays n a intérêt à fixer sa monnaie par rapport à une autre que si cette dernière est forte et stable. Ainsi, une économie performante ne peut pas garantir sa stabilité monétaire en fixant sa devise par rapport à celle d une économie moins efficace. A l évidence, il ne s agit point d un colonialisme monétaire. Les zones et les unions monétaires traduisent des alliances. En dehors des questions d hégémonie, elles ne fonctionnent que s il y a des objectifs communs et qui sont permanents tels les accords sur l harmonisation des taux d inflation ainsi que sur les mécanismes d ajustement monétaires. Toutes choses étant égales par ailleurs, il est évident que plus la zone monétaire est importante plus elle est efficiente du fait notamment de l avantage des économies d échelle. Les adhérents aux principales zones monétaires ont intérêt à éviter des fluctuations exagérées des taux d inflation et des taux d intérêt. Des variations de change désordonnées dollar/euro ou yen / dollar ne peuvent qu engendrer des effets pervers sur les économies réciproques ainsi que celles qui y ont ancré leurs monnaies. La création de la zone euro a produit un effet de démonstration important surtout pour les suivistes potentiels. Cette nouvelle zone s est révélée une expérience attractive pour le reste des pays de l Europe (centrale et de l est) qui convoitent une adhésion prochaine. D ici 2004, il est prévu que dix autres pays européens rejoindraient l Union européenne. La ferme volonté exprimée par ces pays fournit la preuve que ceux-ci sont convaincus de l efficience de la zone euro qui offre sûrement plus d avantages que de coûts.. A long terme, la zone euro mesurée en terme de domaine de transactions serait appelée à s élargir pour concurrence davantage la zone dollar. Cette dernière devrait s étendre selon toute probabilité en Amérique latine, à certaines régions d Afrique centrale et d Asie. La Banque centrale européenne et la Fed américaine seront appelées à développer des accords de coopération au fur et à mesure de l expansion du domaine respectif des zones euro et dollar dans le but de stabiliser les prix, les taux d intérêt et d inflation. Les pays n appartenant ni à la zone euro ni à la zone dollar devront peser les avantagescoûts de l adoption d une monnaie unique et de taux de change fixes.

5 5 Conclusion L adoption de l euro par la plupart des pays de l Union européenne est le prélude d une série d évènements qui auront de profondes conséquences aussi bien au niveau macro qu au niveau microéconomique. L architecture du système monétaire international est modifiée et connaîtra une sérieuse modification à long terme. Ainsi, la stabilité des prix, des taux de change, d inflation et d intérêt, devront être des objectifs prioritaires pour toute politique monétaire. La constitution des zones monétaires, exprime des alliances devant concrétiser des objectifs à long terme. Combien même elles traduisent des buts hégémoniques, elles ne peuvent fonctionner de façon optimale que si les membres qui y adhèrent ont des objectifs communs notamment sur les niveaux du taux d inflation, la stabilité des prix ainsi que sur les mécanismes d ajustement monétaires. Tout nationalisme exacerbé rend les projets monétaires, objet de nombreuses résistances. On devine dans quelle mesure de nombreux problèmes (contrôle des réserves, taux d inflation, ancrage, ) en sus des égoïsmes nationaux empêchent la réalisation de tels projets. L affirmation de la souveraineté par le biais de la monnaie nationale (monnaie politique) n exprime en fait que des ressentiments illusoires. Mais, il faut se convaincre que les transactions nécessitant l utilisation de plusieurs monnaies entre nations ne sont pas efficientes si l on tient compte des coûts de transactions et de l étroitesse de leur domaine. Les nombreuses contraintes légales et institutionnelles, l instabilité politique et sociale, la bureaucratie, la corruption, l absence d une réelle démocratie ainsi que le décloisonnement des marchés sont autant des obstacles majeurs à surmonter avant de prétendre à l union monétaire. Le processus de Barcelone doit-être repensé en tenant plus compte des conséquences qu implique la monnaie unique à long terme. En plus des problèmes liés aux barrières à l entrée entravant la libre circulation des capitaux, des marchandises, des hommes et des services, les PEM devront méditer un tel processus en tenant compte des implications à long terme du projet d union monétaire. 7 Mais de nombreux autres défis doivent être relevés par ces pays car l environnement régional méditerranéen devient de plus en plus hostile. En raison de la dotation privilégiée en ressources énergétiques et de l importance des flux migratoires, la Région offre revêt un enjeu géostratégique convoitée par les grandes puissances. Paradoxalement, unetelle dotation au lieu de contribuer à sa prospérité s avère au contraire une source d inertie et de sous développement. Les économies des PMP sont faiblement diversifiées et sont très vulnérables aussi bien aux chocs internes qu externes. Ces pays tardent à mettre en œuvre les réformes nécessaires à l entrée dans l économie de marché. Les processus de privatisation et de démocratisation se confrontent à de nombreuses résistances sociales, ce qui rend illusoire toute stabilité politique. Les fausses manœuvres des réformateurs sont à l origine de nombreux mécontentements de l opinion publique et des protestations sociales parfois exprimées avec véhémences par les personnels licenciés suite à la privatisation des anciens monopoles publics. Or, rien que pour maintenir les niveaux d emplois actuels, il est nécessaire de créer près de quarante millions d emplois au cours de la prochaine décennie 8. Par ailleurs, les questions d identité et de culture demeureront une source importante de discorde qui ne cessera pas d alimenter des conflits complexes. 9 Il en découle un écart important de développement entre les pays du nord et du sud de la Région. De plus, l élargissement imminent de l UE qui va bientôt regrouper vingt cinq pays laisse craindre que les avantages potentiels visés dans le cadre du Processus de Barcelone, ne

6 6 profitent d abord aux nouveaux partenaires de l Europe de l Est. Déjà que les aides économiques, l assistance technique et certaines concessions commerciales octroyées par l actuelle Union ne suffisent guère à faire progresser les réformes amorcées. Beaucoup reste à faire pour les gouvernements des PMP en place. Ceux-ci doivent s engager plus fermement dans les différents processus nécessaires pour entrer dans l économie de marché. Ce qui passe par la promotion de l esprit d entreprenariat, la privatisation non pas «politique» 10 mais économique, financière et monétaire. Il en dé coule, de profonds remaniements des comportements bureaucratiques des administrations publiques pour attirer les investisseurs et soutenir la création d entreprises nouvelles. NOTES : 1 Les PMP regroupent : l Algérie, Chypre, Israël, Jordanie, Liban, Malte, Maroc, Territoires palestiniens, Tunisie, Turquie, Syrie. 2 Khader Bichara, Partenariat euro-méditerranéen (EMP) : les tâches non accomplies, Université Louvain la Neuve, Belgique, Les Quinze à l exception du Danemark, e la Grèce, du Royaume Uni et de la Suède. 4 Serge Vincon, Sur le Projet de loi autorisant la ratification de l accord euro-méditerranéen établisant une association entre les Communautés européenne et luers Etats membres, d une part et lerouame hachémite, d autre part, Rapport 144 ( ), Commission de Affaires étrangères, 29 /8/ Certaines notions ont été suggérées par les débats relatifs au Processus de Barcelone à l occasion de la journée d études organisée parle laboratoire LERM et qui à eu lieu à l Université de Constantine le 30 octobre Robert Mundell est professeur d Economie internationale à l université Columbia de New York. Il a reçu le prix Nobel d économie le 10 décembre A Valence le 22 avril 2002, l Algérie a signé un accord d association avec l UE. Selon les termes de cet accord, l Algérie doit procéder à des réductions substantiels des tarifs douaniers pour les exportations agricoles européennes. Elle s engage en outre, à mettre en place une législation moderne sur la concurrence et la protection de la propriété intellectuelle. L UE absorbe 62% des exportations algériennes (13,3 milliards d euros) et fournit 56%des produits importés (5,79 milliards d euros ) ; in El Ahram Hebdo : Partenariat euro-méditerranéen : Etats des Lieux. 8 Chris Patten, Notre Destin n et pas inscrit dans les étoiles,il est entre nos mains, l Actualité autrement vue, in le Quotidien d Oran, jeudi 04 décembre Un fondation euro-méditerraenne est en train de se constituer : on but est d œuvrer à l instauration d un dialogue des cultures. Un projet d création d une assemblée parlementaire euro-méditerranéeenne est aussi e cours. L objectif est de favoriser l échange des idées démocratiques, les débats sur les droits de l homme et l état de droit dont l indépendance de la justice. 10 Notre interpellation à ce propos du ministre de la Privatisation lors d une conférence débat à l université de Constantine, décembre 2000.

7 7 Bibliographie Khader Bichara, Partenariat euro-méditerranéen (EMP) : les tâches non accomplies, Université Louvain la Neuve, Belgique, Laurant Carrou, l Euro Verrou de l Orthodoxie, le Monde diplomatique, janvier 1999 Bernard Cassen, Dans l Etau de l Euro,, le Monde diplomatique, mai R. Mundell, Currency Areas, Volatility and Intervention, Washington Post, avril 2000 R; Mundell, "The International Impact of the Euro and its Implications for the Transition Countries," Paper prepared for the 4th Dubrovnik Conference on the Transition Economies. Forthcoming in Proceedings. R; Mundell, Euro and the Stability of the International Monetary System,Papier préparé pour la Conference à Luxembourg, 3 Décembre, R. Mundell, "The International Implications of the Euro," Revised version of Luncheon Speech presented at the National Bank of Austria Conference on the occasion of Austrian leadership, Vienna, May 8, Forthcoming in proceedings. R.Mundell, "What the Euro Means for the Dollar and the International Monetary System," Atlantic Economic Journal, 26, No (September): R. Mundell, "The Impact of the Euro on the International Monetary System," The International Spectator XXXIII,No (April-June). R.Mudell, "Great Expectations for the Euro: Part I," Wall Street Journal March 24, R.Mundell,"Great Expectations for the Euro: Part II," Wall Street Journal, March 25, R.Mundell, "Making the Euro Work," Wall Street Journal, April 30, R.Mundell, "Money and the Sovereignty of the State," Paper prepared for the International Economic Association Conference in Trento, September 4-7, Forthcoming in the Cambridge University Press, edited by Axel Leijonhufvud. R.Mundell, "EMU, Economic Performance, and the Monetary Future of Europe," Paper presented at the 8th Villa Mondragone Conference, June 24-25, Forthcoming in Rivista di Politica Economica and St. Martin's/SIPA. Serge Vincon, Sur le Projet de loi autorisant la ratification de l accord euro-méditerranéen en établissant une association entre les Communautés européenne et leurs Etats membres, d une part et le Royaume hachémite, d autre part, Rapport 144 ( ), Commission de Affaires étrangères, 29 aoüt Nihon Keizai Shimbun "The Spot Dollar and the Forward Yen," (Japan Economic Journal) January 9, (In Japanese.) "Jacques Rueff and the International Monetary System" in Actualité de la pensée de Jacques Rueff. Paris, Proceedings du Colloque tenu à l occasion du centenaire de la naissance de Jacques Rueff, 7 novembre 1996, Paris.

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE

L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Pacte de stabilité et de croissance Sommet de La Haye Commission parlementaire ECON Commission parlementaire CRIS BCE SEBC Comité économique et financier L UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE Acte unique européen

Plus en détail

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants:

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants: INTRODUCTION Les futures élections européennes se tiendront du au 5 mai 014 dans l ensemble des 8 États membres. Cette charte, non contraignante, présente les positions politiques communes que les membres

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse Fiche d information 1 : intérêts négatifs et contrôle des flux de capitaux L essentiel en bref : Plus de trois quarts du volume de francs

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION

LES CONSORTIUMS D EXPORTATION LES CONSORTIUMS D EXPORTATION Un outil pour la promotion des exportations des PME ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR LE DÉVELOPPEMENT INDUSTRIEL Qu est-ce qu un consortium d exportation? Les petites et

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Le Marché Intérieur de l UE

Le Marché Intérieur de l UE Le Marché Intérieur de l UE 2010, Montréal Dr. Nicola Notaro, Chef d Unité ajoint - Unité Eau, Commission européenne, DG Environnement European Commission: Environment Directorate General Slide: 1 Vous

Plus en détail

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE

MÉMOIRE CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE MÉMOIRE DU CONSEIL QUÉBÉCOIS DU COMMERCE DE DÉTAIL SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET PLUS ÉQUITABLE PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DES AFFAIRES SOCIALES AOÛT 2009

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays.

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays. PLAN DU SÉMINAIRE Guide de bonnes pratiques en matière de développement dans les pays les plus défavorisés de l environnement Euro méditerranéen Education, Egalité entre hommes et femmes et Etat de droit

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Session plénière à Strasbourg, du 13 au 16 février 2012 N 93

Session plénière à Strasbourg, du 13 au 16 février 2012 N 93 Session plénière à Strasbourg, du 13 au 16 février 2012 N 93 Espace unique européen de paiement en euros Le règlement sur l'espace unique de paiement européen en euros (dénommé SEPA) a reçu une très large

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire

Fiche d information Bons aliments pour tous La sécurité alimentaire Fiche d information sur les services de garde Les familles se sont rendu compte qu un accès insuffisant à des services de garde abordables et de qualité constituait un obstacle pour : trouver et garder

Plus en détail

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX

L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Commission Droit & Pratiques du Commerce International SEMINAIRE L EXTERNALISATION DE SERVICES AU MAROC ASPECTS CONTRACTUELS ET LEGAUX Sujet de l exposé : Le contrat d externalisation de services & La

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE

ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE ÉCONOMIE THÈME 3: MONDIALISATION, FINANCE INTERNATIONALE ET INTÉGRATION EUROPÉENNE Partie 3: Quelle est la place de l'union Européenne dans l'économie globale? Être capable de définir Notions à acquérir

Plus en détail

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin.

comme l atteste la nouvelle progression du taux de croissance annuel de l agrégat étroit M1 qui s est établi à 4,5 % en juillet, après 3,5 % en juin. Paris, le 6 septembre 2012 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE CONFÉRENCE DE PRESSE 6 SEPTEMBRE 2012 DÉCLARATION INTRODUCTIVE Mesdames et messieurs, le vice-président et moi-même sommes très heureux de vous accueillir

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain»

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» NOTE DE PRESENTATION SEMINAIRE - ATELIER SUR LE THEME : «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» CONTEXTE ET ENJEUX Le bilan de plusieurs décennies d assistance et plus précisément, de

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Petit guide de l euro

Petit guide de l euro Commission européenne Petit guide de l euro Affaires économiques et financières À propos de l euro L euro est né en 1999: il est apparu d abord sur les fiches de paie et les factures. Le 1 er janvier 2002,

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06

information SENETOILE.COM Jeudi, 30 Octobre 2014 20:06 Les ministres des pays de l Afrique Centrale viennent de marquer un pas déterminant vers la création d une économie verte, en particulier l économie du bois Le Gouvernement de la RDC annonce une contribution

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7

Table des matières. Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Table des matières Préface par Gilles DE KERCHOVE... VII Remerciements... 1 Liste des principales abréviations... 3 Sommaire... 7 Introduction... 9 I. Le cadre général de la recherche : l espace pénal

Plus en détail

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest

Appel à projets. Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Appel à projets 2010 Promotion de l agriculture familiale en Afrique de l Ouest Un programme conjoint entre la Fondation de France et le Comité français pour la solidarité internationale (CFSI) Date limite

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Note pour le groupe technique «Annulation / Allégements de la dette et développement» de la Commission Coopération Développement L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Avril 2000

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

FICHE D INFORMATION AW-IS/BG

FICHE D INFORMATION AW-IS/BG SY DONIA FICHE D INFORMATION AW-IS/BG PRESENTATION DU PROGRAMME SYDONIA Le programme SYDONIA de la CNUCED a été fondé au début des années 80 pour automatiser les opérations de dédouanement. Il est rapidement

Plus en détail

Les accords entre le Maroc et l UE Effectué par : Adil EL ACHARI Lausane INDOULI Yassir BENBOUZID Plan: Introduction I. Historique II. Accord de libre échange entre Maroc et UE 1. Présentation 2. Opportunité

Plus en détail

Économie Introduction du cours

Économie Introduction du cours Économie Introduction du cours Université Panthéon-Assas Collège de Droit 1 ere année Etienne LEHMANN Professeur d Economie à l Université Panthéon-Assas etienne.lehmann@ensae.fr http://cred.u-paris2.fr/node/69

Plus en détail

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Marseille, 13 mars 2012 INTRODUCTION WALTER MAZZITTI Président du Comité Directeur du SEMIDE Messieurs les ministres,

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Rééquilibrer l ordre économique international

Rééquilibrer l ordre économique international Rééquilibrer l ordre économique international Exposé présenté à un colloque organisé par le Peterson Institute for International Economics La guerre des monnaies : les réalités économiques, les réactions

Plus en détail

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109 Note éducative Les hypothèses de taux d actualisation relatifs à l achat de rentes pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité avec date de calcul entre le 31 juillet 2009 et le

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise

Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise 1 Consultation de la Commission Européenne sur le Plan d action relatif au droit des sociétés et au gouvernement d entreprise Introduction : La ROAM est un syndicat professionnel créé en 1855, qui a pour

Plus en détail

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS

F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S. concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS F Th-Eurocents A05 Bruxelles, le 18.11.2004 MH/SL/JP A V I S concernant LA PROBLEMATIQUE DES PIECES DE 1 ET 2 EUROCENTS (entériné par le Conseil Supérieur des Indépendants et des PME le 18 novembre 2004)

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?»

«QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» CONFERENCE-DEBAT «QUELLES PERSPECTIVES DE RENFORCEMENT DES RELATIONS DE COOPERATION ENTRE LE MAROC ET LE MEXIQUE?» MOT D INTRODUCTION DE M. MOHAMMED TAWFIK MOULINE DIRECTEUR GENERAL DE L INSTITUT ROYAL

Plus en détail

WS26 La protection des salariés

WS26 La protection des salariés WS26 La protection des salariés Session 1 La vision chinoise Les populations de travailleurs migrants/paysans s étant déplacées dans les villes pour travailler ont des droits très réduits. Comme ils n

Plus en détail

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma.

Introduction. Le système financier Marocain. Ministère de l'économie et des Finances. Définition : http://www.votreguide.ma. Le système financier Marocain Introduction Définition : -Le système financier comprend les institutions financières, les marchés financiers et l ensemble des règlements qui régissent la circulation de

Plus en détail

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne

Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Forum économique de l Algérie le 24 septembre 2008 à Lausanne Intervention de Monsieur l Ambassadeur Norbert Frick Porte parole AELE pour les négociations de l Accord de Libre-échange AELE-Algérie Monsieur

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

«La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique»

«La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique» PREMIER FORUM DES AFFAIRES DE LA CEDEAO ACCRA, 21-29 octobre 2007 =========================================== «La situation de l intégration régionale : Le défi de la monnaie unique» Communication du Président

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA)

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE EN AFRIQUE DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INTRODUCTION Lors de sa 23 ème réunion ordinaire tenue à Abuja le 18 janvier 2000, le Conseil des

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/51/L.6 14 octobre 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT Cinquante

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal

Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal Les ressources humaines; un enjeu pour la Ville de Montréal Présentation au mini-colloque de l Institut d administration publique de Québec le 25 octobre 2012 Jean-François Beaucaire, chef de division

Plus en détail

Développer les compétences interculturelles

Développer les compétences interculturelles Développer les compétences interculturelles Europe Arab Bank Europe Arab Bank (EAB) est une banque qui offre à ses clients un accès privilégié à des projets d investissement en Europe, en Amérique du Nord,

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange

Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange Quatrième Conférence du Qatar Sur La Démocratie et le Libre Echange 5 6 avril 2004 Compte Rendu La conférence s est tenue le 5 et 6 avril 2004 à Doha. Elle a été inaugurée par S.E. Royale Sheikh/ Hamad

Plus en détail