Bernard Lietaer, architecte monétaire, est

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bernard Lietaer, architecte monétaire, est"

Transcription

1 Mutation mondiale, crise et innovation monétaire Bernard Lietaer «Tous les textes d économie parlent de la monnaie au travers de ses fonctions, c est-à-dire ce qu elle fait : unité de change, unité standard de valeur ou encore moyen d épargne, etc. Mais on n explique jamais ce qu est véritablement la monnaie, quelle est sa vraie nature. Selon moi, la monnaie est d abord un accord. Elle vit dans le même espace qu un mariage, un contrat d affaires, un parti politique, une nationalité. Tout cela n existe que dans notre tête, mais ne signifie pas pour autant qu elle n est pas réelle. Or, ce qui me paraît primordial est que, comme dans tout accord, nous devons avoir la possibilité de le changer lorsqu il ne nous convient plus. Il importe vraiment de prendre conscience de ce pouvoir. Après le mariage, n avons-nous pas inventé le divorce?» Bernard Lietaer Bernard Lietaer, architecte monétaire, est professeur-chercheur à l université de Berkeley, en Californie. Reconnu comme l un des plus grands experts en matière de «monnaies complémentaires», il est l auteur du fameux Future of Money, publié en 2001 et traduit en dix-huit langues. éditions de l aube Diffusion Seuil 8 -:HSMHPC=[UY[\Z: Conception graphique : Jean Collet. Mutation mondiale, crise et innovation monétaire Bernard Lietaer Bernard Lietaer Mutation mondiale, crise et innovation monétaire

2

3 Mutation mondiale, crise et innovation monétaire

4 La collection Aube Nord est dirigée par Jean Viard Bernard Lietaer Série Rencontres du nouveau siècle Dans la même série : François Ascher, Les nouveaux principes de l urbanisme, 2001 Jacques Attali, Peut-on encore choisir son avenir?, 2001 Georges Balandier, Civilisations et puissance, 2004 Roger Brunet, Le développement des territoires : formes, lois, aménagement, 2004 Hubert Curien, Science et progrès : audace et précaution, 2001 Marcel Gauchet, Penser la société des médias, 2007 Thierry Gaudin, Préliminaires à une prospective du capitalisme, 2003 Bertrand Hervieu, Les orphelins de l exode rural, 2008 Petr Janiška, L Europe retrouvée. Entre Prague, Paris et Bruxelles, 2004 Hervé Le Bras, L adieu aux masses, 2002 Philippe Meirieu, Pierre Frackowiak, L éducation peut-elle être encore au cœur d un projet de société?, 2008 Riccardo Petrella, L eau, bien commun public, 2004 Daryush Shayegan, Au-delà du miroir. Diversité des cultures et unité des valeurs, 2002 François de Singly, L individualisme est un humanisme, 2005 Pierre Veltz, L avenir de nos emplois entre mondialisation et territoires, 2007 Jean Viard, Être soi, mais ensemble. L individu et la mondialisation (fragments), 2002 Jérôme Vignon, L Europe, un sujet politique en voie d identification, 2003 Patrick Viveret, Reconsidérer la richesse, 2003 Marc Wiel, Ville et mobilité : un couple infernal?, 2004 Éditions de l Aube, ISBN Mutation mondiale, crise et innovation monétaire Conférence donnée à Lille le 29 novembre 2007 éditions de l aube

5 Ouvrage publié avec le concours de la région Nord-Pas-de-Calais dans le cadre de ses travaux de prospective Du même auteur : Of Human Wealth (avec Stephen Belgin), Boulder Citerra Press, 2008 The Future of Money : Creating New Wealth, Work and a Wiser World, London, Random House, 2001 Mysterium Geld : Bedeutung und Wirkungsweise eines Tabus, Munich, Riemann Verlag, 2000 Regionalwährungen : Neue Wege zu nachhaltigem Wohlstand, (avec Prof. Dr. Margrit Kennedy), Munich, Riemann Verlag, 2004 Die Welt des Geldes, Würzburg, Arena Verlag, 2001 Es una opportunidad la Deuda?, Mexico, Fondo de Cultura Economica, 1987 Le Grand Jeu Europe-Amérique Latine, Paris, Presses universitaires de France, 1981 Europe + Latin America + the Multinationals : A Positive Sum Game for the Exchange of Raw Materials and Technology in the 1980 s, London, Saxon House ; New York, Praeger, 1979 Dans ce domaine de l argent qui est le mien, vous me donnez l occasion de m exprimer en français pour la première fois. J espère donc ne pas trop malmener la langue de Molière Je donnerai d abord quelques concepts de base sur la monnaie. J aborderai ensuite la question de l avenir du dollar une question qui semble intéresser le plus grand nombre. Enfin, je traiterai des monnaies complémentaires, le cœur de mon propos, avec notamment une proposition d une nouvelle monnaie mondiale, post-dollar. Deux grandes hypothèses implicites concernant la monnaie sous-tendent l ensemble de la théorie économique. La première suppose que la monnaie est neutre. Elle est supposée n être qu un instrument passif, certes utile pour réaliser des échanges, mais qui, de toutes les façons, auraient lieu. Cet instrument est présumé ne changer ni les types de transactions réalisées, ni l horizon des investissements mis en œuvre, et encore moins les relations entre les gens qui l utilisent. Seconde hypothèse : 7

6 la monnaie est ce qu elle est et nous n y pouvons rien, une situation immuable et qui continuera de l être, quelles que soient les circonstances. Ces deux hypothèses sont fausses. Nombre de monnaies, autres que les officielles, existent aujourd hui ; elles fonctionnent très différemment et encouragent ceux qui les utilisent à agir aussi de manière différente. Le projet de monnaie mondiale, «Terra», que j aborderai plus loin, porteur d un nouveau mode de fonctionnement, est en ce sens un exemple significatif. Il démontre que, lorsqu on abandonne ces deux hypothèses erronées, il devient possible d encourager les entreprises à penser et investir pour le long terme, plutôt que le court terme qui les caractérise dans nos sociétés dites modernes. Aujourd hui, la monnaie conventionnelle programme nos entreprises à un horizon trop bref, de quelques années, parfois même seulement entre six ou neuf mois. Ce temps économique extrêmement court limite considérablement la prise en considération des conséquences des actions humaines, même lorsque nous sommes informés intellectuellement de ces conséquences. Avec tous les risques que cela suppose. Par exemple, nous avons été avertis sur les conséquences des émissions de carbone dans l athmosphère depuis 1905 par le physicien suédois Arrhenius. À mon sens, si nos entreprises continuent de «tourner» avec un horizon de court terme, l espèce humaine n aura bientôt plus d avenir sur cette planète. On peut s interroger sur les raisons qui poussent les chefs d entreprises à réfléchir à court terme. Sont-ils incompétents ou indifférents? À mon avis, ni l un ni l autre. Je citerai une anecdote : le président d une des plus grosses sociétés allemandes, à qui je demandais à quel terme il prenait une décision pour ses enfants, me répondit : «À vingt ou trente ans.» Et à son bureau? «Deux ou trois trimestres», me dit-il, en ajoutant que, s il s aventurait à voir plus loin, on le mettrait à la porte et on trouverait un autre président qui accepterait d agir à très court terme. Le choix d un horizon limité est donc délibéré, imposé par le système financier. Ce chef d entreprise est tout à fait capable de penser à long terme, mais il ne peut pas se le permettre. Voilà bien la preuve que, pour peu que nous décidions de remettre en question les hypothèses que j ai évoquées, nous avons la capacité de tout changer Tous les textes d économie parlent de la monnaie au travers de ses fonctions, c est-à-dire ce qu elle fait : unité de change, unité standard de valeur ou encore moyen d épargne, etc. Mais on n explique jamais ce qu est véritablement la monnaie, quelle est 8 9

7 sa vraie nature. Selon moi, la monnaie est d abord un accord. Elle vit dans le même espace qu un mariage, un contrat d affaires, un parti politique, une nationalité. Tout cela n existe que dans notre tête, mais ne signifie pas pour autant qu elle n est pas réelle. Or, ce qui me paraît primordial est que, comme dans tout accord, nous devons avoir la possibilité de le changer lorsqu il ne nous convient plus. Il importe vraiment de prendre conscience de ce pouvoir. Après le mariage, n avons-nous pas inventé le divorce? La monnaie est donc un accord changeable, mais aussi, deuxième mot-clé, elle est liée à une notion de communauté. Une monnaie fonctionne toujours dans une communauté donnée, nationale et européenne pour les monnaies qui nous sont les plus familières, mais elle peut aussi bien concerner d autres groupes socio-économiques. Il est ainsi tout à fait possible que trois cents familles d un même quartier décident d utiliser, entre eux, une monnaie spécifique. Ce peuvent être des cigarettes par exemple, comme ce fut le cas sur le front pendant la seconde guerre mondiale, ou encore le dollar, après les accords mondiaux de La troisième idée enfin, qui scelle la définition de la monnaie, tient au fait que ce qui change un objet quelconque en monnaie est son rôle de standard d échange. La monnaie la plus courante qui soit, le dollar, est devenue mondiale en 1945 par le traité de Bretton Woods. Récemment, elle nous en a fait voir des vertes et des pas mûres! Contrairement à ce que l on croit, les crises monétaires une expression qui est malheureusement entrée dans le langage courant ne sont pas rares ni nouvelles. On en dénombre cent soixante-seize depuis vingt-cinq ans, affectant cent trente de quelque deux cents pays existants dans le monde! Constat effrayant, la majorité des terriens ont déjà connu un krach monétaire! En parallèle, quatre-vingt-seize crises bancaires ont eu lieu. Les deux grandes exceptions sont précisément les États-Unis et l Europe encore faut-il exclure la crise anglaise, et celles en Norvège et en Scandinavie. La question n est donc pas de savoir s il y aura d autres crises monétaires cela, on en est certain mais plutôt d en définir l ampleur et, pour ainsi dire, la ou les victimes. Le dollar, système de référence de l ensemble des monnaies mondiales, est une espèce de grand patron. S il est réputé indéboulonnable, il a déjà beaucoup perdu de sa notoriété. Une crise annoncée En Chine, j ai trouvé un dessin humoristique significatif qui illustre ce fait : un petit Chinois 10 11

8 glisse sur une peau de banane en essayant d atteindre un gros sac de dollars. Au-dessus, deux idéogrammes sont associés au mot «banque» : le premier signifie «danger» et le second, «opportunité». Voilà comment est perçu le dollar par le plus grand banquier des États-Unis je rappelle en effet que les réserves chinoises de plus de mille milliards de dollars ont dépassé l an dernier pour la première fois les réserves du Japon. Certains Américains, et non des moindres, ont également exprimé leur opinion sur le sujet. Paul Volcker, prédécesseur d Alan Greenspan à la tête de la Banque de Réserve fédérale, a déclaré en 2006 : «Il y a soixante-quinze pour cent de chances que le dollar vive avant cinq ans un hard landing un «atterrissage en catastrophe». Cette phrase viole toutes les règles du jeu : en tant qu exbanquier central, il n est pas de bon ton de parler du futur de sa propre monnaie, car cela complique considérablement la vie de son successeur ; en tant qu économiste, il n est pas supposé prononcer dans une même phrase une probabilité et une date limite. Mais si Volcker a pris autant de risques, il faut au moins considérer ce qu il dit. Stephen Roach, économiste en chef de la banque d investissement Morgan Stanley, a parlé d un «Armageddon du dollar», un effondrement de la monnaie américaine. Robert Rubin, secrétaire d État au Trésor sous Clinton, actuellement chairman de la Citibank, la plus grande banque du monde, partage cette vision très pessimiste en estimant que les États-Unis se sont engagés dans une voie sans issue. Rubin n est pas le genre de personne qui cherche à se rendre intéressante en annonçant des catastrophes Paul Krugman, qui a fait sa thèse de doctorat au MIT sur les krachs monétaires latino-américains, dans un éditorial du New York Times, compare la situation économique des États-Unis à celle de l Argentine avant son effondrement. Il n utilise pas ces mots à titre anecdotique : il leur donne un sens très précis. Quels peuvent être les déclencheurs d une crise du dollar? En fait, ce que nous avons vécu depuis l été 2007 est ce que j appellerai un softlanding un «atterrissage en douceur». Par contre, un krach est un hard-landing, c est-à-dire un phénomène de chute de valeurs significatif qui survient brusquement, en quelques heures ou quelques jours. Les raisons financières L évolution de l endettement des États-Unis, depuis le début du siècle passé, montre deux grandes pointes : la première accompagnant la 12 13

9 grande dépression des années 1930, et la seconde consécutive au changement unilatéral du système monétaire, adopté en 1971 par le président Nixon. Pendant cette dernière époque, la situation du dollar se présentait comme celle d une cocotte-minute qui, arrivée à une certaine pression, s agite et fait beaucoup de bruit. Pour être précis, le système d alarme qui avait été prévu en 1945 dans le cas où une banque centrale avait trop de dollars, lui permettait de les échanger contre de l or à un prix fixe de 35 dollars l once. Qu ont fait les États-Unis lorsque la Banque de France demandait d exercer ce droit en août 1971 pour un montant de cinq milliards de dollars? Ils ont simplement et unilatéralement changé les règles du jeu, en annulant le mécanisme. En quelque sorte, ils se sont contentés de coller un chewing-gum sur la soupape de sécurité pour qu on ne l entende plus. Aucun nouveau mécanisme pour lâcher de la pression n a été envisagé, bien au contraire. Il n est pas besoin d être un spécialiste de la question pour comprendre que le système finira, un jour ou l autre, par déborder. Et c est bel et bien ce qui arrive : depuis le début des années 1980, l endettement extérieur des États-Unis s est emballé. Vers la fin des années 1990, il atteignait 270 % du produit national brut (PNB) des États-Unis, le niveau maximum qu il avait atteint pendant la grande dépression. Actuellement, nous sommes à plus de 310 % du PNB américain. Ludwig von Mises, auteur majeur de l école autrichienne d économie, disait : «Il n y a pas de moyen d éviter l écroulement d un boom économique financé par l endettement. Nous avons juste le choix entre la peste et le choléra : une fin rapide du boom si on arrête volontairement l endettement, ou une fin catastrophique du système monétaire luimême si on ne le fait pas.» Il est devenu évident que nous n avons pas choisi la première option Tous les trois ans, la Banque des règlements internationaux (BRI) de Bâle choisit un jour du mois d avril, où en principe rien de particulier ne se passe, pour calculer l ensemble des changements de devises dans le monde. En 2007 le volume journalier du marché des devises atteignait plus de trois mille milliards de dollars, soit cent fois plus que l ensemble de toutes les bourses du monde, ou encore le produit national brut combiné de la Chine et de l Allemagne pendant un an! L ensemble des réserves de toutes les banques du monde y compris l or au prix actuel ne tiendrait qu une dizaine d heures dans ce marché. Nous sommes là hors de toute réalité de contrôle, face à une machine qui n a même pas de bouton 14 15

10 d arrêt : si ce marché panique, l encre ne sera pas sèche avant que tout ne soit consommé! Le volume d échanges réalisé pour toutes les opérations économiques réelles toutes les exportations et importations de biens et de services dans le monde ne représente que 2 à 3 % du volume des échanges de devises. Si quelqu un achète une voiture japonaise à Lille, les euros de cet achat devront être échangés contre des yen au Japon ; lorsque l on part en vacances au Mexique, des euros seront échangés contre des pesos mexicains. Lorsque l on acquiert des obligations japonaises, il y a, là encore, une conversion de monnaies. Tout cela ensemble ne représente que 2 ou 3 % des échanges de devises dans le monde. Les autres 97 % sont de nature spéculative. Leur seule raison tient à l espoir que le taux de change entre les monnaies se modifiera en ma faveur avant que j agisse dans le sens inverse. C est aussi simple que cela. Ce marché spéculatif de devises est donc devenu massivement dominant. Il est donc devenu impossible que les banques centrales aient le temps d apporter une réponse si jamais un mouvement de panique se manifeste dans ce marché. Dans un tel environnement, on peut même envisager qu une crise se manifeste tout simplement par accident. Il suffirait par exemple d une rumeur vraie ou fausse que la Chine est en train de liquider ses excédents de dollars pour qu une crise du dollar devienne une réalité. Une monnaie mondiale complémentaire? Que peut-on faire maintenant dans ce domaine? Ma proposition est d introduire une monnaie complémentaire conçue spécifiquement pour jouer le rôle d une monnaie mondiale. Une telle monnaie est appelée complémentaire parce qu elle peut fonctionner en parallèle avec le système monétaire actuel. Je prétends en effet qu utiliser une monnaie nationale de n importe quel pays comme monnaie mondiale est une erreur fondamentale. Aujourd hui, certains pensent que c est une bonne idée de le faire avec l euro. Je dis non, pour la simple et bonne raison que des conflits systémiques se manifestent inévitablement entre ces deux rôles, le national et le mondial. Certes, pendant 70 % du temps, ce qui est bon pour l économie nationale ou régionale peut être bon également pour l économie mondiale, mais dans les 30 % de cas qui restent, le conflit est direct. Une monnaie nationale pour jouer un rôle mondial, cela a été tenté d abord par les Britanniques, puis par les Américains. Pour maintenir le rôle 16 17

11 international de la livre sterling, les Britanniques ont dû sacrifier leur économie nationale. Cela explique pourquoi ils ont été les derniers à sortir des affres des années 1930 et 1940 ; le rationnement en Angleterre a duré jusqu aux années 1950, moment où ils se sont résolus à abandonner l idée que la livre sterling avait encore un rôle international à jouer. Les États-Unis ont fait l inverse. Paul Volcker a spécifié que les Américains le payaient pour qu il gère les dollars pour le bénéfice des Américains, un point c est tout. Par exemple, lorsqu un problème d inflation a surgi à l intérieur des États-Unis vers la fin des années 1970, il n a pas hésité à faire monter les taux d intérêt jusque 20 %, provoquant du même coup la faillite générale en Amérique latine, provoquant une décennie de crises économiques qui ont lésé trois cents millions de Latino-Américains. Lorsqu une monnaie doit jouer les deux rôles de monnaie nationale et monnaie mondiale, ce genre de conflits apparaît inévitablement. D où ma proposition de créer une monnaie Terra conçue spécifiquement pour jouer le rôle de monnaie mondiale. Une telle monnaie aurait aussi d autres avantages, entre autres celui de pouvoir résoudre certains problèmes sociaux et surtout réaligner la pensée financière avec la pensée à long terme. Un tel réalignement me paraît tout à fait fondamental pour que notre planète reste habitable pour nos petits-enfants! En effet, la pensée à court terme est à l origine de plusieurs problèmes massifs qui se posent pour l humanité aujourd hui. Ne mentionnons que le changement du climat, l extinction des espèces ou la crise de l énergie. Dans tous ces cas, des avertissements ont été lancés depuis longtemps, mais nous avons continué à foncer sans changer de direction jusqu au moment où les problèmes deviennent inéluctables et écrasants. Quelle est la cause profonde de ce mécanisme? Commençons par constater qu aujourd hui ce sont les entreprises qui déterminent ce que nous mangeons, comment nous nous habillons, nous nous déplaçons, nous vivons ; quelles énergies, quelles technologies nous utilisons, etc. Ce ne sont pas les gouvernements ou les citoyens qui prennent ces décisions. J en conclus que tant que les entreprises seront programmées à réfléchir à court terme, nous nous dirigeons aveuglément vers des catastrophes en série. Certains pensent convaincre les entreprises avec des règlements qui les obligent à changer leur manière d agir, mais quel règlement peut les induire à penser à long terme? Nous n y 18 19

12 parviendrons pas d autant plus que ce sont les entreprises elles-mêmes qui déterminent de plus en plus le contenu de ces règlements. Une autre approche serait l éducation, essayer de convaincre les chefs d entreprises de penser au monde qu ils laisseront à leurs petits-enfants et arrière-petitsenfants. Mais qui va influer sur la Chine pour qu elle réduise ses émissions de carbone si cela n est pas dans son intérêt économique? Par contre, avec une motivation financière à la clé, tout cela peut changer. Ma solution est donc celle-ci : pourquoi ne pas créer une monnaie qui rende profitable de penser à long terme? Une telle idée est en effet réalisable. Démonstration. Supposons que nous vivons dans un monde où il n existe que deux types d investissements disponibles : un de court terme et un autre de long terme. Par exemple, le premier pourrait être un investissement dans une plantation de pins, où la valeur de chaque pin serait de 100 euros après dix ans ; et le second dans une plantation de chênes qui valent euros après cent ans. Nous supposerons également que toutes ces valeurs sont ajustées pour l inflation, de façon que les chiffres restent comparables. Un investisseur rationnel devrait être indifférent entre ces deux types d investissements : il pourrait en effet couper ses pins tous les dix ans et obtenir euros après 100 ans, le même résultat financier qu avec la plantation de chênes. Maintenant, introduisons le facteur monétaire. Supposons que nous utilisons une monnaie conventionnelle (l euro, le dollar, etc.) avec par exemple un taux d intérêt de 5 %. La valeur d un pin de 100 euros dans 10 ans vaut, escompté à aujourd hui, 61,39 euros. En effet, si je place aujourd hui 61,39 euros pendant 10 ans avec un taux d intérêt de 5 %, j obtiendrai exactement 100 euros. Cependant, par le même calcul rationnel, notre chêne d une valeur de euros dans 100 ans escomptés à aujourd hui ne vaut que 7,60 euros. Dans toute société qui utilise une monnaie conventionnelle avec un taux d intérêt positif, on finira par couper les chênes pour ne planter que des pins. Cette métaphore illustre parfaitement comment le système monétaire conventionnel programme automatiquement vers le court terme toutes les décisions à base financière. Imaginons à présent que nous utilisons un autre type de monnaie, une monnaie avec «demeurage». Ce terme désigne une monnaie avec un taux d intérêt négatif, similaire à un coût de parking. Supposons que le taux de demeurage soit également de 5 % par an. Avec une telle monnaie, 20 21

13 escompté à aujourd hui, le pin vaut 167 euros ; tandis que le chêne escompté à aujourd hui vaut euros! Dans une société qui utiliserait une telle monnaie, on investirait spontanément à très long terme. Cela peut nous paraître invraisemblable à première vue, mais de telles monnaies et sociétés ont effectivement existé, y compris chez nous en Europe. En France, elles étaient opérationnelles particulièrement entre le x e et le xiii e siècle. Pendant cette période, en parallèle avec la monnaie royale, de nombreuses monnaies locales circulaient, et étaient sujettes à des taxes périodiques équivalentes à un système de demeurage. En effet, à la mort du seigneur local, son successeur émettait une nouvelle monnaie, avec cette règle de conversion quasi arithmétique : trois nouvelles pièces contre quatre anciennes de la même valeur nominale (on appelait cela les renovatio monetae). Dans certaines régions, la monnaie était changée périodiquement, par exemple tous les cinq ans, au lieu d attendre la mort du seigneur, toujours avec 25 % de taxes à la clé. C était une forme primitive de demeurage sur la monnaie. Les gens ne réalisaient pas leur épargne sous forme de cette monnaie. Ils l investissaient en des biens qui dureraient longtemps, même dans des cathédrales, qui étaient typiquement financées localement. Ce n est pas par coïncidence que cette période est également appelée le «temps de cathédrales». En effet, en plus de sa fonction religieuse, une cathédrale était également un investissement à très long terme pour la communauté locale. Non seulement cela prenait souvent plus d un siècle pour la construire, mais elle était vouée à attirer des pèlerins pendant des générations futures. Économiquement, elle jouait donc le rôle que joue un Disneyland pour les touristes de maintenant. Chartres vit encore aujourd hui de sa cathédrale construite au xii e siècle! L Égypte a connu un système monétaire similaire pendant plus de seize siècles, et construisait également ses monuments pour l éternité 1. Or, nous pouvons nous interroger : que resterat-il de nos bâtiments dans mille ans? Que resterat-il de tout ce que nous faisons dans trois mille ans? À mon avis, pas grand-chose, mis à part nos déchets nucléaires. Morale de l histoire : si l on parvient à créer une monnaie à demeurage pour notre temps et si les entreprises internationales l utilisent pour décider de leurs investissements, on peut reprogrammer 1. Les détails historiques de ce mécanisme et de ses résultats sont décrits dans divers livres de Bernard Lietaer. Voir en particulier : Mysterium Geld (Riemann Verlag, Munich, 2000), et Of Human Wealth (Citerra Press, Boulder, 2008)

14 les pressions financières vers une pensée à long terme. Comment introduire pratiquement un tel mécanisme? Sur le plan technique, imaginons un panier d une douzaine de matières premières essentielles pour le commerce mondial : le pétrole, le blé, le cuivre, etc. La monnaie Terra serait émise comme un reçu d inventaire des composants de ce panier. Enfin, le prix de stockage physique de ces matières est payé par le porteur de la monnaie. Le mécanisme du Terra comporterait donc comme frais de demeurage les frais de stockage des composantes physiques de la monnaie. Notez que ces coûts existent maintenant : par exemple nous payons déjà pour les coûts de stockage du pétrole que nous consommons. J ai expliqué ce projet aux Japonais de la manière suivante : le Terra n est pas un yacht élégant et luxueux, mais je peux garantir qu il flottera dans n importe quelles circonstances! Même si tout s écroule, un tel panier de matières premières survivrait comme une référence utilisable dans l économie mondiale. Le Terra est un radeau qui flottera parce qu il est fait en balsa! Mais puisque nous le construisons sur le Titanic, il n y aura pas de problèmes pour trouver des utilisateurs au moment opportun. Comme nous l avons vu, une catastrophe monétaire n est plus qu une question de timing 1. Monnaies complémentaires déjà opérationnelles Le Terra n est qu un exemple de monnaie complémentaire. Il en existe un grand nombre déjà opérationnelles aujourd hui. Je vais donc conclure en décrivant divers systèmes de monnaies complémentaires, peut-être plus modestes que le Terra, mais qui ont le grand mérite d être fonctionnels maintenant, et d avoir démontré qu ils sont capables de résoudre des problèmes coriaces à solutionner autrement. Le nombre de ces innovations monétaires est passé de deux systèmes pionniers en 1984 (un en Suisse et un au Canada), à plus de 5000 aujourd hui. Monnaies complémentaires basées sur le temps Le temps, c est de l argent. Cette équation, presque trop simple, est à la base d une famille de monnaies complémentaires parmi les plus célèbres de notre temps. Pendant une heure, je fais quelque chose pour vous : j obtiens un crédit d une heure et vous, un débit d une heure. Si plus tard vous faites 1. Tous les details techniques du Terra sont disponibles sur le site internet

15 quelque chose pour moi pendant une heure, on se retrouve à faire du simple troc, mais si je peux aller chez un tel pour bénéficier d un massage d une heure, tandis que vous pouvez éliminer votre débit en travaillant pendant une heure dans le jardin d une tierce personne, alors, nous venons, à nous quatre, de créer une monnaie d échange dans notre petite communauté dont l unité de mesure est une heure de service. Ce moyen d échange ou de paiement est par ailleurs parfaitement fonctionnel, n a pas de taux d intérêt et ne risque pas l inflation une heure est égale à soixante minutes depuis longtemps! Une autre caractéristique intéressante est que cette monnaie est disponible en suffisance. Si je fais quelque chose pour vous pendant trois heures, nous pouvons créer sans difficultés le montant de monnaie nécessaire. Essayez de faire cela avec des euros et vous allez vous retrouver en prison pour faux monnayage! L inventrice de ce système est une Japonaise qui, en 1955, a écrit un article à ce sujet, pour lequel elle a reçu un prix dans son pays. Celui qui a réalisé ce système en pratique est mon ami américain Edgar Cahn, qui a déjà lancé plusieurs centaines de systèmes de Time Dollar dans une douzaine de pays, dont quatre-vingts aux États- Unis. Cette monnaie s est révélée particulièrement utile pour résoudre des problèmes sociaux dans les communautés les plus pauvres. Un deuxième type de système est le fureai kippu japonais qui a su, à lui seul, apporter une vraie réponse aux conséquences financières de la crise du vieillissement vécue dans ce pays. Le Japon a en effet la population qui vieillit le plus vite sur la planète : déjà 18,5 % de Japonais ont plus de 65 ans, ce qui implique que plus de 1,8 million de personnes ont besoin d aide journalière pour vivre. De plus, ce chiffre doublera dans les dix prochaines années. Pour traiter ce type de problème sous un régime d un monopole de monnaie nationale, on ne dispose que de deux réponses classiques : La première, typique de l Allemagne ou des pays scandinaves, consiste à dire : «Une promesse est une promesse, allons banqueroute!» La deuxième, plus anglo-saxonne, américaine ou anglaise, est plus brutale encore. Imaginez une tarte d une certaine taille devant laquelle s amasse de plus en plus de monde. La solution consiste à couper la tarte en morceaux de plus en plus petits : de cette manière les personnes âgées mourront plus vite, ce que certains considèrent comme une manière de résoudre le problème de longévité! 26 27

16 Il y a cependant une troisième solution, moins classique, qui fut d inventer une nouvelle monnaie, le fureai kippu littéralement : ticket de relation cordiale. Actuellement, quatre cent soixante systèmes de ce type sont opérationnels au Japon et aident des centaines de milliers de gens. Dans ce système d une géniale simplicité, une organisation non gouvernementale locale prend en charge tous les services qui ne sont pas couverts par l assurance maladie et invalidité nationale. Par exemple, si une personne âgée se casse une jambe, elle va à l hôpital, et ses soins sont payés par l assurance nationale en yen. Cependant, cette personne peut quitter l hôpital plus vite parce qu à sa sortie, un voisin de son quartier prend le relais pour faire ses courses, préparer ses repas, etc., contre des unités de temps qui sont versées sur un compte d épargne électronique. Que peut faire ce voisin avec de telles unités? D abord, il peut les garder pour les utiliser à son tour pour obtenir des services similaires. Si ce voisin tombe malade, quelqu un ira chercher ses enfants à l école, ira acheter ses médicaments, lui fournira les mêmes genres de services qu il a prodigués à d autres. Un second usage, très populaire au Japon, est d envoyer les crédits ainsi accumulés à ses propres parents. Par exemple, si la mère de ce voisin habite à l autre bout du pays, il lui envoie ses crédits par échange électronique pour que l on s occupe d elle Il existe au Japon deux caisses de compensation en temps, dont le travail est de gérer les échanges qui se pratiquent entre les différentes communautés utilisant cette monnaie. Cette innovation résout un problème financier majeur pour les soins de personnes âgées. De plus, cela solutionne également un problème humain dans la mesure où elle crée des relations inter-générationnelles qui, autrement, n existeraient pas. On a demandé aux personnes âgées si, pour un même service, elles choisiraient des professionnels payés en monnaie nationale, ou des personnes payées en fureai kippu. Réponse unanime : le fureai kippu! Pourquoi? Parce que les relations sont différentes : cette vieille personne dans ma rue représente ma mère, tandis que pour l infirmière professionnelle, aussi dévouée qu elle soit avec moi, je suis quand même le numéro dix-huit de la journée! Mentionnons également l Ithaca Hours, qui circule sous forme de monnaie en papier depuis plus de quinze ans dans la ville d Ithaca dans l État de New York. L unité de compte est également l heure, mais dans ce cas-ci on peut acheter un billet d une heure pour dix dollars. Dans ce système, la valeur 28 29

17 du temps n est pas nécessairement la même pour tous. Je peux payer un dentiste cinq heures pour une intervention qui ne lui prend que vingt minutes. Le prix se négocie comme lorsque l on choisit n importe quel autre dentiste : il y a des dentistes chers et d autres pas. On décide lequel on préfère. Autres systèmes Il ne faut pas croire que toutes les monnaies complémentaires utilisent le temps comme unité d échange. Il y a également plusieurs milliers de systèmes qui ont choisi d autres références. Mise en place par l administration de la ville de Yamato au Japon, la monnaie Yamato LOVE repose sur un système de carte à puce à fonctions multiples. Le mot LOVE signifie Local Value Exchange. Si un citoyen de la ville souhaite créer une communauté qui s occupe par exemple de baby-sitting ou pour embellir son quartier, ou n importe quoi d autre, la ville vous donne gratuitement les cartes nécessaires pour lancer votre propre monnaie pour ce service. La ville encourage ainsi les initiatives entre les citoyens eux-mêmes pour résoudre des problèmes locaux. Tous les LOVE utilisent en commun les mêmes lecteurs de cartes, ce qui réduit les frais de lancement d une nouvelle monnaie complémentaire locale. En Allemagne aussi, les monnaies régionales se sont considérablement développées depuis cinq ans. Tous les SEL (Systèmes d échange local) que l on connaît en France sont petits, constitués de cinq cents à mille personnes. Il y a maintenant une cinquantaine de systèmes Regio qui, eux, sont conçus pour des marchés régionaux de plus grande envergure de la taille du Nord-Pas-de-Calais, et peuvent toucher un million de personnes et plus. Ces moyens de paiement fonctionnent au point qu ils font maintenant partie intégrante de l économie régionale. Certains de ces systèmes, comme le Chiemgauer en Bavière, ont introduit un système de «demeurage» comme celui du Terra dont l objectif principal est ici d accélérer la mobilité de la monnaie. Le revenu tiré de cette taxe est redistribué à des associations à but non lucratif ou des écoles locales. En France, je citerai bien entendu le projet Sol (abréviation de solidaire), particulièrement développé à Lille : le Nord-Pas-de-Calais est l une des régions pilotes de cette nouvelle stratégie française. Ce projet repose sur une carte de fidélité multifonctions : coopération entre les entreprises de l économie sociale et solidaire avec comme unité d échange l euro (Sol Coopération) ; l engagement dans des activités d entraide (Sol Engagement) avec une unité comparable au Time Dollar ; enfin 30 31

18 politiques sociales à travers une monnaie affectée (Sol affecté), un mécanisme qui ressemble à celui du chèque-déjeuner. Questions Avec le fureai kippu, un individu peut vous donner de son temps, mais rien ne dit que ce temps aura, pour vous, la même utilité Cela ne pose-t-il pas un problème? Bernard Lietaer. Dans le domaine des monnaies complémentaires, on est libre d inventer différentes règles de jeu dépendant de l objectif et le contexte donné. Le Time Dollar connaît effectivement le problème que vous soulevez : une des règles de ce système est que le temps de tout le monde a la même valeur. Le résultat est que peu de chirurgiens du cerveau ou de dentistes ont adhéré au système. En revanche, avec l Ithaca Hours, le temps de tout le monde n est pas systématiquement égal. Comme je l ai expliqué, je peux, si je le 32 33

19 désire, payer un dentiste 5 heures pour un travail de 20 minutes. C est mon choix. Cela dépendra donc du système et des règles du jeu : si vous voulez une monnaie complémentaire qui fonctionne dans une communauté très diversifiée, prenez le modèle Ithaca Hours ; si vous êtes dans une situation sociale comme celle d étudiants, de retraités ou de personnes au chômage, tous cas où la valeur du temps est en fait très semblable, choisissez plutôt le Time Dollar. Donc, selon vous, le système fonctionne dans tous les cas? Bernard Lietaer. Absolument! Le but d une monnaie est de créer un espace privilégié d échange la monnaie française n a-t-elle pas été créée pour privilégier un marché entre Français? Sans cela, il n y aurait pas eu de différence économique entre un côté et l autre de la frontière! Chaque marché a ses règles. C est bien cela qui est intéressant. On crée une monnaie, selon un ou plusieurs objectifs précis Que pensez-vous des Réseaux d échanges réciproques de savoirs, nés en France il y a une trentaine d années? Bernard Lietaer. Ces réseaux sont une excellente application de monnaies complémentaires qui utilisent comme unité le temps puisque les unités sont exprimées ici en temps d échange de savoirs. Pour information, sachez que le Brésil souhaite créer une monnaie pour encourager l apprentissage. Il est prévu que deux universités y participeraient. L idée de ce système repose sur une pyramide d apprentissage, sur la capacité de créer une chaîne d apprentissage par l enseignement. Aux États-Unis, un projet pilote lancé dans les écoles secondaires pour encourager les étudiants d âges différents à s entraider utilise le système des Time Dollar. Cartes magnétiques, machines pour les lire, structure de compensation organisée avec des gens qu on salarie, tout cela fonctionne forcément sur le système conventionnel : il faut injecter de l argent conventionnel au départ, et sans doute aussi assurer une maintenance. Votre monnaie complémentaire sociale paraît donc fondée sur le système monétaire dominant, non? Bernard Lietaer. Oui, il y a effectivement des coûts à couvrir en monnaie nationale. À mon sens, il importe, dans le cas des prestations de vieillesse 34 35

20 et d invalidité par exemple, de vérifier au préalable combien cela coûterait au contribuable de résoudre un problème social donné, puis de comparer ce coût avec celui d un système de fureai kippu. On découvre ainsi que non seulement cette solution produit une qualité humaine différente, mais également que cela coûte beaucoup moins cher au contribuable d utiliser une monnaie complémentaire pour résoudre le problème en question. Injecter de l argent, oui, mais comment? Un mécène, une contribution de chaque participant? Bernard Lietaer. Dans certains cas, ce sont effectivement des mécènes ou des fondations qui financent ce genre d initiatives. Dans d autres cas, y compris pour certains projets de Time Dollar, le gouvernement local joue ce rôle. Pourquoi, me direzvous? Pour la simple raison que le Time Dollar résolvait certains problèmes de façon beaucoup moins onéreuse pour l État! À noter que le Time Dollar est officiellement exempté d impôts aux États-Unis, ce qui n est pas le cas des SEL en France. Pourquoi parlez-vous de monnaie complémentaire et non pas de monnaie alternative? Bernard Lietaer. Parce qu une monnaie alternative impliquerait qu on n ait plus besoin d euros, au même titre que «médecine alternative» implique qu on n utilise pas la médecine officielle. Dans le cas de monnaies complémentaires, une monnaie n exclut pas l autre. C est ce que font entre autres les lignes aériennes avec leurs monnaies complémentaires de fidélisation, comme les S Miles. Rien n empêche d ailleurs d avoir des activités rétribuées partiellement en monnaie officielle et partiellement en monnaie complémentaire. Dans le cas d un restaurant par exemple, ce que vous avez dans l assiette vaut, à peu près, un tiers de la note ; le deuxième tiers correspond aux frais fixes de l établissement : l électricité, le loyer, les employés ; enfin, le troisième tiers fournit les bénéfices. Tant que le restaurant n est pas plein, il a tout intérêt à accepter toute monnaie autre que la monnaie nationale, à une hauteur de 50 % même s il la jette sans en faire d autre usage. Financièrement, tant que le restaurant n est pas plein, il reste gagnant car, même avec seulement 50 % du payement en euros, il améliore son revenu final. De plus, de cette façon le restaurant attirerait une nouvelle clientèle. Qu est-ce que le demeurage? 36 37

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

14. Les concepts de base d une économie ouverte

14. Les concepts de base d une économie ouverte 14. Les concepts de base d une économie ouverte Jusqu ici, hypothèse simplificatrice d une économie fermée. Economie fermée : économie sans rapport économique avec les autres pays pas d exportations, pas

Plus en détail

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret

Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Chapitre 5 Pourquoi investir en bourse? Pour gagner nettement plus qu avec un livret Achetez de bonnes actions et gardez-les jusqu à ce qu elles augmentent, ensuite vendez-les. Si elles n augmentent pas,

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

LES DANGERS DE LA DEFLATION

LES DANGERS DE LA DEFLATION LES DANGERS DE LA DEFLATION C est une menace pernicieuse car elle semble bénigne après deux générations de lutte contre l inflation. En Amérique, Angleterre et la zone Euro, les banques centrales ont un

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT

Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT Comprendre le financement des placements par emprunt PRÊTS PLACEMENT 1 Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

Chapitre 2. Économiser

Chapitre 2. Économiser Chapitre 2 Économiser 2. L essentiel 1. Constituez votre épargne progressivement et sans efforts. 2. Comprenez les mécanismes du taux d intérêt. 3. Augmentez au cours du temps le niveau de votre épargne.

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)»

Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Département fédéral des finances DFF Initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative sur l or)» Etat: septembre 2014 Questions et réponses Que demande l initiative «Sauvez l or de la Suisse (Initiative

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

CECI N EST PAS UNE REPRISE

CECI N EST PAS UNE REPRISE Novembre 2013. 15.681 S I G N E S CECI N EST PAS UNE REPRISE Bonfond Olivier Le bout du tunnel? Depuis quelques mois, en Belgique mais aussi en France et dans quelques autres pays européens, les dirigeants

Plus en détail

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS

PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS PROBLÈMES STRUCTURELS DES ÉCONOMIES OCCIDENTALES: LE CAS DES ÉTATS-UNIS CONFÉRENCE À L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS COLLOQUE SUR LA CONJONCTURE ÉCONOMIQUE DE LA RÉGION DE QUÉBEC Pierre Fournier

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE La brève histoire de ma vie 4 Stephen Hawking LA BRÈVE HISTOIRE DE MA VIE Traduit de l anglais par Laurent Bury Flammarion Copyright 2013 by Stephen W. Hawking Tous droits réservés

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE

LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE LA MONNAIE, LE CHANTIER DE LA DÉCENNIE Karl Heinz Braun, chercheur-associé à Etopia et député Ecolo au Parlement de la Communauté germanophone Décembre 2011 www.etopia.be 222222 Page 2 sur 6 La plupart

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats

4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats 4.2.1. Le Système monétaire européen : principes et résultats Introduction En 1978, le système monétaire européen (SME) succédait au serpent monétaire européen de 1972. A ce jour, il constitue l exemple

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège

La crise de 1929. Lionel Artige. Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège La crise de 1929 Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Expliquer la crise de 1929? La crise de 1929 a été l objet de nombreuses publications tentant d expliquer ses causes,

Plus en détail

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les

LA ZONE EURO TRAVERSE UNE CRISE d une exceptionnelle gravité ; les 01 Intérieur LP 56 12/03/12 19:17 Page 129 Sortir de la crise de la dette en zone euro PIERRE DE LAUZUN* Points d attention 2012 * Économiste. Derniers ouvrages parus : L Économie et le Christianisme (F.-X.

Plus en détail

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5

Philippe Villemus. Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres... Groupe Eyrolles, 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 Philippe Villemus Qui est riche? La vérité sur les riches, les pauvres et les autres..., 2007 ISBN : 978-2-212-53990-5 En synthèse, qu est-ce qu être riche? «Pour un pays comme pour un individu, ce n est

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT»

POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» POURQUOI LES ETATS ET LES ENTREPRISES ONT NORMALEMENT UNE TRESORERIE NETTE NEGATIVE OU POURQUOI LES ETATS SONT NORMALEMENT EN «DEFICIT» Bernard Vallageas Faculté Jean Monnet Université Paris-Sud 54 boul.

Plus en détail

Système d échange local (SEL) : Une monnaie, mais différente.

Système d échange local (SEL) : Une monnaie, mais différente. Système d échange local (SEL) : Une monnaie, mais différente. Marre de l euro! Marre de l argent géré par des banques qui spéculent! Marre d en être dépendant! En réaction à ce ras-le-bol, des citoyens

Plus en détail

La gestion des risques financiers fondamentaux après l avènement de l euro

La gestion des risques financiers fondamentaux après l avènement de l euro Taux, Changes et Dérivés Unité Gestion de Risque et Analyse de Portefeuille Didier MAILLARD Mai 1998 DOCUMENT DE RECHERCHE La gestion des risques financiers fondamentaux après l avènement de l euro La

Plus en détail

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006 INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE OBSERVATIONS DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE SUR LES ÉTATS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT DU CANADA DE L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2006 Dans ces observations, j aimerais expliquer certains

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet

1 Introduction. 2 Mise en perspective du sujet Dusenge Tony N de matricule : 060499 E-mail : tdusenge@ulb.ac.be Assistant : Iason Foscolos Groupe : 2 Introduction à la macroéconomie : travail d actualité Les répercussions de la baisse du taux directeur

Plus en détail

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert Séminaire de Stratégie et Concurrence Internationale Prof. Dembinsky Stefano Grino Christophe Chatriand Raphaël Monnet CAPITALISME CONTRE CAPITALISME Michel Albert Janvier 2000 L AUTEUR L auteur de ce

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Parti Libéral du Canada. 1. Le soutien aux proches aidants

Parti Libéral du Canada. 1. Le soutien aux proches aidants Parti Libéral du Canada 1. Le soutien aux proches aidants Les proches aidants constituent l épine dorsale de notre système de santé; ils fournissent en effet des soins non payés dont la valeur a été estimée

Plus en détail

10 raisons pour réformer notre système monétaire

10 raisons pour réformer notre système monétaire 10 raisons pour réformer notre système monétaire Mark Joób 1 De plus en plus de gens commencent à comprendre que l argent n est pas qu un moyen neutre pour faire des affaires, mais qu il contrôle le monde

Plus en détail

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 21 septembre 2012 Les conditions d une synthèse entre le modèle comptable européen et les normes IFRS --------------- Intervention de Jérôme Haas,

Plus en détail

CEM: les comptes d épargne médicale

CEM: les comptes d épargne médicale CEM: les comptes d épargne médicale 1. Situation Le financement du système suisse de santé est à l évidence en passe de devenir un des sujets les plus discutés au cours du siècle. Comme dans la plupart

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU

ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU ECONOMIE MANAGÉRIALE NESSRINE OMRANI ECOLE POLYTECHNIQUE NESSRINE.OMRANI@POLYTECHNIQUE.EDU 1 CHAPITRE 3: L ASYMÉTRIE D INFORMATION NOTIONS IMPORTANTES: Asymétrie d information Antisélection (ou sélection

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

5 prévisions pour 2015

5 prévisions pour 2015 Mars 2015 Wim Meulemeester Expert placements L année 2014 a été une année surprenante en termes de placements. Même si un taux faible correspondait aux attentes, de nombreux experts ont été étonnés de

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

La monnaie et le financement

La monnaie et le financement La monnaie et le financement Trouvez des questions permettant de répondre aux paragraphes proposés. Cet exercice doit vous permettre de mieux mémoriser le cours mais aussi de travailler les consignes.

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

Problèmes de crédit et coûts de financement

Problèmes de crédit et coûts de financement Chapitre 9 Problèmes de crédit et coûts de financement Ce chapitre aborde un ensemble de préoccupations devenues essentielles sur les marchés dedérivésdecréditdepuislacriseducréditde2007.lapremièredecespréoccupations

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie

Forum de l investissement Ateliers d Experts. 15 Octobre 2011. Les Dangers de l Assurance Vie Forum de l investissement Ateliers d Experts 15 Octobre 2011 Les Dangers de l Assurance Vie L assurance vie c est quoi? Le placement préféré des français Environ 1 500 milliards d euros épargnés par les

Plus en détail

LES CRÉANCES ET LES DETTES

LES CRÉANCES ET LES DETTES LES CRÉANCES ET LES DETTES Règles générales d évaluation Définition d un actif et d un passif ACTIFS Tout élément de patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité est considéré comme un

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr

POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr POURQUOI LES PRIX AUGMENTENT-ILS? Nathalie Janson Professeur Associé RBS njn@rouenbs.fr Les prix augmentent: une bonne nouvelle? Dans le contexte actuel il semble que l augmentation des prix soit perçue

Plus en détail

RENTE À CONSTITUTION IMMÉDIATE

RENTE À CONSTITUTION IMMÉDIATE À L USAGE EXCLUSIF DES conseillers RENTE À CONSTITUTION IMMÉDIATE SURMONTER LES OBJECTIONS La vie est plus radieuse sous le soleil Vue d ensemble Les rentes à constitution immédiate sont un puissant outil

Plus en détail

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer

Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer Ahmed Ouazzani Adresse électronique: ouazzanifr@gmail.com Permanence: Tous les lundis après-midi (sur rendez-vous ), il faut, au préalable, envoyer un courriel expliquant le motif ou les points que vous

Plus en détail

Protéger la Suisse des crises financières!

Protéger la Suisse des crises financières! Initiative monnaie pleine Protéger la Suisse des crises financières! Est-ce possible? Oui, c est possible! En éliminant la cause fondamentale des crises financières : Les banques créent 90% de l argent,

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux

Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Pourquoi le Canada a besoin de services bancaires postaux Symposium international sur les services bancaires postaux John Anderson 613-290-0016 andersjs1@gmail.com «Ils sont des millions à ne pas avoir

Plus en détail

DE l ETALON-OR à l EURO

DE l ETALON-OR à l EURO DE l ETALON-OR à l EURO 1- Un peu d histoire Pendant des siècles, les métaux précieux (argent et or) ont servi au règlement des échanges commerciaux intérieurs et internationaux. Progressivement, les billets

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO?

QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? QUELLES SERAIENT LES CONSEQUENCES D UNE SORTIE DE LA GRECE DE LA ZONE EURO? Tous les documents sont tirées de «La Grèce peut-elle se sauver en sortant de la zone euro?», Flash éco Natixis, 08 novembre

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013

CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 26/04/2013 J. Blanchard CONTRAT SOCIAL NOTES DE CONJONCTURE - MAI 2013 ----ooo---- A défaut de convergence, la transparence Les dernières prévisions économiques du FMI sont plutôt en retrait. Le PIB mondial

Plus en détail

58 ème CONGRES DE L UIA Florence, Italie 29 octobre 02 novembre 2014

58 ème CONGRES DE L UIA Florence, Italie 29 octobre 02 novembre 2014 58 ème CONGRES DE L UIA Florence, Italie 29 octobre 02 novembre 2014 COMMISSIONS DROIT DES ASSURANCES/ DROIT MEDICAL Vendredi 31 Octobre 2014 LA TECHNOLOGIE MEDICALE DE POINTE ET SON COUT N GANN Supermann

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT

LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT LE COMPTE D ÉPARGNE LIBRE D IMPÔT LA LECTURE DE CE DOCUMENT VOUS PERMETTRA : De connaître les différentes caractéristiques du CELI; De maîtriser les différences entre une contribution au REER ou au CELI;

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee

Nous pouvons nous permettre le Grand bond. par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Nous pouvons nous permettre le Grand bond par Bruce Campbell Seth Klein and Marc Lee Les gens seront nombreux à lire le manifeste Un grand bond vers l avant et à trouver ses objectifs valables et motivants.

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

De la crise au Pacte budgétaire

De la crise au Pacte budgétaire De la crise au Pacte budgétaire Jean-Marie Harribey 2012 http://harribey.u-bordeaux4.fr http://alternatives-economiques.fr/blogs/harribey 1. La crise n est pas celle qu on dit Source : Trésor-éco, n 26,

Plus en détail

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS

UN REVIREMENT IMPORTANT EN SEULEMENT SIX MOIS Octobre 2009 Vol. 9 n o 3 Pascale Cantin, Pl. fin. pascale-cantin@lafond.ca Reneaud Cantin, C.A. reneaud-cantin@lafond.ca À LIRE DANS CE NUMÉRO : Un revirement important en seulement six mois Page 1 Le

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

Bulletin N o 3. Editorial

Bulletin N o 3. Editorial Février 2006 Bulletin N o 3 Fonds de prévoyance de l'association vaudoise des organismes privés pour enfants en difficulté et de l'association vaudoise des travailleurs de l'éducation spécialisée Editorial

Plus en détail

Période de débats suivant la conférence d Éric Pineault et Luc Verville

Période de débats suivant la conférence d Éric Pineault et Luc Verville Numéro spécial 15 e anniversaire de Fondaction (CSN), colloque sur l épargne responsable Période de débats suivant la conférence d Éric Pineault et Luc Verville, directeur général INM Est-ce possible de

Plus en détail

Prise de note des finances internationales

Prise de note des finances internationales Prise de note des finances internationales Séance de 13 novembre 2010 (SMI) CHAPITRE III : le système monétaire international Définition du SMI : le SMI est un ensemble des règles communes permettant un

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE

Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE Chapitre Troisième : MACROECONOMIE OUVERTE I] PERSPECTIVE HISTORIQUE QUANT A L EVOLUTION DU CAPITALISME 1. L ère du Gold-index : en quoi l or permet-il un rééquilibrage automatique de la BP? 2. Les accords

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Pourquoi la Banque nationale suisse (BNS) rejette-t-elle l initiative sur l or?

Pourquoi la Banque nationale suisse (BNS) rejette-t-elle l initiative sur l or? Zurich, le 7 octobre 2014 Généralités Pourquoi la Banque nationale suisse (BNS) rejette-t-elle l initiative sur l or? Les exigences de l initiative, à savoir que la BNS doit détenir au moins 20% d or dans

Plus en détail

Une monnaie unique, pourquoi faire?

Une monnaie unique, pourquoi faire? Une monnaie unique, pourquoi faire? Introduction : La monnaie et «la paix des peuples» (Victor Hugo) I) Pourquoi une monnaie unique? 1 L échec du système monétaire international 2 Les avantages économiques

Plus en détail