Se puede salir de la crisis sin abandonar la globalizacion financiera?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Se puede salir de la crisis sin abandonar la globalizacion financiera?"

Transcription

1 Se puede salir de la crisis sin abandonar la globalizacion financiera? II Seminario Internacional Crisis financiera mundial y cuestion social : Estado, moneda y trabajo Senado de la Nacion, Salon de lectura, Buenos Aires, 6 de septiembre 2011 Universidad de Congresso, Mendoza, 21 de septiembre 2011 Bruno Théret CNRS, Institut de Recherche Interdisciplinaire en Sciences sociales IRISSO, Université Paris Dauphine

2 Plan de l exposé I. Pourquoi il est nécessaire de sortir de la globalisation financière II. Trois scénarios raisonnés possibles de sortie du «système», mais grande difficulté à les actualiser sans que se manifeste «l indignation de la multitude» 2

3 I. Pourquoi on peut juger nécessaire de sortir de la globalisation financière Raisons propres au fonctionnement de la sphère financière elle-même Raisons qui renvoient aux sources et aux conséquences sociétales de la globalisation 3

4 I.1. Trois grandes raisons propres au fonctionnement de la sphère financière elle-même I.1.1. La globalisation de la finance est un substitut à l organisation politique d un système monétaire international de type coopératif. Or ce substitut n est pas viable. I.1.2. La finance globalisée est par ailleurs inefficace car elle ne remplit pas les fonctions économiques qui justifient son existence, à savoir financer l économie non purement financière. I.1.3. La finance globalisée enfin finance les puissances publiques en réduisant au maximum leur financement fiscal et monétaire (circuit du Trésor), engendrant un déficit cumulatif des finances publiques qui conduit celles-ci à ne plus pouvoir assumer leurs compétences politiques, économiques et sociales. 4

5 I.1.1. La globalisation de la finance se veut un substitut à un système monétaire international politiquement organisé, mais celui-ci n est pas viable La finance globalisée a émergé sur la base de l idée que, dans l espace international, des marchés financiers concurrentiels peuvent remplir de façon «efficiente» et autorégulée l ensemble des fonctions monétaires. Mais cette idée est démentie par les crises financières récurrentes, de plus en plus rapprochées dans le temps et de plus en plus étendues dans l espace que le système monétaire international a connu depuis la libéralisation financière. 5

6 Dans ce système, les fonctions monétaires sont assurées par: -1/Les dérivés de type forward et options qui assurent la fonction de réserve que n ont plus dans l espace international les monnaies nationales (devises clefs); les produits dérivé sont monétaires au sens où grâce au développement technologique qui permet l accélération et le caractère continu des transactions sur les marchés financiers, ils sont aussi liquides que les devises (on parle de liquidités financières pour ces produits qui sont de purs signes de valeur émis à partir de la base monétaire que sont les titres sous-jacents (fondamentaux) représentatifs de droits de propriété sur les revenus des entreprises non financières, des ménages et des pouvoirs publics). -2/les monnaies nationales (devises) qui restent les moyens de paiement essentiels ; -3/une unité de compte qui est seulement notionnelle car sous jacente au système des swaps qui n est qu un troc multilatéral. 6

7 Le système financier international des produits dérivés est en fait un système monétaire qui ne dit pas son nom et n affiche pas son unité de compte (cf. D. Bryan et M. Rafferty, Financial derivatives and the theory of money Economy & Society, 36(1), 2007). On pourrait parler de shadow international monetary system. Cf. l utilisation du dollar notionnel pour agréger les divers types de richesses financières mais dont les valeurs dans les diverses unités de compte nationales (devises) restent inconnues. 7

8 La crise financière actuelle est fondamentalement la crise de ce SMI fantôme qui émerge dès lors que le dollar US, clef de voute du SMI de Bretton Woods, perd son ancrage dans l or et devient une pure fiat monnaie. Il n existe plus alors d unité de compte ultime de référence, les parités entre devises sont susceptibles de varier fortement, ce qui conduit à une perte structurelle de l usage en réserve de valeur de toute monnaie. Certes le dollar va rester, malgré ses très fortes fluctuations, la monnaie de référence, hiérarchiquement supérieure aux autres devises, en raison de l hégémonie politique et militaire internationale des Etats-Unis. Mais les choses changent avec l institution de l euro en 1999 et le passage à un dollar standard V (Robert Mundell (2007), Dollar standards in the dollar era, Journal of Policy Modeling, 29, pp

9 Pour Mundell, la montée en puissance de l euro comme actif financier de réserve tend à provoquer un excès de dollars difficile à éliminer et dont les conséquences sont d un côté, une surévaluation de l euro avec des effets dépressifs sur la croissance et l emploi en Europe et, de l autre, un risque inflationniste fort aux Etats-Unis. Ce à quoi il faut ajouter le cercle vicieux d'une accumulation «excessive» de réserves de change essentiellement en dollars - dans les pays émergents ; cette accumulation de réserves vise pour une grande part à stériliser une liquidité financière excédentaire qui, en affluant dans un pays, menace de surévaluation sa monnaie et par voie de conséquence, sa compétitivité internationale, laquelle, plus souvent qu'autrement, est la base privilégiée de sa stratégie de développement; mais elle assèche ce faisant la circulation monétaire internationale et conduit à de nouvelles émissions de liquidité là encore essentiellement en dollars que les pays concernés seront amenés à stériliser. 9

10 En fait ce système, laissé à lui-même, est intrinsèquement instable. Il ne peut remplir correctement ses fonctions monétaires car : Les dérivés financiers ne sont pas de meilleurs moyens de réserve que les monnaies nationales, comme en témoignent les coûts de transaction associés à leur usage et leur dérive (hyper)inflationniste. les dérivés n étant pas directement des moyens de paiement, il y a dépendance maintenue de la liquidité financière (cf. collatéraux, appels de marge, cash settlements) vis-à-vis de la liquidité monétaire dont la production obéit à d autres lois et régulations (le système reste fractionné). L unité de compte commune à l ensemble du système étant seulement notionnelle, elle ne bénéficie d aucun ancrage et ne peut être stabilisée 10

11 En fait les marchés à terme n assurent pas contre le risque de perte de valeur, mais ne font que le transférer (hedging) sur d autres détenteurs de capitaux prêts à prendre les risques pour s enrichir; ils remplissent moins la fonction de réserve de valeur qu ils ne sont la source infinie d une accumulation de valeur virtuelle (inflation des titres). Il existe ainsi une contradiction entre la fonction présumée de réserve des dérivés et leur «fonction» d accumulation de capital dans l industrie financière. L émission de produits dérivés est à l origine d un prélèvement permanent et croissant de la valeur créée dans les entreprises dont les titres de propriété et de créance-dette sont sous-jacents aux dérivés. Ce prélèvement passe notamment par l instauration de la norme de 15% du rendement de la valeur actionnariale elle-même évaluée «mark to market». 11

12 Par ailleurs, dès lors qu une monnaie n est plus fondée sur une unité de compte unique et dénommée servant de «mémoire» d une valeur passée, mais est le pur produit d un calcul d actualisation de sa valeur future supposée anticipable rationnellement, elle n a plus d antériorité et perd de facto sa capacité à être un moyen de réserve. La finance ne fait plus alors «qu assurer» à court terme la poursuite des transactions marchandes dans un contexte d incertitude radicale quant à la valeur des moyens de paiement. Ce qui s exprime dans la fuite en avant dans l inflation des dérivés (par dérivation à une puissance supérieure et la titrisation) et une dynamique de pyramide de type Ponzi. 12

13 Les dérivés ne sont donc que des monnaies de substitution qui ne permettent au capital de se passer d une monnaie de réserve internationale qu au prix de coûts élevés de transaction et d une inflation nominale permanente des titres qui finit nécessairement par aboutir, comme dans toute hyperinflation, à leur dévalorisation brutale. 13

14 I Illustration dans le cas du Canada 700% 650% 600% 550% 500% 450% Real Assets Financial Assets 400% 350% 300% 250% 200% "Stanford Index" Real vs Gross Financial Assets in Canada (as a % of GDP), Adapted from Jim Stanford r(1999), Data f rom Statistics Canada, tableau , compiled by Eric year Source : Eric Pineault, UQAM, CAFCA (Collectif d analyse de la financiarisation du capitalisme avancé), «Le retour du refoulé : titrisation, crédit et économie politique de la crise financière nord-américaine». 14

15 La crise financière actuelle est donc avant tout la crise d un système créé pour assurer des fonctions monétaires dans le cadre d une concurrence entre monnaies nationales non régulée par une instance publique. Cette crise a d abord pris la forme d une hyperinflation des instruments de réserve de valeur que sont les produits dérivés, avant que de se révéler en tant que crise systémique de liquidité et de solvabilité du système bancaire étatsunien puis mondial. La crise montre que la logique autoréférentielle du système financier le transforme en son contraire; il augmente globalement le risque de perte de valeur des droits de propriété. 15

16 La globalisation financière perd par là une grande part de sa justification économique. 16

17 I.1.2. Deuxième type de raison pour sortir de la finance globalisée : elle ne finance pas de facto l économie non financière On peut lister quatre formes au moins de cette inefficacité économique : 17

18 I.1.2.1/ L apport net des marchés boursiers en capitaux pour les entreprises non financières est globalement quasi-nul, voire négatif. Le financement externe des entreprises continue d être fourni essentiellement via le crédit bancaire qui est aussi le financeur des marchés financiers eux-mêmes. Les marchés financiers se bornent à évaluer la valeur des actifs des entreprises cotées (assimilée à leur bonne santé) pour permettre à celles-ci d accéder au crédit bancaire. A contrario les entreprises pour maintenir leur valeur actionnariale et donc leur crédit sont conduites à racheter leurs propres actions. La croissance de la capitalisation financière est ainsi surtout le résultat de l inflation du prix des actifs. 18

19 I Deuxième forme d inefficacité : La finance globalisée ne sert que marginalement au financement du commerce mondial : «En 2010, les volumes échangés sur les marchés de changes en dix jours suffisaient aux besoins des transactions commerciales, le reste de l année ces marchés travaillent donc pour les besoins des stratégies de couverture et d investissement (la logique commerciale (2,7% du temps de transaction) s estompant face à la logique financière dominante aujourd hui 97,3 % du temps)» (Paul Dembinski, «15/08/ /08/ ans de la prise du pouvoir des marchés sur l économie mondiale», Le Temps, Genève, 15/08/2011). 19

20 I «Sur les marchés monétaires, les transactions concernant l économie réelle représentent seulement 1.6% des échanges interbancaires du monde entier. Depuis la libéralisation financière des années 1980, ce ratio a toujours été inférieur à 3%. Par contre au début des années 1970, ce rapport était beaucoup plus élevé» (près de 7 fois plus pour les USA) (François Morin, Un monde sans Wall Street, Paris, Seuil, 2011, p. 29). 20

21 I Troisième forme d inefficacité : Les marchés à termes sont inefficients pour assurer la protection des investissements productifs internationaux contre les risques de taux de change Ce que montre Ronald McKinnon, pourtant un économiste néoclassique, et ce pourquoi celui-ci défend la nécessité d une véritable monnaie supranationale (in Monetary and Exchange Rate Policies for International Financial Stability: A Proposal, Journal of Economic Perspectives, 2(1), 1988, pp ):. 21

22 I «Firms investing in physical plant or human capital find they have substantial exchange risk which cannot be hedged as long as exchange rates are free to fluctuate. ( ) The problem lies not so much with any inadequacies in the forward markets for foreign exchange, but rather is rooted in the incompleteness of forward contracting in markets for goods and services. ( ) Because of these incomplete forward markets for commodities, therefore, fixed investments for producing internationally tradable goods and services cannot be hedged effectively against most foreign exchange risk. ( ) In effect incomplete forward commodity markets expose industrialists, with long-term fixed investments, to foreign exchange risk they cannot avoid. Thus, random variance in exchange rates introduces new net risk into the world economy (McKinnon, 1988, pp ).. 22

23 I Quatrième forme d inefficacité économique enfin : Les marchés financiers globalisés perturbent le fonctionnement des systèmes bancaires nationaux dans leur fonction de fourniture de crédit aux entreprises. Ils conduisent à une réorientation du crédit vers les activités spéculatives et rentières (dettes publiques). Au sein même du système bancaire, la logique financière l emporte massivement sur sa traditionnelle logique fonctionnelle au développement économique du financement de l investissement productif. Or simultanément, la globalisation financière exige une «répression monétaire» des pouvoirs publics qui donne aux seules banques commerciales privées le monopole d émission monétaire via le crédit. 23

24 Comme le reconnaissent certains économistes financiers pourtant contempteurs de l utilité de la finance globalisée, il y a «des coûts très cachés et indirects du surdimensionnement de l industrie financière. Près du tiers des promotions de MBA de la Business School d Harvard et d autres grandes universités s est dirigé vers le secteur financier dans les années 2000, et le même phénomène, certes à un moindre degré, se retrouvait en Europe. Parmi ceux qui obtenaient les rémunérations les plus élevées figuraient les opérateurs financiers dont l activité consistait à corriger des déséquilibres de prix entre actifs financiers pour qu ils ne persistent pas au delà de quelques microsecondes! ( ) On peut penser que cela représente un certain gachis au niveau de l économie toute entière» (Bertrand Jacquillat, «La montée en puissance de la finance est-elle soutenable?», Revue française de gestion, , 2009, p. 235). 24

25 -I La globalisation financière se traduit en fait par le développement d une économie d endettement généralisée et sans proportion avec celui de la production. Ainsi entre 2000 et 2010, la croissance de l endettement global de l économie a cru près de 4 fois plus vite que le PIB, tant dans la zone euro qu aux Etats-Unis. En d autres termes, pour créer 1 dollar de valeur ajoutée, il a fallu créer 3,7 dollars de dettes, ce qui ne témoigne pas d une grande productivité de la finance globale! -Dans la zone euro néanmoins, le crédit aux entreprises non financières a gardé une place plus importante dans l ensemble de l endettement qu aux USA (cf. graphiques suivant). 25

26 I Etats-Unis 26

27 I Zone euro 27

28 I.1.3. Troisième type d inefficience qui justifie qu on sorte de l emprise de la finance marchande globalisée : elle finance les puissances publiques en réduisant la place de leur financement fiscal et monétaire I Les marchés financiers globalisés financent largement les puissances publiques nationales et locales. Ce financement est inefficace car il se fait à l encontre de leur financement fiscal et monétaire (circuit du Trésor), produit des effets d éviction, et engendre des déficits cumulatifs des finances publiques qui conduisent cellesci à ne plus pouvoir assumer les compétences politiques et sociales sur lesquelles est fondée leur utilité sociale et donc leur légitimité aux yeux des citoyens dans leur ensemble. 28

29 I En soumettant les Etats à leurs règles de fonctionnement via l accumulation de dettes publiques, les opérateurs financiers globalisés sont dysfonctionnels à la reproduction démocratique des sociétés. On peut ainsi parler d un pouvoir souverain des organisations financières au niveau international. Ce pouvoir n apparaît en fait légitime qu aux yeux des élites politiques, académiques et économiques dirigeantes qui ont soutenues et soutiennent encore la globalisation financière. En effet, elle ne résulte pas d une domination imposée mais d une construction par la plupart des Etats et d une décision de leurs élites dirigeantes à s auto-soumettre à ses règles, règles dont elles ont elles-mêmes établi les fondements (cf. détricotage des circuits du Trésor et développement des marchés obligataires de la dette publique, «règle d or»). 29

30 I Cette dysfonctionnalité politique de la finance globalisée n est pas seulement préjudiciable au fonctionnement démocratique de nos sociétés; elle est aussi une source d inefficacité dans l allocation des ressources via le crédit, dans la distribution des revenus (concentration de la richesse conduisant à l inflation des actifs financiers), et finalement pour la croissance du bien-être des populations (activation de tendances récessives en fonction des réquisits de stabilité monétaire et de la «valeur actionnariale»). 30

31 Premier bilan La finance globalisée et dérégulée a été surtout fonctionnelle à elle-même et n a assuré les fonctions monétaires et de financement qui la légitiment qu avec une très faible productivité et au prix fort d une inflation auto-entretenue des actifs financiers et de crises financières récurrentes et de plus en plus rapprochées et générales. La finance globalisée est très efficace pour ce qui concerne son propre développement et l accumulation de capital financier proprement dit, au moins à court moyen terme. Elle l est peu pour le commerce, l investissement productif et la croissance de la production. Elle fait peser sur les activités non financières des coûts de transaction globalement prohibitifs. Elle s est développée fondamentalement beaucoup plus selon sa logique propre que sur la base de la croissance du bien-être des sociétés sur lesquelles elle fait également peser son pouvoir politique. 31

32 A long terme, son développement correspond à une croissance des risques économiques, financiers, sociaux et politiques et non à celle d un système d assurance contre les risques monétaires et financiers pesant dans l espace international sur les entreprises non financières et les Etats. Elle n assure pas vraiment en effet contre les risques de change, de variation des taux d intérêt et de crédit, elle ne fait que les déplacer en son sein vers les opérateurs les plus aventureux et les plus désireux de s enrichir rapidement. Vu la dynamique expansive sans limite de la globalisation financière rendue possible par le caractère virtuel des «produits» qu elle manipule et invente, ces opérateurs n ont pas en fait la capacité réelle d assumer les risques qu ils prennent le plus souvent «à crédit». Ils les transfèrent en produisant des dérivés de dérivés et finalement en les titrisant de telle sorte qu on ne sait plus qui en fait les porte et devrait les assumer. En dernier ressort, ce sont les pouvoirs publics qui «assurent». 32

33 Cette logique de la finance globalisée et libéralisée est une condition de sa survie et de son expansion en tant qu industrie du risque. Elle doit produire du risque pour qu il y ait nécessité de s en prémunir. Arrivée à un certain stade de développement, les nécessités du commerce et de l investissement international ne fournissent plus assez en effet de grain à moudre. La logique financière devient autoréférentielle, il s agit de s assurer contre les risques propres aux activités spéculatives, ce qui conduit à une nouvelle augmentation des risques de système. 33

34 Le risque que fait peser sur les sociétés et leur économie la finance globalisée est un peu comme le risque nucléaire. On y trouve les mêmes questions de risque systémique et les mêmes types de lobbies intéressés et puissants On ne peut au minimum le laisser entièrement dans les mains de personnes et groupes privés orientés exclusivement par la recherche d un profit monétaire. Et la même question se pose dans les deux cas : Faut-il sortir du nucléaire? Faut-il le limiter et l encadrer (le réprimer)? Faut-il sortir de la globalisation financière ou seulement l encadrer? Dans les deux cas, il s agit de questions politiques qui doivent faire l objet de débats démocratiques, ce qui est plus ou moins le cas pour le nucléaire mais pas pour le financier. 34

35 I.2. Raisons pour sortir de la globalisation financière qui ne relèvent pas de sa logique propre mais lui sont sous-jacentes La crise n est pas que financière, elle est à multiples facettes. La globalisation financière est l expression dans la sphère financière d une révolution libertarienne plus générale qui a trouvé un terrain propice aux Etat-Unis et a permis à ce pays de prolonger sa position impériale en tant que centre de l économie-monde. Elle est le produit d un néomercantilisme consistant pour les pays à fonder prioritairement leurs stratégies d accumulation de richesse sur les marchés extérieurs. 35

36 On peut ainsi dire que la globalisation financière résulte plus qu elle ne les a suscité de transformations sociales fondamentales des sociétés capitalistes à l échelle des territoires nationaux et qu illustrent les processus qu il nous faut relater maintenant d endettement massif des populations et des Etats, accompagnés par un accroissement considérable des inégalités sociales et de la pauvreté. 36

37 La crise actuelle est à multiples facettes C est certes une crise financière qui est en fait, on vient de le voir une crise du régime monétaire international concurrentiel qui s appuie aux niveaux nationaux sur une «répression monétaire» et un endettement généralisé Mais c est aussi la manifestation d une crise du modèle néomercantilisme libéral d insertion économique internationale, un modèle globalement récessif consistant à aller faire son marché chez le voisin en restreignant le sien propre Elle va aussi de pair avec une crise politique de l ordre international et, au niveau national, une crise du modèle social sous-jacent de «restriction salariale» conduisant à l endettement des ménages. L enfermement dans la crise témoigne quant à lui d une crise intellectuelle des élites dirigeantes des pays occidentaux qui explique la difficulté d en sortir. 37

38 La globalisation financière exprime en fait un changement structurel dans les formes de la domination sociale et de la place que l argent y tient. Sa crise exprime le caractère non soutenable au niveau sociétal de ce modèle social qu on peut caractériser d un côté par la domination sans partage que les créanciers exercent sur les débiteurs, et de l autre par la transformation de la grande majorité de la population en débiteurs soit directement (endettement des ménages soumis à la restriction salariale), soit indirectement (endettements des pouvoirs publics soumis à la répression monétaire). 38

39 La situation de crise actuelle peut être interprétée comme le résultat que cette domination a été menée jusqu au point où les débiteurs ne peuvent plus payer, sont en faillite, la restriction salariale toujours poussée plus loin conduisant à ce que les salaires en baisse ne puissent plus supporter une charge de la dette en hausse, la répression monétaire combinée à la réduction de la fiscalité sur les créanciers aboutissant au même résultat du côté des pouvoirs publics. 39

40 II. Trois scénarios raisonnés possibles de sortie du «système», mais une grande difficulté à les actualiser sans que se manifeste «l indignation de la multitude» 40

41 II.1. Trois scénarios internationaux de sortie de la globalisation financière Le maintien de la globalisation financière dans sa forme actuelle avec seulement l affirmation de la nécessité de corriger les «excès» et autres fautes éthiques des «intermédiaires» nous a déjà conduit à une nouvelle crise encore plus grave que celle de 2008, car cette fois avec menace de défaut voire de faillite de certains Etats qui ne peuvent plus que se sauver eux-mêmes en faisant face aux attaques des marchés financiers. Les premières réactions à la présente crise qui, en impliquant des politiques restrictives, conduisent l Europe à s enfoncer dans la récession, sont suicidaires; elles traduisent une réaffirmation de la soumission des Etats néolibéraux au pouvoir des marchés financiers globalisés, et conduiront nécessairement, si elles ne sont pas infléchies, à une troisième phase politique et sociale de la crise. 41

42 II.1. Trois scénarios internationaux de sortie de la globalisation financière Trois scénarios alternatifs méritent donc d être évoqués. Ces scénarios supposent de nouvelles stratégies coopératives se déployant à des échelle spatiales plus ou moins larges. Ils renvoient à des tendances observables d évolution vers une sortie de la globalisation financière, et ne sont pas purement théoriques. Pour autant ils prennent acte de stratégies encore dominées et dont l issue paraît actuellement bouchée. 42

43 II.1. Trois scénarios 1/Changement du mode de mondialisation avec création d une monnaie véritablement internationale (actualisation des débats pré-bretton Woods : DTS versus Bancor) 2/Fractionnement et rehiérarchisation de l espace mondial avec consolidation de blocs continentaux régionaux (limitation des mouvements de capitaux, monnaies régionales communes mais non nécessairement uniques) 3/Replis protectionnistes des Etats défavorisés par le processus en raison de l absence de solidarité entre territoires 43

44 II.1.1. Le scénario 1 des «émergents» (ou Keynes-McKinnon): l institution d une véritable monnaie «internationale» -Création d une monnaie véritablement internationale (supranationale) de compte et/ou de réserve, stable et rendant inutile une bonne partie des marchés à terme et de dérivés financiers. N est pas le plus actuel à ce jour, malgré les velléités du FMI (avril 2010) d aller dans ce sens, compte tenu d une opposition radicale plus que probable des USA. Pourrait valoir également partiellement pour des monnaies régionales (scénario 2 suivant, type bancor européen) 44

45 II.1.1. Le scénario des «émergents» (Keynes-McKinnon): The outbreak of the crisis and its spillover to the entire world reflect the inherent vulnerabilities and systemic risks in the existing international monetary system. ( ) The desirable goal of reforming the international monetary system, therefore, is to create an international reserve currency that is disconnected from individual nations and is able to remain stable in the long run, thus removing the inherent deficiencies caused by using credit-based national currencies. (Zhou Xiaochuan, Reform the International Monetary System, 23 March 2009, Banque centrale de Chine). 45

46 Influencé par cette déclaration, le FMI a en 2010 reconnu une certaine inefficience des marchés financiers tout comme la nécessité de contrôler ( managing, closer monitoring ) les mouvements de capitaux dans un cadre multilatéral de coopération. ( A key conclusion is that ( ) use of capital controls in addition to both prudential and macroeconomic policy is justified as part of the policy toolkit to manage inflows., (Ostry & alii, 2010, Capital Inflows: The role of Controls, IMF Staff Position Note, February 19, SPN/10/04, p. 5). Le FMI a alors reconnu la nécessité de faire monter en régime l usage des Droits de Tirage Spéciaux (DTS), voire d envisager la mise en circulation d une monnaie supranationale appelée sans ironie bancor en l honneur de John Maynard Keynes. (FMI, 2010, Reserve Accumulation and International Monetary Stability, Prepared by the Strategy, Policy and Review Department In collaboration with the Finance, Legal, Monetary and Capital Markets, Research and Statistics Departments, and consultation with the Area Departments, April 13.)

47 II.1.2. Le scénario de type européen (ou Mundell) : l institution de monnaies régionales communes et non nécessairement uniques Le plus probable pour beaucoup, car solution intermédiaire entre protectionnisme et globalisation (zone euro, création d'un Conseil sud-américain des Finances en août 2011, ASEAN et plus localement initiative de Chiang Mai) Très actuel avec la crise de l euro qui pourrait impliquer une désolidarisation de la construction européenne à l égard de la globalisation. Pose la question d une pluralité de monnaies d échelles territoriales différentes de validité dans le cadre d une même communauté de compte 47

48 II.1.3. Le scénario protectionniste (ou Tobin - Shiller) avec institution d une double unité de compte (paiement/réserve) Une fermeture plus importante des frontières des Etats désireux de conserver intégralement leur souveraineté monétaire, éventuellement parce qu ils sont défavorisés par la globalisation sans pour autant que s exerce une solidarité à leur égard. Déjà en place (Chili, Chine, Argentine?) Portée limitée si fondé sur le free-riding Actuel mais peu traité car encore fortement déprécié. 48

49 Countries should not peg their exchange rates. ( ) Dirty floating is alright. Interventions are sometimes called for and need not be transparent. For occasional dirty floating, hard currency reserves are needed. The central bank must husband them in the national interest, whether the exchange rate is fixed or floating. In either case the government needs to limit private external financial transactions that may force the country to lose reserves or to suffer unwelcome currency depreciation. The central bank ( ) cannot be indifferent to the claims on those reserves negociate by private parties, domestic and foreign, who ignore social risks. An obvious precaution is to limit even to zero the net indebtedness (particularly the short-term debt) in hard currency permitted any private bank. The device used in Chile and Colombia, an extra reserve requirement, is evidently successful. ( ) It is because China restricts the convertibility of its curency. ( ) Free capital account convertibility, the essence of financial globalization, does not exist. As a result, China has ample monetary sovereignty. Restricted convertibility has not deprived China of massive infusions of foreign capital and technology. (James Tobin, 1999, Financial Globalization: Can National Currencies Survive?, Keynote Address to the Annual World Bank Conference on Development Economics, 1998, Cowles Foundation Papers n 985, Yale University, pp ). 49

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1 Les fonctions d un système monétaire international Les crises et la réforme du SMI fondé à Bretton Woods. La nature du système né dans les années 1970 Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Economie monétaire et système financier européens. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016

Economie monétaire et système financier européens. Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016 Economie monétaire et système financier européens Nikolay NENOVSKY UPJV/Amiens/2016 http://www.nikolaynenovsky.com/ Economie monétaire et Système financier européens Plan des séminaires Séminaire 1 L intégration

Plus en détail

Répression financière à la pékinoise

Répression financière à la pékinoise Répression financière à la pékinoise Résumé : - La répression financière (taux d intérêt bas, réserves obligatoires élevées ) est essentielle pour comprendre le développement de la Chine - Les contrôles

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics

Les politiques d appui à la croissance complètent l assainissement des comptes publics Bulletin du FMI PERSPECTIVES ÉCONOMIQUES MONDIALES Quelques leçons de l histoire pour maîtriser la dette publique Bulletin du FMI en ligne 27 septembre 2012 Le fronton du Trésor américain : la dette publique

Plus en détail

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie

Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie Thème 2 : la monnaie et les banques : le carburant de notre économie L activité économique repose sur trois rouages : Monnaie besoins production répartition consommation Échanges Marché 2 «La monnaie n

Plus en détail

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité

L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité L euro, la Banque centrale européenne et le Pacte de stabilité Université citoyenne d Attac Toulouse, 22 août 2008 Jean-Marie Harribey et Dominique Plihon Les principes néolibéraux Théories de Hayek, Friedman

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques

Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Chapitre 4 : Les grands déséquilibres économiques Introduction (1) 3 grands déséquilibres : inflation, chômage et croissance et fluctuations économiques Grands déséquilibres?! Écart entre l offre et la

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON

LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON COMMENT S OPÈRE LE FINANCEMENT de L ÉCONOMIE MONDIALE? LA BALANCE DES PAIEMENTS ET SON INTERPRÉTATION ÉCONOMIQUE A. QU EST-CE QU UNE BALANCE DES PAIEMENTS B. LA BALANCE DES TRANSACTIONS COURANTES C. LA

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Retour sur la crise et les politiques mises en œuvre

Retour sur la crise et les politiques mises en œuvre Retour sur la crise et les politiques mises en œuvre François Facchini Professeur Agrégé des Universités, UP11 et économiste associé au Centre d Economie de la Sorbonne (UP1) Université d Automne de l

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles

ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles ENTRAINEMENT A L EXAMEN N 3/ Crise économique et réformes structurelles I. Questions à traiter 1. Pour quelles raisons le modèle de grande banque universelle est-il aujourd hui contesté? Le modèle de

Plus en détail

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés

Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés Recensement triennal sur l activité du marché de change et des produits dérivés 1 Le cadre de l analyse L analyse présente se base sur des données réunies dans le cadre du recensement triennal de la Banque

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

Microéconomie vs Macroéconomie

Microéconomie vs Macroéconomie CONCLUSION Microéconomie vs Macroéconomie Concept commun de base des ressources limitées pour satisfaire des besoins illimités Microéconomie Macroéconomie But : comprendre le processus de décision des

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

Aux sources du redressement productif

Aux sources du redressement productif Aux sources du redressement productif Jean-Luc Gaffard OFCE Sciences Po, Université de Nice Sophia Antipolis, SKEMA Business School croissance des entreprises LES TERMES DU DÉBAT 110 Graphique 8. Taux

Plus en détail

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés

Économie Partie 1 Chapitre 1 Échanges sur les marchés I) Le fonctionnement du marché A) L organisation des échanges 1) A quoi sert l échange? Dans nos sociétés modernes, une personne ne peut pas tout produire pour satisfaire ses besoins. L échange va alors

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII

Prix du pétrole et activité économique. Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII Prix du pétrole et activité économique Journées du pétrole, 21-22 octobre 2008 François Lescaroux, IFP Valérie Mignon, EconomiX et CEPII 1 Introduction Poids considérable du pétrole dans l économie mondiale

Plus en détail

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CYCLE FINANCIER, POLITIQUE MONÉTAIRE, DETTE PUBLIQUE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii A partir des années 1980, la recherche de la BRI montre que la dynamique financière est radicalement

Plus en détail

Régulation financière et recomposition du système monétaire international

Régulation financière et recomposition du système monétaire international Régulation financière et recomposition du système monétaire international Jacques Mazier Dominique Plihon Centre d Economie de Paris Nord 16 décembre 2013 I/ La régulation financière et ses instruments

Plus en détail

1 La situation économique et financière 10

1 La situation économique et financière 10 Sommaire 1 La situation économique et financière 10 1.1 La situation économique dans la zone euro 12 1.1.1 Les taux d intérêt à court terme 12 1.1.2 Les rendements des titres publics à long terme 13 1.1.3

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Avant-propos Introduction. Première partie

Avant-propos Introduction. Première partie 9782100533015-Delap-tdm.qxd 12/08/09 7:41 Page V Table des matières Avant-propos Introduction XI XIII Première partie La monnaie, de l historique aux formes et fonctions actuelles Dunod. La photocopie

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

La monnaie et les prix

La monnaie et les prix La monnaie et les prix Le long terme et les variables nominales ECO 2400 Université du Québec à Montréal Germain Belzile et Département des sciences économiques 2 Qu est-ce que la monnaie? La monnaie a

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

Rééquilibrer l ordre économique international

Rééquilibrer l ordre économique international Rééquilibrer l ordre économique international Exposé présenté à un colloque organisé par le Peterson Institute for International Economics La guerre des monnaies : les réalités économiques, les réactions

Plus en détail

1 les mécanismes de la crise financière

1 les mécanismes de la crise financière De la crise financière à la crise économique Michel Husson, 2009 1. Les mécanismes de la crise financière 2. les canaux de transmission à l économie réelle 3. les deux racines de la crise 4. les perspectives

Plus en détail

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions

Banques, crédit et système bancaire Questions. Document 2. Questions Création monétaire et systèmes bancaire et monétaire Module 1 Corrigé Liens avec les programmes de SES (1 ère ) Liens avec les programmes de STG (T ale ) Banque et création monétaire La création monétaire

Plus en détail

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse

La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse La création monétaire, la politique monétaire et les prix : Le rôle de la Banque nationale suisse Iconomix Journée d économie politique Lausanne, 22 novembre 2013 Michel Peytrignet, Consultant Ancien chef

Plus en détail

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte

Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Chapitre 4 Politiques monétaire et budgétaire en économie ouverte Introduction modèle keynésien : on suppose que les prix sont fixes quand la production augmente, tant que l on ne dépasse pas le revenu

Plus en détail

Stabilité financière et banques centrales

Stabilité financière et banques centrales André ICARD Stabilité financière et banques centrales Préface de Jean-Claude Trichet Président de la Banque Centrale Européenne C3 ECONOMICA 49 rue Héricart, 75015 Paris TABLE DES MATIERES Préface Avant-propos

Plus en détail

La question de la retraite

La question de la retraite Partie 1 La question de la retraite Introduction............................................................ 3 Les enjeux liés aux caisses de retraite......................... 7 L actualité des questions

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL

LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL LE FONDS MONETAIRE INTERNATIONAL BIBLIOGRAPHIE Lenain P., 2002, Le FMI, Repères, La découverte. (code LEA 332.15 LEN) SITE INTERNET : www.imf.org I LE FMI, INSTITUTION CENTRALE DU NOUVEL ORDRE MONETAIRE

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Monnaie, Banque et Marchés Financiers

Monnaie, Banque et Marchés Financiers Collection FlNANCE dirigée par Yves Simon, Professeur à l'université Paris-Dauphine, et Delphine Lautier, Professeur à l'université Paris-Dauphine Monnaie, Banque et Marchés Financiers Didier MARTEAU C

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $ 004 005 - Economie Internationale Echanges commerciaux = 1% opérations de change Création monnaie qd accord crédit Devise clef = monnaie nationale reconnue comme monnaie internationale Contrainte pour

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

B) La problématique à court et moyen terme

B) La problématique à court et moyen terme Atelier 1B «La globalisation des marchés financiers, tendances et enjeux pour le Canada» Sujet : La marginalisation du Canada sur les scènes économique et financière mondiales. Ses conséquences probables

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

L organisation industrielle des banques

L organisation industrielle des banques L organisation industrielle des banques Ce chapitre s intéresse à un secteur de la microéconomie bancaire qui est l organisation industrielle des banques, pour simplifier l étude certaines spécifications

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire

A. La distinction entre marchés primaire et secondaire. 1. Le marché financier et ses deux compartiments : le marché primaire et le marché secondaire Chap 2 : Le marché financier et son rôle économique Les marchés de capitaux assurent le financement de l économie. Sur ces marchés se confrontent des agents à la recherche de financements et d autres à

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

Perspectives économiques et boursières

Perspectives économiques et boursières Perspectives économiques et boursières Michel Lagier Chief Investment Strategist BANQUE PRIVÉE Monnaie virtuelle: franc succès, 2 milliards de dollars de Bitcoins en circulation $194 Tulipomanie Hollande

Plus en détail

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé

Les origines et les manifestations de la crise économique et financière. par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Les origines et les manifestations de la crise économique et financière par Professeur Nadédjo BIGOU-LARE Université de Lomé Plan Introduction 1. Origines de la crise financière: les «subprimes» 2. Les

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire

Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire Chapitre VII : Définition et mise en oeuvre de la politique monétaire I. Objectifs et instruments de la politique monétaire A) Les objectifs des politiques économiques Une politique économique = toute

Plus en détail

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe

CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES. Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe CONCOURS APRÈS CLASSES PRÉPARATOIRES Sujets de l'épreuve orale d'analyse Économique et Historique des Sociétés Contemporaines d ESCP Europe 2009 SUJET 1 Le rôle de l information dans le fonctionnement

Plus en détail

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc

Tendance de long terme. Joachim GANACHAUD - Lycée Pasteur - Le Blanc Tendance de long terme PIB Crise PIB Crise Reprise Reprise Temps Temps Croissance potentielle (dépend de facteurs d offres) Variations conjoncturelles de la croissance (dépendent de la demande) Tensions

Plus en détail

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu :

Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : Sortie du creux conjoncturel avec un PIB potentiel plus faible qu attendu : un contexte difficile pour faire face au choc du vieillissement de la population 39 e Congrès de l ASDEQ Ottawa 15 mai 2014 François

Plus en détail

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir?

Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Crise de la dette publique Quelles causes? Comment en sortir? Dominique Plihon Université Paris Nord Conseil Scientifique d Attac Membre des Economistes Atterrés 29 août 2015 Plan de la présentation 1/

Plus en détail

End of the floor on EURCHF

End of the floor on EURCHF Les marchés financiers en toute sérénité End of the floor on EURCHF 11 March 2015 Need to revise risk management and hedging strategies? 15 January: was this a black swan? What hints helped anticipating

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens.

Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. Paris, le 15 juillet 2011 Les banques françaises passent avec succès les stress tests européens. L ABE (Autorité Bancaire Européenne) et les autorités de supervision nationales, dont l Autorité de contrôle

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

30 avril 2010 N. 204

30 avril 2010 N. 204 avril 1 N. Conséquences probables de la crise des dettes souveraines dans la zone euro : ni un défaut, ni une restructuration, ni la sortie de l euro, ni l inflation, mais le retour en récession de la

Plus en détail

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE

RÉPONSES GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE CHAPITRE OBJECTIFS D APPRENTISSAGE CHAPITRE 1 GOUVERNANCE ET STRATÉGIE D ENTREPRISE RÉPONSES OBJECTIFS D APPRENTISSAGE Au terme de ce chapitre, l étudiant doit être en mesure de faire ce qui suit : 1. Comprendre la gouvernance d entreprise

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015

Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2014-2015 L économie canadienne en transition Thèmes pour 2014-15: L environnement économique

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux

La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux OCP Policy Center Seminar series La politique monétaire après la crise financière mondiale : Nouveaux enjeux Pierre-Richard Agénor, Hallsworth Professor, University of Manchester and Senior Fellow, OCP

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

IDRI 2220: Relations Economiques internationales

IDRI 2220: Relations Economiques internationales Livre de référence IDRI 2220: Relations Economiques internationales Le cours est basé sur le livre de P. R. Krugman et M. Obstfeld "Economie internationale", ed. Pearson Education, édition française (2006).

Plus en détail

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes

Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Chapitre XVII Les déterminants de la balance commerciale et des opérations courantes Le chapitre X consacré à l optique dépenses de la comptabilité nationale nous a donné l occasion de décrire la structure

Plus en détail

Interpréter correctement l évolution de la part salariale.

Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Interpréter correctement l évolution de la part salariale. Gilles Saint-Paul Université de Toulouse I et Ministère de l Ecologie En, la part des salaires dans la valeur ajoutée (ou dans le PIB) est un

Plus en détail

La Finance responsable : du souhaitable au possible

La Finance responsable : du souhaitable au possible La Finance responsable : du souhaitable au possible Résultats des recherches IAE-CERAG en finance socialement responsable Isabelle Girerd-Potin Professeur, Responsable du Master Finance Objectif : répondre

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Dettes. emprunts. intérêts

Dettes. emprunts. intérêts Dettes emprunts intérêts 1 A qui emprunte les Etats pour financer leur dette? 2 possibilités : La monétisation directe, une situation où la Banque Centrale achète et met sur son bilan des quantités importantes

Plus en détail

Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008

Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008 Crise économique et financière: 2008 = 1929? Mathias Dewatripont CEPULB, 4 novembre 2008 1 Plan 1. Qu est ce qu une banque? 2. Pourquoi les banques sont-elles fragiles? 3. Comment remédier aux chocs bancaires?

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LA PREVISION DU TAUX DE CHANGE 1 Qui cherche à prévoir? Les entreprises Les banques Les fonds d investissement Les investisseurs institutionnels Pourquoi chercher à prévoir? Créances et dettes en devises

Plus en détail