Physique du Bâtiment Caractéristiques hygrothermiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Physique du Bâtiment Caractéristiques hygrothermiques"

Transcription

1 Risque de condensation superficielle et dans la masse Définitions > Point de rosée : Point à partir duquel la vapeur d'eau contenue dans l'air devient liquide. > Condensation dans la masse : Passage de l'eau de l'état gazeux à l'état liquide à l'intérieur de la paroi opaque. > Transfert de vapeur d eau : Transfert entre de l air fortement chargé en vapeur d eau (humidité relative HR) et de l air moins chargé en vapeur d eau : Recherche d un équilibre entre les pressions de vapeur d eau. > Diagramme de Glaser : Méthode permettant de localiser le point de rosée dans la paroi et de déterminer le risque de condensation. (Cf : courbes ci-dessous). > Matériaux perspirants : Matériaux «ouverts» à la diffusion de vapeur d eau. > Pression de vapeur saturante : pression pour laquelle la vapeur d eau est en équilibre avec sa phase liquide. Cette pression dépend de la température. Calculs Les calculs portent sur : - la température à l intérieur de la paroi, - la pression de vapeur saturante, - la pression de vapeur dans chaque couche de la paroi. localisation théorique d un point de rosée A la croisée des courbes de pression de vapeur d eau : du matériau (dans la paroi) et saturante Edition du 24/05/ page 1 / 7

2 En pratique Le choix des données d entrée est essentiel : - température intérieure, - taux d humidité relative intérieur, - zone géographique (température et taux d humidité relative extérieurs). Etudes de cas concrets : Mise en situation => Bretagne au mois de janvier (Attention les résultats ne sont pas similaires pour les régions du nord ou du sud de la France). Sans risque de condensation - De l intérieur vers l extérieur : o Plaque de gypse de cellulose ép = 1.25 cm o Lame d air non ventilée ép = 4 cm o OSB ép = 2.2 cm o OB + isolant en laine de chanvre ép = 22 cm o Pare pluie en fibres de bois ép = 1.8 cm o Lame l air ventilée ép = 4 cm o Bardage bois ép = 2.1 cm Température dans la paroi : On constate que le matériau contenu entre les montants de l ossature en bois joue bien son rôle d isolant puisse qu il contribue à maintenir la température intérieure aux environs de 21 C. Edition du 24/05/ page 2 / 7

3 Pression de vapeur dans la paroi : Courbe bleu : pression de vapeur Courbe rouge : pression de vapeur saturante On contacte que les courbes ne se croisent pas, il n y a donc pas de point de rosée et aucun risque de condensation. Interprétations : L OSB, placé coté intérieur, fait chuter la pression de vapeur car ce matériau est dit «fermé» à la diffusion de vapeur d eau (non perspirant). Il y a donc moins de vapeur d eau à atteindre l ossature bois et l isolant. Même si la température de l air diminue au fur et à mesure que l'air se rapproche du coté extérieur, il est tout de même capable de «conserver» son taux de vapeur d eau sans condenser. Il n y a donc pas de phénomène de condensation. Edition du 24/05/ page 3 / 7

4 Avec risque de condensation - De l intérieur vers l extérieur : o Plaque de gypse de cellulose ép = 1.25 cm o Lame d air non ventilée ép = 4 cm o OB + isolant en laine de chanvre ép = 22 cm o OSB ép = 2.2 cm o Pare pluie en film ép = 0.01 cm o Lame l air ventilée ép = 4 cm o Bardage bois ép = 2.1 cm Température dans la paroi : Là encore, le matériau placé entre les montants d ossature joue son rôle d isolant, en faisant chuter la température. Edition du 24/05/ page 4 / 7

5 Pression de vapeur dans la paroi : Courbe bleu : pression de vapeur Courbe rouge : pression de vapeur saturante Interprétations : Dans ce cas, l OSB est placé coté extérieur, il ne contribue pas à faire chuter la pression de vapeur d eau avant l isolant, seulement après, il y a donc un point de rosée qui se crée au niveau du croisement des deux courbes, et un risque de condensation important. L aire entre ces courbes est proportionnelle à la quantité d'eau condensée. Il y a condensation car l air traversant la paroi est refroidi dans l isolant et ne peut plus contenir toute la vapeur d eau, celle-ci devient donc liquide par condensation. La solution dans ce cas : Mettre un pare-vapeur adéquate à l intérieur pour faire chuter la pression de vapeur d eau. Nota : Chaque région à ces propres données climatiques, une solution préconisée pour le nord de la France, ne le sera peut être pas pour le sud. Edition du 24/05/ page 5 / 7

6 Exemple dans le cas d une rénovation : Types de parois : De l intérieur vers l extérieur Conditions : o Plaque de gypse ép = 1.25 cm o Lame d air ép = 4.5 cm o Pare vapeur SD = 10 m ép = 0.01 cm o Laine de lin ép = 8 cm o OB + laine de lin ép = 8 cm o Lame d air non ventilée ép = 4.5 cm o Brique pleine de parement ép = 24 cm Température intérieure = 21 C, HR intérieure = 82,5% Région : Bretagne au mois de janvier On constate un point de rosée dans l isolant, un risque de condensation au niveau de l isolant et dans le mur en brique. Edition du 24/05/ page 6 / 7

7 Conditions : Température intérieure = 21 C, HR intérieure = 82,5% Région : Corse au mois de janvier T ext = 8.70 C HR = 0.67 % Dans ce cas, il n y a pas de point de rosée, ni de risque de condensation. Cela est simplement dû au fait que les conditions de température est d humidité relative extérieure ne sont pas similaires. Il est donc important lors du choix des systèmes constructifs de prendre en considération les données climatiques de la région dans laquelle va être construit le bâtiment. Edition du 24/05/ page 7 / 7

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur ossature bois extension Extension d'un groupe scolaire - WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur primaire Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

Transfert de vapeur d eau

Transfert de vapeur d eau S8-Transfert Hygrothermique 1. Problématique Humidité dans les logements L air contenu dans les logements contient toujours de la vapeur d eau. A l intérieur ceci est dû en partie par l activité humaine

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Toiture Neuve Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée Composition

Plus en détail

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture

15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS. Étude WUFI Plancher des combles et toiture 15_ simulation et annexes HUNSPACH & LUDWIGSWINKEL - BÂTIMENTS RÉNOVÉS Étude WUFI Plancher des combles et toiture Sommaire 1 HYPOTHÈSES...3 1.1 PAROI ÉTUDIÉE... 3 1.2 CONDITIONS INITIALES... 4 1.3 CLIMAT

Plus en détail

Tutoriel. Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique. Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) :

Tutoriel. Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique. Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) : Tutoriel Plan de démonstration: Comparaison de trois types de parois en rénovation thermique Rénovation : ITE (Isolation par l extérieur) : Composition de l existant: Plaque de plâtre BA 13 (1,25 cm) Polystyrène

Plus en détail

Parois à ossature bois et transferts de vapeur

Parois à ossature bois et transferts de vapeur Parois à ossature bois et transferts de vapeur Julien Lamoulie 28 novembre 2013 Un peu de physique L air a une capacité limitée à retenir la vapeur d eau la capacité maximale décroît considérablement à

Plus en détail

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau

Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau Transfert d humidité, migration de la vapeur d eau 1)L air avec le diagramme de Mollier. 2)Le point de rosée. 3)La valeur Sd. 4)Etude d une paroi verticale avec le diagramme de Glaser Juillet 2013 Le diagramme

Plus en détail

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle

Les enduits. Unité de Formation Professionnelle Les enduits Unité de Formation Professionnelle Les différents enduits Les finitions en isolations extérieure Migration de vapeur d eau Gestions des désordres Une protection contre les intempéries 1 Certains

Plus en détail

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com Gestion de l humidité dans la rénovation 1 Une réhabilitation thermique implique le renforcement de l isolation Les travaux d isolation peuvent modifier le comportement hygrothermique des parois Les maîtres

Plus en détail

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse)

LA PROPAGATION DE LA CHALEUR A TRAVERS UNE PAROI. 1 - La résistance thermique d'échange superficiel (Rsi et Rse) LA POPAGATION DE LA HALE A TAVES NE PAOI ne paroi séparant deux ambiances de températures différentes, constitue un obstacle plus ou moins efficace, au flux de chaleur qui va s'établir de la chaude vers

Plus en détail

Les parois de chambres froides

Les parois de chambres froides Les parois de chambres froides présentation de : Illustrations de sources diverses. 1 Objectifs du cours Identifier les modes de transferts Réaliser un bilan thermique pour un échangeur un mur un container

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

L isolation en rénovation: dernières nouveautés!

L isolation en rénovation: dernières nouveautés! L isolation en rénovation: dernières nouveautés! Bruxelles Environnement Vers une isolation des murs bien étudiée Arnaud EVRARD UCL Architecture et Climat Objectifs de la présentation Présenter des outils

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères

Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Isolation par l intérieur des murs en briques: Analyse des risques et définitions de critères Contact : arnaud.evrard@uclouvain.be Architecture et climat : http://www-climat.arch.ucl.ac.be 1 > Plan de

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Matériaux d isolation

Matériaux d isolation Mardi 30 Octobre 2012 en LORRAINE Matériaux d isolation Espace INFO ÉNERGIE Centre&Ouest Vosges Pierre Pellégrini Conseiller énergie Quelles sont nos missions? Sensibiliser, informer, conseiller de façon

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Physique du Bâtiment Inertie thermique int. Capacité thermique

Physique du Bâtiment Inertie thermique int. Capacité thermique Inertie d un matériau et d une paroi Les deux propriétés d un matériau qui interviennent dans la caractérisation de l inertie sont : - la masse volumique en kg/m 3, - la chaleur spécifique en J/(kg.K)

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Isolation des toitures terrasses en bois

Isolation des toitures terrasses en bois 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Isolation des toitures terrasses en bois J. Lamoulie 1 Isolation des toitures terrasses en bois Julien Lamoulie Institut Technologique FCBA FR-Bordeaux

Plus en détail

Isolation murs maisons à ossature bois:

Isolation murs maisons à ossature bois: Isolation murs maisons à ossature bois: La mise en œuvre consiste à poser l isolant Magripol entre une ossature bois sur laquelle sera fixé un parement en plaque de plâtre ou en bois. Prescriptions de

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Durabilité des isolants biosourcés

Durabilité des isolants biosourcés Durabilité des isolants biosourcés Vers la création de classes d emploi Julien Lamoulie Rappel du contexte Fort développement du marché des isolants biosourcés, mais : Nécessitéd apporter desgaranties

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover

Performances énergétiques. La conduction. La transmission thermique. Les phénomènes physiques concernés. Diagnostiquer avant de rénover Performances énergétiques Diagnostiquer avant de rénover Claude CRABBÉ PRINCIPES DE BASE DE LA PHYSIQUE DU BATIMENT Architecture & Climat UCL IA concept Les phénomènes physiques concernés. La transmission

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines.

GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines. GUIDE TECHNIQUE DELTA -THENE Mise en œuvre comme pare-vapeur dans le cadre de piscines. Introduction L étanchéité à l air d une paroi à ossature bois ou d une toiture isolée en pente est une notion primordiale

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

Les Solutions techniques

Les Solutions techniques L approche acoustique Un problème délicat : identifier la demande, faire l inventaire et qualifier les sources de nuisance des interventions complexes un choix limité de techniques en réhabilitation la

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement Comment choisir l isolation des murs? Arnaud Evrard UCL / Architecture et Climat Objectifs de la présentation

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

Étanche à l air avec des produits ISOCELL mur construction en bois / Ex. 1

Étanche à l air avec des produits ISOCELL mur construction en bois / Ex. 1 mur construction en bois / Ex. 1 Lattage OMEGA barrière pare-vent pour une façade fermée, collée avec la colle raccord AIRSTOP «Sprint» sd= 0,02m OMEGA écran de façade pour les constructions de façades

Plus en détail

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE

PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE 1 PATRIMOINE BATI ET DEVELOPPEMENT DURABLE Comportement et compatibilité des matériaux pour le bâti ancien Bruno JARNO 2 AJENA Énergie et Environnement Association loi 1901 sans but lucratif 30 années

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

L E S H A L I O T I D E S

L E S H A L I O T I D E S Un exemple de rénovation et extension d un pavillon des années 60 DU BOIS DANS UNE MAISON EN BETON Les3objectifs principaux du projet : Changer l image de la construction. Améliorer son confort et son

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE SOMMAIRE 4 1. LE CONTEXTE 1.1 Enjeux environnementaux 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Réglementation thermique 2005 1.4 DPE «Etiquette énergie» 1.5 Loi Grenelle: L urgence écologique 1.6 Protéger l environnement

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES TOITS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Rapport réalisé par ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Réhabilitation et extension de la maison Bailleul à Toulouse ville, Maison Bailleul

Plus en détail

GUIDE DE POSE METISSE

GUIDE DE POSE METISSE GUIDE DE POSE METISSE Chemin des Dames 62 700 Bruay La Buissière Tel: 03 21 01 77 60 Fax: 03 21 62 02 78 E-mail: metisse@le-relais.net www.isolantmetisse.com GUIDE DE POSE Métisse se met en œuvre conformément

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

Nous répondons au Label BBC - Effinergie

Nous répondons au Label BBC - Effinergie Nous répondons au Label BBC - Effinergie Pour pouvoir obtenir le Label BBC Effinergie, l exigence principale est de ne pas dépasser une valeur de consommation de : 50 kwh d énergie primaire par m² de Surface

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Auteur : Clément CARPENTIER. Avril 2011

Auteur : Clément CARPENTIER. Avril 2011 Notes techniques et réflexions Les transferts d humidité dans les bâtiments Auteur : Clément CARPENTIER Avril 2011 Ingénierie énergétique 26160 FELINES S/RIMANDOULE TEL & FAX : (33) 04.75.90.18.54 email

Plus en détail

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois MUR DE FACADE EN BOIS Module 2 Technologies courantes de construction bois Module 2 Technologies courantes de construction bois Murs à ossature légère Principes Matériaux Pré-dimensionnement Lisses

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique

Diagnostic De Performance ÉnergÉtique ELÉMENTS DE THERMIQUE Diagnostic De Performance ÉnergÉtique Mesurer la performance énergétique La conduction La conduction est un transfert de chaleur entre solides. L exemple plaque électrique. La plaque

Plus en détail

contruction de maisons en bois maisons prefabriquées sur modeles ou sur mesure mises au point par un architecte DPLG

contruction de maisons en bois maisons prefabriquées sur modeles ou sur mesure mises au point par un architecte DPLG VOLUMES & STRUCTURES contractant general 75 rue de Paris 94220 CHARENTON LE PONT ( metro : charenton ecoles) tel :09 50 24 99 49 fax : 09 74 76 41 59 email: contact@volumes-structures.com contruction de

Plus en détail

L isolation éco-biologique

L isolation éco-biologique L isolation éco-biologique thermique Les animaux à sang froid s adaptent à la température du milieu ; les mammifères, eux, ont besoin de maintenir une température interne constante. Pour introduire une

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Labels énergétiques de bâtiments avec des parois extérieures isolées en bottes de paille. Mémento. Sommaire

Labels énergétiques de bâtiments avec des parois extérieures isolées en bottes de paille. Mémento. Sommaire Labels énergétiques de bâtiments avec des parois extérieures isolées en bottes de paille Mémento Sommaire 1 BREFS RAPPELS A PROPOS DE LA PAILLE ET DE SA MISE EN OEUVRE ERREUR! SIGNET NON DEFINI. 1.1 QUALITE

Plus en détail

Exercices Intégrés Série 1

Exercices Intégrés Série 1 Physique du bâtiment III Exercices Intégrés Série Isolation thermique d un mur ancien (rénovation) Le mur ancien, représenté en coupe ci-dessous, est un mur double dépourvu de toute isolation thermique.

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS

ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS ISOLATION PAR L INTERIEUR DES MURS Maryse SARRE CSTB Expérience française dans le domaine de l isolation par l intérieur en construction neuve ou en rénovation Journée 16 septembre 2010 PAGE 1 Techniques

Plus en détail

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur

Durabilité des solutions d'enveloppe. Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Durabilité des solutions d'enveloppe Transfert d humidité et composition d enveloppe : Les parois opaques L isolation de la toiture par l extérieur Trois questions... L'étanchéité à l'air, pointe de l'iceberg

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 :

Composition du mur de Façade Mise en œuvre. 1. Avant les années 40 : Composition du mur de Façade Mise en œuvre 1. Avant les années 40 : Les murs de façade étaient constitués d éléments maçonnés en contact direct les uns avec les autre et recevaient un enduit extérieur

Plus en détail

Technique d étanchéité

Technique d étanchéité ISO-CONNECT Vario SD ISO-CONNECT Vario SD facilite la vie sur le chantier. Les confusions entre les films à l intérieur (pare-vapeur) et à l extérieur (par-pluie) appartiennent au passé. La membrane multifonction

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs?

Formation Bâtiment Durable : A2M. Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement. Comment choisir l isolation des murs? Formation Bâtiment Durable : Matériaux d isolation : comment choisir? Bruxelles Environnement Comment choisir l isolation des murs? A2M Aline BRANDERS Architecte partner, A2M Objectifs de la présentation

Plus en détail

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux

Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux Rénovation thermique : Objectif «BBC rénovation», l un des premiers en France! à Trégueux En se lançant dans ce projet de rénovation de leur maison des années 1970, les propriétaires ont choisi de faire

Plus en détail

H Y G R O B A. Cahier n 3 : Murs en pan de bois et torchis version de février 2013 page 2

H Y G R O B A. Cahier n 3 : Murs en pan de bois et torchis version de février 2013 page 2 Etude de la réhabilitation hygro des parois anciennes CAHIER N 3 : MURS EN PAN DE BOIS ET TORCHIS Cahier n 3 : Murs en pan de bois et torchis version de février 2013 page 2 Sommaire 1. Caractéristiques

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

La fibre de la créativité

La fibre de la créativité La fibre de la créativité 1. 3. CRÉATIVITÉ DURABILITÉ 2. 1. 2. 3. PROFIL COLONIAL COLORIS GRIS AGATHE Programme Maisons-esprit-loft Groupe MCP Promotion (69) 4. Plus de 300 coloris différents, une durabilité

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Troisième édition Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4 Sommaire Sommaire Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation

SOMMAIRE Avant-propos Les produits isolants Informations - Connaissances générales Épaisseur de l isolant Précautions contre la condensation SOMMAIRE Avant-propos......................................... 5 Domaine d application du guide.............................. 6 Les produits isolants................................... 9 Les laines minérales....................................

Plus en détail

AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION

AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION AIDE MÉMOIRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE CHAMBRE DE GERMINATION Michel Senécal, agr. Centre de services horticoles du MAPAQ Laval Octobre 2006 Le semis des fleurs annuelles est une opération délicate où

Plus en détail

Formation 2013 Bâtiment Durable

Formation 2013 Bâtiment Durable Formation 2013 Bâtiment Durable ACOUSTIQUE Bruxelles Environnement LES MATÉRIAUX UTILISÉS EN ISOLATION ACOUSTIQUE Sophie MERSCH, Ir arch. CENTRE URBAIN 25 avril 2013 Formation mise en œuvre par le Centre

Plus en détail

La toiture compacte. Problématique des toitures plates

La toiture compacte. Problématique des toitures plates La toiture compacte Problématique des toitures plates Les toitures plates sont, du côté extérieur, toujours munies d une membrane souple d étanchéité à l eau (plus souple) qui agit fortement comme freine-vapeur

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. thermique. Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5

Thierry Gallauziaux David Fedullo. thermique. Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5 Thierry Gallauziaux David Fedullo La L isolation plomberie thermique Groupe Eyrolles, 2011. ISBN : 978-2-212-13204-5 Pourquoi isoler? POURQUOI ISOLER? La question de l isolation des bâtiments peut paraître

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES

LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES LES QUALITES DES ISOLANTS QU APPELLE -T- ON ISOLANT THERMIQUE? LES PRINCIPAUX ISOLANTS THERMIQUES C.F-S.P page 1 Pourquoi l isolation thermique? En 1973 les pays européens subissent le premier choc pétrolier.

Plus en détail

Étanchéité à l air de l extérieur des murs maçonnés

Étanchéité à l air de l extérieur des murs maçonnés Étanchéité à l air de l extérieur des murs maçonnés André Baivier, ISOPROC Présentation de deux projets Transformation d une maison existante datant du début des années 90 SPRL CREA Bureau d architectes

Plus en détail

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT

Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Transfert d'humidité à travers les parois Note de synthèse Mur brique rénovation Extension d'un groupe scolaire WORMHOUT Page 1/7 Transfert d'humidité à travers les parois : Note de synthèse Paroi Simulée

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat 14 Les performances thermiques des matériaux

Plus en détail

- isolation par l intérieur-

- isolation par l intérieur- Amélioration des performances thermiques des parois opaques - isolation par l intérieur- Fiche technique Répartition des déperditions thermiques 1 - Définitions et principes Pourquoi isoler? Dans un appartement,

Plus en détail

Assistant Maître d'ouvrage en Amélioration de l'habitat

Assistant Maître d'ouvrage en Amélioration de l'habitat Assistant Maître d'ouvrage en Amélioration de l'habitat Étude de cas Diagnostic et conception de projet Visite d'étude (quartier St jean) Formateurs : Ingénieur Matériaux Spécialiste de la rénovation basse

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

L ingénierie au service de la nature MC

L ingénierie au service de la nature MC L ingénierie au service de la nature MC Concerto, la fenêtre qui est testée pour l étanchéité à l air aussi bien à -30 C qu à température ambiante 20 C. Pourquoi est-il important d évaluer le degré d étanchéité

Plus en détail

90 logements collectifs

90 logements collectifs 90 logements collectifs Belley Prés de Sonod Maître d ouvrage: Dynacité Architecte: Mégard Architectes Une organisation à faible impact environnemental Voirie minimisée faible largeur et dessertes par

Plus en détail

Une nouvelle approche industrielle pour la rénovation énergétique des bâtiments

Une nouvelle approche industrielle pour la rénovation énergétique des bâtiments Une nouvelle approche industrielle pour la rénovation énergétique des bâtiments 25/09/2015 - États Généraux du Bois - Angers Marie FALCON Directrice technique - Syrthea marie@syrthea.com- 06.43.92.14.94

Plus en détail

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Dans le numéro précédent, nous avons approfondi la problématique de l étanchéité à l air en parcourant les raisons pour lesquelles il était tout aussi

Plus en détail

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948

LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS. Après le 01/01/1948 LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS Concerne les bâtiments terminés Après le 01/01/1948 Vendredi 24 avril 2009 ASTI 38950 St Martin le Vinoux a.s.t.i@orange.fr Gérard Maubleu le 20/04/2009

Plus en détail

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne 1 L association des Maisons Paysannes de l Yonne : - délégation dans l Yonne de Maisons Paysannes de France - 200 adhérents - 8.000 adhérents

Plus en détail

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau

ETE HIVER. Très forte réflexion 95 % Chauffage. Isolant par réflexion pare vapeur Winco. Sortie d'air et de vapeur d'eau Un isolant 2 en 1 Isolation par réflexion et très faible émissivité En hiver : SKYTECH Pro réfléchit la chaleur émise par le chauffage vers l'intérieur grâce à son fort pouvoir de réflexion. Sa très faible

Plus en détail

Conception hygrothermique des murs extérieurs

Conception hygrothermique des murs extérieurs Conception hygrothermique des murs extérieurs Labo «Hygrothermie» Conception hygrothermique des parois PARTIE 2 23 mars 2017 Conception hygrothermique des murs extérieurs 23/02/2017 1 de 16 Conception

Plus en détail

Désignation et descriptions des fournitures caractéristiques Techniques des maisons

Désignation et descriptions des fournitures caractéristiques Techniques des maisons Désignation et descriptions des fournitures caractéristiques Techniques des maisons BOIS POUR LA CONSTRUCTION Épicéa raboté 4 faces, taux d humidité 14-18% ISOLATION Standard : Fibre de bois Kronotherm

Plus en détail

COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS

COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS COEFFICIENTS THERMIQUES/MODULES MURS COUPES DES PANNEAUX PRÉFABRIQÉS Panneaux de murs extérieurs avec isolation thermique de 300mm et coefficient U=0,140 W/m²K 1. Crépis décoratif 2. L entoilage en fibre

Plus en détail

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BATIMENTS EXISTANTS et l'innovation Limoges Ester Technopole lundi 13 février 2012 Appel à projets "innovation en éco-réhabilitation

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS

Réno2020. Étude de la nouvelle façade. Projet de la rue du Molinay. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Prof. dr. Ir. Ar. Jean-Marie HAUGLUSTAINE Energy & Sustainable Development Réno2020 Projet de la rue du Molinay Étude de la nouvelle façade 09 03 2012 Jean-Marie HAUGLUSTAINE Stéphane MONFILS Sommaire

Plus en détail