QUE FAIRE DU FMI ET DE LA BANQUE MONDIALE?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUE FAIRE DU FMI ET DE LA BANQUE MONDIALE?"

Transcription

1 CRID : 14, passage Dubail Paris ISSN : en cours - Mars Prix : 4,60 QUE FAIRE DU FMI ET DE LA BANQUE MONDIALE? Les Institutions financières internationales (IFI) ont pris au fil des décennies une importance croissante dans les politiques de développement des pays du Sud et, depuis la chute du mur de Berlin, dans celles des pays de l Est. Conçues à l origine pour prévenir les crises monétaires (Fond monétaire international) et financer le développement (Banque Mondiale), elles n ont pu enrayer l avènement de crises, et le développement qu elles ont induit pèse lourdement sur les couches les plus vulnérables des populations d un grand nombre de pays. Les citoyens engagés dans des démarches de solidarité internationale constatent les dégradations sociales dues aux ajustements structurels imposés par les IFI. Partenaires des acteurs du Sud, ils dénoncent avec eux l évolution de ces institutions qui imposent à l ensemble du monde une logique économique unique. La dénonciation porte à la fois sur cette conception économique et sur le fait qu elle soit imposée par des institutions qui prétendent encore aujourd hui ne pas avoir de vocation politique. La première tâche est donc de mettre en lumière le rôle exact des IFI, plus soucieuses d assurer le remboursement des dettes que le bonheur des peuples. Les campagnes citoyennes successives sur la réforme des IFI ont pointé l opacité de leur fonctionnement et leurs processus de décision inféodés aux Etats les plus riches. Plusieurs organisations de par le monde estiment d ailleurs que 50 ans, ça suffit et qu il vaudrait mieux en rester là. Le CRID et ses alliés, pour leur part, considèrent qu aucune institution n atteindra la perfection. C est donc par une vigilance active que les citoyens pourront contraindre ces institutions à s ouvrir et à se démocratiser. Cette publication permettra aux acteurs de la solidarité internationale de mieux comprendre le contexte des actions menées, d en mesurer l efficacité et de percevoir le chemin qu il reste à parcourir. L E S C A H I E R S D E L A S O L I D A R I T É

2 LE SYSTEME BRETTON WOODS, TEL QU EN LUI-MEME Bretton Woods, juillet 1944 Examinons de plus près cette journée de l été 1944 qui a vu naître les institutions avec lesquelles nous nous débattons aujourd hui. Mille personnes, délégués de 44 pays, se retrouvent dans cette petite localité du New Hampshire qui ignorait alors qu elle allait devenir célèbre. Harry D. White, responsable de la délégation américaine, arrive avec son plan tout bien ficelé : on crée le Fonds monétaire international (FMI) pour la stabilité monétaire, on crée la Banque mondiale pour la reconstruction et le développement, et on donne aux pays la possibilité d émettre de la monnaie en fonction de leur stock d or et de leur réserve en billets verts. Parité fixe, donc, entre l or et le dollar, qui devient une monnaie internationale. Il y avait ce jour-là une autre vedette, John M. Keynes, l économiste de Cambridge au faîte de sa gloire après la publication en 1936 de Théorie générale de l emploi, de l intérêt et de la monnaie. Lui aussi a un plan en poche. Il veut créer une monnaie internationale, le bancor, convertible dans les différentes monnaies nationales. Pour les pays débiteurs, sont prévus des prêts en bancors ainsi que des mesures de bonne conduite. Pour les pays excédentaires, on prévoit une taxe qui permet de financer une aide pour les pays en difficulté. Génie visionnaire, Keynes trouvait logique de mettre en place des mesures de stabilisation pour les pays trop faibles comme pour les pays trop forts... On connaît la fin de l histoire. La conférence s est bornée à discuter des modalités du plan White et tout le monde savait que c était la seule solution pour avoir accès aux crédits américains. La guerre n était pas finie, ce n était pas le jeune Pierre Mendès- France qui allait apporter la contradiction. Il était alors commissaire aux finances du gouvernement provisoire d Alger, nommé en 1943 par Charles de Gaulle. Le plan White partait du traumatisme que le monde était en train de subir. L hyper-inflation avait mené Hitler au pouvoir en Allemagne, il fallait donc une stabilité monétaire. D où le FMI. Le libre échange était vu comme une façon pragmatique d éviter la guerre en obligeant toutes les nations à se parler et se connaître. Même si cette mesure mettait à mal les zones franc et sterling qui offraient un privilège aux anciennes puissances coloniales, elle répondait aux besoins du moment. D où la Banque mondiale et d où l Organisation des Nations unies (ONU), quelques mois plus tard. Le plan White a pris fin lorsque le président américain Richard Nixon a décidé, le 15 août 1971, la fin de la convertibilité du dollar en or. Adieu l espoir d un accord mondial, bonjour les changes flottants et les accords régionaux. L Euro allait pouvoir exister 40 ans plus tard. Et le FMI et la Banque mondiale s autonomisaient de fait dans leurs choix politico-économiques. Au fil des ans, la légitimité historique a disparu et ces institutions se sont plus ou moins adaptées au changement des défis internationaux, à la mondialisation, et aux inégalités. Qui sait ce que serait aujourd hui le monde si Keynes avait réussi à imposer son bancor, avec des prêts pour les trop pauvres et des taxes pour les trop riches? La Banque mondiale, pour le meilleur et pour le pire La Banque internationale pour la reconstruction et le développement, BIRD Les activités de la BIRD ont débuté en 1946 avec des financements de projets d infrastructures, puis de 2 / 3

3 projets d équipements dans les pays en développement, lesquels sont actuellement les principaux bénéficiaires de son aide. Au fil du temps, la BIRD s est vue adjoindre quatre structures complémentaires avec lesquelles elle forme aujourd hui le groupe Banque mondiale : la Société financière internationale (SFI), née en 1956 pour stimuler la croissance du secteur privé dans les pays en développement, l Association internationale de développement (AID) créée en 1960 afin d octroyer des crédits aux pays ne pouvant accéder aux prêts de la BIRD, le Centre international de règlement des différends relatifs aux investissements (CIRDI) fondé en 1966, l Agence multilatérale de garantie des investissements (AMGI) établie en 1988 afin de promouvoir l investissement direct à l étranger. Fonctionnant comme une banque classique, la BIRD ne sélectionne que des projets suffisamment rentables. Elle n accorde des prêts qu à des pays à revenu intermédiaire, le taux d intérêt fixé étant trop élevé pour des Etats à faible revenu. La BIRD compte actuellement 183 Etats membres, qui doivent tous appartenir au Fonds monétaire international. Elle est dirigée par un Conseil des gouverneurs et des administrateurs. Le Conseil des gouverneurs est théoriquement l instance souveraine. Il se réunit une fois par an en Assemblée générale. Chaque Etat membre est représenté par un gouverneur (souvent le ministre des Finances ou le directeur de la Banque centrale du pays membre) avec un suppléant. Le partage du pouvoir au sein de la BIRD se fait en fonction de la richesse de chacun et non de façon égalitaire entre les Etats : chaque gouverneur dispose en effet de 250 voix, auxquelles s ajoute 1 voix par tranche de capital détenu, celui-ci étant proportionnel au niveau économique du pays. L instance opérationnelle de la BIRD est le Conseil d administration, dont les 24 participants siègent en permanence à Washington. Ils s occupent de la gestion quotidienne de la Banque, approuvent les prêts et politiques, contrôlent les opérations et les performances du portefeuille d actions ainsi que les stratégies d assistance-pays. Les administrateurs désignent également un président, qui est nommé pour cinq ans. Celui-ci est traditionnellement américain. Depuis juin 1995, le poste est occupé par James Wolfensohn, dont c est le deuxième mandat. La distribution des sièges se fait de la manière suivante : cinq pays, ceux dont la quote-part est la plus importante, disposent d un siège permanent. Les Etats-Unis en détiennent 17,2 %, le Japon 6,1 %, la France, l Allemagne et le Royaume Uni chacun un peu plus de 4,5 % (un total de près de 28 % pour l Union européenne). Trois autres sièges sont dévolus à l Arabie Saoudite, à la Chine et à la Russie. Les 16 sièges restants sont occupés par des administrateurs élus, pour deux ans, par les 175 autres pays répartis en 16 groupes (il peut y avoir de 4 à 24 pays par groupe). Les 52 pays africains représentent moins de 13 %, de même que les 33 pays d Amérique latine. L Asie, hormis le Japon et la Chine, totalise un peu plus de 5 % des droits de vote. L Association internationale de développement (AID) Officiellement, l AID est une structure juridiquement et financièrement indépendante de la BIRD. Force est de constater toutefois qu il existe une très étroite imbrication entre les deux institutions. L AID est conçue de manière à pouvoir être administrée par la BIRD. Elles ont le même président (James Wolfensohn), partagent le même personnel et réunissent globalement les mêmes pays : 160 pays appartenant à la BIRD ont, à ce jour, adhéré à l AID. En tant qu association, l AID a pour vocation de financer des programmes de lutte contre la pauvreté en octroyant des crédits à long terme (35 à 40 ans), à un taux d intérêt très faible, dont les remboursements peuvent être effectués en monnaie locale. Cela concerne principalement des pays dont le revenu ne dépassait pas 925 $ par an et par habitant en 1996, pour les Etats bénéficiaires de prêts en 1998 (environ 80 Etats au total). Certains pays reçoivent des prêts de la BIRD et de l AID. Si cette dernière accorde des crédits à des conditions moins rigoureuses que celles de la BIRD, les projets doivent néanmoins être économiquement viables.

4 L évolution de la Banque La Banque mondiale est aujourd hui très contestée en tant qu institution tentaculaire qui enserre l économie des pays pauvres et en tant que suppôt du capitalisme mondial au service des pays riches. Pourtant, elle prétend lutter contre la pauvreté et encourager la bonne gouvernance. Qu en est-il réellement? Dans le tiers monde, dès sa fondation, elle a été appelée à soutenir et financer de grands projets d infrastructures (routes, barrages, centrales...), considérés comme le soubassement du développement économique (les deux tiers des prêts en 1965). Au cours de sa longue présidence (entre 1968 et 1981) Robert Mc Namara orienta la Banque vers les besoins essentiels. Cette nouvelle orientation en faveur de l éducation, l aménagement urbain, les projets agricoles et les choix industriels conduisit la Banque mondiale à s intéresser de plus en plus aux politiques économiques et commerciales, aux taux de change... et donc à poser des conditions, qui prirent la forme des fameux programmes d ajustement structurel (PAS), avec une liste drastique de critères à respecter. Au cours des quarante dernières années, le volume des prêts de la Banque mondiale a été multiplié par dix. Ces opportunités financières sont essentielles pour les pays les plus pauvres, et tout le jeu a consisté à jouer au chat et à la souris. Sur 37 pays africains impliqués dans des PAS au cours des deux dernières décennies, les trois quarts n ont pas ou peu respecté les conditions imposées. Bien que le couperet soit toujours menaçant (l arrêt des prêts), la Banque mondiale n a pas les moyens d agir en dictateur avec les débiteurs, et les grands pays incontournables comme la Russie ou la Chine ne sont pas les seuls à ruser. La Banque mondiale a énormément évolué, passant des infrastructures (ressemblant fortement à l épine dorsale d une économie planifiée) à la satisfaction des besoins essentiels, aux plans d ajustement structurel à visage humain, à la lutte contre la pauvreté et contre la corruption (ce qui ne semblait pas la gêner quelques décennies auparavant), tandis qu aujourd hui, on érige en dogme la bonne gouvernance et le développement durable. Au-delà des idéologies, la Banque mondiale a suivi l évolution des idées en se fondant dans le discours du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) sur la pauvreté, en essayant d intégrer les demandes des ONG, en épousant les concepts de développement durable et de préservation de l environnement mis en avant par l ONU. Evidemment, les discours ont changé plus rapidement que les actes, et la Banque doit reconnaître ses erreurs, en particulier écologiques. Elle a par exemple soutenu, que ce soit au Brésil, en Indonésie ou en Côte d Ivoire, des projets de déforestation, de vastes étendues d agriculture extensive ou des barrages inadaptés, toutes formes de projets productifs qui oubliaient la population et l environnement. Depuis, la Banque a fait de réels mea culpa mais elle doit faire face à des conservateurs américains qui regrettent la grande époque des infrastructures et trouvent que la Banque se disperse trop. Si les incohérences économiques sont nombreuses (difficulté d infléchir un trop gros projet, consultation des populations inexistante ou inachevée, absence de stratégie de la part des autorités...), les incohérences politiques ne manquent pas : la Banque mondiale aide parfois des gouvernements qui violent allègrement les droits de l Homme ou qui détournent ouvertement les fonds ou les ressources issues des projets (pétrole, pierres précieuses). La Banque mondiale semble perméable aux flux et reflux des réflexions sur le développement et aux contradictions des acteurs avec lesquels elle est en relation, des gouvernants bénéficiaires aux ONG en passant par les experts et les représentants des pays contributeurs. En ce sens, elle est en voie de démocratisation. Elle a notamment su s adapter en humanisant son action, c est à dire en embauchant des spécialistes des sciences humaines : 180 sociologues, anthropologues et autres géographes travaillent actuellement parmi les professionnels de la Banque, alors qu ils n étaient que 4 en En outre, la moitié de ses projets associent désormais des ONG, à des degrès divers et dans la mesure où elles ne remettent pas en cause le dogme libéral. Un réel effort a été entrepris depuis l accession à la présidence de la Banque de James Wolfensohn, en / 5

5 James Wolfensohn, (président de la Banque mondiale depuis 1995) C est un peu démoralisant de voir les gens se mobiliser contre nous pour plus de justice sociale alors que c est exactement ce que nous faisons chaque jour. Il n y a aucun thème dont je ne sois prêt à discuter. Je regrette seulement que ce débat soit bloqué par des tentatives de nous empêcher de nous réunir. La mondialisation représente le seul moyen de faire accéder la population mondiale au même niveau que celui des pays industrialisés. Ce que nous essayons de faire est d aider les gens dans les pays pauvres à obtenir les mêmes chances que les gens des pays riches. Les habitants des pays riches y sont parvenus en ouvrant leurs frontières. Si l on regarde les treize dernières années, nous avons probablement sorti de la misère absolue entre 300 et 400 millions de personnes. Mais le nombre de pauvres est resté à peu près le même en raison de la croissance démographique. Nous n avons pas la direction de l économie mondiale. Nous traitons les problèmes sociaux et de pauvreté par pays et par région. En Corée et en Thaïlande, nous avons mis sur pied des programmes pour l enfance, les femmes, les chômeurs, pour diminuer les effets des crises sur les individus. Avec mon collègue du Fonds monétaire international, Horst Köhler, nous travaillons pour favoriser l ouverture du commerce entre les pays en développement et les pays développés. Robert McNamara, (président de la Banque mondiale de 1968 à 1981) Ancien secrétaire d Etat à la défense des présidents Kennedy et Johnson, il fait aujourd hui partie, à 85 ans, de la Coalition mondiale pour l Afrique, un forum qui milite pour une aide accrue en faveur de ce continent.) Il est très difficile de mettre en place des politiques efficaces de lutte contre la pauvreté. Pour une raison que l on oublie souvent : pour donner aux pauvres, il faut prélever une partie de la richesse d un pays pour la redistribuer et cette idée est dans la plupart des cas rejetée par le reste de la population qui se sent pénalisée. La pensée économique, Paroles de présidents en tout cas aux Etats-Unis, reste dominée par l idée que des politiques de redistribution importante nuisent à la croissance et qu au bout du compte cette option pénalise le pays tout entier. Pour ma part, je n en suis absolument pas convaincu, je pense que l on peut consacrer des sommes importantes pour la pauvreté sans pénaliser la croissance. Au contraire, en investissant sur les pauvres, en leur donnant les moyens de se former ou de profiter du progrès technique, on enrichit à terme le pays. La mission de la Banque mondiale ne consiste pas seulement à faire du développement économique, elle doit aussi se préoccuper de développement humain. Ce sont les personnes à la limite de la subsistance, qui n ont accès ni à l éducation ni à la santé et dont les besoins alimentaires sont à peine assurés, qu il faut aider en priorité. James Wolfensohn a repris avec passion ce combat de la lutte contre la pauvreté, il faut s en réjouir, même si je redoute qu il se heurte comme moi à la faiblesse des leaders politiques. Pour imposer la lutte contre la pauvreté comme une priorité nationale, il faut beaucoup de courage politique. Je ne jette pas la pierre aux pays en développement. Chez nous aux Etats Unis, nous sommes le pays le plus riche du monde et nous avons 40 millions de pauvres. Aucun homme politique n a été jusqu à présent capable de prendre des mesures pour résoudre cette situation. Beaucoup de gouvernements n ont pas voulu prendre les mesures nécessaires. En 1968, par exemple, la plupart des pays d Afrique et la Corée se trouvaient dans la même situation en terme de développement. Aujourd hui, la Corée fait partie des pays industrialisés et les conditions de vie de l ensemble de la population ont progressé. La Chine aussi s est engagée depuis plusieurs années sur le chemin de la lutte contre la pauvreté par des mesures concrètes. Peu de leaders africains ont cette préoccupation aujourd hui. Ceci dit, il est impératif de soulager les plus pauvres du fardeau de la dette et l attitude des Etats Unis est pour moi honteuse. Le pays le plus riche du monde est celui qui fait le moins d effort! Mais je le répète, l insuffisance de l aide publique n est pas la principale cause des échecs observés. (Citations extraites de l interview de John Wolfensohn par Babette Stern, Le Monde, 26 avril 2001, de l article du 15 avril 2000, Le rôle et l efficacité du FMI et de la Banque mondiale contestés et de l interview de R. McNamara par Laurence Caramel dans le Monde du 19 septembre 2000)

6 Le FMI, pour le moins bon et pour le pire Tout comme pour la BIRD, l évolution de la conjoncture internationale a conduit le FMI à redéfinir son rôle. En effet, avec les crises pétrolières et la fin de la parité fixe entre le dollar et l or - qui a signé l effondrement du système mis en place après la guerre - la mission initiale qui lui avait été assignée a pris fin. Les banques commerciales étant devenues méfiantes vis-à-vis des pays en développement en raison de la crise de la dette, le FMI assure désormais la fonction de prêteur en dernier ressort. Il a pour vocation de renflouer les économies en difficulté, afin de rétablir la confiance de la sphère privée. Les prêts se font sous certaines conditions et sont assujettis à la mise en place de programmes d ajustement structurel (PAS), qui imposent la libéralisation de l économie. Le Fonds monétaire international - qui compte 183 Etats membres - s organise pratiquement selon le même schéma que la Banque mondiale, avec la même répartition des sièges. Le Conseil d administration est présidé par un Directeur général (sans droit de vote, sauf en cas de partage), élu pour cinq ans. Celui-ci est traditionnellement européen. Chef du personnel du FMI, il est investi d un rôle diplomatique essentiel, organise la mise en œuvre des décisions et oriente la politique de l institution. Horst Köhler a succédé en juin 2000 à Michel Camdessus qui occupa ce poste pendant 13 ans. Le Fonds monétaire International est à la base une grande tontine mondiale ouverte à tous ses membres, sachant que les cotisations sont évidemment inégales. De son pouvoir financier qui paraît technique, le FMI tire une grande influence politique. Que le FMI ait refusé de porter à bout de bras la déroute argentine récurrente serait plutôt bon signe, car l argent du FMI ne doit pas servir à masquer les inepties gouvernementales et la fraude fiscale. Toutefois, force est de constater que la rigueur qu il applique aux Etats présente deux poids, deux mesures. La Russie est bénéficiaire de dizaines de milliards de prêts et connaît aussi un taux record de fuite des capitaux et de détournements de fonds. La mansuétude actuelle à l égard du Pakistan est, elle aussi, éminemment conjoncturelle. Fin septembre 2001, le Pakistan a reçu un crédit de 135 millions de dollars. Ne serait-ce pas en remerciement de s être placé du bon côté? On voit bien souvent des prêts accordés ou refusés avant les élections, comme ce fut le cas en 1998 au Brésil pour favoriser l élection du président Cardoso. Reconnaître que le FMI, à l instar de la Banque mondiale, est une institution politique, rend caduque la légitimité de la répartition du pouvoir, purement financière. Les Etats doivent être mieux représentés et donc mieux impliqués et responsabilisés dans les actions de l institution. En impliquant davantage les Etats, on renforcera la légitimité politique des institutions financières. Le FMI emploie personnes. Excessivement centralisée, cette institution est par nature éloignée de la réalité des pays qui seront pourtant les premiers concernés par les décisions prises. Cela explique les erreurs grossières de certaines mesures d accompagnement d où découle la perte de crédibilité de l institution, et la dégradation constante de la qualité des relations que le FMI entretient avec les pays bénéficiaires. On remarque en effet que la provenance des salariés recoupe grossièrement les quotes-parts, c est à dire que les deux tiers d entre eux viennent des pays industrialisés. Le manque de transparence de la comptabilité du FMI ne permet pas aux Etats membres de disposer d une vision claire de la situation financière de l institution. Le FMI est par exemple la seule organisation internationale dont les écritures comptables ne contiennent aucune information sur l ampleur de ses actifs ni de ses passifs. Le FMI a franchi de grandes évolutions de langage jusqu à sa notion fétiche du jour qu est la bonne gouvernance. Ce terme fait référence à divers aspects de la vie publique dans une société 6 / 7

7 démocratique : respect de l Etat de droit, gestion efficace et équitable des dépenses publiques (bonne administration), responsabilité des dirigeants politiques et transparence. Lancée au départ pour respecter chaque régime au pouvoir tout en exigeant une base minimale d honnêteté (en particulier la lutte contre la corruption), les pays en développement refusent pour la plupart ce nouveau concept aux contours imprécis, soupçonné de masquer une vision unique du développement. Non dénué d ambiguïté, ce terme a l avantage de sortir le FMI du carcan économiciste derrière lequel il s est longtemps protégé, pour le plonger si peu que ce soit dans l altérité politique et culturelle. Les diverses crises financières qui se sont succédées en Asie, en Russie et en Argentine ont rendu le FMI plus modeste quant à son rôle (il n est pas omnipotent) et plus humble quant à sa capacité à prévenir ces crises. Il peut ne pas en être responsable, mais on lui reprochera de ne pas avoir vu venir ces raz-de-marée car il est de son devoir originel de stabiliser les monnaies. Le FMI s est donc attaché à renforcer ses instruments de détection, de prévention et de résolution des crises au sein d un nouveau département, opérationnel depuis le 1 er août Il s est doté de nouvelles facilités, dont une ligne de crédit préventive pour décourager les attaques spéculatives. Mais peu d Etats ont jusqu alors utilisé ce mécanisme considéré comme signalant trop explicitement aux marchés les risques supportés par le pays. Le FMI appelle à la rescousse le secteur privé afin de lui faire jouer un rôle constructif dans le processus de résolution des crises. Il faut dire que les banques et les investisseurs financiers ont pris ces dernières années des risques inconsidérés, en comptant sur les pouvoirs publics pour venir les sauver en cas de problème. C est d ailleurs l une des causes des crises financières internationales. Et c est ce qui a conduit le FMI à obliger les banques privées à participer au plan de sauvetage de l Argentine à hauteur de 1,5 milliard d euros. Les brigands ne sont pas toujours ceux que l on croit Des fonds monétaires régionaux? Malgré ces évolutions, le FMI n entend pas lâcher prise quant à sa position hégémonique sur la gestion et la prévention des crises financières. C est ce que nous montre l expérience asiatique sur le projet de construction d une structure régionale et autonome de gestion des crises. L idée est née suite à la crise financière asiatique de 1997 et Devant la gestion catastrophique du FMI, les pays asiatiques ont essayé de mettre en place des instances régionales capables de gérer les crises financières sans avoir recours à la communauté internationale. En 1997, le Japon a envisagé alors de créer un Fonds monétaire asiatique. Il n a pas pu voir le jour, sous la pression conjuguée du FMI et des Etats-Unis qui voyaient là un crime de lèse-majesté. Au début de l année 2001, sous des abords plus modestes, l initiative a été remise au goût du jour par treize pays asiatiques qui envisagent de faciliter les échanges de devises en cas de difficultés de paiements d un des membres. Le FMI ne souffre pas la concurrence. Il s est hâté de rappeler qu il était le seul à pouvoir définir les conditions de sortie de crises. Sans s opposer ouvertement à l initiative, le FMI exige désormais que le processus d ensemble soit soumis à ses exigences. Bien que diplomatique, le bras de fer n est pas terminé, les pays asiatiques ayant de plus en plus de moyens pour résister à l influence des institutions financières internationales et de leurs bailleurs principaux.

8 LES PRINCIPALES CARENCES DU SYSTEME L emprise des pays riches Comme le nombre de voix détenu au sein des Conseils d administration de la Banque mondiale et du FMI est fonction des parts de capital et donc du niveau économique de chaque Etat, les riches décident et imposent aux pauvres les politiques à suivre. Le FMI régente les politiques des pays les plus pauvres mais ne s immisce pas dans celles des plus riches. Les Etats-Unis, par exemple, sont le pays le plus endetté du monde, ce qui concourt à déstabiliser le système monétaire et financier international. Mais jamais le FMI ne s est enhardi à exprimer la moindre suggestion de politique financière aux USA! Les Etats-Unis sont du reste en mesure de s opposer à tout projet. Bien que la majorité des décisions soient prises sur le mode du consensus, la minorité de blocage est de 15 % en cas de vote pour les décisions importantes. Or, les Etats Unis détiennent plus de 17 % des voix, ce qui leur permet, de fait, de disposer d un droit de veto. Il faut dire que si l Europe parlait d une seule voix, elle disposerait d une réelle influence car les pays de l Union Européenne totalisent 28 % des voix. Des moyens de contrôle insuffisants L attitude de la Banque mondiale se distingue de celle adoptée par le FMI car leurs conditions de travail sont bien différentes. Du fait que le FMI octroie des prêts aux gouvernements, l institution n est pas en contact direct avec la société civile. Les actions de la Banque, elles, concernent des projets concrets qui intéressent directement la population. La Banque mondiale s avère donc plus sensible aux critiques exprimées par les citoyens. Toutefois, les institutions financières internationales restent opaques et aucun contrôle formel ne peut être réellement exercé par la population. Si les citoyens nord-américains peuvent connaître la position de leur administrateur, il en va différemment pour la grande majorité des habitants des autres pays. Un administrateur représente souvent plusieurs Etats : le Mexicain, par exemple, représente un groupe de neuf pays - Costa Rica, Salvador, Espagne, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Venezuela. Sa position est-elle le résultat d un consensus entre tous les pays du groupe? Une décision prise à la majorité? Est-ce le pays qui dispose du plus grand nombre de voix qui a imposé son choix? Il n existe pas de règle définie en la matière et donc pas de réponse claire. Qui plus est, bon nombre d administrateurs se refusent à divulguer des informations, avec l accord tacite des institutions, sous le prétexte d une confidentialité des relations avec les pays emprunteurs. En réalité, on devine aisément qu ils préfèrent conserver le secret sur les politiques économiques qui vont être appliquées dans leur pays. La communication de la Banque mondiale est constituée de nombreuses revues sur ses actions (Banque mondiale Actualités, OED Précis...) ou l état d avancement de ses recherches (World Bank Economic Review...) et elle organise des réunions avec des représentants de la société civile, au cours desquelles elle présente les documents importants (Rapport sur le développement dans le monde, Financement global du développement...). Un certain nombre d informations sur la Banque demeurent toutefois inaccessibles, notamment celles qui se rapportent à l orientation de sa politique, à l affectation des prêts et à la mise en place des différentes évaluations (concernant les projets, les politiques mais aussi les départements de l institution). Il est aussi difficile de se procurer les rapports des missions de supervision, de suivi, de conclusion et d audit de performance, ainsi que les données se rapportant aux stratégies et études d assistance-pays, qui établissent les orientations économiques d un Etat. 8 / 9

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE :

SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : SUJET :BANQUE MONDIALE ET FMI PLAN D ETUDE : INTRODUCTION PARTIE I : LES CRITIQUES SUBIES PAR LE FMI ET LA BANQUE MONDIALE (pourquoi reformer) PARTIE II: LES REFORMES PRECONISER POUR UNE MEILLEURE ADEQUATION

Plus en détail

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé

SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé SYMPOSIUM DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES (ABCA) INDÉPENDANCE DES BANQUES CENTRALES MYTHE OU RÉALITÉ Malabo, 13 août 2015 Exposé liminaire du Premier ministre Charles Konan Banny Je me

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette

L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Note pour le groupe technique «Annulation / Allégements de la dette et développement» de la Commission Coopération Développement L utilisation des fonds dégagés par les annulations de dette Avril 2000

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE

RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE RECOMMANDATIONS POUR LA SAUVEGARDES ENVIRONNEMENTALE ET SOCIALE DEDIEES A LA BANQUE MONDIALE Par Jocelyn Rakotoarisoa Etudiant en Economie, Université d Antananarivo, Madagascar Membre du Conseil Régional

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION

DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION LES GRANDS ENTRETIENS DANIEL COHEN : LA MONDIALISATION SÉQUENCE 5 La mondialisation : quelles régulations? lesite.tv, 2004 Daniel Cohen est professeur de sciences économiques à l Ecole Normale Supérieure

Plus en détail

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée

Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée 4 Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques : une réforme réalisée PRESENTATION Le Conseil des ventes volontaires de meubles aux enchères publiques, est un organisme chargé, par

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE

TABLEAU COMPARATIF. Texte adopté par l Assemblée nationale PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE 65 TABLEAU COMPARATIF Texte du projet de loi Texte adopté par l Assemblée nationale Propositions de la Commission PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE PREMIÈRE PARTIE CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ÉQUILIBRE FINANCIER

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

pour sa conférence du 28 mars 2014 sur le Grand Marché Transatlantique

pour sa conférence du 28 mars 2014 sur le Grand Marché Transatlantique Diaporama de Lia Malhouitre-Ferraton pour sa conférence du 28 mars 2014 sur le Grand Marché Transatlantique GRAND MARCHE TRANSATLANTIQUE (GMT) ou TRANSATLANTIC TRADE AND INVESTMENTS PARTNERSHIP (TTIP)

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population

Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Nations Unies DP/2005/10 Conseil d administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population Distr. générale 25 janvier 2005 Français Original:

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE

CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE CHAPITRE N 5 : LA POLITIQUE ECONOMIQUE Niveau TERMINALE GF Matière ECONOMIE Thème 9. L Etat a-t-il des marges de manœuvre en termes de politiques économiques? Durée de la séquence 3 heures Notions -Le

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info

FINANCES PUBLIQUES CONGOLAISES www.droitcongolais.info Ce domaine concerne les règles les finances (l argent) de l Etat. Ce n est pas un domaine facile à comprendre mais il est indispensable de faire un effort pour en saisir l essentiel même de façon sommaire.

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Crédit d impôt pour solidarité

Crédit d impôt pour solidarité CHAPITRE Crédit d impôt pour solidarité Conception et gestion de la mesure fiscale 2 Entités vérifiées : Ministère des Finances du Québec (MFQ) Revenu Québec (RQ) Mise en contexte Crédit d impôt pour solidarité

Plus en détail

Fonds monétaire international

Fonds monétaire international Fonds monétaire international Le Fonds monétaire international (FMI) a été créé en juillet 1944 lors d une conférence internationale organisée à Bretton Woods dans l Etat du New Hampshire aux Etats-Unis.

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler

La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler La dette marocaine : Convertir en investissement, privatiser ou auditer et annuler Aperçu bref sur la dette du Maroc Aperçu bref sur la dette du Maroc Avant l indépendance Opérations effectuées au profit

Plus en détail

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC

FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE. Mieux comprendre le système commercial de l OMC FORMATION ET ASSISTANCE TECHNIQUE Mieux comprendre le système commercial de l OMC Le saviez vous? Plus de 14 7 participants issus de pays en développement ont bénéficié des cours de formation et des programmes

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ;

- permettre le maintien et le développement des liens d amitié et de solidarité entre les étudiants et les diplômés des différentes promotions ; Projet de fusion des associations fondatrices de fbs Alumni I - Objectif du projet de fusion Le Conseil d administration a validé lors du CA du 12 juin 2013 la décision de procéder à la fusion/absorption

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social

Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le partenariat social Salaire minimal: «autogoal» et abus de confiance dans le Ernst Bachmann, Vice-président de GastroSuisse Président Commission pour le droit du travail et les affaires sociales Conférence de presse annuelle

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Document 1.1 1-ACTIVITES

Document 1.1 1-ACTIVITES Document 1.1 REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE SOUTIEN DE LA FORET «FSC FRANCE» 1-ACTIVITES 1-1 FSC France promeut les Principes et Critères de Gestion Forestière par le biais d un programme bénévole d

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE ENTREPRISE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. VOTRE CONSEILLER SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Ce matin, tout va encore plus vite que d habitude. Un client vous demande de devancer sa livraison. Mais votre

Plus en détail

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN :

LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : LE COURS DU DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS ET ÉVOLUTION RÉCENTE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-51F Le 11 décembre 2000 Qu est-ce qui détermine la valeur Externe

Plus en détail

Moyen terme 2014-2018

Moyen terme 2014-2018 Moyen terme 2014-2018 ATTENTES DES UTILISATEURS POUR LA PERIODE 2014-2018 Selon les entretiens réalisés par le Cnis au 2 è semestre 2012 COMMISSION «SYSTEME FINANCIER ET FINANCEMENT DE L ECONOMIE» POUR

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC

Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC INVESTIR À LA RETRAITE Solution pour le style de vie à la retraite RussellMC INVESTIR. ENSEMBLE. INVESTISSEMENTS RUSSELL / INVESTIR À LA RETRAITE Êtes-vous prêt à planifier votre style de vie à la retraite?

Plus en détail

Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES. Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE

Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES. Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE Commune mixte de Valbirse ANNEXE AU REGLEMENT CONCERNANT LES COMMISSIONS COMMUNALES Cahier des charges de la COMMISSION DE GESTION ET DE SURVEILLANCE 2015 Terminologie Tous les termes de fonction au masculin

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains? Note d information n 85 NOUVELLES SUR LE COTON 12 avril 2010 L accord Etats-Unis-Brésil du 5 avril : que signifie-t-il pour le Brésil, les Etats- Unis, le système commercial multilatéral et les pays africains?

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles)

Charte du Bénévolat dans votre association (règles du jeu collectives) Convention d engagement réciproque (règles du jeu individuelles) France Bénévolat a mis au point deux documents type qui peuvent servir de base à la clarification des règles du jeu entre bénévoles et associations et permettre ainsi le développement de bonnes pratiques.

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT)

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) 1.0 Bilan du Canada en matière de commerce Objectif ou indice Contribution du Canada Ce qu il reste à faire 1.1 Le système de commerce

Plus en détail

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE KEY ISSUES - Corporate Governance COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Reporting corporate governance Bruxelles, le 18 novembre 1999 Madame, Monsieur La Commission bancaire et financière et Brussels Exchanges

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège STATUTS DE LA SOCIETE INTERNATIONALE E D D ANNOTATION ASSOCIATION DE DROIT SUISSE A BUT NON LUCRATIF Etat au 9 Décembre 2008; Révisé le 10 Septembre 2014 PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2016. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2016 asdf Nations Unies New York, 2016 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial L économie mondiale a connu des revers en

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION

TITRE I BUT DE L ASSOCIATION STATUTS ADOPTÉS EN ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EXTRAORDINAIRE LE 6 JUILLET 2015 TITRE I BUT DE L ASSOCIATION ARTICLE 1: 1-1 Il est créé à HENDAYE une association d éducation populaire régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse

Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Déclaration de M. Philipp Hildebrand, Président de la Direction générale de la Banque nationale suisse Berne, le 9 janvier 2012 Ce que la Banque nationale suisse (BNS) a pu accomplir depuis ma nomination

Plus en détail

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget,

et le Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, Arrêté Conjoint du Ministre de la Communication Porte parole du Gouvernement et du Ministère délégué auprès du Ministre de l Economie et des Finances chargé du budget, N 2491.12 du 2 Doulkeada 1433 (19

Plus en détail

Dette et Aide publique au développement. Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi

Dette et Aide publique au développement. Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi Dette et Aide publique au développement Luc MUKENDI CADTM Lubumbashi I. La dette Dette RDC = archétype d'une dette odieuse (dette contractée par une élite dictatoriale à son propre profit et qui n'a jamais

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE

Commission des finances Distr. GÉNÉRALE AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Commission des finances Distr. GÉNÉRALE ISBA/5/FC/1 30 septembre 1999 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS AUTORITÉ INTERNATIONALE DES FONDS MARINS Cinquième session Kingston

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014. [sans renvoi à une grande commission (A/68/L.57/Rev.1)] Nations Unies A/RES/68/304 Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2014 Soixante-huitième session Point 14 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale le 9 septembre 2014 [sans

Plus en détail

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province

SGPNB au Nouveau-Brunswick. Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province SGPNB au Nouveau-Brunswick Le développement de l industrie des services financiers et des marchés boursiers dans la province Mise à jour juillet 2013 1 Préambule L information suivante décrit les différents

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR)

Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Page 1 / 8 Statuts de l Association du Pôle scientifique et technologique du canton de Fribourg (PST-FR) Art. 1 Constitution I. Constitution, siège Sous la dénomination «Pôle scientifique et technologique

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants:

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants: INTRODUCTION Les futures élections européennes se tiendront du au 5 mai 014 dans l ensemble des 8 États membres. Cette charte, non contraignante, présente les positions politiques communes que les membres

Plus en détail

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006

AVIS. Objet : Réf. : CWEDD/06/AV.371. Liège, le 06 avril 2006 AVIS Réf. : CWEDD/06/AV.371 Liège, le 06 avril 2006 Objet : - Avant-projet de décret portant transposition de la Directive 2003/98/CE du Parlement européen et du Conseil du 17 novembre 2003 concernant

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL

52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL ORGANISATION PANAMÉRICAINE DE LA SANTÉ ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ 52 e CONSEIL DIRECTEUR 65 e SESSION DU COMITÉ RÉGIONAL Washington, D.C., ÉUA, du 30 septembre au 4 octobre 2013 CD52/DIV/9 (Fr.)

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

La dette publique japonaise : quelles perspectives?

La dette publique japonaise : quelles perspectives? La dette publique japonaise : quelles perspectives? Le Japon est le pays le plus endetté du monde avec une dette publique représentant 213% de son PIB en 2012 (contre 176% pour la Grèce). Dans ces conditions,

Plus en détail

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement

Objectif 8. Mettre en place un partenariat mondial pour le développement 5 objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 13 Objectif Mettre en place un partenariat mondial pour le développement La crise financière mondiale et les turbulences de la zone euro continuent

Plus en détail

Forum annuel du Club de Paris. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Jeudi 20 novembre 2015

Forum annuel du Club de Paris. Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics. Bercy. Jeudi 20 novembre 2015 MICHEL SAPIN MINISTRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Forum annuel du Club de Paris Intervention de Michel SAPIN, ministre des Finances et des Comptes publics Bercy Jeudi 20 novembre 2015 Contact presse

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES «RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement intérieur définit les modalités

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail