Annonce d arrêts et décisions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Annonce d arrêts et décisions"

Transcription

1 du Greffier de la Cour CEDH 68 (2015) Annonce d arrêts et décisions La Cour européenne des droits de l homme communiquera par écrit huit arrêts le mardi 10 mars et 42 arrêts et / ou décisions le jeudi 12 mars Les communiqués de presse et le texte des arrêts et décisions seront disponibles à partir de 10 heures (heure locale) sur le site Internet de la Cour (www.echr.coe.int). Mardi 10 mars 2015 Halil Adem Hasan c. Bulgarie (requête n o 4374/05) L affaire porte sur le régime de détention strict avec placement à l isolement imposé à un condamné à la réclusion à perpétuité. Le requérant, Halil Adem Hasan, est un ressortissant bulgare né en Il purge actuellement une peine de réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle à la prison de Lovetch (Bulgarie). Il a été condamné à onze reprises à l issue de procès distincts. Il a notamment été reconnu coupable en octobre 2000 de vol et de meurtre, ce qui lui a valu une peine de réclusion à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle. Depuis sa condamnation, il est détenu alternativement dans les prisons de Lovetch et de Varna. En Bulgarie, les condamnés à la réclusion à perpétuité tels que le requérant sont automatiquement soumis à un régime de haute sécurité et incarcérés dans des cellules verrouillées en permanence. Le requérant a exercé deux actions en réparation concernant ses conditions de détention (absence de toilettes adéquates qui le contraint à faire ses besoins dans un seau lorsqu il se trouve dans sa cellule, ventilation, chauffage et hygiène insuffisants, nourriture et soins médicaux inadéquats) et le régime de détention strict auquel il est soumis. Il en fut débouté par deux décisions rendues en dernier ressort par la Cour suprême de cassation en mai 2008 et février 2009 respectivement, au motif que de telles conditions de détention n étaient pas illégales au regard du droit interne. Certaines améliorations ont été apportées aux conditions d incarcération de l intéressé (notamment par l installation de toilettes et de lavabos dans la prison de Lovetch à l automne 2008), mais celles-ci n ont pas connu de changements significatifs ces dernières années. Par ailleurs, l intéressé s est plaint devant les autorités de poursuite de ce que le fait d être un musulman d origine turque lui valait des insultes à caractère raciste de la part du personnel pénitentiaire de la prison de Varna, et plus particulièrement d un surveillant. En février 2005, les autorités de poursuite refusèrent d engager des poursuites contre le surveillant mis en cause après avoir estimé que l intéressé aurait dû déposer à titre privé une plainte pénale auprès des juridictions compétentes. Invoquant l article 3 (interdiction de la torture et des traitements inhumains ou dégradants) de la Convention européenne des droits de l homme, le requérant allègue que ses conditions de détention dans les prisons de Lovetch et de Varna étaient et demeurent inhumaines et dégradantes, notamment en raison de son placement à l isolement qui le prive de contacts humains et de possibilités d activités hors cellule. Sur le terrain de l article 13 (droit à un recours effectif) combiné avec l article 3, il avance que le droit interne ne lui offre aucun recours effectif pour se plaindre du régime de détention auquel il est soumis et des conditions dans lesquelles il est incarcéré. Sous l angle de l article 8 (droit au respect de la correspondance), il soutient que les autorités pénitentiaires de la prison de Varna contrôlent systématiquement sa correspondance avec son avocat. Enfin, sur le terrain de l article 14 (interdiction de la discrimination) combiné avec l article 3,

2 il se plaint des insultes racistes dont il fait l objet de la part des autorités pénitentiaires de la prison de Varna, et d un surveillant en particulier. Varga et autres c. Hongrie (n os 14097/12, 45135/12, 73712/12, 34001/13, 44055/13, et 64586/13) Les requérants sont six ressortissants hongrois. Au moment de l introduction de leurs requêtes devant la Cour, ils étaient détenus en Hongrie, dans les prisons de Baracska, Szolnok, Budapest, Sopronkőhida, Pálhalma et Szeged respectivement. Les intéressés se plaignent de la surpopulation généralisée qui caractérise selon eux les établissements pénitentiaires hongrois. Les requérants ont subi des périodes de détention de longueur variée entre 2006 et aujourd hui, disposant dans les cellules de leurs lieux de détention respectifs d un espace personnel de 1,5 à 3,3 m 2. M. Pesti se plaint notamment d avoir été incarcéré pendant trois ans dans la prison de Márianosztra, où chaque détenu ne disposait que de 2,86 m 2 d espace vital. Les autres requérants dénoncent en outre d autres aspects de leur détention, notamment la séparation des toilettes du reste de leurs cellules respectives par un simple rideau, l infestation de certaines d entre elles par des insectes, l insuffisance de la ventilation et du couchage, l accès limité aux douches et le manque de temps passé hors cellule. Invoquant les articles 3 (interdiction des traitements inhumains ou dégradants) et 13 (droit à un recours effectif), les requérants allèguent que leurs conditions de détention dans leurs prisons respectives sont/étaient inhumaines et dégradantes, et que le droit hongrois ne leur offre aucun recours effectif pour s en plaindre. Behçet Taş c. Turquie (n o 48888/09) Le requérant, M. Behçet Taş est un ressortissant turc, né en 1960 et résidant à Muş (Turquie). L affaire concerne les dommages causés au requérant par l explosion d une mine anti-personnel ainsi que la procédure d indemnisation engagée par le requérant en raison des préjudices subis. Le 17 septembre 1997, alors qu il ramassait du bois, M. Behçet Taş fut blessé par l explosion d une mine antipersonnel qui lui coûta sa jambe gauche. Une enquête eut lieu qui établit la responsabilité de terroristes du PKK. En 1999, M. Behçet Taş formula une demande d indemnisation au Ministère de l Intérieur, qui fut rejetée. M. Behçet Taş entama alors une action devant le tribunal administratif de Van pour se faire indemniser au titre du préjudice moral et matériel. Le 3 mars 2001, le tribunal rejeta la demande d indemnisation du préjudice matériel en considérant que la perte de capacité de travail était nulle, mais accorda en revanche l équivalent de 1095 euros au titre du préjudice moral. Dans un arrêt du 25 décembre 2002, le Conseil d État confirma le jugement s agissant du préjudice moral mais le cassa s agissant du préjudice matériel, demandant des expertises visant à établir la perte de capacité de travail du requérant. Suite à un rapport d expertise évaluant le préjudice matériel à l équivalent d environ euros, le tribunal administratif octroya cette somme au requérant dans un jugement du 30 décembre Toutefois, saisi à nouveau par l administration, le Conseil d Etat cassa ce second jugement dans un arrêt du 20 novembre 2007, en estimant cette fois qu il n y avait pas lieu d indemniser le préjudice matériel de M. Behçet Taş, ce dernier étant chargé de missions adaptées à son handicap et n ayant pas subi de diminution de salaire ni d autres allocations depuis l explosion. La position du Conseil d État fut confirmée par le tribunal administratif en Invoquant l article 2 (droit à la vie), le requérant reproche à l État turc de ne pas avoir protégé son droit à la vie face aux menaces terroristes. Invoquant également l article 6 1 (droit à un procès équitable et dans un délai raisonnable), il allègue que son préjudice n a pas été évalué équitablement par les juridictions internes et que la durée de la procédure a été excessive. 2

3 Y.Y. c. Turquie (n o 14793/08) Le requérant, Y.Y. est un ressortissant turc, né en 1981, inscrit sur le registre d état civil comme étant de sexe féminin, et résidant à Mersin (Turquie). Y.Y. prit conscience très tôt qu il se sentait appartenir au sexe masculin, en contradiction avec son sexe anatomique. Le 30 septembre 2005, il saisit le tribunal de grande instance de Mersin en vue d obtenir l autorisation de recourir à une opération de changement de sexe. Le 27 juin 2006, le tribunal de grande instance refusa d accorder l autorisation de changement de sexe demandée au motif et à l appui de rapports médicaux que celui-ci n était pas, de manière définitive, dans l incapacité de procréer et ne répondait dès lors pas à l une des exigences de l article 40 du code civil. La Cour de cassation confirma le jugement rendu. Le 5 mars 2013, se fondant sur l article 40 du code civil, Y.Y. saisit de nouveau le tribunal de grande instance de Mersin d une demande d autorisation de chirurgie de changement de sexe. Le 21 mai 2013, le tribunal de grande instance de Mersin fit droit à la demande et autorisa l opération sollicitée, estimant établi que le requérante était transsexuel, que la préservation de sa santé mentale nécessitait son changement de sexe, qu il ressortait de l audition des témoins en l affaire que le requérant à tout point de vue vivait comme un homme et souffrait de sa situation, de sorte que les conditions énoncées à l article 40 2 du code civil étaient réalisées et qu il convenait de répondre à la demande. Invoquant en particulier l article 8 (droit au respect de la vie privée et familiale), le requérant se plaint d une atteinte au droit au respect de sa vie privée. Il allègue que la contradiction entre sa perception de lui-même comme homme et sa constitution physiologique a été établie par des rapports médicaux et se plaint de s être heurté au refus des autorités internes de mettre fin à cette contradiction en se fondant sur sa capacité à procréer. La Cour communiquera par écrit ses arrêts et/ou décisions dans les affaires suivantes, dont certaines concernent des questions qui lui ont déjà été soumises, notamment la durée excessive de procédures. Ces arrêts et/ou décisions pourront être consultés sur HUDOC, la base de jurisprudence de la Cour accessible en ligne, dès le jour où la Cour les aura rendus. Ils ne seront pas mentionnés dans le communiqué de presse qui sera publié ce jour-là. Siliqi et autres c. Albanie (n os 37295/05 et 42228/05) Bujković c. Monténégro (n o 40080/08) Rambiert c. Pologne (n o 34322/10) Wrona c. Pologne (n o 29345/09) Jeudi 12 mars 2015 Adžić c. Croatie (n o 22643/14) Le requérant, Miomir Adžić, est un ressortissant des États-Unis d Amérique né en 1968 et résidant à Charlotte, Caroline du Nord (États-Unis d Amérique). Dans cette affaire, l intéressé se plaint de la durée de la procédure judiciaire ouverte en Croatie à la suite de sa demande tendant au retour de son enfant aux États-Unis. Le requérant épousa en 2008 une ressortissante croate, dont il eut un enfant plus tard dans l année. Son épouse et son enfant le rejoignirent aux États-Unis en En 2011, ils se rendirent en Croatie 3

4 pour y passer les vacances d été. Toutefois, au lieu de retourner en Amérique, l épouse du requérant l informa par courriel qu elle et son enfant restaient en Croatie et qu elle demandait le divorce. Une semaine plus tard, l intéressé entreprit des démarches en vue du retour de l enfant aux États-Unis. Il demanda d abord au ministère de la Santé et de la Protection sociale d enjoindre à son épouse de consentir au retour de l enfant, puis il formula une demande officielle de retour sur le fondement de la Convention de La Haye sur les aspects civils de l enlèvement international d enfants. Son épouse refusa de laisser l enfant repartir seul aux États-Unis ou d y retourner avec lui. Le ministère transmit la demande de l intéressé au tribunal d instance de Zagreb, qui ouvrit une procédure de retour. En mars 2012, le tribunal rejeta la demande du requérant. Celui-ci obtint l annulation de cette décision en appel et demanda que l affaire fût attribuée à autre juge. L affaire fut renvoyée et attribuée à un autre juge en janvier De nouveaux rapports furent établis, des expertises furent réalisées et des informations sur l enfant et son bien-être furent recueillies. En mai 2014, le tribunal d instance de Zagreb rejeta derechef la demande de l intéressé. Cette décision fut confirmée par le tribunal de comté de Zagreb en octobre L affaire est actuellement pendante devant la Cour constitutionnelle. En novembre 2014, la Cour suprême rejeta l action parallèle que le requérant avait engagée pour se plaindre du retard apporté à la fixation d une audience. Invoquant notamment l article 8 (droit au respect de la vie privée et familiale), le requérant se plaint de la durée de la procédure fondée sur la Convention de la Haye et tendant au retour de son fils, qui est ouverte depuis plus de trois ans. Muršić c. Croatie (n o 7334/13) Le requérant, Kristijan Muršić, est un ressortissant croate né en 1987 et résidant à Kuršanec (Croatie). L affaire porte principalement sur les conditions dans lesquelles le requérant a été détenu pendant dix-sept mois à la prison de Bjelovar entre 2010 et En 2008, l intéressé fut condamné à une peine de deux ans d emprisonnement pour vol. En 2010, il fit l objet d une autre inculpation pour vol. Il fut condamné au total à deux ans et onze mois d emprisonnement. Pendant son incarcération, il se plaignit à maintes reprises de ses conditions de détention devant les autorités pénitentiaires, le tribunal de comté de Bjelovar, l ombudsman et la Cour constitutionnelle. Dans la première requête qu il adressa aux autorités pénitentiaires, il demandait son transfert dans une autre prison afin d être plus près de sa famille, mais ses plaintes ultérieures adressées aux instances judiciaires portaient principalement sur la surpopulation carcérale. Pendant sa détention à la prison de Bjelovar, il fut successivement incarcéré dans quatre cellules accueillant de deux à sept autres détenus et offrant à chacun d entre eux un espace personnel de 3 à 7,39 m 2. Pendant certaines périodes non consécutives et courtes à l exception d une période de vingt-sept jours, il a disposé d un espace personnel légèrement inférieur à 3 m 2. Il fut transféré dans une autre prison en Invoquant les articles 3 (interdiction des traitements inhumains ou dégradants) et 13 (droit à un recours effectif), le requérant dénonce principalement ses conditions de détention à la prison de Bjelovar. Il se plaint en particulier du manque d espace personnel, des mauvaises conditions sanitaires et d hygiène, de la piètre qualité de la nourriture, du manque de possibilités de travail ainsi que de la rareté des activités récréatives et éducatives. En outre, il allègue que ses plaintes n ont pas fait l objet d un examen adéquat par les différentes autorités croates auxquelles il s est adressé. Bouros et autres c. Grèce (n os 51653/12, 50753/11, 25032/12, 66616/12, et 67930/12) Les requérants sont trois ressortissants grecs, Christodoulos Giatzoglidis, Michail Gavriilidis et Giorgos Pourselantzei, un ressortissant roumain, Vasile Bouros, et un ressortissant bulgare, Stefan 4

5 Dimitrov, nés respectivement en 1962, 1984, 1983, 1972 et 1972 qui sont, ou ont été pour certains d entre eux, incarcérés à la prison de Larissa (Grèce). L affaire concerne leurs conditions de détention dans cette prison ainsi que, pour Vasile Bouros, dans la prison de Korydallos et, pour Stefan Dimitrov, dans la prison de Diavata. Invoquant l article 3 (interdiction des traitements inhumains ou dégradants), les requérants se plaignent en particulier de la surpopulation carcérale et des conditions d hygiène très dégradées dans lesquelles ils sont ou ont été détenus. Ils allèguent avoir été placés dans des cellules d environ 25 m² accueillant 6 à 10 détenus, et qui n étaient ni équipées, ni chauffées, ni éclairées. Ils se plaignent également de l odeur insupportable régnant dans la prison en raison des détritus jetés dans la cour depuis les fenêtres des cellules, ainsi que des nuisibles attirés par ces détritus. En outre, Vasile Bouros et Michail Gavriilidis, alléguant avoir été confrontés à des problèmes médicaux, se plaignent de l insuffisance des soins qui leur ont été dispensés. Almeida Leitão Bento Fernandes c. Portugal (n o 25790/11) La requérante, Maria de Fátima Almeida Leitão Bento Fernandes, est une ressortissante portugaise née en 1947 et résidant à Fundão (Portugal). L affaire concerne la condamnation pénale de la requérante pour diffamation à l encontre de divers membres de sa belle-famille, suite à la publication d un roman. Mme Fernandes est l auteure d un roman intitulé Le Palais des mouches, écrit sous le pseudonyme de Bento Xavier, édité par ses soins et tiré à cent exemplaires, tous distribués gratuitement à des proches et amis. Le roman raconte l histoire d une famille originaire du nord du Portugal ayant émigré aux États-Unis. Dans la préface de son livre, la requérante remerciait les personnes qui l avaient inspirée, tout en indiquant que les faits relatés dans son roman étaient le fruit de son imagination et que toute ressemblance avec la réalité serait pure coïncidence. L oncle, la tante, la cousine, la mère et la sœur du mari de Mme Fernandes (les «plaignants») portèrent plainte contre cette dernière pour diffamation, estimant que le roman racontait l histoire de leur famille et portait atteinte à sa réputation. Le 12 juillet 2004, un non-lieu fut rendu en faveur de la requérante. Suite au recours des plaignants devant la cour d appel, l affaire fut renvoyée devant le tribunal d instruction criminelle de Torre de Moncorvo qui ordonna le renvoi de Mme Fernandes en jugement. Le 26 mars 2010, cette dernière fut reconnue coupable de diffamation à l encontre des plaignants et d atteinte à l honneur de deux membres de la famille décédés. Le tribunal de Torre de Moncorvo estima notamment que les personnages du roman correspondaient exactement aux membres de la belle-famille de Mme Fernandes et, mettant en balance son droit à la liberté d expression et le droit des plaignants au respect de leur vie privée, conclut que la requérante avait porté atteinte à l honneur des intéressés. Elle fut condamnée à une peine cumulée de 400 jours-amende correspondant à un montant de EUR, et au paiement de EUR de dommages et intérêts aux plaignants, à savoir respectivement EUR, EUR et EUR pour l oncle, la tante et la cousine de son mari et EUR pour sa belle-mère et sa belle-sœur. Le recours de Mme Fernandes devant la cour d appel fut rejeté. La requérante estime que sa condamnation porte atteinte à son droit à la liberté d expression protégé par l article 10 de la Convention. Kopanitsyn c. Russie (n o 43231/04) Le requérant, Dmitriy Kopanitsyn, est un ressortissant russe né en 1980 et résidant à Moscou. L affaire porte sur la détention de l intéressé, motivée par des soupçons de vol. 5

6 Le 15 juillet 2004, le requérant fut arrêté parce qu il était soupçonné de vol. Il affirme qu un policier l a battu pour lui extorquer des aveux. Le lendemain, le tribunal du district Zamoskvoretskiy de Moscou ordonna le placement de l intéressé en détention provisoire. Celle-ci fut prolongée à plusieurs reprises jusqu au procès du requérant, qui se tint deux ans plus tard et à l issue duquel l intéressé fut reconnu coupable et condamné à une peine d emprisonnement. De juillet à septembre 2004, le requérant fut détenu à la maison d arrêt n IZ-77/1 de Moscou. Il soutient que celle-ci était surpeuplée et que les conditions d hygiène étaient déplorables dans les cellules. La première plainte adressée par le requérant à la Cour européenne des droits de l homme en septembre 2004 fut expédiée par erreur au cabinet du président de la Fédération de Russie, puis transmise au parquet de Moscou. Un procureur indiqua à l intéressé que sa plainte auprès de la Cour européenne des droits de l homme avait été examinée et jugée infondée. Le requérant fut également informé qu il devait attendre l issue de son procès avant de se plaindre auprès de la Cour européenne des droits de l homme, faute de quoi sa plainte serait rejetée pour non-épuisement des voies de recours internes. L intéressé se plaignit à deux reprises de l examen de sa correspondance avec la Cour européenne des droits de l homme par le parquet de Moscou. Le tribunal du district Zamoskvoretskiy de Moscou rejeta les deux plaintes en question par des décisions qui furent confirmées en appel par le tribunal de Moscou. Invoquant les articles 3 (interdiction des traitements inhumains ou dégradants) et 5 1 et 3 (droit à la liberté et à la sûreté), le requérant dénonce l illégalité, la durée excessive et les conditions épouvantables de sa détention provisoire. Sur le terrain de l article 34 (droit de recours individuel), il allègue que les autorités ont ouvert et examiné sa correspondance avec la Cour européenne des droits de l homme et qu elles ont tardé à expédier deux des lettres qu il avait adressées à son avocat pendant qu il purgeait sa peine. Lyalyakin c. Russie (n o 31305/09) L affaire porte sur la dénonciation, par un conscrit, des traitements dégradants auxquels il a été soumis après avoir été rattrapé alors qu il tentait de déserter. L intéressé se plaint notamment d avoir été contraint de se présenter nu devant d autres soldats. Le requérant, Mikhail Lyalyakin, est un ressortissant russe né en 1988 et résidant à Nijni Novgorod (Russie). Il fut enrôlé dans l armée russe en décembre Après six mois de préparation à Kovrov, il fut affecté à l unité militaire n de Volgograd. Il indique que la tension et la violence qui régnaient dans son unité provoquèrent chez lui un sentiment de panique qui le conduisit à déserter. Il fit une première tentative de désertion le 4 juin 2007, en compagnie d un jeune sergent. Ils furent rattrapés le lendemain et reconduits au camp. L intéressé allègue que les deux officiers qui les avaient retrouvés menacèrent de les tuer une fois arrivés à la base, et qu il tenta alors de s enfuir une nouvelle fois pendant le trajet de retour. Après l avoir rattrapé, les officiers obligèrent l intéressé et l autre jeune sergent à se déshabiller, indiquant que cette mesure était destinée à les empêcher de s enfuir. Le 6 juin, ces derniers furent amenés sur le terrain d exercice et réprimandés par le commandant du bataillon devant les autres soldats. Le requérant affirme qu ils furent obligés de se tenir nus devant ces derniers et que, après son retour au camp, ses camarades l humilièrent et le maltraitèrent à plusieurs reprises. Il indique que cette situation le conduisit à s enfuir de nouveau le 7 juin, qu il parvint à se réfugier chez sa famille à Nijni Novgorod et qu il ne rejoignit jamais son unité à Volgograd. Peu après, il porta plainte pour mauvais traitements devant le bureau du procureur militaire de Nijni Novgorod, qui ouvrit une enquête préliminaire. L affaire fut transmise pour enquête au bureau du procureur militaire de Volgograd. Celui-ci refusa d abord d engager des poursuites, mais sa décision fut annulée par le bureau du procureur militaire du Caucase du Nord. Les enquêteurs menèrent cinq enquêtes successives, qui débouchèrent toutes sur des décisions de classement sans suite qui furent annulées par des autorités supérieures, lesquelles ordonnèrent des 6

7 compléments d instruction. Le dossier ne contient aucune information sur l état d avancement de l affaire après le renvoi de celle-ci pour complément d instruction en Invoquant les articles 3 (interdiction des traitements inhumains ou dégradants) et 13 (droit à un recours effectif), le requérant se plaint des mauvais traitements que lui ont fait subir les soldats de son unité et soutient que les autorités n ont pas mené d enquête effective sur ses allégations. La Cour communiquera par écrit ses arrêts et décisions dans les affaires suivantes, dont certaines concernent des questions qui lui ont déjà été soumises, notamment la durée excessive de procédures. Ces arrêts et décisions pourront être consultés sur HUDOC, la base de jurisprudence de la Cour accessible en ligne, dès le jour où la Cour les aura rendus. Ils ne seront pas mentionnés dans le communiqué de presse qui sera publié ce jour-là. Telhai c. Albanie (n o 32897/07) Alamaras et autres c. Grèce (n o 3384/12) Alexandri et autres c. Grèce (n o 63400/11) Argyropoulos c. Grèce (n o 23979/11) Baltzi-Ikonomopoulou c. Grèce (n o 49205/11) Chaini-Konstantinidi c. Grèce (n o 20513/11) Chalkidis c. Grèce (n o 7834/11) Giannoukakis c. Grèce (n o 51570/11) Koutsiouli (Kostouli) c. Grèce (n o 52339/11) Liami c. Grèce (n o 8845/12) Moutafi c. Grèce (n o 46817/11) Papageorgiou c. Grèce (n o 74726/11) Papathanasiou-Bouboukioti c. Grèce (n o 46822/11) Pipilikakis c. Grèce (n o 3300/12) Schinas c. Grèce (n o 3920/11) Sofos et autres c. Grèce (n o 15675/11) Theodoratos c. Grèce (n o 24305/11) Tsakismenou et autres c. Grèce (n o 72692/11) Vasdekis et autres c. Grèce (n o 3343/12) Zachoulas c. Grèce (n o 5126/12) H c. Norvège (n o 51666/13) Kaluzna c. Pologne (n o 43696/14) Konopacka c. Pologne (n o 49044/12) Piechowicz c. Pologne (n o 9951/10) Cowgill c. Portugal (n o 42271/13) Santos Goncalves c. Portugal (n o 47775/13) Burmistrova c. Russie (n o 887/06) Fatin et autres c. Russie (n os 45353/05, 36029/07, 51447/07, 3908/08, 51390/08, 56156/08, 50904/09, 54590/10, 34038/13, et 42023/13) Karpenko et autres c. Russie (n os 2355/06, 2488/06, 2908/06, 8162/06, 9836/06, 10564/06, 11275/06, 14136/06, 18356/06, 29588/06, 32326/06, 32464/06, 34333/06, 34459/06, 37236/06, 40611/06, 45755/06, 46730/06, 49366/06, 50105/06, 1652/07, 2603/07, 7344/07, 18312/07 et 44713/08) Kudeshkina c. Russie (n o 28727/11) Podgornyy c. Russie (n o 52971/09) Pushchelenko et autres c. Russie (n os 45392/11, 47671/11, 62205/11, 45312/13, et 53366/13) «Benville Limited, Podružnica za transport, Ljubljana» c. Slovénie (n o 1984/12) Malec c. Slovénie (n o 44070/08) 7

8 Olahovi c. la République Tchèque (n o 59774/09) Serdyuk c. Ukraine (n o 61876/08) Rédigé par le greffe, le présent communiqué ne lie pas la Cour. Les décisions et arrêts rendus par la Cour, ainsi que des informations complémentaires au sujet de celle-ci, peuvent être obtenus sur Pour s abonner aux communiqués de presse de la Cour, merci de s inscrire ici : ou de nous suivre sur Contacts pour la presse tel: Tracey Turner-Tretz (tel: ) Céline Menu-Lange (tel: ) Nina Salomon (tel: ) Denis Lambert (tel: ) La Cour européenne des droits de l homme a été créée à Strasbourg par les États membres du Conseil de l Europe en 1959 pour connaître des allégations de violation de la Convention européenne des droits de l homme de

L ex-premier ministre de l Ukraine a fait l objet d une détention arbitraire

L ex-premier ministre de l Ukraine a fait l objet d une détention arbitraire du Greffier de la Cour CEDH 136 (2012) 30.04.2013 L ex-premier ministre de l Ukraine a fait l objet d une détention arbitraire Dans son arrêt de chambre, non définitif 1, rendu ce jour en l affaire Timochenko

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 39616/98 présentée par J. F. contre

Plus en détail

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu,

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu, N 22 / 2010 pénal. du 29.4.2010 Not. 889/05/CD Numéro 2744 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

Annonce d arrêts. La Cour européenne des droits de l homme communiquera par écrit 11 arrêts le mardi 18 novembre et un le jeudi 20 novembre 2014.

Annonce d arrêts. La Cour européenne des droits de l homme communiquera par écrit 11 arrêts le mardi 18 novembre et un le jeudi 20 novembre 2014. du Greffier de la Cour CEDH 330 (2014) 13.11.2014 Annonce d arrêts La Cour européenne des droits de l homme communiquera par écrit 11 arrêts le mardi 18 novembre et un le jeudi 20 novembre 2014. Les communiqués

Plus en détail

L'exécution des peines correctionnelles

L'exécution des peines correctionnelles L'exécution des peines correctionnelles I) L application des peines Le juge de l application des peines est chargé de déterminer les modalités d exécution des peines prononcées par les juridictions pénales

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME. Communiqué du Greffier. ARRÊT DE CHAMBRE SCHLUMPF c. SUISSE

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME. Communiqué du Greffier. ARRÊT DE CHAMBRE SCHLUMPF c. SUISSE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME 007 9.1.2009 Communiqué du Greffier ARRÊT DE CHAMBRE SCHLUMPF c. SUISSE La Cour européenne des droits de l homme a communiqué hier par écrit son arrêt de chambre 1

Plus en détail

Requête n o 8439/09. présentée par Marco Walter TINNER. contre la Suisse. introduite le 6 février 2009 EXPOSÉ DES FAITS

Requête n o 8439/09. présentée par Marco Walter TINNER. contre la Suisse. introduite le 6 février 2009 EXPOSÉ DES FAITS 21 décembre 2009 PREMIÈRE SECTION Requête n o 59301/08 présentée par Urs Friedrich TINNER contre la Suisse introduite le 14 novembre 2008 Requête n o 8439/09 présentée par Marco Walter TINNER contre la

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS QUATRIÈME SECTION AFFAIRE MARQUES GOMES GALO c. PORTUGAL (Requête n 35592/97) ARRÊT STRASBOURG

Plus en détail

Annonce d arrêts. La Cour européenne des droits de l homme communiquera par écrit 18 arrêts le mardi 3 juillet et cinq le jeudi 5 juillet 2012.

Annonce d arrêts. La Cour européenne des droits de l homme communiquera par écrit 18 arrêts le mardi 3 juillet et cinq le jeudi 5 juillet 2012. du Greffier de la Cour CEDH 267 (2012) 26.06.2012 Annonce d arrêts La Cour européenne des droits de l homme communiquera par écrit 18 arrêts le mardi 3 juillet et cinq le jeudi 5 juillet 2012. Les communiqués

Plus en détail

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 18 alinéa (2) de la Loi nº146/1997 réglementant les taxes de justice de timbre, avec les modifications

Plus en détail

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales

Institutions Acteurs Procédures Vos droits. Les violences conjugales Institutions Acteurs Procédures Vos droits Les violences conjugales F i c h e P r a t i q u e Les violences conjugales Toute personne qui subit des violences physiques, verbales, psychologiques ou sexuelles

Plus en détail

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour,

d'annuler la décision en date du 14 mars 2007 par laquelle le préfet de la Loire a refusé de lui délivrer un titre de séjour, TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LYON RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS N0702717 M. A X M. Pernot Conseiller Audience du 30 avril 2007 Lecture du 30 avril 2007 MD LA DEMANDE M. A X, de nationalité

Plus en détail

ARRET PROMPT C. FRANCE (req. n 30936/12), le 3 décembre 2015

ARRET PROMPT C. FRANCE (req. n 30936/12), le 3 décembre 2015 LES ARRETS DE LA COUR EUROPEENNE DES DROITS DE L HOMME CLEFS DE LECTURE ARRET PROMPT C. FRANCE (req. n 30936/12), le 3 décembre 2015 http://hudoc.echr.coe.int/fre?i=001-158965 ARTICLE 10 Liberté d expression

Plus en détail

Le recours devant les juridictions administratives

Le recours devant les juridictions administratives LA DISCIPLINE La procédure disciplinaire Le recours devant les juridictions administratives Après la décision du directeur interrégional (ou après que le délai d un mois sans réponse de sa part est passé),

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE N 1957 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 21 mai 2014. TEXTE DE LA COMMISSION DES LOIS CONSTITUTIONNELLES,

Plus en détail

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/00217 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Président : M. THIOLET AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 4 Juin 2008 PARTIES EN CAUSE

Plus en détail

La Cour européenne des droits de l homme a communiqué aujourd hui par écrit les dix arrêts de chambre 1 suivants dont aucun n est définitif.

La Cour européenne des droits de l homme a communiqué aujourd hui par écrit les dix arrêts de chambre 1 suivants dont aucun n est définitif. du Greffier de la Cour Arrêts concernant l Azerbaïdjan, la Croatie, «l ex-république yougoslave de Macédoine», la France, la Grèce, la République tchèque, la Russie et la Slovénie La Cour européenne des

Plus en détail

Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme

Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme Statistiques sur le contentieux devant la Cour européenne des droits de l Homme La Cour européenne des droits de l Homme est compétente pour connaître des requêtes adressées par les particuliers ou les

Plus en détail

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses

Cour européenne des droits de l homme. Questions & Réponses Cour européenne des droits de l homme Questions & Réponses Questions & Réponses Qu est-ce que la Cour européenne des droits de l homme? Ces questions et réponses ont été préparées par le Greffe de la Cour.

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010. Mme Barta Z. Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décision n 2010-77 QPC du 10 décembre 2010 Mme Barta Z. La Cour de cassation a renvoyé au Conseil constitutionnel, le 5 octobre 2010, une question prioritaire

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE BANASZKOWSKI c. POLOGNE. (Requête n o 40950/12) ARRÊT STRASBOURG. 25 mars 2014

QUATRIÈME SECTION. AFFAIRE BANASZKOWSKI c. POLOGNE. (Requête n o 40950/12) ARRÊT STRASBOURG. 25 mars 2014 QUATRIÈME SECTION AFFAIRE BANASZKOWSKI c. POLOGNE (Requête n o 40950/12) ARRÊT STRASBOURG 25 mars 2014 Cet arrêt est définitif. Il peut subir des retouches de forme. ARRÊT BANASZKOWSKI c. POLOGNE 1 En

Plus en détail

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318

Références LEXIQUE JURIDIQUE A FICHE 19. Références Juridiques 318 FICHE 19 Références LEXIQUE JURIDIQUE A ACTE EXTRA-JUDICIAIRE Acte établi généralement par un huissier. Par exemple, un commandement de payer. ACTION EN JUSTICE Pouvoir de saisir la justice. ACTION PUBLIQUE

Plus en détail

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004

DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 DÉCISION Nº293 du 1 er juillet 2004 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 2 lettre a) paragraphe troisième partie première de la Loi du contentieux administratif nº29/1990,

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 13 décembre 2012 N de pourvoi: 11-19098 Publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 18 février 2014 N de pourvoi: 12-87629 ECLI:FR:CCASS:2014:CR00011 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président Me Le

Plus en détail

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime

FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS. Les dommages et intérêts L indemnisation de la victime Association Réflexion Action Prison et Justice FICHE JURIDIQUE N 5 LES DOMMAGES ET INTERETS L indemnisation de la victime La partie civile dispose des règles du droit civil et des voies d exécution de

Plus en détail

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE

FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE FICHE N 18 LE CASIER JUDICIAIRE Le casier judiciaire national automatisé est tenu sous l autorité du ministre de la Justice. Il recense les condamnations, décisions et jugements prononcées contre les personnes

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E N o C 11-88.136 F-P+B N o 5268 1 GT 16 OCTOBRE 2012 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 12/09/2012 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 7 juin 2012 N de pourvoi: 11-22490 Publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président Me Ricard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE ZICCARDI c. ITALIE. (Requête n o 27394/02)

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE ZICCARDI c. ITALIE. (Requête n o 27394/02) TESTO INTEGRALE TROISIÈME SECTION AFFAIRE ZICCARDI c. ITALIE (Requête n o 27394/02) ARRÊT STRASBOURG 8 juin 2006 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de la Convention.

Plus en détail

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE

Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Règle 63 DIVORCE ET DROIT DE LA FAMILLE Définitions (1) Les définitions qui suivent s appliquent à la présente règle. Champ d application «demande de réparation» Sont comprises parmi les demandes de réparation

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 09DA01584 Inédit au recueil Lebon 2e chambre - formation à 3 (bis) M. Mortelecq, président M. Vladan Marjanovic, rapporteur M. Minne, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

Déclaration à la police

Déclaration à la police Vous êtes victime Introduction Vous avez été victime d une infraction. C est un événement traumatisant et vous vous posez sûrement de nombreuses questions : quels sont mes droits? Que dois-je faire pour

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête)

Commentaire. Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Commentaire Décision n 2011-156 QPC du 22 juillet 2011 M. Stéphane P. (Dépaysement de l enquête) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 30 mai 2011 par la Cour de cassation (chambre criminelle, arrêt

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION DÉCISION FINALE SUR LA RECEVABILITÉ des requêtes n o 45355/99 et 45357/99 présentées

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURTOFHUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE SOARES FERNANDES c. PORTUGAL (Requête n o 59017/00) ARRÊT STRASBOURG 8

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/06/2013 Conseil d État N 365638 ECLI:FR:CEORD:2013:365638.20130214 Inédit au recueil Lebon Juge des référés SPINOSI, avocat(s) lecture du jeudi 14 février 2013 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE MATTEONI c. ITALIE. (Requête n o 42053/02)

TROISIÈME SECTION. AFFAIRE MATTEONI c. ITALIE. (Requête n o 42053/02) TESTO INTEGRALE TROISIÈME SECTION AFFAIRE MATTEONI c. ITALIE (Requête n o 42053/02) ARRÊT STRASBOURG 8 juin 2006 Cet arrêt deviendra définitif dans les conditions définies à l article 44 2 de la Convention.

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042

Objet : Plainte à l endroit de l institut Philippe Pinel de Montréal et du Ministère de la Sécurité publique N/Réf. : 1004160 et 1005042 Montréal, le 12 mars 2015 Monsieur Responsable de l accès aux documents Institut Philippe Pinel de Montréal 10905, boul. Henri-Bourassa E. Montréal (Québec) H1C 1H1 Monsieur Responsable ministériel Ministère

Plus en détail

Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme

Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme 2 ème trimestre 2015 I. Arrêts et décisions contre la Suisse Arrêt Tatar c. Suisse du 14 avril 2015 (req. n 65692/12) Droit à la

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE

PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE PARCOURS D UN DOSSIER RELATIF A UN ACCIDENT DE ROULAGE Document explicatif réalisé à l intention des parents-formateurs 17 novembre 2006 PARCOURS D UN DOSSIER ACCIDENT DE ROULAGE avant l élaboration du

Plus en détail

Les juridictions. A) Les juridictions civiles :

Les juridictions. A) Les juridictions civiles : Les juridictions. Tribunaux = Magistrats Ils ont une compétence d attribution (on ne peut pas s adresser à n importe quel tribunal pour n importe quelle affaire. Le droit privé (ordre judiciaire) de 1

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 13/10/2011 Cour Administrative d Appel de Versailles N 08VE00008 Inédit au recueil Lebon 5ème chambre M. MOUSSARON, président M. Frédéric MARTIN, rapporteur M. DAVESNE, commissaire du gouvernement

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique

Ville de Bures sur Yvette. Vidéo-protection Charte d éthique Ville de Bures sur Yvette Vidéo-protection Charte d éthique La vidéo-protection est un outil au service de la politique de prévention et de sécurité de la Ville de Bures sur Yvette. Ses objectifs sont

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS TROISIÈME SECTION AFFAIRE GUERREIRO c. PORTUGAL (Requête n 45560/99) ARRÊT STRASBOURG 31 janvier

Plus en détail

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007,

Entre: appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 16 août 2007, Exempt- appel en matière de droit du travail Audience publique du dix juillet deux mille huit. Numéro 32992 du rôle. Composition: Romain LUDOVICY, premier conseiller; Roger LINDEN, conseiller; Jean-Paul

Plus en détail

Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme

Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme Arrêts et décisions choisis de la Cour européenne des droits de l'homme 3 ème trimestre 2015 I. Arrêts et décisions contre la Suisse Décision T.A. et autres c. Suisse du 7 juillet 2015 (req. n 50165/14)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 23 mai 2013 N de pourvoi: 12-83677 ECLI:FR:CCASS:2013:CR02760 Publié au bulletin Rejet M. Louvel (président), président SCP Waquet, Farge et Hazan,

Plus en détail

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015

Tribunal des conflits. Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif. Rapporteur : Y. Maunand. Séance du 16 novembre 2015 1 Tribunal des conflits Affaire 4036 M. et Mme B. Conflit positif Rapporteur : Y. Maunand Séance du 16 novembre 2015 Le conflit positif dont vous êtes saisi va vous conduire à vous prononcer à la fois

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme)

Commentaire. Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015. M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Commentaire Décision n 2015-464 QPC du 9 avril 2015 M. Marc A. (Délit d obstacle au droit de visite en matière d urbanisme) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 février 2015, par la Cour de cassation

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

DIRECTIVE DE PRATIQUE CONFÉRENCES PRÉPARATOIRES et AUDIENCES DE PRÉPARATION (Règle 4 des Règles de la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse)

DIRECTIVE DE PRATIQUE CONFÉRENCES PRÉPARATOIRES et AUDIENCES DE PRÉPARATION (Règle 4 des Règles de la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse) 1 DIRECTIVE DE PRATIQUE CONFÉRENCES PRÉPARATOIRES et AUDIENCES DE PRÉPARATION (Règle 4 des Règles de la Cour provinciale de la Nouvelle-Écosse) AUDIENCES DE PRÉPARATION (art. 536.4 du Code criminel) Présence

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V.

Commentaire. Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014. M. Marc V. Commentaire Décision n 2013-372 QPC du 7 mars 2014 M. Marc V. (Saisine d office du tribunal pour la résolution d un plan de sauvegarde ou de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi

Plus en détail

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression

JURIDIC ACCESS. Le droit pour les professionnels de santé F21. MA SÉCURITÉ AU SEIN DU CABINET MÉDICAL. Les suites d une plainte pour agression Les suites d une plainte pour agression Etape 1. L avis à victime Suite à la plainte que vous avez déposée, le Procureur de la République vous transmet un «avis à victime» à votre domicile. Il vous informe

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145

Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 Décision du Défenseur des droits MLD-2013-145 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de regroupement familial opposé à un ressortissant algérien bénéficiaire de l Allocation aux adultes

Plus en détail

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE

COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE COMMUNICATION RELATIVE A LA PROCHAINE MODIFICATION DU CODE DE LA PROPRIETE INTELLECTUELLE Le Code de la propriété intellectuelle doit prochainement être modifié par un décret dont la publication et l entrée

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COUR D APPEL DE NOUMÉA N 07/678 Présidente : Mme FONTAINE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier lors des débats : Cécile KNOCKAERT Chambre sociale Arrêt du 20 Août 2008 PARTIES DEVANT

Plus en détail

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure

17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure COUR NATIONALE DE L INCAPACITÉ ET DE LA TARIFICATION DE L ASSURANCE DES ACCIDENTS DU TRAVAIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE 17 décembre 2013 - AT/MP-opposabilité-irrégularité de procédure L inopposabilité a pour

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme F.R., son ex-concubin et père de son fils, M. H.T. et le capitaine de police B.D.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a entendu Mme F.R., son ex-concubin et père de son fils, M. H.T. et le capitaine de police B.D. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-144 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CONSEIL DE L EUROPE COUNCIL OF EUROPE COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L HOMME EUROPEAN COURT OF HUMAN RIGHTS CINQUIÈME SECTION AFFAIRE RANGELOV c. BULGARIE (Requête n o 14387/03) ARRÊT STRASBOURG 23 avril

Plus en détail

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014

Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge. Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Surpopulation carcérale et alternatives à la détention : L expérience belge Christine GUILLAIN Milano, 16 octobre 2014 Procédure pénale belge Information Instruction Jugement Exécution Peines I. Les alternatives

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet

Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25282 Non publié au bulletin Rejet Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Plus en détail

LES DROITS DE L ENFANT

LES DROITS DE L ENFANT LES DROITS DE L ENFANT Maître Viviane SCHMITZBERGER HOFFER Avocat, Ancien Bâtonnier du Barreau de METZ Colloque du 11 octobre 2013 Syndrome du bébé secoué au Ministère de la Santé Mise en garde Article

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail

Déclaration publique relative à la Bulgarie

Déclaration publique relative à la Bulgarie CPT/Inf (2015) 17 Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CPT) Déclaration publique relative à la Bulgarie Cette déclaration publique est

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA00702 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président Mme Elydia FERNANDEZ, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 28 janvier 2015 N de pourvoi: 13-19945 13-27050 ECLI:FR:CCASS:2015:C300108 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président

Plus en détail

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s)

Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen et Thiriez, avocat(s) Cour de Cassation, Chambre Sociale, Audience publique du 15 novembre 2011. N de pourvoi: 10-20891 Publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Lyon-Caen

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ SIXIEME CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 59668 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE (FONDS CMU) Exercices

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 12 septembre 2011, présentée pour M. I., demeurant ( ), par Me Vinay ; M. I. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 12 septembre 2011, présentée pour M. I., demeurant ( ), par Me Vinay ; M. I. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MONTREUIL N 1107554 M. I. M. Gobeill Rapporteur M. Domingo Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Montreuil, (9 ème chambre),

Plus en détail

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2

Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 Procédure devant le conseil départemental / conciliation de l article L. 4123-2 I / Le plaignant est un organe de l Ordre : les parties n ont pas à être convoquées à une réunion de conciliation ; CE, 21

Plus en détail

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7

Table des matières. L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Table des matières L exécution effective des sanctions pécuniaires : un coup d «EPE» dans l eau? 7 Damien Dillenbourg et Michaël Fernandez-Bertier Introduction 7 Section 1 Contexte de l adoption de la

Plus en détail