Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages"

Transcription

1 Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg décembre Introduction La Direction Générale Statistique et Information économique (DGSIE) récolte une série de caractéristiques sociodémographiques des ménages qui répondent à l enquête sur le budget des ménages (EBM). Ces caractéristiques permettent de structurer les ménages en différentes classes. Certaines études de l OCA-GxABT analysent l évolution dans le temps des dépenses moyennes des ménages, notamment en fonction de ces classes comme, par exemple, l évolution des dépenses moyennes en fonction du statut socioprofessionnel du chef de ménage. Parmi ces différentes études, l évolution des effectifs de classe n a pas encore été prise en compte. L objectif de cette étude est de voir si la structure des ménages a évolué au cours des dix années de données EBM que l OCA possède, car l évolution de certaines caractéristiques sociodémographiques peut expliquer l évolution des dépenses moyennes. Ainsi par exemple, une évolution dans le temps des dépenses moyennes pour un poste de dépenses donné pourrait être influencée par une évolution dans le temps de la taille moyenne des ménages. 2 Matériel et méthodes 2.1 L enquête sur le budget des ménages L EBM prend en compte uniquement les ménages privés résidant en Belgique. La DGSIE défini le ménage comme étant «(...) constitué, soit par une personne vivant habituellement seule, soit par deux ou plusieurs personnes qui, unies ou non par des liens de parenté, occupent habituellement un même logement et y vivent en commun». L échantillon annuel comporte environ 3700 ménages, ce qui correspond à environ 300 ménages renouvelés chaque mois. Toujours selon la DGSIE, le tirage des ménages est réalisé de manière aléatoire et ce tirage est stratifié sur base du Registre National (RN) en fonction de la Région et de la taille du ménage. Les ménages qui ont répondu volontairement à la demande de participation sont ensuite sélectionnés sur base de leurs caractéristiques socioéconomiques. L échantillon est également stratifié à posteriori et les ménages sélectionnés se voient attribuer une pondération afin de rendre l échantillon le plus représentatif de la population belge. La valeur de ce coefficient, aussi appelé coefficient d extrapolation, correspond au nombre de ménages de la population belge que le ménage échantillonné représente. Cette valeur est déterminée au moyen d une combinaison de critères tels que la Région, le statut socioprofessionnel et l âge du chef de ménage, le nombre de membres et de personnes actives au sein du ménage. La méthodologie d élaboration du coefficient a évolé au fil des EBM. Pour certaines années, il faut apporter une correction aux coefficients fournis par la DGSIE. Pour l année 2000 : coefficient corrigé = 12 coefficient/4, de 2002 à 2008 coefficient corrigé = coefficient/4. Pour plus d information sur les coefficients d extrapolation on se réfèrera aux travaux de Glorieux et al. (2007). 1

2 Cette étude suit l évolution des ménages belges pour la période Les caractéristiques des ménages enregistrées sont les suivantes : nombre de personnes, nombre d actifs et nombre d enfants composant le ménage ; revenu, localité et région du ménage ; âge, genre, lien de parenté et statut socioprofessionnel des membres du ménage. Pour certaines années, des données supplémentaires sont récoltées : statut socioprofessionnel affiné, diplôme, enseignement en cours et profession. Comme ces données ne sont pas régulières dans le temps, elles ne seront pas analysées dans cette étude. 2.2 Méthodes Pour analyser l évolution de la structure des ménages, nous étudions les proportions de ménages par classe de ménage, exprimées en %, ainsi que l évolution d une valeur moyenne pour certaines caractéristiques. Les tendances sont évaluées au moyen de régressions linéaires simples au sens des moindres carrés. Les caractéristiques suivantes sont analysées : taille du ménage, âge du chef de ménage, genre du chef de ménage, statut socioprofessionnel du chef de ménage, revenu du ménage. Les niveaux de signification des tests (p-value) sont les suivants : très hautement significatif (***) si p < 0, 001, hautement significatif (**) si p < 0, 01, significatif (*) si p < 0, 05, non significatif (ns) si p > 0, Résultats 3.1 Evolution du nombre total de ménages L effectif de l échantillon EBM reste à peu près constant pour les dix années de données suivies avec en moyenne 3727 ± 75 ménages par année. La répartition des ménages échantillonnés selon les trois Régions reste également constante et les proportions sont en conformité avec la méthodologie d échantillonnage de l EBM, à savoir une répartion en fonction des Régions (18,1% ± 0,4 à Bruxelles, 47,6% ± 0,4 en Flandre et 34,3% ± 0,3 en Wallonie). Il est également intéressant d observer l évolution des coefficients d extrapolation (tableau 1). En sommant les coefficients d extrapolation, on obtient une estimation du nombre de ménages de la population belge. On constate que la somme des coefficients d extrapolation augmente au fil des EBM en passant par creux de 2002 à 2004, ce qui peut correspondre au changement de méthodologie de calcul des coefficients. S en suit une forte augmentation de 2004 à On peut comparer les estimations du nombre de ménages de l EBM avec les recensements de la population issus du Registre National (tableau 1). Selon le RN, le nombre de ménages belges augmente au fil du temps. Pour les années 2006 à 2008, le nombre de ménages estimés est inférieur au nombre de ménages recensés (environ 1,4%). Dans ce même tableau, on remarque que les proportions de ménage d une personne de l EBM sont supérieures à celles du RN, par contre une fois extrapolées, ces proportions sont inférieures au RN. Sur base de ces résultats, nous utilisons dans la suite du document les proportions extrapolées pour étudier les évolutions de proportion de ménages. 3.2 Nombre de personne composant le ménage Le tableau 2 reprend l évolution de la composition des ménages de l EBM en fonction du temps. Le nombre de personne par ménage est réparti en 6 classes, dont la dernière constitue une classe ouverte. L évolution dans le temps n est pas significative, excepté pour les ménages de plus de 6 personnes où la proportion diminue d environ 0,1% par an (tableau 3). En regardant l évolution de la taille moyenne du ménage au cours du temps, on constate qu elle diminue de manière très hautement significactive, passant de 2,40 personnes en 1999 à 2,19 en

3 Tableau 1. Evolution du nombre estimé de ménages de l EBM et du nombre de ménages recensés dans le Registre National. Année EBM RN Ménages d une personne EBM corrigé RN ,6 27,6 35, ,1 30,0 33, ,8 30,1 33, ,6 30,2 33, ,3 30,9 33,6 Tableau 2. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le nombre de personnes composant le ménage. Année Nombre de personnes par ménage et plus ,7 29,7 16,0 14,5 7,1 3, ,7 30,3 15,9 14,4 5,7 2, ,9 30,5 15,3 14,4 5,9 3, ,0 35,1 16,2 15,2 6,0 2, ,7 34,7 16,2 15,9 5,0 2, ,6 32,3 16,8 14,9 5,9 2, ,0 31,7 15,5 13,8 6,4 2, ,1 33,0 15,9 13,6 4,9 2, ,2 34,0 14,6 13,9 5,4 1, ,9 33,4 15,5 12,5 5,2 2,4 Tableau 3. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) par classe du nombre de personne par ménage en fonction du temps. 1 0, ,197-0,093 0,640 ns 2 0, ,147 0,244 0,084 ns 3-0, ,713 0,029 0,293 ns 4-0, ,082 0,280 0,067 ns 5-0, ,098 0,285 0,065 ns 6 et plus -0, ,002 0,546 0,009 ** Nbr moyen -0,023 47,650 0,767 < 0,001 *** 3

4 Tableau 4. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) en fonction de l âge du chef du ménage. Année < 30 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans 50 à 59 ans > 59 ans ,1 22,9 22,8 13,9 31, ,8 21,5 22,1 17,0 32, ,9 20,0 24,9 18,8 32, ,8 20,4 24,6 19,9 28, ,3 21,8 22,9 19,6 28, ,4 21,8 23,8 19,7 26, ,2 19,1 23,6 19,4 29, ,2 18,2 23,9 19,1 31, ,7 18,9 21,9 20,1 30, ,3 19,0 21,6 20,4 31,7 Tableau 5. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) par classe d âge en fonction du temps. Moins de 30 ans 0, ,122-0,062 0,509 ns 30 à 39 ans -0, ,188 0,546 0,009 ** 40 à 49 ans -0, ,559-0,015 0,380 ns 50 à 59 ans 0, ,247 0,510 0,012 * 60 ans et plus -0, ,478-0,107 0,729 ns Age moyen -0, ,547-0,065 0,498 ns 3.3 Age du chef de ménage Les cinq intervalles de classe ont été déterminés par l OCA lors des premières extractions de données en 2003, depuis ces intervalles n ont pas été revus. Les proportions de ménages avec un chef de ménage dans la trentaine ont tendance à diminuer (tableau 4) de manière hautement significative (tableau 5), tandis que les ménages avec un chef de ménage âgé de 50 à 59 ont tendance à augmenter significativement. Les autres catégories ne présentent pas d évolution significative. Concernant l évolution de l âge moyen de chef de ménage, on constate que celui-ci ne présente pas une évolution significative au cours du temps et vaut environ 50 ans. 4

5 3.4 Revenu des ménages Parmi les six classes de revenu (établies pour les premières études de l OCA en 2003), les proportions de ménages des quatre classes de moins de e diminuent significativement. Les deux classes supérieures voient leurs proportions augmenter au cours du temps (tableaux 6 et 7). Si on considère l évolution d un revenu moyen, on observe une augmentation très hautement significative de celui-ci, qui passe de e à e en moyenne. Tableau 6. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le revenu du ménage (milliers e). Année < à à à à 45 > ,3 18,7 16,8 22,8 20,6 11, ,9 12,7 14,6 25,6 22,7 17, ,2 13,4 14,3 26,0 22,8 18, ,2 12,8 15,0 24,0 22,2 19, ,1 11,7 15,5 25,1 22,9 19, ,7 10,9 14,8 24,6 24,0 20, ,6 10,2 14,1 24,2 22,9 24, ,8 9,4 13,2 23,9 25,2 24, ,7 9,9 14,1 24,6 23,7 24, ,1 8,9 12,4 25,2 23,7 26,8 Tableau 7. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) par classe de revenu en fonction du temps. Moins de e -0, ,621 0,748 <0,001 *** e -0, ,948 0,679 0,002 ** e -0, ,769 0,714 0,001 ** e -0, ,478 0,366 0,037 * e 0, ,370 0,333 0,047 * Plus de e 1, ,404 0,876 <0,001 *** Revenu moyen 860, ,878 <0,001 *** 3.5 Genre du chef de ménage Les données de l EBM renseignent le genre du chef du ménage. Cette donnée n est pas disponible en Au cours du temps, la proportion de ménages dont le chef est un homme diminue mais la tendance n est pas significative (tableaux 8 et 9). 3.6 Statut socioprofessionnel du chef de ménage L EBM distingue quatre statuts socioprofessionnels pour le chef du ménage : salarié, indépendant, (pré)pensionné, autres non-actifs. Il n y pas d évolution significative dans les proportions de ménages (tableaux 10 et 11). 5

6 Tableau 8. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le genre du chef de ménage. Année Hommes Femmes ,8 30, ,0 29, ,4 25, ,5 26, ,9 29, ,2 31, ,4 31, ,7 32, ,0 32,0 Tableau 9. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) selon le genre en fonction du temps. Hommes -0, ,171 0,325 0,063 ns Femmes 0, ,171 0,325 0,063 ns Tableau 10. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le statut socioprofessionnel du chef de ménage. Année (Pré)pensionné Autres non-actifs Indépendant Salarié ,9 8,7 10,2 49, ,2 6,9 9,9 50, ,6 7,3 9,6 49, ,3 8,6 10,2 51, ,8 9,4 9,8 51, ,1 9,8 10,3 53, ,9 9,0 9,9 51, ,4 9,0 9,9 50, ,8 9,3 9,9 51, ,6 8,6 9,5 50,3 Tableau 11. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) selon le statut socioprofessionnel en fonction du temps. (Pré)pensionné -0, ,441 0,019 0,310 ns Autres non-actifs 0, ,043 0,185 0,120 ns Indépendant -0,032 73,061 0,030 0,292 ns Salarié 0, ,540-0,015 0,379 ns 6

7 4 Discussion Sur base du constat que l écart entre les proportions de ménages extrapolés d une personne et ceux recensés par le Registre National est inférieur à l écart des proportions de ménages non extrapolés (1), on a choisit de travailler avec les proportions de ménages extrapolés pour étudier les évolutions des différentes caractéristiques des ménages. Cependant, il faut noter que le RN n est pas exempt de défaut, même s il s agit d un recensement (décalage entre les données et la réalité lié à des problèmes d encodage, lenteur administrative, etc.). De plus, le choix d utiliser les proportions de ménages extrapolés est basé uniquement sur la comparaison d un seul critère sociodémographique, en l occurrence la taille du ménage et le test n a été effectué que pour les ménages d une personne. La taille du ménage est le seul critère de comparaison de l échantillon de l EBM avec le RN. Il se peut alors que les écarts entre proportions de ménages extrapolés et RN soient plus importants pour les autres caractéristiques. A cela s ajoute la remarque concernant le changement de méthodologie de calcul des coefficients, qui est peut être responsable de la chute du nombre de ménages de 2001 à 2002, le niveau de 2001 n étant ré-atteint qu en 2005 (tableau 1). Parmi les différentes caractéristiques analysées, on n observe pas d évolution très marquées. Au vu des résultats de l étude de la DGSIE sur l évolution de la taille des ménages (DGSIE, 2011a), on aurait pu s attendre à une augmentation marquée des ménages d une personne dans l EBM. Par contre, les ménages de deux personnes augmentent mais pas de manière significative. Les ménages moyens (3 et 4 personnes) ont tendance à rester au même niveau, tandis que les gros ménages (5 personnes et plus) ont tendance à diminuer. Lorsque le chef de ménage est jeune (< 30 ans) ou dans la cinquantaine, les proportions de ménages ont tendance à augmenter ; les autres ont tendance à diminuer. Le vieillissement de la population explique en partie ce phénomène. Rappelons que les ménages collectifs (maison de repos, etc.) ne sont pas considérés dans l EBM. Au sujet du revenu des ménages, les proportions de ménages diminuent significativement pour les classes de revenus inférieures à e tandis que les classes aux gros revenus augmentent. Les classes de revenus définies par l OCA sont fixes depuis l exploitation des données EBM, or en fonction de l inflation le revenu moyen a augmenté, cela peut expliquer en partie le glissement des proportions de ménages vers des classes de plus hauts revenus. Le genre du chef du ménage voit la proportion d homme diminuer faiblement mais pas de manière significative au cours des 10 années. Cette diminution est également observée pour le rapport de masculinité caculé par la DGSIE (DGSIE, 2011b). Enfin, il n y a pas de tendance significative pour les classes de statuts socioprofessionnels. Seule la régression linéaire simple a été testée dans cette étude, d autres modèles sont peutêtre plus adaptés pour étudier l évolution de certaines classes de données, ou du moins étudier les résidus pour certaines distributions (voir les graphes en annexe). 5 Conclusion L étude des évolutions de proportions de ménages réalisées au moyen des coefficients d extrapolation est plus pertinente que l utilisation unique des proportions d effectifs, cela a pu être montré grâce à la comparaison avec les données du RN. Cela souligne l importance de toujours travailler les données EBM au moyen des coefficients d extrapolation et ce dans le but de se rapprocher au mieux d un échantillon le plus représentatif de la population belge. Dans l ensemble, les évolutions ne sont pas très marquées. Mais certaines sont cependant significatives. A ce sujet, on rappellera que le fait qu une évolution soit non significative n est pas une preuve de l absence d évolution. On peut simplement affirmer que les données ne permettent pas de démontrer l existence de cette évolution. 7

8 Références DGSIE [2011a]. A la une - 6 décembre Ménages... petits et moins petits. a_la_une_archives/a_la_une_2011/. DGSIE [2011b]. Structure de la population selon l Age et le sexe : rapport de masculinité. agesexe/masculinite/. Glorieux I., Minnen J., Mestgag I. [2007]. Rapport technique Time and Budget. rapport technique, Bruxelles, VUB, 47 p. 8

9 Annexe Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) de 1999 à 2008 pour différentes classes de ménages de l EBM. Evolution des valeurs moyennes (âge, revenu, nbr de personnes). Régression linéaire simple au sens des moindres carrés pour ces évolutions. 9

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques Projection de la population active du Québec de 2010 à 2030 en fonction de cinq hypothèses d'allongement de la vie active À la demande de la Commission nationale sur la participation

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

Evolution de la consommation de plats préparés en Belgique de 1999 à 2009. Evolution of the convenience food consumption in Belgium from 1999 to 2009

Evolution de la consommation de plats préparés en Belgique de 1999 à 2009. Evolution of the convenience food consumption in Belgium from 1999 to 2009 Evolution de la consommation de plats préparés en Belgique de 1999 à 2009 Evolution of the convenience food consumption in Belgium from 1999 to 2009 Evolution de la consommation de plats préparés RESUME

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011. Filière agriculture biologique Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière agriculture biologique Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Communauté Française Analyse Vaccination (chez les adultes) Enquête Santé, Belgique, 1997 6.4.1. Introduction L importance des programmes de vaccination a été largement démontrée. Les questions n ont été posée qu aux personnes âgées de 15 ans et plus parce que la couverture vaccinale chez les

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

Sondage stratifié. Myriam Maumy-Bertrand. Master 2ème Année 12-10-2011. Strasbourg, France

Sondage stratifié. Myriam Maumy-Bertrand. Master 2ème Année 12-10-2011. Strasbourg, France 1 1 IRMA, Université de Strasbourg Strasbourg, France Master 2ème Année 12-10-2011 Ce chapitre s appuie essentiellement sur deux ouvrages : «Les sondages : Principes et méthodes» de Anne-Marie Dussaix

Plus en détail

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures)

CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE. Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE. (durée : cinq heures) CONCOURS D ENTREE A L ECOLE DE 2007 CONCOURS EXTERNE Cinquième épreuve d admissibilité STATISTIQUE (durée : cinq heures) Une composition portant sur la statistique. SUJET Cette épreuve est composée d un

Plus en détail

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011 Filière Lait et Produit Laitier

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011 Filière Lait et Produit Laitier Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière Lait et Produit Laitier Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Analyse de l évolution de la consommation de plats préparés en Belgique

Analyse de l évolution de la consommation de plats préparés en Belgique B A S E Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 2013 17(4), 593-603 Analyse de l évolution de la consommation de plats préparés en Belgique Stéphane Winandy (1), Maud De Fays (1), Philippe Lebailly (2), Rodolphe

Plus en détail

Les variables indépendantes catégorielles

Les variables indépendantes catégorielles Les variables indépendantes catégorielles Jean-François Bickel Statistique II SP08 Jusqu à maintenant, nous avons considéré comme variables indépendantes uniquement des variables intervalles (âge) ou traitées

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse

Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Monitoring sur la situation de la classe moyenne en Suisse Mise à jour des données SILC pour l année 2010 (Traduction du rapport allemand 2012) Sur mandat d Employés Suisse : Hansjörg Schmid, communication

Plus en détail

Résultats pour la Région Wallonne Hygiène Dentaire Enquête Santé, Belgique, 1997

Résultats pour la Région Wallonne Hygiène Dentaire Enquête Santé, Belgique, 1997 5.6.1. Introduction Les caries dentaires sont une maladie dans laquelle les gencives minéralisées ne sont plus protégées en conséquence de la formation d acides qui proviennent de la fermentation d hydrates

Plus en détail

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010

Exercice 2. Population de Bruxelles de 18 à 65 ans selon le sexe et le statut d occupation - 2010 Chapitre 1. Tableau à double entrée Exercices : solutions Texte provisoire. Merci pour les remarques, commentaires, suggestions Exercice 1 1.a. Population de Bruxelles selon le sexe et la nationalité Hommes

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

REVENU ANNUEL DES FAMILLES ÉCONOMIQUES. Définitions. Revenu

REVENU ANNUEL DES FAMILLES ÉCONOMIQUES. Définitions. Revenu REVENU ANNUEL DES FAMILLES ÉCONOMIQUES Définitions Une famille économique se compose d'un groupe de deux personnes ou plus qui vivent dans le même logement et qui sont apparentées par le sang, par alliance,

Plus en détail

Les chiens et les chats des Belges

Les chiens et les chats des Belges DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 13 juillet 2010 Les chiens et les chats des Belges Quelques conclusions En 2008, notre pays comptait 1.167.000 chiens et 1.974.000

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2

Cours (8) de statistiques à distance, élaboré par Zarrouk Fayçal, ISSEP Ksar-Said, 2011-2012. Test du Khi 2 Test du Khi 2 Le test du Khi 2 (khi deux ou khi carré) fournit une méthode pour déterminer la nature d'une répartition, qui peut être continue ou discrète. Domaine d application du test : Données qualitatives

Plus en détail

Collecter des informations statistiques

Collecter des informations statistiques Collecter des informations statistiques FICHE MÉTHODE A I Les caractéristiques essentielles d un tableau statistique La statistique a un vocabulaire spécifique. L objet du tableau (la variable) s appelle

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES

UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES UNE ESTIMATION DU PARC AUTOMOBILE À L AIDE DES DURÉES DE VIE DES VÉHICULES François JEGER Le parc de véhicules automobiles en service vieillit de trois mois par an depuis 1993 : la durée de vie médiane

Plus en détail

Le coût du crédit aux entreprises

Le coût du crédit aux entreprises Frédérique EDMOND Direction des Études et Statistiques monétaires Service des Analyses et Statistiques monétaires L enquête trimestrielle sur le coût du crédit aux entreprises est réalisée auprès d un

Plus en détail

«Bien vieillir à domicile» Rapport pour l Observatoire de l intérêt général de LJ corporate Mars 2012

«Bien vieillir à domicile» Rapport pour l Observatoire de l intérêt général de LJ corporate Mars 2012 «Bien vieillir à domicile» Rapport pour l Observatoire de l intérêt général de LJ corporate Mars 2012 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 OpinionWay pour LJ CORP Dépendance

Plus en détail

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE

LE CLASSEMENT DES QUASI-SOCIÉTÉS EN CORÉE A usage officiel STD/NA(99)47 STD/NA(99)47 Or. Ang. A usage officiel Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 26-Aug-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2012 Table des matières Le rapport 2012... 6 1. Différences salariales générales... 7 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille

Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Les jeunes voient plus leurs amis, les plus âgés leur famille Michel Duée, Fella Nabli* On voit en moyenne un peu plus souvent sa famille que ses amis. En 2006, 51 % des personnes de 16 ans ou plus voient

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES

L indice des fonctionnaires à la liquidation de leur retraite DREES CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs privé et public» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE

ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE ANNEXE A PLAN DE SONDAGE A.1 INTRODUCTION La Deuxième Enquête Démographique et de Santé au Cameroun (EDSC-II) a prévu un échantillon d environ 6 000 femmes âgées de 15 à 49 ans

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Partie II : les déplacements domicile-travail

Partie II : les déplacements domicile-travail Des distances de déplacement différentes selon le profil des actifs Au delà des logiques d accessibilité, les distances parcourues pour se rendre au travail se déclinent différemment selon le sexe, l âge,

Plus en détail

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013

ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Introduction ANALYSE DES BUDGETS DE PRODUCTION DES FILMS ELIGIBLES AU SOUTIEN D EURIMAGES EN 2013 Depuis janvier 2013, les budgets de production des films éligibles sont saisis dans la base de données

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Évolution de l'inflation par classe de revenu

Évolution de l'inflation par classe de revenu Bijlage/Annexe 4 DÉPARTEMENT DES ÉTUDES Évolution de l'inflation par classe de revenu. Introduction Dans le contexte des récentes fortes variations des prix des matières premières et de leurs impacts sur

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections

Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Population étudiante en médecine vétérinaire : projections Assemblée Générale des étudiants de Louvain 17 juin 2015 1 Avant-propos Depuis quelques semaines, la question de la surpopulation dans les filières

Plus en détail

Consommateurs et détecteurs d incendie Consommateurs et détecteurs d incendie. CRIOC, avril 2006

Consommateurs et détecteurs d incendie Consommateurs et détecteurs d incendie. CRIOC, avril 2006 Consommateurs et détecteurs d incendie Consommateurs et détecteurs d incendie CRIOC, avril 2006 Agenda 1. Rappel législatif 2. Objectifs 3. Méthodologie 4. Possession et équipement 5. Intentions d achat

Plus en détail

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine

Salaire brut annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en France métropolitaine Les rémunérations Salaire annuel en équivalent temps plein annualisé des personnels titulaires du secteur public en métropolitaine Les personnels enseignants : Dans le premier degré : 31 280 (dont 5,0

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

...5 1.1 Description...5. 1.0 Introduction...5....5 1.2 Conditions d utilisation...5....5 1.3 Pour ouvrir le module...5

...5 1.1 Description...5. 1.0 Introduction...5....5 1.2 Conditions d utilisation...5....5 1.3 Pour ouvrir le module...5 Guide de l utilisateur Module d extraction de coefficients de variation Enquête sur les changements à l égard de l emploi Cohortes 1 à 10 Table des matières 1.0 Introduction...5...5 1.1 Description...5...5

Plus en détail

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois

Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Caractéristiques des transferts des migrants internationaux et des ménages récipiendaires dakarois Lucie Bertille MOTUIN IPDSR, UCAD Symposium international de l IPDSR, 18-20 novembre 2009 Dakar, Sénégal

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

TD de démographie Licence Sciences Sociales Année 2005-2006 - Semestre 2 Thématique : Fécondité - Famille

TD de démographie Licence Sciences Sociales Année 2005-2006 - Semestre 2 Thématique : Fécondité - Famille Exercice 1 : Evolution de la fécondité en France Fécondité selon l âge de la mère et le rang de naissance 1 Par lecture, déterminer et commenter les valeurs des points correspondant au groupe d âges 20-24

Plus en détail

La situation professionnelle des personnes diplômées des hautes écoles suisses en 2013

La situation professionnelle des personnes diplômées des hautes écoles suisses en 2013 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 23.06.2014, 9:15 15 Education et science N 0351-1405-50 La situation professionnelle des personnes

Plus en détail

Master 1 de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( 2014/2015) -

Master 1 de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( 2014/2015) - Dominique Ferrieux - Université Paul Valéry - Montpellier III Master de Psychologie du Travail et des Organisations : Recueil et analyse des données - Corrigés des T.D. ( /) - Deuxième partie : Plans :

Plus en détail

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006

Séance n 8. TD. Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 Séance n 8. TD 1. L évolution des catégories socioprofessionnelles Tableau n 1. Les effectifs des groupes socioprofessionnels en 1975 et 2006 En milliers Groupe socioprofessionnel 1975 2006 s 1691 560

Plus en détail

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes

STA108 Enquêtes et sondages. Sondages àplusieurs degrés et par grappes STA108 Enquêtes et sondages Sondages àplusieurs degrés et par grappes Philippe Périé, novembre 2011 Sondages àplusieurs degrés et par grappes Introduction Sondages à plusieurs degrés Tirage des unités

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises

Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises Montréal Québec Toronto Ottawa Edmonton Philadelphie Denver Tampa Perceptions du grand public par rapport au gouvernement actuel et certains enjeux liés aux entreprises 13574-008 Novembre 2009 www.legermarketing.com

Plus en détail

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical

Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical Aile profession libérale de l Union des classes moyennes Statistiques Indépendants et Professions libérales 2010 Focus sur les secteurs médical et paramédical PL statistiques2010 BD20111114 I. Travailleurs

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle :

Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : Intérêt et limites des estimations sur petits domaines HID «Petits domaines», une opération inhabituelle : a. Une opération de «production» b. Visant l ensemble des variables d une enquête c. Recherchant

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Imputation du salaire d ego dans TeO

Imputation du salaire d ego dans TeO Imputation du salaire d ego dans TeO Objet de la note : linéariser la réponse en tranche du salaire, et imputer le salaire en cas de non réponse Champ et principe de la méthode Les individus qui se sont

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2013 Table des matières Le rapport 2013... 5 1. Différences salariales générales... 7 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE

II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE II. LA DIVERSITE DE L'OCCUPATION DU TERRITOIRE A. DEMOGRAPHIE 1. Evolution démographique 1.1. Dynamisme démographique 1.2. Structure de la population 1.3. Structure des ménages 2. Hypothèses d'évolution

Plus en détail

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE MINISTERE DELEGUE A LA COHESION SOCIALE ET A LA PARITE V E I L L E S T A T I S T I Q U E service des droits des femmes et de l'égalité V E I L L E S T A T I S T I Q U E LES FEMMES ET LA CREATION D ENTREPRISE

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires

La revalorisation des droits à la retraite avant leur liquidation différences entre les régimes de base et les régimes complémentaires CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2015 à 9 h 30 «La revalorisation des pensions et des droits à la retraite : problématique et résultats de projection» Document N 5 Document

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2015 Table des matières Introduction... 4 Le rapport 2015... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006

L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 26 avril 2007 L évolution du marché du travail de 1986 à 2006 Ces 20 dernières années, 740.000 travailleurs sont venus grossir

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS

SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS IRES INSTITUT DE RECHERCHES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES.1 - N 2.1 SALARIÉS À «BAS SALAIRE» ET TRAVAILLEURS PAUVRES : UNE COMPARAISON FRANCE - ÉTATS-UNIS Par de nombreuses caractéristiques, les salariés à «bas

Plus en détail

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil

Modifications fiscales de 2017 touchant. L assurance-vie EN DÉTAIL. La vie est plus radieuse sous le soleil 1 Modifications fiscales de 217 touchant l assurance-vie EN DÉTAIL offre une protection, mais certains L assurance-vie contrats permettent en plus d accumuler de l épargne de façon fiscalement avantageuse.

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

TOLÉRANCE À L ÉGARD DE L HOMOSEXUALITÉ EN MILIEU DE TRAVAIL

TOLÉRANCE À L ÉGARD DE L HOMOSEXUALITÉ EN MILIEU DE TRAVAIL TOLÉRANCE À L ÉGARD DE L HOMOSEXUALITÉ EN MILIEU DE TRAVAIL Sondage d opinion auprès des Québécois (Travailleurs salariés) Pour L Ordre des conseillers en ressources humaines et en relations industrielles

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE

DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE DOCUMENT 2.1 : INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES SUR LA METHODE D ENQUETE 1 Définir le type de variable Dans notre cas, la variable est quantitative nominale. Note : Une variable est qualitative nominale quand

Plus en détail