Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages"

Transcription

1 Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg décembre Introduction La Direction Générale Statistique et Information économique (DGSIE) récolte une série de caractéristiques sociodémographiques des ménages qui répondent à l enquête sur le budget des ménages (EBM). Ces caractéristiques permettent de structurer les ménages en différentes classes. Certaines études de l OCA-GxABT analysent l évolution dans le temps des dépenses moyennes des ménages, notamment en fonction de ces classes comme, par exemple, l évolution des dépenses moyennes en fonction du statut socioprofessionnel du chef de ménage. Parmi ces différentes études, l évolution des effectifs de classe n a pas encore été prise en compte. L objectif de cette étude est de voir si la structure des ménages a évolué au cours des dix années de données EBM que l OCA possède, car l évolution de certaines caractéristiques sociodémographiques peut expliquer l évolution des dépenses moyennes. Ainsi par exemple, une évolution dans le temps des dépenses moyennes pour un poste de dépenses donné pourrait être influencée par une évolution dans le temps de la taille moyenne des ménages. 2 Matériel et méthodes 2.1 L enquête sur le budget des ménages L EBM prend en compte uniquement les ménages privés résidant en Belgique. La DGSIE défini le ménage comme étant «(...) constitué, soit par une personne vivant habituellement seule, soit par deux ou plusieurs personnes qui, unies ou non par des liens de parenté, occupent habituellement un même logement et y vivent en commun». L échantillon annuel comporte environ 3700 ménages, ce qui correspond à environ 300 ménages renouvelés chaque mois. Toujours selon la DGSIE, le tirage des ménages est réalisé de manière aléatoire et ce tirage est stratifié sur base du Registre National (RN) en fonction de la Région et de la taille du ménage. Les ménages qui ont répondu volontairement à la demande de participation sont ensuite sélectionnés sur base de leurs caractéristiques socioéconomiques. L échantillon est également stratifié à posteriori et les ménages sélectionnés se voient attribuer une pondération afin de rendre l échantillon le plus représentatif de la population belge. La valeur de ce coefficient, aussi appelé coefficient d extrapolation, correspond au nombre de ménages de la population belge que le ménage échantillonné représente. Cette valeur est déterminée au moyen d une combinaison de critères tels que la Région, le statut socioprofessionnel et l âge du chef de ménage, le nombre de membres et de personnes actives au sein du ménage. La méthodologie d élaboration du coefficient a évolé au fil des EBM. Pour certaines années, il faut apporter une correction aux coefficients fournis par la DGSIE. Pour l année 2000 : coefficient corrigé = 12 coefficient/4, de 2002 à 2008 coefficient corrigé = coefficient/4. Pour plus d information sur les coefficients d extrapolation on se réfèrera aux travaux de Glorieux et al. (2007). 1

2 Cette étude suit l évolution des ménages belges pour la période Les caractéristiques des ménages enregistrées sont les suivantes : nombre de personnes, nombre d actifs et nombre d enfants composant le ménage ; revenu, localité et région du ménage ; âge, genre, lien de parenté et statut socioprofessionnel des membres du ménage. Pour certaines années, des données supplémentaires sont récoltées : statut socioprofessionnel affiné, diplôme, enseignement en cours et profession. Comme ces données ne sont pas régulières dans le temps, elles ne seront pas analysées dans cette étude. 2.2 Méthodes Pour analyser l évolution de la structure des ménages, nous étudions les proportions de ménages par classe de ménage, exprimées en %, ainsi que l évolution d une valeur moyenne pour certaines caractéristiques. Les tendances sont évaluées au moyen de régressions linéaires simples au sens des moindres carrés. Les caractéristiques suivantes sont analysées : taille du ménage, âge du chef de ménage, genre du chef de ménage, statut socioprofessionnel du chef de ménage, revenu du ménage. Les niveaux de signification des tests (p-value) sont les suivants : très hautement significatif (***) si p < 0, 001, hautement significatif (**) si p < 0, 01, significatif (*) si p < 0, 05, non significatif (ns) si p > 0, Résultats 3.1 Evolution du nombre total de ménages L effectif de l échantillon EBM reste à peu près constant pour les dix années de données suivies avec en moyenne 3727 ± 75 ménages par année. La répartition des ménages échantillonnés selon les trois Régions reste également constante et les proportions sont en conformité avec la méthodologie d échantillonnage de l EBM, à savoir une répartion en fonction des Régions (18,1% ± 0,4 à Bruxelles, 47,6% ± 0,4 en Flandre et 34,3% ± 0,3 en Wallonie). Il est également intéressant d observer l évolution des coefficients d extrapolation (tableau 1). En sommant les coefficients d extrapolation, on obtient une estimation du nombre de ménages de la population belge. On constate que la somme des coefficients d extrapolation augmente au fil des EBM en passant par creux de 2002 à 2004, ce qui peut correspondre au changement de méthodologie de calcul des coefficients. S en suit une forte augmentation de 2004 à On peut comparer les estimations du nombre de ménages de l EBM avec les recensements de la population issus du Registre National (tableau 1). Selon le RN, le nombre de ménages belges augmente au fil du temps. Pour les années 2006 à 2008, le nombre de ménages estimés est inférieur au nombre de ménages recensés (environ 1,4%). Dans ce même tableau, on remarque que les proportions de ménage d une personne de l EBM sont supérieures à celles du RN, par contre une fois extrapolées, ces proportions sont inférieures au RN. Sur base de ces résultats, nous utilisons dans la suite du document les proportions extrapolées pour étudier les évolutions de proportion de ménages. 3.2 Nombre de personne composant le ménage Le tableau 2 reprend l évolution de la composition des ménages de l EBM en fonction du temps. Le nombre de personne par ménage est réparti en 6 classes, dont la dernière constitue une classe ouverte. L évolution dans le temps n est pas significative, excepté pour les ménages de plus de 6 personnes où la proportion diminue d environ 0,1% par an (tableau 3). En regardant l évolution de la taille moyenne du ménage au cours du temps, on constate qu elle diminue de manière très hautement significactive, passant de 2,40 personnes en 1999 à 2,19 en

3 Tableau 1. Evolution du nombre estimé de ménages de l EBM et du nombre de ménages recensés dans le Registre National. Année EBM RN Ménages d une personne EBM corrigé RN ,6 27,6 35, ,1 30,0 33, ,8 30,1 33, ,6 30,2 33, ,3 30,9 33,6 Tableau 2. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le nombre de personnes composant le ménage. Année Nombre de personnes par ménage et plus ,7 29,7 16,0 14,5 7,1 3, ,7 30,3 15,9 14,4 5,7 2, ,9 30,5 15,3 14,4 5,9 3, ,0 35,1 16,2 15,2 6,0 2, ,7 34,7 16,2 15,9 5,0 2, ,6 32,3 16,8 14,9 5,9 2, ,0 31,7 15,5 13,8 6,4 2, ,1 33,0 15,9 13,6 4,9 2, ,2 34,0 14,6 13,9 5,4 1, ,9 33,4 15,5 12,5 5,2 2,4 Tableau 3. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) par classe du nombre de personne par ménage en fonction du temps. 1 0, ,197-0,093 0,640 ns 2 0, ,147 0,244 0,084 ns 3-0, ,713 0,029 0,293 ns 4-0, ,082 0,280 0,067 ns 5-0, ,098 0,285 0,065 ns 6 et plus -0, ,002 0,546 0,009 ** Nbr moyen -0,023 47,650 0,767 < 0,001 *** 3

4 Tableau 4. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) en fonction de l âge du chef du ménage. Année < 30 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans 50 à 59 ans > 59 ans ,1 22,9 22,8 13,9 31, ,8 21,5 22,1 17,0 32, ,9 20,0 24,9 18,8 32, ,8 20,4 24,6 19,9 28, ,3 21,8 22,9 19,6 28, ,4 21,8 23,8 19,7 26, ,2 19,1 23,6 19,4 29, ,2 18,2 23,9 19,1 31, ,7 18,9 21,9 20,1 30, ,3 19,0 21,6 20,4 31,7 Tableau 5. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) par classe d âge en fonction du temps. Moins de 30 ans 0, ,122-0,062 0,509 ns 30 à 39 ans -0, ,188 0,546 0,009 ** 40 à 49 ans -0, ,559-0,015 0,380 ns 50 à 59 ans 0, ,247 0,510 0,012 * 60 ans et plus -0, ,478-0,107 0,729 ns Age moyen -0, ,547-0,065 0,498 ns 3.3 Age du chef de ménage Les cinq intervalles de classe ont été déterminés par l OCA lors des premières extractions de données en 2003, depuis ces intervalles n ont pas été revus. Les proportions de ménages avec un chef de ménage dans la trentaine ont tendance à diminuer (tableau 4) de manière hautement significative (tableau 5), tandis que les ménages avec un chef de ménage âgé de 50 à 59 ont tendance à augmenter significativement. Les autres catégories ne présentent pas d évolution significative. Concernant l évolution de l âge moyen de chef de ménage, on constate que celui-ci ne présente pas une évolution significative au cours du temps et vaut environ 50 ans. 4

5 3.4 Revenu des ménages Parmi les six classes de revenu (établies pour les premières études de l OCA en 2003), les proportions de ménages des quatre classes de moins de e diminuent significativement. Les deux classes supérieures voient leurs proportions augmenter au cours du temps (tableaux 6 et 7). Si on considère l évolution d un revenu moyen, on observe une augmentation très hautement significative de celui-ci, qui passe de e à e en moyenne. Tableau 6. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le revenu du ménage (milliers e). Année < à à à à 45 > ,3 18,7 16,8 22,8 20,6 11, ,9 12,7 14,6 25,6 22,7 17, ,2 13,4 14,3 26,0 22,8 18, ,2 12,8 15,0 24,0 22,2 19, ,1 11,7 15,5 25,1 22,9 19, ,7 10,9 14,8 24,6 24,0 20, ,6 10,2 14,1 24,2 22,9 24, ,8 9,4 13,2 23,9 25,2 24, ,7 9,9 14,1 24,6 23,7 24, ,1 8,9 12,4 25,2 23,7 26,8 Tableau 7. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) par classe de revenu en fonction du temps. Moins de e -0, ,621 0,748 <0,001 *** e -0, ,948 0,679 0,002 ** e -0, ,769 0,714 0,001 ** e -0, ,478 0,366 0,037 * e 0, ,370 0,333 0,047 * Plus de e 1, ,404 0,876 <0,001 *** Revenu moyen 860, ,878 <0,001 *** 3.5 Genre du chef de ménage Les données de l EBM renseignent le genre du chef du ménage. Cette donnée n est pas disponible en Au cours du temps, la proportion de ménages dont le chef est un homme diminue mais la tendance n est pas significative (tableaux 8 et 9). 3.6 Statut socioprofessionnel du chef de ménage L EBM distingue quatre statuts socioprofessionnels pour le chef du ménage : salarié, indépendant, (pré)pensionné, autres non-actifs. Il n y pas d évolution significative dans les proportions de ménages (tableaux 10 et 11). 5

6 Tableau 8. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le genre du chef de ménage. Année Hommes Femmes ,8 30, ,0 29, ,4 25, ,5 26, ,9 29, ,2 31, ,4 31, ,7 32, ,0 32,0 Tableau 9. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) selon le genre en fonction du temps. Hommes -0, ,171 0,325 0,063 ns Femmes 0, ,171 0,325 0,063 ns Tableau 10. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le statut socioprofessionnel du chef de ménage. Année (Pré)pensionné Autres non-actifs Indépendant Salarié ,9 8,7 10,2 49, ,2 6,9 9,9 50, ,6 7,3 9,6 49, ,3 8,6 10,2 51, ,8 9,4 9,8 51, ,1 9,8 10,3 53, ,9 9,0 9,9 51, ,4 9,0 9,9 50, ,8 9,3 9,9 51, ,6 8,6 9,5 50,3 Tableau 11. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) selon le statut socioprofessionnel en fonction du temps. (Pré)pensionné -0, ,441 0,019 0,310 ns Autres non-actifs 0, ,043 0,185 0,120 ns Indépendant -0,032 73,061 0,030 0,292 ns Salarié 0, ,540-0,015 0,379 ns 6

7 4 Discussion Sur base du constat que l écart entre les proportions de ménages extrapolés d une personne et ceux recensés par le Registre National est inférieur à l écart des proportions de ménages non extrapolés (1), on a choisit de travailler avec les proportions de ménages extrapolés pour étudier les évolutions des différentes caractéristiques des ménages. Cependant, il faut noter que le RN n est pas exempt de défaut, même s il s agit d un recensement (décalage entre les données et la réalité lié à des problèmes d encodage, lenteur administrative, etc.). De plus, le choix d utiliser les proportions de ménages extrapolés est basé uniquement sur la comparaison d un seul critère sociodémographique, en l occurrence la taille du ménage et le test n a été effectué que pour les ménages d une personne. La taille du ménage est le seul critère de comparaison de l échantillon de l EBM avec le RN. Il se peut alors que les écarts entre proportions de ménages extrapolés et RN soient plus importants pour les autres caractéristiques. A cela s ajoute la remarque concernant le changement de méthodologie de calcul des coefficients, qui est peut être responsable de la chute du nombre de ménages de 2001 à 2002, le niveau de 2001 n étant ré-atteint qu en 2005 (tableau 1). Parmi les différentes caractéristiques analysées, on n observe pas d évolution très marquées. Au vu des résultats de l étude de la DGSIE sur l évolution de la taille des ménages (DGSIE, 2011a), on aurait pu s attendre à une augmentation marquée des ménages d une personne dans l EBM. Par contre, les ménages de deux personnes augmentent mais pas de manière significative. Les ménages moyens (3 et 4 personnes) ont tendance à rester au même niveau, tandis que les gros ménages (5 personnes et plus) ont tendance à diminuer. Lorsque le chef de ménage est jeune (< 30 ans) ou dans la cinquantaine, les proportions de ménages ont tendance à augmenter ; les autres ont tendance à diminuer. Le vieillissement de la population explique en partie ce phénomène. Rappelons que les ménages collectifs (maison de repos, etc.) ne sont pas considérés dans l EBM. Au sujet du revenu des ménages, les proportions de ménages diminuent significativement pour les classes de revenus inférieures à e tandis que les classes aux gros revenus augmentent. Les classes de revenus définies par l OCA sont fixes depuis l exploitation des données EBM, or en fonction de l inflation le revenu moyen a augmenté, cela peut expliquer en partie le glissement des proportions de ménages vers des classes de plus hauts revenus. Le genre du chef du ménage voit la proportion d homme diminuer faiblement mais pas de manière significative au cours des 10 années. Cette diminution est également observée pour le rapport de masculinité caculé par la DGSIE (DGSIE, 2011b). Enfin, il n y a pas de tendance significative pour les classes de statuts socioprofessionnels. Seule la régression linéaire simple a été testée dans cette étude, d autres modèles sont peutêtre plus adaptés pour étudier l évolution de certaines classes de données, ou du moins étudier les résidus pour certaines distributions (voir les graphes en annexe). 5 Conclusion L étude des évolutions de proportions de ménages réalisées au moyen des coefficients d extrapolation est plus pertinente que l utilisation unique des proportions d effectifs, cela a pu être montré grâce à la comparaison avec les données du RN. Cela souligne l importance de toujours travailler les données EBM au moyen des coefficients d extrapolation et ce dans le but de se rapprocher au mieux d un échantillon le plus représentatif de la population belge. Dans l ensemble, les évolutions ne sont pas très marquées. Mais certaines sont cependant significatives. A ce sujet, on rappellera que le fait qu une évolution soit non significative n est pas une preuve de l absence d évolution. On peut simplement affirmer que les données ne permettent pas de démontrer l existence de cette évolution. 7

8 Références DGSIE [2011a]. A la une - 6 décembre Ménages... petits et moins petits. a_la_une_archives/a_la_une_2011/. DGSIE [2011b]. Structure de la population selon l Age et le sexe : rapport de masculinité. agesexe/masculinite/. Glorieux I., Minnen J., Mestgag I. [2007]. Rapport technique Time and Budget. rapport technique, Bruxelles, VUB, 47 p. 8

9 Annexe Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) de 1999 à 2008 pour différentes classes de ménages de l EBM. Evolution des valeurs moyennes (âge, revenu, nbr de personnes). Régression linéaire simple au sens des moindres carrés pour ces évolutions. 9

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011 Filière Lait et Produit Laitier

Observatoire de la Consommation Alimentaire. Rapport 2011 Filière Lait et Produit Laitier Ministère de la Région Wallonne Observatoire de la Consommation Alimentaire Rapport 2011 Filière Lait et Produit Laitier Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et Mathématique

Plus en détail

DISPARITES REGIONALES D'INFLATION RESSENTIE PAR

DISPARITES REGIONALES D'INFLATION RESSENTIE PAR DISPARITES REGIONALES D'INFLATION RESSENTIE PAR LES MENAGES EN BELGIQUE : CONSTAT POUR LA PERIODE 2000-2011 C. Ernaelsteen, M. Romato CERPE Décembre 2013 Department of Economics Working Papers Série Politique

Plus en détail

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Service Etudes. CONGE PARENTAL Evolution de la répartition homme/femme 2002 à 2012

Service Etudes. CONGE PARENTAL Evolution de la répartition homme/femme 2002 à 2012 Service Etudes CONGE PARENTAL Evolution de la répartition homme/femme 22 à 212 Table des matières : 1 INTRODUCTION 1 2 MÉTHODOLOGIE 1 3 HISTORIQUE 2 4 AUGMENTATION DE LA PART DES HOMMES EN CONGÉ PARENTAL

Plus en détail

PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE RÉGIONAL DE L ESTRIE

PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE RÉGIONAL DE L ESTRIE PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE RÉGIONAL DE L ESTRIE MAI 2009 Portrait socio-économique régional de l Coordination de l édition Fréchette, conseiller en développement Recherche et rédaction Prisca Marcotte,

Plus en détail

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise

Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail Université (FTU) N 2015 5, avril 2015 www.ftu.be/ep Les inégalités d accès à la formation continue en entreprise Une comparaison avec les pays

Plus en détail

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL)

Evaluateur du projet : Ecole d économie de Paris (EEP) Laboratoire d action contre la pauvreté (J-PAL) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

«Bien vieillir à domicile» Rapport pour l Observatoire de l intérêt général de LJ corporate Mars 2012

«Bien vieillir à domicile» Rapport pour l Observatoire de l intérêt général de LJ corporate Mars 2012 «Bien vieillir à domicile» Rapport pour l Observatoire de l intérêt général de LJ corporate Mars 2012 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 OpinionWay pour LJ CORP Dépendance

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

Observatoire de la consommation alimentaire Mise à jour de données destinées à la filière lait et produits laitiers wallonne

Observatoire de la consommation alimentaire Mise à jour de données destinées à la filière lait et produits laitiers wallonne Observatoire de la consommation alimentaire Mise à jour de données destinées à la filière lait et produits laitiers wallonne Unité d'economie et Développement rural Unité de Statistique, Informatique et

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «sécurité sociale» CSSS/11/009 DÉLIBÉRATION N 11/006 DU 11 JANVIER 2011 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL NON CODÉES

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2015 Table des matières Introduction... 4 Le rapport 2015... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires

Plus en détail

Analyse de donne es Exercices

Analyse de donne es Exercices Analyse de donne es Exercices Table des matières Séquence 1 : Détermination des types d enquêtes, choix d échantillons... 3 Application n 1 : Construire un sondage par quotas... 3 Application n 2 : Construire

Plus en détail

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois

La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois La précarité énergétique des ménages dans leur logement sur le SCOT de l Angoumois Avril 2013 1. Carte d identité du territoire et chiffres-clefs Nombre d habitants SCOT (2012) : 139 345 Nombre de communes

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008

LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Agence Nationale pour la Participation des Employeurs à l effort de Construction LES PRÊTS ACCESSION ET TRAVAUX VERSÉS AUX MÉNAGES AU TITRE DE LA PEEC EN 2008 Mai 2010 GMV Conseil 25 rue Titon F- 75011

Plus en détail

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des

Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations des Écarts entre morbidité déclarée et morbidité mesurée À travers l enquête décennale santé Dans la plupart des enquêtes de santé, les estimations de prévalences se rapportent en général aux déclarations

Plus en détail

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES

GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES GESTION DES VENTES - ECARTS SUR VENTES Objectif(s) : o Analyse des écarts sur chiffre d'affaires : Pré requis : o Modalités : o o écart sur prix de vente, écart sur quantité. évaluation du chiffre d'affaires.

Plus en détail

Accès aux soins de santé

Accès aux soins de santé Accès aux soins de santé Stefaan Demarest Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 94 E-mail : srefaan.demarest@wiv-isp.be

Plus en détail

Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, décembre 2009 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

MOBILITÉ PROFESSIONNELLE ET VOITURES DE SOCIETÉ PROMOCO M. CASTAIGNE, E. CORNELIS, A. DE WITTE, C. MACHARIS,

MOBILITÉ PROFESSIONNELLE ET VOITURES DE SOCIETÉ PROMOCO M. CASTAIGNE, E. CORNELIS, A. DE WITTE, C. MACHARIS, MOBILITÉ PROFESSIONNELLE ET VOITURES DE SOCIETÉ PROMOCO M. CASTAIGNE, E. CORNELIS, A. DE WITTE, C. MACHARIS, X. PAULY, K. RAMAEKERS, PH. TOINT, G. WETS SCIENCE FOR A SUSTAINABLE DEVELOPMENT (SSD) Transport

Plus en détail

REGARDS SUR LA WALLONIE 2005 ANNEXES STATISTIQUES

REGARDS SUR LA WALLONIE 2005 ANNEXES STATISTIQUES REGARDS SUR LA WALLONIE 2005 ANNEXES STATISTIQUES http://www.cesrw.be TABLE DES MATIERES Produit intérieur brut à prix courants... 1 Produit intérieur brut par habitant, à prix courants... 1 Formation

Plus en détail

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage*

REPÈRES 15. Violences physiques ou sexuelles au sein du ménage* REPÈRES 15 Juillet 2011 n Directeur de la publication : André-Michel VENTRE, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe SOULLEZ, chef du département de l ONDRP Violences physiques ou sexuelles

Plus en détail

Contacts avec le médecin généraliste

Contacts avec le médecin généraliste Contacts avec le médecin généraliste Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642

Plus en détail

MAI 2009 (Révisé - novembre 2009)

MAI 2009 (Révisé - novembre 2009) PORTRAIT SOCIO-ÉCONOMIQUE DE LA MRC DE MEMPHRÉMAGOG MAI 2009 (Révisé - novembre 2009) Portrait socio-économique de la Coordination de l édition François Fréchette, conseiller en développement Recherche

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus

Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales. - Par - La Direction technique chargée des statistiques sociales et des revenus Collections Statistiques N 183 Série S : Statistiques Sociales ENQUÊTE SUR LES DÉPENSES DE CONSOMMATION ET LE NIVEAU DE VIE DES MÉNAGES 2011 Dépenses de consommation des ménages algériens en 2011 - Par

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante

Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Questions pratiques 4: Transformer la variable dépendante Jean-François Bickel Statistique II SPO8 Transformer une variable consiste en une opération arithmétique qui vise à construire une nouvelle variable

Plus en détail

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref

Statistique de la prévoyance vieillesse L essentiel en bref BÜRO FÜR ARBEITS- UND SOZIALPOLITISCHE STUDIEN AG KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERN. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUERO.CH. WWW.BUERO.CH Statistique de la prévoyance vieillesse L

Plus en détail

Àune époque lointaine, mais dont plusieurs

Àune époque lointaine, mais dont plusieurs Utilisation de l ordinateur au travail Katherine Marshall Àune époque lointaine, mais dont plusieurs se souviennent encore, les machines à écrire, les services de dactylographie, les doubles au carbone,

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995

ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 METHOD.DOC ENQUETE BUDGET DE FAMILLE 1995 Méthodologie INSEE 1998 I - L ECHANTILLON Mode de désignation de l échantillon Sélection des ménages intérrogés L'échantillon sélectionné pour cette enquête comporte

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

Publicités Toutes boîtes

Publicités Toutes boîtes Publicité Toutes boîtes Publicités Toutes boîtes Juin 2006 Étude réalisée avec le soutien de la Région wallonne Table des matières 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Poids et nombre de documents publicitaires

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

Comment suivre l évolution des prix immobiliers au Grand-Duché de Luxembourg?

Comment suivre l évolution des prix immobiliers au Grand-Duché de Luxembourg? Comment suivre l évolution des prix immobiliers au Grand-Duché de Luxembourg? 1 Avant propos La diffusion des annonces immobilières, dont nous saisissons un échantillon au début de chaque mois, varie dans

Plus en détail

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011

Jeunes et argent. Jeunes et argent. CRIOC, mars 2011 Jeunes et argent Jeunes et argent CRIOC, mars 2011 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. L enfant et l argent 4. Argent de poche (montant, source, utilisation) 5. Job d étudiant (périodes, utilisation

Plus en détail

Le bootstrap expliqué par l exemple

Le bootstrap expliqué par l exemple Le bootstrap expliqué par l exemple 1 Le bootstrap expliqué par l exemple 1. Les concepts du bootstrap 2. Des variantes adaptées au contexte 3. Comparaison des différentes méthodes 4. Les cas sensibles

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

Evaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2012

Evaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2012 Evaluation du régime des titres-services pour les services et emplois de proximité 2012 Rapport final 31 décembre 2013 A la demande du: Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale, Direction

Plus en détail

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining

Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Cours IFT6266, Exemple d application: Data-Mining Voici un exemple du processus d application des algorithmes d apprentissage statistique dans un contexte d affaire, qu on appelle aussi data-mining. 1.

Plus en détail

Les allocataires de l ONEM admis sur la base de prestations de travail pour les CPAS en application de l article 60 7 de la loi organique des CPAS

Les allocataires de l ONEM admis sur la base de prestations de travail pour les CPAS en application de l article 60 7 de la loi organique des CPAS Les allocataires de l ONEM admis sur la base de prestations de travail pour les CPAS en application de l article 60 7 de la loi organique des CPAS TABLE DE MATIERES Introduction La mise au travail par

Plus en détail

Une vision synthétique du marché immobilier résidentiel au Luxembourg Octobre 2015

Une vision synthétique du marché immobilier résidentiel au Luxembourg Octobre 2015 Une vision synthétique du marché immobilier résidentiel au Luxembourg Octobre 2015 Vous avant tout Édito Que vous soyez un particulier cherchant à s établir au Luxembourg ou voulant investir dans la pierre,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.41/2009/12 Distr. générale 19 août 2009 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bruxelles, le 5 août 2013 Le nombre de victimes d accidents de la route en Belgique a diminué en 2012 La Direction générale Statistique et Information économique publie aujourd hui

Plus en détail

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz)

Synthèse. Le travail à temps partiel. Mathilde Pak. Numéro 04 Juin 2013. (avec la participation de Sandra Zilloniz) Synthèse Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques Numéro 04 Juin 2013 Le travail à temps partiel Mathilde Pak (avec la participation de Sandra Zilloniz) Sommaire SYNTHèSE...

Plus en détail

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes

Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Premiers résultats tabac et e-cigarette Caractéristiques et évolutions récentes Résultats du Baromètre santé Inpes 2014 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

L emploi des femmes bruxelloises : aperçu des inégalités de genre

L emploi des femmes bruxelloises : aperçu des inégalités de genre Observatoire bruxellois de l Emploi Avril 2010 L emploi des femmes bruxelloises : aperçu des inégalités de genre Bien que l activité féminine soit en augmentation constante en Belgique, force est de constater

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

L avion : des voyages toujours plus nombreux et plus lointains

L avion : des voyages toujours plus nombreux et plus lointains L avion : des voyages toujours plus nombreux et plus lointains Élisabeth Bouffard-Savary, DGAC Parmi l ensemble des modes de transport utilisés pour les déplacements à longue distance, l avion détient

Plus en détail

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Sécurité et insécurité alimentaire

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LA WALLONIE 2008

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LA WALLONIE 2008 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LA WALLONIE 28 SECTEUR DOMESTIQUE ET ÉQUIVALENTS Octobre 21 Réalisé par ICEDD asbl pour le compte du Service Public de Wallonie BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LA WALLONIE 28 Octobre 21 Réalisé

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 COMME CHAQUE ANNÉE, LE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE VIENT DE PUBLIER LE RÉSULTAT DES INDICATEURS DES LYCÉES 2013. À partir de trois indicateurs, l

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

La dépendance des personnes âgées : une projection en 2040

La dépendance des personnes âgées : une projection en 2040 La dépendance des personnes âgées : une projection en 2040 Michel Duée, Cyril Rebillard* Le vieillissement de la population française conduira dans les années à venir à une augmentation du nombre de personnes

Plus en détail

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003

q u estions Hommes 28 % 22 % 21 % 18 % *Voir l encadré «indicateurs d état de santé utilisés», p. 2 Source : Enquête décennale santé 2002-2003 Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé résultats Repères Créées par la loi d orientation pour l aménagement et le développement territorial du 4 février 1995,

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

Sondage sur les compétences financières des internautes québécois

Sondage sur les compétences financières des internautes québécois www.som.ca MONTRÉAL 1180, rue Drummond Bureau 620 Montréal (Québec) H3G 2S1 T 514 878-9825 QUÉBEC 2136, chemin Sainte-Foy Bureau 200 Québec (Québec) G1V 1R8 T 418 687-8025 Sondage sur les compétences financières

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête

Fiche qualité SRCV 2009. Carte d identité de l enquête Fiche qualité SRCV 2009 Nom Carte d identité de Enquête Statistique sur les ressources et les conditions de vie Année de Les données de sont relatives à 2009 La première enquête SRCV a démarré en 2004.

Plus en détail

Les activités d innovation des entreprises wallonnes

Les activités d innovation des entreprises wallonnes Les activités d innovation des entreprises wallonnes 1. Introduction L enquête «Community Innovation Survey» ( CIS ) a pour objectif de fournir des informations concernant les activités d innovation au

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Une enquête similaire a été réalisée en 2012 et 2013. Les résultats généraux sont donc comparés à ceux des années précédentes.

Une enquête similaire a été réalisée en 2012 et 2013. Les résultats généraux sont donc comparés à ceux des années précédentes. Préambule Cette étude présente une photographie du marché des télécommunications en Belgique vu par ses utilisateurs en 2014. L utilisation des télécommunications, la perception des opérateurs et l attitude

Plus en détail

Le Belge face à l épargne (2/2) : le budget

Le Belge face à l épargne (2/2) : le budget _ Focus on the Belgian economy Economic Research Le Belge face à l épargne (2/2) : le budget Oscar Bernal Economic Research, ING Belgique Bruxelles (32) 2 547 39 95 Oscar.bernal@ing.be Julien Manceaux

Plus en détail

NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781. Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre

NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781. Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre NOTE DOCUMENTAIRE CCE 2012-0781 Différences de calcul de l indice du coût de la main-d œuvre Différences de calcul de l'indice du coût de la main-d'œuvre CCE 2012-0781 JM/KDG/CVC 12 juillet 2012 2 CCE

Plus en détail

U ports en commun pour les trajets quotidiens entre son domicile et l établissement

U ports en commun pour les trajets quotidiens entre son domicile et l établissement Observatoire national de la vie étudiante Infos N 10 Février 2005 LE TRANSPORT DES ETUDIANTS: moyens, durées et coûts Ronan VOURC H, Ingénieur d études à l OVE Ce numéro d OVE Infos, le premier à rendre

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

Utilisation des REER dans les années 90

Utilisation des REER dans les années 90 Ernest B. Akyeampong Utilisation des REER dans les années 90 Les derniers changements importants apportés à la Loi de l impôt sur le revenu, cette dernière se rapportant aux épargnes-retraite, sont entrés

Plus en détail

Les usagers des missions de régulation du Samusocial de Paris en 2012

Les usagers des missions de régulation du Samusocial de Paris en 2012 Les usagers des missions de régulation du Samusocial de Paris en 2012 Sommaire Préambule...2 Les usagers du 115 de Paris...2 Hébergement et autres réponses apportées à la demande...2 Variation de la demande

Plus en détail

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.04.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-0903-60 Pauvreté et

Plus en détail

REVENU ANNUEL DES FAMILLES ÉCONOMIQUES. Définitions. Revenu

REVENU ANNUEL DES FAMILLES ÉCONOMIQUES. Définitions. Revenu REVENU ANNUEL DES FAMILLES ÉCONOMIQUES Définitions Une famille économique se compose d'un groupe de deux personnes ou plus qui vivent dans le même logement et qui sont apparentées par le sang, par alliance,

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7.

UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES. STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre. Fiche N 7. UNIVERSITE PARIS 1 PANTHEON SORBONNE LICENCE DE SCIENCES ECONOMIQUES STATISTIQUE APPLIQUEE F. Gardes / P. Sevestre Fiche N 7 (avec corrigé) L objet de ce TD est de vous initier à la démarche et à quelques

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

Tension au travail selon le modèle de Karasek et recours aux soins de santé mentale

Tension au travail selon le modèle de Karasek et recours aux soins de santé mentale Tension au travail selon le modèle de Karasek et recours aux soins de santé mentale A. Atramont, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, M-N. Vercambre Fondation MGEN pour la Santé Publique, Paris MUTUELLE SANTÉ.

Plus en détail

Le revenu de retraite est constitué de diverses

Le revenu de retraite est constitué de diverses Wendy Pyper Le revenu de retraite est constitué de diverses sources, appelées couramment les «trois piliers» (ministère des Finances Canada, 2003). Les sources publiques la Sécurité de la vieillesse et

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

...5 1.1 Description...5. 1.0 Introduction...5....5 1.2 Conditions d utilisation...5....5 1.3 Pour ouvrir le module...5

...5 1.1 Description...5. 1.0 Introduction...5....5 1.2 Conditions d utilisation...5....5 1.3 Pour ouvrir le module...5 Guide de l utilisateur Module d extraction de coefficients de variation Enquête sur les changements à l égard de l emploi Cohortes 1 à 10 Table des matières 1.0 Introduction...5...5 1.1 Description...5...5

Plus en détail

Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES

Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES INTRODUCTION Cette présentation est consacrée aux indices statistiques. Elle s adresse à des non statisticiens travaillant dans les services

Plus en détail

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france

L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Unité Développement Direction de la stratégie et des territoires Service Prospective et évaluation L insertion professionnelle des apprentis formés en ÎLe-de-france Enquête IPA 2013 Chiffres clés n 24

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Marché du travail et revenus des ménages à Bruxelles : quelle évolution à moyen terme?

Marché du travail et revenus des ménages à Bruxelles : quelle évolution à moyen terme? 02 Février 2014 Marché du travail et revenus des ménages à Bruxelles : quelle évolution à moyen terme? Pierre-François Michiels Alors que les signes d une reprise modérée de l activité économique semblent

Plus en détail

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION Logement Définitions Cet indicateur est calculé en divisant le nombre de ménages privés qui consacrent 30 % ou plus de leur

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LIVRE DE LANGUE FRANCAISE EN BELGIQUE

LE MARCHÉ DU LIVRE DE LANGUE FRANCAISE EN BELGIQUE 1 LE MARCHÉ DU LIVRE DE LANGUE FRANCAISE EN BELGIQUE Données 2012 Étude réalisée pour le Service général des Lettres et du livre Juin 2013 ADEB Service général des Lettres et du Livre Fédération Wallonie-Bruxelles

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 204 Corrigé EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats. Proposition fausse. La tangente T, passant par les points A et B d abscisses distinctes, a pour coefficient

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail