Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages"

Transcription

1 Analyse de l évolution de la structure des ménages dans l enquête sur le budget des ménages S. Winandy, R. Palm OCA GxABT/ULg décembre Introduction La Direction Générale Statistique et Information économique (DGSIE) récolte une série de caractéristiques sociodémographiques des ménages qui répondent à l enquête sur le budget des ménages (EBM). Ces caractéristiques permettent de structurer les ménages en différentes classes. Certaines études de l OCA-GxABT analysent l évolution dans le temps des dépenses moyennes des ménages, notamment en fonction de ces classes comme, par exemple, l évolution des dépenses moyennes en fonction du statut socioprofessionnel du chef de ménage. Parmi ces différentes études, l évolution des effectifs de classe n a pas encore été prise en compte. L objectif de cette étude est de voir si la structure des ménages a évolué au cours des dix années de données EBM que l OCA possède, car l évolution de certaines caractéristiques sociodémographiques peut expliquer l évolution des dépenses moyennes. Ainsi par exemple, une évolution dans le temps des dépenses moyennes pour un poste de dépenses donné pourrait être influencée par une évolution dans le temps de la taille moyenne des ménages. 2 Matériel et méthodes 2.1 L enquête sur le budget des ménages L EBM prend en compte uniquement les ménages privés résidant en Belgique. La DGSIE défini le ménage comme étant «(...) constitué, soit par une personne vivant habituellement seule, soit par deux ou plusieurs personnes qui, unies ou non par des liens de parenté, occupent habituellement un même logement et y vivent en commun». L échantillon annuel comporte environ 3700 ménages, ce qui correspond à environ 300 ménages renouvelés chaque mois. Toujours selon la DGSIE, le tirage des ménages est réalisé de manière aléatoire et ce tirage est stratifié sur base du Registre National (RN) en fonction de la Région et de la taille du ménage. Les ménages qui ont répondu volontairement à la demande de participation sont ensuite sélectionnés sur base de leurs caractéristiques socioéconomiques. L échantillon est également stratifié à posteriori et les ménages sélectionnés se voient attribuer une pondération afin de rendre l échantillon le plus représentatif de la population belge. La valeur de ce coefficient, aussi appelé coefficient d extrapolation, correspond au nombre de ménages de la population belge que le ménage échantillonné représente. Cette valeur est déterminée au moyen d une combinaison de critères tels que la Région, le statut socioprofessionnel et l âge du chef de ménage, le nombre de membres et de personnes actives au sein du ménage. La méthodologie d élaboration du coefficient a évolé au fil des EBM. Pour certaines années, il faut apporter une correction aux coefficients fournis par la DGSIE. Pour l année 2000 : coefficient corrigé = 12 coefficient/4, de 2002 à 2008 coefficient corrigé = coefficient/4. Pour plus d information sur les coefficients d extrapolation on se réfèrera aux travaux de Glorieux et al. (2007). 1

2 Cette étude suit l évolution des ménages belges pour la période Les caractéristiques des ménages enregistrées sont les suivantes : nombre de personnes, nombre d actifs et nombre d enfants composant le ménage ; revenu, localité et région du ménage ; âge, genre, lien de parenté et statut socioprofessionnel des membres du ménage. Pour certaines années, des données supplémentaires sont récoltées : statut socioprofessionnel affiné, diplôme, enseignement en cours et profession. Comme ces données ne sont pas régulières dans le temps, elles ne seront pas analysées dans cette étude. 2.2 Méthodes Pour analyser l évolution de la structure des ménages, nous étudions les proportions de ménages par classe de ménage, exprimées en %, ainsi que l évolution d une valeur moyenne pour certaines caractéristiques. Les tendances sont évaluées au moyen de régressions linéaires simples au sens des moindres carrés. Les caractéristiques suivantes sont analysées : taille du ménage, âge du chef de ménage, genre du chef de ménage, statut socioprofessionnel du chef de ménage, revenu du ménage. Les niveaux de signification des tests (p-value) sont les suivants : très hautement significatif (***) si p < 0, 001, hautement significatif (**) si p < 0, 01, significatif (*) si p < 0, 05, non significatif (ns) si p > 0, Résultats 3.1 Evolution du nombre total de ménages L effectif de l échantillon EBM reste à peu près constant pour les dix années de données suivies avec en moyenne 3727 ± 75 ménages par année. La répartition des ménages échantillonnés selon les trois Régions reste également constante et les proportions sont en conformité avec la méthodologie d échantillonnage de l EBM, à savoir une répartion en fonction des Régions (18,1% ± 0,4 à Bruxelles, 47,6% ± 0,4 en Flandre et 34,3% ± 0,3 en Wallonie). Il est également intéressant d observer l évolution des coefficients d extrapolation (tableau 1). En sommant les coefficients d extrapolation, on obtient une estimation du nombre de ménages de la population belge. On constate que la somme des coefficients d extrapolation augmente au fil des EBM en passant par creux de 2002 à 2004, ce qui peut correspondre au changement de méthodologie de calcul des coefficients. S en suit une forte augmentation de 2004 à On peut comparer les estimations du nombre de ménages de l EBM avec les recensements de la population issus du Registre National (tableau 1). Selon le RN, le nombre de ménages belges augmente au fil du temps. Pour les années 2006 à 2008, le nombre de ménages estimés est inférieur au nombre de ménages recensés (environ 1,4%). Dans ce même tableau, on remarque que les proportions de ménage d une personne de l EBM sont supérieures à celles du RN, par contre une fois extrapolées, ces proportions sont inférieures au RN. Sur base de ces résultats, nous utilisons dans la suite du document les proportions extrapolées pour étudier les évolutions de proportion de ménages. 3.2 Nombre de personne composant le ménage Le tableau 2 reprend l évolution de la composition des ménages de l EBM en fonction du temps. Le nombre de personne par ménage est réparti en 6 classes, dont la dernière constitue une classe ouverte. L évolution dans le temps n est pas significative, excepté pour les ménages de plus de 6 personnes où la proportion diminue d environ 0,1% par an (tableau 3). En regardant l évolution de la taille moyenne du ménage au cours du temps, on constate qu elle diminue de manière très hautement significactive, passant de 2,40 personnes en 1999 à 2,19 en

3 Tableau 1. Evolution du nombre estimé de ménages de l EBM et du nombre de ménages recensés dans le Registre National. Année EBM RN Ménages d une personne EBM corrigé RN ,6 27,6 35, ,1 30,0 33, ,8 30,1 33, ,6 30,2 33, ,3 30,9 33,6 Tableau 2. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le nombre de personnes composant le ménage. Année Nombre de personnes par ménage et plus ,7 29,7 16,0 14,5 7,1 3, ,7 30,3 15,9 14,4 5,7 2, ,9 30,5 15,3 14,4 5,9 3, ,0 35,1 16,2 15,2 6,0 2, ,7 34,7 16,2 15,9 5,0 2, ,6 32,3 16,8 14,9 5,9 2, ,0 31,7 15,5 13,8 6,4 2, ,1 33,0 15,9 13,6 4,9 2, ,2 34,0 14,6 13,9 5,4 1, ,9 33,4 15,5 12,5 5,2 2,4 Tableau 3. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) par classe du nombre de personne par ménage en fonction du temps. 1 0, ,197-0,093 0,640 ns 2 0, ,147 0,244 0,084 ns 3-0, ,713 0,029 0,293 ns 4-0, ,082 0,280 0,067 ns 5-0, ,098 0,285 0,065 ns 6 et plus -0, ,002 0,546 0,009 ** Nbr moyen -0,023 47,650 0,767 < 0,001 *** 3

4 Tableau 4. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) en fonction de l âge du chef du ménage. Année < 30 ans 30 à 39 ans 40 à 49 ans 50 à 59 ans > 59 ans ,1 22,9 22,8 13,9 31, ,8 21,5 22,1 17,0 32, ,9 20,0 24,9 18,8 32, ,8 20,4 24,6 19,9 28, ,3 21,8 22,9 19,6 28, ,4 21,8 23,8 19,7 26, ,2 19,1 23,6 19,4 29, ,2 18,2 23,9 19,1 31, ,7 18,9 21,9 20,1 30, ,3 19,0 21,6 20,4 31,7 Tableau 5. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) par classe d âge en fonction du temps. Moins de 30 ans 0, ,122-0,062 0,509 ns 30 à 39 ans -0, ,188 0,546 0,009 ** 40 à 49 ans -0, ,559-0,015 0,380 ns 50 à 59 ans 0, ,247 0,510 0,012 * 60 ans et plus -0, ,478-0,107 0,729 ns Age moyen -0, ,547-0,065 0,498 ns 3.3 Age du chef de ménage Les cinq intervalles de classe ont été déterminés par l OCA lors des premières extractions de données en 2003, depuis ces intervalles n ont pas été revus. Les proportions de ménages avec un chef de ménage dans la trentaine ont tendance à diminuer (tableau 4) de manière hautement significative (tableau 5), tandis que les ménages avec un chef de ménage âgé de 50 à 59 ont tendance à augmenter significativement. Les autres catégories ne présentent pas d évolution significative. Concernant l évolution de l âge moyen de chef de ménage, on constate que celui-ci ne présente pas une évolution significative au cours du temps et vaut environ 50 ans. 4

5 3.4 Revenu des ménages Parmi les six classes de revenu (établies pour les premières études de l OCA en 2003), les proportions de ménages des quatre classes de moins de e diminuent significativement. Les deux classes supérieures voient leurs proportions augmenter au cours du temps (tableaux 6 et 7). Si on considère l évolution d un revenu moyen, on observe une augmentation très hautement significative de celui-ci, qui passe de e à e en moyenne. Tableau 6. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le revenu du ménage (milliers e). Année < à à à à 45 > ,3 18,7 16,8 22,8 20,6 11, ,9 12,7 14,6 25,6 22,7 17, ,2 13,4 14,3 26,0 22,8 18, ,2 12,8 15,0 24,0 22,2 19, ,1 11,7 15,5 25,1 22,9 19, ,7 10,9 14,8 24,6 24,0 20, ,6 10,2 14,1 24,2 22,9 24, ,8 9,4 13,2 23,9 25,2 24, ,7 9,9 14,1 24,6 23,7 24, ,1 8,9 12,4 25,2 23,7 26,8 Tableau 7. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) par classe de revenu en fonction du temps. Moins de e -0, ,621 0,748 <0,001 *** e -0, ,948 0,679 0,002 ** e -0, ,769 0,714 0,001 ** e -0, ,478 0,366 0,037 * e 0, ,370 0,333 0,047 * Plus de e 1, ,404 0,876 <0,001 *** Revenu moyen 860, ,878 <0,001 *** 3.5 Genre du chef de ménage Les données de l EBM renseignent le genre du chef du ménage. Cette donnée n est pas disponible en Au cours du temps, la proportion de ménages dont le chef est un homme diminue mais la tendance n est pas significative (tableaux 8 et 9). 3.6 Statut socioprofessionnel du chef de ménage L EBM distingue quatre statuts socioprofessionnels pour le chef du ménage : salarié, indépendant, (pré)pensionné, autres non-actifs. Il n y pas d évolution significative dans les proportions de ménages (tableaux 10 et 11). 5

6 Tableau 8. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le genre du chef de ménage. Année Hommes Femmes ,8 30, ,0 29, ,4 25, ,5 26, ,9 29, ,2 31, ,4 31, ,7 32, ,0 32,0 Tableau 9. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) selon le genre en fonction du temps. Hommes -0, ,171 0,325 0,063 ns Femmes 0, ,171 0,325 0,063 ns Tableau 10. Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) selon le statut socioprofessionnel du chef de ménage. Année (Pré)pensionné Autres non-actifs Indépendant Salarié ,9 8,7 10,2 49, ,2 6,9 9,9 50, ,6 7,3 9,6 49, ,3 8,6 10,2 51, ,8 9,4 9,8 51, ,1 9,8 10,3 53, ,9 9,0 9,9 51, ,4 9,0 9,9 50, ,8 9,3 9,9 51, ,6 8,6 9,5 50,3 Tableau 11. Régressions linéaires pour les proportions de ménages extrapolés (%) selon le statut socioprofessionnel en fonction du temps. (Pré)pensionné -0, ,441 0,019 0,310 ns Autres non-actifs 0, ,043 0,185 0,120 ns Indépendant -0,032 73,061 0,030 0,292 ns Salarié 0, ,540-0,015 0,379 ns 6

7 4 Discussion Sur base du constat que l écart entre les proportions de ménages extrapolés d une personne et ceux recensés par le Registre National est inférieur à l écart des proportions de ménages non extrapolés (1), on a choisit de travailler avec les proportions de ménages extrapolés pour étudier les évolutions des différentes caractéristiques des ménages. Cependant, il faut noter que le RN n est pas exempt de défaut, même s il s agit d un recensement (décalage entre les données et la réalité lié à des problèmes d encodage, lenteur administrative, etc.). De plus, le choix d utiliser les proportions de ménages extrapolés est basé uniquement sur la comparaison d un seul critère sociodémographique, en l occurrence la taille du ménage et le test n a été effectué que pour les ménages d une personne. La taille du ménage est le seul critère de comparaison de l échantillon de l EBM avec le RN. Il se peut alors que les écarts entre proportions de ménages extrapolés et RN soient plus importants pour les autres caractéristiques. A cela s ajoute la remarque concernant le changement de méthodologie de calcul des coefficients, qui est peut être responsable de la chute du nombre de ménages de 2001 à 2002, le niveau de 2001 n étant ré-atteint qu en 2005 (tableau 1). Parmi les différentes caractéristiques analysées, on n observe pas d évolution très marquées. Au vu des résultats de l étude de la DGSIE sur l évolution de la taille des ménages (DGSIE, 2011a), on aurait pu s attendre à une augmentation marquée des ménages d une personne dans l EBM. Par contre, les ménages de deux personnes augmentent mais pas de manière significative. Les ménages moyens (3 et 4 personnes) ont tendance à rester au même niveau, tandis que les gros ménages (5 personnes et plus) ont tendance à diminuer. Lorsque le chef de ménage est jeune (< 30 ans) ou dans la cinquantaine, les proportions de ménages ont tendance à augmenter ; les autres ont tendance à diminuer. Le vieillissement de la population explique en partie ce phénomène. Rappelons que les ménages collectifs (maison de repos, etc.) ne sont pas considérés dans l EBM. Au sujet du revenu des ménages, les proportions de ménages diminuent significativement pour les classes de revenus inférieures à e tandis que les classes aux gros revenus augmentent. Les classes de revenus définies par l OCA sont fixes depuis l exploitation des données EBM, or en fonction de l inflation le revenu moyen a augmenté, cela peut expliquer en partie le glissement des proportions de ménages vers des classes de plus hauts revenus. Le genre du chef du ménage voit la proportion d homme diminuer faiblement mais pas de manière significative au cours des 10 années. Cette diminution est également observée pour le rapport de masculinité caculé par la DGSIE (DGSIE, 2011b). Enfin, il n y a pas de tendance significative pour les classes de statuts socioprofessionnels. Seule la régression linéaire simple a été testée dans cette étude, d autres modèles sont peutêtre plus adaptés pour étudier l évolution de certaines classes de données, ou du moins étudier les résidus pour certaines distributions (voir les graphes en annexe). 5 Conclusion L étude des évolutions de proportions de ménages réalisées au moyen des coefficients d extrapolation est plus pertinente que l utilisation unique des proportions d effectifs, cela a pu être montré grâce à la comparaison avec les données du RN. Cela souligne l importance de toujours travailler les données EBM au moyen des coefficients d extrapolation et ce dans le but de se rapprocher au mieux d un échantillon le plus représentatif de la population belge. Dans l ensemble, les évolutions ne sont pas très marquées. Mais certaines sont cependant significatives. A ce sujet, on rappellera que le fait qu une évolution soit non significative n est pas une preuve de l absence d évolution. On peut simplement affirmer que les données ne permettent pas de démontrer l existence de cette évolution. 7

8 Références DGSIE [2011a]. A la une - 6 décembre Ménages... petits et moins petits. a_la_une_archives/a_la_une_2011/. DGSIE [2011b]. Structure de la population selon l Age et le sexe : rapport de masculinité. agesexe/masculinite/. Glorieux I., Minnen J., Mestgag I. [2007]. Rapport technique Time and Budget. rapport technique, Bruxelles, VUB, 47 p. 8

9 Annexe Evolution des proportions de ménages extrapolés (%) de 1999 à 2008 pour différentes classes de ménages de l EBM. Evolution des valeurs moyennes (âge, revenu, nbr de personnes). Régression linéaire simple au sens des moindres carrés pour ces évolutions. 9

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION

NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION NOTE SUR LA MODELISATION DU RISQUE D INFLATION 1/ RESUME DE L ANALYSE Cette étude a pour objectif de modéliser l écart entre deux indices d inflation afin d appréhender le risque à très long terme qui

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p.

TABLE DES MATIÈRES. Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. STATISTIQUE THÉORIQUE ET APPLIQUÉE Tome 2 Inférence statistique à une et à deux dimensions Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES Bruxelles, De Boeck, 2011, 736 p. ISBN 978-2-8041-6336-5 De Boeck Services,

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

Chapitre 3 : INFERENCE

Chapitre 3 : INFERENCE Chapitre 3 : INFERENCE 3.1 L ÉCHANTILLONNAGE 3.1.1 Introduction 3.1.2 L échantillonnage aléatoire 3.1.3 Estimation ponctuelle 3.1.4 Distributions d échantillonnage 3.1.5 Intervalles de probabilité L échantillonnage

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france

Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Le niveau de revenus des ménages est associé à la couverture vaccinale par le vaccin pneumocoque conjugué chez les enfants d'ile-de-france Jean-Paul Guthmann, Pierre Chauvin, Yann Le Strat, Marion Soler,

Plus en détail

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques

Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Enquête publique sur les changements climatiques -------- Compléments aux graphiques Les résultats de l enquête sont analysés d après le nombre de variables explicatives pouvant influencer le comportement,

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING»

LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» LA NOTATION STATISTIQUE DES EMPRUNTEURS OU «SCORING» Gilbert Saporta Professeur de Statistique Appliquée Conservatoire National des Arts et Métiers Dans leur quasi totalité, les banques et organismes financiers

Plus en détail

Qui fait quoi sur internet?

Qui fait quoi sur internet? Ans Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2015 8, avril 2015 www.ftu.be/ep Qui fait quoi sur internet? Analyse des inégalités sociales dans l utilisation d internet

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Une enquête similaire a été réalisée en 2012 et 2013. Les résultats généraux sont donc comparés à ceux des années précédentes.

Une enquête similaire a été réalisée en 2012 et 2013. Les résultats généraux sont donc comparés à ceux des années précédentes. Préambule Cette étude présente une photographie du marché des télécommunications en Belgique vu par ses utilisateurs en 2014. L utilisation des télécommunications, la perception des opérateurs et l attitude

Plus en détail

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires

Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires Sécurité et insécurité alimentaire chez les Québécois : une analyse de la situation en lien avec leurs habitudes alimentaires INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Sécurité et insécurité alimentaire

Plus en détail

L emploi des femmes bruxelloises : aperçu des inégalités de genre

L emploi des femmes bruxelloises : aperçu des inégalités de genre Observatoire bruxellois de l Emploi Avril 2010 L emploi des femmes bruxelloises : aperçu des inégalités de genre Bien que l activité féminine soit en augmentation constante en Belgique, force est de constater

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING

CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING CALCUL D UN SCORE ( SCORING) Application de techniques de discrimination LES OBJECTIFS DU SCORING SÉLECTION DES RISQUES PRÉVISION DES DÉFAUTS SUIVI ET CONTRÔLE Pierre-Louis GONZALEZ Différents types de

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité

CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité 1 CNAM 2002-2003 2léments de cours Bonus-malus et Crédibilité Une situation fréquente en pratique est de disposer non pas d un résultat mais de plusieurs. Le cas se présente en assurance, par exemple :

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\==

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = ëééíéãäêé=omnm= Fiche n MQ= jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = L Enquête Nationale Trports et Déplacements (ENTD) réalisée en 27- est l occasion de faire le point

Plus en détail

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS

Pour diffusion immédiate. Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS COMMUNIQUÉ Pour diffusion immédiate Nouveau sondage CROP : LES AIRES PROTÉGÉES, UNE PRIORITÉ SELON LES QUÉBÉCOIS Montréal, le 6 mars 2007 Un sondage réalisé du 28 février au 4 mars 2007 par la maison CROP

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etab=MK3, Timbre=G430, TimbreDansAdresse=Vrai, Version=W2000/Charte7, VersionTravail=W2000/Charte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

Etude statistique des données fournies par la CCIJP

Etude statistique des données fournies par la CCIJP Etude statistique des données fournies par la CCIJP Sommaire Introduction : Stagnation du nombre de cartes accordées en 2012... 4 1. Dans quels secteurs d activité les journalistes encartés travaillent-ils?

Plus en détail

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 2014 Corrigé Baccalauréat ES Pondichéry 7 avril 204 Corrigé EXERCICE 4 points Commun à tous les candidats. Proposition fausse. La tangente T, passant par les points A et B d abscisses distinctes, a pour coefficient

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

L ENTREPRENEURIAT FÉMININ EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

L ENTREPRENEURIAT FÉMININ EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE L ENTREPRENEURIAT FÉMININ EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE SOMMAIRE Avant-propos 5 Introduction 7 Mise en perspective 10 Les femmes entrepreneures dans le Plan d action «Entrepreneuriat 2020» 11 Définition,

Plus en détail

Résultats enquête en ligne auprès Génération Y 07/2013

Résultats enquête en ligne auprès Génération Y 07/2013 Résultats enquête en ligne auprès Génération Y 07/2013 Méthodologie Enquête génération Y Méthodologie Enquête en ligne menée à la demande d ERGO Insurance SA par le bureau d étude ivox, entre mai et juin

Plus en détail

données en connaissance et en actions?

données en connaissance et en actions? 1 Partie 2 : Présentation de la plateforme SPSS Modeler : Comment transformer vos données en connaissance et en actions? SPSS Modeler : l atelier de data mining Large gamme de techniques d analyse (algorithmes)

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

Le risque Idiosyncrasique

Le risque Idiosyncrasique Le risque Idiosyncrasique -Pierre CADESTIN -Magali DRIGHES -Raphael MINATO -Mathieu SELLES 1 Introduction Risque idiosyncrasique : risque non pris en compte dans le risque de marché (indépendant des phénomènes

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse.

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse. Résumé de l étude Les seniors et Internet Pro Senectute Suisse L utilisation des technologies de la communication et de l information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015 Institut

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles 10 décembre 2012

COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles 10 décembre 2012 COMMUNIQUE DE PRESSE Bruxelles 10 décembre 2012 Quel salaire pour quel travail? Les facteurs qui déterminent le salaire Combien gagne le Belge moyen? Quelles sont les professions les plus intéressantes

Plus en détail

Renvoyer tous les documents dûment complétés et signés à : Acerta Caisse d Allocations Familiales asbl, BP 24000, B-1000 Bruxelles (Centre de Monnaie)

Renvoyer tous les documents dûment complétés et signés à : Acerta Caisse d Allocations Familiales asbl, BP 24000, B-1000 Bruxelles (Centre de Monnaie) MODELE S Renvoyer tous les documents dûment complétés et signés à : Acerta Caisse d Allocations Familiales asbl, BP 24000, B-1000 Bruxelles (Centre de Monnaie) Les renseignements que vous fournissez dans

Plus en détail

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial

Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Enquête Métiers Cap Com - Occurrence 2011 en partenariat avec le 1 ère Partie Le profil socioprofessionnel du communicant territorial Formation, statut, mobilité, rémunération, motivation Introduction.

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Imputation du salaire d ego dans TeO

Imputation du salaire d ego dans TeO Imputation du salaire d ego dans TeO Objet de la note : linéariser la réponse en tranche du salaire, et imputer le salaire en cas de non réponse Champ et principe de la méthode Les individus qui se sont

Plus en détail

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française

La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française La diffusion des technologies de l information et de la communication dans la société française Étude réalisée par le Centre de Recherche pour l'étude et l'observation des Conditions de Vie (CREDOC) pour

Plus en détail

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation

LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation Wendy Pyper Prendre du retard dans ses paiements LE NIVEAU ÉLEVÉ DE LA DETTE à la consommation au Canada a suscité un certain nombre de préoccupations. En octobre 2001, quelque 44 millions de cartes de

Plus en détail

Notice méthodologique

Notice méthodologique Version intégrale Notice méthodologique 1. Base 1.1 Publications La Banque nationale de Belgique (BNB) publie, pour le compte de l Institut des comptes nationaux (ICN), les statistiques du commerce extérieur

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION Logement Définitions Cet indicateur est calculé en divisant le nombre de ménages privés qui consacrent 30 % ou plus de leur

Plus en détail

Nobody s Unpredictable

Nobody s Unpredictable Connaissance qu a le public de la Banque du Canada (Comparaison des résultats de l enquête téléphonique et de l enquête en ligne) Enquête de décembre 2010 commandée par la Banque du Canada Nobody s Unpredictable

Plus en détail

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11

L Enseignement religieux au Luxembourg. Sondage TNS-ILRES Juillet 08 N 11 L Enseignement religieux au Luxembourg Sondage TNS-ILRES Juillet 08 11 5 av. Marie Thérèse L-2132 Luxembourg tél.: 44743-501 sesopi-ci@sesopi-ci.lu www.sesopi-ci.lu 978-2-9599806-3-3 Documentation Etude

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales

Étude sur la compétitivité des administrations cantonales Étude sur la compétitivité des administrations cantonales réalisée pour les Chambres de commerce latines Avril 2015 2 1. Descriptif de la recherche Contexte et méthodologie 3 La 7 ème vague de l étude

Plus en détail

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches

DCG 6. Finance d entreprise. L essentiel en fiches DCG 6 Finance d entreprise L essentiel en fiches DCG DSCG Collection «Express Expertise comptable» J.-F. Bocquillon, M. Mariage, Introduction au droit DCG 1 L. Siné, Droit des sociétés DCG 2 V. Roy, Droit

Plus en détail

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête

Fiche qualité relative à l enquête Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Carte d identité de l enquête Fiche qualité relative à Santé et Itinéraire Professionnel 2010 (SIP) Nom Années de Périodicité Panel (suivi d échantillon) Services concepteurs Service réalisant Sujets principaux traités dans Carte d

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage?

Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Etudes Quelle est l influence d une réduction des prestations d 1/5, via le crédit-temps et l interruption de carrière, sur le revenu du ménage? Table des matières Introduction...7 Objectif, méthodologie

Plus en détail

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet

Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar. Florence Arestoff Baptiste Venet Impact du mobile banking sur les comportements d épargne et de transferts à Madagascar Florence Arestoff Baptiste Venet 1 Introduction : contexte du contrat de recherche Ce contrat de recherche fait suite

Plus en détail

Théorie des sondages : cours 5

Théorie des sondages : cours 5 Théorie des sondages : cours 5 Camelia Goga IMB, Université de Bourgogne e-mail : camelia.goga@u-bourgogne.fr Master Besançon-2010 Chapitre 5 : Techniques de redressement 1. poststratification 2. l estimateur

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

FORMULAIRE DE STATISTIQUES

FORMULAIRE DE STATISTIQUES FORMULAIRE DE STATISTIQUES I. STATISTIQUES DESCRIPTIVES Moyenne arithmétique Remarque: population: m xμ; échantillon: Mx 1 Somme des carrés des écarts "# FR MOYENNE(série) MOYENNE(série) NL GEMIDDELDE(série)

Plus en détail

Le Belge face à l épargne (1/2)

Le Belge face à l épargne (1/2) _ Focus on the Belgian economy Economic Research Le Belge face à l épargne (1/2) Philippe Ledent Economic Research, ING Belgique Bruxelles (32) 2 547 31 61 Philippe.ledent@ing.be Novembre 2009 Le citoyen

Plus en détail

Mesurer c est savoir... aussi pour les RH?

Mesurer c est savoir... aussi pour les RH? Mesurer c est savoir... aussi pour les RH? WHITEPAPER MAI 2013 Contenu INTRODUCTION 1. 40 % des sociétés belges ne disposent pas de statistiques RH...4 2. 67 % des entreprises belges alimentent manuellement

Plus en détail

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants

Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Dossier Héritages, donations et aides aux ascendants et descendants Bertrand Garbinti, Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Le patrimoine d un ménage est constitué par la somme de tous les biens qu il

Plus en détail

Institut économique de Montréal. Rapport d un sondage omnibus. Juin 2005

Institut économique de Montréal. Rapport d un sondage omnibus. Juin 2005 Institut économique de Montréal Rapport d un sondage omnibus Juin 2005 Opinion des Québécois à l égard du jugement de la Cour suprême du Canada relatif à l interdiction aux citoyens de payer pour des soins

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé

Baccalauréat ES/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé Baccalauréat S/L Métropole La Réunion 13 septembre 2013 Corrigé A. P. M.. P. XRCIC 1 Commun à tous les candidats Partie A 1. L arbre de probabilité correspondant aux données du problème est : 0,3 0,6 H

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42

TABLE DES MATIERES. C Exercices complémentaires 42 TABLE DES MATIERES Chapitre I : Echantillonnage A - Rappels de cours 1. Lois de probabilités de base rencontrées en statistique 1 1.1 Définitions et caractérisations 1 1.2 Les propriétés de convergence

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

INFORMATIONS GÉNÉRALES RÉSUMÉ MÉTHODOLOGIQUE

INFORMATIONS GÉNÉRALES RÉSUMÉ MÉTHODOLOGIQUE Prêts complémentaires en vue de l achat / la construction / la réalisation de travaux visant à augmenter l efficacité énergétique d un logement / l installation d un système d épuration individuelle /

Plus en détail

province (les aspects méthodologiques sont présentés dans l encadré à la page 2).

province (les aspects méthodologiques sont présentés dans l encadré à la page 2). SANTÉ ET BIEN-ÊTRE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Zoom santé Janvier 2010 Numéro 19 Alors que le cigarillo perd des adeptes, le poker gagne du terrain chez les élèves du secondaire Gaëtane Dubé*,

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Mesure du surendettement en Europe

Mesure du surendettement en Europe Mesure du surendettement en Europe Conférence du 24 juin 2008 Didier Davydoff, Directeur de l OEE 0EE - Observatoire de l'épargne européenne 1 Introduction: l augmentation des encours de crédit aux ménages

Plus en détail

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE

POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE www.ekos.com POINTS DE VUE DES CANADIENS SUR LA COUVERTURE DES MÉDICAMENTS D ORDONNANCE [Ottawa 22 mai 2013] Selon un nouveau sondage commandé par la Coalition canadienne de la santé (CCS) et la Fédération

Plus en détail

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal

Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Sondage sur le travail de conseiller d arrondissement et de conseiller municipal Mémoire déposé dans le cadre des consultations citoyennes sur le projet de réforme de la gouvernance du Renouveau Sherbrookois

Plus en détail

La nouvelle planification de l échantillonnage

La nouvelle planification de l échantillonnage La nouvelle planification de l échantillonnage Pierre-Arnaud Pendoli Division Sondages Plan de la présentation Rappel sur le Recensement de la population (RP) en continu Description de la base de sondage

Plus en détail

centre de connaissance sécurite routière

centre de connaissance sécurite routière centre de connaissance sécurite routière EQUIPEMENTS DE PROTECTION INDIVIDUELLE DES UTILISATEURS DE DEUX-ROUES MOTORISÉS EN RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE Mesure de comportement : Equipements de protection

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

Dans ce document, vous trouverez toutes les informations utiles pour remplir le formulaire : QUE dois-je faire pour recevoir un

Dans ce document, vous trouverez toutes les informations utiles pour remplir le formulaire : QUE dois-je faire pour recevoir un Madame, Monsieur, Ce formulaire vous permet, si vous habitez avec votre famille en Belgique, de demander un PROVISOIRE aux allocations familiales en tant que : - Chômeur de longue durée (minimum 6 mois)

Plus en détail

COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015

COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015 COMMUNIQUÉ PRESSE CIM DATE 22/04/2015 Nouvelle étude CIM sur les habitudes de vision sur des nouveaux écrans Les Belges n ont jamais autant regardé de contenu TV. Le CIM, responsable pour les études d

Plus en détail

Car Insurance Survey. L assurance automobile RC chez les jeunes. Statistics Belgium. Rapport final

Car Insurance Survey. L assurance automobile RC chez les jeunes. Statistics Belgium. Rapport final L assurance automobile RC chez les jeunes Car Insurance Survey Rapport final Statistics Belgium Direction générale Statistique et Information économique 2 0 1 3 Table des matières 1 But et objet de l'étude...

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH Rapport Final Conseil de recherches en sciences humaines du Canada 1 Réseau C i r c u m I n c. Conseil en gestion et en recherche 74, rue du Val-Perché Gatineau (Québec) J8Z 2A6 (819)770-2423, (819)770-5196

Plus en détail

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Antilles Guyane 12 septembre 2014 Corrigé EXERCICE 1 5 points Commun à tous les candidats 1. Réponse c : ln(10)+2 ln ( 10e 2) = ln(10)+ln ( e 2) = ln(10)+2 2. Réponse b : n 13 0,7 n 0,01

Plus en détail

Observation statistique

Observation statistique 2. APERÇU DES RÉSULTATS DU RENDEMENT Observation statistique s. Les résultats présentés dans ce rapport sont fondés sur des échantillons. Des échantillons distincts ont été sélectionnés pour chaque instance

Plus en détail

La Situation du Marché de l Emploi Informatique en Belgique

La Situation du Marché de l Emploi Informatique en Belgique La Situation du Marché de l Emploi Informatique en Belgique www.itjobboard.be T: + 32 (0)2 5035 364 Contexte L objectif de ce rapport est de résumer la situation actuelle du marché de l emploi informatique

Plus en détail

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée

Les Français et le chauffage. Résultats de l étude menée Les Français et le chauffage Résultats de l étude menée par IPSOS pour Via sèva Méthodologie et échantillon METHODOLOGIE : Cette étude a été réalisée en adhoc online, auprès d un échantillon issu de l

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

L impact du vieillissement sur la structure de consommation des séniors : assurance IARD, santé et SAP entre 1979-2030(P)

L impact du vieillissement sur la structure de consommation des séniors : assurance IARD, santé et SAP entre 1979-2030(P) L impact du vieillissement sur la structure de consommation des séniors : assurance IARD, santé et SAP entre 1979-2030(P) Auteurs : Hélène Xuan, Déléguée générale de la Chaire Transitions Démographiques,

Plus en détail

Chapitre 3. Les distributions à deux variables

Chapitre 3. Les distributions à deux variables Chapitre 3. Les distributions à deux variables Jean-François Coeurjolly http://www-ljk.imag.fr/membres/jean-francois.coeurjolly/ Laboratoire Jean Kuntzmann (LJK), Grenoble University 1 Distributions conditionnelles

Plus en détail

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti

A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti A quels élèves profite l approche par les compétences de base? Etude de cas à Djibouti Hamid Mohamed Aden, Directeur du CRIPEN, Djibouti Xavier Roegiers, Professeur à l Université de Louvain, Directeur

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

q u estions Source : Enquête Santé et Protection sociale, panel ESPS 1988-1998, CREDES

q u estions Source : Enquête Santé et Protection sociale, panel ESPS 1988-1998, CREDES Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Re pè res Cette étude a été réalisée dans le cadre d un stage de fi n d études effectué en 2001 par Rémi Sitta,

Plus en détail