Colloque International / International Symposium

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Colloque International / International Symposium"

Transcription

1 Colloque International / International Symposium Les mains invisibles de la «culture populaire». Production, distribution et représentation artistique dans les industries du cinéma et de la télévision Invisible Makers of Popular Culture. Production, Distribution and Talent Representation in the Film and TV Industries Lundi 1er juin h30-18h CRESPPA-CNRS, Paris, France RÉSUMÉS DES INTERVENTIONS / ABSTRACTS Panel 1. LA FORCE DES LIENS INVISIBLES / THE STRENGHT OF INVISIBLE TIES Emilie Sauguet Faire œuvre de programmateur ou s effacer derrière les films? L organisation des projections de films documentaires au prisme de l invisibilité Being Seen as Movie Scheduler or Disappearing Behind the Screen? The Organization of Movie Screenings and the Question of Invisibility La diffusion d un film documentaire peut prendre des chemins très divers : de la salle de cinéma aux lieux culturels, bars ou encore institutions scolaires, dans le cadre de festivals ou d événements plus ponctuels. Toutes ces possibilités de projections publiques donnent à voir l existence de multiples espaces de valorisation, à la fois symboliques et économiques, pour ce type de films. L activité de programmation, sur laquelle reposent ces projections, émane ainsi d acteurs également multiples : salariés de salles de cinémas ou de festivals, militants associatifs, politiques, ou encore bibliothécaires. Tous n ont pas le même rapport à cette activité ni ne partagent une même conception du film documentaire. Or, à travers la question de leur (in)visibilité se joue l articulation de ces deux dimensions : les acteurs soucieux de faire reconnaitre le travail de programmation comme activité professionnelle s appuient précisément sur la construction d une identité artistique du film documentaire. Le fait que les films circulent dans des espaces divers complexifie alors la construction des frontières de cette identité et l effort de visibilité de ces intermédiaires particuliers de la circulation des films documentaires. Cet effort s oppose en particulier à une conception plus militante du documentaire, selon laquelle le film, et ceux qui le diffusent, s effacent derrière la cause ou le message qu il porte.

2 The exhibition of a documentary film can take various routes: from theater to cultural spaces, cafes or schools, in the context of festivals or more occasional events. All such occasions for public screenings form various promotion spaces creating both symbolic and economic value- for this type of film. The activity of film scheduling, which is implied by such screenings, can also be performed by different types of people: movie theater or festival employees, members of activist groups, librarians. These various categories of scheduler relate to this activity in different ways; they also have various approaches to documentary films. Both dimensions are also connected to the more or less visible nature of their activity. When schedulers want their scheduling work to be recognized as a professional activity, they also promote the definition of documentaries as art. The circulation of such films in variegated spaces makes this artistic definition more difficult to establish, as well as it impedes the professional recognition of the schedulers. The effort of these middlemen/women in the circulation of films to gain professional accreditation contrasts with an activist perception of documentaries, according to which the film and those who circulate it must disappear behind the cause it serves or the messages it conveys. Karim Hammou et Laure de Verdalle (avec Audrey Mariette et Delphine Naudier) S engager sur un premier film : producteurs, distributeurs et chaînes face aux nouveaux réalisateurs français ( ) Committing to a First Movie: Producers, Distributors, and Television Channels Dealing with New French Directors ( ) Depuis les années 1990, la part des premiers longs métrages dans l ensemble de la production cinématographique française a sensiblement augmenté. Parmi les différents professionnels de l industrie du cinéma français, lesquels s engagent sur ces premiers films de réalisateurs nouveaux venus dans la profession? Quels sont les profils de producteur, de distributeur et de chaîne de télévision selon les différents types de premiers longs métrages, cette dernière catégorie étant loin d être homogène? L étude des conditions de fabrication des premiers longs métrages permettra de revenir sur les spécificités (ou l absence de spécificité) des premiers films par rapport aux seconds longs métrages et plus, du point de vue des sociétés de production et de distribution, mais aussi du nombre et du type de chaînes de télévision impliqués. Nous verrons ainsi comment ces différents professionnels participent au façonnage (et ici au lancement) des carrières des artistes réalisateurs et participent à la construction de leur réputation artistique et/ou du succès commercial de leur film. Cette communication repose sur les premiers résultats de l exploitation d une base de données du CNC recensant l ensemble des films d initiative française ayant reçu l agrément de production entre 2000 et 2010 (soit 2354 films, dont 791 premiers longs métrages), qu ils soient ou non sortis en salles. Elle s appuie conjointement sur les données qualitatives issues de terrains menés par les contributeurs sur différents intermédiaires de l industrie du cinéma français travaillant avec les réalisateurs (producteurs, distributeurs, agents). Since the 1990s, the proportion of first full-length feature films in the overall French film production has increased significantly. Among the various professionals of the French film industry, which ones commit to such projects alongside first-time directors who are newcomers in the profession? What are the social profiles of the concerned producers, distributors, and television executives, for each type of first feature film, given the fact that this category is far from being homogenous? We will explore what makes such first films specific (or not) by comparison with movies by a more experienced director, in the eyes of production and distribution companies, and in terms of the number and the type of television networks that get involved. We will thus analyze how these various professionals contribute to

3 the making (and the launching) of directors artistic careers, to the construction of artistic reputations and/or of the commercial success of a movie. This paper draws on the initial statistical analysis of the database of the CNC which includes all French films that received the approval for production between 2000 and 2010 whether they have been released in theaters or not (2354 films, incl. 791 first feature films). This work is also based on qualitative data from fieldwork conducted by the authors, regarding various types of cultural intermediaries who work with directors in the French film industry (producers, distributors, agents). Muriel Mille Coopérations et concurrences dans le processus de fabrication d un feuilleton télévisé Cooperation and Competition in the Process of Making a Television Series Cette communication se propose d analyser les mécanismes de coopération et de concurrence entre professionnels concourant à la fabrication d un feuilleton télévisé. La production d un tel bien culturel implique de très nombreux intervenants avec une division du travail poussée. Il n y a pas, contrairement aux «mondes de l art», un individu à qui serait reconnu le pouvoir sur l œuvre, mais plusieurs individus porteurs de la responsabilité du contenu. Cette coopération est porteuse de tensions entre les différentes professions impliquées autour de leur autorité sur le produit fabriqué, entre les scénaristes et la direction artistique, mais aussi entre le diffuseur et le producteur, entre les auteurs et la production. La communication portera plus précisément sur les relations s établissant entre la chaine, le producteur et les autres intervenants, en particulier les scénaristes. Le feuilleton est une œuvre de commande et le commanditaire - la chaîne télévisée - possède un important pouvoir sur l œuvre. Comme dans toute industrie culturelle, le travail des personnels créatifs est alors fortement contraint, divisé, et aussi contrôlé. Cependant la longévité et le succès du feuilleton de même que l organisation même de sa fabrication ont redéfini les relations entre ces différents acteurs, affaiblissant en particulier le pouvoir d intervention du diffuseur. This presentation analyzes cooperation and competition mechanisms between the professionals who concur to the making of a television series. Producing such a cultural good involves many participants with an extended division of labor between them. Unlike in the art worlds, one does not find here a unique individual to which is attributed authorship over the artwork; instead responsibility for the content is shared by several participants. This cooperation comes with tensions among the involved professionals as regards their authority over the final product, opposing the writers and the directors, the producer and the television network, the authors and the production team. More precisely, this contribution will examine the relationships linking the television network, the producer, and the other participants, especially the writers. A TV series is ordered by a television network which consequently has an important power over the definition of its content. Like in any cultural industry, the work of creative workers is therefore highly constrained, divided, and controlled. However, the longevity and success of the series, as well as the organization of its fabrication, redefine the relationships between these participants, weakening in particular the intervention power of the broadcaster. Panel 2. NOUVELLES TÉLÉVISIONS, NOUVEAUX INTERMÉDIAIRES / NEW TELEVISIONS, NEW MIDDLEMEN Denise Bielby

4 Retour sur la notion de télévision mondialisée Global Television Reconsidered Cette communication revient sur les différentes approches théoriques élaborées pour comprendre la mondialisation de la télévision et la popularité des productions exportées par Hollywood. Alors que la plupart de ces approches insistent sur les facteurs politicoéconomiques qui conduisent à la présence de la télévision à l échelle internationale, peu d entre elles s intéressent à la manière dont les aspects pratiques de la distribution complexifient les desseins industriels. Je reviendrai plus particulièrement sur la manière dont les politiques publiques nationales, les contextes culturels, les industries locales et les préférences des publics jouent sur le marché de la distribution mondiale de la télévision ; négliger ces différents aspects conduit en effet à sous-évaluer la pertinence et l importance des publics pour comprendre la télévision mondialisée. Pour conclure, je soulignerai combien ces oublis empêchent de comprendre l'importance et la contribution des cultures locales à l'industrie de la télévision mondialisée. My presentation addresses the contribution of theoretical approaches to understanding the global presence and popularity of exported television. While most perspectives emphasize political-economic factors that drive organizational agendas for television s international presence, few consider how practical aspects of distribution complicate industry goals. I focus, in particular, on how national policies, cultural contexts, local industries, and audience preferences affect the market for the global distribution of television, and how neglecting these considerations undervalues the relevance of audiences to television s global presence. I conclude by discussing how such oversight limits understanding of the importance of local culture to the global television industry. Laura Grindstaff Artistes et intermédiaires culturels à l âge de la téléréalité Talent and Talent-Brokers in the Age of Reality TV Les programmes de téléréalité ont transformé l horizon de la télévision américaine cette dernière décennie, menant à de nouvelles pratiques au travail dans cette industrie culturelle, à de nouveaux codes narratifs, à une interdépendance accrue des espaces de diffusion télévisuels et numériques, à des formes plus «ordinaires» de célébrité. Sur la base notamment d entretiens avec différents participants, producteurs, professionnels du casting pour les programmes de téléréalité, ainsi que d une enquête ethnographique sur les «talkshows» programmés en journée, cette contribution explore les dimensions politiques et culturelles de production de la «vie ordinaire» (ordinariness) à l ère du dépassement des chaînes de télévision. Cette «vie ordinaire» donne à voir à la fois un statut nonprofessionnel, hors de l élite, et des qualités telles que la véracité, l intimité et l authenticité. Sa matérialisation à la télévision implique un travail émotionnel considérable, dans lequel la gestion des sentiments, des relations et d autres gestes d échange interpersonnel tacitement considérés comme le domaine «naturel» des femmes dans la sphère privée est construite et vendue comme une dimension de la force de travail dans la sphère publique. Parce que la gestion des émotions semble intrinsèquement personnelle et est associée aux femmes/à la féminité, elle tend à être mal rémunérée en comparaison d autres formes de travail, ce qui la rend parfaitement adaptée aux impératifs néolibéraux de la nouvelle économie des médias. Reality programming has altered the landscape of American television over the past decade, ushering in new industrial labor practices, new narrative codes, a heightened

5 interdependence of broadcast and digital platforms, and more ordinary forms of celebrity. Informed by but not limited to interviews with various participants, producers, and casters of Reality TV as well my past ethnographic research on daytime talk shows, this presentation explores the cultural politics of production and performance of ordinariness in a postnetwork era. Ordinariness both signals a non-professional, non-elite status and indexes qualities such as realness, intimacy, and authenticity. Its materialization on television requires considerable emotional labor, in which the management of feelings, relationships, and other gestures of interpersonal exchange tacitly understood to be the natural purview of women in the private sphere is bought and sold as an aspect of labor power in the public sphere. Because the management of emotion appears organic to the self and is associated with women/femininity, it tends to be poorly compensated compared to other dimensions of work, making it ideally suited to the neoliberal imperatives of the new media economy. Panel 3. DANS LES COULISSES TRANSNATIONALES DU MARCHÉ DES FILMS / BEHIND THE TRANSNATIONAL SCENES OF THE FILM MARKET Roderik Smits Faire la médiation entre transnational et national : les agents spécialisés dans la vente internationale des films comme gatekeepers Mediating between the transnational and the national: The gatekeeper role of sales agents in the film industry Les études récentes portant sur les processus de gatekeeping dans les industries culturelles montrent que la prise de décision est distribuée au sein d un ensemble de gatekeepers qui forment collectivement un réseau. Ces professionnels sont des intermédiaires entre espaces transnational et national à différents niveaux sur le marché, différents types d acteurs remplissant chacun des fonctions spécifiques de gardiennage des frontières. Dans l industrie du cinéma, les consultants experts des acquisitions, les agents spécialisés dans la vente des films et les distributeurs jouent un rôle crucial de gatekeeping, et leurs activités ne sont en rien confinées à un contexte national particulier. Cette contribution porte plus spécifiquement sur le rôle joué par les agents. Ces derniers présentent et promeuvent les films à produire auprès des distributeurs dans le but de les vendre internationalement. Leur implication est souvent décisive pour rassembler des financements dans la phase de développement ou de production, lorsque le destin d un projet de film est encore sujet à spéculations. Cette contribution examine leur engagement à différentes étapes du cycle de vie d un film. Comment ces agents évaluent-ils ne nouveaux projets cinématographiques et comment conçoivent-ils leurs stratégies de vente? Ont-ils un impact sur le processus de création d un film? Comment développent-ils et entretiennent-ils des relations avec les distributeurs? Comme les dispositifs de gatekeeping et les réseaux qu ils forment avec les distributeurs orientent-ils la circulation des films sur les marchés internationaux? Recent studies concerned with gatekeeping processes in the cultural industries demonstrate that decision-making is decentralized among a range of gatekeepers, who collectively constitute a gatekeeping network. Such gatekeepers mediate between the transnational and the national from different levels in the marketplace, with different types of actors fulfilling a specific gatekeeping role. In the film industry, acquisition consultants, sales agents and distributors play crucial gatekeeping roles, and their activities are by no means confined to particular national contexts.

6 This paper focuses on the gatekeeper role performed by sales agents. They introduce and promote film productions to distributors with the objective of attaining international sales. Their involvement is often crucial for raising financing in the development or production stage, when the potential of a film project is to a large extent the subject of speculation. This paper examines their engagement in various stages of a film s life-cycle. How do sales agents form a view about new film projects and how do they develop sales strategies? Do they have an impact on the creative process of films? How do they develop and maintain relationships with distributors? And how do their gatekeeping and networking arrangements with distributors influence the circulation of films in international markets? Romain Lecler Construire une juridiction transnationale. Les professionnels des marchés internationaux du film et de la série télévisée Building a transnational jurisdiction. Professional participants in International Markets for Movies and TV Shows Avec l avènement des marchés internationaux de l audiovisuel, depuis les années 1980, un nouveau groupe professionnel s est spécialisé dans la vente de films et de séries télévisées à des sociétés étrangères et participe systématiquement à ces marchés. En l espace de vingt ans, ce groupe a établi sa juridiction professionnelle transnationale sur de tels marchés. En prenant l exemple français, je montre comment ce groupe s est progressivement distingué de celui des producteurs et d une génération plus ancienne de vendeurs, comment il a fait la promotion des exportations audiovisuelles comme enjeu majeur de nouvelles politiques publiques, tout en s assurant un capital social international acquis par l appartenance à des réseaux professionnels, et tout en construisant une expertise consistant à faire le pont entre un champ de production national et un espace international d échanges commerciaux. With the rise of international audiovisual markets, starting from the eighties, a new professional group specialized in attending them around the world and selling movies or TV shows to foreign companies. Within a couple of decades, it established a transnational jurisdiction over such markets. By focusing on the French case, I show how this group has gradually differentiated from producers and from an older generation of salesmen, how it promoted audiovisual exports as a crucial stake for new public policies, while securing an international social capital acquired through professional networks, as well as building an expertise in bridging a domestic field of production and an international space of commercial exchanges.

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form Catégories - Category Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication Interne / Internal Communication film Film

Plus en détail

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency)

Appel à Présentations de PMEs. «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014. En présence de la GSA (European GNSS Agency) Appel à Présentations de PMEs «Workshop on GNSS applications» Toulouse Space Show 2014 En présence de la GSA (European GNSS Agency) 1. TOULOUSE SPACE SHOW Le Toulouse Space Show 2014 se tiendra du 30 Juin

Plus en détail

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles 2009-1-TR1-LEO05-08709 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

BIENVENUE À F.L. WELCOME TO F.L. Réalisatrice/Dir.: Geneviève Dulude-De Celles Documentaire 75 minutes 2015 16:9

BIENVENUE À F.L. WELCOME TO F.L. Réalisatrice/Dir.: Geneviève Dulude-De Celles Documentaire 75 minutes 2015 16:9 BIENVENUE À F.L. WELCOME TO F.L. Réalisatrice/Dir.: Geneviève Dulude-De Celles Documentaire 75 minutes 2015 16:9 SYNOPSIS - BIENVENUE À F.L. offre un portrait candide des étudiants d une école secondaire

Plus en détail

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS

MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT --------- FONCTIONNEMENT et GESTION des ECOSYSTEMES MARINS PEGASEAS Theme: MARINE ECOSYSTEMS DYNAMICS and MANAGEMENT: final outputs and Questions of the reports:

Plus en détail

Informations principales / Main information

Informations principales / Main information Fiche d Inscription Entry Form À renvoyer avant le 15 Octobre 2015 Deadline October 15th 2015 Dans quelle catégorie participez-vous? In what category do you participate? Institutionnel / Corporate Marketing

Plus en détail

SE/05/C/F/TH-82601. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=3295

SE/05/C/F/TH-82601. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=3295 (EuroguideVAL) SE/05/C/F/TH-82601 1 Information sur le projet Implementing the Common European Principles through Improved Guidance and Titre: Implementing the Common European Principles through Improved

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

En collaboration avec : La collecte des données statistiques sur les marchés cinématographiques et audiovisuels méditerranéens.

En collaboration avec : La collecte des données statistiques sur les marchés cinématographiques et audiovisuels méditerranéens. En collaboration avec : La collecte des données statistiques sur les marchés cinématographiques et audiovisuels méditerranéens le regard copeam Le rappel historique A l occasion de l Assemblée Générale

Plus en détail

HUMANITY IN ACTION FRANCE OU COMMENT DÉVELOPPER EN FRANCE UN CONCEPT AMÉRICAIN DANS LE CADRE D UN PARTENARIAT TRANSATLANTIQUE

HUMANITY IN ACTION FRANCE OU COMMENT DÉVELOPPER EN FRANCE UN CONCEPT AMÉRICAIN DANS LE CADRE D UN PARTENARIAT TRANSATLANTIQUE HUMANITY IN ACTION FRANCE OU COMMENT DÉVELOPPER EN FRANCE UN CONCEPT AMÉRICAIN DANS LE CADRE D UN PARTENARIAT TRANSATLANTIQUE Déroulé Définitions Historique Bilan Conjectures Conclusions Définir HUMANITY

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

1 ère mondiale. Carol PTAK "Roughly Right is better than precisely wrong"

1 ère mondiale. Carol PTAK Roughly Right is better than precisely wrong 1 ère mondiale Carol PTAK "Roughly Right is better than precisely wrong" All material and content copyright 2015 Institute. All rights reserved. 1 http://demanddriveninstitute.com/ Carol PTAK est actuellement

Plus en détail

Transport in quantum cascade lasers

Transport in quantum cascade lasers Diss. ETH No. 20036 Transport in quantum cascade lasers A dissertation submitted to ETH ZURICH for the degree of Doctor of Sciences presented by ROMAIN LÉON TERAZZI Diplôme de Physicien, Université de

Plus en détail

2 RAFF - ROMAFRICA FILM FESTIVAL

2 RAFF - ROMAFRICA FILM FESTIVAL 2016 - RAFF 1 2 RAFF - ROMAFRICA FILM FESTIVAL What s the reason for an African Film Festival? Africa is the continent of the future and the cinema can be an excellent way to reveal the highly significant

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates

Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Appendix 1 Wording of Noumea Accord and 1999 Organic Law on Restricted Electorates Relating to local (provincial and Congress) elections Article 2.2.1 of the Noumea Accord: le corps électoral aux assemblées

Plus en détail

ALGERIA / ALGÉRIE Accord Algérie - Canada

ALGERIA / ALGÉRIE Accord Algérie - Canada 2. Public funding for the industry 2. Les aides publiques à l industrie 2.5. International cooperation 2.5. Coopération internationale 2.5.1. Co-production agreements 2.5.1. Accords de coproduction 2.5.1.6.

Plus en détail

FRENCH COURSES FOR ADULTS OPEN TO ALL

FRENCH COURSES FOR ADULTS OPEN TO ALL 21 SEPTEMBER 2015 TO 23 JUNE 2016 Campus de la Grande Boissière Route de Chêne 62 1208 Geneva Ecole Internationale de Genève International School of Geneva WELCOME campus offers different levels of French

Plus en détail

20 ans. Votre partenaire pour le changement. Your Partner for Change. Your Partner for Change

20 ans. Votre partenaire pour le changement. Your Partner for Change. Your Partner for Change 100 C 70 M 10 K 55 M 100 Y Offset Your Partner for Change 20 ans Votre partenaire pour le changement Your Partner for Change Basel Bern Buchs Genève Luzern Lugano Schindellegi Zürich 20 ans au service

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

PRODUIRE ET DIFFUSER LES SERIES TV : de la sociologie du travail audiovisuel à l économie d un espace culturel transnational

PRODUIRE ET DIFFUSER LES SERIES TV : de la sociologie du travail audiovisuel à l économie d un espace culturel transnational PRODUIRE ET DIFFUSER LES SERIES TV : de la sociologie du travail audiovisuel à l économie d un espace culturel transnational Journée d étude coordonnée par Sébastien Lemerle (Paris Ouest Nanterre La Défense)

Plus en détail

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao Matinale Recherche «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao INFORMATIONS PRATIQUES FORMAT Matinale Recherche DATE 15 octobre

Plus en détail

Association des Doctorants du campus STIC. Séminaires doctorants 11

Association des Doctorants du campus STIC. Séminaires doctorants 11 Association des Doctorants du campus STIC Séminaires doctorants 11 07 mars 2007 Actes édités par l association des doctorants du campus STIC. Les travaux individuels publiés restent l unique propriété

Plus en détail

Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION GCNA

Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION GCNA SUPERVISION OF PROFESSIONAL STAFF: TEACHER EVALUATION Appendix C CRITERIA FOR A PROFESSIONAL GROWTH PLAN A Professional Growth Plan is a written statement describing a teacher s intended focus for professional

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

GCSE Bitesize Controlled Assessment

GCSE Bitesize Controlled Assessment GCSE Bitesize Controlled Assessment Model 2 (for A/A* grade) Question 4 Subject: Topic: French Speaking In this document you will find practical help on how to improve your grade. Before you start working

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

IT & E - Integrated Training & emploi des personnes handicapées en dessin assisté par ordinateur, les détails et graphiques

IT & E - Integrated Training & emploi des personnes handicapées en dessin assisté par ordinateur, les détails et graphiques IT & E - Integrated Training & emploi des personnes handicapées en dessin assisté par ordinateur, les détails et graphiques TR/06/B/P/PP/178009 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2006

Plus en détail

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Presented by Pierre Rochon Senior Advisor for Executives APEX Objectifs de la séance 1. Comprendre en quoi consiste la saturation

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention mission The Collaborating Centre seeks to contribute at the international level to research, development and the dissemination

Plus en détail

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS

SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS SENEGAL DIAGNOSTICS DE LA GOUVERNANCE TRANSPORTS ET TRAVAUX PUBLICS FOCUS GROUPE: Sociétés Privées qui Utilisent Services de Transport Terrestre et/ou PAD Groupe A Routes et Port Les questions de Sections

Plus en détail

FORMATION CONTINUE en Français Langue Étrangère

FORMATION CONTINUE en Français Langue Étrangère Francés y inglés / Francese e inglese / Französisch und englischem FORMATION CONTINUE en Français Langue Étrangère L EFI, située au cœur de Paris, dans le Marais, est à proximité des principales lignes

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

MONACO ECONOMIE. Clean Equity. 12 000 ex. Trimestrielle

MONACO ECONOMIE. Clean Equity. 12 000 ex. Trimestrielle MONACO ECONOMIE Clean Equity 12 000 ex Trimestrielle De mars à juin 2011 MONACO ECONOMIE Clean Equity 12 000 ex Trimestrielle De mars à juin 2011 Monaco: Despite a tough 18 months the passion is there

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Digital Marketing School Namur, 20/03/14 Liège, 02/04/14

Digital Marketing School Namur, 20/03/14 Liège, 02/04/14 Digital Marketing School Namur, 20/03/14 Liège, 02/04/14 http://be.linkedin.com/in/xavierbartholome/ http://about.me/barthox http://www.c2o2.be xavier@c2o2.be @c2o2_be / @barthox Linkedin pourquoi faire?

Plus en détail

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us SKILLED TRADES PLATFORM 2015 PLATEFORME DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS 2015 Canada s cities and towns are crumbling around us Canada needs a comprehensive integrated infrastructure program that will eliminate

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

LA PERSONNE SPÉCIALE

LA PERSONNE SPÉCIALE LA PERSONNE SPÉCIALE These first questions give us some basic information about you. They set the stage and help us to begin to get to know you. 1. Comment tu t appelles? What is your name? Je m appelle

Plus en détail

Récapitulatif du budget et du plan de financement (en milliers de dollars des États-Unis) Catégorie de dépenses FIDA Cofinancement 1 Gestion des projets 270 000 110 000 Consultants recrutés pour de courtes

Plus en détail

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles

The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles The assessment of professional/vocational skills Le bilan de compétences professionnelles 03/06/13 WHAT? QUOI? Subject Sujet The assessment of professional/vocational skills (3 hours) Bilan de compétences

Plus en détail

DK6000. Quick Start Guide for Suppliers. March 2015 V1.1 0 /

DK6000. Quick Start Guide for Suppliers. March 2015 V1.1 0 / DK6000 Quick Start Guide for Suppliers March 2015 V1.1 0 / LOGIN Change the language Contact Us Your Username is Case Sensitive If you ve forgotten your password, do not try several time, just enter your

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Leçon 13. Unité 4. Le français pratique: Allons au spectacle. Video Activities Cultural Commentary. URB p. 24

Leçon 13. Unité 4. Le français pratique: Allons au spectacle. Video Activities Cultural Commentary. URB p. 24 LEÇON 13 Le français pratique: Allons au spectacle Cultural Commentary Soccer games between various cities in France generate as much spirit and enthusiasm as do football games in the United States. In

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL

INTERREG VA France (Channel) England Programme. INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre. South West Facilitator Julie BECEL INTERREG VA France (Channel) England Programme INTERREG VA Programme France (Manche) Angleterre South West Facilitator Julie BECEL Contents Sommaire 1. Schedule Calendrier 2. Eligible area Territoire éligible

Plus en détail

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation

Atelier : Formation. Rapport du Groupe 1. Brainstorming Formation actuarielle. 1. Système de formation Atelier : Formation Rapport du Groupe 1 Brainstorming Formation actuarielle 1. Système de formation Formation universitaire ou Système examens (système anglo-saxon) Conciliation entre les deux: Formation

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Le symposium DELF de l Association des professeurs d immersion française Calgary, le 19 janvier 2012

Le symposium DELF de l Association des professeurs d immersion française Calgary, le 19 janvier 2012 The Canadian Association of Immersion Teachers DELF Symposium Calgary, January 19, 2012 Le symposium DELF de l Association des professeurs d immersion française Calgary, le 19 janvier 2012 Round Table

Plus en détail

Diplôme universitaire. French StudieS

Diplôme universitaire. French StudieS Diplôme universitaire French StudieS «être français, c est justement prendre en considération autre chose que la france Journal, 1957-1960, Denoël, 1976, p. 25» le mot de la directrice «Vous êtes : French

Plus en détail

Quiz de droit d auteurd Copyright Quiz

Quiz de droit d auteurd Copyright Quiz 1. Je ne peux publier une photo sur le site de l UNESCO sans y indiquer le nom du photographe. VRAI La mention de la source et du nom de l auteur fait partie des droits moraux de l auteur. C est le droit

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager

Developpement & Formation. Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Developpement & Formation Serge Dubois, BP Algeria Communications Manager Building capability «BP Strategy, Safety People Performance» Tony Hayward, CEO BP Octobre 2007 Human resources are the most invaluable

Plus en détail

APPLICATION DOMAIN: Choose a domain

APPLICATION DOMAIN: Choose a domain APPLICATION DOMAIN: Choose a domain PERSONAL DATA DONNEES PERSONNELLES 1. SURNAME NOM DE FAMILLE: 2. FORENAME(S) PRENOM(S): 3. PERMANENT ADDRESS RESIDENCE PERMANENTE: 4. EMAIL - MÉL: 5. PRIVATE TELEPHONE

Plus en détail

Level 3 French, 2006

Level 3 French, 2006 For Supervisor s 3 9 0 5 6 1 Level 3 French, 2006 90561 Read and understand written French, containing complex language, in less familiar contexts Credits: Six 2.00 pm Wednesday 22 November 2006 Check

Plus en détail

chose this school : Oui - yes Non- no Commentaires - Comments

chose this school : Oui - yes Non- no Commentaires - Comments 1) Le nom de votre établissement et la ville School Name and City: 2) Vos enfants sont scolarisés...- Your children are in. oui - yes non - no au primaire (maternelle, élémentaire) PreK or 1-5 Grade au

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Gestion de la configuration et contrôle du code source

Gestion de la configuration et contrôle du code source MGL7460 Automne 2015 Gestion de la configuration et contrôle du code source Guy Tremblay Professeur Département d informatique UQAM http://www.labunix.uqam.ca/~tremblay 10 septembre 2015 Parmi les premières

Plus en détail

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002

2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 2002 Maritime Mathematics Competition Concours de Mathématiques des Maritimes 2002 Instructions: Directives : 1 Provide the information requested below Veuillez fournir les renseignements demandés ci-dessous

Plus en détail

GUEST AMENITY PORTFOLIO

GUEST AMENITY PORTFOLIO GUEST AMENITY PORTFOLIO Eco-green Creation Production Distribution 28 29 COSMETIC REGULATIONS & USERS SAFETY We guarantee the safety and conformity of all our cosmetic products, including their traceability.

Plus en détail

Relations Internationales International Partnerships. Projet Espagne / Valence. The Spain Project /Valence

Relations Internationales International Partnerships. Projet Espagne / Valence. The Spain Project /Valence Projet Espagne / Valence Ce projet doit permettre aux élèves de classe Terminale LGT d utiliser une langue étrangère (l espagnol) et de connaitre certains aspects culturels en vue de comprendre le fonctionnement

Plus en détail

Afin de valider votre inscription merci de bien veiller à :

Afin de valider votre inscription merci de bien veiller à : b Afin de valider votre inscription merci de bien veiller à : 1. Prendre connaissance du règlement, des critères de sélection et des dates limites d inscription de la manifestation. 2. Dater et signer

Plus en détail

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI ICC International Court of Arbitration Bulletin Cour internationale d arbitrage de la CCI Extract for restricted use Extrait à tirage limité International Court of Arbitration 38, Cours Albert 1er, 75008

Plus en détail

Legal Database - Film and Audiovisual law Base de données juridique - Droit du cinéma et de l'audiovisuel

Legal Database - Film and Audiovisual law Base de données juridique - Droit du cinéma et de l'audiovisuel 2. Public funding for the industry 2. Les aides publiques à l industrie 2.5. International cooperation 2.5. Coopération internationale 2.5.1. Co-production agreements 2.5.1. Accords de coproduction 2.5.1.10.

Plus en détail

FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES FACULTY OF ARTS SOCIAL SCIENCES

FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES FACULTY OF ARTS SOCIAL SCIENCES FACULTÉ DES SCIENCES SOCIALES FACULTY OF ARTS SOCIAL SCIENCES Please see below for English RESTRICTION DE COURS POUR L ANNÉE ACADÉMIQUE 2014-2015 ÉCOLE SUPÉRIEURE D AFFAIRES PUBLIQUES ET INTERNATIONALES

Plus en détail

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr : www.machpro.fr Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr destiné à fournir aux lecteurs de la revue et aux mécanautes un complément d'information utile et régulièrement

Plus en détail

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves

Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Les licences Creative Commons expliquées aux élèves Source du document : http://framablog.org/index.php/post/2008/03/11/education-b2i-creative-commons Diapo 1 Creative Commons presents : Sharing Creative

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Authors strategies. market

Authors strategies. market Karine Caunes Researcher European University Institute Founding Mother European Journal of Legal Studies karine.caunes@eui.eu Stratégies des auteurs sur le marché de l information juridique européen Authors

Plus en détail

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS)

The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) The evolution and consequences of the EU Emissions Trading System (EU ETS) Jon Birger Skjærseth Montreal 27.10.08 reproduction doivent être acheminées à Copibec (reproduction papier) Introduction What

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

Modern Foreign Languages (MFL) Alive 2015 MLFAlive15 - PDST

Modern Foreign Languages (MFL) Alive 2015 MLFAlive15 - PDST Modern Foreign Languages (MFL) Alive 2015 MLFAlive15 - PDST Maynooth University, samedi 7 novembre 2015 «In conversation with... the French Embassy» The French Embassy has a number of actions aiming at

Plus en détail

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

The Skill of Reading French

The Skill of Reading French The Skill of Reading French By the end of this session... ALL of you will be able to recognise words A LOT of you will be able to recognise simple phrases SOME of you will be able to translate a longer

Plus en détail

Audio and Web Conferencing services. Orange Business Services. Web Conferencing

Audio and Web Conferencing services. Orange Business Services. Web Conferencing Audio and Web Conferencing services Orange Business Services Web Conferencing web conferencing completely integrated audio and web services conference availability 24hrs/7days up to 100 participants complete

Plus en détail

REGLEMENT DU FIFO 2011 FIFO 2011 - REGULATIONS

REGLEMENT DU FIFO 2011 FIFO 2011 - REGULATIONS REGLEMENT DU FIFO 2011 FIFO 2011 - REGULATIONS Article 1 : Principe directeur Purpose Le Festival International du Film documentaire Océanien de Tahiti a été créé pour promouvoir l image de l Océanie auprès

Plus en détail

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH L a b o r a t o i r e E u r o p é e n p o u r l a P h y s i q u e d e s P a r t i c u l e s E u r o p e a

Plus en détail

LADIES IN MOBILITY. LIVE TWEET Innovative City

LADIES IN MOBILITY. LIVE TWEET Innovative City LIVE TWEET Innovative City 1. LadiesinMobility @LadiesMobility19 Juin In Smart Cities, we should create a collaborative model #smartcity #icc2013 2. LadiesinMobility @LadiesMobility19 Juin Cities like

Plus en détail

Niveau débutant/beginner Level

Niveau débutant/beginner Level LE COFFRE À OUTILS/THE ASSESSMENT TOOLKIT: Niveau débutant/beginner Level Sampler/Echantillon Instruments d évaluation formative en français langue seconde Formative Assessment Instruments for French as

Plus en détail

Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies.

Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies. PRESS RELEASE For immediate release Regional mobilization Against the government s intention to increase the royalties paid by mining companies. Rouyn-Noranda, March 13, 2013- Since the decisions to be

Plus en détail

Transfert des expérimentales et innovantes méthodes d enseignement pour l education de management

Transfert des expérimentales et innovantes méthodes d enseignement pour l education de management l education de management 2010-1-PL1-LEO01-11462 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2010 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Résumé: Transfert des expérimentales et innovantes

Plus en détail

L e s p r o d u c t i o n s. P r o d u c t i o n s

L e s p r o d u c t i o n s. P r o d u c t i o n s L e s p r o d u c t i o n s P r o d u c t i o n s Concepteurs d événements Event designers Profil Les Productions Évoilà! ont pour mission de créer des événements sur mesure offrant une expérience mémorable

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

LA GRANGE THE BARNHOUSE Réalisatrice/Dir.: CAROLINE MAILLOUX Fiction 19 minutes 2014

LA GRANGE THE BARNHOUSE Réalisatrice/Dir.: CAROLINE MAILLOUX Fiction 19 minutes 2014 LA GRANGE THE BARNHOUSE Réalisatrice/Dir.: CAROLINE MAILLOUX Fiction 19 minutes 2014 Scénariste / Réalisatrice CAROLINE MAILLOUX Scriptwriter / Director Productrice/ Producer CHRISTINE FALCO Dir. photo

Plus en détail

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011

www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 www.pwc.com/lu/sustainability progena by PwC Une nouvelle approche du développement durable 31 mars 2011 L impératif du développement durable va transformer tous les secteurs économiques Capacité écologique

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

INDIVIDUAL GRIEVANCE PRESENTATION PRÉSENTATION D UN GRIEF INDIVIDUEL

INDIVIDUAL GRIEVANCE PRESENTATION PRÉSENTATION D UN GRIEF INDIVIDUEL INDIVIDUAL GRIEVANCE PRESENTATION PRÉSENTATION D UN GRIEF INDIVIDUEL REFERENCE NO / No DE RÉFÉRENCE The Canadian Nuclear Safety Commission (CNSC) has an Informal Conflict Management System (ICMS) in place.

Plus en détail

SAP SNC. Guide. Alertes/Alert - Edition 1. Direction des Achats/Ph.Longuet Date: 22/11/11

SAP SNC. Guide. Alertes/Alert - Edition 1. Direction des Achats/Ph.Longuet Date: 22/11/11 SAP SNC Guide Alertes/Alert - Edition 1 Direction des Achats/Ph.Longuet Date: 22/11/11 SAP SNC Alert on SAP SNC SAP SNC Alerts Definition An «alerts» is an event, created by SAP SNC according to the updates

Plus en détail

PRIORITIES OF SUSTAINABLE SOIL MANAGEMENT IN BENIN. Prof. IGUE A. M.

PRIORITIES OF SUSTAINABLE SOIL MANAGEMENT IN BENIN. Prof. IGUE A. M. PRIORITIES OF SUSTAINABLE SOIL MANAGEMENT IN BENIN Prof. IGUE A. M. ETAT DES SOLS AU BENIN Dégradation physique des sols Erosion en nappe et en rigole avec enlèvement des particules de terre Erosion en

Plus en détail

PAY EQUITY AUDIT NEW POSTING

PAY EQUITY AUDIT NEW POSTING PAY EQUITY AUDIT NEW POSTING PAY EQUITY AUDIT OF THE CONSEIL DU TRÉSOR FOR ALL EMPLOYEES IN THE HEALTH AND SOCIAL SERVICES SECTOR SCHOOL BOARDS AND COLLEGES SECTOR REPRESENTED BY CERTIFIED ASSOCIATIONS

Plus en détail