Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Machines et outils à main. activités. Type d activitd

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Machines et outils à main. activités. Type d activitd"

Transcription

1 Illustration du guide SOBANE Machines et outils à main Présentation de l entreprisel Entreprise du secteur métalliquem Fabrication d éd équipements portuaires et de stockage Chargeurs et déchargeurs d de navires 30 travailleurs Dominique Adant Conseiller en Prévention 2 Présentation de la situation de travail Type d activitd activités Travailleurs concernés 10 travailleurs Polyvalents Activités Découpage Montage Soudage de pièces métalliquesm 3 4

2 Type d activités Type d activités 5 6 Niveau 1: Dépistage D (Déparis) Expertise Analysis Observation Screening PREVENTION Résultats du DéparisD Situation de travail: Montage 1. Les aires de travail 2. L'organisation technique entre postes 3. Les emplacements de travail / travail sur écran de visualisation 4. Les risques d'accident 5. Les commandes et signaux 6. Les outils et matériel de travail 7. le travail répétitif 8. Les manutentions 9. La charge mentale 10. L'éclairage 11. Le bruit 12. Les ambiances thermiques 13. Les risques chimiques et biologiques 14. Les vibrations 15. Les relations de travail entre travailleurs 16. L'environnement social local et général 17. Le contenu du travail 18. L'environnement psychosocial 7 8

3 N QUI Bilan du DéparisD FAIT QUOI? Coût 0, 1 Direction Fournir une genouillère pour les travaux à effectuer à genou 2 Direction Fournir un échafaudage pour le travail en hauteur Date projeté Quand? Date réalisé Niveau 2, Observation PREVENTION 3 Maintenance Vérifier l étanchéité de la porte au sablage 0 4 Direction Disposer de rack de rangement au stock à la scie Expertise 5 CP Etudier la sécurité des machines A 6 CP Rappeler les consignes de sécurité lors de 0 l utilisation de la cintreuse 7 Direction Fournir des vêtements spécialisés pour les soudeurs 8 Direction Participer aux frais des verres correcteurs pour les opérateurs devant utiliser des lunettes de protection personnelles 9 Maintenance Installer plus de prises électriques à proximité des tables de travail 10 CP l éclairage A 11 Direction Installer un air conditionné A 12 CP la thermique générale A Analysis Observation Screening Guide d Observation Organisation d une réunion Participants 3 opérateurs Ayant participé au DéparisD CP interne absent Coordinateur Conseiller en prévention externe Durée 2 heures avec retour aux postes de travail en fin de réunion Lieu Local à l écart des postes de travail 12 Déroulement de la réunion Réunion en 3 étapes : Résumé de la synthèse se DéparisD et des points à étudier plus en détailsd Observation pourp chaque aspect à approfondir : Revue des points du guide et parallélisme lisme avec ce qui est constaté au poste Consultation des fiches et essais de solutions Retour aux postes pour visualiser les problèmes et les solutions apportées Synthèse des solutions apportées et des risques résiduels nécessitant une Analyse

4 Résultats 16 propositions de solutions dont: 15 nouvelles propositions : Préparation des notices synthétiques tiques Formation et information des travailleur Parrainage des travailleurs par les anciens Montage d une vitre de protection sur la meuleuse.. 1 situation à approfondir: Mise en conformité des machines MACHINES NON PORTATIVES 1. Le choix de la machine Machine datant des Marquage CE années 30, très peu de marquages CE Appropriée à la tâche Outil approprié Mise en conformité des machines Exemple de propositions concrètes La sécurité de la machine Machine: notice du fabricant Absence de notice ou notice volumineuse couvrant trop d aspects inutiles Manque d information sur l usage des EPI sur les machines (Ex machines où les gants sont proscrits) Les opérateurs ne savent pas tous où les notices se trouvent Accrocher les notices synthétiques sur les machines. Former 1 travailleur par machine qui formera luimême ses collègues. Protections requises Outillage 2 machines sont équipées de protection contre les projections. La grosse meule sur pied n est pas équipée. Bris possibles au niveau de la presse si mauvaise utilisation. Les machines sont bruyantes (travaille de la tôle), les contrôle médicaux sont effectués régulièrement mais les travailleurs ne mettent pas tous leur protections. Chaque machine à ses outils mais personne ne dispose des procédures pour les utiliser (vitesse, etc ). La foreuse sur pied ne dispose pas des graphiques de diamètre des mèches en fonction de la vitesse. La cisaille ne dispose pas de graphique indiquant les rapports épaisseurs cisaille/matière/réglage de la lame Certains outils sont utilisés à des tâches non adéquates. Monter une vitre de protection sur la grosse meule Disposer de bouchons moulés à l oreille de l opérateur. Informer et former les travailleurs aux machines utilisées. Fournir toutes les procédures de travail de manière synthétique et lisible par tous

5 Exemple de propositions concrètes Les commandes Organe de commande: arrêt, arrêt d'urgence Les machines numériques disposent de commandes les autres pas. Il y a un manque de formation à la machine numérique. Une seule personne est capable de l utiliser, quand il est absent, personne ne peut l utiliser. A la cisaille, il y a plusieurs boutons dont on ne connaît pas l utilité. Lors d un accident aucun collègue ne pouvait arrêter la machine. Ils ont fait pire que mieux. Informer et former les travailleurs aux machines qu ils sont susceptibles d utiliser. Former également les autres collègues, pour qu en cas d accident ils puissent réagir correctement. Accessible Défaillance de l'alimentation Verrouillage Signal de feed back Gêne du MPI Pour l usage de certaines machines, les gants sont proscrits mais ce n est écrit nulle part. Indiquer les procédures d utilisation des machines sur celles-ci Exemple de propositions concrètes Facteur Les signaux Positionnement Lisibilité Bon état L'ergonomie Position du corps TMS? Observations Certaines commandes sont illisibles pour des personnes non expérimentées sur la machine Toujours debout Préventionprotection Rendre toutes les commandes lisibles Inhérent au travail 19 20

6 Exemple de propositions concrètes La sécurité de l'opération Machines dangereuses à l'écart Les zones de passages sont marquées mais plus toujours lisibles Repeindre les séparations au sol Zone de sûreté Aires de travail Souvent encombrées car certains opérateurs ne sont pas correctes vis à vis de leurs collègues (sales, ) Cela engendre un risque de chute Rappeler la consigne de nettoyage de la zone Fixation des pièces Evacuation des déchets Pas d'air comprimé pour nettoyer Débranchement avant tout changement Beaucoup d opérateurs ne jettent pas leurs déchets lorsqu ils utilisent une machine L air comprimé est utilisé Les machines ne sont pas débranchées systématiquement Avoir un petit container à côté de la cisaille pour éviter les déplacements avec les déchets. Rappeler la consigne de nettoyage. Exemple de propositions concrètes Niveau 3, Analyse PREVENTION Expertise Analysis Observation Screening 23 24

7 25 Niveau 3 : guide d Analyse Nécessité d une Analyse plus approfondie pour : Mise en conformité des machines anciennes (CE) 26 Conclusions Participation active des travailleurs Discussions constructives et exemples concrets Dessins de certaines solutions pour faciliter les échanges Participation limitée d un travailleur intérimaire importance bonne connaissance de la situation Absence du CP regrettée car Questions précises à lui poser Acteur neutre et averti dans le choix entre plusieurs solutions envisagées es Recherche constante du rapport efficacité/co coût dans les solutions proposées par les travailleurs 27 Participative Intérêt du guide Opportunité de s exprimer Opportunité d être acteur du changement Formative Education à la santé et à la sécurits curité Proactif vs réactifr Redistribue les rôles et les responsabilités s de chacun en matière de prévention Au sein de l entreprisel Avec le SEPP Meilleure collaboration Meilleure planification des interventions Réduction des coûts de la prévention 28 Difficultés s d utilisation d du guide Participative donc fonction de : la personnalité des participants et la dynamique de groupe la bonne connaissance, par les participants, de la situation de travail les compétences du coordinateur Nécessité de se rendre au poste de travail et de mobiliser les participants durant 2h2 Engagement de la Direction par rapport à : l ampleur éventuelle des solutions la mise en œuvre complète de la stratégie (4 niveaux) Gestion de la dynamique entre les 4 niveaux

Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Risques électriques. Type d activitd. activités. Entreprise secteur métalliquem

Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Risques électriques. Type d activitd. activités. Entreprise secteur métalliquem Présentation de l entreprisel Illustration du guide SOBNE Risques électriques Dominique dant Conseiller en Prévention Entreprise secteur métalliquem Construction métalliquem Portillons non gardiennés s

Plus en détail

Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Locaux sociaux. Type d activitd. activités. Ann Schietecatte

Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Locaux sociaux. Type d activitd. activités. Ann Schietecatte Présentation de l entreprisel Illustration du guide SOBNE Locaux sociaux nn Schietecatte Ergonome Entreprise secteur métalliquem Construction métalliquem Portillons non gardiennés s (PNG) Barrières res

Plus en détail

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d ou d explosiond Caroline Pirotte Ergonome Présentation de l entreprise l et des postes de travail Hôtel situé à Bruxelles Ville +/- 90 travailleurs +/-

Plus en détail

Illustration du guide SOBANE Risques liés s aux vibrations

Illustration du guide SOBANE Risques liés s aux vibrations Illustration du guide SOBANE Risques liés s aux vibrations Thomas van den Abeele Assistant en prévention Présentation de l entreprise l et des postes de travail Plaine de marché: : gestion journalière

Plus en détail

DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS)

DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS) DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS) Entreprise: *** Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Situation de travail : Machine *** Responsables : * Ingénieur

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique en français et en langue étrangère : 7 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Les risques et moyens de prévention/protection 4. Organisation

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis

Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Participants: Interne en médecine

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans les laboratoires du *** par le guide Déparis Laboratoire de biochimie

Evaluation des risques professionnels dans les laboratoires du *** par le guide Déparis Laboratoire de biochimie Evaluation des risques professionnels dans les laboratoires du *** par le guide Déparis Laboratoire de biochimie Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Participants

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

Document unique d évaluation et de prévention des risques

Document unique d évaluation et de prévention des risques Établissement : ESAT OVE THÔNES Unité de travail : ATELIER SOUS TRAITANCE INDUSTRIELLE ET CONDITIONNEMENT CIRCULATION des piétons des véhicules différence de niveaux état des surfaces de sol R50 G2 -Tenir

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

Etude régionale sur le métier de monteur régleur dans l injection des matières plastiques. 17 décembre 2013

Etude régionale sur le métier de monteur régleur dans l injection des matières plastiques. 17 décembre 2013 1 Etude régionale sur le métier de monteur régleur dans l injection des matières plastiques 17 décembre 2013 Sommaire 2 Contexte, objectifs et périmètre de l étude Le métier de monteur régleur et ses spécificités

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

RAPPORT Méthode de Dépistage Participatif des Risques (Déparis)

RAPPORT Méthode de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) RAPPORT Méthode de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) Entreprise: Hôpital NNN Situation de travail: Maternité Coordinateur: Ann Schietecatte Personnes ayant participé à l'étude: 1 aide infirmière

Plus en détail

L'approche participative de l'analyse des risques. Alain Piette, ergonome DG Humanisation du travail Email: alain.piette@emploi.belgique.

L'approche participative de l'analyse des risques. Alain Piette, ergonome DG Humanisation du travail Email: alain.piette@emploi.belgique. L'approche participative de l'analyse des risques Alain Piette, ergonome DG Humanisation du travail Email: alain.piette@emploi.belgique.be 1 L analyse des risques: législation Directive cadre de 1989 Directive

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS (Décret du 5 Novembre 2001) LE DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS PROLEGIS est une société de Conseil en entreprises. Notre

Plus en détail

Stratégie Participative de gestion des TMS. Ann Schietecatte, Ergonome - Psychologue Anne Quantens, Ingénieur N1 Sécurité

Stratégie Participative de gestion des TMS. Ann Schietecatte, Ergonome - Psychologue Anne Quantens, Ingénieur N1 Sécurité Stratégie Participative de gestion des TMS Ann Schietecatte, Ergonome - Psychologue Anne Quantens, Ingénieur N1 Sécurité Stratégie de Prévention Sophistication coût Expertise SOBANE PREVENTION Expertise

Plus en détail

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise

Plan de formation Installateur en sanitaire CFC Check-list des objectifs de formation en entreprise Objectifs particuliers Administration Expliquer et respecter les procédures en vigueur dans l'entreprise Expliquer et décrire les procédures du métier Développement durable Utiliser avec discernement les

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

Inventaire des propositions d amélioration et des études complémentaires à réaliser :

Inventaire des propositions d amélioration et des études complémentaires à réaliser : Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de bactériologie par le guide Déparis Coordinateur : Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Participant : - Médecin

Plus en détail

Liste de contrôle: Réception d équipements de travail

Liste de contrôle: Réception d équipements de travail On ne peut se fier qu'à soi-même Le marquage CE et la déclaration de conformité ne garantissent en rien qu une machine ou une installation est effectivement conforme aux règles de sécurité. En tant qu'employeur,

Plus en détail

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état AMBIANCES : BRUIT Source de bruit du type : - matériels, machines, outils - signaux sonores - conversation - Exposition à des amplitudes sonores trop importantes - intégration à la conception des locaux

Plus en détail

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE

Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Vous êtes artisan PLOMBIER CHAUFFAGISTE Le mot des Présidents Le décret du 5 novembre 2001 impose une nouvelle obligation aux entreprises : formaliser les risques de l entreprise sur un document unique.

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95

RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 RISQUES CHIMIQUES Niveau 2 Agrément UIC n 01/95 PUBLIC CONCERNE Responsables, cadres technico-commerciaux, chefs de chantier «preneurs de permis» et chefs d équipe des entreprises ayant à intervenir dans

Plus en détail

EXPLOITATION. X. XXXXX exploitante. conjoint collaborateur A. AAAA CDI. Z. ZZZZZ TESA oct.-10 nov.-10

EXPLOITATION. X. XXXXX exploitante. conjoint collaborateur A. AAAA CDI. Z. ZZZZZ TESA oct.-10 nov.-10 EPLOITATION EPLOITATION AGRICOLE EARL 72 DATE DE CRÉATION 1 juil. 10 MISE À JOUR 6 déc. 10. exploitante dates tâches si spécifiques travaux sur machines traitement Travailleurs permanents Y. YYYYY conjoint

Plus en détail

Niveau Tableau 13 de la méthode m

Niveau Tableau 13 de la méthode m Stratégie SOBANE appliquée à la gestion des risques chimiques en entreprise Prof. J. Malchaire Unité Hygiène et physiologie du travail Université catholique de Louvain Objectifs et cadre généralg Procurer

Plus en détail

TRAVAUX EN HAUTEUR. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard. Réunion Travaux en Hauteur 28 et 29 juin 2005

TRAVAUX EN HAUTEUR. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard. Réunion Travaux en Hauteur 28 et 29 juin 2005 TRAVAUX EN HAUTEUR Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale du Gard SOMMAIRE Les accidents de service La nouvelle réglementation Les principes généraux de prévention Quelques situations de

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE DE CHANTIER - GROS OEUVRE

FORMATION RESPONSABLE DE CHANTIER - GROS OEUVRE FORMATION RESPONSABLE DE CHANTIER - GROS OEUVRE OBJECTIF Améliorer l efficacité des Responsables de Chantier en développant des compétences techniques, gestionnaires et relationnelles nécessaires à la

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. E-book de la Sécurité - AGENCE CULTURELLE D'ALSACE ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE EXTERIEURE EE

PLAN DE PREVENTION. E-book de la Sécurité - AGENCE CULTURELLE D'ALSACE ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE EXTERIEURE EE NOM DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER LIEU DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER DATES DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER PLAN DE PREVENTION PONCTUEL ANNUEL ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE

Plus en détail

FICHE DE POSTE AGENT TECHNIQUE POLYVALENT

FICHE DE POSTE AGENT TECHNIQUE POLYVALENT DEPARTEMENT DE LA GUYANE REPUBLIQUE FRANCAISE ----- Liberté-Egalité-Fraternité DIRECTION GENERALE de la SOLIDARITE et de la PREVENTION SERVICE LOGISTIQUE FICHE DE POSTE AGENT TECHNIQUE POLYVALENT Domaine

Plus en détail

Presse à Carton GP. Manuel d utilisation. www.systemesgp.com 1-888-651-6996

Presse à Carton GP. Manuel d utilisation. www.systemesgp.com 1-888-651-6996 Presse à Carton GP Manuel d utilisation www.systemesgp.com 1-888-651-6996 Table de matières Presse à carton GP... 2 Presse à carton GP... 3 Mise en garde... 3 Connaissance de la presse à carton... 4 Principales

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Etablissement :

DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. Etablissement : DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Etablissement : INTERVENANTS ET DEMARCHE L évaluation des risques professionnels a été réalisée par 1 le chef d entreprise et /ou le directeur

Plus en détail

BEP Maintenance des produits et équipements industriels. Annexe I a. Référentiel des activités professionnelles. Page 4 sur 45

BEP Maintenance des produits et équipements industriels. Annexe I a. Référentiel des activités professionnelles. Page 4 sur 45 Annexe I a Référentiel des activités professionnelles Page 4 sur 45 Présentation Le diplôme du brevet d études professionnelles «Maintenance des produits et équipements industriels» (MPEI) valide un ensemble

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 159 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DE FORMATION POUR COORDINATEURS DE SECURITE ET DE SANTE

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 159 24 août 2007. S o m m a i r e PROGRAMMES DE FORMATION POUR COORDINATEURS DE SECURITE ET DE SANTE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2955 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 159 24 août 2007 S o m m a i r e PROGRAMMES DE FORMATION POUR COORDINATEURS

Plus en détail

Protection de la tête

Protection de la tête Analyse de risques : Casques de sécurité Protection de la tête Le casque de sécurité est porté en dehors des interventions qui nécessitent le port du casque d incendie. Lors de la présence de chaleur et

Plus en détail

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

8.3.1. Modèle de registre de sécurité

8.3.1. Modèle de registre de sécurité 8.3.1. Modèle de registre de sécurité Dans les établissements/associations recevant du public, doit être tenu un registre de sécurité incendie, sur lequel sont reportés les renseignements indispensables

Plus en détail

1/ Le patrimoine de l Entreprise :

1/ Le patrimoine de l Entreprise : Le directeur du service maintenance assume plusieurs responsabilités à savoir : - Une responsabilité technique du patrimoine qui lui est confié. A ce titre, il a : - Une connaissance approfondie des équipements

Plus en détail

Entreprises de travail à façon de la viande. Document unique d évaluation des risques (DUER)

Entreprises de travail à façon de la viande. Document unique d évaluation des risques (DUER) Entreprises de travail à façon de la viande Document unique d évaluation des risques (DUER) La sécurité du personnel passe par une démarche d identification et d analyse des risques, puis de recherche

Plus en détail

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE 1 Pièce V Notice d hygiène et de sécurité Page 1 SOMMAIRE I.ORGANISATION GÉNÉRALE...4 A-Effectif et rythme de travail...4 B-C.H.S.C.T...4 C-Formation et information

Plus en détail

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Entreprise: Rue: NPA/ Localité: Brève description de l entreprise: Identification: N Suva: Classe: Effectif: Temps complet:

Plus en détail

CAP d Installateur sanitaire RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES

CAP d Installateur sanitaire RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES PRÉSENTATION DES FONCTIONS ET TACHES Les activités sont à développer lors de la réalisation d un ouvrage ou d une installation simple ACTIVITES : 1) Préparation / Organisation 1- Prendre connaissance du

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

Pouvoir adjudicateur : CPAS d Evere, square S. Hoedemaecker, 11 à 1140 Evere

Pouvoir adjudicateur : CPAS d Evere, square S. Hoedemaecker, 11 à 1140 Evere Entreprise :. Chantier : Désamiantage du Home Roger Decamps sis rue de Zaventem, 60 à 1140 Evere Tableau d évaluation qualitative des offres en matière de sécurité et santé AVERTISSEMENT AU SOUMISSIONNAIRE

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

Conformément au programme de l I.N.R.S. et à l art. R 231-71 du Code du Travail

Conformément au programme de l I.N.R.S. et à l art. R 231-71 du Code du Travail PREV 1: Prévention des risques liés à l activité physique Conformément au programme de l I.N.R.S. et à l art. R 231-71 du Code du Travail Durée: 2 jours aucun Public concerné : Personnel occupant un poste

Plus en détail

Guide de l entrepreneur

Guide de l entrepreneur Guide de l entrepreneur Par le Service des terrains et bâtiments Mise à jour le 6 avril 2010 1 Table des matières 1 Table des matières... 2 2 Liste de distribution... 3 3 Généralité... 4 3.1 Informations

Plus en détail

EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS EvRP. Dr. Aziz TIBERGUENT Décembre 2007

EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS EvRP. Dr. Aziz TIBERGUENT Décembre 2007 EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS EvRP DEUXIEME PARTIE Dr. Aziz TIBERGUENT Décembre 2007 EVALUATION des RISQUES PROFESSIONNELS EvRP METHODES ET PRATIQUES Comment évaluer les risques professionnels?

Plus en détail

TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention?

TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention? TMS : quelles compétences pour quelle démarche de prévention? Intervenants : Santé sécurité au travail Fabrice BESNOUX, adjoint au directeur industriel Laurent HARDOUIN, membre du CHSCT PRIMEL Gastronomie

Plus en détail

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER ÉLECTRICIENS

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER ÉLECTRICIENS MÉMO SANTÉ ÉLECTRICIENS CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER Il est essentiel de préserver sa santé et celle de ses salariés pour réaliser un travail efficace et de qualité. De nombreuses solutions

Plus en détail

FORMATION DES CONSEILLERS EN PREVENTION

FORMATION DES CONSEILLERS EN PREVENTION FORMATION DES CONSEILLERS EN PREVENTION DES SERVICES INTERNES ET EXTERNES POUR LA PREVENTION ET LA PROTECTION AU TRAVAIL Niveau II Conformément à l A.R du 17 mai 2007 relatif à la formation et au recyclage

Plus en détail

AGENT DE SERVICE CLASSIQUE

AGENT DE SERVICE CLASSIQUE AGENT DE SERVICE CLASSIQUE Vérifier que la tenue de travail est conforme aux exigences (habillage) Lire et appliquer les notices et fiches d'entretien et fiches produits Préparer son chariot avec les produits

Plus en détail

de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante s applique.

de la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante s applique. FORMATION DES TRAVAILLEURS A LA PREVENTION DES RISQUES LIES A L AMIANTE POUR LES INTERVENTIONS SUSCEPTIBLE DE PROVOQUER L EMISSION DE FIBRES D AMIANTE DES ACTIVITES DEFINIES A L ARTICLE R.4412-139 DU CODE

Plus en détail

Catalogue des formations proposées par S 3

Catalogue des formations proposées par S 3 Catalogue des formations proposées par S 3 Rue d En Bas 31580 LOUDET Tél. : 05.61.94.91.83 06.22.39.29.69 PreventionS3@yahoo.fr Principes généraux q Les modules de formation sont construits sur un modèle

Plus en détail

ANNEXE 1. Supports pour l évaluation des risques

ANNEXE 1. Supports pour l évaluation des risques ANNEXE 1 Supports pour l évaluation des risques GRILLE D EVALUATION DES RISQUES Unité de travail : Date : Nombre de salariés : Rédacteurs : Risques Situations dangereuses G F RB Moyens de prévention P

Plus en détail

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER PLOMBIERS CHAUFFAGISTES

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER PLOMBIERS CHAUFFAGISTES MÉMO SANTÉ PLOMBIERS CHAUFFAGISTES CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER Il est essentiel de préserver sa santé et celle de ses salariés pour réaliser un travail efficace et de qualité. De nombreuses

Plus en détail

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE

ECO-CONSTRUCTION : L ISOLATION ECOLOGIQUE Annexe 1 Page 1 1. FINALITES DE L UNITE DE FORMATION 1.1. FINALITES GENERALES Dans le respect de l article 7 du décret de la Communauté française du 16 avril 1991 organisant l enseignement de promotion

Plus en détail

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous»

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous» REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL «La sécurité est l affaire de tous» Le registre est ouvert en application des dispositions de l article 3-1 du décret 85-603 du 10 juin 1985 modifié relatif

Plus en détail

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Sommaire de la présentation A. Rappel de la réglementation 1) Le document unique (DU) 2) Le programme annuel de prévention (PAP) B. Méthodologie de suivi

Plus en détail

LESI LIVRET POUR L ENTRETIEN EN SÉCURITÉ DES INSTALLATIONS

LESI LIVRET POUR L ENTRETIEN EN SÉCURITÉ DES INSTALLATIONS LESI LIVRET POUR L ENTRETIEN EN SÉCURITÉ DES INSTALLATIONS Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail (CFST)

Plus en détail

GRILLE D AIDE AU REPERAGE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

GRILLE D AIDE AU REPERAGE POUR L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS MANUTENTION MANUELLE Postures inadaptées : Port de charge > 25 kg Matériels de manutention : Transpalettes : Chute de la charge Diables : Manutention ou manipulation répétée Chariots manuels : Cadence

Plus en détail

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une entreprise

Plus en détail

Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure

Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure Prestations multi-techniques et radioprotection à votre mesure Un partenaire historique dans les métiers de la logistique nucléaire et de la radioprotection Présent dans le nucléaire depuis plus de 20

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. OPERATION N du. Responsables des Entreprises

PLAN DE PREVENTION. OPERATION N du. Responsables des Entreprises PLAN DE PREVENTION Décret N 92-158 du 20 février 1992 : Travaux effectués dans un établissement par une entreprise extérieure Arrêté du 19 mars 1993 : Liste des dangereux - Code du travail articles R.237-1

Plus en détail

Méthode SOBANE: Bruit NIVEAU 3: ANALYSE

Méthode SOBANE: Bruit NIVEAU 3: ANALYSE Méthode SOBANE: Bruit NIVEAU 3: ANALYSE INTRODUCTION Objectifs Evaluer l'exposition réelle des salariés par des mesurages simples. Approfondir la recherche de mesures de prévention/amélioration, par des

Plus en détail

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation

Série FP400. Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur. Manuel d utilisation Série FP400 Centrales d alarme et de détection incendie conventionnelles contrôlées par microprocesseur Manuel d utilisation Version 2.3 / Juin 2004 Aritech est une marque de GE Interlogix. http://www.geindustrial.com/ge-interlogix/emea

Plus en détail

ANCRAGES CÂBLES EN INOX SIGNALISATION

ANCRAGES CÂBLES EN INOX SIGNALISATION ANCRAGES CÂBLES EN INOX SIGNALISATION CÂBLES EN INOX MULTI-LINE GARDE-CORPS ÉCHELLES Un toit protège les gens, les marchandises et les machines contre les éléments. Nous avons donc tout intérêt à maintenir

Plus en détail

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels L humain au cœur de l entreprise De l identification à la gestion des Risques Professionnels Petit déjeuner Conférence du 17 Mars 2009 Sommaire 1. IDER : Identification des Dangers et Évaluation des Risques

Plus en détail

Technicien(ne) spécialisé(e) Bruns

Technicien(ne) spécialisé(e) Bruns Technicien(ne) spécialisé(e) Bruns Installation / Maintenance / SAV Technicien d atelier spécialisé produits bruns Spécialités : Définition du métier : Réparer des équipements complexes concernant les

Plus en détail

GESTION DYNAMIQUE ET PARTICIPATIVE DE LA SÉCURITÉ

GESTION DYNAMIQUE ET PARTICIPATIVE DE LA SÉCURITÉ Ingénieurs en Sécurité Industrielle Risk Management (Management des Risques SHE) GESTION DYNAMIQUE ET PARTICIPATIVE DE LA SÉCURITÉ FACTEURS D'ACCIDENT J 4-6 I - MÉCANISME ET FACTEURS D ACCIDENTS... 1 II

Plus en détail

Bien concevoir son projet de CUISINE

Bien concevoir son projet de CUISINE Bien concevoir son projet de CUISINE Une cuisine bien pensée... Un projet bien préparé, c est la clé de la réussite. Avant de rencontrer un conseiller LAPEYRE, faites le point sur vos besoins, vos envies

Plus en détail

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be

Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Vidyas - Parc scientifique Fleming, Fond des Més, 4 1348 Louvain-la-Neuve Tel. : 010 456 561 - info@vidyas.be www.vidyas.be Démarches à suivre en vue de L'habilitation des personnes en électricité Table

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. dans les Etablissements scolaires du Second degré

DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS. dans les Etablissements scolaires du Second degré DOCUMENT UNIQUE D'EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS dans les Etablissements scolaires du Second degré Depuis 1991, tout employeur a l'obligation d'évaluer les risques professionnels au sein de son

Plus en détail

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr AGENCEUR D INTÉRIEUR un métier valorisant! Une équipe aux multiples savoir-faire www.deviensagenceur.fr L architecte, l architecte d intérieur, le décorateur, le designer et l agenceur d intérieur contribuent

Plus en détail

Monobloc. Volets roulants

Monobloc. Volets roulants MONOBLOC Notice de pose Monobloc Volets roulants Français Lisez cette directive, tenez compte de son contenu et des consignes d'avertissement avant la pose. Ces indications sont très importantes pour le

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Bien concevoir son projet de CUISINE

Bien concevoir son projet de CUISINE Bien concevoir son projet de CUISINE De nombreux services à votre disposition Nos vendeurs-conseil vous aident dans le choix et l élaboration de votre cuisine. A l aide d un logiciel spécifique pour concevoir

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

REFERENCES REGLEMENTAIRES

REFERENCES REGLEMENTAIRES Le guide des Equipements de Protection Individuelle est un dossier comprenant plusieurs documents : - Ce premier document, qui évoque les généralités sur les EPI et les tenues de travail. - Ensuite, des

Plus en détail

Certification Santé Sécurité Environnement pour les fournisseurs. Obligations en termes de santé et sécurité

Certification Santé Sécurité Environnement pour les fournisseurs. Obligations en termes de santé et sécurité Certification Santé Sécurité Environnement pour les fournisseurs Cisco Systems, Inc. (Cisco) a l'intention de prendre des mesures raisonnables et praticables pour assurer la sécurité sur le lieu de travail

Plus en détail

Contracteranto Cas pratique secteur chimie

Contracteranto Cas pratique secteur chimie Qu est-ce que la VIBNA? Contractants au sein des entreprises de la VIBNA Problématique du secteur chimie Comment Contracteranto peut-il aider à combler le fossé linguistique? Cas pratiques en faveur de

Plus en détail

mémo santé contraintes physiques : les reflexes à adopter et de l isolation métiers du plâtre Chef d entreprise artisanale

mémo santé contraintes physiques : les reflexes à adopter et de l isolation métiers du plâtre Chef d entreprise artisanale mémo santé Chef d entreprise artisanale métiers du plâtre et de l isolation contraintes physiques : les reflexes à adopter Il est essentiel de préserver sa santé et celle de ses salariés pour réaliser

Plus en détail

9.1.3. ASSISTANT(E) OPERATEUR(RICE) DE PRODUCTION DES ENTREPRISES AGRO-ALIMENTAIRES

9.1.3. ASSISTANT(E) OPERATEUR(RICE) DE PRODUCTION DES ENTREPRISES AGRO-ALIMENTAIRES 9. SCIENCES APPLIQUEES 9.1 ENTREPRISES AGRO-ALIMENTAIRES 9.1.3. ASSISTANT(E) OPERATEUR(RICE) DE PRODUCTION DES ENTREPRISES AGRO-ALIMENTAIRES PROFIL DE FORMATION (Art. 45) Approbation du PQ par la CCPQ

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

CNFPT. Délégation Rhône-Alpes Lyon. Génie technique. Itinéraire "Chargé de propreté des locaux"

CNFPT. Délégation Rhône-Alpes Lyon. Génie technique. Itinéraire Chargé de propreté des locaux CNFPT Délégation Rhône-Alpes Lyon Génie technique Itinéraire "Chargé de propreté des locaux" 25 septembre 2015 ITINÉRAIRES OU CYCLES CHARGÉE/CHARGÉ DE PROPRETÉ DES LOCAUX CODE I1Q07 CONSEILLER FORMATION

Plus en détail

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5

Résumé non technique de l étude de. GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 Résumé non technique de l étude de GINGER Environnement & Infrastructures Page 5 A. Principes généraux de réduction des risques 1. Rôle central de l étude de L étude de : expose les que peuvent présenter

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail

Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Obligations de formations pour les activités relevant uniquement de l'article Article R4412-139 du Code du Travail Destiné aux entreprises réalisant des travaux susceptibles d'être en présence d'amiante

Plus en détail

( Base toutes techniques )

( Base toutes techniques ) Formations Techniques ( Base toutes techniques ) Connaissance des matières plastiques et de leurs modes de transformation Durée :... 5 jours - 35 heures Personnel concerné :... toute personne désirant

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

analyse des risques évaluation des risques FIN définition des limites de la situation de travail identification des dangers estimation des risques

analyse des risques évaluation des risques FIN définition des limites de la situation de travail identification des dangers estimation des risques La démarche d analyse des risques Les principes généraux de prévention les phases de la démarche analyse des risques définition des limites de la situation de travail identification des dangers estimation

Plus en détail

Note synthétique du SGS F2011 (31 mars 2011) Explosifs Sèvres Atlantique. Dépôt de Thénezay (79)

Note synthétique du SGS F2011 (31 mars 2011) Explosifs Sèvres Atlantique. Dépôt de Thénezay (79) 1 Note synthétique du SGS F2011 (31 mars 2011) Explosifs Sèvres Atlantique Dépôt de Thénezay (79) Présentation de l entreprise 2 RUBRIQUE Etablissements concernés Activités du site Installations classées

Plus en détail

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE

Comment remplir. Votre. Document Unique? SERVICE HYGIENE ET SECURITE EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS AIDE A LA REDACTION DU DOCUMENT UNIQUE Comment remplir Votre Document Unique? Page 1 sur 17 Ce support a été réalisé par le (SHS). L objectif est d harmoniser les réponses de chaque unité, en vue de faciliter l exploitation de l ensemble des

Plus en détail

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis)

RAPPORT. Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) RAPPORT Guide de concertation général de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) Entreprise: xxx Situation de travail: Concertation Etablissement Personnes ayant participé à l'étude: CPPT Dates :

Plus en détail

Dans quels cas réaliser un plan de prévention?

Dans quels cas réaliser un plan de prévention? Dans quels cas réaliser un plan de prévention? «L opération» peut être de différentes natures : chantiers, travaux de bâtiment, entretien de locaux, prestations intellectuelles Planification d une opération

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : A Dernière modification : 12/03/2009 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Equipier(ère) autonome de production industrielle

Plus en détail

FORMATION AUX HABILITATIONS ELECTRIQUES

FORMATION AUX HABILITATIONS ELECTRIQUES Durée : 14 heures 2 journées Personnels non électriciens travaillant à proximité ou au voisinage d installations électriques, ou effectuant des travaux élémentaires simples - Documentation fournie à chacun

Plus en détail

RISQUES PROFESSIONNELS ET PÉNIBILITÉ

RISQUES PROFESSIONNELS ET PÉNIBILITÉ RISQUES PROFESSIONNELS ET PÉNIBILITÉ L article 60 de la Loi de Réforme des Retraites intègre l obligation pour l employeur de consigner dans une fiche d'exposition individuelle. Le décret n 2011-354 du

Plus en détail