PROJET DE LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA"

Transcription

1 PROJET DE LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS : ENJEUX DE SIMPLIFICATION POUR LES ENTREPRISES - Position de la CCIP - Rapport présenté par M. Philippe HOUZÉ au nom de la Commission du commerce et des échanges et adopté à l Assemblée générale du 22 novembre 2007

2 - SYNTHESE DES PRINCIPALES POSITIONS - Le projet de loi pour le développement de la concurrence au service des consommateurs comporte une modification des lois Galland et Dutreil sur les relations entre fournisseurs et distributeurs. Soucieuse du développement de la capacité concurrentielle des entreprises et, en particulier des PME fabricants et du commerce de proximité, la CCIP a formulé les réactions suivantes : 1) SUR LE PASSAGE AU TRIPLE NET - Prévoir ce passage au triple net, afin de simplifier le calcul et la détermination du prix d achat effectif ; - Maintenir absolument le principe de l interdiction de la revente à perte, qui favorise un meilleur équilibre entre les formes de commerce et la pérennité du commerce proximité. Surtout, il faut prendre garde à un effet pervers : une baisse importante des prix de grande consommation, même sans revente à perte, serait pénalisante pour le commerce de proximité qui ne pourrait s aligner. Il s agit de veiller à une juste concurrence. 2) SUR LA CREATION D UNE CONVENTION UNIQUE ENTRE FOURNISSEURS ET DISTRIBUTEURS - Simplifier le cadre contractuel retraçant tout les avantages obtenus tant du point de vue de la vente que de la revente ; - Alléger le formalisme juridique, de manière à ne pas pénaliser les PME qui supportent actuellement une charge financière importante quant à la rédaction et au suivi des multiples contrats existants ; 2

3 - Cerner avec précision dans la convention unique le périmètre d éventuels contrats d application nécessaires pour répondre aux aléas économiques et conjoncturels. 3) SUR LES SITUATIONS DE FORTES VARIABILITES DES COURS DES MATIERES PREMIERES AGRICOLES - Prendre en compte, comme le prévoit le projet de loi, la variabilité des cours des matières premières agricoles, afin de protéger les producteurs, notamment les PME fabricants. 4) SUR LA DEPENALISATION - Soutenir le dispositif de dépénalisation engagé par le projet de loi ; - Réserver les sanctions aux infractions les plus graves et aux cas de récidive ; - Instaurer un système d amendes civiles dont les montants seraient proportionnels aux avantages tirés de la pratique illicite ; - Supprimer l inscription au casier judiciaire des infractions sur la revente à perte pour les dirigeants d enseigne. 5) SUR L AVENIR DE LA NEGOCIABILITE DES TARIFS ET DES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - Dans la perspective d un projet de loi complémentaire sur la négociabilité des tarifs et des conditions générales de vente, solliciter une audition auprès de la Mission confiée à Mme Hagelsteen. 3

4 - SOMMAIRE - ARTICLE 1 : PASSAGE AU TRIPLE NET... 6 ARTICLE 2 : CREATION D UNE CONVENTION UNIQUE ENTRE FOURNISSEURS ET DISTRIBUTEURS... 8 ARTICLE 3 : SITUATIONS DE FORTES VARIABILITES DES COURS DES MATIERES PREMIERES AGRICOLES...10 ARTICLES 4 ET 5 : DEPENALISATION...11 CONCLUSION : QUEL AVENIR POUR LA NEGOCIABILITE DES TARIFS ET DES CONDITIONS GENERALES DE VENTE?

5 Afin de répondre à la préoccupation des français sur l amélioration de leur pouvoir d achat, le secrétaire d Etat en charge de la Consommation, M. Luc Chatel, a présenté en Conseil des ministres le 31 octobre dernier, les mesures de son projet de loi pour le développement de la concurrence au profit des consommateurs. Dans son volet «Dispositions relatives à la modernisation des relations commerciales», ce texte ambitionne de placer les négociations 2008, entre les fournisseurs et les distributeurs, sous le signe d une grande réforme dont les enjeux sont majeurs pour les entreprises du secteur de la distribution. Les bilans des lois Galland 1 et Dutreil 2 ne sont plus à faire : la règlementation est jugée complexe par les professionnels, si bien que les entreprises demandent une rupture du schéma traditionnel de la négociation. Tandis que la loi Galland a permis de préciser le seuil de revente à perte, la loi Dutreil eu pour ambition de renforcer la concurrence tout en baissant les prix au profit des consommateurs, de libérer les initiatives des distributeurs en leur donnant la possibilité de différencier leur stratégie commerciale, de maîtriser les marges arrière et de modifier le calcul de la revente à perte. Au final, cette dernière réforme n a fait que compliquer davantage la négociation en créant beaucoup trop d insécurité juridique pour les entreprises. Soucieuse du développement de la capacité concurrentielle des PME fabricants et du commerce de proximité, tout comme de la baisse des prix au profit des consommateurs, la Chambre de commerce et d industrie de Paris plaide pour un cadre législatif clair et saisit l occasion, dans la perspective des débats parlementaires, de formuler un certain nombre d observations de nature à améliorer le cadre des négociations commerciales. 1 2 Loi n du 1 er juillet Loi n du 2 août

6 ARTICLE 1 : PASSAGE AU TRIPLE NET a) Projet de loi Pour déterminer le prix de vente au consommateur, le distributeur pourra retrancher du prix d achat la totalité des «marges arrière 3» c'est-à-dire des sommes qui lui sont versées par le fournisseur en échange de la promotion de ses produits. b) Observations de la CCIP Le bilan d étape sur la loi Dutreil rendu par la DGCCRF 4 en septembre 2006 devant la Commission d examen des pratiques commerciales avait dressé le constat selon lequel les prix des produits de marque nationale vendus en grandes et moyennes surfaces (GMS) avaient baissé, les prix ayant reculé de 0,10% sur les cinq premiers mois de l année Mais d une manière générale, force est de constater que cette baisse est restée très faible, si bien que l on ne peut pas véritablement déterminer si celle-ci était due à la conjoncture ou à la loi PME. Afin de donner un coût d accélérateur à la baisse des prix, le passage au triple net semble être la voie la plus sûre pour remplir cet objectif. La CCIP approuve le passage au triple net qui devrait simplifier les calculs : il s agit d un mécanisme simple que les opérateurs pourront appliquer et respecter facilement. Il a l avantage de maintenir le seuil de revente à perte en l infléchissant sensiblement et, en cas de litige, il serait facilement contrôlable par l administration. 3 4 Ensemble des rabais, remises et ristournes déduits hors facture. Bilan disponible sur le site de la DGCCRF : 6

7 Le triple net 5 se définirait alors comme le prix d'achat effectif avec un prix unitaire net figurant sur la facture d'achat, minoré du montant de l'ensemble des autres avantages financiers consentis par le vendeur, exprimé en pourcentage du prix unitaire net du produit et majoré des taxes sur le chiffre d'affaires, des taxes spécifiques afférentes à cette revente et du prix du transport. En tout état de cause, la CCIP observe avec satisfaction le maintien de l interdiction de la revente à perte. Si celle-ci venait à disparaître, elle ne libérerait et n améliorerait en aucune façon le pouvoir d achat : les distributeurs en procédant à la revente à perte ne feraient qu obéir à une logique économique qui consisterait, à travers de fortes campagnes publicitaires, à brader certains produits et à répercuter mécaniquement cette baisse des prix en augmentant ceux d autres articles. Il serait donc tout à fait néfaste de faire germer dans l esprit du consommateur une baisse générale de l ensemble des prix quant il s agit, au contraire, de favoriser des techniques promotionnelles qui s avéreront en réalité illusoires sur le ticket de caisse. Surtout, il faut prendre garde à un effet pervers : une baisse importante des prix de grande consommation, même sans revente à perte, serait pénalisante pour le commerce de proximité qui ne pourrait s aligner. Il s agit de veiller à une juste concurrence. 5 On rappellera qu il avait été mis en avant par la Commission Canivet en

8 ARTICLE 2 : CREATION D UNE CONVENTION UNIQUE ENTRE FOURNISSEURS ET DISTRIBUTEURS a) Projet de loi Pour simplifier la négociation commerciale, celle-ci serait formalisée dans une convention unique qui retracerait les avantages consentis par le fournisseur et le distributeur tant du point de vue de la vente que de la revente. En outre, les exigences formelles qui en découlent seraient sensiblement allégées. Cette convention serait conclue, chaque année, avant le 1 er mars. b) Observations de la CCIP La loi Dutreil n a pas limité les pratiques abusives ni assaini le cadre de la négociation commerciale mais entraîné des effets pervers : ainsi la coopération commerciale, sans avoir été interdite légalement, a été définie restrictivement en se voyant appliquer un formalisme très rigide et s est progressivement effacée derrière l apparition de services distincts, eux-mêmes source de dérives puisqu ils se sont parfois révélés être rémunérés de manière disproportionnée 6. En créant une convention unique qui formaliserait l ensemble de la négociation, la CCIP estime qu une telle mesure devrait renforcer la sécurité juridique des transactions. Cette solution doit en effet être privilégiée au regard des risques juridiques très lourds qui pèsent actuellement sur les PME. Il n est pas logique que les structures les plus petites doivent supporter une charge financière conséquente en employant à temps plein du personnel chargé de 6 Joël Tozzi, chef du bureau des pratiques restrictives de concurrence et des affaires juridiques à la DGCCRF observait ainsi que les catégories contractuelles prévues par le législateur n étaient pas toujours respectées, relevant qu il y avait un problème de «ventilation» entre la coopération commerciale, les services distincts et les conditions particulières de vente, «Grande distribution et concurrence», Atelier de la concurrence du 6 décembre 2006, DGCCRF -Revue Concurrence & consommation, n 153 juin

9 vérifier en permanence que la rédaction des contrats est correcte 7, et ce, sans compter les dérives qui tendent à suggérer aux fournisseurs de rédiger certaines clauses des contrats. La création d une convention unique supprime le contrat de coopération commerciale et formalise le résultat de l'ensemble de la négociation commerciale, c'est-à-dire, d'une part, les conditions de la vente du produit ou de la prestation de service par le fournisseur et, d'autre part, les conditions de la prestation de service rendue par le distributeur pour la revente des produits du fournisseur - ce qui jusqu'alors relevait de la coopération commerciale -, ces dernières conditions se trouvant sensiblement allégées par rapport au régime juridique actuel. Il faudrait cerner avec précision dans la convention unique le périmètre d éventuels contrats d application nécessaires pour répondre aux aléas économiques et conjoncturels. 7 En ce sens, les observations d Eric Renard, Président de la Phocéenne des cosmétiques, membre du bureau de la Fédération des entreprises et entrepreneurs de France (FEEF) «Grande distribution et concurrence», Atelier de la concurrence du 6 décembre 2006, DGCCRF -Revue Concurrence & consommation, n 153 juin

10 ARTICLE 3 : SITUATIONS DE FORTES VARIABILITES DES COURS DES MATIERES PREMIERES AGRICOLES a) Projet de loi Le projet de loi souhaite étendre le périmètre des contrats-type portant sur des produits agricoles périssables qui sont inclus dans des accords professionnels. En pratique, la référence aux dispositions devant figurer dans les contrats-type est appelée à disparaître de l'article L du code de commerce pour être reportée à l'article L du code rural, tout en ajoutant une nouvelle disposition à ces contrats-type relative aux modalités de révision des conditions de vente en cas de fortes variations des cours de matières premières, ainsi qu'à des mesures de régulation des volumes dans le but d'adapter l'offre à la demande. b) Observations de la CCIP La prise en compte de la variabilité des cours de matières premières agricoles, protectrice des PME productrices, doit être approuvée. 10

11 ARTICLES 4 ET 5 : DEPENALISATION a) Projet de loi Le projet de loi vise à poursuivre la dépénalisation du titre IV du livre IV du code de commerce. Ainsi, la sanction pénale du refus de communication des conditions générales de vente (article L du code de commerce) est supprimée (article 4). Seuls demeurent passibles d'une amende de euros, le non-respect des délais de paiement et le non-respect du formalisme attaché aux conditions de règlement (taux d'intérêt des pénalités de retard). Le refus de communiquer ses conditions générales de vente n'ouvrirait plus droit qu'à réparation du préjudice au sens de l'article L du code de commerce (article 5). b) Observations de la CCIP Sur l opportunité de rendre plus efficaces les sanctions, la CCIP 8 se prononce de manière continue pour une clarification de leur mécanisme. Elle propose de réserver les sanctions pénales aux infractions les plus graves et aux cas de récidive. S agissant de la revente à perte et de la revente à des prix anormalement bas, il s avère indispensable d instaurer un système «d amendes civiles» dont les montants seraient proportionnels aux avantages de la pratique illégale et ainsi, les juridictions commerciales de droit commun, au sein desquelles des juges pourraient être spécialisés dans ces affaires, seraient compétentes pour les prononcer. Quoi qu il en soit, la revente à perte demeure une pratique anticoncurrentielle soumise au contrôle du Conseil de la concurrence, sans qu'il soit indispensable d'en faire un délit pénal spécifique. 8 Rapport de M. Houzé «Bilan de la réforme de la loi Galland et perspectives d évolution», 21 juin

12 En tout état de cause, la régulation du marché étant le principal moteur du droit de la concurrence, et lorsque des pratiques anticoncurrentielles sont en cause, des peines d emprisonnement sont difficilement compatibles avec un dispositif de sanctions civiles qui tend à devenir de plus en plus dissuasif. A cet égard, il conviendrait de supprimer toute mesure pénale disproportionnée telle que l inscription au casier judiciaire en cas d infraction sur la revente à perte pour les dirigeants d enseigne. 12

13 CONCLUSION : QUEL AVENIR POUR LA NEGOCIABILITE DES TARIFS ET DES CONDITIONS GENERALES DE VENTE? Ce projet de loi ne constitue que la première étape d une réforme de plus grande ampleur, les pouvoirs publics envisageant, comme le leur a suggéré la Commission Attali 9, de lever l interdiction de la discrimination tarifaire. Toutefois, la négociabilité des tarifs et des conditions générales de vente représente un enjeu très important. Aussi, le gouvernement avance-t-il prudemment dans ce domaine et entend, au préalable, en mesurer l'impact économique et en étudier précisément les modalités juridiques, notamment au regard des pratiques des autres pays européens, avec une réflexion particulière sur le nouveau système de contrôle de l'abus de position dominante qui devra en résulter. Il souhaite, en outre, réfléchir aux mesures d'accompagnement de cette réforme en direction du petit commerce et des PME. Un projet de loi qui pourrait être présenté au Parlement dans le courant du premier semestre 2008 viendrait ainsi mettre un terme au principe de non-discrimination faisant obstacle à la négociation des tarifs auxquels les fournisseurs vendent leurs produits aux distributeurs. On rappellera que ce principe est à l'origine, selon le gouvernement, du développement inconsidéré des marges arrière facturées par les distributeurs aux fournisseurs au titre de la coopération commerciale. Une négociabilité des tarifs et des conditions générales de vente devrait permettre plus de transparence et donc favoriser la concurrence au bénéfice des consommateurs. Pour ce faire, Marie-Dominique Hagelsteen, Conseiller d Etat et ancienne Présidente du Conseil de la concurrence, s'est vue confier, le 31 octobre 2007, la mission d'étudier, avec l'appui de quelques experts, les modalités d'une telle négociabilité dans la perspective de la rédaction du projet de loi. La CCIP sollicitera une audition auprès de cette Mission. *************** 9 Commission pour la libération de la croissance française : Premières conclusions : 13

LOI HAMON DU 17 MARS 2014 : DE NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES ENTREPRISES

LOI HAMON DU 17 MARS 2014 : DE NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES ENTREPRISES LOI HAMON DU 17 MARS 2014 : DE NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES ENTREPRISES Le 27.01.15 La loi du 17 mars 2014 relative à la consommation, dite «Loi Hamon» 1, contient de nouvelles dispositions relatives

Plus en détail

LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS. Les dispositions du Titre I

LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS. Les dispositions du Titre I LOI POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA CONCURRENCE AU SERVICE DES CONSOMMATEURS Les dispositions du Titre I La loi pour le développement de la concurrence au service des consommateurs est parue au Journal Officiel

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

L encadrement du crédit par la loi Française

L encadrement du crédit par la loi Française L encadrement du crédit par la loi Française Le législateur a, depuis les années 70, mis en place des dispositions visant à mieux protéger les emprunteurs et les personnes en situation de fragilité financière,

Plus en détail

Droit commercial et économique

Droit commercial et économique Droit commercial et économique MEMO Actualités législatives et réglementaires 2008 A jour au 1 er janvier 2009 TABLE DES MATIERES 1. DISPOSITIONS EN MATIERE DE DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL 3 1.1. Délais

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

Le nouveau formalisme de la négociation commerciale: La Convention récapitulative

Le nouveau formalisme de la négociation commerciale: La Convention récapitulative - Loi Chatel du 3 janvier 2008 - Le nouveau formalisme de la négociation commerciale: La Convention récapitulative St ELOI 109, rue du Faubourg Saint Honoré 75008 PARIS 18 mars 2008 Animé par Brigitte

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com

Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com LOI HAMON : NOUVELLES OBLIGATIONS POUR LES ENTREPRISES 6 mars 2014 Vincent JAUNET, Avocat associé Magenta Société d Avocats www.magenta-legal.com Sommaire

Plus en détail

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI N 3038 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 19 août 2015. PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2015-380 du

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels

Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels Conditions Générales de Vente en ligne entre professionnels Préambule : Les présentes conditions générales de vente ont pour objet la conformité aux dispositions visées à l article L.441-6 du Code de commerce

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE

LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE SÉMINAIRES THÉMATIQUES // LOIS HAMON ET MACRON, ALLIANCES À L ACHAT, ATTENTES RSE Nouvelle donne pour les coopératives agricoles et agroalimentaires? 2 juin 2015 24 septembre 2015 paris 2 E OBJECTIFS >

Plus en détail

L OUTPLACEMENT HR Factory Luxembourg - 6 juin 2013 1

L OUTPLACEMENT HR Factory Luxembourg - 6 juin 2013 1 L OUTPLACEMENT HR Factory Luxembourg - 6 juin 2013 1 Sommaire I. Définition juridique II. III. IV. Sources de l outplacement Application pratique Les obligations contractuelles de la société d outplacement

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES

L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard sont-ils

Plus en détail

Accord de réduction de prix 2006 CGV/CPV

Accord de réduction de prix 2006 CGV/CPV ANALYSE DU PROJET DE CONTRAT AUCHAN 20 Janvier 2006 Émetteurs / Contact Référence Destinataires Rachel Blumel rblumel@ania.net achel G:\COMMERCIAL ET JURIDIQUE\INDUSTRIE- COMMERCE\NEGOCIATIONS COMMERCIALES/2006/Contrats

Plus en détail

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution

Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Marques de distributeurs et accès au marché des fournisseurs de la grande distribution Patrice Reis, Maître de conférences en droit privé UNS, CREDECO-IGREDEG-CNRS email reis@gredeg.cnrs.fr La grande distribution

Plus en détail

Sécurisez la rédaction r de vos contrats

Sécurisez la rédaction r de vos contrats Sécurisez la rédaction r de vos contrats Olivier COLNAT Michael DECORNY AUDIT CONSEIL DÉFENSE 1 INTRODUCTION De nombreux outils sont à la disposition des entreprises pour régir leurs relations avec les

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI CONSOMMATION

LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI CONSOMMATION LES MESURES CLÉS DU PROJET DE LOI CONSOMMATION consommation 1. Création d une action de groupe 2. Lutte contre les clauses abusives 3. Modernisation des moyens d action de la DGCCRF 4. Renforcement des

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés

Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Loi de Modernisation de l Economie (LME) Son impact au regard du droit des sociétés Les dispositions relatives à la réforme des sociétés commerciales prévues dans la loi n 2008-776 de modernisation de

Plus en détail

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées?

Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Quelles sont les obligations légales et réglementaires de conservation des données informatisées? Intervenants : Valérie PAROT - AVOCAT Bruno DENIS - VIF SOMMAIRE Informatique et données de l entreprise?

Plus en détail

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance

Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Renforcer la protection des consommateurs dans les grands secteurs de la vie courante La santé et la dépendance Mesure n 14 : accroître la confiance du consommateur dans la vente sur Internet de produits

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

LIBÉRALISATION DU MARCHÉ L ÉLECTRICITÉ

LIBÉRALISATION DU MARCHÉ L ÉLECTRICITÉ LIBÉRALISATION DU MARCHÉ L ÉLECTRICITÉ LES CONSEQUENCES DE L APPLICATION DES REGLES DE Claire PEREZ Mai 2011 Depuis la loi du 8 avril 1946, la société EDF, société nationalisée, détenait le monopole ou

Plus en détail

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS

Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 A V I S. sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS Doc. n D2:91001C04 Bruxelles, le 15.12.1998 MH/AB/JP A V I S sur UN AVANT-PROJET D ARRETE ROYAL CONCERNANT LE BON DE COMMANDE DE VEHICULES AUTOMOBILES NEUFS *** 2 Par sa lettre du 6 juillet 1998, le Vice-Premier

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Concurrence Distribution Consommation Le 8 avril 2014

Concurrence Distribution Consommation Le 8 avril 2014 Concurrence Distribution Consommation Le 8 avril 2014 ACTUALITES DU DROIT DE LA CONSOMMATION ET DES CONTRATS COMMERCIAUX LA LOI (HAMON) RELATIVE A LA CONSOMMATION La loi relative à la consommation (dite

Plus en détail

Espaces publicitaires - conditions générales de vente 1

Espaces publicitaires - conditions générales de vente 1 Espaces publicitaires - conditions générales de vente 1 Espaces publicitaires - conditions générales de vente 2 Introduction Conclusion des mandats de publicité Les présentes Conditions générales de vente

Plus en détail

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009.

Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. Loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 (dite Loi «LME») Applicable au 1er janvier 2009. 1 Remarques introductives (1) La Loi LME, une loi sur les délais de paiement Concernant les délais interentreprises

Plus en détail

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS

aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE ET LA MISE EN PLACE CONTROVERSEE DU SYSTEME FRANÇAIS aolfq=obdibjbkq^fob LA LIBERALISATION DU MARCHE EUROPEEN DE L ELECTRICITE Céline IDE Novembre 2009 Dans la perspective de mise en place d un véritable marché unique et dans le but de renforcer les conditions

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1208094L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l accord entre le Gouvernement de la République française, le Conseil fédéral suisse et l Organisation européenne

Plus en détail

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY

MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY Marcoussis, le 29 mai 2013 AVIS HEBDOMADAIRE n 960 MODIFICATIONS DU REGLEMENT FÉDÉRAL RELATIF À L ACTIVITÉ D AGENT SPORTIF DU RUGBY La loi du 1er février 2012 visant à renforcer l éthique du sport et les

Plus en détail

VILLE DE FROUARD. Acquisition de fournitures de bureau pour les services municipaux CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.

VILLE DE FROUARD. Acquisition de fournitures de bureau pour les services municipaux CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A. VILLE DE FROUARD Acquisition de fournitures de bureau pour les services municipaux CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) Marché N 2009.01.01 Article 1 Objet de la consultation Dispositions

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies

ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies ACTE CONSTITUTIF du Groupement de Commandes «ENERGIES VIENNE» pour l achat d Energies PREAMBULE Les tarifs réglementés de vente de gaz naturel et d électricité appliqués en France seront progressivement

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6

Référence : ADH001 Date dernière mise à jour : 01/01/2013 CONTRAT D ADHESION. Contrat D adhésion. Portage Premium PAGE. 1 sur 6 Contrat D adhésion 1 sur 6 ENTRE LES SOUSSIGNES : 1. La société SARL, dont le siège est situé 35 Av. Pierre et Marie Curie 78360 MONTESSON représentée par Aurelien NKAM, ci-après dénommé ET 2 Mme, Mlle,

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

entreprendre pour soi, réussir ensemble

entreprendre pour soi, réussir ensemble Janvier 2014 entreprendre pour soi, réussir ensemble Projet de loi relatif à l économie sociale et solidaire -VOLET - Coopératives d activités et d emploi Projet de loi relatif à l économie sociale et

Plus en détail

4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012

4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012 4 ans après la LME: Où en sommes-nous? Mireille DANY 6 décembre 2012 Introduction La loi LME du 4 août 2008 - Malgré de nombreuses critiques et propositions de modifications, la Loi LME est toujours en

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie :

Saisine F 1284. L'industrie du cinéma en France présente plusieurs singularités par rapport aux autres secteurs de l'économie : Saisine F 1284 Engagements de la Fédération Nationale des Distributeurs de Films, de la Fédération Nationale des Cinémas Français, de la Chambre Syndicale des Producteurs de Films et du Syndicat des Producteurs

Plus en détail

Class action en droit français

Class action en droit français Class action en droit français Commission juridique de la Chambre Franco- Allemande de Commerce et d Industrie Paris, le 12 mai 2013 Christian Connor Avocat au Barreau de Paris cconnor@lmtavocats.com Introduction

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1

La loi consommation. Jour mois année - jj/mm/aaaa. Présentation simplifiée. Avril 2014 06/06/2014 1 La loi consommation Loi n 2014-344 du 17 mars 2014, parue au JORF du 18 mars 2014 Présentation simplifiée Jour mois année - jj/mm/aaaa Avril 2014 06/06/2014 1 Une loi destinée à renforcer l information

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

Centre International de Recherche et de Développement

Centre International de Recherche et de Développement Centre International de Recherche et de Développement Publication UNGANA 652 CIDR Tous droits de reproduction réservés Eléments de réflexion pour la contractualisation entre une mutuelle de santé et un

Plus en détail

L Imprimerie nationale

L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale L Imprimerie nationale, qui était un service central du ministère des finances jusqu en 1993, est devenue à partir du 1er janvier 1994 une société anonyme appartenant à l Etat. La

Plus en détail

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER

EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER EURO, AUGMENTATION DU CAPITAL SOCIAL ET EPARGNE SALARIALE : UNE INTERFERENCE LEGISLATIVE A SUPPRIMER Rapport présenté par Mme BOUILLET-LAROUSSE au nom des Commissions juridique et du travail et des questions

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés

Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés COMITÉ D AVIS ET DE CONTRÔLE DE L INDÉPENDANCE DU COMMISSAIRE Réf: Accom AVIS 2005/1 Avis du 18 juillet 2005 rendu sur base de l'article 133, alinéa 10 du Code des sociétés Principaux éléments du dossier

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente AccepTV 1. Préambule Les présentes conditions générales de vente détaillent les droits et obligations de la société AccepTV et de son client (ci-après le «Client») dans le

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE DEVIS ET FACTURE

Formation Repreneurs MODULE DEVIS ET FACTURE Formation Repreneurs MODULE DEVIS ET FACTURE SOMMAIRE I. DEVIS 1. Définition 2. Forme II. FACTURE 1. Facturation entre professionnels 2. Facturation de professionnel à particulier 3. Forme III. CONDITIONS

Plus en détail

D L ETAT PREVISIONNEL DES ACHATS

D L ETAT PREVISIONNEL DES ACHATS D L ETAT PREVISIONNEL DES ACHATS 1 Introduction L E.P.L.E. est soumis, comme toute personne morale publique, aux principes fondamentaux du Code des Marchés Publics qui sont énumérés dans son article 1

Plus en détail

Deux pratiques abusives actuelles : le paiement retardé et le paiement trop rapide

Deux pratiques abusives actuelles : le paiement retardé et le paiement trop rapide Note thématique Juridique/Paiements (délais, retards, moyens ) 12/06/2002 Deux pratiques abusives actuelles : le paiement retardé et le paiement trop rapide On peut observer actuellement un développement

Plus en détail

Synthèse de rapport. (Version française)

Synthèse de rapport. (Version française) www.fondation-droitcontinental.org Synthèse de rapport La protection contre l appropriation illicite des secrets d affaires et des informations commerciales confidentielles (Version française) Rapport

Plus en détail

VENTES PROMOTIONNELLES

VENTES PROMOTIONNELLES VENTES PROMOTIONNELLES 13/04/2012 Elle consiste pour le commerçant à accorder une réduction (rabais, remise ou ristourne) aux consommateurs, sur l'un ou l'autre des articles mis en vente. Une telle pratique

Plus en détail

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement?

4/ Doit-on et/ou peut-on facturer cette indemnité et si oui, doit-on et/ou peut-on relancer la facture en cas de non-paiement? Juillet 2013 L INDEMNITÉ FORFAITAIRE POUR RETARD DE PAIEMENT QUESTIONS / RÉPONSES 1/ La mention de l indemnité sur les conditions générales de vente (CGV) et les factures et son versement en cas de retard

Plus en détail

PUBLICITE - ACHAT D'ESPACES PUBLICITAIRES

PUBLICITE - ACHAT D'ESPACES PUBLICITAIRES PUBLICITE - ACHAT D'ESPACES PUBLICITAIRES 16/05/2012 La diffusion de messages suppose deux catégories d opérateurs : les annonceurs (entreprises pour le compte desquelles la publicité est diffusée) et

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 703 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 4 juillet 2011 PROPOSITION DE LOI tendant à simplifier le recouvrement des créances alimentaires destinées aux enfants,

Plus en détail

Note commune N 27/ 2014

Note commune N 27/ 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 27/ 2014 Objet : Régime fiscal des opérations de distribution et de promotion des

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation

Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Des clauses de désignation aux clauses de recommandation Dates Les différentes étapes de l ANI et de la réécriture de l article L. 912-1 du code de la sécurité sociale 9 et 10 juillet 2012 Grande conférence

Plus en détail

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics

L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics FICHE 19 L accès des entreprises en difficulté aux marchés publics 1. Qu est ce qu une entreprise en difficulté financière? 1.1. L entreprise en procédure de sauvegarde Les articles L. 620-1 et suivants

Plus en détail

N 471 SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015. Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2015 PROPOSITION DE LOI

N 471 SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015. Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2015 PROPOSITION DE LOI N 471 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le 28 mai 2015 PROPOSITION DE LOI relative à certaines recommandations de la Commission nationale des comptes de campagne

Plus en détail

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants

GOF. Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Code belge de déontologie pour une utilisation plus sûre des téléphones mobiles par les adolescents et les enfants Préambule En février 2007, les opérateurs de téléphonie mobile et fournisseurs de contenu

Plus en détail

Votre Profil.. p.3. Présentation.. p.4. Les avantages... p.5. La rémunération. p.6. Un métier d avenir... p.7. Comment ca marche?... p.

Votre Profil.. p.3. Présentation.. p.4. Les avantages... p.5. La rémunération. p.6. Un métier d avenir... p.7. Comment ca marche?... p. 1 Sommaire : Votre Profil.. p.3 Présentation.. p.4 Les avantages... p.5 La rémunération. p.6 Un métier d avenir... p.7 Comment ca marche?... p.8 Charges et dépenses p.11 2 Passionné par l immobilier Vous

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Communauté de Communes du Pays Granvillais - Service des Marchés publics 197 Avenue des Vendéens BP 231 50402 Granville Cedex Tél: 02 33 91 38 60 ACHAT

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5

Table des matières. La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle... 5 1 La responsabilité du prêteur et de l intermédiaire de crédit dans la phase pré-contractuelle........................... 5 Frédéric de Patoul avocat Introduction.....................................................................

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 608 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2009-2010 Enregistré à la Présidence du Sénat le 5 juillet 2010 PROPOSITION DE LOI relative aux cotisations sociales versées par les auto-entrepreneurs, PRÉSENTÉE

Plus en détail

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ;

Vu le décret n 2005-1225 du 29 septembre 2005 instituant une aide au financement de la formation à la conduite et à la sécurité routière ; Convention entre l Etat et l établissement d enseignement relative aux prêts ne portant pas intérêt destinés aux formations à la conduite de véhicules de catégorie B et à la sécurité routière Vu le code

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 748 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2011-2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 29 août 2012 PROPOSITION DE LOI relative à un meilleur encadrement du crédit à la consommation et au traitement du

Plus en détail

Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle. Commentaires. Fédération française de la franchise

Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle. Commentaires. Fédération française de la franchise Livre Vert Moderniser le droit du travail pour relever les défis du XXIe siècle Commentaires Fédération française de la franchise 1 / 5 1. La Fédération française de la franchise a pour mission de promouvoir,

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1

Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 COMITE DE CONCERTATION POUR LA DIFFUSION NUMERIQUE EN SALLES Paris, le 18 novembre 2010 RECOMMANDATION DE BONNE PRATIQUE N 1 relative à la définition, au regard des usages professionnels, de la date de

Plus en détail

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION?

QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? QUELLES REGULATIONS POUR L INDUSTRIE DE LA NOTATION? Norbert Gaillard* La crise financière qui a éclaté en 2007 et la grave récession économique qui a suivi ont conduit les principaux dirigeants politiques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2015-1033 du 20 août 2015 relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation

Plus en détail

Contrat de concession exclusive de vente

Contrat de concession exclusive de vente infos@droitbelge.net Contrat de concession exclusive de vente Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé

Plus en détail

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014

Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Paris, le 12 juin 2014 Avis relatif au projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 Délibération n CONS. 13 12 juin 2014 Projet de loi de financement rectificative de la

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS

CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS CONVENTION PLURIANNUELLE D OBJECTIFS Annexe 2 Entre : Le Département de la Vienne, dont le siège social est situé : place Aristide Briand, BP 319, 86008 Poitiers cedex, représenté par le Président du Conseil

Plus en détail

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Bill Wigglesworth Directeur général adjoint, Offtel, R-U 1984-94 (Directeur général par intérim 1992-93) Processus de réforme des télécoms

Plus en détail

L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité

L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité L administration fiscale entend contribuer activement au renforcement de la compétitivité des entreprises en complétant son offre de sécurité juridique par l instauration d une Relation de confiance PROTOCOLE

Plus en détail

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte?

pratiques Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Qui peut exercer le droit d alerte? pratiques [comité d entreprise] Comment le comité d entreprise peut-il user de son droit d alerte? Le comité d entreprise peut exercer un droit d alerte lorsqu il considère que la situation économique

Plus en détail

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010)

Réforme de la loi sur les crédits à la consommation. (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Réforme de la loi sur les crédits à la consommation (source : Ministère de l Economie, de l Industrie et de l Emploi, mars 2010) Introduction Le crédit est utile et nécessaire à la vie des ménages. Ce

Plus en détail

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce

Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi dite Hamon relative à la Consommation Les nouvelles obligations en matière d e-commerce Loi n 2014-344 du 17 mars 2014 parue au JO n 65 du 18 mars 2014 Mardi 10 juin 2014 1 Loi «Hamon» : les nouvelles

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions réglementées

Rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions réglementées Cerep, SA Rapport spécial des commissaires aux comptes sur les conventions réglementées Assemblée générale d approbation des comptes de l exercice clos le 31 décembre 2013 GROUPE Y Audit ERNST & YOUNG

Plus en détail

Observations générales

Observations générales Luxembourg, le 9 décembre 2010. Objet: Projet de loi n 6216 portant : transposition, pour le secteur de l assurance, de la directive 2009/49/CE du Parlement européen et du Conseil du 18 juin 2009 modifiant

Plus en détail

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers

Mémoire du Mouvement des caisses Desjardins. présenté à. l Autorité des marchés financiers présenté à l Autorité des marchés financiers dans le cadre de la consultation relative à la distribution de produits d assurance par les concessionnaires et autres marchands d automobiles Octobre 2006

Plus en détail

LA FACTURE NORMALISEE

LA FACTURE NORMALISEE LA FACTURE NORMALISEE L Etat de Côte d Ivoire a adopté ces dernières années une série de mesures visant à moderniser et à rationaliser son système fiscal. L institution de la facture normalisée par la

Plus en détail

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance

La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance La sécurisation des conditions d exécution du contrat de sous-traitance Livret à destination des encadrants présents sur le terrain Pourquoi ce livret? La spécificité des entreprises de l industrie des

Plus en détail

N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 787 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 mars 2013. PROPOSITION DE LOI visant à mieux identifier les infractions

Plus en détail

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS La présente politique fournit des lignes directrices aux administrateurs, aux dirigeants, aux employés et aux consultants de Groupe HNZ Inc.

Plus en détail

Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Conclusions du Commissaire du Gouvernement

Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Conclusions du Commissaire du Gouvernement 1 N 3967 - Conflit positif Madame M. / Chambre de Commerce et d industrie de LIMOGES et Préfet de la Haute-Vienne (87). Séance du 13 octobre 2014. Conclusions du Commissaire du Gouvernement Du 8 juillet

Plus en détail