QUESTIONS-REPONSES SUR L EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DES RESEAUX DE SANTE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUESTIONS-REPONSES SUR L EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DES RESEAUX DE SANTE"

Transcription

1 QUESTIONS-REPONSES SUR L EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DES RESEAUX DE SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR Les Agences Régionales de Santé (ARS) disposent désormais d une méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé qui constitue un véritable outil d arbitrage et de décision à l heure de se prononcer sur une éventuelle poursuite du financement d un réseau. L objectif de cette méthode est d objectiver la plus-value économique des réseaux de santé (notamment gérontologiques) par rapport à d autres modes de prise en charge. Schématiquement, cette évaluation repose sur la comparaison de 2 groupes de patients «réseau» et «hors réseau» sur la base de critères médicaux (hospitalisations, passages aux urgences ) et économiques (dépenses de soins de villes, hospitalières ). Certains de ces critères sont communs à tous les réseaux de santé, d autres sont spécifiques aux réseaux de gérontologie. Cette évaluation médico-économique complète les autres éléments dont disposent les ARS pour évaluer les réseaux de santé (2 circulaires de 2007 notamment) et s inscrit dans le guide 2012 relatif aux réseaux. Les réseaux de santé gérontologiques sont ceux qui potentiellement sont prioritairement ciblés dès lors qu ils assurent le suivi d au moins 100 patients ayant un Plan Personnalisé de Santé (PPS). Pour autant, tous les patients adhérents au réseau ne sont pas concernés. En effet, seuls les patients qui ont un Plan Personnalisé de Santé, reconnus atteints d une affection de longue durée et ressortissants du régime général d assurance maladie peuvent être intégrés au groupe «réseau» faisant l objet de la comparaison avec le groupe patient «hors réseau». De même, ne sont concernés que les médecins qui sont effectivement intervenus dans un Plan Personnalisé de Santé pour au moins un patient durant la période d analyse (soit 12 mois) à l exclusion de ceux qui ont simplement adressé un patient au réseau ou qui participent à des activités du réseau sans intervenir dans un Plan Personnalisé de Santé. En tout état de cause, conformément à une délibération de la CNIL, les réseaux de santé sont autorisés à communiquer des données «Patients» et «Médecins» dans le cadre de cette évaluation. Ces données sont in fine anonymisées. Cette méthodologie a déjà été testée dans 3 régions sur 44 réseaux. Au regard des résultats des tests et des conséquences possibles, les réseaux de santé -notamment gérontologiques- doivent être particulièrement vigilants lors de la mise en œuvre de cette évaluation médico-économique et peuvent compter sur le soutien de la FNRG. Janvier

2 SOMMAIRE CE QU IL FAUT SAVOIR Quel est le texte applicable? Que comporte ce texte? Pourquoi réaliser une évaluation médico-économique des réseaux de santé? Quelles sont les différentes formes que peuvent prendre l évaluation médicoéconomique? Quels sont les indicateurs d évaluation existants? Qui a élaboré cette méthode d évaluation médico-économique? En quoi consiste cette méthode d évaluation médico-économique? Quels sont les critères d évaluation médicaux utilisés? Quels sont les critères d évaluation économiques utilisés? Cette méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé a-t-elle déjà été testée? Tous les réseaux de santé sont-ils concernés par cette méthode d évaluation médico-économique? Quels sont les réseaux de santé prioritairement concernés par cette méthode d évaluation médico-économique? Qui assure l analyse des résultats de l évaluation médico-économique des réseaux? Comment s effectue l analyse des résultats de l évaluation médico-économique des réseaux? Comment sont présentés les résultats médico-économiques? Quelles sont les conséquences possibles de l évaluation médico-économique des réseaux de santé? Tous les patients d un réseau de santé gérontologique sont-ils concernés par cette évaluation médico-économique? Tous les médecins d un réseau de santé gérontologique sont-ils concernés par cette évaluation médico-économique? Janvier

3 Quel est le texte applicable? Il s agit de l instruction N DGOS/PF3/CNAMTS/2012/ 393 du 21 novembre 2012 relative à la mise en œuvre d une méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé. Cette instruction est parue au Bulletin Officiel du Ministère de la santé n du 15/01/2013 (p.57). Il s agit donc d un texte du ministère des affaires sociales et de la santé et de l Union nationale des Caisses d assurance maladie qui met une méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé à la disposition des Agences Régionales de Santé (ARS) et des Directions Régionales du Service Médical (DRSM) de l Assurance maladie. Ce texte s inscrit dans la démarche proposée par le guide méthodologique de la Direction Générale de l Offre de Soins (DGOS) du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé «Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?» paru en octobre Que comporte ce texte? Ce texte présente : 1. la démarche d évaluation médico-économique de réseaux de santé 2. l organigramme des tâches 3. un courrier type aux réseaux 4. un plan type d analyse 5. un fichier de recueil notamment pour les réseaux «de gérontologie». Pourquoi réaliser une évaluation médico-économique des réseaux de santé? Il s agit principalement de mettre à disposition des ARS une méthodologie permettant, tant au niveau régional que national, d objectiver la plus-value médicoéconomique des réseaux de santé par rapport à d autres modes de prises en charges (notamment non coordonnés). Janvier

4 Quelles sont les différentes formes que peuvent prendre l évaluation médico-économique? L évaluation médico-économique s inscrit dans l évaluation globale des réseaux de santé. Elle peut donc prendre 2 formes : 1. l évaluation interne (ou auto-évaluation) annuelle ; 2. l évaluation externe à la fin du Contrat Pluriannuel d Objectifs et de Moyens (CPOM, 3 ou 5 ans par exemple). Quels sont les indicateurs d évaluation existants? On peut distinguer différents types d indicateurs : - les indicateurs socles (nombre de patients ayant un Plan Personnalisé de Santé (PPS), nombre de professionnels adhérents ) ; - un Indice Synthétique de Qualité (ISQ) relatif aux procédures de qualité et sécurité mis en place par les réseaux (les objectifs fixés par la convention de financement, la prise en charge des patients, la participation et l intégration des acteurs, l organisation et le fonctionnement du réseau ) - des indicateurs spécifiques «CPOM» afin de mesurer le degré de sa mise en œuvre ; - des indicateurs médico-économiques. Ces indicateurs médico-économiques sont donc complémentaires et doivent permettre : - d apprécier le service rendu aux patients sur le plan médico-économique ; - de comparer cette prise en charge avec d autres modes d organisation. Qui a élaboré cette méthode d évaluation médico-économique? La Direction Générale de l Offre de Soins (DGOS) du Ministère des Affaires Sociales et de la santé et la Caisse Nationale de l Assurance Maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) avec l appui d une société extérieure. Janvier

5 En quoi consiste cette méthode d évaluation médico-économique? Il s agit pour chaque thématique (dont la gérontologie) d une comparaison sur une période de 12 mois entre 2 groupes : 1. Un groupe de patients «Cas» (schématiquement «groupe patients réseau») : - UNIQUEMENT affiliés au régime général d assurance maladie ; - adhérents au réseau ; - bénéficiant d un Plan Personnalisé de Santé. 2. Un groupe de patients «témoins» (schématiquement «groupe patients hors réseau») : - Identifiés sur le territoire du réseau ; - Ayant eu des soins remboursés dans les 3 premiers mois de l année ; - Pris en charge par des médecins n adhérant pas au réseau. Schématiquement, il s agit d une comparaison «patient réseau»/ «patient hors réseau» à partir d éléments disponibles dans le système d information des Directions Régionales du Service Médical (DRSM) de l assurance maladie. Quels sont les critères d évaluation médicaux utilisés? Il convient de distinguer les critères médicaux utilisés pour tous les réseaux de santé de ceux spécifiques aux réseaux de santé gérontologiques. Les critères médicaux communs o Part des patients n ayant aucune journée d hospitalisation MCO o Nombre moyen de journée d hospitalisation MCO o Nombre moyen de journées en SSR o Part de patients ayant au moins un acte en urgence Janvier

6 A titre d exemple, la valeur ajoutée du réseau par rapport à d autres modes d organisation sera démontrée par : Une augmentation de la «Part des patients n ayant aucune journée d hospitalisation MCO» Une diminution des critères suivants : Nombre moyen de journée d hospitalisation MCO Nombre moyen de journées en SSR Part de patients ayant au moins un acte en urgence Les critères médicaux pour les réseaux de santé gérontologiques : o Nombre moyen de prescriptions de benzodiazépines à demi-vie longue supérieure à 20h (en principe contre-indiquées) o % de patients ayant au moins une prescription de benzodiazépines à demi-vie longue o Nombre moyen de dosages de la créatininémie ou clairance de la créatinine (en principe 1 fois par an chez les personnes âgées) o % de patients ayant au moins un dosage de la créatininémie ou clairance de la créatinine Quels sont les critères d évaluation économiques utilisés? L évaluation des coûts se fait sur la base des dépenses de l assurance maladie en distinguant : Les dépenses de soins de ville : Honoraires médicaux/paramédicaux, actes CCAM, médicaments, dispositifs médicaux, biologie, transports. Les dépenses de soins hospitaliers : Médecine, chirurgie, obstétrique, SSR, psychiatrie. Le coût FIR par patient adhérent au réseau et ayant un PPS : Cela correspond au montant versé par le Fonds d Intervention Régional (FIR) divisé par le nombre de patients ayant un Plan Personnalisé de Santé (PPS) pendant toute la période d analyse soit 12 mois. Janvier

7 Cette méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé a-t-elle déjà été testée? Oui, récemment dans 3 régions (Aquitaine, Bourgogne, Rhône-Alpes) sur 44 réseaux. Tous les réseaux de santé sont-ils concernés par cette méthode d évaluation médico-économique? Oui. Toutefois, compte tenu du temps nécessaire au recueil des informations et à l exploitation des résultats, certains réseaux sont prioritairement ciblés au titre de leur activité 2011 et Quels sont les réseaux de santé prioritairement concernés par cette méthode d évaluation médico-économique? Les réseaux : - assurant le suivi d au moins 100 patients ayant un Plan Personnalisé de Santé sur la période analysée ; - ayant pour thématique : la diabétologie, la gérontologie, soins palliatifs, insuffisance respiratoire chronique/asthme ; - ou assurant une prise en charge polyvalente (diabétologie, gérontologie, soins palliatifs et pathologies respiratoires). Janvier

8 Dans quels cas un réseau peut ne pas se voir appliquer cette méthode d évaluation médico-économique? Cette évaluation médico-économique n est pas applicable aux réseaux de santé : - assurant le suivi de moins 100 patients ayant un Plan Personnalisé de Santé sur la période analysée ; - n intervenant pas dans le cadre des thématiques concernées (la diabétologie, la gérontologie, soins palliatifs ) ; - ayant un Indice Synthétique de Qualité (ISQ) très bas. En tout état de cause afin d avoir des statistiques fiables, il faut que la nombre de patients par réseau ou par thématique (en cas de réseaux poly pathologiques) soit suffisant (au moins 30 patients inclus dans l étude). Quand va se mettre en œuvre l évaluation medico-économique des réseaux? La mise en œuvre de l évaluation médico-économique des réseaux de santé est prévue sur plusieurs années. Il appartiendra à chaque ARS en liaison avec l Assurance Maladie de définir un programme annuel et de sélectionner les réseaux concernés. Si nécessaire, le Conseil National de Pilotage des ARS pourra définir annuellement des orientations nationales. En outre, la mise en œuvre effective de l évaluation est subordonnée à certaines contraintes techniques liées au recueil d informations dans le système d information de l Assurance Maladie. Ainsi, pour une analyse de l activité 2011, cela nécessite un lancement des requêtes après le 30 septembre 2012 et au plus tard le 31 janvier Janvier

9 Qui va mettre en œuvre l évaluation medico-économique des réseaux? L évaluation médico-économique des réseaux de santé sera assurée par une équipe projet composée au moins : - d un chef de projet ; - d un chargé d étude «réseaux de santé» de l ARS ; - d un médecin conseil de la Direction Régionale du Service Médical ; - d un statisticien. Quelles sont les informations que devront fournir les réseaux dans le cadre de cette évaluation médico-économique? Les réseaux de santé devront communiquer à la Direction Régionale du Service médical (DRSM) de l assurance maladie : - les fichiers de leurs patients comportant le Numéro d Inscription au Répertoire (NIR) des patients. Sont ici concernés les patients ayant eu un Plan Personnalisé de Santé (PPS) durant toute la période analysée ; - les identifiants des médecins adhérents intervenant dans au moins un PPS (nom, prénom, n ADELI du médecin). Cette communication est autorisée par la Commission Nationale de l Informatique et des Libertés (CNIL, délibération n du 13 o ctobre 2011) et cette transmission est assurée sur serveur de dépôt sécurisé. Les bases de données ainsi constituées sont anonymisées tant pour les patients que pour les médecins. En outre, les réseaux devront compléter le fichier Excel joint au courrier adressé par l ARS et comportant : o un tableau «patients» (onglet «patients») : nom, prénom, date de naissance, Numéro d Inscription au Répertoire et idéalement le numéro de Sécurité sociale ; o un tableau «médecins» (onglet «médecins») qui concerne les généralistes et spécialistes : nom, prénom, adresse du cabinet et idéalement le numéro ADELI ; o un tableau «Répartition GIR» (indiquer le GIR en fin de période d analyse) ; o un tableau «Consignes» afin d aider les réseaux de santé gérontologiques à compléter les informations demandées. Janvier

10 Une fois complété, ce fichier Excel devra être déposé par le réseau de santé sur un serveur sécurisé de la Direction Régionale du Serveur Médical de l assurance maladie. A cet effet, l ARS transmettra au réseau une adresse URL sur l adresse mail que lui communiquera le réseau. Qui assure l analyse des résultats de l évaluation médicoéconomique des réseaux? L équipe projet mise en place au niveau régional est chargée d analyser les résultats de l évaluation. Comment s effectue l analyse des résultats de l évaluation médicoéconomique des réseaux? Il convient de distinguer 3 types de score : 1. Le score de résultat médical «R» 2. Le score du coût moyen par patient «C» 3. Le score d impact sur la structure des dépenses de soins de ville/soins hospitaliers «ST» Le score de résultat médical «R» : Au regard des critères médicaux retenus, une note pour chaque critère est attribuée au réseau : o 0 s il n y a pas de différence significative entre cas et témoins o -1 si les cas ont une position significativement défavorable par rapport aux témoins o 1 si les cas ont une position significativement favorable par rapport aux témoins Le total des notes constitue l indicateur global de résultat «R». Le score du coût moyen par patient «C» : C est le ratio dépenses totales moyennes cas/témoins. «C» est égal à Janvier

11 o 1 si la différence des coûts par patient entre cas et témoins n est pas significative o <1 si le coût moyen par patient est significativement inférieur chez les cas o >1 si le coût moyen par patient est significativement supérieur chez les cas Le score d impact sur la structure des dépenses de soins de ville/soins hospitaliers «ST» L objectif est ici d identifier si un transfert s opère des soins de ville vers les soins hospitaliers Ratio dépenses de soins de ville moyennes par cas/dépenses de soins de ville moyennes par témoin Ratio dépenses hospitalières moyennes par cas/ dépenses hospitalières moyennes par témoin >1 1 <1 > < Les situations souhaitables : o Diminution des dépenses hospitalières et augmentation ou niveau équivalent de dépenses de ville (niveau 3) voire une diminution des soins de ville (niveau 4) Les situations pas souhaitables : o Pas de diminution des dépenses hospitalières à niveau des dépenses de ville égal o une augmentation des dépenses hospitalières à niveau de dépenses de ville égal ou en augmentation (niveau 0) o aucune variation n est constatée (niveau 2) Janvier

12 Comment sont présentés les résultats médico-économiques? Les résultats médico-économiques se présentent sous la forme suivante : Cas (n=) Témoins (n=) p-value Nombre Moyen de journées d hospitalisation MCO % de patients n ayant aucune journée d hospitalisation Nombre moyen de journées en SSR % de patients ayant au moins un acte en urgence Nombre moyen de prescriptions de Benzodiazépine à demi-vie longue (>20 heures) % de patients ayant au moins une prescription de Benzodiazépine à demi-vie longue Coût moyen des dépenses remboursées soins de ville Coût moyen des dépenses remboursées hospitalières Coût moyen des dépenses totales (ville+hôpital) Coût moyen des dépenses y compris coût au titre du FIQCS/FIR Janvier

13 Quelles sont les conséquences possibles de l évaluation médicoéconomique des réseaux de santé? Cette évaluation médico-économique des réseaux de santé est clairement un outil d aide à la décision des ARS pour continuer ou stopper le financement des réseaux. Les évaluations médico-économiques (présentées sous forme de scores globaux) et les décisions prises à partir de ces résultats doivent être intégrées dans le bilan annuel du Fonds d Intervention régional (FIR) adressé au CNP des ARS. Tous les patients d un réseau de santé gérontologique sont-ils concernés par cette évaluation médico-économique? Non, tous les patients adhérents au réseau de santé n ont pas vocation à intégrer le groupe de patients «Cas» (autrement dénommé «groupe patients réseau»). En effet, ne sont concernés que les patients : - ayant un Plan Personnalisé de Santé (PPS) pendant toute la période analysée (soit 12 mois) ; - ressortissant du régime général d assurance maladie (et donc notamment hors RSI et MSA) pendant toute la période analysée (soit 12 mois) ; - ayant des dépenses de soins (ville/hôpital) ; - sous réserve de ne pas être atteint d un cancer ou d une Insuffisance Rénale Chronique Terminale (IRCT) ; - Reconnus atteints d une Affection de Longue Durée. Le critère d âge retient 3 tranches : o <65 ans o ans o >85 ans Par conséquent, le GIR de la personne âgée et/ou l existence d un traitement antidiabétique et/ou d un traitement cardio-vasculaire ne sont pas des critères pris en compte en raison notamment de la complexité de recueil. En revanche, sont prises en compte les dépenses de soins d auxiliaires médicaux. Janvier

14 Tous les médecins d un réseau de santé gérontologique sont-ils concernés par cette évaluation médico-économique? Non, ne sont concernés que les médecins (généralistes/spécialistes) qui sont effectivement intervenus dans un Plan Personnalisé de Santé pour au moins un patient durant la période d analyse (soit 12 mois). A contrario, ne sont donc pas concernés les médecins qui ont simplement adressé un patient au réseau ou qui participent à des activités du réseau sans intervenir dans un Plan Personnalisé de Santé. Janvier

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ. Direction générale de l offre de soins

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ. Direction générale de l offre de soins SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ UNION NATIONALE DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1

CE QU IL FAUT SAVOIR. Janvier 2012 1 QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES «EXPERIMENTATION DE NOUVEAUX MODES D ORGANISATIONS DES SOINS DESTINES A OPTIMISER LES PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

Plus en détail

Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux

Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux Union Nationale des Réseaux de Santé UNR.santé Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux Mars 2012 UNR.santé Principes directeurs du guide Complète

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS. Du Réseau ARCADE

CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS. Du Réseau ARCADE NFORMATISE «SOINS PALLIATIFS» Page 1 /13 CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS Du Réseau ARCADE NFORMATISE «SOINS PALLIATIFS» Page 2 /13 Préambule Le dossier informatisé constitue

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 22/05/2001 Origine : CABDIR MMES et MM les Agents Comptables. des Caisses Primaires d'assurance Maladie. des Caisses

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

Gestion du risque (GDR)

Gestion du risque (GDR) Région Centre Gestion du risque (GDR) Contexte et enjeux Septembre 2011 La GDR, c est quoi? Cette notion peut être définie comme l ensemble des actions mises en œuvre pour améliorer l efficience du système

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

SESSION 2016. aucun cas valoir règlement d examen. Il est donc indispensable de consulter le règlement dans son intégralité.

SESSION 2016. aucun cas valoir règlement d examen. Il est donc indispensable de consulter le règlement dans son intégralité. Note à l'attention des candidats Baccalauréat professionnel Accompagnement, soins et services à la personne SESSION 2016 Cette note d information rappelle les (Modalités règles essentielles : Epreuves

Plus en détail

II.1 - LES AIDES A DOMICILE (Fiche 1)

II.1 - LES AIDES A DOMICILE (Fiche 1) II.1 - LES AIDES A DOMICILE () EVALUATION DES BESOINS Selon le degré de dépendance et les besoins de la personne handicapée, différents services peuvent être mis en place : - Les aides ménagères vont assurer

Plus en détail

1 Présentation générale p.3. 2 Présentation de l'interface p.3. 3 Les fonctions p.3. 4 En savoir plus p.6. 5 Glossaire p.8

1 Présentation générale p.3. 2 Présentation de l'interface p.3. 3 Les fonctions p.3. 4 En savoir plus p.6. 5 Glossaire p.8 1 Présentation générale p.3 2 Présentation de l'interface p.3 3 Les fonctions p.3 3.1 Cas simple : Le patient, malade, vient consulter son médecin traitant p.4 3.2 Cas avancé : Appliquer un tiers-payant

Plus en détail

Congrès National des Réseaux de Cancérologie

Congrès National des Réseaux de Cancérologie Congrès National des Réseaux de Cancérologie Eléments relatifs aux réseaux de santé en cancérologie 21 et 22 novembre 2013 Evelyne SATONNET, cheffe de bureau «Coopérations et Présentation Réseaux territoriaux

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Dr Nathalie VERIN - Direction régionale du Service Médical Journée Interrégionale de l HAD du 15 octobre 2014

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016

APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 APPEL A MANIFESTATION D INTERET RECHERCHE DE PRESTATAIRES POUR LES DLA DE MIDI-PYRENEES POUR LA PERIODE 2014/2016 Principes de fonctionnement du DLA -Mai 2014- PROCEDURE DE GESTION DES PRESTATAIRES 1 Contexte

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES

APPEL A CANDIDATURES APPEL A CANDIDATURES POUR LE FINANCEMENT DE PRESTATIONS PAR UN DIETETICIEN EN SAAD, SSIAD ET SPASAD INTERVENANT DANS LES 9 ème, 10 ème et / ou 19 ème ARRONDISSEMENTS DE PARIS (Territoire PAERPA) CAHIER

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance

Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance Pourquoi un régime collectif? Frais de santé Prévoyance 10 Santé Ce régime, aussi nommé «complémentaire santé», permet le remboursement total ou partiel des frais de santé restant à la charge de l assuré

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer)

QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) QUESTIONS-REPONSES SUR LE CAHIER DES CHARGES MAIA (Maisons pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer) Le cahier des charges national a pour objet de définir les dispositifs MAIA (maison

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014

COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 SERVICE SOCIAL (Circ. 7908) Le 20 novembre 2014 N 21/2014 COMPLEMENTAIRE SANTE Cahier des charges du contrat responsable Décret du 18 novembre 2014 Le décret daté du 18 novembre 2014 définissant le nouveau

Plus en détail

Fiche de présentation du projet de décret fixant les conditions et les modalités de mise œuvre des contrats santé solidarité (CSS)

Fiche de présentation du projet de décret fixant les conditions et les modalités de mise œuvre des contrats santé solidarité (CSS) Fiche de présentation du projet de décret fixant les conditions et les modalités de mise œuvre des contrats santé solidarité (CSS) L article 43 de la loi «hôpital, patients santé et territoires», dispose

Plus en détail

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER

ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL HOSPITALIER ANNEXE N 2 RÈGLEMENT FÉDÉRAL POUR LA COUVERTURE DU RISQUE HOSPITALISATION TITRE I - PRINCIPES GÉNÉRAUX ARTICLE 1-1 CATÉGORIES COUVERTES Sont admis à bénéficier des

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC ARS-DOS-AO-005 AGENCE REGIONALE DE SANTE DE CHAMPAGNE ARDENNE

CAHIER DES CLAUSES PARTICULIERES MARCHE PUBLIC ARS-DOS-AO-005 AGENCE REGIONALE DE SANTE DE CHAMPAGNE ARDENNE Contexte L Agence Régionale de Santé de Champagne Ardenne finance 8 réseaux de santé dans la région, à savoir : Arduinn âge, Gérontis, Régéma, Récap, RéGéCA, Oncocha, Addica Carédiab et le réseau Périnatal.

Plus en détail

OBJET : Nouveautés touchant l exercice de consultation du rhumatologue et mises en places à partir du 1 er juillet 2013

OBJET : Nouveautés touchant l exercice de consultation du rhumatologue et mises en places à partir du 1 er juillet 2013 OBJET : Nouveautés touchant l exercice de consultation du rhumatologue et mises en places à partir du 1 er juillet 2013 CONTENU : - Modification du délai de consultation dans le cadre de l avis de consultant

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS dmp.gouv.fr Le Dossier Médical Personnel (DMP) est une réalité. Il est entré dans sa phase de déploiement. Pour

Plus en détail

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel

Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel BROChURE D information PATIENT Le DMP et vos droits Dossier Médical Personnel Créer votre DMP, un acte important pour votre santé au service de la santé www.dmp.gouv.fr 2 Le dmp et vos droits 4 Qu est-ce

Plus en détail

JORF n 0245 du 21 octobre 2010. Texte n 13. DECRET Décret n 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif à la télémédecine NOR: SASH1011044D

JORF n 0245 du 21 octobre 2010. Texte n 13. DECRET Décret n 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif à la télémédecine NOR: SASH1011044D JORF n 0245 du 21 octobre 2010 Texte n 13 DECRET Décret n 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif à la télémédecine NOR: SASH1011044D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de la santé et des

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS La Présidente

CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS La Présidente CONSEIL NATIONAL DE L ORDRE DES PHARMACIENS La Présidente A l attention du Pharmacien gérant de la Pharmacie à usage intérieur Paris, le 15 novembre 2012 Chère Consœur, Cher Confrère, Dans un courrier

Plus en détail

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG?

Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Vous êtes frontalier, comment être soigné(e) aux HUG? Dès le 1 er juin 2014, la législation française modifie les conditions d accès aux soins en Suisse L assurance maladie du frontalier Les Hôpitaux universitaires

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS Direction générale de l offre de soins Direction de la sécurité sociale Mission Comptable Permanente Personne chargée du dossier : Nathalie Lejeune tél. : 01 40 56 79

Plus en détail

Le GAMEX et/ou le groupement d'assureurs APRIA-RSA assuraient vos remboursements maladie et/ou accidents du travail CETTE INFORMATION VOUS CONCERNE

Le GAMEX et/ou le groupement d'assureurs APRIA-RSA assuraient vos remboursements maladie et/ou accidents du travail CETTE INFORMATION VOUS CONCERNE Le GAMEX et/ou le groupement d'assureurs APRIA-RSA assuraient vos remboursements maladie et/ou accidents du travail CETTE INFORMATION VOUS CONCERNE Vous exercez une activité de non salarié agricole (en

Plus en détail

vivre l esprit plus léger avec unéo

vivre l esprit plus léger avec unéo SANTÉ PRÉVENTION ACCOMPAGNEMENT SOCIAL Face à un arrêt de travail, Édition 2015 vivre l esprit plus léger avec unéo RÉSERVÉE AUX ADHÉRENTS ET À LEUR CONJOINT, CONCUBIN OU PARTENAIRE LIÉ PAR UN PACS Mutuelle

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre des soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau de la synthèse organisationnelle et financière (R1)

Plus en détail

FICHE DE RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ET SOCIAUX HDJ

FICHE DE RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ET SOCIAUX HDJ FICHE DE RENSEIGNEMENTS ADMINISTRATIFS ET SOCIAUX HDJ ETAT CIVIL DU PATIENT Nom : Nom de jeune fille : Prénom : Sexe: M F Adresse : Date et lieu de Naissance : Le / / à Nationalité: Code Postal : Ville

Plus en détail

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie

Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Comité d alerte sur l évolution des dépenses d assurance maladie Le 26 mai 2015 Avis du Comité d alerte n 2015-2 sur le respect de l objectif national de dépenses d assurance maladie Dans son avis rendu

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau de la démographie et des formations initiales (RH1)

Plus en détail

SUR LA CIRCULAIRE RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTEGRATION DES MALADES ALZHEIMER (MAIA) EN 2014

SUR LA CIRCULAIRE RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTEGRATION DES MALADES ALZHEIMER (MAIA) EN 2014 QUESTIONS-REPONSES SUR LA CIRCULAIRE RELATIVE AU DEPLOIEMENT DES MAISONS POUR L AUTONOMIE ET L INTEGRATION DES MALADES ALZHEIMER (MAIA) EN 2014 CE QU IL FAUT SAVOIR En 2014, 50 nouvelles Maisons pour l

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-25 DU 18 FEVRIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2015-25 DU 18 FEVRIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2015-25 DU 18 FEVRIER 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

LE REGLEMENT DE LA SITUATION ADMINISTRATIVE EN FIN DE CONGE POUR LES FONCTIONNAIRES RELEVANT DE LA CNRACL

LE REGLEMENT DE LA SITUATION ADMINISTRATIVE EN FIN DE CONGE POUR LES FONCTIONNAIRES RELEVANT DE LA CNRACL CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DES PYRENEES-ATLANTIQUES Maison des Communes - B.P. 609 64006 PAU CEDEX Tél : 05 59 84 40 40 Télécopie : 05 59 84 11 98 Internet : www.cdg-64.fr GA/2/11

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE À LA TÉLÉTRANSMISSION AUX ORGANISMES COMPLEMENTAIRES DES FICHES DE DÉCOMPTE DE PRESTATIONS MÉDICALES

CONVENTION RELATIVE À LA TÉLÉTRANSMISSION AUX ORGANISMES COMPLEMENTAIRES DES FICHES DE DÉCOMPTE DE PRESTATIONS MÉDICALES CONVENTION RELATIVE À LA TÉLÉTRANSMISSION AUX ORGANISMES COMPLEMENTAIRES DES FICHES DE DÉCOMPTE DE PRESTATIONS MÉDICALES Entre les soussignés : La CAISSE DE COMPENSATION DES SERVICES SOCIAUX et la CAISSE

Plus en détail

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés

Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Guide pratique À l attention des salariés Complémentaire Santé Obligatoire des Salariés Vous êtes salariés du secteur privé, toutes les réponses à vos questions sur la mise en place de la complémentaire

Plus en détail

Évaluer pour progresser

Évaluer pour progresser REFERENTIEL Février 2012 FONCTIONNEMENT ASSOCIATIF Évaluer pour progresser LE RÉFÉRENTIEL ASSOCIATIF : MODE D EMPLOI Présentation Pourquoi un référentiel? Le référentiel associatif est destiné aux associations

Plus en détail

Évolutions OAV ACE. Contrats responsables et Panier de soins ANI. au 4 novembre 2014

Évolutions OAV ACE. Contrats responsables et Panier de soins ANI. au 4 novembre 2014 Évolutions OAV ACE Contrats responsables et Panier de soins ANI au 4 novembre 2014 Sommaire Les dates clés à retenir Définition du nouveau cahier des charges des contrats responsables Contrat Responsable

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction politique des produits de santé et de la qualité des pratiques

Plus en détail

Aide à l acquisition d une complémentaire

Aide à l acquisition d une complémentaire Les définitions présentées ci-dessous sont extraites du glossaire de l assurance complémentaire santé édité par l Union Nationale des Organismes d Assurance Maladie Complémentaire. Aide à l acquisition

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 16 MARS 2007 RELATIF

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

REGLEMENT MODIFIE. la Vie Associative, à la Jeunesse et à l Action Sociale et Sanitaire

REGLEMENT MODIFIE. la Vie Associative, à la Jeunesse et à l Action Sociale et Sanitaire PREAMBULE La Région Guyane s est engagée dans une stratégie de développement bâtie sur un véritable projet sociétal reposant sur des principes d efficacité économique, de cohésion sociale et d emploi.

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE»

QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» QUESTIONS-REPONSES SUR L EXPERIMENTATION «PARCOURS DE SOINS DES PERSONNES AGEES EN RISQUE DE PERTE D AUTONOMIE» Qui prévoit cette nouvelle expérimentation? Cette expérimentation figure à l article 70 de

Plus en détail

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française

Les dépenses de santé 2013 en Rhône-Alpes. une part stable des dépenses nationales. 6,3 millions d habitants soit 9.7% de la population française INDICATEURS n 8 Les dépenses de santé 2013 une part stable des dépenses nationales Conformément aux dispositions de l article L1432-3 du code de la santé publique, un état fi nancier est édité chaque année

Plus en détail

Appel à Projets 2013

Appel à Projets 2013 Appel à Projets 2013 POLE DES ENTREPRISES Secteur Développement et Accompagnement des Entreprises REPRISE D ENTREPRISES ARTISANALES ET INDUSTRIELLES NATURE DU DISPOSITIF DIR AAP OBJECTIFS - Financer la

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE)

FICHE TECHNIQUE. La validation des acquis de l expérience (VAE) FICHE TECHNIQUE La validation des acquis de l expérience (VAE) Synthèse Reconnue par le Code du travail, la validation des acquis de l expérience (VAE) permet de faire reconnaître son expérience notamment

Plus en détail

«Sous-section 1 : Dispositions générales

«Sous-section 1 : Dispositions générales Version octobre 2008 DHOS/O1/DOCUMENT DE TRAVAIL MINISTERE DE LA SANTE, DE la JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA VIE ASSOCIATIVE REPUBLIQUE FRANÇAISE PROJET DE DECRET relatif aux conditions d implantation applicables

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate CIRCULAIRE CIR-36/2008 Document consultable dans Médi@m Date : 21/07/2008 Domaine(s) : gestion du risque à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables CPAM CRAM URCAM UGECAM CGSS CTI Nouveau

Plus en détail

Le financement des soins de santé en France

Le financement des soins de santé en France Le financement des soins de santé en France Présenté par Hans-Martin Späth Maître de Conférences en Economie de la Santé Département pharmaceutique de Santé Publique Plan La protection sociale en France

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES

CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES CHAPITRE 3 : LES ORGANES DES DIFFERENTS DISPOSITIFS DE VIGILANCES, DE QUALITE ET DE GESTION DES RISQUES SECTION 1 : Le comité de pilotage, de la qualité et de la certification 1. Composition Le comité

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 003 Le chèque-emplloii associiatiif AVANT PROPOS Le chèque-emploi associatif est un dispositif permettant aux associations d accomplir

Plus en détail

Guide de la notation 2014

Guide de la notation 2014 Guide de la notation 2014 Saint Martin d Hères, le 31 décembre 2014 Note d information n 14.43 Nos réf. : SF/SA Contact : carrieres@cdg38.fr Nous vous transmettons la procédure concernant la notation au

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate

à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour mise en oeuvre immédiate CIRCULAIRE CIR-19/2009 Document consultable dans Médi@m Date : 19/03/2009 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs Agents Comptables CPAM CRAM URCAM UGECAM

Plus en détail

DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons Agréées par la Mutuelle Saint Martin OBJET

DESTINATAIRES. - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons Agréées par la Mutuelle Saint Martin OBJET DATE : Levallois, le 9 mars 2006 REFERENCES : Circulaire n 10/2006 DESTINATAIRES - Associations, congrégations et collectivités religieuses - Les Maisons Agréées par la Mutuelle Saint Martin OBJET Modalités

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs

Dossier de presse. Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Dossier de presse Création de l'indemnité journalière Amexa, la MSA engagée pour les droits des agriculteurs Contact presse : Géraldine Vieuille vieuille.geraldine@ccmsa.msa.fr 01.41.63.72.41 SOMMAIRE

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02

PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» À SAVOIR! > 02 FINANCÉ PAR : PLEXUS OCEAN INDIEN, LAUREAT DU PROGRAMME NATIONAL «TERRITOIRE DE SOINS NUMERIQUES» En décembre 2013, le Commissariat général aux Investissements d Avenir a lancé un appel à projet «Territoire

Plus en détail

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne CME 13/01/15 D.P.U.A Qualité de vie à l hôpital I. I-Satis : Enquête de satisfaction réglementaire auprès des patients hospitalisés en

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON?

«PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? «PERSPECTIVES DE DÉVELOPPEMENT DE NOUVEAUX SERVICES ASSOCIÉS AUX OBJETS CONNECTÉS» TÉLÉMÉDECINE : DE QUOI PARLE-T ON? Le décret télémédecine du 19 octobre 2010 fixe déjà certaines modalités de mise en

Plus en détail

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie

Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie Le RESPA, c est quoi? Réseau de Santé Personnes âgées de la Loire à la Vie 1 UN PROJET PORTÉ PAR 3 CLIC Février 2007 : début de la réflexion à l initiative de 3 CLIC. 2007 : financement d un accompagnement

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE

Plus en détail

NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS "RESPONSABLES"

NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS RESPONSABLES NOUVELLE RÈGLEMENTATION DES CONTRATS DITS "RESPONSABLES" Entrée en vigueur de la nouvelle réglementation pour les contrats santé individuels et collectifs bénéficiant d aides fiscales et sociales. Contrats

Plus en détail

Mise en œuvre du Droit Individuel à la Formation (D.I.F.) Année scolaire 2015-2016. 11 mai 2015

Mise en œuvre du Droit Individuel à la Formation (D.I.F.) Année scolaire 2015-2016. 11 mai 2015 Mise en œuvre du Droit Individuel à la Formation (D.I.F.) Année scolaire 2015-2016 305 11 mai 2015 Mise en œuvre du Droit Individuel à la Formation (D.I.F.) Année scolaire 2015-2016 Références : - Loi

Plus en détail

NORD - PAS-DE-CALAIS - RHÔNE-ALPES - BOURGOGNE - AUVERGNE

NORD - PAS-DE-CALAIS - RHÔNE-ALPES - BOURGOGNE - AUVERGNE MEDP 0231-V12.qxd:MEDP 0231.qxt 28/12/10 15:09 Page 1 Enfin une complémentaire santé pour les moins de 26 ans du BTP! BTP SANTÉ CONTRAT SANTÉ JEUNE NORD - PAS-DE-CALAIS - RHÔNE-ALPES - BOURGOGNE - AUVERGNE

Plus en détail

Vous souhaitez signer une convention délégation de paiement avec la Mutuelle Myriade?

Vous souhaitez signer une convention délégation de paiement avec la Mutuelle Myriade? Vous souhaitez signer une convention délégation de paiement avec la Mutuelle Myriade? Alors complétez et adressez cette fiche à : Mutuelle MYRIADE - Service Conventionnement Tiers Payant Allée de la Capère

Plus en détail

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale

Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Chapitre 117 Le parcours administratif du demandeur d asile et de l étranger sans couverture sociale Y. NICOL 1. Introduction Au moment où nous rédigeons ces lignes, la question de l accès aux soins des

Plus en détail

DASIF / Mise à jour du 3 avril 2013 1

DASIF / Mise à jour du 3 avril 2013 1 Guide des bonnes pratiques et du partenariat entre les acteurs du maintien à domicile DASIF / Mise à jour du 3 avril 2013 1 SOMMAIRE Guide des bonnes pratiques et du partenariat entre les acteurs du maintien

Plus en détail

QUELS DANGERS POUR LES

QUELS DANGERS POUR LES RÉUNION D INFORMATION SUR LA LOI DE SANTÉ : QUELS DANGERS POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX? Mercredi 17 décembre 2014 Titre I : Renforcer la prévention et la promotion de la santé Chapitre I Art. 2 à 5 : Soutenir

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-04 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-04 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-04 DU 4 FEVRIER 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ

Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Les chiffres de la santé LES DÉPENSES D ASSURANCE SANTÉ Édition 2011 Environnement de la protection sociale Le déficit du régime général En milliards d euros 2009 2010 Prévisions 2011-0,7-0,7 0-1,8-2,7-2,6-7,2-6,1-8,9-10,6-9,9-11,6-20,3-23,9-18,6

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

COMPLÉMENTAIRE HOSPITALISATION Garantie hospitalière

COMPLÉMENTAIRE HOSPITALISATION Garantie hospitalière COMPLÉMENTAIRE HOSPITALISATION Garantie hospitalière SANTÉ / Complémentaire HOSPITALISATION - 1 L ESSENTIEL Pour qui? Particulièrement adapté pour : Les personnes qui ont besoin d être très bien couvertes

Plus en détail