QUESTIONS-REPONSES SUR L EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DES RESEAUX DE SANTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "QUESTIONS-REPONSES SUR L EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DES RESEAUX DE SANTE"

Transcription

1 QUESTIONS-REPONSES SUR L EVALUATION MEDICO-ECONOMIQUE DES RESEAUX DE SANTE CE QU IL FAUT SAVOIR Les Agences Régionales de Santé (ARS) disposent désormais d une méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé qui constitue un véritable outil d arbitrage et de décision à l heure de se prononcer sur une éventuelle poursuite du financement d un réseau. L objectif de cette méthode est d objectiver la plus-value économique des réseaux de santé (notamment gérontologiques) par rapport à d autres modes de prise en charge. Schématiquement, cette évaluation repose sur la comparaison de 2 groupes de patients «réseau» et «hors réseau» sur la base de critères médicaux (hospitalisations, passages aux urgences ) et économiques (dépenses de soins de villes, hospitalières ). Certains de ces critères sont communs à tous les réseaux de santé, d autres sont spécifiques aux réseaux de gérontologie. Cette évaluation médico-économique complète les autres éléments dont disposent les ARS pour évaluer les réseaux de santé (2 circulaires de 2007 notamment) et s inscrit dans le guide 2012 relatif aux réseaux. Les réseaux de santé gérontologiques sont ceux qui potentiellement sont prioritairement ciblés dès lors qu ils assurent le suivi d au moins 100 patients ayant un Plan Personnalisé de Santé (PPS). Pour autant, tous les patients adhérents au réseau ne sont pas concernés. En effet, seuls les patients qui ont un Plan Personnalisé de Santé, reconnus atteints d une affection de longue durée et ressortissants du régime général d assurance maladie peuvent être intégrés au groupe «réseau» faisant l objet de la comparaison avec le groupe patient «hors réseau». De même, ne sont concernés que les médecins qui sont effectivement intervenus dans un Plan Personnalisé de Santé pour au moins un patient durant la période d analyse (soit 12 mois) à l exclusion de ceux qui ont simplement adressé un patient au réseau ou qui participent à des activités du réseau sans intervenir dans un Plan Personnalisé de Santé. En tout état de cause, conformément à une délibération de la CNIL, les réseaux de santé sont autorisés à communiquer des données «Patients» et «Médecins» dans le cadre de cette évaluation. Ces données sont in fine anonymisées. Cette méthodologie a déjà été testée dans 3 régions sur 44 réseaux. Au regard des résultats des tests et des conséquences possibles, les réseaux de santé -notamment gérontologiques- doivent être particulièrement vigilants lors de la mise en œuvre de cette évaluation médico-économique et peuvent compter sur le soutien de la FNRG. Janvier

2 SOMMAIRE CE QU IL FAUT SAVOIR Quel est le texte applicable? Que comporte ce texte? Pourquoi réaliser une évaluation médico-économique des réseaux de santé? Quelles sont les différentes formes que peuvent prendre l évaluation médicoéconomique? Quels sont les indicateurs d évaluation existants? Qui a élaboré cette méthode d évaluation médico-économique? En quoi consiste cette méthode d évaluation médico-économique? Quels sont les critères d évaluation médicaux utilisés? Quels sont les critères d évaluation économiques utilisés? Cette méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé a-t-elle déjà été testée? Tous les réseaux de santé sont-ils concernés par cette méthode d évaluation médico-économique? Quels sont les réseaux de santé prioritairement concernés par cette méthode d évaluation médico-économique? Qui assure l analyse des résultats de l évaluation médico-économique des réseaux? Comment s effectue l analyse des résultats de l évaluation médico-économique des réseaux? Comment sont présentés les résultats médico-économiques? Quelles sont les conséquences possibles de l évaluation médico-économique des réseaux de santé? Tous les patients d un réseau de santé gérontologique sont-ils concernés par cette évaluation médico-économique? Tous les médecins d un réseau de santé gérontologique sont-ils concernés par cette évaluation médico-économique? Janvier

3 Quel est le texte applicable? Il s agit de l instruction N DGOS/PF3/CNAMTS/2012/ 393 du 21 novembre 2012 relative à la mise en œuvre d une méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé. Cette instruction est parue au Bulletin Officiel du Ministère de la santé n du 15/01/2013 (p.57). Il s agit donc d un texte du ministère des affaires sociales et de la santé et de l Union nationale des Caisses d assurance maladie qui met une méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé à la disposition des Agences Régionales de Santé (ARS) et des Directions Régionales du Service Médical (DRSM) de l Assurance maladie. Ce texte s inscrit dans la démarche proposée par le guide méthodologique de la Direction Générale de l Offre de Soins (DGOS) du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé «Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?» paru en octobre Que comporte ce texte? Ce texte présente : 1. la démarche d évaluation médico-économique de réseaux de santé 2. l organigramme des tâches 3. un courrier type aux réseaux 4. un plan type d analyse 5. un fichier de recueil notamment pour les réseaux «de gérontologie». Pourquoi réaliser une évaluation médico-économique des réseaux de santé? Il s agit principalement de mettre à disposition des ARS une méthodologie permettant, tant au niveau régional que national, d objectiver la plus-value médicoéconomique des réseaux de santé par rapport à d autres modes de prises en charges (notamment non coordonnés). Janvier

4 Quelles sont les différentes formes que peuvent prendre l évaluation médico-économique? L évaluation médico-économique s inscrit dans l évaluation globale des réseaux de santé. Elle peut donc prendre 2 formes : 1. l évaluation interne (ou auto-évaluation) annuelle ; 2. l évaluation externe à la fin du Contrat Pluriannuel d Objectifs et de Moyens (CPOM, 3 ou 5 ans par exemple). Quels sont les indicateurs d évaluation existants? On peut distinguer différents types d indicateurs : - les indicateurs socles (nombre de patients ayant un Plan Personnalisé de Santé (PPS), nombre de professionnels adhérents ) ; - un Indice Synthétique de Qualité (ISQ) relatif aux procédures de qualité et sécurité mis en place par les réseaux (les objectifs fixés par la convention de financement, la prise en charge des patients, la participation et l intégration des acteurs, l organisation et le fonctionnement du réseau ) - des indicateurs spécifiques «CPOM» afin de mesurer le degré de sa mise en œuvre ; - des indicateurs médico-économiques. Ces indicateurs médico-économiques sont donc complémentaires et doivent permettre : - d apprécier le service rendu aux patients sur le plan médico-économique ; - de comparer cette prise en charge avec d autres modes d organisation. Qui a élaboré cette méthode d évaluation médico-économique? La Direction Générale de l Offre de Soins (DGOS) du Ministère des Affaires Sociales et de la santé et la Caisse Nationale de l Assurance Maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) avec l appui d une société extérieure. Janvier

5 En quoi consiste cette méthode d évaluation médico-économique? Il s agit pour chaque thématique (dont la gérontologie) d une comparaison sur une période de 12 mois entre 2 groupes : 1. Un groupe de patients «Cas» (schématiquement «groupe patients réseau») : - UNIQUEMENT affiliés au régime général d assurance maladie ; - adhérents au réseau ; - bénéficiant d un Plan Personnalisé de Santé. 2. Un groupe de patients «témoins» (schématiquement «groupe patients hors réseau») : - Identifiés sur le territoire du réseau ; - Ayant eu des soins remboursés dans les 3 premiers mois de l année ; - Pris en charge par des médecins n adhérant pas au réseau. Schématiquement, il s agit d une comparaison «patient réseau»/ «patient hors réseau» à partir d éléments disponibles dans le système d information des Directions Régionales du Service Médical (DRSM) de l assurance maladie. Quels sont les critères d évaluation médicaux utilisés? Il convient de distinguer les critères médicaux utilisés pour tous les réseaux de santé de ceux spécifiques aux réseaux de santé gérontologiques. Les critères médicaux communs o Part des patients n ayant aucune journée d hospitalisation MCO o Nombre moyen de journée d hospitalisation MCO o Nombre moyen de journées en SSR o Part de patients ayant au moins un acte en urgence Janvier

6 A titre d exemple, la valeur ajoutée du réseau par rapport à d autres modes d organisation sera démontrée par : Une augmentation de la «Part des patients n ayant aucune journée d hospitalisation MCO» Une diminution des critères suivants : Nombre moyen de journée d hospitalisation MCO Nombre moyen de journées en SSR Part de patients ayant au moins un acte en urgence Les critères médicaux pour les réseaux de santé gérontologiques : o Nombre moyen de prescriptions de benzodiazépines à demi-vie longue supérieure à 20h (en principe contre-indiquées) o % de patients ayant au moins une prescription de benzodiazépines à demi-vie longue o Nombre moyen de dosages de la créatininémie ou clairance de la créatinine (en principe 1 fois par an chez les personnes âgées) o % de patients ayant au moins un dosage de la créatininémie ou clairance de la créatinine Quels sont les critères d évaluation économiques utilisés? L évaluation des coûts se fait sur la base des dépenses de l assurance maladie en distinguant : Les dépenses de soins de ville : Honoraires médicaux/paramédicaux, actes CCAM, médicaments, dispositifs médicaux, biologie, transports. Les dépenses de soins hospitaliers : Médecine, chirurgie, obstétrique, SSR, psychiatrie. Le coût FIR par patient adhérent au réseau et ayant un PPS : Cela correspond au montant versé par le Fonds d Intervention Régional (FIR) divisé par le nombre de patients ayant un Plan Personnalisé de Santé (PPS) pendant toute la période d analyse soit 12 mois. Janvier

7 Cette méthode d évaluation médico-économique des réseaux de santé a-t-elle déjà été testée? Oui, récemment dans 3 régions (Aquitaine, Bourgogne, Rhône-Alpes) sur 44 réseaux. Tous les réseaux de santé sont-ils concernés par cette méthode d évaluation médico-économique? Oui. Toutefois, compte tenu du temps nécessaire au recueil des informations et à l exploitation des résultats, certains réseaux sont prioritairement ciblés au titre de leur activité 2011 et Quels sont les réseaux de santé prioritairement concernés par cette méthode d évaluation médico-économique? Les réseaux : - assurant le suivi d au moins 100 patients ayant un Plan Personnalisé de Santé sur la période analysée ; - ayant pour thématique : la diabétologie, la gérontologie, soins palliatifs, insuffisance respiratoire chronique/asthme ; - ou assurant une prise en charge polyvalente (diabétologie, gérontologie, soins palliatifs et pathologies respiratoires). Janvier

8 Dans quels cas un réseau peut ne pas se voir appliquer cette méthode d évaluation médico-économique? Cette évaluation médico-économique n est pas applicable aux réseaux de santé : - assurant le suivi de moins 100 patients ayant un Plan Personnalisé de Santé sur la période analysée ; - n intervenant pas dans le cadre des thématiques concernées (la diabétologie, la gérontologie, soins palliatifs ) ; - ayant un Indice Synthétique de Qualité (ISQ) très bas. En tout état de cause afin d avoir des statistiques fiables, il faut que la nombre de patients par réseau ou par thématique (en cas de réseaux poly pathologiques) soit suffisant (au moins 30 patients inclus dans l étude). Quand va se mettre en œuvre l évaluation medico-économique des réseaux? La mise en œuvre de l évaluation médico-économique des réseaux de santé est prévue sur plusieurs années. Il appartiendra à chaque ARS en liaison avec l Assurance Maladie de définir un programme annuel et de sélectionner les réseaux concernés. Si nécessaire, le Conseil National de Pilotage des ARS pourra définir annuellement des orientations nationales. En outre, la mise en œuvre effective de l évaluation est subordonnée à certaines contraintes techniques liées au recueil d informations dans le système d information de l Assurance Maladie. Ainsi, pour une analyse de l activité 2011, cela nécessite un lancement des requêtes après le 30 septembre 2012 et au plus tard le 31 janvier Janvier

9 Qui va mettre en œuvre l évaluation medico-économique des réseaux? L évaluation médico-économique des réseaux de santé sera assurée par une équipe projet composée au moins : - d un chef de projet ; - d un chargé d étude «réseaux de santé» de l ARS ; - d un médecin conseil de la Direction Régionale du Service Médical ; - d un statisticien. Quelles sont les informations que devront fournir les réseaux dans le cadre de cette évaluation médico-économique? Les réseaux de santé devront communiquer à la Direction Régionale du Service médical (DRSM) de l assurance maladie : - les fichiers de leurs patients comportant le Numéro d Inscription au Répertoire (NIR) des patients. Sont ici concernés les patients ayant eu un Plan Personnalisé de Santé (PPS) durant toute la période analysée ; - les identifiants des médecins adhérents intervenant dans au moins un PPS (nom, prénom, n ADELI du médecin). Cette communication est autorisée par la Commission Nationale de l Informatique et des Libertés (CNIL, délibération n du 13 o ctobre 2011) et cette transmission est assurée sur serveur de dépôt sécurisé. Les bases de données ainsi constituées sont anonymisées tant pour les patients que pour les médecins. En outre, les réseaux devront compléter le fichier Excel joint au courrier adressé par l ARS et comportant : o un tableau «patients» (onglet «patients») : nom, prénom, date de naissance, Numéro d Inscription au Répertoire et idéalement le numéro de Sécurité sociale ; o un tableau «médecins» (onglet «médecins») qui concerne les généralistes et spécialistes : nom, prénom, adresse du cabinet et idéalement le numéro ADELI ; o un tableau «Répartition GIR» (indiquer le GIR en fin de période d analyse) ; o un tableau «Consignes» afin d aider les réseaux de santé gérontologiques à compléter les informations demandées. Janvier

10 Une fois complété, ce fichier Excel devra être déposé par le réseau de santé sur un serveur sécurisé de la Direction Régionale du Serveur Médical de l assurance maladie. A cet effet, l ARS transmettra au réseau une adresse URL sur l adresse mail que lui communiquera le réseau. Qui assure l analyse des résultats de l évaluation médicoéconomique des réseaux? L équipe projet mise en place au niveau régional est chargée d analyser les résultats de l évaluation. Comment s effectue l analyse des résultats de l évaluation médicoéconomique des réseaux? Il convient de distinguer 3 types de score : 1. Le score de résultat médical «R» 2. Le score du coût moyen par patient «C» 3. Le score d impact sur la structure des dépenses de soins de ville/soins hospitaliers «ST» Le score de résultat médical «R» : Au regard des critères médicaux retenus, une note pour chaque critère est attribuée au réseau : o 0 s il n y a pas de différence significative entre cas et témoins o -1 si les cas ont une position significativement défavorable par rapport aux témoins o 1 si les cas ont une position significativement favorable par rapport aux témoins Le total des notes constitue l indicateur global de résultat «R». Le score du coût moyen par patient «C» : C est le ratio dépenses totales moyennes cas/témoins. «C» est égal à Janvier

11 o 1 si la différence des coûts par patient entre cas et témoins n est pas significative o <1 si le coût moyen par patient est significativement inférieur chez les cas o >1 si le coût moyen par patient est significativement supérieur chez les cas Le score d impact sur la structure des dépenses de soins de ville/soins hospitaliers «ST» L objectif est ici d identifier si un transfert s opère des soins de ville vers les soins hospitaliers Ratio dépenses de soins de ville moyennes par cas/dépenses de soins de ville moyennes par témoin Ratio dépenses hospitalières moyennes par cas/ dépenses hospitalières moyennes par témoin >1 1 <1 > < Les situations souhaitables : o Diminution des dépenses hospitalières et augmentation ou niveau équivalent de dépenses de ville (niveau 3) voire une diminution des soins de ville (niveau 4) Les situations pas souhaitables : o Pas de diminution des dépenses hospitalières à niveau des dépenses de ville égal o une augmentation des dépenses hospitalières à niveau de dépenses de ville égal ou en augmentation (niveau 0) o aucune variation n est constatée (niveau 2) Janvier

12 Comment sont présentés les résultats médico-économiques? Les résultats médico-économiques se présentent sous la forme suivante : Cas (n=) Témoins (n=) p-value Nombre Moyen de journées d hospitalisation MCO % de patients n ayant aucune journée d hospitalisation Nombre moyen de journées en SSR % de patients ayant au moins un acte en urgence Nombre moyen de prescriptions de Benzodiazépine à demi-vie longue (>20 heures) % de patients ayant au moins une prescription de Benzodiazépine à demi-vie longue Coût moyen des dépenses remboursées soins de ville Coût moyen des dépenses remboursées hospitalières Coût moyen des dépenses totales (ville+hôpital) Coût moyen des dépenses y compris coût au titre du FIQCS/FIR Janvier

13 Quelles sont les conséquences possibles de l évaluation médicoéconomique des réseaux de santé? Cette évaluation médico-économique des réseaux de santé est clairement un outil d aide à la décision des ARS pour continuer ou stopper le financement des réseaux. Les évaluations médico-économiques (présentées sous forme de scores globaux) et les décisions prises à partir de ces résultats doivent être intégrées dans le bilan annuel du Fonds d Intervention régional (FIR) adressé au CNP des ARS. Tous les patients d un réseau de santé gérontologique sont-ils concernés par cette évaluation médico-économique? Non, tous les patients adhérents au réseau de santé n ont pas vocation à intégrer le groupe de patients «Cas» (autrement dénommé «groupe patients réseau»). En effet, ne sont concernés que les patients : - ayant un Plan Personnalisé de Santé (PPS) pendant toute la période analysée (soit 12 mois) ; - ressortissant du régime général d assurance maladie (et donc notamment hors RSI et MSA) pendant toute la période analysée (soit 12 mois) ; - ayant des dépenses de soins (ville/hôpital) ; - sous réserve de ne pas être atteint d un cancer ou d une Insuffisance Rénale Chronique Terminale (IRCT) ; - Reconnus atteints d une Affection de Longue Durée. Le critère d âge retient 3 tranches : o <65 ans o ans o >85 ans Par conséquent, le GIR de la personne âgée et/ou l existence d un traitement antidiabétique et/ou d un traitement cardio-vasculaire ne sont pas des critères pris en compte en raison notamment de la complexité de recueil. En revanche, sont prises en compte les dépenses de soins d auxiliaires médicaux. Janvier

14 Tous les médecins d un réseau de santé gérontologique sont-ils concernés par cette évaluation médico-économique? Non, ne sont concernés que les médecins (généralistes/spécialistes) qui sont effectivement intervenus dans un Plan Personnalisé de Santé pour au moins un patient durant la période d analyse (soit 12 mois). A contrario, ne sont donc pas concernés les médecins qui ont simplement adressé un patient au réseau ou qui participent à des activités du réseau sans intervenir dans un Plan Personnalisé de Santé. Janvier

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ. Direction générale de l offre de soins

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ. Direction générale de l offre de soins SANTÉ PROFESSIONS DE SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ UNION NATIONALE DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ;

Les transports sanitaires prescrits à l hôpital ; La prise en charge de l Insuffisance Rénale Chronique (IRC) ; SYNTHÈSE INTRODUCTION Le Programme Pluriannuel Régional de Gestion du Risque (PPR GDR) s inscrit dans le Projet Régional de Santé dont il est un des programmes obligatoires. Elaboré au cours de l été 2010,

Plus en détail

Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux

Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux Union Nationale des Réseaux de Santé UNR.santé Présentation des grandes lignes du guide méthodologique de la DGOS sur l évolution des réseaux Mars 2012 UNR.santé Principes directeurs du guide Complète

Plus en détail

à Mesdames et Messieurs les Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour information

à Mesdames et Messieurs les Agents Comptables Médecins Conseils Régionaux Chef de service Pour information CIRCULAIRE CIR-2/2012 Document consultable dans Médi@m Date : 03/01/2012 Domaine(s) : gestion des prestations en nature à Mesdames et Messieurs les Directeurs CPAM CARSAT UGECAM CGSS CTI Agents Comptables

Plus en détail

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne

Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne Enquêtes de Satisfaction Patients I-Satis et Enquête AP-HPen Ligne CME 13/01/15 D.P.U.A Qualité de vie à l hôpital I. I-Satis : Enquête de satisfaction réglementaire auprès des patients hospitalisés en

Plus en détail

1 Présentation générale p.3. 2 Présentation de l'interface p.3. 3 Les fonctions p.3. 4 En savoir plus p.6. 5 Glossaire p.8

1 Présentation générale p.3. 2 Présentation de l'interface p.3. 3 Les fonctions p.3. 4 En savoir plus p.6. 5 Glossaire p.8 1 Présentation générale p.3 2 Présentation de l'interface p.3 3 Les fonctions p.3 3.1 Cas simple : Le patient, malade, vient consulter son médecin traitant p.4 3.2 Cas avancé : Appliquer un tiers-payant

Plus en détail

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012

La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 La prise en charge des plaies du pied et des amputations chez la personne diabétique : Les données du Sniiram de 2008 à 2012 Anne Fagot-Campagna (endocrinologue, épidémiologiste), Pierre Denis, Christelle

Plus en détail

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé

LA SANTÉ DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ. Agence Régionale de Santé AMÉLIORER LA SANTÉ DE LA POPULATION ET ACCROÎTRE L EFFIcacité DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ Agence Régionale de Santé Une réforme indispensable, les ars pourquoi? Nos dépenses de santé ne cessent d augmenter,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2015-390 du 3 avril 2015 autorisant les traitements de données à caractère

Plus en détail

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS

La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, Le 03 avril 2014. Direction générale de l offre de soins - DGOS La position et la stratégie française Yannick Le Guen, sousdirecteur, DGOS. Le 03 avril 2014 Session Santé Numérique : quelle est la place de la France en Europe? Etat des lieux et comparatifs La position

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Organisation

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Organisation MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction générale de l offre de soins _ Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins _ Bureau des coopérations et contractualisations

Plus en détail

Stratégie de déploiement

Stratégie de déploiement Messageries Sécurisées de Santé (MSSanté) Mars 2014 Page 1 La présente note vise à éclairer la démarche de mise en place d un système de messageries sécurisées de santé en concertation avec l ensemble

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

Gestion du risque (GDR)

Gestion du risque (GDR) Région Centre Gestion du risque (GDR) Contexte et enjeux Septembre 2011 La GDR, c est quoi? Cette notion peut être définie comme l ensemble des actions mises en œuvre pour améliorer l efficience du système

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation Bureau R4 Dossier suivi par Denise Bauer Tél. : 01 40 56 52 78 Mel. : denise.bauer@sante.gouv.fr

Plus en détail

ANNEXE 2 : ETUDES ET STATISTIQUES

ANNEXE 2 : ETUDES ET STATISTIQUES ANNEXE 2 : ETUDES ET STATISTIQUES Il est rappelé que les données transmises par l'etat à la CNAMTS - citées infra «engagements de l Etat» - sont destinées à un usage technique par les services de la CNAMTS

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

Cahier des charges Objet :

Cahier des charges Objet : Cahier des charges Objet : Expérimentation de nouveaux modes d organisation des soins destinés à optimiser les parcours de soins des personnes âgées en risque de perte d autonomie en prévenant leur hospitalisation

Plus en détail

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Martine HADDAD Secrétaire Générale FHP Ile-de-France SOMMAIRE -LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF DE PRE-ADMISSION EN HÔPITAL DE JOUR DE READAPTATION EN DIABETOLOGIE ET NUTRITION

DOSSIER ADMINISTRATIF DE PRE-ADMISSION EN HÔPITAL DE JOUR DE READAPTATION EN DIABETOLOGIE ET NUTRITION DOSSIER ADMINISTRATIF DE PRE-ADMISSION EN HÔPITAL DE JOUR DE READAPTATION EN DIABETOLOGIE ET NUTRITION A compléter recto verso par le patient, à signer et à nous renvoyer à l adresse postale : Hôtel-Dieu

Plus en détail

Note créée le 19/03/2014

Note créée le 19/03/2014 Note créée le 19/03/2014 La télémédecine : présentation générale et expérimentations 2014 Note d information réalisée par pôle santé et soins Auteure : Fanny Gaspard, Conseillère technique aide et soins

Plus en détail

Accès des registres aux données de l assurance maladie

Accès des registres aux données de l assurance maladie Colloques registres et politiques de santé publique : Accès des registres aux données 6 et 7 décembre 2012 Accès des registres aux données de l assurance maladie Dr Jean-Paul Prieur, direction du réseau

Plus en détail

Ministère de la santé et des sports

Ministère de la santé et des sports Ministère de la santé et des sports DIRECTION DE L'HOSPITALISATION ET DE L'ORGANISATION DES SOINS Paris, le 22 janvier 2009 Sous-direction de l organisation de l offre régionale de soins et populations

Plus en détail

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN

SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN SUIVI MÉDICAL DU DIABÈTE CHEZ LES ASSURÉS DE LA MGEN K. Cosker, C. Sevilla-Dedieu, F. Gilbert, P. Lapie-Legouis, R. Cecchi-Tenerini Fondation d entreprise MGEN pour la santé publique 1 Contexte Les différents

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ SANTÉ ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ SECRÉTARIAT D ÉTAT À LA SANTÉ Direction générale de l offre de soins Sous-direction pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne

Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne Dossier de presse Saint-Brieuc, le 21 juillet 2014 Lancement de Sterenn, solution de télémédecine de la région Bretagne La communauté de santé de Bretagne se mobilise pour la télémédecine, au service des

Plus en détail

La prise en charge. de votre affection de longue durée

La prise en charge. de votre affection de longue durée La prise en charge de votre affection de longue durée Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous remboursé? Votre médecin

Plus en détail

CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS. Du Réseau ARCADE

CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS. Du Réseau ARCADE NFORMATISE «SOINS PALLIATIFS» Page 1 /13 CHARTE DES UTILISATEURS DU DOSSIER INFORMATISE SOINS PALLIATIFS Du Réseau ARCADE NFORMATISE «SOINS PALLIATIFS» Page 2 /13 Préambule Le dossier informatisé constitue

Plus en détail

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Mai 2014 BILAN D ACTIVITÉ DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNÉE 2012 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2012 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés depuis

Plus en détail

ACCUEIL DE LOISIRS de BLANZAT Dossier Administratif Pour l année 2015 2016 RENSEIGNEMENTS GENERAUX

ACCUEIL DE LOISIRS de BLANZAT Dossier Administratif Pour l année 2015 2016 RENSEIGNEMENTS GENERAUX ACCUEIL DE LOISIRS de BLANZAT Dossier Administratif Pour l année 2015 2016 Cadre réservé à l accueil de loisirs Date de Réception : Date de Saisie : Tranche : Pièce manquante : RENSEIGNEMENTS GENERAUX

Plus en détail

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie

Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012. Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Bilan d activité des Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) Année 2012 Caisse Nationale de Solidarité pour l Autonomie Préambule Introduits par la loi «handicap» du 11 février 2005, les Groupes d Entraide Mutuelle

Plus en détail

Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 29/10/98 Origine : DDAR MMES et MM les Directeurs - des Caisses Primaires d Assurance Maladie - des

Plus en détail

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes

Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Coordonner le parcours de soins des personnes âgées fragiles et/ou dépendantes Expérimentation sur un territoire cible : Baillif - Vieux-Habitants Bouillante Patrice RICHARD, Directeur général de l ARS

Plus en détail

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA

Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie PAERPA Le Comité National de pilotage des parcours de santé des Personnes Âgées En Risque de Perte d Autonomie a été installé en avril 2013 et les projets

Plus en détail

RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive

RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive RESEAU Départemental DIABETE du Cher Convention Constitutive PREAMBULE Le réseau Diabète ville/hôpital du Cher a pour finalité d assurer une meilleure prise en charge des patients diabétiques. Pour ce

Plus en détail

Le système d information de l assurance maladie Point de situation

Le système d information de l assurance maladie Point de situation Le système d information de l assurance maladie Point de situation Plan de l intervention De la feuille de soins au SNIIRAM Les différentes bases de données disponibles Bases de données au niveau local

Plus en détail

Programme Hôpital numérique

Programme Hôpital numérique Programme Hôpital numérique Boite à outils pour l atteinte des pré-requis Fiches pratiques Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire 1. LE PROGRAMME HOPITAL NUMERIQUE... 3 2. LE SOCLE

Plus en détail

Pratiques coopératives dans le système de santé : les réseaux

Pratiques coopératives dans le système de santé : les réseaux Pratiques coopératives dans le système de santé : les réseaux Dr Sandrine Hugé Département de médecine générale 1 Quelques clés pour comprendre notre sytème de santé 2 La protection sociale contre la maladie

Plus en détail

L organisation de la recherche clinique en France les outils. Marie-Elise Llau Cellule Recherche & Promotion, CHU Toulouse 20 janvier 2012

L organisation de la recherche clinique en France les outils. Marie-Elise Llau Cellule Recherche & Promotion, CHU Toulouse 20 janvier 2012 L organisation de la recherche clinique en France les outils Marie-Elise Llau Cellule Recherche & Promotion, CHU Toulouse 20 janvier 2012 Un exemple d établissement de santé promoteur: le CHU Toulouse

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé?

Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Guide méthodologique Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé? Octobre 2012 Direction générale de l offre de soins Sommaire Synthèse... 2 Introduction... 3 Partie

Plus en détail

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale

Suivi ADOM. Claude Boiron Oncologie Médicale Suivi ADOM Claude Boiron Oncologie Médicale PLAN 1. Problématiques du traitement anti cancéreux per os 2. Objectifs du suivi ADOM 3. Procédures 4. Bilan Étude observationnelle Étude médico économique Étude

Plus en détail

PLATEFORME DE COORDINATION

PLATEFORME DE COORDINATION PLATEFORME DE COORDINATION RESEAU DE SANTE-PLURITHEMATIQUE POUR L ACCOMPAGNEMENT à DOMICILE DE PERSONNES AGEES OU RELEVANT DE SOINS DE SUPPORT ARS 29/09/2011 1 Plan Reflexions pre-projet État des Lieux

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé

Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales et de la santé Direction générale de la santé Sous-direction politique des produits de santé et de la qualité des pratiques

Plus en détail

Le bilan de la généralisation des indicateurs et les perspectives pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins

Le bilan de la généralisation des indicateurs et les perspectives pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins Haute Autorité de Santé Le bilan de la généralisation des indicateurs et les perspectives pour l amélioration de la qualité et de la sécurité des soins Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration

Plus en détail

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012

ET DE LA STRATEGIE. Note de Synthèse. Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 DIRECTION DES AFFAIRES INSTITUTIONNELLES ET DE LA STRATEGIE Note de Synthèse CAMPAGNE TARIFAIRE 2012 : ENVELOPPE MIGAC Domaine : Financement Version : 1 Mise à jour : 04/03/2012 Diffusion: Vos contacts

Plus en détail

QUELS DANGERS POUR LES

QUELS DANGERS POUR LES RÉUNION D INFORMATION SUR LA LOI DE SANTÉ : QUELS DANGERS POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX? Mercredi 17 décembre 2014 Titre I : Renforcer la prévention et la promotion de la santé Chapitre I Art. 2 à 5 : Soutenir

Plus en détail

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes :

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes : @ AMELI-DIRECT VERSION 3.3 2006-2011 : INFOSOINS DEVIENT AMELI-DIRECT Dès la COG 2006-2009, l Assurance Maladie s engage à développer à l intention de ses assurés un système d information tant sur le fonctionnement

Plus en détail

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos

La chirurgie ambulatoire en 20 questions. Avant propos Avant propos Avec le développement de la chirurgie ambulatoire, le nombre de professionnels qui s intéressent à cette pratique est en croissance constante. Les «nouveaux intéressés» se heurtent souvent

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE

MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE MINISTERE DU TRAVAIL DE L EMPLOI ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau R4 Prises en charge post aigües, pathologies chroniques

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Décret n o 2014-1765 du 31 décembre 2014 relatif à la facturation individuelle des établissements

Plus en détail

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013

La preuve par. Principaux enseignements du bilan des PRT et. du recensement des projets télémédecine 2013 La preuve par Principaux enseignements du bilan des PRT et du recensement des projets télémédecine 2013 Le recensement Télémédecine 2013 01 Synthèse du recensement Télémédecine 2013 02 Répartition et maturité

Plus en détail

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés

Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Vos droits dans les cliniques et hôpitaux privés Cliniques et hôpitaux privés, on peut tous y aller! Accessibles à tous Les cliniques et hôpitaux privés accueillent tous les patients y compris ceux qui

Plus en détail

Région Rhône-Alpes Présentation du logiciel

Région Rhône-Alpes Présentation du logiciel Région Rhône-Alpes Présentation du logiciel 1 Plan de la présentation Introduction au projet ViaTrajectoire Déclinaison du projet en Martinique Présentation détaillée du processus de gestion des demandes

Plus en détail

novembre au CH de Laon, le 27 novembre au CRF Saint Lazare et le 28 novembre au CH Pinel), auxquelles 200

novembre au CH de Laon, le 27 novembre au CRF Saint Lazare et le 28 novembre au CH Pinel), auxquelles 200 R é s e a u QUALITE RISQUES P i c a r d i e A c t u a l i t é d u r é s e a u Bienvenue aux nouveaux adhérents Le réseau s est agrandi depuis la dernière newsletter et compte à présent un peu plus de 90

Plus en détail

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@...

NOM ET PRENOM DU PROFESSIONNEL :... SPECIALITE/TITRE :... NOM DE L ETABLISSEMENT ADHERENT:... ADRESSE :... Mail :...@... MàJour le 12 01 2015 BULLETIN D ENGAGEMENT INDIVIDUEL AU RESEAU REGIONAL DE CANCEROLOGIE ONCO Nord Pas-de-Calais Document à retourner à l adresse suivante : Réseau Régional de Cancérologie Onco Nord Pas-de-Calais

Plus en détail

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e

La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e La prise en charge d e v o t r e a f f e c t i o n d e l o n g u e d u r é e Comment fonctionne la prise en charge à 100 %? Quels sont les avantages pour vous? À quoi vous engagez-vous? Comment êtes-vous

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission «Services publics et services aux publics» Réunion du 14 mai 2013 Demandes d accès à des sources administratives au titre de l article 7bis de la loi de 1951 Formulées par l Insee : Données

Plus en détail

Déclaration de conflits d intérêts

Déclaration de conflits d intérêts Déclaration de conflits d intérêts Je déclare n avoir aucun conflit d intérêt pour la préparation de cette présentation Je déclare avoir bénéficié en 2009 de l aide de : BMS, GSK, Boehringer, Merck, Abbott

Plus en détail

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr

PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS. dmp.gouv.fr PLUS ON EN SAIT MIEUX ON SE PORTE FACILITER LA PRISE EN CHARGE ET LA COORDINATION DES SOINS dmp.gouv.fr Le Dossier Médical Personnel (DMP) est une réalité. Il est entré dans sa phase de déploiement. Pour

Plus en détail

OFFRE RÉSERVÉE AUX entreprises, TPE/PME et indépendants. Le guide. santé. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

OFFRE RÉSERVÉE AUX entreprises, TPE/PME et indépendants. Le guide. santé. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! OFFRE RÉSERVÉE AUX entreprises, TPE/PME et indépendants Le guide santé www.menagesprevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! On a toujours du mal à s y retrouver dans les principes de s de santé. Et si on

Plus en détail

Le numerique S investir? Pourquoi et comment? Atelier Professionnels de Santé 17 septembre 2015 de 16h00 à 16h45

Le numerique S investir? Pourquoi et comment? Atelier Professionnels de Santé 17 septembre 2015 de 16h00 à 16h45 Le numerique S investir? Pourquoi et comment? Atelier Professionnels de Santé 17 septembre 2015 de 16h00 à 16h45 Prise en charge pluri-professionnelle Besoins forts de coordination Radiologue, biologiste

Plus en détail

q u estions santé d économie de la analyse Repères Le coût de prise en charge en hospitalisation à domicile (HAD)

q u estions santé d économie de la analyse Repères Le coût de prise en charge en hospitalisation à domicile (HAD) Bulletin d information en économie de la santée q u estions d économie de la santé analyse Repères La Direction des hôpitaux et de l organisation des soins du ministère de la santé, de la famille et des

Plus en détail

Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier

Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier Projet Base de Données Génie Logiciel Le Système d Information Hospitalier Fabrice Dubost fabrice.dubost@ujf-grenoble.fr BDGL TIS2 2008/2009 - F Dubost 1 Cadre pédagogique Objectifs : connaître les différents

Plus en détail

COMITE REGIONAL DE SECURITE DES SIS

COMITE REGIONAL DE SECURITE DES SIS COMITE REGIONAL DE SECURITE DES SIS RESTITUTION DE L ENQUETE REGIONALE SUR LA SÉCURITÉ DES SYSTEMES D INFORMATION EN SANTÉ CRSSIS Poitou-Charentes Vincent PASCASSIO GCS Esanté Poitou-Charentes Le 16 décembre

Plus en détail

P atients S anté T erritoires

P atients S anté T erritoires H ôpital P atients S anté T erritoires L exercice regroupé dans les services de santé Une action coordonnée des professionnels en faveur des patients De plus en plus de professionnels de santé ont depuis

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques _ Sous-direction observation de la santé et de l assurance maladie _ Bureau établissements

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

Centre Hospitalier. Pontoise. Chiffres. Clés

Centre Hospitalier. Pontoise. Chiffres. Clés Centre Hospitalier Pontoise Chiffres Clés 2013 Capacité d accueil 961 lits 40 SSR 10 psychiatrie infanto-juvénile/ adolescents 201 EHPAD psychiatrie 106 adultes 76 obstétrique 137 chirurgie 391 médecine

Plus en détail

http://doc.intranet.sante.gouv.fr/textoffi/circulair/pages07/07_322t.htm

http://doc.intranet.sante.gouv.fr/textoffi/circulair/pages07/07_322t.htm Page 1 sur 5 Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports Ministère de la culture et de la communication Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de la qualité

Plus en détail

CAISSE NATIONALE D ASSURANCE MALADIE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES. Frédéric VAN ROEKEGHEM, Directeur général

CAISSE NATIONALE D ASSURANCE MALADIE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES. Frédéric VAN ROEKEGHEM, Directeur général MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION DE L HOSPITALISATION ET DE L ORGANISATION DES SOINS Annie PODEUR, Directrice Sous-direction de l organisation et Du système de soins Bureau des réseaux,

Plus en détail

CONVENTION. La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie

CONVENTION. La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie CONVENTION La Retraite pour le Bien Vieillir L offre commune inter-régimes pour la prévention et la préservation de l autonomie La Caisse Nationale d Assurance Vieillesse (CNAV) Et La Caisse Centrale de

Plus en détail

PROGRAMME PLURIANNUEL REGIONAL DE GESTION DU RISQUE

PROGRAMME PLURIANNUEL REGIONAL DE GESTION DU RISQUE PROGRAMME PLURIANNUEL REGIONAL DE GESTION DU RISQUE Composante du projet régional de santé Paca 2012 / 2016 ~ 2 ~ INTRODUCTION... 4 PARTIE 1 : LE PROGRAMME PLURIANNUEL REGIONAL DE GESTION DU RISQUE, ELEMENT

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

Fiche de procédure : modalités pratiques pour la gestion des déclarations SOFCAP

Fiche de procédure : modalités pratiques pour la gestion des déclarations SOFCAP Mise à jour : juin 2015 Fiche de procédure : modalités pratiques pour la gestion des déclarations SOFCAP L assurance statutaire : SOFCAP Vous avez adhéré au contrat-groupe d assurances SOFCAP en vue de

Plus en détail

LA CARTE DE PRISE MÉDICAMENTEUSE (TI CARTE BLEUE), QU EST-CE QUE C EST?

LA CARTE DE PRISE MÉDICAMENTEUSE (TI CARTE BLEUE), QU EST-CE QUE C EST? LA CARTE DE PRISE MÉDICAMENTEUSE (TI CARTE BLEUE), QU EST-CE QUE C EST? Il s agit d une carte en papier cartonné réalisée, testée et diffusée par l Union Régionale des Médecins Libéraux de la Réunion (URMLR)

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

www.laroutedesterritoires.fr Outils numériques d échanges entre professionnels de santé

www.laroutedesterritoires.fr Outils numériques d échanges entre professionnels de santé www.laroutedesterritoires.fr Outils numériques d échanges entre professionnels de santé Des outils d échanges entre PS o Objectifs: o Permettre des échanges sécurisés entre les professionnels de santé

Plus en détail

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1

UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE. La réforme de l assurance maladie se met en place 1 UN NOUVEAU PARCOURS DE SOINS: LA RÉFORME DE L ASSURANCE MALADIE SE MET EN PLACE La réforme de l assurance maladie se met en place 1 La loi du 13 août 2004 portant sur la réforme de l assurance maladie

Plus en détail

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre

AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA HOSPI-PLAN Déclaration de sinistre AMMA ASSURANCES a.m. Association Mutuelle Médicale d Assurances entreprise d assurance mutuelle association d assurance mutuelle à cotisations fixes conformément

Plus en détail

PRESENTATION DU PLAN NATIONAL DE DEPLOIEMENT DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE HOSPITALIERE DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DU PLAN NATIONAL DE DEPLOIEMENT DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE HOSPITALIERE DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DU PLAN NATIONAL DE DEPLOIEMENT DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE HOSPITALIERE DANS LES ETABLISSEMENTS DE SANTE JOURNÉES NATIONALES DE L INFORMATION MÉDICALE ET DU CONTRÔLE DE GESTION EN PSYCHIATRIE

Plus en détail

Vu le code de la sécurité sociale et, notamment les articles L. 115-2, L. 161-28, L. 221-1, R. 115-1 et suivants ;

Vu le code de la sécurité sociale et, notamment les articles L. 115-2, L. 161-28, L. 221-1, R. 115-1 et suivants ; Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Délibération n 04-059 du 01 juillet 2004 Délibération portant avis sur la demande d avis présentée par la CNAMTS concernant la gestion individualisée

Plus en détail

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) HOPITAL LOCAL ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE HOPITAL LOCAL 35, Rue Rogg Haas 68510 SIERENTZ Novembre 2010 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT Nom de l établissement

Plus en détail

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ;

MUTUELLE DE NATIXIS. l adhésion du salarié au régime est obligatoire, comme par le passé, celle de ses ayants-droit éventuels est facultative ; MUTUELLE DE NATIXIS Résumé des garanties du contrat obligatoire de complémentaire santé de la Mutuelle de Natixis «Régime unifié» des salariés mis en place le 1 er juillet 2010 Concerne les salariés de

Plus en détail

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 %

Transport 100 % Médicaments pris en charge à 65 % et à 30 % par le RO Médicaments pris en charge à 15 % Complémentaire santé 2014 Décerné à pour sa gamme aprévactive Formule Mini + Remboursement Régime Obligatoire + Module Médecine de ville M1 Consultations, visites, actes de chirurgie en cabinet médical,

Plus en détail

Protection sociale complémentaire

Protection sociale complémentaire Protection sociale complémentaire Convention de participation «Prévoyance» Mise à jour au 24/09/2013 La problématique étant complexe et les élus souhaitant que l accès à une garantie «prévoyance» soit

Plus en détail

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux

Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux Pr Nathalie SALLES Pôle de Gérontologie Clinique CHU Bordeaux «le pourcentage de résidents âgés nécessitant des soins pour des plaies simples ou complexes était de 8,6% selon l étude PATHOS menée en 2009

Plus en détail

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010

RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 Siège social : 37 Quai d Orsay 75007 PARIS Relevant des Livres I et II du code de la Mutualité RÉFORMES DES STATUTS ET DU RÈGLEMENT MUTUALISTE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DU 15 OCTOBRE 2010 SERVICES ADMINISTRATIFS

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale

l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 03/08/2000 Origine : CABDIR Mmes et MM les Directeurs de CPAM Pour attribution Mmes et MM les Directeurs de CTI

Plus en détail

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux :

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux : des produits et prestations en sus des tarifs d hospitalisation renforcent la nécessité d une information partagée sur l utilisation de ces produits au sein des établissements de santé. Ainsi plusieurs

Plus en détail

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM)

Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) Octobre 2014 BILAN D ACTIVITE DES GROUPES D ENTRAIDE MUTUELLE (GEM) ANNEE 2013 Bilan d activité des groupes d entraide mutuelle (GEM) Année 2013 Sommaire Introduction... 3 I] Les GEM créés et financés

Plus en détail

CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE

CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE CONVENTION TYPE AVEC UN ETABLISSEMENT DE SANTE Entre D une part : L Union Technique de la Mutualité Malienne, dont le siège est à Badalabougou SEMA II rue 134 porte 772, représentée par Monsieur Babassa

Plus en détail