Comparaison des lames de laryngoscope plastiques jetables et métalliques réutilisables dans l induction de l anesthésie par séquence rapide.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comparaison des lames de laryngoscope plastiques jetables et métalliques réutilisables dans l induction de l anesthésie par séquence rapide."

Transcription

1 ACADEMIE DE PARIS Année 2009 MEMOIRE pour l obtention du DES d Anesthésiologie-Réanimation Chirurgicale Coordonnateur : Mr le Professeur M. SAMAMA par Aurélie BIRENBAUM Présenté et soutenu le 9 avril 2009 Comparaison des lames de laryngoscope plastiques jetables et métalliques réutilisables dans l induction de l anesthésie par séquence rapide. Travail effectué sous la direction du Dr J. AMOUR et du Pr O. LANGERON

2 RESUME Du fait de leur moindre coût et de l absence de risque de contamination infectieuse, les lames plastiques à usage unique de laryngoscope ont été placées au premier rang des recommandations de bonne pratique en anesthésie réanimation quel que soit le contexte médical. Cependant, leur efficacité dans le cadre de l urgence ou chez des patients devant bénéficier d une intubation orotrachéale dans un contexte d estomac plein demeure matière à discussion. Le but de cette étude était de comparer une lame plastique de référence à une lame métallique réutilisable dans le contexte de l induction anesthésique en séquence rapide. Matériels et méthodes: Tout patient nécessitant une intubation orotrachéale en séquence rapide était inclus, le type de lame utilisé en première intention (plastique jetable ou métallique recyclable) répondant à une randomisation par cluster de semaine. Après l induction anesthésique, l intubation orotrachéale devait être réalisée dans un délai de 60 secondes quel que soit le type de lame utilisé. En cas d échec d intubation, une seconde tentative avait lieu en utilisant systématiquement la lame métallique recyclable quel que soit le type de lame randomisé initialement. Le critère de jugement principal était la fréquence d échecs d intubation et le critère de jugement secondaire était la fréquence d apparition de complications (désaturation, inhalation, traumatisme oropharyngé). Résultats: Au total, 284 patients adultes ont été inclus dans cette étude ouverte randomisée monocentrique. Les deux groupes étaient comparables notamment en termes de facteurs de risque d intubation difficile. Au premier essai, le taux d échecs d intubation était plus élevé dans le groupe lame plastique (17 vs 3%, P<0,01). Dans le groupe lame métallique, 50% des échecs d intubation étaient des intubations difficiles requérant une technique alternative d intubation. Dans le groupe lame plastique, 100% des échecs d intubation rencontrés avaient été intubés avec succès lors du recours à une lame métallique recyclable au deuxième essai, avec une amélioration significative du score de Cormack et Lehane. Par ailleurs, la fréquence des complications liées à l intubation était plus élevée dans le groupe lame plastique que dans le groupe lame métallique (15 vs 6% respectivement, P< 0,05). Conclusion: Dans le contexte de l urgence, lorsqu une intubation en séquence rapide est requise, la lame de laryngoscope en plastique jetable est moins efficace que la lame métallique réutilisable. Son utilisation devrait être prohibée dans ce contexte clinique.

3 REMERCIEMENTS Au Professeur P. Coriat, avec toute mon estime et ma gratitude. Au Professeur B. Riou, avec tout mon respect. Au Professeur O. Langeron, pour ses conseils avisés et son soutien. Au Docteur J. Amour, pour m avoir confié ce travail et avoir eu la disponibilité et la patience de le diriger. A l ensemble de l équipe qui nous a permis de réaliser cette étude. A tous ceux qui m ont accompagnée, guidée et enseigné l anesthésie-réanimation au cours de mon internat. A mes parents et ma sœur. A Salomé, à Julien

4 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION 1 I/ MATERIELS ET METHODES 3 1. Patients 2. Protocole expérimental 3. Analyse statistique II/ RESULTATS 6 1. Caractéristiques générales 2. Comparaison de l efficacité des deux types de lames 3. Complications observées III/ DISCUSSION 8 IV/ FIGURES ET TABLEAUX 12 V/ BIBLIOGRAPHIE 18

5 INTRODUCTION Moins coûteux et plus sûr en terme de transmission infectieuse, le matériel médical à usage unique a révolutionné la pratique médicale moderne. Dans le cadre de la gestion des voies aériennes, il existe ainsi une multitude de lames de laryngoscope à usage unique variant par leur constitution, plastique ou métallique, leur degré de courbure, l intensité de leur éclairage ou leur rigidité et leurs performances cliniques s avèrent être extrêmement aléatoires d une firme à l autre. 1,2 Les deux avantages majeurs que sont le faible coût et l absence de risque de transmission d agents pathogènes, ont placé ce type de matériel au premier plan des recommandations de bonne pratique en anesthésie réanimation lors de l intubation orotrachéale de routine. 3-5 En effet, l utilisation de lames métalliques réutilisables expose à des risques de transmission iatrogène d agents infectieux. 4,6 Lors de l intubation orotrachéale, les lames de laryngoscope peuvent être contaminées par différents agents pathogènes infectieux et notamment par le prion, responsable de la maladie de Creutzfeld-Jakob, que les techniques usuelles de stérilisation ne neutralisent pas. 4 D autres agents pathogènes tels que le pseudomonas aéruginosa pourraient eux aussi être à l origine de contamination par le matériel recyclable. 6 De plus, la stérilisation des lames métalliques et du matériel recyclable en général nécessite l utilisation de processus coûteux et le coût relatif des lames plastiques jetables est 40 à 50 fois inférieur à celui des lames métalliques recyclables. 2 Dans le cadre de l urgence ou chez les patients devant bénéficier d une intubation orotrachéale dans un contexte d estomac plein, l indication d une intubation en séquence rapide est retenue dans le but de contrôler au plus vite les voies aériennes supérieures et ainsi de protéger les poumons de la survenue d un syndrome de Mendelson. Malheureusement, dans ce contexte, les difficultés d intubation sont accrues et peuvent se compliquer d événements délétères pour les patients. 7,8 En effet, l échec d intubation lors d une première tentative de laryngoscopie est fréquent puisqu il est de l ordre de 4% au bloc opératoire 9 et de 8% en réanimation. 10 Ces échecs s associent à une morbi-mortalité importante, étant à l origine de 4% de pneumopathies d inhalation et de 3% de mortalité. 10 La rigidité moindre des lames plastiques jetables 1,2 comparées aux lames métalliques recyclables pourrait être à l origine d un allongement de la durée de la laryngoscopie, élément favorisant l inhalation broncho-pulmonaire, et pourrait augmenter le taux d échecs d intubation. Paradoxalement, les études ayant pour but d évaluer ces lames sont rares, le plus 1

6 souvent effectuées sur mannequin 1,2 et ne se sont pas intéressées à l intubation en séquence rapide dans le contexte de l urgence. Ainsi, le but de cette étude prospective randomisée était de comparer les performances respectives des lames de laryngoscope plastiques jetables et métalliques recyclables pour l intubation orotrachéale lors d une induction d anesthésie par séquence rapide. 2

7 I / MATERIELS ET METHODES Cette étude a été approuvée par le Comité de Protection des Personnes se Prêtant à la Recherche Biomédicale de l hôpital Cochin-Saint Vincent de Paul (Paris, France). Dans le cadre de l urgence et devant l utilisation courante des deux types de lames de laryngoscopie, seule une information et un consentement oraux éclairés étaient requis par le comité d éthique. 1/ Patients Cette étude prospective a été réalisée dans le service d anesthésie réanimation de la Pitié-Salpêtrière au bloc opératoire des urgences. Tous les patients âgés de plus de dix-huit ans devant être opérés sous anesthésie générale et nécessitant une induction en séquence rapide ont été inclus dans l étude de novembre 2004 à juillet Les critères d exclusion étaient une contre-indication aux agents utilisés pour l induction, une anomalie morphologique des voies aériennes supérieures ou un antécédent d intubation difficile nécessitant le recours à une alternative à la laryngoscopie directe. Les critères d intubation difficile retenus étaient : le score de Mallampati modifié 11 (figure 1), une ouverture de bouche limitée, l immobilisation de la nuque par une minerve ou une rigidité cervicale, un cou court, une macroglossie, une cellulite faciale, une rétrognathie, la grossesse, un hématome cervical ou une dent proéminente. 2 / Protocole expérimental : Quarante-six anesthésistes, 26 seniors d anesthésie-réanimation (7 à 20 ans d expérience professionnelle), 20 internes en anesthésie-réanimation (3 ans minimum d expérience) et 20 infirmiers anesthésistes (5 ans minimum d expérience professionnelle) ont été recrutés pour participer à l étude afin de minimiser les biais d investigation. Tous ces intervenants utilisaient quotidiennement des lames plastiques jetables et des lames métalliques recyclables lors de l intubation orotrachéale de routine. L ensemble de l équipe anesthésique des urgences, constituée de cinq membres (2 anesthésistes séniors, 2 internes en anesthésieréanimation et 1 infirmier anesthésiste) changeait quotidiennement. La répartition du type de lame utilisé était déterminée chaque semaine grâce à une table de randomisation par cluster, le 3

8 type de lame randomisé étant utilisé pendant sept jours consécutifs. Les lames métalliques recyclables standards (Macintosh Heine classique + ; Heine, Herrshing, Allemagne) étaient comparées aux lames plastiques jetables (Lite-blade ; Rush, Kernen, Allemagne). Au total, 34 semaines ont été requises afin de réaliser l étude. La lame jetable Lite-blade a été sélectionnée parce qu elle a été définie comme étant une des meilleures lame plastiques disponibles. 2,7 Avant l induction anesthésique, les patients étaient pré-oxygénés à l aide d un masque facial, en utilisant une fraction inspirée en oxygène à 100% pendant quatre minutes ou le temps nécessaire pour obtenir une fraction expirée en oxygène supérieure à 90%. Après cette pré-oxygénation, les patients étaient anesthésiés en utilisant comme hypnotique le pentothal (Nesdonal ; Abbott, Campoverde di Aprilia, Italie) à la dose de 5mg/kg ou l étomidate (Hypnomidate ; Jansen, Beerse, Belgique) à la dose de 0,4 mg/kg associé à un curare dépolarisant : la succinylcholine (Celocurine ; Pharmacia, Espoo, Finlande) à la dose de 1mg/kg. L étomidate était l hypnotique de choix chez les patients âgés et en cas d instabilité hémodynamique. Vingt secondes après avoir observé les fasciculations musculaires, secondaires à l utilisation de la succinylcholine, l intubation orotrachéale était réalisée en utilisant une sonde endotrachéale (Portex ; Tijuana, Mexique) systématiquement rigidifiée par un mandrin souple sous couvert de la pression du cartilage cricoïde (manœuvre de Sellick). 12 La taille de la lame de laryngoscope (3 à 4) et celle de la sonde d intubation (7 à 8 mm de diamètre interne) étaient choisies par l anesthésiste responsable. La hauteur de la table d opération était ajustée afin que le front du patient soit au niveau du cartilage xyphoïde de l anesthésiste. La tête du patient était mise en position amendée de Jackson 13 chez les patients sans minerve ni traumatisme rachidien. Le temps d intubation était défini comme le délai entre l introduction de la lame de laryngoscope dans la bouche et le gonflement du ballonnet de la sonde d intubation. Une période de 60 secondes était allouée à l anesthésiste pour réussir la première tentative d intubation. En cas d échec d intubation au delà de ce délai, une deuxième tentative d intubation était réalisée en utilisant de façon systématique une lame métallique réutilisable quelle que soit la lame randomisée initialement. La visualisation de la glotte lors de l intubation était évaluée et notée à chaque essai selon les quatre échelons visuels du score de Cormack et Lehane 14 (figure 2). En cas d échec, lors de la deuxième tentative d intubation, après 60 secondes, le protocole était interrompu et le contrôle des voies aériennes supérieures était géré suivant l algorithme d intubation difficile selon les recommandations de la Société Française d Anesthésie et de Réanimation 13 réactualisées en et de la Société Américaine d Anesthésie 16 (cf. feuille de recueil figure 3) 4

9 3 / Analyse statistique : Le critère de jugement principal était l échec d intubation orotrachéale, au bout de 60 secondes, lors du premier essai. La taille de l échantillon a été déterminée en présumant un risque alpha égal à 0,05, un risque beta de 0,2 et une incidence d échecs d intubation orotrachéale dans le groupe lame métallique recyclable de 5%. Une correction des calculs a été appliquée afin de prendre en compte la randomisation en cluster (estimation 32 semaines), tel que décrit précédemment. 17 Ainsi, nous avons calculé un effectif de 137 patients par groupe pour mettre en évidence une augmentation du taux d échecs d intubation de 20% avec les lames plastiques jetables. Les données étaient exprimées en moyenne ± DS. Une analyse en intention de traiter était effectuée. La comparaison entre les deux groupes a été effectuée en utilisant le test t de Student et la méthode exacte de Fisher, lorsque cela était approprié. La comparaison du score de Cormack et Lehane au premier et second essai a été effectuée en utilisant le test de Mac Nemar. L intervalle de confiance à 95% de la différence de proportions entre les groupes a aussi été calculé. Toutes les comparaisons statistiques ont été effectuées en situation bilatérale et une valeur de P < 0,05 était requise afin de rejeter l hypothèse nulle. L analyse statistique avait été effectuée en utilisant le logiciel NCSS 2001 (Statistical Solutions Ltd, Cork, Irlande). 5

10 II / RESULTATS 1 / Caractéristiques générales : Pendant 34 semaines, 284 patients ont été inclus dans l étude selon la randomisation par cluster suivante: 137 patients dans le groupe lame métallique réutilisable et 147 dans le groupe lame plastique jetable. Les caractéristiques générales des patients étaient comparables dans les deux groupes. En effet les patients étaient comparables en terme d âge (55 ± 22 vs 47 ± 19 ans; NS), de sexe (56 % d hommes vs 59% ; NS), d index de masse corporelle (24 ± 5 vs 24 ± 4 Kg.m -2 ), de score de Mallampati modifié (classe 1 ou 2 : 113 vs 123 ; NS ; classe 3 ou 4 : 21 vs 17 ; NS), d ouverture de bouche (43 ± 9 vs 42 ± 9 mm ; NS) et de distance thyro-mentonnière (70 ± 17 vs 70 ± 14 mm ; NS). Les critères d intubation difficile associés n étaient pas significativement différents : minerve ou rigidité de la nuque (11 vs 12 ; NS), cou court (7 vs 2 ; NS), macroglossie (3 vs 2 ; NS), dents proéminentes (1 vs 0 ; NS), rétrognathie (1 vs 4 ; NS), cellulite faciale (1 vs 0 ; NS), grossesse (2 vs 0 ; NS), hématome cervical (2 vs 1 ; NS), et tous critères confondus (25 vs 17 ; NS). Le type d hypnotique utilisé lors de l induction anesthésique était semblable dans les deux groupes: pentothal (85 vs 94 ; NS) ou étomidate (52 vs 54, NS), de même, la répartition des différents opérateurs était comparable dans les deux groupes (infirmier anesthésiste (43 vs 32, NS), interne d anesthésie et de réanimation (67 vs 82, NS), sénior d anesthésie et de réanimation (27 vs 33, NS)) (tableau 1). 2 / Comparaison de l efficacité des deux types de lames: Dans le groupe lame métallique recyclable, 133 patients ont été intubés lors de la première tentative d intubation orotrachéale, 2 patients l ont été au décours de la deuxième tentative et 2 patients ont nécessité d avoir recours à une autre technique (1 par fastrach et 1 par mandrin de Eichmann) (tableau 2). Dans le groupe lame plastique jetable, 122 patients ont été intubés lors de la première tentative d intubation orotrachéale, alors que les 25 autres ont tous été intubés lors de la deuxième tentative à l aide d une lame métallique réutilisable (figure 4). 6

11 Lors de la première tentative d intubation orotrachéale, le pourcentage d échecs d intubation était significativement plus élevé dans le groupe lame plastique jetable en comparaison avec le groupe lame métallique réutilisable (17% vs 3% ; P < 0,01). Le temps d intubation était significativement plus long dans le groupe lame plastique jetable (38 ± 20 vs 29 ± 13 secondes; P < 0,01), le pourcentage de grades élevés (3 et 4) selon le score de Cormack et Lehane était significativement plus important dans le groupe lame plastique jetable que dans le groupe lame métallique réutilisable (22% vs 8%, P < 0,05) alors que le pourcentage de grades 1 et 2 était significativement diminué dans le groupe lame plastique jetable (78% vs 92%, P < 0,05) (tableau 2). Deux des échecs d intubation du groupe lame métallique et un des échecs du groupe lame plastique jetable étaient liés à l utilisation d une sonde de diamètre trop élevé ou à une dent proéminente. La répartition des échecs d intubation dans le groupe lame plastique jetable était comparable entre les infirmiers anesthésistes, les internes d anesthésie-réanimation et les séniors d anesthésie-réanimation (19, 16 et 18 % respectivement; NS). Lors de la deuxième tentative d intubation, réalisée systématiquement à l aide d une lame métallique recyclable, 100% des patients, pour lesquels l intubation avec une lame plastique avait été un échec, ont été intubés avec succès et ceci avec une amélioration du score de Cormack et Lehane (figure 5). En effet, les 96% de grades 3 et 4 selon le score de Cormack et Lehane observés lors de la première tentative d intubation étaient ramenés à 84 % de grades 1 et 2 et 16 % de grade 3 en utilisant une lame métallique réutilisable et ceci dans un délai de procédure significativement plus court (30 ± 13 vs 68 ± 17 secondes; P < 0,05). Dans le groupe lame métallique, les deux échecs initiaux, non liés à la taille de la sonde d intubation ou à une dent proéminente, étaient des cas d intubation difficile qui avaient nécessité d avoir recours à une autre alternative que la laryngoscopie directe. 3/ Complications observées : La survenue de complications était significativement plus élevée dans le groupe lame plastique jetable comparé au groupe lame métallique (22 vs 6% respectivement, P < 0,05) (tableau 2). 7

12 III / DISCUSSION Cette étude a permis de montrer que le taux d échecs d intubation orotrachéale, dans l induction en séquence rapide, était plus élevé lors de l utilisation d une lame de laryngoscope plastique jetable par rapport à une lame métallique recyclable. Par ailleurs, le délai de procédure et le taux de complications étaient plus élevés dans le groupe lame plastique jetable que dans le groupe lame métallique recyclable. L intubation orotrachéale difficile est une situation rare mais qui reste associée une morbi-mortalité importante. 18 Dans cette étude, le taux de réussite d intubation lors de l utilisation d une lame métallique recyclable était de 97%, ce qui est en accord avec les études précédentes. 19,20 En revanche, le taux d échecs avec les lames plastiques jetables était significativement plus élevé avec seulement 83% de succès d intubation lors de la première tentative. De plus, 100% des patients qui n avaient pas été intubés lors du premier essai avec la lame plastique jetable l avaient été lors de la deuxième tentative réalisée avec une lame métallique réutilisable et ceci, avec une amélioration de l exposition laryngée définie par l échelle de Cormack et Lehane (figure 5). Ces résultats diffèrent de ceux constatés dans des études antérieures réalisées lors d interventions chirurgicales programmées ne nécessitant pas d induction anesthésique en séquence rapide. En effet, dans des conditions classiques d induction anesthésique, chez 100 patients ne présentant pas de critère d intubation difficile en chirurgie programmée, Asai et al. 21 ont observé un taux de réussite global de 100% après deux essais quel que soit le type de lame utilisé. Cependant, le taux d échecs lors de la première exposition laryngée était lui aussi plus élevé dans le groupe lame plastique jetable que dans le groupe lame métallique recyclable (10 vs 4%, P < 0,05). Du fait du faible risque encouru d inhalation broncho-pulmonaire, estimé entre 0,03 et 0,05 %, 22,23 l échec d intubation orotrachéale en chirurgie programmée n expose pas aux mêmes risques que l échec d intubation en urgence, chez des patients ayant un estomac plein. Ajoutés à cela, le faible coût et l absence de risque de contamination infectieuse, l utilisation en première intention de la lame plastique à usage unique en chirurgie programmée semble pertinente, à la réserve prêt de conserver du matériel recyclable au bloc opératoire en cas d intubation difficile. 7 En revanche, Evans et al. ont rapporté que l efficacité variait en fonction des différents types de lame plastique jetable utilisés 1 et Rassam et al., après avoir testé 20 lames jetables, ont conclu que la lame Rüsh Lite était la plus performante, résultats 8

13 confirmés dans d autres études. 2,13,24 C est la raison pour laquelle nous avons choisi cette lame plastique jetable pour cette étude. En dépit de cette précaution, nos résultats montrent que le risque d échecs d intubation orotrachéale, en utilisant une lame plastique de référence, lors de l induction en séquence rapide est considérablement augmenté et associé à une plus large incidence de complications liées à l intubation. Il nous paraît dangereux, du moins dans le cas spécifique d une induction en séquence rapide, d utiliser ce type lame. Ces résultats ont été récemment confirmés dans une étude réalisée en pré-hospitalier par Jabre et al, dans laquelle les conditions d intubation sont connues plus difficiles qu au bloc opératoire. 9,25,26 Là aussi, les échecs d intubation orotrachéale étaient plus fréquents dans le groupe lame plastique jetable comparé au groupe lame métallique réutilisable, (24 vs 16% respectivement, P < 0,05). Une bonne exposition laryngée définie par un grade 1 ou 2 sur l échelle de Cormack et Lehane était plus rare dans le groupe lame plastique jetable que dans le groupe lame métallique recyclable (67 vs 83% respectivement, P < 0,05) et le recours à une technique alternative de contrôle des voies aériennes était plus fréquent (12 vs 4 % respectivement, P < 0,05). 27 Ceci n est pas sans conséquence puisque des épisodes de désaturation liés à des difficultés d intubation sont à même d aggraver le pronostic fonctionnel et vital, comme cela a été récemment démontré pour des patients traumatisés crâniens. 28 Plusieurs hypothèses peuvent être avancées afin d expliquer la différence de performance observée entre les deux types de lames dans notre étude. D une part, l insuffisance de rigidité des lames plastiques pourrait expliquer le taux supérieur d échecs d intubation en limitant la visualisation laryngée lors de la laryngoscopie. En effet, Evans et al. ont comparé les forces de traction exercées lors de la laryngoscopie en utilisant différents types de lames sur des mannequins avec ou sans minerve rigide. Les forces de traction nécessaires à l exposition glottique au cours de la laryngoscopie étaient significativement plus élevées lors de l usage des lames plastiques en présence (30,5 ± 12 vs 34,9 ± 13,1 Newtons, P < 0,0001) ou non d une minerve rigide (39,6 ± 16,2 vs 32,8 ± 12,7 Newtons, P < 0,0001). 1 Cette hypothèse pourrait expliquer nos résultats puisque l utilisation d une lame métallique recyclable au décours d un échec d intubation avec une lame plastique a permis d intuber 100% des patients en améliorant considérablement les grades de Cormack et Lehane (figure 5). D autre part, l induction anesthésique en séquence rapide implique d effectuer une manœuvre dite «de Sellick» correspondant à la pression du cartilage cricoïde. Cette manœuvre pourrait modifier l exposition laryngée et les conditions d intubation orotrachéale 9

14 des patients devant bénéficier d une telle induction. 29,30 Cependant, Turgeon et al. ont montré, dans une étude récente randomisée en double aveugle incluant 700 patients, que la pression du cartilage cricoïde n augmentait pas de façon significative le taux d échecs d intubation orotrachéale. Par ailleurs, le score d intubation difficile et la visualisation laryngée étaient comparables dans les deux groupes. Seul le temps moyen d intubation était légèrement supérieur dans le groupe où la pression cricoïdienne était effectuée. 9 De façon moindre, des facteurs tels que le degré de courbure ou la largeur de la lame pourraient eux aussi intervenir. 1,2 En revanche, l intensité lumineuse ne semble pas être impliquée puisque la qualité d éclairage laryngée est très significativement améliorée par la lame jetable. 2 L interprétation de nos données doit prendre en compte plusieurs limitations de notre étude. En premier lieu, la différence nette d aspect des deux types de lames ne permettait pas de réaliser cette étude en aveugle, les anesthésistes-réanimateurs (séniors et internes) et les infirmiers anesthésistes recrutés pour cette étude savaient quel type de lame était utilisé et ceci peut constituer un biais. Cependant, les résultats de cette étude ainsi que leur analyse n étaient pas connus des investigateurs et ont été effectués au décours de l étude afin d en limiter le biais. Deuxièmement, le choix du délai d intubation de 60 secondes n a pas été défini dans la littérature mais a été défini a priori parce qu il semble être un délai raisonnable pour intuber un patient dans le contexte de l induction en séquence rapide. Troisièmement, la curarisation n était pas monitorée. Cependant, l objectif de notre étude était de tester les deux types de lames, plastiques jetables et métalliques recyclables, dans les conditions réalistes d urgence où le monitorage des curares est rendu difficile. D autre part, nous avons utilisé la succinylcholine à une dose 4 fois supérieure à l ED95 ce qui permet d obtenir des conditions d intubation satisfaisantes chez 98% des patients. 25 Dernier point, des internes d anesthésieréanimation et des infirmiers anesthésistes on été recrutés pour participer à cette étude en association avec des anesthésistes séniors. Néanmoins, les résultats étaient comparables dans ces trois groupes d intervenants qui représentent la population classique susceptible d avoir à intuber les patients dans les services d urgence, de réanimation et au bloc opératoire. 10

15 EN CONCLUSION, la lame plastique jetable, dont l efficacité et la sécurité semblent admises dans le contexte de l induction anesthésique en chirurgie programmée, est associée à un taux d échecs d intubation orotrachéale significativement supérieur à celui observé avec une lame métallique recyclable dans le contexte de l induction en séquence rapide en urgence. Ce taux d échecs augmenté s accompagne d un taux de complications plus élevé. Ainsi, l utilisation de lame plastique jetable ne devrait pas être recommandée lors de l induction anesthésique en séquence rapide. 11

16 IV/ FIGURES ET TABLEAUX Figure 1 : Classification modifiée de Mallampati 1 : Toute la luette et les loges amygdaliennes sont visibles 2 : La luette est partiellement visible 3 : Le palais membraneux est visible 4 : Seul le palais osseux est visible Figure 2 : Grade de Cormack et Lehane 1 : L épiglotte, et la quasi-totalité de la glotte, c'est-à-dire les cordes vocales et les cartilages aryténoïdes, sont visibles 2 : L épiglotte et seule l extrémité postérieure de la glotte, c est à dire les cartilages aryténoïdes, sont visibles 3 : Seule l épiglotte est visible, les cordes vocales et les cartilages aryténoïdes sont masqués 4 : Même l épiglotte est invisible 12

17 Figure 3 : 13

18 Figure 4 : diagramme descriptif de l étude. Au deuxième essai, la lame utilisée était systématiquement une lame métallique réutilisable. Randomisation en cluster des patients (n = 284) Lame métallique (n = 137) Lame plastique (n = 147) Intubation réussie Echec d intubation Intubation réussie Echec d intubation (n = 133) (n = 4) (n = 122) (n = 25) Lame métallique Lame métallique Intubation réussie Echec d intubation Intubation réussie Echec d intubation (n = 2) (n = 2) (n = 25) (n = 0) 14

19 Figure 5: Comparaison de la répartition des grades du score de Cormack et Lehane entre le premier essai d intubation orotrachéale avec une lame plastique et le deuxième essai avec une lame métallique recyclable chez les 25 patients victimes d un échec d intubation orotrachéale initial dans le groupe lame plastique. 100 P < 0,01 Premier essai Deuxième essai Pourcentage Score de Cormack et Lehane 15

20 Tableau 1: Caractéristiques générales des patients dans les groupes lame métallique recyclable et lame plastique jetable. Les données sont exprimées en moyennes ± DS ou n (%). Il n y avait pas de différence significative entre les deux groupes. âge (années) hommes Femmes Index de masse corporelle (kg/m²) Index de masse corporelle > 30 kg/m² Classification de Mallampati: classe I ou II classe III ou IV non classable Ouverture de bouche (mm) Distance thyromentonnière (mm) Critères associés: minerve ou rigidité de la nuque cou court macroglossie dent proéminente rétrognathie cellulite faciale grossesse hématome cervical Induction anesthésique: penthotal étomidate Personne réalisant l'intubation: infirmier anesthésiste interne sénior groupe lame métallique (n = 137) 50 ± (56%) 60 (44%) 24 ± 5 14 (10%) ± 9 70 ± (18%) (62%) 52 (38%) 43 (31%) 67 (49%) 27 (20%) groupe lame plastique (n=147) 47 ± (59%) 61 (41%) 24 ± 4 15 (10%) ± 9 70 ± (12%) (64%) 54 (36%) 32 (22%) 82 (56%) 33 (22%) 16

21 Tableau 2 : Efficacité des deux types de lame : métallique recyclable et plastique jetable. Les données sont exprimées en moyennes ± DS ou n (%).* : P < 0,01 par rapport au groupe lame métallique recyclable ; : P < 0,05 par rapport au groupe lame métallique recyclable ; : aucune comparaison statistique n a été réalisée pour les variables du deuxième essai vu la petite taille des échantillons. groupe lame métallique groupe lame plastique Premier essai n = 137 n =147 Nombre d'échecs (%) 4 (3%) 25 (17%)* Durée d'intubation, s 29 ± ± 20* Grade de Cormack et Lehane grade 1 ou (92%) 115 (78%) grade 3 8 (6%) 20 (14%) grade 4 2 (2%) 12 (8%) Deuxième essai n = 4 n = 25 Nombre d'échecs (%) 2 (50%) 0 (0%) Duréé d'intubation, s 106 ± ± 13 Grade de Cormack et Lehane grade 1 ou grade grade Complications (%) 8 (6%) 24 (16,3%) désaturation avec SpO 2 < 90% 8 20 inhalation broncho-pulmonaire 0 2 traumatisme oropharyngé 0 2 Echecs d'intubation nécessitant une autre technique 2 (1%) 0 (0%) 17

22 V/ BIBLIOGRAPHIE 1. Evans A, Vaughan RS, Hall JE, Mecklenburgh J, Wilkes AR: A comparison of the forces exerted during laryngoscopy using disposable and non-disposable laryngoscope blades. Anaesthesia 2003; 58: Rassam S, Wilkes AR, Hall JE, Mecklenburgh JS: A comparison of 20 laryngoscope blades using an intubating manikin: visual analogue scores and forces exerted during laryngoscopy. Anaesthesia 2005; 60: Anderson KJ, Bhandal N: The effect of single use laryngoscopy equipment on illumination for tracheal intubation. Anaesthesia 2002; 57: Hirsch N, Beckett A, Collinge J, Scaravilli F, Tabrizi S, Berry S: Lymphocyte contamination of laryngoscope blades--a possible vector for transmission of variant Creutzfeldt-Jakob disease. Anaesthesia 2005; 60: Laurenson IF, Whyte AS, Fox C, Babb JR: Contaminated surgical instruments and variant Creutzfeldt-Jakob disease. Lancet 1999; 354: Foweraker JE: The laryngoscope as a potential source of cross-infection. J Hosp Infect 1995; 29: Fourneret-Vivier A, Rousseau A, Shum J, Frenea S, Fargnoli JM, Mallaret MR: [Single-use laryngoscope blade assessment]. Ann Fr Anesth Reanim 2004; 23: McIntyre JW: The difficult tracheal intubation. Can J Anaesth 1987; 34: Turgeon AF, Nicole PC, Trepanier CA, Marcoux S, Lessard MR: Cricoid pressure does not increase the rate of failed intubation by direct laryngoscopy in adults. Anesthesiology 2005; 102: Schwartz DE, Matthay MA, Cohen NH: Death and other complications of emergency airway management in critically ill adults. A prospective investigation of 297 tracheal intubations. Anesthesiology 1995; 82: Mallampati SR, Gatt SP, Gugino LD, Desai SP, Waraksa B, Freiberger D, Liu PL: A clinical sign to predict difficult tracheal intubation: a prospective study. Can Anaesth Soc J 1985; 32: Sellick BA: Cricoid pressure to control regurgitation of stomach contents during induction of anaesthesia. Lancet 1961; 2:

23 13. Boisson-Bertrand D, Bourgain JL, Camboulives J, Crinquette V, Cros AM, Dubreuil M, Eurin B, Haberer JP, Pottecher T, Thorin D, Ravussin P, Riou B: [Difficult intubation. French Society of Anesthesia and Intensive Care. A collective expertise]. Ann Fr Anesth Reanim 1996; 15: Cormack RS, Lehane J: Difficult tracheal intubation in obstetrics. Anaesthesia 1984; 39: Cros AB, Bally B, Bourgain JL, Chastre J, Combes X, Diemunsch P, Fischler M, Francon D, Hervé Y, Jaber S, Lacourreye O, Langeron O, Legras A, Lenfant F, Marciniack B, Orliaguet G, Pean D, Ravussin P, Richard M, Sztark F: Intubation difficile: conférence d'experts SFAR Practice guidelines for management of the difficult airway: an updated report by the American Society of Anesthesiologists Task Force on Management of the Difficult Airway. Anesthesiology 2003; 98: Kerry SM, Bland JM: The intracluster correlation coefficient in cluster randomisation. Bmj 1998; 316: Caplan RA, Posner KL, Ward RJ, Cheney FW: Adverse respiratory events in anesthesia: a closed claims analysis. Anesthesiology 1990; 72: Deakin CD, Peters R, Tomlinson P, Cassidy M: Securing the prehospital airway: a comparison of laryngeal mask insertion and endotracheal intubation by UK paramedics. Emerg Med J 2005; 22: Twigg SJ, McCormick B, Cook TM: Randomized evaluation of the performance of single-use laryngoscopes in simulated easy and difficult intubation. Br J Anaesth 2003; 90: Asai T, Uchiyama Y, Yamamoto K, Johmura S, Shingu K: Evaluation of the disposable Vital View laryngoscope apparatus. Anaesthesia 2001; 56: Ng A, Smith G: Gastroesophageal reflux and aspiration of gastric contents in anesthetic practice. Anesth Analg 2001; 93: Warner MA, Warner ME, Weber JG: Clinical significance of pulmonary aspiration during the perioperative period. Anesthesiology 1993; 78: Reid C, Chan L, Tweeddale M: The who, where, and what of rapid sequence intubation: prospective observational study of emergency RSI outside the operating theatre. Emerg Med J 2004; 21: Naguib M, Samarkandi A, Riad W, Alharby SW: Optimal dose of succinylcholine revisited. Anesthesiology 2003; 99: Peterson GN, Domino KB, Caplan RA, Posner KL, Lee LA, Cheney FW: Management of the difficult airway: a closed claims analysis. Anesthesiology 2005; 103:

24 27. Jabre P, Leroux B, Brohon S, Penet C, Lockey D, Adnet F, Margenet A, Marty J, Combes X: A comparison of plastic single-use with metallic reusable laryngoscope blades for out-of-hospital tracheal intubation. Ann Emerg Med 2007; 50: Davis DP, Dunford JV, Poste JC, Ochs M, Holbrook T, Fortlage D, Size MJ, Kennedy F, Hoyt DB: The impact of hypoxia and hyperventilation on outcome after paramedic rapid sequence intubation of severely head-injured patients. J Trauma 2004; 57: 1-8; discussion Mac GPJH, Ball DR: The effect of cricoid pressure on the cricoid cartilage and vocal cords: an endoscopic study in anaesthetised patients. Anaesthesia 2000; 55: Vanner RG: Tolerance of cricoid pressure by conscious volunteers. Int J Obstet Anesth 1992; 1:

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE

INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE INTUBATION TRACHÉALE Christian LAPLACE Réanimation Chirurgicale - CHU Bicêtre Pourquoi intuber? Pour protéger les voies aériennes en cas de troubles de la conscience Pour protéger les voies aériennes et

Plus en détail

quelques points essentiels

quelques points essentiels actualisation de la conférence d experts sur l intubation difficile: SFAR, SRLF, SFMU, ADARPEF, CARO et CARORL quelques points essentiels Ann Fr Anesth Reanim 2008;27:3-14 - ventilation au masque difficile

Plus en détail

Question 5 Difficult airway algorithms and management Question 5

Question 5 Difficult airway algorithms and management Question 5 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com Annales Françaises d Anesthésie et de Réanimation 27 (2008) 41 45 Conférence d experts Stratégies et algorithmes de prise en charge d une difficulté de contrôle

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS.

QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. QUALITÉ DE L APPRENTISSAGE DE L INTUBATION ORO-TRACHÉALE EN LABORATOIRE DE SIMULATION, SON INTÉRÊT POUR LES PATIENTS. Mémoire de D.E.S.C. de Médecine d Urgence Olivier Vuillot Matériel et Méthode : Design

Plus en détail

Induction en séquence rapide B. Boukatta, N. Houari, A. El bouazzaoui, H. Sbai, N. Kanjaa Service de réanimation polyvalente A4, CHU Hassan II de Fès

Induction en séquence rapide B. Boukatta, N. Houari, A. El bouazzaoui, H. Sbai, N. Kanjaa Service de réanimation polyvalente A4, CHU Hassan II de Fès Induction en séquence rapide B. Boukatta, N. Houari, A. El bouazzaoui, H. Sbai, N. Kanjaa Service de réanimation polyvalente A4, CHU Hassan II de Fès Résumé : L induction en séquence rapide reste la technique

Plus en détail

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI?

Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Faut-il administrer systématiquement de l oxygène en SSPI? Dan BENHAMOU Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital Antoine Béclère Université Paris-Sud France Introduction Surveillance obligatoire en

Plus en détail

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE

DEVELOPPEMENT D'UNE ECHELLE D'EVALUATION DU RISQUE DE CONSTIPATION DES PATIENTS HOSPITALISES DESTINEE A LA PRATIQUE INFIRMIERE Valérie Berger Inf, Ph.D, Cadre Supérieur de santé CHU de Bordeaux Renée Lacomère Cadre supérieur diététicienne ARC CHU de Bordeaux Christine Germain Statisticienne USMR, pole santé publique, CHU de Bordeaux

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues

Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer. Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Lecture Critique d un essai thérapeutique dans la maladie d Alzheimer Sandrine Andrieu Jean François Dartigues Histoire du dimebon Vous arrivez le matin à la consultation mémoire. Dans la voiture, sur

Plus en détail

CHOIX RAISONNÉ D UNE LAME DE LARYNGOSCOPE EN 2010

CHOIX RAISONNÉ D UNE LAME DE LARYNGOSCOPE EN 2010 CHOIX RAISONNÉ D UNE LAME DE LARYNGOSCOPE EN 2010 O. Langeron, J. Amour Service d Anesthésie et de Réanimation, Université Pierre et Marie Curie-Paris VI, CHU Pitié-Salpêtrière, 47-83 boulevard de l Hôpital,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques

Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques Contrôle difficile non prévu des voies aériennes: photographie des pratiques B. Dureuil, PG. Yavordios, A. Steib Collège Français des Anesthésistes Réanimateurs (Absence de conflits d intérêts sur le sujet)

Plus en détail

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre

Traumatismes vertébraux-médullaires. Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires Vigué B, DAR Bicêtre Traumatismes vertébraux-médullaires 1- Même règles que les traumatismes crâniens Eviter : Hypoxie - Hypotension Importance de l'accueil +++ La prise

Plus en détail

CONTRÔLE DES VOIES AERIENNES - INTUBATIONS DIFFICILES. Marc Janssens ULg

CONTRÔLE DES VOIES AERIENNES - INTUBATIONS DIFFICILES. Marc Janssens ULg CONTRÔLE DES VOIES AERIENNES - INTUBATIONS DIFFICILES Marc Janssens ULg Problème d'airway = 30 % des morts pendant l'anesthésie Intubation difficile : INCIDENCES Intubation nécessitant plusieurs essais

Plus en détail

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION

CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION Organisme Agréé de Réanimation de langue Française Société de Réanimation de Langue Française CRITERES D'EVALUATION ET D'AMELIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES: Proposition de programmes d EPP «clés

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Dans son point d information du 28 septembre 2010, l Afssaps a recommandé que les femmes porteuses d implants mammaires PIP concernés par

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Management des voies aériennes/respiratoires

Management des voies aériennes/respiratoires Management des voies aériennes/respiratoires Guide de présentation DC = Énoncé de la compétence pour un domaine spécifique E = Éléments spécifiques à l énoncé de la compétence P = Critères de performance

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

Une étude sur mannequin pédiatrique

Une étude sur mannequin pédiatrique ACADEMIE DE PARIS Année 2012 MEMOIRE Pour l obtention du DES d Anesthésie-Réanimation Coordonnateur : Mr le Pr D. Journois Rapporteur Mme le Pr H. Keita Par Rose-Marie BLOT Née le 10 décembre 1983 Présenté

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Santé et comportements dans la population saint-martinoise en 2013 Etude CONSANT Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol Diabète Recherche de sucre dans le sang Huit individus

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010

Intitulé du projet : Porteur du projet : Professeur Georges Michaïlesco NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR UNIVERSITE PARIS SUD DOSSIER : AP1_n 486 Intitulé du projet : Accompagnement Bilan Réorientation Insertion Porteur du projet : Université Versailles

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES RESUME DU PROTOCOLE Recherche biomédicale «Hors produit de santé» Etude SENOTHERMES VERSION 1.0 du 21/08/2013 Titre Acronyme de l étude N d enregistrement ANSM Promoteur Investigateur coordonnateur Comité

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE

INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE INTRODUCTION A LA RECHERCHE QUANTITATIVE Deuxième partie : de la base de données aux résultats Juin 2010 Julien Gelly, Caroline Huas, Josselin Le Bel Plan 2 1. Introduction 2. Saisie des données : Epi

Plus en détail

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005

INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE. Juin 2005 INDICATIONS ET CONTRE-INDICATIONS DE L ANESTHÉSIE GÉNÉRALE POUR LES ACTES COURANTS D ODONTOLOGIE ET DE STOMATOLOGIE Juin 2005 La Haute Autorité de santé diffuse un document réalisé par l Agence nationale

Plus en détail

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux

Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux Claude-charles BALICK-WEBER Réanimation médicale bordeaux introduction La présence d une neuromyopathie est très fréquente chez les patients ayant été intubés. l EMG des membres retrouve des anomalies

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

Automatisation des copies de systèmes SAP

Automatisation des copies de systèmes SAP Pour plus d informations sur les produits UC4 Software, visitez http://www.liftoff-consulting.com/ Automatisation des copies de systèmes SAP Introduction Le thème de la copie des systèmes SAP est une source

Plus en détail

Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique.

Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Amélioration continue de la qualité de la prise en charge de la douleur postopératoire dans un CHU Pédiatrique. Dr Olivier Gall Praticien Hospitalier, Anesthésie Réanimation Bénédicte Lombart Cadre de

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

Aide à l Intubation Intubation difficile Techniques Alternatives. Blaise Degueldre

Aide à l Intubation Intubation difficile Techniques Alternatives. Blaise Degueldre Aide à l Intubation Intubation difficile Techniques Alternatives Blaise Degueldre Equipe de conception et de réalisation Mr. Blaise Degueldre, Me. Catherine Fossion, Mr JC Servotte, DEFINITION L INTUBATION

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-60, articles 318-38 à 318-43 et 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion de placements collectifs et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des Textes

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 313-53-2 à 313-62, 314-3-2 du règlement général de l AMF Instruction AMF n 2012-01 Organisation de l activité de gestion d OPCVM ou d OPCI et du service d investissement de gestion de portefeuille pour le compte de tiers en matière de gestion des risques Textes

Plus en détail

Anesthésie en urgence et estomac plein

Anesthésie en urgence et estomac plein Anesthésie en urgence et estomac plein Benoît Plaud Université Paris-Diderot Assistance Publique Hôpitaux de Paris Anesthésie, réanimation chirurgicale GHU Saint-Louis, Lariboisière, Fernand Widal, Paris,

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi

Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Sébastien Ninite Infirmier Chef de Service CHU de Charleroi Dr Patrick Biston, médecin chef de service des soins intensifs du CHU Charleroi A l équipe médico-infirmière des soins intensifs du CHU de Charleroi

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec?

L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? L accouchement d un siège a-til encore sa place en 2010 au Québec? D RE C O R I N N E L E C L E R C Q, M D, F R C S C G Y N A Z U R S E P T E M B R E 2010 Objectifs: 1-Connaître l historique des dernières

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Management pour la prévention des risques en anesthésie

Management pour la prévention des risques en anesthésie Management pour la prévention des risques en anesthésie Professeur Benoît Plaud Chu Côte de Nacre, Caen plaud-b@chu-caen.fr 5ème congrès 19-20 octobre 2006 Saint-Denis 1 Evénements indésirables graves

Plus en détail

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité

ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG. Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Hôpitaux Universitaires de Genève ASPECT ECHOGRAPHIQUE NORMAL DE LA CAVITE UTERINE APRES IVG Dr D. Tasias Département de gynécologie, d'obstétrique et de stérilité Introduction (1) L IVG chirurgicale est

Plus en détail

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct. 1 eres Rencontres R Bordeaux 2-3 Juillet 2012 Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.func J.Gal 1, A.Kramar

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles

Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Nouveautés dans la prise en charge des intubations difficiles Dernières recommandations conférence d expert SFAR 2006 Olivier Langeron Département d Anesthésie-Réanimation Hôpital de la Pitié-Salpêtrière

Plus en détail

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention

Améliorer la pratique journalière d activité physique (AP) chez les femmes âgées, en termes But de l intervention Efficacité d une intervention d activité physique guidée par accéléromètre chez des Fiche No 15 femmes âgées vivant dans la communauté Koizumi D, Rogers NL, Rogers ME, Islam MM, Kusunoki M & al. Efficacy

Plus en détail

Traitements NORMES CLINIQUES

Traitements NORMES CLINIQUES NORMES CLINIQUES Traitements L optométriste doit présenter à son patient les différentes alternatives de traitement, lui faire des recommandations et élaborer un plan de traitement qui peut inclure : le

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2014 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

L enjeu de l évaluation

L enjeu de l évaluation Joël Belmin Hôpital Charles Foix et Université Paris 6 Ivry-sur-Seine L enjeu de l évaluation Augmentation du coût de la santé Recentrer les dépenses sur les traitements efficaces Dé remboursement des

Plus en détail

Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne

Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne Téléphones mobiles à l hôpital: utilisation par les soignants et contamination bactérienne E. Botelho-Nevers 1, L. Papazian 2, S. Badiaga 3, M. Leone 4, P. Brouqui 5 et M. Drancourt 5 1 Service de Maladies

Plus en détail

diversifiés culturellement et linguistiquement : Essais randomisé et contrôlé

diversifiés culturellement et linguistiquement : Essais randomisé et contrôlé Vaincre les barrières à l activité physique (AP) dans une population d adultes plus âgés, Fiche No 28 diversifiés culturellement et linguistiquement : Essais randomisé et contrôlé Borschmann K., Moore

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles

Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Méthodes et outils de l analyse des pratiques professionnelles Dr Nelly LE REUN, DIU soignant en gérontologie, Brest, 9 mai 2012 11/05/2012 1 Formation initiale Formation continue: acquisition de nouvelles

Plus en détail

INTER REGION NORD-NORMANDIE-PICARDIE AMIENS-CAEN-LILLE-ROUEN Diplômes d Etudes Spécialisées en Anesthésie-Réanimation

INTER REGION NORD-NORMANDIE-PICARDIE AMIENS-CAEN-LILLE-ROUEN Diplômes d Etudes Spécialisées en Anesthésie-Réanimation INTER REGION NORD-NORMANDIE-PICARDIE AMIENS-CAEN-LILLE-ROUEN -------- Diplômes d Etudes Spécialisées en Anesthésie-Réanimation Etude LARYNGOTEST. Comparaison des performances de trois types de lames de

Plus en détail

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes

Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes Etude pilote d un régulateur pneumatique continu de la pression des ballonnets des sondes d intubation endotrachéale chez l enfant. Gaëlle Vottier 1,3 (Sous la direction du Pr Stéphane Dauger 1,3 ) (En

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes

PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes PHP 2 Pratique en santé publique fondée sur des données probantes But Les professionnels de la santé publique suivent de plus en plus une approche fondée sur des données probantes lorsqu il s agit de planifier,

Plus en détail

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation

La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation La survie nette actuelle à long terme Qualités de sept méthodes d estimation PAR Alireza MOGHADDAM TUTEUR : Guy HÉDELIN Laboratoire d Épidémiologie et de Santé publique, EA 80 Faculté de Médecine de Strasbourg

Plus en détail

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013

Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Grille «Safe Surgery» pour l auto-évaluation dans le cadre du contrat 2013 Les questions sont rés en différentes rubriques se rapportant au thème Safe. Il est prévu que les différents partenaires de l

Plus en détail

Le programme de changement de comportement

Le programme de changement de comportement L adoption du Guide Canadien d Activité Physique et du Cahier d accompagnement pour Fiche No 33 les aînés : Impacts sur le conditionnement physique et la dépense énergétique Jiang X, Cooper J, Porter MM,

Plus en détail

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique»

Tests de comparaison de moyennes. Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Tests de comparaison de moyennes Dr Sahar BAYAT MASTER 1 année 2009-2010 UE «Introduction à la biostatistique» Test de Z ou de l écart réduit Le test de Z : comparer des paramètres en testant leurs différences

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

communautaires d activité physique pour les aînés : essai randomisé Les fournisseurs de soins ont été randomisés en 2 groupes :

communautaires d activité physique pour les aînés : essai randomisé Les fournisseurs de soins ont été randomisés en 2 groupes : Inciter les professionnels de santé de première ligne à augmenter les références Fiche No 25 But de l intervention communautaires d activité physique pour les aînés : essai randomisé Ackermann RT, Deyo

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis H.Kamoun, D.Abbes, A.Hammou Centre National de Radioprotection, Tunis, Tunisie. INTRODUCTION

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé

Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Résultats fonctionnels après chirurgie filtrante dans le glaucome à angle ouvert à un stade avancé Dr S.Khimoud Dr F.Mazari Dr H.Zemour Dr A.Chachoua Dr I.Derder Pr L.Chachoua INTRODUCTION Le glaucome

Plus en détail

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente.

Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Bonjour, Je viens vous présenter les résultats de mon projet de maîtrise terminé en août 2014. Premièrement, je me présente. Je suis Véronique Lamontagne et j ai réalisé mon projet sous la direction de

Plus en détail

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109

Note éducative. Commission des rapports financiers des régimes de retraite. Novembre 2009. Document 209109 Note éducative Les hypothèses de taux d actualisation relatifs à l achat de rentes pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité avec date de calcul entre le 31 juillet 2009 et le

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin

Bibliographie. Le 21.09.2012 J.Barbin Bibliographie Le 21.09.2012 J.Barbin «Effects of circuit training as alternative to usual physiotherapy after strocke : randomised controlled trial» Ingrid G L van de Port, Lotte E G Wevers, Eline Lindeman,

Plus en détail

Démarche scientifique à partir d une situation problème. Les eaux gazéifiées

Démarche scientifique à partir d une situation problème. Les eaux gazéifiées Démarche scientifique à partir d une situation problème Les eaux gazéifiées Cinquième Situation problème A l insu des élèves, deux bouteilles d eau gazéifiée identiques, fermées, ont été placées sous le

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

Les PRP : indications chirurgicales actuelles

Les PRP : indications chirurgicales actuelles Les PRP : indications chirurgicales actuelles Yoann BOHU Chirurgien orthopédique et traumatologique, manager médical et chirurgien du Racing Métro 92 En traumatologie, biomécanique et biologie sont les

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Demandeur Nom de fantaisie Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Danemark Valera Pharmaceuticals

Demandeur Nom de fantaisie Dosage Forme pharmaceutique Voie d administration Danemark Valera Pharmaceuticals ANNEXE I LISTE REPRENANT LES NOMS, LA FORME PHARMACEUTIQUE, LE DOSAGE DU MÉDICAMENT, LA VOIE D ADMINISTRATION, LE DEMANDEUR, LE TITULAIRE DE L AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ DANS LES ÉTATS MEMBRES

Plus en détail

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011

Collaboration avec statisticien et data manager. Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Collaboration avec statisticien et data manager Raphaël Porcher, DBIM, Hôpital Saint-Louis DU Chef de Projet en Recherche Clinique 4 novembre 2011 Rôle du statisticien dans une étude clinique Responsable

Plus en détail

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1 Déclaration d Ottawa sur l enregistrement des essais d interventions de santé: Proposition pour l enregistrement international d informations relatives au protocole et de résultats des essais réalisés

Plus en détail

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds RÉCLAMATION NO 18669 Province d infection : Ontario État de résidence : Alabama CAUSE DE RENVOI DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990)

Plus en détail

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014

Marion GILBERT Simon CHAUVEAU. DES pneumologie 11 avril 2014 Marion GILBERT Simon CHAUVEAU DES pneumologie 11 avril 2014 Contexte Dépistage du cancer poumon : Santé publique Par scanner injecté (low dose) : Baisse de la mortalité (-20%) : NLSTrial (USA) 2011: «The

Plus en détail

Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier les dents présentant une pulpite?

Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier les dents présentant une pulpite? Alain Villette*, Thierry Collier**, Thierry Delannoy*** *DSO **docteur en chirurgie dentaire ***docteur en chirurgie dentaire Les techniques diploïques, en première intention, peuvent-elles anesthésier

Plus en détail

Césarienne pour toutes

Césarienne pour toutes Césarienne pour toutes Méthodologie Revue de la littérature : - PUBMED de 2003 à nos jours - Mots clefs: urinary incontinence AND cesarean section (210 publications) fecal incontinence AND cesarean section

Plus en détail

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005)

Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Interprétation d une enquête épidémiologique : type d enquête, notion de biais, causalité (72) Docteur José LABARERE Mars 2004 (Mise à jour mai 2005) Pré-Requis : Test de comparaison de proportions (chi

Plus en détail

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS

INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 24: LE CADRE EVALUE LA QUALITE DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES ET PROPOSE DES PERSPECTIVES D AMELIORATION

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Atradius Buyer Ratings

Atradius Buyer Ratings Atradius Buyer Ratings Le pouvoir de prévoir FAQ A. Questions générales 1. Que signifie le Buyer Rating? Le Buyer Rating d Atradius est un score statistique sur une échelle de 1 à 100 qui a été développé

Plus en détail

Orthodontie et enfants malades

Orthodontie et enfants malades Orthodontie et enfants malades Atelier Presse du jeudi 25 septembre 2008 Avec la participation des docteurs Brigitte Vi-Fane et Jean-Baptiste Kerbrat Contact presse : BV CONSEiL Santé Alexandra Dufrien

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA)

Philippe Faucher. L efficacité de ce protocole est bien établie avant 49 j d aménorrhée ( 7SA) Quelle est la dose de Mifépristone nécessaire pour une interruption de grossesse avant 49 jours d aménorrhée en association avec 2 comprimés de Misoprostol? Une revue de la littérature Philippe Faucher

Plus en détail