Leucémie lymphoïde chronique : facteurs pronostiques

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Leucémie lymphoïde chronique : facteurs pronostiques"

Transcription

1 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE REIMS Leucémie lymphoïde chronique : facteurs pronostiques Alain DELMER Hématologie Clinique CHU de Reims DES hémato 25 sept. 2015

2 LLC classification de Binet définition des aires lymphoïdes stade A stade B Hb 100 g/l et plaq 100 x 10 9 /l < 3 aires lymphoïdes atteintes Hb 100 g/l et plaq 100 x 10 9 /l 3 aires lymphoïdes atteintes 1 2 stade C Hb < 100 g/l et/ou plaq < 100 x 10 9 /l quel que soit le nombre d aires lymphoïdes atteintes à 80% de stades A au moment du diagnostic Binet et al., Cancer 1981, 48 :

3 Classification de Binet survie globale Pflug et al., Blood

4 LLC pourquoi des facteurs pronostiques? maladie hétérogène évolution clinique variable avancées biologiques constantes permettant de mieux comprendre cette hétérogénéité et l échec des traitements nécessité de mieux anticiper l évolution afin de guider le choix de la stratégie thérapeutique arrivée de nouvelles drogues (thérapies ciblées ) facteurs pronostiques validés biomarqueurs (et leurs tests compagnons?) 4

5 Facteurs pronostiques/prédictifs : qu en attend-on? des informations aux différentes étapes de la maladie évaluation du risque évolutif potentiel de la maladie au moment du diagnostic (par ex., stades A) et ultérieurement aide à la décision thérapeutique : choix des drogues et de la stratégie globale, prédiction de la probabilité de succès ou à l inverse d échec d un traitement donné (par ex., chimiothérapie FC-R et altération de la voie p53) en 1 ère ligne et à la rechute prédiction de la toxicité des traitements (par ex., cytopénies induites par les immuno-chimiothérapies) 5

6 LLC cytogénétique (FISH) pronostic Döhner et al., NEJM

7 LLC statut mutationnel IgVH pronostic Kröber et al., Blood

8 LLC facteurs pronostiques résumé ( ) bon pronostic mauvais pronostic stade A pas de prolifération stades B ou C signes de prolifération TDL long > 12 mois TDL court (< 12 mois) thymidine kinase sérique N ale thymidine kinase élevée B2M normale B2M élevée CD38(-) présence de mutations somatiques VH ZAP70(-) del(13q) isolée ou absence d anomalie cytogénétique CD38(+) absence de mutations somatiques VH ZAP70(+) del(11q), del(17p), caryotype complexe, t(14;19) 8

9 LLC facteurs pronostiques/prédictifs mais de quoi? intervalle libre sans nécessité de traitement (stades A) réponse au traitement (de 1 ère ligne) durée de la réponse (survie sans progression) et de la survie globale gravité d une rechute toxicité des traitements 9

10 Stades A pronostic survie sans progression 340 pts de stade A analyse multivariée lymphocytose, B2M, CD38, TK (thymidine kinase) sérique, cytogénétique (FISH), statut mutationnel IgVH, ZAP70 lymphocytose sanguine (> 13 G/L), B2M (> 2.5 mg/l), CD38 (> 7%), TK > 10 0/1 facteur 2/3/4 facteurs PFS médiane = 16 mois dans groupe haut risque Letestu et al., Blood

11 Stades A pronostic survie sans progression B ou C 340 pts de stade A étude multiparamétrique lymphocytose (> 13 G/L) bêta 2 microglobuline (> 2.5 mg/l) expression du CD38 (> 7%) aucun facteur défavorable un seul facteur défavorable 2 ou 3 facteurs défavorables thymidine kinase (seuil 10 U) basse élevée bon pronostic (0 ou 1 facteur) PFS > 85% à 7 ans mauvais pronostic (2 facteurs ou plus) PFS 20 mois Letestu et al., Blood

12 LLC intervalle libre avant 1 er traitement Nomogram for time to first treatment taille du plus gros ganglion cervical taux de LDH (pondéré selon le statut VH) nombre de sites ganglionnaires FISH Wierda et al., JCO

13 LLC FCR vs FC résultats CLL8 trial (GCLLSG) Suivi médian 5.9 ans FC (n = 409) FCR (n = 408) réponse complète (RC) 22% 44% réponse globale (RP) 80% 90% survie sans progression (médiane) 33 mois 57 mois survie globale (médiane) 86 mois non atteinte neutropénies retardées FC FCR après 2 mois 8.8% 16.6% > 12 mois 3.7% 3.9% seconds cancers 136 tumeurs solides 74 LAM/SMD 24 Richter 38 Hallek et al., Lancet 2010 Fischer et al. ASH

14 LLC 1 ère ligne FCR vs FC facteurs pronostiques survie sans progression survie globale Hazard ratio p Hazard ratio p FCR < B2M > 3.5 mg/l < PS ECOG del(17p) < < VH non muté âge > 60 ans leucocytes > 50 G/L Hallek et al., Lancet

15 mutations de TP53 fréquence et survie (st. B/C, 1 ère ligne) mutations retrouvées dans 8.5% des cas (28/328) sans délétion 17p dans 4.5% des cas (14/291) avec délétion 17p dans 4% des cas cas avec délétion 17p : mutation sur l autre allèle du gène TP53 (14/16 soit 87%) aucune réponse complète si mutation de TP53 pronostic péjoratif et identique si mutation isolée ou associée à del(17p) survie sans progression survie globale cohorte CLL4 du GCLLSG : F vs FC Zenz et al., JCO

16 MRD après traitement valeur prédictive CLL8 trial étude maladie résiduelle par cytométrie en flux (sang et moelle) en cours de traitement et à 2 mois de la dernière cure de FC ou FCR 493 pts étudiés sur les 817 inclus 3 catégories de MRD : < 10-4 (faible), 10-4 à < 10-2 (intermédiaire), et 10-2 (élevée) niveau MRD N pts % PFS (mo) OS (mo) < % 68.7 NA < % 40.5 NA % FC FCR MRD < % 63% Bottcher et al., JCO

17 MRD après traitement valeur prédictive CLL8 trial signification pronostique MRD faible (< 10-4) indépendante du bras de traitement survie sans progression survie globale Bottcher et al., JCO

18 LLC médiocre pronostic des rechutes précoces survie globale des patients en rechute après FC ou FCR (étude CLL8) selon la durée de rémission (calculée à partir du début du traitement de seconde ligne ) Stilgenbauer, Hematology

19 LLC rechutes après FCR devenir (MDACC, Houston) 300 pts FCR 1 ère ligne 112 rechutes/réfractaires traitements variés : FCR-like (33 pts), CFAR (9 pts), rituximab ± GM-CSF ou corticoïdes (26 pts), campath (16 pts), divers autres traitements dont phases I CR 17 (16%) et PR 46 (41%) survie médiane 33 mois (OS 40% à 5 ans) pronostic conditionné par délai 1 ère ligne rechute délai N pts OR CR OS (mo) < 36 mo 43 42% 12% mo 69 65% 17% 44 Kim et al, Blood

20 score de Pflug groupe allemand (GCLLSG) cohorte de training = 1948 pts 3 essais allemands ( ) CLL1 : 876 pts stades A W&W versus fludarabine (pts à «haut risque») CLL4 : 375 pts < 65 ans F versus FC CLL8 : 817 pts FC versus FCR 23 paramètres pronostiques cohorte de validation (Mayo Clinic) = 676 pts nouvellement diagnostiqués sexe, âge, délai dg ttt, stade, PS ECOG, signes B, données de l hémogramme, anomalies génétiques, ZAP70, statut mutationnel IGVH, LDH, stk, B2M, EFS, PFS, OS, TFS Pflug et al., Blood

21 score de Pflug groupe allemand (GCLLSG) niveau de risque score % de Patients survie à 5 ans faible % intermédiaire % élevé % très élevé % variables retenues del (17p) TK > 10 U/L B2 micro > 3,5 mg/l 1.7 à 3.5 mg/l IGHV non muté ECOG > 0 del (11q) sexe masculin âge > 60 ans score Pflug et al., Blood

22 score de Pflug groupe allemand (GCLLSG) A : survie globale (ensemble de la population) B : survie sans progression (population traitée) Pflug et al., Blood

23 score de Pflug groupe allemand (GCLLSG) C : intervalle libre sans traitement (TFS) (population non initialement traitée) Pflug et al., Blood

24 Fréquence des principales mutations selon le stade Del(13q)/+12 Au diagnostic Progression avant 1 er trait t Rechute ou réfractaires fréquence similaire tout du long de l évolution Richter TP53 mut/del 5-10% 15% 45% 60% ATM mut/del 10-20% 20-35% 25-30% ( 10%) NOTCH1 5-10% 13-20% 13-20% 30-40% SF3B1 5-10% 15% 20% ( 6%) BIRC3 5% NA 25% ( 0%) des mutations de NOTCH1, SF3B1 et BIRC3 peuvent apparaitre au cours de l évolution (sélection clonale) Adapté de Rossi et al., Mediterr J Hematol Infect Dis 2012 Foa et al., Haematologica

25 nouvelles mutations CLL8 trial (GCLLSG) : FC vs FCR CLL8 (n=573) CLL3X (n=80) CLL2H (n=97) TP % 30.0 % 37.4 % NOTCH % 13.8 % 13.4 % SF3B % 26.3 % 17.5 % fréquence des mutations de TP53, Notch et SF3B1 dans les cohortes CLL8 (1 ère ligne, FC vs FCR), CLL3X (high-risk, allo-sct) et CLL2H (F-refractory, alemtuzumab) PFS HR p-value OS HR p-value FCR <.001 FCR TP53mut <.001 TP53mut <.001 SF3B1mut NOTCH1mut interaction NOTCH1mut interaction analyse multivariée intégrant les nouvelles mutations (étude CLL8 : FC vs FCR) Stilgenbauer et al., ASH 2012 et Blood

26 PFS selon mutations TP53, Notch1 et SF3B1 1 ère ligne étude CLL8 (GCLLSG) : FC vs FCR (1 ère ligne de traitement) 573 cas analysés sur 817 inclus (70%) TP %, Notch1 10 %, SF3B % Notch1 et SF3B1 presque mutuellement exclusives (les 2 mutations : 0.5%) survie sans progression Stilgenbauer et al., ASH 2012 et Blood

27 Mutations TP53, ATM, NOTCH1, SF3B1 et BIRC3 (1) TP53/ATM loci : 17p (TP53) et 11q22.3 (ATM) mécanisme : inactivation délétion et mutations (effet dominant négatif) voie impliquée : dommages de l ADN stabilité du génome NOTCH1 récepteur transmembranaire /partie intracellulaire (= facteur de transcription) clivée par gamma-secrétases et rapidement dégradée mécanisme : dégradation Notch1 voie impliquée : NFkB ± MYC et TP53 SF3B1 Splicing Factor 3b, subunit 1 locus : 2q33.1 mécanisme : modification de la fonction voie impliquée : splicing des pré-arnm dans la LLC : altération de la réponse TP53/ATM en réponse aux dommages de l ADN BIRC3 Baculoviral IAP repeat containing 3 genes (BIRC3, c-iap2, locus 11q22.2) Locus: 11q22.2 (centromérique de 6 Mb de ATM) mécanisme: inactivation par délétion ou mutation voie impliquée: NFkB ( ) 27

28 Mutations TP53, ATM, NOTCH1, SF3B1 et BIRC3 (2) TP53/ATM association avec caryotypes complexes double anomalie TP53 et ATM rare : 1% des LLC mais 11% des LLC avec 17p(-) conséquences cliniques: PFS et survie (ATM, TP53) chimiorésistance (TP53) petits sous-clones aussi péjoratifs SF3B1 association avec délétion 11q22-23 et mutation de ATM conséquences cliniques : intervalle libre sans traitement survie résistance à la fludarabine? NOTCH1 association avec trisomie 12, plus fréquent chez pts avec IGVH non mutée conséquences cliniques : survie pas de bénéfice du rituximab (en association avec FC, étude CLL8) risque accru de Richter BIRC3 association avec délétion ATM (proche voisinage) conséquences cliniques : survie résistance chimiothérapie (de façon similaire à anomalie de TP53) 28

29 Cumulative probability of OS (%) Cumulative probability of OS (%) Nouveaux sous-groupes pronostiques survie globale données cytogénétiques et nouvelles mutations 4 groupes pronostiques Matched general population del13q14 Normal +12 del11q22-q23 del17p13 Matched general population del13q14 Normal/+12 NOTCH1 M/SF3B1 M/del11q22-q23 TP53 DIS/BIRC3 DIS FISH seule FISH + nouvelles mutations Years from diagnosis Years from diagnosis Rossi et al., Blood

30 Nouveaux sous-groupes pronostiques survie globale données cytogénétiques et nouvelles mutations (n = 583) 4 groupes pronostiques cytogénétique seule cytogénétique + mutations anomalie % pts survie 5 ans survie 10 ans groupes % pts survie 5 ans survie 10 ans del(13q) 33.2% 83.9% 53.3% N al 36.4% 78.0% 57.1% /1% 62.5% 47.5% del(11q) 6.7% 54.7% 41.3% del(13q) 26.6% 86.9% 69.3% N al / % 77.6% 57.3% Notch1/SF3B1 del(11q) 17% 65.9% 37.1% TP53/BIRC3 17.3% 50.9% 29.1% del(17p) 9.6% 48.5% 30.6% Rossi et al., Blood

31 LLC facteurs pronostiques intervalle libre sans Tx taux de réponse* survie sans progression survie globale CD38 TK > 10 B2 microglob. IgVH non muté del(11q) del(17p)/tp53 mut Notch1 mut SF3B1 mut BIRC3 mut MRD non détectable * après traitement de première ligne type FCR 31

Alain DELMER Hématologie Clinique CHU de Reims. 12 ème Congrès Maghrébin d Hématologie Hammamet - 29 et 30 mai 2015

Alain DELMER Hématologie Clinique CHU de Reims. 12 ème Congrès Maghrébin d Hématologie Hammamet - 29 et 30 mai 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE REIMS Leucémie lymphoïde chronique : actualités physiopathologiques Alain DELMER Hématologie Clinique CHU de Reims 12 ème Congrès Maghrébin d Hématologie Hammamet -

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par Marion Alcantara, Centre Henri Becquerel, Rouen ETUDES DE PHASE III EVALUANT L EFFICACITÉ ET LA TOLÉRANCE D IDELALISIB (GS-1101) EN ASSOCIATION À OFATUMUMAB OU À BENDAMUSTINE + RITUXIMAB CHEZ DES PATIENTS PRÉSENTANT UNE LLC EN RECHUTE/RÉFRACTAIRE D

Plus en détail

Hétérogénéité pronostique des myélomes à haut risque cytogénétique : rôle de la délétion 1p32 et des trisomies 3, 5 et 21

Hétérogénéité pronostique des myélomes à haut risque cytogénétique : rôle de la délétion 1p32 et des trisomies 3, 5 et 21 Hétérogénéité pronostique des myélomes à haut risque cytogénétique : rôle de la délétion 1p32 et des trisomies 3, 5 et 21 Jill Corre Unité de génomique du Myélome (Pr Hervé Avet-Loiseau) IUCT-Oncopole,

Plus en détail

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015

LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé. Capacité de gérontologie 2014-2015 LEUCÉMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Sujet âgé Capacité de gérontologie 20142015 Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Mr. C. 87 ans, hospitalisé pour : chute pneumopathie Quels examens demandez

Plus en détail

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro

Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B. Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro 1 Fiche : CARACTERISATION CYTOGENETIQUE ET MOLECULAIRE DES LEUCEMIES PROLYMPHOCYTAIRES B Coordonnateurs : F Nguyen Khac, E Chapiro CONTEXTE La leucémie prolymphocytaire B (LPL B) est une pathologie rare,

Plus en détail

D après la communication de Goede V

D après la communication de Goede V RÉSULTATS D UNE ÉTUDE DE PHASE III COMPARANT CHLORAMBUCIL SEUL A OBINUTUZUMAB PLUS CHLORAMBUCIL OU RITUXIMAB PLUS CHLORAMBUCIL CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS DE LLC ET PRÉSENTANT DES COMORBIDITÉS D après la

Plus en détail

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN

RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN RADIOTHÉRAPIE DES CANCERS DU SEIN: VERS UNE INDIVIDUALISATION BASÉE SUR LE PHÉNOTYPE TUMORAL? Anthony TURPIN INTRODUCTION RECOMMANDATIONS INCA NOV 2008 Schéma standard: o 50 Gy en 25 fractions sur 33 jours

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique 25% des leucémies de l adulte 25% des lymphomes de l adulte Âge médiane (USA): 71 ans Survie 5 ans 88% Leucémie lymphoïde chronique Score de Matutes modifié Faible taux Ig

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Score de Matutes modifié Faible taux Ig de membranne CD5+, CD23+ CD79b-, FMC7- Cytologie: petit lymphocyte mature

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique

leucémie lymphoïde chronique la leucémie lymphoïde chronique S.Taoussi, M.T. Abad Service hématologie, EHS ELCC Blida Ce travail a été réalisé au laboratoire hématologie du CAC Blida avec le soutien du CMNG et du laboratoire de recherche

Plus en détail

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein

Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein Apport des nouvelles classes moléculaires dans la prise en charge.des cancers du sein MC Mathieu 26 octobre 2012 Classification classique Type de carcinome infiltrant : classification OMS avec 18 types

Plus en détail

Facteurs pronostiques, critères de jugement et maladie résiduelle dans la LLC

Facteurs pronostiques, critères de jugement et maladie résiduelle dans la LLC Facteurs pronostiques, critères de jugement et maladie résiduelle dans la LLC Vincent Lévy Hôpital Avicenne, Bobigny INSERM U717 Pronostic, vous avez dit pronostic???? 1 Est-ce un sujet «éditorial»? Ou

Plus en détail

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD

Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Tableau 1 : examens biologiques dans les SMD Analyses biologiques Diagnostic/Pronostic Indispensable / obligatoire Recommandé utile au diagnotic et/ou à la stratification thérapeutique individuelle En

Plus en détail

Actualités sur le myélome multiple

Actualités sur le myélome multiple Actualités sur le myélome multiple Véronique Dorvaux, CHR Metz Thionville Sept 2005 IFM : «http://www.curie.net/ifm» Résultats des essais thérapeutiques IFM IFM 99-02 : sujets jeunes de bon pronostic IFM

Plus en détail

Cancer du sein: soins 2015

Cancer du sein: soins 2015 Cancer du sein: soins 2015 Nouveautés thérapeutiques en pathologie mammaire métastatique Pr. Lionel D Hondt (M.D., Ph.D.) Chef du Service d Oncologie CHU UCL Dinant-Godinne CHU Charleroi, 02 octobre 2015

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 janvier 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 janvier 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 janvier 2010 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris

49 ème congrès annuel de la Société Américaine d Oncologie Clinique, Chicago, 2013. Rédigé par le Dr Guillaume PLOUSSARD, Hôpital Saint-Louis, Paris RÉARRANGEMENTS ERG ET RÉSULTATS CLINIQUES CHEZ DES PATIENTS TRAITES PAR ACÉTATE D ABIRATÉRONE: RÉSULTATS DE L ÉTUDE COU-AA- 302 DANS LE CANCER DE LA PROSTATE MÉTASTATIQUE RESISTANT A LA CASTRATION NON

Plus en détail

Progrés & Molécules innovantes En hématologie

Progrés & Molécules innovantes En hématologie Réseau d Hématologie du Limousin Chateauroux, 8 octobre 2009 Progrés & Molécules innovantes En hématologie Pr Dominique Bordessoule Chateauroux octobre 2009 1 Cas cliniques 1 et 2 diagnostic d une hyperleucocytose

Plus en détail

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014

Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Les incontournables 2014 en cancérologie Pneumologie Les thérapies ciblées dans le cadre de l AMM en octobre 2014 Anne-Claire TOFFART EGFR mutés Gefitinib 250 mg x 1/J Cp 250 mg Erlotinib 150 mg x 1/J

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) chez le sujet agé

Leucémie lymphoïde chronique (LLC) chez le sujet agé Leucémie lymphoïde chronique (LLC) chez le sujet agé Plan de la présentation Diagnostic et épidémiologie Biologie: Facteurs pronostiques: lesquels, quand les proposer? Traitements: Protocoles nouvelles

Plus en détail

Approches génomiques des cancers Exemple des leucémies aiguës. Jean Soulier Laboratoire d Hématologie, Hôpital Saint-Louis

Approches génomiques des cancers Exemple des leucémies aiguës. Jean Soulier Laboratoire d Hématologie, Hôpital Saint-Louis Approches génomiques des cancers Exemple des leucémies aiguës Jean Soulier Laboratoire d Hématologie, Hôpital Saint-Louis Leucémies aiguës : prolifération de progéniteurs immatures Leucémies aiguës lymphoblastiques

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique / cas clinique

leucémie lymphoïde chronique / cas clinique CENTRE HOSPITALIER CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE REIMS UNIVERSITAIRE DE REIMS leucémie lymphoïde chronique / cas clinique Alain DELMER Hématologie Clinique CHU de Reims Journées AIH Lille 23-25 septembre

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique Leucémie lymphoïde chronique Syndrôme lymphoprolifératif (SLP) caractérisé par une prolifération monoclonale chronique de lymphocytes B, matures morphologiquement mais immatures d un point de vue immunologique.

Plus en détail

LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique

LLC. Leucémie Lymphoïde Chronique LLC Leucémie Lymphoïde Chronique Définition La Leucémie Lymphoïde Chronique est une hémopathie chronique, définie par l accumulation dans le sang de lymphocytes Le taux de lymphocytes doit être supérieur

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique Place de la cytogénétique

Leucémie Lymphoïde Chronique Place de la cytogénétique OUTILS DIAGNOSTIQUES EN 2015 Leucémie Lymphoïde Chronique Place de la cytogénétique Elise Chapiro UF de Cytogénétique Hématologique Hôpital Pitié-Salpêtrière DESC 15 janvier 2015 Leucémie Lymphoïde Chronique

Plus en détail

Atlas des cancers de l ovaire

Atlas des cancers de l ovaire Atlas des cancers de l ovaire Dr LHEUREUX Stéphanie, oncologue, Centre François Baclesse Etat actuel des cancers de l ovaire Vaughan S, Nat Rev Clin Oncol 2011 Atlas: caractérisation actuelle Extension:

Plus en détail

Recherche des transcrits de fusion AML1/ETO et CBFB-MYH11 dans les LAM de l`adulte.

Recherche des transcrits de fusion AML1/ETO et CBFB-MYH11 dans les LAM de l`adulte. Recherche des transcrits de fusion AML1/ETO et CBFB-MYH11 dans les LAM de l`adulte. F.Harieche, W.Assouak, A.Trabzi, M.Saidi, F.Zerhouni, R.M.Hamladji. LAM Entité distincte Leucémies aigues. Transformation

Plus en détail

Impact pronostique des diverses anomalies chromosomiques entraînant la délétion 17p dans la leucémie lymphoïde chronique.

Impact pronostique des diverses anomalies chromosomiques entraînant la délétion 17p dans la leucémie lymphoïde chronique. Impact pronostique des diverses anomalies chromosomiques entraînant la délétion 7p dans la leucémie lymphoïde chronique. Une étude du GFCH Coordonnatrices : Florence Nguyen-Khac, Elise Chapiro Elise Chapiro

Plus en détail

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier

Cancers du sein infracentimétriques. XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Cancers du sein infracentimétriques Her2 + XIV Journées de Sénologie Interactive Sept 2011 C Cuvier Généralités cancers HER2+ Sur-expression Her2 = facteur de mauvais pronostic (Press 1997, Tovey 2009,

Plus en détail

LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE

LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE LEUCEMIE LYMPHOÏDE CHRONIQUE RESUME DES POINTS FORTS - Néoplasie B mature - Diagnostic sur immunophénotype sur sang - Stades cliniques - Nouveaux facteurs pronostiques - Orientations thérapeutiques AUTEUR

Plus en détail

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN

FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN FACTEURS PRONOSTIQUES DU CANCER DU SEIN DESC de chirurgie viscérale Poitiers 2004 Katy WELSCHBILLIG CHU d Angers Intérêt d identifier les facteurs pronostiques Définition des populations à haut risque

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique: au delà du leukeran et de la fludarabine. Joffre C. Allard, hémato oncologue CISSS Bas St Laurent Hôpital régional

Leucémie lymphoïde chronique: au delà du leukeran et de la fludarabine. Joffre C. Allard, hémato oncologue CISSS Bas St Laurent Hôpital régional Leucémie lymphoïde chronique: au delà du leukeran et de la fludarabine Joffre C. Allard, hémato oncologue CISSS Bas St Laurent Hôpital régional LLC syndrome lymphoprolifératif chronique de la cellule B

Plus en détail

Anomalies cytogénétiques et génétiques. Mutations «driver» et évolution clonale.

Anomalies cytogénétiques et génétiques. Mutations «driver» et évolution clonale. Anomalies cytogénétiques et génétiques. Mutations «driver» et évolution clonale. Pr Florence Nguyen-Khac Hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris 6 DES Hématologie Clinique, LLC Paris, 25/09/2015 A C L F Groupe

Plus en détail

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon

D après la communication orale de B. D. Cheson, abstract 123, ICML 2015. Rédaction : Dr A. Chauchet, Hôpital Minjoz, Besançon Premiers résultats de l étude de phase III GADOLIN étudiant l obinutuzumab associé à la bendamustine versus bendamustine seule chez des lymphomes non hodgkiniens indolents réfractaires au rituximab D après

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Place des anticorps monoclonaux dans le traitement tde la leucémie. 25 mars 2006

Place des anticorps monoclonaux dans le traitement tde la leucémie. 25 mars 2006 Place des anticorps monoclonaux dans le traitement tde la leucémie lymphoïde chronique S. Cereja 25 mars 2006 LLC: diagnostic et facteurs pronostiques Pathologie des lymphocytes B CD5+ CD19+ Diagnostic

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Leucémie Lymphoïde Chronique Plan: I. Introduction II. Physiopathologie III. Etude clinique IV. Diagnostic : Positif et Différentiel V. Classification VI. Facteurs pronostiques VII. Complications VIII.

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique : traitement de 1 ère ligne

Leucémie lymphoïde chronique : traitement de 1 ère ligne CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE REIMS Leucémie lymphoïde chronique : traitement de 1 ère ligne Alain DELMER Hématologie Clinique CHU de Reims DES hémato 25 sept. 2015 La leucémie lymphoïde chronique

Plus en détail

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013

Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Référentiel cancers du sein localement avancé et métastatique - Janvier 2013 Introduction Les grandes lignes des recommandations ABC 1 et les «ESMO Clinical Practice Guidelines for diagnosis, treatment

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique

Leucémie Lymphoïde Chronique Leucémie Lymphoïde Chronique Docteur Brigitte Duclos Les Hôpitaux Universitaires de STRASBOURG Définition La leucémie lymphoïde chronique est une néoplasie du système lymphoïde caractérisée par la prolifération

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

Actualités sur le myélome multiple novembre 2003. Véronique Dorvaux Service d Hématologie CHR Metz-Thionville

Actualités sur le myélome multiple novembre 2003. Véronique Dorvaux Service d Hématologie CHR Metz-Thionville Actualités sur le myélome multiple novembre 2003 Véronique Dorvaux Service d Hématologie CHR Metz-Thionville Facteurs Pronostiques Staging : Durie et Salmon ; ASH 2002 β2 microglobuline Cytogénétique :

Plus en détail

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE?

ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? ACETATE D ABIRATERONE: QUELS FACTEURS PRONOSTIQUES ET PREDICTIFS UTILISABLES EN PRATIQUE CLINIQUE? D après la communication orale de Yu Y. (Discussion) Prognosis and Prediction of Outcomes in Castration-Resistant

Plus en détail

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ

Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Adapter la chimiothe rapie au stade et aux comorbidite s? Audrey MAILLIEZ Aucun Conflit d intérêts Référentiels Critères oncologiques de choix des traitements p significatif traitement / protocole établi

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 juillet 2012 MABTHERA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/2 (CIP 560 600-3) MABTHERA 500 mg, solution à diluer pour perfusion B/1 (CIP 560 602-6) ROCHE rituximab

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna

Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes. Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Thérapeutiques ciblées dans les lymphomes Mardi 27 Septembre 2005 Serge Bologna Rituximab A tout seigneur, tout honneur Que de chemin depuis 10 ans Ac anti-cd 20 développé initialement en monothérapie

Plus en détail

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale

Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Les Thérapies ciblées Dix ans après... Evaluation médicale Dominique JAUBERT Oncologie-Hématologie Clinique Tivoli BORDEAUX Réseau de cancérologie d Aquitaine La recherche de nouvelles molécules anticancéreuses

Plus en détail

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu

Repenser le cancer de l ovaire après. Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Repenser le cancer de l ovaire après Jérôme ALEXANDRE, Université Paris Descartes, Oncologie, GH Cochin Hôtel Dieu Objectifs Faire une recherche exhaustive des anomalies génétiques et épigénétiques des

Plus en détail

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES

CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES CANCER DU SEIN CHEZ LES FEMMES ÂGÉES PARTICULARITÉS ÉPIDÉMIOLOGIQUES 40 000 nouveaux cas/an en France, 11 000 décès 45% des femmes atteintes ont plus de 65 ans La fréquence s accroît avec l âge, aux USA:

Plus en détail

Second cancer après radiothérapie mammaire

Second cancer après radiothérapie mammaire Second cancer après radiothérapie mammaire Sophie Guillerm, service de radiothérapie, Hôpital St Louis Florence Coussy, service d oncologie, Institut Curie Vendredi 25/09/2015 Introduction incidence nombre

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique

Leucémie lymphoïde chronique 22 Leucémie lymphoïde chronique Avec 2 171 nouveaux cas estimés en 2000, la leucémie lymphoïde chronique (LLC) représente 35 % de l ensemble des leucémies et 0,8 % de l ensemble des cancers. Cette maladie

Plus en détail

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires

Traitement standard des GBM: ASTRO 2010: - Nombreuses études rétrospectives - Quelques études cliniques préliminaires Tumeurs primitives Traitement standard des GBM: - Résection aussi complète que possible - Bénéfice de la RCT postopératoire - Patients les plus âgés?? (50% > 65 ans) - Quid du TMZ?? ASTRO 2010: - Nombreuses

Plus en détail

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013

La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 La recherche BRAF : intérêts et limites en 2013 Réunion GFPC Paris, décembre 2013 Pr D Damotte Pathologie Hôpitaux universitaires paris centre BRAF: voie MEK / ERK AMM mélanome en 2011 La recherche BRAF

Plus en détail

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA

Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Lymphome à cellules du manteau : quel traitement de première ligne? Corinne Haioun Hôpital Henri Mondor Créteil, France GELA Problématiques Quelle est la place du Rituximab? Quels arguments pour une intensification

Plus en détail

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer.

LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. LAM et SMD secondaires à la radio-chimiothérapie : Une série de 116 cas provenant de 2 Centres de lutte contre le Cancer. H BENNANI 1, V SAADA 2 1 Institut Curie-Hôpital René Huguenin, Saint Cloud 2 Institut

Plus en détail

Une nouvelle vision de la leucémie lymphoïde chronique

Une nouvelle vision de la leucémie lymphoïde chronique Une nouvelle vision de la leucémie lymphoïde chronique Pr André Bosly Service d hématologie Cliniques universitaires UCL de Mont-Godinne La LLC Nouvelles Notions B CD38 + Manteau Zone claire CD38 - B B

Plus en détail

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance

PAOLA-1. Cancer de l ovaire 1 ère ligne-maintenance PAOLA- Cancer de l ovaire ère ligne-maintenance Etude randomisée de phase III, en double aveugle, comparant olaparib vs placebo chez des patientes atteintes de cancer séreux ou endométrioïde de haut grade

Plus en détail

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique

MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique. Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique MASTER 2 : Pharmacologie Clinique et Développement Thérapeutique Evaluation de nouvelles drogues Critères de jugement clinique Jean-Marie BOHER, PhD, Institut Paoli-Calmettes, Marseille Novembre 2011 Typologie

Plus en détail

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY

Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Cancer Prostatique Localement Avancé (T3) Pr. Vincent RAVERY Introduction Diagnostic précoce / Dépistage Nombre relatif stable de cancers de la prostate (CaP) localement avancés Meilleure stadification

Plus en détail

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet

Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Médecine personnalisée, de quoi parle-t on? Dominique Stoppa-Lyonnet Octobre 2014 Médecine «génomique» personnalisée La médecine «génomique» personnalisée repose sur l identification de sous-groupes de

Plus en détail

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire

20/05/2015 Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Indications et protocoles thérapeutiques nécessitant une cible moléculaire Dr Elodie Coquan, oncologue médicale Centre François Baclesse, Caen Introduction Amélioration des connaissances sur la carcinogénèse

Plus en détail

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire

Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Cancer du sein : bénéfices de la radiothérapie per-opératoire Ramona ITTI, physicienne médicale Service de Cancérologie - Radiothérapie hôpital St. Louis Les Matinées de l Innovation, 27 septembre 2013

Plus en détail

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012?

Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Toulouse le 5 avril 2013 Chimiothérapie adjuvante des cancers colorectaux : peut on se baser sur la biologie moléculaire pour proposer un traitement adjuvant en 2012? Thierry Lecomte Service d Hépatogastroentérologie

Plus en détail

Christelle Tychyj, CHLS

Christelle Tychyj, CHLS Christelle Tychyj, CHLS Estimation du VOLUME TUMORAL sur des critères morphologiques +++ qui ont fait lobjet de consensus internationnaux RECIST 1.1 tumeurs solides CHESON lymphomes Essais thérapeutiques

Plus en détail

Compléments de statistiques

Compléments de statistiques 2 e cycle EM2 & 3 LCA Complément de statistique. Compléments de statistiques Analyse de données de survie Analyse univariée D. Neveu compléments statistiques EM2 EM3 : 2006-2007 2 Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Leucémie Lymphoïde Chronique Actualités thérapeutiques Dr M. TOUATI Service d Hématologie Clinique et de Thérapie Cellulaire CHU de Limoges

Leucémie Lymphoïde Chronique Actualités thérapeutiques Dr M. TOUATI Service d Hématologie Clinique et de Thérapie Cellulaire CHU de Limoges Leucémie Lymphoïde Chronique Actualités thérapeutiques Dr M. TOUATI Service d Hématologie Clinique et de Thérapie Cellulaire CHU de Limoges Alger, le 2 mai 2016 Définition Lymphocytose B monoclonale isolée

Plus en détail

HER2 et cancer bronchique. Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse

HER2 et cancer bronchique. Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse HER2 et cancer bronchique Julien Mazières, Unité d Oncologie Cervico-Thoracique Service de Pneumologie, Hôpital Larrey, CHU Toulouse Plan 1. Qu est ce que HER2? 2. Incidence des anomalies de HER2 3. Profil

Plus en détail

leucémie lymphoïde chronique traitement des sujets jeunes (1 ère ligne et rechutes)

leucémie lymphoïde chronique traitement des sujets jeunes (1 ère ligne et rechutes) CENTRE HOSPITALIER CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE REIMS UNIVERSITAIRE DE REIMS leucémie lymphoïde chronique traitement des sujets jeunes (1 ère ligne et rechutes) Alain DELMER Hématologie Clinique

Plus en détail

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre

ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : Cliquez pour modifier le style du titre Cliquez pour modifier le style du titre ACCÈS AUX ESSAIS DE PHASE I CHEZ DES PATIENTS ATTEINTS D UN CANCER COLORECTAL : EXISTE-T-IL DES INÉGALITÉS? JULIETTE BOUCHET ET ONCOMIP 1 Cliquez INTRODUCTION pour

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences

Cancer inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences inflammatoire du sein Traitement, survie et récurrences Huguette Nguele Meke Introduction Le cancer du sein est une maladie gave et fréquente qui touche une femme sur 11 au cours de sa vie et qui est diagnostiqué

Plus en détail

La cytométrie de flux

La cytométrie de flux TD5 La cytométrie de flux Air sous-pression Signal de formation des gouttes Signal de charge des gouttes Cellules en suspension Liquide de Gaine Vibrateur Ultrason Dˇtecteur de Lumi re Arrt du Faisceau

Plus en détail

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers

Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Plateformes hospitalières de génétique moléculaire des cancers Biomarqueurs et cancers o Identification d altérations génétiques au sein des cellules cancéreuses => nouveaux biomarqueurs moléculaires diagnostic

Plus en détail

Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy

Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy Inhibiteurs de parp [et cancer du sein], où en sommes nous? Suzette Delaloge Institut Gustave Roussy Conflits d intérêts, S Delaloge, Nov 2015 Consulting / expert Conferences/ formations Research grants

Plus en détail

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées

Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Cancer du sein et Thérapies Moléculaires Ciblées Stéphane Vignot Service d Oncologie - Radiothérapie Groupe Hospitalier Pitié Salpêtrière Charles Foix- Paris Importance de la prise en charge pluridisciplinaire

Plus en détail

Hétérogénéité pronostique des myélomes à haut risque cytogénétique : rôle de la délétion 1p32 et des trisomies 3, 5 et 21

Hétérogénéité pronostique des myélomes à haut risque cytogénétique : rôle de la délétion 1p32 et des trisomies 3, 5 et 21 Hétérogénéité pronostique des myélomes à haut risque cytogénétique : rôle de la délétion 1p32 et des trisomies 3, 5 et 21 Jill Corre Unité de génomique du Myélome (Pr Hervé Avet-Loiseau) IUCT-Oncopole,

Plus en détail

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien

Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien Applications pratiques des analyses moléculaires à partir de tissus en oncologie : le point de vue du clinicien BOUSQUET Guilhem Paris, 7 décembre 2011 Analyses moléculaires Diagnostic Facteurs pronostiques

Plus en détail

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013

Leucémie lymphoïde chronique. Introduction. Clinique 03/10/2013 Leucémie lymphoïde chronique Introduction Définition: Prolifération lymphoïde monoclonale, responsable d'une infiltration médullaire, sanguine, parfois ganglionnaire, constituée de lymphocytes matures

Plus en détail

Un homme, un pic, 3 possibilités...

Un homme, un pic, 3 possibilités... Un homme, un pic, 3 possibilités... Symposium, 17.10.2015 Dr Bauwens Déborah, Hématologue 1. Définition Plasmocytes malins dans la moelle osseuse (> 10%). Les cellules myélomateuses sécrètent une proteine

Plus en détail

INTERET DES MARQUEURS MOLECULAIRES DANS LE SUIVI DES LEUCEMIES AIGUES MYELOIDES A CARYOTYPE NORMAL

INTERET DES MARQUEURS MOLECULAIRES DANS LE SUIVI DES LEUCEMIES AIGUES MYELOIDES A CARYOTYPE NORMAL INTERET DES MARQUEURS MOLECULAIRES DANS LE SUIVI DES LEUCEMIES AIGUES MYELOIDES A CARYOTYPE NORMAL Delphine LEBON, DES Hématologie Clinique CHU Amiens Congrès de la SFH, 2012 Société Française d Hématologie

Plus en détail

Dr Pierre Bories. Département d Oncologie et Hématologie CHU Strasbourg. Pierre Bories, Sarah Bertoli, Audrey Sarry, Christian Récher

Dr Pierre Bories. Département d Oncologie et Hématologie CHU Strasbourg. Pierre Bories, Sarah Bertoli, Audrey Sarry, Christian Récher Le traitement des sujets âgés de plus de 60 ans atteints de Leucémie Aiguë Myéloïde au sein du réseau ONCOMIP entre 2007 et 2010. La 5-Azacytidine, une alternative à la chimiothérapie intensive? Pierre

Plus en détail

Angiogénèse et cancers gynécologique

Angiogénèse et cancers gynécologique Angiogénèse et cancers gynécologique Dr Thibault de La Motte Rouge Compréhension de la biologie tumorale : les années 2000 Perte de l apoptose Auto-suffisance en signal de croissance Insensibilité aux

Plus en détail

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS

LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS LES EXAMENS BIOLOGIQUES EXPLIQUÉS On vient de vous diagnostiquer une leucémie myéloïde chronique (LMC). Il se peut que vous ayez eu une analyse sanguine de routine demandée par votre médecin traitant ou

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

4. la cytogénétique moléculaire permet de

4. la cytogénétique moléculaire permet de les LAL sont les cancers de l'enfant les plus fréquents (30 % du total). Il s'agit de proliférations clonales de cellules lymphoïdes immatures. Si les enfants atteints sont majoritairement guéris (75%

Plus en détail

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés

Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluation de critères res de substitution de la survie globale dans les cancers bronchiques localement avancés Evaluations de la survie sans progression et du contrôle locoregional comme critère de substitution

Plus en détail

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand

Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce qu HER2 et comment le détecter? Pr Frédérique Penault Llorca Pathologiste Centre Jean Perrin, Clermont-Ferrand Qu est-ce que HER2? HER2 est un récepteur. Il signifie human epidermal growth factor

Plus en détail

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche

Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche 64 ème réunion du GERM Tumeurs du sein triple négatif: Biologie moléculaire et projets de recherche Tumeurs du sein triple négatif (TN) 12-17% des cancers du sein Contexte familial porteuses des mutations

Plus en détail

Avis 17 juin 2015. L avis de la Commission de la transparence adopté le 4 mars 2015 a fait l objet d une audition le 17 juin 2015.

Avis 17 juin 2015. L avis de la Commission de la transparence adopté le 4 mars 2015 a fait l objet d une audition le 17 juin 2015. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 17 juin 2015 L avis de la Commission de la transparence adopté le 4 mars 2015 a fait l objet d une audition le 17 juin 2015. IMBRUVICA 140 mg, gélules Boite de 90 gélules

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis

Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis Chimiothérapie première des cancers du sein et expérience de l hôpital Saint Louis M. Espié, J Lehman Che, A de Roquancourt, C. Cuvier, E. Bourstyn, L. Cahen-Doidy, C. de Bazelaire,M. Maylin, M. Marty,

Plus en détail

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles :

Marqueurs tumoraux. Notion de valeurs usuelles : Dr F Desroys du Roure, mars 2011 Marqueurs tumoraux Notion de valeurs usuelles : Le PSA varie en fonction de l âge, le CA125 est significativement plus bas après la ménopause, En pratique, inapplicable

Plus en détail

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard

Le myélome multiple. Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Le myélome multiple Pierre FAURIE Hématologie Centre Léon Bérard Historique 1 er cas rapporté à Londres en 1844 chez une femme, Sarah Newbury, âgée de 39 ans, présentant des fractures multiples et des

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE

INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE p1 INFORMATIONS AUX PATIENTS ATTEINTS DE LEUCEMIE LYMPHOIDE CHRONIQUE Qu'est-ce que la Leucémie Lymphoïde Chronique (LLC)? La LLC est une forme de leucémie dans laquelle il existe un nombre excessif de

Plus en détail

Traitements de Première Ligne du Sujet Agé

Traitements de Première Ligne du Sujet Agé Congrès SFH 2013 Sessions Jeunes - Myélome Multiple - Traitements de Première Ligne du Sujet Agé Alexandre Morel Interne Hématologie Paris Introduction Melphalan + Prednisone : gold standard pendant 40

Plus en détail

PTT et maladies auto-immunes

PTT et maladies auto-immunes PTT et maladies auto-immunes Réunion CNR MAT 18/10/2013 CNR MAT, Hôpital Saint Antoine Mélanie Roriz¹, Mickael Landais², Jonathan Desprez³ ¹ Service de Néphrologie, CHU de Tours, ² Service de Médecine

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 octobre 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 6 octobre 2010 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 6 octobre 2010 ARZERRA 100 mg, solution à diluer pour perfusion B/3 (CIP 577 117-9) B/10 (CIP 577 118-5) GLAXOSMITHKLINE Ofatumumab Code ATC: L01XC10 Liste I Médicament

Plus en détail

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer

Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer Essai PENELOPE- Pertuzumab in Platinum-resitant low HER3mRNA epithelial ovarian cancer AGO-OVAR 2.20/ ENGOT ov 14 Essai international en partenariat réseau européen ENGOT et Roche PENELOPE. AGO-OVAR 2.20

Plus en détail

Le point sur une pathologie : Le lymphome du manteau

Le point sur une pathologie : Le lymphome du manteau Le point sur une pathologie : Le lymphome du manteau C Lefebvre GFCH du 4 février 2015 Eléments du diagnostic Cytologie Immunophénotypage évocateur IgMD (L ou K), CD5+, CD10-, CD23-, FMC7 Cytogénétique

Plus en détail