Cartes de crédit Interchange Fees dossier de Presse. Quelles sont les entreprises actives dans le domaine des cartes de crédit en Suisse?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cartes de crédit Interchange Fees dossier de Presse. Quelles sont les entreprises actives dans le domaine des cartes de crédit en Suisse?"

Transcription

1 Wettbewerbskommission Commission de la concurrence Commissione della concorrenza Cartes de crédit Interchange Fees dossier de Presse Quelles sont les entreprises actives dans le domaine des cartes de crédit en Suisse? Cornèr Banca SA, Credit Suisse AG, UBS AG et Viseca Card Services SA sont actuellement actives sur le marché de l'issuing des cartes de crédit des systèmes à quatre parties Visa et MasterCard (cf. graphique ci-dessous). A noter que le "Dual Branding" prime aujourd'hui, à savoir que les Issuer sont à la fois membres de Visa et de MasterCard et commercialisent des produits des deux systèmes de cartes de crédit. Du côté de l'acquiring, Telekurs Multipay AG et nouvellement Aduno SA (société fille de Viseca Card Services SA) sont actives pour les systèmes à quatre parties Visa et MasterCard. Aduno SA a repris l'acquiring de la Cornèr Banca SA en juillet D'autre part, certains Acquirer étrangers comme B&S Card Service GmbH et Concardis GmbH offrent les services d'acquiring en Suisse. Le "Dual Branding" prime aussi sur le marché de l'acquiring. A côté des systèmes à quatre parties, il existe des systèmes à trois parties comme American Express et Diners Club. En ce qui concerne American Express, c'est Swisscard AECS, une joint-venture entre le Crédit Suisse et American Express qui s'occupe de l'issuing et de l'acquiring. Finalement, l'issuing et l'acquiring de Diners Clud est fait par Diners Club Switzerland Ltd. Commission du commerçant Acquirer DMIF Remboursement du prix d'achat Remboursement du prix d'achat Paiement du prix d'achat Issuer Commission annuelle Commerçants Achat de produits et de services Détenteur de cartes Illustration du système à quatre parties Monbijoustrasse 43 CH 3003 Bern Telefon: Telefax:

2 Quelle est la fonction de la Domestic Multilateral Interchange Fee (DMIF) et quel est son effet? Pour chaque transaction avec une carte de crédit en Suisse (transaction à un point de vente en Suisse avec une carte de crédit émise en Suisse), l'acquirer avec lequel le commerçant a conclu un contrat paie un pourcentage du montant de la transaction à l'issuer qui a émis la carte. Pour l'acquirer, la DMIF représente dès lors une partie des coûts, qu'il doit couvrir avec la commission qu'il demande aux commerçants. La hauteur de la DMIF a par conséquent un effet sur la hauteur de la commission payée par le commerçant (MSC). Plus la DMIF est haute, plus la commission payée par la commerçant est élevée. De l'autre côté, la DMIF fait partie du revenu des Issuer. La hauteur de la DMIF influence par conséquent aussi la proportion des coûts de l'issuing qui devront être couverts par la commission annuelle payée par le détenteur de la carte de crédit. La DMIF est-elle un accord sur les prix? En Suisse, la commission d'interchange pour les systèmes de cartes de crédit MasterCard et Visa est négociée de manière multilatérale dans des forums nationaux dans lesquels sont représentés les Issuer ainsi que les Acquirer. La DMIF est un facteur de coûts majeur pour les Acquirer puisqu elle représente une partie essentielle de la MSC. Par conséquent, le montant de la DMIF se répercute directement sur la marge de manoeuvre des commerçants dans la fixation des prix qu'ils doivent payer aux Acquirer. De facto, la DMIF fixe donc un prix minimum sur le marché de l'acquiring. Comme expliqué plus haut, la DMIF a aussi une influence sur la fixation des prix sur le marché de l'issuing, toutefois dans le sens contraire. En effet - dans la mesure où le gain généré avec la DMIF représente plus d un cinquième du gain total des Issuer - la hauteur de la DMIF influence la part des coûts qui devra être couverte directement par les commissions annuelles payées par les détenteurs de cartes de crédit. Par conséquent, la DMIF est un accord sur les prix au sens de la LCart.

3 Quelles sont les mesures prévues dans l accord amiable? L accord amiable prévoit des mesures étendues afin de relancer la concurrence dans le domaine des cartes de crédit. a) Limitation de la DMIF aux coûts du réseau Avec l accord amiable, la DMIF moyenne que les Issuer peuvent demander est objectivée, c'est-à-dire que les Issuer ne pourront tenir compte lors de la fixation de la hauteur de la DMIF d autres coûts que les coûts effectifs du réseau. L'accord prévoit en effet que les coûts effectifs du réseau constituent le maximum de la DMIF. Il en découle que les coûts des services dont profitent uniquement les détenteurs de cartes (p.ex. coûts pour la période de prêt sans intérêts jusqu à la facturation au détenteur de la carte, coûts des intérêts pour des crédits à paiement échelonné, etc.) ne peuvent pas être pris en considération lors du calcul de la DMIF moyenne. Le calcul des coûts du réseau repose sur une définition précise des éléments de coûts à prendre en compte et il sera contrôlé par une entreprise de révision. Les Issuer se sont engagés à effectuer un premier abaissement d'env. 15% de la DMIF dès l entrée en force de la décision. b) Abrogation de la clause de non discrimination (NDR) L accord amiable prévoit l abrogation de la clause de non discrimination (NDR). La NDR interdit aux commerçants de répercuter les coûts résultants de l utilisation des cartes de crédit ou d accorder un rabais dans les cas où le client décide de payer cash. L abrogation de cette clause permet de renforcer la concurrence entre les différents moyens de paiement. La NDR a déjà été l objet d une procédure devant la Comco. En novembre 2002, celle-ci a décidé que la NDR violait le droit des cartels. La Commission de recours auprès de laquelle les Acquirer avaient recouru avait renvoyé le cas à la Comco en juin 2005 pour prise d'une nouvelle décision. Ce renvoi était principalement motivé par les changements intervenus sur le marché depuis la décision de la Comco. Cette procédure est actuellement pendante devant le Tribunal fédéral. c) Mise en place de mesures de transparence Les Acquirer se sont engagés à communiquer, sur demande, aux commerçants la hauteur de la DMIF relatives à leur secteur économique.

4 Quels sont les effets de l accord amiable? L accord amiable apportera un abaissement substantiel et progressif de la DMIF moyenne, laquelle est actuellement [1,65 1-7%], à une hauteur de [1,3 1,35%]. L abaissement de la DMIF devrait aussi avoir un effet sur les commissions des commerçants, ce qui devrait à son tour se répercuter sur les prix finaux payés par les consommateurs. L abrogation de la NDR et les prescriptions concernant la transparence permettent de renforcer la concurrence entre les différents moyens de paiement ainsi que d'améliorer la position des commerçants dans les négociations avec les entreprises de cartes de crédit. Ces mesures complémentaires devraient permettre une amélioration de la concurrence dans le domaine des cartes de crédit. La DMIF suisse est-elle exagérée par rapport à l étranger? La comparaison entre la DMIF en Suisse et celles à l étranger est liée à divers problèmes. Il y a des DMIF en partie différentes pour divers secteurs du commerce et divers types de transaction. La répartition selon les secteurs et les types de transactions peut en outre varier d'un pays à l'autre. Si l on compare la DMIF standard qui est appliquée dans tous les secteurs, à l'exclusion de ceux pour lesquels une DMIF spécifique a été définie, la Suisse se trouve déjà aujourd hui dans la moyenne des pays européens. Plusieurs autorités de la concurrence étrangères ainsi que des régulateurs étrangers se sont occupés de la problématique de l Interchange Fee dans le système des cartes de crédit. En 2002, la Commission de l UE a exempté l Interchange Fee pour les transactions Visa transfrontalières (c est-à-dire l Interchange Fee inter-régionale) à condition qu elle soit mise en relation avec les coûts de façon objective et que la transparence envers les commerçants soit établie. Cette exemption a été limitée à cinq ans. Dans divers pays, la DMIF est l objet de procédures pendantes, p.ex. en Grande- Bretagne et en Espagne. Une comparaison au niveau international démontre que l accord amiable qui a été conclu entre la Comco et les Issuer et Acquirer suisses est restrictif en ce qui concerne les coûts dont il est possible de tenir compte lors du calcul de la DMIF.

5 Pourquoi la Comco a-t-elle conclu un accord amiable avec les banques et n a pas simplement rendu une décision? Toutes les mesures supprimant des entraves présumées à la concurrence selon l art. 5 ou 7 LCart peuvent faire l objet d'un règlement de litiges à l amiable. Dans ce contexte, il ne s agit pas seulement de déterminer les comportements illicites et à interdire au vu du droit de la concurrence mais bien plus les limites de ce que les entreprises peuvent encore faire afin que la concurrence ne soit pas affectée de manière notable, respectivement afin que l entrave à la concurrence soit justifiée par des motifs d efficacité économique selon l art. 5 al. 2 LCart. La LCart considère que les règlements de litiges par accord amiable sont autant importants que les décisions rendues par les autorités. Du reste, ceci correspond aux nouvelles règles de l UE selon lesquelles la commission peut, par voie de décision, rendre obligatoires pour les entreprises les engagements qui permettent de répondre aux préoccupations de la Commission. Dans le cas présent, la Comco aurait eu la possibilité d'interdire toute négociation multilatérale. Cependant, ceci aurait eu comme conséquence nécessaire que les négociations entre Issuer et Acquirer se seraient passées de manière bilatérale. Comme, en vertu du système, la relation entre Issuer et Acquirer ne correspond pas à la relation habituelle entre partenaires d affaires sur un marché, les négociations bilatérales auraient mené à des entraves du marché pour des entreprises étrangères et éventuellement à une augmentation de la DMIF. Pour ces raisonsil était indiqué de rendre obligatoires dans le cas présent les engagements des parties.

6 L'accord amiable a-t-il été approuvé pour une durée illimitée? L'approbation de l'accord amiable par la Comco a été limitée à 4 ans. Cela permet à l'autorité de la concurrence de vérifier à nouveau à l'avenir - sur la base de l'évolution du marché et des développements à l'étranger - les effets des mesures prises sur la concurrence dans le domaine des cartes de crédit. Pourquoi ce cas n'est-il pas soumis aux sanctions directes selon la LCart révisée? Les parties ont signé l'accord amiable avant la fin du délai transitoire de la LCart révisée et se sont engagées à mettre en application les mesures prises. Dès lors, la possibilité de sanctionner selon cette loi tombe. L'enquête a-t-elle permis de conclure à un accord entre les Issuer concernant les commissions annuelles des cartes de crédit? La Comco s'est dans un premier temps concentrée sur l'accord concernant la DMIF. Les mesures prises dans le cadre de l'accord amiable devraient avoir aussi des effets sur le marché de l'issuing dans la mesure où la concurrence entre les Issuer devrait être stimulée. Si les effets attendus ne devaient pas se produire, la Comco se réserve la possibilité d'ouvrir une procédure sur le marché de l'issuing. Indications statistiques concernant le marché des cartes de crédit On recense plus de 3,4 Mio de cartes de crédit en Suisse (Visa, MasterCard, American Express et Diners). Il existe plus de 360'000 points d'acceptation. 1 Durant l'année 2004, 82 Mio. de transactions ont été passées, ce qui équivaut à un volume de transaction de CHF 15 Mrd. 2 Le chiffre d'affaires total des Issuer en Suisse en 2003 se montait, selon les chiffres relevés par la Comco, à CHF 840 Mio. Ce chiffre comprend le montant de la DMIF qui s'élève à env. CHF 160 Mio. 1 Ces indications se basent sur des données de mai 2005 (Source: Banque Nationale Suisse). 2 Transactions et chiffre d'affaires avec des cartes suisses et étrangères en Suisse (Source: Banque Nationale Suisse).

7 Glossaire Acquirer Issuer Système à trois parties Système à quatre parties Commission des commerçants Commission de la carte de crédit Interchange Fee Les commerçants et autres prestataires de services qui acceptent les cartes de crédit comme moyen de paiement, concluent un contrat avec un Acquirer. L'Acquirer transmet toutes les transactions par cartes de crédit à l'émetteur de la carte de crédit (Issuer) et rembourse le prix du produit ou du service payé avec la carte de crédit au commerçant. L'Issuer émet des cartes de crédit au consommateur et facture les transactions au détenteur de la carte. Dans un système tripartite l'acquiring et l'issuing sont pris en charge par la même entreprise. American Express et Diners Club sont des exemples de systèmes tri-partite. Les systèmes à quatre parties se caractérisent par le fait que l'acquiring et l'issuing sont faites par des entreprises différentes. Visa et Mastercard sont des systèmes à quatre parties. Pour chaque transaction avec une carte de crédit les commerçants paient à l'acquirer un pourcentage défini du prix d'achat sous forme de commission ("Merchant Service Charge",MSC). La commission est déduite du montant du prix d'achat versé par l'acquirer au commerçant. L'Acquirer transmet une partie de la MSC sous forme d'interchange Fee à l'issuer de la carte ayant servi à la transaction. Pour bénéficier des différents services, le détenteur de cartes de crédit paie aux Issuer respectifs des commissions (commission annuelle, commission pour carte supplémentaire, intérêts, etc.). L'interchange fee est une commission payée dans un système à quatre parties par l'acquirer à l'issuer. Elle est prélevée à chaque transaction par carte de crédit en pourcentage du prix de la transaction. Suivant s'il s'agit d'une transaction à l'intérieur de la Suisse, européenne ou extra-européenne, un taux d'interchange différent est appliqué. Des taux d'interchange différents existent aussi pour des transactions selon certaines branches ou types de transaction (manuelle, électronique, code-pin, téléphone, internet, etc.).

8 Domestic Interchange Fee Intra- und Interregional Interchange Fee Clause de non discrimination La "Domestic Interchange Fee" s'applique aux transactions intérieures (paiement avec une carte de crédit émise en suisse à un point de vente situé en Suisse). Elle est l'objet de l'enquête de la Comco. Puisque la "Domestic Interchange Fee" est fixée en commun par les Issuer et les Acquirer suisses, elle est appelée "Domestic Multilateral Interchange Fee" (DMIF). En Suisse, il existe pour les systèmes MasterCard et Visa un taux standard ainsi que des taux spécifiques à certaines branches. Ces deux "Interchange Fee" s'appliquent à des transactions transfrontalières. Elles sont fixées par les organisations de cartes de crédit Visa et MasterCard et ne font pas partie de la procédure devant la Comco. Les contrats pour l'acceptation des cartes de crédits des Acquirer contiennent une clause de non discrimination ("Non Discrimination Rule", NDR). Selon cette clause, les commerçants s'engagent à ne pas différencier les prix selon le mode de paiement utilisé par le client. La NDR interdit donc aux commerçants de répercuter les coûts résultant de l'utilisation des cartes de crédit ou d'accorder un rabais dans les cas où le client décide de payer cash.

Commissions d interchange pour les cartes de crédit

Commissions d interchange pour les cartes de crédit Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Décision de la COMCO du 1 er décembre 2014 concernant les Commissions d interchange

Plus en détail

Documentation pour la conférence de presse concernant le cas des commissions domestiques d interchange pour les cartes de crédit II (KKDMIF II)

Documentation pour la conférence de presse concernant le cas des commissions domestiques d interchange pour les cartes de crédit II (KKDMIF II) Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Documentation pour la conférence de presse concernant le cas des commissions

Plus en détail

SUPERCARDplus et Swisscard Marcel Bührer, CEO Swisscard. Zurich, 16 juin 2006

SUPERCARDplus et Swisscard Marcel Bührer, CEO Swisscard. Zurich, 16 juin 2006 SUPERCARDplus et Swisscard Marcel Bührer, CEO Swisscard Zurich, 16 juin 2006 Swisscard AECS AG est leader sur le marché des cartes en co-branding La société Swisscard AECS AG... est une joint venture créée

Plus en détail

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur

Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur Décision du juge unique de la Commission du Statut du Joueur rendue le 11 mai 2012 à Zurich, Suisse par Geoff Thompson (Angleterre) Juge unique de la Commission du Statut du Joueur, au sujet d une plainte

Plus en détail

Directives relatives au Droit de timbre pour les Remote Members

Directives relatives au Droit de timbre pour les Remote Members Auteur(s): Blattmann Urs Date: 02.03.1999 Classification: Référence: Mots clé: Destinataires: Approuvé: Nom du fichier: \\BZH000\team\Gbc\kam\MRL\MITTEIL\1999\Bei lage-f\swx1599directive.doc TABLE DES

Plus en détail

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque

Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Enquête 2013 sur les salaires des employés de banque Le salaire est une composante essentielle du contrat de travail. Dans les banques, les salaires sont en général négociés individuellement. Le fait de

Plus en détail

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale

Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Communiqué Juin 2011 Le Québec et l Ontario adoptent l entente de l ACOR sur les régimes de retraite relevant de plus d une autorité gouvernementale Les provinces du Québec et de l Ontario ont adopté l

Plus en détail

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges

Décision de la Chambre de Résolution des Litiges Décision de la Chambre de Résolution des Litiges ayant siégé le 30 mai 2006, à Zurich, Suisse dans la composition suivante: Slim Aloulou (Tunisie), Président Gerardo Movilla (Espagne), membre John Didulica

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21

Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 Communication concernant les accords verticaux dans le domaine de la distribution automobile Décision de la Commission de la concurrence du 21 octobre 2002 Au vu des raisons évoquées ci-après, la Commission

Plus en détail

Intérêt et enjeux de l arbitrage pour les autorités de la concurrence

Intérêt et enjeux de l arbitrage pour les autorités de la concurrence Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Intérêt et enjeux de l arbitrage pour les autorités de la concurrence Vincent

Plus en détail

Nouvelles modalités d'application de la LDTR, loyers après travaux. Georges Monticelli, Juriste Office des autorisation de construire DCTI

Nouvelles modalités d'application de la LDTR, loyers après travaux. Georges Monticelli, Juriste Office des autorisation de construire DCTI Nouvelles modalités d'application de la LDTR, loyers après Georges Monticelli, Juriste Office des autorisation de construire DCTI Contexte Modifications légales en relation avec la loi sur l'énergie du

Plus en détail

Les actions collectives en droit de la concurrence: Epine dans le pied ou piqûre vitaminée pour une autorité de la concurrence?

Les actions collectives en droit de la concurrence: Epine dans le pied ou piqûre vitaminée pour une autorité de la concurrence? Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Les actions collectives en droit de la concurrence: Epine dans le pied ou

Plus en détail

Paquet Business Easy Le paquet de prestations bancaires réservé aux entrepreneurs

Paquet Business Easy Le paquet de prestations bancaires réservé aux entrepreneurs Paquet Business Easy Le paquet de prestations bancaires réservé aux entrepreneurs La banque en toute simplicité Pour que vous puissiez vous consacrer entièrement à vos tâches principales. Notre paquet

Plus en détail

ROGER GUENAT SA/ALTIMUM SA c/ COMCO/WEKO. Contrats de distribution D. Dreyer, Fribourg

ROGER GUENAT SA/ALTIMUM SA c/ COMCO/WEKO. Contrats de distribution D. Dreyer, Fribourg ROGER GUENAT SA/ALTIMUM SA c/ COMCO/WEKO Contrats de distribution D. Dreyer, Fribourg 1 La procédure 18.9.2009, un revendeur s adresse à la Comco. Il se plaint d un refus de livraison à la suite, dit-il,

Plus en détail

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse

2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse 2. L'économie et la politique de transport de marchandises comme déterminants du marché de la logistique suisse Vue d'ensemble des principaux faits La Suisse compte, avec un produit intérieur brut de 603

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire

AVIS. COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales. Détermination d une dépense obligatoire COMMUNE DE SAUMUR (Maine-et-Loire) Article L. 1612-15 du code général des collectivités territoriales Détermination d une dépense obligatoire Rapport n : 2012-0127 Séance du : 13 septembre 2012 Avis n

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 37080 FRA Québec, le : 11 juin 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et Toiture bon prix Abitibi inc. Partie mise en

Plus en détail

Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Assurances

Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Assurances Information préliminaire Statistique Zurich, le 19 septembre 2013 Révision des enquêtes sur les mouvements de capitaux (projet investmentbop) Assurances Table des matières Page 1. Aperçu 2 2. Objectifs

Plus en détail

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved

A. Introduction. Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés. Editions ENI - All rights reserved Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés 65 A. Introduction Chapitre 4 : Encadrer les services et produits proposés Editions ENI - All rights reserved Acheter en ligne présente des risques

Plus en détail

Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur automobile

Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur automobile Wettbewerbskommission WEKO Commission de la concurrence COMCO Commissione della concorrenza COMCO Competition Commission COMCO Communication concernant l appréciation des accords verticaux dans le secteur

Plus en détail

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES

PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES PROJET DE RECOMMANDATION DU CONSEIL CONCERNANT UN ACCORD MODELE OCDE POUR ENTREPRENDRE DES CONTROLES FISCAUX SIMULTANES LE CONSEIL, Vu l article 5 (b) de la Convention relative à l Organisation de Coopération

Plus en détail

LE PROGRAMME NORVEGIEN DE DROIT DE PRET PUBLIC JUSQU'EN 2007

LE PROGRAMME NORVEGIEN DE DROIT DE PRET PUBLIC JUSQU'EN 2007 LE PROGRAMME NORVEGIEN DE DROIT DE PRET PUBLIC JUSQU'EN 2007 Le système DPP norvégien est né en 1947 lorsque le gouvernement a repris l'initiative de l'association norvégienne des écrivains de fiction

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS WWW.SAFPT.ORG COMPTE EPARGNE TEMPS EFFET : 1ER JANVIER 2010 Texte de référence : Loi n 84-53 du 26 janvier 1984, modifiée, portant dispositions statutaires applicables à la fonction publique territoriale,

Plus en détail

COM (2015) 289 final

COM (2015) 289 final COM (2015) 289 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 juin 2015 Enregistré à la Présidence du Sénat le

Plus en détail

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier

Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse des prix de l'immobilier abcdefg Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 20 novembre 2009 Patrimoine des ménages en 2008 Le patrimoine des ménages soutenu par la hausse

Plus en détail

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE)

STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) STATUT LA PARTICIPATION DES COLLECTIVITES A LA PROTECTION SOCIALE COMPLEMENTAIRE (SANTE ET PREVOYANCE) Circulaire 31 août 2012 Références : - Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations

Plus en détail

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête:

L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: (Bail à loyer et à ferme) Projet Modification du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999 1, arrête: Le code des obligations 2 est modifié

Plus en détail

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003

Code des obligations. (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002. Délai référendaire: 3 avril 2003 Délai référendaire: 3 avril 2003 Code des obligations (Bail à loyer) Modification du 13 décembre 2002 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 15 septembre 1999

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE CONFIDENTIEL MTN/lNF/20/Rev.l 7 juillet 1978 Distribution spéciale Négociations commerciales multilatérales NOTE DU SECRETARIAT Revision Le secrétariat

Plus en détail

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie

Ordonnance sur l assurance directe sur la vie Ordonnance sur l assurance directe sur la vie (Ordonnance sur l assurance-vie, OAssV) Modification du 24 mars 2004 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 29 novembre 1993 sur l assurance-vie

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (Règlement interne de la SCH) du 26 février 2015 Approuvé par le Conseil fédéral le 18 février 2015 L administration de la Société suisse de crédit

Plus en détail

Contrat relatif à l utilisation du bureau de clearing de la ZEK pour le décret 178. en tant qu utilisateur ecode178

Contrat relatif à l utilisation du bureau de clearing de la ZEK pour le décret 178. en tant qu utilisateur ecode178 Contrat relatif à l utilisation du bureau de clearing de la ZEK pour le décret 178 en tant qu utilisateur ecode178 entre l Association pour la gestion d une centrale d information de crédit (ci-après:

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte

avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte avis Cce 2015-2000 Les commissions d interchange pour les opérations de paiement liées à une carte COMMISSIE VOOR DE EDINGING COMMISSION DE LA CONCURRENCE CCE 2015-2000 DEF Avis relatif aux commissions

Plus en détail

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson par Gino Lambert, chercheur à la Chaire 1997 Table des matières Introduction Analyse des taux díintérêt sur les cartes de crédit Analyse

Plus en détail

Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited

Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-79 du 16 décembre 2009 relative à l acquisition de la société SAS Carte Bleue par la société Visa Europe Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE

EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE EXERCICES - ANALYSE GÉNÉRALE OLIVIER COLLIER Exercice 1 (2012) Une entreprise veut faire un prêt de S euros auprès d une banque au taux annuel composé r. Le remboursement sera effectué en n années par

Plus en détail

Sauf indication contraire, les informations relatives à la Corporate Governance doivent être publiées de la même manière par tous les émetteurs.

Sauf indication contraire, les informations relatives à la Corporate Governance doivent être publiées de la même manière par tous les émetteurs. Tableau des modifications de la DCG Directive concernant les Informations relatives à la Corporate Governance (DCG) Remarques générales: Le tableau ci-après indique uniquement les dispositions modifiées

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E C O N T R A T C A R T E D E C R É D I T ( «C O N D I T I O N S G E N E R A L E S C A R T E D E C R É D I T»

C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E C O N T R A T C A R T E D E C R É D I T ( «C O N D I T I O N S G E N E R A L E S C A R T E D E C R É D I T» Citybike Wien Gewista Werbeges.m.b.H. Postfach 124 1031 Vienne C O N D I T I O N S G É N É R A L E S D E C O N T R A T C A R T E D E C R É D I T ( «C O N D I T I O N S G E N E R A L E S C A R T E D E C

Plus en détail

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let.

Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. Dépôts auprès de sociétés coopératives, associations et fondations Modification de l'ordonnance sur les banques (Art. 3a al. 4, let. d OB) Rapport explicatif Juillet 2008 Résumé La réglementation en vigueur

Plus en détail

Document Interchanges et commission. Coûts des paiements par cartes de crédit et de débit

Document Interchanges et commission. Coûts des paiements par cartes de crédit et de débit Document Interchanges et commission Coûts des paiements par cartes de crédit et de débit Table des matières Introduction Coûts de la facilité de paiement 3 Parties impliquées Quelles sont les parties impliquées?

Plus en détail

NATIONAL CONSEIL VIE DU

NATIONAL CONSEIL VIE DU 717 VIE DU Au cas d espèce, Monsieur X est concomitamment, d une part, président de la SAS B, laquelle est présidente de la SAS A et, d autre part, co-contractant de la SAS A dans l opération envisagée.

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. J. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 53 Appel n o : GE-14-966 ENTRE : M. J. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE)

Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Instructions aux bureaux de révision sur l exécution des contrôles d employeurs (IRE) Valables dès le 1 er janvier 2008 318.107.09 f IRE 12.07 2 Table des matières Abréviations... 3 1. Principes... 4 2.

Plus en détail

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées

EN RÉSUMÉ. Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Ottawa, le 7 janvier 2014 MÉMORANDUM D13-3-13 EN RÉSUMÉ Valeur en douane : frais d intérêts relatifs aux paiements différés pour des marchandises importées Les modifications supplémentaires liées à la

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE

PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE PROTOCOLE D ACCORD PREAMBULE Le présent document constitue le Protocole d'accord entre les banques et établissements financiers de l'uemoa soussignés pour la mise en place d'un système monétique interbancaire-régional

Plus en détail

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE

ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED Spec(81)23 1 mai 1981 QUESTIONS ADMINISTRATIVES ET FINANCIERES Rémunération du personnel des services généraux et autres dépenses de personnel

Plus en détail

OPTIWATT Conditions Générales

OPTIWATT Conditions Générales 1. OBJECTIF DU PROGRAMME OPTIWATT Le programme OPTIWATT des Services industriels de Genève (SIG) (ci-après «OPTIWATT») a pour objectif d inciter les entreprises et les collectivités publiques genevoises

Plus en détail

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 _ Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 Accords bilatéraux avec l UE et l'aele Avec le bulletin n 118 du 30 septembre 2002 et la circulaire AI n 176 du 13 mars 2003, des réponses ont été apportées à

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-invalidité

Loi fédérale sur l assurance-invalidité Délai référendaire: 15 octobre 1998 Loi fédérale sur l assurance-invalidité (LAI) Modification du 26 juin 1998 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 25 juin

Plus en détail

Comprendre les engagements de Booking.com

Comprendre les engagements de Booking.com Service juridique, des affaires réglementaires et européennes Circulaire juridique n 15.15 du 23/04/2015 Comprendre les engagements de Booking.com Décision de l Autorité de la concurrence en date du 21

Plus en détail

Sujet : Frais chargés aux détaillants par les émetteurs de cartes de crédit et leurs pratiques

Sujet : Frais chargés aux détaillants par les émetteurs de cartes de crédit et leurs pratiques Ottawa, le 7 août 2012 Texte envoyé au Tribunal de la concurrence et au Bureau de la concurrence Sujet : Frais chargés aux détaillants par les émetteurs de cartes de crédit et leurs pratiques Auteur :

Plus en détail

Édition n 16 : Opérations de couverture

Édition n 16 : Opérations de couverture www.bdo.ca CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 16 : Opérations de couverture Les normes IFRS et les PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur

Plus en détail

PAIEMENT DU DIVIDENDE 2014 OPTION POUR LE PAIEMENT EN ACTIONS DANONE. 1. Qu est-ce que le paiement du dividende en actions?

PAIEMENT DU DIVIDENDE 2014 OPTION POUR LE PAIEMENT EN ACTIONS DANONE. 1. Qu est-ce que le paiement du dividende en actions? QUESTIONS-REPONSES PAIEMENT DU DIVIDENDE 2014 OPTION POUR LE PAIEMENT EN ACTIONS DANONE 1. Qu est-ce que le paiement du dividende en actions? Le dividende peut être payé sous plusieurs formes : la plus

Plus en détail

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes

France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Juin 2014 France : les attitudes envers l'interchange et la législation européenne sur les paiements par cartes Pour les commerçants français, American Express et Diners Club doivent être traités de la

Plus en détail

Espaces publicitaires - conditions générales de vente 1

Espaces publicitaires - conditions générales de vente 1 Espaces publicitaires - conditions générales de vente 1 Espaces publicitaires - conditions générales de vente 2 Introduction Conclusion des mandats de publicité Les présentes Conditions générales de vente

Plus en détail

1 re partie. Introduction et définitions

1 re partie. Introduction et définitions 1 re partie Introduction et définitions 7 Fiche 1 : Définition et objectifs de la comptabilité analytique Définition de la comptabilité analytique La comptabilité analytique est un outil d aide à la prise

Plus en détail

Conditions internationales de crédit et de paiement Information, V4.0, version 20 février 2014

Conditions internationales de crédit et de paiement Information, V4.0, version 20 février 2014 Conditions internationales de crédit et de paiement Information, V4.0, version 20 février 2014 Généralités Les crédits à l exportation assurés par la SERV doivent être conformes aux règles de l'arrangement

Plus en détail

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale)

Chapitre 4. Recouvrement des créances fiscales. Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Chapitre 4 Recouvrement des créances fiscales Entité vérifiée : Revenu Québec (Centre de perception fiscale) Mise en contexte Créances fiscales : 7,6 G$ au 31 mars 2011 Somme avant ajustements pour tenir

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 36455 FRA Québec, le : 17 février 2015 Membre : Sophie Raymond, commissaire Commission de l équité salariale et 9061 1674 Québec inc. (connue sous le nom

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 05/2014

Directives de la CHS PP D 05/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 05/2014 français Octroi de prêts hypothécaires («hypothèques sur son propre immeuble») Edition du: 28

Plus en détail

Contrat. Apporteur d'affaires

Contrat. Apporteur d'affaires Contrat - Apporteur d'affaires Entre les soussignés : [Raison sociale de la société, forme juridique, adresse de son siège social, numéro d immatriculation au RCS et ville où se trouve le greffe qui tient

Plus en détail

Comptabilité et gestion Sujet n 3

Comptabilité et gestion Sujet n 3 Comptabilité et gestion Sujet n 3 CAS FERRALSA Ce cas est constitué de deux dossiers indépendants à traiter obligatoirement PREMIER DOSSIER Ce dossier comporte une annexe La société FERRALSA a pour activité

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, le 12.XI.2008 C(2008) 6346 final Objet: Aide d'etat NN 41/2006 France Contribution de la Banque Postale à la réforme du financement des retraites des fonctionnaires de

Plus en détail

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013

Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Les milliards perdus Les bénéfices des assureurs vie dans le 2e pilier Edition 2013 Matthias Kuert Killer Responsable de la politique sociale kuert@travailsuisse.ch Berne, octobre 2013 Tableau 1 Bénéfices

Plus en détail

Justificatifs donnant droit au remboursement de l'impôt anticipé sur les bonifications de revenu effectuées par des banques étrangères

Justificatifs donnant droit au remboursement de l'impôt anticipé sur les bonifications de revenu effectuées par des banques étrangères Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des contributions AFC Division principale de l impôt fédéral direct, de l impôt anticipé, des droits de timbre Impôt anticipé Berne, le 1 er

Plus en détail

LES OBJECTIFS DE LA LOI

LES OBJECTIFS DE LA LOI Jean-Pierre STOULS Avocat AIPPI - 17 juin 2009 LES OBJECTIFS DE LA LOI Constat d une indemnisation de la victime souvent trop faible : système antérieur fondé sur le principe de la responsabilité civile

Plus en détail

Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur

Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur Ordonnance sur la statistique du commerce extérieur 632.14 du 12 octobre 2011 (Etat le 1 er janvier 2012) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 15, al. 1, de la loi du 9 octobre 1986 sur le tarif des douanes

Plus en détail

Atelier de la Concurrence Document de fond

Atelier de la Concurrence Document de fond X Atelier de la Concurrence Document de fond Concurrence accrue dans le secteur automobile: QUI Y GAGNE, QUI Y PERD? Extraits: Le marché suisse des voitures de tourisme Structure du marché Les acteurs

Plus en détail

En l absence d option pour le paiement en actions, l actionnaire recevra automatiquement le dividende qui lui revient en numéraire.

En l absence d option pour le paiement en actions, l actionnaire recevra automatiquement le dividende qui lui revient en numéraire. QUESTIONS-REPONSES PAIEMENT DU SOLDE DU DIVIDENDE 2014 OPTION POUR UN PAIEMENT EN ACTIONS TOTAL 1. QU EST-CE QUE LE PAIEMENT DU DIVIDENDE EN ACTIONS? Le dividende peut être payé sous deux formes : la plus

Plus en détail

Politique d Exécution Covéa Finance

Politique d Exécution Covéa Finance Politique d Exécution Covéa Finance 1. Cadre règlementaire et périmètre d application En application de la directive des Marchés d Instruments Financiers (MIF), il est demandé à Covéa Finance de prendre

Plus en détail

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie

Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Imposition des participations et des avances sur police d assurance vie Introduction Le titulaire d un contrat d assurance vie (aussi appelé «police») doit ajouter à son revenu les gains réalisés par suite

Plus en détail

Ombudsman des banques suisses

Ombudsman des banques suisses Ombudsman des banques suisses La procédure en bref Résumé de la procédure de médiation INSTANCE D INFORMATION ET DE MÉDIATION NEUTRE L Ombudsman des banques suisses est un médiateur neutre qui examine

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Principe de l apport en capital. 17 janvier 2012 Groupe Mutuel, Martigny Yves Darbellay

Principe de l apport en capital. 17 janvier 2012 Groupe Mutuel, Martigny Yves Darbellay Principe de l apport en capital 17 janvier 2012 Groupe Mutuel, Martigny Yves Darbellay Agenda Principe Conditions Comptabilisation Procédure Questions choisies Conclusion 2 Principe 3 Principe Le remboursement

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/18/04/2012-133-11 Proposition de Directive relative au règlement extrajudiciaire des litiges de consommation. Proposition de Règlement relatif au règlement en ligne des litiges de consommation. Avis

Plus en détail

PLAN DE PRÉVOYANCE C

PLAN DE PRÉVOYANCE C PLAN DE PRÉVOYANCE C RÈGLEMENT, 1 re partie Valable à partir du 1 er janvier 2010 Mis en vigueur par le Conseil de fondation le 9 novembre 2009 Le présent plan de prévoyance s applique à toutes les personnes

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ :

SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : LOI N 2010-737 DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT RÉFORME DU CRÉDIT À LA CONSOMMATION SÉLECTION DES DISPOSITIONS CONCERNANT DIRECTEMENT LA PUBLICITÉ : CHAPITRE II Publicité et information de l emprunteur Article

Plus en détail

La participation au financement de la protection sociale complémentaire

La participation au financement de la protection sociale complémentaire F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 La participation au financement de la protection sociale complémentaire L E S S E N T I E L Le décret n 2011-1474 du 8 novembre 2011 (JO du 10 novembre 2011) pris pour

Plus en détail

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH)

Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) Règlement interne de la Société suisse de crédit hôtelier (SCH) (Règlement interne SCH) du xx décembre 2014 L administration de la SCH, vu l art. 10 de la loi fédérale du 20 juin 2003 sur l encouragement

Plus en détail

SOMMAIRE : Le texte intégral de l accord est disponible sur notre site : www.fncpla.org dans la partie «documents à télécharger».

SOMMAIRE : Le texte intégral de l accord est disponible sur notre site : www.fncpla.org dans la partie «documents à télécharger». GUIDE D APPLICATION DE L ACCORD DE BRANCHE DU 13 AVRIL 2006 PORTANT AVENANT A L ACCORD DE CLASSIFICATIONS DU 5 MAI 1992 ET A L ACCORD ARTT DU 14 DECEMBRE 2001 SUR : - SALAIRES, - TEMPS DE TRAVAIL, DANS

Plus en détail

CNFPT. La Réforme de la Formation dans la Fonction Publique Territoriale

CNFPT. La Réforme de la Formation dans la Fonction Publique Territoriale CNFPT La Réforme de la Formation dans la Fonction Publique Territoriale . Présentation 2009 de la loi du 19/02/2007 et du Décret d application du 26/12/2007 Le chapitre 1er de la loi du 19/02/07 relative

Plus en détail

Chèque-habitat : le nouvel avantage fiscal lié au logement

Chèque-habitat : le nouvel avantage fiscal lié au logement Chèque-habitat : le nouvel avantage fiscal lié au logement Le Gouvernement wallon a décidé de supprimer le bonus logement. A partir du 1 er janvier 2016, cette réduction d'impôt sur le crédit hypothécaire,

Plus en détail

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires

CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME. Questions financières et budgétaires UNAIDS/PCB(8)/99. 3 mai 1999 3 mai 1999 CONSEIL DE COORDINATION DU PROGRAMME Huitième réunion Genève, 27-28 juin 1999 Point.2 à l ordre du jour provisoire Questions financières et budgétaires Fonds de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014

Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» Roland Fischer 14.01.2014 Effets de l initiative populaire «Remplacer la TVA par une taxe sur l énergie» sur diverses catégories de ménages dont le comportement écologique varie Parti vert libéral suisse Direction de projet «Remplacer

Plus en détail