CCT Swisscom 2011 «Mon travail vaut plus.»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "CCT Swisscom 2011 «Mon travail vaut plus.»"

Transcription

1 CCT Swisscom 2011 «Mon travail vaut plus.» 1

2 Impressum Edition Syndicat de la Communication, Division Télécom/IT Looslistrasse Berne Responsabilité politique Giorgio Pardini, vice-président Syndicat de la Communication Responsable de la branche Télécom/IT Collaboration politique Daniel Münger, secrétaire central Syndicat de la Communication Rédaction Franz Schori, rédacteur diplômé PR SPRI & Oliver Fahrni, rédacteur work Traductions Alexandrine Bieri (français) Barbara Iori (italien) Layout clixx:design, Photos Jens Friedrich, Impression UD Print AG 6002 Luzern,

3 Campagne CCT Swisscom 2011 «Mon travail vaut plus!»

4 4

5 «Nous nous battons pour ton salaire et tes conditions de travail afin que ton travail ait plus de valeur.» Giorgio Pardini, vice-président du Syndicat de la Communication, responsable de la branche Télécom/IT, «Les syndicats ont pour tâche principale de lutter pour de meilleures conditions de travail, la sécurité sociale et des salaires équitables. Or le terme «équitable» est relatif, car ce qui est équitable dans une branche ne l est pas forcément dans une autre. Quoi qu il en soit, deux critères sont déterminants: la création de valeur et le bénéfice. Swisscom appartient à une branche où la création de valeur est extrêmement élevée et où les bénéfices le sont aussi. Or les conditions de travail n ont guère évolué ces dix dernières années à Swisscom, alors que l entreprise pourrait se permettre d augmenter les salaires et d améliorer les conditions de travail. Le Syndicat de la Communication s engage à cette fin dans sa campagne pour le développement de la CCT de Swisscom. Car le travail des employés de Swisscom vaut plus.» 5

6 «Sans convention collective de travail, notre travail vaudrait moins.» Dolkar Hofmann, Innerberg Responsable service desk SCS, région Middle à Swisscom 6

7 «Mon travail a plus de valeur grâce à la convention collective de travail qui règle les points essentiels de mon rapport de travail: temps de travail, vacances, formation continue et participation.» Nombreux sont les employés de Swisscom qui ignorent qu une convention collective de travail (CCT) sous-tend leur contrat de travail. Alors que le contrat de travail individuel règle la fonction et le salaire, la convention collective de travail détermine le temps de travail, les vacances et les jours fériés, les absences payées, la formation continue, la continuation du versement du salaire en cas de maladie et d accident, l égalité des chances, la paix du travail, la participation et bien davantage. Le Conseil fédéral a fixé des objectifs stratégiques à Swisscom. Ces derniers impliquent que Swisscom doive conclure une CCT avec les syndicats. Et que cette dernière soit développée en permanence. Or depuis la conclusion de la CCT en 2000, Swisscom s est fortement modifié. D où la nécessité de modifier aussi la CCT. Le Syndicat de la Communication a élaboré un papier de position pour le développement de la CCT Swisscom en collaboration avec les employés de Swisscom dont un grand nombre sont membres de la commission d entreprise. Le papier de position contient des principes et des requêtes sur les thèmes suivants: politique salariale, temps de travail, formation continue et perfectionnement, protection de l environnement dans les entreprises, droits syndicaux et démocratiques sur le lieu de travail. Le document peut être téléchargé à l adresse suivante: 7

8 «Mon travail a une valeur de francs.» Urs Scheuble, Zurich Technical customer consultant à Swisscom 8

9 «L augmentation de la productivité annuelle doit être redistribuée aux employés afin que la valeur de notre travail augmente au même rythme.» Quiconque se met à disposition d une entreprise doit pouvoir prétendre à une rémunération équitable. Les nouvelles technologies, les processus de travail simplifiés et les méthodes de travail plus efficaces entraînent chaque année dans la branche Télécom/IT une hausse de la productivité d environ 2%. Laquelle n est que partiellement redistribuée aux employés. Le meilleur exemple en est l exercice de l année 2009 à Swisscom. Après d âpres négociations, Swisscom a octroyé à ses employés une augmentation collective de salaire de 0,5%. En revanche, elle a élevé à 5% le dividende distribué à ses actionnaires. Ce qui signifie que Swisscom distribue en tout un milliard de francs de dividende. Cette somme répartie sur chacun des employés de Swisscom génère francs par personne! L augmentation de la productivité peut être redistribuée de différentes manières aux employés: sous forme d augmentation de salaire ou de vacances en plus ou sous forme de réduction du temps de travail. La France a relativement bien résisté à la crise économique, car les salaires réels y augmentent au même rythme que la productivité. Ce qui entraîne une hausse du pouvoir d achat, une stabilisation ou une augmentation de la consommation, une stabilité des recettes fiscales ainsi que des œuvres sociales solides. 9

10 «Mon travail vaut plus que la crainte perpétuelle de ne pas toucher la compensation du renchérissement.» Dominique Diatta, Martigny Call center agent à Swisscom 10

11 «Nous voulons la compensation automatique du renchérissement et des augmentations de salaire collectives afin que la valeur de notre travail augmente.» Personne n interdit à Swisscom de procéder à des augmentations salariales individuelles. Ni de compenser les inégalités salariales survenues pour cause de restructurations. Mais il est nécessaire que des augmentations collectives des salaires réels aient lieu afin que l ensemble du personnel profite de l accroissement de la productivité. Les discussions annuelles autour de la compensation du renchérissement doivent prendre fin une fois pour toutes. Il s agit d ancrer dans la convention collective de travail la compensation automatique du renchérissement. Car si elle n est pas octroyée, cela équivaut dans les faits à une baisse de salaire. Notre système économique veut que quiconque fournit des prestations supérieures à la moyenne gagne plus. Mais il est hors de question que Swisscom privilégie les augmentations individuelles au détriment des collectives. Car la jalousie qui pourrait en résulter ne profite en fin de compte à personne. 11

12 «Mon travail a plus de valeur que de devoir lutter pour un même salaire à travail équivalent.» Dolma Y. Sewo, Richterswil Conseillère-clientèle technique à Swisscom 12

13 «Pour l égalité maintenant! Stop aux inégalités salariales entre femmes et hommes!» Swisscom est une entreprise progressiste. Les inégalités salariales injustifiées entre les sexes doivent y être éliminées. C est du moins ce que veut le Conseil fédéral. De même que la direction de l entreprise. Et pourtant elles existent bel et bien, ces différences inexplicables. Tel est en tous les cas le résultat qui ressort d une étude mandatée par Swisscom en Cela est injuste et doit changer. La convention collective de travail doit interdire les différences salariales liées aux sexes. Quiconque a été pénalisé au niveau salarial en raison de son sexe des années durant doit pouvoir prétendre à une compensation et à un versement rétroactif. 13

14 «Mon travail vaut plus que cinq semaines de vacances par année.» Pascal Bassu, Wetzikon Business analyst à Swisscom 14

15 «Nous voulons plus de vacances et de congés sabbatiques pour tous, car notre travail vaut plus.» Depuis 10 ans, les employés de Swisscom ont cinq semaines de vacances par année. Or, les exigences, la pression et le stress ont massivement augmenté ces dernières années. Les phases de repos sont, elles, restées les mêmes. Il est donc grand temps que le droit aux vacances soit augmenté d une semaine au moins. Les apprentis et les employés de plus de 50 ans doivent en outre bénéficier d une semaine de vacances en plus, soit de sept semaines au moins. Quiconque travaille pour la même entreprise depuis de nombreuses années présente à la longue des signes de lassitude. Pour y remédier, des congés sabbatiques sont souvent prévus pour les cadres. Or ils ne devraient pas seulement être réservés aux cadres ou à ceux qui peuvent se le permettre. Mais tous les employés d une entreprise devraient pouvoir en profiter après un certain nombre d années passées dans une entreprise. 15

16 «Mon travail vaut plus, car je dois me sacrifier 24 heures sur 24.» Yannick Loigerot, Galmiz Responsable de projet à Swisscom 16

17 «Mon travail vaut plus parce que je suis disponible à n importe quelle heure, de jour comme de nuit.» Tous apprécient de pouvoir regarder la télévision 24 heures sur 24, d acheter 24 heures sur 24, de sortir 24 heures sur 24, d être mobiles 24 sur 24. Cela 365 jours par année. Vu que les besoins ne reculent pas, on attend 24 heures sur 24 des prestations de la part des banques, des assurances et des administrations ainsi qu un support technique de 24 heures sur 24 pour la télévision, l Internet et la téléphonie. Si cela continue, nous devrons être un jour disponibles 24 heures sur 24 et travailler la nuit et le week-end. Notre société qui tourne 24 heures sur 24 ne consomme toutefois pas davantage; la consommation reste constante et se répartit seulement sur davantage de temps. Mais qui en paie les conséquences? Les salariés le savent déjà depuis longtemps: eux-mêmes avec leur flexibilité. C est ce que pensaient aussi les Irlandais. Lesquels ont pratiquement libéralisé toute leur économie il y a quelques années. Aujourd hui l Irlande a vraiment touché le fond; tous s en rendent compte avec effroi. Preuve en est qu il faut éviter que la société de 24 sur 24 se généralise. Or pour ce faire, des moyens existent: la majoration des temps de travail atypiques, comme le travail d équipe, de nuit et du week-end. 17

18 «La semaine de 40 heures est de plus en plus remise en question, ce qui déprécie la valeur de notre travail.» Marina Parazzini Eschler, Arbedo Management assistant à Swisscom 18

19 «La semaine de 40 heures doit redevenir une évidence, car notre travail vaut plus.» La semaine des 40 heures est un acquis important dont profitent les salariés. Elle permet de concilier travail, famille et hobbys. Grâce à elle, nous avons presque le plein emploi en période de vaches grasses. Grâce à elle, les employés fournissent des prestations remarquables. Mais Swisscom démantèle de plus en plus la semaine des 40 heures, notamment via: n le travail de projet: planning trop serré; économies en personnel. Cela oblige de nombreux collaborateurs de projet à travailler jusqu à 60 heures par semaine, voire plus. n l horaire de travail fondé sur la confiance: le temps de travail ne peut pas être noté, car seul le résultat compte. Ce qui conduit à l exploitation de soi. n les faux indépendants: des employés sont incités à travailler en tant que faux indépendants et à devenir freelances. Ce qui entraîne aussi l exploitation de soi et suscite des peurs existentielles. Cela doit changer. Car la semaine des 40 heures est trop importante pour qu elle soit sacrifiée sur l autel de la maximisation des profits. 19

20 «Le manque de perfectionnement dévalorise nos compétences et donc la valeur de notre travail.» Philippe Delley, Villars-sur-Glâne Designer à Swisscom 20

21 «Le perfectionnement n augmente pas seulement la valeur de mon travail, mais aussi celle de l entreprise.» Presque aucune autre branche n évolue aussi rapidement que celle des télécom / IT. De ce fait, il devrait aller de soi que Swisscom forme en permanence ses employés. Or il n en est rien. Le perfectionnement n est offert quasiment qu aux cadres. Les employés normaux doivent, eux, presque supplier la direction pour bénéficier d un perfectionnement. Quant aux collègues qui ont pu suivre des cours au sein de l entreprise, ils doivent transmettre le savoir acquis à leurs collègues durant la pause. Et les livres, les newsletters doivent être lus durant le temps libre. Swisscom enfreint ainsi les objectifs du Conseil fédéral. Car ce dernier attend de Swisscom qu elle propose une formation continue durable à ses collaborateurs/trices. Il est dès lors grand temps d inverser la vapeur en faveur des employés. Le droit au perfectionnement doit donc être ancré dans la convention collective de travail. Et pour tous. De sorte que ce droit ne s éteigne pas à la fin de l année, mais qu il soit transféré sur un compte individuel épargne formation. 21

22 «Si mon travail produit de fortes émissions de CO 2, sa valeur est remise en question dans la société.» Eleonore «Nurh» Wieland-Heiml, Winterthour Call center agent à Swisscom 22

23 «Afin que mon travail gagne une valeur plus élevée dans la société, Swisscom doit s engager davantage pour l environnement.» Swisscom est en tête de peloton en matière de mesures de protection de l environnement dans la branche télécom / IT. Elle recourt par exemple pour la totalité de son courant à des énergies renouvelables locales. De plus, elle participe au développement de Solar Impulse, l avion solaire de Bertrand Piccard. Enfin, Swisscom est membre d un consortium international qui développe dans la consommation énergétique des technologies IT mille fois plus efficaces que les actuelles. Swisscom pourrait pourtant en faire encore davantage pour réduire ses émissions de CO 2. Swisscom pourrait par exemple faire construire des centrales solaires sur tous ses bâtiments. Et faire examiner sous l angle de la biodégradation sa chaîne de livraison, de production et de prestation. En outre Swisscom pourrait désigner des responsables de l environnement en plus de ses responsables de la santé. Enfin, elle devrait veiller à ce que la caisse de pension complan fasse de plus en plus d investissements durables. Des ressources respectueuses de l économie ont aussi un impact sur l économie. Peu avant la crise financière et économique, les prix de l essence ont flambé. Ce qui ne manquera pas de continuer une fois l économie mondiale requinquée. Les entreprises qui utilisent leurs ressources de manière efficace au lieu de les gaspiller économisent de l argent. Et restent du coup concurrentielles sur le marché. 23

24 «La codécision est écrite en lettres minuscules à Swisscom, comme si nos réflexions ne valaient rien.» Attila Tüzün, Oftringen Conseil-vente technique à Swisscom 24

25 «La codécision au lieu de travail augmente la valeur de notre travail et transforme Swisscom en une entreprise plus humaine et plus équitable.» Quiconque a son mot à dire sur son lieu de travail est plus satisfait et motivé que quelqu un qui n a rien à dire. Cela devrait précisément être mis en pratique en Suisse, un pays au bénéfice d une tradition démocratique séculaire. Mais des entreprises, telles que Swisscom, sont beaucoup trop souvent dirigées sur un style autoritaire, puisque l opinion du personnel n y est la plupart du temps pas demandée. Lorsqu une personne est réduite à exécuter des ordres, elle s abrutit. Elle démissionne intérieurement, devient malade et ne fait plus que le strict nécessaire. Un tel système provoque des pertes de qualité, de hautes fluctuations et un manque d innovation. Il importe donc que Swisscom attribue davantage de valeur au droit de discussion, à la politique du personnel et aux restructurations. A la formation de teams et au travail d équipe. A l aménagement des places de travail, des processus de travail et du temps de travail. A la planification de projet et au développement de produits. Et à la protection de la santé et de l environnement. Quiconque s engage syndicalement doit pouvoir être libéré de son travail et ne pas être entravé dans sa carrière. Car quiconque milite, s engage aussi pour son entreprise et la société. 25

26 «Mon travail a plus de valeur grâce au Syndicat de la Communication.» Danièle Largey, Grône Call center agent à Swisscom 26

27 «Le Syndicat de la Communication Ton partenaire qui s engage pour augmenter la valeur de ton travail.» Secrétariat central Secrétariat régional Berne Secrétariat régional Bâle/Olten Secrétariat régional Genève Secrétariat régional Lausanne Secrétariat régional Lucerne/Suisse centrale/argovie Secrétariat régional Neuchâtel Secrétariat régional Sion Secrétariat régional St-Gall/Suisse orientale Secrétariat régional Tessin Secrétariat régional Zurich Tu peux commander à ces adresses d autres exemplaires de cette brochure ou t informer sur les avantages d une affiliation au syndicat. 27

28 n Je souhaite des informations supplémentaires sur le Syndicat de la Communication. Nom, prénom Employeur Lieu de travail Rue, n NPA, Lieu Courriel N de natel A Nicht frankieren Ne pas affranchir Non affrancare Geschäftsantwortsendung Invio commerciale-risposta Envoi commercial-réponse Syndicat de la Communication Secrétariat central Looslistrasse 15 Case Postale Berne 28

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

pour aborder les giratoires en toute tranquillité.

pour aborder les giratoires en toute tranquillité. La sécurité est au centre pour aborder les giratoires en toute tranquillité. Ralentir, accorder la priorité, rouler l un derrière l autre et la sécurité au giratoire est assurée. Claim: Meta Book, Pour

Plus en détail

CCNT Hôtellerie & Restauration

CCNT Hôtellerie & Restauration CCNT Hôtellerie & Restauration Expertise succincte concernant l application de la CCNT Hôtellerie & Restauration dans les institutions membres d INSOS Suisse Cette expertise a été réalisée et mise à disposition

Plus en détail

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2012

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2012 Impressum Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2012 Editeur version française GRI Groupement Romand de l'informatique Rte de Genève 88 CH - 1004 Lausanne Internet : www.gri.ch Courriel

Plus en détail

Connaître ses droits. dans le commerce de détail

Connaître ses droits. dans le commerce de détail Connaître ses droits dans le commerce de détail Table des matières Introduction 4 Unia améliore vos conditions de travail 5 Le contrat de travail 6 La durée du travail 7 Les heures supplémentaires 7 Le

Plus en détail

Suisses, frontaliers, immigrés Les mêmes droits pour tous et toutes

Suisses, frontaliers, immigrés Les mêmes droits pour tous et toutes A5_Frontaliers_fr 14.3.2008 10:36 Uhr Seite 1 Suisses, frontaliers, immigrés Les mêmes droits pour tous et toutes A5_Frontaliers_fr 14.3.2008 10:36 Uhr Seite 2 Table des matières Les mêmes conditions de

Plus en détail

Formation. Cours de perfectionnement en gestion, communication et technique

Formation. Cours de perfectionnement en gestion, communication et technique Formation Cours de perfectionnement en gestion, communication et technique Printemps 2012 Mois Lieu Date Février Desserts de restaurant Pully Mercredi 29 Mars Finger food Neuchâtel Mercredi 14 Cuisson

Plus en détail

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

Avec le soutien du. 10 de trop c est beaucoup trop

Avec le soutien du. 10 de trop c est beaucoup trop Avec le soutien du 10 de trop c est beaucoup trop Qui va gagner? VitALINE et AttentYves parcourent le même trajet pour se rendre au travail: 4 kilomètres, de la périphérie vers le centre-ville. «On parie

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

La protection la plus large. En toute sécurité.

La protection la plus large. En toute sécurité. La DAS : la seule assurance protection juridique indépendante en Suisse. Nous ne devons de comptes qu à vous et à vos intérêts. Faites notre connaissance et découvrez comment nous veillons sur vous et

Plus en détail

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans l Audit

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans l Audit www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans l Audit L union fait la force Parce qu ils sont essentiels pour la qualité de votre travail, nous accordons

Plus en détail

Règlement du travail en équipes et des services de piquet

Règlement du travail en équipes et des services de piquet Règlement du travail en équipes et des services de piquet pour les collaborateurs d Axpo Etat : 1 er janvier 2015 Version 4.0 Table des matières Page 1 Champ d application 1 2 Notions et définitions 1

Plus en détail

wau-miau L assurance tout en un pour chiens et chats.

wau-miau L assurance tout en un pour chiens et chats. wau-miau L assurance tout en un pour chiens et chats. 3 Assurance accident et maladie 3 90% des frais médicaux 3 Primes équitables et indépendantes de l âge 3 Service lost & found gratuit 3 Protection

Plus en détail

Aperçu des 37 principes directeurs

Aperçu des 37 principes directeurs Département fédéral des finances DFF Administration fédérale des finances AFF Gouvernement d entreprise de la Confédération Aperçu des 37 principes directeurs Principe n o 1 En principe, il convient d

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2014

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2014 Impressum Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2014 Editeur version française GRI Groupement Romand de l'informatique Rte de Genève 88 CH - 1004 Lausanne Internet : www.gri.ch Courriel

Plus en détail

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école

Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation. La ville fait école Prise de position de l initiative des villes pour la formation quant à la politique de formation La ville fait école Avant-propos Barbara Eberhard Conseillère municipale, St-Gall Direction école et sport

Plus en détail

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde)

Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE. (autre qu en service de garde) DE-02-03-04 Section soutien des Patriotes SALARIÉE ET SALARIÉ TEMPORAIRE (autre qu en service de garde) La convention collective et les arrangements locaux S3 2000-2002 Fédération du personnel de soutien

Plus en détail

LES RÉSULTATS SALARIAUX VUS PAR TRANSFAIR: UN AUTOMNE SALARIAL MOYENNEMENT SATISFAISANT

LES RÉSULTATS SALARIAUX VUS PAR TRANSFAIR: UN AUTOMNE SALARIAL MOYENNEMENT SATISFAISANT Berne, le 15 décembre 2014 Conférence de presse Travail.Suisse Stefan Müller-Altermatt, transfair LES RÉSULTATS SALARIAUX VUS PAR TRANSFAIR: UN AUTOMNE SALARIAL MOYENNEMENT SATISFAISANT Hormis les quelques

Plus en détail

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2013

Impressum. Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2013 Impressum Salaires des professions des TIC - Enquête nationale 2013 Editeur version française GRI Groupement Romand de l'informatique Rte de Genève 88 CH - 1004 Lausanne Internet : www.gri.ch Courriel

Plus en détail

Rencontres & perspectives 2015

Rencontres & perspectives 2015 Rencontres & perspectives 2015 Le développement du marché suisse du travail temporaire Le développement du marché suisse du travail temporaire évolue très rapidement. Vous devez régulièrement vous adapter

Plus en détail

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs»

Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Modalités d interprétation des dispositions particulières applicables aux veilleurs, surveillants et encadrants de nuit «Statut des veilleurs» Les présentes modalités ont pour objectif d interpréter les

Plus en détail

Assurance collective protection juridique D entreprise

Assurance collective protection juridique D entreprise *** EXCLUSIVEMENT *** Assurance collective protection juridique D entreprise POUR MEMBRES protection juridique pour entrepreneurs Enveloppe des édifices Suisse vous propose, en collaboration avec SWISSBROKE,

Plus en détail

Avantages de l affiliation pour votre entreprise

Avantages de l affiliation pour votre entreprise Le système conventionnel des industries horlogère et microtechnique Avantages de l affiliation pour votre entreprise Zébulon Communication / 2753 / 2012 La paix sociale Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi

Plus en détail

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE + TRAVAILLER EN SUISSE + L ÉCONOMIE L exiguïté de son territoire et le manque de matières premières n ont pas empêché la Suisse d être un état industrialisé dans lequel le

Plus en détail

PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE

PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE PROPRIÉTÉ FONCIÈRE ET DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL DURABLE Responsables: S. Nahrath, professeur à l IUKB P. Knoepfel, professeur à l IDHEAP THÉMATIQUE ET OBJECTIFS Depuis la mise en place de la politique

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Les mesures d accompagnement de la réforme prises à la SNCF CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 11 février 2009 à 9h30 «Les régimes de la Fonction publique et les autres régimes spéciaux : le point sur les réformes récentes» Document N 10 Document

Plus en détail

AbaWebFiduciaire Software issu du Cloud. Votre partenaire pour

AbaWebFiduciaire Software issu du Cloud. Votre partenaire pour AbaWebFiduciaire Software issu du Cloud Votre partenaire pour AbaWebFiduciaire à votre avantage Frais mensuels avantageu, clairement définis et prévisibles Aucune installation de logiciel ABACUS, en conséquence

Plus en détail

LES NOUVEAUTÉS EN DROIT SOCIAL. Droit du travail Droit des assurances sociales. Anne-Sylvie Dupont Avocate, chargée d enseignement

LES NOUVEAUTÉS EN DROIT SOCIAL. Droit du travail Droit des assurances sociales. Anne-Sylvie Dupont Avocate, chargée d enseignement LES NOUVEAUTÉS EN DROIT SOCIAL Droit du travail Droit des assurances sociales Anne-Sylvie Dupont 0 Avocate, chargée d enseignement SOMMAIRE 1. Arrêt 4A_553/2011 du 28 avril 2011 (Résiliation immédiate

Plus en détail

Premiers secours: souvent pas de deuxième chance!

Premiers secours: souvent pas de deuxième chance! Nouveau: 50% de rabais sur le matériel d urgence Branchen Versicherung Assurance des métiers Assicurazione dei mestieri T o u t s i m p l e m e n t s û r. Premiers secours: souvent pas de deuxième chance!

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

Mes droits aux vacances. ... en survol

Mes droits aux vacances. ... en survol Mes droits aux vacances... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014

En résumé. Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 CNEFOP En résumé Janvier 2015 n 1 Le financement de l apprentissage de 2004 à 2012, pour mieux comprendre la réforme de 2014 La progression de l accès à l apprentissage dans le supérieur permet au nombre

Plus en détail

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Votre Entreprise en Suisse Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Thèmes abordés 1. Présentation 2. Premiers pas, le début d un projet 3. Fonder une société en Suisse 4. Gérer

Plus en détail

Marketing Partner/Direct. Zurich Connect. Case postale ZDGM/T411. 8085 Zurich. votre chance! Gagnez un. iphone 3G! Saisissez

Marketing Partner/Direct. Zurich Connect. Case postale ZDGM/T411. 8085 Zurich. votre chance! Gagnez un. iphone 3G! Saisissez Saisissez votre chance! Gagnez un iphone 3G! Zurich Connect Marketing Partner/Direct ZDGM/T411 Case postale 8085 Zurich Payer moins, ça en vaut la peine! Calculez maintenant votre prime et demandez une

Plus en détail

Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr

Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr Votre fidélité est récompensée. Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr Table des matières Crédits de cotisations

Plus en détail

Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013. Statuts français

Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013. Statuts français Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013 Statuts français Statuts de l Association Suisse des Employés de Banque 14 juin 2013 Table des matières I. DISPOSITIONS GENERALES 4 Art.

Plus en détail

III. Le temps de travail :

III. Le temps de travail : III. Le temps de travail : III.1. L Organisation, l Aménagement et la Réduction du Temps de Travail (OARTT). Un accord national (l OARTT «national») est négocié entre la Direction Générale et les Organisations

Plus en détail

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch

interessant JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch JUIN 2011 ÉDITION 1 www.bdo.ch RECHT interessant LORSQUE L EMPLOYEUR SE TRANSFORME EN BAILLEUR DE SERVICES CE QU IL FAUT SAVOIR À PROPOS DE LA LOCATION DE SERVICES 1 Quand sommes-nous en présence d une

Plus en détail

Plan d action du PDC concernant le franc fort

Plan d action du PDC concernant le franc fort Plan d action du PDC concernant le franc fort Vendredi 20 février 2015, à 16 h 45 Renseignements : Filippo Lombardi, président du groupe et conseiller aux Etats (TI), mobile : 079 620 64 65 Pirmin Bischof,

Plus en détail

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd

STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd STATUTS DE MODEL SA MODEL AG - MODEL Ltd Titre premier : Dénomination - Siège - But - Durée Article premier Il est formé, sous la raison sociale «MODEL SA», une société anonyme qui est régie par les présents

Plus en détail

Les sept piliers de la sécurité sociale

Les sept piliers de la sécurité sociale Les sept piliers de la sécurité sociale 1) L Office National des Pensions (ONP) Très brièvement, il y a en Belgique un régime de pension légale, mais aussi des pensions complémentaires. On parle souvent

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans le Conseil juridique et fiscal

www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans le Conseil juridique et fiscal www.pwc.ch/careers Progresser avec PwC Possibilités de formation et de perfectionnement dans le Conseil juridique et fiscal L union fait la force Parce qu ils sont essentiels pour la qualité de votre

Plus en détail

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES

ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES ANCIENS ÉLÈVES AKAD École Supérieure spécialisée en Banque et Finance SA École supérieure reconnue par la Confédération ÉCOLE SUPÉRIEURE SPÉCIALISÉE EN BANQUE ET FINANCE ESBF LES ATOUTS DE L ESBF DU POINT DE VUE DES

Plus en détail

Profession Culture Langue. Invitation Conférence ASCI 2015. Genève, 22.09.15, 14h00 17h45

Profession Culture Langue. Invitation Conférence ASCI 2015. Genève, 22.09.15, 14h00 17h45 Invitation Conférence ASCI 2015 Genève, 22.09.15, 14h00 17h45 Profession Culture Langue La communication interne et intégrée : comment maîtriser les langues pour surmonter les barrières culturelles et

Plus en détail

CONTRAT-TYPE DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL AU SERVICE DE LA VENTE DANS LE COMMERCE DE DETAIL DU 10 JUILLET 1985 EDITION 2015 1

CONTRAT-TYPE DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL AU SERVICE DE LA VENTE DANS LE COMMERCE DE DETAIL DU 10 JUILLET 1985 EDITION 2015 1 CONTRAT-TYPE DE TRAVAIL POUR LE PERSONNEL AU SERVICE DE LA VENTE DANS LE COMMERCE DE DETAIL DU 10 JUILLET 1985 Section I : Champ d'application et effet EDITION 2015 1 Article premier Champ d application

Plus en détail

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique 30 mars 2015 Numéro 3 Initiative sur les bourses d études L «Initiative sur les bourses d études», déposée

Plus en détail

Le contrat de travail. ... en survol

Le contrat de travail. ... en survol Le contrat de travail... en survol AVERTISSEMENT Cette brochure de vulgarisation expose des réglementations parfois complexes. Dès lors, il se pourrait que certains cas spécifiques n y soient pas traités.

Plus en détail

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps

Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Accord collectif relatif au Compte Epargne Temps Entre les soussignés La Caisse d'epargne LOIRE CENTRE dont le siège social est situé à ORLEANS, 7 rue d'escures, représentée par adame Dominique LANGUILLAT,

Plus en détail

Garages Les conditions de travail du personnel d atelier en un coup d oeil

Garages Les conditions de travail du personnel d atelier en un coup d oeil quels sont vos droits? 2013 Garages Les conditions de travail du personnel d atelier en un coup d oeil www.sit-syndicat.ch 16 Rue des Chaudronniers - CP 3287-1211 Genève 3 - tél: 022 818 03 00 Travailleuses

Plus en détail

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.

Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm. Une version Word, modifiable, de ce document peut vous être envoyée sur simple demande par mail à l adresse : observatoire-metallurgie@uimm.com Accord national du 13 novembre 2014 relatif à la formation

Plus en détail

Contributions. Edition 2007

Contributions. Edition 2007 Contributions Contributions sur salaires et autres prestations que l'employeur doit payer aux caisses de compensation et aux assurances conformément aux réglementations légales et conventionnelles Edition

Plus en détail

Séminaires, workshops et formations sur mesure. animés par Pierre-André Blandenier

Séminaires, workshops et formations sur mesure. animés par Pierre-André Blandenier Séminaires, workshops et formations sur mesure animés par Pierre-André Blandenier Présentation personnelle De formation commerciale, j ai fait mes études de base à l'ecole Supérieure de Commerce de La

Plus en détail

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort

Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB. Coordination intérim Ensemble, on est plus fort Intérimaire? Vous avez des droits! FGTB Coordination intérim Ensemble, on est plus fort contenu au travail p. 5 le contrat de travail p. 6 salaire et avantages p. 7 primes p. 8 durée du travail p. 10 santé

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE des jeunes travailleur-euse-s et apprenti-e-s Ce qu il faut savoir... Conseil interprofessionnel pour la formation Département de l instruction publique Office pour l orientation,

Plus en détail

INFORMATION A07-CFS-I-D6

INFORMATION A07-CFS-I-D6 INFORMATION A07-CFS-I-D6 D6 SECTEUR NÉGOCIATION Équité salariale Diverses conséquences du versement des ajustements Présenté au conseil fédéral spécial du 12 mars 2007 Mises-à-jour : 26 avril 2007 2 avril

Plus en détail

La communauté d achat pour les caisses de pension

La communauté d achat pour les caisses de pension La communauté d achat pour les caisses de pension Des risques maîtrisés Avadis est le principal prestataire de services complets pour les caisses de pension suisses. La gestion de fortune parfaitement

Plus en détail

Créer votre propre emploi? Relevez le défi!

Créer votre propre emploi? Relevez le défi! Créer votre propre emploi? Relevez le défi! chapitre 5 Créer son propre emploi. Beaucoup en rêvent mais peu en font une réalité. Pourtant, devenir indépendant peut être un moyen de créer son emploi. Les

Plus en détail

Réseau SSE Echanger les connaissances. Répondre présent Elargir son horizon. en vaut la peine. Cultiver les contacts. Bienvenue.

Réseau SSE Echanger les connaissances. Répondre présent Elargir son horizon. en vaut la peine. Cultiver les contacts. Bienvenue. Echanger les connaissances Répondre présent Elargir son horizon en vaut la peine. Cultiver les contacts Bienvenue. Echanger les connaissances «Nous choisissons nous-mêmes les thèmes pour notre groupe.

Plus en détail

La rémunération globale pour les moyennes entreprises

La rémunération globale pour les moyennes entreprises CHAPITRE 9 La rémunération globale pour les moyennes entreprises Ce chapitre est le résultat d une table ronde électronique organisée par la Financière Sun Life. Les stratégies de rémunération globale

Plus en détail

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 07.12.11

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 07.12.11 REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 07.12.11 TABLE DES MATIERES DU REPERTOIRE Numéros Enoncé du problème examiné, de la question soulevée 1 Annuités

Plus en détail

LA DIRECTION DES ACHATS. Charte de relation avec nos fournisseurs

LA DIRECTION DES ACHATS. Charte de relation avec nos fournisseurs LA DIRECTION DES ACHATS Charte de relation avec nos fournisseurs Les missions La direction des Achats a pour vocation d améliorer la qualité et le coût des produits et services achetés pour Natixis. Elle

Plus en détail

Conseil en stratégie pour investisseurs institutionnels Un conseil compétent pour des questions délicates

Conseil en stratégie pour investisseurs institutionnels Un conseil compétent pour des questions délicates Investisseurs institutionnels Conseil en pour investisseurs institutionnels Un conseil compétent pour des questions délicates Règlement de placement En tant que principal instrument de gestion, le règlement

Plus en détail

Je suis au chômage. Que faire?

Je suis au chômage. Que faire? Je suis au chômage. Que faire? Sommaire Introduction 4 Je suis membre d Unia et au chômage 4 J ai reçu ma lettre de licenciement. Que dois-je faire? 5 Choisissez la caisse de chômage Unia 5 Inscription

Plus en détail

Contrat d'engagement pour chef de chœur

Contrat d'engagement pour chef de chœur Union Suisse des chorales Contrat d'engagement pour chef de chœur Entre (Chœur) Et (chef de chœur) 1. Madame / Monsieur assure la direction musicale de /du choeur 2. L année chorale commence en règle générale

Plus en détail

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE

BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE BULLETIN QUESTIONS-RÉPONSES PROGRAMME D ÉQUITÉ SALARIALE La Ville de Montréal et le Syndicat des fonctionnaires municipaux de Montréal (SCFP) LE 9 FÉVRIER 2011 Dans le cadre du deuxième affichage faisant

Plus en détail

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE

ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Etude ETUDE LE CONTRAT D APPRENTISSAGE Le contrat d apprentissage offre l opportunité à l entreprise de transmettre ses savoirs et former les générations futures tout en bénéficiant d un encadrement législatif

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Ressources humaines Certificat d Assistant-e en Gestion du Personnel. (Soirée) «Pour faire les premiers

Ressources humaines Certificat d Assistant-e en Gestion du Personnel. (Soirée) «Pour faire les premiers «Pour faire les premiers pas dans ma vie professionnelle, j ai besoin du bon tremplin.» Lena, 25 ans, souhaite réaliser ses rêves. Ressources humaines Certificat d Assistant-e en Gestion du Personnel (Soirée)

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

Entreprises Suisse. Rentrées de paiements CREDIT SUISSE BVRB Expert Documentation technique

Entreprises Suisse. Rentrées de paiements CREDIT SUISSE BVRB Expert Documentation technique Entreprises Suisse Rentrées de paiements CREDIT SUISSE BVRB Expert Documentation technique Sommaire Introduction 3 Bulletins de versement (BVRB) Numéro d adhérent 4 Indications concernant le bulletin de

Plus en détail

Assurance perte de salaire (LAMal).

Assurance perte de salaire (LAMal). Assurance perte de salaire (LAMal). Règlement Edition 2010 Table des matières I Bases V Assurance-accidents Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 Art. 5 Art. 6 Bases du contrat But Personnes assurées Preneur d assurance

Plus en détail

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014

Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 FM 14/08/14 Modifications du Code du travail par la loi N 2014-873 du 4 août 2014 Article L1153-5 L employeur prend toutes dispositions nécessaires en vue de prévenir les faits de harcèlement sexuel, d

Plus en détail

VI. travail et assurances sociales

VI. travail et assurances sociales VI. travail et assurances sociales A quelles règles êtes-vous soumis en tant qu employeur Ce chapitre vous fournit des indications sur les charges sociales obligatoires et sur certains aspects importants

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Table des matières. Rapport annuel ASBCEF 2012

Table des matières. Rapport annuel ASBCEF 2012 2 Table des matières 1. L Association Page 3 1.1. Comité directeur de l ASBCEF Page 3 1.2. Membres de l ASBCEF Page 3 1.3. Secrétariat Page 3 1.4. Présentation d une branche économique Page 4 2. Rapport

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

CERTIFICAT pour assistante/assistant en gestion du personnel

CERTIFICAT pour assistante/assistant en gestion du personnel RESSOURCES HUMAINES CERTIFICAT pour assistante/assistant en Une formation destinée à des personnes travaillant dans l économie privée ou l administration publique et qui souhaitent acquérir des connaissances

Plus en détail

Convention collective de travail

Convention collective de travail Convention collective de travail entre Swisscom Swisscom SA siège principal, 3050 Berne et Syndicats contractants syndicom Syndicat des médias et de la communication Monbijoustrasse 33, Case postale 6336,

Plus en détail

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 02.04.2014

REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 02.04.2014 REPERTOIRE DES INTERPRETATIONS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS ETAT au 02.04.2014 TABLE DES MATIERES DU REPERTOIRE Numéros Enoncé du problème examiné, de la question soulevée 1 Annuités

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

«Garçons et métiers de la santé» Un atelier pour les garçons à l occasion de Futur en tous genres

«Garçons et métiers de la santé» Un atelier pour les garçons à l occasion de Futur en tous genres «Garçons et métiers de la santé» Un atelier pour les garçons à l occasion de Futur en tous genres Le 12 novembre 2015 (Photo: Philipp Zinniker) Regoignez-nous et assurez la relève! Les professions de la

Plus en détail

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part :

ENTENTE À INTERVENIR. entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. et d autre part : ENTENTE À INTERVENIR entre d une part : LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC et d autre part : LE SECRÉTARIAT INTERSYNDICAL DES SERVICES PUBLICS (SISP) LA CONFÉDÉRATION DES SYNDICATS NATIONAUX (CSN) LA FÉDÉRATION

Plus en détail

DES RÉPONSES POUR LES PERSONNES EN DÉBUT DE CARRIÈRE!

DES RÉPONSES POUR LES PERSONNES EN DÉBUT DE CARRIÈRE! Les Assurances DES RÉPONSES POUR LES PERSONNES EN DÉBUT DE CARRIÈRE! Les Assurances A) Aucun élément des régimes d assurance ne couvre la suppléante ou le suppléant occasionnel et l enseignante ou l enseignant

Plus en détail

Grow your own way. Tes possibilités de carrière. www.pwc.ch/careers. The opportunity of a lifetime:

Grow your own way. Tes possibilités de carrière. www.pwc.ch/careers. The opportunity of a lifetime: www.pwc.ch/careers Grow your own way Tes possibilités de carrière The opportunity of a lifetime: Audit Conseil juridique et fiscal Conseil économique Services internes Une mine d expériences: éditorial

Plus en détail

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ;

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ; DES MEMBRES DU CONSEIL EXÉCUTIF DU SECS Adopté au Conseil d administration 13 avril 4 1.0 Principes directeurs Ce protocole s inspire de la volonté du SECS-CSQ : a) d assurer le meilleur fonctionnement

Plus en détail

Academy Sage Start Sage 50

Academy Sage Start Sage 50 Academy Sage Start Sage 50 Formation 2 ème semestre 2014 Formation 2 ème semestre 2014 Table des matières Sage 50 (Sesam) Comptabilité Cours de base 4 Cours de bouclement de fin d année 4 Débiteurs & créanciers

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

Formulaire d inscription dépôt commun

Formulaire d inscription dépôt commun Formulaire d inscription dépôt commun Données générales titulaire du dépôt 1 (veuillez compléter tous les champs) Tél. professionnel Activité professionnelle Tél. privé Employeur Données générales titulaire

Plus en détail

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle.

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle. AVENANT N 1 A L ACCORD DE BRANCHE DU 1 er AVRIL 1999 L arrêté du 4 juillet 2007 relatif à l'agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements du secteur social et médico-social

Plus en détail

La lutte contre la manipulation des dispositifs de protection commence dès l'achat d'une machine.

La lutte contre la manipulation des dispositifs de protection commence dès l'achat d'une machine. La lutte contre la manipulation des dispositifs de protection commence dès l'achat d'une machine. La maison Planzer: la culture de la sécurité au quotidien La manipulation des dispositifs de protection

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions

Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Alternatives offertes dans le 2 ème pilier, contradictions, réflexions Giovanni Zucchinetti GiTeC Prévoyance SA Conseil en prévoyance professionnelle Av. de l Eglise-Anglaise 6 1006 Lausanne +41 21 613

Plus en détail

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg

Information à l intention du personnel de l Etat de Fribourg Direction des finances Finanzdirektion Service du personnel et d'organisation Amt für Personal und Organisation CANTON DE FRIBOURG / KANTON FREIBURG Information à l intention du personnel de l Etat de

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat Habitat L Almanach social, qu est-ce que c est? La première partie de l Almanach est consacrée aux développements sociopolitiques qui ont eu lieu l an passé. Le développement économique est évalué dans

Plus en détail

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale

Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Articulation entre la vie professionnelle et l exercice de la responsabilité parentale Objectif de progression Actions Indicateurs chiffrés Rendre plus compatibles les modalités d organisation du temps

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail