C13 : L assurance de la responsabilité civile, 1 re partie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "C13 : L assurance de la responsabilité civile, 1 re partie"

Transcription

1 Spécimen de questionnaire d examen C13 : L assurance de la responsabilité civile, 1 re partie IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen, vous devez remettre au surveillant le présent questionnaire, de même que toutes les feuilles que vous aurez utilisées comme brouillon. Tout écart à ce règlement peut entraîner votre disqualification. Section A : Questions objectives Division I. Question 1. POUR TOUS LES ÉTUDIANTS Pour chacune des questions objectives suivantes, remplissez le cercle de la lettre correspondant à la meilleure réponse. NE RÉPONDEZ PAS SUR LE PRÉSENT QUESTIONNAIRE. SERVEZ-VOUS DE LA PREMIÈRE PAGE DE VOTRE CAHIER DE RÉPONSES. 1. La propriété intellectuelle et le droit maritime (amirauté) sont du ressort : A) du Conseil privé. B) des Cours supérieures des provinces. C) des tribunaux fédéraux. D) des cours d appel provinciales. suite à la page 2...

2 Lequel des incidents ci-après serait considéré comme étant un acte de négligence? A) Un client d une épicerie est blessé parce qu il a glissé sur de la laitue et est tombé, dans la section des fruits et légumes du magasin. B) Le fournisseur d un restaurant omet de livrer les aliments sur lesquels lui et le propriétaire du restaurant s étaient entendus. C) Un propriétaire occupant n arrive pas à dormir à cause d un voisin qui joue de la batterie chaque nuit. D) Un locataire d un centre commercial perd des affaires lorsque le propriétaire omet de chauffer les lieux adéquatement, tel qu exigé aux termes du contrat de location. 3. En Common law, s il n existe aucun précédent applicable, le tribunal pourra, dans son jugement : A) établir un ensemble de règles dans le cadre d une explication logique à l appui de sa décision. B) se baser sur le choix personnel du juge, selon les circonstances en cause. C) appliquer les précédents établis lors de la cause se rapprochant le plus de celle qui est entendue. D) appliquer les principes de justice généraux énoncés dans le code. 4. Une personne qui entre dans une propriété avec la permission de l occupant, dans le but d y faire des affaires qui intéressent l occupant est : A) un intrus. B) un invité. C) un invité par entente contractuelle. D) une personne autorisée. 5. Lorsque le demandeur a un droit de recours, mais n a pas véritablement subi de dommages, il est possible d accorder : A) une somme minimale. B) des dommages-intérêts de nature générale. C) des dommages exemplaires. D) une somme nominale. 6. Selon la Common Law comme en vertu du Code civil, pour qu une personne puisse obtenir des dommages-intérêts, elle doit être en mesure de démontrer que le préjudice qu elle a subi découle bel et bien du fait que l autre personne a manqué à son devoir envers elle. Dans ce cas, on applique le principe de : A) la nature imprévisible. B) l obligation envers son prochain. C) la règle de conduite. D) la cause immédiate. 7. Notre système de droit civil impose une obligation de compensation des tiers à qui l on cause un préjudice par négligence afin de : A) punir les délits. B) fournir un avertissement, avant une mise en accusation au criminel. C) prévenir les actes irréfléchis. D) fournir une forme de récompense à la victime. suite à la page 3...

3 Une entreprise de camionnage a conclu un contrat pour le transport de déchets nucléaires à un lieu d entreposage. En se rendant sur les lieux, sur une autoroute, le camion se renverse et les déchets nucléaires s écoulent sur la chaussée. Quel principe juridique régirait la responsabilité de l entreprise en ce qui a trait au nettoyage d urgence? A) La relation de cause à effet B) La responsabilité absolue C) Volenti non fit injuria D) Res ipsa loquitur 9. Selon la Common law, lorsqu un défendeur réussit à prouver que le préjudice découle d une cause indépendante de son pouvoir, qu il ne pouvait maîtriser, le moyen de défense qu il a invoqué est : A) la conformité à la loi. B) l accident inévitable. C) le fait que la négligence n est pas la cause immédiate du préjudice. D) l absence d obligation. 10. Le fait qu une personne soit tenue responsable des actes commis par d autres personnes s appelle : A) la responsabilité du fait d autrui. B) la responsabilité par mandat. C) la responsabilité présumée. D) la responsabilité civile. 11. Aux termes de la police d assurance de la responsabilité civile des entreprises, la garantie C : Frais médicaux couvre : A) un petit montant pour les pertes de salaire subies par un tiers blessé sur les lieux assurés. B) les frais médicaux raisonnablement engagés par une tierce partie, après que la négligence de l assuré a été prouvée. C) les dommages compensatoires lorsqu un assuré n est pas civilement responsable, mais juge qu il a une obligation morale. D) les frais médicaux raisonnablement engagés par une tierce partie, sans égard à la négligence de l assuré. 12. Un skieur s est procuré un billet d accès aux remonte-pentes, au centre de ski de sa région. Il y a sur le billet un avertissement selon lequel le centre de ski ne sera pas responsable des blessures subies au centre, par les skieurs. Le skieur ne lit pas l avertissement inscrit sur le billet. Plus tard pendant la journée, il est blessé lorsqu il est heurté par un télésiège. Si le skieur réussit à prouver que la négligence du centre de ski est à l origine de ses blessures : A) le centre de ski sera déchargé de sa responsabilité, du fait de l avertissement. B) l avertissement entraîne une plus grande obligation envers le skieur, pour le centre de ski. C) le tribunal ne tiendra pas compte de l avertissement. D) le centre de ski pourra être tenu responsable si le skieur peut démontrer qu il n a pas renoncé à ses droits en connaissance de cause. 13. Selon la «règle des trois conditions, A., B., C.», permettant de déterminer s il y a matière à intenter des poursuites en justice pour cause de négligence, la question que l on se pose à la condition A. est la suivante : A) Y a-t-il eu manquement à un devoir de prudence et de diligence? B) L auteur de l acte dommageable aurait-il pu prévoir le sinistre? C) Les dommages ont-ils été causés par un manquement? D) Le défendeur avait-il un devoir de prudence et de diligence envers le demandeur? suite à la page 4...

4 Dans un recours collectif, lorsque le jugement final acquiert l autorité de la chose jugée : A) une autre personne ne peut plus prendre une action semblable pour obtenir réparation du même préjudice. B) le groupe est alors autorisé par le tribunal à entreprendre l action. C) un document est alors présenté au tribunal afin de démontrer que les membres du groupe partagent un intérêt identique, similaire ou connexe, du point de vue de la loi ou des faits en cause. D) la cour est alors d avis que les personnes qu elle désigne comme représentants des membres pourront s acquitter de cette tâche de façon adéquate. 15. Dans l affaire Donoghue c. Stevenson, le tribunal a décrété que : A) seul l acheteur d un produit a le droit de réclamer des dommages-intérêts contre un fabricant. B) un fabricant doit faire preuve d une prudence hors du commun lorsqu il prépare des produits de consommation. C) le vendeur de la bouteille de bière de gingembre était responsable. D) un fabricant a, envers le consommateur, le devoir de faire montre d une prudence raisonnable dans la fabrication de produits susceptibles de causer un préjudice aux consommateurs. 16. Malgré l exclusion du risque de pollution, le contrat d assurance de la responsabilité civile des entreprises couvre le risque de pollution dans le cas : A) des locaux d un fabricant. B) du risque après travaux. C) de la responsabilité assumée par contrat. D) d un procédé de fabrication nécessitant l application de la chaleur. 17. Une demanderesse, ayant acheté un gaufrier d un magasin, affirme que le gaufrier a pris feu et endommagé sa cuisine. Au Canada, le : A) demandeur doit prouver que le produit était défectueux, que le défaut a provoqué les dommages qu il a subis et que ce défaut découle de la négligence du fabricant. B) fabricant est automatiquement jugé responsable; par conséquent, le fardeau de la preuve est transféré sans que le demandeur n ait à prouver qu il y a eu négligence. C) fabricant doit prouver qu il n est pas responsable puisque le demandeur ne peut pas procéder à un examen minutieux des procédés employés et du contrôle de la qualité. D) demandeur doit prouver que le produit était défectueux au sortir de la manufacture, après quoi il y a responsabilité absolue et le fabricant n a aucun moyen de défense. 18. Les contrats d assurance de la responsabilité civile basée sur la survenance des dommages prévoient une mise en jeu de la garantie si les dommages surviennent : A) avant la date de prise d effet du contrat et sont découverts pendant la durée du contrat. B) avant la date de prise d effet du contrat et sont déclarés pendant la durée du contrat. C) pendant la durée du contrat et sont déclarés après la date d expiration du contrat. D) avant l entrée en vigueur du contrat, à condition qu ils soient découverts et déclarés pendant la durée du contrat. 19. Le formulaire d assurance de la responsabilité civile des entreprises couvre : A) le paiement volontaire des frais médicaux, aux employés de l assuré. B) les dommages exemplaires. C) la privation de jouissance d un bien corporel appartenant à un tiers. D) le préjudice personnel dont l assuré doit répondre parce qu il en a assumé la responsabilité aux termes d un contrat autre qu un «contrat assuré». suite à la page 5...

5 Aux termes du formulaire d assurance de la responsabilité civile des entreprises, la garantie Responsabilité locative couvre la responsabilité civile de l assuré, en cas de dommages occasionnés : A) aux lieux pris en location et découlant d une fuite d eau. B) par la pollution. C) par une panne de matériel informatique. D) aux lieux pris en location et découlant de la fumée. 21. Il existe une protection contre la pollution en fonction du temps, qui prévoit une garantie restreinte contre la pollution, à condition que l échappement revête un caractère inattendu ou fortuit et : A) soit découvert et déclaré à l assureur dans un délai précis. B) que la quantité soit habituelle, compte tenu des activités de l assuré. C) que le nettoyage débute dans les 120 heures qui suivent. D) que le travail de dépollution puisse être terminé dans les 120 heures qui suivent. 22. Aux termes du contrat d assurance de la responsabilité civile des entreprises, quels sont, parmi les dommages ci-après, ceux qui ne sont PAS exclus? A) Le préjudice personnel B) Les véhicules automobiles C) Les dommages corporels subis par tout membre du personnel D) Les dommages intentionnellement causés ou provoqués 23. Le contrat d assurance de la responsabilité civile des entreprises définit «vos produits», en précisant que lesdits produits comprennent : A) les produits fabriqués par des tiers commerçant sous le nom de l assuré. B) les travaux effectués en votre nom. C) les biens corporels appartenant à l assuré. D) les déclarations faites en ce qui a trait au rendement des marchandises ou des produits. 24. Le contrat d assurance de la responsabilité civile des entreprises couvrirait : A) les employés blessés dans l exercice de leurs fonctions. B) les aéronefs. C) les véhicules automobiles. D) le matériel assujetti à un véhicule, alors qu il est utilisé aux fins auxquelles il est destiné. 25. Les tribunaux permettent généralement que l on tienne compte de l intérêt couru avant jugement dans les cas de réclamations découlant d obligations contractuelles. Il pourrait, par exemple, s agir de l intérêt sur : A) les dommages-intérêts non pécuniaires, à partir de la date de l avis de réclamation. B) les dommages-intérêts de nature générale, commençant à courir à partir du jour de la déclaration du sinistre. C) les intérêts sur l argent dû en paiement de marchandises, commençant à courir le jour où les marchandises devaient être payées. D) les montants accordés par les tribunaux, commençant à courir le jour de l événement ayant donné lieu aux dommages-intérêts. 26. Le formulaire d assurance de la responsabilité civile des entreprises exclut les sinistres découlant : A) de biens immeubles loués par l assuré. B) de biens prêtés à l assuré. C) de biens immeubles abandonnés par l assuré. D) de lieux prêtés à l assuré. suite à la page 6...

6 Les dommages compensatoires sont les frais : A) ayant pour effet de rembourser la perte financière subie par la victime du fait du préjudice. B) permettant de respecter une injonction. C) ayant pour seul but de punir l assuré pour les fautes lourdes commises. D) engagés par générosité à l égard d une tierce partie. 28. Au Québec, dans un recours collectif : A) une personne qui n est pas membre du groupe ne peut prendre aucune action. B) chacun des membres du groupe doit avoir le même intérêt dans ce qui fait l objet du litige, et non un intérêt simplement similaire. C) le recours collectif constitue une autorisation donnée au groupe par le tribunal, permettant d entreprendre l action. D) le jugement n acquiert pas l autorité de la chose jugée. 29. Lorsque A prétend qu il agit au nom de B en sachant fort bien qu il n a pas le pouvoir de le faire et que, par la suite, B accepte d être lié par l entente, un mandat est créé par : A) contrat. B) ratification. C) estoppel. D) nécessité. 30. Lorsque plusieurs personnes commettent un acte de négligence entraînant un préjudice, on dit qu il y a : A) faute conjointe. B) mandat solidaire. C) faute solidaire. D) mandat conjoint. 31. La notion de responsabilité du fait d autrui signifie qu en cas de dommages survenant dans des circonstances données : A) il n y a aucun moyen de défense, tel que stipulé dans les lois. B) le demandeur n est pas tenu de prouver qu il y a eu négligence pour démontrer qu une autre personne est responsable. C) le dernier utilisateur d un produit a le droit de poursuivre le fabricant, nonobstant l existence d un contrat entre les deux parties. D) une personne peut être tenue responsable des actes commis par d autres personnes en son nom. 32. Aux termes d un contrat de vente, si un produit n est pas approprié à l usage auquel il est destiné, des poursuites peuvent être intentées en rupture de contrat, contre le vendeur : A) par toute personne ayant subi un préjudice à cause de cette situation. B) à moins que le produit n ait été vendu sous une marque de commerce, auquel cas la garantie du vendeur ne s applique pas. C) par l acheteur, au nom d un ami pour qui il avait acheté ledit produit. D) à moins que l acheteur ne se soit procuré un produit sans nom, ce qu il fait à ses propres risques. suite à la page 7...

7 - 7 - Division II. RÉPONDEZ SOIT AUX QUESTIONS DU GROUPE A, SOIT À CELLES DU GROUPE B. GROUPE A. PROVINCES RÉGIES PAR LA COMMON LAW A33. Lorsqu il est prévu que les primes seront payées en un certain nombre de versements, aux termes du formulaire d assurance de la responsabilité civile des entreprises, les conditions particulières indiquent : A) une prime fractionnée. B) une prime minimum. C) une prime totale. D) une prime provisionnelle. A34. Dans le formulaire d assurance de la responsabilité civile des entreprises, la condition particulière portant sur la qualité juridique est importante pour : A) établir les bornes quant au risque qu a accepté le rédacteur production. B) analyser qui peut être considéré comme étant un assuré aux termes du contrat. C) évaluer le genre d activités qu exerce l assuré. D) évaluer le risque associé à tout sinistre pouvant découler des activités de l assuré. A35. L assurance de la responsabilité civile des exploitants agricoles couvre : A) le remboursement volontaire des frais médicaux engagés par des employés de maison. B) la responsabilité civile découlant de services professionnels rendus par l assuré. C) la responsabilité civile pour des dommages à des biens dont l assuré a la garde ou sur lesquels il a pouvoir de direction ou de gestion. D) la responsabilité civile découlant des activités professionnelles de l assuré, à l exception de celles qui sont liées à l exploitation de la ferme. A36. Aux termes de l assurance de la responsabilité civile des exploitants agricoles, la garantie Règlement volontaire des dommages matériels couvre : A) les dommages matériels occasionnés à des tiers, du fait de la négligence de l assuré. B) les dommages matériels non intentionnels occasionnés à des tiers, même en l absence de toute responsabilité de la part de l assuré. C) les dommages matériels causés intentionnellement par une personne à la charge de l assuré et vivant sous le même toit. D) les dommages matériels occasionnés intentionnellement à des tiers, par un assuré âgé de 14 ans ou moins. A37. Actuellement, l obligation de prudence dont un fabricant doit faire preuve à l égard des consommateurs : A) existe uniquement si les dommages subis n étaient pas prévisibles. B) découle du rapport contractuel direct. C) n existe pas, à moins que le produit ne soit dangereux par nature. D) peut ne pas être présente si l étiquette apposée sur un produit comporte un avertissement suffisant. suite à la page 8...

8 - 8 - A38. Lorsque la doctrine res ipsa loquitur est admise dans le cadre de poursuites en responsabilité civile produits : A) il y a responsabilité absolue. B) c est au fabriquant qu il incombe de prouver qu il n y a pas eu négligence de sa part. C) le demandeur a prouvé ses affirmations à la satisfaction du tribunal. D) le demandeur a prouvé qu il y avait eu négligence et n est pas tenu de prouver qui en est responsable. A39. Au titre de la garantie portant sur la responsabilité civile des garagistes, les élévateurs hydrauliques et les appareils servant à l entretien et au dépannage : A) sont exclus. B) sont couverts. C) peuvent être couverts, sur demande, à condition que des renseignements précis soient fournis au sujet de chacun des appareils. D) peuvent être couverts, moyennant une surprime. A40. Le contrat d assurance de la responsabilité civile des particuliers ne couvre PAS la responsabilité : A) découlant de l utilisation d un tracteur de jardin automobile d au plus 25 HP, utilisé sur la propriété de l assuré. B) du fait d activités professionnelles désignées, dans une entreprise à domicile. C) du fait de voiturettes de golf à moteur utilisées sur un terrain de golf. D) découlant de dommages corporels subis par les personnes vivant sous le toit de l assuré, sauf les employés. Vous devez répondre aux questions du groupe B (QUÉBEC) uniquement si vous n avez PAS répondu à celles du groupe A, qui s adressent aux étudiants à l extérieur du Québec. Si vous avez répondu aux questions du Groupe A, passez directement à la question 2. GROUPE B. QUÉBEC B41. Selon le Code civil du Québec, le premier moyen de défense découlant directement de l article 1457, la pierre angulaire de l attribution de la responsabilité en cas de négligence, consiste : A) à démontrer l absence d obligation. B) à démontrer que la cause et les conséquences étaient inévitables. C) à démontrer que les règles de conduite ont été respectées. D) à démontrer que le demandeur ne faisait pas face à un danger prévisible. B42. Un enfant mineur est généralement jugé comme étant doué de raison à l âge de : A) sept ans. B) douze ans. C) seize ans. D) dix-neuf ans. suite à la page 9...

9 - 9 - B43. En vertu du Code civil du Québec, le délai de la prescription, s il n est autrement fixé par la loi, est de : A) trois ans. B) un an. C) dix ans. D) trois ans après que le tribunal ait accordé des dommages-intérêts. B44. Au Québec, le préjudice extracontractuel est : A) la conséquence d un acte dommageable. B) le grand devoir de prudence et de diligence imposé à une personne à qui l on a confié par contrat la garde d un mineur. C) une loi qui restreint le droit d intenter des poursuites, créant ainsi un système d indemnisation sans égard à la responsabilité. D) un préjudice subi par une personne lésée à la suite d une rupture de contrat. B45. Lorsque des biens sont confiés à la garde d un dépositaire, le degré de prudence et de diligence exigé du dépositaire : A) est basé sur l accomplissement du mandat qu il a accepté. B) consiste à agir avec prudence et diligence dans la protection des biens. C) consiste à respecter les règles de conduite qui s imposent suivant les circonstances en cause. D) consiste à contribuer, en tant que personne à qui les biens ont été confiés, à la réparation de tout préjudice, dont le propriétaire s est chargé du fait de dommages causés par lesdits biens. B46. On peut invoquer la force majeure comme moyen de défense lorsqu un préjudice découle des actes d une autre personne si ces actes constituent une cause : A) étrangère, imprévisible et irrésistible. B) dangereuse et imprudente. C) étrangère et non délibérée. D) émanant d une personne non douée de raison. B47. En vertu du Code civil du Québec, des dommages exemplaires peuvent être accordés : A) uniquement dans des causes criminelles. B) en cas d atteinte illicite à un droit reconnu par la Charte. C) pour compenser la responsabilité antérieure d un débiteur envers un créancier. D) pour compenser la perte de capacité à gagner un revenu. B48. Au Québec, après que le tribunal lui ait accordé des dommages-intérêts, un demandeur dispose d une période d au plus trois ans pour demander des dommages-intérêts additionnels en réparation : A) de dommages punitifs. B) d un préjudice corporel subi par un mineur. C) d un préjudice matériel, si l on découvre un vice caché avant l expiration du délai. D) d un préjudice corporel, lorsqu il n était pas possible de déterminer avec précision suffisante l évolution de la condition physique au moment du jugement. (2 points chacune = 80 points) suite à la page 10...

10 POUR TOUS LES ÉTUDIANTS Section B : Questions à développement Choisissez SIX (6) questions SEULEMENT, de 2 à 9. Question 2. Décrivez la prescription et expliquez en quoi cette notion est importante. Question 3. SELON LA COMMON LAW Qu entend-on par fardeau de la preuve? Comment le fardeau peut-il être renversé? Donnez UN (1) exemple de situation dans laquelle le fardeau est renversé. Question 4. SELON LA COMMON LAW Décrivez les garanties ci-après et expliquez pourquoi on en a besoin. a) L assurance des dépositaires (5 points) b) L indemnisation volontaire des employés (5 points) Question 5. SELON LE CODE CIVIL En vertu du Code civil du Québec, identifiez CINQ (5) moyens auxquels un défendeur peut avoir recours pour se défendre ou pour limiter sa responsabilité, lorsqu il fait l objet de poursuites pour négligence. Question 6. SELON LE CODE CIVIL Dites ce que vous savez sur la responsabilité attribuée en vertu du Code civil, dans le contexte du devoir de prudence et de diligence, dans chacun des cas suivants : a) La responsabilité des fabricants (5 points) b) La responsabilité assumée par contrat (5 points) Question 7. Identifiez CINQ (5) types de risques généralement jugés comme étant dangereux. Pour chacun des risques identifiés, donnez un exemple de danger inhérent qui ferait en sorte que le risque en question serait jugé dangereux. Question 8. Faites la distinction entre les termes sinistre et accident, tels qu ils sont employés dans le contrat d assurance de la responsabilité civile des entreprises. Question 9. Expliquez la notion de droit que l on appelle obligation solidaire, en vertu du Code civil du Québec, OU responsabilité conjointe et solidaire, selon la Common law. suite à la page 11...

11 POUR TOUS LES ÉTUDIANTS Section C : Questions de mise en application Question 10. Votre assuré fabrique du matériel pour piscines, qu il vend à son propre magasin de détail. Un client a acheté une glissoire pour piscines, qu il a installée sur sa piscine extérieure. L acheteur n a pas gardé la boîte d origine, ni les instructions du fabricant en ce qui a trait à l installation et aux précautions à prendre pour assurer la sécurité des usagers de la glissoire. La fille de l assuré, une adolescente, a glissé tête première dans la piscine et a subi de graves dommages à la colonne vertébrale. Elle a entrepris des poursuites contre le fabricant de la glissoire. Votre assuré se préoccupe de cette réclamation et veut savoir si la cliente aura gain de cause. Que direz-vous à votre assuré au sujet de la loi, au Canada, en ce qui a trait à cette affaire et au sujet de la façon dont la responsabilité civile de votre assuré peut être mise en cause? Question 11. Votre assuré est un sous-traitant qui a conclu un contrat visant l érection de la charpente d acier d un nouveau centre des congrès, dans votre ville. Pendant les travaux de construction, on a procédé à l ancrage, dans la base du bâtiment, d une grosse poutre d acier qui constituait un élément important du support du bâtiment. Les boulons filetés en acier employés pour l ancrage ont été fabriqués par un fournisseur de matériel de fixation, mais commandés par l entrepreneur général du projet. La poutre s est effondrée pendant l installation, entraînant la mort de l un des travailleurs de la construction, et causant des blessures à quelques autres. L effondrement a également occasionné des dommages considérables à d autres parties du projet de construction. L enquête effectuée pour déterminer la cause de l effondrement a révélé que les boulons d acier utilisés pour l ancrage de la poutre étaient trop petits et n étaient pas conformes aux plans et devis de l ingénieur concepteur du bâtiment. Dites ce que vous savez sur l éventuelle responsabilité de votre assuré, à la suite de ce sinistre. Section D : Étude de cas POUR TOUS LES ÉTUDIANTS Question 12. Le candidat est placé devant des renseignements portant sur une compagnie imaginaire. Les réponses peuvent être présentées sous forme abrégée, mais elles doivent comporter des renseignements, des commentaires ou une interprétation suffisamment élaborés pour démontrer une bonne compréhension du sujet. BUANDERIE ET NETTOYAGE À SEC TRIPLE A La société Buanderie et nettoyage à sec Triple A est une petite entreprise urbaine qui exerce ses activités dans des locaux loués; elle a deux emplacements. L entreprise fournit, dans ses locaux, des services de buanderie et de nettoyage à sec. Elle se spécialise dans le nettoyage et suite à la page 12...

12 Section D : Étude de cas POUR TOUS LES ÉTUDIANTS Question 12. (suite) la conservation de robes de mariée. Elle offre à sa clientèle un service de livraison à domicile, et les livraisons sont effectuées avec des camionnettes de l entreprise ainsi que des véhicules appartenant aux employés. Le contrat d assurance de l entreprise doit être renouvelé. Vous êtes le courtier d assurances du nettoyeur. a) Identifiez DIX (10) risques de responsabilité civile que présente la société Buanderie et nettoyage à sec Triple A. b) Élaborez le programme d assurances de la responsabilité civile que vous recommanderiez à cette entreprise, en vous servant des garanties dont on a parlé dans le présent cours. Vous devez notamment préciser toutes les garanties et les suppléments de garantie nécessaires. (20 points) c) Le programme d assurances que vous avez recommandé est maintenant en vigueur et l incident suivant s est produit : Alors qu il opérait une presse à vêtements, un employé de l assuré a accidentellement causé un incendie, lorsque sa cigarette est tombée dans un bac à déchets. L incendie a causé des dommages assez importants aux locaux du nettoyeur et détruit tous les vêtements des clients, dans les locaux. Des dommages ont également été causés par la fumée, aux entreprises voisines. Dans les locaux assurés, des produits chimiques servant au nettoyage à sec ont également pris feu, ce qui a provoqué des émanations toxiques dans l air. On a dû procéder à l évacuation des entreprises et des résidences se trouvant à proximité, pendant 24 heures. Les entreprises demandent une compensation pour la perte liée à l interruption de leurs affaires, ainsi que les dommages causés par la fumée. Quant aux résidents, ils demandent une compensation pour les frais d hôtel et de repas qu ils ont dû engager pendant qu ils étaient à l extérieur de leur demeure. Expliquez le mode d application du programme d assurances que vous avez recommandé, en ce qui a trait à ce sinistre.

C120 : Les rudiments de l appréciation du risque

C120 : Les rudiments de l appréciation du risque Spécimen de questionnaire d examen C120 : Les rudiments de l appréciation du risque IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen,

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de janvier 2006 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Remarque : Le présent addenda vise à fournir une explication plus claire et plus précise de

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile Printemps 2007 Présentation du Qu est-ce que la responsabilité civile? Responsabilité civile = reddition de comptes Cette responsabilité

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité LE RISQUE SPORTIF LA RESPONSABILITE CIVILE

Plus en détail

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile

Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil. Publications CCH ltée. Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Les affaires et le droit par M e Micheline Montreuil Publications CCH ltée Corrigé du chapitre 6 - La responsabilité civile Réponses aux questions 6.1 Le Code civil du Québec reconnait l'existence des

Plus en détail

Assurance habitation. Le contrat d assurance habitation ASSURANCE RESPONSABILITÉ

Assurance habitation. Le contrat d assurance habitation ASSURANCE RESPONSABILITÉ Assurance habitation Le contrat d assurance habitation ASSURANCE RESPONSABILITÉ Assurance Responsabilité 1. les définitions 2. Garantie E responsabilité civile 3. Garantie F frais médicaux 4. Garantie

Plus en détail

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.)

FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) FORMULAIRE DE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC (F.P.Q.) N o 5 Formulaire d assurance complémentaire pour les dommages occasionnés au véhicule assuré (assurance de remplacement) F.P.Q. N o 5 1 er

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM LA RESPONSABILITE DU DIRECTEUR D ACM En principe, on qualifie la responsabilité comme le fait d assumer la conséquence de ses

Plus en détail

Le programme d assurance de Volleyball Québec

Le programme d assurance de Volleyball Québec Le programme d assurance de Volleyball Québec Juin 2012 Préparé par Lise Charbonneau, ll.b. Gestionnaire de risque / Assurance Regroupement Loisir et Sports du Québec Volleyball Québec et Regroupement

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

2- l assurance de la responsabilité civile

2- l assurance de la responsabilité civile L assurance de la responsabilité civile 1- la responsabilité civile 2- l assurance de la responsabilité civile 3- la police d assurance d de la responsabilité civile des entreprises I- la responsabilité

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS...

TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS... TABLE DES MATIÈRES TITRE I - LA RESPONSABILITÉ CIVILE EXTRACONTRACTUELLE................... 13 TITRE II - LA RESPONSABILITÉ DES PROFESSIONNELS......................... 99 TITRE III - LE PRÉJUDICE...........................................

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Fabrication et vente de produits 49 FABRICATION ET VENTE DE PRODUITS Règlements et normes de produits La Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation est entrée en vigueur en 2011. Cette

Plus en détail

1/ L obligation générale de conformité

1/ L obligation générale de conformité LES GARANTIES DU VENDEUR A la suite de l achat de divers biens de consommation courante (canapé, véhicule, frigidaire, machine à laver, téléviseur ), il peut arriver que le consommateur ait besoin d invoquer

Plus en détail

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013

RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE. MONTPELLIER 27 mai 2013 RISQUE SPORTIF, RESPONSABILITES ET ASSURANCE MONTPELLIER 27 mai 2013 LE RISQUE SPORTIF Facteurs aggravants de risques Le lieu de l activité L âge des participants à l activité La nature de l activité Les

Plus en détail

Atelier présenté au colloque annuel Décembre 2013 Fédération de soccer du Québec

Atelier présenté au colloque annuel Décembre 2013 Fédération de soccer du Québec Atelier présenté au colloque annuel Décembre 2013 Fédération de soccer du Québec Par Me Lise Charbonneau, gestionnaire de risques Regroupement Loisir et sport du Québec Le programme d assurance de la Fédération

Plus en détail

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1

Droit Commercial. Notes personnelles. La Responsabilité. Responsabilité civile. La Responsabilité. Page : 1 Responsabilité civile Art 1382 du Code Civil : «Tout fait quelconque de l homme, qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé, à le réparer». La responsabilité civile entraîne

Plus en détail

SOUSCRIPTEURS DE L EST

SOUSCRIPTEURS DE L EST PROPOSITION D ASSURANCE AUTOMOBILE F.P.Q. N o 1 FORMULE DES PROPRIÉTAIRES SOUSCRIPTEURS DE L EST 4405, boul. Lapinière, Brossard, QC J4Z 3T5 ASSUREUR : LA COMPAGNIE D ASSURANCE JEVCO COURTIER : Ref. N

Plus en détail

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES

LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES LOT N 2 RESPONSABILITE CIVILE ET RISQUES ANNEXES CAHIER DES CHARGES Préambule L assurance de la Responsabilité Civile et des Risques Annexes a pour objet de garantir la Ville de Guipavas et son CCAS, ainsi

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE POUR LES ADMINISTRATIONS PORTUAIRES

ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE POUR LES ADMINISTRATIONS PORTUAIRES ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE POUR LES ADMINISTRATIONS PORTUAIRES FOIRE AUX QUESTIONS FOIRE AUX QUESTIONS C est quoi une assurance responsabilité civile? Une assurance responsabilité civile fournie

Plus en détail

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE

POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE POLICE D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC F.P.Q. N O 7 FORMULE D ASSURANCE EXCÉDENTAIRE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE 1 er mars 2001 Aux intéressés : Vous trouverez ci-joint le texte révisé de la police d'assurance

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES

GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES GUIDE DE L UTILISATEUR CONDITIONS LÉGALES La suite du présent document pourrait vous inquiéter. Le langage peut sembler inhabituel. C est parce que les conditions suivantes sont des conditions légales

Plus en détail

Formulaire d avenant du Québec F.A.Q. N o 34 Assurance de personnes

Formulaire d avenant du Québec F.A.Q. N o 34 Assurance de personnes Formulaire d avenant du Québec F.A.Q. N o 34 Assurance de personnes Le titre de l avenant doit être écrit à la section «Conditions particulières» du contrat d assurance. Quant aux informations requises

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES PROPOSITIONS ET LES BONS DE COMMANDE 2. ACCEPTATION DE PROPOSITION ET BONS DE COMMANDE

CONDITIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES PROPOSITIONS ET LES BONS DE COMMANDE 2. ACCEPTATION DE PROPOSITION ET BONS DE COMMANDE CONDITIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES PROPOSITIONS ET LES BONS DE COMMANDE Aux présentes, le terme «Vendeur» représente Opal-RT Technologies et «Acheteur» représente l acquéreur de la proposition et l émetteur

Plus en détail

- 2 - 6. Un exemple de sinistre qui serait couvert aux termes de la police incendie de base est :

- 2 - 6. Un exemple de sinistre qui serait couvert aux termes de la police incendie de base est : Spécimen de questionnaire d examen CET EXAMEN PORTE SUR LA MATIÈRE CONTENUE DANS LES DEUX COURS SUIVANTS : C12 : L assurance des biens et C12 : L assurance des biens, 1 re partie IMPORTANT : Vous disposez

Plus en détail

A. L évolution du risque dans la société

A. L évolution du risque dans la société Chap 6 : La notion de risque et l évolution de la responsabilité La responsabilité civile consiste dans l obligation de réparer le préjudice subi par autrui et dont on doit répondre personnellement. Le

Plus en détail

La responsabilité du fait personnel

La responsabilité du fait personnel La responsabilité du fait personnel Cas pratique : Robert est apiculteur mais, malheureusement, ses abeilles ne produisent plus de miel car n entrant pas dans leurs ruches. Elles semblent avoir perdu leur

Plus en détail

Multirisques de Professionnels

Multirisques de Professionnels Multirisques de Professionnels GARANTIES Incendie Dégât des eaux Vol Bris de glace Matériel Informatique Perte d exploitation Frais supplémentaires d exploitation Responsabilité Civile 2 La Responsabilité

Plus en détail

La Régie des rentes du Québec

La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec La Régie des rentes du Québec est chargée d appliquer la Loi sur le régime de rentes du Québec et la Loi sur les régimes complémentaires de retraite. De plus, elle administre

Plus en détail

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées. Addenda de juillet 2007

C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées. Addenda de juillet 2007 C131 : Le courtier et l agent d assurance : compétences avancées Addenda de juillet 2007 (À intégrer à l édition 2004 de ce manuel.) Leçons 1 à 10 : De nombreux changements on été apportés à des notes

Plus en détail

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire

Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Conditions Générales de Ventes Régie Publicitaire Article 1 : Objet Les présentes conditions générales de vente ont pour objet de définir les conditions de mise à disposition par Free au profit d un annonceur

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT)

CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) CONVENTION DE GESTION ET DE REGLEMENT (CORRESPONDANT) à partir du 1 er août 2014 Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1 Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX 09, et,

Plus en détail

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base

Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles. RC Base Examen 17: RC générale (branche 13) socles de compétences connaissances professionnelles RC Base 1 Distinguer les différents types de responsabilité (responsabilité morale, civile et pénale) et préciser

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel

CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel Article 1 Définitions / généralités a) Dans les conditions générales de l association VACO, on entendra par : - fournisseur de VACO : toute

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

C14 : L assurance automobile, 1 re partie Québec

C14 : L assurance automobile, 1 re partie Québec Spécimen de questionnaire d examen C14 : L assurance automobile, 1 re partie Québec IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen,

Plus en détail

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations

Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations Juin 2003 Guide d impôt de l ACC relatif aux véhicules fournis par l employeur et aux allocations IMPORTANT : Le présent document est un guide sommaire portant sur les règles et les règlements actuels

Plus en détail

La garantie légale des vices cachés

La garantie légale des vices cachés La garantie légale des vices cachés Article juridique publié le 11/05/2015, vu 682 fois, Auteur : Yaya MENDY La garantie des vices cachés est une protection contre les défauts d un produit acheté et qui

Plus en détail

C11 : Principes et pratique de l assurance

C11 : Principes et pratique de l assurance Spécimen de questionnaire d examen C11 : Principes et pratique de l assurance IMPORTANT : Vous disposez de 3 heures pour passer cet examen. Total : 200 points Lorsque vous quittez la salle d examen, vous

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives?

Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? Quelles sont les obligations en matière d assurance pour les structures sportives? La pratique sportive est génératrice de risque et d accident matériel ou corporel. C est pourquoi il existe de nombreuses

Plus en détail

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants

Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants Document d information sur les protections d assurance souscrites par l Université Laval à l intention des étudiants MISE EN GARDE Les informations contenues dans ce document visent strictement à faciliter

Plus en détail

Protection juridique pour entreprises. Pour vous défendre lorsque vous êtes dans votre bon droit!

Protection juridique pour entreprises. Pour vous défendre lorsque vous êtes dans votre bon droit! pour entreprises. Pour vous défendre lorsque vous êtes dans votre bon droit!, oui. Mais seulement dans la mesure où vous en avez vraiment besoin. Parce que votre entreprise est unique, Protekta vous offre

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES ARTICLE 1 Le préambule fait partie intégrante du présent règlement. ARTICLE 2 Le service de protection contre les incendies

Plus en détail

Assurances de construction Ne démolissez pas vos finances!

Assurances de construction Ne démolissez pas vos finances! Assurances de construction Ne démolissez pas vos finances! Assurances de construction Qui a besoin d une assurance? Maître de l ouvrage Architecte Ingénieur Entrepreneur Artisan Assurances pendant la construction:

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps.

QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. QUESTIONNAIRE DES LOCATAIRES CONNAISSEZ-VOUS VOS DROITS? 1. Le locateur peut entrer dans votre appartement en tout temps. Vrai ou Faux 2. Vous avez le droit de changer les serrures sans la permission du

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

(correspond au module 10 Conseiller de service à la clientèle dans la branche automobile) Conseiller(ère) de vente automobile avec brevet fédéral

(correspond au module 10 Conseiller de service à la clientèle dans la branche automobile) Conseiller(ère) de vente automobile avec brevet fédéral Module 6 Droit et assurances (correspond au module 10 Conseiller de service à la clientèle dans la branche automobile) UPSA/AGVS - LA VOITURE, NOTRE PASSION. 7807.F / 11/2005 Conseiller(ère) de vente automobile

Plus en détail

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile

La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile La Loi sur la protection du consommateur et la location à long terme d une automobile Les contrats de location d une automobile d une durée de quatre mois ou plus qui interviennent entre un commerçant

Plus en détail

FABRICATION ET VENTE DE PR ODUITS

FABRICATION ET VENTE DE PR ODUITS VENTE DE PR ODUITS Règlements et normes de produits 67 Protection du consommateur 68 Responsabilité du fait du produit 70 Par Caroline Zayid Fabrication et vente de pr oduits 67 Règlements et normes de

Plus en détail

Dt14,5_4V_2x2_0906 RÉVISION DES DÉCISIONS CRITÈRES D EXCLUSION. Dt 14,5 x 8. 4 volets. Volet 1 recto

Dt14,5_4V_2x2_0906 RÉVISION DES DÉCISIONS CRITÈRES D EXCLUSION. Dt 14,5 x 8. 4 volets. Volet 1 recto CRITÈRES D EXCLUSION RÉVISION DES DÉCISIONS Est exclue de l application du régime la personne qui : Toute décision rendue peut être contestée en révision ou en reconsidération administrative. La demande

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT 1. APPLICATION DES CONDITIONS GENERALES - DEFINITIONS - CLAUSES GENERALES BRIDGESTONE France 1.1 Tous achats de biens, marchandises, équipements et matériels et de services

Plus en détail

CONDITIONS DES BONS DE COMMANDE 1. CONDITIONS DE LA COMMANDE. Les présentes conditions (qui comprennent les conditions figurant au recto du bon de

CONDITIONS DES BONS DE COMMANDE 1. CONDITIONS DE LA COMMANDE. Les présentes conditions (qui comprennent les conditions figurant au recto du bon de CONDITIONS DES BONS DE COMMANDE 1. CONDITIONS DE LA COMMANDE. Les présentes conditions (qui comprennent les conditions figurant au recto du bon de commande (la commande) applicable de l acheteur énoncent

Plus en détail

Nous réceptionnons les commandes par Internet, téléphone, courrier ou fax.

Nous réceptionnons les commandes par Internet, téléphone, courrier ou fax. Conditions générales R.C. Exploitation GARAGE 1. Définitions Client: personne morale et/ou physique achetant ou utilisant POWERCONCEPT. Consommateur: particulier achetant des Produits pour son usage privé.

Plus en détail

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI

Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Université Hassan II Mohammedia Ecole Nationale de Commerce et de Gestion de Casablanca Réalisé par: Demandé par: - Mlle. Ahlam MORCHID - M. GHAZI - Mlle. Meryem RIDANI - Mlle. Mounia BEKKALI Introduction

Plus en détail

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ;

RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE. l installation d un avertisseur de fumée peut sauver des vies humaines ; CANADA PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAC-BROME RÈGLEMENT 564 SUR LES AVERTISSEURS DE FUMÉE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QUE ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU l installation d un avertisseur de fumée peut

Plus en détail

- Bateaux et autres embarcations, incluant les moteurs.

- Bateaux et autres embarcations, incluant les moteurs. POLITIQUE RELATIVE À L UTILISATION DES VÉHICULES DE L UQAT ADOPTÉE 319-CA-3366 (05-06-2012) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.)

Plus en détail

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7

La majorité, ses droits et ses devoirs. chapitre 7 La majorité, ses droits et ses devoirs chapitre 7 Si le 18 e anniversaire véhicule souvent l idée de plus d indépendance, il est aussi le moment de la majorité légale, assortie d un certain nombre de droits

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE Article 1 : Objet et champ d application Sauf accord particulier dûment négocié entre les parties sous quelque forme que ce soit, ces présentes conditions générales

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Conditions générales du vendeur 1.1. Les conditions générales de la SA EvoBus Belgium, ci-après dénommée «EvoBus», sont d application à la présente convention à l exclusion de toutes

Plus en détail

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain. Edition 2014

Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain. Edition 2014 Conditions générales d assurance (CGA) Essais cliniques dans le cadre de la recherche sur l être humain Edition 2014 Sommaire 1. DESCRIPTIF DU CONTRAT... 4 1.1 NUMERO DE POLICE... 4 1.2 PRENEUR D'ASSURANCE...

Plus en détail

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire)

MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) (Mandataire 2014) MANDAT DE GESTION ET DE REGLEMENT POUR LE COMPTE DU BCF (Mandataire) Entre le BCF des sociétés d assurances contre les accidents d automobile, 1, Rue Jules Lefebvre, 75431 PARIS CEDEX

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS NOTE AU LECTEUR Le Programme d application de la garantie de est entré en vigueur le 7 septembre 2012 (2012, G.O. 1, 1111).

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES

GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES GARANTIE LEGALE CONTRE LES VICES CACHES 24/11/2014 Le vendeur doit à l acheteur la garantie que le bien vendu est exempt de vices le rendant impropre à l usage auquel il est destiné ou diminuant tellement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Nancy N 11NC00159 Inédit au recueil Lebon 2ème chambre - formation à 3 M. COMMENVILLE, président Mme Catherine FISCHER-HIRTZ, rapporteur M. FERAL, rapporteur public SAGET,

Plus en détail

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus.

1 - COMMANDE. 1.3. Sauf convention contraire, le client confie à SOJADIS le soin d installer le Produit commandé, prestation facturée en sus. SOJADIS a pour activité l étude, la conception et la réalisation d installation de systèmes d équipements d aide à la conduite mais également de nombreux accessoires destinés à l adaptation de véhicules

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 5 ENTRE : A. D. N o d appel : GE-13-1152 Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE POUR LA FRANCE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE POUR LA FRANCE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE POUR LA FRANCE modèle applicable aux industries des lampes, luminaires, candélabres, auxiliaires, et services associés à ces matériels destinés à l éclairage Toute commande

Plus en détail

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES

LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES LA CONVENTION DE VIENNE SUR LES CONTRATS DE VENTE INTERNATIONALE DE MARCHANDISE ET LE CODE CIVIL DU QUÉBEC : LES DIFFÉRENCES ET LES SIMILITUDES TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 CHAMP D APPLICATION...

Plus en détail

Contrat de location d une place de parking

Contrat de location d une place de parking Contrat de location d une place de parking ENTRE : - La Ville de Massy, représentée par Monsieur Vincent DELAHAYE Sénateur-Maire, en vertu d une délibération n - 27 en date du 12 mars 2015 d une part,

Plus en détail

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE

BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE BENEVOLAT ET TRAVAIL EN FAMILLE 25/02/2015 Cette forme d entraide, courante dans les petites entreprises (de type familiale) ou au cours des phases de lancement d une affaire, soulève un certain nombre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre

CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Article 2 : Promotion et offre CONDITIONS GENERALES Article 1 : Champ d application Ces conditions générales sont applicables aux contrats d organisation et d intermédiaire de voyages, tels que définis par la loi du 16 février 1994

Plus en détail

LIGUE DE FOOTBALL PARIS ILE DE FRANCE RESUME DES GARANTIES CONTRAT N 55 11 78 22 ASSURANCES DES LICENCIES SAISON 2015/2016.

LIGUE DE FOOTBALL PARIS ILE DE FRANCE RESUME DES GARANTIES CONTRAT N 55 11 78 22 ASSURANCES DES LICENCIES SAISON 2015/2016. LIGUE DE FOOTBALL PARIS ILE DE FRANCE RESUME DES GARANTIES CONTRAT N 55 11 78 22 ASSURANCES DES LICENCIES SAISON 2015/2016. DISPOSITIONS COMMUNES DEFINITIONS GENERALES Accident Tout événement soudain et

Plus en détail

ASSURANCE APPAREILS MOBILES

ASSURANCE APPAREILS MOBILES 425, avenue Viger Ouest, Montréal (Québec) H2Z 1W5 67207132 F (01/2016) CERTIFICAT D ASSURANCE ASSURANCE APPAREILS MOBILES RENSEIGNEMENTS SUR VOTRE ASSURANCE Ce certificat d assurance renferme de l information

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire.

Les actuaires désignés de tous les organismes A à H doivent compléter le questionnaire. QUESTIONNAIRE DESTINÉ À L ACTUAIRE DÉSIGNÉ AUX FINS DES RAPPORTS FINANCIERS DES ORGANISMES D ASSURANCE-VIE ET SANTÉ AU CANADA FIN D ANNÉE 2000 PARTIE II Ce questionnaire a été préparé pour traiter des

Plus en détail

DEMANDE DE CRÉDIT Nouvelle Demande actualisée Renseignements généraux Nom du demandeur : X

DEMANDE DE CRÉDIT Nouvelle Demande actualisée Renseignements généraux Nom du demandeur : X DEMANDE DE CRÉDIT Nouvelle Demande actualisée Renseignements généraux Nom du demandeur : X Adresse: Numéro de téléphone : ( ) - Adresse principale Bureau Numéro de télécopieur : ( ) - Ville Limite de crédit

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 28 mars 2013 N de pourvoi: 12-17548 ECLI:FR:CCASS:2013:C200477 Publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Odent

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

L assurance est là pour protéger votre famille

L assurance est là pour protéger votre famille Assurance L assurance est là pour protéger votre famille Vous avez travaillé fort pour venir vous établir ici et commencer une nouvelle vie. L assurance met vos proches et vos biens à l abri des pertes

Plus en détail

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique

Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE. Association du personnel de l École Polytechnique Règlement no. 4 POLITIQUE D INTERVENTION JURIDIQUE Association du personnel de l École Polytechnique 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES Afin de ne pas alourdir le texte, tous les termes faisant référence à des personnes

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 9 Le louage Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu Le louage Le contrat de location de meuble Le bail de logement Le bail commercial 2 Objectifs Après la lecture du chapitre,

Plus en détail

(Ci-après désignée le «Client») (Le FSI et le Client sont ci-après collectivement désignés les «Parties»)

(Ci-après désignée le «Client») (Le FSI et le Client sont ci-après collectivement désignés les «Parties») CONTRAT D HÉBERGEMENT DE SITE WEB ENTRE Maxime Murray, personne morale légalement constituée en vertu des lois de Québec, Canada, dont le siège social est situé au 132 Turgeon, Sainte-Thérèse, agissant

Plus en détail

foire aux questions conseils à l intention des propriétaires et des locataires «Réponses aux questions les plus fréquentes...»

foire aux questions conseils à l intention des propriétaires et des locataires «Réponses aux questions les plus fréquentes...» conseils à l intention des propriétaires et des locataires foire aux questions «des consommateurs en confiance des collectivités en sécurité» «Réponses aux questions les plus fréquentes...» Mon propriétaire

Plus en détail

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012

Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Véhicules du gouvernement Gestion des risques liés à la responsabilité Institut de la gestion financière Le 27 novembre 2012 Maximes «No man hath endurance, as he that selleth insurance» -Anon 2 Notre

Plus en détail

BAIL COMMERCIAL : Qui doit payer les travaux de mise en conformité?

BAIL COMMERCIAL : Qui doit payer les travaux de mise en conformité? BAIL COMMERCIAL : Qui doit payer les travaux de mise en conformité? De plus en plus de locataires d un bail commercial s interrogent sur la prise en charge des travaux de mise en conformité du local d

Plus en détail

Les régimes d avantages sociaux au Canada

Les régimes d avantages sociaux au Canada Les régimes d avantages sociaux au Canada Les Canadiens vivent de plus en plus longtemps et doivent plus que jamais faire face à leur responsabilité d épargner pour la retraite. Leur espérance de vie étant

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION DE LOCAUX À COURT TERME TERMES ET CONDITIONS

CONTRAT DE LOCATION DE LOCAUX À COURT TERME TERMES ET CONDITIONS CONTRAT DE LOCATION DE LOCAU À COURT TERME TERMES ET CONDITIONS EN CONTREPARTIE des engagements mutuels ci-énoncés, les parties conviennent de ce qui suit : L Université loue au locataire les locaux susmentionnés,

Plus en détail

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES

RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES RESPONSABILITÉ CIVILE DE L OCCUPANT LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS ET CHUTES ASSURANCE ENTREPRISE PARCOUREZ IBC.CA LES GLISSEMENTS, TRÉBUCHEMENTS, ET CHUTES donnent lieu à certaines des réclamations en

Plus en détail

Immatriculation et assurances. Immatriculation et assurances

Immatriculation et assurances. Immatriculation et assurances 7 171 7 Le chapitre 7 contient des renseignements sur l immatriculation des véhicules et d autres renseignements utiles pour les propriétaires de véhicules. 172 Avant de conduire un véhicule sur le réseau

Plus en détail

Les affaires et le droit

Les affaires et le droit Les affaires et le droit Chapitre 10 Les assurances Me Micheline Montreuil 1 1 Contenu L assurance La coassurance et la réassurance L obligation de déclarer et ses conséquences L assurance-vie L assurance-invalidité

Plus en détail

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV)

Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) Convention internationale relative au contrat de voyage (CCV) (Bruxelles, 23 avril 1970) Les Etats Parties à la présente Convention, Constatant le développement du tourisme et son rôle économique et social,

Plus en détail

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec

Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement du Québec Document d information Direction générale des finances municipales Février 2009 Comptabilisation du coût des travaux de reconstruction des ponts municipaux dont la gestion est assumée par le gouvernement

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance

Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Communication FSMA_2015_13 du 26/08/2015 Position de la FSMA en ce qui concerne les éléments essentiels du contrat d assurance Résumé/Objectifs: Par le biais de cette position, la FSMA souhaite tout d

Plus en détail