PEDOPSYCHIATRIE EN SEINE ET MARNE (77) CMPP DE CHELLES INAUGURATION DU NOUVEAU SITE 6 rue Adolphe Besson 13 mars 2014

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PEDOPSYCHIATRIE EN SEINE ET MARNE (77) CMPP DE CHELLES INAUGURATION DU NOUVEAU SITE 6 rue Adolphe Besson 13 mars 2014"

Transcription

1 PEDOPSYCHIATRIE EN SEINE ET MARNE (77) CMPP DE CHELLES INAUGURATION DU NOUVEAU SITE 6 rue Adolphe Besson 13 mars 2014 Monsieur le Délégué de l ARS, Monsieur le Maire, Madame la Conseillère Générale, Mesdames et Messieurs les représentants de la Communauté d agglomération, Monsieur le Président de l ARISSE, Monsieur le Directeur Général, Mesdames et Messieurs les représentants de l Education Nationale, Mesdames et Messieurs les représentant de la MDPH, Mesdames et Messieurs les représentants des secteurs de Pédopsychiatrie et des services médicosociaux, chères Consœurs et chers Confrères, chers Collègues du secteur libéral, chers Collègues d hier et d aujourd hui du CMPP de CHELLES, par vos présences, m échoit l honneur de vous accueillir pour cette inauguration de notre nouveau site d implantation. Honneur qui serait terni s il n était question de saluer également les Patients et l ensemble des Familles qui nous vouent une confiance prodigieuse en des moments difficiles de leurs vies. Mais il convient aussi de saluer les divers représentants du cabinet d architecture et des entreprises qui ont œuvré à la réhabilitation de ces locaux. Enfin nos salutations vont à ceux qui, retenus par d autres obligations, nous ont demandé de les excuser et à ceux et celles qui involontairement oubliés, voudront bien à leur tour nous nous en excuser. Avec cette inauguration, aujourd hui, je formule le vœu de parvenir à partager avec vous, un quadruple plaisir : Plaisir de vous accueillir tous, large public qui, à titres divers, est concerné et investi dans la pédopsychiatrie de Seine et Marne. Plaisir de témoigner du rayonnement de l association ARISSE. Plaisir de témoigner des spécificités des CMPP Plaisir de présenter ces nouveaux locaux du CMPP de CHELLES Présentation des CMPP En 2014, les CMPP existent depuis 68 ans. Les Centres Médico Psycho Pédagogiques sont des centres de consultation, de diagnostic et de soins ambulatoires, non sectorisés, recevant des enfants et adolescents, ainsi que leur famille. Les CMPP reçoivent des enfants et des adolescents de 0 à 20 ans, ils assurent le dépistage, le diagnostic et le traitement des troubles psychiques en cure ambulatoire. Régulièrement il est dit que l on ne sait pas ce qu ils font ni qui ils reçoivent et avec quels résultats, pour preuve l article dans le journal ce matin où malgré des explications précises, le titre de l article et les énoncés demeurent pour le moins étonnants. La dimension de 1

2 prévention a cependant bien été perçue avec la citation : «un bébé qui va mieux c est pour 30 ou 60 ans». Quoiqu il en soit les CMPP sont toujours là, toujours aussi sollicités. Il faut savoir que les 309 CMPP de France sont implantés sur tout le territoire national, indépendamment des notions de sectorisation. Ils assurent concrètement la moitié des consultations et traitements médico psycho pédagogique en cure ambulatoire des enfants et adolescents de 0 à 20 ans, à parité avec les équipes hospitalières de pédopsychiatrie. A l échelon national, sur le plan financier, l ensemble des CMPP correspond au coût d un seul CHU. (D après Antoine PHILIPPS Mémoire de l Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique 2008) Définition : Les CMPP sont des structures de consultation spécialisées et de soins ambulatoires, ouvertes à tous, sous couvert d une inscription à la Sécurité Sociale, et qui s adressent à des enfants, à des adolescents et à leur famille. Ils ne sont pas sectorisés. Le CMPP est un établissement médicosocial à but non lucratif qui a reçu l agrément des pouvoirs publics (ARS et Sécurité Sociale) Ces établissements se situent à l intersection du médicosocial, de l Ecole et de la Santé Mentale. Ils sont régis par le Code de la Santé Publique et par l Annexe 32 du décret du 9 Mars La consultation s adresse à des enfants et à des adolescents présentant des pathologies et des symptômes multiformes qui couvrent toute la psychopathologie: Cela peut aller des Troubles Envahissants du Développement (TED), aux troubles névrotiques, aux dysharmonies d évolution, aux troubles réactionnels (à la suite d événements externes), aux troubles du développement et des fonctions instrumentales (les Troubles Spécifiques des Apprentissages, TSA), aux troubles du comportement, aux pathologies à expression somatique et toutes les manifestations et symptômes liés à l anxiété, les phobies, les compulsions... S ajoutent parfois à cela d autres facteurs (associés ou étiologiques), facteurs organiques, facteurs en rapport avec l environnement... Tel est notre champ de réflexion qui s articule résolument au cadre de la compréhension du fonctionnement psychique des difficultés de l enfant. Historique des C.M.P.P. (emprunté au Docteur Philipe TURMONT de MELUN) 2

3 L originalité socio historique de la création des CMPP mérite d être rappelée. Le contexte était celui de l immédiate après-guerre : Période riche, imaginative, créatrice qui fut en charge de panser les blessures de ce qui venait de se dérouler et au cours de laquelle l Enfance, le Jeunesse devenaient une priorité nationale pour des raisons évidentes. C est l époque de la mise en place de la Sécurité Sociale (1945) et de ses idéaux. On assiste alors à l entrée dans le champ de la Santé Mentale, des troubles psychologiques et des inadaptations scolaires d origine psychogène. Ceci permettra l intervention de la Sécurité Sociale sur un plan financier. D autre part, l apport des Sciences Humaines impulsa un nouvel éclairage sur les facteurs exogènes de la vie psychique de l enfant. Sur ce point, furent prises en compte l environnement de celui-ci, ce qui permit de déboucher sur la notion de cure (soins) en ambulatoire qui rompait avec le traditionnel placement en internat spécialisés. Le dépistage et le soin apporté à l enfant furent associés à une action sur son environnement et il fut désormais, maintenu dans son milieu ordinaire sans rupture avec l entourage familial, social et scolaire. En conséquence, de nouvelles disciplines s affinèrent comme la psychopédagogie et l on vit se mettre en place des classes spécialisées avec des instituteurs ayant une formation spécifique en pédagogie ainsi qu une formation en psychologie. De manière concomitante, l apport et le développement de la psychanalyse furent essentielle dans la compréhension des troubles du fonctionnement psychique de l enfant avec des figures marquantes comme Dolto, Lebovici, Diatkine, Pierre Mâle... LES MISSIONS ET FINALITES DE TELLES STRUCTURES SONT MAINTENANT CLAIREMENT ETABLIES: Les CMPP sont des établissements qui accueillent enfants, adolescents et famille auprès d une équipe pluridisciplinaire qui assure une fonction d accueil, d écoute et de soins, sous forme de consultations ambulatoires. Cela requiert la libre adhésion des patients, l aménagement d un espace de confiance, de confidentialité. Le projet thérapeutique structure le champ des interventions en CMPP Sous l'autorité et la responsabilité des médecins, le projet thérapeutique d'un C.M.P.P. s'inscrit dans un cadre éthique. A cet égard, au négatif de sa définition, le projet thérapeutique n'est pas: Une promesse de résultats: Un vaste choix proposé à des clients-consommateurs informés et exigeants, portés par l'illusion d'accéder à une information exhaustive et transparente 3

4 L'apport d'une réponse standardisée: La lecture du symptôme à travers une grille préétablie Une liste d'affections à éradiquer ou une liste de pratiques établies en protocoles L établissement d'un dossier collecteur de bilans spécialisés Une pratique atomisée: La simple suppression d'un symptôme (Exemple : faire manger un(e) anorexique, ôter des idées de suicide) Une rééducation du comportement ou d'un dysfonctionnement mécanique Un idéalisme se proposant de soigner un psychisme à distance du corps Dans ce même cadre, le patient, être singulier doté de subjectivité, soutenu par un corps parlant, amène à considérer, au positif de sa définition, le projet thérapeutique comme: Une pratique humanisante qui permet au sujet d'accéder à une parole adressable à quelqu'un d'autre, soit une pratique associée à l'idée que le dire des patients (enfants, parents ou entourage) a de l'importance et que cela peut être écouté par un autre. L'élaboration d'une dynamique de soins et d'interventions auprès des enfants ou de leur entourage: un travail artisanal dans le sur-mesure, au cas par cas un effort d'invention à renouveler avec chaque patient, dans l'exigence de soutien du travail de questions théoriques et cliniques (ce qui rend indispensable les temps personnels de formation et de formation personnelle). une exigence d'adaptation au patient avec ses symptômes, de la part de chaque intervenant et de l'équipe. une tolérance à l'imprévu que permettent des pratiques non standardisées au sein d'écarts à la norme, gages d'un écart-qualité quant aux effets (l'exemple de la variation du nombre des séances pour une même pathologie en constitue une excellente illustration). Une pratique ordinairement référée aux spécificités des symptômes psychiques, assortie de la possibilité d'accéder à des aides thérapeutiques sans que prévale la reconnaissance de symptômes psychiques associés (par exemples dans les situations d'atteintes sensorielles ou de malformations congénitales, telles les cécités, surdités...) Une élaboration dans l'interdisciplinarité: Une approche respectant la diversité des références théoriques et des identités. Par ces références, ces visées et ce cadre, le projet thérapeutique devient une application constante de chaque intervenant, de chaque équipe, à se libérer de la prétention à la connaissance préalable de l'intérêt bien compris du patient. Nous postulons que le symptôme ne constitue pas un «fait» fixé mais s insère dans une approche globale de l évolution du sujet et il représente un aléa du processus de développement de la subjectivité du sujet, de ses apprentissages. L enfant est un être en devenir. 4

5 L IMPLICATION, l INTERET POUR L AIDE PROPOSEE, L INVESTISSEMENT DE L ENFANT ET DE SA FAMILLE SONT ESSENTIELS. NOUS NE POUVONS TRAVAILLER SANS L AIDE DES PARENTS OU DE L ENTOURAGE. Présentation du CMPP de Chelles Historique du C.M.P.P. de CHELLES (d après un texte du Docteur Colette MERIENNE) : Délaissant à la grande histoire, les temps anciens des Mérovingiens (Chilpéric, Bathilde) qui marquèrent la vie locale, tout comme le souvenir des cressonnières et des meunières de 1865 cher à Victor Hugo et à Mr Nordon, nous considérerons, pour le clin d œil, les emplacements successifs du CMPP de CHELLES qui est passé d un ancien pavillon de chasse, rue Saint Hubert à une rue portant le nom d Adolphe Besson, ancien maire de CHELLES de 1896 à 1901, fondateur à l époque (1884) de la Société Régionale de Tir et de Préparation Militaire. Société qui en 1970 adopta le vocable moins belliciste de Société Régionale de Tir de CHELLES (SRTC 77). Coïncidence, c est au décours de cette même année 1970, que fut créer le CMPP de CHELLES, époque où la souplesse relative de l annexe 32 permettait que les CMPP soient un champ d expérimentation soutenant la diversité de l approche pédopsychiatrique. En lien direct avec la CAF de Seine et Marne, ce CMPP revêtait déjà une orientation sociale. A l époque de la création, la pénurie de toute «réponse» pédopsychiatrique était quasicomplète à CHELLES, ville de habitants environ qui se développait rapidement ; seule existait une consultation hebdomadaire au Dispensaire, assurée par un médecin du secteur de psychiatrie pour adultes de LAGNY. La création répondait à une demande pressante, à la fois des familles, mais aussi des milieux scolaires, des équipes sociales et de préventions ou encore des médecins généralistes et pédiatres locaux. Face aux organismes de contrôle (DASS et Sécurité Sociale), le soutien constant du partenaire CAF a toujours favorisé l émergence d un sentiment de sécurité qui laissait l esprit libre dans le travail. Au fil du temps, la population chelloise s est considérablement accrue, les listes d attentes des suivis aussi. Parallèlement, les demandes pressantes des écoles et des multiples institutions locales ont pris beaucoup d importance. De ce fait, les assistantes sociales du CMPP ont eu à soutenir un travail de liaison très dense, toujours avec l accord des familles et des adolescents et en lien avec l équipe du CMPP. Actuellement, le travail de réseau implique de plus en plus l ensemble de l équipe. A CHELLES comme partout ailleurs, les pathologies connaissent une évolution ; problématiques familiales complexes, liées à la déshérence globale du tissu social et à la montée en puissance du dépistage des situations de carences ou de maltraitance. Effectivement, en lien avec la sensibilisation, depuis une quinzaine d années, des intervenants médicosociaux et des milieux scolaires, ces situations sont mieux repérées que par le passé. Les CMPP d ailleurs représentent volontiers un recours pour entretenir et développer le niveau de formation et de vigilance des personnels de terrain. Au début des années 90, les CAF durent se désengager de leurs œuvres sociales en gestion directe. Cette mesure a concerné les CMPP de CHELLES et de MELUN. Un repreneur 5

6 associatif fut cherché et trouvé en 1995 : l ARIS, association à but non lucratif (loi du 1er juillet 1901), conduite à l époque par Messieurs NORDON et BONNIN. En 2006, Madame le Docteur Colette MERIENNE, Médecin directeur depuis la fondation du CMPP de Chelles dont le charisme et le panache ne sont plus à démontrer, prend une retraite amplement méritée, nous laissant la redoutable tâche de lui succéder. En 2008, l ARIS devient l ARISSE (Actions et Ressources pour l Insertion Sociale par le Soin et l Education). Elle résulte de la fusion absorption de l Association des CMPP Yvelines-Essonne par l Association pour la Réadaptation et l Insertion Sociale (ARIS). En 2011, l ARS répond favorablement à nos demandes d extension budgétaires visant à organiser à terme le déménagement devenu incontournable. Qu à travers ses représentants présents aujourd hui, nos remerciements soient transmis. En 2012, aboutissement de 3 années d efforts de recherche d un site adéquat à notre activité quand la CPAM met en vente ses locaux et que la municipalité en approuve l acquisition par l ARISSE. Que Madame BING, Directrice adjointe du CMPP à l époque, soit ici remerciée pour l heureuse conclusion de ce travail de prospection et de préparation du projet initial. En 2013, à l issue des travaux de réhabilitation, déménagement et réimplantation du CMPP de CHELLES dans ses nouveaux locaux. Que l équipe du siège de notre association conduite par Monsieur DUMONT soit certaine de notre gratitude pour son soutien efficace au long de la recherche et de la période des travaux. Enfin, que tous les membres de l équipe et particulièrement Madame Céline LALIRE soient remerciés pour leurs constantes implications à l aboutissement de ce beau projet. Cette année, ce soir 13 mars 2014, c est le plaisir de vous accueillir pour fêter cette réimplantation. Le CMPP de Chelles, son équipe pluridisciplinaire : L équipe du CMPP de CHELLES comporte 24 intervenants, représentant 14 ETP : Médecin directeur et consultant (1) Directrice adjointe, assistante sociale de formation (1) Médecins psychiatres consultants (3) Psychologues, référés aux courants psychodynamiques dont la psychanalyse (7) Orthophonistes (4) Psychomotriciens (2) Assistantes sociales (2) Service administratif et d accueil (4) Actuellement, nous réfléchissons à l adjonction d intervenants du domaine de la psychopédagogie. Sans omettre : Equipe d entretien des locaux (2) Les divers intervenants requis ponctuellement pour la maintenance des locaux 6

7 Ainsi doté ce CMPP peut assurer jusqu à 6837 séances thérapeutiques par an. Soit à l intérieur d une file active d environ 530 enfants sur l année, près de 350 enfants se trouvent concernés chaque semaine, par nos interventions. L agrément du CMPP de CHELLES va de zéro à vingt ans. Les moyens sont constants, depuis 2005 les créations de poste bien trop rares. Mais en cet instant d inauguration où nous nous réjouissons de la reconnaissance de notre activité par la dotation pérenne de nouveaux locaux, qu il nous soit permis de remercier vivement : l ARS représentée par Monsieur LEGENDART et Madame AUTREUX pour le conseil Général, le Maire de Chelles et la municipalité, la CPAM à divers titres ainsi que l ARISSE, son Président, Monsieur Roger LEBLANC, son Président d honneur, Monsieur Marcel NORDON, son Directeur général, Monsieur Michel DUMONT et l ensemble de ceux dont les interventions ont contribué au transfert de nos moyens dans ce nouvel et agréable site. En effet réimplanté depuis à peine plus de 4 mois dans ses nouveaux locaux, le CMPP de CHELLES peut, dorénavant, poursuivre son activité de consultations et de suivis classiques centrée sur les accueils individuels. Mais également, l équipe a instauré des suivis de groupe : socialisation des petits, relaxation en psychomotricité pour un public de 7 à 10 ans, atelier d écriture pour les ans et dans des situations spécifiques, approche en programme Makaton qui s intitule «jouer pour parler». Si la proximité géographique, les liens historiques et associatifs du CMPP de CHELLES avec les SESSAD de VAIRES et CHAMPS sur MARNE, facilitent pour certains suivis une coopération étroite, celle-ci est toujours recherchée avec chacune des structures de pédopsychiatrie de Seine et Marne. A ce propos, il convient de mentionner la structure voisine d accueil d adolescents : PASSAGE. Présentation du CMPP aux enfants et aux familles Après le temps d accueil en salle d attente, d échanges de politesse et d entrée dans un bureau qui déjà polarise et assigne les places, 8 fois sur 10, enfants et parents attestent n avoir aucune représentation à propos de l activité d un CMPP. Au mieux est risqué par le parent le plus à l aise dans ce premier temps de consultation médicale : «C est pour aider les enfants» Ensuite en écho à l entretien d ouverture du dossier, qui a constitué un préalable parfois lointain surgit : «C est pour l école» ou «Ça ne va pas à la maison» Là deux options : poursuivre et laisser s exprimer la plainte sur le symptôme identifié, ou bien, surtout avec les plus jeunes, leur famille ou ceux qui la représentent, entrer dans une présentation succincte et imagée du CMPP et de ses objectifs. S engage alors un échange autour d un jeu de questions-réponses favorisant un contact qui ne va pas de soi, le contentieux des regrettables délais d attente devant être dépassé. 7

8 Il n est pas inutile de rappeler que les CMPP demeurent depuis près de 70 ans, des lieux pour parler, des moyens pour parler, des maisons pour parler, auprès de quelqu un qui écoute et qui intervient par la parole. Le CMPP est une maison pour parler : C est une Maison Pour Parler Au CMPP sont dépistés, accompagnés, soignés, les symptômes du langage. Le langagier de la relation, des émotions, des souvenirs : registre psychique des interventions des psychiatres, des psychologues, des psychanalystes... Le langagier instrumental : registre des outils de la parole, abordé par les orthophonistes Le langagier gestuel : registre de la médiation corporelle par les psychomotriciens Sans oublier, le carburant du moteur du langage que constitue le rapport aux apprentissages, aux connaissances, aux savoirs, à la culture et à l art mis en œuvre par les psychopédagogues; le CMPP de Chelles n en dispose pas actuellement. Une mention spéciale est réservée aux assistantes sociales en charge du travail de liaison, qui par leurs interventions en intra et extra-institutionnel, participent, de cette place, à la mobilisation langagière. C est une Maison Pour Parler, mais pour parler de quoi? Parler de quoi, de la souffrance, de la honte, de l humiliation, de l angoisse, des traumatismes vécus par chacun(e), des difficultés comportementales de toute sorte, des symptômes qui abîment la vie. Beaucoup de ces manifestations symptomatiques sont réversibles, parfois handicapantes, toujours ouvertes à une évolution. Les objectifs d un CMPP ont des visées de prévention et de soins. Les CMPP permettent souvent une évolution, voire une amélioration, parfois de «surcroit» une guérison. Une expérience singulière, des perspectives d avenir : Une convention entre le CADA de BROU sur CHANTEREINE (Centre d accueil de demandeurs d asile) et le CMPP de CHELLES a institué une pratique originale d accueil et de suivi des familles en contrainte d immigration. Ce travail, par le biais d un groupe de paroles en co-animation avec une psychanalyste, permet en amont du CMPP un abord préparatoire à des consultations thérapeutiques. Expériences traumatiques, difficultés d insertion, barrières linguistiques sont abordées dans ce travail, permettant une forte mobilisation des familles comparable à celle des intervenantes du CADA et du CMPP. Le recueil des retours témoigne régulièrement de la charge affective et émotionnelle mise en mouvement ainsi que des élaborations qui s y trouvent associées. 8

9 Parallèlement à la poursuite du groupe de paroles, la mise en œuvre des consultations thérapeutiques est imminente, puisqu elle débute demain. D autres projets sont en réserve, l aboutissement de la réinstallation du CMPP de CHELLES dans de meilleures conditions, devrait permettre une relance de ces perspectives. Elles concernent la toute petite enfance et l accueil structuré de groupes de parents concernés par des problématiques similaires de leurs enfants ou adolescents. Le rôle de prévention de ces consultations est évident puisqu il peut permettre : d éviter la fixation ultérieure de symptômes chez l enfant en levant les retentissements psychiques du passé traumatique d établir sans tarder des diagnostics de troubles importants des relations précoces, permettant d indiquer la priorité des prises en charges qui en découlent. de mobiliser les familles en instituant une dynamique de réhabilitation parentale. Conclusions Elles seront sensiblement les mêmes que celle tenue à Coulommiers lors de la cession de décembre 2013 des Etats Généraux de la Pédopsychiatrie de Seine et Marne, organisé par les secteurs de Pédopsychiatrie. Au passage il n est pas inutile de rappeler que le 04 avril prochain à la mairie de PARIS se tiendront au plan national, sous l égide des secteurs de Pédopsychiatrie et de la FDCMPP, les Etats Généraux de la Pédopsychiatrie. En fait pour conclure et à notre échelon plus modeste, il s agit de dire et de redire, à temps et à contre temps : Ce que le CMPP fait et ce qu il ne fait pas : Le CMPP n est pas une structure qui peut prendre en charge les urgences psychiatriques et toutes les situations cliniques qui demandent une contenance thérapeutique lourde. Le CMPP ne fait pas du soutien ou du rattrapage scolaire. Le CMPP n est pas une structure d aide sociale et il ne peut, ni ne veut, se substituer à d autres excellents services (MDS, ASE). Que l avenir n est pas exempt de certaines zones d ombre avec : La réalité de la difficulté à trouver des praticiens de certaines spécialités (psychiatres et orthophonistes principalement) L augmentation de plus en plus pressante du nombre de demandes. Les problématiques administratives (doubles prises en charge) qui appelleraient de radicales simplifications. Mais qu en s inspirant de la préface (Hector O DWYERE DE MACEDO) du livre de Pierre KAMMERER : «L enfant et ses traumatismes, huit psychanalyses en CMPP», nous pouvons réaffirmer : Que les CMPP sont des lieux à part et que : 9

10 Ces lieux sont des raretés, Ces lieux apprennent aux parents à ne pas désespérer des difficultés qu ils rencontrent avec leurs enfants, Ces lieux n ont pas peur de la tristesse, Ces lieux ne craignent pas la joie, Ces lieux revendiquent une pratique des soins, ancrée dans la création, les trouvailles, les découvertes, l imagination, Ces lieux mettent en évidence la rencontre clinique comme une expérience de courage pour les deux protagonistes, Ces lieux affirment le caractère thérapeutique de la psychanalyse, même si elle n est pas la seule à pouvoir prétendre à ce qualificatif, Ces lieux sont des outils sociaux, Ces lieux réclament l initiative de la création ou du maintien de sites de soins dédiés à l enfance et l adolescence en souffrance. Ces lieux interrogent la profondeur de la formation pour accompagner les patients dans cette expérience d édification subjective, Ces lieux font rêver à une formation de cliniciens quelque soit leur discipline, loin des médiocrités, des lâchetés, des perversions, Ces lieux appellent à l engagement depuis la singularité de chaque place. Les CMPP autorisent l espoir et s adressent à l avenir. Docteur Jean-Luc DIOT Médecin Directeur CMPP de Chelles 10

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

TABLE RONDE DU 21/11/2001

TABLE RONDE DU 21/11/2001 TABLE RONDE DU 21/11/2001 Devenir parents est une aventure qui se construit au quotidien avec ses enfants. Dans notre société, les modifications récentes de la structure familiale comme les familles monoparentales

Plus en détail

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille

Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille 1 Synthèse Réunion de travail sur le prochain schéma départemental Enfance Famille des Bouches du Rhône Lundi 17 décembre 2013 Au Conseil Général des Bouches du Rhône Direction Enfance Famille Présents

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

Salon Préventica Lille 2013

Salon Préventica Lille 2013 Centre de gestion de la Fonction Publique Territoriale du Nord www.cdg59.fr Risques psychosociaux : méthodologie d intervention pluridisciplinaire du pôle prévention du CDG 59 Salon Préventica Lille 2013

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin

Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers. Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Politique de soutien à l intégration des enfants avec des besoins particuliers Centre de la petite enfance Les petits lutins de Roussin Janvier 2010, Révisée en octobre 2012 1 BUT POURSUIVI PAR LA POLITIQUE

Plus en détail

jeunesse cœur du Québec

jeunesse cœur du Québec P O L I T I Q U E Q U É B É C O I S E D E L A J E U N E S S E La jeunesse au cœur du Québec S O M M A I R E Le présent document a été réalisé par le Secrétariat à la jeunesse. 875, Grande Allée Est, bureau

Plus en détail

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles

Centre Claude Bernard. Livret d accueil à l usage des familles Centre Claude Bernard Livret d accueil à l usage des familles Vous avez bien voulu nous faire confiance pour vous aider à traiter les problèmes que vous rencontrez actuellement avec votre enfant. Afin

Plus en détail

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées

Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées Lieu d Accueil et S.H.E.D. Solutions d Hébergement Educatif Diversifiées 25 Chemin de villeneuve 69130 ECULLY Tél 04.78.33.71.00 Fax 04.78.33.71.09 lieudaccueil@adsea69.fr Depuis son renouvellement d habilitation

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE

L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE L OUTIL «CLASSE ÉTAPE» UNE MODALITÉ DE COOPÉRATION MÉDICO-SOCIAL / EDUCATION NATIONALE UN AGRÉMENT «Les Instituts Thérapeutiques, Educatifs et Pédagogiques accueillent les enfants adolescents ou jeunes

Plus en détail

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme :

Prenons également en considération certains éléments notoires de notre étude comme : Mesdames et Messieurs, Au regard d une analyse de la situation des aidants sur le plan national, au regard des rencontres avec les principaux acteurs de l accompagnement des aidants familiaux en Maine

Plus en détail

Maison d Enfants à Caractère Social (M.E.C.S.)

Maison d Enfants à Caractère Social (M.E.C.S.) Les Etablissements médico sociaux et sanitaires Institut Médico-Educatif (I.M.E.) Centre/Institut d'education Motrice (C.E.M et I.E.M) Annexe XXIV au décret 89-798 du 27 octobre 1989 - Circulaire 89-17

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

I. Rôle et fonction de l éducateur :

I. Rôle et fonction de l éducateur : La Résidence Sociale Jeune a été créée en 2002 pour recevoir des jeunes de 18 à 25 ans et plus. Elle offre 20 logements autonomes à loyers modérés. La Résidence Sociale est gérée par le PACT 04. L ADSEA

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme :

Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Formations à l accompagnement des personnes vivant avec autisme : Sensibilisation à l autisme Adaptation de l environnement à l individu - TEACCH Développement des compétences de l individu - ABA Gestion

Plus en détail

SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE ET MUCOVISCIDOSE

SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE ET MUCOVISCIDOSE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE ET MUCOVISCIDOSE R E P È R E S P R A T I Q U E S vaincrelamuco.org Sommaire 3 Pourquoi un soutien psychologique? 4 Qui aller voir? 6 Quelles sont les différentes techniques thérapeutiques?

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité

L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité L accueil de l enfant pour une meilleure parentalité FORUM N 5 Président de séance : Christine GENET, Adjointe au Maire de Metz, Vice-Présidente de l UNCCAS. Intervenants : Jean Louis HAURIE, Directeur

Plus en détail

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants

L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants DOSSIER DE PRESSE L Association Française des AIDANTS et le Groupe PRO BTP, partenaires pour soutenir les aidants PARIS Mercredi 29 février 2012 Communiqué de presse p.2 L Association Française des AIDANTS

Plus en détail

Création d un internat pour enfants autistes

Création d un internat pour enfants autistes Création d un internat pour enfants autistes ORGANISME GESTIONNAIRE Identité : «Association des parents et amis de personnes Handicapées Mentales d Annecy et ses environs» 8 rue Louis Bréguet 74600 Seynod

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers

Certificat universitaire de Clinique Soignante en Soins Infirmiers IPs Institut Perspective Soignante Pour une pratique porteuse de sens et respectueuse des personnes UCL Université Catholique de Louvain Unité des sciences hospitalières et médico-sociales Certificat universitaire

Plus en détail

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce

3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce 3 ème plan autisme : Point d étape, un an après son annonce «Le 3 ème plan autisme vise à répondre à la faiblesse criante de la prise en charge de l autisme en France tout en laissant le choix aux familles

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE

DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE I J A Services à Domicile DOCUMENT INDIVIDUEL DE PRISE EN CHARGE Le présent document est conclu entre, d'une part : Les Services à Domicile de l'ija 131 rue Royale 59000 LILLE représentés par Madame Béatrice

Plus en détail

L enfant immigrant en détresse et l école

L enfant immigrant en détresse et l école L enfant immigrant en détresse et l école Le rôle d une Intervenante Communautaire Scolaire Interculturelle (ICSI) Alice Dreimanis Norma Miranda Intervenante communautaire scolaire interculturelle Directrice,

Plus en détail

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES TROUBLES PSYCHOLOGIQUES DANS LA SEP Pr Michèle Montreuil Professeur de psychologie Université Paris 8 La dépression, l anxiété et la labilité émotionnelle ne sont pas rares Dans la sclérose en plaques,

Plus en détail

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire

Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Pilotage pédagogique, management et amélioration du climat scolaire Roselyne TABORISKY, chargée de formation au Centre académique d Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) de l académie de Versailles

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Référencement des prestataires Mode d emploi» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Référencement des prestataires Mode d emploi» Vous envisagez de participer au Dispositif Local d Accompagnement (DLA) en Région Champagne- Ardenne, sur des missions d

Plus en détail

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ

adolescents difficiles APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet DPJJ adolescents difficiles DIPLÔme D UNIVeRSITé INTeRPROFeSSIONNeL Directeur : professeur Philippe Jeammet APPROCHe PSYCHOPATHOLOGIQUe et éducative Objectifs généraux > Informer les professionnels sur l état

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à candidatures d Equipes Diagnostic Autisme de Proximité Région Nord-Pas-de-Calais 2012

Cahier des charges de l appel à candidatures d Equipes Diagnostic Autisme de Proximité Région Nord-Pas-de-Calais 2012 Cahier des charges de l appel à candidatures d Equipes Diagnostic Autisme de Proximité Région Nord-Pas-de-Calais 2012 A. Enjeux. L évolution des connaissances, des pratiques et des outils concourant à

Plus en détail

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant

Brochure d information destinée aux parents. Bienvenue à Clairival. Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Brochure d information destinée aux parents Bienvenue à Clairival Informations utiles sur la prise en soins de votre enfant Présentation Le service de psychiatrie de l enfant et de l adolescent des Hôpitaux

Plus en détail

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 75 «Le PHARE» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation L association Jean Cotxet a créé le foyer éducatif Jenner dans le 13e arrondissement en 1969. Les locaux appartenaient

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles

NOTE JURIDIQUE. - Hébergement - Base juridique. Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Février 2012 INSERER DANS 5-1 NOTE JURIDIQUE - Hébergement - OBJET : L accueil temporaire Base juridique Article L. 312-1 I. 7 du code de l'action sociale et des familles Article L. 314-8 du code de l'action

Plus en détail

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 1 Région Franche-Comté Département Doubs La maison des adolescents: Date d ouverture : 13 Mars 2006 Nom : Maison de l Adolescent de Besançon Nom du responsable

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX (INESSS)

PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX (INESSS) PLAN D ACTION À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX (INESSS) 2014-2015 Table des matières 1 INTRODUCTION... 3 2 PRÉSENTATION DE L ORGANISME...

Plus en détail

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé

Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Un engagement universitaire au cœur de l évolution du système de santé Université d été de la e Santé 4 juillet 2013 Technopôle Castres Mazamet Intervention du Pr Louis Lareng Directeur de l Institut Européen

Plus en détail

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement

Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement Sous l égide de la Fondation Notre Dame APPEL A PROJET 2015 Maladies psychiques et Pratiques de l accompagnement A la suite d un premier appel à projet lancé par la Fondation en 2014 et compte tenu du

Plus en détail

Accompagnement des personnes âgées à domicile:

Accompagnement des personnes âgées à domicile: Accompagnement des personnes âgées à domicile: Réseaux de santé gérontologiques et centres locaux d information et de coordination gérontologiques, deux acteurs complémentaires et incontournables IFSI

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT Rue Grimard, 175, 6061 Montignies/Sambre PROJET D ETABLISSEMENT Notre école s adresse à des jeunes filles de 13 à 21 ans TYPES D ENSEIGNEMENT ORGANISES Le type 1 Adapté aux besoins éducatifs des adolescents

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE Direction Générale Adjointe de la Solidarité Direction Enfance-Famille Service des projets, de la tarification et du contrôle des établissements REFERENTIEL DU PLACEMENT A DOMICILE (PAD) DANS LES BOUCHES-DU-RHÔNE

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Jeunesse / Services thérapeutiques. Kannerhaus Jean. Centre thérapeutique pour enfants et familles

Jeunesse / Services thérapeutiques. Kannerhaus Jean. Centre thérapeutique pour enfants et familles Jeunesse / Services thérapeutiques Kannerhaus Jean Centre thérapeutique pour enfants et familles Le centre thérapeutique Kannerhaus Jean Centre Thérapeutique Kannerhaus Jean 15a, rue du Château, L-6922

Plus en détail

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC)

COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) COOPERATION CAMEROUN UNION EUROPEENNE PROGRAMME D APPUI A LA SOCIETE CIVILE (PASC) ATELIER DE CLOTURE DE LA PHASE OPERATIONNELLE Yaoundé, CCIMA 26 27 août 2015 ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. GILBERT DIDIER

Plus en détail

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @...

NOM et Prénom du responsable 2 de l élève : Adresse :.. Téléphone : Mobile : Mail : @... Sco Scolarisation Maison Départementale des Personnes Handicapées 16 Rue Albert Einstein BP 10635 53000 LAVAL Éléments relatifs à un parcours de scolarisation et/ou de formation : support de recueil d

Plus en détail

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP JE SUIS INFIRMIER(ÈRE) SPÉCIALISÉ(E) Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Infirmiers(ères) Spécialisés(ées) Les professions infirmières ont engagé depuis plusieurs années, au travers la réingénierie

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SPORTS MINISTERE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LE FONCTION PUBLIQUE Direction générale de l'offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins, Bureau

Plus en détail

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi.

NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT. Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. NOTE SUR LA FORMATION DEVENIR CONSULTANT - PROFESSION EXPERT Cette formation est destinée à des cadres seniors demandeurs d emploi. I Contexte général de l action Ceux-ci sont confrontés à une grande difficulté

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Projet Addictions sans substance. Questionnaire

Projet Addictions sans substance. Questionnaire Projet Addictions sans substance Questionnaire Ce projet a pour objectif d établir un état des lieux de l accueil et de l accompagnement dans les structures du secteur médico-social, des addictions sans

Plus en détail

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!!

Association!Cinéma!l Ecran!!!! lundi!8!septembre!2014! 14,!passage!de!l Aqueduc! 93200!SaintADenis! Tel!:!0149336688!! AssociationCinémal Ecran lundi8septembre2014 14,passagedel Aqueduc 93200SaintADenis Tel:0149336688 Introduction Projetd extensionducinémal ECRAN Le cinéma l Ecran dans le centreaville existe depuis 1991(sa

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

1. EDITORIAL 2. MISSIONS / PRESTATIONS DELIVREES 1. ACTIVITE REALISEE

1. EDITORIAL 2. MISSIONS / PRESTATIONS DELIVREES 1. ACTIVITE REALISEE 1. EDITORIAL RAPPORT D ACTIVITE 2011 Service d Action Educative en Milieu Ouvert 4, rue de Mulhouse - 68000 Colmar Pôle protection de l enfance 68 L année 2011 a été marquée par une activité constante

Plus en détail

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo»

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» L hôpital de jour pour adolescents de l ASM13 accueille pour des soins de longue durée des patients ayant tous présenté des troubles psychiques

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei

Le polyhandicap. Les positions politiques de l Unapei : Les Essentiels de l Unapei Le polyhandicap Les Essentiels de l Unapei Les positions politiques de l Unapei : «La personne polyhandicapée est actrice de son parcours de vie et investie du pouvoir d agir sur son propre destin. Qu

Plus en détail

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA

Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA Cahier des charges de formation à la Prévention des Risques psycho-sociaux (RPS) à l INRA INRA Versailles-Grignon Service de la Formation Permanente Contacts : Françoise BOUDET-BÖNE Responsable formation

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé

CONVENTION CADRE. ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé CONVENTION CADRE ENTRE LE CONSEIL GENERAL DES VOSGES LE CENTRE HOSPITALIER RAVENEL en partenariat avec l Agence Régionale de Santé ENTRE Le Conseil Général des Vosges, 8 Rue de la Préfecture, 88000 EPINAL,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF)

Cahier des charges. DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) Cahier des charges DISPOSITIF DE MAINTIEN ET D ACCCOMPAGNEMENT A DOMICILE (DMAD) DISPOSITIF D ACCOMPAGNEMENT AU RETOUR en FAMILLE (DARF) I. DEFINITION Le Département s est engagé dans une démarche de création

Plus en détail

Handicap en Île-de-France Lexique établissements services médico-sociaux ILE- E DE-FRANCE www.onisep.fr/ile-de-france

Handicap en Île-de-France Lexique établissements services médico-sociaux ILE- E DE-FRANCE www.onisep.fr/ile-de-france Handicap en Île-de-France Acteurs et organismes Lexique des établissements & services médico-sociaux pour personnes en situation de handicap ILE-DE-FRANCE www.onisep.fr/ile-de-france LEXIQUE DES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles

Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles Les annonces en cancérologie : Dimensions psychologiques et relationnelles St Malo 5 février 2010 Audrey Lesieur Psychologue Le dispositif d annonce Plan Cancer 2005 ( Mesure 40) Apporter une information

Plus en détail

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009. Région Ile de France Département : Seine Saint Denis

MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009. Région Ile de France Département : Seine Saint Denis MAISONS DES ADOLESCENTS : PROGRAMME 2005-2009 Région Ile de France Département : Seine Saint Denis La maison des adolescents: Date d'ouverture : septembre 2004 Nom : CASITA Centre d Accueil, de Soins,

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I.

PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. PROJET EDUCATIF DU CLUB NATURE & ENVIRONNEMENT DE T.R.I. T.R.I. est une association dont l objectif est l insertion professionnelle et l éducation à l environnement. Le club nature & environnement développe

Plus en détail

Charte éthique de la société ES TEAM Voyages. Familles et amis passent avant le handicap

Charte éthique de la société ES TEAM Voyages. Familles et amis passent avant le handicap Charte éthique de la société ES TEAM Voyages Familles et amis passent avant le handicap Agence de voyages spécialiste de vos séjours adaptés avec accompagnement La présente charte est le reflet de notre

Plus en détail

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé

Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Infirmier(e) Le Métier d Infirmier(e) Présents à l hôpital dans tous les services, les infirmiers et les infirmières dispensent

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

Formation pour adultes. A l approche de l art-thérapie en milieu professionnel.

Formation pour adultes. A l approche de l art-thérapie en milieu professionnel. Arc en Ciel en Soit Arts, Créativités et Sens. Formation pour adultes A l approche de l art-thérapie en milieu professionnel. Accompagner les enfants et les adolescents vers une revalorisation. Présentation

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

dans la pratique 1. En période de Consolidation 2. En période de Développement 3. En période de Transition et Rupture

dans la pratique 1. En période de Consolidation 2. En période de Développement 3. En période de Transition et Rupture dans la pratique 1. En période de Consolidation 2. En période de Développement 3. En période de Transition et Rupture 1. En période de Consolidation Renforcer le leadership d un cadre Créer une cohésion

Plus en détail

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté.

APPEL À PROJETS 2013. Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. APPEL À PROJETS 2013 Le parrainage de proximité des enfants en difficulté. Dotation : 375 000 sur trois ans. Date limite de réception des dossiers : 4 janvier 2013 en collaboration avec Argumentaire sur

Plus en détail

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées

Accessibilité handicapés. Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Accessibilité handicapés Adaptation du parc immobilier de l enseignement catholique aux règles d accessibilité pour les personnes handicapées Introduction Les établissements de l Enseignement catholique

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A :

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes A : Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de la cohésion sociale Sous-direction de l enfance et de la famille Bureau Famille et parentalités Personnes chargées

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de la population âgée et des personnes handicapées Service de la population âgée 3e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 9 juillet 2015 OBJET : PRÉVENTION DE LA MALTRAITANCE

Plus en détail

Inauguration du Centre Psychothérapique pour Adolescents de l EPSM Morbihan sur le site du CH Bretagne Atlantique de Vannes

Inauguration du Centre Psychothérapique pour Adolescents de l EPSM Morbihan sur le site du CH Bretagne Atlantique de Vannes Saint-Avé, le 13 novembre 2012 Direction des Affaires Générales et de la Communication : 02.97.54.48.25 - Fax 02.97.54.49.81 e-mail : dag@epsm-morbihan.fr Inauguration du Centre Psychothérapique pour Adolescents

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail