s les... Jean-Michel Tavan Les acteurs des pôles désormais le fonctionnement ordinaire de la Direction générale.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "semailles... Jean-Michel Tavan Les acteurs des pôles 2013 3 désormais le fonctionnement ordinaire de la Direction générale."

Transcription

1 Bilan des Pôles 2013 AMensuel n 226 D Février 2014 Editorial Une page se tourne... Voilà sept ans maintenant, nous mettions en œuvre un projet à tout moment de l année... mais aussi plus d exigence du fait d un nouveau : le management par pôles d expertise... À l époque, il encadrement soutenu et d une participation obligatoire après libre s agissait d inscrire l association dans une dynamique d ouverture inscription. et de transversalité. La démarche concernait les relations entre les différentes structures associatives mais aussi les liens de la Ces changements s inscrivent dans un processus de réorganisation Sauvegarde avec son environnement. Plus concrètement, nous d ensemble. Il a pour finalité d améliorer la qualité de nos actions avions pour objectif opérationnel de produire des préconisations socio-éducatives ainsi que notre efficience administrative. Nous relatives à des sujets d importance associative. Ce projet a souvent avons à faire face à un contexte économique marqué par la crise été questionné. C est certainement le lot des actions singulières, et les impératifs de réduction des déficits publics. Il est clair que le participatives ou expérimentales. Pour autant, le «management processus de compression budgétaire n en est qu à ses débuts. Sur un par pôles» aura produit d incontestables résultats. Le nombre de autre plan, il nous faut aussi prendre en compte un environnement professionnels, de l ADSEA 77 et d ailleurs (DGAS, E PJJ, magistrats, réglementaire (appel à projet, renouvellement d habilitations) qui, lui partenaires...), ainsi que les multiples productions qui ont scandé, aussi, invite au pragmatisme. Les réorganisations qui s engagent au année après année, les travaux menés par ces groupes de travail, en sein de l ADSEA 77 sont contingentes à cet environnement. Faisons sont la preuve. Et puis, pourquoi se priver de le rappeler? Le prix de donc le choix du renouvellement et même du retournement. Le la gouvernance associative a été décerné à notre association par la jardinier sait qu une fois le terrain retourné, vient le temps des revue Direction(s) en s les... Il est aujourd hui temps de tourner une page car nous savons, par Jean-Michel Tavan expérience, que les projets finissent naturellement par vieillir, surtout quand ils concernent les ressources humaines. Comme les hommes, ils prennent des rides... Pour enrayer le phénomène, trois choix sont possibles : l abandon, l institutionnalisation, la transformation. Lors de la dernière «plénière des pôles», l hypothèse de l abandon a été Directeur de la publication unanimement rejetée. Jean-Michel Tavan Sommaire On se souvient que ce projet reposait sur deux piliers : les pôles Comité de rédaction Éditorial : Une page se tourne... permanents 1 Audrey Audoin et les pôles annuels, dit thématiques. Au 1 er janvier Christophe Charlanne Dossier spécial : Bilan des pôles , les pôles permanents s institutionnalisent et, paradoxalement, Philippe Gabarrot APréambule 2 disparaissent. Ces instances spécifiques ne le seront plus et intègrent Cosette Jaschinski Les acteurs des pôles désormais le fonctionnement ordinaire de la Direction générale. Ce Paul de Maximy Pôle 1 La mobilité interne 5 Jean-Michel Tavan mouvement d institutionnalisation s inscrit dans une dynamique Pôle 2 Les entretiens 6 François Varry à venir plus large. Il concernera la mutualisation de nos moyens Pôle 3 Professionnalisme & humanisme 7 administratifs en termes de comptabilité et de gestion des ressources Conception/réalisation Pôle 4 La place de l usager [...] 9 humaines, avec un renforcement des interactions entre les services, Christophe Charlanne Pôle administratif 10 Pôle hygiène et sécurité 11 les établissements et le siège. Ont participé à Pôle développement durable 12 ce numéro Groupe «histoire de l association» 13 Pour ce qui est des pôles thématiques, le principe d ouverture Merci aux animateurs Perspectives et de transversalité reste la référence dominante, quel que soit et aux secrétaires des différents pôles (voir Hommage le statut des personnes. Néanmoins, ces pôles se transforment pages 3 et 4) pour avoir Décès de Laurent Marc 15 en espaces «recherche et développement» (ERD). Au delà de concouru à l élaboration l appellation, cette nouvelle approche se différencie de l ancienne de ce numéro. Offres d emploi 16 par son fonctionnement plus adaptatif et plus formel SJournal 2. Davantage de souplesse parce que ces groupes de travail pourront être mobilisés 1 Le pôle administratif, le pôle hygiène et sécurité, le pôle développement durable 2 Cette réorganisation est présentée en préambule des comptes rendus des pôles 2013 dans ce journal... édité par l Association départementale de sauvegarde de l enfance et de l adolescence en Seine-et-Marne 2 bis, rue Saint-Louis Melun Tél Courriel : Journal Web de : l ADSEA n 226 février

2 Préambule ERD Espace recherche & développement Le projet de management par pôles se transforme. Les pôles permanents sont intégrés dans le fonctionnement courant de la Direction générale. Les enjeux liés à la fonction administrative, à l hygiène et à la sécurité, ainsi que ceux relatifs au développement durable, sont suffisamment importants pour qu ils ne relèvent plus d un dispositif spécifique. Les pôles thématiques sont renommés «Espace recherche et développement». Ils fonctionnent sur des bases sensiblement différentes dont voici les grandes lignes : Chaque salarié peut faire une proposition d un sujet de travail (préoccupation du moment, thème d actualité ) ; Ces propositions remontent via les cadres au comité de pilotage ; Les thèmes ou propositions retenues font l objet d un cahier des charges rédigé par le comité de pilotage, afin de définir les objectifs de l Espace recherche et développement ; Selon les sujets proposés, le groupe se réunira entre cadres ou sera ouvert à l ensemble des salariés ; Après validation par le comité de pilotage, le conseil de direction et le journal ADSEA 77 seront les deux sources d information pour la connaissance des thèmes retenus ; L inscription sera volontaire mais assortie d un engagement de présence, et donc d une présence obligatoire ; Chaque espace recherche et développement sera animé par un cadre de l association ; Ce travail fera l objet de plusieurs rencontres qui se limiteront à 4 ou 5 réunions. Seule la première date sera imposée par le comité de pilotage, puis le groupe établira par lui-même son calendrier ; Si un sujet d actualité est porté à la connaissance du comité de pilotage durant l année, nous pourrons mettre en place un nouvel espace ; Des invitations de personnes extérieures sont souhaitables ; Un rendu-compte du travail de chaque ERD sera transmis au comité de pilotage pour validation, en fin de session. 2 Journal de l ADSEA 77 n 226 février 2014

3 Les acteurs des pôles 2013 Les pôles thématiques Pôle 1 La mobilité interne Directeurs Caroline Defois DAIS Marie-Lise Thomas DG Animatrice Brigitte Mourant SAE sud Odile Froment Le Coudray Béatrice Piris-Baumann SSP Olivier Essenoussi les Rochettes Robert Surroca CEF Chefs de service Marie-José Laurent- CEPS Paget Sébastien Le Mardanson Secrétaire Françoise Colombani Bazine Logis Formation Rodolphe Benkovic SAE Nord Sylvianne Pawlowski SAE Sud Michel Coudurier- SSP Johanna Kokoszanek AESF Invitée : Karine Moignet, psychologue DAIS Pôle 2 Les entretiens Directeurs Évelyne Delbauve FAO Murielle Cortot Le Mardanson Esther Giband PIJE Bernard Delille SIE Marie-Lise Thomas Animatrice Chefs de service Paul de Maximy SAV/HB Manuela Tigeot CEPS Pascal Le Rest CEPS Nelson Fernandes DAIS Jérôme Vellinger Le Mardanson Philippe Lecomte Logis Formation Catherine Coussy SAE Nord Dominique Verstraete SAE Sud Secrétaire Bernard Cucalon SSP Ali Allem CEF Isabelle Tagu Les Résidences Cécile Cocconi FJT Pôle 3 Professionnalisme & humanisme Directeurs Christine Caniac SAE Nord Martine de Gueroult Le Mardanson Bérengère Tailleux AESF Noël Boursin FJT Charles Jean-François Les Résidences Chefs de service Martine Mortaize CEPS Djamila Diffellah DAIS Gérard Quéau Le Mardanson Christine Saelens Le Mardanson Thierry Fresnay Logis Formation Laurent Marc SAE Nord Brigitte Dolle SSP Yamna Zeghoudi CEF Jean-Guy Adolphe Le Coudray Sonia Calestroupat Rochettes Christian Enjalbert FAO Animateur Delphine Renault SIE Jocelyne Cochet CEPS Secrétaire Gérard Viratelle SAE sud Pôle 4 (non cadres) La place de l usager dans l association Chefs de service Stéphane Boksa DAIS Gaëlle Le Pen Les Résidences Salariés Samba Gueye HB Annie Guillaud SIE Daniel Morer CEPS Meaux Aurélie Lebon DAIS Doriane Ferreira Le Mardanson Amélie Dauch SAE Nord Amandine Marron SAE Nord Domenica Hertz-Clément SSP Sabine Devillers Les Résidences Christian Petit Les Résidences Charlotte Branthome FJT Charlotte Cardenne Les Rochettes Animatrice Shirley Maupin FAO Céline Cristin-Pita AESF Secrétaire Rachida Trachli Le Coudray Jonas Nyemb Logis Formation Julie Harbonnier Saut du Loup Journal de l ADSEA 77 n 226 février

4 Les acteurs des pôles 2013 Les pôles permanents Pôle administratif Marie-Lise Thomas, DG Jean-Michel Tavan, DG Sandrine Poitout, DG Bernardina Laroche, DG Nelly Ramljak, DG Catherine Poulain, DAIS Claudine Hautcœur, Les Résidences Sabah Gacem, SAE Sud Patricia Butte, SSP Nathalie Lannoy, PIJE Pôle hygiène et sécurité Marie-Lise Thomas, DG Jean-Michel Tavan, DG Olivier Essenoussi, Les Rochettes Odile Froment, Le Coudray Noël Boursin, FJT Evelyne Delbauve, FAO Isabelle Dauriac, Le Coudray Jean-Marie Bonneau, Les Résidences Esther Giband, PIJE Brigitte Mourant, SAE Sud Murielle Cortot, Le Mardanson Charles Jean-Francois, Les Résidences Béatrice Piris Baumann, SSP Xavier Jannicaud, CEPS Bernard Delille, SIE Christine Caniac, SAE Nord Bérengère Tailleux, AESF Michel Mary, Le Logis Yves Habert, Dais Marc Pigati, SAV/Haute Bercelle Pôle développement durable Jean-Michel Tavan, DG Marie-Lise Thomas, DG Audrey Audoin, DG Lucie Lecomte, DG Christophe Charlanne, DG Jean-Marie Bonneau, Les Résidences Claude Astié, Mardanson Michel Mary, Le Logis Chantal Baiocchi, SSP Céline Dudouet, PIJE Pôle circonstanciel Groupe «histoire de l association» Jean-Michel Tavan, DG Cosette Jaschinski, DG François Varry, SAV Philippe Vaché, Le Logis Patrick Grésèque, Les Résidences Michèle Becquemin Liliane Creuzet Annie Denis Denise Dugué Françoise Delhon Jean-Claude Bongrand Hubert Pelliet Michel Chaullet Louis Riffis Xavier Durand Alain Maurion Le comité de pilotage des pôles Les membres du comité de pilotage Jean-Marie Bonneau, Les Résidences Pierre Fournier, SSP Hélène Marocco, Coudray Christine Tabourin, Le Mardanson Jean-Michel Tavan, DG 4 Journal de l ADSEA 77 n 226 février 2014

5 Bilan des pôles thématiques Pôle 1 La mobilité interne Le pôle mobilité s est étendu sur deux ans de 2012 à Il a suscité de nombreux débats autour de cette question de plus en plus prégnante au sein de l association. Le pôle «Ressources humaines, GPEC et mobilité interne» de 2012 a semé ses préconisations en 2013 : Objectif 2014 Écrire la politique associative en matière de mobilité et l institutionnaliser puis décliner les procédures internes ad hoc : constitution d un sous-groupe de 4 ou 5 directeurs, dont la directrice des ressources humaines. Le pôle administratif a abordé la question de la mobilité du personnel administratif, le thème continue d être traité actuellement ; Le pôle «Les entretiens» est un pôle issu des préconisations du pôle mobilité en tant qu outil ressources humaines ; La réunion des nouveaux embauchés a repris son rythme et va se dérouler tous les 6 mois environ ; Les demandes de mobilité à l initiative des salariés ou des directions sont plus fluides et travaillées en lien avec la Direction générale ; L accord «contrat de génération» signé fin septembre 2013 énonce la mobilité associative (voir l extrait dans l encart ci-contre). Les axes forts Extrait du titre 4 de l accord contrat de génération «Développer des compétences, avoir une vision transversale des métiers liés à la protection de l enfance, prévenir l usure professionnelle, transmettre les savoirs... la mobilité professionnelle est un outil de management et de gestion des ressources humaines qui doit pouvoir faire partie intégrante d un parcours professionnel. Ainsi, depuis plusieurs années, l association développe une politique de mobilité professionnelle. Il s agit de pouvoir dépasser les réticences liées au changement de poste ou de métier, et d accompagner les salariés dans un processus d évolution de carrière. Au sein de l association : mouvement d une structure vers une autre. Et : Une mutation définitive ; Une mutation provisoire définie dans le temps dite «mise à disposition». Cette dernière ayant notamment pour objet de favoriser la découverte d un nouvel environnement professionnel tout en permettant l élaboration du projet de carrière. Les moyens mis en œuvre pour fluidifier les mouvements internes du personnel sont déployés à tous les niveaux : Au cours de ce pôle 2013, l accent a été mis sur : La mobilité subie et la mobilité choisie : il est parfois difficile de déterminer la frontière. Une certitude, en revanche, est que la mobilité doit être accompagnée. La nécessité de communiquer à tous les niveaux sur la mobilité. La mise en place d un espace ressources pour les salariés qui souhaitent se renseigner (la forme reste à déterminer). L objectif est donc de rendre le salarié auteur et acteur de son parcours professionnel, notamment en lui permettant de connaître toutes les possibilités d évolution qui s offrent à lui, qu elles soient horizontales ou verticales. Si la mobilité et les mutations ne doivent pas devenir des réponses tout azimut, elles constituent un outil de valorisation des parcours professionnels et de levier face aux risques psychosociaux. Elles participent également à la transmission des savoirs et des compétences d un établissement à un autre, et ce d autant plus pour les seniors. La structure de l ADSEA 77 (18 établissements et services répartis sur le territoire de Seine-et-Marne) permet des mobilités diverses : Au sein d une structure : mouvement d une antenne/unité vers une autre ; Chaque salarié postulant dans un établissement est reçu obligatoirement en entretien. Ceci afin de ne pas reproduire en interne les blocages que peut rencontrer n importe quel demandeur d emploi pour décrocher un entretien sur le marché du travail ; Les salariés faisant des demandes de mutation peuvent adresser leur demande à leur direction et/ou à la Direction générale ; Chaque salarié peut demander les informations sur la mobilité qui lui sont nécessaires à son directeur/rice et à la Direction générale ; L on s attachera, au cours des entretiens individuels annuels, à aborder la question de la mobilité avec les salariés. Journal de l ADSEA 77 n 226 février

6 Bilan des pôles thématiques Pôle 2 Les entretiens Pour commencer notre travail sur ce thème, nous prenons connaissance du cahier des charges, afin de circonscrire notre réflexion (voir encadré ci-dessous). Nous avons listé ensemble tous les motifs pouvant nécessiter une rencontre avec un salarié. Le recrutement ; Le bilan annuel ; La demande de formation ; Le recadrage ; La sanction ; Le congé maternité, de longue maladie ; Le salarié senior ; Le départ en retraite ; La démission ; Le licenciement. Ce pôle devait mener une réflexion et proposer une conduite à tenir lors des différents entretiens en tentant de définir des objectifs spécifiques pour chacun d eux et établir une grille d appui pour leur réalisation. Nos débats ont porté sur le cadre légal de chaque entretien et de ses modalités d activation. Nous avons essayé de clarifier et d identifier les différents entretiens. Les entretiens obligatoires et leur cadre juridique La réglementation Entretien de recrutement ; Entretien annuel ; Entretien d évaluation ; Entretien professionnel ; Entretien de recadrage ; Entretien préalable à une sanction ; Entretien suite à des arrêts maladie ou longue période d absence ; Entretien seniors ; Entretien de préparation à un départ à la retraite, à une démission ; Entretien de licenciement : référence au cadre légal. Les entretiens informels, leur forme, leur contenu Ils ne sont soumis à aucune obligation ni réglementation. Il peut s agir d entretiens de : Soutien technique sur la pratique ; Échange sur les postures ; Échange sur les valeurs ; Mise au point sur un malentendu ; Précision sur une question. Nous avons recensé les différentes pratiques à l œuvre au sein de l ADSEA 77 pour réfléchir sur les usages, les outils existants (trames, items) les postures, et prendre en compte la dimension des établissements et services pour la réalisation de ces entretiens. Après deux rencontres, nous constatons que notre champ de réflexion est trop large au vu du temps qui nous est imparti. Devant l ampleur du travail, nous retenons, de manière collégiale, de concentrer notre énergie sur les entretiens annuels individuels, avec l objectif de produire une trame associative. Les entretiens annuels individuels La grille qui permet leur conduite se veut être un outil managérial, visant tout d abord à servir les intérêts de l établissement. L entretien est une rencontre entre un salarié et son supérieur hiérarchique, il a pour objectif de cerner l adéquation d un salarié à sa mission et de mettre en exergue ses points forts et ses points faibles. Cette évaluation ouvre la voie des perspectives professionnelles envisagées conjointement. C est l occasion pour le salarié de dresser le bilan de l année écoulée, et de se projeter vers d autres perspectives éventuelles ou des formations. L entretien annuel individuel doit avoir lieu une fois par an et sera d une durée moyenne d une heure à une heure et demi. L entretien annuel individuel s appuie sur la fiche de poste et de la mission accomplie par le professionnel. Un exemplaire de la grille d entretien sera donné au salarié avant la date choisi afin de lui permettre de préparer cette rencontre. Pour construire cette grille, nous nous sommes appuyés sur deux grilles d entretien qui ont été expérimentées par deux établissements, à savoir le CEF et le Mardanson. Avec l analyse de nos collègues ayant utilisé ces grilles, les interrogations et les observations des autres personnes du pôle, nous élaborons une grille qui se veut être opérationnelle pour tous les établissements de l ADSEA 77. Retour de la phase test La grille d entretien annuel individuel a été testée dans deux établissements. Elle est transmise au salarié 15 jours avant le rendez-vous, pour qu il puisse en prendre connaissance et commencer à la remplir. Il la complète lors dudit rendez-vous avec son supérieur hiérarchique, tout au long d un Rappel du cahier des charges Chaque salarié de l association s inscrit dans une relation professionnelle avec un cadre hiérarchique de rang n+1, tout au long de sa vie professionnelle au sein de l ADSEA 77. L un et l autre vont être amenés à coopérer, à tisser une relation de confiance réciproque pour remplir leurs missions respectives et pour atteindre les objectifs de l organisation. Le cadre hiérarchique a une fonction d autorité, de soutien technique et de conseil, mais également celle de développer les conditions pour susciter la motivation et la progression de chaque salarié placé sous son autorité, favorisant ainsi la recherche d un épanouissement au travail. Il va être amené à aménager des espaces de rencontre avec les salariés pour échanger et réguler sur leur relation professionnelle et l entretien sera l outil de leur communication. 6 Journal de l ADSEA 77 n 226 février 2014

7 Pôle 3 Professionnalisme & humanisme Pour mémoire, nous rappelons dans l encart en page 8 le cahier des charges (publié dans le n 216 de février 2013) sur lequel nous avons fondé notre réflexion. D après le dictionnaire Le nouveau petit Robert 2009, une définition est à retenir du mot «humanisme» : «Théorie doctrine qui prend pour fin la personne humaine et son épanouissement». Le mot «professionnalisme» est quant à lui défini de la manière suivante : «Qualité d une personne qui exerce une activité, un métier en tant que professionnel expérimenté». échange d environ 90 minutes. Cette grille permet une meilleure conduite de l entretien, de façon fluide et sans redondance. Retour des salariés Les salariés ont estimé que la démarche d entretien individuel était importante. Ce temps de rencontre permet, au salarié comme au supérieur hiérarchique, de poser les choses et de prendre du temps pour échanger. Les salariés ne se sentent pas jugés et cet entretien à deux est apprécié et vécu comme un soutien par le salarié, qui apprécie également d avoir la grille en amont pour se préparer : ce support permet d aborder toutes les fonctions de la personne concernée, grâce à des clés d entrées différentes. Ce temps a été vécu comme un échange riche ; la question sur les faits marquants est une bonne entrée en matière. Les faits marquants pour un salarié ne sont pas forcément les faits marquants auxquels pense celui qui conduit l entretien. La seule remarque qui a pu être faite est que certains items pouvaient être posés sous forme de question. Cette grille d entretien annuel individuel constitue donc un «point étape» pour le salarié comme pour sa hiérarchie, à la fois bilan de l année écoulée et première marche vers l année à venir. Si l on parle aujourd hui de profession, la notion de vocation est-elle à exclure totalement? Si l on parle aujourd hui de professionnalisme, doiton exclure toute notion humaniste? Le thème sur lequel il nous a été demandé de nous rassembler met en lien et/ou oppose deux notions : humanisme et professionnalisme. Pourquoi ce thème? Comme indiqué dans le contexte historique décrit dans le cahier des charges, nous pouvons en déduire que le mouvement qui s est opéré depuis quelques années interroge l évolution identitaire de notre secteur de métier. D un modèle dominant plutôt «caritatif» dans les années 40, nous sommes aujourd hui engagés dans une aire «stratégique». D une identité axée sur la «surveillance» nous sommes aujourd hui dominés par la «méthodologie». La nature du savoir prenait sa source dans le «bon sens», maintenant nous sommes inscrits dans la «pédagogie de l éducation spécialisée». Le mode d engagement était «militant» et s inspirait de «valeurs individuelles», il est aujourd hui «déontologique» et s appuie sur des «valeurs collectives» (qui prennent en compte le collectif au détriment parfois de l individuel?). Si l on compare le point de départ à la situation actuelle, il est évident Hier Aujourd hui Modèle stratégique Modèle caritatif Déontologie Valeurs collectives Militantisme Valeurs individuelles Méthodologie Surveillance Pédagogie de l éducation spécialisée Bon sens de constater un paradoxe voire une opposition entre des référentiels contradictoires. La question est donc de savoir comment y voir de l un dans l autre et inversement. Si l on parle aujourd hui de profession, la notion de vocation est-elle à exclure totalement? Si l on parle aujourd hui de professionnalisme, doit-on exclure toute notion humaniste? Face à la commande d une réflexion autour d un thème aussi vaste, nous avons décidé dans un premier temps de focaliser la réflexion en partant de la position, du rôle, des contraintes et des moyens que les cadres et cadres intermédiaires doivent tenir et respecter. Journal de l ADSEA 77 n 226 février

8 Bilan des pôles thématiques... Pôle 2 Professionnalisme & humanisme (suite) Qui sont les gardiens de ce qui doit être transmis (comme un héritage) pour faire vivre encore les notions humanistes dans nos métiers et donc dans nos interventions? Qui peut encore transmettre, faire vivre, autoriser et promouvoir les notions humanistes qui invitent à la créativité? Qui défend le droit à l erreur, si ce ne sont les cadres, au moins en partie, qu ils soient intermédiaires ou pas!? De manière unanime, nous sommes tombés d accord sur l intérêt de donner (ou de redonner) du sens aux procédures pour mieux accompagner les équipes dans les processus de changement. Pourtant, la fonction de direction ne se résume pas à «un ensemble de techniques à appliquer». Face aux imprévus, aux cas de figure qui ne peuvent trouver de réponses dans les procédures, il semble incontournable de faire appel à la «dimension éthique 1» de chacun et à la prise de risque qu elle implique. Pour préciser et définir les contours, les espaces et les limites de ce champ d action et de 1 Roland Janvier, La fonction de direction en institution sociale et médico-sociale, diriger : c est jouer? réflexion, il est apparu nécessaire de disposer d un support, d un outil et d un soutien supplémentaire. Nous nous sommes donc confrontés à un manque de méthodologie pour prétendre matérialiser, de façon lisible et compréhensive, le fruit de nos échanges et réflexions. Il semblerait que le professionnalisme et une forme d individualisme prennent l ascendant. Les obligations et les contraintes de nos fonctions limitent notre capacité à nous rassembler pour créer de la réflexion, de l échange, surtout si le temps qui y est consacré ne garantit aucune production concrète, utilisable efficacement. Comme si l investissement de ce temps qui nous manque devait être systématiquement rentabilisé ou plutôt comme s il devait être rentabilisé à court terme. Plutôt que de passer notre temps (si précieux) à être tous d accord sur l intérêt de redonner du sens à nos actions au travers des fonctions que nous occupons, nous sommes un certain De manière unanime, nous sommes tombés d accord sur l intérêt de donner (ou de redonner) du sens aux procédures pour mieux accompagner les équipes dans les processus de changement. Pourtant, la fonction de direction ne se résume pas à «un ensemble de techniques à appliquer». nombre à penser qu il serait judicieux, sur la base de notre travail, de poursuivre la réflexion et l écriture d un texte qui ne serait pas une méthode mais un guide ou un repère dans le cadre des pôles thématiques Pour cela, il semble indispensable de redéfinir le cadre de ce travail, de garantir des moyens supplémentaires nécessaires afin de proposer une méthodologie de travail qui permette la production d un texte ou d un support qui fasse (pendant un temps au moins) référence pour l ensemble de l association. Cahier des charges Le mouvement de professionnalisation des travailleurs sociaux est aujourd hui boosté par une inflation d exigences en tout genre : référencement des bonnes pratiques, contractualisation des projets, évaluation des actions Cette technicisation de la relation d aide au nom du droit des usagers et d une efficacité de gestion n est pas nécessairement compatible avec les considérations humanistes fondatrices de l action sociale Un contexte historique L histoire du travail social repose sur un socle humaniste : solidarité, charité, militantisme... C est sur ces fondations qu un mouvement de professionnalisation a progressivement donné corps, au cours du XX e siècle, à des identités professionnelles émergentes : assistante sociale, éducateur spécialisé notamment... Dans ce mouvement, la figure du bienfaiteur a cédé la place à celle du spécialiste. Nous sommes passés de la vocation à la profession. Les premières générations de travailleurs sociaux étaient 8 Journal de l ADSEA 77 n 226 février 2014 encore fortement portées par un engagement se référant aux idéaux des premiers jours. La quête d un idéal prévalait sur toute considération matérielle dans un monde où, il faut bien le dire, la peur du lendemain n existait pas. C était le temps des «curés new look, armés de pataugas, de parkas et de boucs» 1 comme le décrivait Bernard Lavilliers dans les années À la fin des années 2000, un conflit générationnel a mis en tension les «pionniers» avec les «technicien de la relation» formés aux nouveaux savoirs... Les référentiels techniques se substituant à la question du sens et des valeurs fondatrices Dans un contexte plus récent, la montée de l individualisme et du clientélisme (prima du droit individuel sur les devoirs collectifs, mise en concurrence des associations ) a réactivé cette question philosophique : quid de l humanisme fondateur? 1 Texte d une chanson de Bernard Lavilliers intitulé Jukebox dans le disque 15 round 1977 Maîtrise affective, bonne distance, procédure administrative, indices de satisfaction, contrat d objectif, convergence budgétaire Les questions à l œuvre : Est-il pertinent d opposer humanisme et professionnalisme? Les écueils du «tout humanisme»? Les écueils du «tout professionnalisme»? Quel type d articulation ou de complémentarité entre le cœur et la technique, l amour et le respect, l application des procédures et la nécessaire spontanéité, la singularité et l universalité? Un objectif Il ne s agit pas de produire un référentiel de type posture éthique ou guide des bonnes pratiques. Le pôle s attachera à produire un texte de réflexion à partir des questions posées précédemment. Il ne s agit pas d apporter de réponses mais de permettre à chacun de se faire une idée de la question.

9 Pôle 4 La place de l usager dans l association Il s agit de faire le point sur la place de l usager dans l association, tant au regard du droit et des obligations légales que des pratiques mises en œuvre au sein des établissements et des services. Les pratiques s entendent au niveau des possibilités d expression sur les droits des usagers mais également en termes de reconnaissance et d appui des potentialités d expression. Il faudra lister les obligations légales en matière d expression et de représentation (lois de 2002 et 2005) et faire un point sur la réalité des pratiques associatives (remise des documents officiels) : Fonctionnement du Conseil de vie sociale, accès au dossier, saisine du directeur en cas de maltraitance, etc. Répertorier les initiatives et pratiques associatives en lien avec le droit et l expression des usagers (réunions, cahier de doléances, Sémiloque, etc.). Ce travail pourrait permettre de dégager des préconisations associatives ; Enfin, il serait intéressant de connaitre les initiatives locales visant à favoriser et valoriser les capacités d expression artistique des usagers de l association (rédaction de journaux, exposition d œuvres d art, de photos, montage de pièces de théâtre, chorales, etc.). Au cours des 4 séances de ce pôle, il n y a eu qu entre 5 et 9 participants. Étant donné le sujet, nous nous attendions à une plus grande mobilisation. Une majorité de salariés de l ADSEA 77 étant non cadres, la relative désertification du seul pôle «non cadre» nous interroge. Vis-à-vis de la place de l usager, il n est pas question de cadre ou non cadre. Il y a un niveau de responsabilité différent mais le «salarié de base» est bien souvent en première ligne face à l usager. Les personnes présentes à la majorité des séances se sont investies dans cet espace avec les mêmes valeurs et la même éthique que celles avec lesquelles elles travaillent. Au-delà du thème, ces rencontres sont aussi l occasion de connaître nos collègues, d avoir un éclairage sur les pratiques des autres établissements et d y confronter sa propre pratique. Même s il est impossible d uniformiser les actions réalisées sur de l humain, on peut juste tendre vers. Les pôles sont un cheminement. Dans cette instance, il faut pouvoir se dire les choses en faisant fi des liens hiérarchiques. Tous les participants sont salariés de l ADSEA 77. Comment chacun habite sa place? Qu estce qui fait notre socle commun? L usager est bien au cœur de nos préoccupations. Deux séances ont été consacrées au recueil de données. Il a été difficile à produire. Néanmoins, un état partiel des établissements présents a pu être fait. La majorité des établissements et des services respecte ou a la volonté de se mettre en conformité avec les textes de loi ( et 2007). Temps de parole, conseils de vie sociale, contrats de séjour, livrets d accueil, commissions repas, jeux et films font partie de l organisation des différents établissements et services. Ces rencontres sont aussi l occasion de connaître nos collègues, d avoir un éclairage sur les pratiques des autres établissements En allant au-delà du texte de loi, il faut être bien à notre place pour pouvoir parler de la place de l usager. L accompagnement de l usager est différent selon les établissements ou services, selon qu il y a injonction (justice) ou non, selon l interaction de chacun. Mais chacun participe à la notion de place de l usager, elle fait socle commun. Il nous a été difficile, en si petit comité, de faire des préconisations. Nous avons pu envisager que chaque salarié (par le biais de la remise de son bulletin de salaire) puisse recevoir un document à retourner lui demandant à titre personnel ce «qu est la place de l usager à son sens?» et «est-ce qu elle est au centre des préoccupations?» afin de toucher les gens individuellement plutôt que par un pôle thématique. La création d un espace à destination des usagers comme un blog sur lequel ils pourraient s exprimer librement a aussi pu être envisagée. Les pôles représentent un investissement ; les personnes y participent en espérant que cela ne reste pas lettre morte. Quelles actions découleront des pôles? D autre part, en tant que salariés de l ADSEA 77, ne sommes-nous pas aussi concernés que les cadres par la mobilité interne, les entretiens et le professionnalisme et l humanisme? Journal de l ADSEA 77 n 226 février

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012

Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Les journées de rencontre CNPTP CCN 66 Points clefs Lille, le 14 novembre 2012 Lille, le 14 novembre 2012 La CNPTP en bref Ouverture par Jacky Desdoigts, Président de la CNPTP. Les mutations et les risques

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

L organisation d un séminaire Une démarche de management de projet

L organisation d un séminaire Une démarche de management de projet Les fiches En Lignes de La lettre du CEDIP* Fiche n 65 décembre 2014 L organisation d un séminaire Une démarche de management de projet Sommaire : Qu est-ce qu un séminaire?...p. 1 Le séminaire est-il

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

L entretien professionnel, retours d expériences

L entretien professionnel, retours d expériences L entretien professionnel, retours d expériences les incontournables et les facteurs de réussite Service conseil en organisation et ressources humaines L entretien professionnel Octobre 2012 Sommaire Préambule

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

Université Paris-Dauphine

Université Paris-Dauphine Université Paris-Dauphine MBA Management Risques et Contrôle Responsabilité et management des performances L Université Paris-Dauphine est un établissement public d enseignement supérieur et de recherche,

Plus en détail

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de

un Plan d Action Séniors un accord ou d entreprise Construire TRANSPORT & LOGISTIQUE Avec la participation de Construire un accord ou d entreprise un Plan d Action Séniors TRANSPORT & LOGISTIQUE Direction régionale du travail, de l'emploi et de la formation professionnelle Avec la participation de La loi, les

Plus en détail

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations

progressons ensemble dans votre organisation et vos relations progressons ensemble dans votre organisation et vos relations CONSEIL FORMATION MANAGEMENT - RH L entreprise est notre challenge Nous soutenons votre entreprise dans toutes les réalisations visant sa réussite.

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ ACCORD DU 15 OCTOBRE

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

Formation Continue 2014

Formation Continue 2014 Formation Continue 2014 Union Régionale Interfédérale des Organismes Privés non lucratifs Sanitaires et Sociaux Management RH Comptabilité Gestion Tarification Vie & Pilotage des établissements & Services

Plus en détail

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS?

RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? RP3 VERS QUELLE GOUVERNANCE DES TRANSPORTS MÉTROPOLITAINS? Organisateur CENTRE D ÉTUDES SUR LES RÉSEAUX, LES TRANSPORTS, L URBANISME ET LES CONSTRUCTIONS PUBLIQUES (CERTU) Coordinateur Thierry GOUIN, Chargé

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial»

La mobilité interne. COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» La mobilité interne Julie Araneder Catherine Leput Céline Prevost Benoit Saidi Sandrine Taupin Emmanuelle Thuong-Hime COLLECTION «Les diagnostics de l emploi territorial» hors série n 4 Sommaire 1 - Avant-propos...p

Plus en détail

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE

REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE REFERENTIEL METIER CONSEILLER EN ECONOMIE SOCIALE ET FAMILIALE La profession de conseiller en économie sociale familiale a fait l objet d investigations importantes en terme d inscription professionnelle,

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Service Civique. Service civique. Esprit

Service Civique. Service civique. Esprit Service civique Esprit Contact : Nathalie Chaverot servicecivique@la-guilde.org Tel : 01 43 26 97 52 www.la-guilde.org www.service-civique.gouv.fr La loi du 10 mars 2010 a créé l engagement de Service

Plus en détail

MAMI SENIORS Livret d accueil

MAMI SENIORS Livret d accueil MAMI SENIORS Livret d accueil Maison «Mami seniors» : Un espace d accueil de jour non médicalisé. C est un lieu de rencontres, d échanges et d animation au cœur de Toulon. Soucieux de cultiver le lien

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE

Cahier des charges pour l appel d offres. février 2015 SOMMAIRE Actions Thématiques 2015 : développer les compétences des travailleurs handicapés, usagers des ESAT bas-normands dans la Branche sanitaire, sociale et médico-sociale privée, à but non lucratif Cahier des

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS

LES 11 COMPÉTENCES CLÉ DU COACH SELON LE RÉFÉRENTIEL ICF OBJECTIFS CERTIFICATION PRINCIPES ET ORIENTATIONS ACTIVISION Coaching : un cursus de formation complet accrédité ICF pour acquérir les compétences et la posture du coach professionnel. Une formation professionnelle, pour des professionnels, par des professionnels.

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Master Ressources Humaines

Master Ressources Humaines 1 - Objectifs de formation du Master Le Master comprend deux années : Première année : Seconde année : La première année est dédiée à l acquisition des connaissances fondamentales en gestion des ressources

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online.

Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com comptabilite@actif-online. BON DE COMMANDE INTERNET Tarifs 2015 à retourner à : Actif 259, Avenue de Melgueil BP 3 34280 LA-GRANDE-MOTTE Téléphone : 0467 29 0467 Fax : 0467 29 0468 et 0467 29 0491 www.actif-online.com E-Mail : info@actif-online.com

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES

APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJET ARS DE CORSE GROUPE D ENTRAIDE MUTUELLE POUR PERSONNES CEREBRO LESEES CAHIER DES CHARGES Les Groupes d Entraide Mutuelle (GEM) ont pour objet d offrir aux personnes adultes handicapées un

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE

Accompagner les organisations dans la mise en place de modes collaboratifs pérennes, basés sur l engagement et la confiance. 2 POLES D EXPERTISE O Reilly Consultants est un cabinet de conseil en gestion des ressources humaines, formation et coaching qui vise à réconcilier l épanouissement individuel : Accompagner les individus dans la réappropriation

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Fonctionnement du secteur médico-social. Gouvernance associative

Fonctionnement du secteur médico-social. Gouvernance associative Fonctionnement du secteur médico-social DA1 S adapter aux mutations du secteur médico-social 50 DA2 Mieux comprendre les enjeux de la tarification des établissements et services 50 Gouvernance associative

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS

CDAJE 16 mai 2014 COMMISSION DÉPARTEMENTALE D ACCUEIL DES JEUNES ENFANTS CADRE DÉPARTEMENTAL DE RÉFÉRENCE CDAJE À l intention des élus municipaux et leurs représentants, des institutions, de l ensemble des acteurs de la petite enfance et des porteurs de projet. CDAJE 16 mai

Plus en détail

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh?

1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? 1 Comment organiser son année civile du point de vue social/rh? «Le social et la RH, vont encore me compliquer la vie» «On ne sait jamais ce qui va nous tomber dessus, il y a toujours quelque chose que

Plus en détail

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction.

Le programme s efforce de promouvoir les femmes aux postes de direction. POUR QUI? Directeurs et directrices d institutions éducatives, sociales ou socio-sanitaires Professionnel-le-s engagé-e-s dans l un des domaines de la santé ou du travail social et occupant une fonction

Plus en détail

Les maisons d assistants maternels

Les maisons d assistants maternels GUIDE Direction de l Enfance et de la Famille Les maisons d assistants maternels Édition 2014 Sommaire Sommaire 3 Préambule 4 PARTIE 1 - DÉFINITION et PRINCIPES GÉNÉRAUX I. DÉFINITION 6 1- Les codes 6

Plus en détail

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance

Mondialisation. Nouvelles technologies. «Nous parlons le même langage que nos clients, Directeurs de la. Course à la performance Et si on rapprochait l Homme de l Entreprise! Mondialisation Nouvelles technologies Guerre des talents Course à la performance Cadre réglementaire Génération Y Nathalie LELONG Directrice du cabinet CO

Plus en détail

Accompagnement des managers : la solution coaching

Accompagnement des managers : la solution coaching Accompagnement des managers : la solution coaching Dans sa circulaire DGOS/RH4/2013/295 du 19 juillet 2013, la Ministre des Affaires sociales et de la santé indique les axes et actions prioritaires à mettre

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS SOLIDARITÉS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE SOLIDARITÉS PROFESSIONS SOCIALES Arrêté du 18 mai 2009 relatif au diplôme d Etat d éducateur technique spécialisé

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES IDCC : 438. ÉCHELONS INTERMÉDIAIRES DES SERVICES EXTÉRIEURS DE PRODUCTION DES SOCIÉTÉS D

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines

Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Elaborer des Tableaux de Bord Ressources Humaines Pré-requis à la mise en place d un tableau de bord des ressources humaines Le recueil de données a été le point de départ du diagnostic quantitatif des

Plus en détail

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014

LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE. Réunion du 28 mars 2014 LE PROJET D ÉTABLISSEMENT DE L ENIL DE MAMIROLLE Réunion du 28 mars 2014 SOMMAIRE PARTIE 1 : Le Cadre de travail Pourquoi réaliser un Projet d Etablissement? Qu est-ce qu un Projet d Etablissement? Un

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION

LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION LE DON : UN MODELE DE MANAGEMENT AU SERVICE DE LA COOPERATION Face à une rationalisation croissante du secteur social et médico-social, accentuée par les effets de crise, comment un directeur de structure

Plus en détail

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission

Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE. Les clés pour réussir votre mission Chambre de métiers et de l artisanat de la Haute-Garonne LIVRET DU MAITRE D APPRENTISSAGE Les clés pour réussir votre mission 2 L APPRENTISSAGE, UN PARCOURS «GAGNANT - GAGNANT» Côté entreprise : C est

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

DE LA COHÉSION SOCIALE

DE LA COHÉSION SOCIALE DIRECTION GÉNÉRALE DE LA COHÉSION SOCIALE Conseil supérieur de travail social Synthèse du Rapport Le partage d'informations dans l'action sociale et le travail social remis à Madame la Ministre Marisol

Plus en détail

Investir, Épargner et Produire durablement :

Investir, Épargner et Produire durablement : Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent le défi Repères pour l action LES CAHIERS DE L OBSERVATOIRE N 7 Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Plan de communication Politique d établissement émis le : Avril 2007 Par Direction de la communication Table des matières 1 Etat des lieux 3 1.1 Le cadre et les définitions 3 1.2 Le contexte extérieur

Plus en détail

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS**

DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** PRESENTATION DE LA FORMATION DU CAFERUIS* ET DU DOUBLE CURSUS CAFERUIS-MASTER 1 EPDIS** * CAFERUIS : Certificat d aptitude aux fonctions d encadrement et de responsable d unité d intervention sociale **

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013

DEVIS D ÉVALUATION. Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan. Automne 2013 DEVIS D ÉVALUATION Efficacité du système d assurance qualité du Collège Shawinigan Automne 2013 La mise en contexte de l évaluation Depuis sa création en 1993, la commission d évaluation de l enseignement

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES

CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES CHARTE POUR L ACCUEIL DES INTERNES Formalisation des engagements réciproques entre l EPS Ville-Evrard et les internes Ressources humaines médicales Delphine LEBIGRE AAH NOVEMBRE 2012 Objectifs L établissement

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES

ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES D ASSURANCES ACCORD DU 8 DECEMBRE 2014 RELATIF AU PACTE DE RESPONSABILITE ET DE SOLIDARITE DANS LES SOCIETES

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006 ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE SUR LA VALIDATION DES ACQUIS ET DE L EXPERIENCE DU 6 JUIN 2006 Entre : La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI

www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI www.rhonealpes.fr PLAN RÉGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI PLAN REGIONAL EN FAVEUR DES JEUNES POUR LE RACCROCHAGE EN FORMATION ET POUR L EMPLOI Lors de son assemblée

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010

CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 CAHIER DES CHARGES APPEL A PROJETS ACTIONS AU PROFIT DES PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP ET DE DÉPENDANCE THÈMES 2010 ACCÈS AU SPORT ACCÈS AUX LOISIRS ET/OU À LA CULTURE 1 PRÉAMBULE Définies dans le

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale

Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale Organisation de la fin d année du Master 2 de stratégie de communication globale Dossiers de suivi de stage - Rapport intermédiaire de Mission A rendre courant février (date précisée sur le site et sur

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

BIEN ACHETER DE LA FORMATION

BIEN ACHETER DE LA FORMATION professionnalisation compétences FORMATION entreprise solutions BIEN ACHETER DE LA FORMATION GUIDE PRATIQUE AGEFOS PME LANGUEDOC-ROUSSILLON Toutes les réponses à vos questions Sommaire 2... Mes objectifs

Plus en détail

Journée de formation - Service Civique

Journée de formation - Service Civique Journée de formation - Service Civique Accueillir et accompagner un jeune en engagement de Service Civique «Le tuteur, un rôle fondamental pour le respect de l esprit du Service Civique, et la réussite

Plus en détail

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev

Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales. Parc des Expositions de la Nordev Ouverture des deuxièmes Assises de la Prévention des Risques Professionnels dans les Collectivités Territoriales Parc des Expositions de la Nordev Saint Denis Mercredi 13 novembre 2013 Monsieur le Président

Plus en détail

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015

Présentation de l offre de services 100% web. Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 Présentation de l offre de services 100% web Réussir la mise en œuvre de Pôle emploi 2015 L Offre de services dématérialisée porte l offre de services en ligne et l offre de services 100% web La convention

Plus en détail

Les grandes fonctions du tuteur

Les grandes fonctions du tuteur Agence Erasmus+ Jeunesse & Sport Les grandes fonctions du tuteur Ce document rend compte de travaux effectués en ateliers par les participants lors des sessions de formation de tuteurs SVE organisées depuis

Plus en détail

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica.

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica. ARS : un an après leur création, l Observatoire de la Régionalisation dresse un premier bilan de leurs actions et de la montée en charge de la loi HPST et Direct Research créent l Observatoire de la Régionalisation.

Plus en détail