La Lettre. Assurances Construction. Actualité législative et règlementaire. Actualité Jurisprudentielle. Règlementation thermique 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Lettre. Assurances Construction. Actualité législative et règlementaire. Actualité Jurisprudentielle. Règlementation thermique 2012"

Transcription

1 La Lettre JOu ci ltloe bt r 2e Assurances Construction Actualité législative et règlementaire Règlementation thermique 2012 Rapport annuel d activité 2012 du BCT Actualité Jurisprudentielle Dommages-Ouvrage Responsabilités légales des constructeurs Prescription Assurances facultatives L'équipe Assurances Construction vous souhaite un bel été. Alger T é l (0 ) g ln.a lg ie id e. c o m Bruxelles T é l. +32 (0) g ln.b ru s s e id e.c o m Bucarest T é l g ln.b u c h a res id e. c o m Budapest T é l g ln.b u d a p e s id e.c o m Casablanca T é l (0 ) g ln.c a s a b l a n c id e.c o m Hanoi T é l g ln.h a n o id e. c o m Hô Chi Minh Ville T é l g ln.h c m id e.c o m Hong Kong T é l g ln.h o n g k o n id e. c o m Istanbul T é l g ln. is tanbu id e.c o m Kiev T é l g ln.k y id e.c o m Londres T é l. +44 (0) g ln. lo n d o id e.c o m Moscou T é l g ln.mosco id e.c o m New York T e l g ln.n e id e.c o m Paris T é l. +33 (0) i n id e.c o m Pékin T é l g ln.b e i j in id e.c o m Shanghai T é l g ln.s h a n g h a id e.c o m Tunis T é l t u n g ln -a.c o m Varsovie Tél g ln.w a rsa id e.c o m

2 2. Actualité législative et règlementaire La Règlementation Thermique 2012 connaît des rebondissements. Pour rappel, le Conseil d Etat avait annulé l arrêté du 20 juillet 2011 fixant le calcul de la règlementation thermique 2012 des bâtiments. Le communiqué de presse du gouvernement sur le sujet avait été le suivant : «Un recours a été déposé en septembre 2011 auprès du Conseil d État contre l arrêté du 20 juillet 2011 définissant la méthode de calcul de la réglementation thermique 2012 des bâtiments neufs (RT 2012). Le Conseil d État a rejeté l ensemble des moyens de fond soulevés par le recours et a prononcé l annulation de cet arrêté pour un motif de forme. Le Conseil d État a en effet demandé de procéder à une nouvelle signature de l arrêté pour qu il soit signé conjointement par les ministres concernées : la ministre de l Égalité des territoires et du Logement et ministre de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie. En outre, pour garantir la sécurité juridique des projets de construction en cours et assurer la continuité de l application de la RT 2012, le Conseil d État a indiqué que cette annulation ne serait effective qu à l issue d un délai de trois mois à compter de la date de sa décision, soit le 24 juillet Ainsi, la RT 2012 continue de s appliquer selon les mêmes dispositions et les mêmes exigences que celles qui avaient été définies dans les textes déjà publiés. Le nouvel arrêté a été mis en signature en vue d une toute prochaine publication. L annexe de cet arrêté qui décrit la méthode de calcul de la RT 2012 sera identique à celle de l arrêté du 20 juillet 2011, la continuité sera ainsi garantie». Parole tenue. Comme annoncé par deux arrêtés des 16 et 30 avril 2013, la méthode de calcul «Th-BCE 2012», utilisée dans le cadre de la nouvelle règlementation thermique, a été publiée une nouvelle fois au Bulletin officiel des ministères chargés du logement et de l'énergie en date du 25 mai Cette nouvelle version telle que modifiée par l'arrêté du 16 avril 2013 dernier sera applicable à compter du 24 juillet 2013, conformément à l arrêté du 30 avril Rapport annuel d activité 2012 du Bureau Central de Tarification Interrogation s agissant de la souscription d une assurance décennale par le particulier, maître d ouvrage. «S agissant des Dommages-Ouvrage sollicitées par des particuliers, pas toujours bien informés des risques qu ils encourent, le BCT s interroge sur l opportunité d ajouter à la garantie DO une garantie Constructeur Non Réalisateur (CNR). En effet, il ne fait aucun doute que si la construction est revendue avant l expiration des 10 ans de garantie DO, le vendeur est considéré comme un constructeur par la loi. Or il est rare que cette garantie soit expressément demandée. Après discussions le BCT, dans un souci de protection de l assujetti particulier, a pris le parti de proposer cette garantie au moins en option lorsqu il estime qu il y a possibilité de revente ultérieure». Obligation d assurance. «Les pisciniers : le BCT considère que la construction de piscines est soumise à obligation dès lors que ces dernières sont accessoires à un ouvrage lui-même soumis à cette obligation. Le Bureau n a rendu que 3 décisions concernant des pisciniers en 2012, comme en 2011». «Les énergies renouvelables : le Bureau central de tarification classe dans les énergies renouvelables les activités portant sur de nouvelles technologies, telles que l installation de systèmes solaires photovoltaïques et thermiques, de systèmes de chauffage utilisant les énergies renouvelables telles que géothermie et aérothermie. Il n a émis que 5 décisions à cet égard (4 en 2011, 15 en 2010, 6 en 2009 et 9 en 2008). Trois décisions concernaient la pose de panneaux photovoltaïques, l une portait sur des forages géothermiques, l autre sur des installations géothermiques et aérothermiques. Rappel : le BCT considère que lorsque les panneaux photovoltaïques sont posés sans fonction de couverture et sont destinés à la production d électricité en vue de la vente, ils ne sont pas soumis à l obligation d assurance». Actualité jurisprudentielle Dommages-Ouvrage Subrogation de l assureur Dommages-Ouvrage Conseil d Etat, 20 mars 2013, n Selon le Conseil d Etat, l'assurance de dommages est une assurance de choses bénéficiant au maître d'ouvrage et aux propriétaires successifs ou à ceux qui sont subrogés dans leurs droits. L'assureur qui a pris en charge la réparation de dommages ayant affecté l'ouvrage de la nature de ceux dont sont responsables les constructeurs au sens de l'article du Code civil se trouve subrogé dans les droits et actions du propriétaire à l'encontre des constructeurs. La ville de Paris confie la rénovation d'une école élémentaire à une société d'économie mixte d'équipement et d'aménagement, qui souscrit une assurance Dommages- Ouvrage. A la suite de l'apparition de désordres sur les façades de l'école, la société d'économie mixte sollicite la garantie de l assureur DO, qui lui est accordée. Après avoir pris en charge les frais engagés pour sécuriser les lieux et recherché la cause des désordres, l assureur saisit le Tribunal administratif de Paris d'une demande de condamnation des locateurs d ouvrage responsables des désordres à lui rembourser la somme de , 24. Cette demande est rejetée par un jugement du 26 février 2008, confirmé par un arrêt du 2 juillet 2010 de la Cour administrative d'appel de Paris, contre lequel l assureur se pourvoit en cassation.

3 3. Les juges du second degré considéraient que la mission de la société d'économie mixte s'était achevée le 28 juillet 1992 lors de la réception des travaux litigieux et que seule la ville de Paris avait donc qualité pour mettre en jeu la responsabilité décennale des constructeurs. Le Conseil d Etat casse l arrêt d appel, en retenant que l'assurance de dommages souscrite par la société d'économie mixte bénéficiait à la ville de Paris et que l assureur DO était, par conséquent, subrogé dans les droits de cette dernière. Couverture de l assurance décennale - - Cass. 3 ème civ. 19 mars 2013, n Cass. 3 ème civ. 12 juin 2013, n Cass. 3 ème civ. 19 mars 2013, n L assurance décennale ne couvre pas les conséquences de la faute délictuelle commise par un constructeur à l égard d un tiers. Responsabilités légales des constructeurs Dallages et garantie de bon fonctionnement - Cass. 3 ème civ. 13 février 2013, n Les dallages ne constituent pas des éléments d équipement soumis à la garantie de bon fonctionnement prévue par l article du Code civil. Un maître d ouvrage fait réaliser un centre commercial. Après réception, des fissurations et décollements de carrelages affectent le sol de la galerie marchande. Après expertise, l affaire est portée devant les juridictions. Les juges d appel considèrent que «ne constitue pas un ouvrage au sens de l'article 1792 du Code civil mais un élément d'équipement dissociable, le revêtement des sols, peu important qu'il soit collé à la structure de la construction dès lors qu'ils sont parfaitement dissociables sans atteinte à l'intégrité physique de leur support». L application de la garantie décennale est rejetée dès lors que la Cour d appel retient qu il n y a pas d impropriété à destination du centre commercial, mais uniquement impropriété à destination de l élément d équipement luimême. L application de la théorie des dommages intermédiaires l est également, puisque les désordres relevaient, selon la Cour, de la garantie légale de bon fonctionnement. Finalement, les demandes du maître d ouvrage sont rejetées, la prescription biennale de l article du Code civil étant, en l espèce, expirée. Sur pourvoi, la juridiction suprême casse l arrêt d appel. La Cour de cassation retient en effet que «les dallages ne constituant pas des éléments d'équipement soumis à la garantie de bon fonctionnement de l'article du Code civil, la demande en réparation des désordres les affectant, lorsqu'ils ne rendent pas l'ouvrage impropre à sa destination ou n'affectent pas sa solidité, ne peut être fondée, avant comme après réception, que sur la responsabilité contractuelle de droit commun». NB : Arrêt à rapprocher de Cass. 3 ème civ. 30 novembre 2011, n sur les moquettes et tissus tendus. Voir nos archives de janvier Une société X consent à une SCI un crédit-bail immobilier pour l'acquisition d'un terrain et la construction d'un centre de rééducation. La SCI conclut un bail commercial avec une société Y qui occupe les locaux. Par la suite, des désordres apparaissent. La société X, la SCI et la société Y assignent, après expertise, les intervenants au chantier et l assureur par police unique de chantier en indemnisation de leurs préjudices. Pour condamner l assureur PUC à payer à la société Y la somme de , la Cour d appel retient que deux locateurs d ouvrage ont commis des fautes de nature quasidélictuelle à son égard et que, s'agissant de dommages de nature décennale, l assureur PUC, en qualité d'assureur responsabilité décennale de ces deux constructeurs, doit sa garantie. La Cour de cassation accueille le pourvoi de l assureur, en jugeant que «la police de responsabilité décennale n'a pas vocation à couvrir les conséquences des fautes délictuelles commises par les constructeurs à l'égard des tiers». Cass. 3 ème civ. 12 juin 2013, n L assurance décennale couvre le coût de la démolition et de la reconstruction d un ouvrage à la suite d une erreur d implantation. Un particulier confie à une société X la construction d'une maison individuelle. A la suite du refus de délivrance du certificat de conformité et l'établissement d'un procès-verbal d'infractions par la Direction départementale de l Equipement, motivés par la mauvaise implantation de la construction et sa surélévation, le maître d ouvrage assigne le constructeur et son assureur de responsabilité décennale en référé-expertise. Puis, alléguant la nécessité de démolir et de reconstruire l ouvrage, il assigne les mêmes en réparation de ses préjudices. La société X tombe en liquidation judiciaire. En appel, les juges condamnent l assureur à prendre en charge le coût des travaux. Ils considèrent en effet, que l erreur d implantation ne pouvant être régularisée et aboutissant à la démolition de l ouvrage, elle constitue un désordre de nature décennale. L assureur se pourvoit en cassation, arguant qu il n y a, en l espèce, aucune prescription administrative ou d assignation de tiers enjoignant au maître d ouvrage de détruire la construction.

4 4. La Cour de cassation rejette le pourvoi, considérant que l'erreur d'implantation aboutissant à la démolition de l'ouvrage, la Cour d'appel a pu en déduire que le désordre était de nature décennale. réception de l'ouvrage, ce délai pouvant être augmenté de deux années supplémentaires, puisque l'assureur est exposé à l'action directe tant qu'il reste exposé au recours de son assuré en application de l'article L du Code des assurances. Travaux de rénovation importants constitutifs d un ouvrage - Cass. 3 ème civ. 4 avril 2013, n En cas de travaux de rénovation des façades d un immeuble, classé immeuble exceptionnel dans une zone de protection architectural urbain et paysager, la garantie décennale est applicable. Un syndicat de copropriétaires confie à un maître d œuvre les travaux de rénovation des façades d un immeuble, classé immeuble exceptionnel dans la zone de protection du patrimoine architectural urbain et paysager de la commune de Biarritz. La société X est chargée des travaux de ravalement proprement dits, et la société Y chargée de l'application sur les façades de produits minéralisants et hydrofuges. A la suite de la réception, de nombreux désordres affectant les façades apparaissent. Le syndicat des copropriétaires, après expertise, assigne en réparation de ses préjudices les intervenants au chantier et leurs assureurs. Le point était de savoir si les travaux en cause constituaient la réalisation d un ouvrage au sens de l article 1792 du Code civil et pouvaient donc relever de la garantie décennale. Les juges du fond, approuvés par la Cour de cassation, apportent à cette question une réponse positive. Les magistrats retiennent d abord que les travaux, comportant notamment la restauration des pierres de façade, avaient pour objet de maintenir l'étanchéité nécessaire à la destination de l'immeuble et constituaient une opération de restauration lourde, d'une ampleur particulière compte tenu de la valeur architecturale de l'immeuble et de son exposition aux embruns océaniques. Ils retiennent ensuite que les désordres esthétiques généralisés des façades, qui affectaient sensiblement son aspect extérieur, devaient être appréciés par rapport à la situation particulière de l'immeuble qui constituait l'un des éléments du patrimoine architectural de la commune de Biarritz et portaient donc une grave atteinte à la destination de l'ouvrage. De tout ceci, les juges déduisent l existence de travaux participant à la réalisation d un ouvrage et l application de la garantie décennale. Prescription Action directe du maître d'ouvrage à l'encontre de l'assureur de responsabilité décennale du responsable - Cass. 3 ème civ. 15 mai 2013, n L'action directe du maître d'ouvrage contre l'assureur de responsabilité civile décennale du responsable se prescrit dans le délai de dix ans à compter de la En 1994, une copropriété fait rénover par une entreprise les façades d un immeuble. L'ouvrage est réceptionné le 14 septembre Par la suite, différents désordres apparaissent, ce qui conduit au déroulement d'une expertise judiciaire. En première instance, le maître d œuvre et son assureur sont condamnés in solidum avec l entreprise. L assureur du maître d œuvre, non partie à l expertise, et assigné au fond le 5 mars 2009, fait appel de cette condamnation soutenant que l action de la copropriété à son encontre est prescrite. Les juges d appel font droit à cette demande, et sont approuvés par la Cour de cassation : «Ayant relevé que la réception des travaux était fixée au 14 septembre 1995, que le syndicat avait assigné l'architecte en référé-expertise le 10 septembre 2004 et X sur le fondement de la garantie décennale le 5 mars 2009, la cour d'appel en a exactement déduit que l'action du syndicat à l'égard de X n'avait pas été diligentée dans les dix ans de la réception et qu'à défaut pour le syndicat d'avoir exercé son recours à l'encontre de l'assureur de l'architecte responsable, avant le 10 septembre 2006, son action était prescrite». NB : Arrêt à rapprocher de Cass. 3 ème civ. 19 décembre 2012, n Voir nos archives de janvier Assurances non obligatoires Couverture d assurance de la responsabilité civile professionnelle - Cass. 3 ème civ. 14 mai 2013, n Une police de responsabilité civile professionnelle ne peut couvrir la responsabilité contractuelle de l entreprise vis-à-vis du maître d ouvrage, résultant d inexécutions, non-façons ou malfaçons constatées avant réception. Un maître d ouvrage entreprend la construction d ateliers et de bâtiments de stockage et confie à une société X, la réalisation de la charpente métallique et de la couverture. De nombreuses non conformités et malfaçons étant constatées en cours de travaux, le maître d ouvrage sollicite la désignation d un expert judiciaire, qui chiffre les travaux de reprise à hauteur de A la suite du dépôt du rapport, le maître d ouvrage engage une action judiciaire. En première instance, il obtient gain de cause, les juges considérant que la responsabilité décennale de la société X peut être mise en œuvre. L assureur de la société X, condamné aux côtés de son assuré, relève appel de la décision. Entre-temps, la société X tombe en liquidation judiciaire. La Cour d appel retient que l ensemble des désordres constatés «sont imputables à des défauts de mise en

5 5. œuvre par la société X sur les éléments de bardage, couverture et zinguerie et que ces manquements aux règles de l art caractérisent manifestement une faute contractuelle de la nature à engager la responsabilité de la société X, selon les règles de droit commun». Constatant l absence de réception expresse ou tacite, la Cour écarte néanmoins l application de la responsabilité décennale. Devant l impossibilité de mettre en jeu l assurance décennale du constructeur, le maître d ouvrage cherche à mettre en œuvre les assurances non obligatoires souscrites par la société X. La Cour d appel rejette cette demande. Elle considère que «les garanties complémentaires à la garantie décennale ne peuvent être mises en œuvre dès lors que cette garantie décennale n'est pas mobilisable, ce qui est le cas en l'espèce, la garantie complémentaire n'ayant pas vocation à couvrir des inexécutions contractuelles». Elle retient également que la garantie des dommages matériels à l ouvrage ou aux biens sur chantier avant réception ne peut trouver application, «cette garantie n'étant due qu'en cas d'accident, survenant de manière soudaine et fortuite, et non en cas de mauvaise exécution des obligations contractuelles». S agissant de la garantie de responsabilité civile professionnelle, elle constate que cette assurance «ne couvre que la responsabilité encourue en cas de dommages, corporels, matériels et immatériels causés à autrui dans le cadre de l'exercice professionnel, ce qui n'est manifestement pas le cas en l'espèce, cette garantie ne pouvant intervenir dans un cadre contractuel». Elle en conclut donc que la garantie de responsabilité civile professionnelle souscrite par la société X «ne peut avoir pour objet de couvrir la responsabilité résultant d inexécutions, non-façons ou malfaçons contractuelle». La Cour d appel prononce donc la mise hors de cause de l assureur de la société X, «aucune des garanties souscrites n étant mobilisable». Le maître d ouvrage forme un pourvoi en cassation, soutenant que «la Cour d'appel a dénaturé les stipulations claires et précises» de la police d assurance responsabilité civile souscrite par la société X. Le requérant affirme, qu aux termes de cette police, sont garanties : - «les conséquences pécuniaires de la responsabilité civile que [vous] pouvez encourir en raison des dommages corporels, matériels et immatériels consécutifs causés à autrui, y compris à [vos] clients, du fait de l'exercice de l'activité professionnelle déclarée aux dispositions particulières» ; - et que «la garantie de ces dommages s'applique, quelle que soit la nature de la responsabilité civile engagée et pour toutes les causes et tous les évènements sous réserves des cas énumérés aux paragraphes ( )». Selon le maître d ouvrage, les exclusions ne visent nullement la responsabilité civile contractuelle de l'entreprise, qui doit donc faire l objet d une prise en charge par la compagnie d assurance Cette argumentation n est pas accueillie par la Cour de cassation, qui rejette le pourvoi : «Attendu qu'ayant souverainement relevé que la police de responsabilité civile professionnelle ne pouvait pas avoir pour objet de couvrir la responsabilité résultant d'inexécutions, de non-façons ou de malfaçons, la cour d'appel en a déduit à bon droit, sans dénaturation des conditions générales du contrat d'assurance, que la responsabilité contractuelle de l'entreprise vis-à-vis du maître de l'ouvrage n'était pas garantie». Garantie effondrement avant réception - Cass. 3 ème civ. 11 juin 2013, n Les époux X confient à une société des travaux de rénovation d'une maison et d'un cabanon. Se prévalant de retards et de désordres, les époux X mettent en demeure la société d'arrêter le chantier. Après expertise, qui conclut notamment à la démolition du cabanon, les époux X assignent le constructeur et son assureur en responsabilité et indemnisation. Par la suite, la société tombe en liquidation judiciaire. Les époux X tentent d actionner la garantie «effondrement avant réception» souscrite par cette dernière. La Cour d appel déclare cependant irrecevable l action directe des époux X à l encontre de l assureur, au motif «que cette garantie ne bénéficie qu'au constructeur dont les prestations sont anéanties par un effondrement ou risquent de l'être et non au maître de l'ouvrage». La Cour de cassation casse l arrêt d appel lui reprochant d avoir statué de la sorte, sans rechercher si la disposition du contrat, qui prévoyait la garantie pour les frais de démolition, de déblaiement, de dépose et de démontage résultant d'un effondrement, ne pouvait s exercer au bénéfice du maître de l'ouvrage, lorsque l'assuré n'effectuait pas lui-même les travaux de réparation. Ont contribué à cette Lettre : Richard Ghueldre et Elise Mignard

6 6. Gide Loyrette Nouel Association d'avocats à responsabilité professionnelle individuelle 26, cours Albert 1 er Paris - France Tél. +33 (0) Fax +33 (0) Associé contact Richard Ghueldre Pour plus d'informations : Vous pouvez également consulter cette Lettre, ainsi que nos autres lettres d'information, sur notre site Internet, rubrique Actualités/Publications. La Lettre Assurances-Construction (la "Lettre") est une publication électronique périodique éditée par le cabinet Gide Loyrette Nouel (le "Cabinet") diffusée gratuitement auprès d un nombre limité de personnes ayant une relation directe ou indirecte avec le Cabinet. La Lettre d Informations est réservée à l'usage privé de son destinataire et n a qu une vocation d information générale non exhaustive. Elle ne saurait constituer ou être interprétée comme un acte de conseil juridique. Le destinataire est seul responsable de l'usage qu'il fait des informations fournies dans la Lettre d Informations et le Cabinet ne pourra être tenu responsable envers le destinataire de quelconques dommages directs ou indirects découlant de l'utilisation de ces informations. Conformément à la loi "informatique et libertés" n modifiée, vous pouvez demander à accéder, faire rectifier ou supprimer les informations vous concernant traitées par notre service Communication

La Lettre. Assurance Construction. Actualité législative et règlementaire. Actualité jurisprudentielle. Dommages-Ouvrage

La Lettre. Assurance Construction. Actualité législative et règlementaire. Actualité jurisprudentielle. Dommages-Ouvrage La Lettre J ao nc vt io eb r r e 2 021 03 1 0 Alger T é l. +213 (0 )21 2 3 9 4 9 4 g ln.a lg ie rs@g id e. c o m Bruxelles T é l. +32 (0)2 2 3 1 1 1 4 0 g ln.b ru s s e ls @g id e.c o m Bucarest T é l.

Plus en détail

Lettre Assurance. Assurances. Actualité législative et réglementaire. Actualité jurisprudentielle. Alger Tél. +213 (0)21 23 94 94 gln.algiers@gide.

Lettre Assurance. Assurances. Actualité législative et réglementaire. Actualité jurisprudentielle. Alger Tél. +213 (0)21 23 94 94 gln.algiers@gide. Lettre Assurance Assurances Actualité législative et réglementaire Avis du Comité consultatif du secteur financier pour renforcer la transparence et la qualité des comparateurs d'assurances de dommages

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/03/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 28 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66255 Publié au bulletin Cassation Mme Favre, président M. Le Dauphin, conseiller apporteur

Plus en détail

Les fondements juridiques sous-tendant les

Les fondements juridiques sous-tendant les L expert Dégât des eaux et la responsabilité des entreprises L auteur Christophe Gadouleau Dans la pratique quotidienne de son activité, l expert Dégât des eaux intervenant en dommage est parfois en situation

Plus en détail

Audience publique du 29 janvier 2014 Rejet M. TERRIER, président

Audience publique du 29 janvier 2014 Rejet M. TERRIER, président CIV.3 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 29 janvier 2014 Rejet M. TERRIER, président Pourvoi n o V 12-27.919 Arrêt n o FS-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA COUR

Plus en détail

NOTICE INFORMATION POLICES DE CHANTIER DOMMAGES A OUVRAGE

NOTICE INFORMATION POLICES DE CHANTIER DOMMAGES A OUVRAGE NOTICE INFORMATION POLICES DE CHANTIER DOMMAGES A OUVRAGE Rappel : Assurance obligatoire pour les constructions neuves, instituée par la loi n 78-12 du 4 janvier 1978. Elle doit-être souscrite avant le

Plus en détail

LES ASSURANCES CONSTRUCTION

LES ASSURANCES CONSTRUCTION FICHE PRATIQUE ASSURANCES CONSTRUCTION LES ASSURANCES CONSTRUCTION La Loi Spinetta, du 4 janvier 1978, a institué une double obligation d assurance : Une assurance «responsabilité» doit être souscrite

Plus en détail

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale

CHAPITRE 1 : Réception des travaux CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement CHAPITRE 3 : La responsabilité décennale SOMMAIRE 7 CHAPITRE 1 : Réception des travaux 7 1. Nature juridique de la réception 10 2. Conditions de la réception 12 3. Effets de la réception 15 CHAPITRE 2 : La garantie de parfait achèvement 15 1.

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

PANORAMA DE JURISPRUDENCE JOURNEE CONSTRUCTION MMA 2 JUILLET 2013

PANORAMA DE JURISPRUDENCE JOURNEE CONSTRUCTION MMA 2 JUILLET 2013 PANORAMA DE JURISPRUDENCE JOURNEE CONSTRUCTION MMA 2 JUILLET 2013 Jean Rémy DRUJON d ASTROS Avocat à la Cour d appel d AIX EN PROVENCE Spécialisation en droit immobilier Mesdames, Messieurs, mes chers

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Defrenois et Levis, SCP Didier et Pinet, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s)

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Defrenois et Levis, SCP Didier et Pinet, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 20 octobre 2010 N de pourvoi: 09-15093 09-66968 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Boré et Salve de

Plus en détail

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky, Vexliard et Poupot, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mardi 15 septembre 2015 N de pourvoi: 13-24.726 13-25.229 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky,

Plus en détail

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE

DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE DROIT DE LA COPROPRIETE : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN DANS UN IMMEUBLE Les copropriétaires se demandent souvent que faire dans le cas où leur bien immobilier est affecté de malfaçons et que la garantie

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle

Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux poudres en matière d appréciation de la faute intentionnelle Cass. civ. 2 e, 30 avril 2014, n 13-16.901 Contrat d assurance Droit commun Faute intentionnelle Exclusion conventionnelle de garantie Validité de la clause Obs. : La Cour de cassation remet le feu aux

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Laugier et Caston, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Laugier et Caston, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, SCP Peignot et Garreau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 29 mars 2011 N de pourvoi: 10-14540 Non publié au bulletin Rejet M. Lacabarats (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Laugier et

Plus en détail

de nombreux cratères, faïençages et microfissures sur l ensemble des surfaces.

de nombreux cratères, faïençages et microfissures sur l ensemble des surfaces. Peut-on appliquer la garantie décennale aux travaux de ravalement et lorsque l étendue des dommages n est pas entièrement révélée dans le délai de dix ans? Marché de travaux n Application de la responsabilité

Plus en détail

L Assujettissement du MOD à l obligation d assurance

L Assujettissement du MOD à l obligation d assurance L Assujettissement du MOD à l obligation d assurance Pascal DESSUET SOCIETE GENERALE Responsable des Assurances pour les Affaires Immobilières Chargé d'enseignement à l'université de Paris Val de Marne

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 COUR DE CASSATION CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE ARRETS DU 31 JANVIER 2006 (n 150 FS-P+B ; Bull. Civ.

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 6 septembre 2011 N de pourvoi: 10-12931 Non publié au bulletin Cassation M. Lacabarats (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard,

Plus en détail

Administrateur judiciaire responsable faute d assurance décennale efficace

Administrateur judiciaire responsable faute d assurance décennale efficace Administrateur judiciaire responsable faute d assurance décennale efficace Actualité juridique publié le 25/01/2015, vu 622 fois, Auteur : Laurent LATAPIE Avocat Il convient de s'intéresser à un arrêt

Plus en détail

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE

ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE ASSURANCE DOMMAGES-OUVRAGE Procédure de mise en œuvre de la garantie Conséquence du non respect par l assureur 1 ère A2, 9 janvier 2007 RG 06.563 Il se déduit des dispositions de l article L. 242-1, alinéa

Plus en détail

Flash. Flash d information Immobilier La fin du levier d indexation. Baux commerciaux. Baux commerciaux...1. Urbanisme...2. Construction...

Flash. Flash d information Immobilier La fin du levier d indexation. Baux commerciaux. Baux commerciaux...1. Urbanisme...2. Construction... JUILLET - OCT OBRE 2013 NUMÉR O 10 Flash Dans ce numéro Immobilier... 1 Baux commerciaux...1 Urbanisme...2 Construction...3 Corporate... 3 Baux commerciaux Flash d information Immobilier La fin du levier

Plus en détail

ASSURANCE : DÉFINITION***

ASSURANCE : DÉFINITION*** ASSURANCE : DÉFINITION*** Opération d assurance Garantie panne mécanique des véhicules d occasion - Garantie octroyée par un opérateur indépendant du revendeur - Paiement d une somme forfaitaire - Articles

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 33 NOV - DEC 2013 Cass. civ. 2, 3 octobre 2013, n 12-24957 Assurance vie ; Fiscalité ; Droits de succession (CGI, art. 757 B) ; Information

Plus en détail

L assurance dommages-ouvrage

L assurance dommages-ouvrage Vous construisez un bâtiment neuf ou réalisez certains travaux sur un bâtiment existant? Afin de faciliter les indemnisations des maîtres d ouvrage lors de la survenance de sinistres, le législateur (loi

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS COUR ADMINISTRATIVE D APPEL DE LYON N 08LY00138 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre - formation à 3 M. du BESSET, président Mme Camille VINET, rapporteur Mme GONDOUIN, commissaire du gouvernement SCP

Plus en détail

La responsabilité des constructeurs

La responsabilité des constructeurs SAS ECS ND10 Responsabilité des constructeurs Série 1 B. Distinction entre l ouvrage de bâtiment et l ouvrage de génie civil La Loi SPINETTA La notion d ouvrage regroupe, avant même la loi Spinetta, deux

Plus en détail

INSTALLATIONS PHOTOVOLTAÏQUES

INSTALLATIONS PHOTOVOLTAÏQUES INSTALLATIONS PHOTOVOLTAÏQUES Thème : ASSURANCE 1 PF Version du O5 novembre 2009 SOMMAIRE Pages Les risques assurables En cours de construction 4 En cours d exploitation 5 A la réception des installations

Plus en détail

Tarif : DOMMAGES-OUVRAGE Obligatoire : 3995 * TTC.

Tarif : DOMMAGES-OUVRAGE Obligatoire : 3995 * TTC. EVE assurances Monsieur Guérineau 6 rue du Moulin à Tan 14100 Lisieux Tél: 02 31 31 40 96 Email: dommage.ouvrage@gmail.com Madame, Monsieur, Tout d abord, nous tenons à vous remercier de nous avoir consultés

Plus en détail

Assurance dommages-ouvrage

Assurance dommages-ouvrage Assurance dommages-ouvrage Mise en oeuvre - Obligation de l assuré - Déclaration de sinistre - Description et localisation du dommage (oui) - Assuré lié par le devis fourni à l expert (non) Cass. 3è civ.,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/02/2015 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 29 octobre 2014 N de pourvoi: 13-23113 ECLI:FR:CCASS:2014:C101262 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP

Plus en détail

Cour de cassation. 22 juin 2005. n 03-20.068 Publication :Bulletin 2005 III N 136 p. 124. Citations Dalloz

Cour de cassation. 22 juin 2005. n 03-20.068 Publication :Bulletin 2005 III N 136 p. 124. Citations Dalloz Cour de cassation 22 juin 2005 n 03-20.068 Publication :Bulletin 2005 III N 136 p. 124 Citations Dalloz Codes : Code civil, art. 544 Code civil, art. 1792 Code civil, art. 1792 Revues : Revue de droit

Plus en détail

I LE CONTRAT «DOMMAGES-OUVRAGES»

I LE CONTRAT «DOMMAGES-OUVRAGES» I LE CONTRAT «DOMMAGES-OUVRAGES» CAPRA - 2006 Page 1 sur 8 I.1. NATURE ET DUREE DES GARANTIES A GARANTIE OBLIGATOIRE Elle couvre, en dehors de toute recherche de responsabilité, au bénéfice du souscripteur

Plus en détail

CAM btp COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND POUR LA CONSTRUCTION. 3 juin 2013

CAM btp COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND POUR LA CONSTRUCTION. 3 juin 2013 COLLOQUE FRANCO-ALLEMAND POUR LA CONSTRUCTION 3 juin 2013 1 RISQUES ET ASSURANCES SUR LES CHANTIERS EN FRANCE 2 1 - INTRODUCTION >> 3 volets principaux pour définir les risques, les responsabilités et

Plus en détail

DE LA RESPONSABILITE DECENNALE

DE LA RESPONSABILITE DECENNALE DE LA RESPONSABILITE DECENNALE A L ASSURANCE L DECENNALE DES BUREAUX D ETUDES D EN ANC 15 JUIN 2010 Syndicat affilié à la FÉDÉRATION NATIONALE DES SYNDICATS DE L ASSAINISSEMENT ET DE LA MAINTENANCE INDUSTRIELLE

Plus en détail

MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES

MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES MISE EN OEUVRE ET ARTICULATIONS DES GARANTIES LEGALES Garantie de parfait achèvement Modalités de la garantie C est une garantie de type contractuelle. Elle est plus particulièrement prévue à l article

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-17183 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Delaporte, Briard

Plus en détail

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RESPONSABILITES ET ASSURANCES

ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RESPONSABILITES ET ASSURANCES 11ièmes assises nationales de l Assainissement Non Collectif 8 & 9 octobre 2014 Alès ASSAINISSEMENT NON COLLECTIF RESPONSABILITES ET ASSURANCES M. MELLOUK : Co-gérant du Cabinet Rancy-Mellouk & Associés

Plus en détail

L'assurance. et les garanties. financières. de la construction. Michel Zavaro. itlcc. Président de chambre à la cour d'appel d'aix-en-provence

L'assurance. et les garanties. financières. de la construction. Michel Zavaro. itlcc. Président de chambre à la cour d'appel d'aix-en-provence Michel Zavaro Président de chambre à la cour d'appel d'aix-en-provence L'assurance et les garanties financières de la construction itlcc Libraire de la Cour de cassation 27, place Dauphine - 75001 Paris

Plus en détail

Les assurances de chantiers Une large gamme de solutions pour vos opérations de construction.

Les assurances de chantiers Une large gamme de solutions pour vos opérations de construction. Les assurances de chantiers Une large gamme de solutions pour vos opérations de construction. Faire face aux dommages à l ouvrage, pendant et après sa construction Protéger l ouvrage pendant la réalisation

Plus en détail

A ACHÈVEMENT DES TRAVAUX ASSURANCE CONSTRUCTION : LE LEXIQUE FICHE PRATIQUE J. 118 / 12-09

A ACHÈVEMENT DES TRAVAUX ASSURANCE CONSTRUCTION : LE LEXIQUE FICHE PRATIQUE J. 118 / 12-09 INC document FICHE PRATIQUE J. 118 / 12-09 ASSURANCE CONSTRUCTION : LE LEXIQUE La présente fiche pratique n a pas vocation à traiter l ensemble des termes utilisés en matière de construction, ni d entrer

Plus en détail

Responsabilité et assurances des constructeurs Builder's liability and insurance FRANCE

Responsabilité et assurances des constructeurs Builder's liability and insurance FRANCE Responsabilité et assurances des constructeurs Builder's liability and insurance FRANCE 1 Risques et responsabilités au cours du chantier Les risques sont pour le constructeur ex : incendie, vol, vandalisme,

Plus en détail

Audience publique du 30 septembre 2015 Cassation partielle Mme BATUT, président

Audience publique du 30 septembre 2015 Cassation partielle Mme BATUT, président CIV. 1 IK COUR DE CASSATION Audience publique du 30 septembre 2015 Cassation partielle Mme BATUT, président Pourvoi n o G 14-19.613 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective.

Obs. : Rappel : la victime, titulaire d une action directe, n a pas à déclarer sa créance au passif de la procédure collective. ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 32 SEPT - OCT 2013 Cass. Com. 18 juin 2013, n 12-19.709 Assurance de responsabilité civile Faute inexcusable de l employeur Procédure

Plus en détail

La Lettre Assurance s

La Lettre Assurance s La Lettre Assurance s Assurances Actualité législative et réglementaire Rapport annuel d activité 2012 de l ACP Projet de loi relatif à la consommation Directive sur l intermédiation en assurance Actualité

Plus en détail

Le point de vue de l'assureur

Le point de vue de l'assureur L'attestation acoustique... Pourquoi? Comment? Avec qui? Odile VIDAL & Vincent PAYEN, Montmirail Groupe VERSPIEREN Le point de vue de l'assureur 4 juillet 2013 Toulouse Attestation acoustique Contrôle

Plus en détail

L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche?

L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche? A S S U R A N C E S L ASSURANCE CONSTRUCTION Comment ça marche? 1. Le contrat Dommages ouvrage (pour les particuliers) 2. La responsabilité décennale (pour les professionnels) 3. Les différentes phases

Plus en détail

L application de la garantie dommage ouvrage

L application de la garantie dommage ouvrage L application de la garantie dommage ouvrage Article juridique publié le 07/04/2015, vu 922 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code Civil Code des assurances Code de la construction et de l habitation []

Plus en détail

Epreuve de Responsabilité civile et assurance :

Epreuve de Responsabilité civile et assurance : Epreuve de Responsabilité civile et assurance : Vous résoudrez les cas pratiques suivants, en précisant les textes applicables. Cas pratique n l Monsieur et Madame Clisson ont confié à la société Prisma,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 31/05/2012 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 23 mai 2012 N de pourvoi: 11-14599 Publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Boré et Salve de

Plus en détail

Audience publique du 5 novembre 2013 Cassation M. TERRIER, président

Audience publique du 5 novembre 2013 Cassation M. TERRIER, président CIV.3 SM COUR DE CASSATION Audience publique du 5 novembre 2013 Cassation M. TERRIER, président Pourvoi n o B 12-16.816 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur

n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur FICHE THEMATIQUE n 6 LES ASSURANCES DANS L ACTE DE CONSTRUIRE 1. LES ASSURANCES OBLIGATOIRES 1. L assurance dommages ouvrage du maître d ouvrage 2. L assurance décennale du constructeur 3. Police unique

Plus en détail

1 sur 3 18/12/2012 08:42

1 sur 3 18/12/2012 08:42 Cour de cassation, civile, Chambre civile 3, 24 octobre 2012, 11-16.01... http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?oldaction=rechjurijud... 1 sur 3 18/12/2012 08:42 Références Cour de cassation

Plus en détail

Droit immobilier R È G L E M E N T A T I O N. Contrat type de syndic de copropriété et prestations particulières 26 mars 2015

Droit immobilier R È G L E M E N T A T I O N. Contrat type de syndic de copropriété et prestations particulières 26 mars 2015 Lettre d information 17 Droit immobilier R È G L E M E N T A T I O N Contrat type de syndic de copropriété et prestations particulières 26 mars 2015 J U R I S P R U D E N C E Effet de la remise des clés

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 10 mars 2015 N de pourvoi : 13-19.445 ECLI:FR:CCASS:2015:C300275 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Blondel, Me Le

Plus en détail

Etendue de l'obligation d'entretien du bailleur dans une galerie commerciale

Etendue de l'obligation d'entretien du bailleur dans une galerie commerciale e-bulletin Droit immobilier, n 15, mars 2013 BAUX COMMERCIAUX Etendue de l'obligation d'entretien du bailleur dans une galerie commerciale Le bailleur d'un local situé dans un centre commercial dont il

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, TROISIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l'arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du jeudi 22 octobre 2015 N de pourvoi: 14-19.655 Non publié au bulletin Rejet M. Chauvin (président), président Me Bertrand, SCP Boré et Salve de Bruneton,

Plus en détail

COLLOQUE DROIT ET CONSTRUCTION 17 SEPTEMBRE 2010 PANORARAMA DE LA JURISPRUDENCE CONSTRUCTION 2009/2010. PAR JEAN-REMY DRUJON d ASTROS

COLLOQUE DROIT ET CONSTRUCTION 17 SEPTEMBRE 2010 PANORARAMA DE LA JURISPRUDENCE CONSTRUCTION 2009/2010. PAR JEAN-REMY DRUJON d ASTROS COLLOQUE DROIT ET CONSTRUCTION 17 SEPTEMBRE 2010 PANORARAMA DE LA JURISPRUDENCE CONSTRUCTION 2009/2010 PAR JEAN-REMY DRUJON d ASTROS AVOCAT A LA COUR D APPEL D AIX-EN-PROVENCE SPECIALISE EN DROIT IMMOBILIER

Plus en détail

N 41 / 08. du 3.7.2008. Numéro 2544 du registre.

N 41 / 08. du 3.7.2008. Numéro 2544 du registre. N 41 / 08. du 3.7.2008. Numéro 2544 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, trois juillet deux mille huit. Composition: Marc SCHLUNGS, président de

Plus en détail

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE

LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE 1 LE MARCHE DE LA RENOVATION URBAINE VENTE D IMMEUBLES A RENOVER ANALYSE DES RISQUES ET BESOINS DE GARANTIES ET ASSURANCES 9 février 2011 Hôtel Méridien Etoile - Paris 17 ème 2 LE MARCHE DE LA RENOVATION

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS N T 10-81.568 F-P+B+I N 255 CI/CV 8 FÉVRIER 2011 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience publique

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-18166 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Boré et Salve de Bruneton, avocat(s)

Plus en détail

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent, SCP Yves et Blaise Capron, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 12 mai 2010 N de pourvoi: 09-10620 Non publié au bulletin Cassation M. Loriferne (président), président SCP Ghestin, SCP Thomas-Raquin et Bénabent,

Plus en détail

Une réhabilitation tertiaire en Marché Public. Bâtiment avant travaux. La rubrique juridique : l assurance D.O. Le Tableau de bord de l activité

Une réhabilitation tertiaire en Marché Public. Bâtiment avant travaux. La rubrique juridique : l assurance D.O. Le Tableau de bord de l activité N 21 Septembre 2009 La Lettre AIM Objectif de la lettre : Transmettre à nos partenaires une information régulière sur nos activités et notre actualité, les services que nous sommes à même de leur proposer

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président.

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président. CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 5 mars 2014 Cassation M. CHARRUAULT, président Pourvoi n o J 13-14.642 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Barthélemy, Matuchansky et Vexliard, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 5 septembre 2012 N de pourvoi: 11-14108 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président SCP Barthélemy, Matuchansky

Plus en détail

1 sur 10 10/05/2012 13:35

1 sur 10 10/05/2012 13:35 1 sur 10 10/05/2012 13:35 Références Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du mercredi 22 juin 2011 N de pourvoi: 10-16308 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats, président

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Les assurances de chantiers Une large gamme de solutions pour vos opérations de construction.

Les assurances de chantiers Une large gamme de solutions pour vos opérations de construction. Les assurances de chantiers Une large gamme de solutions pour vos opérations de construction. Faire face aux dommages à l ouvrage, pendant et après sa construction Protéger l ouvrage pendant la réalisation

Plus en détail

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Odent et Poulet, SCP Roger et Sevaux, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 14 juin 2012 N de pourvoi: 11-13347 11-15642 Publié au bulletin Cassation partielle M. Loriferne (président), président SCP Nicolaý, de Lanouvelle

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 10 septembre 2015 N de pourvoi: 14-17772 Publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président Me Le Prado, SCP Boutet-Hourdeaux, avocat(s)

Plus en détail

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008

La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Revue de droit immobilier 2009 p. 458 La responsabilité contractuelle de droit commun des constructeurs en cas de dommage à l'ouvrage depuis la loi du 17 juin 2008 Patricia de Lescure, Docteur en droit

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Gaschignard, SCP Le Bret-Desaché, SCP de Nervo et Poupet, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 28 janvier 2015 N de pourvoi: 13-19945 13-27050 ECLI:FR:CCASS:2015:C300108 Publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président

Plus en détail

20 mai 2014 20 mai 2014 Paris Paris. Confidentiel

20 mai 2014 20 mai 2014 Paris Paris. Confidentiel IMMO IMMO DAY 20 mai 2014 20 mai 2014 Paris Paris Confidentiel L investissement indirect dans l immobilier IMMO DAY en France (OPCI, SCPI) : aspects réglementaires 20 mai 2014 Paris Stéphane Puel Avocat

Plus en détail

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT

Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Clause assurance des conventions de Maîtrise d œuvre > 15 M HT Article 00 Assurances. Dans la mesure où les garanties préconisées ou souscrites par le Maître de l ouvrage, sont accordées selon des clauses

Plus en détail

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale

L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale L assureur est responsable à l égard des tiers des manquements à ses obligations contractuelles, sans pouvoir leur opposer la prescription biennale (à propos de Cass. 2 ème civ., 6 févr. 2014, n 13-10.540

Plus en détail

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES. Publication n 10 1er trimestre 2009

ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES. Publication n 10 1er trimestre 2009 ACTUASSURANCE LA REVUE NUMERIQUE EN DROIT DES ASSURANCES Publication n 10 1er trimestre 2009 Décret n 2008-1466 du 22 décembre 2008 portant diverses dispositions relatives aux contrats d'assurance de constructions

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 18 décembre 2013 Cassation partielle M. TERRIER, président

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 18 décembre 2013 Cassation partielle M. TERRIER, président CIV.3 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 18 décembre 2013 Cassation partielle M. TERRIER, président Pourvoi n o E 13-11.441 Arrêt n o FS-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Newsletter Copropriété

Newsletter Copropriété L information juridique des syndics de copropriété Edito La loi change La loi du 20 décembre 2014 : les premiers pas vers un détricotage de la loi ALUR La loi du 20 décembre 2014 relative à la simplification

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE Les Matinales- L ASSURANCE CONSTRUCTION- Partie 1: L Assurance Dommages-Ouvrage- 29/05/2015

GUIDE PRATIQUE Les Matinales- L ASSURANCE CONSTRUCTION- Partie 1: L Assurance Dommages-Ouvrage- 29/05/2015 GUIDE PRATIQUE SOMMAIRE 1 re Partie: QUESTIONS-REPONSES Définition de l Assurance Dommages-Ouvrage Les sanctions en cas d absence de souscription Pour quels travaux? Pour quels désordres? 2 e Partie: La

Plus en détail

LES ASSURANCES DE LA CONSTRUCTION

LES ASSURANCES DE LA CONSTRUCTION LES ASSURANCES DE LA CONSTRUCTION 1 / 24 SOMMAIRE 1) INTRODUCTION AUX ASSURANCES DE LA CONSTRUCTION 1.1) A chaque étape, des risques liés à la construction 1.2) Les cinq assurances couvrant l ensemble

Plus en détail

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française

Cour de cassationchambre mixterejet.22 septembre 2006N 05-13.517Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation Chambre mixte 22 septembre 2006 n 05-13.517 Publication :Bulletin 2006 MIXT. N 7 p. 21 Citations Dalloz Codes : Code de la consommation, art. l. 341-4 Revues : Recueil

Plus en détail

Cour de cassation3ème chambre civilerejet16 mars 2011N 10-10.503Bulletin 2011, III, n 36 République française

Cour de cassation3ème chambre civilerejet16 mars 2011N 10-10.503Bulletin 2011, III, n 36 République française Dalloz jurisprudence Cour de cassation 3ème chambre civile 16 mars 2011 n 10-10.503 Publication :Bulletin 2011, III, n 36 Citations Dalloz Codes : Code civil, art. 1116 Code civil, art. 1116 Revues : Actualité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 8 mars 2012 N de pourvoi: 11-10226 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président Me Le Prado, SCP Hémery et Thomas-Raquin,

Plus en détail

Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles.

Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles. VENTE D UN APPARTEMENT EVOLUTION DE LA JURISPRUDENCE EN CE QUI CONCERNE LOI CARREZ Les difficultés d application de la loi Carrez du 18 décembre 1996 étaient prévisibles. Aux termes de ce texte : «Le bien

Plus en détail

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Pluyette (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 12/03/2013 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 27 février 2013 N de pourvoi: 11-23228 ECLI:FR:CCASS:2013:C100166 Publié au bulletin Rejet M. Pluyette (conseiller doyen faisant

Plus en détail

Me Ricard, SCP Lesourd, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Me Ricard, SCP Lesourd, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 7 juillet 2015 N de pourvoi: 14-19998 ECLI:FR:CCASS:2015:C300849 Non publié au bulletin Cassation partielle M. Terrier (président), président Me

Plus en détail

Les assurances de construction

Les assurances de construction Les fiches pratiques Oralia Fiche N 014 Edition Avril 2008 Les assurances de construction La garantie décennale / La dommages ouvrage Avant d aborder le contenu de ces deux garanties, il y a lieu de les

Plus en détail

5 L obligation d assurance : présentation générale L obligation d assurance de dommages-ouvrage L obligation d assurance de responsabilité décennale

5 L obligation d assurance : présentation générale L obligation d assurance de dommages-ouvrage L obligation d assurance de responsabilité décennale SOMMAIRE 5 L obligation d assurance : présentation générale 5 1. Principal objectif : la protection du maître de l ouvrage 6 2. Les moyens pour atteindre les objectifs 6 3. Un fonctionnement basé sur une

Plus en détail

CORTEN EDITORIAL. CORTEN s agrandit une fois encore avec l arrivée d une nouvelle associée : Axelle Viannay

CORTEN EDITORIAL. CORTEN s agrandit une fois encore avec l arrivée d une nouvelle associée : Axelle Viannay N 6 - Février 2012 Baux commerciaux Clause de non-concurrence Sous-location Construction Réception Responsabilité des constructeurs Assurance construction RT 2012 Vente Promesse de vente Vice caché Société

Plus en détail

MAÎTRISER LES RISQUES D UN PROJET DE CONSTRUCTION

MAÎTRISER LES RISQUES D UN PROJET DE CONSTRUCTION 1/ 27 MAÎTRISER LES RISQUES D UN PROJET DE CONSTRUCTION Ouvrages soumis à l obligation d assurance Avril 2013 SOMMAIRE 2/ 27 DU PROJET DE CONSTRUCTION À LA VIE DE L OUVRAGE : LES RISQUES LIÉS À CHAQUE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 23 juin 2010 N de pourvoi: 09-14592 Publié au bulletin Cassation M. Charruault, président M. Falcone, conseiller apporteur M. Sarcelet,

Plus en détail

GARANTIE DÉCENNALE. Les bonnes mesures pour protéger votre responsabilité. GUIDE MAAF

GARANTIE DÉCENNALE. Les bonnes mesures pour protéger votre responsabilité. GUIDE MAAF GARANTIE DÉCENNALE Les bonnes mesures pour protéger votre responsabilité. GIDE MAAF SOMMAIRE LA GARANTIE DÉCENNALE EN CLAIR Principe et application de la garantie décennale... Page 4 Dommages concernés

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 FEVRIER 2014

AUDIENCE PUBLIQUE ORDINAIRE DU 14 FEVRIER 2014 REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE -------------------- COUR D APPEL D ABIDJAN -------------------- TRIBUNAL DE COMMERCE D ABIDJAN -------------------- RG N 1789/2013 JUGEMENT CONTRADICTOIRE du 14/02/2014 ------------------

Plus en détail

ATTESTATION D'ASSURANCE RESPONSABILITÉ DÉCENNALE des ENTREPRISES DU BÂTIMENT

ATTESTATION D'ASSURANCE RESPONSABILITÉ DÉCENNALE des ENTREPRISES DU BÂTIMENT Attestation d assurance R. décennale M PIONNIER SAMUEL 68 QUAI JEANNE D ARC 37500 CHINON ATTESTATION D'ASSURANCE RESPONSABILITÉ DÉCENNALE des ENTREPRISES DU BÂTIMENT (Ce document comporte une annexe "ACTIVITÉS

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail