SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2014 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2014 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT"

Transcription

1 1 SOUTENANCE A CRETEIL UNIVERSITE PARIS EST CRETEIL FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL ****************** ANNEE 2014 N THESE POUR LE DIPLOME D'ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale Présentée et soutenue publiquement le : à : CRETEIL (PARIS EST CRETEIL) Par GOMET Romain Né le 06/06/1984 à Brou-sur-Chantereine (77) TITRE : L agenda du sommeil : quelle place dans la prise en charge de l insomnie par les médecins généralistes ambulatoires? DIRECTRICE DE THESE : Mme BERCIER Sandrine LE CONSERVATEUR DE LA BIBLIOTHEQUE UNIVERSITAIRE Signature du Directeur de thèse Cachet de la bibliothèque universitaire

2 2 Remerciements A ma directrice de thèse, Sandrine BERCIER, pour sa disponibilité et tout le travail accompli ensemble dans la bonne humeur depuis deux ans Au Professeur Claude ATTALI pour m avoir gentiment prêté de la documentation pour étayer ce travail de thèse Aux experts les Docteurs H. BASTUJI, A. BRION, X. DROUOT, M. REY, M-F. VECCHIERINI et le Professeur R. OURABAH qui m ont offert un peu de leur temps précieux pour m éclairer de leurs connaissances et de leur expérience Aux 103 médecins généralistes - les 100 médecins interrogés et les 3 auprès desquels le questionnaire à été testé - qui ont accepté de m accorder quelques instants pour que je puisse devenir l un de leurs Confrères ********** A ma compagne, Tiziana CIANO, qui est entrée dans ma vie aux prémices de l internat, a su ensoleiller les jours sombres et me (sup)porter tout au long de ce marathon A mes parents pour leur soutien inconditionnel et la fierté qu ils me renvoient A mes futurs Consœurs et Confrères pour leur présence à mes côtés qui a su adoucir les épreuves dont nos études médicales sont jonchées : Nicolas CHOSSAT, Nelly CORDEIRO, Maxime DAUVERGNE, Aurélie DEVINANTE, Pierre GEOFFROY, Coppelia GOUBLAIRE, Rémi LAFOSSE, Valérie MASSOT, Cyril QUEMENEUR, Brice ROUCOULES et tant d autres A mes autres amis les plus chers qui ont toujours été là tout au long des épreuves : Olivier CREPIN, Pierre FORMAN, Hélène LEBLOND, Aurélie MERVILLE, Alexandre ROBIN et Florent SIX A Soline DION pour avoir su me pousser à débuter mes études médicales et à ses parents, Ariane et Bernard DION, pour avoir été ma seconde famille durant cette période

3 3 Table des matières Remerciements... 2 I. Introduction... 5 A. L insomnie Définition Classifications étiologiques Epidémiologie Impact économique Recommandations sur le rôle du médecin généraliste B. L agenda du sommeil Présentation de l agenda du sommeil Place de l agenda du sommeil dans les recommandations Intérêt de l agenda du sommeil selon la littérature Avis d experts Et en pratique C. Problématique II. Matériels et méthodes A. Type d étude B. Population d étude, critères d inclusion, critères d exclusion C. L outil de recueil D. Déroulement des entretiens E. Durée de l étude F. Recueil des données G. Analyse III. Résultats A. Description de la population d étude B. La prise en charge de l insomnie en ambulatoire Prévalence de l insomnie selon notre population de médecins Prise en charge habituelle de l insomnie Sevrage des benzodiazépines... 27

4 4 4. Utilisation par les médecins d outils validés d aide au diagnostic Besoins de ressources C. L utilisation de l agenda du sommeil Connaissance de l agenda du sommeil par les médecins interrogés Utilisation pratique de l agenda du sommeil en question ouverte Utilité de l agenda pour le médecin généraliste en question fermée Utilité de l agenda du sommeil pour le patient Pour qui l utilisation de l agenda du sommeil est-elle la plus utile? Limites de l outil Perspectives d utilisation de l agenda du sommeil IV. Discussion A. Synthèse des principaux résultats B. Comparaison des résultats à la littérature et à l avis des experts C. Forces et limites de l étude D. Perspectives d utilisation de l agenda du sommeil Les médecins généralistes ont-ils une gestion optimale de l insomnie en ambulatoire? L agenda du sommeil : quelle utilité en pratique? V. Conclusions Glossaire Bibliographie Annexe 1 : l agenda du sommeil Annexe 2 : le questionnaire d étude... 61

5 5 I. Introduction A. L insomnie Cette thèse porte sur l étude de l utilisation en médecine générale ambulatoire d un outil l agenda du sommeil dans la prise en charge de l insomnie. Avant de s intéresser plus spécifiquement à notre outil d étude, il convient de revenir sur quelques notions par rapport à cette pathologie. 1. Définition L insomnie est une plainte fréquemment rencontrée en médecine générale pour laquelle de nombreuses définitions existent sans qu aucune ne soit consensuelle. Nous avons choisi celle reprise dans les recommandations de la SFTG (Société de Formation Thérapeutique du Généraliste) et de l HAS (Haute Autorité de Santé) [39] : selon elle, l insomnie se définit comme une insuffisance ressentie de l installation ou du maintien du sommeil, ou d une mauvaise qualité restauratrice associée à des retentissements diurnes à l état de veille (fatigue, perte de concentration, manque de mémoire, morosité ou irritabilité, erreurs dans la réalisation des taches). La classification internationale ICSD-2 (International Classification of Sleep Disorders) propose quant à elle de poser le diagnostic d insomnie devant l association des critères généraux suivants : - Une ou plusieurs plaintes rapportées par le patient parmi les suivantes : difficulté à s endormir ; difficulté à rester endormi ; réveil trop précoce ; sommeil durablement non réparateur ou de mauvaise qualité. - Cette ou ces plaintes survenant en dépit d opportunités et de circonstances adéquates pour dormir. - Au moins un des symptômes suivants relatif au problème du sommeil nocturne est rapporté par le patient : fatigue ou méforme ; baisse d attention, de concentration ou de mémoire ; dysfonctionnement social, professionnel ou mauvaise performance scolaire ; instabilité d humeur ou irritabilité ; somnolence diurne ; baisse de motivation, d énergie ou

6 6 d initiative ; tendance aux erreurs, accidents au travail ou lors de la conduite automobile ; maux de tête, tension mentale et/ou symptômes intestinaux en réponse au manque de sommeil ; préoccupations et soucis à propos du sommeil. Ainsi, l insomnie ne se limite pas à une sensation subjective isolée de «mauvais sommeil» comme on peut le penser mais le trouble du sommeil doit être associé à une ou des conséquences sur l activité diurne, ce qui marque la différence avec les «fausses insomnies» qu il faut savoir écarter (diminution physiologique du temps de sommeil des personnes âgées par exemple) et dont il n est pas question dans cette étude. 2. Classifications étiologiques L insomnie est un trouble du sommeil regroupant de nombreuses étiologies que tentent d organiser les diverses classifications. Les classifications internationales CIM 10 (Classification Internationale des Maladies) et DSM IV (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) sont assez proches, ne présentant pas d item spécifique à l insomnie et la classant parmi l ensemble des troubles du sommeil en dyssomnies dites «primaires», en troubles du sommeil «secondaires» d origine psychologique ou organique et en parasomnies. A contrario, la classification ICSD-2 (révisée en 2004) isole les insomnies des parasomnies et des troubles du sommeil relatifs à la respiration, à des mouvements anormaux ou liés aux rythmes circadiens et les classe en onze sections. Ces classifications sont un peu complexes et donc pas forcément adaptées à la pratique de la médecine générale puisque l intérêt pratique d une classification pour nous est de classer les différentes étiologies relativement simplement afin de mettre en place des prises en charge spécifiques en fonction. C est pour cette raison que la classification réalisée par le groupe ayant travaillé sur les recommandations SFTG-HAS [39] me semble plus adaptée à la pratique de la médecine générale car il a proposé de classer les étiologies de l insomnie en seulement 7 groupes qui correspondent globalement aux différentes prises en charge

7 7 thérapeutiques recommandées (hormis les parasomnies non abordées dans cette étude), ce que nous verrons par la suite : - Les insomnies liées à une hygiène de sommeil inadéquate - Les insomnies liées à la prise de drogue ou de substance perturbant le sommeil - Les troubles du rythme circadien (décalage horaire, irrégularités des cycles veillesommeil, avance ou retard de phase) - Les insomnies d ajustement : insomnies occasionnelles ou transitoires (< 3 mois) liées à des événements stressants - Les insomnies chroniques avec comorbidité (ex-insomnies secondaires) liées à une pathologie mentale ou physique (douleur, hyperthyroïdie, épilepsie, cardiopathie, trouble respiratoire, RGO, neuropathie dégénérative ) - Les insomnies chroniques (> 1 mois) sans comorbidité (ex-insomnies primaires) : psychophysiologique (liées à un conditionnement s opposant au sommeil), insomnies paradoxales (avec mauvaise perception du sommeil), idiopathiques (insomnies permanentes et stables dès l enfance) - Les parasomnies (somnambulisme, terreurs nocturnes ) Bien classer les étiologies de l insomnie parait indispensable afin d adapter la prise en charge et il sera donc intéressant de voir si notre outil présente un intérêt pour cette part diagnostique de la démarche du médecin généraliste. 3. Epidémiologie 3.1. L insomnie en quelques chiffres L insomnie est une pathologie fréquente : en population générale, un tiers de la population française présente régulièrement au moins un symptôme d insomnie (parmi des difficultés d endormissement, des réveils nocturnes avec une incapacité à se rendormir ou la sensation d avoir un sommeil non réparateur) et 8,1% répondent aux critères du DSM IV d insomnie sévère [18] avec pour principaux diagnostics les insomnies liées à une pathologie mentale (2,9%) et les insomnies sans comorbidité (1,3%) [30]. L insomnie est une pathologie qui

8 8 touche plus la femme avec un ratio de 1,6 pour l insomnie et de 1,9 pour l insomnie sévère [18, 28] et dont la prévalence augmente après 65 ans. Les personnes ayant une santé altérée sont plus a risque d insomnie avec ¾ des patients insatisfaits de leur sommeil selon une étude américaine [1]. Ainsi, la prévalence de l insomnie est plus importante en médecine ambulatoire, une étude canadienne de 1997 [6] retrouvant 26% d insomnie d ajustement et 12% d insomnie chronique chez ces patientèles. Cependant les médecins généralistes n estiment qu à 18% la prévalence de l insomnie dans leur patientèle. Ceci est probablement dû au fait que les patients en parlent peu à leur médecin ce qui a valu à l insomnie d être qualifiée d épidémie de souffrants silencieux dès En effet, seulement 5 à 20% des patients insomniaques [16, 42] abordent le sujet avec leur médecin traitant dont uniquement 30,9% consultant spécifiquement pour cela [17]. En outre, alors qu il s agit d une pathologie prévalente, 62% des médecins généralistes estiment ne pas être suffisamment formé [17], ce qui est néanmoins le cas pour nombre d autres pathologies Consommation en hypnotiques Bien que les médecins sous-estiment le nombre de leurs patients insomniaques, les français sont de grands consommateurs d hypnotiques. Ainsi, après avoir augmenté de 56% entre 1980 et 1990 selon le rapport Legrain, la consommation d hypnotiques en France est désormais stable [24] avec une consommation annuelle intéressant entre 12 à 15 % des hommes et 19 à 22 % des femmes selon des données de la CNAMTS (Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés), soit quatre fois plus que chez nos voisins européens [15]. Selon les données des caisses, 8,8% des bénéficiaires du régime général ont eu au moins un remboursement pour un hypnotique et 17,4% pour un anxiolytique sur l année Sachant que 22% des anxiolytiques sont prescrits pour des troubles du sommeil selon une enquête sur la santé et les soins médicaux de l INSEE et du CREDES de , on peut

9 9 donc estimer que 12,6% des bénéficiaires du régime général ont au moins un traitement remboursé par an pour insomnie ce qui est concordant avec les 10% retrouvé dans une étude d Ohayon de 1996 [31]. La situation est plus alarmante encore chez les patients âgés puisque 12,7% des plus de 60 ans consomment régulièrement (et non occasionnellement comme précédemment) une benzodiazépine ou un apparenté sur plus de 6 mois par an avec une moyenne de traitement de 80,1 jours pour les benzodiazépines et de 46 jours pour les apparentés (zopiclone, zolpidem) selon des données Thales recueillies entre 2001 et 2006 sur plus d un million de patients [14] Morbi-mortalité L insomnie est une pathologie avec une morbidité parfois oubliée. Sur le plan psychiatrique, l insomnie constitue un facteur de risque de développer une pathologie anxieuse (risque relatif RR=17) ou dépressive (RR= 10) [43] avec un risque multiplié par 4 de développer une dépression sévère dans l année [29]. Elle constitue également un risque de développer une pathologie coronarienne avec un risque multiplié par 1,7 [1,33-2,17] selon une méta-analyse [38]. Finalement, elle augmente aussi le risque d accident du travail (8% contre 1%, p=0,015) ou d erreur au travail (15% contre 6%) selon des études de Léger [19, 21]. Cependant, si l insomnie a une morbidité importante, la consommation de benzodiazépines ou d apparentés en a une plus importante encore. En effet, la consommation d hypnotiques entraine un risque de chutes (odds ratio OR=1,48 [1,23-1,77]), surtout chez les patients de plus de 80 ans débutant une nouvelle prescription [23], et d altération cognitive chez les plus de 60 ans (OR=4,78) [10] avec une amélioration significative après 24 mois de sevrage [9]. Pour les patients plus jeunes (moins de 65 ans), la consommation d hypnotiques entraine essentiellement un risque augmenté d accident de la voie publique [0R=1,45-2,4] selon une étude de Thomas [44].

10 10 Au total, l insomnie est un trouble fréquent en soins primaires sous-estimé par les médecins généralistes qui ressentent un besoin de formation sur cette thématique. Devant les risques de cette pathologie et l inconfort qu elle entraine, il est important d accompagner au mieux les patients insomniaques. Mais l importante consommation en hypnotiques retrouvée en France induit un risque iatrogénique majeur notamment chez les personnes âgées ce qui préoccupe les tutelles et surtout l HAS qui communique beaucoup sur ce sujet. Il est important d adapter la prise en charge de ces patients au mieux en limitant la consommation en hypnotiques et il est donc intéressant de voir si un outil d aide peut trouver une utilité en ce sens. 4. Impact économique L insomnie est une pathologie qui entraine une augmentation du nombre de consultations médicales (82% des insomniaques sévères ont vu un médecin dans les 2 mois contre 68% de la population générale) [19] et d hospitalisations (18% des insomniaques sévères ont été hospitalisés dans l année contre 9% de la population générale) [20]. En outre, 26,8 millions de boites d hypnotiques ont été prescrites en 2003 pour les bénéficiaires du régime général. En extrapolant aux trois régimes, on peut estimer que la prescription d hypnotiques représente 130 millions d euros par an. Le coût direct (consultation, hospitalisation et traitements liés à l insomnie) moyen d un patient insomniaque est de 183 euros par an soit 1,6 milliards d euros pour l ensemble de la population. On peut ajouter à cela le coût indirect des arrêts de travail qui, en 2006, représentait 1472 euros par employé et par an [3]. En comparaison, la prise en charge de l ensemble des cancers - dont les traitements par chimiothérapie et radiothérapie sont très onéreux ne coute «que» 8 milliards d euros par an (soit 5 fois plus) ; l ensemble des maladies infectieuses et parasitaires ou des maladies dermatologiques ne coutent guère plus que l insomnie (environ 2 milliards d euros) et l ensemble des prises en charge des maladies hématologiques coutent même moins chère (environ 860 millions d euros) selon les chiffres estimés par le DRESS-IRDES d après les Comptes Nationaux de la Santé de l année 2002.

11 11 La prise en charge actuelle de l insomnie est coûteuse pour la société et si la question de l optimisation de la prise en charge de l insomnie est essentielle d un point de vue médical ce qui est notre critère prioritaire en tant que médecin bien évidemment - elle l est également sur le plan économique. 5. Recommandations sur le rôle du médecin généraliste 5.1. Pour la prise en charge de l insomnie Les principales recommandations françaises sur la prise en charge de l insomnie utilisées pour mon étude sont celles de la SFTG-HAS [39] et celles de la SSMG (Société Scientifique de Médecine Générale) [41]. Ces recommandations préconisent aux médecins généralistes de typer l insomnie (difficulté d initiation ou de maintien du sommeil ), d en évaluer l ancienneté et la sévérité, de rechercher une étiologie et de rechercher des troubles du sommeil associés notamment auprès du conjoint (syndrome d apnée du sommeil, mouvements périodiques des membres, syndrome des jambes sans repos). Cette démarche diagnostique permet au médecin généraliste de classer les insomnies (comme vu précédemment) avec pour objectif de proposer au patient une prise en charge thérapeutique adaptée : - Pour tous les patients insomniaques mais plus spécifiquement en cas d hygiène de sommeil inadaptée, il faut commencer par mettre en place des règles hygiénodiététiques parmi celles proposées par le National Centre on Sleep Disorders Research [27] : dormir selon les besoins mais pas plus et éviter les siestes ; adopter un rythme régulier d éveil et de sommeil ; limiter le bruit, la lumière et une température excessive dans la chambre ; éviter de consommer de la caféine, de l alcool et de la nicotine après 16 heures ; pratiquer un exercice physique dans la journée mais pas après 17 heures ; éviter les repas trop copieux le soir. L application de ces règles entraine une amélioration de la latence d endormissement chez 20% des insomniaques [5].

12 12 - Pour les patients avec des troubles du rythme circadien, peut être proposée une synchronisation du cycle éveil-sommeil : essayer de bien marquer le réveil par une lumière forte, une douche, de l exercice matinal en cas de difficultés d endormissement ; utiliser une lumière forte la journée, avoir une activité physique le soir et ne pas rester au lit lorsqu on est réveillé en cas de réveils trop précoces. - En cas d insomnie d ajustement, la prescription de phytothérapie ou d hypnotiques à faible dose pour quelques jours à 4 semaines maximum peut être mise en place avec une réévaluation par une seconde consultation. - Un traitement étiologique doit être prescrit en cas de comorbidité mise en évidence. - Les thérapies cognitivo-comportementales sont à proposer en cas d insomnie chronique (notamment sans comorbidité) avec notamment le contrôle du stimulus (essayer de ne se coucher qu au moment de l arrivée du sommeil, éviter les activités stimulantes le soir, réserver le lit au sommeil et aux activités sexuelles, quitter le lit si pas d endormissement au bout de 20 minutes, se lever toujours à la même heure quelque soit la durée de sommeil) [33, 41] 5.2. Pour le sevrage des benzodiazépines Comme vu précédemment, nombre de patients consomment régulièrement des benzodiazépines et notamment des personnes âgées chez lesquelles les risques iatrogènes sont importants. Il est de la responsabilité du médecin traitant de proposer un sevrage à ces patients. Selon les recommandations HAS [13], le sevrage en hypnotiques doit être proposé dès que le traitement dure depuis plus de 3 semaines. Le médecin doit réaliser dans un premier temps une intervention brève comportant des informations sur les risques de la consommation des hypnotiques au long court (chutes, dépendance, diminution des reflexes et de la concentration, troubles cognitifs) et sur les bénéfices de l arrêt (récupération cognitive). Par la suite, le sevrage consiste en une réduction progressive des doses ou une utilisation intermittente des hypnotiques afin d éviter le syndrome de sevrage. L arrêt total peut prendre entre 4 à 10 semaines durant lesquelles il est conseillé d associer un rappel des

13 13 conseils hygiéno-diététiques et une thérapie cognitivo-comportementale pendant 8 semaines. Les dernières recommandations ont pour objectif de guider les médecins généralistes dans l adaptation de leur prise en charge de l insomnie et il est intéressant d observer en quoi un outil d aide peut entrer dans la stratégie visant à appliquer ces recommandations en pratique. B. L agenda du sommeil L insomnie est une pathologie fréquente responsable d une surconsommation d hypnotiques en France entrainant des risques iatrogènes non négligeables en termes de morbi-mortalité. Le rôle du médecin traitant consiste à dissocier les différentes étiologies, à adapter sa prise en charge en fonction afin de limiter l utilisation superflue d hypnotiques et à sevrer les patients devenus dépendants de ce type de traitement. Certains outils existent pour aider les médecins dans leur prise en charge de l insomnie dont l agenda du sommeil, outil choisi pour cette étude. 1. Présentation de l agenda du sommeil L agenda du sommeil utilisé pour cette étude est celui proposé par l HAS [Annexe 1]. Il s agit d un instrument d autoévaluation à remplir par le patient durant une à plusieurs semaines. Cet outil évalue des données subjectives, ce qui rend les évaluations quantitatives difficiles à faire quant à la reproductibilité des données recueillies. Ainsi l agenda du sommeil n a pas fait l objet d étude de validation. Cependant, selon l article de M. Rey [35], les données de l agenda du sommeil apparaissent bien corrélées aux données de la polysomnographie et de l actimétrie notamment sur la durée de sommeil nocturne comme mis en évidence par l étude de H. Bastuji [4]. L agenda du sommeil se présente sous forme graphique avec dans le sens vertical les différents jours et dans le sens horizontal les heures de la journée et de la nuit. Sur le graphique horaire, le patient indique le matin - afin de ne pas perturber sa nuit l heure de

14 14 mise au lit et de lever par deux croix et hachure ses heures de sommeil qu elles soient nocturnes ou diurnes ; il apprécie subjectivement la qualité de son sommeil et de sa forme diurne selon quatre appréciations («très bien», «bien», «mauvais», «très mauvais») ; il indique les traitements pris ainsi que tout événement pouvant influencer le sommeil (douleur ou maladie intercurrente, voyage, prise excessive d alcool, stress psychologique ). L agenda permet donc d obtenir des données sur le temps passé au lit (délai entre l heure du coucher et l heure du lever), la latence d endormissement (délai entre l heure d extinction des lumières et l heure d endormissement), la période de sommeil totale (PST : durée entre l heure d endormissement et l heure de réveil définitif), la durée de veille intra-sommeil, le temps de sommeil total (TST : différence entre le PST et la durée de veille intra-sommeil), l efficacité du sommeil (TST / PST), le retentissement diurne (nombre et horaire des épisodes de somnolence ou de siestes ) et l évolution du trouble en fonction des périodes de vie (entre les périodes de travail et les week-ends ou les vacances par exemple). 2. Place de l agenda du sommeil dans les recommandations L agenda du sommeil est un outil proposé dans les recommandations de l HAS (sans niveau de preuve précisé) pour la prise en charge de l insomnie en médecine générale mais aussi pour le sevrage des benzodiazépines. Selon les recommandations SFTG-HAS [39], dans la prise en charge de l insomnie chronique, l agenda du sommeil présente un intérêt diagnostique afin d étayer l investigation clinique, un intérêt pour le suivi de l évolution du trouble et un intérêt thérapeutique en fixant des objectifs de traitement. Il permet également au patient d autoévaluer son trouble et il sert d outil communicationnel pour permettre au médecin de discuter avec le patient de ses habitudes de vie. Selon les recommandations de la SFRMS (Société Française de Recherche et Médecine du Sommeil) [36], il s agit même de l outil donnant «la représentation la plus pertinente de la plainte», raison pour laquelle il devrait faire partie du bilan systématique de toute insomnie selon ces spécialistes du sommeil.

15 15 Selon les recommandations HAS sur le sevrage en hypnotique chez les patients âgés [13], l agenda du sommeil est présenté comme une «aide utile» en association à un calendrier de décroissance posologique (permettant un relevé quotidien des symptômes inhabituels) mais nous ne retrouvons pas de précision sur son utilité dans ce cadre. Selon les guidelines américaines [37], les données de l'agenda du sommeil doivent être systématiquement rassemblées avant et pendant le traitement actif, en cas de rechute ou de réévaluation à long terme (c est-à-dire tous les 6 mois). Cependant ma recherche bibliographique internationale sur l utilisation de l agenda du sommeil a été volontairement limitée car l outil présenté dans notre étude n est pas utilisé tel quel à l étranger. Des études sont actuellement menées pour créer un agenda du sommeil consensuel qui ne serait pas sous forme graphique mais sous forme d un questionnaire à remplir quotidiennement [7]. 3. Intérêt de l agenda du sommeil selon la littérature L agenda du sommeil est un outil plébiscité dans les recommandations. Cependant ces dernières ne correspondent pas toujours à la réalité de terrain et ne sont pas très précises quant à l utilisation que le médecin doit faire de l agenda du sommeil. La revue de la littérature réalisée pour cette étude a permis de mettre en évidence un certain nombre d intérêts à l utilisation de l agenda du sommeil pour la prise en charge de l insomnie dont voici les principaux : Tout d abord, nous allons nous intéresser aux fonctions de l agenda décrites par la littérature qui présentent un intérêt compatible avec la prise en charge recommandée pour les médecins généralistes. D un point de vue diagnostique, l agenda permet d éliminer certaines fausses insomnies [13] et d objectiver le trouble en luttant contre les biais de rappel (les patients ont tendance à ne se souvenir que des mauvaises nuits) [13]. Il peut constituer une aide pour le médecin afin d évaluer la sévérité du trouble en le quantifiant (nombre d heures de sommeil, de réveils nocturnes ) mais aussi en évaluant le ressenti (qualification du sommeil et de la forme diurne) et les conséquences diurnes [13] ce qui n est jamais évident par l anamnèse seule. Il peut également permettre d améliorer la recherche étiologique notamment en

16 16 évaluant le cycle circadien (l agenda permet de rechercher une amélioration du trouble pendant les week-ends ou les vacances par exemple) [11] ou en recherchant des symptômes associées (inscrits dans la case de commentaire) pouvant orienter une recherche de comorbidités organiques ou psychiatriques (par exemple, il existe une bonne corrélation entre les perturbations mises en évidence par l agenda du sommeil et les items évaluant les troubles du sommeil dans l échelle de dépression d Hamilton [25]). D un point de vue thérapeutique, l agenda du sommeil peut constituer une aide intéressante pour la mise en place de règles hygiéno-diététiques [34]. Il peut permettre également de faire le suivi thérapeutique en objectivant les substances prises et leur efficacité sur le trouble du sommeil (il est notamment utile au cours du sevrage en hypnotiques) [32]. En outre, la littérature décrit un intérêt de l utilisation de l agenda du sommeil pour le patient lui-même : il peut lui permettre de s autoévaluer, de relativiser son trouble, de prendre conscience de comportements erronés par rapport à l hygiène de sommeil [34] et de s impliquer dans la prise en charge notamment vis-à-vis des règles hygiéno-diététiques. Pour les familles d enfants insomniaques, l utilisation de cet outil permet de créer une alliance thérapeutique (l agenda doit être rempli par les parents jusqu à l âge minimum de 5 ans) et de les aider à relativiser le trouble de leur enfant [8]. 4. Avis d experts Les informations retrouvées dans les recommandations quant à l utilité de l agenda du sommeil en pratique courante devant un patient se plaignant d insomnie n étant pas assez précises et celles retrouvées dans la littérature présentaient cet outil comme multifonctionnel sans être unanime sur son utilité pratique. Il a déjà été décidé de prendre l avis d experts dans le domaine : des contacts ont été pris par courriel ou par entretien - auprès des experts du conseil scientifique du réseau Morphée le Professeur de médecine générale R. Ourabah et le Docteur M-F. Vecchierini -, de spécialistes du sommeil le Docteur A. Brion de l hôpital Salpetrière et le Docteur X. Drouot de l hôpital Henri Mondor - et d auteurs d articles portant sur l agenda du sommeil le Docteur H. Bastuji de Lyon et le Docteur M. Rey de Marseille.

17 17 La plupart d entre eux (les Docteurs H. Bastuji, A. Brion, M. Rey, M-F. Vecchierini et le Professeur R. Ourabah) utilise l agenda du sommeil comme outil diagnostique (avec un intérêt particulier pour l étude des cycles circadiens) et pour le suivi thérapeutique. Le Docteur M. Rey et le Professeur R. Ourabah le voit également comme un outil éducationnel permettant au patient de prendre conscience de son trouble. Sur le plan thérapeutique, le Docteur M-F. Vecchierini considère que l agenda du sommeil est intéressant dans le cadre de la mise en place de règles hygiéno-diététique ; le Professeur R. Ourabah pense quant à lui qu il permet une plus grande implication du patient dans sa prise en charge et qu il est intéressant au cours du sevrage en hypnotiques dans le cadre d un contrat thérapeutique passé avec le patient. A contrario, le Docteur X. Drouot considère que l agenda du sommeil n est pas un bon outil pour les patients insomniaques et doit être réservé aux patients hypersomniaques ou asthéniques car il risque de faire focaliser le patient sur l insomnie qui n est bien souvent qu un symptôme d une autre pathologie (dans les insomnies avec comorbidité). Ainsi, de même que lors de ma revue de la littérature, la consultation d experts a mis en évidence que l agenda du sommeil est un outil qui peut présenter divers intérêts en pratique clinique sans pour autant faire l unanimité sur une fonction en particulier. 5. Et en pratique Les outils comme le questionnaire d Epworth ou l agenda du sommeil sont peu utilisés en pratique : seuls 7% des médecins généralistes disaient utiliser parfois l un de ces deux outils selon une étude de Léger [17]. De même, selon un travail de thèse mené en 2009 sous la direction du Dr H. Bastuji [3], seuls 5,4% des médecins généralistes déclaraient proposer l agenda du sommeil à leurs patients avant les dernières recommandations SFTG-HAS et 13,4% après avoir lu ces recommandations.

18 18 C. Problématique L agenda du sommeil est un outil recommandé dans la prise en charge ambulatoire de l insomnie et du sevrage des benzodiazépines mais son utilité pratique reste encore à définir. La revue de la littérature et l avis des experts requis pour cette thèse n ont pas permis d obtenir une réponse consensuelle à cette question : quelle est la possible place de l agenda du sommeil dans la pratique des médecins généralistes? Notre hypothèse est que l agenda du sommeil est un outil qui modifie peu la prise en charge des médecins généralistes mais qui peut permettre une meilleure autonomisation du patient dans la prise en charge de son insomnie. II. Matériels et méthodes A. Type d étude Il s agissait d une enquête quantitative par un questionnaire [Annexe 2] proposé à des médecins généralistes au cours d un entretien directif. B. Population d étude, critères d inclusion, critères d exclusion Cette enquête a été proposée à une population de 100 médecins généralistes installés dans le Val de Marne permettant d avoir des effectifs suffisants pour être comparé. Les médecins inclus avaient une pratique de médecine générale ambulatoire et étaient des médecins installés, ce afin d étudier la pratique de médecins suivant au long court des patients chroniques. L étude était proposée à ces médecins à la suite d un tirage au sort à partir des pages jaunes du Val de Marne puis ils étaient inclus sur la base du volontariat. Nous n avons pas retenu de critère d exclusion hormis ceux cités précédemment.

19 19 C. L outil de recueil Le questionnaire réalisé en collaboration avec le directeur de thèse a été construit selon deux axes. La première partie s intéressait à la prise en charge habituelle de l insomnie par les médecins généralistes. L objectif était de pouvoir comparer leur prise en charge aux préconisations de la HAS puis de les confronter à celles apportées par l agenda du sommeil. Les variables suivantes étaient prises en compte : la fréquence des consultations pour insomnie, la prise en charge des insomnies et le sevrage des hypnotiques chez les patients traités pour insomnie chronique. La seconde partie du questionnaire étudiait spécifiquement l intérêt de l agenda du sommeil dans la prise en charge ambulatoire de l insomnie par les médecins généralistes. Elle débutait par une présentation factuelle de l agenda du sommeil pour les médecins ne le connaissant pas au préalable. Les questions posées au cours de cette seconde partie ont été inspirées par l avis des experts consultés, experts qui utilisent l agenda du sommeil sur le terrain auprès de leurs patients que ce soit dans le cadre de consultations ambulatoires de médecine générale ou hospitalières en centre spécialisé du sommeil. Cette partie consistait en une étude : - de la fréquence de connaissance de l agenda du sommeil - de l usage qui en est fait par les «connaisseurs» - définis comme les médecins généralistes qui connaissaient notre outil d étude avant l entretien - ou de l intérêt suscité pour ceux qui le découvraient, que ce soit pour le médecin lui-même ou pour ses patients - des limites de cet outil en pratique de médecine générale ambulatoire - des perspectives d utilisation pour les médecins interrogés L objectif de cette seconde partie était d offrir un panorama sur l intérêt pratique et les possibilités d utilisation de l agenda du sommeil en médecine générale ambulatoire afin de le confronter aux propositions des recommandations et aux données de la littérature basées sur la pratique hospitalière spécialisée. Le questionnaire se composait de questions fermées de type échelle de Likert ou questions à choix multiples et de questions ouvertes.

20 20 Pour de nombreux items, la question était d abord ouverte induisant une «réponse spontanée» puis la question était à nouveau proposée sous forme de question fermée avec propositions multiples. La question ouverte avait pour intérêt de favoriser des réponses spontanées non biaisées et non induites. Elles permettaient d être comparées secondairement aux items répondus en question fermée. Ceci avait de l intérêt pour des variables sur la prise en charge de l insomnie (prescription des règles d hygiène de vie et de thérapeutiques médicamenteuses) par exemple avec l objectif de différencier les connaissances (questions fermées) et la pratique professionnelle (questions ouvertes). Ce type de questionnaire nécessitait donc la présence de l interviewer et a influencé le choix méthodologique d entretiens en face en face. A noter que ce questionnaire a été préalablement testé auprès de 3 médecins généralistes d un cabinet de Seine et Marne avant d être proposé à notre population d étude. D. Déroulement des entretiens Les entretiens se tenaient au cabinet des médecins interrogés à un horaire convenu après obtention de leur accord par téléphone. Ces entretiens duraient de 15 à 20 minutes. Ils débutaient par une présentation brève de l étude sans en dévoiler les objectifs. Au début de la seconde partie, la version de l agenda du sommeil mise en Annexe 1 étaient fournie aux médecins ne connaissant pas cet outil avec une explication synthétique se limitant à la manière dont les patients doivent remplir l agenda, sans avancer d interprétations possibles ou toute autre information risquant d avoir une influence sur la suite du questionnaire. E. Durée de l étude Les entretiens se sont tenus entre le 05 Avril 2013 et le 19 Juin F. Recueil des données Les données déclaratives obtenues ont été saisies dans un tableau Excel 2007 avec un masque de saisie préalablement construit en fonction des items du questionnaire.

21 21 G. Analyse L analyse statistique a consisté en des comparaisons de moyennes sur les différentes variables étudiées en se servant du test du Chi2 ou du test exact de Fischer selon les effectifs. Il s agissait donc d une analyse univariée. Une seule stratification a été étudiée : il s agissait de l âge des médecins interrogés car nous avons postulé qu une différence d ordre générationnelle peut exister quant à la prise en considération des recommandations de bonnes pratiques dont l existence est récente (création de l ANDEM en 1995, première recommandation de l HAS en Juin 2005) et au recours à des outils d aide tel que l agenda du sommeil alors que la pratique médicale était auparavant centrée uniquement sur la sémiologie. La prise en considération d une potentielle différence de prise en charge en fonction d autres critères (sexe ) n a pas semblé pertinente. III. Résultats A. Description de la population d étude Cent médecins ont été interrogés dans l ensemble du Val de Marne. Ils avaient entre 32 et 74 ans avec un âge moyen de 53,9 ans et un âge médian de 52,5 ans. B. La prise en charge de l insomnie en ambulatoire 1. Prévalence de l insomnie selon notre population de médecins Tous les praticiens interrogés affirmaient avoir des patients souffrant d insomnie dans leur patientèle. Lorsqu on demandait aux praticiens d estimer la fréquence des plaintes pour insomnie parmi l ensemble des motifs de leurs consultations, la répartition de leurs réponses était

22 22 homogène entre «rarement» (36%) et «assez souvent» (41%) pour les insomnies de novo [Figure 1] et entre «assez souvent» (44%) et «souvent» (32%) pour les insomnies chroniques suivies et traitées [Figure 2]. Lorsque les patients évoquaient une insomnie pour la première fois, les praticiens estimaient que plus de 80% de ces plaintes étaient «souvent» à «très souvent» associées à un ou plusieurs autres motifs de consultation [Figure 3]. Les praticiens interrogés considéraient la plainte d insomnie comme étant la demande principale du patient la plupart du temps lorsqu elle survient dans une consultation «multimotifs» [Figure 4] Jamais Très rarement Rarement Assez souvent Souvent Très souvent Figure 1 : Répartition des réponses des médecins interrogés quant à la fréquence des patients les consultant avec une plainte nouvelle d'insomnie Jamais Très rarement Rarement Assez souvent Souvent 7 Très souvent Figure 2 : Répartition des réponses des médecins interrogés quant à la fréquence des patients suivis et traités pour insomnie les consultant pour cette pathologie

23 Jamais Très rarement Rarement Assez souvent Souvent Très souvent Figure 3 : Répartition des réponses des médecins interrogés quant à la fréquence des consultations «multi-motifs» lors d'une première plainte pour insomnie Jamais Très rarement Rarement Assez souvent Souvent Très souvent 3 Figure 4 : Répartition des réponses des médecins interrogés quant à la fréquence où ils considèrent la plainte d'insomnie comme principale lors des consultations «multi-motifs» 2. Prise en charge habituelle de l insomnie Pour ce chapitre, nous avons analysé les «réponses spontanées» des médecins à des questions ouvertes sans proposition puis leurs réponses à des questions fermées ou avec différents items proposés Recherche étiologique Les praticiens interrogés déclaraient «spontanément» rechercher et/ou traiter un contexte anxio-dépressif dans 89% des cas alors qu ils recherchaient une étiologie organique dans 42% des cas.

24 Propositions thérapeutiques Les règles hygiéno-diététiques : Les praticiens étaient 86% à déclarer rappeler les règles hygiéno-diététiques en première intention en question fermée et 31% en question ouverte. L âge des médecins ne modifiait pas la fréquence de proposition de règles hygiéno-diététiques [Tableau 1]. Rappel des règles Population Age 52 ans Age 53 ans p hygiéno-diététiques d étude (n) Spontanément 31/100 15/49 16/51 0,934 Après proposition 86/100 44/49 42/51 0,389 Tableau 1 : Proportion des praticiens déclarant rappeler les règles hygiéno-diététiques en première intention en fonction des âges Parmi les 7 règles hygiéno-diététiques préconisées par l HAS, les praticiens en prodiguaient 2,7 en moyenne (entre 0 et 7) : ils conseillaient surtout d éviter les psychostimulants après 16h et de pratiquer un exercice physique avant 17h [Tableau 2]. Ils donnaient également des conseils appartenant aux thérapies avec contrôle des stimuli comme avoir une activité de détente le soir ou éviter les activités avec écrans (39,5%). Règles hygiéno-diététiques (selon recommandations HAS) Praticiens la rappelant Eviter la caféine, l alcool et la nicotine après 16 heures 61/86 (70,9%) Pratiquer un exercice physique dans la journée mais pas 58/86 (67,4%) après 17 heures Eviter les repas trop copieux le soir 38/86 (44,2%) Adopter un horaire régulier de lever ou de coucher 29/86 (33,7%) Limiter le bruit, la lumière et une température excessive 18/86 (20,9%) dans la chambre à coucher Dormir selon les besoins mais pas plus 17/86 (19,8%) Eviter les siestes longues (plus d une heure) ou trop 12/86 (13,9%) tardives (après 16 heures) Tableau 2 : Proportion de rappel des règles hygiéno-diététiques recommandées par l HAS

25 25 Les thérapeutiques médicamenteuses ou non-médicamenteuses : Les praticiens étaient 35% à déclarer «spontanément» utiliser un hypnotique en première intention une fois le diagnostic posé et 38% à prescrire une autre méthode (phytothérapie, homéopathie, acupuncture ). Ils étaient peu nombreux à proposer une psychothérapie (10%), un arrêt maladie (5%) ou une prise en charge spécialisée (2%). Délai de prise en charge : Devant un patient se plaignant d insomnie, les médecins interrogés affirmaient avoir besoin de peu de consultations pour poser le diagnostic et planifier une prise en charge : 41% n avaient besoin que d une consultation, 45% de deux et 14% de trois. Au cours de la prise en charge des plaintes pour insomnie de novo, les praticiens déclaraient prescrire un traitement hypnotique au cours de la première (28%), deuxième (39%), troisième (28%) ou quatrième consultation (5%). Molécules hypnotiques utilisées : Les hypnotiques fréquemment utilisés par les médecins interrogés étaient très majoritairement les apparentés des benzodiazépines : zolpidem et zopiclone. Les praticiens n utilisant aucune des ces deux molécules n étaient que deux (un utilisant du lormetazepam et un utilisant des anxiolytiques ou des antidépresseurs). Les praticiens étaient également assez nombreux à utiliser en tant qu hypnotiques des anxiolytiques voir des antidépresseurs [Tableau 3]. Famille Molécule Nombre de praticiens Zolpidem (Stilnox) 91% Benzodiazépines et Zopiclone (Imovane) 67% apparentés Lormetazepam (Noctamide) 9% Loprazolam (Havlane) 8% Doxylamine (Donormyl) 3% Antihistaminiques H1 Alimemazine (Theralene) 2% Promethazine (Phenergan) 1% Anxiolytiques (hydroxyzyne, bromazepam, alprazolam, prazepam, 36%

26 26 lorazepam, oxazepam, diazepam, meprobamate, etifoxine) Antidépresseurs (mianserine, amitriptyline) 7% Tableau 3 : Traitements hypnotiques les plus fréquemment utilisés Influence de l âge sur la prescription d hypnotiques : L âge des médecins n apparaissait pas comme un critère significatif influençant la prescription bien que les praticiens plus jeunes avaient tendance à prescrire moins d hypnotiques [Tableau 4]. n Age 52 ans Age 53 ans p Prescription Spontanément 35/100 14/49 (29%) 21/51 (41%) 0,186 d hypnotique en Après proposition 28/100 10/49 (20%) 18/51 (35%) 0,097 1 ère intention Objectif de durée de traitement 16,3 jours 14,8 jours 17,6 jours Tableau 4 : Prescription d hypnotiques en première intention et objectifs de durée de traitement en fonction des âges Stratégies de prescription : Les objectifs des praticiens interrogés en termes de durée de traitement lors d une primoprescription d hypnotiques étaient assez également répartis entre une semaine (26%), deux semaines (28%) et un mois (24%) [Figure 5]. La moyenne des objectifs déclarés par l ensemble des praticiens était de 16,3 jours ; elle était moins importante mais non significative dans le groupe de praticiens plus jeunes [Tableau 4]. Figure 5 : Objectifs en termes de durée de traitement lors d une primo-prescription d hypnotiques

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée

Les traitements médicamenteux. Le suivi de l insomnie. Traitement des insomnies. Réseau Morphée Les traitements médicamenteux Réseau Morphée Le suivi de l insomnie Repérage Evaluation Mesure des effets -sur le patient -sur l entourage Recherche causes Traitement Traitement des insomnies Insomnies

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Les hypnotiques Dr Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR 2014-2015

Les hypnotiques Dr Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR 2014-2015 Les hypnotiques Dr Nicolas MARIE Pharmacien IFSI CHGR 2014-2015 Plan DéfiniCon Les troubles du sommeil Benzodiazépines et apparentés AnChistaminique H1= alimémazine Mélatonine Autres (phytothérapie) RecommandaCons

Plus en détail

L insomnie Les thérapies cognitivo- comportementales

L insomnie Les thérapies cognitivo- comportementales L insomnie Les thérapies cognitivo- comportementales L. Beaudeaux Psychologue Centre de médecine du sommeil L insomnie Définitions Classification Épidémiologie Modèles théoriques Prise en charge Traitement

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Un danger vous guette Soyez vigilant

Un danger vous guette Soyez vigilant Un danger vous guette Soyez vigilant Vous prenez un sédatif-hypnotique Alprazolam (Xanax ) Chlorazépate Chlordiazépoxide Chlordiazépoxideamitriptyline Clidinium- Chlordiazépoxide Clobazam Clonazépam (Rivotril,

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE CHRONOTYPE (révisé)

QUESTIONNAIRE DE CHRONOTYPE (révisé) (révisé) Nom : Date : Pour chacune des questions, encerclez le nombre qui correspond à la réponse la plus appropriée. Répondez en vous basant sur ce que vous avez ressenti au cours des dernières semaines.

Plus en détail

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie

Décrire les plaintes autour du sommeil présentées par un échantillon de la population accueillie METHODOLOGIE Justificatif : - bonnes pratiques préconisées en ehpad - choix de l amcoorhb dans les thèmes à traiter en 2008 - données personnelles à l ehpad : GMP ; % démences ;. Population : EHPAD volontaires

Plus en détail

L INSOMNIE Pour bien dormir la nuit

L INSOMNIE Pour bien dormir la nuit L INSOMNIE Pour bien dormir la nuit Trois français sur quatre souffrent d insomnie, mais celle-ci n est sévère que dans 9% des cas. Elle se traduit par un sommeil de mauvaise qualité avec des difficultés

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Les Insomnies de l adulte. Dr MF Mateo Champion CHITS Toulon 12/12/06

Les Insomnies de l adulte. Dr MF Mateo Champion CHITS Toulon 12/12/06 Les Insomnies de l adulte Dr MF Mateo Champion CHITS Toulon 12/12/06 Epidémiologie 20 à 40 % de la population adulte souffre d insomnie au moins une fois dans sa vie 10 à 15% souffrent d insomnie chronique

Plus en détail

Nouveautés dans la prise en charge de l insomnie Cas cliniques

Nouveautés dans la prise en charge de l insomnie Cas cliniques Nouveautés dans la prise en charge de l insomnie Cas cliniques K.Collet Psychologue; CHU UCL Dinant Godinne Docteur M. Dumonceaux Pneumologue; CHU UCL Dinant Godinne Docteur D. Jacques Psychiatre; CHU

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar.

Etude réalisée en collaboration avec le service. Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Page 1 sur 8 Etude réalisée en collaboration avec le service Odontologie des Hôpitaux Civils de Colmar. Effectuée en 2013-2014 OBJECTIF : mesurer l efficacité l effet thérapeutique de l Eau thermale de

Plus en détail

LES TROUBLES DU SOMMEIL. A. Autret Septembre 2007

LES TROUBLES DU SOMMEIL. A. Autret Septembre 2007 LES TROUBLES DU SOMMEIL A. Autret Septembre 2007 Trouble du sommeil : prévalence Au moins un trouble du sommeil : 28% Insomnie : 18% Syndrome des jambes sans repos : 5% Syndrome d apnées du sommeil : 5

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 février 2005 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 28 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 50 SANOFI SYNTHELABO FRANCE Clorazépate dipotassique

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 Développement des cycles de sommeil... 19 Phases de sommeil... 20 Prévention...

Plus en détail

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0

Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002. questions 2,6 1,9 1,0 1,0 Bulletin d information en économie de la santé n 48 - février 2002 questions d économie de la santé analyses Repères Le CREDES a réalisé de septembre 1999 à mai 2000 une enquête sur l état de santé et

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins"

Une journée des familles sur le thème : Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins Une journée des familles sur le thème : "Trucs et accès pour faciliter l'accès aux soins" Cette journée destinée aux familles a été co-organisée par R4P et l'association Une Souris Verte, le samedi 12

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

Prise en charge du patient adulte se plaignant d insomnie en médecine générale

Prise en charge du patient adulte se plaignant d insomnie en médecine générale Recommandations pour la pratique clinique Prise en charge du patient adulte se plaignant d insomnie en médecine générale Recommandations Décembre 2006 Avec le partenariat méthodologique et le concours

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

Enquête sommeil 2012 Rapport. Méthodologie. Version n 2 Date : 8 Février 2012

Enquête sommeil 2012 Rapport. Méthodologie. Version n 2 Date : 8 Février 2012 Enquête sommeil 2012 Rapport Méthodologie Version n 2 Date : 8 Février 2012 De: Nadia AUZANNEAU et Stéphanie CHARDRON A : Fanny FAUGERON/Audrey LOPEZ OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris.

Plus en détail

Traitement Cognitivo-Comportemental de l insomnie chronique

Traitement Cognitivo-Comportemental de l insomnie chronique UNIVERSITE PARIS VAL-DE-MARNE FACULTE DE MEDECINE DE CRETEIL 2006 N THESE POUR LE DIPLOME D ETAT DE DOCTEUR EN MEDECINE Discipline : Médecine Générale Présentée et soutenue publiquement le : à Créteil

Plus en détail

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique

Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique Poly-médication des personnes âgées : un enjeu de santé publique septembre 2003 Pour plus d information voir le site internet de l Assurance Maladie en ligne : www. ameli.fr Contact presse : Cnamts Patrick

Plus en détail

Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale

Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale 1 Charte des Maîtres de Stage des Universités (MSU), en médecine générale Préambule L objectif du stage de deuxième cycle en médecine générale est d appréhender les grands principes et les spécificités

Plus en détail

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT

TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT TROUBLE DU SOMMEIL CHEZ L ENFANT PRÉSENTANT UNE ANOMALIE DE DÉVELOPPEMENT Hélène De Leersnyder Pédiatre Consultation «sommeil» Hôpital Necker. Paris Journées Internationales Jérôme Lejeune Familles et

Plus en détail

Aménagement des cycles et recherche de la performance

Aménagement des cycles et recherche de la performance Aménagement des cycles et recherche de la performance Docteur Carole MAITRE INSEP Cette thématique nous amène à nous poser plusieurs questions : Les cycles peuvent-ils être un frein à la performance? Le

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS

Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS Le yoga et la pleine conscience : les preuves selon l ACMTS Yoga : Le yoga est un type de médecine douce complémentaire qui, croit-on, stimule l interaction entre le corps et l esprit. Il s agit habituellement

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées

Plan. Présentation de l étude. Résultats détaillés. Contexte et Objectifs. Fatigue et profil des personnes fatiguées FATIGUE ET SOMMEIL Conférence de presse du 21 Mars 2007 LJ COM Pénélope BRUET / Delphine ERIAU Contact TNS Healthcare Nadia AUZANNEAU / Céline LEROY 01 40 92 45 57 / 24 15 nadia.auzanneau@tns-global.com

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE

LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE LA LOMBALGIE CHRONIQUE INVALIDANTE DE LOURDES CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES : 6 millions de CS par an 1,4 milliards d euros de coûts directs et 5-10 fois plus de coûts indirects Coût de la prise en charge de

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer

Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Objectif 8 : Réduire les risques de séquelles et de second cancer Les progrès réalisés dans le diagnostic et les traitements ont permis d accroître les chances de guérison pour nombre de cancers. Ils n

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain

La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain La santé au travail des cheminots en région Bretagne Enquête pour le CER et la Mutuelle Entrain Présentation des résultats de l enquête auprès des salariés Sommaire A- La démarche 1. Méthodologie de l

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES,

- Santé Protection Sociale 2006 de l IRDES, CFDT 2008 Enquête Santé L enquête CFDT sur la santé des français s est déroulée dans 4 régions (Ile de France, Lorraine, Pays de la Loire, et Bretagne) entre mars et septembre 2008, auprès d un échantillon

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Psychothérapie de l'insomnie: programme de traitement

Psychothérapie de l'insomnie: programme de traitement Psychothérapie de l'insomnie: programme de traitement Corinne Tihon Ivanyi, Psychologue FSP Thérapie cognitivo-comportementale EMDR Plan Objectifs du traitement Thérapie cognitive et comportementale Déroulement

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013

Opinion de la Société Parkinson du Québec Accessibilité du médicament «Le NEUPRO» Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 Adoptée par le conseil d administration le 26 septembre 2013 La mission de la Société Parkinson du Québec (SPQ) est d apporter un appui immédiat aux personnes atteintes de la maladie et à leurs proches

Plus en détail

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV

Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail. La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Nadia Droz, psychologue FSP-APSYTRA, Unité Santé Sécurité au Travail La prévention des Risques psychosociaux au CHUV Objectifs 1. Définition des risques psychosociaux 2. La prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer

Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Les Belges sont satisfaits de leur médecin Transparence et coûts restent cependant à améliorer Annexe À l occasion du 50 ème anniversaire de l assurance soins de santé et indemnités, la MC a mené une enquête

Plus en détail

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007 LES TROUBLES DU SOMMEIL N.BILLAUD Dec 2007 TROUBLES DU SOMMEIL Motif fréquent de consultation 20 à 30 % des enfants Parents demandeurs d aide Enfants supportent très bien les troubles angoisse parentale

Plus en détail

Dossier de presse. Les préoccupations liées au travail ont des répercussions sur le sommeil et inversement

Dossier de presse. Les préoccupations liées au travail ont des répercussions sur le sommeil et inversement Dossier de presse Les préoccupations liées au travail ont des répercussions sur le sommeil et inversement Chaque semaine, plus d 1/4 des actifs français voit son travail perturbé par un problème de sommeil

Plus en détail

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne

Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne 2011 Faits saillants du Sondage sur les travailleurs québécois de 25 à 44 ans et l épargne Rédaction Marc-Olivier Robert Lambert Collaboration Francis Picotte Mise en page Nathalie Cloutier Révision linguistique

Plus en détail

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel?

Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Risques psychosociaux : Comment lutter contre les souffrances au travail? Quelles actions peuvent être menées par les représentants du personnel? Siège social : 20/24,

Plus en détail

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2

Bayer Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2. Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Les Français et les accidents vasculaires cérébraux Vague 2 Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie Page 3 La méthodologie Etude

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

Outil de détection précoce du burnout

Outil de détection précoce du burnout Outil de détection précoce du burnout Guide d utilisation Objectif de l outil L objectif principal de cet outil est d apporter une aide aux professionnels de la santé pour déceler les signes avant-coureurs

Plus en détail

INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET VIOLENCES : ETUDE QUALITATIVE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES D ILE-DE-FRANCE

INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET VIOLENCES : ETUDE QUALITATIVE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES D ILE-DE-FRANCE INTERRUPTIONS VOLONTAIRES DE GROSSESSE ET VIOLENCES : ETUDE QUALITATIVE AUPRES DE MEDECINS GENERALISTES D ILE-DE-FRANCE Présentation journée recherche SFTG du 09/02/2013 par Mélanie PELIZZARI Directeur

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

Baromètre de la protection sociale Vague 3

Baromètre de la protection sociale Vague 3 pour Baromètre de la protection sociale Vague 3-2 ème conférence nationale de la protection sociale - Contacts : Frédéric Dabi Directeur Général Adjoint de l Ifop 10 avril 2013 Note méthodologique Etude

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point

Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine. Mise au point Mise au point Arrêt des hypnotiques Conduite à tenir dans le contexte du retrait du Noctran et de la Mépronizine M E S S A G E S- C L E S Les spécialités Noctran et Mépronizine seront retirées du marché

Plus en détail

2. www.expair-sante.fr

2. www.expair-sante.fr La luminothérapie L horlogerie pour comprendre les troubles du Sommeil Le corps humain possède une horlogerie minutieuse. Dans les couches profondes du cerveau se trouve une horloge biologique interne

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Les Français et la sensibilité dentaire

Les Français et la sensibilité dentaire Juillet 2011 Référence Contact Damien Philippot Directeur de Clientèle au Département Opinion Damien.philippot@ifop.com Les Français et la sensibilité dentaire La méthodologie Etude réalisée pour : SENSODYNE

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Vous êtes médecin traitant?

Vous êtes médecin traitant? Programme Vous êtes médecin traitant? Que représente ce programme... - pour vous? - pour votre patient? Saviez-vous que...? Chaque année, plus de 30 000 personnes remplissent une demande d indemnité suite

Plus en détail

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1:

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1: ATELIER 2 DU SYMPTÔME À LA MALADIE Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes EXPERTS: S LAUNOIS, N. MESLIER ANIMATEUR: MF VECCHERINI 16 et 17 Janvier 2015 ATELIER 2 UTILISATION

Plus en détail

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015

Expérimentation Watt & Moi. 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Expérimentation Watt & Moi 16 ème assises de l énergie - Bordeaux 2015 28 janvier 2015 Watt & Moi, une expérimentation de mise à disposition des données Linky aux consommateurs GRANDLYON HABITAT et ERDF

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : 11/04/73 Origine : SDAM MMES et MM les Directeur des Caisses Primaires d Assurance Malaladie

Plus en détail

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue

Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue Intitulé de la formation Aspects psychologiques et motivationnels de l observance à la Pression Positive Continue FICHE SIGNALETIQUE Présentiel /à distance Sur site 6 modules de 3h Théorie & Pratique Finalité

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins

Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Préoccupations en matière de retour au travail chez les personnes confrontées à un cancer et les personnes qui leur prodiguent des soins Sommaire de gestion À la demande du Groupe de travail national sur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques 1 ACTIVITÉ Domaine Objectif général Compétences Éducation scientifique Langue française Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques Prendre conscience de son profil sommeil.

Plus en détail

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS

ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS ENQUETE AFDCC 2014 SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES RESULTATS DE LA 12 EME EDITION L Association Française des Credit Managers et Conseils présente la 12 ème édition de son enquête annuelle.

Plus en détail

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête

Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête Conditions de travail des assistants diplômés en Lettres Compte rendu de l enquête 1. Les faits L enquête sous forme de questionnaire a été menée durant le mois d octobre 2011 auprès des assistants diplômés

Plus en détail

Recherche sur le Burnout en Belgique

Recherche sur le Burnout en Belgique Recherche sur le Burnout en Belgique Outil de détection précoce STRAETMANS Mélanie, psychologue melanie.straetmans@emploi.belgique.be SPF Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4

N.-B. 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4. 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Profil démographique 1 18 à 34 24,3 28,1 20,1 24,4 Groupe d âge 35 à 54 36,7 23,0 31,6 49,3 55 à 64 18,7 18,7 21,3 16,9 65 et plus 20,3 30,2 26,9 9,4 Sexe Niveau de scolarité Homme 48,0 40,5 47,8 52,3

Plus en détail

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant?

«Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? «Les antibiotiques c est pas automatique», 12 ans après, quels sont les changements laissés par ce slogan percutant? Thèse présentée et soutenue publiquement Le 17 juin 2014 Pour obtenir le Diplôme d État

Plus en détail

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale

Les freins et les réticences à la nonprescription. consultation de médecine générale Les freins et les réticences à la nonprescription médicamenteuse en consultation de médecine générale Enquête qualitative par focus-groups de médecins généralistes francs-comtois Anne Stoessel - François

Plus en détail

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs

Patricia Garel. Patricia Garel. Plan et objectifs Plan et objectifs Synthèse de la conférence CAO2010 (l imparfait au présent) Les trois grandes raisons pour lesquelles un enfant semble ne pas apprendre De qui parle-t-on: Quelques histoires Que peut apporter

Plus en détail

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits -

OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - OBSERVATOIRE DU REGROUPEMENT DE CREDITS - Sondage PollingVox pour Bourse des Crédits - PollingVox 67, rue Saint-Jacques 75005 Paris pollingvox.com SOMMAIRE Note technique... 3 Synthèse des résultats...

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL

QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL Date du questionnaire :... Envoyé par le docteur : Adresse du médecin :... NOM :...Prénom... Nom de naissance :... Né(e) le :...à... Adresse... Tél. Dom. Tél. Prof.. Port: Profession

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

La souffrance au travail, comment la

La souffrance au travail, comment la SIMUP Service de Santé au Travail de la Vallée de la Lys La souffrance au travail, comment la déceler pour mieux la gérer? 1 QUELQUES CONSTATS D après l Institut Français de Veille Sanitaire, un homme

Plus en détail

L addiction à l alcool l états limites. Sous la direction de M. WAWRZYNIAK

L addiction à l alcool l états limites. Sous la direction de M. WAWRZYNIAK L addiction à l alcool l et les états limites. Sous la direction de M. WAWRZYNIAK LAMBERT Christophe christophe.lambert7@gmail.com LABORATOIRE DE PSYCHOLOGIE APPLIQUEE UNIVERSITE PICARDIE JULES VERNE SOMMAIRE

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail