L enquête ROSE en France (Relevance Of Science Education)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L enquête ROSE en France (Relevance Of Science Education)"

Transcription

1 L enquête ROSE en France (Relevance Of Science Education) Analyse statistique des populations scolaires de Paris et de Créteil Faouzia Kalali. Faouzia Kalali. STEF EnS. Cachan. IUFM de Haute-Normandie. rue du Tronquet. BP Mont-Saint- Aignan cedex

2 Remerciements Je souhaite remercier le professeur Svein Sjøberg (directeur du projet) et le docteur Camilla Schreiner. Le codage statistique a été réalisé en partie par l UMR STEF ENS Cachan/INRP. Je souhaite ainsi remercier Philippe Varrin (membre de l UMR STEF) et Thomas Varrin (contractuel) pour leur aide dans cette opération. Le traitement statistique (ACP) a été financé par l association Tour. Je souhaite remercier pour leur appui Monique Goffard (trésorière de l association) et Alain Chomat (secrétaire de l association). Je souhaite remercier particulièrement J-L. Martinand (professeur émérite) qui a été à l origine de ce travail et également pour son écoute. Je souhaite remercier particulièrement E.W. Jenkins (professeur émérite) pour son appui et son écoute. Je souhaite remercier les inspections académiques de Paris (en particulier Mr A. Duco) et de Créteil (en particulier Mrs M. Rouquette, J. Marchal & J. Capillon), pour l aide et les relances auprès des établissements qui ont garanti le succès dans les retours des réponses. Je souhaite également remercier les chefs d établissements, les enseignants et les élèves sans lesquels ces données n auraient pas pu être recueillies. Pour finir, je souhaite remercier vivement Monique Goffard (Docteur en didactique et membre invité de l UMR STEF) pour ses encouragements et l aide apportée à l exploitation de certaines questions de l enquête ROSE.

3 Sommaire. Introduction ; 5. Contextes international et national ; 7.. Des préoccupations pérennes, de nombreuses initiatives ; 7.. Désaffection pour les sciences : un problème mal posé ; 9. Méthodologie ;.. Echantillonnage ;.. Modalités de recueil des données et population scolaire ; 5.. Questionnaire ROSE (Relevance Of science Education) ; 6. Partie : Paris-Créteil. Un exemple ; 8 Chapitre. Analyse des sections ACE : «ce que veulent apprendre les élèves» ; 9. Rappels méthodologiques ; 9. Analyse des résultats ;.. Analyse des résultats selon le sexe ;.. Analyse des résultats selon l âge ;. Analyse factorielle des résultats ; 6 Chapitre. Analyse de la section D : les élèves face aux défis de l environnement ;. Introduction ;. Scores des moyennes contrastées selon l age et le genre ;. Qu apporte l analyse factorielle de la population scolaire étudiée? ; 6. empiriques relatives à l environnement et issues des différentes sections ; Chapitre. Analyse des sections F & G : mes cours de sciences & mes opinions à propos de la science et de la technologie ;. empiriques concernant la question F ;.. Analyse factorielle de toute la population scolaire ;.. Analyse factorielle selon le sexe ;. empiriques concernant la question G ; 5.. Résultats des statistiques descriptives ; 6.. Résultats de l analyse factorielle ; 8. empiriques issues des différentes sections ; 5 Chapitre. Analyse des sections B & I : «mon futur métier & moi en tant que scientifique» ; 5. Résultats de la section B ; 5. Résultats de la question ouverte I ; 57.. Nombre de mots par réponse ; 57.. Domaine de recherche et pourquoi du choix ; 58

4 .. Résultats des deux parties prises séparément ; Partie : Analyse contrastées des deux académies Paris & Créteil ; 6 Introduction ; 6. Les populations scolaires étudiées ; 6. Résultats concernant les domaines d intérêt (sections ACE du questionnaire) ; 6.. Analyse selon le lieu de la scolarité et selon le sexe : les garçons 67.. Analyse selon le lieu de la scolarité et selon le sexe : les filles ; 7. Résultats de l analyse factorielle à composante principale de la question D ; 7. Résultats de l analyse factorielle à composante principale de la question F ; 8 5. Résultats de l analyse factorielle à composante principale de la question G ; Discussion ; Conclusion ; 8. Références et bibliographie ; Annexes

5 . Introduction Je suis très intéressé par la façon dont évoluent les montagnes, les fleuves et les océans ; par la structure et le fonctionnement du corps humain ; par le sexe et la reproduction ; par le développement des bébés ; par la façon dont les instruments de musique produisent des sons différents ; par le fonctionnement de la bombe atomique ; par les produits chimiques explosifs ; par le fonctionnement des téléphones portables ; par les rêves et leur signification ; par les modes de transmission des maladies sexuelles et la façon de s en protéger ; par les dangers possibles des radiations des téléphones portables et des ordinateurs. Je ne suis pas du tout intéressé par les produits chimiques ; par les nuages, la pluie et le climat ; par l hérédité et l influence des gènes ; par le clonage des animaux ; par la croissance des plantes ; par les atomes et les molécules ; par les trous noirs, les supernovae et les autres objets spectaculaires de l espace ; par les météorites, les comètes, les astéroïdes et les dégâts qu ils causent sur terre ; par les tremblements de terre et les volcans ; par les épidémies et les maladies ; par les armes biologiques et chimiques et leurs actions sur le corps ; par la chirurgie esthétique ; par les fusées et les satellites ; par les rayons X et les ultrasons ; par le fonctionnement des centrales nucléaires ; par l utilisation des lasers à des fins techniques ; par le fonctionnement des appareils tels que les radios, les télévisions ; par la possibilité de la vie extra-terrestre ; par l astrologie et l horoscope ; par les thérapies alternatives ; par la transmission de la pensée ; par les étoiles ; par l arc-en-ciel ; par la couche d ozone ; par la symétrie des feuilles ; par l effet de serre ; par le traitement des ordures à l aide de la technologie ; par la protection des espèces animales menacées ; par l amélioration des cultures ; par l usage médical des plantes ; par l agriculture organique et écologique ; par la conservation des aliments ; par les plantes et les animaux de mon milieu ; par le premier atterrissage sur la lune ; par le génie génétique ; par les bénéfices ou les risques des méthodes modernes de l agriculture ; par les conflits entre la religion et la science ; par les désaccords entre les scientifiques ; par les scientifiques célèbres et leurs vies ; par les erreurs de la science ; par les idées scientifiques qui mettent au défi la religion, la tradition et l autorité ; par les inventions qui ont changé le monde ; par les récentes inventions ; par les phénomènes non encore expliqués par les scientifiques. Cette liste à la Prévert correspond à un concentré de réponses à certaines questions de notre enquête, elle émane d une classe SEGPA (sections d enseignement général et professionnel adapté) de l académie de Créteil. Malgré l handicap et les difficultés que connaissent ces classes, les élèves ont tenu à participer. Mais, les difficultés sont tellement grandes que les élèves se sont exprimés à travers un seul questionnaire. C est donc pour louer cet effort que ce dernier mérite notre attention autant que les questionnaires des autres classes. Certes, le questionnaire n est pas valide d un point de vue scientifique. Néanmoins, il demeure un témoignage d une réelle authenticité. C est donc en tant que tel que nous allons le considérer. L élève en grande difficulté scolaire dit être attiré par la science. Elle jouit d une certaine estime. Elle est importante pour la société, favorise les pays développés, permet de trouver des traitements à des maladies comme le SIDA et le cancer. Elle lui permet de prendre soin de sa santé, elle l aide dans sa vie quotidienne. Elle l a rendu critique! Démuni, il ne souhaite pas devenir scientifique, ni apprendre plus de science à l école. Il ne la trouve pas intéressante, ne l aime pas plus que les autres disciplines. Il n adhère pas aux 5

6 scientifiques, ni à leurs méthodes de travail, ni à leur neutralité. Il aime la science sans la connaître. De ce qui vient d être dit, on perçoit bien les enjeux de l éducation scientifique dans la scolarité obligatoire et ceux de la science au collège. Et l élève en grande difficulté scolaire est loin de les repérer. Le problème de la pertinence des curriculums de science est ainsi posé. Il est au-delà d une simple question de contenu. Il est également plus qu une exigence de mise en contact avec la science de chaque élève quelque soit son niveau. Il est à la connexion entre fabrication-transmission des savoirs et éthique (Kalali, à paraître). Partant de ce principe, les objectifs, les moyens et les contenus pour la constitution d un tel curriculum sont à définir en rapport avec les élèves concernés. Un des enjeux de cette recherche est la connaissance des publics scolaires auxquels sont destinés les curriculums d enseignement. Les comparaisons internationales ambitionnent le plus souvent de fournir des standards pour l élaboration de contenus d enseignement. Le questionnaire ROSE (Relevance Of Science Education) est une enquête exploratoire, une sorte de consultation des élèves de 5 ans. Le but est de fournir des éléments qui éclairent les diversités et pourraient ainsi compléter les standards dans l élaboration de contenus d enseignement. Le questionnaire ROSE est composé de sections (dont une ouverte) d environ 5 items. Chaque section vise à éclairer une facette des attitudes des élèves envers les sciences. Après l examen des contextes nationaux et internationaux dans lesquels a été lancé le projet ROSE, les orientations méthodologiques de la recherche, deux grandes parties organisent la présentation de l enquête. La première décrit et analyse la population scolaire de Paris-Créteil ; la seconde porte sur l analyse contrastée des deux académies. 6

7 . Contextes international et national Durant ces vingt dernières années, un ensemble de rapports et de plans d actions institutionnels sont publiés par des organismes internationaux comme l UNESCO et l OCDE pour améliorer l enseignement des sciences et de la technologie dans la scolarité obligatoire. De tels rapports et prescriptions visent un changement et un contrôle de la qualité des systèmes éducatifs. Inscrites dans un mouvement plus large d internationalisation de l'évaluation, ces initiatives se nourrissent de préoccupations aussi diverses que l'amélioration des méthodes d'enseignement, la réussite des élèves, l'attractivité des parcours scientifiques, ou encore la pertinence des curriculums d'enseignement... Des préoccupations pérennes, de nombreuses initiatives Durant les quatre dernières décennies, tout comme avant les années 6, on a déploré et on dénonce encore la diminution de l intérêt et de l engagement des élèves envers les sciences. Hodson () va jusqu à dire que les slogans («Science pour tous», «Processus plutôt que produit», «Enfants donnent du sens au monde» ) jalonnent désormais l histoire de l enseignement des sciences. Dans les années 6-7, l enseignement scientifique connaît une profonde refonte aux Etats- Unis, puis rapidement en Grande-Bretagne et en Australie. Selon Ogborn (99), différentes orientations curriculaires ont présidé à ces grands mouvements de réforme : - Orientation axée sur les démarches scientifiques (ou Process oriented) ; - Orientation axée sur les concepts (ou Conceptually oriented) ; - Orientation axée sur les outils (ou Ressource oriented) ; - Orientation axée sur de nouvelles disciplines (ou Novel conceptualisations) Des programmes scolaires ambitieux sont expérimentés dans les écoles. Toutes les disciplines scientifiques sont concernées. En physique, on peut citer les projets curriculaires du PSSC (Physical Science Study Committee) et du HPP (Harvard Project Physics). En chimie, on connaît principalement deux projets curriculaires. Il s agit du CBA (Chemical Bond appoach) et le Chemstudy. En biologie, on peut citer le projet du BSCS (Biological Science Curriculum Study). Ces projets ont véhiculé une conception qui privilégie les aspects fondamentaux au détriment des applications de la science. D où la difficulté et l'échec de ces programmes de toucher l'élève moyen. En France, la commission Lagarrique à partir de 97 s inspire de ces essais tentés à l'étranger. Le projet intitulé «Enseignement général des sciences expérimentales et des techniques» (EGSET) visait des élèves de la sixième à la terminale. Malgré la suppression de la commission en 976, son influence sur les programmes scolaires va durer pendant deux décennies (Kalali, 8). Vers les années 8-9 on dénonce le caractère élitiste des curriculums de science. Des mouvements comme STS (Sciences, technologies et Sociétés), «Public understanding of science» qui alimentent le débat sur les sciences depuis une dizaine d années vont influer sur les curriculums. Comme dans la période précédente, des universitaires sont consultés. Mais vers le milieu des années 8, ils seront écartés au profit de personnalités civiles. De nouveaux 7

8 programmes sont proposés aux Etats-Unis et en Europe : national curriculum (UK, 98 et 99), projet 6 (USA, 989 et 99). D autres pays proposent des programmes similaires au national curriculum anglais vers 99. Cette période, en France, va voir la production de nombreux rapports : Rapports Bourdieu, Gros L ouvrage de Goffard et Weil-Barais (5) présente une synthèse des recherches didactiques centrées sur l enseignement et l apprentissage des sciences au collège et au lycée en France. La question de la culture scientifique sert de base «idéologique» pour rendre efficients les curriculums de science. L UNESCO publie en 99 un rapport sur la culture scientifique pour tous. Les débats sur cette conception de la culture scientifique ou «Scientific litercy» dépassent le cadre de ce rapport. Néanmoins, nous pouvons signaler que ces propositions curriculaires n ont fait que déplacer le problème. La conception des programmes en termes de scientific literacy a pris à sa charge l ensemble des objectifs alloués à l enseignement scientifique (Roberts, 98). Les curriculums produits souffrent alors d une certaine désorganisation dans leurs contenus et d un manque de clarté quant à leurs objectifs. Ce flottement favorise des mouvements de rabattement vers des contenus plus traditionnels. La question de la culture scientifique sert également pour évaluer les systèmes scolaires et les pays. Elle devient centrale à des moments diagnostiqués par des organisations gouvernementales et non gouvernementales comme des moments de crise et de désaffection générale des jeunes pour les sciences. Le ICASL (International Center for The Advancement of Scientific Literacy) en USA (www.icasl.org), ancêtre des eurobaromètres publie des rapports comparant les grands publics issus du Japon et de l Europe (NSB, ). Ce centre est soutenu par la NSF (The National Science Foundation) qui dès les années 97 a lancé des études d évaluation de curriculum de science. Les méthodes traditionnelles de l enseignement des sciences doivent être repensées avec plus d intérêt pour les élèves qui ne se destinent pas à des métiers en science et en technologie (Rapport, 97). En grande Bretagne opère également sur cette question de culture des «Selective committee». En France, les journées internationales sur la communication, l éducation et la culture scientifique et industrielle consacrent leur 8 ème édition à l éducation scientifique et la vie quotidienne (986) ; la seizième édition (99) a été consacrée à l alphabétisation technique et scientifique. La période des années 9 a été également marquée par l influence majeure de l OCDE. Les refontes des curriculums doivent intégrer les impératifs du champ de travail. Différentes enquêtes visent à évaluer les acquis des élèves dans des domaines variés dont les sciences. Commandités par l'iea (International association for the Evaluation of Educational Achievement pour TIMSS) ou par L'OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economique pour PISA), ces projets cherchent, en évaluant les acquis des élèves ou leur réussite en mathématiques et dans les disciplines scientifiques, à doter les décideurs d un certains nombres d indicateurs ou de standards. Nous pouvons ainsi lire en avant propos du rapport PISA 6 que «Les analyses comparatives internationales peuvent étoffer et enrichir les états des lieux réalisés à l échelle nationale, car elles offrent un contexte plus large dans lequel interpréter les résultats nationaux. Par ailleurs, elles peuvent donner aux pays des indications sur leurs points forts et leurs points faibles et les aider à suivre l évolution de leur système éducatif. Elles peuvent aussi les encourager à revoir leurs aspirations à la hausse. Enfin, elles éclairent les décideurs sur les mesures à prendre pour inciter l élève à mieux apprendre, l enseignant à mieux donner cours et l école à proposer un environnement plus productif» (PISA 6. «Les compétences en sciences, un atout pour réussir», volume : analyse des résultats : p ). 8

9 Au delà de cet aspect, les données recueillies servent à anticiper les attentes futures des citoyens et des décideurs, à accompagner une société sans cesse en évolution ; elles contribuent à élaborer des perspectives pour l enseignement des sciences du e siècle. L enjeu de réussir sa scolarité et sa vie devient majeur pour ce siècle qui apparaît à bien des égards riche en bouleversements majeurs (globalisation, mondialisation, démocratisation ). C est dans ce contexte que le projet international Rose (Relevance Of Science Education) a été lancé. Impulsé par l université d Oslo, il rassemble plus de 5 pays. Comme l indique son acronyme, le projet ROSE vise à identifier les facteurs d ordre affectif qui contribuent à la pertinence (relevance) des curriculums de sciences. La problématique de la pertinence porte la focale sur les élèves. Le but est de fournir des éléments d analyse qui prennent en compte les diversités culturelle, sociale et de genre pour compléter les standards que visent les autres enquêtes internationales (Schreiner & Sjøberg, ). Le projet ROSE peut s inscrire dans le champ de recherches qui concernent les attitudes des élèves. Lancés vers les années 5, les travaux sur les attitudes des élèves constituent actuellement un champ de recherche très dynamique (Bennett, ). Plusieurs synthèses (Gardner, 975 ; Schibeci, 98 ; Osborne et all, ) sont disponibles. Souvent associée à d autres termes comme motivations, perceptions, vues, opinions, intérêts, etc., ce champ de recherche paraît éclectique. Néanmoins, il connaît actuellement un fort développement même en France où la tradition de recherche porte moins sur ce genre de problématiques. La centration sur les apprenants qui s opère actuellement est considérée par Jenkins (6) comme un retour vers ces projets curriculaires centrés sur le sujet des années 7... Désaffection pour les sciences : un problème mal posé Les enquêtes de l eurobaromètre auprès du grand public ou principalement des jeunes (, 8) n ont jamais démenti l intérêt et le respect pour les sciences. Les propos alarmistes que l on entend en France et à l échelle internationale (pénurie, manque de scientifiques), les généralisations abusives (manque d intérêt général pour les sciences qui touche tous les âges aussi bien les élèves que le grand public) résistent mal à l épreuve de l analyse scientifique des données contextuelles à des échelles nationales et internationales. Par exemple, la période 9 est largement discutée et analysée à travers plusieurs rapports qui nuancent le pessimisme des institutions politique, industrielle et scientifique. De récentes analyses permettent, du moins à l échelle nationale, de nuancer le problème de la désaffection : les hypothèses avancées vont dans le sens de nouvelles organisations des filières scientifiques au lycée et dans l enseignement supérieur qui bouleversent les choix d orientation et de répartition des étudiants dans les voies scientifiques supérieures (Dercourt, & Convert, 6). Il y a donc des transferts, des glissements disciplinaires qui conduisent à de nouvelles répartitions, sans pour autant conduire à une diminution des effectifs à l échelle absolue (Dercourt, ). D autres hypothèses montrent qu il ne faut pas détacher les sciences des autres disciplines comme l enseignement des lettres (Postel-Vinay, ), ce qui implique d examiner le problème à l échelle du rapport aux disciplines, à la culture (scientifique ou générale), à l éducation scientifique ou la formation de spécialistes. On assiste actuellement dans différents systèmes éducatifs à la mise en place de socles communs. Ces programmes par compétences assureraient l accessibilité et la réussite scolaire du plus grand nombre. Les changements récents, en France, des programmes scolaires du 9

10 collège et du lycée répondent à des objectifs civiques forts et accompagnent les politiques éducatives liées au champ du travail. L élève engagé uniquement dans un projet d apprentissage a évolué. S interroger sur les engagements des élèves revient à s interroger sur un apprenant à multiples facettes : citoyen, personne actuelle et future, futur travailleur, futur spécialiste. Il convient de considérer le problème de l engagement dans une connexion entre un axe qui implique les savoirs, les contenus, les curriculums dans un processus d élaboration et de transmission et un axe qui concerne les élèves dans leurs choix de filières, leurs parcours scolaires, leurs attentes L école moyenne et par son biais l éducation scientifique et technique n est plus à considérer dans le cadre d une expansion de la scolarité, mais plutôt dans la visée d une extension du champ de connaissance des élèves. La problématique est alors double : expertise professionnelle avec un positionnement fort de la part des nations, basée sur des arguments économiques (compétitivité, globalisation ) ; et responsabilité civique avec des objectifs large de citoyenneté.

11 . Méthodologie En préambule de leur livre sur l école, Baudelot et Establet (9) écrivent que les comparaisons internationales fournissent le produit de contraste nécessaire pour isoler la singularité du modèle national et les conséquences de celle-ci en matière d efficacité, d égalité ou de justice sociale. Dans ce but, le problème auquel est soumis le chercheur est la constitution d un échantillon qui aurait le statut de modèle national en comparaison avec des configurations internationales. En nous inscrivant dans le projet international ROSE (Relevance Of Science Education), notre choix a porté sur l étude des populations scolaires de Paris et sa petite couronne Créteil. Nous souhaitons explorer les similitudes et les différences qu aurait notre échantillon par rapport aux configurations nationales et internationales. D autres participants au projet international ROSE comme la Russie, l Inde ou le Ghana ont également opté pour des échantillons régionaux (Sjøberg & Schreiner, ). Le rapport Dercout () montre l importance, sur le plan méthodologique, de l étude de la région francilienne. Concernant la désaffection envers les sciences, malgré son inscription dans la continuité des différents rapports et enquêtes nationaux, l étude de Dercourt s est distinguée par le périmètre géographique retenu. En considérant la région francilienne selon la double problématique de l archétype et de l exception, il s assure d une double investigation qui lui offre un cadre d analyse riche. Dans son rapport, le caractère atypique d Ile de France tient à son poids dans l ensemble national. L évolution francilienne des flux d étudiants, par sa masse, reproduit de façon atténuée plutôt que divergente les évolutions nationales. Pour autant, l étude d Ile de France envisagée comme un exemple montre une conformité avec la situation nationale. L effet taille n entraîne pas nécessairement des distorsions structurelles systématiques (relatives au fonctionnement des établissements d enseignement). Dans le cadre du projet ROSE, nous avons besoin de cet éclairage complémentaire qui devrait nous permettre dans ce cadre restreint : - D affiner une approche des élèves selon leur lieu de scolarité ; - De vérifier si les tendances nationales et internationales se vérifient sur notre population ; - De relever ce qui modifie les attitudes. Nos données statistiques reflètent une diversité des établissements scolaires intéressante à étudier et à confronter dans la mesure où des enjeux d orientation sont à l œuvre pour certains élèves qui quittent l enseignement général à l issue de la troisième (niveau scolaire dont est issu notre échantillon). Nos deux académies ont un poids dans l ensemble national par rapport au nombre de leurs établissements, en comparaison avec la France métropolitaine. Elles représentent environ / du total de ces établissements. Par ailleurs, environ ¼ des établissements des deux académies contribue à notre échantillon. Selon les chiffres du ministère de l éducation nationale de 7, Paris compte collèges, Créteil 7, par rapport à la France métropolitaine qui compte 55.

12 Nous pouvons donc considérer que tout à la fois atypique et exemplaire, la situation de notre population scolaire ne sera pas différente significativement de la configuration nationale. En outre, ce ciblage géographique permet de porter la focale sur les contrastes qui distinguent chacune des deux académies. L exemplarité de la population scolaire de Paris-Créteil l emporte-t-elle sur son caractère atypique? Les politiques régionales étant un facteur de différenciation en matière d éducation, quels impacts auront-elles sur les attitudes de notre population scolaire et les établissements qui composent nos académies? Dans ce rapport, nous allons considérer d abord notre échantillon dans sa dimension d exemplarité. Par sa masse notre population scolaire reproduirait sans trop de divergence les attitudes identifiées à l échelle nationale. Il s agit des résultats présentés dans la première partie. Ensuite, nous allons porter la focale sur les contrastes qui distinguent nos deux académies. Nous n allons pas privilégier une vision unifiée des élèves qui les constituent, mais une approche avec une étroite liaison avec leurs lieux de scolarité. Il s agit des résultats présentés dans la seconde partie... Echantillonnage Les échantillons des établissements scolaires ont été déterminés au cours de réunions avec des inspecteurs académiques et sous leur responsabilité. La constitution des échantillons en collaboration avec les services rectoraux des deux académies, les données statistiques concernant ces établissements le cas échéant (structures, scolarité et vie scolaire, données sociologiques, évolution des effectifs, orientation en fin de ème générale [il s agit de la neuvième année d apprentissage]), les traitements statistiques spécifiques, nous assurent l obtention de données valides pour baser nos analyses. L échantillonnage a ainsi ciblé tous les collèges de l académie de Paris. 6/ établissements scolaires ont répondu à notre enquête. Ces collèges se répartissent de façon équilibrée entre les arrondissements (voir annexes). La géographie scolaire de l académie de Créteil est différente. Les établissements scolaires appartiennent à un niveau plus circonscrit celui du département et, de façon plus précise encore, celui des bassins. Les départements du 9 & 9 sont les petites couronnes limitrophes, le 77 représente la grande couronne périphérique. Ainsi, établissements scolaires ont été choisis dans chacun des départements en tenant compte de certains critères (localité, taille, bassin, type d établissement). 5/6 établissements scolaires ont répondu à notre enquête. Nous avons exclu tous les questionnaires qui sont incomplets. La Seine-Saint-Denis Une part importante des élèves du département fait sa scolarité dans un établissement ZEP (Zone d éducation prioritaire). Cela concerne environ 55% des collégiens répartis de façon différente selon les bassins. bassins représentent effectivement cette géographie scolaire fort diversifiée. -Bassin (Nord-Ouest) : le plus défavorisé avec une population d origine étrangère dominante ; -Bassin (Nord/Nord-Est) : plus hétérogène et fortement défavorisé ; -Bassin (Centre/Sud-Ouest) : plus hétérogène avec des évolutions rapides du public scolarisé ; -Bassin (Sud-Est) : le plus favorisé avec des caractéristiques proches des bassins du 9 et du 77.

13 Les établissements scolaires suivants ont été retenus et se répartissent de façon équilibrée entre ces bassins Tableau : liste des collèges de Seine-Saint-Denis Nom du collège Commune Didier Daurat Le Bourget Gabriel Péri Aubervilliers La Courtille Saint-Denis Lucie Aubrac Villetaneuse Roger Martin du Gard Epinay-sur-Seine Claude Debussy Aulnay-sous-Bois Pierre Sémard Drancy Pierre Ronsard Tremblay-en-France Georges Brassens Sevran A. et E. Cotton Le Blanc-Mesnil Lenain de Tillemont Montreuil-sous-Bois Auguste Delaune Bobigny Jean Jaurès Pantin Jacques Prévert Noisy-le-Sec Paul Eluard Montreuil-sous-Bois J.-B. Corot Le Raincy Jacques Prévert Noisy-le-Grand Robert Doisneau Clichy-sous-Bois Saint-Exupéry Rosny-sous-Bois Jean Jaurès Montfermeil La Seine et Marne Les collèges de Seine-et-Marne sont classés en fonction des difficultés relatives que les élèves de 6 ème sont sensées présenter. Ils sont environ établissements scolaires répartis dans chacune des catégories identifiée par ordre de difficultés croissantes (A, BA, BC, C). Les collèges sélectionnés pour nous sont répartis selon les catégories précédentes : -A (collèges très favorisés) : collèges ; -BA (collèges moins favorisés) : 7 collèges ; -BC (collèges assez défavorisés) : collèges -C (défavorisés) : 6 collèges dont collèges RAR (Réseau ambition réussite) sur les que comptent le département. Dans la liste des collèges retenus, nous avons 5 collèges qui ont une SEGPA (effectif d une classe de SEGPA ne dépasse pas 6 élèves). Selon les recommandations des responsables du projet (Schreiner & Sjøberg, ), le questionnaire ROSE a été soumis à une classe prise au hasard dans chaque établissement retenu. Un questionnaire a été distribué à une classe SEGPA. Nous avons écarté ce questionnaire de notre échantillon, car il ne correspond pas à des réponses individuelles. 8 collèges sur ont une SEGPA. Ainsi, la proportion d environ ¼ a été respectée.

14 Tableau : liste des collèges de Seine et Marne VILLE DENOMINATION Brou-sur-Chantereine Bussy-Saint-Georges Chatelet-en-Brie Combs-la-Ville Lagny-sur-Marne Meaux Melun Mitry-Mory Collège "Jean Jaurès" Collège "Anne Frank" Collège "Rosa Bonheur" Collège "Les Aulnes" Collège "Les Arpents" Collège "Albert Camus" Collège "Les Capucins" Collège "Paul Langevin" Montereau-Fault-Yonne Collège "Paul Eluard" Moret-sur-Loing Nanteuil-les-Meaux Othis Pontault-Combault Provins Saint Mard Savigny-le-Temple Torcy Torcy Vert-Saint-Denis Villiers-Saint-Georges Collège "Alfred Sisley" Collège "La Dhuis" Collège "Jean-Jacques Rousseau" Collège "Condorcet" Collège "Marie Curie" Collège "Georges Brassens" Collège "Louis Armand" Collège "Arche Guédon" Collège "Victor Schoelcher" Collège "Jean Vilar" Collège "Les Tournelles" Le Val de Marne Comme pour les deux précédents départements, les collèges choisis se répartissent selon les différents districts (D) et bassins comme suit afin de respecter la diversité et l hétérogénéité de la géographie scolaire : Bassin Est D Collège H. Cahn, Bry/Marne Collège Joliot-Curie, Fontenay-sous-Bois D Collège L. Aubrac, Champigny/Marne Collège Musselburgh, Champigny/Marne Collège Boileau, Chennevières Bassin Centre D Collège Charcot, Joinville-le-Pont Collège Ferry, Joinville-le-Pont D Collège Pasteur, Créteil Collège Hugo, Créteil Il s agit de notre classe SEGPA.

15 D5 D Collège Condorcet, Maisons-Alfort Collège Langevin, Alfortville Collège Korczak, Limeil-Brevannes Collège Fery, Limeil-Brevannes Bassin Ouest D6 Collège Wallon, Ivry/Seine Collège Molière, Ivry/Seine Collège R. Rolland, Ivry/Seine D7 Collège Rosa Parks, Gentilly Collège Centre, Villejuif D8 Collège Ronsard, l'haÿ-les-roses D9 Collège P. Valery, Thiais.. Modalités de recueil des données & population scolaire L enquête ROSE vise des élèves de 5 ans. Il s agit dans la plupart des pays d élèves en fin de scolarité obligatoire. Nous avons fait passer le questionnaire à des élèves scolarisés dans des établissements publics qui se trouvaient en dernière année du premier cycle de l enseignement secondaire général ( ème des collèges français, il s agit de la neuvième année d école). C est au terme de cette année, en France, que certains élèves par leur choix d orientation quittent l enseignement général. Ces élèves ont été interrogés entre avril et juin 8. Les questionnaires ont été envoyés par la poste par les inspections académiques aux responsables des établissements. Selon les critères du Ministère de l Education Nationale les élèves considérés comme "à l'heure" durant l année scolaire 7/8, sont nés en 99 et ont ans à la rentrée scolaire de cette année là. Nous nous sommes donc intéressés à la population des -5 ans, soit 5 élèves sur 95 (85,7% de la population étudiée). Si on regarde la répartition des élèves de 5 ans des deux sexes à l échelle de la France métropolitaine, on trouve que les garçons qui sont en e représentent 5,8% de la classe d âge contre 9,% en seconde ; les filles, qui connaissent une grande réussite par rapport aux garçons, représentent en e (8,%) contre (5,5%) en Seconde (dixième année d école). Tableau : Notre échantillon Paris Créteil Total Etablissements contactés 6 7 Etablissement ayant répondu 6 5 Population totale 9 Population étudiée Elèves de ans 9 (,7 %) (,8 %) (,9 %) Elèves de ans 5 (8, 79 %) (9,78 %) 9 (9,5 %) Elèves de 5 ans 586 (5,6 %) 57 (7,6 %) (6,7 %) Elèves de 6 ans 8 (,7 %) 7 (,8 %) (,98 %) Dont filles (5,77 %) Dont garçons (7, %) Nous avons éliminé les sans-réponses et les élèves âgés de, 7 et 8 ans. 5

16 Notre échantillon comporte donc élèves de 5 ans sur une population étudiée de 95 (soit 6,7%). Nous avons également élèves de ans (,%), élèves de 6 ans (,9%). Les élèves qui sont en «avance» selon les critères du Ministère de l Education Nationale représentent,9%, ceux qui sont à «l heure» 9,5%, le reste (59,5%) est considéré en «retard»... Le questionnaire ROSE (Relevance Of science Education) Le projet ROSE (Relevance Of science Education) a été impulsé par l université d Oslo et rassemble plus d une trentaine de pays (http://www.ils.uio.no/english/rose/). Il repose sur l idée que les attitudes des élèves vis-à-vis des sciences et de la technologie relèvent d une dynamique qui implique autant de facteurs culturels, sociaux, que de genre. Sans s inscrire à priori dans un courant théorique, il a pour ambition, à partir des données empiriques obtenues, de générer des hypothèses et des perspectives théoriques à soumettre au débat dans la communauté des chercheurs. Il ressemble en cela à un think tanks. C est pourquoi nous souhaitons fournir principalement des données empiriques sur les attitudes des élèves qui prennent en compte les diversités d ordre social, culturel et de genre dans deux académies à priori contrastées et ayant un poids dans l ensemble national. En Europe, les problèmes que rencontre l éduction scientifique sont identiques dans leurs grandes lignes. Leur traitement, à des échelles nationales, exige une focalisation sur des situations spécifiques locales. Nous allons donc privilégier dans notre analyse les inflexions, les tendances et non nous cantonner à des résultats globaux. Le questionnaire ROSE est une enquête exploratoire, une sorte de consultation des jeunes qui s inspire pour certaines sections (G) des consultations de la commission européenne ou l eurobaromètre 5. sections d environ 5 items (dont une ouverte) constituent le questionnaire ROSE : - Les sections A/C/E/ : 8 items pour mesurer l intérêt que portent les élèves à l apprentissage de certains thèmes ou domaines d étude. Le but est d identifier la valeur que les élèves accordent à l apprentissage de tel ou tel domaine ; - La question B : 6 items pour évaluer les critères qui guident le choix du métier. Le but est de cerner l autodétermination et la self actualisation de l élève par rapport à des projets futurs; - La question D : 8 items pour mesurer l engagement des élèves pour les défis que pose l environnement. Le but est de mettre à l épreuve l implication et la disposition à l action de l élève face aux problèmes sociétaux liés à l environnement ; - La question F : 6 items pour identifier les opinions des élèves concernant la science que l on enseigne à l école. Le but est de cerner la self confidence, la motivation, la pertinence ou l intérêt des sciences à l école ; - La question G : 6 items pour identifier les opinions des élèves concernant la science et la technologie et leur impact sur la société. Le but est d identifier les opinions des élèves concernant l impact de la science et la technologie sur la société ; - La question H : 6 items pour identifier les expériences extra scolaires en relation avec les sciences. Le but est de repérer les «insights» ou les pratiques familières en matière de science. 5 Voir la bibliographie. 6

17 - La question I : question ouverte invitant l élève à s imaginer en tant que scientifique, à dire quelle(s) recherche(s) l intéresseraient et pourquoi. Pour l ensemble des questions, les élèves sont invités à choisir dans l Echelle de Likert parmi les propositions allant de «pas intéressé» (ou «pas d accord») à «très intéressé» (ou «d accord») codées respectivement de à selon les recommandations des responsables (Schreiner & Sjøberg, ). Les sans réponses ont été codées 9. Cette échelle linéaire et graduée de à est utilisée souvent pour mesurer les attitudes des élèves. Elle permet le plus souvent le calcul des moyennes et des pourcentages des individus ayant effectué un certain type de réponse, le but étant de réaliser une typologie des élèves. Dans le cas de l enquête ROSE, le nombre important d items contribue à une meilleure caractérisation des attitudes. En effet, on peut signaler que certaines recherches se contentent de à 5 items pour l étude des attitudes (Martin et all, ). Mais l on convient qu il faut nuancer l analyse. Nous sommes loin d être sûr que les items qui constituent le questionnaire ROSE ont le même sens pour les élèves que pour le chercheur. Cet écart de signification peut être générateur d ambiguïtés qui nuisent à la qualité d estimation des scores (Aikenhead & Ryan, 99). L échelle de Likert, grâce au calcul des moyennes, constitue une manière pratique de rendre compte de l ensemble des réponses données par les élèves, mais elle n a pas forcément de sens pour désigner l attitude d un élève (Gardner, 995). Nos données ont été codées dans des fichiers Excel et envoyées aux organisateurs du projet. Leur traitement a été fait sous SPSS comme le recommandent les responsables du projet. Il a été financé par l association de didactique (Tour ). Le questionnaire ROSE ne comporte pas de variables socioprofessionnelles. Selon Schreiner & Sjøberg (), celles-ci influencent peu les attitudes des élèves. Elles sont également minorées dans les nombreux travaux de «Student Voice», «Youth culture», «late modernity youth, «Youth sociology», «Youth research». Les variables indépendantes du questionnaire ROSE sont l âge et le sexe. Concernant la variable de l âge, nous avons choisi de contraster nos résultats en distinguant les élèves de -5 ans de ceux qui ont 6 ans. Les travaux de recherche récents montrent que la plupart des élèves développent leur intérêt pour les sciences et déterminent leur attitude envers elles avant l âge de ans (Osborne et Dillon, 8). L analyse comparée des items d intérêt des -5 ans et des 6 ans s avère importante pour examiner si les attitudes peuvent encore évoluer avec l âge. Nous n avons pas tenu compte des élèves de ans. Ils ne représentent que,9 % de la population étudiée. La variable du lieu de scolarité est au niveau le plus global celui d Ile de France, à un niveau plus circonscrit celui de l académie de Paris ou de Créteil et, de façon plus précise encore, celui des départements, des bassins, des districts ou de l arrondissement auxquels appartient l établissement scolaire. 7

18 . Partie Paris-Créteil : Un exemple 8

19 . Rappels méthodologiques Chapitre : Analyse des sections A/C/E : «Ce que les élèves veulent apprendre» Les élèves ont été invités à choisir dans l Echelle de Likert parmi les propositions allant de «pas intéressé» à «très intéressé» codées respectivement de à selon les recommandations des responsables Norvégiens. Sections A/C/E Ce que je veux apprendre : Items A à E (8 items) Sans réponse : codé 9 Valeur Proposition Pas intéressé Peu intéressé Intéressé Très intéressé On peut ainsi déterminer les items les plus intéressants (moyennes supérieures ou égales à ), les items les moins intéressants (moyennes inférieures ou égales à ) chez les filles et les garçons. Néanmoins des biais existent. Les items dont les moyennes seront situées entre et seront «invisibles dans l analyse», on peut penser qu ils sont insignifiants. Nous avons donc tenté d inclure certains d entre eux quand cela se révèle nécessaire. De plus, le calcul des médianes couplé dans certains cas à celui des moyennes permet dans certains cas de mieux distinguer les items qui intéressent de ceux qui n intéressent pas. Afin d affiner les contrastes que l on peut identifier au sein de notre population scolaire et entre les filles et les garçons, nous avons eu recours également à l analyse factorielle à composante principale (ACP). A l issu de ces analyses nous souhaitons identifier des tendances. Notre but n est pas tant de classer les élèves ou les groupes d élèves sur une échelle d intérêt allant des plus intéressés vers ceux qui sont réfractaires, mais plutôt d identifier des profils d intérêt contrastés qui sont nécessaires pour rendre compte de l exemplarité de notre population. Les trois sections A/C/E 6 visent à évaluer l intérêt des élèves à partir de 8 items variés, se rapportant à des contenus (content) ou des domaines d étude et à des contextes (context) différents. Il faut souligner que les items ne sont pas répartis de façon égale entre les différents domaines, et qu ils ne peuvent pas toujours être renvoyés à un contexte unique. Les contenus ou les domaines sont : - Biologie Humaine : santé, physiologie - Biologie des animaux - Biologie des végétaux - Phénomènes géologiques - Phénomènes chimiques - Univers, phénomènes physiques et astrophysiques - Technologie 6 Les analyses statistiques de base sont rassemblées en annexes. 9

20 Les contextes sont : - Protection de l environnement et sauvegarde des espèces - Usages pratiques, préoccupations quotidiennes - Phénomènes spectaculaires, horreur - Préoccupations des jeunes : santé, fitness, beauté, aspects esthétiques - Mystères, croyances - Interface Science/technologie/société, nature de la science Bien que le choix des items ne prétende pas à l exhaustivité, il faut souligner que les thèmes correspondent aux domaines majeurs que les jeunes sont susceptibles de rencontrer lors de leurs expériences de la science et de la technologie à l école ou hors de l école. Ce nombre important d items et la variété des domaines et des contextes peuvent assurer une meilleure évaluation de l intérêt et des attitudes des élèves de -5 ans vis-à-vis des sciences.. Analyse des résultats Nous rappelons que la population scolaire des -5 ans représente 5 élèves sur un total de 95 (85,7%). Nous inclurons plus loin dans ce rapport les 6 ans pour une analyse selon l âge. Les thèmes qui intéressent (tableau ), en majorité, les élèves de la population scolaire Paris- Créteil renvoient à la biologie humaine dans ses liens avec la santé et les préoccupations de l adolescence (tabac, drogues, MST, sexe et reproduction ). Les élèves sont également intéressés par les mystères de l univers ou de l âme humaine. Les thèmes liés à la botanique (agriculture, cultures, croissance et reproduction des plantes, symétrie des feuilles ) sont rejetés.

21 Tableau : items intéressants et non intéressants Items moins intéressants (moyennes ) Items intéressants (moyenne ) Les symétries et les motifs dans les fleurs et les Pourquoi nous rêvons et ce que signifient les feuilles (,6) rêves (,) Comment le pétrole brut est converti en d autres matières comme le plastique et le textile (,86) Comment les plantes poussent et se reproduisent (,9) Les scientifiques célèbres et leurs vies (,9) Comment améliorer les cultures dans les jardins et les fermes (,98) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture () Les plantes de mon milieu () Comment exécuter les premiers secours et utiliser les équipements médicaux de base (,) Le cancer, ce que nous en savons et comment le traiter (,) Les maladies sexuellement transmissibles et comment être protégé contre elles (,) Ce que nous savons à propos du SIDA/HIV et comment le maîtriser (,9) La vie, la mort et l âme humaine (,) Comment les différentes drogues affectent le corps (,) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (,7) L impression que cela fait d être en apesanteur dans l espace (,7) Comment l alcool et le tabac peuvent affecter le corps (,6) Comment maîtriser les épidémies et les maladies (,) Le sexe et la reproduction (,).. Analyse des résultats selon le sexe Nous rappelons que la population étudiée compte 95 élèves dont 6 filles (5,7%) et garçons (7,%). Les filles et les garçons (tableau ) partagent de l intérêt pour / des items : C, E8, E9, E, E, A. Leur désintérêt commun ne porte que sur items : A5 et E. Un seul item A9 (efficacité des lotions et des crèmes pour garder la peau jeune) qui intéresse les filles est considéré comme inintéressant par les garçons.

22 Tableau : items les plus intéressants (moyenne ) Filles de la population scolaire Paris-Créteil Garçons de la population scolaire Paris-Créteil Pourquoi nous rêvons et ce que signifient les Comment fonctionne la bombe atomique (,) rêves (,5) Comment exécuter les premiers secours et utiliser les équipements médicaux de base (,7) Le cancer, ce que nous en savons et comment le traiter (,) Ce que nous savons à propos du SIDA/HIV (,) Les maladies sexuellement transmissibles et comment être protégé contre elles (,) La vie, la mort et l âme humaine (,6) Comment l alcool et le tabac peuvent affecter le corps (,) Comment maîtriser les épidémies et les maladies (,) Comment les différentes drogues affectent le corps (,8) Comment les bébés grandissent et se développent (,7) Comment s exercer à garder son corps en forme (,5) Contrôle des naissances et la contraception (,) La transmission de pensée, lecture dans la pensée, sixième sens, intuition (,9) Comment le corps humain est construit et comment il fonctionne (,8) Troubles du comportement alimentaire (anorexie, boulimie) (,7) Efficacité des lotions et des crèmes pour garder la peau jeune (,7) Comment mon corps grandit et se développe (,) L impression que cela fait d être en apesanteur (,) Les dangers possibles des radiations des téléphones portables et des ordinateurs (,) Les produits chimiques explosifs (,5) Comment fonctionnent les ordinateurs (,) Pourquoi nous rêvons et ce que signifient les rêves (,) L impression que cela fait d être en apesanteur (,) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (,) Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde (,6) Comment exécuter les premiers secours (,6) Les trous noirs, les supernovae et autres objets spectaculaires de l espace (,) Le sexe et la reproduction (,) Les très récentes inventions en science et en technologie (,) Comment les météorites, les comètes et les astéroïdes peuvent causer des désastres (,6) Les armes biologiques et chimiques, ce qu elles font au corps humain (,6) Les maladies sexuellement transmissibles et comment être protégé contre elles (,5) Le cancer, ce que nous en savons et comment le traiter (,) Les effets des fortes décharges électriques sur le corps humain (,) Ce que nous savons à propos du SIDA/HIV et comment le maîtriser (,)

23 Tableau : items les moins intéressants (moyenne ) Filles de la population scolaire Paris-Créteil Garçons de la population scolaire Paris-Créteil Comment évoluent et se modifient les montagnes, les L efficacité des lotions et des crèmes pour fleuves et les océans (,99) garder la peau jeune (,96) Les plantes de mon milieu (,96) Les atomes et les molécules (,9) L utilisation des satellites pour la communication et les autres usages (,9) Comment améliorer les cultures dans les jardins et les fermes (,88) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture (,86) Comment fonctionne une centrale nucléaire (,8) Les scientifiques célèbres et leurs vies (,79) Comment les plantes poussent et se reproduisent (,75) Comment le pétrole brut est converti en d autres matières (plastique et textile) (,65) Symétrie et motifs dans les fleurs et les feuilles (,6) Comment fonctionnent les moteurs à essence et à Diesel (,59) La chirurgie plastique la chirurgie esthétique (,9) Comment les plantes poussent et se reproduisent (,89) Symétrie et motifs dans les fleurs et les feuilles (,59) Les filles, par rapport aux garçons, disent être à la fois intéressées par un plus grand nombre d items et jugent également moins intéressants un grand nombre d items (voir tableaux et ). Le nombre d items intéressants pour les filles avec des scores (9) est plus élevé que celui des garçons (7). De même, items sont considérés comme inintéressants par les filles avec des scores, alors que seulement 5 items ont obtenu ce score chez les garçons. Cela donne à penser que les choix des filles sont plus tranchés que ceux des garçons. Si au lieu du nombre d items retenus, nous raisonnons en fonction de leur nature et des domaines auxquels ils renvoient, nous pouvons ajouter que l intérêt des filles porte sur des items qui concernent la biologie humaine (H) 7. Dans cette catégorie, les items qui concernent la santé (Q) et le maintien d un corps jeune (Y) sont les plus nombreux. Ce sont les items E7, E8, E9, E, E ; ainsi que les items A, E, E, E, E. Les filles s intéressent également aux effets des radiations des téléphones portables sur la santé et aux mystères de l univers (tableau ). On peut en conclure que les filles s intéressent à tout ce qui touche au corps humain, de leur propre corps à l étude purement biologique de l organisme. Elles sont moins intéressées par la chimie (A7, A7, A8, C), les plantes et l agriculture (A5, E, E7, E5) ainsi que la technologie (A5, A7, A8) (tableau ). Leurs choix sont ainsi plus tranchés. 7 Nous reprenons les lettres, conseillées pour le codage des questions, des recommandations faites par les responsables du projet. H: Human biology, Q: Health, Y: young body, Z: Hullabaloo.

24 Indépendamment des 5 items d intérêt qui portent sur la biologie humaine, en commun avec les filles, les garçons s intéressent à des items de biologie humaine qui ont un rapport avec les catastrophes (A, A). Ils s intéressent également à l astrophysique, aux applications de la physique et de la chimie dans le domaine des armes (tableaux ). Cette catégorie d items (Z) est la plus présente avec 6 items sur 7 (A, A, A, A, A, A). L intérêt des garçons porte également sur les découvertes, les questions scientifiques ouvertes auxquelles font référence les items E, E, E. Ils rejettent comme les filles les plantes : A5, E (tableau ). On peut en conclure que les garçons ne restreignent pas leurs choix à des items en relation uniquement avec le corps humain, ce qui leur permet de diversifier leurs intérêts... Analyse des résultats selon l âge Notre échantillon comporte 5 élèves de -5 ans et élèves de 6 ans (,98%). Les résultats que nous aurons obtenus doivent être nuancés vu cet écart. Selon l âge, nous avons cherché dans les items les plus populaires dans un premier temps (moyenne ) et les moins populaires dans un deuxième temps (moyenne ), ceux qui restent au dessus de la barre de ou sous la barre de. Graphe : items les plus populaires 8 selon l âge (moyennes en ordonnée) 6 ans -5 ans A9 A C C C5 C7 C8 E8 E9 E E E E Chez les élèves de6 ans, les items A (impression que cela fait d être en apesanteur), C5 (transmission de pensée) et E (phénomènes scientifiques encore inexpliqués) passent sous la barre de. Ces élèves ne sont plus intéressés par le mystère. Chez les élèves de -5 ans, l item E passe sous la barre de. Ces élèves s intéressent moins aux drogues et à leurs effets sur le corps humain. 8 Les moyennes relevées sont pondérées par rapport aux effectifs des élèves de chaque tranche d âge.

25 A7 A7 A A7 A9 C7 C E8 E E E E6 E E Graphe : items les moins populaires selon l âge (moyennes en ordonnée) -5ans 6ans A5 E E E7 E5 E7 E6 C La botanique et les plantes n intéressent pas les -5 ans et les 6 ans. Les items relatifs à ce domaine (A5, E, E, E7, E5) sont. Des aspects de la chimie (E6) semblent par contre attirer les -5 ans à l opposé des 6 ans. Graphe : Moyennes de quelques items chez les 6 et -5 ans 9 (axe des ordonnées) 6 ans -5ans L item A7 (les atomes et les molécules) est rejeté par les élèves de 6 ans. Nous avons distingué les scores obtenus chez les filles et les garçons pour affiner nos analyses en nous appuyant sur les graphiques (voir annexes). Chez les -5 ans, ce sont les scores des garçons qui ont augmenté la moyenne de cet item. Le retard scolaire des élèves de 6 ans peut 9 A7 (ce qu il faut manger pour rester en forme), E (comment les différentes drogues affectent le corps), E (les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas expliquer), E (comment mon corps grandit et se développe), A9 (le sexe et la reproduction), C7 (comment fonctionnent les ordinateurs), E6 (comment protéger les espèces animales menacées). 5

26 expliquer les difficultés dont résulte le rejet de certains thèmes à connotation scolaire (atomes & molécules, actions des détergents et savons...). Concernant l item A (l impression que cela fait d être en apesanteur), ce sont les scores des filles de -5 ans pour lesquelles l item est intéressant (, contre,6 chez les filles de 6 ans) qui portent cet item à cette valeur. De même, l item C (la vie, la mort et l âme humaine) devient intéressant chez les garçons de 6 ans. Son score est par rapport aux garçons de -5 ans (voir annexes). L item A7 (ce qu il faut manger pour rester en bonne santé) devient intéressant chez les filles de 6 ans (codé par rapport aux filles de -5 ans). On peut penser que les problèmes d alimentation liés au poids deviennent une préoccupation pour ces filles. Ceci permet d affiner l analyse des scores de l item A8 (troubles du comportement alimentaire comme la boulimie et l anorexie) obtenus par les filles de 6 ans (,7) et de -5 ans (,5). Il est intéressant de souligner ici que cet item est rejeté (codé inf à ) par les garçons de ans alors qu il a le même score chez les5 et les 6 ans (,). Le score de l item A7 (comment le corps humain est construit et comment fonctionne-t-il) montre que l étude du corps humain pour lui même évolue avec l âge chez les garçons (chez les filles, l item est toujours intéressant). On se demande pourquoi l item A7 à connotation scolaire devient intéressant pour ces élèves de 6 ans.. Analyse factorielle des résultats Pour prendre en compte les différentes opinions possibles des élèves en rapport avec ces sections, nous avons opté pour une analyse factorielle à composante principale (ACP). Nous avons 8 items qui sont autant de variables compte tenu des réponses données par les élèves. Vu ce grand nombre d items, nous souhaitons «constituer des groupes homogènes» de façon à retenir ceux qui sont essentiels pour ces sections. L ACP va nous permettre de savoir quel regroupement est le plus judicieux. En effet, cette analyse permet d isoler ce que l on appelle des «composantes principales» ou «components», qui correspondent à des «vecteurs» expliquant les relations entre les variables. Ces composantes sont couramment qualifiées de «facteur», de «cluster», de «component» ou de «groupe». Dans la suite de notre analyse, nous utiliserons les vocables de component, de facteur ou de groupe sans distinction. Les facteurs constituent ainsi des sortes de «nouvelles» variables synthétiques dont on peut examiner les relations avec les variables originales. 6

27 Avant de présenter les résultats et l analyse de l ACP, nous allons préciser un certain nombre d opérations et de choix méthodologiques : (i) (ii) (iii) (iv) Nous devions nous assurer que les 8 items sont fortement corrélés entre eux. C est l objet de la matrice de corrélation. Lorsque le coefficient de corrélation est >. pour chaque item, cela signifie qu ils sont fortement corrélés entre eux (si cela n avait pas été le cas, on supprime préalablement la variable ou l item dont le coefficient de corrélation <. avant de faire l ACP). L ACP se révèle pertinente pour notre analyse après la réalisation de certains tests : Test Kaiser-Mayer-Olkin et Test de sphéricité de Bartlett. A l aide d une ère ACP, nous avons identifié le nombre de facteur/axe/component ou encore les principales perceptions des élèves. C est l objet du graphique des valeurs propres, du critère de Kaiser et de la variance totale expliquée. Selon Kaiser, nous avons autant d axe/facteurs/component que des valeurs propres > ; le graphique nous permet de retenir toutes les valeurs propres (Eigenvalues) jusqu au coude. Ainsi, nous avons obtenu 9 facteurs qui font 55,5% du total de variance expliquée. En accord avec Evrard (99), nous n avons tenu compte que des variables caractéristiques des components dont la valeur est supérieure à. Les 9 facteurs présentent alors un nombre varié de variables contributrices ( ). Certains facteurs ne présentent que,,, à 5 variables contributrices. Nous avons donc fait le choix de retenir ceux qui renferment un nombre élevé de variables contributrices. Trois facteurs sont ainsi retenus dont le pourcentage de variance est respectivement :,7 % ; 5,67 % ;,87 %. Le facteur (tableau ) regroupe les items en lien avec le fonctionnement de la science (E, E6, E7, E8, E9, E, E, E) ; l impact de celle-ci sur la société, la vie et la santé (E, E, E5). Le facteur regroupe les items E7, E8, E9, E, E, E, E. Le lien est manifeste avec la santé (maladies, drogues, alcool, tabac). Le facteur regroupe des items plus orientés vers la technologie (C, C, C, C5, C6, C7). Nous avons distingué notre population selon le sexe. Suivant la même démarche que précédemment, nous avons retenu les facteurs qui renferment un nombre élevé de variables contributrices. Deux facteurs (tableau 5) sont ainsi identifiés et représentent respectivement en pourcentage de la variance : 9,7% ; 5,%. 7

28 Tableau. Résultat de l ACP de la population scolaire Paris-Créteil Component Component Component Le premier atterrissage sur la lune et l histoire de l exploration de l espace (56) Comment l électricité a affecté le développement de notre société (96) Comment le génie génétique peut prévenir des maladies (5) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture (7) Pourquoi religion et science sont parfois en conflit (,666) Les risques et bénéfices des additifs alimentaires (58) Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord (,7) Comment maîtriser les épidémies et les maladies (,68) Le cancer, ce que nous en savons et comment le traiter (,665) Les maladies sexuellement transmissibles, et comment être protégé contre elles (,7) Commente exécuter les premiers secours et utiliser les équipements médicaux de base () Ce que nous savons du Sida/HIV et comment les maîtriser (,77) Comment l alcool et le tabac peuvent affecter le corps (,7) Comment les différentes drogues affectent le corps (,69) Les instruments optiques et comment ils fonctionnent (,6) L utilisation du laser à des fins techniques (,79) Comment les enregistreurs à cassettes, les CD et les DVD enregistrent et restituent le son et la musique (,77) Comment des appareils tels que les radios, les télévisions fonctionnent (,77) Comment les téléphones portables envoient et reçoivent des messages (,7) Comment fonctionnent les ordinateurs (,75) Les scientifiques célèbres et leurs vies (,78) Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions (,7) Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, l autorité et la tradition (,77) Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde (,678) Les très récentes inventions et découvertes en science et en technologie (,657) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (,6) Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method. Varimax with Kaiser Normalisation. A Rotation converged in iterations 8

29 Tableau 5 de l ACP concernant les filles de la population scolaire Paris-Créteil Component Component (suite) Component Comment les météorites, les Comment l énergie peut être comètes et les astéroïdes économisée et utilisée de façon peuvent causer des désastres sur plus efficace (5) terre () Comment les rayons X, les ultrasons sont utilisés en médecine () Comment le pétrole brut est converti en d autres matières comme le plastique et le textile () Les instruments optiques et comment ils fonctionnent (8) Comment les enregistreurs à cassettes, les CD et les DVD enregistrent et restituent le son et la musique (,9) Pourquoi les étoiles scintillent, et le ciel est bleu (9) Pourquoi nous pouvons voit l arc-en-ciel (9) Les nouvelles sources d énergie à partir du soleil, vent, marrées, vagues (6) Le sexe et la reproduction () Le contrôle des naissances et la contraception () Les plantes de mon milieu (9) Les troubles du comportement alimentaire comme l anorexie, la boulimie () L électricité, comment elle est L efficacité des lotions et produite et utilisée dans la maison des crèmes pour garder la () peau jeune () Le premier atterrissage sur la lune et l histoire de l exploration de l espace (58) Comment l électricité a affecté le développement de notre société (69) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture (,9) Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord (6) Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions (9) Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, Comment le coucher du soleil colore-t-il le ciel (,9) La couche d ozone et comment elle peut être endommagée par l homme (55) Que doit-on faire pour assurer la qualité de l air et protéger l eau potable (6) l autorité et la tradition () Comment la technologie peut Les inventions et les découvertes aider à traiter les ordures, qui ont changé le monde (7) déchets et eaux usées () Comment maîtriser les Les très récentes inventions et épidémies et les maladies découvertes en science et en () technologie (66) Comment les sons intenses et Les phénomènes que les les vacarmes peuvent scientifiques ne peuvent pas encore endommager mon audition expliquer (5) (5) L usage médical des plantes () Extraction Method : principal component Analysis. A component extracted. Comment s exercer à garder son corps en forme et vigoureux (7) Les maladies sexuellement transmissibles, et comment être protégé contre elles () Chez les filles, l ACP livre facteurs. Le premier couvre plusieurs items en lien avec le fonctionnement de la science et son impact sur la société, la vie et la santé ; d autres items sont en lien avec l environnement, l énergie, la connaissance de l univers... Le ème facteur montre des items qui renvoient aux préoccupations des filles aussi bien liées aux MST, reproduction, troubles alimentaires et aux bénéfices des lotions et du fitness. 9

30 Tableau 6 : ACP concernant les garçons de la population scolaire Paris/Créteil Component Component Component Les animaux de mon milieu (8) Comment maîtriser les épidémies et les maladies (,69) (, 6) Les plantes de mon milieu (,68) Les détergents, savons, et comment ils agissent (,6) L électricité, comment elle est produite et utilisée dans la maison (66) Comment utiliser et réparer les équipements électriques et mécaniques du quotidien (9) Le premier atterrissage sur la lune et l histoire de l exploration de l espace (88) Comment l électricité a affecté le développement de notre société (,65) Les aspects biologiques et humains de l avortement (,65) Le cancer, ce que nous en savons et comment le traiter (,65) Les maladies sexuellement transmissibles, et comment être protégé contre elles (,66) Commente exécuter les premiers secours et utiliser les équipements médicaux de base (79) Ce que nous savons du Sida/HIV et comment les maîtriser (,76) Comment l alcool et le tabac peuvent affecter le corps (,66) Comment les différentes drogues affectent le corps (,65) Comment les sons intenses et les vacarmes peuvent endommager mon audition () Les instruments optiques et comment ils fonctionnent L utilisation du laser à des fins techniques (,7) Comment les enregistreurs à cassettes, les CD et les DVD enregistrent et restituent le son et la musique (,75) Comment des appareils tels que les radios, les télévisions fonctionnent (,75) Comment les téléphones portables envoient et reçoivent des messages (,79) Comment fonctionnent les ordinateurs (,68) Comment le génie génétique peut prévenir des maladies (,6) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture (,67) Pourquoi religion et science sont parfois en conflit (,68) Les risques et bénéfices des additifs alimentaires (,69) Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord (,77) Les scientifiques célèbres et leurs vies (,7) Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions (,698) Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, l autorité et la tradition (,7) Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde (,69) Les très récentes inventions et découvertes en science et en technologie (,69) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (,6) Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. a rotation converged in 7 iterations.

31 Chez les garçons, on retient facteurs ayant respectivement pour pourcentage de la variance :,8% ; 6,89% ;,5%. L ACP livre groupes d items bien identifiés. Le facteur montre des items qui portent sur le fonctionnement de la science ; l impact de celle-ci, de la technique ou de l industrie sur la société ; le milieu proche et le quotidien. Le deuxième facteur montre des items qui renvoient aux préoccupations des garçons en lien avec la santé (maladies, drogues, alcool ). Chez les filles, ce groupe porte sur très peu d items en lien avec les maladies, il s enrichit par ailleurs d items qui portent sur l effet des lotions et du fitness, sur les troubles alimentaires. Le troisième facteur (absent chez les filles) regroupe des items qui renvoient à la technologie. En résumé Pour une première synthèse, on peut signaler que filles et garçons s intéressent à de nombreux sujets, ils rejettent uniquement 7 thèmes sur 8! Une analyse plus approfondie des scores montre que si les filles s intéressent à plus d items que les garçons, néanmoins leurs intérêts sont moins diversifiés que ceux de ces derniers. Les filles et les garçons ont en commun un intérêt pour la protection de l environnement, la maîtrise des maladies et un penchant pour des questions de société. Certains intérêts des garçons évoluent avec l âge et s accordent avec ceux des filles (âme humaine, corps humain et son fonctionnement) ou s en éloignent (maladies). Au final, les garçons ont un profil plus marqué par des intérêts pour la technologie et les phénomènes physiques, en plus des questions d environnement et de maladies. Les filles ont un profil plus orienté vers la biologie humaine en plus des questions d environnement et de société qu elles partagent avec les garçons. La biologie des plantes, les plantes et les questions d agriculture d une manière générale n intéressent pas les élèves, cela peut s expliquer par la nature citadine de notre population ou par la connotation scolaire de ces items.

32 Chapitre : Analyse de la section D Les élèves face aux défis de l environnement. Introduction Nous rappelons que le questionnaire ROSE comprend sections (avec 5 items ). 8 items sont explicitement liés à l environnement et correspondent à la section D : «Moi et les défis de l environnement». Néanmoins, les autres sections comportent des propositions en relation avec l environnement que nous avons identifié et catégorisé comme suit: - Protection de l environnement (E, E, E5, E6) ; - Gestion des ressources naturelles (E6, E, E) ; - Connaissance de l environnement et prise de conscience de son propre milieu (A6, A, E, E5, A8, E8) ; - Respect du label biologique et naturel (E7, E9, E, H, H8) ; - Familiarisation avec la nature (H6, H7, H8, H, H) ; - Pratique d une activité de plantation (H7) ; - Impact de la science sur les problèmes d environnement (G) ; - Perspective d un métier en relation avec l environnement (B, B) ; - Influence de l école dans la prise de conscience du rôle de la nature (F). /5 des items concernés par l enquête ROSE porte sur l environnement. Elle constitue un bon outil pour examiner la question du rapport des élèves à l environnement. Si les sections A/C/E mesurent l intérêt des élèves pour les sujets d étude scientifiques, la section D évalue l engagement et l implication de ceux-ci vis à vis de l environnement (sensibilisation, optimisme, responsabilisation ), la section G révèle les opinions des élèves à propos de la science et de la technologie et particulièrement leurs impacts sur les problèmes environnementaux, la section B identifie les choix en lien avec l exercice d un métier en relation avec l environnement, la section F évalue l influence des cours de sciences sur la valorisation de la nature, et la section H montre la participation des élèves à des actions et à des expériences en rapport avec l environnement.. Résultats des moyennes contrastés selon l âge et le genre Pour la section D, les catégories «Pas d accord», «Faiblement d accord», «Moyennement d accord» et «D accord» sont codées respectivement de à selon l échelle de likert. Dans un premier temps, nous allons comparer les scores des moyennes affectées aux items de la question D par les élèves de la population étudiée contrastés selon la variable de l âge. Dans un second temps, nous représenterons les résultats contrastés selon le sexe. Le but est de déterminer quelle variable est plus discriminante. Enfin, on croisera les résultats selon l âge et le sexe pour déterminer comment leurs effets se conjuguent. Si on additionne les items qui font référence à l environnement dans les sections, on trouve 8 items par rapport à 5 items en général. On ne prend pas en compte les ans. On a 6 élèves au total.

33 Graphe : score des moyennes selon l âge des élèves -5 ans 6 ans D D D5 D7 D9 D D D5 D7 Comme pour les sections A/C/E, les items qui obtiennent des scores de moyennes supérieures ou égales à seront considérés comme des items qui emportent l adhésion des élèves. De même, ceux qui obtiennent des scores de moyennes inférieures ou égales à montrent le contraire. Ainsi, si les -5 ans rejettent plus de propositions, ils en retiennent également plus. Tous les élèves, quelque soit leur âge, se sentent concernés par l environnement (D). De plus, tous semblent d accord avec les propositions (D7, D, D, D et D8) : une vision prospective et future des problèmes avec la nécessité de l implication de la société, des pays riches et la participation significative de chacun. A l opposé des élèves de 6 ans, les -5 ans trouvent que les gens ne se préoccupent pas assez d environnement (D8) et que ces problèmes ne doivent pas être laissés aux experts (D). Soulignons encore que si les -5 ans reconnaissent aux animaux le même droit à la vie que les être humains (item D5), ils sont d accord au même titre que les 6 ans (même score) pour leur utilisation dans des expérimentations afin de sauver des vies humaines.

34 Moyennes de la question D AGE (Tous) ARDT (Tous) COLLÈGE (Tous) Population Ile-de-France,5,5,5 Moyenne de D Moyenne de D Moyenne Moyenne de D de D Moyenne de D5 Moyenne Moyenne de D6 de D7 Moyenne de D8 Moyenne de D9 Items Moyenne Moyenne de D de D Moyenne de D Moyenne Moyenne de D de D Moyenne de D5 Moyenne de D6 Moyenne Moyenne de D7 de D8 Graphe : moyenne des items de la question D distinguées selon le sexe Les deux courbes sont pratiquement identiques. Seuls les items D8 et D ont une moyenne inférieure à chez les filles et non chez les garçons. Ils sont rejetés par celles-ci. Les filles sont donc plus sceptiques pour «dévoluer» les problèmes d environnement aux experts (D). Elles trouvent également que la prise en charge des problèmes de l environnement par les gens n est pas assez suffisante (D8). Ce sont les mêmes items discriminants que pour l âge! Nous allons croiser les résultats selon l âge et le sexe pour déterminer comment leurs effets se conjuguent. Nous obtenons le tableau suivant :

35 Tableau 7 : moyennes et médianes chez les filles et les (garçons) de différents âges Items Médiane Filles Garçons -5ans D Traiter de l environnement ne me concerne pas,7 (,87) D les problèmes de l environnement font que,9 l avenir du monde semble plus sombre et sans (,9) espoir D les problèmes de l environnement sont, exagérés (,5) D la science et la technologie peuvent résoudre,8 tous les problèmes de l environnement (,9) D5 je tiens à ce que les problèmes de,8 l environnement soient résolus même si cela (,8) sacrifie des ressources D6 je peux personnellement influencer ce qui se,6 passe dans l environnement (,56) D7 nous pouvons encore trouver des solutions à,6 nos problèmes d environnement (,) D8 les gens se préoccupent trop des problèmes,8 d environnement (,8) D9 les problèmes de l environnement peuvent,9 être résolus sans de gros changements dans notre (,5) mode de vie D les gens devraient se soucier plus de la, protection de l environnement (,9) D il est de la responsabilité des pays riches de,9 résoudre les problèmes d environnement qui (,6) touchent le monde D je pense que chacun de nous peut avoir une,5 contribution significative pour la protection de (,) l environnement D les problèmes de l environnement doivent,9 être laissés aux experts (,97) D je suis optimiste pour le futur,77 (,8) D5 les animaux devraient avoir le même droit à,7 la vie que les gens (,95) D6 il est légitime d utiliser expérimentalement,8 des animaux si cela peut sauver des vies (,65) humaines D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix, (,8),5 (,5) Filles garçons 6 ans,98 (,88),86 (,76), (,5),8 (,7),6 (,66), (,55), (,),5 (,7),7 (,9), (,9),5 (,7), (,8),6 (,5),88 (,68),77 (,9), (,59),57 (,6),5 (,) Les résultats des garçons sont entre parenthèse et en gras. Comprend également les ans ( élèves). 5

36 Garçons et filles retiennent les mêmes propositions et rejettent les mêmes. En général, tous ont une vision prospective des problèmes (D7), souhaitent une participation et un engagement à l échelle individuelle (D), sociétal (D) et planétaire (D). En plus, l optimisme est de rigueur (médiane pour l item D ). L effet «genre» n opère pas ici. Le croisement des deux variables montre que les filles de -5 ans estiment que les gens ne se préoccupent pas assez des problèmes de l environnement (D8). Elles pensent donc que la mobilisation de la société n est pas suffisante.. Qu apporte l analyse factorielle de la population scolaire étudiée? Les résultats précédents montrent que seuls les items D8 et D différencient les populations étudiées selon les deux variables de sexe ou de genre. Le scepticisme ou la confiance que l on peut accorder aux experts concernant les problèmes de l environnement (D), la mobilisation suffisante ou exagérée de la société vis-à-vis de ces problèmes (D8) constituent deux données centrales pour mieux comprendre les rapports des élèves à l environnement. Pour mieux affiner ces résultats et vérifier les valeurs contributrices de ces deux items, nous avons eu recours à l analyse factorielle à composante principale (ACP). Comme pour les sections précédentes, nous allons d abord analyser les résultats fournis par l ACP concernant toute la population scolaire sans distinction de sexe. Il en résulte trois facteurs qui représentent respectivement en pourcentage de la valeur de variance : 6,67% ; 9,89% ; 5,6%. 5,6% d élèves ont coché et contre,8% qui ont coché et (voir annexe). 6

37 Tableau 8 : ACP de la population scolaire sans distinction de sexe Items PC PC PC D Traiter de l environnement ne me concerne pas,5,76 -,7 D les problèmes de l environnement font que l avenir du monde,5,5 semble plus sombre et sans espoir -,7 D les problèmes de l environnement sont exagérés,58,66, D la science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de,,7 l environnement,6 D5 je tiens à ce que les problèmes de l environnement soient résolus,58,6 même si cela sacrifie des ressources,7 D6 je peux personnellement influencer ce qui se passe dans,585, l environnement,67 D7 nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes,69,55 d environnement,8 D8 les gens se préoccupent trop des problèmes d environnement,7,6,79 D9 les problèmes de l environnement peuvent être résolus sans de gros,8,9 changements dans notre mode de vie, D les gens devraient se soucier plus de la protection de,755 -,9 l environnement -, D il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les,56,7 problèmes d environnement qui touchent le monde,7 D je pense que chacun de nous peut avoir une contribution,666 -,5 significative pour la protection de l environnement,58 D les problèmes de l environnement doivent être laissés aux experts,96,69,9 D je suis optimiste pour le futur,6,66,6 D5 les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens,5,7,8 D6 il est légitime d utiliser expérimentalement des animaux si cela,8,8 peut sauver des vies humaines,9 D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement,7,6,86 D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix,567,5,9 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. a rotation converged in 9 iterations. Le premier facteur présente les items contributeurs suivants : D, D, D6, D7, D, D, D, D5 et D8. La mobilisation vers l action (sociale, planétaire ou individuelle) existe même si les problèmes de l environnement paraissent nuisibles à l avenir du monde (D). Cela contraste avec la sacralisation de la nature (D8). Le deuxième facteur montre que les deux items centraux (D8, D) sont corrélés à D quand la valeur de ce dernier est importante. La confiance dans les experts, l engagement de la part de la société, l exagération des problèmes de l environnement sont donc liées à un désengagement individuel. Le troisième facteur fait ressortir la contribution importante de l item D. Quand l optimisme est de rigueur, cela ne semble pas être le signe d un engagement ou d une mobilisation pour l action. 7

38 Regardons maintenant l impact du genre sur ces trois profils. Chez les garçons, l ACP livre facteurs avec respectivement 9,7% ;,% ; 5,6% de la variance. Tableau 9 : ACP de la population scolaire étudiée concernant uniquement les garçons Items PC PC PC D Traiter de l environnement ne me concerne pas,85,7 -,5 D les problèmes de l environnement font que l avenir du monde,57 semble plus sombre et sans espoir,56 -,8 D les problèmes de l environnement sont exagérés,,699,8 D la science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de,6 l environnement,5, D5 je tiens à ce que les problèmes de l environnement soient résolus,596 même si cela sacrifie des ressources,,66 D6 je peux personnellement influencer ce qui se passe dans,566 l environnement,65,5 D7 nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes,6 d environnement,8,5 D8 les gens se préoccupent trop des problèmes d environnement,,697,5 D9 les problèmes de l environnement peuvent être résolus sans de gros,8 changements dans notre mode de vie,9,5 D les gens devraient se soucier plus de la protection de,79 l environnement,,6 D il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les,6 problèmes d environnement qui touchent le monde,8,8 D je pense que chacun de nous peut avoir une contribution,66 significative pour la protection de l environnement -,5, D les problèmes de l environnement doivent être laissés aux experts,7,77,5 D je suis optimiste pour le futur,6,5,666 D5 les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens,59,6 -, D6 il est légitime d utiliser expérimentalement des animaux si cela,85 peut sauver des vies humaines,6,5 D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement,5, -,8 D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix,59,6,7 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 7 iterations. Le premier facteur chez les garçons montre la contribution des items D, D5, D6, D7, D, D, D, D5, D8. Ces items sont en lien avec la mobilisation vers l action en faveur des problèmes de l environnement, une mobilisation individuelle et sociale qui contraste avec la sacralisation de la nature. Le deuxième facteur montre que les items D8 et D sont corrélés non seulement à D mais également à D. Le sentiment d une exagération des problèmes d environnement et de l excessivité de la préoccupation sociale est lié à une confiance accrue dans les experts auxquels on laisse ces problèmes. 8

39 Le troisième facteur montre que l unique item contributeur est D. L optimisme ne permet pas nécessairement la mobilisation vers l action en faveur de l environnement. Chez les filles, l analyse ACP a livré facteurs avec respectivement,% ;,6% ; 6,% du total de la variance. Tableau : ACP de la population scolaire étudiée concernant uniquement les filles Items PC PC PC D Traiter de l environnement ne me concerne pas -,8,86,69 D les problèmes de l environnement font que l avenir du monde,59 semble plus sombre et sans espoir -,87,8 D les problèmes de l environnement sont exagérés -,,,6 D la science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes,77 de l environnement,,8 D5 je tiens à ce que les problèmes de l environnement soient résolus,567 même si cela sacrifie des ressources,5,75 D6 je peux personnellement influencer ce qui se passe dans,578 l environnement,79 -, D7 nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes,588 d environnement,, D8 les gens se préoccupent trop des problèmes d environnement -,75,56,75 D9 les problèmes de l environnement peuvent être résolus sans de,98 gros changements dans notre mode de vie,5,7 D les gens devraient se soucier plus de la protection de,76 l environnement,5 -, D il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les,5 problèmes d environnement qui touchent le monde,57,6 D je pense que chacun de nous peut avoir une contribution,59 significative pour la protection de l environnement, -,98 D les problèmes de l environnement doivent être laissés aux,8 experts,65,7 D je suis optimiste pour le futur,6,58,8 D5 les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens,6,6 -,6 D6 il est légitime d utiliser expérimentalement des animaux si cela,7 peut sauver des vies humaines,96,86 D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement,9,56, D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix,5,57,5 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. Chez les filles, le premier facteur est identique à celui révélé chez les garçons. Ces deux groupements montrent une mobilisation vers l action en faveur des problèmes de l environnement qui semble non liée à l optimisme. Le deuxième facteur montre que les items D8 et D sont corrélés aux items (D, D7 D9), mais ils ne sont plus corrélés à D. Ceci montre un engagement personnel chez les filles (D) différent des garçons. Celles-ci s engagent, en effet, malgré le sentiment d une grande 9

40 préoccupation sociale pour les problèmes d environnement ou la confiance accordée aux experts. Chez les filles, l optimisme allié à la croyance dans l effet nuisible de toute activité humaine fait la différence. Elles ne croient pas, à l opposé des garçons, que les problèmes sont exagérés. Le troisième facteur montre deux items contributeurs D et D. Le désengagement individuel est lié au sentiment d une exagération des problèmes d environnement. Cette dernière semble dédouaner les élèves d une implication personnelle.. empiriques relative à l environnement et issues de différentes sections Comme nous l avons signalé plus haut, les différentes sections de ROSE comportent les propositions suivantes relatives à l environnement : -Protection de l environnement (E, E, E5, E6) ; -Gestion des ressources naturelles (E6, E, E) ; -Connaissance de l environnement et prise de conscience de son propre milieu (A6, A, E, E5, A8, E8) ; -Respect du label biologique et naturel (E7, E9, E, H, H8) ; -Familiarisation avec la nature (H6, H7, H8, H, H, H7) ; -Impact de la science sur les problèmes d environnement (G) ; -Perspective d un métier en relation avec l environnement (B, B) ; -Rôle de l école dans la prise de conscience du rôle de la nature (F). Nous avons calculé la moyenne de chacune des rubriques en nous reportant aux moyennes de leurs différents items. Les résultats sont présentés dans le tableau suivant : Tableau : moyenne des regroupements d items en lien avec l environnement Regroupement d items des autres sections de ROSE en liens avec l environnement Moyenne Protection de l environnement,5 Gestion des ressources naturelles,7 Connaissance de l environnement et prise de conscience de son propre milieu,7 Respect du label biologique et naturel, Familiarisation avec la nature,6 Impact de la science sur les problèmes d environnement,7 Perspective d un métier en relation avec l environnement, Rôle de l école dans la prise de conscience du rôle de la nature,7 Toutes les catégories obtiennent un score supérieur à. L engagement de notre population scolaire vis-à-vis de l environnement a une dimension plus sociétale que pédagogique. Les élèves sont plus sensibles en effet aux aspects sociétaux de protection et gestion des ressources. Ils sont par contre moins enclins à approfondir leurs connaissances de l environnement, et à reconnaître l impact de l école dans la prise de conscience du rôle de la nature.

41 Chapitre : analyse des sections F & G Mes cours de sciences & mes opinions à propos de la science et de la technologie. empiriques concernant la question F Pour rappel, les élèves ont choisi dans l échelle de Likert parmi des propositions allant de «pas d accord» à «d accord», codées respectivement de à. Tableau : statistiques descriptives de la question F Item Pas d accord % D accord % Sans réponse % Moyenne La science à l école est un sujet difficile 8,6 5,,,5 La science à l école est intéressante 6,,7,7,9 La science à l école est plutôt facile pour moi 6, 9,8,,56 à apprendre La science à l école m a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants J aime la science à l école plus que la plupart des autres sujets Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l école Les choses que j apprends en science à l école seront une aide dans ma vie quotidienne Je pense que la science que j apprends à l école améliorera mes chances de carrière La science à l école m a rendu plus critique et sceptique La science à l école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne pouvons pas encore expliquer La science à l école a augmenté mon appréciation de la nature La science à l école m a montré l importance de la science dans notre manière de vivre La science à l école m a appris comment prendre mieux soin de ma santé 9,6 7,,5, 6,,6,7 7, 8,,8,95 8, 9,6,,8,,,9,7 7,5,9,7,5,9,,88,7 8,,9,7 5,9,9,,6 5 6,,5,6 Je voudrais devenir un scientifique 59,7,,8,89 Je voudrais avoir le plus possible de science à 5,7,8 l école Je voudrais avoir un travail en technologie 55,9,5,98 Médiane L analyse des pourcentages montre que les élèves de Paris et de Créteil dans leur ensemble ne souhaitent pas avoir un métier en relation avec la science ou la technologie. En effet seulement,% d entre eux le souhaitent : 5,% de filles contre 6,6% des garçons. Si ces élèves ne souhaitent pas avoir plus de science à l école (5,7%), ils pensent néanmoins que tout le monde doit apprendre des sciences à l école (8,%). L impact de la science apprise à l école porte plutôt sur le développement de la curiosité pour les choses inconnues ou l aide probable dans la vie quotidienne.

42 Les objectifs assignés à la science et visés par l école sont loin d être admis par les élèves (esprit critique, ouverture sur des métiers, «appréciation» de la nature). Ce sont plutôt les liens avec leur santé, leur manière de vivre qui retiennent l adhésion des élèves. Et c est ce qui la rend intéressante pour, 7% d entre eux. Voyons comment se positionnent les filles et les garçons. Le graphe (voir annexes) montre que se sont plutôt les filles qui ne souhaitent pas avoir un métier en relation avec la science et la technologie, même si elles souhaitent avoir plus de science à l école. Pour affiner nos résultats, nous avons eu recours à l ACP à laquelle nous avons d abord soumis toute notre population scolaire sans distinction de sexe, puis les filles et les garçons séparément... Analyse factorielle de toute la population scolaire Les trois premières composantes permettent d avoir une variance cumulée expliquée de 59,7%. L interprétation portera sur ces trois composantes ayant respectivement en pourcentage de la variance 5,98 % (component ) ; 7,6% (component ) ; 6,7% (component ). Tableau : ACP de toute la population scolaire Item Component La science à l école est un sujet difficile La science à l école est intéressante La science à l école est plutôt facile pour moi à apprendre La science à l école m a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants J aime la science à l école plus que la plupart des autres sujets Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l école Les choses que j apprends en science à l école seront une aide dans ma vie quotidienne Je pense que la science que j apprends à l école améliorera mes chances de carrière La science à l école m a rendu plus critique et sceptique La science à l école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne pouvons pas encore expliquer La science à l école a augmenté mon appréciation de la nature La science à l école m a montré l importance de la science dans notre manière de vivre La science à l école m a appris comment prendre mieux soin de ma santé Je voudrais devenir un scientifique.6.8. Je voudrais avoir le plus possible de science à l école Je voudrais avoir un travail en technologie Extraction Method: Principal Component Analysis. Rotation Method: Varimax with Kaiser Normalization. A Rotation converged in 5 iterations. Le facteur regroupe les items contributeurs F, F, F6, F7, F8, F9, F, F, F, F. Ce sont des items qui montrent une attitude positive vis-à-vis de la science. Pour ces élèves, la science augmente la curiosité, l appréciation de la nature, ou a de l importance pour la santé et dans la manière de vivre. Mais ils ne veulent pas forcément en faire leur métier.

43 Le facteur regroupe les items contributeurs F6, F5, F, F, F, F5, F8. Les élèves qui apprécient la science enseignée plus que toutes les autres disciplines (item 5) sont d accord pour en faire leur métier et même en apprendre davantage à l école. Le facteur montre un seul facteur contributeur F. Quand la science est ressentie par les élèves comme un sujet difficile (F), c est un élément décisif pour ne pas l étudier, lui trouver une utilité ou en faire leur métier... Analyse factorielle selon le sexe Concernant les filles (tableau ci-dessous), les trois premières composantes permettent d avoir une variance cumulée expliquée de 55,9 %. L interprétation portera sur ces trois premières composantes avec respectivement, % (component ) ; 8, % (component ) ; 7, % (component ). Concernant les garçons (tableau ci-dessous), deux composantes permettent d avoir une variance cumulée expliquée de 57,8 %. L interprétation portera sur ces deux premières composantes avec respectivement 9,9 % (component ) ; 7,5 % (component ). Tableau : ACP des garçons et des (filles) 5 ITEM Component La science à l école est un sujet difficile (.) (.9) (-.86) La science à l école est intéressante (.67) (.9) (.9).7.77 La science à l école est plutôt facile pour moi à apprendre (.5) (.) (.5) La science à l école m a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants (.5) (.) (.6) J aime la science à l école plus que la plupart des autres sujets (.75) (.65) (.5).85.6 Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l école (.6) (.96) (.9).79.7 Les choses que j apprends en science à l école seront une aide dans ma vie (.65) (.6) (.69) quotidienne.6. Je pense que la science que j apprends à l école améliorera mes chances de (.76) (.97) (.) carrière La science à l école m a rendu plus critique et sceptique (.55) (.9) (-.) La science à l école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne (.7) (.8) (.5) pouvons pas encore expliquer La science à l école a augmenté mon appréciation de la nature (.69) (.5) (-.).67.6 La science à l école m a montré l importance de la science dans notre manière (.7) (.) (-.) de vivre La science à l école m a appris comment prendre mieux soin de ma santé (.68) (.6) (-.67).8.59 Je voudrais devenir un scientifique (.6) (.88) (.).695. Je voudrais avoir le plus possible de science à l école (.8) (.776) (.77).7.8 Je voudrais avoir un travail en technologie (.) (.68) (-.7) Extraction Method: Principal Component Analysis. 5 Les résultats des filles sont entre parenthèse et en gras.

44 Le facteur regroupe des items contributeurs qui montrent que chez les filles existe une attitude positive pour les sciences sans pour autant le choix d en faire leur métier. Chez les garçons, cette attitude positive envers les sciences apprises à l école les oriente vers le choix d en faire leur métier. Les items discriminants sont F et F5. La forte contribution des ces items chez les garçons laisse supposer qu ils sont décisifs dans le choix d un métier scientifique. Le facteur regroupe chez les filles les items contributeurs F, F5, F6, F5. Ceux-ci montrent que les filles qui veulent faire des métiers en relation avec les sciences sont motivées par les sciences plus que par toute autre discipline (F5). Chez les garçons le facteur regroupe les items contributeurs F, F9, F, F, F, F, F6. La science ressort comme une discipline difficile. La comparaison des deux components chez les deux sexes montre que quand la science est perçue comme discipline difficile, les garçons font par défaut le choix d un métier en relation avec la technologie. Le facteur concerne uniquement les filles. La self confidence n a pas d incidence sur le choix d un métier en relation avec les sciences. En résumé L analyse des tableaux des ACP montre que les garçons et les filles s engagent en science de façon différente. Chez les filles, l engagement est fortement corrélé à F5 (motivation pour les sciences plus que toute autre discipline enseignée). Elles peuvent être intéressées, trouver de la pertinence et de l importance à la science sans pour autant souhaiter s y engager dans le futur. Chez les garçons, la motivation n a pas ce poids. La facilité de l apprentissage de la science en tant que discipline (F) est également corrélée au choix du métier scientifique de façon discriminante chez les filles et les garçons. Les garçons, en cas de difficulté dans l apprentissage des sciences, s engagent vers des métiers en relation avec la technologie, mais ils trouvent malgré cela la science pertinente et lui reconnaissent certaines visées en accord avec les finalités de l école (esprit critique, curiosité, appréciation de la nature). Chez les filles, la facilité dans l apprentissage (self confidence) n a aucune incidence sur l engagement ni sur l appréciation de la science. Elles ne s engagent que quand elles sont motivées! De ce fait même, elles s autolimitent dans leurs engagements futurs (orientation vers des filières scientifiques, choix de métiers scientifiques). On a donc deux types d engagement différents chez les filles et chez les garçons. Les premières s engagent exclusivement par motivation, les seconds s engagent pour différentes raisons (motivation, self confidence, pertinence et intérêt des sciences ).

45 Si on croise les deux items F5 et F chez les filles et les garçons, on obtient le tableau suivant : Tableau 5 : croisement entre les items F5 et F. Genre Item F & 6 & Total & Filles Item F5 & Total & Garçons Item F5 & Total Filles & & Item F5 & garçons Total Pour ces deux profils d engagement chez les filles et les garçons, nous avons les proportions suivantes : Désengagement réel Engagement potentiel Engagement réel Filles 786 (6,%) 9 (,5%) 65 (,%) Garçons 58 (55,%) 9 (7,7%) 8 (7,%) Filles et garçons 69 (59,5%) 585 (5,%) 7 (5,%) Si le pourcentage des garçons qui ont un engagement réel pour la science dépasse celui des filles, c est parce que l engagement de ces dernières est soumis à des conditions plus restrictives, à savoir leur motivation pour les sciences. Pour le choix d un métier en relation avec les sciences, il faut distinguer l image positive de la motivation que l on peut avoir pour les sciences. Celle-ci est décisive chez les filles et non chez les garçons. En effet, avoir une image positive des sciences n est pas garant d un engagement dans un métier scientifique.. empiriques concernant la question G La question G vise à sonder les opinions des élèves concernant la science et la technologie et leurs impacts sur la société. Nous rappelons que établissements ont répondu à notre enquête. Les résultats présentés concernent 95 élèves (dont 5,77% de filles ; 7,% de garçons). La contribution des /5ans à notre population scolaire est de 85,7% (soit 5 élèves). 6 Les chiffres représentent les catégories de likert. 5

46 .. Résultats des statistiques descriptives Tableau 6 : statistiques descriptives de la question G Item Pas d accord % D accord % G- La science et la technologie sont importantes pour la société G- La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, le cancer G- Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations G- La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables G5- Les nouvelles technologies rendront le travail plis intéressant G6- Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elle pourrait avoir G7- La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde G8- La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes G9- La science et la technologie soulagent la pauvreté G- La science et la technologie sont la cause des problèmes de l environnement G- Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer G- La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés G- Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes G- nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire G5- Les scientifiques sont neutres et objectifs G6- Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps Sans réponse % Moyenne,,5 5,6 5,6,5,5,,,,,,8,8,98 6,,,9,9,5,9 7,,8,,6,,89 8,6,, 9, 6,9,7, 5, 7,8 5,,7 8,6,7,,,5,9, 8,9 8,, 5,9 6,,9,,9,7,5,,7 5,, Médiane 6

47 Moyenne de G Moyenne de G Moyenne de G Moyenne de G Moyenne de G5 Moyenne de G6 Moyenne de G7 Moyenne de G8 Moyenne de G9 Moyenne de G Moyenne de G Moyenne de G Moyenne de G Moyenne de G Moyenne de G5 Moyenne de G6 Moyennes de la question G L analyse des pourcentages montre que l image positive de la science et de la technologie, l optimisme des élèves quant à leur impact pour guérir les maladies (item ) contrastent avec leur scepticisme et méfiance en ce qui concerne les scientifiques (items, 5). Malgré l image positive qu ils ont de la science et de la technologie, la majorité des élèves ont une croyance que les effets nocifs de celles-ci l emportent sur les avantages. Curieusement, les réponses des élèves laissent penser que ces effets nocifs ne sont pas situés du côté de l impact sur l environnement, mais de la limite de la science à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde. Des problèmes qui sont en lien avec les modes de gouvernance et non avec le fonctionnement de la science elle-même ou son impact direct. AGE (Tous) ARDT (Tous) COLLÈGE (Tous) Population Ile-de-France,5,5,5 Items Graphique : moyennes de la question G (sexe = filles ; sexe =garçons) Nous remarquons que les deux courbes sont presque identiques. Celle des garçons est légèrement supérieur à celle des filles, sauf pour les items G (science et technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, la cancer) et G6 (les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elles pourraient avoir). Les filles ont légèrement plus confiance dans la science et la technologie pour guérir des maladies. Mais tous les élèves pensent que les effets nocifs sont plus importants que les avantages. La chute brutale des courbes au niveau des items 8, 9 et, montre que les élèves (particulièrement les filles) sont sceptiques vis-à-vis des scientifiques, de la capacité de la science à résoudre les problème, notamment de la pauvreté dans le monde. 7

48 .. Résultats de l Analyse factorielle à composante principale L analyse de toute la population sans distinction de sexe livre trois composantes qui permettent d avoir une variance cumulée expliquée de 6,8 %. L interprétation portera sur ces trois premières composantes avec respectivement 7,5% (component ) ; 8,% (component ) ; 5,% (component ). Tableau 7 : ACP de la population générale Items de la question G (mon opinion sur la science et la technologie) PC PC PC G- La science et la technologie sont importantes pour la société,78,9, G- La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies,77 comme le SIDA, le cancer,8 6 G- Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations,798,77,9 G- La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables,69,,9 G5- Les nouvelles technologies rendront le travail plis intéressant,66,9, G6- Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elle pourrait avoir,77,95,85 G7- La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté,5 et la famine dans le monde,, G8- La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes,7,77,7 G9- La science et la technologie soulagent la pauvreté,7,7,65 G- La science et la technologie sont la cause des problèmes de l environnement,,,598 G- Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer,7,5,569 G- La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés,7,,6 G- Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes,77,68,95 G- nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire,8,75, G5- Les scientifiques sont neutres et objectifs,57,85,588 G6- Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps,,,767 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 6 iterations. Le facteur montre les items contributeurs suivants : G, G, G, G, G5 et G7, G, G. Ce sont des items qui montrent une disposition positive vis-à-vis de la science et de la technologie, en particulier une grande confiance dans leur pouvoir de guérir des maladies endémiques et d assurer un bon futur pour les générations suivantes. Le facteur regroupe les items contributeurs G8, G9, G, G, G5 et G5, G7. Ce sont des items qui montrent une confiance absolue dans les scientifiques et leurs manières de travailler. Cela concorde avec une vision de la toute puissance de la science. Le facteur montre les items contributeurs suivants : G, G, G, G5 et G6. Ces items montrent une vision rationnelle de la science et une confiance dans l objectivité des 8

49 scientifiques. Si celle-ci se développe et évolue, constitue un outil de progrès pour les pays, elle peut également avoir un impact négatif sur l environnement. Si on cherche maintenant les différences selon le genre, on obtient deux facteurs dont le pourcentage de variance est respectivement pour les filles (,8% ; 8,5%) et pour les garçons (5,88% ; 8%). On a ainsi le tableau suivant : Tableau 8 : Analyse factorielle (filles en gras/garçons entre parenthèse) Items de la question G (mon opinion sur la science et la technologie) PC G- La science et la technologie sont importantes pour la société G- La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, le cancer G- Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations G- La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables G5- Les nouvelles technologies rendront le travail plis intéressant G6- Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elle pourrait avoir G7- La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde G8- La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes G9- La science et la technologie soulagent la pauvreté G- La science et la technologie sont la cause des problèmes de l environnement G- Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer G- La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés G- Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes, (,87),5 (,796),7 (,89), (,7), (,6),6 (,58),5 (,56),69 (,88),66 (,55),57 (,86),7 (,6),56 (,65),7 (,8) PC,79 (,87),76 (,),8 (,7),68 (,5),6 (,8),5 (,6), (,56),6 (,7),75 (,776),9 (,6),8 (,6), (,6),7 (,7),7, G- nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire (,9) (,85),7,6 G5- Les scientifiques sont neutres et objectifs (,9) (,678),6, G6- Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps (,) (,58) Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. Le facteur regroupe des items qui montrent chez les garçons une confiance dans la science et non dans les scientifiques. Chez les filles au contraire, les items contributeurs montrent plutôt une confiance dans les scientifiques. La science, pensent-elles, permet de résoudre tous les problèmes, ou au contraire peut avoir un impact négatif sur l environnement et plus généralement présenter plus d effets nocifs que d avantages. 9

50 Le facteur montre une inversion de ces positions chez les deux sexes. Si l on tient compte du pourcentage de la variance cumulée, on peut donc souligner la dominance des profils que représente le facteur pour les filles et les garçons.. empiriques issues de différentes sections Dans ce paragraphe, nous allons croiser différentes questions de l outil ROSE, en accord avec les critères des enquêtes de l eurobaromètre, pour déterminer les 5 éléments suivants essentiels à la caractérisation en termes de culture scientifique : - ) avis des élèves sur la science : son fonctionnement - ) avis sur la science : son impact - ) connaissance des innovations - ) inquiétudes liés aux risques et régulations - 5) choix futurs d un métier Avis sur la science : son Items : E6, E9, E, G6, G, H, H6 fonctionnement Son impact Items : F, F, F, F9, F, F7, G5, G, G, G, G, G9, G7, G, G, G8 Avancement, innovation Items : E, E, E, E8, C Inquiètude, risques, régulations Items : G5, G, G6, D, D Choix futurs d un métier Sections B, I 59,7% des élèves ne veulent pas devenir des scientifiques. % le veulent. Les moyennes chez les filles sont légèrement inférieures (,7) par rapport aux garçons (,6). Le souhait de devenir scientifique diminue avec l âge chez les filles et les garçons : à ans, plus de filles (moyenne de,86) que de garçons (,65) veulent devenir des scientifiques. A 6 ans la moyenne pour devenir scientifique chez les filles est de,6 par rapport à celle des garçons (,85). Mais ces élèves de 6 ans sont encore en e, ils connaissent donc de grandes difficultés. 5

51 A) Avis des élèves sur la science : son fonctionnement H6. j'ai utilisé un kit scientifique H. j'ai eu connaissance de la nature ou de la science dans les livres... G. les scientifiques suivent des méthodes qui aboutissent toujours G6. les théories scientifiques se développent et changent tout le temps E. pourquoi religion et science sont parfois en conflit E9. Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion E6. pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord moyennes garçons moyennes filles,5,5,5 Les élèves s intéressent à la science dans sa dimension polémique ou consensuelle, ou quand elle tranche avec la religion. Ils ont une perception de l instabilité de son appareil théorique. La familiarisation avec la science se fait à travers des ouvrages ou à l aide de kits scientifiques (plus chez les filles pour ces derniers). 5

52 B) Impact de la science G8.La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes G.Grâce à la csience et la etchnologie, il y aura de grandes opportunités pour les G.La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le G7. la science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine G9. La science et la technologie soulagent la pauvreté G. Un pays a besoin de la science et de la tehcnologie pour se développer G.La scienec et la tehcnologie favorisent majoritairement les pays développés G.La science et la technologie sont importantes pour la société G.La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles, plus G5.Les nouvelles technologies rendent le travail plus intéressant F7.Les choses que j'apprends en science à l'école seront une aide dans ma vie F.La scienec à l'école a augmenté mon appréciation de la nature F9.la science à l'école m'a rendu plus critique et plus sceptique F.la science à l'école a augmenté ma curiosité F.La science à l'école m'a montré l'importance de la science dans notre F.La science à l'école m'a appris comment prendre mieux soin de ma santé moyenne garçons moyenne fille,5,5,5 La science et la technologie sont généralement bien perçues en ce qui concerne le progrès qu elles permettent de réaliser aux pays développés. Mais ce progrès, ils le voient plus dans la possibilité de résoudre des problèmes de santé. C est dans cela, selon eux, que réside l importance de la science et de la technologie pour la société. Les élèves sont plus sensibles aux aspects sociétaux en relation avec la science qu aux aspects pédagogiques que l école lui assigne comme le développement de l esprit critique ou encore la connaissance des phénomènes. 5

53 C) Avancement et innovation C.Les mystères non résolus de l'espace E8.Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions E.Les phénomènes que les scientifiquesne peuvent pas encore expliquer Moyenne garçons Moyenne fille E.Les très récentes inventionset dcéouvertes en scienecs et entyechnologie E.Les inventions et les découvertes qui on chnagé le monde,5,5,5 Les garçons montrent de l intérêt pour les découvertes, les innovations et les phénomènes non encore expliqués (scores ). Les scores obtenus chez les garçons sont toujours supérieurs à ceux obtenus chez les filles. D) inquiétude, risques et régulations D.La science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de l'environnement D.Les problèmes de l'environnement doivent être laissés aux experts G6.Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu'elle pourrait avoir Moyennes garçons Moyenne filles G.Nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire G5.Les scientifiques sont neutres et objectifs,5,5 Les élèves expriment beaucoup d inquiétudes. Ils sont très sceptiques vis-à-vis des scientifiques et des experts. Ils sont également sceptiques quant à la capacité de la science à résoudre des problèmes d environnement. 5

54 Chapitre : Sections B & I Mon futur métier & moi en tant que scientifique. Résultats de la section B : mon futur métier Dans un premier temps, nous allons comparer les effectifs et les pourcentages qui correspondent aux items de la question B de la population scolaire étudiée. Dans un second temps, nous allons examiner ces mêmes résultats en intégrant la variable du genre. Tableau 9 : nombre et % de la population scolaire selon les items de la question B Items 7 Sans B.Travailler avec des gens plutôt qu avec des objets 7 (,6 5%) 57 (5,9%) 65 (6,9%) (,7%) réponse 5 (%) B.Aider les autres 6 (,7%) B. Travailler avec des animaux 9 (7,6%) 8 (,5%) 5 (,5%) 75 (,69%) (7,58%) (,5%) 57 (,7%) (%) (,%) B. Travailler dans le champ de la protection de l environnement 65 (,6%) 66 (5,7%) 9 (6,%) 8 (,7%) (,7%) B5.Travailler sur quelque chose de simple et facile 68 (5,9%) 67 (7,97%) 7 (9,6%) 6 (6,5%) (%) B6.Fabriquer ou réparer des objets manuellement (,59%) 5 (,%) (7,9%) 9 (7,9%) 8 (,%) B7.Travailler avec des machines 876 (6,58%) B8.Travailler de façon artistique et créative 8 dans le domaine de l art (,9%) 55 (%) 9 (%) 9 (8,%) (7,%) 5 (8,79%) 79 (9,6%) 7 (,%) (,9%) B9.Utilsier mes talents et mes compétences (5,%) B.Faire, concevoir ou inventer quelque chose (,%) 6 (6,76%) 57 (,9%) 559 (,%) 6 (6,5%) 5 (6%) 6 (,67%) 9 (,8%) 8 (,8%) B.Propsoer de nouvelles idées 6 (,9%) B.Avoir énormément de temps pour mes 7 amis (,%) 58 (,95%) 95 (6,9%) 67 (8,%) 666 (7,8%) 78 (5%) 7 (7,7%) 6 (,%) (%) B.Prendre mes propres décisions 98 (,%) B.travailler indépendamment es autres 56 (,86%) 88 (7,85%) 5 (,9%) 66 (7,6%) 67 (7%) 6 (59,5%) 88 (,7%) (,9%) 5 (,%) B5.Travailler sur quelque chose que je trouve important et qui a du sens pour moi 8 (,5%) 5 (6,%) 5 (8,79%) 668 (69,6%) (%) 7 Il s agit du codage de «pas intéressé» à «très intéressé» respectivement de à. 5

55 B6.Travailler avec des choses qui s accordent avec mes valeurs et mes attitudes (5,9%) 9 (9,98%) 66 (6,97%) 7 (55,8%) (,%) B7.Avoir énormément de temps pour ma famille 78 (7,%) 8 (5,9%) 78 (,9%) 88 (5,%) (,8%) B8.Travailler dans quelque chose qui implique beaucoup de voyages (,%) 8 (,%) 68 (5,9%) 9 (8,8%) 6 (,5%) B9.Travailler dans un endroit où il se passe souvent des choses nouvelles et excitantes (9,%) 5 (,68%) 66 (7,6%) 9 (7,5%) (,9%) B.Gagner énormément d argent (,76%) B.Diriger les autres 56 (,96%) B.Devenir célèbre 66 (5,7%) B.Avoir énormément de temps pour mes 9 centres d intérêt, mes hobbies et mes activités (,5%) 5 (6%) 56 (,7%) 66 (9,6%) (6,7%) 5 (,9%) 65 (6,%) 86 (,9%) 7 (,6%) 97 (6,5%) 66 (7,6%) 8 (,%) 6 (6,6%) (,9%) (,8%) 6 (,%) 6 (,%) B.Devenir le patron dans mon travail 9 (,9%) B5.Développer ou améliorer mes 7 connaissances et mes capacités (,7%) 9 (7,9%) 6 (8,6%) 595 (,8%) 668 (7,89%) 5 (%) 9 (58%) 8 (,8%) (%) B6.Travailler en tant que membre d un équipe avec beaucoup de gens autour de moi (8,%) (7,8%) 77 (,%) 988 (,5%) 7 (,7%) Les motivations qui président au choix du métier telles qu elles ressortent de l analyse sont très diverses : innovation (B9, B, B), orientation vers le social (B, B, B6), souhait d être leader (B8, B9, B, B), loisirs (B, B, B, B5, B6, B7, B, B). Les métiers orientés vers la technologie et la nature ont été rejetés. 55

56 Tableau : Effectif des filles et des (garçons 8 ) selon les items de la question B Items B.Travailler avec des gens plutôt qu avec des objets B.Aider les autres B. Travailler avec des animaux B. Travailler dans le champ de la protection de l environnement B5.Travailler sur quelque chose de simple et facile B6.Fabriquer ou réparer des objets manuellement B7.Travailler avec des machines B8.Travailler de façon artistique et créative dans le domaine de l art B9.Utilsier mes talents et mes compétences B.Faire, concevoir ou inventer quelque chose B.Propsoer de nouvelles idées B.Avoir énormément de temps pour mes amis B.Prendre mes propres décisions B.travailler indépendamment es autres B5.Travailler sur quelque chose que je trouve important et qui a du sens pour moi B6.Travailler avec des choses qui s accordent avec mes valeurs et mes attitudes B7.Avoir énormément de temps pour ma famille 8 9 B8.Travailler dans quelque chose qui implique beaucoup de voyages 58 8 B9.Travailler dans un endroit où il se passe souvent des choses 98 nouvelles et excitantes B.Gagner énormément d argent 6 5 B.Diriger les autres 9 B.Devenir célèbre 7 B.Avoir énormément de temps pour mes centres d intérêt, mes 58 hobbies et mes activités Les chiffres en gars sont ceux des garçons. 56

57 B.Devenir le patron dans mon travail 8 7 B5.Développer ou améliorer mes connaissances et mes capacités 65 B6.Travailler en tant que membre d un équipe avec beaucoup de gens 9 autour de moi Le seul métier orienté vers l art (B8) est choisi par les filles seules. Les métiers que choisissent les garçons seuls sont orientés vers la technologie (B7), vers la direction d une équipe (B). Les métiers que rejettent les filles et les garçons sont plutôt orientés avers la protection de l environnement, des animaux ; ou vers les aspects manuels (B, B, B5, B6). Les orientations qui président au choix du métier et que partagent les filles et les garçons sont nombreuses : innovation (B, B9, B, B6), social (B, B, B, B6), loisirs (B, B5, B7, B, B).. Résultats de la question ouverte I : moi en tant que scientifique A la fin du questionnaire, les élèves avaient à répondre à la question ouverte I «moi en tant que scientifique» que nous avons dépouillée en suivant le codage indiqué, malgré les interrogations que ce dernier a suscité et sur lesquelles nous nous sommes exprimées dans la méthodologie. Les élèves avaient à spécifier quelle serait la recherche qui leur paraissait intéressante à mener (what) et pourquoi cet intérêt (why). Comme cela nous était demandé, nous avons codé différemment la partie et la partie, les résultats sont rassemblés dans les tableaux ci-dessous... Le nombre de mots par réponse Dans leurs réponses, les élèves manifestent parfois plusieurs intérêts par exemple : «mener une recherche sur le cancer et sur le changement climatique». Ainsi, le nombre total de réponses dépasse le nombre total des élèves dont nous avons recueilli les réponses. Par ailleurs, nous nous sommes intéressés aux élèves de -5 ans en distinguant les filles et les garçons. Comme cela nous était demandé, nous avons compté le nombre de mots pour chaque réponse. Nous avons obtenu les résultats suivants : - Il y a 7 réponses de filles de -5 ans. Somme totale du nombre de mots pour les filles : 6597 ; moyenne,9. Soit mots en moyenne. - Nous avons recensé 6 réponses de garçons de -5 ans. Somme de mots écrits : 9 ; moyenne 9,7 soit mots en moyenne. 57

58 .. Le domaine de recherche et pourquoi de son choix Tableau : partie «quelle recherche vous semble intéressante» Domaine de recherche Filles Garçons Total BODY (corps humain) 65 MED (maladies, soins, traitements) MICR (microbiologie, technologies génétiques) NATU (animaux, plantes, nature) 5 9 B_OTHR (autre biologie) 8 9 ICT (ordinateurs, électronique, etc.) CAR (moteurs, voitures, transports) 6 8 WEAP (armes) T_OTHR (autre technologie) 9 9 ENVR (environnement) 7 GEO (terre, climat, etc.) 7 69 CHEM (chimie, atomes, réactions) 9 9 PHY (physique, électricité, chaleur, énergie, etc.) SPCE (espace, étoiles, planètes, voyages dans l espace, etc.) PSYC (psychologie, comportement humain) 5 9 INVN (inventions) EXPR (expériences) WNDR (paranormal, philosophie, mystères, etc.) SOC (sciences économiques et sociales) 6 5 NO (je ne souhaite pas faire de recherche ou être scientifique) O_OTHR (autre) Blanc 5 8 Total Remarque : Nous avons associé les choix multiples et les choix simples, le nombre total des réponses est donc supérieur à 7 pour les filles et 6 pour les garçons Les domaines de recherches qui semblent le plus intéresser les élèves sont ceux de la biologie, notamment la médecine, de l astronomie et de l univers. La philosophie fait aussi partie des centres d intérêt signalés dans les réponses. Il nous semble néanmoins que les questions philosophiques de la vie et la mort, que soulèvent certains élèves, ne devraient pas être identifiées de la même façon que les phénomènes paranormaux ou mystérieux et cette assimilation faite par les auteurs du questionnaire nous paraît, pour le moins curieuse. Certains résultats de cette partie du questionnaire sont cohérents avec ceux obtenus dans la partie ACE «ce que je souhaite apprendre». Les filles trouvent intéressant de mener des recherches sur le cancer, le sida ou les maladies sexuellement transmissibles. 8,% des réponses (5/7) concernent ce domaine (MED) chez les filles et 8,8% (7/6) chez les garçons. Ces derniers sont aussi intéressés par les domaines de l astronomie et de l univers (% chez les garçons, 8,7% chez les filles). Le domaine de l espace est souvent associé à celui du mystère. 58

59 Contrairement à ce que laissait entendre la partie ACE, la chimie présente de l intérêt ; elle est souvent (notamment chez les filles) associée à autre chose. Une des raisons peut être que dans la partie ACE, la chimie est bien mal traitée et vue essentiellement d un point de vue négatif. Les items codés C (Chimie) font référence aux aspects néfastes comme les poisons mortels, les explosifs ou les armes chimiques alors que, dans les programmes français, l amélioration de la qualité de l air ou l usage médical ou cosmétique des plantes ont un rapport nécessaire à la chimie. C est en effet, l utilisation de certaines molécules qui permet de soigner différentes affections. Le faible score obtenu par la catégorie «expérience» indiquerait une méconnaissance de la part des élèves du travail des chercheurs scientifiques. Tableau : partie «pourquoi du choix» Pour quelles raisons Filles Garçons Total SELF (intérêt personnel, curiosité, etc.) PROF (lié à une profession souhaitée) 7 IMPRT (c est important) 7 9 HELP (pour aider les hommes, les animaux, etc.) RICH (pour gagner de l argent, être connu) 5 6 _OTHR (autre) 6 Pas de justification 5 5 Total Remarque : Nous avons associé les choix multiples et les choix simples, le nombre total des réponses est donc supérieur à 7 pour les filles et 6 pour les garçons Pour les garçons, la curiosité et l intérêt personnel (% des réponses rapportées aux 6 garçons) dominent, alors que chez les filles l importance du domaine remporte le plus haut score (7,% des réponses) et ne représente que % chez les garçons... Résultats des parties prises séparément Il nous est apparu que la séparation, dans le codage, des deux parties faisait perdre de l intérêt à la réponse de l élève. En effet, à quoi cela sert-il de savoir si un domaine est important ou intéressant pour l élève ou s il veut aider les animaux ou les humains, si l on ne sait pas ce qui est important ou intéressant? Nous avons donc regardé les corrélations que les élèves faisaient pour les domaines qui recueillaient le plus grand nombre de réponses. 59

60 Tableau : des corrélations entre WHAT-MED et WHY MED et Filles Garçons IMPRT HELP 9 SELF 7 5 -OTHR PROF RICH HELP-SELF 6 HELP-IMPRT HELP --OTHR HELP - RICH HELP PROF SELF PROF SELF IMPRT 9 IMPRT/RICH/HELP Pas de justification Total 5 7 Pour les filles, les recherches en médecine sont importantes. Le codage, fait apparaître cette importance dans 85 réponses soit près de 5% (5,86%) des réponses codées MED (5). La raison importante représente, chez les garçons,% des réponses codées MED (7). L intérêt personnel et la curiosité (SELF) viennent ensuite avec un peu plus de 9% chez les filles et % chez les garçons. La raison «aide» est à peu près équivalente chez les filles (7,7%) et les garçons (8,%). On peut remarquer que RICH intervient 6 fois, chez les garçons alors qu il n apparaît qu une fois chez les filles. Tableau : corrélations entre WHAT-SPCE et WHY SPCE et Filles Garçons SELF 8 5 -OTHR 6 8 IMPRT 5 IMPRT-SELF Sans justification 5 Total 6 85 C est essentiellement par intérêt personnel (6% des choix «SPCE» chez les garçons et 76% chez les filles) que les adolescents voudraient mener des recherches sur les questions spatiales. Les autres domaines qui recueillent des scores élevés sont ceux codés WNDR et - OTHR. Nous n avons pas recherché de corrélation entre ces domaines et les raisons invoquées par les élèves car nous avons déjà dit que dans la catégorie WNDR on trouve aussi bien des questions philosophiques que des intérêts pour les fantômes ou les clones. Quand à la catégorie OTHR elle est aussi assez hétérogène, on y trouve par exemple la volonté de vaincre la faim dans le monde ou le regret que le dopage pollue le sport. 6

61 5. Partie Analyse contrastée des deux académies : Paris & Créteil 6

62 Introduction Dans cette seconde partie, nous allons porter la focale sur les contrastes qui distinguent nos deux académies. Les résultats précédents reflètent-ils les réalités des deux académies ou constituent-ils un «compromis» pour l une ou l autre académie?. Les populations scolaires étudiées Nous présentons dans les tableaux, et le détail de nos deux populations scolaires. Tableau : populations scolaires Académie Etablissements ayant répondu Elèves Paris Total : 6 Filles : 7 (55,%) Garçons : 576 (,69%) Créteil Total : 5 Filles : 55 (9,8%) Garçons : 555 (5,%) Total : 89 Département de Seine & Marne (77) : 9 Département de Seine Saint Denis (9): 7 Département de Val de Marne (9) : 7 Total filles, 9 garçons (total : 9) 85 filles, 5 garçons (total : 8) 8 filles, 9 garçons (total : 7) La répartition des élèves selon la variable de l âge fournit le tableau suivant : Tableau : populations scolaires distinguées selon l âge Académie Elèves répartis par âge et par sexe Elèves répartis par âge Paris Créteil ans : filles et garçons ans : 89 filles et garçons 5 ans : 8 filles et 58 garçons 6 ans : 9 filles et 9 garçons ans : filles et 9 garçons ans : filles et 9 garçons 5 ans : 6 filles et 6 garçons 6 ans : 5 filles et 7 garçons ans : 9 (,7%) ans : 5 (8,79%) 5 ans : 586 (5,6%) 6 ans : 8 (,8%) ans : (,%) ans : (9,78%) 5 ans : 57 (7,65%) 6 ans : 7 (,8%) Total : Total 95 Les effectifs selon les tranches d âge sont voisins dans les deux populations scolaires. 6

63 Tableau : population scolaire de Créteil Académie Départements ans ans 5 ans 6 ans Total Département de Seine & Marne (77),8% % 5,6%,9% Créteil Département de Seine Saint Denis (9) Département de Val de Marne (9) 6 57,8% % 6% 9,5% ,6% 5% 5%,8% 7 Total Au sein de la population scolaire de Créteil, les effectifs des élèves de 5 et de 6 ans sont très voisins dans les deux départements de 77 et 9. Concernant les et ans, ce sont les départements de 77 et 9 qui ont des effectifs voisins.. Résultats concernant les domaines d intérêt (sections A/C/E) Pour faciliter la lecture des résultats, nous proposons l organisation suivante dans notre présentation : ACP Filles et garçons Filles Garçons Paris Tableau A Tableau B Tableau C Créteil Tableau a Tableau b Tableau c 6

64 Tableau A : ACP des filles et garçons de l académie de Paris Component Component Component L électricité, comment elle est Comment maîtriser les produite et utilisée dans la épidémies et les maladies maison (,98) (78) (,65) Le premier atterrissage sur la lune et l histoire de l exploration de l espace (76) Comment l électricité a affecté le développement de notre société (,65) Les aspects biologiques et humains de l avortement (,98) Comment le génie génétique peut prévenir des maladies (7) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture (,75) Pourquoi religion et science sont parfois en conflit (,67) Le cancer, ce que nous en savons et comment le traiter (,66) Les maladies sexuellement transmissibles, et comment être protégé contre elles (,78) Comment exécuter les premiers secours et utiliser les équipements médicaux de base (,89) Ce que nous savons du Sida/HIV et comment les maîtriser (,77) Comment l alcool et le tabac peuvent affecter le corps (,75) Comment les différentes drogues affectent le corps (,7) Les instruments optiques et comment ils fonctionnent L utilisation du laser à des fins techniques (7) Comment les enregistreurs à cassettes, les CD et les DVD enregistrent et restituent le son et la musique (,757) Comment des appareils tels que les radios, les télévisions fonctionnent (,75) Comment les téléphones portables envoient et reçoivent des messages (,699) Comment fonctionnent les ordinateurs (,687) Les risques et bénéfices des additifs alimentaires (9) Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord (,75) Les scientifiques célèbres et leurs vies (,7) Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions (,7) Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, l autorité et la tradition (,77) Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde (,695) Les très récentes inventions et découvertes en science et en technologie (,69) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (,66) Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. 6

65 Trois facteurs sont retenus dans le cas de l académie de Paris et correspondent respectivement en pourcentage de la variance à :,8% ; 5,8% ;,9%. Concernant l académie de Créteil, trois facteurs sont identifiés et correspondent respectivement en pourcentage de la variance à :,76% ; 5,65% ;,9%. Le premier facteur (tableau A) regroupe des items qui portent sur la science : son fonctionnement, son impact sur la société, l environnement, la santé. Concernant l académie de Créteil (tableau a), le premier facteur est semblable à celui identifié précédemment chez les élèves de l académie de Paris. Il regroupe des items en rapport avec la science, son fonctionnement, son impact. Il comprend en plus des items qui renvoient à certains usages quotidiens des équipements électriques. Le deuxième facteur (tableau A) porte sur des items qui renvoient aux préoccupations des jeunes en lien avec la santé (maladies, drogues, alcool). Il est identique au deuxième groupe identifié dans la population scolaire de Créteil (tableau a). Le troisième facteur identifié dans la population de Créteil (tableau a) tranche avec celui identifié chez les élèves de Paris (tableau A). Chez les premiers, il regroupe des items qui renvoient aux armes et qui sont en rapport avec des domaines de la chimie, de la physique. Chez les seconds, le lien est manifeste avec la technologie. 65

66 Tableau a : ACP des élèves filles et garçons de l académie de Créteil Component Component Component Les plantes de mon milieu Comment maîtriser les Comment fonctionne la bombe () épidémies et les maladies atomique (,76) (, 595) Les détergents, savons, et Le cancer, ce que nous en savons Les produits chimiques comment ils agissent (8) Le premier atterrissage sur la lune et l histoire de l exploration de l espace (6) Comment l électricité a affecté le développement de notre société (,6) Les aspects biologiques et humains de l avortement () Comment le génie génétique peut prévenir des maladies (58) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture (,6) et comment le traiter (,665) Les maladies sexuellement transmissibles, et comment être protégé contre elles (,75) Comment exécuter les premiers secours et utiliser les équipements médicaux de (8) Ce que nous savons du Sida/HIV et comment les maîtriser (,75) Comment l alcool et le tabac peuvent affecter le corps (,6) Comment les différentes drogues affectent le corps (,6) explosifs (,7) Les armes biologiques et chimiques et ces qu elles font au corps humain (,66) Les effets des fortes décharges électriques et de la foudre sur le corps humain () Comment fonctionnent les moteurs à essence et à Diesel (,6) Comment fonctionne une centrale nucléaire (,678) Pourquoi religion et science sont parfois en conflit (,65) Les risques et bénéfices des additifs alimentaires (7) Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord (,76) Les scientifiques célèbres et leurs vies (,78) Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions (,69) Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, l autorité et la tradition (,78) Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde (,66) Les très récentes inventions et découvertes en science et en technologie (,675) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (,6) Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 7 iterations. 66

67 .. Analyse selon le lieu de scolarité et en fonction du sexe : les garçons Nous examinons dans les populations scolaires de Paris et Créteil les scores des items obtenus par rapport aux réponses des garçons. Deux facteurs représentent (pour Paris) respectivement en pourcentage de la variance :,5% ;,69%. En ce qui concerne les garçons dans la population scolaire de Créteil, nous avons obtenu trois facteurs qui correspondent en pourcentage de la variance à,85% ; 5,98% ;,7%. Tableau C : ACP des garçons de l académie de Paris Component Component (suite) Component Comment les plantes poussent et se reproduisent () Comment les météorites, astéroïdes, comètes peuvent causer des désastres sur terre () Les fusées, satellites et les voyages dans l espace () Comment des appareils tels que les radios, les télévisions fonctionnent (6) Les mystères non résolus de l espace () Pourquoi nous pouvons voir l arc-en-ciel (6) Les symétries et les motifs dans les fleurs et les feuilles (9) Comment le coucher du soleil colore-t-il le ciel (,667) La couche d ozone et comment elle peut être endommagée par l homme (,69) L effet de serre et comment il peut être modifié par les humais (,656) Que doit-on faire pour assurer la qualité de l air et protéger l eau potable (,6) Comment la technologie peut aider à traiter les ordures, déchets et eaux usées (,65) L agriculture organique et écologique, sans utilisation de pesticides et des fertilisants artificiels (5) Comment l énergie peut être économisée et utilisée de façon plus efficace (,68) Les nouvelles sources d énergie à partir du soleil, vent, marrées, vagues (,69) Comment différentes sortes d aliments sont produites, conservées et stockées (97) Comment mon corps grandit et se développe (,66) Les animaux de mon milieu (6) Les plantes de mon milieu (,6) Les détergents, savons, et comment ils agissent (7) L électricité, comment elle est produite et utilisée dans la maison (76) Comment utiliser et réparer les équipements électriques et mécaniques du quotidien (77) Le premier atterrissage sur la lune et l histoire de l exploration de l espace (,68) Comment l électricité a affecté le développement de notre société (,677) Comment le corps humain se construit et fonctionne (,) Comment les bébés grandissent et se développent (,) Ce qu il faut manger pour rester en bonne santé et en forme () Comment s exercer à garder son corps en forme et vigoureux (,55) 67

68 Comment maîtriser les épidémies et les maladies (,69) Le cancer, ce que nous en savons et comment le traiter (67) Les maladies sexuellement transmissibles, et comment être protégé contre elles () Comment exécuter les premiers secours et utiliser les équipements médicaux de base () Ce que nous savons du Sida/HIV et comment les maîtriser (,66) Comment l alcool et le tabac peuvent affecter le corps (8) Comment les différentes drogues affectent le corps (78) Les dangers possibles des radiations des téléphones portables et des ordinateurs (78) Comment les sons intenses et les vacarmes peuvent endommager mon audition (,658) Comment protéger les espèces animales menacées (86) Comment améliorer les cultures dans les jardins et les fermes (7) L usage médical des plantes (,69) Les aspects biologiques et humains de l avortement (,6) Comment le génie génétique peut prévenir des maladies (,698) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture (8) Pourquoi religion et science sont parfois en conflit () Les risques et bénéfices des additifs alimentaires (8) Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord (8) Les scientifiques célèbres et leurs vies (77) Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions (6) Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, l autorité et la tradition (9) Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde (,6) Les très récentes inventions et découvertes en science et en technologie (99) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (,6) Extraction Method : principal component Analysis. component extracted. Le premier facteur majoritaire (tableau C) regroupe des items qui portent sur la science : son fonctionnement, son impact sur la société, la santé et l environnement ; d autres items sont en lien avec le milieu proche, l environnement et les objets de la vie quotidienne ; enfin des items portent sur les préoccupations des jeunes en relation avec la santé (maladies, drogues, alcool). Concernant la population scolaire de Créteil (tableau c), Le premier facteur regroupe des items qui portent sur l intérêt de la science, son fonctionnement et son impact sur la santé, la société et l environnement. 68

69 Le second facteur ne présente qu un item «contributeur», il s agit de l intérêt porté au corps et son maintien en bonne santé (tableau C). Le deuxième facteur regroupe des items en relation avec les armes et portent sur les domaines de la physique et de la chimie (tableau c). Le troisième facteur (tableau c) regroupe des items qui portent sur les préoccupations des jeunes en relation avec le corps, l alimentation. 69

70 Tableau c : ACP des garçons de l académie de Créteil Component Component Component Les plantes de mon milieu (96) Comment fonctionne la bombe atomique (,757) les épidémies et les maladies causant beaucoup de perte Les détergents, savons, et comment ils agissent (9) L électricité, comment elle est produite et utilisée dans la maison (5) Comment utiliser et réparer les équipements électriques et mécaniques du quotidien () Le premier atterrissage sur la lune et l histoire de l exploration de l espace (77) Comment l électricité a affecté le développement de notre société (,6) Les produits chimiques explosifs (,78) Les armes biologiques et chimiques et ces qu elles font au corps humain (,6) Les effets des fortes décharges électriques et de la foudre sur le corps humain (,65) Comment fonctionne une centrale nucléaire (,68) humaines () Ce qu il faut manger pour rester en bonne santé et en forme (,78) Les troubles du comportement alimentaire comme l anorexie, la boulimie (,69) L efficacité des lotions et des crèmes pour garder la peau jeune (,66) Comment s exercer à garder son corps en forme et vigoureux (,69) Chirurgie plastique et chirurgie esthétique (,6) Les aspects biologiques et humains de l avortement (,66) Comment le génie génétique peut prévenir des maladies (,665) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture (,678) Pourquoi religion et science sont parfois en conflit (,67) Les risques et bénéfices des additifs alimentaires (89) Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord (,79) Les scientifiques célèbres et leurs vies (,755) Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions (,7) Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, l autorité et la tradition (,7) Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde (,678) Les très récentes inventions et découvertes en science et en technologie (,689) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (,6) Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 8 iterations. 7

71 .. Analyse en fonction du lieu de scolarité et selon le sexe : les filles Nous avons retenu deux facteurs chez les filles de la population scolaire de Paris avec respectivement en pourcentage de la variance : 8,% ; 5,9%. Concernant Créteil, deux facteurs également ont été retenus chez les filles avec respectivement en pourcentage de la variance,7% ; 5%. Le premier facteur (tableau B) regroupe des items en lien avec la science : son fonctionnement et ses impacts sur la santé, l environnement et la société. L intérêt pour la science et son impact sur la société, l environnement est similaire chez les filles de l académie de Créteil (tableau b). Le second facteur (tableau B) porte sur les préoccupations des jeunes en lien avec la santé (maladies, drogues, alcool), en lien avec le fitness (alimentation, maintien du corps), en lien avec la reproduction. Chez les filles de l académie de Créteil, ce second facteur est semblable à celui identifié chez les filles de l académie de Paris, mais porte de façon plus claire sur les maladies. Chez les filles des deux populations scolaires, des différences minimes existent quant à l intérêt porté à la science, son fonctionnement et son impact. L intérêt pour le corps humain dans ces liens avec les maladies ou les effets de la drogue et de l alcool est également présent. 7

72 Tableau B : ACP des filles de l académie de Paris Component Component (suite) Component Comment les météorites, astéroïdes, comètes peuvent causer des désastres sur terre (8) Les nouvelles sources d énergie à partir du soleil, vent, marrées, vagues (9) Comment l oreille peut entendre différents sons (,9) L utilisation des satellites pour la communication et leurs autres usages (6) Comment les rayons X, les ultrasons sont utilisés en médecine (8) Comment fonctionne une centrale nucléaire () Comment le pétrole brut est converti en d autres matières comme le plastique et le textile () Les mystères non résolus de l espace (8) La couche d ozone et comment elle peut être endommagée par l homme (5) L effet de serre et comment il peut être modifié par les humais () Comment la technologie peut aider à traiter les ordures, les déchets, les eaux usées (,87) Comment maîtriser les épidémies et les maladies () Comment les sons intenses et les vacarmes peuvent endommager mon audition (58) L usage médical des plantes (,97) Comment différentes sortes d aliments sont produites, conservées et stockées (,85) L électricité, comment elle est produite et utilisée dans la maison (7) Comment utiliser et réparer les équipements électriques et mécaniques du quotidien (5) Le premier atterrissage sur la lune et l histoire de l exploration de l espace (8) Comment l électricité a affecté le développement de notre société (7) Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture (,89) Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord () Les scientifiques célèbres et leurs vies () Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions () Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, l autorité et la tradition (6) Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde (8) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (8) Comment l énergie peut être économisée et utilisée de façon plus efficace (,98) Extraction Method : principal component Analysis. component extracted. Le sexe et la reproduction (7) Le contrôle des naissances et la contraception (65) Comment les bébés grandissent et se développent () Ce qu il faut manger pour rester en bonne santé et en forme () L efficacité des lotions et des crèmes pour garder la peau jeune () Comment s exercer à garder son corps en forme et vigoureux () Les maladies sexuellement transmissibles, et comment être protégé contre elles (9) Ce que nous savons du Sida/HIV et comment les maîtriser (,86) Comment l alcool et le tabac peuvent affecter le corps (5) Comment les différentes drogues affectent le corps (7) 7

73 Tableau b : ACP des filles de l académie de Créteil Component Component (suite) Component Comment les météorites, astéroïdes, comètes peuvent causer des désastres sur terre () Les tornades, les ouragans et les cyclones (9) Les plantes toxiques dans mon milieu (7) Les poisons mortels et ce qu ils font au corps humain () Les instruments optiques et comment ils fonctionnent () Comment les enregistreurs à cassettes, les CD et les DVD enregistrent et restituent le son et la musique () Comment des appareils tels que les radios, les télévisions fonctionnent (5) Pourquoi les étoiles scintillent et le ciel est bleu () Pourquoi nous pouvons voir l arc-en-ciel (8) Les symétries et les motifs dans les fleurs et les feuilles () Comment le coucher du soleil colore-t-il le ciel (7) La couche d ozone et comment elle peut être endommagée par l homme (8) Les plantes de mon milieu (9) L électricité, comment elle est produite et utilisée dans la maison (9) Le premier atterrissage sur la lune et l histoire de l exploration de l espace (87) Comment l électricité a affecté le développement de notre société (,6) Comment le génie génétique peut prévenir des maladies () Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l agriculture () Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord (59) Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions (9) Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, l autorité et la tradition (7) Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde (6) Les très récentes inventions et découvertes en science et en technologie (55) Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer (7) Que doit-on faire pour assurer la qualité de l air et protéger l eau potable (6) Comment la technologie peut aider à traiter les ordures, déchets et eaux usées (66) Comment les sons intenses et les vacarmes peuvent endommager mon audition (58) L usage médical des plantes () Comment l énergie peut être économisée et utilisée de façon plus efficace (96) Les nouvelles sources d énergie à partir du soleil, vent, marrées, vagues (96) Extraction Method : principal component Analysis. 6 component extracted. Le sexe et la reproduction (55) Le contrôle des naissances et la contraception () Ce qu il faut manger pour rester en bonne santé et en forme (,69) Les troubles du comportement alimentaire comme l anorexie, la boulimie (,78) L efficacité des lotions et des crèmes pour garder la peau jeune (6) Comment s exercer à garder son corps en forme et vigoureux (,89) Chirurgie plastique et chirurgie esthétique (,) Comment l alcool et le tabac peuvent affecter le corps (,67) Comment les différentes drogues affectent le corps (,7) Comment mon corps grandit et se développe (,) 7

74 Pour conclure, on note quelques contrastes entre les deux académies. L académie de Créteil se distingue par un regroupement d items en lien manifeste avec les armes, les domaines de la chimie, de la physique. L analyse selon le sexe montre que ce sont les profils des garçons, notamment de ceux de l académie de Créteil, qui représentent ces contrastes. L ensemble de ces items appartient à la section A. Si on regarde les scores des moyennes de cette section obtenus dans les différents départements de Créteil (voir annexe X), on ne note pas de différences. L effet «département» n a pas d influence.. Résultats de l analyse statistique de la question D L examen de l analyse factorielle des deux populations scolaires livrent trois facteurs dont le pourcentage de la variance pour Créteil est : F=,% ; F=,7% ; F=5,6%. Pour Paris le pourcentage de la variance est F=9,97 ; F=,5% ; F=5,8% Tableau : ACP académie de Créteil Items F F F D Traiter de l environnement ne me concerne pas,69,676,5 D les problèmes de l environnement font que l avenir du monde semble plus sombre et sans espoir,66, -,8 D les problèmes de l environnement sont exagérés,88,69,68 D la science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de l environnement,68,59 -, D5 je tiens à ce que les problèmes de l environnement soient résolus même si cela sacrifie des ressources,9,95,9 D6 je peux personnellement influencer ce qui se passe dans l environnement,6 -,, D7 nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes d environnement,589,,5 D8 les gens se préoccupent trop des problèmes d environnement -,,6,7 D9 les problèmes de l environnement peuvent être résolus sans de gros changements dans notre mode de vie,5,,99 D les gens devraient se soucier plus de la protection de l environnement,7 -,,96 D il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les problèmes d environnement qui touchent le monde,568,, D je pense que chacun de nous peut avoir une contribution significative pour la protection de l environnement,5 -,55,7 D les problèmes de l environnement doivent être laissés aux experts -,9,66, D je suis optimiste pour le futur,7,,58 D5 les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens,9,55,8 D6 il est légitime d utiliser expérimentalement des animaux si cela peut sauver des vies humaines,,56,6 D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement,6,8,7 D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix,9,6, Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 9 iterations. 7

75 Les deux académies sont peu contrastées par rapport à l environnement compte tenu des réponses des élèves. Un regroupement d items (facteur ) montre chez les deux académies un engagement pour résoudre des problèmes environnementaux. On note chez les élèves de Créteil une implication individuelle moins affirmée (D6) par rapport aux élèves de Paris et un pessimisme pour l avenir (D). Tableau 5 : ACP académie de Paris Items F F F D Traiter de l environnement ne me concerne pas -,,79 -,8 D les problèmes de l environnement font que l avenir du monde semble plus sombre et sans espoir,88,7 -, D les problèmes de l environnement sont exagérés,8,6,98 D la science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de l environnement,7,7,5 D5 je tiens à ce que les problèmes de l environnement soient résolus même si cela sacrifie des ressources,6,,7 D6 je peux personnellement influencer ce qui se passe dans l environnement,67,5,8 D7 nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes d environnement,67,5, D8 les gens se préoccupent trop des problèmes d environnement,,6,9 D9 les problèmes de l environnement peuvent être résolus sans de gros changements dans notre mode de vie,76,9,567 D les gens devraient se soucier plus de la protection de l environnement,789 -,,5 D il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les problèmes d environnement qui touchent le monde,59,,8 D je pense que chacun de nous peut avoir une contribution significative pour la protection de l environnement,78 -,59, D les problèmes de l environnement doivent être laissés aux experts,,6,86 D je suis optimiste pour le futur,5,55,68 D5 les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens,5,7,5 D6 il est légitime d utiliser expérimentalement des animaux si cela peut sauver des vies humaines,89,7,6 D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement,8,,9 D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix,59,55,9 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 7 iterations. L analyse factorielle distinguée selon le sexe livre facteurs chez les deux populations scolaires. Concernant Créteil, les pourcentages des variances sont : F=% ; F=,% ; F=6,5% ; F=5,7%. Pour Paris, les facteurs représentent en pourcentage de la variance respectivement : F=6,65% ; F=,65% ; F=5,9% ; F=5,6%. 75

76 Tableau 6 : ACP des filles de l académie de Créteil Items F F F F D Traiter de l environnement ne me concerne pas,99,9,,78 D les problèmes de l environnement font que l avenir du monde semble plus sombre et sans espoir -,8,8,59,7 D les problèmes de l environnement sont exagérés,57,,6,65 D la science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de l environnement,,79 -,69,7 D5 je tiens à ce que les problèmes de l environnement soient résolus même si cela sacrifie des ressources,57,6 -,5,57 D6 je peux personnellement influencer ce qui se passe dans l environnement,78,57,, D7 nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes d environnement,6,6,, D8 les gens se préoccupent trop des problèmes d environnement,6 -, -,9,5 D9 les problèmes de l environnement peuvent être résolus sans de gros changements dans notre mode de vie,,,, D les gens devraient se soucier plus de la protection de l environnement -,9,58,7 -, D il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les problèmes d environnement qui touchent le monde,7,6 -, -,5 D je pense que chacun de nous peut avoir une contribution significative pour la protection de l environnement,,97, -,76 D les problèmes de l environnement doivent être laissés aux experts,68 -,5,55, D je suis optimiste pour le futur,,7,,8 D5 les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens,,7,77, D6 il est légitime d utiliser expérimentalement des animaux si cela peut sauver des vies humaines,55,,7 -,5 D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement,557,68,9 -,95 D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix,7,8,5 -,9 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 6 iterations. Le groupement d items (facteur ) montre un engagement pour l environnement avec une dimension individuelle chez les filles de l académie de Paris, une «dévolution» de ces problèmes aux experts pour les filles de l académie de Créteil. Cette confiance dans les experts pousse les élèves de Paris à rejeter tout engagement pour l environnement D (facteur ), alors que pour les filles de l académie de Créteil ce rejet est lié au sentiment d exagération des problèmes. Le reste des facteurs montre de l optimisme chez les filles de Paris qui contraste avec la sacralisation de la nature chez les filles de Créteil. 76

77 Tableau 7 : ACP des filles de l académie de Paris Items F F F F D Traiter de l environnement ne me concerne pas -,6,59,,6 D les problèmes de l environnement font que l avenir du monde semble plus sombre et sans espoir,6,97,,69 D les problèmes de l environnement sont exagérés -,65,66,5,6 D la science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de l environnement,9, -,8,7 D5 je tiens à ce que les problèmes de l environnement soient résolus même si cela sacrifie des ressources,65,56,65, D6 je peux personnellement influencer ce qui se passe dans l environnement,559 -,,9, D7 nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes d environnement,98,,697, D8 les gens se préoccupent trop des problèmes d environnement,,7,9 -,97 D9 les problèmes de l environnement peuvent être résolus sans de gros changements dans notre mode de vie,,,5 -, D les gens devraient se soucier plus de la protection de l environnement,566 -,8,7,5 D il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les problèmes d environnement qui touchent le monde,68,6,,96 D je pense que chacun de nous peut avoir une contribution significative pour la protection de l environnement,55 -,9,58, D les problèmes de l environnement doivent être laissés aux experts,5,68 -,5 -,8 D je suis optimiste pour le futur,8,66,598 -,98 D5 les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens,66,9,6 -,6 D6 il est légitime d utiliser expérimentalement des animaux si cela peut sauver des vies humaines,,8,8 -,67 D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement,55,8, -,9 D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix,66,76,89, Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 9 iterations. L analyse factorielle ne livre que facteurs chez les garçons. Concernant Paris, les pourcentages de la variance sont respectivement : F=5,5% ; F=,8% ; F=6,%. Pour Créteil, ces pourcentages sont respectivement : F=5,% ; F=,% ; F=6,%. 77

78 Tableau 8 : ACP des garçons de l académie de Paris Items F F F D Traiter de l environnement ne me concerne pas,,,75 D les problèmes de l environnement font que l avenir du monde semble plus sombre et sans espoir,8 -,5,678 D les problèmes de l environnement sont exagérés,,6,9 D la science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de l environnement,,56,78 D5 je tiens à ce que les problèmes de l environnement soient résolus même si cela sacrifie des ressources,68,,9 D6 je peux personnellement influencer ce qui se passe dans l environnement,66,6,5 D7 nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes d environnement,666,8,6 D8 les gens se préoccupent trop des problèmes d environnement,8,57,97 D9 les problèmes de l environnement peuvent être résolus sans de gros changements dans notre mode de vie,59,679,87 D les gens devraient se soucier plus de la protection de l environnement,789,6, D il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les problèmes d environnement qui touchent le monde,66,,69 D je pense que chacun de nous peut avoir une contribution significative pour la protection de l environnement,79,8,5 D les problèmes de l environnement doivent être laissés aux experts,89,59,5 D je suis optimiste pour le futur,6,77 -, D5 les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens,56,8, D6 il est légitime d utiliser expérimentalement des animaux si cela peut sauver des vies humaines,8,5,59 D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement,6,7,6 D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix,587,8,8 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 6 iterations. L examen des regroupements d items (facteur ) montre, comme pour les filles de Paris, une implication individuelle chez les garçons de Paris. Les garçons de l académie de Créteil souhaitent que cette implication relève des pays riches et de l ensemble de la société. Le sentiment d exagération des problèmes d environnement D, d une préoccupation importante de la part des gens D8, d une confiance dans les experts conduit à un rejet de tout intérêt pour l environnement chez les garçons de Créteil (facteur ). Ces mêmes items sont corrélés chez les garçons de Paris avec l optimisme D, le respect pour le droit à la vie des animaux D5 et le sentiment que les problèmes peuvent être résolus sans changement du notre mode de vie D9. 78

79 Tableau 9 : ACP des garçons de l académie de Créteil Items F F F D Traiter de l environnement ne me concerne pas,6,657,8 D les problèmes de l environnement font que l avenir du monde semble plus sombre et sans espoir,78,5, D les problèmes de l environnement sont exagérés,5,7,5 D la science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de l environnement,5,75 -, D5 je tiens à ce que les problèmes de l environnement soient résolus même si cela sacrifie des ressources,56,78,7 D6 je peux personnellement influencer ce qui se passe dans l environnement, -,,597 D7 nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes d environnement,5,,8 D8 les gens se préoccupent trop des problèmes d environnement -,5,6, D9 les problèmes de l environnement peuvent être résolus sans de gros changements dans notre mode de vie,5,, D les gens devraient se soucier plus de la protection de l environnement,69 -,,5 D il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les problèmes d environnement qui touchent le monde,678,65 -,6 D je pense que chacun de nous peut avoir une contribution significative pour la protection de l environnement,6 -,7,59 D les problèmes de l environnement doivent être laissés aux experts,5,78 -, D je suis optimiste pour le futur,8,59,577 D5 les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens,7,67,9 D6 il est légitime d utiliser expérimentalement des animaux si cela peut sauver des vies humaines,86,5,595 D7 presque toute activité humaine est nuisible à l environnement,55,8,8 D8 le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix,5,8,6 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 8 iterations. Des analyses précédentes, on peut dire que la population scolaire de Paris se distingue par une implication plus clairement individuelle que celle de Créteil. Cette implication est commune aux garçons et aux filles. Nous avons cherché à identifier les contrastes que peuvent avoir les élèves des deux académies en retenant le critère de l âge. 79

80 -5 ans F -5 ans G 6 ans filles 6ans G D D8 D D5 D7 D D D D5 D8 Graphe : Courbe Paris Les élèves de -5 ans de l académie de Paris, quelque soit leur sexe, se sentent très concernés par les problèmes de l environnement à l opposé de ceux de 6 ans. A Créteil, tout le monde se sent très concerné par l environnement (D). Ce sont les garçons de 6 ans, à l opposé des garçons du même âge de l académie de Paris, qui sont le plus engagés. Les courbes des -5 ans chez les garçons des deux académies sont identiques à l exception du droit à la vie des animaux chez les garçons de Paris. Graphe : Courbe Créteil -5 ans F -5 ans G 6 ans filles 6ans G D D8 D D5 D7 D D D D5 D8 En conclusion, on peut dire que les -5 ans des deux académies se sentent concernés par l environnement. 8

81 -5 ans f-p -5 ans g-p -5 ans F-C -5 ans g-c D D8 D D5 D7 D D D D5 D8 Graphe : Courbe Paris/Créteil (-5 ans) Les filles souhaitent moins que les garçons que les problèmes soient laissés aux experts, elles pensent en outre que les gens s en préoccupent trop. Si les filles de Créteil sont très radicales par rapport à la responsabilité des pays riches, les garçons de Paris sont très radicaux quant aux droits des animaux à la vie. Graphe : Courbe Paris/Créteil (6 ans) 6 ans f-p 6ans G-P 6 ans f-c 6ans G-C D D8 D D5 D7 D D D D5 D8 Chez les 6 ans, les garçons et les filles de Créteil sont plus concernés par l environnement. Ils sont moins enclins à laisser aux experts le soin de résoudre les problèmes de l environnement. Concernant l environnement, les contrastes entre les deux académies sont plus observés chez les garçons de 6 ans que ceux de -5 ans. 8

82 . Résultats de l analyse factorielle à composante principale de la question F L examen de l analyse factorielle de la population scolaire de Paris livre trois facteurs dont le pourcentage de la variance est respectivement : F : 6,87% ; F :7,5% ; F : 6,5%. Tableau : ACP de l académie de Paris Item F F F La science à l école est un sujet difficile La science à l école est intéressante La science à l école est plutôt facile pour moi à apprendre La science à l école m a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants J aime la science à l école plus que la plupart des autres sujets Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l école Les choses que j apprends en science à l école seront une aide dans ma vie quotidienne Je pense que la science que j apprends à l école améliorera mes chances de carrière La science à l école m a rendu plus critique et sceptique La science à l école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne pouvons pas encore expliquer La science à l école a augmenté mon appréciation de la nature La science à l école m a montré l importance de la science dans notre manière de vivre La science à l école m a appris comment prendre mieux soin de ma santé Je voudrais devenir un scientifique.7.8. Je voudrais avoir le plus possible de science à l école Je voudrais avoir un travail en technologie Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 5 iterations. Concernant la population scolaire de Créteil, l analyse factorielle ne livre que deux facteurs dont les pourcentages de la variance sont respectivement : F : 5,% ; F : 7,%. 8

83 Tableau : ACP de l académie de Créteil Item F F La science à l école est un sujet difficile La science à l école est intéressante.7.65 La science à l école est plutôt facile pour moi à apprendre.7.7 La science à l école m a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants.5.57 J aime la science à l école plus que la plupart des autres sujets.87.7 Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l école.55.7 Les choses que j apprends en science à l école seront une aide dans ma vie quotidienne.585. Je pense que la science que j apprends à l école améliorera mes chances de carrière La science à l école m a rendu plus critique et sceptique La science à l école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne pouvons pas encore expliquer.6.88 La science à l école a augmenté mon appréciation de la nature La science à l école m a montré l importance de la science dans notre manière de vivre La science à l école m a appris comment prendre mieux soin de ma santé Je voudrais devenir un scientifique..68 Je voudrais avoir le plus possible de science à l école.9.67 Je voudrais avoir un travail en technologie..6 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. Les deux académies sont fortement contrastées. La perception de la difficulté d étude de la science apparaît dans le facteur majoritaire (facteur ) chez les élèves de Créteil. Ce sentiment est corrélé avec une image positive de la science et une motivation pour son apprentissage chez les élèves de Créteil à l opposé des élèves de Paris. Chez ces derniers la difficulté d étude de la science est dissuasive. F n est corrélé à aucun autre item. Les deux académies sont également contrastées par rapport au choix d un métier en relation avec la science. Ce choix se fait exclusivement par motivation chez les élèves de Paris et porte également sur le domaine de la technologie. Les élèves de l académie de Créteil font un choix exclusif pour les sciences pour des raisons diverses : facilité de la science, intérêt, motivation L analyse factorielle distinguée selon le sexe livre facteurs chez les deux populations scolaires. Concernant Paris, les pourcentages de la variance obtenus chez les filles sont : F :,9% ; F : 7,9% ; F : 7,8%. Pour Créteil, les facteurs représentent en pourcentage de la variance respectivement : F : 9,88% ; F : 8,% ; F : 7%. 8

84 Tableau : ACP des filles de l académie de Paris Item F F F La science à l école est un sujet difficile La science à l école est intéressante La science à l école est plutôt facile pour moi à apprendre La science à l école m a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants J aime la science à l école plus que la plupart des autres sujets..69. Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l école Les choses que j apprends en science à l école seront une aide dans ma vie quotidienne Je pense que la science que j apprends à l école améliorera mes chances de carrière La science à l école m a rendu plus critique et sceptique La science à l école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne pouvons pas encore expliquer.7.. La science à l école a augmenté mon appréciation de la nature La science à l école m a montré l importance de la science dans notre manière de vivre La science à l école m a appris comment prendre mieux soin de ma santé Je voudrais devenir un scientifique Je voudrais avoir le plus possible de science à l école Je voudrais avoir un travail en technologie Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. Les réponses des élèves filles sont similaires. Les facteurs obtenus sont identiques dans les deux académies. Les filles ont une bonne image des sciences. Le choix d un métier en relation avec les sciences et la technologie est corrélé exclusivement à la motivation F5. 8

85 Tableau : ACP des filles de l académie de Créteil Item F F F La science à l école est un sujet difficile La science à l école est intéressante La science à l école est plutôt facile pour moi à apprendre La science à l école m a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants J aime la science à l école plus que la plupart des autres sujets Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l école Les choses que j apprends en science à l école seront une aide dans ma vie quotidienne Je pense que la science que j apprends à l école améliorera mes chances de carrière La science à l école m a rendu plus critique et sceptique La science à l école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne pouvons pas encore expliquer La science à l école a augmenté mon appréciation de la nature La science à l école m a montré l importance de la science dans notre manière de vivre.7.8. La science à l école m a appris comment prendre mieux soin de ma santé Je voudrais devenir un scientifique Je voudrais avoir le plus possible de science à l école Je voudrais avoir un travail en technologie Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 5 iterations. Chez les garçons, l analyse factorielle n a livré que deux facteurs. Concernant l académie de Paris, le pourcentage de la variance est respectivement : F 5,% ; F 6,9%. Pour Créteil, le pourcentage est de : 6,76% ; 7,9%. 85

86 Tableau : ACP des garçons de l académie de Paris Item F F La science à l école est un sujet difficile La science à l école est intéressante.76. La science à l école est plutôt facile pour moi à apprendre.8 -. La science à l école m a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants.7.8 J aime la science à l école plus que la plupart des autres sujets.87.6 Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l école.779. Les choses que j apprends en science à l école seront une aide dans ma vie quotidienne.67.9 Je pense que la science que j apprends à l école améliorera mes chances de carrière La science à l école m a rendu plus critique et sceptique.575. La science à l école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne pouvons pas encore expliquer.65.6 La science à l école a augmenté mon appréciation de la nature.5.58 La science à l école m a montré l importance de la science dans notre manière de vivre.68.5 La science à l école m a appris comment prendre mieux soin de ma santé Je voudrais devenir un scientifique Je voudrais avoir le plus possible de science à l école Je voudrais avoir un travail en technologie.66.5 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. a rotation converged in iterations. L examen des différents tableaux montre quelques contrastes chez les deux académies. Les garçons de l académie de Paris font un choix par défaut de métiers en relation avec la technologie quand la science leur paraît difficile à apprendre. Chez les garçons de l académie de Créteil la science est pertinente même si elle parait difficile. Le choix d un métier en relation avec les sciences se fait pour de multiples raisons chez les garçons à l opposé des filles. 86

87 Tableau 5 : ACP des garçons de l académie de Créteil Item F F La science à l école est un sujet difficile La science à l école est intéressante La science à l école est plutôt facile pour moi à apprendre La science à l école m a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants.58.8 J aime la science à l école plus que la plupart des autres sujets.77.7 Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l école.6.5 Les choses que j apprends en science à l école seront une aide dans ma vie quotidienne.5.8 Je pense que la science que j apprends à l école améliorera mes chances de carrière La science à l école m a rendu plus critique et sceptique.8.5 La science à l école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne pouvons pas encore expliquer La science à l école a augmenté mon appréciation de la nature..676 La science à l école m a montré l importance de la science dans notre manière de vivre La science à l école m a appris comment prendre mieux soin de ma santé Je voudrais devenir un scientifique.6. Je voudrais avoir le plus possible de science à l école.66.9 Je voudrais avoir un travail en technologie.9.69 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. Pour conclure, on peut noter que la perception de la difficulté de la science a un effet contrastant. Ce sont les profils des garçons qui sont contrastés et non ceux des filles. 5. Résultats de l analyse factorielle à composante principale de la question G L examen de l analyse factorielle de la population scolaire de Paris et de Créteil livre deux facteurs. Concernant l académie de Paris, le pourcentage de la variance est respectivement : 7,66% ; 9%. Pour Créteil, le pourcentage de la variance des deux facteurs est de : 7,6% ; 7%. 87

88 Tableau 6 : ACP de l académie de Paris Items de la question G (mon opinion sur la science et la technologie) F F G- La science et la technologie sont importantes pour la société G- La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, le cancer G- Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations G- La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables..7 G5- Les nouvelles technologies rendront le travail plis intéressant.8.6 G6- Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elle pourrait avoir..8 G7- La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde G8- La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes.7. G9- La science et la technologie soulagent la pauvreté G- La science et la technologie sont la cause des problèmes de l environnement.6. G- Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer G- La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés G- Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes G- nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire G5- Les scientifiques sont neutres et objectifs.79. G6- Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps.65.7 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. L examen des réponses des élèves montre une opinion positive quant au rôle et à l impact de la science et de la technologie sur notre société. Chez les élèves de l académie de Paris, cette opinion positive est liée à la confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail, elle est liée également au sentiment du bénéfice que peuvent tirer tous les pays, y compris les non développés, pour leur citoyens (facteur ). Chez les élèves de l académie de Créteil, l opinion positive à propos de la science est vue dans son lien avec le profit que peuvent en tirer les pays en développement (facteur ). 88

89 Tableau 7 : ACP de l académie de Créteil Items de la question G (mon opinion sur la science et la technologie) F F G- La science et la technologie sont importantes pour la société.778. G- La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, le cancer G- Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations G- La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables.696. G5- Les nouvelles technologies rendront le travail plis intéressant G6- Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elle pourrait avoir..58 G7- La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde.85.5 G8- La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes.5.66 G9- La science et la technologie soulagent la pauvreté G- La science et la technologie sont la cause des problèmes de l environnement G- Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer.6.6 G- La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés.69.8 G- Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes G- nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire G5- Les scientifiques sont neutres et objectifs..7 G6- Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps..58 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. Les facteurs s inversent chez les deux académies. Le bénéfice pour tous les pays devient clair chez les élèves de l académie de Créteil. La centration sur les pays en voie de développement pour tirer bénéfice de la science se retrouve chez les élèves de Paris. L examen de l analyse factorielle de la population scolaire de Paris et de Créteil selon le sexe livre deux facteurs chez les filles de l académie de Paris. Le pourcentage de la variance est respectivement : F : 9,5% ; F : % ; F : 6,%. Pour Créteil, l ACP n a livré que facteurs. Le pourcentage de la variance des deux facteurs est de : F : 5,5% ; F : 6,9%.. 89

90 Tableau 8 : ACP des filles de l académie de Paris Items de la question G (mon opinion sur la science et la technologie) F F F G- La science et la technologie sont importantes pour la société G- La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, le cancer G- Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations G- La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables G5- Les nouvelles technologies rendront le travail plis intéressant G6- Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elle pourrait avoir G7- La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde G8- La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes..9.7 G9- La science et la technologie soulagent la pauvreté G- La science et la technologie sont la cause des problèmes de l environnement G- Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer G- La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés G- Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes G- nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire G5- Les scientifiques sont neutres et objectifs G6- Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in 5 iterations. Les filles ont une opinion positive à propos de la science. Chez les filles de l académie de Paris, l opinion positive est liée à la confiance accordée aux scientifiques et à leurs méthodes de travail. Chez les filles de l académie de Créteil, c est la contribution sociale de la science qui est mise à l avant (facteur ). Cette contribution sociale est bien perçue également dans l académie de Paris (facteur ). La confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail est liée dans le cas de Créteil à la possibilité de résoudre tous les problèmes y compris ceux de pauvreté (facteur ). 9

91 Tableau 9 : ACP des filles de l académie de Créteil Items de la question G (mon opinion sur la science et la technologie) F F G- La science et la technologie sont importantes pour la société.7.57 G- La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, le cancer.7.9 G- Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations.76.8 G- La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables G5- Les nouvelles technologies rendront le travail plis intéressant G6- Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elle pourrait avoir.65.6 G7- La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde.6.87 G8- La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes..6 G9- La science et la technologie soulagent la pauvreté.6.6 G- La science et la technologie sont la cause des problèmes de l environnement.6. G- Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer G- La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés.687. G- Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes..65 G- nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire.7.67 G5- Les scientifiques sont neutres et objectifs.6.77 G6- Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps.8.57 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. L examen de l analyse factorielle de la population scolaire de Paris et de Créteil selon le sexe livre deux facteurs dans les deux académies. Le pourcentage de la variance est respectivement pour Paris : F : 56,% ; F : 8,%. Pour Créteil, le pourcentage de la variance des deux facteurs est de : F :,% ; F : 7,8%. 9

92 Tableau : ACP des Garçons de l académie de Paris Items de la question G (mon opinion sur la science et la technologie) F F G- La science et la technologie sont importantes pour la société..88 G- La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, le cancer..8 G- Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations.5.88 G- La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables.9.7 G5- Les nouvelles technologies rendront le travail plus intéressant.9.6 G6- Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elle pourrait avoir G7- La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde.55.5 G8- La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes.785. G9- La science et la technologie soulagent la pauvreté.86.7 G- La science et la technologie sont la cause des problèmes de l environnement.67.9 G- Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer G- La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés G- Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes G- nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire.8.6 G5- Les scientifiques sont neutres et objectifs.68.7 G6- Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps.56.8 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. L examen des différents résultats obtenus chez les filles et chez les garçons montre qu il n y a pas de différence intra académique pour Créteil. Les garçons dans le cas de Paris ont une opinion positive de la science et une confiance dans les scientifiques et leur méthodologie de travail (facteur ). Dans le cas de Créteil, les garçons ont une vision plutôt de la contribution sociale de la science et de la technologie. Chez ces derniers, la confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail est liée à la capacité de la science de résoudre tous les problèmes y compris ceux de la pauvreté (facteur ). 9

93 Tableau : ACP des garçons de l académie de Créteil Items de la question G (mon opinion sur la science et la technologie) F F G- La science et la technologie sont importantes pour la société.8.56 G- La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, le cancer.75. G- Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations.77.7 G- La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables G5- Les nouvelles technologies rendront le travail plis intéressant G6- Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu elle pourrait avoir.8.5 G7- La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde.5.58 G8- La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes G9- La science et la technologie soulagent la pauvreté G- La science et la technologie sont la cause des problèmes de l environnement.87.5 G- Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer G- La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés.6.69 G- Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes.9.68 G- nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire..786 G5- Les scientifiques sont neutres et objectifs.7.69 G6- Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps.8.79 Extraction Method : principal component Analysis. Rotation Method : Varimax with Kaiser Normalization. A rotation converged in iterations. L examen des réponses des élèves montre une opinion positive quant au rôle et à l impact de la science et de la technologie sur notre société. Les résultats obtenus chez les filles et chez les garçons montrent qu il n y a pas de différence intra académique. Pour Créteil, tous les élèves mettent à l avant une vision de la contribution sociale de la science et de la technologie. La confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail est liée dans le cas de Créteil à la possibilité de résoudre tous les problèmes y compris ceux de pauvreté. Chez les élèves de l académie de Paris, l opinion positive à propos de la science est liée à la confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail, elle est liée également au sentiment du bénéfice que peuvent tirer tous les pays, y compris les non développés. 9

94 Synthèse des résultats Dans ce rapport, nous avons analysé la population scolaire des deux académies de Paris et de Créteil à la fois comme atypique et exemplaire. L étude de notre population est envisagée comme un exemple (partie ). Pour autant, le caractère atypique de notre population scolaire tient à son poids dans l ensemble national (partie ). * L exemplarité de la population scolaire de Paris-Créteil l emporte sur son caractère atypique : - Une analyse approfondie des scores montre que si les filles s intéressent à plus d items que les garçons, néanmoins leurs intérêts sont moins diversifiés que ceux de ces derniers. Au final, les garçons ont un profil plus marqué par des intérêts pour la technologie et les phénomènes physiques, en plus des questions d environnement et de maladies. Les filles ont un profil plus orienté vers la biologie humaine en plus des questions d environnement et de société qu elles partagent avec les garçons. - La botanique, les plantes et les questions d agriculture d une manière générale n intéressent pas les élèves, cela peut s expliquer par la nature citadine de notre population ou par la connotation scolaire de ces items. - Concernant la question de l environnement, une première analyse des moyennes montre que garçons et filles retiennent les mêmes propositions et rejettent les mêmes. En général, tous ont une vision prospective des problèmes, souhaitent une participation et un engagement à l échelle individuelle, sociétal et planétaire. - La mobilisation vers l action de la part des élèves existe même si les problèmes de l environnement paraissent nuisibles à l avenir du monde (D). Le désengagement individuel est lié à la confiance dans les experts, l engagement de la part de la société, l exagération des problèmes de l environnement. En plus, l optimisme est de rigueur (médiane pour l item D 9 ). Mais ce dernier ne semble pas être le signe d un engagement ou d une mobilisation pour l action (cf. plus loin). L effet «genre» ne semble pas opérer. - L analyse factorielle montre néanmoins des différences en ce qui concerne l engagement des deux sexes. L engagement individuel chez les filles diffère de celui des garçons. Celles-ci s engagent, en effet, malgré le sentiment d une grande préoccupation sociale pour les problèmes d environnement ou la confiance accordée aux experts. Chez les filles, l optimisme allié à la croyance dans l effet nuisible de toute activité humaine fait la différence. Elles ne croient pas, à l opposé des garçons, que les problèmes sont exagérés. Ces derniers semblent dédouaner les élèves d une implication personnelle. - Chez les deux sexes, la mobilisation vers l action en faveur des problèmes de l environnement semble non liée à l optimisme. - L analyse des pourcentages montre que les élèves de Paris et de Créteil dans leur ensemble ne souhaitent pas avoir un métier en relation avec la science ou la technologie. En effet seulement,% d entre eux le souhaitent : 5,% de filles contre 6,6% des garçons. 9 5,6% d élèves ont coché et contre,8% qui ont coché et (voir annexe). 9

95 - Les objectifs assignés à la science et visés par l école sont loin d être admis par les élèves (esprit critique, ouverture sur des métiers, «appréciation» de la nature). Ce sont plutôt les liens avec leur santé, leur manière de vivre qui retiennent l adhésion des élèves. Et c est ce qui la rend intéressante pour, 7% d entre eux. - L analyse factorielle des résultats montre que les garçons et les filles s engagent en science de façon différente. Chez les filles, l engagement est fortement corrélé à F5 (motivation pour les sciences plus que toute autre discipline enseignée). Elles peuvent être intéressées, trouver de la pertinence et de l importance à la science sans pour autant souhaiter s y engager dans le futur. Chez les garçons, la motivation n a pas ce poids. - La facilité de l apprentissage de la science en tant que discipline (F) est également corrélée au choix du métier scientifique de façon discriminante chez les filles et les garçons. Les garçons, en cas de difficulté dans l apprentissage des sciences, s engagent vers des métiers en relation avec la technologie, mais ils trouvent malgré cela la science pertinente et lui reconnaissent certaines visées en accord avec les finalités de l école (esprit critique, curiosité, appréciation de la nature). Chez les filles, la facilité dans l apprentissage (self confidence) n a aucune incidence sur l engagement ni sur l appréciation de la science. Elles ne s engagent que quand elles sont motivées! De ce fait même, elles s autolimitent dans leurs engagements futurs. - On a deux types d engagement différents chez les filles et chez les garçons. Les premières s engagent exclusivement par motivation, les seconds s engagent pour différentes raisons (motivation, self confidence, pertinence et intérêt des sciences ). Pour le choix d un métier en relation avec les sciences, il faut distinguer l image positive, de la motivation que l on peut avoir pour les sciences. Celle-ci est décisive chez les filles et non chez les garçons. En effet, avoir une image positive des sciences n est pas garant d un engagement dans un métier scientifique. - L analyse des pourcentages montre que l image positive de la science et de la technologie, l optimisme des élèves quant à leur impact pour guérir les maladies contrastent avec leur scepticisme et méfiance en ce qui concerne les scientifiques. - Malgré l image positive qu ils ont de la science et de la technologie, la majorité des élèves ont une croyance que les effets nocifs de celles-ci l emportent sur les avantages. Curieusement, les réponses des élèves laissent penser que ces effets nocifs ne sont pas situés du côté de l impact sur l environnement, mais de la limite de la science à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde. Les filles ont légèrement plus confiance dans la science et la technologie pour guérir des maladies. Mais tous les élèves pensent que les effets nocifs sont plus importants que les avantages. Des problèmes qui sont en lien avec les modes de gouvernance et non avec le fonctionnement de la science elle-même ou son impact direct. - Trois types d attitudes ressortent : ) une disposition positive vis-à-vis de la science et de la technologie, en particulier une grande confiance dans leur pouvoir de guérir des maladies endémiques et d assurer un bon futur pour les générations suivantes. ) une confiance absolue dans les scientifiques et leurs manières de travailler. Cela concorde avec une vision de la toute puissance de la science. 95

96 ) une vision rationnelle de la science et une confiance dans l objectivité des scientifiques. Si celle-ci se développe et évolue, constitue un outil de progrès pour les pays, elle peut également avoir un impact négatif sur l environnement. - Chez les garçons, on note en général une confiance dans la science et non dans les scientifiques. Chez les filles au contraire, on note une confiance dans les scientifiques. La science, pensent-elles, permet de résoudre tous les problèmes, ou au contraire peut avoir un impact négatif sur l environnement et plus généralement présenter plus d effets nocifs que d avantages. - Les motivations qui président au choix du métier telles qu elles ressortent de l analyse sont très diverses : innovation, orientation vers le social, souhait d être leader, loisirs. Les métiers orientés vers la technologie et la nature ont été rejetés. - Le seul métier orienté vers l art est choisi par les filles seules. Les métiers que choisissent les garçons seuls sont orientés vers la technologie, vers la direction d une équipe. - Les métiers que rejettent les filles et les garçons sont plutôt orientés avers la protection de l environnement, des animaux ; ou vers les aspects manuels. - Les domaines de recherches qui semblent le plus intéresser les élèves sont ceux de la biologie, notamment la médecine, de l astronomie et de l univers. Les filles trouvent intéressant de mener des recherches sur le cancer, le sida ou les maladies sexuellement transmissibles. 8,% des réponses (5/7) concernent ce domaine (MED) chez les filles et 8,8% (7/6) chez les garçons. Ces derniers sont aussi intéressés par les domaines de l astronomie et de l univers (% chez les garçons, 8,7% chez les filles). - Pour les garçons, la curiosité et l intérêt personnel (% des réponses rapportées aux 6 garçons) dominent, alors que chez les filles l importance du domaine remporte le plus haut score (7,% des réponses) et ne représente que % chez les garçons. Pour les filles, les recherches en médecine sont importantes. L intérêt personnel et la curiosité (SELF) viennent ensuite avec un peu plus de 9% chez les filles et % chez les garçons. La raison «aide» est à peu près équivalente chez les filles (7,7%) et les garçons (8,%). - C est essentiellement par intérêt personnel (6% des choix «SPCE» chez les garçons et 76% chez les filles) que les adolescents voudraient mener des recherches sur les questions spatiales. Profitant de cette population régionale, nous avons eu besoin de cet éclairage complémentaire qui devrait nous permettre dans ce cadre restreint d affiner une approche des élèves selon leur lieu de scolarité (partie ). Nous avons donc porté la focale sur les contrastes qui distinguent nos deux académies. Ici, nous n avons pas privilégié une vision unifiée des élèves qui les constituent, mais une approche en étroite liaison avec leurs lieux de scolarité. 96

97 * Les deux académies sont faiblement contrastées. L effet taille n entraîne pas nécessairement des distorsions structurelles systématiques (relatives au fonctionnement des établissements d enseignement) : - L académie de Créteil se distingue par un profil en lien manifeste avec les armes, les domaines de la chimie, de la physique. L analyse selon le sexe montre que ce sont des garçons, notamment ceux de l académie de Créteil, qui représentent ce contraste. Chez les filles des deux populations scolaires, des différences minimes existent. - Les deux académies sont peu contrastées par rapport à l environnement compte tenu des réponses des élèves. On peut dire que la population scolaire de Paris se distingue par une implication plus individuelle que celle de Créteil. Cette implication est commune aux garçons et aux filles. - Les deux académies sont fortement contrastées en ce qui concerne la science à l école. On peut noter que c est la perception de la difficulté de la science qui a un effet contrastant. Le sentiment de la difficulté d étude de la science est corrélé avec une image positive de la science et une motivation pour son apprentissage chez les élèves de Créteil à l opposé des élèves de Paris. Chez ces derniers la difficulté d étude de la science est dissuasive. Ce sont les profils des garçons qui sont contrastés et non ceux des filles.. - Les deux académies sont également contrastées par rapport au choix d un métier en relation avec la science. Ce choix se fait exclusivement par motivation chez les élèves de Paris, ceuxci choisissent la science et également le domaine de la technologie. Les élèves de l académie de Créteil font un choix exclusif pour les sciences pour des raisons diverses : facilité de la science, intérêt, motivation - Les garçons de l académie de Paris font un choix par défaut de métiers en relation avec la technologie quand la science leur paraît difficile à apprendre. Chez les garçons de l académie de Créteil, la science est pertinente même si elle paraît difficile. - Le choix d un métier en relation avec les sciences se fait pour de multiples raisons chez les garçons à l opposé des filles. Les filles ont une bonne image des sciences. Le choix d un métier en relation avec les sciences et la technologie est corrélé exclusivement à la motivation. - Les élèves montrent une opinion positive quant au rôle et à l impact de la science et de la technologie sur notre société. Les résultats obtenus chez les filles et chez les garçons montrent qu il n y a pas de différence intra académique. - Concernant Créteil, tous les élèves mettent à l avant une vision de la contribution sociale de la science et de la technologie. La confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail est liée dans le cas de Créteil à la possibilité de résoudre tous les problèmes y compris ceux de pauvreté. L opinion positive à propos de la science est vue dans son lien avec le profit que peuvent en tirer les pays en développement. - Chez les élèves de l académie de Paris, l opinion positive à propos de la science est liée à la confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail, elle est liée également au sentiment du bénéfice que peuvent tirer tous les pays, y compris les non développés. 97

98 - Les garçons, dans le cas de l académie de Paris, ont une opinion positive de la science et une confiance dans les scientifiques et leur méthodologie de travail. - Dans le cas de Créteil, les garçons ont une vision plutôt de la contribution sociale de la science et de la technologie. Chez ces derniers, la confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail est liée à la capacité de la science de résoudre tous les problèmes y compris ceux de la pauvreté : une dominance de la dimension sociétale de la science. 98

99 6. Discussion En général, les élèves de notre échantillon s intéressent aux sciences. Sur 8 items, seulement 7 sont rejetés. Les élèves ne retiennent pas uniquement ce qui est spectaculaire ou mystérieux, leur intérêt porte également sur l environnement, la santé et les questions de société (cf. sections ACE). Ces nouveaux développements font partie, en France, depuis les années, des programmes scolaires, notamment des Sciences de la Vie et de la Terre. Les thèmes à connotation scolaire (molécules, atomes, croissance des plantes ) sont rejetés. Il est probable que cela tient à la nature des domaines auxquels ils renvoient (physique, botanique ) et à la manière dont ils ont été enseignés à l école. Récemment, le rapport de la Nuffield Foundation (Osborne & Dillon, 8) pointe ces deux caractéristiques comme étant essentielles dans le mouvement de crise que connaît l enseignement des sciences. Les auteurs vont jusqu à dire que l on n a jamais réussi à proposer de véritables curriculums de science qui correspondent à l éducation scientifique de l élève moyen. Rappelons nous les propos des élèves sur les équations des réactions chimiques: «Equations [and] bonding (chemistry) for a person who knows that she will not ever go into chemistry, that was pointless, difficult to grasp and boring.» (Jenkins, E. W. 6). L enseignement scientifique en vigueur, encore aujourd hui, en France, dans la scolarité obligatoire, reste disciplinaire. Les questions scientifiques traitées sont des questions disciplinaires sur le monde, les élèves ont la charge de trouver du sens entre ce qu ils apprennent dans le cadre de chaque discipline et les questions adisciplinaires qu ils se posent sur le monde. Il existe une «certaine science» que les élèves affectionnent. S ils pensent à 8,% (contre 7,%) que tout le monde doit apprendre les sciences à l école, ils ne sont plus que,8% (contre 5,7%) qui veulent avoir plus de science à l école. Les aspects sociétaux en relation avec la science obtiennent plus leur adhésion que les aspects purement scolaires (connaissance intime des phénomènes, objectivité, esprit critique ). Et cela la rend intéressante pour,7% d entre eux (contre 6,%). Concernant les questions d environnement, les élèves sont plus sensibles aux problèmes de protection de l environnement et de gestion des ressources (cf. section D). Ils sont moins enclins à approfondir leurs connaissances de l environnement, à reconnaître l impact de l école dans la prise de conscience du rôle de la nature (Section G). Or ces aspects coordonnent et orientent fortement les programmes d enseignement. Les élèves ont une vision de la science qui ne cadre peut être pas avec celle des adultes qui sont en charge d établir les curriculums d enseignement. Ils voient le progrès de la science dans la possibilité de résoudre des problèmes de santé, de soulager la pauvreté (section D). C est dans cela, selon eux, que réside son importance pour la société. Leurs valeurs s accordent avec des valeurs de justice et de solidarité, de protection de la nature et de l environnement, de respect de la vie (Demers & LIull, 98). Si on laisse pour le moment cette question de la «formation pour tous» pour nous intéresser à celle des filles, le problème est le même. Osborne & Dillon (8) signalent que malgré l apport des différentes recherches, les curriculums de science ne prennent pas en compte la dimension du genre. Nous pensons que cette situation est inhérente à l histoire elle-même de cet enseignement. Longtemps cantonné à des niveaux d études supérieures, réservé à l élite et Nous n avons retenu que le % des catégories très explicites «pas d accord» et «d accord». 99

100 aux garçons, l enseignement scientifique n a pas conduit à une révolution dans les contenus et les méthodes et ce malgré les diverses réformes plus ambitieuses les unes que les autres (Kalali, 8). La dimension du genre est nécessaire pour comprendre les intérêts différenciés des uns et des autres (sections ACE). Nous sommes conscients des limites des recherches sur les attitudes des élèves. L élève peut déclarer moins apprécier tel domaine que tel autre, et on peut légitimement en déduire que son attitude est moins positive à l égard de l un par rapport à l autre. Rien n indique et ne garantit que cette attitude soit dans l absolu positive ou négative (Osborne et all, ). Les informations apportées restent néanmoins un bon indicateur du rapport différencié des filles et des garçons aux «choses de l école». Les garçons de notre échantillon ont un profil plus marqué par des intérêts pour la technologie et les phénomènes physiques en plus de certains aspects de la biologie humaine. Les filles ont un profil plus orienté vers la biologie humaine. Certains intérêts des garçons évoluent avec l âge et s accordent avec ceux des filles (âme humaine, corps humain et son fonctionnement) ou s en éloignent (maladies). Ces tendances sont conformes aux apports de certaines recherches (Qualter, 99). D autres recherches (Murphy, P. et Whitelegg, E., 6) ont montré que les filles et les garçons ne sont pas sensibles aux mêmes sujets, les filles préfèrent les études de sciences dans un contexte plutôt que des sciences déconnectées des problèmes humains. Elles ont établi également que les filles préfèrent les travaux de groupes et les discussions critiques. L enquête ROSE s est plus penchée sur les contenus d enseignement que leur pédagogie. Néanmoins, les sections D et G montrent que les postures des deux sexes sont également différentes. Les filles sont plus sceptiques par rapport aux experts et se méfient de l objectivité à toute épreuve des scientifiques. Elles s engagent dans l action en dépit de la confiance qu elles peuvent leur accorder. Mais les choix des filles sont plus tranchés et l éventail de leurs thèmes d intérêt se trouve moins diversifié que celui des garçons (résultats des sections ACE). En général, notre analyse comparée des élèves selon l âge montre que leurs réponses sont sensiblement différentes. Les élèves ne s expriment pas de la même voix durant leur scolarité obligatoire (Jenkins, 6). Les 6 ans sont moins sceptiques et souhaitent faire «dévoluer» les problèmes d environnement aux experts. Ils trouvent également que les gens se préoccupent trop de ces problèmes. Chez ces élèves qui sont en retard scolaire, on note le rejet des thèmes à connotation scolaire (atomes & molécules, actions des détergents et savons...). L étude du corps humain pour lui même évolue avec l âge chez les garçons (chez les filles, l item est toujours intéressant). On se demande pourquoi cet attrait malgré la connotation scolaire du thème. Curieusement, ce sont les garçons de 6 ans du département du Val-de - Marne qui sont les plus réfractaires aux sciences. Aucun thème n a été retenu (voir annexes). Concernant les filles de 6 ans, ce sont celles du département de la Seine-et-Marne qui sont réfractaires aux sciences. Nous ne souhaitons pas faire des pronostics sur les souhaits futurs d orientation, mais l enquête ROSE montre que le vœu de devenir scientifique diminue avec l âge chez les filles et les garçons. A ans, plus de filles (moyenne de,86) que de garçons (,65) veulent devenir des scientifiques. A 6 ans la moyenne pour devenir scientifique chez les filles est de,6 par rapport à celle des garçons (,85). Nous pouvons signaler encore une fois que ces élèves de 6 ans sont encore en e, ils connaissent donc de grandes difficultés scolaires. Les attitudes des élèves influent sur leurs choix des thèmes d intérêt, elles influencent également leurs modes d engagement. La détermination des attitudes constituent en effet un bon indicateur de l intention de s engager dans des études scientifiques, seules (Reid et Skyabina, ) ou associées à d autres éléments relatifs à l environnement social ou à

101 l expérience personnelle (Crawley et Coe, 99 ; Crawley et Black, 99). A l issue de notre enquête ROSE [rappelons que la population étudiée compte 6 filles (5,7%) contre garçons (7,%)], nous avons relevé deux types d engagement différents chez les filles et les garçons. Ces modes d engagement vont conduire à des gestions différentes de la scolarité et des choix futurs de filières. Là encore, il faut savoir que le choix des filières ne dépend pas seulement de l expérience scolaire. Nous présentons nos développements comme de possibles hypothèses. Concernant le choix d un métier en relation avec les sciences, les résultats des sections F et G nous incitent à distinguer l image positive que l on peut avoir des sciences de la motivation ou encore de la croyance dans ses propres capacités pour réussir. Ces facteurs influencent l engagement des filles et des garçons de façon différente. Les filles, à l opposé des garçons, s engagent exclusivement par motivation. Les garçons, en cas de difficultés dans l apprentissage des sciences, n hésitent pas à faire des choix par défaut. Ils s engagent vers des métiers en relation avec la technologie. Chez les filles, la facilité dans l apprentissage des sciences n a pas d incidence sur l engagement. Les filles ont une gestion de type «tout ou rien» qui les poussent à s autolimiter dans leurs engagements futurs (orientation vers des filières scientifiques, choix de métiers scientifiques). Les garçons ont une gestion par défaut qui leur ouvre un champ de possibles. L eurobaromètre (8) montre que l image positive des sciences n est pas garante d un engagement dans un métier scientifique. 59,5 % de jeunes ne veulent pas faire un métier en relation avec les sciences, alors qu ils sont 67% à déclarer être intéressés par la science et la technologie. Chez les 5-8 ans, 5% ont déjà un choix de métier qui n a rien à voir avec les sciences. 5% n ont pas idée et ne veulent pas exercer dans le secteur scientifique. Nos deux académies sont-elles contrastées? Des analyses précédentes, on peut dire que la population scolaire de Paris se distingue par une implication individuelle plus clairement affichée que celle de Créteil en matière d environnement. Cette implication est commune aux garçons et aux filles et concerne uniquement les élèves de -5 ans. Concernant l académie de Créteil, c est dans le département du 9 que les garçons de 5 ans sont le plus sensibles à l environnement (plus que les filles). Les réponses des élèves des deux académies montrent une opinion positive quant au rôle et à l impact de la science et de la technologie sur notre société. Les résultats obtenus chez les filles et chez les garçons montrent qu il n y a pas de différence intra académique. Les élèves de l académie de Créteil se distinguent par une vision plus sociale de la science et de la technologie. La confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail est liée dans le cas de Créteil à la possibilité de résoudre tous les problèmes y compris ceux de pauvreté. Chez les élèves de l académie de Paris, l opinion positive à propos de la science est liée à la confiance dans les scientifiques et leurs méthodes de travail, elle est liée également au sentiment du bénéfice que peuvent tirer tous les pays, y compris ceux qui ne sont pas développés. Conformément à la géographie scolaire fort diversifiée de l académie de Créteil, la perception de la difficulté de la science a un effet contrastant. Elle est plus élevée à Créteil qu à Paris, chez les garçons que chez les filles. Cependant, ces garçons de Créteil ne rejettent pas pour autant les sciences. Ces résultats sont encourageants si l on tient compte de l évolution des effectifs des élèves qui continuent leur trajectoire dans le second cycle général et

102 technologique contre ceux qui s orientent vers le second cycle professionnel. L orientation à la fin de la ème constitue un facteur essentiel de l itinéraire de réussite de l élève. Considérons le département de Créteil qui connaît le plus de difficultés, le 9 : les données statistiques montrent que le recul du taux d accès à la voie générale et technologique de 997 à, puis en, a provoqué une prise de conscience de l ensemble des collèges. Les taux atteints en 5 et 6 (58, et 58,) beaucoup plus proches des moyennes nationales peuvent être considérés comme satisfaisants. L objectif de 6% peut être atteint dans les prochaines années (Statistiques, 8). Concernant des questions emblématiques, les réponses données par les élèves de notre échantillon ne sont guère différentes de celles des autres pays développés (voir annexes). Notre population scolaire se positionne de façon similaire aux autres pays industrialisés. Elle ne présente pas de divergences avec les tendances internationales étant donné son statut régional et local. En plus, les contrastes entre les deux académies qui la composent ne sont pas énormes. On suppose donc qu elle donne une image similaire à la configuration nationale. A moins que cette dernière soit divergente des configurations des autres pays développés.

103 7. Conclusion Quelles sont les attitudes et les opinions des élèves vis-à-vis des sciences et de la technologie? Tel est le problème étudié dans le cadre du projet ROSE. Se focaliser sur les deux académies de Paris et de Créteil, a priori importantes par leur poids, a permis de réaliser une étude régionale suffisamment étendue pour fournir des éclairages bien étayés sur les attitudes des élèves vis-à-vis des sciences et de la technologie. Cette cartographie pourrait être améliorée en y intégrant l académie de Versailles. L étude gagnerait en représentativité régionale, mais n apporterait pas de résultats réellement différents. Le recueil de données a concerné uniquement des élèves de e. Beaucoup d élèves de et de 5 ans sont scolarisés en classe de Seconde. Par notre choix, nous n avons pas pu cibler ces élèves du second degré. Cependant, la comparaison de nos résultats avec les autres pays montre que la variabilité des opinions et des attitudes des élèves est à attribuer à des facteurs extérieurs aux établissements scolaires. En effet, les systèmes éducatifs des différents pays développés sont loin d être uniformes. Pourtant, les élèves offrent une gamme identique d intérêt et d attitudes vis-à-vis des sciences. De plus, dans le système éducatif Français, les classes de e et de Seconde présentent deux paliers différents d orientation. En fin de e, les élèves peuvent quitter le collège vers un enseignement professionnel. En fin de Seconde, les élèves font le choix entre un enseignement général ou technologique. C est ce premier palier d orientation, décisif, pour la suite du cursus, de certains élèves, que nous avons voulu prendre en considération. Pour le collège du è siècle, le souhait et la volonté d une éducation scientifique et technologique égalitaire imposent la prise de décisions concernant les curriculums disciplinaires, en y intégrant la contrainte de la prise en charge des facteurs de diversité relatifs aux élèves aussi bien sociale, culturelle que de genre. En outre, la formation de la masse est plus que jamais liée à celle de l élite. PISA (6) montre que plus le niveau de la masse est élevé, plus l élite est importante. Le défi est à la fois organisationnel et didactique. Il réside dans la traduction de ces perspectives divergentes au sein d un curriculum général. Une vision dynamique du curriculum s impose. Si l on examine la logique des nouveaux programmes du socle commun, on peut faire le lien avec les travaux sur la didactique curriculaire. Les options qui se présentent aux enseignants correspondent à ce que Martinand (8) appelle les potentialités curriculaires. Ces dernières se révèlent dans des situations curriculaires comme un certain nombre de possibles. Les potentialités curriculaires résultent d une mise en tension entre des prescriptions et des productions curriculaires. C est une vision développementale du Curriculum. Les résultats obtenus conduisent à se poser la question d une autre fin de scolarité, celle du lycée. La formation scolaire des élites connaît d importants changements. A la pression concurrentielle s ajoute l injonction politique d élargissement du vivier de recrutement des futures élites (Dutercq, 8). On reprend l appellation qui émane des rapports, des études et des projets concernant les comparaisons internationales.

104 8. Références et bibliographie Aikenhead, G. S. & Ryan A. (99). The development of a new instrument: Views On Science-Technology-Society VOSTS. Science Education, 76(5), American Association for the Advancement of Science (AAAS) (989). Science for all Americans. A Project 6 report on literacy goals in science, mathematics, and technology. Washington, DC: AAAS. American Association for the Advancement of Science (AAAS) (99). Benchmarks for scientific literacy. Oxford: Oxford University Press. Baudelot, C. & Establet, R. (9). L élitisme républicain. L école Française à l épreuve des comparaisons internationales. Seuil. Bennett, J. (). Science with attitude: the perennial problem of pupils responses to science. School Science Review, 8 (), Commission Européenne (). Les Européens, la science et la technologie. Eurobaromètre 55.. Bruxelles : direction générale de la recherche. Coordonné par la direction générale de al communication. Commission Européenne (8). Les jeunes et la science. Rapport analytique. Flash Eurobaromètre 9. Bruxelles : direction générale de la recherche. Coordonné par la direction générale de al communication. Convert, B. (6). Les impasses de la démocratisation scolaire. Sur une prétendue crise des vocations scientifiques. Raisons d Agir. Crawley, F. E. et Coe, A.E. (99). Determinants of middle school students intention to enrol in a high school science: an application of the theory of reasoned action. Journal of research in science teaching, 7(5), Crawley, F. E., et Black, C.B. (99). Causal modelling in secondary school science students intention to enrol in physics. Journal of Research in Science Teaching, 9, Demers, M. & LIull, G. (98). L impérieuse nécessité de l enseignement des sciences. Revue des sciences de l éducation, vol. 8, n, 9-. Dercourt, J. (). Les flux d étudiants susceptibles d accéder aux carrières de recherche. L exemple de l Ille de France dans le cadre national. Académie des Sciences. Dutercq, Y. (8). Introduction. Education et sociétés. Former des élites dans un monde incertain. Stratégies scolaires et recherche de justice. () Gardner, P. L. (975). Attitudes to science: a review. Studies in Science Education,, -. Gardner, P. L. (995). Measuring attitudes to science: Unidimensionality and internal consistency revisited. Research in Science Education, 5 (), 8-89.

105 Goffard, M. & Weil-Barais, A. (dir) (5). Enseigner et apprendre les sciences. Recherches et pratiques. Paris : Armand-Colin. Hodson, D. () Time for action: Science education for an alternative future. International Journal of Science Education, 5(6), Jenkins, E.W. (6). The Student Voice and School Science Education. Studies in Science Education, Journées internationales sur l éducation scientifique (986). Education scientifique et vie quotidienne. Giordan, A. & Martinand, J.-L. (éd). Chamonix. Journées internationales sur la communication, l éducation et la culture scientifiques et industrielles (99). L alphabétisation scientifique et technique. Giordan, A., Martinand, J.-L. & Raichvarg, D. (éd). Chamonix. KALALI, F. (8). L enseignement des sciences expérimentales, ou le débat récurrent du culturel versus utilitaire : quels problèmes? Revue Spirale., 8-9. Kalali, F. (à paraître). De l utilité ou quand l utilitaire devient valeur éducative. In du Mot au concept, «Utilité». Edition PUG. Martin, M.O., Mullis, I., Gonzales, E.J., Gregory, K. D., SMITH, T.A., Chrostowski, S. A., Garden, R.A. et O connor, K.M. (). International Science Report. Findings from IEA s Repeat Third International Mathematics and Science Study at the Eighth grade. Chestnut Hill, MA : Boston College. MARTINAND, J.-L., (8). Rapport de recherche. Document interne. Non publié. UMR STEF (Sciences techniques Education Formation). Murphy, P. and E. Whitelegg (6). Girls and physics: continued barriers to belonging, Curriculum Journal, 7 () National Science Board, NSB (). Science and Engineering Indicators. Arlington VA, National Science Foundation OCDE (6). Evolution de l intérêt des jeunes pour les études scientifiques et technologiques : rapport d orientation. Ogborn, J. (99). The Anglo-Saxons: are they different? Colloque INRP. Janvier 99. Osborne, J. et Dillon, J. (8). Réflexions critiques sur l enseignement des sciences eu Europe. Rapport à la Nuffield Foundation. Rapport téléchargeable à l adresse : Osborne, J., Simon, S. & Collins, S. () Attitudes towards science: a review of the literature and its implications. International Journal of Science Education, 5(9), PISA (6). Les compétences en sciences, un atout pour réussir : Volume - analyse des résultats. OCDE : Paris. 5

106 Postel-Vinay, O. (). Les jeunes et la science : les filles se distinguent. La recherche. 59, 6-5. Qualter, A. (99). I would like to know more about that: a study of the interest shown by girls and boys in scientific topics. International Journal of Science Education, 5(), 7-7 Reid, N. & Skyabina, E. A., (). Attitudes towards Physics. Research in Science & Technological Education, (), Repères et références statistiques (7). Le système éducatif. MEN. Edition 7. Roberts, D.A. (98) Scientific Literacy: Towards Balance in Setting Goals for School Science Programs. Ottawa: Science Council of Canada. Royal Society. (985). The Public Understanding of Science. London: Royal Society. Schibeci, R. A. (98). Attitude to science: an update. Studies in Science Education,, Schreiner, C. & Sjøberg, S. (). Sowing the needs of ROSE. Background, Rationale, Questionnaire Development and Data Collection for ROSE (Relevance of Science Education). A comparative study of students views of science and science education (Acta Didactica /). Oslo. Sjøberg, S. & Schreiner, C. (). The ROSE project. An overview and key findings. Oslo. Disponible à l adresse : UNESCO (99). International Forum on Scientific and Technological Literacy for All. Final Report. Paris: UNESCO. 6

107 Annexes - Questionnaire ROSE - Dossier population scolaire Paris-Créteil - Dossier académie de Paris - Dossier académie de Créteil - Etablissements scolaires de l académie de Paris - Comparaisons internationales 7

108 Annexe : Questionnaire ROSE Enquête sur les attitudes des élèves envers les sciences et les techniques Cette enquête comporte des questions qui vous concernent : vos expériences, vos intérêts pour la science que l'on enseigne à l'école ou en dehors de l'école. Il n y a pas de réponses correctes ou incorrectes, seulement des réponses que vous juger exactes selon vous. Avant de répondre, il est conseillé de bien lire les questions et de donner les réponses qui reflètent le plus votre propre opinion. Ce questionnaire est donné à des élèves dans différents pays. Ainsi certaines questions peuvent vous paraître étranges. Si vous ne comprenez pas une question, laissez la case vide. Si vous avez des doutes, vous pouvez questionner votre professeur. Car il ne s'agit pas d'un test de connaissance! Pour la majorité des questions, il suffit de mettre une croix dans la case qui vous paraît appropriée. Le but de ce questionnaire est de découvrir ce que les élèves, dans les différentes régions du monde, pensent au sujet de la science à l'école aussi bien que dans leur vie quotidienne. Cette information peut nous aider à rendre les écoles meilleures. Vos réponses sont anonymes, aussi s il vous plaît n inscrivez pas votre nom sur le questionnaire. Merci. Vos réponses sont d'une grande aide pour notre enquête. Commencez ici : Je suis un(e) garçon fille J'ai... ans Je suis dans l'établissement... A l'académie de... Je vis à... (Donner le nom de votre localité) et dans le pays :... Je souhaite participer à un forum de discussion sur certaines questions de cette enquête: OUI NON (Veuillez entourer votre réponse et signalez votre accord à votre professeur principal) Contact et questionnaires à retourner par classe à : F. Kalali. UMR STEF. École Normale Supérieure de Cachan. 6, avenue du Président Wilson, F-95 CACHAN Cedex 8

109 A. Ce que je veux apprendre Quel est votre intérêt pour apprendre les thèmes suivants? (Répondez par une croix dans chaque ligne. Si vous ne comprenez pas, laissez la case vide) Pas Intéressé 5 Les étoiles, les planètes et l'univers 6 Les produits chimiques, leurs propriétés et comment ils réagissent 7 L'intérieur de la terre 8 Comment évoluent et se modifient les montagnes, les fleuves et les océans 9 Les nuages, la pluie et le climat L'origine et l'évolution de la vie sur terre Comment le corps humain est construit et comment il fonctionne L hérédité, et comment les gènes influencent notre développement Le sexe et la reproduction Le contrôle des naissances et la contraception 5 Comment les bébés grandissent et se développent 6 Le clonage des animaux 7 Les animaux dans les autres régions du monde 8 Les dinosaures, comment ils ont vécu et pourquoi ils se sont éteints 9 Comment les plantes poussent et se reproduisent Comment les hommes, les animaux et l'environnement dépendent les uns des autres Les atomes et les molécules Comment la radioactivité affecte le corps humain La lumière autour de nous que nous ne pouvons pas voir (infrarouge, ultraviolet) Comment les animaux se servent des couleurs pour se cacher, attirer ou effrayer 5 Comment des instruments de musique différents produisent des sons différents 6 Les trous noirs, les supernovae, et autres objets spectaculaires de l espace 7 Comment les météorites, les comètes et les astéroïdes peuvent causer des désastres sur terre Très intéressé 9

110 8 Les tremblements de terre et les volcans 9 Les tornades, les ouragans et les cyclones Les épidémies et les maladies causant beaucoup de pertes humaines Les animaux féroces, dangereux et menaçants Les plantes toxiques dans mon milieu Les poisons mortels et ce qu'ils font au corps humain Comment fonctionne la bombe atomique 5 Les produits chimiques explosifs 6 Les armes biologiques et chimiques et ce qu'elles font au corps humain 7 Les effets des fortes décharges électriques et de la foudre sur le corps humain 8 L impression que cela fait d être en apesanteur dans l'espace 9 Comment se repérer et naviguer grâce aux étoiles Comment l'œil voit la lumière et les couleurs Ce qu il faut manger pour rester en bonne santé et en forme Les troubles du comportement alimentaire comme l'anorexie, la boulimie L'efficacité des lotions et des crèmes pour garder la peau jeune Comment s'exercer à garder son corps en forme et vigoureux 5 La chirurgie plastique et la chirurgie esthétique 6 Comment les radiations des solariums et le soleil affectent la peau 7 Comment l'oreille peut entendre différents sons 8 Les fusées, les satellites et les voyages dans l'espace 9 L'utilisation des satellites pour la communication et leurs autres usages 5 Comment les rayons X, les ultrasons, etc. sont utilisés en médecine 5 Comment fonctionnent les moteurs à essence et Diesel 5 Comment fonctionne une centrale nucléaire Pas Intéressé Très intéressé

111 B. Mon futur métier Dans quelle mesure les propositions suivantes sont importantes pour votre futur emploi ou métier potentiel? (Répondez par une croix dans chaque ligne. Si vous ne comprenez pas, laissez la case vide) Pas Très Intéressé intéressé. Travailler avec des gens plutôt qu'avec des objets. Aider les autres. Travailler avec des animaux. Travailler dans le champ de la protection de l'environnement 5. Travailler sur quelque chose de simple et facile 6. Fabriquer ou réparer des objets manuellement 7. Travailler avec des machines ou des outils 8. Travailler de façon artistique et créative dans le domaine de l'art 9. Utiliser mes talents et mes compétences. Faire, concevoir ou inventer quelque chose. Proposer de nouvelles idées. Avoir énormément de temps pour mes amis. Prendre mes propres décisions. Travailler indépendamment des autres 5. Travailler sur quelque chose que je trouve important et qui a du sens pour moi 6. Travailler avec des choses qui s accordent avec mes valeurs et mes attitudes 7. Avoir énormément de temps pour ma famille 8. Travailler dans quelque chose qui implique beaucoup de voyages 9. Travailler à un endroit où il se passe souvent des choses nouvelles et excitantes. Gagner énormément d'argent. Diriger les autres. Devenir célèbre. Avoir énormément de temps pour mes centres d'intérêts, mes hobbies et mes activités. Devenir le patron dans mon travail 5. Développer ou améliorer mes connaissances et mes capacités 6. Travailler en tant que membre d une équipe avec beaucoup de gens autour de moi

112 C. Ce que je veux apprendre Quel est votre intérêt pour apprendre les thèmes suivants? (Répondez par une croix dans chaque ligne. Si vous ne comprenez pas, laissez la case vide). Comment le pétrole brut est converti en d'autres matières comme le plastique et le textile. Les instruments optiques et comment ils fonctionnent (télescope, appareil photo, microscope, etc.). L'utilisation du laser à des fins techniques (CD-platine, lecteurs de code-barres, etc.). Comment les enregistreurs à cassettes, les CDs et les DVDs enregistrent et restituent le son et la musique 5. Comment des appareils tels que les radios, les télévisions fonctionnent 6. Comment les téléphones portables envoient et reçoivent des messages 7. Comment fonctionnent les ordinateurs 8. La possibilité de la vie extra-terrestre 9. L'astrologie et les horoscopes, et si les planètes peuvent influer sur les êtres humains. Les mystères non résolus de l'espace. La vie, la mort et l'âme humaine. Les thérapies alternatives (acupuncture, homéopathies, yoga...) et leur efficacité. Pourquoi nous rêvons pendant que nous dormons, et ce que les rêves peuvent signifier. Les fantômes et les sorcières, et s'ils peuvent exister 5. La transmission de pensée, la lecture dans la pensée, le sixième sens, l'intuition, etc. 6. Pourquoi les étoiles scintillent, et le ciel est bleu 7. Pourquoi nous pouvons voir l'arc-en-ciel 8. Les propriétés des pierres précieuses et des cristaux et leurs usages à des fins esthétiques Pas Intéressé Très intéressé

113 D. Moi et les défis de l'environnement Jusqu'à quel point êtes-vous d'accord avec les propositions suivantes relatives aux problèmes de l'environnement (pollution de l'eau et de l'air, épuisement des ressources, changement climatique )? (Répondez par une croix dans chaque ligne. Si vous ne comprenez pas, laissez la case vide). Traiter de l'environnement ne me concerne pas. Les problèmes de l'environnement font que l'avenir du monde semble plus sombre et sans espoir. Les problèmes de l'environnement sont exagérés. La science et la technologie peuvent résoudre tous les problèmes de l'environnement 5. Je tiens à ce que les problèmes de l'environnement soient résolus même si cela sacrifie des ressources 6. Je peux personnellement influencer ce qui se passe dans l'environnement 7. Nous pouvons encore trouver des solutions à nos problèmes d'environnement 8. Les gens se préoccupent trop des problèmes d'environnement 9. Les problèmes de l'environnement peuvent être résolus sans de gros changements dans notre mode de vie. Les gens devraient se soucier plus de la protection de l'environnement. Il est de la responsabilité des pays riches de résoudre les problèmes d'environnement qui touchent le monde. Je pense que chacun de nous peut avoir une contribution significative pour la protection de l'environnement. Les problèmes de l'environnement doivent être laissés aux experts. Je suis optimiste pour le futur 5. Les animaux devraient avoir le même droit à la vie que les gens 6. Il est légitime d'utiliser expérimentalement des animaux si cela peut sauver des vies humaines 7. Presque toute activité humaine est nuisible à l'environnement 8. Le monde naturel est sacré, il devrait être laissé en paix Pas d'accord D'accord

114 E. Ce que je veux apprendre Quel est votre intérêt pour apprendre les sujets suivants? (Répondez par une croix dans chaque ligne. Si vous ne comprenez pas, laissez la case vide) Pas Intéressé - Les symétries et les motifs dans les fleurs et les feuilles - Comment le coucher du soleil colore-t le ciel - La couche d'ozone et comment elle peut être endommagée par l'homme - L'effet de serre et comment il peut être modifié par les humains - Que doit-on faire pour assurer la qualité de l'air et protéger l'eau potable - Comment la technologie peut aider à traiter les ordures, les déchets, les eaux usées - Comment maîtriser les épidémies et les maladies - Le cancer, ce que nous en savons et comment le traiter - Les maladies sexuellement transmissibles, et comment être protégé contre elles - Comment exécuter les premiers secours et utiliser les équipements médicaux de base - Ce que nous savons à propos du SIDA/HIV et comment le maîtriser - Comment l'alcool et le tabac peuvent affecter le corps - Comment les différentes drogues affectent le corps - Les dangers possibles des radiations des téléphones portables et des ordinateurs - Comment les sons intenses et les vacarmes peuvent endommager mon audition - Comment protéger les espèces animales menacées - Comment améliorer les cultures dans les jardins et les fermes - L'usage médical des plantes - L'agriculture organique et écologique sans utilisation de pesticides et de fertilisants artificiels - Comment l énergie peut être économisée et utilisée de façon plus efficace - Les nouvelles sources d'énergie à partir du soleil, vent, marrées, vagues, etc. - Comment différentes sortes d'aliments sont produites, conservées et stockées - Comment mon corps grandit et se développe Très intéressé

115 - Les animaux de mon milieu - Les plantes de mon milieu - Les détergents, les savons et comment ils agissent - L'électricité, comment elle est produite et utilisée dans la maison - Comment utiliser et réparer les équipements électriques et mécaniques du quotidien - Le premier atterrissage sur la lune et l'histoire de l'exploration de l'espace - Comment l'électricité a affecté le développement de notre société - Les aspects biologiques et humains de l'avortement - Comment le génie génétique peut prévenir des maladies - Les bénéfices et les risques possibles des méthodes modernes de l'agriculture - Pourquoi religion et science sont parfois en conflit - Les risques et les bénéfices des additifs alimentaires - Pourquoi les scientifiques sont parfois en désaccord - Les scientifiques célèbres et leurs vies - Les grandes erreurs et les ratés dans la recherche et les inventions - Comment les idées scientifiques mettent parfois au défi la religion, l'autorité et la tradition - Les inventions et les découvertes qui ont changé le monde - Les très récentes inventions et découvertes en science et en technologie - Les phénomènes que les scientifiques ne peuvent pas encore expliquer Pas Intéressé Très intéressé 5

116 - F. Mes cours de science Jusqu'à quel point êtes-vous d'accord avec les propositions suivantes à propos de la science que vous avez étudiée à l'école? (Répondez par une croix dans chaque ligne. Si vous ne comprenez pas, laissez la case vide). La science à l'école est un sujet difficile. La science à l'école est intéressante. La science à l'école est plutôt facile pour moi à apprendre. La science à l'école m'a ouvert les yeux sur des métiers nouveaux et excitants 5. J'aime la science à l'école plus que la plupart des autres sujets 6. Je pense que tout le monde doit apprendre la science à l'école 7. Les choses que j'apprends en science à l'école seront une aide dans ma vie quotidienne 8. Je pense que la science que j'apprends à l'école améliorera mes chances de carrière 9. La science à l'école m'a rendu plus critique et sceptique. La science à l'école a augmenté ma curiosité à propos des choses que nous ne pouvons pas encore expliquer. La science à l'école a augmenté mon appréciation de la nature. La science à l'école m a montré l'importance de la science dans notre manière de vivre. La science à l'école m'a appris comment prendre mieux soin de ma santé. Je voudrais devenir un scientifique 5. Je voudrais avoir le plus possible de science à l'école 6. Je voudrais avoir un travail en technologie Pas d'accord D'accord 6

117 G. Mes opinions à propos de la science et de la technologie Jusqu'à quel point êtes-vous d'accord avec les propositions suivantes? (Répondez par une croix dans chaque ligne. Si vous ne comprenez pas, laissez la case vide). La science et la technologie sont importantes pour la société. La science et la technologie trouveront des traitements à des maladies comme le SIDA, le cancer. Grâce à la science et à la technologie, il y aura de grandes opportunités pour les futures générations. La science et la technologie rendent nos vies plus saines, plus faciles et plus confortables 5. Les nouvelles technologies rendront le travail plus intéressant 6. Les avantages de la science sont plus grands que les effets nocifs qu'elle pourrait avoir 7. La science et la technologie doivent nous aider à éradiquer la pauvreté et la famine dans le monde 8. La science et la technologie peuvent résoudre presque tous les problèmes 9. La science et la technologie soulagent la pauvreté. La science et la technologie sont la cause des problèmes d'environnement. Un pays a besoin de la science et de la technologie pour se développer. La science et la technologie favorisent majoritairement les pays développés. Les scientifiques suivent des méthodes scientifiques qui aboutissent toujours à des réponses exactes. Nous devons toujours croire ce que les scientifiques ont à nous dire 5. Les scientifiques sont neutres et objectifs 6. Les théories scientifiques se développent et changent tout le temps Pas d'accord D'accord 7

118 H. Mes expériences extrascolaires Combien de fois avez-vous fait cela en dehors de l'école? (Répondez par une croix dans chaque ligne. Si vous ne comprenez pas, laisser la case vide) J'ai... Jamais. tenté de trouver des constellations d'étoiles dans le ciel. lu mon horoscope (racontant le futur à partir des astres). lu une carte pour trouver mon chemin. utilisé une boussole pour trouver ma direction 5. ramassé différentes pierres ou coquillages 6. regardé (mais pas à la télévision) un animal en train de naître 7. soigné des animaux à la ferme 8. visité le zoo 9. visité un centre de science, ou un musée de science. trait des animaux comme les vaches, les moutons ou les chèvres. fait des produits laitiers comme du yogourt, du beurre, du fromage. eu connaissance de la nature ou de la science dans des livres ou des magazines. vu des programmes sur la nature à la télévision ou au cinéma. ramassé des baies comestibles, des fruits, des champignons ou des plantes 5. participé à la chasse 6. participé à la pêche 7. planté des graines et les voir germer 8. fait du compost à partir de l'herbe, des feuilles ou des ordures 9. fabriqué un instrument (comme une flûte ou un tambour) à partir de matériaux naturels. tricoté, tissé, etc.. monté une tente ou un abri. fait du feu à partir du charbon de bois ou du bois. préparé le repas sur un feu de camp, un feu de cheminée, un réchaud. trié des ordures pour les recycler ou dans un but approprié nettoyé et bandé une blessure 6. vu aux rayons X une partie de mon corps (radios) Souvent 8

119 7. pris des médicaments pour prévenir ou guérir une maladie ou une infection 8. pris des médicaments à base de plantes ou des traitements alternatifs (acuponcture, homéopathie, yoga ) 9. été à l'hôpital en tant que patient. utilisé des jumelles. utilisé un appareil photo. fait un arc et une flèche, un lance-pierres (une fronde), un catapulte ou un boomerang. utilisé une arme à air comprimé ou un fusil, une carabine. utilisé une pompe à eau ou un siphon 5. fait des modèles comme des maquettes d'avion ou de bateaux 6. utilisé un Kit scientifique (de chimie, d'optique ou d'électricité) 7. utilisé un moulin à vent, à eau, une roue hydraulique 8. enregistré sur vidéo, sur DVD ou magnétophone 9. changé ou réparé des fusibles électriques. relié un fil électrique à une prise de courant. utilisé un chronomètre. mesuré la température avec un thermomètre. utilisé une règle, un mètre à ruban.... utilisé un téléphone mobile 5. envoyé ou reçu un SMS 6. recherché Internet pour obtenir une information 7. joué à des jeux sur ordinateur 8. utilisé un dictionnaire, une encyclopédie, etc. à partir d'un ordinateur 9. téléchargé de la musique à partir d'internet 5. envoyé ou reçu un 5. utilisé le traitement de texte d'un ordinateur 5. ouvert un appareil (radio, montre, ordinateur, téléphone, etc.) pour découvrir comment ça fonctionne Jamais Souvent 9

120 5. cuit du pain au four, de la pâtisserie, du gâteau 5. fait cuire un repas 55. marché en tenant un objet en équilibre sur ma tête 56. utilisé une brouette 57. utilisé un pied- de-biche 58. utilisé une corde et une poulie pour soulever les objets lourds 59. réparé une bicyclette 6. utilisé des outils comme une scie, un tournevis ou un marteau 6. chargé une batterie de voiture Jamais Souvent I. Moi en tant que scientifique Imaginez que vous êtes adulte et que vous travaillez en tant que scientifique. Vous êtes libre de faire une recherche que vous trouvez intéressante et importante. Écrivez quelques lignes à propos de ce que vous souhaitez faire en tant que chercheur et expliquez pourquoi. Je souhaite parce que J. Combien de livres avez-vous chez vous? Il y a habituellement environ livres par mètre de rayonnage. Ne pas inclure les magazines. (Ne cochez qu'une case SVP) Aucun... - livres livres livres livres livres... Plus de 5 livres...

121 Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B5 Moyenne de B6 Moyenne de B7 Moyenne de B8 Moyenne de B9 Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B5 Moyenne de B6 Moyenne de B7 Moyenne de B8 Moyenne de B9 Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B Moyenne de B5 Moyenne de B6 Moyennes de la question B Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A5 Moyenne de A6 Moyenne de A7 Moyenne de A8 Moyenne de A9 Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A5 Moyenne de A6 Moyenne de A7 Moyenne de A8 Moyenne de A9 Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A5 Moyenne de A6 Moyenne de A7 Moyenne de A8 Moyenne de A9 Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A5 Moyenne de A6 Moyenne de A7 Moyenne de A8 Moyenne de A9 Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A Moyenne de A5 Moyenne de A6 Moyenne de A7 Moyenne de A8 Moyennes de la question A Annexes : Dossier Paris-Créteil AGE (Tous) ARDT (Tous) COLLÈGE (Tous) Population scolaire Paris-Créteil,5,5,5 Items AGE (Tous) ARDT (Tous) COLLÈGE (Tous) Population scolaire Paris-Créteil,5,5,5 Items

122 Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E5 Moyenne de E6 Moyenne de E7 Moyenne de E8 Moyenne de E9 Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E5 Moyenne de E6 Moyenne de E7 Moyenne de E8 Moyenne de E9 Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E5 Moyenne de E6 Moyenne de E7 Moyenne de E8 Moyenne de E9 Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E5 Moyenne de E6 Moyenne de E7 Moyenne de E8 Moyenne de E9 Moyenne de E Moyenne de E Moyenne de E Moyennes de la question E Moyennes de la question D AGE (Tous) ARDT (Tous) COLLÈGE (Tous) Population scolaire Paris-Créteil,5,5,5 Moyenne de D Moyenne de D Moyenne de D Moyenne de D Moyenne de D5 Moyenne de D6 Moyenne de D7 Moyenne de D8 Moyenne de D9 Items Moyenne de D Moyenne de D Moyenne de D Moyenne de D Moyenne de D Moyenne de D5 Moyenne de D6 Moyenne de D7 Moyenne de D8 ARDT (Tous) AGE (Tous) COLLÈGE (Tous) Population scolaire Paris-Créteil,5,5,5 Items

Préalables méthodologiques : élèves et étudiants scientifiques en Ile-de-France (IdF)

Préalables méthodologiques : élèves et étudiants scientifiques en Ile-de-France (IdF) CHAPITRE 1 Préalables méthodologiques : élèves et étudiants scientifiques en Ile-de-France (IdF) S'inscrivant dans la continuité de différents rapports et enquêtes, ce travail s'en distingue à un double

Plus en détail

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie

Projections du nombre total d étudiants internationaux d ici 2025. Source : Unesco Institute for Statistics, calculs France Stratégie SYNTHÈSE Trois grandes tendances mondiales Transnationalisation La géographie de l économie mondiale du savoir connaît de profonds bouleversements depuis plusieurs décennies. L innovation et la recherche

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015

Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Présentation du Pacte (support Prezi) Texte à l intention des directions Septembre 2015 Préambule Ce document a pour objectif de fournir un outil aux directions, en vue de présenter le processus du Pacte

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE DE REALISER UNE ETUDE SUR LES FACTEURS DE REUSSITE ET D EQUITE SCOLAIRE AU COLLEGE ET DE CONSTRUIRE DES QUESTIONNAIRES CONTEXTUELS 1. CONTEXTE

Plus en détail

Résumé de Thèse. David LAFARGE. Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation

Résumé de Thèse. David LAFARGE. Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation Résumé de Thèse Thèse de Doctorat en Sciences de l Éducation Analyse didactique de l enseignement-apprentissage de la chimie organique jusqu à bac+2 pour envisager sa restructuration David LAFARGE (ex-

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT CHARGE D ANALYSER LES CURRICULA AU COLLEGE 1. CONTEXTE Le bilan de l Éducation Pour Tous révèle que les pays d Afrique subsaharienne ont accompli

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME

MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME 1 6060 MARAGNANI Alain, inspecteur de l enseignement agricole (Ministère de l Agriculture, l Alimentation, la Pêche et des Affaires Rurales) RESUME FORMATION PROFESSIONNELLE AGRICOLE ET COOPERATION INTERNATIONALE

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM,

Cet exposé s intègre dans les travaux développés par une Equipe en Projet INRP-IUFM, 15 Les nouvelles technologies et les stagiaires IUFM : une appropriation mal contrôlée Philippe Le Borgne IUFM de Franche-Comté philippe.leborgne@fcomte.iufm.fr PRÉSENTATION Cet exposé s intègre dans les

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

I. UN ENSEIGNEMENT SPECIFIQUE OBLIGATOIRE AU CHOIX EN TERMINALE TES :

I. UN ENSEIGNEMENT SPECIFIQUE OBLIGATOIRE AU CHOIX EN TERMINALE TES : LA CLASSE DE TERMINALE ECONOMIQUE ET SOCIALE (ES) AU LYCEE FRANÇAIS DE TANANARIVE. ENSEIGNEMENTS DE SPECIALITE ET OPTIONS FACULTATIVES PROPOSÉS I. UN ENSEIGNEMENT SPECIFIQUE OBLIGATOIRE AU CHOIX EN TERMINALE

Plus en détail

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES

L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES L ÉVALUATION DES COMPÉTENCES DISCIPLINAIRES ET LA PLACE DES CONNAISSANCES Questions et éléments de réponse Principales références dans les encadrements ministériels Questions Éléments de réponse 1) L

Plus en détail

Les aides informatiques utilisées dans le cadre des études scolaires ou post-bac par les déficients visuels

Les aides informatiques utilisées dans le cadre des études scolaires ou post-bac par les déficients visuels Les aides informatiques utilisées dans le cadre des études scolaires ou post-bac par les déficients visuels Enquête initiée par l INS HEA dans le cadre de l ORNA Sommaire Le contexte 3 La méthodologie

Plus en détail

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE)

CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) 1 CHARTE DE L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS A L ETRANGER (EFE) Préambule Les établissements scolaires membres du réseau de l enseignement français à l étranger dispensent un enseignement à programme français ouvert

Plus en détail

Le système scolaire finlandais

Le système scolaire finlandais Le système scolaire finlandais Législation des années 1970 Particularités du système Résultats obtenus Statistiques Avant les années 1970: jardin d enfants école primaire obligatoire gratuite enseignement

Plus en détail

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185

Annexe B. Liste des tableaux disponibles en ligne. L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B Liste des tableaux disponibles en ligne L égalité des sexes dans l éducation : Aptitudes, comportement et confiance OCDE 2015 185 Annexe B : Liste des tableaux disponibles en ligne Annexe B Liste

Plus en détail

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Enquête internationale sur la maîtrise de l ordinateur et de l information (EIMOI) de 2013 Aperçu des résultats de l Ontario

Enquête internationale sur la maîtrise de l ordinateur et de l information (EIMOI) de 2013 Aperçu des résultats de l Ontario Enquête internationale sur la maîtrise de l ordinateur et de l information (EIMOI) de 2013 Aperçu des résultats de l Ontario Introduction L Enquête internationale sur la maîtrise de l ordinateur et de

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire

L'INFORMATIQUE À L'ÉCOLE MATERNELLE. Premier compte-rendu d étude exploratoire 129 L USAGE DE L INFORMATIQUE À L ÉCOLE MATERNELLE Premier compte-rendu d étude exploratoire Théo PRINIOTAKIS, Sandrine COURTOIS Contexte C est une recherche en didactique de l informatique en milieu préélémentaire

Plus en détail

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions

Faire apprendre Piloter Accompagner les évolutions Projet de Circonscription BASSE-TERRE En déclinaison du projet Académique, la circonscription se fixe comme objectif, d améliorer la réussite des élèves. Il s agit de donner à chaque élève une formation

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Rapport sur l offre de formation «licence»

Rapport sur l offre de formation «licence» Section des Formations et des diplômes Rapport sur l offre de formation «licence» de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E - 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE

RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE RECHERCHE SUR LA SCIENCE JURIDIQUE DES RESSOURCES ENVIRONNEMENTALES DE LA CHINE CONTEMPORAINE CAI Shouqiu, professeur à la Faculté de droit de l Université de Wuhan, président de l Académie du droit de

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Education, travail et formation de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

LA CRÉATION D ENTREPRISE

LA CRÉATION D ENTREPRISE FOCUS études septembre 2012 LA CRÉATION D ENTREPRISE en Seine-et-Marne information économique Depuis 2009, la crise économique mondiale et la création du statut d auto-entrepreneur ont profondément bouleversé

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE NOTE d INFORMATION 96.31 Juillet 1996 La fonction de conseiller d éducation et conseiller principal d éducation DIRECTION

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp

Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp D après une initiative de Champ AGJIR Bilan d activités 2009-10 Enquête de satisfaction RemplaChamp www.remplachamp.fr Contacts : Sylvain DURIEZ, Président de Champ AGJIR, president@champagjir.fr Jacques

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

Informatique et création numérique

Informatique et création numérique Enseignement d exploration en classe de seconde 30 septembre 2015 Groupe de Formation-Action EE ICN Lycée Koeberlé de Sélestat Horaire Objectifs de l enseignement Une dimension interdisciplinaire Perspectives

Plus en détail

Présentation de l'éducation à l'orientation

Présentation de l'éducation à l'orientation Présentation de l'éducation à l'orientation Contexte de la formation des professeurs principaux Dans le Bassin de Sarcelles 13/03/2001 Présentation personnelle Deux activités : directeur de CIO et coordonnateur

Plus en détail

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014

Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 Mémoire soumis au COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SUR L EMPLOI CHEZ LES JEUNES AU CANADA AVRIL 2014 D ici au 1 er juillet 2017, un million de Canadiens obtiendront leur premier

Plus en détail

Inégalités scolaires et politiques publiques : une analyse comparative en Suisse Georges Felouzis

Inégalités scolaires et politiques publiques : une analyse comparative en Suisse Georges Felouzis Inégalités scolaires et politiques publiques : une analyse comparative en Suisse Georges Felouzis Introduction Je me propose de traiter des inégalités scolaires en Suisse dans une perspective comparative

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

Cahier des charges concernant les formations en anglais

Cahier des charges concernant les formations en anglais Formation Permanente INRA de Rennes Cahier des charges concernant les formations en anglais Consultation sur le choix du (des) prestataire(s) chargé(s) d assurer des formations en anglais pour le centre

Plus en détail

Femmes lectrices et Hommes lecteurs?

Femmes lectrices et Hommes lecteurs? Femmes lectrices et Hommes lecteurs? Une observation dans les transports publics J ai réalisé ce travail d enquête suite à mes travaux sur inégalités Femmes et hommes en situation d illettrisme pour l

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

La transition numérique de l Enseignement Supérieur et de la Recherche en Pays de la Loire à l horizon 2020

La transition numérique de l Enseignement Supérieur et de la Recherche en Pays de la Loire à l horizon 2020 DOSSIER DE PRESSE La transition numérique de l Enseignement Supérieur et de la Recherche en Pays de la Loire à l horizon 2020 Une révolution majeure est en cours, porteuse de nombreuses innovations et

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Organisation et gestion de données cycle 3

Organisation et gestion de données cycle 3 Organisation et gestion de données cycle 3 Clarifier les enjeux de cet enseignement Formation d enseignants de cycle 3 Circonscription de Grenoble 2 Positionnement de la pratique. En classe, comment travaillez-

Plus en détail

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009

Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Tendances et enjeux Tendances de l emploi dans les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM), 1997 2009 Les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM) constituent

Plus en détail

DE L ÉVALUATION DE LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT

DE L ÉVALUATION DE LA COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.50 DÉCEMBRE Depuis avril 2000 tous les jeunes français et françaises d environ 17 ans sont évalués sur leur compétence en compréhension de l écrit dans

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

2. Bilan de la session 2013

2. Bilan de la session 2013 RAPPORT DE JURY DE L EXAMEN DE CERTIFICATION COMPLEMENTAIRE DNL ANGLAIS SESSION 2013 1. Cadre réglementaire 1.1. Textes réglementaires L examen visant l attribution d une certification complémentaire est

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils

Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques. Présentation générale des outils Commission des Outils d évaluation pour les Humanités générales et technologiques Présentation générale des outils 1. Généralités 1.1. Cadre institutionnel Le décret du 24 juillet 1997 sur les missions

Plus en détail

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION

Psychosociologie des organisations INTRODUCTION 1 INTRODUCTION Le phénomène de groupe a attiré plusieurs chercheurs et il a fait l objet d énormes recherches en psychosociologie des organisations vu l importance q il revêt ce phénomène ans la vie de

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES POLITIQUE INSTITUTIONNELLE D ÉVALUATION DES PROGRAMMES D ÉTUDES Table des matières 1. Finalité et objectifs de la Politique...4 2. Principes...5 3. L évaluation des programmes...6 3.1 Déroulement de l

Plus en détail

Nouvelle série «Sciences et technologies de la santé et du social»(st2s)

Nouvelle série «Sciences et technologies de la santé et du social»(st2s) Rénovation de la série «Sciences médico-sociales» (SMS) Nouvelle série «Sciences et technologies de la santé et du social»(st2s) Rentrée 2007 Rénovation de la voie technologique SMS Le contexte de la rénovation

Plus en détail

note d Les élèves de 15 ans en France selon PISA 2012 en culture mathématique : baisse des performances et augmentation des inégalités depuis 2003

note d Les élèves de 15 ans en France selon PISA 2012 en culture mathématique : baisse des performances et augmentation des inégalités depuis 2003 note d informationdécembre 13.31 En mai 2012, 5 700 élèves de 15 ans scolarisés dans les collèges et lycées français ont participé aux épreuves de l enquête PISA ainsi que leurs homologues de 64 autres

Plus en détail

Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale. Rapport ONPES 2014-2015

Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale. Rapport ONPES 2014-2015 Les Budgets de référence : une méthode d évaluation des besoins pour une participation effective à la vie sociale Rapport ONPES 2014-2015 L Union européenne a initié une réflexion sur ce que pourrait être

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS 7 TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS INFORMATIONS GÉNÉRALES Une fois les données recueillies, celles-ci sont traitées transmises sur support informatique (saisie ), organisées et nettoyées

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ

FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ NOTES NOTES ÉDUCATION ÉDUCATION PERMANENTE PERMANENTE N N 18 2011-05 OCTOBRE 2005 JUIN 2011 ASSOCIATION ASSOCIATION POUR POUR UNE UNE FONDATION FONDATION TRAVAIL-UNIVERSITÉ CHAUSSÉE DE HAECHT, 579 B-1031

Plus en détail

Consultation 2014-2015

Consultation 2014-2015 Consultation 2014-2015 Synthèse des résultats de la consultation nationale sur le projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES

LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES LE CONCEPT DE CAPITAL IMMATERIEL : OUTIL DE PILOTAGE DES POLITIQUES PUBLIQUES CONFERENCE DE LA FONDATION D ATTIJARIWAFA BANK CASABLANCA, 23 OCTOBRE 2014 M. Mohammed Tawfik MOULINE Directeur Général, Institut

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique

série sciences et technologies du management et de la gestion STMG Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique Livret scolaire pour l examen du baccalauréat technologique arrêté du 6 décembre 2012 série sciences et technologies du management et de la gestion STMG nom de l'élève prénoms date de naissance nom et

Plus en détail

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller

Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble. Anne-Claudine Oller Soutenance de thèse en Sociologie Laboratoire LLS-Université de Savoie-PRES de Grenoble Anne-Claudine Oller Coaching scolaire, école, individu. L émergence d un accompagnement non disciplinaire en marge

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1

R E S U P. RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR. Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 R E S U P RÉSEAU d ÉTUDE SUR l ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR Journée «JEUNES CHERCHEURS» : IREDU - Dijon, le 19 Septembre 2003 Texte de la communication de : Gabriela NAVARRO 1 Les pratiques d'évaluation dans

Plus en détail

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE

UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE UN PROJET SCIENTIFIQUE ET CULTUREL POUR LA SOCIÉTÉ DE LA CONNAISSANCE Le regroupement du Palais de la découverte et de la Cité des sciences et de l industrie en un seul établissement apporte les atouts

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture

Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Habitudes et pratiques des élèves québécois de 10 ans au regard de la lecture Document synthèse Par Geneviève Rodrigue, en collaboration avec Alain Carpentier, Joanne Munn, Valérie Saysset et Christian

Plus en détail

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le

féminisme et de nuire aux femmes et à leurs intérêts. A partir de l intention de contrer ce danger, un certain nombre d études ont été menées sur le 1. Introduction Cette étude porte sur le sujet des hommes en mouvement 1 en Suisse. Son objectif général est de décrire et de comprendre l affirmation, à la fois identitaire et politique, de ce mouvement,

Plus en détail

Intitulé du projet : «Professionnalisation de la lutte contre le décrochage scolaire»

Intitulé du projet : «Professionnalisation de la lutte contre le décrochage scolaire» Céreq Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE

Plus en détail

Les aides aux devoirs en dehors de la classe

Les aides aux devoirs en dehors de la classe note d informationfévrier 6.4 www.education.gouv.fr/stateval Les élèves peuvent bénéficier d s aux devoirs scolaires de la part de leurs parents, de frères et sœurs, d amis, de proches ou bien suivre des

Plus en détail

SYNTHESE DE L ATELIER «EDUCATION»

SYNTHESE DE L ATELIER «EDUCATION» COMITE DE STRASBOURG SYNTHESE DE L ATELIER «EDUCATION» Méthodologie et base de réflexion : Avec près d une quarantaine de participants, d horizons, d âges, d engagements et de professions différents nous

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Arts culinaires des tables de l océan indien de l Université de la Réunion Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation

Plus en détail

un ordinateur pour chaque collégien!

un ordinateur pour chaque collégien! INVESTIR DANS L ÉDUCATION, C est LE CHOIX DU DÉPARTEMENT! cinq collèges en construction. 50 % de la carte Imagine R remboursés aux collégiens, lycéens et étudiants. 13 000 aides à la demi-pension accordées

Plus en détail

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.?

Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? Les Ressources Humaines, Un capital pour l entreprise : En quoi la Responsabilité Sociale des Entreprises (R.S.E.) est porteur d innovation R.H.? 8 Février 2011 Sylvie PAYOUX Vous avez dit R.S.E.? La thématique

Plus en détail

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL

RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Direction de l'éducation et de la jeunesse Secrétariat général 5e commission RAPPORT AU CONSEIL DÉPARTEMENTAL Séance du 28 mai 2015 OBJET : MISE EN PLACE D UN CHÈQUE DE RENTRÉE À DESTINATION DE TOUS LES

Plus en détail

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N 296 CHASSAGNE Jean-Marie, CASTELLAN Joëlle [Équipe PATRE, ENFA LES ENSEIGNANTS DE L ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL : PERTINENCE D UNE FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Cette communication se situe dans le

Plus en détail

Un site unique! ÉDUSCOL STI THOMAS DUFOUR, FABIEN JONQUIÈRE, JACQUES RIOT, PHILIPPE YOUNG [1]

Un site unique! ÉDUSCOL STI THOMAS DUFOUR, FABIEN JONQUIÈRE, JACQUES RIOT, PHILIPPE YOUNG [1] ÉDUSCOL STI Un site unique! THOMAS DUFOUR, FABIEN JONQUIÈRE, JACQUES RIOT, PHILIPPE YOUNG [1] La transversalité exigée par la refonte des enseignements technologiques rend nécessaire le regroupement de

Plus en détail