Le maçon à son poste de travail

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le maçon à son poste de travail"

Transcription

1 Fiche Prévention - E2 F Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maisons individuelles, logements collectifs, ouvrages fonctionnels, bâtiments industriels). Cependant, chaque année, on constate le renversement de murs récemment maçonnés, suite à la poussée exercée sur leur surface, notamment par l action du vent, de chocs, ou par l appui d équipements de travail en tête de voile ou par tout autre type d effort horizontal. Cette fiche prévention expose les principales règles à mettre en œuvre afin d assurer la stabilité des murs maçonnés en phase de construction. Action du vent sur un mur L action du vent sur un mur dépend de la configuration générale de ce dernier ; elle se traduit par des surpressions et des dépressions s exerçant sur chacune des surfaces du mur. La valeur de l action du vent correspond à la résultante de tous les effets ponctuels du vent lorsqu il rencontre le mur. Elle dépend de : la vitesse du vent ; la masse volumique de l air (qui varie selon la température) ; la surface du mur ; la forme et les proportions du mur (longueur et hauteur). La composante de l action du vent suivant la direction horizontale est appelée force de traînée (voir annexe 1, page 7). Illustration réalisée par Mustang Fig. 1 Pignon en cours de renversement Conditions de stabilité d un mur au vent En théorie, un mur est autostable sous l effet du vent si les effets de la force du vent sont inférieurs à la stabilité du mur (poids du mur) (voir annexe 2, page 7). Lorsque la force du vent est supérieure au poids du mur, il y a renversement (Fig. 1). Le renversement du mur s effectue toujours selon une ligne horizontale, à une altitude où le poids du mur ne suffit plus à s opposer aux efforts horizontaux exercés (vent, choc, appui ).

2 Hauteurs maximales des murs maçonnés En fonction de leur géométrie, et en tenant compte d une vitesse de vent de 85 km/h (23,61 m/s), des hauteurs maximales des murs maçonnés doivent être respectées afin de garantir leur stabilité. Hypothèses : q = 34,2 dan/m 2 ; direction du vent perpendiculaire au mur ; adhérence nulle du mortier ou de la colle (liant frais) ; absence de liaison par armatures avec le support d appui du mur ou de liaison avec un mur perpendiculaire. Géométrie du mur Matériaux Masses volumiques kg/m 3 Hauteurs limites pour e * = 20 cm ** = 1,75 (max.) Briques creuses 600 0,40 m 2 1 Sol Béton cellulaire 650 0,45 m Blocs béton creux 900 0,60 m Blocs béton pleins ,20 m = 1,30 (min.) Briques creuses 600 0,54 m 10 Béton cellulaire 650 0,60 m 1 Blocs béton creux 900 0,80 m Blocs béton pleins ,60 m Briques creuses 600 Renversement 8 2,00 Béton cellulaire 650 Renversement Blocs béton creux 900 Renversement Blocs béton pleins Renversement * e : épaisseur de mur. ** : coefficient de traînée (voir définition en annexe 1, page 7). 2

3 Vitesses limites du vent En fonction des dimensions du mur à maçonner, des vitesses limites de vent sont à considérer afin de garantir la stabilité du mur dans les conditions les plus défavorables. Hypothèses : direction du vent perpendiculaire au mur ; adhérence nulle du mortier ou de la colle (liant frais) ; absence de liaison par armatures avec le support d appui du mur ou de liaison avec un mur perpendiculaire. Dimensions du mur en mètre Matériaux Masses volumiques kg/m 3 Vitesses limites en km/h pour e = 20 cm Briques creuses Béton cellulaire Sol Blocs béton creux = 1,75 Blocs béton pleins Briques creuses Béton cellulaire Blocs béton creux = 1,30 Blocs béton pleins Briques creuses Sol Béton cellulaire Blocs béton creux = 1,75 Blocs béton pleins Briques creuses ,00 Béton cellulaire Blocs béton creux Blocs béton pleins

4 Contreventement par la structure définitive du bâtiment De loin la plus fiable, cette solution consiste à ancrer les murs maçonnés à la structure de l ouvrage. Cela suppose que la structure de contreventement soit opérationnelle pour remplir ce rôle (structure métallique ou bois parfaitement réglée, scellée et contreventée, structure béton de résistance suffisante). Ossature métallique ou bois Le contreventement de la maçonnerie de façade est assuré par les portiques de la charpente (Fig. 2). Maçonnerie contreventée par poteau métallique Fig. 2 Élévation Le liaisonnement avec les poteaux est réalisé au fur et à mesure de l élévation, soit : par insertion de la maçonnerie dans la largeur des poteaux (Fig. 3 et 4) ; par ancrages métalliques fixés aux poteaux. Ces ancrages sont destinés à être scellés dans les joints des chaînages verticaux de la maçonnerie (Fig. 5). Ossature béton armé ou précontraint La structure porteuse de l ouvrage est assurée par les voiles et les poteaux en béton. La maçonnerie sert de remplissage en façade. Le liaisonnement avec les voiles et les poteaux est réalisé soit : par dépliage et scellement d armatures de liaison dans les joints des chaînages verticaux de la maçonnerie (Fig. 6) ; par insertion de pattes métalliques dans des rails incorporés aux voiles et aux poteaux. Fig. 5 Ancrage métallique sur poteau en bois Fig. 3 Coupe sur poteau et mur de même largeur Mustang Fig. 6 Liaisonnement par armatures Fig. 4 Coupe sur poteau et mur de largeur différente Cornières rapportées Aciers pris dans le chaînage vertical maçonné Béton Mustang 4

5 Liaisonnement maçonné sur poteau béton. Fig. 7 Harpage sur un mur d angle. Crochet de liaisonnement inséré dans rail métallique. Fig. 8 Harpage sur un mur de refend. Crochet de liaisonnement prêt à être déployé dans la maçonnerie. OPPBTP Ossature en maçonnerie Si l ouvrage est entièrement en maçonnerie, le contreventement des murs de façade et des murs de refend est réalisé par harpage traditionnel (Fig. 7 et Fig. 8). L efficacité de ce dispositif repose sur le fait que les angles entre les murs de façade et les murs de refend sont montés simultanément. Contreventement par des dispositifs provisoires Cette solution consiste à ancrer des éléments permettant d empêcher le basculement des murs maçonnés sous l effet du vent. Attention Les chaînages verticaux et horizontaux, dimensionnés pour la stabilité en phase définitive, ne sont pas forcément capables d assurer la stabilité des murs pour les phases provisoires, d autant plus qu ils sont en général réalisés après montage de la maçonnerie. Il est donc nécessaire d effectuer des calculs spécifiques par un bureau d études. Ces dispositifs provisoires comprennent : des raidisseurs verticaux disposés de chaque côté du mur (poutrelles bois, métalliques, bastaings) et reliés par une tige traversante, ce qui permet d assurer la répartition des efforts sur la hauteur ; des stabilisateurs (étais tirant-poussant) ou autre dispositif de maintien (Fig. 9). 5

6 L ancrage des stabilisateurs au niveau du sol peut être réalisé sur des lests, des planchers, des longrines ou des fondations possédant la masse et la résistance suffisantes. Un calcul est nécessaire pour déterminer la résistance de chacun des éléments faisant partie du dispositif de stabilisation. La fixation de l étai tirant-poussant au niveau du sol doit résister à l effort d arrachement et à l effort de cisaillement auxquels elle sera soumise (voir annexe 3, page 7). L effort d arrachement et l effort de cisaillement dans la fixation, déterminés par le calcul, permettent de définir les caractéristiques de la fixation à utiliser. Stabilisation d un pignon maçonné par deux étais tirantpoussant. Fig. 9 Stabilisation par raidisseur et étai tirant-poussant. Fixation au sol de l étai tirant-poussant par vis à béton. Vent V Mustang OPPBTP Définitions Maçonnerie. Ouvrage composé de pierres, blocs agglomérés de béton, briques, etc., unis par un liant (mortier, plâtre, ciment, colle, etc.). Contreventement. Système statique destiné à assurer la stabilité globale d un ouvrage vis-à-vis des effets horizontaux issus des actions sur celui-ci (vent, choc, poussées diverses). Chaînage. Ouvrage en béton armé incorporé à la maçonnerie et servant à rigidifier horizontalement ou verticalement le mur afin d éviter qu il ne s écarte sous l effet des contraintes auxquelles il est soumis (poids des planchers, de la toiture ). Harpage. Façon de faire se recouvrir les blocs de maçonnerie dans les angles d une construction. Traînée. Force qu exerce un fluide sur un objet lorsque le fluide ou l objet sont en mouvement l un par rapport à l autre. La traînée est parallèle à la trajectoire du fluide. Elle est dirigée dans le sens du fluide et elle s oppose à l avancement de l objet si celui-ci est en mouvement dans un fluide. >>> 6

7 >>> Pour en savoir plus Règles Neige et Vent NV 65, édition avril Modificatif n 4 (DTU P ) de février Action du vent. Fiche prévention I9 F Édition OPPBTP. Les étais tirant-poussant pour les ouvrages en béton armé. Fiche prévention E3 F Édition OPPBTP. Consultation des centres de Météo-France pour les prévisions de vent : Annexe 1 Force de traînée La force de traînée T en dan est donnée par la relation : T = Ct S q est le coefficient aérodynamique de la surface, ou coefficient de traînée. Il est déterminé expérimentalement en soufflerie. Il est fourni par les règles NV 65 (Neige et Vent) et dépend de la forme et des proportions du mur (voir Fig. 1). Il n a pas d unité. S est la surface nette du mur en mètres carrés, déduction faite de la surface des ouvertures. q est la pression dynamique du vent en dan/m 2. Elle est donnée par la formule : q = ½ ρ V 2 où ρ est la masse volumique de l air en kg/m 3 et V la vitesse du vent en m/s. La masse volumique de l air dépend de trois facteurs : sa température, son taux d humidité et sa pression atmosphérique. Pour de l air sec à 15 C sous une pression de hectopascals, ρ = 1,225 kg/m 3, soit : q = V 2 /16,3 Pour de plus amples renseignements sur les effets du vent sur une paroi, se reporter à la fiche prévention OPPBTP I9 F : «Action du vent». Annexe 2 Stabilité au vent d un mur Un mur est autostable sous l effet du vent si le moment de stabilité engendré par son poids est supérieur au moment de renversement engendré par le vent. Hypothèses mur sans ouvertures, indéformable, reposant sur le sol de manière uniformément répartie et non liaisonné mécaniquement à une structure de contreventement ; action du vent uniformément répartie sur la surface du mur ; adhérence du mortier ou de la colle non prise en compte. P = poids du mur h = hauteur du mur en m l = longueur du mur en m e = épaisseur du mur en m ω = masse volumique du mur en kg/m 3 Soit : P = h l e ω Moment de stabilité engendré par le poids du mur : Mstab = P e/2 Mstab = h l e 2 /2 ω Moment de renversement engendré par l action du vent : Mrenv = T h/2 Condition de stabilité du mur : Mstab > Mrenv, soit : e 2 ω > h q Lorsque cette inégalité n est pas respectée, il y a renversement du mur. h e l P T Annexe 3 Efforts exercés sur la fixation d un étai tirant-poussant Exemple : mur de 3 mètres de hauteur et de 6 mètres de long, vitesse du vent de 85 km/h q = V 2 /16,3 q = 34,2 dan/m 2 T = S q T = 1, ,2 T = 1077 dan Supposons deux étais tirant-poussant inclinés à 45, l effort de traction ou de compression dans chaque étai sera de : F = ,414/2 = 761 dan En cas de traction dans l étai tirant-poussant et de fixation au sol par cheville et/ou vis, l effort d arrachement F v et l effort de cisaillement F h dans la fixation seront tous deux égaux à : F v = F h = 761/1,414 = 538 dan Vent V F v T : effort du vent sur le mur F v : effort d arrachement au niveau de la fixation de l étai F h : effort de cisaillement au niveau de la fixation de l étai F T F h 45 OPPBTP 25, avenue du Général Leclerc Boulogne-Billancourt Cedex

Mur extérieur «mur PAMAflex»

Mur extérieur «mur PAMAflex» A 1. Description Elément préfabriqué hautement isolé composé d une paroi portante en béton de 14 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 27 cm de polyuréthane, épaisseur totale du mur de 41 cm. Un

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 03 14 Le maçon à son poste de travail Partie 2 : la protection face au vide La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maison

Plus en détail

Murs poutres & planchers

Murs poutres & planchers Murs poutres & planchers Henri RENAUD Deuxième édition Groupe Eyrolles, 2002, 2005, ISBN 2-212-11661-6 8. Structure porteuse : murs, planchers, charpente Eléments porteurs ou de liaisons qui contribuent

Plus en détail

LE GÉNIE PARASISMIQUE

LE GÉNIE PARASISMIQUE LE GÉNIE PARASISMIQUE Concevoir et construire un bâtiment pour qu il résiste aux séismes 1 Présentation de l intervenant Activité : Implantation : B.E.T. structures : Ingénierie générale du bâtiment. Siège

Plus en détail

DOSSIER TECHNIQUE NOTICE DE POSE

DOSSIER TECHNIQUE NOTICE DE POSE DOSSIER TECHNIQUE NOTICE DE POSE 1 NOTICE DE POSE BLOCS A BANCHER «ISOLASUP SYSTEME» A) Préambule : 1) Le fabricant et l entrepreneur doivent rappeler aux architectes et aux Maîtres d ouvrages les spécificités

Plus en détail

PROTECTION PARASISMIQUE

PROTECTION PARASISMIQUE POUR SE PRÉMUNIR CONTRE LE RISQUE SISMIQUE En cas de séisme, 90 % des pertes en vie humaines sont dues à l effondrement des constructions. La prévention constitue le meilleur moyen de se prémunir contre

Plus en détail

Étaiement des balcons

Étaiement des balcons Fiche Prévention - E4 F 07 13 Étaiement des balcons Les étaiements constituent, en général, dans le bâtiment, des opérations essentielles et répétées dont dépendent la stabilité et la solidité des ouvrages

Plus en détail

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation

Mur de cave «Prémur PAMAflex» avec 20 cm d isolation 1. Description Elément préfabriqué en béton de type prémur isolé composé de 2 parois en béton de 7 cm d épaisseur, d une couche d isolation de 20 cm en polystyrène expansé et d un espace pour le remplissage

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat

Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat. 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Détails 1. Mur double - appui plancher béton sur linteau Cellumat 1/Détail: mur double appui hourdis béton sur linteau Cellumat Crochet type mur sec Mortier Membrane d'étanchéite Chaînage béton Brique

Plus en détail

La construction parasismique en maison individuelle

La construction parasismique en maison individuelle DOCUMENTATION THÉMATIQUE La construction parasismique en maison individuelle www.bouyer-leroux.com Ce qu il faut faire dans le cadre de la construction de maisons individuelles 1. Déterminer les longueurs

Plus en détail

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution 57 P.2.0.8 Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution Les prescriptions de pose et les détails d exécution repris dans cette documentation sont

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 02 14 Le maçon à son poste de travail Partie 1 : les plates-formes de travail La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les chantiers du bâtiment (maisons

Plus en détail

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois

MUR DE FACADE EN BOIS. Module 2 Technologies courantes de construction bois MUR DE FACADE EN BOIS Module 2 Technologies courantes de construction bois Module 2 Technologies courantes de construction bois Murs à ossature légère Principes Matériaux Pré-dimensionnement Lisses

Plus en détail

Produits préfabriqués lourds

Produits préfabriqués lourds Fiche Prévention - E4 F 12 14 Produits préfabriqués lourds Mise en œuvre et stabilité en phase provisoire Les produits préfabriqués lourds sont nombreux et communément utilisés sur les chantiers de gros

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Mise en œuvre de fenêtres en rénovation avec enlèvement partiel ou total du dormant existant

FICHE TECHNIQUE. Mise en œuvre de fenêtres en rénovation avec enlèvement partiel ou total du dormant existant FICHE TECHNIQUE CSTB CEBTP Bureau VERITAS APAVE QUALICONSULT SOCOTEC SNFA du COPREC N 52 - Indice : A Date : Juillet 2012 Nombre de pages : 8 Mise en œuvre de fenêtres en rénovation avec enlèvement partiel

Plus en détail

L OSSATURE METALLIQUE

L OSSATURE METALLIQUE Communauté d Agglomération Saint Etienne Métropole ZENITH SAINT ETIENNE L OSSATURE METALLIQUE Le 21 mai 2008 Joseph NOC L ossature métallique du ZENITH de SAINT ETIENNE a été créée en 4 parties différentes

Plus en détail

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations...

Présentation du béton cellulaire... 14 Historique... 14 Présentation... 14 Composition... 15 Fabrication... 15 Principales utilisations... CONSTRUIRE EN BÉTON CELLULAIRE 1. Le béton cellulaire et son environnement Présentation du béton cellulaire.............................................................. 14 Historique......................................................................................

Plus en détail

8.5 Les murs coupe-feu en béton

8.5 Les murs coupe-feu en béton 8.5 Les murs coupe-feu en béton bâtiments d activité de commerce et de stockage Entrepôt de stockage de matières plastiques dans l Ain. Un mur séparatif coupe-feu aurait permis d arrêt de la propagation

Plus en détail

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale.

26/02/2011. Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire. Charpente traditionnelle. Structure principale. Structure principale. Pièces constitutives d une charpente Charpente traditionnelle Structure principale Structure principale sur mur porteur et ferme intermédiaire 2 1 5 4 3 1 - Panne 2 - Panne faitière 3 - Sablière 4 - Chevron

Plus en détail

MANUEL D INSTALLATION POUR EU-RAMPS

MANUEL D INSTALLATION POUR EU-RAMPS Avertissement : Dans ce manuel d installation, le mot rampe est utilisé pour les modules inclinés et le mot plateforme pour les modules horizontaux. Généralités Commencer l installation par le point culminant

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 04 15 Le maçon à son poste de travail Partie 3 : les produits de maçonnerie Caractéristiques, manutention manuelle, livraison La réalisation de murs en maçonnerie est une opération

Plus en détail

Le Prémur KP1. Le guide d utilisation

Le Prémur KP1. Le guide d utilisation Le Prémur KP1 Le guide d utilisation Le Prémur complète la gamme des produits KP1. Pour tirer avantages de ce procédé et l associer avec nos autres solutions et l adapter à votre chantier, il est nécessaire

Plus en détail

LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES!

LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! nano et R nano LA SOLUTION IDÉALE POUR LES PONTS THERMIQUES! connecting insulations 1.0 QU EST-CE QUE MARMOX THERMOBLOCK? Marmox THERMOBLOCK est un bloc de construction isolant breveté constitué d un élément

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

2.1. SEMELLES DE FONDATION

2.1. SEMELLES DE FONDATION 2.1.1. DESCRIPTION 2.1. SEMELLES DE FONDATION Les semelles de fondations préfabriquées sont de trois types : - avec fût pour pose des colonnes sans étais, - avec fourreaux destinés à recevoir les barres

Plus en détail

Maisons sur vide sanitaire

Maisons sur vide sanitaire Maisons sur vide sanitaire Henri Renaud Groupe Eyrolles 2008, ISBN : 978-2-212-12195-7 Sommaire Chapitre 2 Procédés de construction d un vide sanitaire 1. Vide sanitaire traditionnel réalisé avec des murs

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS.

CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS. FICHE CONSEIL N 9 CLOISONS ET CONTRE-CLOISONS EN PLAQUES DE PLÂTRE DANS LES CONSTRUCTIONS À OSSATURE BOIS. Ce document précise les dispositions constructives des cloisons et contre-cloisons en plaques

Plus en détail

La pose des menuiseries extérieures

La pose des menuiseries extérieures Table des matières Positionnement de l activité... 2 Objectifs et compétences visées... 2 Objectif :... 2 Compétences... 2 Travaux dirigés : Généralités... 3 Travail demandé : Identifier les techniques

Plus en détail

Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général

Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général Planchers à prédalles Guide de mise en œuvre Cas général page 1 LES DOCUMENTS DE REFERENCE Plan du bureau d études de structures. Plan de préconisation de pose établi par le fabricant, validé par le bureau

Plus en détail

Phase avant-projet : Fondations pour constructions résidentielles à ossature en éléments minces en acier

Phase avant-projet : Fondations pour constructions résidentielles à ossature en éléments minces en acier Phase avant-projet : Fondations pour constructions résidentielles à ossature en éléments minces en acier Ce document présente l'utilisation de dalles en béton, de semelles filantes et de systèmes de micropieux

Plus en détail

Modulation de construction et préfabrication

Modulation de construction et préfabrication Chapitre 5 : LES COMPOSANTS PREFABRIQUES EN BETON POUR LE BATIMENT Les composants préfabriqués pour le bâtiment seront divisés en 2 grandes catégories : Les composants linéaires (pieux, poteaux, poutres

Plus en détail

La série d éléments massifs pour la construction durable selon les normes pour habitations passives. www.alphabeton.eu www.pamaflex.

La série d éléments massifs pour la construction durable selon les normes pour habitations passives. www.alphabeton.eu www.pamaflex. La série d éléments massifs pour la construction durable selon les normes pour habitations passives www.alphabeton.eu www.pamaflex.eu La gamme d éléments Pamaflex dévelopée par Alpha Béton est spécifiquement

Plus en détail

Portes coulissantes coupe-feu et anti-fumée, à un et deux vantaux, exécution télescopique

Portes coulissantes coupe-feu et anti-fumée, à un et deux vantaux, exécution télescopique Production durable pour une construction innovante Portes coulissantes coupe-feu et anti-fumée, à un et deux vantaux, exécution télescopique Données techniques : mise à jour 01.04.2015 T30 EI 2 30 T90

Plus en détail

GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE*

GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE* GUIDE D ACHAT ET DE POSE D UN BLOC PORTE* BIEN CHOISIR SON PRODUIT : 1 ) Composition d un bloc-porte : Un bloc-porte est composé d une porte (1) associée à une huisserie (ou dormant ou cadre (2)). 2 )

Plus en détail

Cours 2. La structure porteuse d un bâtiment. 1 - Les fondations. 2 - Les porteurs verticaux. 3 - Les porteurs horizontaux

Cours 2. La structure porteuse d un bâtiment. 1 - Les fondations. 2 - Les porteurs verticaux. 3 - Les porteurs horizontaux La structure porteuse d un bâtiment 1 - Les fondations 2 - Les porteurs verticaux 3 - Les porteurs horizontaux 1) Les Fondations 1-1) Fonctions, définitions Les fondations d un ouvrage sont les éléments

Plus en détail

Fondations. Willy Naessens 7

Fondations. Willy Naessens 7 Willy Naessens 7 1. Fondations superficielles Introduction Ces fondations sont posées à faible profondeur sur un terrain de bonne portance. Une distinction peut être faite entre fondations préfabriquées

Plus en détail

L isolation extérieure dès le gros œuvre

L isolation extérieure dès le gros œuvre L isolation extérieure dès le gros œuvre L ISOLATION PAR L EXTERIEUR : SA SUPERIORITE SUR L ISOLATION PAR L INTERIEUR RTh est un nouveau procédé de maçonnerie spécialement conçu pour l isolation par l

Plus en détail

PROTECTIONS COLLECTIVES

PROTECTIONS COLLECTIVES PROTECTIONS COLLECTIVES SOMMAIRE PROTECTIONS COLLECTIVES DE RIVES ET TOITURES presse rapide et ses consoles, protections avec poteaux, protection de rive par traversée de mur 3 CONSOLES POUR PLANCHERS

Plus en détail

Fiches techniques et d utilisation (P)

Fiches techniques et d utilisation (P) Fiches techniques et d utilisation (P) FICHE TECHNIQUE CAVITYfix PREMIUM Article Number: Languages: fr BERNER_Fiches_techniques_et_d utilisation_(p)_fiche_technique_cavityfix_premium_57171[pdf]_fr.pdf

Plus en détail

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012

CUBE DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX. Bordeaux, le 13 fevrier 2012 Bordeaux, le 13 fevrier 2012 DIAGNOSTIC STRUCTUREL BATIMENT N 33 MESURES CONSERVATOIRES ZAC BASTIDE NIEL / BORDEAUX INDEX DATE MODIFICATIONS Resposable 0 10/11/2010 1 er document Oscar BAUZA A 13/02/2012

Plus en détail

Bacs métalliques sertis. Kalzip Droit. Vu pour enregistrement le 22 mars 2007

Bacs métalliques sertis. Kalzip Droit. Vu pour enregistrement le 22 mars 2007 Avis Technique 5/06-1856*01 Add Additif à l'avis Technique 5/06-1856 Avant d utiliser ce système, il est indispensable de prendre connaissance de l Avis Technique 5/06-1856 en tenant compte de l additif

Plus en détail

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution

Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution 5 P..0. Introduction aux descriptions pour cahier des charges, prescriptions de pose et détails d exécution Les prescriptions de pose et les détails d exécution repris dans cette documentation sont uniquement

Plus en détail

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise

Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise Les étapes d un dossier MOB dans l entreprise 1 Les étapes d un dossier MOB au bureau d études: 1. La réalisation du devis 2. Passage en commande du dossier 3. La demande d éléments 4. Le plan d implantation

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles

LA CHARPENTE. Les principales pièces des charpentes traditionnelles Les principales pièces des charpentes traditionnelles La charpente (fig. 5.1 et 5.2) : ensemble de pièces en bois qui portent la couverture. Les charpentes présentent diverses formes et différentes pentes

Plus en détail

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle!

Dalles alvéolées en béton précontraint. Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! Dalles alvéolées en béton précontraint Les hourdis, éléments indispensables dans la conception d une maison actuelle! 1. Généralités Les planchers en béton, appelés hourdis, sont aujourd hui devenus des

Plus en détail

Système de bardage sur ossature bois Bardeau

Système de bardage sur ossature bois Bardeau Système de bardage sur ossature bois Bardeau 2 Système de bardage sur ossature bois - Bardeau Système de bardage sur ossature bois - Bardeau 3 Index Présentation Domaine d usage Les éléments du système

Plus en détail

Rapport d évaluation CCMC 13302-R

Rapport d évaluation CCMC 13302-R Rapport d évaluation CCMC 13302-R RÉPERTOIRE NORMATIF 07 44 50 Publié 2008-03-12 Révisé 2008-04-25 Réévaluation 2011-03-12 6XUH7RXFK 1. Opinion Le Centre canadien de matériaux de construction (CCMC) est

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Structures métalliques. Willy Naessens 83

Structures métalliques. Willy Naessens 83 Structures métalliques Willy Naessens 83 Les structures métalliques sont - entre autres- utilisées pour les constructions de PME, les constructions agricoles, les complexes de bureaux et les grands complexes

Plus en détail

Pathologie des constructions

Pathologie des constructions CENTRE UNIVERSITAIRE D AIN-TEMOUCHENT BP N 284 RP AIN-TEMOUCHENT, 46000- ALGERIE Institut des Sciences et de la technologie Département des Sciences fondamentales, appliquées et de la technologie Pathologie

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

Préfabrication lourde dans le bâtiment

Préfabrication lourde dans le bâtiment Fiche de sécurité E4 F 02 78 Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres 92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : 01 46 09 26 91 Tél. : 08 25 03 50 50 Fax : 01 46 09 27 40 Préfabrication lourde dans

Plus en détail

Chemin de câbles coupe-feu AESTUVER Construire soi-même les éléments I 30 à I 120 E 30 à E 120 5 E 200

Chemin de câbles coupe-feu AESTUVER Construire soi-même les éléments I 30 à I 120 E 30 à E 120 5 E 200 Chemin de câbles coupe-feu Construire soi-même les éléments I 0 à I 10 E 0 à E 10 5 E 00 Description Le système de chemin de câbles a été testé selon la norme DIN 410 partie 11 et partie 1 par l Institut

Plus en détail

DESSINS D ARCHITECTURE

DESSINS D ARCHITECTURE Les dessins d architecture Page 1 DESSINS D ARCHITECTURE Objectifs : - Connaitre à partir d une application les différents plans réalisés dans le domaine de la construction, et plus particulièrement les

Plus en détail

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux 1 - Contexte et objectifs La règlementation thermique 2012 (RT 2012) [1] se met progressivement

Plus en détail

Le Prémur KP1. Le guide d utilisation

Le Prémur KP1. Le guide d utilisation Le Prémur KP1 Le guide d utilisation Le Prémur complète la gamme des produits KP1. Pour tirer avantages de ce procédé et l associer avec nos autres solutions et l adapter à votre chantier, il est nécessaire

Plus en détail

La fibre de la créativité

La fibre de la créativité La fibre de la créativité 1. 3. CRÉATIVITÉ DURABILITÉ 2. 1. 2. 3. PROFIL COLONIAL COLORIS GRIS AGATHE Programme Maisons-esprit-loft Groupe MCP Promotion (69) 4. Plus de 300 coloris différents, une durabilité

Plus en détail

BLOC CREUX À MAÇONNER

BLOC CREUX À MAÇONNER BLOC CREUX À MAÇONNER Synthèse Ils sont utilisés pour constituer les parties courantes de murs extérieurs mais aussi des cloisons intérieures. Poids bloc (kg) Rangées d alvéoles (U) Alvéoles (U) Repère

Plus en détail

Portes coulissantes coupe-feu et anti-fumée, à un et deux vantaux, exécution télescopique

Portes coulissantes coupe-feu et anti-fumée, à un et deux vantaux, exécution télescopique Production durable pour une construction innovante Portes coulissantes coupe-feu et anti-fumée, à un et deux vantaux, exécution télescopique Données techniques : mise à jour 01.02.2014 T30 EI 2 30 T90

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES ÉTAIEMENT 2 MANUTENTION La manutention manuelle est aisée en raison de la légèreté des poutrelles FILIGRANE. Toutefois, en cas de manutention par grue avec élingues ou palonnier,

Plus en détail

Colonne cylindrique à paroi

Colonne cylindrique à paroi Colonnes cylindriques Paroi Des coffrages sont conçus spécialement pour les colonnes de forme cylindrique; ils sont fabriqués de plusieurs couches de papier fibre de haute qualité. Ces couches sont enroulées

Plus en détail

Règles de réalisation des installations électriques

Règles de réalisation des installations électriques Page : 1 sur 6 électriques 1. Montage apparent Ce mode de pose est souvent utilisé lorsque l installation est faite après la construction ou dans le cas d une rénovation de l installation. Il permet un

Plus en détail

Le boulon d ancrage sert à fixer les pattes d attache des panneaux de coffrage pour murs alignés d un seul côté.

Le boulon d ancrage sert à fixer les pattes d attache des panneaux de coffrage pour murs alignés d un seul côté. Page 1 / 5 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : Le coffrage une face Rédaction : Adrian Vonlanthen / Etudiant ETC 3 Date : 7 octobre 2008 Système d ancrage et de stabilisation Les systèmes

Plus en détail

SOMMAIRE 1. OBJET...3 2. DOMAINE D APPLICATION...5

SOMMAIRE 1. OBJET...3 2. DOMAINE D APPLICATION...5 SOMMAIRE SOMMAIRE. OBJET.... DOMAINE D APPLICATION...5. SOLUTIONS POUR PAROIS HORIZONTALES...7. Dispositions générales...7. Exemple de calcul : calcul du plancer P05...9. Exemple de solutions vérifiées

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE D APPLICATION

DOCUMENT TECHNIQUE D APPLICATION DOCUMENT TECHNIQUE D APPLICATION BIONERGIES 289, rue du Luxembourg 83500 La SEYNE-SUR-MER Tél ; : 04 83 57 18 40 p. 1 BIONERGIES 289, rue du Luxembourg 83500 La SEYNE-SUR-MER Tél ; : 04 83 57 18 40 p.

Plus en détail

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques

Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques La construction face au risque sismique Nouvelle réglementation Auch 27 novembre 2012 Construire en zone sismique - Conception et bonnes pratiques Albane RAMBAUD Sandrine MARNAC CETE du Sud Ouest / DALET

Plus en détail

POSE DES OUVRAGES. «Etanchéité des menuiseries»

POSE DES OUVRAGES. «Etanchéité des menuiseries» 1/10 POSE DES OUVRAGES. «Etanchéité des menuiseries» S5.4: MATERIAUX COMPOSANTS DU SECTEUR PROFESSIONNEL. C1.1: Décoder, analyser les données de définition. C4.5: Conduire les opérations de pose sur chantier.

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

FERMACELL cloisons non porteuses Parement double

FERMACELL cloisons non porteuses Parement double Des systèmes reconnus dans la construction sèche présentant des qualités coupefeu et d isolation phonique. Descriptif : Les cloisons FERMACELL double peau sont des cloisons distributives non porteuses

Plus en détail

MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE

MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE MISE EN OEUVRE LE BOUCLIER THERMIQUE CONTENU 1. APPLICATIONS 03 2. TECHNIQUE DE POSE 04 2.1. GENERALITES 2.1.1. IMPERMÉABILITÉ À L EAU ET À L AIR 04 2.1.2. RESPECT DE LAME D AIR 04 2.1.3. L ÉCRASEMENT

Plus en détail

2.4. DALLES DE PLANCHERS ET TOITURES

2.4. DALLES DE PLANCHERS ET TOITURES 2.4.1. DESCRIPTION 2.4. DALLES DE PLANCHERS ET TOITURES RONVODAL fabrique 3 types de planchers en béton précontraint : - la dalle alvéolaire classique ou dalle RC utilisée en plancher et éventuellement

Plus en détail

BLOCS LA SOLUTION SIMPLE, RAPIDE ET ÉCONOMIQUE POUR CONSTRUIRE RT2012, HPE ET THPE! Développé et distribué par MATÉRIAUX

BLOCS LA SOLUTION SIMPLE, RAPIDE ET ÉCONOMIQUE POUR CONSTRUIRE RT2012, HPE ET THPE! Développé et distribué par MATÉRIAUX BLOCS ISOLANTS COFFRANTS LA SOLUTION SIMPLE, RAPIDE ET ÉCONOMIQUE POUR CONSTRUIRE RT2012, HPE ET THPE! Développé et distribué par MATÉRIAUX LA FORMULE GAGNANTE POUR UN BÂTI DURABLE ET PERFORMANT SYSTÈME

Plus en détail

Bâtiment tertiaire en bois-béton collaborant

Bâtiment tertiaire en bois-béton collaborant Bâtiment tertiaire en bois béton collaborant J.-M. Ducret, G. Tschanz 1 Bâtiment tertiaire en bois-béton collaborant Mehrgeschossige Gewerbebauten in Holz-Beton-Verbund Bauweise Dr. Ing. Ducret Jean-Marc

Plus en détail

BLOCS 2S BETON. Qualité du béton : minimum C25/30 ou qualité supérieure. Cette qualité est nécessaire pour une meilleure résistance aux chocs.

BLOCS 2S BETON. Qualité du béton : minimum C25/30 ou qualité supérieure. Cette qualité est nécessaire pour une meilleure résistance aux chocs. BLOCS 2S BETON AVANTAGES DU SYSTEME : FABRICATION Qualité du béton : minimum C25/30 ou qualité supérieure. Cette qualité est nécessaire pour une meilleure résistance aux chocs. Aucun matériau recyclé n

Plus en détail

Guide de mise en œuvre sécurisée. Prémurs

Guide de mise en œuvre sécurisée. Prémurs Prémurs Prémur KP1 sécurisé CORRESPONDANCES Des composants sécurisés à manipuler avec précaution Jugez plutôt Un prémur KP1, longueur 6 m, hauteur 10 m = 12 petites voitures A. Boucles de levage bleues

Plus en détail

Construction à Ossature Bois. Guide technique DE LA FIXATION INNOVATION MADE IN FRANCE

Construction à Ossature Bois. Guide technique DE LA FIXATION INNOVATION MADE IN FRANCE Construction à Ossature Bois Guide technique DE LA FIXATION INNOVATION MADE IN FRANCE Développer et produire en France, c est défendre nos valeurs... moins de GFD, UN EXPERT AU SERVICE DE LA CONSTRUCTION

Plus en détail

La sécurité peut être facile et bon marché! La sécurité complexe qui prend beaucoup de temps, c est du passé!

La sécurité peut être facile et bon marché! La sécurité complexe qui prend beaucoup de temps, c est du passé! La sécurité peut être facile et bon marché! La sécurité complexe qui prend beaucoup de temps, c est du passé! Construire la façade quand les dalles arrivent plus tard, cela n est pas en cause ici! Montage

Plus en détail

Cloisons et contre-cloisons PRÉGYMÉTALTM

Cloisons et contre-cloisons PRÉGYMÉTALTM PRÉGYMÉTAL 70 Fixation des rails au sol, Locaux secs 72 Jonction au sol - Locaux humides 74 Cloison en bord de dalle 76 Fixation des rails sous plancher 77 Fixation des rails sous plafond PRÉGYMÉTAL 78

Plus en détail

Optex. La solution d isolation thermo- acoustique des murs par l extérieur sous bardage rapporté

Optex. La solution d isolation thermo- acoustique des murs par l extérieur sous bardage rapporté Optex La solution d isolation thermo- acoustique des murs par l extérieur sous bardage rapporté Optex, les solutions d isolation par l exté Description La gamme Optex est une sélection d isolants et de

Plus en détail

Guide Pratique. Construction d une cheminée. 2 e ÉDITION. Âtres, appareils à foyer ouvert et inserts Conduits maçonnés et métalliques

Guide Pratique. Construction d une cheminée. 2 e ÉDITION. Âtres, appareils à foyer ouvert et inserts Conduits maçonnés et métalliques Guide Pratique Construction d une cheminée Âtres, appareils à foyer ouvert et inserts Conduits maçonnés et métalliques En application des normes NF DTU 24.1 et 24.2 2 e ÉDITION SOMMAIRE Définition de l

Plus en détail

LA MAÇONNERIE FICHES TECHNIQUES

LA MAÇONNERIE FICHES TECHNIQUES LA MAÇONNERIE FICHES TECHNIQUES Gamme des produits BLOCS EN BÉTON DE GRANULATS COURANTS BLOCS DE COFFRAGE PRÉLINTEAUX - BLOCS STANDARDS - BLOCS ACCESSOIRES - BLOCS SPÉCIAUX - BLOCS AVEC EMBOÎTEMENTS VERTICAUX

Plus en détail

Instructions de montage et d utilisation. Balustrade pour toiture terrasse Layher Allround

Instructions de montage et d utilisation. Balustrade pour toiture terrasse Layher Allround Instructions de montage et d utilisation Balustrade pour toiture terrasse Layher Allround Layher NV Mouterij 6 2550 Kontich (BE) 022/45.20.94 mail@layher.be www.layher.be Version 02/2015 Page 1 Table des

Plus en détail

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition

Chapitre 4. Travail et puissance. 4.1 Travail d une force. 4.1.1 Définition Chapitre 4 Travail et puissance 4.1 Travail d une force 4.1.1 Définition En physique, le travail est une notion liée aux forces et aux déplacements de leurs points d application. Considérons une force

Plus en détail

www.isol-plus-st.com

www.isol-plus-st.com Produits MAXPLUS & MAXFIX Maisons passives et basse consommation d énergie Maisons passives et basse consommation Les systèmes MAXPLUS et MAXFIX sont déjà aux normes de 2020. Aujourd hui, les économies

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment

Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment Fiche Prévention - E5 F 03 13 Déchargement, manutention et stockage des armatures sur les chantiers du bâtiment La manutention d armatures sur les chantiers du bâtiment est une tâche fréquente, voire quotidienne.

Plus en détail

LES LIAISONS EN STRUCTURES METALLIQUES

LES LIAISONS EN STRUCTURES METALLIQUES ET 231 LIAISONS ENTRE SOLIDES LES LIAISONS EN STRUCTURES METALLIQUES 1- Liaisons en structures métalliques 1-1 Encastrement 1-2 Articulation 1-3 Appui simple 1-4 Cas particulier ET231 1/6 STI2D 1- Liaisons

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Benoît Michaux ir. Chef-Adjoint de la division Enveloppe du bâtiment et Menuiserie Les panneaux photovoltaïques en toiture

Plus en détail

4.5 Coefficients de pression et de forces. 4.5.1 Ecoulement de l air autour d une construction

4.5 Coefficients de pression et de forces. 4.5.1 Ecoulement de l air autour d une construction 4.5 Coefficients de pression et de forces Pour les bâtiments, il convient de déterminer les coefficients de pressions extérieure et intérieure. Les coefficients de pression extérieure permettent de calculer

Plus en détail

B1 Cahiers des charges

B1 Cahiers des charges B1 Cahiers des charges B1 cahiers des charges 35 B.1 Cahiers des charges Ce chapitre contient les cahiers des charges. Pour plus d informations, nous réfèrons au paragraphe B.3. Mise en oeuvre et B.4 Détails

Plus en détail

CLAPET COUPE-FEU CIRCULAIRE A FAIBLE PERTE DE CHARgE

CLAPET COUPE-FEU CIRCULAIRE A FAIBLE PERTE DE CHARgE CR120 Les clapets coupe-feu CR120 sont des dispositifs de sécurité autocommandés ou télécommandés, normalement ouvert Résistance au feu jusqu à 120 Composition : 6 1 2 8 CR120 + MFU 7 9 5 4 Utilisation

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

BRIQUES DE STRUCTURE ET DE CLOISON

BRIQUES DE STRUCTURE ET DE CLOISON BRIQUES DE STRUCTURE ET DE CLOISON c e s t é l é m e n T E R R E Savoir-faire et innovation SOMMAIRE B RIQUES DE STRUCTURE Réglementation Briques C Briques C à barrettes 3 ACCESSOIRES DES BRIQUES DE STRUCTURE

Plus en détail

Ouvrages en maçonnerie :

Ouvrages en maçonnerie : Club Ouvrages d Art du 5 février 2009 à Berre l'etang Ouvrages en maçonnerie : investigations préalables et recalculs Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Sommaire

Plus en détail

Isolants en sous face de dalle Principes de mise en œuvre

Isolants en sous face de dalle Principes de mise en œuvre Isolants en sous face de dalle Principes de mise en œuvre Détail produits p. 106 à 132 Les panneaux de la gamme Fibralith sont mis en œuvre : soit en coffrage isolant de dalle béton ou fond de coffrage

Plus en détail