COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring"

Transcription

1 FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux Cadre de travail Avec le soutien d ECHO, ACF a publié au second semestre 2012 une série de fiches techniques pour aider les acteurs humanitaires de l Ouest de la Côte d Ivoire dans leurs différentes interventions. Ces fiches ont pour ambition d être concises, accessibles et tournées vers l opérationnel. Objectif Cette fiche a pour objectif de montrer les différentes étapes du monitoring et ses enjeux sur un projet de transfert d argent/de cash. Introduction Il existe différents types de transferts d argent Les populations peuvent recevoir de l argent ou des coupons Espèces. Cela peut prendre la forme d un transfert direct non conditionnel ou une rémunération contre du travail. Des conditions peuvent également être exigées avec l octroi de transferts. Ces différents types de transferts peuvent être combinés. Un projet de transfert d argent peut avoir de multiples objectifs liés aux dépenses des ménages Amélioration de la situation alimentaire et/ou nutritionnelle Amélioration de l accès à la santé et à l éducation Reconstruction de maisons Rétablissement des moyens d existence (relance d une activité commerciale, reconstitution de capital productif) Création de moyens d existence (lancement d une activité génératrice de revenus ou AGR) Soutien social sur le long-terme («filet de Etc. sécurité» avec des pensions de retraites, allocations familiales, etc.) => Cette diversité de modalités et d objectifs fait du transfert d argent un projet souvent complexe à suivre. Cette fiche donne des indications pour assurer un monitoring complet et à la fois relativement simple. Les fondamentaux du monitoring 4 niveaux de monitoring 1. Processus de distribution 2. au niveau des ménages 3. sur le marché et l économie 4. plus large sur la situation de la sécurité alimentaire et des moyens d existence Un système de monitoring solide => Une situation de référence pour point de comparaison (Etude de référence ou baseline) => Une collecte auprès des bénéficiaires et d un groupe témoin d un même niveau de vulnérabilité => Une collecte de données quantitatives et qualitatives => Des outils de collecte et d enquête diversifiés => Une multiplicité de sources : communautés, ménages ciblés, autorités, équipe terrain, autres ONG => Un système de remontée des plaintes Important : Le système de monitoring doit être planifié en début de projet, comme toute autre activité. 1

2 . Une composante de suivi marché (prix, disponibilité, dynamique globale). Souvent négligée, cette composante n en reste pas moins fondamentale. Pour plus de détails sur le suivi de la dynamique marché, se référer à la note «Evaluation et suivi de la dynamique marché, ACF, 2012». Identification des besoins et définition du projet Des thématiques spécifiques à considérer pour un projet de transfert d argent : la question de la sécurité, les dynamiques communautaires ou intra-ménages ou l utilisation de l argent. Monitoring dans le cycle d un projet cash Exemple de suivi sur un projet de 3 distributions simultanées de cash Identification des indicateurs M&E => Production d un plan de monitoring Etude d impact Endline => ménage => Evaluation du projet Analyse de l évolution des données Activités de préparation pour la mise en place du projet Etude de référence => ménage => Tous les indicateurs du cadre logique doivent être présents pour avoir un point de comparaison préprojet. En continu : Suivi marché + Suivi plaintes Tous les indicateurs du cadre logique doivent être pris en compte pour avoir un point de comparaison pré-projet. Monitoring post-distribution () N 2 => ménage => Mise en oeuvre: Distribution cash 3 Particulièrement important si le N 1 a mis en avant des problèmes. Si aucune difficulté particulière n a été notée dans le N 1, le N 2 peut-être plus léger : quelques groupes de discussions peuvent être suffisants. Mise en oeuvre: Distribution cash 2 Mise en oeuvre: Distribution cash 1 Monitoring post-distribution () N 1 => ménage => Monitoring de l activité de distribution => Monitoring sur site : par ex. vérification identité et quantités => Rapport de distribution => Système de remontée de plaintes Axé sur l utilisation de l argent mais surtout sur les modalités de distribution : sont-elles adaptées? Difficultés rencontrées? Permet de faire des ajustements pour les prochaines distributions. 2

3 Une base commune pour le monitoring mais avec des spécificités selon l objectif du programme, le type de transfert d argent choisi, la conditionnalité. Il n existe donc pas de système de monitoring standard. Niveau de monitoring Processus de distribution Niveau 1 ménage Niveau 2 Thème Suivi du processus de distribution (ciblage, réception et utilisation de l argent, pertinence des modalités, analyse des plaintes, etc.) Suivi de la conditionnalité (contre travail, contre la participation à une formation, etc.) Degré d atteinte de l objectif du projet Evaluation de l impact sur les dépenses et revenus du ménage Suivi com mun Suivi spéci fique Commentaire Tous les thèmes communs. Uniquement la partie modalités à adapter au processus choisi : retrait bancaire ou transfert par téléphone ou distribution directe, etc. Suivre par exemple le taux de présence / taux de participation aux formations/aux travaux. Dépend de l objectif. Un objectif d amélioration de la sécurité alimentaire n impliquera pas le même monitoring (indicateurs, outils de collecte) qu un objectif de reconstruction d abris. A considérer systématiquement, indépendamment de l objectif du programme. Evaluation de l impact sur la communauté (cohésion, développement) A considérer systématiquement, indépendamment de l objectif du programme. marché Niveau 3 Evaluation de l impact sur le marché : prix, disponibilité, dynamique globale des marchés Suivi marché standard (prix des denrées de base, situation des marchés dans la zone : fréquentation, disponibilité des produits) systématique En fonction de l objectif du programme, approfondir l analyse sur tel ou tel aspect et adapter la liste des denrées suivies ; argentcontre travail => détails sur les coûts de la main d œuvre ; argent pour construction abri => disponibilité et coûts des matériaux, etc. contexte sécurité alimentaire Niveau 4 Evaluation de l impact plus large sur le contexte sécurité alimentaire et moyens d existence / effets indirects A considérer systématiquement, indépendamment de l objectif du programme. Se référer à l annexe pour un contenu de monitoring plus détaillé pour les 3 premiers niveaux : suivi du processus de distribution, impact à l échelle du ménage et impact marché. 3

4 Indicateurs suivis De même qu il n existe pas de système de monitoring standard, il est difficile de donner une liste d indicateurs à suivre de manière systématique; cependant, certains sont communément suivis. Dans cette perspective peuvent être dissociés les indicateurs à inclure sur tous types de projets (quel que soit son objectif, le projet a une influence sur les revenus, la structure des dépenses, les stratégies d adaptation utilisées, et souvent également sur l alimentation) et ceux qui sont liés à un objectif sectoriel spécifique. Indicateurs d impact Tout objectif : impact sur les moyens de subsistance (revenus, alimentation, stratégies d adaptation) Niveau de revenus Indicateurs processus de distribution Tous types de projets Réception de l argent Montant de l enveloppe distribuée Nombre de bénéficiaires ayant reçu l argent Organisation de la distribution Temps de transport jusqu au site de distribution et coût Temps d attente sur le site avant de recevoir l argent Sécurité Nb de cas de vols recensés Nb de problèmes de sécurités recensés (autre que vol) : intimidation, bagarre, etc. Structure des dépenses : montant alloué à chaque dépense ; place du remboursement des dettes Consommation alimentaire => Score de consommation alimentaire (SCA WFP, FCS Technical Guidance Sheet, 2008 => Score de diversité des ménages (SDM ou «HDDS») FANTA, HDDS Indicator Guide, 2006 (pour HDDS et IDDS => Score de diversité des enfants (SDE ou «IDDS») FANTA, HDDS Indicator Guide, 2006 (pour HDDS et IDDS Utilisation des stratégies d adaptation négatives Index de stratégie d adaptation (ISA ou «CSI») WFP, The coping strategies Index, Field Method Manuals, 2008 Objectifs sectoriels AGR : revenus générés par les investissements Reconstitution de cheptel : nb de têtes achetées Reconstruction d abris : nombre d habitations construites ; proportion des subventions consacrées à la construction d abris Education : nb d enfants scolarisés Indicateurs pour le projet Argent contre Travail Indicateurs d impact Effets sur le marché du travail local : rémunérations, opportunités d emploi, concurrence, etc. Utilité et durabilité des travaux réalisés Effets sur les autres activités agricoles (agricoles par ex.) et/ou sur les obligations sociales/familiales Indicateurs de résultats Nombre de personnes qui ont travaillé, ventilé par genre Nombre total de jours travaillés dans le cadre du projet Nombre de journées travaillées en moyenne par ménage 4

5 Un système tourné vers la remontée des problèmes Conseils Contrôler, vérifier et re-contrôler : A chaque étape de la distribution de multiples contrôles doivent être effectués, et cela par différentes personnes : cohérence des listes, concordance des montants de paiements entre partenaires, etc. Utiliser différents outils de monitoring afin de favoriser la triangulation des données. «Donner de la voix» aux communautés : Les problèmes sont souvent remontés par la communauté elle-même. Plusieurs systèmes peuvent être mis en place pour favoriser la remontée d informations : groupes de discussions, boîte ou cahier de doléances, visites régulières des moniteurs, etc. Exemples de difficultés pouvant être rencontrées : Difficultés ou problèmes Enregistrement des bénéficiaires : absence de cartes d identité, «éclatement artificiel» des familles, données communiquées erronées pour accentuer la vulnérabilité ; Fraude : usurpation d identité, tentative de détournement des cartes de bénéficiaires non distribuées (cartes de personnes non identifiées après recensement) ; Tensions intra ou intercommunautaires : par jalousie, il est fréquent que des informations erronées circulent sur le projet (favorisation d une communauté par ex.). Comment les problèmes sont-ils remontés? par le contrôle des personnes en charge du projet (Responsable Programme, Coordinateur, partenaire financier) ; par le système de monitoring en place (enquêtes, groupes de discussion, etc) ; par les communautés elles-mêmes qui comprennent les enjeux ; par les équipes de terrain qui ont pu observer des problèmes pendant leurs activités de terrain ; par les autres ONGs qui ont transmis des informations entendues sur le terrain. Conclusions Même si tout système de monitoring d un projet cash a une base commune, il intègre des spécificités (thèmes abordés, indicateurs) liées à l objectif de l activité, au type de transfert choisi, et à la conditionnalité ; Le marché, en tant que composante fondamentale d un projet cash, doit être suivi de près ; Le système de monitoring doit être solide et utilisé des outils de collecte et d enquête diversifiés; Il doit permettre une identification rapide des problèmes; Les communautés sont une source importante de remontée d informations tout au long du projet ; il ne faut pas les négliger. Action contre la Faim est une organisation non-gouvernementale, apolitique et à but non lucrative 5

6 ANNEE : CONTENU DU MONITORING Monitoring du processus de distribution Monitoring de l impact marché Monitoring de l impact ménage Aspect suivi Enquête Outils de collecte Aspect suivi Enquête Outils de collecte Aspect suivi Enquête Outils de collecte 1. Ciblage : transparence, efficacité 2. Réception de l argent : temps d attente, suivi des taxations, montants reçus 3. Modalités de distribution (téléphone, retrait banque, directe) : efficacité, pertinence 4. Problèmes de sécurité, taxations Informations du recensement Rapports de distribution internes 1. Dépenses des ménages au marché 2. Accessibilité des marchés 3. Disponibilité des denrées 4. Evolution des prix des denrées Groupe de discussion Groupe de discussion Suivi des prix 1 : communautés + commerçants 1. Utilisation de l argent 2. Evolution de la structure des dépenses du ménage 3. Endettement et accès au crédit 4. Utilisation des stratégies d adaptation Groupes de discussion 5. Système de remontée de plaintes : niveau d utilisation par la communauté, efficacité du système 5. Niveau d endettement des commerçants, accès au crédit et Informateurs clés commerçants 5. Evolution de la consommation alimentaire : en quantité et en qualité 6. Comptage des plaintes et actions de résolution Analyse de l outil de suivi des plaintes 6. Evolution de l activité commerciale / des opportunités d emploi sur les marchés et Informateurs clés commerçants 6. Statut nutritionnel suivi MUAC Mesure 7. Evolution des moyens d existence 8. Harmonie intraménage et intracommunautaire Groupes de discussion

Compte rendu de la réunion du Cash Working Group (CWG)/Nord Kivu

Compte rendu de la réunion du Cash Working Group (CWG)/Nord Kivu Lieu Durée Bureau Unicef/Goma De 11h00 à 13h00 Date 28.08.2015 Compte rendu de la réunion du Cash Working Group (CWG)/Nord Kivu Facilitation Unicef Secrétariat Unicef Agenda 1. Suivi des recommandations

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali

Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali Termes de référence pour le renforcement des capacités en sécurité alimentaire de Caritas Mali 1. Description de l organisation Créé en 1959, le SECAMA (Secours Catholique Malien) a été transformé en 1991/92

Plus en détail

PLAIDOYER EN FAVEUR DES TRANSFERTS MONÉTAIRES

PLAIDOYER EN FAVEUR DES TRANSFERTS MONÉTAIRES PLAIDOYER EN FAVEUR DES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DU PLAIDOYER POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE : PLAIDOYER

Plus en détail

Développement d une stratégie de Protection sociale

Développement d une stratégie de Protection sociale Développement d une stratégie de Protection sociale John Blomquist, Banque mondiale Introduction du programme de Protection sociale en Afrique, Séminaire régional Paris, 3 juillet 2003 Qu est ce qu une

Plus en détail

TRANSFERTS MONÉTAIRES EN ESPÈCES

TRANSFERTS MONÉTAIRES EN ESPÈCES TRANSFERTS MONÉTAIRES EN ESPÈCES GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE : CONDITIONS PRÉALABLES...

Plus en détail

CADRE COMMUN SUR LES FILETS SOCIAUX SAISONNIERS AU NORD MALI

CADRE COMMUN SUR LES FILETS SOCIAUX SAISONNIERS AU NORD MALI CADRE COMMUN SUR LES FILETS SOCIAUX SAISONNIERS AU NORD MALI BULLETIN D INFORMATION - MARS 2015 en bref Bénéficiaires ATTEINTS : 39749 ménages 42 562 enfants de 0 à 23 mois 25 586 femmes enceintes et allaitantes

Plus en détail

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince et Gonaïves Enjeux, enseignements et perspectives PROGRAMME SECURITE ALIMENTAIRE Atelier Coupons Alimentaires

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Organisation Internationale pour les Migrations ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Janvier 2014 Copyright : IOM - GC RESUME L analyse présentée dans ce rapport est tirée

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition

Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Note d Information 3 République Islamique de Mauritanie Cas d investissement sur la nutrition en Mauritanie Note d information sur les transferts en espèces pour lutter contre la malnutrition Produit par

Plus en détail

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI RAPPORT JUILLET 2013 Données collectées du 15 au 29 mai 2013 1 SOMMAIRE I.

Plus en détail

LES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR L INTERMÉDIAIRE DE COMMERÇANTS

LES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR L INTERMÉDIAIRE DE COMMERÇANTS LES TRANSFERTS MONÉTAIRES PAR L INTERMÉDIAIRE DE COMMERÇANTS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Accélérer la mise en œuvre de la Charte pour la Gestion et la Prévention des Crises Alimentaires

Accélérer la mise en œuvre de la Charte pour la Gestion et la Prévention des Crises Alimentaires Accélérer la mise en œuvre de la Charte pour la Gestion et la Prévention des Crises Alimentaires Réunion des ministres en charge de l agriculture en 2011 à Conakry propose un mécanisme régulier de suivi

Plus en détail

Gestion de plaintes / feedback de communautés

Gestion de plaintes / feedback de communautés Notes de CAFOD sur la Redevabilité: Niveau 1 (basique) / feedback de communautés Le présent document fournit aux partenaires de CAFOD un guide basique et méthodique sur la gestion de plaintes et feedback

Plus en détail

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning.

COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP. www.cashlearning. COUPONS GUIDE PRATIQUE DES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES EN SITUATIONS D URGENCE THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE : CONDITIONS PRÉALABLES... 2 DESCRIPTION

Plus en détail

Annexe B : Liste des villages, des commerçants et structures visités

Annexe B : Liste des villages, des commerçants et structures visités 1 Annexe B : Liste des villages, des commerçants et structures visités VILLAGES Villages Echantillon bénéficiaires Equipe 1 KOUIMA /Samedi 8 au dimanche 9 sept TOUMADIAMA (10h pour le démarrage) Equipe

Plus en détail

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4

Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Mois d approvisionnement alimentaire adéquat (MAHFP) pour la mesure de l accès alimentaire des ménages: Guide d indicateurs VERSION 4 Juin 2010 Paula Bilinsky Anne Swindale FANTA FHI 360 1825 Connecticut

Plus en détail

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget

L essentiel sur. Tenir ses comptes et faire son budget L essentiel sur Tenir ses comptes et faire son budget Les enjeux Suivre ses comptes Tenir ses comptes et faire son budget, c est avoir une meilleure vision de ses ressources et de ses dépenses. Vous savez

Plus en détail

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional

Warrantage. Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Warrantage Contribution de Monsieur Breyne Christophe FAO Sénégal/Régional Plan Définition Etapes clés du Warrantage & approvisionnement en intrants Résultats et Avantages 12 Règles d or Limites Perspectives

Plus en détail

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission

Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission Evaluation du projet FAIR Mali Rapport de mission pg 1/5 1 Fact sheet (français) Contexte de l évaluation Objectifs du mandat Durée du projet Type évaluation Budget planifié Budget estimatif de réalisation

Plus en détail

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES

COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES COMMUNIQUER SUR LES TRANSFERTS MONÉTAIRES GUIDE PRATIQUE DE SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE POUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE

Plus en détail

Projet de renforcement de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle des Populations Vulnérables du Gorgol en Mauritanie

Projet de renforcement de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle des Populations Vulnérables du Gorgol en Mauritanie TERMES DE REFERENCES Pour l Evaluation Mi-Parcours Externes d ACF Projet de renforcement de la Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle des Populations Vulnérables du Gorgol en Mauritanie Programme Financé

Plus en détail

RAPPORT DE DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE A LA VERIFICATION BIOMETRIQUE EN FAVEUR DES DEPLACES DES SITES DE DEPLACEMENT DE BUHIMBA ET NZULO

RAPPORT DE DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE A LA VERIFICATION BIOMETRIQUE EN FAVEUR DES DEPLACES DES SITES DE DEPLACEMENT DE BUHIMBA ET NZULO RAPPORT DE DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE A LA VERIFICATION BIOMETRIQUE EN FAVEUR DES DEPLACES DES SITES DE DEPLACEMENT DE BUHIMBA ET NZULO 13 et 18 Avril 2015 Face à certains défis auxquels la communauté

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX

PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX PRESENTATION CELLULE FILETS SOCIAUX Nom du projet: PROJET FILETS SOCIAUX Secteur: Rural Autorité de Tutelle: Cabinet du Premier Ministre PRINCIPES DE BASE DE LA PROTECTION SOCIALE : Définitions et concepts

Plus en détail

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL

ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL ATELIER SUR L AGRICULTURE ET LA PROTECTION SOCIALE EXPERIENCE DU SENEGAL Présenté par Mouhamadou Moustapha FALL Ingénieur agroéconomiste spécialiste assurance agricole Directeur Général Adjoint de la Compagnie

Plus en détail

INTERVENTIONS D AIDE ALIMENTAIRE (IAAs)

INTERVENTIONS D AIDE ALIMENTAIRE (IAAs) INTERVENTIONS D AIDE ALIMENTAIRE (IAAs) I. PRESENTATION GENERALE I.1. Définition Les interventions d aide alimentaire (IAAs) apportent les denrées alimentaires nécessaires aux gens affectés par une crise

Plus en détail

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA

DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- LE CONSEIL DES MINISTRES DECISION N 10/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DU PROGRAMME DE TRANSITION FISCALE AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES

Plus en détail

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable 01 SOMMAIRE 100% UTILE p 4 Le 1 er compte sans banque 0% TOXIQUE p 6 Ce que Compte-Nickel vous épargne MAÎTRISEZ À 100% p 8 Les tarifs des

Plus en détail

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif?

Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Sécurité alimentaire : Les collectivités territoriales ont-elles un avantage comparatif? Les récentes émeutes de la faim à Maputo, au Mozambique, ont servi à rappeler brutalement que les augmentations

Plus en détail

«Protection Sociale à Madagascar: Cadre international et Politique nationale»

«Protection Sociale à Madagascar: Cadre international et Politique nationale» Southern African Social Protection Experts Network SASPEN www.saspen.org Rencontre des experts sur la Protection Sociale «Protection Sociale à Madagascar: Cadre international et Politique nationale» 18

Plus en détail

Préparation des programmes européens 2007-2013

Préparation des programmes européens 2007-2013 Préparation des programmes européens 2007-2013 Présentation AGILE 9h30-10h30 8 Préparation des programmes européens 2007-2013 Le contexte La méthode de travail État d avancement des travaux : bilan, diagnostic

Plus en détail

ANNEXES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLEAUX CROISES DES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL

ANNEXES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLEAUX CROISES DES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL ANNEXES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLEAUX CROISES DES REGROUPEMENTS ECONOMIQUE ET FONCTIONNEL TABLE DES MATIERES Page Regroupement économique des recettes sur base des réalisations 2007

Plus en détail

Pratiques de ciblage au Burundi

Pratiques de ciblage au Burundi Insérez une photo de votre projet/programme Pratiques de ciblage au Burundi Souraya HASSAN, Spécialiste des Politiques sociales UNICEF Financé par : Gouvernement du Burundi La Revue des Filets Sociaux,

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE

PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE PROGRAMME REGIONAL POUR LA COHESION SOCIALE ET L EMPLOI DES JEUNES EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE Bureau sous-régional, Afrique de l Ouest et du Centre. ASRO-WACA Dakar RAPPORT ANNUEL 2011 D ACTIVITES DU PROJET

Plus en détail

1. L incorporation des dispositions de la directive européenne CRDIII

1. L incorporation des dispositions de la directive européenne CRDIII Rapport annuel relatif à la politique et aux pratiques en termes de rémunération (Article 43.1 du Règlement CRBF n 97-02 modifié par l arrêté du 13 décembre 2010) 1. L incorporation des dispositions de

Plus en détail

GUINÉE PROJET «MAMANS BOUILLIE» : ALLIER ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS ET PRÉVENTION DE LA SOUS-NUTRITION

GUINÉE PROJET «MAMANS BOUILLIE» : ALLIER ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS ET PRÉVENTION DE LA SOUS-NUTRITION GUINÉE PROJET «MAMANS BOUILLIE» : ALLIER ACTIVITÉS GÉNÉRATRICES DE REVENUS ET PRÉVENTION DE LA SOUS-NUTRITION En réponse à des taux de malnutrition aigüe préoccupants, ACF Espagne, avec ses partenaires

Plus en détail

Assistance monétaire multisectorielle pour les réfugiés syriens et les communautés d accueil au Liban : Programme d IRC

Assistance monétaire multisectorielle pour les réfugiés syriens et les communautés d accueil au Liban : Programme d IRC Photo: Renée Goulet Assistance monétaire multisectorielle pour les réfugiés syriens et les communautés d accueil au Liban : Programme d IRC Étude de cas du CaLP The Cash Learning Partnership 2 Photo: Renée

Plus en détail

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie.

Tenue dans le centre de conference de la CUA le Mercredi 30 Avril 2014, Addis-Abeba, Ethiopie. Communiqué de la conference continentale conjointes des Acteurs Non-Etatiques et de la Commission de l Union Africaine sur la sécurité alimentaire et l agriculture, faisant partie des discussions de la

Plus en détail

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE

VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE VOUS ÊTES TUTEUR D UNE PERSONNE MAJEURE LES PREMIÈRES DÉMARCHES Devenir tuteur familial Une gestion prudente et avisée Vous venez d être nommé tuteur d un majeur à protéger La tutelle est un régime de

Plus en détail

Endettement des jeunes adultes

Endettement des jeunes adultes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS 20 Situation économique et sociale de la population Neuchâtel, Août 2012 Endettement des jeunes adultes Analyses complémentaires

Plus en détail

OBJECTIFS... 1. A. Sélection des zones d intervention... 2 B. Sélection des populations bénéficiaires... 2 JUSTIFICATIONS... 6

OBJECTIFS... 1. A. Sélection des zones d intervention... 2 B. Sélection des populations bénéficiaires... 2 JUSTIFICATIONS... 6 SOMMAIRE OBJECTIFS... 1 1 Objectif général du projet (global et spécifique) et résultats attendus... 1 2 But de l activité & Résultats escomptés... 1 3 Sélection des populations bénéficiaires... 2 A. Sélection

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION

FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION FORMATION PRO BONO GÉRER LA COMPTABILITÉ D UNE PETITE ASSOCIATION Pour plus d informations, visitez www.marathonprobono.fr/campus-hec-2012 Préambule Ce contenu pédagogique est destiné aux responsables

Plus en détail

Gérer son budget, les bons réflexes

Gérer son budget, les bons réflexes GUIDE PRATIQUE Gérer son budget, les bons réflexes PRÉVOIR VOTRE BUDGET MAÎTRISER VOTRE BUDGET GÉRER VOTRE ARGENT ET VOS PROJETS ON A TOUS BESOIN DE CONSEILS POUR SON BUDGET L argent participe au bonheur

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CES/GE.20/2012/13 Distr. générale 24 février 2012 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Groupe

Plus en détail

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr

Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Quelles solutions possibles pour la prévention du surendettement? Novembre 2012 Contact : fabien.tocque@croix-rouge.fr Enjeux Enjeux Surendettement déclaré en hausse constante depuis 20 ans : 230 000 dossiers

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement.

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. bjectif général de la séance :..... I. La gestion mensuelle du budget : Activité 1 : bjectif : être capable d adapter son budget à une

Plus en détail

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général --------

INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- INTÉGRATION DES SERVICES FINANCIERS DANS LES STRATÉGIES DE LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Un aperçu Général -------- Colloque UEMOA-CRDI, du 08-10 Décembre 2009, Ouagadougou Samuel T. KABORE; Dieudonné OUEDRAOGO,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC

TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC TERMES DE REFERENCES ETUDE SUR L ELABORATION D UNE NOTE SUR LES OPTIONS DE MECANISME DE PARTAGE DES REVENUS DE LA REDD EN RDC Contexte : La REDD+ doit être considérée comme une incitation économique pour

Plus en détail

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage ACCÉDER aux services Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage 1 Souhaitant faciliter la relation avec tous ses clients, le Groupe La Poste

Plus en détail

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Considérations générales Ce rapport synthétique est issu de l étude d une organisation

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES FINANCEMENT DU PROJET ARTICLE

CONDITIONS PARTICULIÈRES FINANCEMENT DU PROJET ARTICLE MAIRI-SOLIES Mutuelle des Associations d'immigrés Résidents en Italie Membre du Réseau SOLILES Via Angera 3, 20125 Milano Tel: 0039 0287394827/5130 Fax: 0039-0287398408 Cell: 0039 3272413948 CF. 97523800155

Plus en détail

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques

Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Le SEC 2010 et les comptes des administrations publiques Bruxelles, le 22 octobre 2014 Claude MODART Plan de l'exposé Introduction aux statistiques des finances publiques Définition du périmètre des administrations

Plus en détail

CE TEXTE N'EXISTE QU'EN VERSION FRANCAISE ANNEXE

CE TEXTE N'EXISTE QU'EN VERSION FRANCAISE ANNEXE CE TEXTE N'EXISTE QU'EN VERSION FRANCAISE ANNEXE 1. IDENTIFICATION Intitulé/Numéro MAURITANIE - Programme de transfert économique et social à vocation de lutte contre la malnutrition et l extrême pauvreté

Plus en détail

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERT MONETAIRE EN MAURITANIE

DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERT MONETAIRE EN MAURITANIE DOCUMENT DE REFERENCE SUR LES PROGRAMMES DE TRANSFERT MONETAIRE EN MAURITANIE Rapport final ********** BELEMVIRE Adama 01 BP 5385 Ouagadougou 01 Tél : +226 70254553 E-mail : belemvireadama@yahoo.fr Février

Plus en détail

- VISION DE LA CEDEAO -

- VISION DE LA CEDEAO - STOCK REGIONAL DE SECURITE ALIMENTAIRE - VISION DE LA CEDEAO - Dakar, 3-5 octobre 2011 Dr. Rui Silva Plan de Presentation Instruments Objectifs Articulation avec ECOWAP Approche de la CEDEAO Principes

Plus en détail

GMS : Liste des indicateurs standards par cluster Juin 2015

GMS : Liste des indicateurs standards par cluster Juin 2015 GMS : Liste des indicateurs standards par cluster Juin 2015 Cluster : Abris et Non vivres 1 2015 # d articles non alimentaires de base prépositionnés à travers le pays (En dehors de Bangui) par les partenaires

Plus en détail

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté

Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Lignes Directrices pour l évaluation conjointe par les services de la Banque et du FMI du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté 1. Lors de sa présentation par le Gouvernement aux Conseils d

Plus en détail

PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES

PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES PROJET DE RENFORCEMENT DE LA RESILIENCE PAR LE BIAIS DE SERVICES LIES A L INNOVATION, A LA COMMUNICATION ET AUX CONNAISSANCES (BRICKS) TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT FINANCIER ET COMPTABLE 1. CONTEXTE

Plus en détail

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP

PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP DOSSIER N :. PRÊT SOCIAL Pour les agents de l AP-HP Emprunteur Co-emprunteur Mr Mme Mr Mme Nom d usage (en majuscules) :..... Nom de famille (nom de jeune fille) :.. Prénoms :.. Nom d usage (en majuscules)

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère. Analyse et comparaison. ProjetSphere.org/CHS

La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère. Analyse et comparaison. ProjetSphere.org/CHS La Norme humanitaire fondamentale et les standards essentiels Sphère Analyse et comparaison Note d orientation provisoire, mars 2015 (version 2) ProjetSphere.org/CHS Sommaire Introduction... 3 La CHS et

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 14. Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 14 Le droit au compte FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE octobre 2004 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

2. Les dçveloppements dans le domaine statistique

2. Les dçveloppements dans le domaine statistique 2. Les dçveloppements dans le domaine statistique 2.1 Introduction La définition et la mise en œuvre de la politique monétaire commune reposent sur une connaissance approfondie de la situation économique

Plus en détail

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre

Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre Sécurité alimentaire et moyens d existence : dimension genre En Guinée, les femmes et les hommes ont des rôles et des responsabilités différents et complémentaires en assurant le bien-être alimentaire

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE6 FINANCE D ENTREPRISE - session 214 Proposition de CORRIGÉ 214 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 1 points 1.

Plus en détail

Impact de la crise financiere sur la Securite Alimentaire en Haiti COORDINATION NATIONALE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

Impact de la crise financiere sur la Securite Alimentaire en Haiti COORDINATION NATIONALE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Impact de la crise financiere sur la Securite Alimentaire en Haiti COORDINATION NATIONALE DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Plan de la presentation 1. Hypothèse de base A)Degre d insertion dans l economie mondiale

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

LIBERIA RENFORCEMENT DU SYSTÈME INTÉGRÉ DE GESTION ET DE PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION DANS LE GRAND MONROVIA

LIBERIA RENFORCEMENT DU SYSTÈME INTÉGRÉ DE GESTION ET DE PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION DANS LE GRAND MONROVIA LIBERIA RENFORCEMENT DU SYSTÈME INTÉGRÉ DE GESTION ET DE PRÉVENTION DE LA MALNUTRITION DANS LE GRAND MONROVIA Compte tenu des niveaux élevés de sous-nutrition infantile (aiguë et chronique) et d insécurité

Plus en détail

La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses

La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses La sécurité économique : Caractéristiques des dépenses Cette fiche de données sur la sécurité économique analyse les caractéristiques des dépenses au Canada en examinant les aspects suivants : - Les dépenses

Plus en détail

Mode Opératoire : remplir la demande de prêt Micro Crédit Social

Mode Opératoire : remplir la demande de prêt Micro Crédit Social Mode Opératoire : remplir la demande de prêt Micro Crédit Social RAPPEL : le recours à un Micro Crédit Social doit être induit par une nécessité impérieuse qui ne peut trouver de solution alternative.

Plus en détail

La crise n'a pas entamé la générosité des belges

La crise n'a pas entamé la générosité des belges INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Chaussée de Chastre, 113 B-5140 Sombreffe Tél : 0484.109.764 E-mail : idd@iddweb.be La crise n'a pas entamé la générosité des

Plus en détail

REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du 22 août 2001)

REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du 22 août 2001) 40.1 REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du août 001) I. DISPOSITIONS GENERALES Base légale Article premier.- Le présent règlement précise les modalités d exécution

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant

Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Régime enregistré d épargne-études (REEE) Le REEE, un jeu d enfant Pour un avenir de classe Conçu pour vous aider à financer des études postsecondaires à temps plein ou à temps partiel, le REEE vous donne

Plus en détail

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE

SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 29 janvier 212 EFFETS REDISTRIBUTIFS DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Résultats actualisés et simulations de l INSEE 1 SYNTHESE : LES LEVIERS DE LA REDISTRIBUTION JACQUES FONTANILLE 1 INTRODUCTION 1) Motivations

Plus en détail

Al Amana Microfinance

Al Amana Microfinance 1 Secteur de la Microfinance au Maroc Depuis sa création : Plus de 40 milliards de DH de micro crédits accordés 4,55 millions de bénéficiaires dont : 55,28% de femmes 36,57% dans le rural 6 000 emplois

Plus en détail

SCHEMA POUR LE RAPPORT ANNUEL/INTERMEDIAIRE DU (CO-)FINANCEMENT

SCHEMA POUR LE RAPPORT ANNUEL/INTERMEDIAIRE DU (CO-)FINANCEMENT SCHEMA POUR LE RAPPORT ANNUEL/INTERMEDIAIRE DU (CO-)FINANCEMENT (s appliquant aux projets d aide d urgence, de réhabilitation/ reconstruction et de prévention/ réduction des risques et de résilience) Le

Plus en détail

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve

Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve GROUPE HUMANITAIRE SECURITE ALIMENTAIRE Compte Rendu de la réunion de l atelier sur les critères de ciblage et de vulnérabilité 07 mai 2013, Hôtel Kempinski El Farouk, Quartier du Fleuve Assistance Alimentaire

Plus en détail

pbourget@crosemont.qc.ca 514-376-1620, poste 7349

pbourget@crosemont.qc.ca 514-376-1620, poste 7349 AEC Gestion des finances personnelles (LCA.DP) Préparation et gestion de la retraite 410-733-RO (2-1-2) 1 2/3 901 Été 2012 Paul Bourget pbourget@crosemont.qc.ca 514-376-1620, poste 7349 Thématique générale

Plus en détail

Livret Vie. Un cadre fiscal avantageux. Un livret en toute simplicité. Le contrat d assurance-vie pour vos projets du quotidien.

Livret Vie. Un cadre fiscal avantageux. Un livret en toute simplicité. Le contrat d assurance-vie pour vos projets du quotidien. Livret Vie Le contrat d assurance-vie pour vos projets du quotidien. Livret Vie est un contrat d assurance-vie sans frais sur versements qui vous permet de disposer d une réserve d'épargne pour financer

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011

MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 1 MESURES FISCALES POUR LES PROCHES AIDANT-E-S ET LES PERSONNES AIDÉES, 2011 préparé par Ruth Rose professeure associée de sciences économiques Université du Québec à Montréal mars 2012 AVANT PROPOS Ce

Plus en détail

Bilan de Santé financière Mango. La gestion financière de votre ONG est-elle saine?

Bilan de Santé financière Mango. La gestion financière de votre ONG est-elle saine? Bilan de Santé financière Mango La gestion financière de votre ONG est-elle saine? Version 3 2009 Mango Management Accounting for Non-Governmental Organisations / Gestion Comptable pour les Organisations

Plus en détail

Atelier de travail sur les études de marché Goma, République Démocratique du Congo

Atelier de travail sur les études de marché Goma, République Démocratique du Congo Atelier de travail sur les études de marché Goma, République Démocratique du Congo 12-14 mars 2013 Facilité par CARE International, OXFAM GB, PAM, FAO, AVSI, IRC Soutenu par UNICEF et CaLP (Cash Learning

Plus en détail

RÈGLEMENT. N 2015-02 du 2 avril 2015 En cours d homologation

RÈGLEMENT. N 2015-02 du 2 avril 2015 En cours d homologation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-02 du 2 avril 2015 En cours d homologation Relatif aux documents comptables des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises

Plus en détail

Version avril 2014 Auteur: Yvan Péguiron, en coopération avec iconomix. Enveloppe C/5 précisant le profil du ménage*

Version avril 2014 Auteur: Yvan Péguiron, en coopération avec iconomix. Enveloppe C/5 précisant le profil du ménage* 1 Impôts 2 Santé 3 Logement 4 Alimentation 5 Ménage 6 Mobilité 7 Communication re io ir n ate ad u d av c ss A l nn ur ill és Exercice Introduction Dans cette unité de cours, vous étudiez les finances

Plus en détail

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié?

Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Assurance Vie Comment préparer ma retraite en tant que non salarié? Novial Avenir Une solution Retraite adaptée à vos besoins AXA Prévoyance & Patrimoine Novial Avenir : un contrat adapté à vos besoins

Plus en détail

Destinataires d'exécution

Destinataires d'exécution Direction générale des politiques agricole, agroalimentaire et des territoires Sous-direction des entreprises agricoles Bureau du crédit et de l'assurance 3, rue Barbet de Jouy 75349 PARIS 07 SP 0149554955

Plus en détail

1. Document d information et Règlement général des Opérations

1. Document d information et Règlement général des Opérations Document d information relatif aux modalités de fonctionnement du compte d épargne réglementé épargneplus ACTION TEMPORAIRE du 1 er juin 2012 au 15 juillet 2012 inclus 1. Document d information et Règlement

Plus en détail

Ministère de la Santé du Maroc. Transferts monétaires conditionnels pour améliorer l état de santé des populations pauvres du Maroc

Ministère de la Santé du Maroc. Transferts monétaires conditionnels pour améliorer l état de santé des populations pauvres du Maroc Ministère de la Santé du Maroc Transferts monétaires conditionnels pour améliorer l état de santé des populations pauvres du Maroc Considérations pour l élaboration et la mise en œuvre Questions à considérer

Plus en détail