Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2014"

Transcription

1 Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2014 Monitoring actif dans l avifaune sauvage En 2014, dans le cadre du monitoring actif, oiseaux sauvages ont été échantillonnés. L organisation de l échantillonnage a été confiée par l AFSCA aux mêmes réseaux que les années précédentes, à savoir : - Le Centre belge de baguage de l Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique (IRSNB) a réalisé l échantillonnage de oiseaux de 31 espèces. Ces oiseaux ont été capturés lors d activités de baguage organisées à travers le pays. Une fois bagués et prélevés, les oiseaux ont immédiatement été relâchés. Les prélèvements ont été étalés sur toute l année et ont concerné 124 sites géographiques différents. - Le Réseau de surveillance sanitaire de la faune sauvage de l Université de Liège a réalisé l échantillonnage du gibier d eau tiré par les chasseurs pendant la saison de chasse qui s étend sur le mois de janvier et de septembre jusque décembre. Au total, 540 oiseaux aquatiques appartenant à la famille des anatidés qui comprend les oies, les cygnes et les canards ont été échantillonnés sur 10 sites géographiques différents. Figure 1 : Localisation des différents sites d échantillonnage des oiseaux sauvages prélevés pour le monitoring actif et nombre d oiseaux échantillonnés par site

2 Les prélèvements ont été dispersés à travers tout le pays (voir figure 1). Environ 25% des oiseaux échantillonnés ont été capturés dans des zones naturelles sensibles. Ces zones sont caractérisées par une forte concentration d oiseaux migrateurs et le risque d introduction de virus de la grippe aviaire y est considéré comme plus élevé. La figure 2 témoigne la proportion des différentes familles d oiseau dans les prélèvements. Parmi celles-ci, les espèces désignées comme «espèces cibles» par l UE, principalement des oiseaux de la famille des cygnes, canards et oies qui sont susceptibles de transmettre le virus H5N1 au cours de leur migration, représentent 93% de l ensemble des oiseaux échantillonnés. Figure 2 : Proportion des familles d oiseau échantillonnées dans le cadre du monitoring actif de la faune sauvage 2% 8% 4% autres rapaces 12% 3% foulques, poules d'eau et râles limicoles 71% goélands, mouettes et sternes cygnes, oies et canards Figure 3: Nombre d oiseaux échantillonnés et de prélèvements réalisés par mois dans le cadre du monitorng actif de la faune sauvage oiseaux échantillons jan fév mrs avr mai juin juil aoû sep oct nov déc

3 La figure 3 détaille la répartition dans le temps des échantillonnages. Un nombre plus élevé d oiseaux a été prélevé en novembre et en décembre. Cela peut s expliquer par la vigilance accrue mise en place suite à la découverte de foyers d influenza aviaire hautement pathogène H5N8 dans les pays voisins. Au cours de ces échantillonnages, les prélèvements d un écouvillon cloacal et d un écouvillon oropharyngé peuvent être réalisés. L écouvillon cloacal convient mieux au dépistage des virus faiblement pathogènes de la grippe aviaire alors que l écouvillon oropharyngé est plus approprié pour le dépistage du virus H5N1. Dans le cas d un oiseau appartenant aux espèces cibles, les deux écouvillons sont généralement prélevés. Au total, échantillons ont été prélevés pour oiseaux échantillonnés. Le laboratoire de référence du CERVA à Uccle a réalisé toutes les analyses. Résultats 24 échantillons prélevés sur un total de 22 oiseaux se sont révélés positifs au moyen de la RT-PCR. Des virus de la grippe aviaire ont pu être isolés chez 16 oiseaux. Les virus qui ont pu être identifiés étaient des virus faiblement pathogènes et appartenaient aux types H1,H2 et H3, comme détaillé dans le tableau ci-dessous. Mois Lieu Espèce d'oiseau Janvier Octobre Octobre Novembre Novembre Grand-Leez Scy Gramptinne Roly La Hulpe Eghezée Eghezée Eghezée Casteau Canard à collier noir (Callonetta leucophrys) foulque macroule (Fulica atra) Nombre d'oiseau résultat d'analyse 1 LPAI 3 LPAI H1N10 1 LPAI H1N10 2 LPAI H1N10 4 LPAI H3N8 1 LPAI H2N2 2 LPAI H2N1 1 LPAI H1N10 1 LPAI H1N10 Ces chiffres confirment le fait que les virus faiblement pathogènes circulent au sein des oiseaux aquatiques sauvages. Cette circulation n est en soit pas anormale et ne présente pas de problème. Le seul risque est la transmission de virus H5 ou H7 faiblement pathogène depuis la faune sauvage vers le cheptel de volailles et leur susceptibilité de s adapter à ce nouvel hôte et de muter en souche hautement pathogène. Le virus hautement pathogène H5N8, qui a été introduit en Europe en novembre 2014 et qui a ensuite été découvert dans plusieurs pays, n a pas été décelé en Belgique.

4 Mortalité suspecte dans l avifaune sauvage monitoring passif Les notifications de mortalité suspecte d oiseaux sauvages par le grand public via la ligne 0800 sont traitées par les services Nature des 3 Régions, c.-à-d. par le Département de la nature et des forêts (Région wallonne), l Institut Bruxellois pour la Gestion de l Environnement (Région Bruxelles-capitale) et l Agentschap Natuur en Bos (Région flamande). Ces trois services sont responsables du ramassage des cadavres et de leur transfert vers le laboratoire de référence du CERVA à Uccle où les analyses ont lieu. Depuis 2012, des oiseaux morts collectés dans les centres de revalidation sont également inclus dans le monitoring. Ces cadavres sont acheminés au CERVA par l IRSNB. En 2014, un total de 203 oiseaux retrouvés moribonds ou morts a été analysé. Les figures suivantes détaillent la répartition géographique des cadavres notifiés, ainsi que les familles d oiseaux auxquelles ils appartiennent. On observe ainsi que la majorité des cadavres a été localisée en dehors des zones sensibles. La proportion des différentes familles prélevées est partiellement le résultat de leur visibilité dans leur environnement naturel. Des mouettes malades ou mortes sur les plages p.ex. sont beaucoup plus visibles que des canards dans une réserve naturelle. Figure 4 : Répartition géographique des cadavres notifiés dans le cadre de la surveillance passive des oiseaux sauvages

5 Figure 5 : Proportion des familles d oiseaux échantillonnés dans le cadre du monitoring passif de la faune sauvage 15% 8% 8% 9% 3% autres foulques, poules d'eau et râles limicoles goélands, mouettes et sternes cygnes, oies et canards rapaces 56% Résultats Tous les échantillons prélevés et analysés au moyen de la RT-PCR se sont révélés négatifs. Monitoring sérologique chez les volailles En 2014, 699 échantillonnages ont été réalisés au sein d exploitations de volailles professionnelles. Ces échantillonnages ont concerné différentes espèces de volailles, selon la répartition reprise au tableau suivant : poules catégories de volailles nombre d exploitations prélevées pondeuses 396 de reproduction 194 oies et canards 28 dindes 54 autres (pigeons, pintades, perdrix, faisans) 27 Les objectifs de nombre d échantillonnages à effectuer dans chaque catégorie ont été déterminés en tenant compte de différents facteurs de risque tels que la localisation de certaines exploitations en zone sensible, l élevage d espèces plus sensibles ou la détention de volailles en libre parcours extérieur.

6 Le programme de monitoring s est étalé sur la quasi totalité de l année. La figure 6 détaille la répartition des prélèvements sur l année. Au total, 8,089 volailles ont été prélevées. L ensemble de ces échantillons a été analysé par le CERVA. Ces analyses visaient à rechercher la présence d anticorps H5 et H7. Figure 6 : Répartition mensuelle des exploitations échantillonnées dans le cadre du monitoring sérologique des volailles jan fév mrs avr mai juin juil aoû sep oct nov déc Résultats Des volailles porteuses d anticorps contre H5 ont été retrouvées dans 7 exploitations. Après un prélèvement supplémentaire, aucun virus n a pu être détecté dans ces exploitations.

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013

Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013 Résultats du monitoring de la grippe aviaire au cours de l année 2013 Monitoring actif dans l avifaune sauvage En 2013, dans le cadre du monitoring actif, 3.181 oiseaux sauvages ont été échantillonnés.

Plus en détail

MONITORING ACTIF INFLUENZA AVIAIRE DES OISEAUX

MONITORING ACTIF INFLUENZA AVIAIRE DES OISEAUX JUIN 2006 MONITORING ACTIF INFLUENZA AVIAIRE DES OISEAUX SAUVAGES EN BELGIQUE: RAPPORT DES ACTIVITÉS RÉALISÉES AU GROOTBROEK DE RHODE-SAINTE-AGATHE (NOVEMBRE 2005 AVRIL 2006) INSTITUT ROYAL DES SCIENCES

Plus en détail

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00

Secours en Mer VHF : 9 Tel : 02 33 23 61 00 01-janv-15 4h21 9h49 16h53 22h11 6h38 59 19h07 62 0h59 13h37 5h17 10h51 17h49 23h13 7h34 65 20h01 69 2h04 14h39 6h06 11h44 18h36 0h07* 8h21 73 20h47 76 3h02 15h33 6h50 12h30 19h19 0h51* 9h03 79 21h28 81

Plus en détail

QUESTIONS ET REPONSES SUR LA GRIPPE AVIAIRE. En relation avec les animaux, l'alimentation et l'eau

QUESTIONS ET REPONSES SUR LA GRIPPE AVIAIRE. En relation avec les animaux, l'alimentation et l'eau QUESTIONS ET REPONSES SUR LA GRIPPE AVIAIRE En relation avec les animaux, l'alimentation et l'eau Avril 2007 Remerciements Ces questions et réponses ont été élaborées par les départements de l OMS Sécurité

Plus en détail

Sommaire. Mise à jour le 24 janvier 2005... 1 Sommaire...2. Généralités...3. Questions fréquemment posées...4. Conseils aux voyageurs...

Sommaire. Mise à jour le 24 janvier 2005... 1 Sommaire...2. Généralités...3. Questions fréquemment posées...4. Conseils aux voyageurs... DirectionD des Affaires Sanitaires et Sociales de la Nouvelle-Calédonie (D. A. S.S. N.C.) LA GRIPPE AVIAIRE OU GRIPPE DU POULET Mise à jour du 24 janvier 2005 1 Sommaire Page d accueil du site de la DASS-NC

Plus en détail

Qualification sanitaire Catégorie Timing A reproduction Avant chaque mise en place

Qualification sanitaire Catégorie Timing A reproduction Avant chaque mise en place ANNEXE IV : Réalisation de l analyse d hygiène 1 Introduction Une analyse de l hygiène est effectuée afin de vérifier que le nettoyage et la désinfection ont été réalisés de manière efficace. Le tableau

Plus en détail

Ordonnance sur les épizooties

Ordonnance sur les épizooties Version provisoire - Seule la version publiée dans le Recueil officiel du droit fédéral RO fait foi Ordonnance sur les épizooties (OFE) Modification du Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Rapport de la Situation Epidémiologique Maladie a Virus Ebola en Guinée 07 Juin 2015

Guinée - Epidémie de la Maladie à virus Ebola Rapport de la Situation Epidémiologique Maladie a Virus Ebola en Guinée 07 Juin 2015 Rapport de la Situation Epidémiologique Maladie a Virus Ebola en Guinée 7 Juin 215 I. Points saillants Deux (2) nouveaux cas confirmés ont été notifié ce jour dans les préfectures de Forécariah et de Kindia

Plus en détail

Chapitre 3 bis. Sanitel

Chapitre 3 bis. Sanitel Chapitre 3 bis Sanitel Le système belge pour l Identification et l enregistrement des animaux. Associations régionales ARSIA : association régionale de santé et d identification animale http://www.arsia.be/

Plus en détail

2013-2014 AVIPOLE FORMATION. Votre partenaire formation. Des formations spécialisées

2013-2014 AVIPOLE FORMATION. Votre partenaire formation. Des formations spécialisées AVIPOLE FORMATION 2013-2014 Votre partenaire formation Des formations spécialisées Formations aux métiers de l aviculture Formations Intra et inter entreprises Formations de perfectionnement Page 2 NOTRE

Plus en détail

14 26 mars 2007. 25 avril 17 mai 2007 8 16 décembre 2007

14 26 mars 2007. 25 avril 17 mai 2007 8 16 décembre 2007 Le Centre de gestion des crises santé animale (CMC-AH) est un mécanisme de l Organisation des Nations Unies pour l alimentation et l agriculture (FAO) et de l Organisation mondiale de la santé animale

Plus en détail

& Que choisir. favoriser le bien-être

& Que choisir. favoriser le bien-être Label Rouge & Agriculture Biologique Que choisir pour favoriser le bien-être des animaux? Un guide des tiné au consommateur Protection mondiale des animaux de ferme Ce petit guide a pour objectif d aider

Plus en détail

25 février 2005 Vol. 18 N o 8. Sommaire

25 février 2005 Vol. 18 N o 8. Sommaire ISSN 1012-5310 25 février 2005 Vol. 18 N o 8 Sommaire Stomatite vésiculeuse en Bolivie 67 Influenza aviaire hautement pathogène en Thaïlande : rapport de suivi nº 46 69 Influenza aviaire hautement pathogène

Plus en détail

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015

Le centre sera fermé du 20 au 31 juillet 2015 Calendrier officiel des 2015-2016 Date des 2 premières Cours de jour : Mercredi 26 août 2015 Mardi 8 septembre 2015 du 1 e juin au 8 juillet ET du 3 au 5 août 2015 Cours de soir : Inscriptions les lundis

Plus en détail

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Nombre de foyers Surveillance des toxi infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2011 En 2011, 1 153 foyers de toxi infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés

Plus en détail

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance Définition Un accident corporel (mortel ou non mortel) de

Plus en détail

Les maladies transmises par les animaux

Les maladies transmises par les animaux Les maladies transmises par les animaux Ce qu il est bon de savoir Service d Ecologie Sociale Faculté des Sciences SOMMAIRE En contact avec la nature En contact avec la nature Indispensable pour nous tous

Plus en détail

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation

Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation Calcul de la pression en azote organique sur l exploitation La pression en azote issue des effluents d élevage est plafonnée à 170 / ha de SAU. Tous les fertilisants azotés d origine animale sont considérés,

Plus en détail

La fréquentation du Domaine Public Maritime par les anatidés et les rallidés en juillet-août

La fréquentation du Domaine Public Maritime par les anatidés et les rallidés en juillet-août Chasse & gestion La fréquentation du Domaine Public Maritime par les anatidés et les rallidés en juillet-août Littoral Manche-Atlantique G. Leray/ONCFS Tadornes de Belon au jusant. Le Domaine Public Maritime

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives

Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Surveillance des toxi-infections alimentaires collectives Données de la déclaration obligatoire, 2012 En 2012, 1 288 foyers de toxi-infections alimentaires collectives (Tiac) ont été déclarés en France,

Plus en détail

Modèle de budget mensuel

Modèle de budget mensuel Modèle de budget mensuel Ce modèle de budget a été créé pour vous aider à vous fixer un budget adapté à votre situation. Que vous épargniez en vue de votre mariage ou de l arrivée d un enfant, établir

Plus en détail

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements

Qui sommes-nous? 7 500 prélèvements Qui sommes-nous? Le laboratoire départemental d analyses de l Eure est un service du Conseil général totalement dédié à la recherche de pathogènes, de résidus chimiques et de polluants présents dans les

Plus en détail

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris

Hervé Morvan LDA22 Ploufragan. Christophe Renoult AVPO. 14 Novembre 2013. écoantibio2017 OIE Paris en m édec ine vétérina ire Christophe Renoult AVPO Hervé Morvan LDA22 Ploufragan 1 La production avicole française Filière chair : - Poulet, - Canard - Gibier Filière œuf de consommation : - Poulette -

Plus en détail

Bulletins du Bureau de baguage

Bulletins du Bureau de baguage Bulletins du Bureau de baguage BULLETIN DES BAGUEURS D'OISEAUX Numéro 81 Automne 2003 Personnel du Bureau de baguage des oiseaux Rappel envoyez-nous vos données de baguage Approvisionnement en bagues North

Plus en détail

UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE

UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE Le réseau Société Générale UNE OFFRE MODERNE DE BANQUE À DOMICILE Alain Brunet Journée Société Générale - 20 juin 2000 1 Sommaire Une utilisation massive et un impact important sur notre exploitation Une

Plus en détail

Etat des lieux et perspectives

Etat des lieux et perspectives Etat des lieux et perspectives du secteur de l accouvage en France 1. Méthodologie 1.1. Analyse bibliographique Un important travail bibliographique a permis de recenser l ensemble des données statistiques

Plus en détail

CODE DE PROCEDURE POUR L IMPORTATION DE POUSSINS D UN JOUR ET DES OEUFS A COUVER DE L ESPECE DINDE

CODE DE PROCEDURE POUR L IMPORTATION DE POUSSINS D UN JOUR ET DES OEUFS A COUVER DE L ESPECE DINDE ROYAUME DU MAROC *************** MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL **************** DIRECTION DE l'elevage N 10/DE/DSA Rabat le 10 Février 2004 CODE DE PROCEDURE POUR L IMPORTATION DE

Plus en détail

Demande d autorisation de faire du commerce d animaux

Demande d autorisation de faire du commerce d animaux Demande d autorisation de faire du commerce d animaux 1 Autorité et auteur de la demande 1.1 Adresse du service cantonal de la protection des animaux (adresse d envoi): 1.2 Nom et adresse de la personne

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications

Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Cours Aviforum/Agridea, 27.3.07 Législation sur la sécurité alimentaire : Aperçu des modifications Andreas Gloor, Aviforum, Zollikofen Buts, conditions de base Depuis le 1.1.2007: équivalence à la législation

Plus en détail

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire

Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire Circulaire relative aux conditions d exportation en vue d être conforme aux exigences spécifiques des pays tiers au niveau des limites maximales

Plus en détail

Dossier de presse 28 janvier 2013

Dossier de presse 28 janvier 2013 Dossier de presse 28 janvier 2013 1. Pourquoi un Centre pour Entreprises en difficulté en Wallonie? Certes, le nombre de faillites augmente. Mais, c est surtout, le fait de voir qu un conseil rapide et

Plus en détail

Editorial. Pour l heure, nous vous rappelons les différentes personnes à contacter en cas de besoin :

Editorial. Pour l heure, nous vous rappelons les différentes personnes à contacter en cas de besoin : Année 2004 - N 16 - avril - mai - juin Editorial Mr GUEDON Yves, nouveau Président du GDMA85 Lors du dernier Conseil d administration qui s est tenu le 30 juin dernier à la Roche Sur Yon, les administrateurs

Plus en détail

Le Plan stratégique de l AEWA 2009-2017. L Accord sur la Conservation des Oiseaux d Eau Migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA)

Le Plan stratégique de l AEWA 2009-2017. L Accord sur la Conservation des Oiseaux d Eau Migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA) Le Plan stratégique de l AEWA 2009-2017 L Accord sur la Conservation des Oiseaux d Eau Migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA) Accord sur la conservation des oiseaux d eau migrateurs d Afrique-Eurasie (AEWA)

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes.

Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Annexe 7. Fiche standardisée pour l enquête auprès des responsables des différents systèmes. Cher expert, Le Comité scientifique de l AFSCA a pris l initiative d évaluer le caractère organisationnel de

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES CAS HUMAINS D INFECTION PAR VIRUS INFLUENZA A(H7N9) Version du 01.05.2013

PRISE EN CHARGE DES CAS HUMAINS D INFECTION PAR VIRUS INFLUENZA A(H7N9) Version du 01.05.2013 Introduction: Champ d application Version du 01.05.2013 Cette procédure est destinée à faire face à l arrivée d un patient potentiellement infecté par le virus Influenza A/H7N9. La survenue d un tel cas

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE 1 La crise actuelle est caractéris risée e par le grand nombre de marchés affectés s et par la diversité des canaux de contagion Les principaux canaux de contagion pour l ECE: Canal informationnel (sentiment

Plus en détail

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44

Schéma éolien de la Drôme Volume I : Méthode et résultats. page 29 sur 44 Pour les hivernants, l objectif a été de localiser les sites d hivernage majeurs. Ils concernent principalement les oiseaux d eau, mais aussi les rapaces diurnes et nocturnes sensibles au risque de collision.

Plus en détail

Annuaire(des(programmes(de(sciences(participatives( (Collectif(national(SPB(

Annuaire(des(programmes(de(sciences(participatives( (Collectif(national(SPB( Annuaire(des(programmes(de(sciences(participatives( (Collectif(national(SPB( FICHEDEPRESENTATIOND UNPROGRAMMEDE SCIENCESPARTICIPATIVES Afin de caractériser et présenter les programmes de sciences participatives

Plus en détail

Rapport d activités service de

Rapport d activités service de Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Rapport d activités service de médiation Comité consultatif 31 mars 2010 Frans Vromman Plaintes et questions : analyse du contenu Relevé par catégorie

Plus en détail

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous?

SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne. choix. chaleureux. le chauffe-eau solaire. Un chauffe-eau solaire chez vous? SOLTHERM Une initiative de la Région wallonne un choix chaleureux le chauffe-eau solaire Un chauffe-eau solaire chez vous? HUIT BONNES RAISONS HUIT BONNES RAISONS D INSTALLER UN D INSTALLER UN CHAUFFE-EAU

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF

CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF CODE D USAGES EN MATIÈRE D HYGIÈNE POUR LES ŒUFS ET LES PRODUITS À BASE D ŒUF CAC/RCP 15-1976 CONTENTS INTRODUCTION 137 1 OBJECTIFS 138 2 CHAMP D APPLICATION ET UTILISATION DU DOCUMENT 138 2.1 Champ d

Plus en détail

Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel

Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel Organisation du travail en équipe autour d un plan de gestion d un espace naturel Exemple de la Réserve Naturelle des îlet de Petite Terre Formation «structuration de la gestion des sites du conservatoire

Plus en détail

Les oiseaux migrateurs en recherche

Les oiseaux migrateurs en recherche Les oiseaux migrateurs en recherche Formation des utilisateurs d animaux Dernière mise à jour : Avril 2008 Objectifs du module Fournir une introduction aux considérations juridiques, éthiques et de sécurité

Plus en détail

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire

verger biodiversité arbre & forêt eau animations scolaires maternelle 3 secondaire verger biodiversité eau arbre & forêt animations scolaires maternelle 3 secondaire Le CRIE vous propose ses animations en projet ainsi que toute une série d activités d 1 journée ou d 1/2 journée Découvrez-les

Plus en détail

Les souris de sexe mâle issues de lignées dont l incompatibilité est prouvée, peuvent être détenues seules pendant 3 mois au maximum.

Les souris de sexe mâle issues de lignées dont l incompatibilité est prouvée, peuvent être détenues seules pendant 3 mois au maximum. Ordonnance de l OVF concernant les animaleries, la production d animaux génétiquement modifiés et les méthodes utilisées dans l expérimentation animale (Ordonnance sur l expérimentation animale) du PROJET

Plus en détail

La gestion «en deux temps» des prélèvements de lièvres

La gestion «en deux temps» des prélèvements de lièvres Connaissance & gestion des espèces La gestion «en deux temps» des prélèvements de lièvres Bernard Mauvy 1 Régis Péroux 1 Jean-Sébastien Guitton 2 ONCFS, CNERA Petite faune sédentaire de plaine Clermont-Ferrand

Plus en détail

Atelier à l attention des points focaux nationaux de l OIE pour la sécurité sanitaire des aliments Hammamet, Tunisie, 4-6 Avril 2011

Atelier à l attention des points focaux nationaux de l OIE pour la sécurité sanitaire des aliments Hammamet, Tunisie, 4-6 Avril 2011 Atelier à l attention des points focaux nationaux de l OIE pour la sécurité sanitaire des aliments Hammamet, Tunisie, 4-6 Avril 2011 «Collaboration entre le GIPAC et les services vétérinaires pour promouvoir

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE SURVEILLANCE VIROLOGIQUE DE L INFLUENZA PORCIN DANS LES ZONES A RISQUE DE FOYER H5N1 HAUTEMENT PATHOGENE DANS LE NORD-VIETNAM

RAPPORT DE STAGE SURVEILLANCE VIROLOGIQUE DE L INFLUENZA PORCIN DANS LES ZONES A RISQUE DE FOYER H5N1 HAUTEMENT PATHOGENE DANS LE NORD-VIETNAM ENVT 23 Chemin des Capelles BP 87614 31076 Toulouse Cedex 3 CIRAD Unité de Service Enseignement et Formation en Elevage Campus de Baillarguet TA A-71 / B 34 398 MONTPELLIER Cedex 5 Université Montpellier

Plus en détail

Techniques de capture d oiseaux sauvages

Techniques de capture d oiseaux sauvages 35 Chapitre 3 Techniques de capture d oiseaux sauvages Depuis très longtemps, les oiseaux sont considérés une source d alimentation, d habillement et une manifestation de la culture religieuse et sociale,

Plus en détail

Sarcelle d été. Anas querquedula

Sarcelle d été. Anas querquedula Sarcelle d été Anas querquedula Neil Fifer Sarcelles d été Hong Kong. R.P de Chine Principaux caractères spécifiques La sarcelle d été est un canard de petite taille, un peu plus massif que la sarcelle

Plus en détail

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes.

La vie de la ruche. Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. La vie de la ruche Animation proposée aux scolaires (Cycle 1 et 2), aux centres aérés, aux groupes d'adultes. public, l'animateur, les circonstances et les demandes spécifiques des accompagnateurs. Durée

Plus en détail

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire»

curité sanitaire des aliments Tunisie, 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne alimentaire» Atelier à l attention des Points focaux nationaux de l OIEl pour la sécurits curité sanitaire des aliments Tunisie 4 6 avril 2011 «Expériences du secteur privé dans le contrôle de Salmonella dans la chaîne

Plus en détail

Chasse sportive au Québec Saisons 2014-2016. Calendrier préliminaire des périodes de chasse

Chasse sportive au Québec Saisons 2014-2016. Calendrier préliminaire des périodes de chasse Chasse sportive au Québec Saisons 2014-2016 Calendrier préliminaire des périodes de chasse Caribou - saisons 2014-2016 Période de chasse sportive au caribou Du 1 er avril 2014 au 15 avril 2016 Espèce et

Plus en détail

Allianz Assurance Emprunteur

Allianz Assurance Emprunteur Allianz Assurance Emprunteur Loi HAMON Allianz Courtage L objectif de la loi Hamon Quel est le besoin des assurés? Comparer les offres d assurance, faire jouer la concurrence La réponse apportée par la

Plus en détail

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES

CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES CONVENTION SUR LES ESPÈCES MIGRATRICES Distribution: Générale CMS PNUE/CMS/Résolution 11.27 Français Original: Anglais ÉNERGIE RENOUVELABLE ET ESPÈCES MIGRATRICES Adoptée par la Conférence des Parties

Plus en détail

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada

Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Exportations (milliers de dollars canadiens) Survol des tendances de l industrie Aliments, boissons et agroalimentaire Canada Principaux événements En 2014, les produits de la viande ainsi que le sucre

Plus en détail

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation

Contrôles sanitaires. DGAL - Direction générale de l alimentation Contrôles sanitaires de l'alimentation DGAL - Direction générale de l alimentation la sécurité sanitaireaire des aliments Ministère de l Agriculture, de l Agroalimentaire et de la Forêt source : Direction

Plus en détail

Tuberculose bovine. Situation actuelle

Tuberculose bovine. Situation actuelle Tuberculose bovine Situation actuelle 21 mai 2013 Dr G. Peduto Vétérinaire cantonal Service de la consommation et des affaires vétérinaires 1 Tuberculose bovine La Suisse est indemne depuis 1959 Dernier

Plus en détail

Circulaire relative à l'information demandée aux vétérinaires agréés lors de la constatation d introduction illégale de chiens, chats ou furets

Circulaire relative à l'information demandée aux vétérinaires agréés lors de la constatation d introduction illégale de chiens, chats ou furets Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative à l'information demandée aux vétérinaires agréés lors de la constatation d introduction illégale de chiens, chats ou furets

Plus en détail

Activités Bureau des Guides

Activités Bureau des Guides Activités Bureau des Guides au départ du CENTRE DE DEPAYSEMENT ET DE PLEIN AIR DE MARBEHAN 1 Table des Matières Introduction I. Faune II. Habitats III. Wildcraft & Orientation IV. Coin des Artistes V.

Plus en détail

III - Financement d une entreprise ou d une activité

III - Financement d une entreprise ou d une activité Cterrier.com 1/9 02/03/2007 Initiation à la gestion Quantitative d une entreprise Auteur : C. Terrier ; mailto:webmaster@cterrier.com ; http://www.cterrier.com Utilisation : Reproduction libre pour des

Plus en détail

Baguage au marais de Kervijen, Baie de Douarnenez : Etude de la migration postnuptiale des passereaux paludicoles du 29 août au 01 septembre 2007

Baguage au marais de Kervijen, Baie de Douarnenez : Etude de la migration postnuptiale des passereaux paludicoles du 29 août au 01 septembre 2007 Baguage au marais de Kervijen, Baie de Douarnenez : Etude de la migration postnuptiale des passereaux paludicoles du 29 août au 01 septembre 2007 David HEMERY & Christine BLAIZE Grumpy Nature Novembre

Plus en détail

Droits de succession et de mutation par décès

Droits de succession et de mutation par décès Droits de succession et de mutation par décès Table des matières Droits de succession et de mutation par décès Section préliminaire...................................... 227 1. La notion d habitant du

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT NUMÉRO 2010 73 CONCERNANT LES CHIENS, LES CHATS ET AUTRES ANIMAUX

CODIFICATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT NUMÉRO 2010 73 CONCERNANT LES CHIENS, LES CHATS ET AUTRES ANIMAUX PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE SAINT LAMBERT CODIFICATION ADMINISTRATIVE RÈGLEMENT NUMÉRO 2010 73 CONCERNANT LES CHIENS, LES CHATS ET AUTRES ANIMAUX CHAPITRE I DISPOSITIONS INTERPRÉTATIVES ET ADMINISTRATIVES

Plus en détail

OUTIL 3 : MENER DES ÉVALUATIONS ÉVALUATION DES STAGIAIRES. Objectif des organisateurs et formateurs. Évaluation des stagiaires. Évaluation initiale

OUTIL 3 : MENER DES ÉVALUATIONS ÉVALUATION DES STAGIAIRES. Objectif des organisateurs et formateurs. Évaluation des stagiaires. Évaluation initiale OUTIL 3 : MENER DES ÉVALUATIONS L enseignement doit viser à ce que tous les stagiaires réussissent à acquérir de nouvelles connaissances et de nouvelles compétences. La réussite des stagiaires dépend en

Plus en détail

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010)

Tourisme en Flandre. Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) Les chiffres clés du tourisme 2010 Tourisme en Flandre Nombre de nuitées et arrivées en Belgique (2010) nuitées % arrivées % Durée moyenne du séjour (nuits) Région Flamande 23.087.944 66% 7.660.540 57%

Plus en détail

Direction Départementale des Services Véterinaires

Direction Départementale des Services Véterinaires Direction Départementale des Services Véterinaires M A P (DGAL) M E E D A T Direction Départementale des Services Vétérinaires Sécurité sanitaire des aliments Abattoirs,découpe Transformation des DAOA

Plus en détail

«Grippe Aviaire : Le nouveau péril jaune?»

«Grippe Aviaire : Le nouveau péril jaune?» Numéro 12, Mai 2004 «Grippe Aviaire : Le nouveau péril jaune?» Le nez qui coule, des salves d éternuements et des quintes de toux qui agitent de soubresauts vos brumes fiévreuses, cela vous rappelle-t-il

Plus en détail

Enseignements d exploration de seconde. Sciences de l Ingénieur. Création et Innovation Technologiques

Enseignements d exploration de seconde. Sciences de l Ingénieur. Création et Innovation Technologiques Enseignements d exploration de seconde Sciences de l Ingénieur Création et Innovation Technologiques SI et CIT enseignements complémentaires pour un développement durable CIT Comprendre comment évoluent

Plus en détail

Le point sur l IBR. la lutte les statuts. Manuel pratique à l attention des éleveurs. élever, produire, transformer... l Arsia vous accompagne!

Le point sur l IBR. la lutte les statuts. Manuel pratique à l attention des éleveurs. élever, produire, transformer... l Arsia vous accompagne! Le point sur l IBR Manuel pratique à l attention des éleveurs la maladie la lutte les statuts élever, produire, transformer... l Arsia vous accompagne! Manuel pratique à l attention des éleveurs - décembre

Plus en détail

Historique des versions du document. Affaire suivie par. Rédacteur. Relecteur. Référence(s) intranet

Historique des versions du document. Affaire suivie par. Rédacteur. Relecteur. Référence(s) intranet Historique des versions du document Version Date Commentaire 1,0 24/01/2014 version consolidée, co rédigée par la DGPR et la DGALN 2 04/03/14 version consolidée, co rédigée par la DGPR et la DGALN Affaire

Plus en détail

Augmenter ou développer vos compétences

Augmenter ou développer vos compétences Un atout pour mon entreprise Calendrier des formations Septembre 2014 à août 2015 Un plus pour mon projet Augmenter ou développer vos compétences Webinaire Améliorez l efficacité de vos employés sans changer

Plus en détail

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température.

Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Remplacement chaudière mazout par une pompe à chaleur Daikin Altherma haute température. Maison des années 80 moyennement isolée Surface chauffée de 150m2 Consommation 2700 litres/an Distribution par radiateurs

Plus en détail

Inf.EUROBATS.StC9-AC19.9

Inf.EUROBATS.StC9-AC19.9 Inf.EUROBATS.StC9-AC19.9 Historique des versions du document Version Date Commentaire 1,0 24/01/2014 version consolidée, co rédigée par la DGPR et la DGALN 2 04/03/14 version consolidée, co rédigée par

Plus en détail

ASSEMBLEE GENERALE DE LA FEDERATION DEPARTEMENTALE DES CHASSEURS DE LA MANCHE

ASSEMBLEE GENERALE DE LA FEDERATION DEPARTEMENTALE DES CHASSEURS DE LA MANCHE ASSEMBLEE GENERALE DE LA FEDERATION DEPARTEMENTALE DES CHASSEURS DE LA MANCHE 18 AVRIL 2015 Condé sur Vire ORDRE DU JOUR APPROBATION DU COMPTE RENDU DE L ASSEMBLEE GENERALE DU 26 AVRIL 2014 ; RAPPORT DU

Plus en détail

CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine

CROPSAV POITOU-CHARENTES. Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine CROPSAV POITOU-CHARENTES Section spécialisée domaine vétérinaire Tuberculose bovine Plan de la présentation La situation sanitaire Les mesures de surveillance de la tuberculose mises en place en Poitou-Charentes

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIÈRE

COMMUNICATION FINANCIÈRE Titre 1 COMMUNICATION FINANCIÈRE B O U R S E D E S V A L E U R S M O B I L I È R E S D E T U N I S M e r c r e d i 0 7 / 0 5 / 2 0 1 4 1 Retour sur L année 2013 Contexte National et International Réalisations

Plus en détail

PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI

PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI PRODUITS DÉRIVÉS LES CONTRATS À TERME : MODE D EMPLOI About NYSE Euronext NYSE Euronext (NYX) est l un des principaux opérateurs de marchés financiers et fournisseurs de technologies de négociation innovantes.

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

GIFS France Infos Argos 20

GIFS France Infos Argos 20 GIFS France Infos Argos 20 24 mai 2012 Le GIFS France (Groupe d Investigations sur la Faune Sauvage) a initié un programme de suivi de pigeons ramiers par balises Argos solaires. En 2009 et 2011, le GIFS

Plus en détail

EOLE TRADING INTEGRALE

EOLE TRADING INTEGRALE EOLE TRADING INTEGRALE Formation 100% en ligne Coaching Live d un an Accès à nos outils exclusifs 1- PRESENTATION Eole Trading Intégrale est une formation d une année composée en 3 phases. Elle est accessible

Plus en détail

Les maisons à énergie positive

Les maisons à énergie positive Conférence dans le cadre du projet VallEnergie Les maisons à énergie positive Attert, le 11 mars 2014 VallEnergie Atteindre l autonomie énergétique de la Vallée de l Attert belgo-luxembourgeoise gérée

Plus en détail

Réunion publique/téléconférence

Réunion publique/téléconférence Réunion publique/téléconférence Dorval Cornwall Kingston Watertown Oswego Burlington Rochester Kingston/Oswego Téléconférence: 1-877-413-4814 486 9841 (français) 447 9980 (anglais) Appeler entre 18h45-18h55

Plus en détail

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février

Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février 25-2-24 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - février 25 Très légère hausse de la confiance des chefs d entreprise en février Le baromètre

Plus en détail

R a p p o r t d a c t i v i t é s

R a p p o r t d a c t i v i t é s R a p p o r t d a c t i v i t é s 2 0 1 3 M A R S 2 0 1 4 1 I N D E X : I. Introduction II. Administration des Services Vétérinaires III. Situation sanitaire IV. Sécurité alimentaire A. Contrôle des denrées

Plus en détail

La présence de conditions intégrales (CI) et/ou de conditions sectorielles (CS) est mentionnée en regard des rubriques concernées.

La présence de conditions intégrales (CI) et/ou de conditions sectorielles (CS) est mentionnée en regard des rubriques concernées. Dans une exploitation agricole, peuvent se rencontrer : Chapitre 1 : des activités d élevage Chapitre 2 : des activités agricoles autres que l élevage Chapitre 3 : des activités autres qu agricoles Chaque

Plus en détail

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION

DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION DIRECTIVE AIFM ET LES IMPACTS REPORTING POUR LES SOCIÉTÉS DE GESTION Par Jacques Labat, Directeur BU Gestion d Actifs 13 Le compte à rebours a commencé. Les sociétés de gestion ont jusqu au 22 juillet

Plus en détail

Assiette mini. 600 SMIC 1 plafond

Assiette mini. 600 SMIC 1 plafond Social : La protection sociale 1- L affiliation au régime non salarié agricole J exerce une activité agricole < 5 ha J assure la direction de l entreprise (ou 1/8 SMI) J en tire des revenus professionnels

Plus en détail

Premiers résultats 2006-2009

Premiers résultats 2006-2009 Suivi ornithologique et chiroptérologique des parcs éoliens de Beauce Premiers résultats 2006-2009 Quelques repères Durée du projet : 2006 2010 Prestataires : Loiret Nature Environnement (LNE) Eure et

Plus en détail

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor

Z I G U I N C H O R SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Ziguinchor Z I G U I N C H O R REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE

Plus en détail

Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004

Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004 Redéploiement et conservation des Antilopes Sahélo-Sahariennes en Tunisie Atelier technique, Douz, 18 et 19 avril 2004 Atelier technique tenu à l invitation de la Direction Générale des Forêts de Tunisie,

Plus en détail

Introduction à la gestion de l entreprise

Introduction à la gestion de l entreprise 1 L2S4 Introduction à la gestion de l entreprise Devoirs 2 Devoir 1 La société CEVRERO enregistre les opérations suivantes en 2010 : 1 - vente de marchandises à un client 4 000 à crédit 2 - payement note

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 396 Février 2013 Tableau de bord éolien-photovoltaïque Quatrième trimestre 2012 OBSERVATION ET STATISTIQUES ÉNERGIE Le parc éolien atteint une de 7 562 MW

Plus en détail

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012

PREFET DE LA HAUTE-LOIRE. Bilan de l accidentalité routière 2012 PREFET DE LA HAUTE-LOIRE Bilan de l accidentalité routière 01 Bilan national France métropolitaine Accidents corporels Tués Blessés dont blessés hospitalisés 01 60 437 3 653 75 851 7 14 011 65 04 3 963

Plus en détail

FAUNE,FLORE, MILIEUX

FAUNE,FLORE, MILIEUX FAUNE,FLORE, MILIEUX LA NATURE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE UNE REGLE LA DIVERSITE LA DIVERSITE BIOLOGIQUE S APPRECIE A TROIS NIVEAUX INDIVIDUS (Diversité génétique) ESPECES ECOSYSTEMES UN PATRIMOINE UNE RESSOURCE

Plus en détail