Monitoring des infections virales chez les patients immunodéprimés. Applications pratiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Monitoring des infections virales chez les patients immunodéprimés. Applications pratiques"

Transcription

1 16/01/2013 Monitoring des infections virales chez les patients immunodéprimés Applications pratiques Marie-Christine MAZERON

2 Immunodépression Infections virales opportunistes Herpèsvirus CMV EBV HSV VZV HHV6 HHV8 Adénovirus Polyomavirus JC et BK Papillomaviridae

3 Monitoring? Prévenir les conséquences de l infection traitement anticipé (préemptif) diminution de l immunodépression Diagnostiquer la maladie Surveiller le traitement antiviral efficacité résistance aux antiviraux

4 Prévenir les conséquences de l infection Bases du monitoring Détecter le virus dans un site donné à définir pour chaque type d infection Mesurer la charge virale Définir un seuil à partir duquel le risque de développer des manifestations cliniques de l infection est élevé Proposer une intervention thérapeutique Population ciblée : les receveurs d allogreffe

5 Virus BK

6 Infection à BK virus Famille des Polyomaviridae : virus à ADN non enveloppés Spécificité d espèce : virus humains Primo-infection dans les 10 premières années de vie Infection persistante dans les cellules épithéliales tubulaires rénales, avec latence et réactivations Virus opportuniste, pathogène chez l hôte immunodéprimé =>néphropathie sévère chez le receveur de greffe de rein =>cystites hémorragiques chez le receveur de CSH

7 Néphropathie associée au polyomavirus humain BK Circonstances de survenue Rencontrée dans différents types d immunodéficience La plupart des cas décrits chez les receveurs de greffe de rein due à la réactivation du virus BK dans les cellules épithéliales tubulaires du rein greffé 2 à 10 % des receveurs (adultes ou enfants) => perte du greffon dans 50% des cas Facteurs de risque chez le R de greffe de rein caractéristiques du D sexe féminin D décédé rein ischémique reperfusé incompatibilités HLA noir américain caractéristiques du R âge, sexe masculin absence d immunité cellulaire spécifique du virus BK

8 Néphropathie associée au polyomavirus humain BK Prévention diminution de l immunosuppression autres interventions éventuelles (non consensuelles) CDV à faible posologie léflunomide Immunoglobulines fluoroquinolones

9 Réactivation du virus BK dans les cellules rénales Elimination dans les urines des cellules infectées. => Diagnostic de l infection active avec élimination de virus à haut titre dans les urines

10 Fig. 2 Relationship of same-day paired plasma and urine samples for quantitative BK viral load testing. Steve Miller, Christopher S. Liverman, Linda Post, Yasmeen Khan, Carolyn Wright Analytical and clinical performance characteristics of the Simplexa BK virus quantitative PCR assay for the diagnosis of polyomavirusassociated nephropathy in renal transplant recipients using plasma and urine specimens Journal of Clinical Virology Volume 55, Issue

11 Fig. 3 BK viral load taken from plasma (A) or urine (B) within 1<ce:hsp sp="0.25"/> month of kidney biopsy showing polyomavirus nephropathy by immunoperoxidase stain (biopsy positive) or no evidence of polyomavirus nephropathy (biopsy negative).... Steve Miller, Christopher S. Liverman, Linda Post, Yasmeen Khan, Carolyn Wright Analytical and clinical performance characteristics of the Simplexa BK virus quantitative PCR assay for the diagnosis of polyomavirusassociated nephropathy in renal transplant recipients using plasma and urine specimens Journal of Clinical Virology Volume 55, Issue

12 Infection à BK virus Justification du monitoring Diagnostic histologie des lésions (plusieurs biopsies) Virurie non détectable=> risque nul de néphropathie Virurie précède la virémie Virémie précède les atteintes cliniques

13 Recommandations Hirsch et al Am J Transplant 2009;9 S4,S136 Recherche de virus BK dans les urines au moins une fois tous les trois mois après greffe pendant les 2 premières années, 1 fois par an jusqu à 5 ans CV plasmatique méthode de choix : PCR en temps réel CV> 6 ou 7 log /ml => mesurer la CV dans le plasma >4 log / ml pendant trois semaines => diagnostic présomptif de néphropathie => biopsie Valeur prédictive positive de virurie >7 log/ml pendant 2 mois Virémie > 4 log/ml => PPV >50% Alternative CV plasmatique une fois par mois

14 American Journal of Transplantation pages S136-S146, 16 DEC 2009 BK Virus in Solid Organ Transplant Recipients

15 Les Adénovirus 67 serotypes 7 groupes ou «espèces» : A - G Agent de maladies très diverses et bénignes chez le sujet normal : Infections respiratoires hautes, conjonctivites, gastro entérites

16 Infections à Adénovirus chez l allogreffé de CSH Morbidité importante : Pneumonies, hépatites, cystites hémorragiques, pancréatites, colites, méningo-encéphalite Mortalité = 60% / infections disséminées Infections primaires ou réactivation (groupe C+++) Tractus intestinal pourrait être à l origine des infections systémiques Roy et al, Plos one, Lion et al, Leukemia, 2010 Traitement : cidofovir, CMX001,CTL anti adéno

17 Infection à Adénovirus Transplantation de cellules souches hématopoïétiques enfants : 6 à 28% des transplantés adultes : 0 à 6 % des transplantés

18 Infection à adénovirus Facteurs de risque Children Allo-hematopoietic stem cell transplant (HSCT) with in vivo or ex vivo T-cell depletion (II) Allo-HSCT with unrelated donor graft (II) Allo-HSCT with unrelated cord blood graft (II) Severe (grade III IV) graft-versus-host disease (II) Severe lymphopenia (<200 cells/ll PB) (II) Adults Allo-HSCT with haploidentical donor or unrelated cord blood graft (III) Severe (grade III IV) graft-versus-host disease (III) Severe lymphopenia (<200 cells/ll PB) (III) Treatment with alemtuzumab (III) Transplant Infect Dis, décembre 2012

19 Recommandations ECIL 2012 Allogeneic HSCT recipients Monitoring HAdV loads is not routinely recommended in standard-risk patients, such as those receiving HLA-identical sibling transplants (BII) Monitoring with quantitative PCR of HAdV load in peripheral blood is recommended on at least a weekly basis for patients with at least 1 risk factor (see Table 2) (AII children/biii adults) The duration of monitoring should be adapted to duration of risk according to degree of immune reconstitution (BIII children/ciii adults) Autologous SCT and chemotherapy Routine monitoring is not recommended (CII) Quantitative PCR should be performed in case of clinical suspicion of HAdV infection/disease (CII)

20 Conduite à tenir Prophylactic and preemptive treatment Prophylactic antiviral therapy with currently available antiviral drugs is not recommended (BIII) Patients with viremia and at least 1 risk factor should receive preemptive antiviral treatment with cidofovir 3 5 mg/kg/week for 2 3 weeks; thereafter, every other week* (BII) Treatment of proven or probable AdV disease Immunosuppressive therapy should be reduced or withdrawn whenever possible (AII) Patients with probable or proven human AdV (HAdV) disease should be treated with intravenous cidofovir (either 5 mg/kg weekly for 2 3 weeks; thereafter, every other week) (BIII) At day of cidofovir administration, protective measures should be taken such as hyperhydration, oral probenicid (BIII) and, if possible, other nephrotoxic drugs should be avoided (BIII) Ribavirin is not recommended for AdV disease (CIII) Therapy with donor-derived HAdV-specific T cells should be reserved for patients who do not respond to antiviral therapy and should be performed in the context of clinical trials in experienced centers (BIII)

21 Incidence cumulée à 3 mois Maladie 17% Infection disséminée 21% Infection digestive 39% Etude effectuée à l hôpital Saint-Louis (Linda Feghoul et Jérôme Le Goff) Service d hématologie clinique de Robert Debré

22 Courbe ROC sensibilité Sensibilité cp/ml Spécificité 1-specificité Couple plasma/selles les plus proches possibles : Délai médian : 2 jours Seuil de CV dans les selles : 5 log copies/ml Se = 0,96 Sp = 0,68 VPP = 0,56 VPN = 0,97 Dr L Feghoul, Dr J Le Goff Hôpital Saint-Louis Pr JH Dalle Dr Ouachée- Dr Yacouben- Dr Fahd Hôpital Robert Debré

23 Screening de l infection à adénovirus à partir des selles ADV détectable à partir des selles avant les autres sites en règle générale Intérêt du screening systématique à partir des selles : vigilance accrue vis-à-vis du patient => recherche dans le plasma vis-à-vis des autres patients => prévention des infections nosocomiales traitement anticipé? CDV non efficace sur la réplication digestive CMX-001 non disponible actuellement

24 Devenir des patients : traitement CV (log copies/ml) CDV CMX001 CV (log copies/ml)

25 Nos recommandations Age<6 ans Donneur HLA non phénoidentique Greffe de sang de cordon Screening moléculaire Selles +++ CV selles > 5 log copies/ml Screening moléculaire Plasma +++ CMX001? Greffe de sang de cordon GVH grade 3-4 Intervention thérapeutique précoce

26 Infection à Cytomégalovirus chez le receveur d allogreffe d organe ou de CSH

27 Cytomégalovirus pathogène majeur en transplantation d organe Stimulation allogénique TNFα, anti-l, fièvre Immunodépression Infection active virémie, infection tissulaire Effet direct Maladie à CMV Effets indirects MHC, cytokines Syndrome CMV localisation Atteinte du greffon rejet EBV-PTLD Infection opportuniste Athérosclérose bronchiolite obliterans

28 Cytomégalovirus pathogène majeur en transplantation de CSH Effet direct Effets directs Syndrome CMV Maladie à CMV précoce ou tardive : pneumonie Effets indirects MHC, cytokines Molécules d adhésion Infections opportunistes Association à la GVH

29 Infection à CMV après allogreffe et ses conséquences Charge virale initiale et augmentation de la charge virale Emery et al (2000) Lancet 355: Contrôle immunitaire

30 Prévention de l infection à CMV chez les receveurs d allogreffe Deux stratégies Prophylaxie Administration d un traitement antiviral après la greffe pour prévenir la survenue d une infection active à CMV Chez les D+/R- Chez les R+ (D+ ou D-) à risque particulièrement élevé absence de consensus pour une surveillance virologique Traitement anticipé Administration d un traitement antiviral en présence d une infection active à CMV pour prévenir la survenue d une maladie à CMV (syndrome CMV ou atteinte viscérale)

31 Recommandations internationales Transplantation d organe (Kotton, Transplantation, 2010,89: ) Traitement anticipé International Consensus Guidelines 2010 Prélèvements hebdomadaires après greffe pendant 3 mois (rein, foie, pancréas, cœur) Suivi virologique possible par antigénémie pp65 Suivi virologique par PCR en temps réel recommandé Plasma ou sang total et résultats exprimés en nombres de copies par ml de plasma ou de sang total Seuil d intervention à établir localement Considérer l augmentation de la charge virale entre deux prélèvements ( 0,5 log 10 et 0,7 log 10 pour les valeurs proches du seuil de la technique)

32 Recommandations internationales Transplantation d organe (Kotton, Transplantation, 2010,89: ) Surveillance du traitement mesure de la charge virale 1 à 2 fois par semaine Durée du traitement Jusqu à obtenir une ou 2 mesures de CV indétectable Seuil d indétectabilité? Jamais inférieure à 2 semaines

33 Recommandations internationales Greffe de cellules souches hématopoïétiques ECIL Surveillance virologique au moins hebdomadaire au cours des 100 premiers jours après la greffe Surveillance prolongée en cas de GVH, greffe de sang de cordon, immunodépression intense, première infection au cours des 100 premiers jours Méthodes quantitatives : PCR, antigénémie, ARN messagers tardifs Interprétation en fonction des données virologiques et cliniques Seuil d intervention : dépend de la méthode utilisée et du compartiment sanguin analysé (seuil plus bas si plasma)

34 Méthodes virologiques de surveillance de l infection à CMV Mesure de l antigénémie pp65 Quantification des génomes viraux dans le sang circulant par PCR quantitative par PCR en temps réel

35 Enquête 2009 sur les pratiques des laboratoires français CNR cytomégalovirus Réponses obtenues de 36 laboratoires

36 Dissémination hématogène Bentz et al, J Virol 2006

37 DISSEMINATION SANGUINE Compartiment à explorer Monocytes site de latence (ADN viral) Lymphocytes - Couche leucocytaire Polynucléaires Virus infectieux Antigène pp65 ADN viral Sang total Plasma ADN viral lyse des PN cellules endothéliales Plasma

38 Choix du compartiment Corrélation entre antigénémie pp65 et QPCR à partir du sang total (WB) ou du plasma ADNémie plus précoce que l antigénémie (2 semaines) QPCR WB plus sensible que QPCR plasma Correspondance entre niveau d antigénémie pp65 et CV mesurée en QPCR WB (Deback et al, J Clin Virol, 2007, 40,173) et CV mesurée en QPCR plasma avant la mise sous traitement (Gimeno et al, J Clin Microbiol, 2008,46,3311)

39 Correspondance entre niveau d agpp65 et charge virale mesurée par QPCR Allice T et al (2006) J Med Virol, 78:

40 Suivi par PCR en temps réel et antigénémie pp65 de l infection à CMV chez des receveurs de CSH Beckmann et al, J Med Virol, 2011, 83:2143

41 Seuils d intervention (antigénémie pp65) Transplantation d organe 100 nyx/ leucocytes D+/R+et D-/R+ 2nyx/ leucocytes D+/R- Greffe de CSH 1ou 2 ny/ leucocytes (Gimeno et al,gerna et al)

42 Seuils d intervention (PCR en temps réel) Transplantation d organe 1000 à 5000 copies/ml plasma 1000 à copies/ml sang total Greffe de CSH 100 à copies/ml plasma 1000 à copies/ml sang total Absence d harmonisation compartiment exploré région amplifiée et modalités techniques standards de calibration

43 Standard international WHO 2010 => candidat standard proposé préparation de virus entier souche Merlin tampon 10mM Tris-HCL et 0,5% albumine humaine présenté congelé et lyophilisé titre : 5x10 6 Unités Internationales après reconstitution dans 1ml d eau sans nucléases destiné à permettre l expression des résultats en UI et la validation des trousses dans le cadre de l accréditation Commandes limitées à 5 par an et par institution Facteurs de conversion pour la trousse Abbott RealTime CMV Abbott RealTime CMV copies en UI : copies/ml x 1.56 = UI/ml Abbott RealTime CMV log 10 copies en log 10 UI : log 10 copies/ml = log 10 UI/ml Problèmes à résoudre dilution du standard international mode de calcul (méthode statistique)

44 Dynamique de la réplication virale Demi-vie : 2 jours Augmentation de la charge virale chez 18 receveurs de greffe de moelle Emery et al, J Exp Med, 1999,190:

45 Augmentation de la charge virale et maladie à CMV Augmentation de la CV au stade initial de l infection active 127 patients transplantés : rein (31), CSH (49), foie (47) Emery et al (2000) Lancet 355:

46 Cinétique de réplication Rythme d augmentation de la CV en l absence de traitement CV 3 fois CV de base en 6 jours chez des RCSH => différencie les épisodes initiaux ne nécessitant pas de tt de ceux qui nécessitent un tt sens : 76,4%, spec : 89,4%, VPP : 86,6%; VPN : 80,9% dynamique de réplication ne permet pas de préjuger de la réponse au traitement Munoz-Cobo et al, Biol Blood Marrow Transplant, 2011

47 Boeckh and Ljungman, Blood, 2009,113:5711

48 Strategy to prevent late CMV disease (FHCRC approach) Patients at risk for disease, start and discontinuation of virologic surveillance, and preemptive therapy Risk factors for late CMV disease Virologic criteria (one required) CMV infection or disease before day 100 or Prophylaxis with ganciclovir/valganciclovir/foscarnet plus Immunologic criteria (one required) Undetectable CMV-specific T-cell responses or GVHD requiring systemic treatment or High-dose steroids for reasons other than GVHD or T-cell depletion or Cord blood transplantation or Donor lymphocyte infusion or CD4 T-cell count less than 50/mm3 CMV surveillance* PCR weekly surveillance after day 100 if risk factors for late CMV disease are present Discontinue CMV surveillance if No or minimal immunosuppression (< 0.5 mg prednisone/kg/day) and No anti T-cell agents and At least 3 negative weekly tests Preemptive therapy Start preemptive therapy with valganciclovir (900 mg twice daily) if CMV DNA is more than 1000 copies/ml Continue induction dosing until viral load declines, at least 1 week Treat with maintenance dose (900 mg/day) until viral load is undetectable

49 Stratégie mixte Prophylaxie suivie de surveillance virologique dans le but de prévenir la survenue de la maladie retardée à CMV (17 à 37 % des R-/D+ après 3 mois de prophylaxie) Etude rétrospective chez 71 receveurs d organe solide Lisboa et al Transplantation 2011,82:1063 prophylaxie 3 à 6 mois surveillance 8 semaines Surveillance Après la surveillance ADNémie >500 cp/ml pl 35 jours (11-53) maladie : S avec ADN+ 64 jours (9-180) après l arrêt 8 : S avant TT Echec de cette stratégie période de surveillance trop courte seuil d intervention trop haut (25000 cp/ml), doublement de la population virale très court (1,1 jour)

50 Surveillance du traitement Suspicion de résistance signes cliniques qui persistent ou s aggravent CV reste stable ou augmente à la fin du traitement Charge virale à interpréter avec prudence augmentation possible de l ag pp65 sous GCV en début de traitement augmentation transitoire de la CV à l arrêt du traitement pendant 5 à 7 jours si augmentation rapide de la CV avant traitement

51 Réponse au traitement Viral load (log copies/ml) Patient Days after transplantation vgcv: 900mg bid K decline, day -1 = 0.16 ½ life = 1.8 days

52 Réponse au traitement Patient 2 Viral load (log copies/ml) Dyas after transplantation Patient 4 vgcv First decline K, d -1 = ½ life = 3.25 Second decline K, d -1 = ½ life = 2.17 Viral load (log copies/ml) Days after transplantation First decline K, d-1= 0.16 ½ life = 1.9 Second decline K, d-1 = 0.14 ½ life = 2.14 Réponse rapide au traitement suivie d une augmentation de la CV à l arrêt

53 Réponse au traitement 6 Patient 3 FOS IV GCV vgcv 900mgx2 Viral load (log copies/ml) ½ life: 1.67 days (FOS) ½ life: 6.6 days (GCV) ½ life: 9.4 days (FOS) Days after transplantation Réponse au traitement diminution lente de la CV résistance?

54 Resistance 5 Viral load (log copies/ml) 4 3 FOS vgcv 450mgX2 vgcv 900mgx2 K decline, day-1 = ½ life = 6 days Days after transplantation Resistance mutations UL97 abs L595S L595S => resistance to GCV UL54 abs abs abs Mutation in UL97 at Day 148 post transplantation vgcv: 36 days; FOS: 36 days

55 Suspicion de résistance du CMV aux antiviraux Boeckh and Ljungman, Blood, 2009,113:5711

56 Réponse immunitaire Réponse humorale anticorps neutralisants dirigés contre les glycoprotéines gb et gh le complexe gh/gl/pul131/pul130/pul128 Complexe impliqué dans l entrée du virus dans les cellules endothéliales et épithéliales Exprimé par les isolats cliniques et non les souches de laboratoire Rôle des anticorps neutralisants : à explorer Ryckman B J et al. J. Virol. 2008;82:60-70

57 Réponse immunitaire Réponse cellulaire Importance capitale dans le contrôle de l infection à CMV Rôle clé à la fois des lymphocytes T CD4+ et CD8+ receveurs de greffe d organe (D-/R+, BenMarzouk-Hidalgo et al, Transplant, 2011, 91:927) receveurs de CSH (Moins-Teisserenc et al, J Infect Dis, 2008,198:818; Tormo et al, Bone marrow Transplant, 2010,45:543) Réactivité dirigée contre un très grand nombre de protéines virales particulièrement impliquées IE-1, IE-2 et pp65 et aussi de nombreuses autres

58 Suivi immunologique Réponse immunitaire T spécifique peut-elle aider à la prise en charge des receveurs d allogreffe? Monitoring des réponses cellulaires T spécifiques du CMV => reconnaître les patients à haut risque de maladie à CMV => guider la prophylaxie et les traitements anticipés

59 Méthodes de suivi immunologique Tetramers : peptides spécifiques, HLA spécifique Population explorée : LCD8+ Marquage cellulaire et détection de cytokines intra-cellulaires par cytométrie de flux après stimulation par peptides ou lysats Elispot Cytokines détectées : IL2, INFγ Populations réactives CD8+ et CD4+ individualisées Mesure de la production d INFγ après stimulation par peptides ou lysats Populations explorées : LCD8+ et LCD4+ sans distinction QuantiFERON -CMV (Cellestis) Population explorée : L CD8+

60 Méthodes de suivi immunologique Gerna et al, New Microbiologica, 2011, 34:229

61 Méthodes immunologiques Diversité des méthodes méthodes «maison» ou commercialisées populations cellulaires explorées : CD8, CD8 et CD4, CD8 + CD4 antigènes viraux : peptides pp65 ou/et IE-1, lysats viraux, cellules présentatrices d antigènes expression des résultats : UI d INFγ produit par les cellules stimulées par les antigènes viraux, nombre de cellules produisant des cytokines (INFγ, IL2,TNF )/ml ou µl Seuils assurant le contrôle immunitaire de l infection à déterminer

62 Cell Mediated Immunity to Predict Cytomegalovirus Disease in High Risk Solid Organ Transplant Recipients 108 receveurs de greffe (D-/R+, D+/R-, D+/R+) QuantiFERON Kumar et al, American Journal of Transplantation, 2009, 9:

63 Cell Mediated Immunity to Predict Cytomegalovirus Disease in High Risk Solid Organ Transplant Recipients >0,1 UI/ml INFγ <0,1 UI/ml INFγ Kumar et al, American Journal of Transplantation, 9:

64 Receveurs de CSH Réduction de la durée du traitement en fonction de la réponse immunitaire Etude pilote (Solano et al, Transplantation, 2011,92:e17) 14 patients (D-/R+ et D+/R+) et 14 épisodes de réactivation CV suivie par PCR plasmatique Réponse immunitaire suivie par détection des L CD8+ producteurs d INFγ traitement anticipé si CV> seuil 500 copies/ml interruption si CV<100 copies/ml et CMV INFγ CD8+ > 1 cellule/µl Stratégie appliquée à 6 épisodes les patients ont reçu un traitement pendant 6 à 13 jours au lieu de 20 à 75 jours Suivi des récurrences la réponse immunitaire ne protège pas si corticoïdes pour GVH

65 Receveurs de CSH Conclusion de l Etude pilote (Solano et al, transplantation, 2011,92:e17) Stratégie de réduction de la durée du traitement pourrait concerner 25 % des patients ne s applique pas aux patients sous corticothérapie nécessite d être évaluée dans un essai randomisé mesurant bénéfice clinique (nombre de jours de traitement épargnés) efficacité virologique (durée des épisodes de virémie, survenue des récurrences) sécurité clinique (maladie à CMV)

66 Receveurs de CSH Stratégie d intervention thérapeutique après 3 mois post greffe (Avestisyan et al, Bone Marrow Transplant,2007,40:865) absence de traitement antiviral des réactivations après trois mois si immunité CD4 et CD8 suffisante (Elispot et marquage intra-cellulaire) Résultats : sauf - si corticothérapie pour GVH 17 patients, 19 épisodes - signes cliniques évocateurs de maladie à CMV - décision du clinicien 16 épisodes traités selon la stratégie => absence de traitement pour 5 épisodes rôle du statut du donneur

67 Avetisyan et al, Bone Marrow Transplant,2007, 40:865

68 Conclusion Mesure de la charge virale Méthodes actuelles permettent de définir les seuils d intervention antigénémie pp65, PCR en temps réel sur le plasma, le sang total ou les PBL Sensibilité des tests => précocité de la détection de l infection => mesure de la dynamique de réplication Délai de résultat => compatible avec l introduction du traitement avant l apparition de la maladie Standardisation des techniques => reproductibilité inter-essai indispensable pour assurer le suivi de la CV => comparaison des différentes techniques

69 Conclusion Suivi immunologique Importance de la réponse immunitaire cellulaire spécifique confirmée par de nombreux travaux Intérêt d un suivi immunologique chez les receveurs d allogreffe Nécessité de disposer de méthodes standardisées de mener de larges études randomisées => mise en place du traitement antiviral => décider de l administration de CTL CMV

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Les méthodes de diagnostic en virologie

Les méthodes de diagnostic en virologie Les méthodes de diagnostic en virologie Pourquoi faire du diagnostic en virologie? Dons de sang, d organes et de tissus (dépistage obligatoire) Suivi biologique des infections (VIH, VHB, VHC) Mesures prophylactiques

Plus en détail

Virus BK et transplantation rénale

Virus BK et transplantation rénale Virus BK et transplantation rénale B Hurault de Ligny CHU Caen Infections à vbk en transplantation rénale Infection virale fréquente 30-40% Gravité: néphropathie à vbk prévalence: 5% (1 à 10%) perte du

Plus en détail

Item 127 : Transplantation d'organes

Item 127 : Transplantation d'organes Item 127 : Transplantation d'organes Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Allogreffe de moelle ou de cellules souches...1 2 Transplantation d'organes... 2 3 Diagnostic...3

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Le rejet aigu cellulaire

Le rejet aigu cellulaire Le rejet aigu cellulaire CUEN: 3/12/2013 Philippe Grimbert Plan Les antigènes de transplantation Le mécanisme du rejet L incidence et les outils du diagnostique Le traitement 1 Rejet aigu cellulaire Représente

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

CTL antiviraux : From Bench to Bedside

CTL antiviraux : From Bench to Bedside CTL antiviraux : From Bench to Bedside Le 21 Novembre 2014 Pr Danièle BENSOUSSAN Unité de Thérapie Cellulaire et banque de Tissus (UTCT), CHU de Nancy UMR-CNRS 7365 et FR CNRS-INSERM-UL-CHU 3209 1 Traitement

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

LE CYTOMEGALOVIRUS S. ALAIN

LE CYTOMEGALOVIRUS S. ALAIN 1/12 LE CYTOMEGALOVIRUS S. ALAIN Introduction La famille des herpès virus regroupe de nombreux virus, certains bien connus du grand public, comme l herpès simplex, le virus de la varicelle et du zona ou

Plus en détail

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009

Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé. Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Infiltrats pulmonaires chez l immunodéprimé Stanislas FAGUER DESC Réanimation médicale 16-17 septembre 2009 Complications pulmonaires en onco-hématologie (Mokart et al Chest 2003) ~ 20 % des patients ~

Plus en détail

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic

Techniques Immunologiques appliquées au diagnostic Département de Biologie Laboratoire de Biochimie - Immunologie Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences Filière SVI Semestre 4 (S4) 2004-2005 Module de Biologie Humaine M 16.1 Élément d Immunologie

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1

Tests de production d interféron Gamma. Nouméa le 9 mars 2012 1 Tests de production d interféron Gamma Nouméa le 9 mars 2012 1 Présentation Test QTF Gold IT (Cellestis) Performance du test Recommandations de HAS, 2006 Meta analyse DIEL de décembre 2009 Indications

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy

Production d effecteurs immuns. Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Production d effecteurs immuns Veronique DECOT, MCU-PH UTCT (Unité de Thérapie Cellulaire et Tissus) CHU de Nancy Conditionnement Receveur Allogreffe de CSH Non prise et rejet de la greffe Donneur Immunosuppression

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés

Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Diagnostic biologique de la tuberculose latente : quelques données chez les immunodéprimés Dr D. Monnier Service d Immunologie Thérapie Cellulaire et Hématopoïèse (ITeCH) CHU de RENNES Données épidémiologiques

Plus en détail

Virus et Cancers. EBV 1964 Hépatite B 1971 Hépatite C 1989 HTLV1 1980. HPVs onco. 1983 HHV8 1994

Virus et Cancers. EBV 1964 Hépatite B 1971 Hépatite C 1989 HTLV1 1980. HPVs onco. 1983 HHV8 1994 Virus et Cancers EBV 1964 Hépatite B 1971 Hépatite C 1989 HTLV1 1980? HPVs onco. 1983 HHV8 1994 Rétrovirus? Polyomavirus? PNAS, 2007 Carcinome de Merckel et nouveau polyomavirus, Feng H, Shuda M, Chang

Plus en détail

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac

Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Aspects microbiologiques de la borréliose de Lyme B. Jaulhac Laboratoire associé au Centre National de Référence des Borrelia Laboratoire de Bactériologie Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Diagnostic

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES

ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES ALLOGREFFE DE CELLULES SOUCHES HEMATOPOÏETIQUES (CSH) CHEZ 26 PATIENTS ATTEINTS DE β THALASSEMIES MAJEURES R. Belhadj, R.Ahmed Nacer, F.Mehdid, M.Benakli, N.Rahmoune, M.Baazizi, F. Kaci, F.Harieche, F.Zerhouni,

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

Quel est le risque infectieux?

Quel est le risque infectieux? Conflits d intérêts de l orateur (en rapport avec le thème de la conférence) Participation à des actions de formation organisés par des industriels (symposium, congrès, ateliers): Oui Immunosuppresseurs

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie

Les virus dans les aliments : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie : un nouveau défi pour les laboratoires de microbiologie Véronique ZULIANI, Institut de la Filière Porcine Jean Christophe Augustin, ENVA, ASA Qu est ce qu un virus? Microorganisme de 15 à 40 nm Environ

Plus en détail

SYNDROME D HYPER-IgM

SYNDROME D HYPER-IgM SYNDROME D HYPER-IgM Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible : AGAMMAGLOBULINÉMIE

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Immunité anti-tumorale

Immunité anti-tumorale Immunité anti-tumorale Professeur M GUENOUNOU Laboratoire d Immunologie & Microbiologie UFR de Pharmacie 51100 REIMS 1- Cellules tumorales - Une tumeur est une prolifération clonale issue d une cellule

Plus en détail

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés).

Les viroses respiratoires constituent une préoccupation majeure surtout dans les âges extrêmes (enfant et personnes âgés). Les Viroses respiratoires aigues Diagnostic Biologique Pr Abdelhalim Trabelsi Service de virologie CHU Sahloul,Sousse Faculté de pharmacie de Monastir Tunis le 7 Avril 2011 (13 janvier 2011) INTRODUCTION

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Immunité et Vieillissement

Immunité et Vieillissement Immunité et Vieillissement Laurence Guglielmi Institut de Génétique Humaine CNRS UPR1142, Montpellier «Lentivirus et Transfert de Gènes» Directeur d'équipe : Pr. Pierre Corbeau IMMUNOSENESCENCE Détérioration

Plus en détail

Les lymphocytes T CD4+ naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes T CD4+ CM en situation d HLA compatibilité

Les lymphocytes T CD4+ naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes T CD4+ CM en situation d HLA compatibilité Les lymphocytes naïfs possèdent un potentiel d alloréactivité supérieur aux lymphocytes CM en situation d HLA compatibilité Bachra CHOUFI EA2686 Laboratoire d'immunologie - HLA-Transplantation Centre de

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis

Numéro EudraCT : 2012-000695-42. Promoteur : Bluebird bio, Inc. 840 Memorial Drive Cambridge, MA 02139 Etats-Unis Fiche d'information destinée au public pour les essais cliniques portant sur des organismes génétiquement modifiés (OGM) (Article R.1125-5 du Code de la Santé Publique) Essai clinique : "Une étude ouverte

Plus en détail

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte

La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de. la maladie du greffon contre l hôte La tanespimycine (17-AAG), un inhibiteur de HSP90, protège la niche intestinale et inhibe la maladie du greffon contre l hôte Evelyne KOHLI UMR INSERM U866 Equipe Carmen Garrido «HSP-Pathies» HSP90 L allogreffe

Plus en détail

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012

Diabète post-transplantation. Formation médicale continue 2012 Diabète post-transplantation Formation médicale continue 2012 Evaluation pré-greffe Homme 59 ans GNC HD depuis 1 an T = 1,72m Poids = 87 Kg (IMC = 29) Pas d antécédent familiaux de diabète Pas d antécédent

Plus en détail

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011

LA REPONSE ALLOGENIQUE. C. René -2011 LA REPONSE ALLOGENIQUE C. René -2011 Les Lois de la transplantation Rôle des lymphocytes T Transfert de l immunité par les cellules T Infiltrat de cellules mononuclées disposé en manchons péri-vasculaire:

Plus en détail

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen

Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Département de Microbiologie Unité de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Diagnostic virologique

Plus en détail

Techniques d études des réponses immunitaires

Techniques d études des réponses immunitaires Techniques d études des réponses immunitaires I. Principes (d après Hernandes-Fuentes M. P. et al. (2003) J. Immunol. Methods 196:247 ; éléments du polycopié de TP : The 2 nd PSU International Teaching

Plus en détail

La LASERTHERAPIE. Lasertherapie à l Institut Jules Bordet. Dr. M-T Genot

La LASERTHERAPIE. Lasertherapie à l Institut Jules Bordet. Dr. M-T Genot La LASERTHERAPIE Lasertherapie à l Institut Jules Bordet G Dr. M-T Genot Laser = Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation Laser de basse énergie ou Laser froid ou LLL( low level laser) Propriétés:

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

CYTOMEGALOVIRUS (CMV)

CYTOMEGALOVIRUS (CMV) CYTOMEGALOVIRUS (CMV) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des médecins du travail

Plus en détail

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT

Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Evolution des paramètres de la transplantation rénale depuis 10 ans - Illustration à partir du rapport d activité de DIVAT Marc Ladrière CHU Nancy Hôpital Brabois Adulte 19 mars 2015 Le rapport d activité

Plus en détail

Le C4d en transplantation rénale. Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008

Le C4d en transplantation rénale. Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008 Le C4d en transplantation rénale Carmen Lefaucheur, Dominique Nochy, HEGP, 2008 1 Anti-C4d Classification de Banff 1991 Normal Rejet hyperaigu Lésions frontières (borderline) Rejet aigu cellulaire (grade

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

Avantage de la greffe avec donneur vivant

Avantage de la greffe avec donneur vivant Avantage de la greffe avec donneur vivant Marcelo Cantarovich Programme de transplantation multi-organes CUSM Cours de transplantation Le 5 avril 2013 Sommaire Greffe rénale vs. dialyse Accès à la greffe

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé

Le don. de sang placentaire. Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique. Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé 2 EDITION Etablissement relevant du ministère de la santé Le don de sang placentaire Une source irremplaçable de cellules souches pour la greffe allogénique

Plus en détail

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand

Risque infectieux en Transplantation rénale. Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand Risque infectieux en Transplantation rénale Dr AE Heng Service de néphrologie CHU Clermont-Ferrand IMMUNITE CELLULAIRE ET HUMORALE Ly T Helper Ly B Ac Ig G ou Ig M Lymphocytes T CD4 Poly Nu Ly CD8 cytotoxique

Plus en détail

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE

TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE TOXOPLASMOSE HUMAINE INTERPRETATION DES RESULTATS DU DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE Dr Fatma Saghrouni Laboratoire de Parasitologie CHU F. Hached Sousse INTRODUCTION Toxoplasmose: Contamination post-natale = toxoplasmose

Plus en détail

This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and

This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached copy is furnished to the author for internal non-commercial research and education use, including for instruction at the authors institution

Plus en détail

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var

Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement. Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Le titrage de l AgHBs: un témoin du statut du patient et de la réponse au traitement Denis Ouzan Institut Arnault Tzanck, Saint-Laurent-du-Var Objectifs pédagogiques Connaitre les problèmes pratiques posés

Plus en détail

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Tests Interferon ( IGRA) dans l infection par le VIH Peut on les utiliser? Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Population générale TB maladie 1/3 population mondiale infectée par BK Répartition

Plus en détail

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi

Table des matières. Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi Table des matières v Remerciements, x Avant-Propos, xi Abréviations, xii Guide de l utilisateur, xvi 1 L immunité innée, 1 Les obstacles externes à l infection, 1 Les cellules phagocytaires tuent les micro-organismes,

Plus en détail

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal

Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Immunointervention (introduction) DFGSM3 2012 2013 Pr Michel Abbal Généralités En introduction aux interventions de : M. Pasquet : vaccinations (enfant) et TTT par Ig P. Massip : vaccinations (adulte)

Plus en détail

Infections aiguës respiratoires

Infections aiguës respiratoires Infections aiguës respiratoires Apport de la biologie moléculaire Marie-Claude Bernard D I symposium infections aiguës respiratoires 29/03/05 - p.1 Le diagnostic Culture EIA ICT (immunochromato) Immuno

Plus en détail

Christian TREPO, MD, PhD

Christian TREPO, MD, PhD PEG INTERFERON MONOTHERAPI E Christian TREPO, MD, PhD Unmet medical needs in chronic HBV infection Inhibition of viral replication Normalisation of ALT Improvement in liver necroinflammation Improvement

Plus en détail

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E

C N (1,2), MA (1), X (1), G (1), M (1), T (1), C (2), P (3), M (4), V (1,5), JP (1,5), PN. (1), E Caractérisation phénotypique et rôle des lymphocytes T régulateurs intra- hépatiques au cours de l hépatite chronique virale C N Sturm (1,2), MA Thélu (1), X Camous (1), G Dimitrov (1), M Ramzan (1), T

Plus en détail

Herpès simplex et zoster pour le praticien

Herpès simplex et zoster pour le praticien Patient de 26 ans Herpès simplex et zoster pour le praticien Premier épisode de «bouton de fièvre» Consulte en pharmacie Pas d amélioration des symptômes après 5 jours malgré l application d une crème

Plus en détail

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005

Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 Révisions/Questions Epreuve d Immunologie Fondamentale juin 2005 (D après Carpino, N., et al. (2004) Immunity 20:37) Exercice I (noté sur 14 points) Les lymphocytes T jouent un rôle central dans la reconnaissance

Plus en détail

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses

Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Apport de la PCR en temps réel en maladies infectieuses Biologie moléculaire Amplification PCR I. Dénaturation ADN 95 C II. Hybridation t = Tm III. Extension t dépend de la polymérase employée PCR «classique»

Plus en détail

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH AU SEIN DES FRACTIONS DU SPERME Classement NABM : 16-02 - code : non codé JUILLET 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L allogreffe de Cellules Souches Hématopoïétiques L historique 1960 - Pr Jean DAUSSET Découverte des groupes HLA 1970 - Pr Georges MATHE Première greffe de moelle osseuse allogénique 1974 - Pr Donald THOMAS

Plus en détail

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007

A C T I V Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Méningites à pneumocoque de l Enfant en 2007 Edouard BINGEN, Robert COHEN, Corinne LEVY, France de La ROCQUE, Emmanuelle VARON, Yannick AUJARD, pour le GPIP-ACTIV Objectifs de l Observatoire des Méningites

Plus en détail

Chapitre II L immunité adaptative

Chapitre II L immunité adaptative Chapitre II L immunité adaptative 1 -I -La réponse adaptative humorale 1) Exemple du virus de la grippe 2 2) Les caractéristiques de cette réponse 3 Conclusion L immunité adaptative n est pas immédiate

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012

DEFICITS IMMUNITAIRES. Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 DEFICITS IMMUNITAIRES Pr O Lambotte Service de Médecine Interne Immunologie Clinique CHU Bicêtre INSERM U1012 Déficits immunitaires Avant tout : déficits immunitaires secondaires Infections: VIH mais aussi

Plus en détail

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche

14/12/2014. Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre. Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche Antoine Durrbach Le Kremlin Bicetre Slide courtesy of Dr. Meier-Kriesche 1 Molécule (Anticorps, Protéine de Fusion) dirigée contre un ou des antigènes lymphocytaires et modifiant l activité du système

Plus en détail

Transmission nosocomiale des entérovirus :

Transmission nosocomiale des entérovirus : Transmission nosocomiale des entérovirus : Intérêt du diagnostic moléculaire rapide associé au génotypage prospectif Enseignement à propos d une observation Audrey MIRAND EA3843 Laboratoire de Virologie

Plus en détail

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Diversité génétique des VIH SIVsm SIVgor SIVcpz I Au moins 13 transmissions du singe à l Homme 2 types

Plus en détail

CONTEXTE SCIENTIFIQUE 1.1. Caractéristiques du sang de cordon ombilical On a constaté que le sang de cordon ombilical était riche, non seulement en cellules sanguines normales, mais également en cellules

Plus en détail

VIROLOGIE Valeur pronostique de l antigénémie pp65 et de la

VIROLOGIE Valeur pronostique de l antigénémie pp65 et de la VIROLOGIE Valeur pronostique de l antigénémie pp65 et de la PCR semi-quantitative dans la détection de la réactivation du CMV chez les greffés de moelle osseuse. H. Ksouri (1), A. Lakhal (2), R. Ben Amor

Plus en détail

Banque de Sang Placentaire Ce qu on dit qui est possible! Ce qu on dit qui est faux!

Banque de Sang Placentaire Ce qu on dit qui est possible! Ce qu on dit qui est faux! Banque de Sang Placentaire Ce qu on dit qui est possible! Ce qu on dit qui est faux! Dr Marion Baudard Directeur Médical, Coordinateur des Sites de Collecte Banque de Sang Placentaire du CHRU de Montpellier

Plus en détail

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin

Vaccins et grossesse Vaccins et immunité. Dr Odile Launay. Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Vaccins et grossesse Vaccins et immunité Dr Odile Launay Centre d Investigation Clinique de vaccinologie Cochin-Pasteur, Hôpital Cochin Atelier Vaccins, GERES, 18 mai 2011 COCHIN SAINT-VINCENT DE PAUL

Plus en détail

Apport d un nouveau test Interféron Gamma

Apport d un nouveau test Interféron Gamma Apport d un nouveau test Interféron Gamma Dr D. Bonnet Service de maladies infectieuses Bichat Claude bernard Tuberculose 1/3 population mondiale infectée par BK Primo infection asymptomatique 90% des

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né

Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né Cours sur l anémie hémolytique du nouveau-né né Dr Marie-José STELLING Musée des grenouilles à Estavayer-le-Lac Anémie hémolytique du nouveau-né né Trois conditions doivent être réunies: présence d un

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept

Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose. (1 ) Le concept Tests de détection de la production d Interféron-g et le diagnostic de la tuberculose (1 ) Le concept M. Labalette, oct. 2007 Infection tuberculeuse contrôlée (ITL avec bacilles quiescents ou éliminés)

Plus en détail

www.fnama.fr Tuberculose Pr. Jean-Louis Herrmann Service de Microbiologie, Hôpital R. Poincaré, Garches jean-louis.herrmann@rpc.aphp.

www.fnama.fr Tuberculose Pr. Jean-Louis Herrmann Service de Microbiologie, Hôpital R. Poincaré, Garches jean-louis.herrmann@rpc.aphp. Tuberculose intérêt des tests sanguins Pr. Jean-Louis Herrmann Service de Microbiologie, Hôpital R. Poincaré, Garches jean-louis.herrmann@rpc.aphp.fr Pouvoir Pathogène : Maladie Granulomateuse Chronique

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Infections virales en hématologie (hors CMV)

Infections virales en hématologie (hors CMV) DESC Maladies Infectieuses 21/1/2015 Infections virales en hématologie (hors CMV) Dr S. Alfandari Infectiologue et Hygiéniste, CH Tourcoing Infectiologue du Service des Maladies du Sang, CHRU Lille L étendue

Plus en détail

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD

Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants. Séverine Pouillot, PhD Qualité Sécurité Efficacité Evaluation des produits Biothérapeutiques Innovants Séverine Pouillot, PhD Biogenouest 21 Novembre 2014 Société de services et de consulting Opérationnelle depuis 2004 Actionnaires

Plus en détail

Ordonnance sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules d origine humaine

Ordonnance sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules d origine humaine Ordonnance sur la transplantation d organes, de tissus et de cellules d origine humaine (Ordonnance sur la transplantation) Modification du 10 septembre 2008 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance

Plus en détail