Draft du rapport de la mission de Monitoring humanitaire à Kabo et Moyenne Sido du 09 au 14 Mai 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Draft du rapport de la mission de Monitoring humanitaire à Kabo et Moyenne Sido du 09 au 14 Mai 2014"

Transcription

1 Draft du rapport de la mission de Monitoring humanitaire à Kabo et Moyenne Sido du 09 au 14 Mai 2014 Introduction Sur recommandation du Comité Humanitaire du Pays, un monitoring des activités humanitaires menées en amont et en aval de la relocalisation des populations de PK 12 a été mené dans la zone. Cette mission avait pour but de suivre la réponse humanitaire sur les sites des personnes déplacées, anciens et récemment relocalisés, et dans les communautés autochtones locales. Elle devait déterminer les éventuels besoins non couverts (selon le plan de réponses immédiates) et envisager les actions à mener pour les six prochains mois de l année. En plus des déplacés relocalisés à Kabo, le monitoring devrait aussi s intéresser aux anciens IDPs des deux sites de Kabo (5820 personnes). Cette mission devrait identifier les potentiels partenaires d exécution des projets pour la seconde moitié de l année. Méthodologie : La mission a procédé aux activités suivantes afin d obtenir les informations sur les objectifs qu elle s était fixés : Observation directe sur les sites, Discussions avec les informateurs clés et, Organisation des focus-groupes. Il est à noter que cette méthodologie a été appliquée sur tous les sites et dans tous les villages qui ont été visités. Contraintes rencontrées Cette mission s est déroulé dans un contexte spécial et a dû contourné pas mal d entraves. Deux à trois semaines auparavant, la suspension des vols humanitaires sur toute l étendue de la RCA a occasionné des reports. A la reprise de vols, tous les membres qui devaient venir de Bangui n ont pas eu de place sur le premier vol. D où un décalage sur la période d arrivée des membres de la mission. La non-autorisation sécuritaire du convoi qui devait quitter Bangui le 10 pour joindre le reste de la mission à Kabo le lendemain a privé à la mission des capacités sectorielles qui étaient pourtant attendues. Les moyens logistiques, en terme de véhicules et de carburant, ont du coup été bloqués à Bangui jusqu à la fin de la période dédiée à la mission. Limite des résultats de la mission Bien que la jonction ait été faite entre les équipes de terrain avec celles qui sont venues de Kaga- Bandoro et de Bangui, certains secteurs nécessiteront une descente sur le terrain supplémentaire

2 afin d approfondir certaines recommandations assorties dans ce rapport. Il en est ainsi pour la Protection, les abris et la Nutrition. De la visite des sites : 1) Site des personnes relocalisées à Kabo Le site situé à la sortie de la ville sur l axe qui va vers Batangafo compte 341 personnes représentant 166 ménages. Selon les déplacés tous les musulmans qui était au PK12 à Bangui sont présentement à Kabo ou à Moyenne Sido. L unique retardataire est une dame nommée Zara dont le frère est malade et hospitalisé à Bangui. Situation humanitaire de ce site : Education : Les enfants déplacés ne vont pas à l école. Les parents sont très inquiets de l avenir de leurs enfants qui passent tout leur temps à jouer sur le site. Selon certains interlocuteurs, ces enfants viennent de connaitre une année blanche. Santé : Les personnes relocalisées ont déclaré qu ils ne sont pas bien reçus au niveau de l hôpital de Kabo. Toutefois, aucun cas de malade n a été identifié sur le site. Les blessés de l attaque du convoi sont pris en charge sans aucun problème. MSF-E rassure et assure la prise en charge médicale gratuitement! WASH : Le site de ces derniers n a ni puits, ni forage. Selon les personnes relocalisées, Solidarité Internationale leur fournit déjà 20 futs de 200 litres chacun par jour. Depuis le lundi 12, cette ONG a augmenté la quantité d eau par jour qui est passée à 24 futs par jour. Cette quantité jugée encore insuffisante par les bénéficiaires qui sont souvent obligés d acheter de l eau vendue par les habitants de la localité. Ces relocalisés vont aussi puiser de l eau dans une pompe manuelle qui se trouve à environ 300 mètres du site de Kabo. En matière d assainissement, il existe un seul bloc de latrines sur le site avec d un côté une partie réservée aux hommes, une aux femmes et une autre enfin aux enfants. Ces infrastructures construites côte à côte offre des conditions requises de sécurité et d intimité pour les utilisateurs. Les fosses à ordures sont aussi non loin des abris sur le site. Abris : Le constat fait sur le site montre que les ménages ont reçu chacun une bâche pour se construire un abri quelle que soit leur taille. Une situation que déplorent les familles nombreuses qui comptent plus de 5 personnes. Il faut signaler aussi que quatre grands hangars communautaires ont été construits pour abriter pour certaines familles qui tardent à construire leurs abris. Sécurité alimentaire et Moyens d existence:

3 Les dernières distributions faites par IOM ont fait l objet d une très grande contestation de la part des bénéficiaires. A l origine du malentendu, la clé des distributions. Bien que les bénéficiaires aient soutenu que les quantités de vivres distribués sont les mêmes, tant pour les ménages d une personne que ceux de plus de 10 personnes, OIM a expliqué, pourtant, que la ration alimentaire a été calculée en fonction de la taille de familles. Certains bénéficiaires ont refusé de prendre leurs rations et exigent à OIM d ajuster la quantité de vivres en fonction de la taille des familles. Les ménages à plusieurs membres ne disposent plus de stocks de vivres et sont contraints de vendre certains de leurs biens emportés de PK12. L argent gagné sert à l achat de denrées alimentaires sur le marché qui est de moins en moins approvisionné suite à la fermeture de la frontière avec le Tchad. Les ménages démunis ou ceux n ayant aucune possibilité pour acheter de la nourriture sur le marché se contentent de servir un seul vrai repas par jour aux adultes tandis que les enfants ont droit à trois repas très peu améliorés. Plusieurs enfants présentent des signes de malnutrition modérée. Au niveau agricole, il est à noter que le Maire de Kabo a attribué des terres arables à proximité du site. Chaque ménage disposera au minimum de 0,25 ha pour emblaver la culture de son choix. Seulement les ménages n ont ni semences ni outils et souhaitent en disposer avant la fin de la période de semis (fin juin). Par ailleurs les terres cédées aux déplacées sont très peu fertiles et nécessitent un apport en engrais pour espérer avoir de bonnes récoltes. Un ancien puits existe sur la parcelle cédée par le Maire. Un aménagement de ce puits permettrait aux femmes de disposer d eau et d exploiter des jardins potagers. Afin de subvenir à leurs besoins complémentaires en nourriture et autres priorités, les déplacés souhaitent avoir au plus tôt un appui pour le démarrage d activités telles que le petit commerce, le petit élevage et le maraîchage. Protection : De sérieux cas de protection ont été constatés sur le site des personnes relocalisées à Kabo. Selon les partenaires sur place, 17 enfants séparés ont été enregistrés à Kabo alors que 74 autres sont identifiés à Moyenne Sido. Malheureusement aucun acteur sur place n a décidé de s occuper de la question. Selon les discussions avec les partenaires basé à Kabo, des discussions sont en cours pour que l ONG Save The Children se charge de ce volet (Protection de l enfance) à l avenir. En revanche, OIM a entamé la formation des facilitateurs de site, à raison de 5 pour Moyenne Sido et 3 pour Kabo. Ces facilitateurs auront à monitorer l assistance organisée dans les sites «villages» et à détecter de cas de violation des droits humains en vue de les référer aux structures spécialisées. 2) Site A (anciens IDPs de 2010) Ce site qui est composé des déplacés des 10 villages situés sur l axe Kabo/Moyenne-Sido compte 2115 personnes. Ses habitants précisent être arrivés à Kabo depuis avril 2010 et ne semblent pas trop se plaindre de leur situation humanitaire. Education : Bien qu une école ait été construite sur le site pour les écoliers des deux sites, les enfants ne vont pas à l école. Raison évoquée, la crise actuelle qui rend instable le pays. Les parents sont réticents de laisser les enfants aller en classe. En plus de cela, il sied de noter que la quasi-totalité d instituteurs

4 titulaires a fui la zone, certaines écoles ont été vandalisées et le programme de cantine scolaire a été suspendu. C est une situation observée sur toute la région. Santé : Les habitants du site A de Kabo disent qu ils n ont pas de problèmes de santé. Ils sont toujours bien traités à l hôpital où les soins sont gratuits. Eau & Assainissement : Ce site comprend 6 forages. A la date d aujourd hui, un des forages est en panne et les pièces manquent pour la réparation. L ONG Solidarités Internationale a annoncé que les pièces de rechange venaient d être rendues à Kabo et que qu elle venait de relancer la réparation de pompe en pannes Les latrines disponibles sont partagées par quatre ménages. Une initiative très importante qui pourra un jour déboucher sur la construction d une latrine par famille. Abris : Les habitants du site se plaignent de ce que les matériaux utilisés pour les toitures sont de très mauvaise qualité et ajoutent que la paille n est pas disponible dans la zone du fait du feu de brousse et aussi de la transhumance. Ils ajoutent que les bâches qui leur sont distribuées depuis trois ans sont toutes détruites par les intempéries. Toutefois, ils ont estimé à FCFA le coût d une hutte abritant 5 personnes, construite à base de matériaux 100% locaux. Sécurité alimentaire et Moyens d existence: Les populations du site A des IDPs ont déclaré qu ils ne reçoivent pas des vivres depuis plusieurs mois. En remplacement des vivres, l ONG SOLIDARITES distribuait des coupons alimentaires mais cette activité a été interrompue fin mars Les déplacés affirment être dans un besoin réel d assistance alimentaire vue que les récoltes des deux dernières années ont été très mauvaises. Les terres de culture ne sont pas disponibles et accessibles par la faute des éleveurs transhumants qui les occupent pour faire paitre les animaux. Malgré les promesses faites par les autorités locales pour éloigner les transhumants, aucune lueur d espoir n est perceptible. En plus les semences manquent pour la présente saison agricole. Les semences conservées à l issue des dernières récoltes ont été finalement consommées avant le début des semis. Ils ajoutent que les projets de Cash Voucher dont ils ont été bénéficiaires ont été contre productifs à cause du comportement des commerçants locaux, qui majoraient les prix des denrées alimentaires en fonction du moyen de paiement (Versement de cash FCFA x 3 et remises des coupons d une valeur de FCFA). Pour subvenir à leurs besoins alimentaires, les jeunes et les femmes s adonnent à la pratique du commerce de bois et d emplois journaliers (travaux agricoles et lessive de linge) qui sont mal rémunérés. Ne souhaitant pas retourner dans leur village d origine tant que perdurera la crise en cours, les déplacés sollicitent au plus tôt des semences (maïs, arachide, mil, haricot, sésame et gombo). Pour la restauration de leurs moyens d existence, ils sollicitent des projets d activités génératrices de revenus tels que le petit commerce, des unités de culture attelée (bœufs et charrue), des unités de transformation du manioc et de l arachide ainsi la fabrication de savon. Protection :

5 Les populations du site A de Kabo expriment encore des craintes pour leur sécurité devant les menaces des Mbarara, des éleveurs venus du Tchad qui font le beau et le mauvais temps des agriculteurs dans la région qui pourraient détruire les champs. Ils sont aussi incertains de leur avenir avec la présence de la Séléka dans la ville. Aucun cas de protection particulier n a été signalé. 3) Anciens déplacés du Site B Ce site comprend personnes venues de 10 villages situés sur l axe Béhili. Ils ont fui leur village du fait des attaques et pillage perpétrés d une part par les éleveurs Mbarara et alliés depuis mars Des discussions avec le focus groupe organisé lors de la rencontre, il est ressorti ce qui suit : Education : Les enfants ne vont plus en classe à cause de la présence de la Séléka dans la ville. Les parents refusent d envoyer leurs enfants à l école en attendant une amélioration de la situation sécuritaire. Santé : Aucun problème n est enregistré dans le domaine de la santé. Selon les IDPs rencontrés sur le site, du personnel travaillant pour MSF ne cesse de les sensibiliser pour se rendre à l hôpital en cas de maladie. Eau et assainissement : Sur 6 forages mis en place sur le site, seulement 2 sont aujourd hui fonctionnels. Les 4 autres en panne ne sont pas réparés par manque de pièces. Les pièces de rechange sont déjà rendue sur place par l ONG Solidarités qui relancera la réparation dans un proche avenir. Les populations reconnaissent qu il n y a pas de latrine pour chaque ménage mais elles pourraient faire mieux si la situation sécuritaire le permet. Sécurité alimentaire et Moyens d existence: La dernière distribution de vivres sur ce site remonte au mois de septembre Les distributions des vivres ont été remplacées par le versement du cash par les organisations humanitaires sur place. Après trois tentatives ( x 3), des coupons ont été distribués pour une valeur de FCFA par mois et par ménage. Il est à noter que les derniers coupons ont été distribués aux ménages en mars dernier. Ces PDI ajoutent aussi que les récoltes n ont pas été bonnes les années précédentes à cause de la crise mais surtout à cause de l inondation survenue en août et septembre Les IDPs sont dans un besoin de semences céréalières pour la saison agricole en cours. Ils souhaitent avoir des semences avant la fin des semis prévue pour fin juin. Parmi les problèmes auxquels ils sont confrontés il y a la destruction des champs par les éleveurs appelés Mbarara qui prennent pour pâturage les champs des villageois. Ils souhaitent que les autorités locales prennent des dispositions pour éloigner les transhumants de la ville afin de leur garantir une bonne production agricole.

6 Tout comme pour le site A, les déplacés du site B ont adopté les mêmes stratégies qui sont à leur portée pour subvenir à leur besoin alimentaire et autres. Souhaitant cultiver des parcelles plus grandes en 2014, les déplacés de ce site sollicitent en plus des semences, des unités de culture attelée. Les besoins des jeunes et des femmes en terme de restauration des moyens d existence dans leur lieu de déplacement sont identiques à ceux du site A. 4) Situation générale à Kabo. Bien que la situation humanitaire soit très préoccupante dans la sous-préfecture de Kabo, certains secteurs requièrent des réponses plus urgentes pour l heure au vu des échanges avec les focus groupes, les informateurs clés et les autorités locales. C est ainsi que l éducation, l agriculture et la protection apparaissent comme prioritaires. Education : La ville de Kabo compte 03 écoles primaires et 30 autres dans les communes périphériques plus un Collège d Enseignement Général (CEG). Parmi les écoles primaires il y a aussi celle construite par DRC pour les enfants déplacés des sites A et B de la ville. Selon les autorités locales et les partenaires sur place, les écoles n ont pas fonctionné depuis plus de deux ans. Cette absence d éducation dans la localité s explique par les faits suivants : Le manque d enseignants avec le départ de plusieurs éducateurs lié à l insécurité dans la région, La présence des groupes rebelles dont les parents le recrutement de leurs enfants Le manque de motivation des parents qui ne voit pas l importance et l opportunité d envoyer les enfants à l école depuis que la zone est devenue le fief des plusieurs rebellions en commençant par celle du Général Bozizé au début des années Aujourd hui, et selon le seul enseignant titulaire encore en place, 5259 enfants sont en marge de l école dont 3461 dans Kabo Centre. Sécurité alimentaire et Moyens d existence La ville de Kabo a connu deux années successives où les populations n ont pas cultivé normalement. 2014, risque de connaitre la même situation, à en croire les populations, les autorités locales et les observateurs avertis. A l origine de ce manque d activité agricole comme auparavant, la présence de groupes armés qui ont plongé la localité dans un état de précarité sans précédent avec l abandon des champs pour des raisons de sécurité. Plusieurs paysans sont obligés de se déplacer craignant pour leur vie en direction d autres localités. Il y a aussi le phénomène des éleveurs Mbarara qui bien souvent armés font paitre les bétails dans les champs et menacent les agriculteurs qui se plaignent de la destruction de leurs cultures. Selon les autorités administratives, des négociations avec la Séléka ont permis de trouver un terrain d entente pour la relance des activités agricoles. Les dirigeants de la Séléka promettent maintenant d infliger des amendes aux éleveurs qui s emploieront à délibérément détruire les champs autour de la ville et des villages. Un autre point soulevé pour la reprise des activités agricoles dans la zone est celui des semences. Selon le sous-préfet et le maire de

7 la ville, toutes les semences ont été consommées avec les crises à répétition. La fourniture des semences aux paysans sera un soulagement pour les habitants de la ville de Kabo. Par ailleurs, tous les focus groupes ont indiqué que l arrivée des relocalisés n a pas eu un impact sur les prix de denrées de première nécessité. Par contre on notera la rareté et l augmentation des prix de certaines denrées sur le marché et dans les magasins du fait de la fermeture de la frontière avec le Tchad. La prolongation de cette situation aura des conséquences très graves sur la sécurité alimentaire des populations. Les autorités locales signalent que parmi les personnes nouvellement relocalisées, 91 d entre elles, ont sollicité de lopins de terre pour l actuelle saison culturale. La remise des lopins de terre a été effectuée par le Maire en présence de certains membres de la mission. Après avoir mentionné que les groupes armés avaient emporté tous les bœufs de culture attelée, les populations sollicitent de nouvelles unités pour pouvoir emblaver de plus grandes surfaces de cultures et assurer leur sécurité alimentaire dans l avenir. Protection : La protection est un véritable problème à Kabo. Mais ce secteur souffre de la présence des acteurs. Pour le moment seule l ONG DRC opère dans ce domaine. La localité souffre de plusieurs violations dont les agressions physiques et sexuelles, les viols et les pillages. En plus de ces quelques cas de violations cités, il y a aussi les menaces des éleveurs Mbarara à l endroit des cultivateurs. Ces types d abus sont les plus connus dans la ville et ses environs. Ce qui a été toujours à la base des conflits intercommunautaires dans cette partie du pays. Selon les agents locaux de l ONG DRC, les victimes de ces cas d exaction sont les déplacés qui ne cessent de se plaindre. Et dans la mesure de ses capacités, l ONG répond à ces problèmes par l organisation des formations sur le droit de l homme, la cohésion sociale à l endroit des autorités locales, des leaders communautaires et religieux et aussi des éleveurs et enfin des sensibilisations portant sur les droits de la femme et des enfants, tout en se focalisant sur le harcèlement à l envers des femmes ainsi que sur d autres aspects liés à la Sexual Gender-Based Violence (SGBV). Les victimes des cas de viols sont référées à l hôpital de la ville de Kabo, tenu par MSF-Espagne. Les cas de viols qui étaient fréquents en fin 2013 ont commencé à diminuer depuis début Ils sont en grande partie perpétrés par les éléments de la Séléka et les éleveurs Mbarara. Visite de la localité de Moyenne-Sido. a) Visite du site des relocalisés de PK12 Focus groupe du site «village» révèle ce qui suit : 1080 personnes sont sur le site. L augmentation des effectifs est justifiée par le regroupement familial observé depuis l arrivée de nouvelles personnes en plus de près de 18 autres qui ont embarqué dans les camions, le 27 avril, sans avoir été enregistrées préalablement. Santé/ Nutrition

8 L arrivée de ces personnes a coïncidé avec la suspension de ses activités par MSF-E suite au deuil observé sur toute l étendue du pays. Malgré cela, le service minimum a été maintenu. Les personnes déplacées de PK12 seront pris en charge par le Post de santé de Moyenne Sido. MSF-E estime que la demande a augmenté de 10% dans la localité de Moyenne Sido avec l avènement des personnes déplacées. Le 11 mai, des cas suspect de rougeole ont été identifiés dans ce site et ont été évacués immédiatement à Kabo. La mission a été, par ailleurs, informée d un décès maternel dont la femme (le 11/05 en début de la soirée) a eu des complications d accouchement par manque d ambulance. Un nombre de 64 enfants malnutris est signalés dans le site dont 5 MAS. La semaine d arrêt d activités de MSF-E a eu un impact néfaste sur l état de santé de certains. Sécurité alimentaire et Moyens d existence OIM a assuré la distribution des vivres du PAM à 1080 personnes. Toutefois, Il a été signalé que cette ration a été amputée de 3 tonnes sur 18 qui étaient prévues. Ce qui n a pas permis d assurer la distribution d une ration complète. Tout comme à Kabo, les déplacés ont mentionné l épuisement des stocks de vivres reçus et se voient contraints de vendre leurs biens pour s approvisionner au marché de Sido. Or, malgré cet incident, OIM soutient que les relocalisé ont reçu au moins 70% de la ration prévue. La plupart des déplacés exerçaient en majorité le commerce et l élevage de bovins. Mais dans le souci d assurer leur sécurité alimentaire dans les mois à venir ils souhaitent recevoir des semences et une formation technique pour leur bonne utilisation. Les femmes envisagent dans le moyen terme réaliser des parcelles maraîchères. Le Maire de la localité a promis de distribuer des lopins de terre à toutes les personnes désireuse. Le nombre des demandeurs est estimé à environ 40% des ménages présents sur le site. Education Les enfants déplacés du site «des relocalisés de PK12» ne vont plus à l école depuis le mois de mars de l année dernière. Ils sont estimés à 300. b) Rencontre avec les IDPs Le lundi 12/05/2014, la mission a eu un entretien avec les IDPs venus de Bangui depuis le début de l année Ces IDPs qui vivent dans des familles d accueil ont affirmé avoir quitté Bangui et Yaloké devant la menace des anti-balaka avec l appui du Tchad qui a offert gratuitement le transport jusqu à destination. Certains sont arrivés au mois de février alors que d autres ont débarqué en mars et avril A en croire les IDPs eux-mêmes, ménages représentant personnes auraient été enregistrés à Moyenne-Sido. On estime à 4000 ceux qui seraient restés sur place i. Conditions de vie des IDPs.

9 Les IDPs ont affirmé à la mission que leurs conditions de vie étaient déplorables. Ils vivent dans une précarité sans précédent et dorment à la belle étoile et manque d eau. Ils envient les relocalisés de PK 12 et menacent de les rejoindre au cas où leur situation n attirerait pas l attention des donateurs et acteurs humanitaires. Abris : Les IDPs ont affirmé dormir sous les manguiers et n ont aucun moyen de se construire un abri. En cas de pluie, ils dorment sous les vérandas des magasins au niveau du marché. Ils ont exprimé le vœu de recevoir des bâches pour se construire des abris et se proposent de discuter avec la municipalité pour obtention d un site qui doit les abriter à l instar des personnes relocalisées de PK 12. ii WASH : Les personnes déplacées de Moyenne Sido disent manquer d eau. Elles ont affirmé que la population de la localité ne les accepte pas au niveau du forage. Sur ce point, les participants à ce monitoring ont vu plusieurs fois des PDIs puiser l eau au forage installé tout près du poste de santé de Moyen Sido, et cela sans aucun problème. Par ailleurs, il faut mentionner que selon les techniciens hydrologues que la zone est déficitaire en eau. Seules trois pompes manuelles ont été installées pour une population locale de iii habitants (sans déplacées). Sécurité alimentaire et Moyens d existence: Le besoin en vivres est considéré par les IDPs comme une priorité. Ils ont déclaré à la mission que la fourniture de la nourriture est essentielle pour leur permettre de subsister en attendant de trouver une activité pouvant les aider à se prendre en charge. Ainsi, dans le cadre des activités susceptibles d améliorer leur vie, ces personnes envisagent de cultiver la terre afin de couvrir une partie de leur besoins alimentaires. Comme les personnes relocalisées de Moyenne-Sido, les IDPS souhaitent recevoir des semences pour la saison culturale qui commence. Le Maire ainsi que les tuteurs sont disposés à leur attribuer des lopins de terre pour la mise en culture de spéculations céréalières et maraîchères. Sur ce point, la mission constate que après pratiquement trois mois de déplacement, pour la plupart de ces déplacés, aucun signe de sous-alimentation n est visible. Les déplacés expliquent ce état de fait par la solidarité des familles d accueil qui leur ont donné gîte et couvert. Mais les stocks alimentaires des tuteurs se sont épuisés à l entame de la période de soudure et certains déplacés se sentent de plus en plus mal à l aise. C est pourquoi les déplacés et leurs hôtes sollicitent un appui en vivres pour traverser cette période de soudure avant l avènement des récoltes. La plupart des déplacés souhaitent rester tant que durera la crise. Aussi ils sollicitent des appuis pour entreprendre de petites activités commerciales (denrées alimentaires et articles divers). Tout comme à Kabo, la fermeture de la frontière par le Tchad commence à avoir des répercussions sur la disponibilité et les prix des denrées jugées essentielles par les populations (riz, huile, arachide). Protection : La cohabitation entre les IDPs et la population hôte n est pas bonne selon les différentes interventions lors de la réunion tenue ce jour. Les personnes déplacées ont fait savoir qu elles sont

10 parfois menacées par les habitants de la ville. La rivalité sur les maigres ressources naturelles en serait une des raisons. Education : Plusieurs enfants déplacés sur place à Moyenne Sido ne vont pas à l école car aucune école n est fonctionnelle dans cette zone depuis belle lurette. Les enfants sont désœuvrés et leur avenir est ainsi mis en danger. c) Population locale de Moyenne Sido La situation de cette population n est pas du tout reluisant. Elle a été marquée par le passage des plusieurs milliers de personnes qui fuyaient la guerre en RCA, des militaires tchadiens après leurs désengagement de la MISCA, la présence des déplacés qui n ont pas voulu traverser la frontière, et enfin la fermeture de la frontière par les autorités tchadiennes. Cette fermeture porte préjudice non seulement aux opérations humanitaires mais en plus, et surtout, aux activités socio-économiques. Selon MSF-E qui vient de faire une étude, la majeure partie des produits de première nécessité et du carburant ont connu une augmentation de 50% de prix en 10 jours de fermeture. Des familles entières sont privées d accès des sources de revenu pour leur survie, au moment où certaines denrées alimentaires commencent à se raréfier sur le marché local. Estimée à 14,000 habitants par le Maire, cette population connait un déficit d eau potable. 3 forages ont été aménagés et sont entretenus alors que les standard est de 1 forage sur 500 personnes. La rivière de Chari constitue leur source principale d approvisionnement en eau. Deux campagnes agricoles n ont pas été menées à cause des problèmes de rébellion et de guerre. Cette population non seulement, elle est en besoin d accompagnement dans ses activités champêtres, mais en plus elle a un sérieux besoin d outils aratoires et de semences vivrières. Selon les parents, les enfants ne vont plus à l école. Cette situation s explique par le fait que les écoles ne sont pas fonctionnelles à partir de l année scolaire A Moyen Sido centre, l école sous préfectorale est en état de délabrement. Le vent a emporté la toiture de l un des bâtiments. Aujourd hui, seuls les maitres-parents sont sur place, les instituteurs titulaires ayant quitté la ville pour des raisons de sécurité. En 2011, selon les enseignants trouvés sur place, L école de Sido Centre qui est à cycle complet - comptait 687 écoliers alors que celle de Molo qui va du CEI au CE1 en avait 215. Avec les dernières enquêtes faites par le directeur de l école de Kabo centre, on compte aujourd hui 517 enfants déplacés qui sont dans la ville un chiffre qui n inclut pas les enfants des personnes relocalisées. Recommandations générales I. La mission recommande des actions à mettre en œuvre dans le cadre des opérations de court terme, soit du 01 juin au 31 décembre 2014 (cfr tableau en annexe)

11 II. III. IV. Cet exercice a constaté la faible présence d acteurs humanitaires pour couvrir tous les secteurs, en particulier dans la Moyenne Sido où seuls OIM et les ONG Solidarités Internationales et MSF-E sont actives ; La fermeture de la frontière si elle perdure, pourra affecter gravement les populations qui dépendaient des trafics entre les deux pays. Nécessité d obtenir sa réouverture, en particulier pour des mobiles humanitaires Renforcer la coopération avec le HCT du Tchad et OCHA Tchad pour le suivi. ; Plaider auprès de MISCA et MINUSCA pour l installation d un poste avance des militaires de la paix (casque bleu) dans la localité de Moyenne Sido et de renforcer la patrouille entre Kabo et Moyenne Sido ; V. Prendre très au sérieux les menaces des anciens déplacés de Moyenne Sido habitant dans les familles d accueil de descendre sur le site «village» ouvert lors de l arrivée des relocalisés de PK12. Etudier la possibilité de leur regroupement dans un site «village» qui leur sera destiné. VI. VII. VIII. IX. Répondre en urgence à la question de la mise à disposition de semences et outils afin que les ménages déplacés et les communautés hôtes ne ratent pas la saison agricole en cours ; Initier des activités pour sensibiliser les éleveurs de toute origine afin que les champs soient épargnés par les bœufs de la période de semis à la fin de la récolte. Accorder un caractère urgent à la distribution des semences vivrières surtout que la campagne agricole peut être prolongée jusqu à la fin du mois de juin. Cette activité ciblerait aussi bien les déplacés que les populations hôtes ; Cet exercice de monitoring a révélé et reconfirmé le besoin d une évaluation multisectorielle plus profonde surtout que cette zone risque de devenir la plaque tournante de l aide humanitaire dans les années à venir ; X. Identifier urgemment des besoins de cohésion sociale et dégager des actions à mener dans les six prochains mois. Participation à la mission : 1. Solidarité Kabo : - Aboubacar, Coordinateur de Terrain - Ildevert Mboungou, Chargé de Wash - Ibrahima Sacko, Chargé de Sécurité alimentaire 2. FAO - Yeo Seydou, Coordonnateur de bureau de terrain 3. Unicef :

12 - Ibrahim Abdi Shire, Chef de Bureau de zone - Rony Bayard, Wash Officer - Issaco Consonni, Child protection Officer 4. OIM: - Alice Frigato - Youssouf - Yves 5. Intersos - Giuseppe Linardi - John Lollis 6. OCHA - Lucien Simba, HAO HoSo Kaga Bandoro - Joseph Benamse, NHAO i IOM s est engagé à faire une enquête sur un échantillon représentatif portant sur le 10% des PDIs afin de vérifier leur éligibilité à faire partie des programmes d assistance ii Selon OIM, ils feront partie d une distribution de vivres sur les prochains 5 mois une fois leur nombre défini et validé. Un MoU entre le PAM et l OIM est à l étude iii Beaucoup de chiffres des déplacés et des populations sont utilisés par les différents acteurs pour les autorités locales, Moyenne Sido compte 14,621 habitants dans déplacés alors que MSF-E estime la population locale sans déplacés à 11,000. Il en est de même des anciens déplacés. D où un recensement ou profilage s impose.

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK

RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1 f o r m a t d u r a p p o r t d é v a l u a t i o n S E C A L DATE : 26 mai 2015 DATE DE L EVALUATION : 22-23 mai 2015 RAPPORT EVALUATION RAPIDE : Beni Centre, Territoire de Beni, NK 1. METHODOLOGIES

Plus en détail

Le Cycle de Programme Humanitaire

Le Cycle de Programme Humanitaire REUNION DU CLUSTER SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 28/10/2014 Le Cycle de Programme Humanitaire Outil principal du système humanitaire pour obtenir une analyse, une stratégie et un plan d action communs. Un cycle

Plus en détail

Rapport d Evaluation

Rapport d Evaluation Rapport d Evaluation Rapid Response Mechanism RRM Badounabi Kendo, Prefecture du Mbomou 20 27 Février, 2014 Photo de maison détruite à Banoudabi Kendo, Mbomou. Présenté par l équipe RRM ACTED République

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

RAPPORT DE DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE A LA VERIFICATION BIOMETRIQUE EN FAVEUR DES DEPLACES DES SITES DE DEPLACEMENT DE BUHIMBA ET NZULO

RAPPORT DE DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE A LA VERIFICATION BIOMETRIQUE EN FAVEUR DES DEPLACES DES SITES DE DEPLACEMENT DE BUHIMBA ET NZULO RAPPORT DE DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE A LA VERIFICATION BIOMETRIQUE EN FAVEUR DES DEPLACES DES SITES DE DEPLACEMENT DE BUHIMBA ET NZULO 5 6 Mars 2015 Après avoir conduit l enregistrement biométrique

Plus en détail

RAPPORT D INTERVENTION NFI ET WASH RRM/ACF Bowara, Nana Bakassa, Ouham

RAPPORT D INTERVENTION NFI ET WASH RRM/ACF Bowara, Nana Bakassa, Ouham RAPPORT D INTERVENTION NFI ET WASH RRM/ACF Bowara, Nana Bakassa, Ouham RECAPITULATIF DISTRIBUTION DE NFI 16 mai 26 juin 2015 Préf. S. Préfec Ouham Nana- Bakassa village Type de ménage Date Nb ménages bénef

Plus en détail

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3

Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire. Groupe 3 Etude de la stratégie de gestion des risques d insécurité alimentaire Groupe 3 Plan de l exposl exposé Introduction Méthodologie Résultats : Présentation de l Union paysanne Diagnostic sur les changements

Plus en détail

RAPPORT DE LA MISSION INTER-AGENCES DANS LES ZONES DE RETOUR (Borota, Birkandji et Nakoulouta (Canton Kado) 09 12 Octobre 2013.

RAPPORT DE LA MISSION INTER-AGENCES DANS LES ZONES DE RETOUR (Borota, Birkandji et Nakoulouta (Canton Kado) 09 12 Octobre 2013. RAPPORT DE LA MISSION INTER-AGENCES DANS LES ZONES DE RETOUR (Borota, Birkandji et Nakoulouta (Canton Kado) 09 12 Octobre 2013. I. Contexte La zone de Borota (Canton Kado) à l instar du reste du Département

Plus en détail

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives

Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince. Enjeux, enseignements et perspectives Progammes ACF «coupons alimentaires» pour soutenir les ménages vulnérables urbains de Portau-Prince et Gonaïves Enjeux, enseignements et perspectives PROGRAMME SECURITE ALIMENTAIRE Atelier Coupons Alimentaires

Plus en détail

Groupe de Travail Sites de Déplacement Compte-rendu réunion du 08 juillet 2015

Groupe de Travail Sites de Déplacement Compte-rendu réunion du 08 juillet 2015 Groupe de Travail Sites de Déplacement Compte-rendu réunion du 08 juillet 2015 Participants : Liste scannée annexée Lieu : UNHCR, Goma le 08 juillet 2015 Le présent compte rendu reprend les recommandations

Plus en détail

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah.

Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant Réunion Réunion des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. Date Chair/Présidence Organisations participantes Agenda Guinée Sous Cluster Protection de l Enfant des acteurs de protection de l enfant a Forécariah. 23 juillet 2015 Mr le Chargé de l enfance, avec appui

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM dans le Groupement de Minime, Bouar, Nana-Mambéré Rapport préliminaire Date : L évaluation multisectorielle s est déroulée du 26 au 28/08/2015. Zone d évaluation : Localité

Plus en détail

Rapport sur la situation des personnes déplacées internes (PDIs) dans le village de Tassakane

Rapport sur la situation des personnes déplacées internes (PDIs) dans le village de Tassakane Vue des abris précaires des PDIs dans le village de Tassakane Rapport sur la situation des personnes déplacées internes (PDIs) dans le village de Tassakane Commune d Alafia Région de Tombouctou, Mali 20/05/2015

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE

RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE Programme FIM RAPPORT D EVALUATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE «Situation agro-pastorale de la Sous-préfecture de Gozbeida, région de Sila» Septembre 2014 Equipe de l enquête 1. Kiram Kou Hamid (Officier

Plus en détail

Organisation Non Gouvernementale Humanitaire et de Développement. Site web: www.vitalite-plus.org

Organisation Non Gouvernementale Humanitaire et de Développement. Site web: www.vitalite-plus.org Organisation Non Gouvernementale Humanitaire et de Développement Siège social sis Avenue de l Indépendance à 100m de BAMELEC, e-mail : info@vitalite-plus.org - Bangui, RCA Site web: www.vitalite-plus.org

Plus en détail

Comité Consultatif du CHF

Comité Consultatif du CHF Comité Consultatif du CHF Réunion du 16 Août 2014 tenue dans la salle de réunion du PNUD (Base OCHA) Participants : Mme Claire BOURGEOIS (Coordonnatrice Humanitaire), François GOEMANS (Chef de Bureau OCHA),

Plus en détail

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009

Portrait. Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 Portrait Recueil d histoires sur la survie, le développement et la protection de l enfant Août 2009 L accélération de la survie, du développement et de la protection de l enfant à risque Trahantsoa : un

Plus en détail

Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES

Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES Livestock Emergency Guidelines and Standards [LEGS] NORMES MINIMALES CONCERNANT LES SERVICES VETERINAIRES Norme générale 1 Evaluation initiale et planification Services vétérinaire cliniques primaires

Plus en détail

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS

SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS SONDAGE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS Quel était l objet du sondage? Le gouvernement de l Île-du-Prince-Édouard entend modifier sa loi actuelle sur les services en français de façon qu elle réponde aux

Plus en détail

coopérative féminine pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural

coopérative féminine pour la lutte contre la pauvreté en milieu rural ACTIVITE D ASSISTANCE ANNUELLE AUX ENFANTS ET AUX FEMMES SESSION DE SEPTEMBRE 2012 Identité du responsable du projet : COULIBALY NAINELMAN PRESIDENT Type d assistance demandée (cochez les cases correspondantes):

Plus en détail

SITE DE DJAKO (MOUNDOU) Evaluation technique du 21 juin 2014

SITE DE DJAKO (MOUNDOU) Evaluation technique du 21 juin 2014 1 SITE DE DJAKO (MOUNDOU) Evaluation technique du 21 juin 2014 OBSERVATIONS PRELIMINAIRES Situé à 50 km de Moundou direction frontière avec le Cameroun. A 70 km de la frontière. Voisin au village de Djako

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

Les activités génératrices de revenus dans les cinq communautés ont été renforcées en crées Kinkala; Boko; Mindouli ; Kindamba ; Mayama ;

Les activités génératrices de revenus dans les cinq communautés ont été renforcées en crées Kinkala; Boko; Mindouli ; Kindamba ; Mayama ; L objectif principal qui est celui d assurer la sécurité personnelle et communautaire par l'achèvement du processus de réintégration des ex-combattants à travers les moyens de subsistance durables dans

Plus en détail

FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES

FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES Améliorer la nutrition grâce aux jardins potagers 45 FACTEURS AFFECTANT LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE ET L ÉTAT NUTRITIONNEL DES MÉNAGES OBJECTIF A la fin de cette session, les agents de terrain devront être

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015

RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015 RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015 Après avoir conduit l enregistrement biométrique des personnes déplacées

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

EVALUATION RAPIDE DE BESOINS EN CAS D URGENCE: Région de Mopti, Konna 21/03/2013

EVALUATION RAPIDE DE BESOINS EN CAS D URGENCE: Région de Mopti, Konna 21/03/2013 EVALUATION RAPIDE DE BESOINS EN CAS D URGENCE: Région de Mopti, Konna Informations générales : Date à laquelle le rapport d évaluation rapide est rédigé. Noms (en entier) et désignation du responsable

Plus en détail

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Fiche d expérience Niger Novembre 2012 Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Auteur: Zara M. Inoussa, IARBIC Introduction Cette fiche couvre l expérience de l union Toungakai Ni

Plus en détail

********************* Par

********************* Par ********************* Par Salifou B DIARRA Dr Niama Nango DEMBELE : OMA : PROMISAM Mai 2006 1 PERSPECTIVES D EVOLUTION DES MARCHES CEREALIERS POUR LA PERIODE DE SOUDURE 2005/06 Introduction On ne parlerait

Plus en détail

Rapport de la mission conjointe HCR-FAO-CNR-INTERSOS-ADSSE dans la cité d ABA, en Territoire de FARADJE. Du 07 au 12 Mars 2014

Rapport de la mission conjointe HCR-FAO-CNR-INTERSOS-ADSSE dans la cité d ABA, en Territoire de FARADJE. Du 07 au 12 Mars 2014 1 FAO CNR Rapport de la mission conjointe HCR-FAO-CNR-INTERSOS-ADSSE dans la cité d ABA, en Territoire de FARADJE Du 07 au 12 Mars 2014 Participants à la Formation Entretien avec un ménage de rapatrié

Plus en détail

Conseil Danois pour les Réfugiés (DRC) en RDC: newsletter février 2013

Conseil Danois pour les Réfugiés (DRC) en RDC: newsletter février 2013 Edition #2, février 2013 Conseil Danois pour les Réfugiés (DRC) en RDC: newsletter février 2013 LES GRANDES LIGNES de DRC en RDC en février 2013 La mission d évaluation de l équipe de DRC dans la zone

Plus en détail

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales

Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales Guide des Techniques de Commercialisation des Céréales INTRODUCTION Adapté du document A Guide to Maize Marketing for Extension Officers préparé par Andrew W. Shepherd Service de la commercialisation et

Plus en détail

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong

RAPPORT D ETUDE. Mission de vérification des conditions préalables en vue de la mise en place d une mutuelle de santé à Mengong PROGRAMME GERMANO-CAMEROUNAIS DE SANTE / SIDA (PGCSS) VOLET MICRO ASSURANCE / MUTUELLES DE SANTE ET PVVS B.P. 7814 / YAOUNDE / CAMEROUN TEL. ( 00237 ) 2221 18 17 FAX ( 00237 ) 2221 91 18 Email komi.ahawo@gtz.de

Plus en détail

Note conceptuelle : EduTrac en République centrafricaine

Note conceptuelle : EduTrac en République centrafricaine Note conceptuelle : EduTrac en République centrafricaine Contexte Depuis décembre 2013, la République centrafricaine (RCA) connaît une crise humanitaire complexe. Un an plus tard, 2.5 million personnes

Plus en détail

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013

Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 Rapport de situation Intervention d'urgence en Syrie 12 Juin 2013 5 millions d enfants syriens auront besoin d être sauvés cette année Le 7 Juin 2013, les Nations Unies ont lancé l appel au don le plus

Plus en détail

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES

EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES EXPERIENCE DE CREDO DANS L ASISTANCE AUX PERSONNES AFFECTEES PAR LES CRISES ET LA PROBLEMATIQUE DE L INTERVENTION DES ACTEURS HUMANITAIRES FORUM REGIONAL SUR LA POLITIQUE HUMANITAIRE Dakar 2-3 octobre

Plus en détail

ATELIER DE COUPON DE NOURRITURE GRAND ANSE RELIEF AND RECOVERY PROGRAM GRRP (PROGRAMME DE SECOURS ET DE RELÈVEMENT DANS LA GRAND ANSE)

ATELIER DE COUPON DE NOURRITURE GRAND ANSE RELIEF AND RECOVERY PROGRAM GRRP (PROGRAMME DE SECOURS ET DE RELÈVEMENT DANS LA GRAND ANSE) ATELIER DE COUPON DE NOURRITURE GRAND ANSE RELIEF AND RECOVERY PROGRAM GRRP (PROGRAMME DE SECOURS ET DE RELÈVEMENT DANS LA GRAND ANSE) Place Charmant: 11-13 Septembre2012 Table des Matières Contexte Aperçu

Plus en détail

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome

AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome AVSF (Agronomes & Vétérinaires Sans Frontières), Coordination Nationale Sénégal, recherche : Un (01) Ingénieur Agronome Pour la mise en œuvre des projets : «Renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle

Plus en détail

Evaluation multi-sectorielle rapide Sous-préfecture de Djémah Juin et Juillet/Août 2011

Evaluation multi-sectorielle rapide Sous-préfecture de Djémah Juin et Juillet/Août 2011 Evaluation multi-sectorielle rapide Sous-préfecture de Djémah Juin et Juillet/Août 2011 Localisation géographique Profil démographique Population de la sous-préfecture : 2919 (BCR 2003 avec projections)

Plus en détail

Femme réfugiée fait la sensibilisation de l hygiène auprès les enfants de Diffa.

Femme réfugiée fait la sensibilisation de l hygiène auprès les enfants de Diffa. Femme réfugiée fait la sensibilisation de l hygiène auprès les enfants de Diffa. Mise à jour Niger Mai 2015 Contexte Présentement la situation sociopolitique du Niger reste marquée par les attaques du

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI

ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Organisation Internationale pour les Migrations ENQUÊTE SUR LES INTENTION DE RETOUR DES DÉPLACÉS INTERNES A BANGUI Janvier 2014 Copyright : IOM - GC RESUME L analyse présentée dans ce rapport est tirée

Plus en détail

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI

EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI EVALUATION DE BASE POUR LE PROJET DE SOUTIEN AUX GROUPEMENTS FEMININS AUTOUR DES CANTINES SCOLAIRES DANS LA REGION DU BOUNKANI RAPPORT JUILLET 2013 Données collectées du 15 au 29 mai 2013 1 SOMMAIRE I.

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs

Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Le warrantage : un moyen efficace pour une meilleure commercialisation des produits au profit des petits agriculteurs Diakalia SOGODOGO, André BATIONO, Béjamé COULIBALY et Boubacar S. Camara I. INTRODUCTION

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du Cash Working Group (CWG)/Nord Kivu

Compte rendu de la réunion du Cash Working Group (CWG)/Nord Kivu Lieu Durée Bureau Unicef/Goma De 11h00 à 13h00 Date 28.08.2015 Compte rendu de la réunion du Cash Working Group (CWG)/Nord Kivu Facilitation Unicef Secrétariat Unicef Agenda 1. Suivi des recommandations

Plus en détail

Groupe de Travail Sites de Déplacement Compte-rendu réunion du jeudi 24 septembre 2015

Groupe de Travail Sites de Déplacement Compte-rendu réunion du jeudi 24 septembre 2015 Groupe de Travail Sites de Déplacement Compte-rendu réunion du jeudi 24 septembre 2015 Participants : AIDES, CNR, MERCY CORPS, NCA, UNHCR, PU-AMI, UVEDS, OCHA, FEDEM, IRC, CENTRE TULIZENI, AHSDI, HANDICAP

Plus en détail

Programme de retour volontaire assisté de migrants en situation irrégulière au Maroc et de réinsertion dans leur pays d origine (AVRR)

Programme de retour volontaire assisté de migrants en situation irrégulière au Maroc et de réinsertion dans leur pays d origine (AVRR) Programme de retour volontaire assisté de migrants en situation irrégulière au Maroc et de réinsertion dans leur pays d origine (AVRR) OIM - Avril 2010 1. Objectifs et description du programme AVRR Le

Plus en détail

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires

Géographie. Chapitre n.. La question des ressources alimentaires Géographie Chapitre n.. La question des ressources alimentaires I) La situation alimentaire aux Etats-Unis et au Soudan Problématique : Quelles sont les différences entre la situation alimentaire aux Etats-Unis

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

République Centrafricaine Compte Rendu de la Réunion

République Centrafricaine Compte Rendu de la Réunion LIEU: FACILITATEUR: PARTICIPANTS : ORDRE DU JOUR : Bangui DATE: 17 septembre 2014 Coordinatrice du Cluster, Logistique IM Officer Welthungerhilfe (WHH), MINUSCA, PU-AMI, Organisation Mondiale de la Santé

Plus en détail

RAPPORT DE DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE A LA VERIFICATION BIOMETRIQUE EN FAVEUR DES DEPLACES DES SITES DE DEPLACEMENT DE BUHIMBA ET NZULO

RAPPORT DE DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE A LA VERIFICATION BIOMETRIQUE EN FAVEUR DES DEPLACES DES SITES DE DEPLACEMENT DE BUHIMBA ET NZULO RAPPORT DE DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE A LA VERIFICATION BIOMETRIQUE EN FAVEUR DES DEPLACES DES SITES DE DEPLACEMENT DE BUHIMBA ET NZULO 13 et 18 Avril 2015 Face à certains défis auxquels la communauté

Plus en détail

«Des toilettes dans mon école» au Cambodge

«Des toilettes dans mon école» au Cambodge «Des toilettes dans mon école» au Cambodge Proposition de projet Localisation : Début du projet : Objectif : Nombre de bénéficiaires : Budget : 5 441 Durée : Le village de Boeng Kieb dans la commune de

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

JEU DE RÔLES SUR LA PLANIFICATION DES TRANSPORTS RURAUX

JEU DE RÔLES SUR LA PLANIFICATION DES TRANSPORTS RURAUX JEU DE RÔLES SUR LA PLANIFICATION DES TRANSPORTS RURAUX Objectifs du jeu de rôles P. Fernando, IFRTD Ce jeu de rôles est conçu pour aider à comprendre l interaction de différents intéressés et à arriver

Plus en détail

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA

Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali. Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Rôle de Banques de céréales dans le dispositif de stockage de céréales au Mali Par : Dr. Niama N. DEMBELE et Salifou B. DIARRA Novembre 2007 1 Introduction Depuis la libéralisation du marché céréalier

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE RAPPORT DU PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCES DE Institut Africain de Gestion Urbaine Bureau Agriculture Urbaine INITIATIVE «PROMOTION DES FILIERES AGRICOLES URBAINES PORTEUSES» (PROFAUP) RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN)

Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) 1 TERMS OF REFERENCE Pour l Evaluations Externe d ACF Transfert Monétaire par téléphone mobile (programme en partenariat avec le PAM et MTN) Programme Financé par PAM Référence du Contrat CI D4C 20 septembre

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Développement rural territorial et sécurité alimentaire

Développement rural territorial et sécurité alimentaire Cette présentation revient sur les expériences de de la la FAO en en matière de de développement local, identifie les conditions pour promouvoir une approche territoriale du développement rural, fait des

Plus en détail

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ;

Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des droits ; Paris, le 19 septembre 2012 DECISION DU DEFENSEUR DES DROITS N MDE-2012-128 Vu l article 71 1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011 333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur

Plus en détail

GROUPE HUMANITAIRE SECURITE ALIMENTAIRE OD SECURITY CLUSTER

GROUPE HUMANITAIRE SECURITE ALIMENTAIRE OD SECURITY CLUSTER GROUPE HUMANITAIRE SECURITE ALIMENTAIRE Compte Rendu de la réunion du 17 janvier 2013, bureau Programme Alimentaire Mondial (PAM) Assistance Alimentaire & Agriculture et Autres Moyen de Subsistances Participants:

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Situation des mouvements de populations en RCA - Août 2015

Situation des mouvements de populations en RCA - Août 2015 Situation des mouvements de populations en RCA - Août 2015 Introduction Le nombre total de personnes déplacées en République centrafricaine a augmenté au cours du mois d Août avec 8935 personnes déplacées

Plus en détail

MISE A JOUR SUR L URGENCE AU LAC NO. 18 UNHCR TCHAD

MISE A JOUR SUR L URGENCE AU LAC NO. 18 UNHCR TCHAD MISE A JOUR SUR L URGENCE AU LAC NO. 18 UNHCR TCHAD 29 Avril- 07 Mai 2015 Débarquement des réfugiés Nigériens en provenance de Kaiga Kindiria. Mai 2015, Photo /UNHCR DERNIERS DEVELOPPEMENTS Suite à l information

Plus en détail

BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté par Seidi Mohamed Abdourahmane

BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté par Seidi Mohamed Abdourahmane Association : Conscientisation et Réflexion pour la Promotion de L Elevage. (ACRPE) Arrêté n 0033/MI/SP/D/DGAPJ/DLP BP : 24 Tahoua Tel : 96 59 05 77 E-mail : ass.acrpea@yahoo.fr BANQUE ALIMENT BETAIL Présenté

Plus en détail

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement

Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement Groupe Genre, Empowerment et Sécurité Alimentaire de la Commission Femmes et Développement L accès et le contrôle des ressources par les femmes : un défi pour la sécurité alimentaire Recommandations Vers

Plus en détail

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C

COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C COOPERATIVE AGRICOLE DES CEREALES: C.A.C L agriculture est par nature une activité spéculative, car les besoins alimentaires et la production agricole sont décalés dans le temps. En effet les besoins alimentaires

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

APRES LE PASSAGE DU CYCLONE THANE

APRES LE PASSAGE DU CYCLONE THANE APRES LE PASSAGE DU CYCLONE THANE Message de Rajkala.P Le 30 Décembre un cyclone s est abattu sur la côte de Pondichéry et du Tamil Nadu. Des vents d une force impressionnante ont dévasté la ville de Pondichéry

Plus en détail

Evaluation Multisectorielle RRM Rapport préliminaire

Evaluation Multisectorielle RRM Rapport préliminaire Evaluation Multisectorielle RRM Rapport préliminaire La localité de Nola, évaluée par l équipe RRM de PU-AMI du 9 au 11 novembre 2015. Plusieurs quartiers de Nola, ainsi que des villages localisés le long

Plus en détail

Consultation publique

Consultation publique Consultation publique PROJET DE REDÉVELOPPEMENT DU SITE DES ANCIENS ATELIERS DU CN Mémoire déposé par le Club populaire des consommateurs de Pointe-Saint-Charles dans le cadre des consultations publique

Plus en détail

Robin des Watts énergie solidaire

Robin des Watts énergie solidaire Réaliser des économies d énergie chez nous afin de financer des projets pour améliorer les conditions de vie de populations défavorisées Écoles de Pont-Bochet & Adrien-Jeandin Ouâda Burkina Faso Carte

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence 1) Contexte/mandat du (niveau province) Le Groupe de Travail protection de l enfance () pour la province du Nord Kivu en RDC existe depuis début 2008. Il s agit d un groupe technique qui dépend du Cluster

Plus en détail

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU

DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU Préambule: DESCRIPTION D AFFECTATION DE VOLONTAIRE VNU Le programme des Volontaires des Nations Unies (VNU) est au sein des Nations Unies l organisation qui, au niveau mondial, est chargée de promouvoir

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Le protocole sur les constructions en zone agricole et forestière

Le protocole sur les constructions en zone agricole et forestière Partie 2 Fiche technique n 9 Le protocole sur les constructions en zone agricole et forestière Il n existe pas une liste formelle de documents à fournir. Le pétitionnaire choisira les justificatifs les

Plus en détail

Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de réunion Grenier de UNICEF - Mercredi, 25 Février 2015-14 :30 16:30

Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de réunion Grenier de UNICEF - Mercredi, 25 Février 2015-14 :30 16:30 Compte Rendu - Réunion Générale du Cluster WASH Mali - Salle de réunion Grenier de UNICEF - Mercredi, 25 Février 2015-14 :30 16:30 PARTENAIRES PRESENTS Oxfam, IRC, ACF-E, UNICEF, ACTED, AEN, CICR, ASDAP,

Plus en détail

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012

Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad. Rapport d analyse 1. Information Management Unit OCHA Tchad Mai 2012 Sondage sur les Produits et Services d Information OCHA Tchad Rapport d analyse 1 Information Management Unit - OCHA Tchad Mai 2012 Sommaire I- Déroulement de l enquête... 3 II- Techniques de l enquête

Plus en détail

CAPACITES DE PREPARATION ET DE REPONSE AUX DESASTRES NATURELS EN HAITI. Dr Max MILLIEN

CAPACITES DE PREPARATION ET DE REPONSE AUX DESASTRES NATURELS EN HAITI. Dr Max MILLIEN CAPACITES DE PREPARATION ET DE REPONSE AUX DESASTRES NATURELS EN HAITI Dr Max MILLIEN PLAN DE LA PRESENTATION Coup d œil sur les menaces et catastrophes naturelles en Haïti Vulnérabilité d Haïti par rapport

Plus en détail

Espérance. Partage. Projet de construction d une maison d accueil et du siège de notre ONG à N Djaména

Espérance. Partage. Projet de construction d une maison d accueil et du siège de notre ONG à N Djaména Espérance et Partage Projet de construction d une maison d accueil et du siège de notre ONG à N Djaména Espérance et Partage, Association suisse d aide aux malades et orphelins du Sida au Tchad, ONG reconnue

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

TOURNEES DE NDZUWANI- GOLD MOIS DE NOVEMBRE 2014

TOURNEES DE NDZUWANI- GOLD MOIS DE NOVEMBRE 2014 TOURNEES DE NDZUWANI- GOLD MOIS DE NOVEMBRE 2014 L Agenda de Ndzuwani- Gold avait prévu des visites de travail dans les régions de Ouani, Domoni et Nioumakele. C est en ce sens que les chargés de mission

Plus en détail

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...

FICHE DE PROJET CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2. OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT... FICHE DE PROJET SOMMAIRE CONTEXTE :...2 JUSTIFICATION...2 GROUPES CIBLES...2 OBJECTIFS / ACTIVITES RESULTATS (Cf. tableau 2)...3 APPORTS...3 COUT...3 CHRONOGRAMME DES ACTIVITES (Cf. Tableau 3)...3 Tableau

Plus en détail

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring

COTE D IVOIRE. FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire. Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux. Introduction. Les fondamentaux du monitoring FICHE TECHNIQUE Ouest Côte d Ivoire Monitoring d un projet cash : étapes, enjeux Cadre de travail Avec le soutien d ECHO, ACF a publié au second semestre 2012 une série de fiches techniques pour aider

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Crédit d engagement pour l aménagement d abris pour le stationnement des deux roues Fr. 784'000.-

Plus en détail

L Impact du Conflit et la Sauvegarde des Sites de Patrimoine Mondial en Péril en RDC.

L Impact du Conflit et la Sauvegarde des Sites de Patrimoine Mondial en Péril en RDC. L Impact du Conflit et la Sauvegarde des Sites de Patrimoine Mondial en Péril en RDC. Les Leçons et les Acquis pour la Sécurisation, la Sauvegarde et la Restauration des Sites Les objectifs de la présentation:

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007

RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 RAPPORT GENERAL SYNTHESE DU SEMINAIRE DE DEMARRAGE DU PROGRAMME D APPUI AU DEVELOPPEMENT RURAL (PADER), COTONOU LES 13 ET 14 MARS 2007 2 Du 13 au 14 Mars 2007 a eu lieu au Palais des Congrès de Cotonou,

Plus en détail

COOPERATION ANGERS - BAMAKO

COOPERATION ANGERS - BAMAKO 1 COOPERATION ANGERS - BAMAKO RAPPORT D ACTIVITES 2013 SOMMAIRE 2 Préambule I. Actions Ville d Angers 1) Education - Jeunesse 2) Santé 3) Sports et Loisirs 4) La Maison du Partenariat Angers-Bamako 5)

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA

SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA SYNTHESE DE PRESENTATION DU PPILDA INTITULE DU PROJET : PROJET DE PROMOTION DE L INITIATIVE LOCALE POUR LE DEVELOPPEMENT D AGUIE 1 Intitulé du Projet : Projet de Promotion de l Initiative Locale pour le

Plus en détail

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE?

COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? COMMENT COUVRIR LE RISQUE DÉPENDANCE? LE RÔLE DES CONTRATS COLLECTIFS D ENTREPRISE La dépendance se caractérise par des restrictions dans la réalisation des activités de la vie quotidienne et sociale.

Plus en détail

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires)

FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) Mission Jeunesse FONDS D AIDE AUX PROJETS JEUNES REGLEMENT (pour partenaires) La Ville d Angers effectue un travail d aide aux projets des jeunes par l intermédiaire de la mission jeunesse. Cette mission

Plus en détail