Protocoles pour le suivi des pontes de tortues marines dans le cadre de Protomac. Professeur Marc Girondot

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protocoles pour le suivi des pontes de tortues marines dans le cadre de Protomac. Professeur Marc Girondot"

Transcription

1 Muséum National d'histoire Naturelle de Paris Département de Systématique et Evolution Laboratoire des Reptiles et Amphibiens 25 rue Cuvier Paris & Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution Equipe de Conservation des Populations et des Communautés CNRS, AgroParisTech et Université Paris-Sud 11, UMR Orsay Cedex, France Protocoles pour le suivi des pontes de tortues marines dans le cadre de Protomac Professeur Marc Girondot Membre du Marine Turtles Specialist Group de l UICN Membre du comité français de l UICN Web: Résumé La logique conduisant au dénombrement des pontes de tortues marines pour établir une tendance et donc un statut est explicitée et un protocole détaillé est présenté. Ce protocole permet de s assurer que l estimation annuelle du nombre de pontes reste dans des limites raisonnables qui permettent d établir une tendance à l échelle de la dizaine d années de suivi. Le protocole stipule que 15 jours avant le début de la saison de pontes et pendant un mois, les équipes passent compter les traces tous les 3 jours au moins. Elles font de même à la fin de la saison pendant 1 mois autour de la date marquant la fin de la saison. Au centre de la saison, un passage au moins tous les 7 jours peut être effectué.

2 Introduction L estimation des effectifs de tortues marines est rendue très difficile du fait de la complexité du cycle de vie de ces espèces (Lanyon, 1989). En effet, les femelles ne pondent pas tous les ans, mais en revanche plusieurs fois durant la saison de pontes et elles sont plus ou moins fidèles à leur site de ponte. On notera de plus que toutes les montées à terre ne sont pas suivies d une ponte et qu il est en pratique pratiquement impossible de distinguer à coup sûr une ponte d une montée sans ponte. Enfin les mâles et les juvéniles ne sont jamais vus. Figure 1: Cycle biologique simplifié des tortues marines. Ces caractéristiques rendent de fait impossible l estimation directe de la taille des populations. Ainsi, seule une partie de la population sera estimée typiquement les femelles en nidification et le nombre de pontes annuelles par sites de pontes représente l indice de population le plus couramment employé (par exemple voir Godgenger, Bréheret, Bal et al., 2008, Troëng, Chacón & Dick, 2004). L obtention de cet indice passe par un échantillonnage de l activité de ponte sur un site de ponte. Un échantillonnage, c est une mesure, non pas de tout un système biologique, mais d un fragment de cet ensemble afin d en obtenir ses caractéristiques, en relation avec une question claire et précise.

3 Obtenir un échantillon représentatif nécessite donc de caractériser les éléments suivants: - Objectif de l étude, - Échelle spatio-temporelle adaptée, - Structure et dynamique du système étudié. De nombreux protocoles et méthodes sont disponibles pour réaliser un échantillonnage, tous avec des avantages et des inconvénients. Une stratégie d échantillonnage, c est avant tout un compromis entre une question biologique et un ensemble de contraintes L optimisation des stratégies d échantillonnage consiste donc à trouver la meilleure méthode d échantillonnage, c est-à-dire celle qui permettra un compromis optimal. Pour évaluer la tendance des populations des tortues marines, on cherchera donc à: - Minimiser la durée du suivi - Avoir une puissance de détection de la tendance la plus forte possible Dans une première partie, l objectif de cette note a consisté à clarifier la relation existante entre la variation interannuelle du nombre de pontes, l erreur d estimation produite lors les comptages, la durée du suivi et la capacité à détecter une tendance (Russo & Girondot, 2008a). Dans une seconde partie, différentes variantes de protocole d échantillonnage ont été testées (Russo & Girondot, 2008b) et enfin une préconisation sera faite pour le suivi des pontes de tortues marines sur la façade ouest africaine dans le cadre de Protomac.

4 Compter, mais combien de temps? Figure 2: Exemple fictif d'une série temporelle. Une série temporelle de dénombrement de pontes chez les tortues marines se décompose en quatre composantes. Un nombre d années d études, appelé N, une tendance r qui peut être positive ou négative, une variabilité interannuelle V qui décrit comment le nombre de pontes varie d année en année autour de la moyenne (d un point de vue technique V est un coefficient de variation et est donc strictement positif). Si le nombre de pontes dénombrés sur la plage suit exactement la tendance alors V=0. Une valeur de 0,5 est une fluctuation déjà très importante avec des années avec 0 pontes et d autres énormément. Le coefficient peut encore être plus fort si on observe des années exceptionnelles. L erreur d estimation annuelle, E, représente comment la valeur d une année est connue. Si E=0, cela signifie que l on connaît parfaitement la valeur de l année donc les patrouilles voient toutes les pontes et ne font jamais d erreur. C est peu réaliste, tout le monde se l accorde : toutes les nuits ne sont pas travaillées et au cours d une nuit des traces peuvent être manquées. E prend donc une valeur positive (d un point de vue technique E est aussi un coefficient de variation) et est en général inférieur à 0,5 (sinon cela signifie pratiquement qu on ne connaît pas le nombre de pontes sur la plage!). Nous avons recherché combien d années il fallait compter les pontes pour arriver à une tendance. Les principaux résultats sont résumés ci-après : - Plus la variabilité interannuelle V est forte plus il faut compter longtemps. Pour les tortues vertes, la variabilité interannuelle est forte et il faudra environ le double de temps pour détecter une tendance par rapport à l imbriquée ou l olivâtre. La luth est intermédiaire.

5 - Détecter une tendance de ±1% est irréaliste car demande plus de 30 ans de suivi. Des tendances à ±10% peuvent être détectées en 10 (tortue olivâtre) ou 20 ans (tortue verte). - L erreur annuelle E n a que peu d influence sur la possibilité de détecter la tendance, jusque dans des limites raisonnables. Cette limite raisonnable est de 0,2. Nous avons donc recherché quel est le protocole d échantillonnage sur la plage qui permet d atteindre cette valeur de E=0,2 en limitant te nombre de jours sur le terrain. Compter alors combien de jours? Une saison de pontes de tortues marines se présente toujours sous la même forme. Une phase ascendante où les tortues arrivent sur le site de ponte et commencent à pondre et une phase descendante où les tortues repartent du site de ponte vers le site d alimentation. La durée globale de la saison de ponte dépend à la fois du nombre moyen de pontes effectuées par les femelles mais aussi de la variabilité des dates d arrivée et de départ. Figure 3: Exemple de la saison de pontes de la tortue luth en Guyane française.

6 Cette forme bien caractéristique et ubiquiste a été mise à profit pour établir un modèle décrivant cette saison de pontes (Girondot, Rivalan, Wongsopawiro et al., 2006). Ainsi, connaissant seulement quelques dizaines de jours de comptage, on peut établir avec une précision assez bonne le nombre totale de pontes au cours de la saison et son erreur. Il restait cependant à déterminer exactement combien de jours devaient être compter et leur distribution au cours de la saison. Différentes modalités de dénombrement ont été simulées par 3 procédures distinctes résumées ci dessous : La situation 1 correspond à l idéal, quand toute la saison est suivie. Dans ce cas on considère que l erreur est minimale. Les situations 2 et 3 donnent un résultat identiques en terme de qualité de l estimation finale. On peut donc travailler par groupes de jours sur le terrain ce qui souvent est plus pratique. Pour un même nombre total de jours de suivis, la situation 4 est par contre elle nettement moins bonne alors que la 5 est la meilleure. En effet, la détermination du début et de la fin de la saison de ponte est l élément crucial pour déterminer le nombre total de pontes dans la saison. Une extension récente de cette méthodologie (Gaspar, Petit & Girondot, 2008) permet aussi de gérer l incertitude sur la date exacte d une ponte. Ainsi, on peut gagner en performance si au lieu de ne relever que les pontes de la nuit précédente, on relève toutes les pontes depuis le dernier passage.

7 Protocole de suivi des pontes 15 jours avant la date du début de la saison de pontes (voir plus loin les dates selon les espèces) et ce pendant un mois : Une équipe de 2 personnes passe sur la plage tous les 3 jours. Sur la fiche de patrouille, l équipe indique que la patrouille a été effectuée le matin du JJ/MM/AAAA sur telle zone. Si il a plu beaucoup les jours précédents, seules les traces de la nuit précédente seront relevées sinon toutes les nouvelles traces seront relevées (voir après comment déterminer une nouvelle trace). L indiquer sur la fiche de patrouille (Seules les traces de la nuit / Toutes les traces nouvelles). Pour chaque trace qui n avait pas été vues auparavant (voir plus loin comment ne pas la compter deux fois), la procédure suivante est effectuée : - Notez la présence d une trace - Mesure de la largeur maximale des marques laissées sur le sable. Si les équipes peuvent identifier l espèce avec certitude, cette information peut ne pas être notée. Dans ce cas, noter l espèce. Figure 4: Exemple de la mesure à prendre sur une trace. Pour information, la tortue luth laisse des traces de 150 à 230 cm, la tortue verte de 100 à 130 cm, la tortue imbriquée de 70 à 85 cm en général sous la végétation et la tortue olivâtre de 70 à 80 cm en général sur une plage ouverte.

8 - Si la patrouille a un GPS, relever le point GPS à la position estimée de la ponte ou du point de la trace le plus haut de la plage si celle-ci ne peut être estimée clairement. - Marquer la trace en la barrant à plusieurs endroits en haut de plage de traits avec un bâton. Ces traces rectilignes assez profondes seront aisément reconnaissables lors d un passage suivant et éviteront que la trace ne soit comptée deux fois. Figure 5: Exemple de trace barrée qui ne devra pas être recomptée. Autour du pic de la saison, le passage s effectue tous les 7 jours au minimum. Dans le cas, seules les traces de la nuit précédente sont relevées car il est souvent trop difficile de distinguer précisément les traces plus anciennes. A la fin de la saison de ponte, de nouveau les équipes passent tous les 3 jours en notant toutes les pontes entre deux passages si la météo le permet (même protocole que pour le début de saison). Si le responsable local du suivi juge que la procédure est trop complexe, seules les traces de la nuit précédente sont relevées selon le calendrier présenté ici.

9 Les saisons de ponte des tortues marines en Afrique centrale Les dates de saison ont été établies suite à l analyse de la base de données de Protomac pour l Afrique centrale (Godgenger, Gibudi & Girondot, 2008) : Espèce Début Pic Fin Tortue luth 15 septembre 20 décembre 30 avril Tortue olivâtre 15 juillet 30 octobre 15 février Tortue imbriquée 1 novembre 20 novembre 30 mars Tortue verte 15 août 20 décembre 30 mars Notez qu il existe des incertitudes fortes encore sur certaines de ces dates. Le protocole précédemment décrit doit être adapté sur chaque site en fonction des espèces présentes. Bibliographie Gaspar, C., Petit, M. & Girondot, M. (2008) Suivi de la ponte des tortues marines sur un atoll de Polynésie française. Congrès annuelle de la société herpétologique de France. La Rochelle, France. Girondot, M., Rivalan, P., Wongsopawiro, R., Briane, J.-P., Hulin, V., Caut, S., Guirlet, E. & Godfrey, M.H. (2006) Phenology of marine turtle nesting revealed by a statistical model of the nesting season. BMC Ecology 6, 11. Godgenger, M.-C., Bréheret, N., Bal, G., N damité, K., Girard, A. & Girondot, M. (2008) Nesting estimation and analysis of threats for Leatherback (Dermochelys coriacea) and Olive Ridley (Lepidochelys olivacea) marine turtles nesting in Congo. Oryx In press. Godgenger, M.-C., Gibudi, A. & Girondot, M. (2008) Activités de ponte des tortues marines sur l'ouest africain. Rapport d'étude pour Protomac, Gabon, pp Université Paris Sud, CNRS et Protomac, Orsay, France. Lanyon, J.M. (1989) Dugongs and turtles: grazers in the seagrass system. Biology of Seagrasses: A treatise on the biology of seagrasses with special reference to the Australian region, pp Elsevier, Amsterdam, New York. Russo, M. & Girondot, M. (2008a) How long to monitor marine turtles populations to conclude for a trend? Report for SWOT organization, pp. 99. Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution, Université Paris Sud, CNRS et AgroParisTech, Paris, France. Russo, M. & Girondot, M. (2008b) How many night counts to get a defined level of intraannual coefficient of variation for nest counts? Report for SWOT organization, pp. 46. Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution, Université Paris Sud, CNRS et AgroParisTech, Paris, France. Troëng, S., Chacón, D. & Dick, B. (2004) Possible decline in leatherback turtle Dermochelys coriacea nesting along the coast of Caribbean Central America. Oryx 38,

Préambule : Sous le patronage de :

Préambule : Sous le patronage de : Sous le patronage de : Association reconnue d utilité publique Université Paris VI Laboratoire d Anatomie comparée 2 place Jussieu 75005 PARIS http://www.societeherpetologiquedefrance.com Préambule : L

Plus en détail

Description Synthétique de l étude des pontes de Tortues Marines en Afrique Centrale

Description Synthétique de l étude des pontes de Tortues Marines en Afrique Centrale 1 Crédit Photo : Alain GIBUDI Description Synthétique de l étude des pontes de Tortues Marines en Afrique Centrale Marie-Clélia GODGENGER, Alain GIBUDI & Marc GIRONDOT Protection des Tortues Marines d

Plus en détail

Normes minimales en matière de données de suivi des plages de ponte. Version 1.0

Normes minimales en matière de données de suivi des plages de ponte. Version 1.0 Normes minimales en matière de données de suivi des plages de ponte Version 1.0 Citation recommandée : Conseil scientifique de SWOT. 2011. L état des tortues marines dans le monde (SWOT). Normes minimales

Plus en détail

Compter le nombre de pontes

Compter le nombre de pontes Fiche pédagogique de l activité n 29: «Les pontes de tortues marines en Guadeloupe» Trois espèces de tortues marines pondent sur les plages guadeloupéennes : la tortue imbriquée, la tortue verte et la

Plus en détail

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration

Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Régime thermique des nappes phréatiques à l aplomb de bassins d infiltration Arnaud Foulquier, Florian Malard, Janine Gibert UMR CNRS 5023, Écologie des Hydrosystèmes Fluviaux Université Lyon 1, Bât. Forel

Plus en détail

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME

Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME Introduction aux épreuves de logique des concours ACCÈS et SESAME «La chance aide parfois, le travail toujours» Vous vous apprêtez à vous lancer dans cette course contre la montre qu est l admission en

Plus en détail

Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007-2012

Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007-2012 Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007-2012 La tortue olivâtre Lepidochelys olivacea et la tortue verte Chelonia mydas. Qu est ce qu un plan de restauration? la tortue luth Dermochelys

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS

Méthode de tests MODE D EMPLOI POINTS IMPORTANTS Méthode de tests MODE D EMPLOI Cette première partie est destinée à ceux qui débutent en tests et permet une approche progressive et simple de la méthodologie des tests. L introduction vous aura permis

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction.

Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Exploitation et analyse des données appliquées aux techniques d enquête par sondage. Introduction. Etudes et traitements statistiques des données : le cas illustratif de la démarche par sondage INTRODUCTION

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute

Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute Nº 755 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 883 Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute par Daniel BEAUFILS Institut National de Recherche Pédagogique, 910 Montrouge Juan-Carlos IMBROGNO

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004

CODATU XI. Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 CODATU XI Congrès Mondial de Bucarest 22-24 Avril 2004 MODELE DE SIMULATION DE FLUX DE VOYAGEURS POUR L ETUDE ET L EXPLOITATION DES STATIONS DE TRAMWAY ET DE BUS ET DE LEURS EQUIPEMENTS COMPORTEMENT DES

Plus en détail

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces -

Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - Introduction Correction du TP FOCOMETRIE - Lentilles minces - La focométrie consiste en la détermination expérimentale de la distance focale d un instrument d optique. Dans le TP précédent, nous avons

Plus en détail

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes Niveau : terminale S. Thème : Calcul d incertitudes à l aide d outils numériques Type de ressources : aide à la prise en main de logiciels permettant le traitement numérique des calculs d incertitudes

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE HORAIRES ET CONGES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015

FICHE TECHNIQUE HORAIRES ET CONGES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 Pôle Ressources Humaines Le 07/07/2014 FICHE TECHNIQUE HORAIRES ET CONGES ANNEE UNIVERSITAIRE 2014/2015 La présente note a pour objectif de rappeler de manière aussi synthétique que possible le dispositif

Plus en détail

SCI03 - Analyse de données expérimentales

SCI03 - Analyse de données expérimentales SCI03 - Analyse de données expérimentales Introduction à la statistique Thierry Denœux 1 1 Université de Technologie de Compiègne tél : 44 96 tdenoeux@hds.utc.fr Automne 2014 Qu est ce que la statistique?

Plus en détail

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France?

Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Développement du bois énergie : quel impact à terme sur le marché du bois en France? Le développement du bois énergie va se traduire par une situation de concurrence entre les différents acteurs économiques

Plus en détail

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG

Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Echange Dossier - septembre 2001 Numéro CGT-CFDT Contacts L ARTT A la DG Septembre 2001 : Un mois avant la mise en place «anticipée» de l ARTT, l administration n a toujours pas consulté le personnel,

Plus en détail

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources...

Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet. 1.Introduction : un outil en support...2. 2.Première étape : La création des ressources... Fiche PM300 - Préparer le planning d un projet Table des matières 1.Introduction : un outil en support...2 2.Première étape : La création des ressources...3 3.Deuxième étape : Le canevas méthodologique

Plus en détail

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse

L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse L emploi à temps partiel et les parcours professionnels des salariés dans la branche de la pharmacie d officine Synthèse Observatoire des métiers des Professions Libérales 52-56 rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET

Plus en détail

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006

Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Le rapport d audit Modifications apportées par la version révisée de la norme ISA 700 applicable à partir du 31/12/2006 Introduction : Dans le but d accroître la transparence et la comparabilité des rapports

Plus en détail

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON

APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON APTITUDE DE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE À DÉTECTER LES FISSURES ET NIDS D ABIELLE DANS LE BÉTON J. RHAZI, S. NAAR Groupe de Recherche sur l Auscultation et l Instrumentation Département de génie civil

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE CHRONOTYPE (révisé)

QUESTIONNAIRE DE CHRONOTYPE (révisé) (révisé) Nom : Date : Pour chacune des questions, encerclez le nombre qui correspond à la réponse la plus appropriée. Répondez en vous basant sur ce que vous avez ressenti au cours des dernières semaines.

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

D onnées topographiques. Les profils en long. Les profils des grandes forces hydrauliques

D onnées topographiques. Les profils en long. Les profils des grandes forces hydrauliques D onnées topographiques L identifier, voire quantifier les processus d incision ou d exhaussement. Malheureusement, les données topographiques anciennes sont moins fréquentes, moins homogènes à l échelle

Plus en détail

Le sujet traite de l'étude des Amida-Kuji, jeu de hasard japonais.

Le sujet traite de l'étude des Amida-Kuji, jeu de hasard japonais. Amida-kuji Collège Mario Meunier Montbrison (42) Année 2012/2013 Elèves: AIRED A. (4ème 3) BAROU C. (4ème 2) BLANC A. (4ème 9) BOS T. (4ème 3) BRUYERE T. (4ème 9) CHAUMETTE C. (4ème 9) CHERMANNE M. (3ème

Plus en détail

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires?

Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Webinaire ICCA/RBC : Tendances conjoncturelles Les opérations de change : un risque ou une occasion d affaires? Vue d ensemble Le marché des changes : comment ça fonctionne Mythes Études de cas Gestion

Plus en détail

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle.

En cas de besoin, l employeur peut faire recours au travail temporaire et au personnel intérimaire, mais cette mesure doit rester exceptionnelle. AVENANT N 1 A L ACCORD DE BRANCHE DU 1 er AVRIL 1999 L arrêté du 4 juillet 2007 relatif à l'agrément de certains accords de travail applicables dans les établissements du secteur social et médico-social

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

L influence des caracteristiques des cheveux sur la densité finale d une greffe.

L influence des caracteristiques des cheveux sur la densité finale d une greffe. L influence des caracteristiques des cheveux sur la densité finale d une greffe. La chevelure est comme une forêt un grand espace vide, peuplé de cheveux épars. Pourtant, tout comme des arbres, les 100.000

Plus en détail

Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard

Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard Point de la situation des travaux engagés pour la construction d un robot sous-marin pour le concours SAUC E (fourniture 3 associée au contrat MRIS 2006-2009) Luc Jaulin, Emanuel Burnouf, Adrian Gabillard

Plus en détail

AGF OCTOPLUS. Caractéristiques financières

AGF OCTOPLUS. Caractéristiques financières Code Isin : FR0007082755 NOTICE D'INFORMATION AGF OCTOPLUS FONDS A FORMULE AVERTISSEMENT Le FCP AGF OCTOPLUS est construit dans la perspective d un investissement sur la durée totale de vie du FCP, et

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Joël FOLENS et Fabrice RIVA. Date limite de remise : 07 janvier 2015 à 17:00

Joël FOLENS et Fabrice RIVA. Date limite de remise : 07 janvier 2015 à 17:00 M2 MATHÉMATIQUES ET FINANCE UNIVERSITÉ LILLE 1 GESTION DE PORTEFEUILLE ET MESURE DU RISQUE Joël FOLENS et Fabrice RIVA Date limite de remise : 07 janvier 2015 à 17:00 1. Présentation du projet L objectif

Plus en détail

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions

VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES. A. Définitions VI. L APPORT DES MARQUEURS MOLECULAIRES Comme nous l avons vu précédemment, l étude des caractères quantitatifs est fondée sur l analyse statistique des performances mesurées des individus. Il en est de

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com

Christophe SANNIER christophe.sannier@sirs-fr.com Systèmes d Information à Référence Spatiale Utilisation d un Estimateur de Régression avec des Données Landsat pour l Estimation de l Etendu et des Changements du Couvert Forestier du Gabon de 1990 à 2010

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

Bases et analyses préliminaires

Bases et analyses préliminaires Prévention du syndrome RSI grâce à de nouveaux dispositifs d entrée sur l ordinateur - L Étude faite par l Université Technique de Darmstadt examine les tablettes à stylet en tant qu alternative ergonomique

Plus en détail

Le Guide LMD de l Étudiant ESEN

Le Guide LMD de l Étudiant ESEN Université de la Manouba École Supérieure d Économie Numérique Le Guide LMD de l Étudiant ESEN Approuvé par le conseil scientifique le 24 juillet 2015 Année universitaire 2015/2016 Table des matières 1.

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

La méthode des quotas

La méthode des quotas La méthode des quotas Oliviero Marchese, décembre 2006 1 La méthode des quotas Principe de la méthode Point de départ et but recherché Caractère «intuitif» de la méthode A quoi ressemble une feuille de

Plus en détail

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé

Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé Incohérences entre le Rapport URC ECO SSIAD et le système de tarification proposé P.16 Les SSIAD de l échantillon représentent environ 1.8% des SSIAD et 2.4% des places installées. Les tarifs des soins

Plus en détail

Patrick Morié, Bernard-Philippe Boyer

Patrick Morié, Bernard-Philippe Boyer Patrick Morié, Bernard-Philippe Boyer Tsoft et Groupe Eyrolles, 2004, ISBN : 2-212-11418-4 5 - ANALYSE ET SIMULATION 5 MODÈLE ITÉRATIF 1 - NOTION D ITÉRATION Dans certains modèles, il arrive qu une formule

Plus en détail

ECE : le plein d énergie!

ECE : le plein d énergie! 1S Thème : Comprendre Lois et modèles ECE : le plein d énergie! DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Formes et principes de conservation de l énergie Compétences exigibles du B.O. Énergie d un point

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

Programme LIFE+ www.life-moule-perliere.org/accueilmoule.php CONSERVATION DE LA MOULE PERLIÈRE D EAU DOUCE UNE ACTION COORDONNÉE PAR

Programme LIFE+ www.life-moule-perliere.org/accueilmoule.php CONSERVATION DE LA MOULE PERLIÈRE D EAU DOUCE UNE ACTION COORDONNÉE PAR Programme LIFE+ CONSERVATION DE LA MOULE PERLIÈRE D EAU DOUCE DU MASSIF ARMORICAIN LIFE 09 NAT/FR/000583 UNE ACTION COORDONNÉE PAR CORDINATION BAS-NORMANDE Protocole de suivi des Mulettes perlières du

Plus en détail

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS

KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS KIT DE SURVIE EN RECHERCHE D EXTREMA LIÉS Remarques préliminaires : Ce court document n a nullement la prétention de présenter la question de la recherche d extrema liés avec toute la rigueur qui lui serait

Plus en détail

Inventaire et suivi des reptiles

Inventaire et suivi des reptiles Inventaire et suivi des reptiles Ils sont réalisés par Simon Birckel de l Office national des forêts. Point bibliographique Documents de référence Les documents de référence sont : le dossier d enquête

Plus en détail

Enquête sur les investissements dans l industrie

Enquête sur les investissements dans l industrie Note Méthodologique Dernière mise à jour : 30-08-2010 Enquête sur les investissements dans l industrie Avertissement : depuis mai 2010, les résultats de l enquête trimestrielle sur les investissements

Plus en détail

Ajout de cartes vitales dans ADAGIO

Ajout de cartes vitales dans ADAGIO Ajout de cartes vitales dans ADAGIO La prise en compte des cartes Vitale nécessite un paramétrage au niveau d ADAGIO. Ce paramétrage n est pas exhaustif, car il est complété au fur et à mesure des intégrations.

Plus en détail

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation

Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Étapes du développement et de l utilisation d un modèle de simulation Formulation du problème Cueillette et analyse de données Conception

Plus en détail

pour La formation professionnelle vue par les salariés

pour La formation professionnelle vue par les salariés pour La formation professionnelle vue par les salariés Introduction Quelle est la vision des salariés sur la formation continue : quel est leur bilan sur 2009? Quelles sont leurs priorités pour 2010? Comment

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

La science des fusées 1

La science des fusées 1 Mth1101 - TD - Application 9 : optimisation avec contraintes, multiplicateurs de Lagrange La science des fusées 1 Introduction Une fusée comporte plusieurs étages composés d un moteur et de son carburant.

Plus en détail

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE

Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE Problématique de la qualité des données statistiques Alexandre BIAOU, DG/INSAE La qualité : «ensemble des propriétés et caractéristiques d un produit ou d un service qui lui confèrent l aptitude à satisfaire

Plus en détail

LES CENTRALES EOLIENNES

LES CENTRALES EOLIENNES LES CENTRALES EOLIENNES FONCTIONNEMENT Les éoliennes utilisent l énergie cinétique du vent (énergie éolienne) pour la transformer en énergie électrique. Elles produisent une énergie renouvelable (et même

Plus en détail

JF N 111541 Contact Ifop : Jérôme Fourquet Département Opinion et Stratégies d'entreprise Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com.

JF N 111541 Contact Ifop : Jérôme Fourquet Département Opinion et Stratégies d'entreprise Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com. JF N 111541 Contact Ifop : Jérôme Fourquet Département Opinion et Stratégies d'entreprise Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com pour Les Français et le port du voile ou du foulard islamique dans

Plus en détail

Les 4 pages suivantes montrent la réalisation du résumé

Les 4 pages suivantes montrent la réalisation du résumé Données de base Marcel Exemple est né le 15.03.1955 à Vevey. Catherine est née le 27.09.1960. Ils se sont mariés le 04.09.1982, et ont 2 enfants : David, né le 13.07.1985, employé de banque, et Christelle,

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE)

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) LES OPERATEURS D EFFICACITE ENERGETIQUE 15 mars 2011 Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) Le CPE est issu de la Directive 2006/32/CE, du 5 avril 2006, sur l'efficacité énergétique

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

PROJET D AIDE À L ÉCOLE DE ARMILA ( Kuna Yala ) Panama POUR LA PROTECTION DES TORTUES MARINES

PROJET D AIDE À L ÉCOLE DE ARMILA ( Kuna Yala ) Panama POUR LA PROTECTION DES TORTUES MARINES PROJET D AIDE À L ÉCOLE DE ARMILA ( Kuna Yala ) Panama POUR LA PROTECTION DES TORTUES MARINES LA VIE MARINE POURRAIT DISPARAÎTRE Réchauffement global des eaux, acidification, appauvrissement des milieux

Plus en détail

Analyse de trois stratégies de mise en œuvre d une même démarche de projet en sciences à l école élémentaire

Analyse de trois stratégies de mise en œuvre d une même démarche de projet en sciences à l école élémentaire Analyse de trois stratégies de mise en œuvre d une même démarche de projet en sciences à l école élémentaire Bernard Darley *, Philippe Prévost ** * IUFM d Aquitaine, Université Bordeaux 4 BP 219, 33021

Plus en détail

Fiche N 13 : Indice de Consommation (IC)

Fiche N 13 : Indice de Consommation (IC) Fiche N 13 : Indice de Consommation (IC) Suivre les variations de la pression de consommation des ongulés sur la flore lignifiée d un massif forestier INDICATEUR L indice de consommation (IC) traduit les

Plus en détail

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif

Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Protocole de Test d Ebullition de l Eau Comparatif Ce protocole a été mis au point pour trouver une alternative aux tests internationaux qui ont fixé un postulat non compatible avec la variabilité des

Plus en détail

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait

Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation. P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Modèles dynamiques et outils d'aide à la décision, liens avec l'expérimentation P. Faverdin INRA, UMR 1080 Production du lait Un contexte à la recherche d outils pour aider à piloter les systèmes agricoles

Plus en détail

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google?

Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Comment faire croître le trafic de vos Boutiques ALM grâce à une meilleure utilisation de Google? Préparé par l équipe ALM A l attention de la communauté ALM Novembre 2010 Introduction Comme vous le savez

Plus en détail

Rédiger un rapport technique

Rédiger un rapport technique Rédiger un rapport technique Prof. N. Fatemi Plan Introduction Présentation écrite Programmation du travail Rédaction Conseils génériques Références 2 Introduction Objectifs du cours Savoir étudier un

Plus en détail

PRÉPARATION AU CAPES DE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES

PRÉPARATION AU CAPES DE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES UNIVERSITÉ PARIS 8 UFR 4 DÉPARTEMENT DE SOCIOLOGIE http://www.univ-paris8.fr/sociologie/ PRÉPARATION AU CAPES DE SCIENCES ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ANNÉE 2006 / 2007 Page 2 SOMMAIRE Présentation générale

Plus en détail

Restitution étude énergétique BRETEIL 13 mars 2011

Restitution étude énergétique BRETEIL 13 mars 2011 Restitution étude énergétique BRETEIL 13 mars 2011 Evolution des consommations et du budget énergétique Année Consommation globale en kwh Dépense globale en Consommation en kwh / hab. Dépenses en / hab.

Plus en détail

Méthode de calcul des index estimés et méthode de contrôle des index pour les Points de Comptage et d Estimation (PCE) à relevé semestriel en gaz

Méthode de calcul des index estimés et méthode de contrôle des index pour les Points de Comptage et d Estimation (PCE) à relevé semestriel en gaz RÉFÉRENCE : Méthode de calcul des index estimés et méthode de contrôle des index pour les Points de Comptage et d Estimation (PCE) à relevé semestriel en gaz Ce document a pour objet de décrire d une part

Plus en détail

Distribution publique. Gestion des réseaux électriques Sepam unité de protection et contrôle-c o m m a n d e

Distribution publique. Gestion des réseaux électriques Sepam unité de protection et contrôle-c o m m a n d e Distribution publique Gestion des réseaux électriques Sepam unité de protection et contrôle-c o m m a n d e Protégez votre installation: disponibilité, optimisation et re n t a b i l i té La protection

Plus en détail

CAPELO - Compléments au dossier de carrière

CAPELO - Compléments au dossier de carrière CAPELO - Compléments au dossier de carrière Instructions administratives aux employeurs 01/01/2013 Tour du Midi / Zuidertoren Bruxelles1060 Brussel T +32 (0)2 791 50 00 F +32 (0)2 791 50 99 www.capelo.be

Plus en détail

Accès à Distance. Apogée Version 3.50.20 Avril 2006 1

Accès à Distance. Apogée Version 3.50.20 Avril 2006 1 Accès à Distance Apogée Version 3.50.20 Avril 2006 1 Accès à distance Service de réinscription Web Calcul des étapes proposables en réinscription administrative à distance 3 Page des étapes proposées à

Plus en détail

Enquête complémentarité modale avion train DGAC - Résultats 2014

Enquête complémentarité modale avion train DGAC - Résultats 2014 Enquête complémentarité modale avion train DGAC - Résultats 2014 SDE1 2022c Contexte L ouverture, en 1994, des gares TGV de Roissy CDG 2 et Lyon Saint-Exupéry a sensiblement modifié l attractivité et les

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo».

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo». Département Halieutique Manche Mer-du-Nord Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin Station de Normandie Avenue du Général de Gaulle, BP 32 14520 PORT-EN-BESSIN Eric FOUCHER Décembre 2008

Plus en détail

Initiation à la fouille de données et à l apprentissage automatiq

Initiation à la fouille de données et à l apprentissage automatiq Initiation à la fouille de données et à l apprentissage automatique 1 Laboratoire d Informatique Fondamentale de Marseille Université de Provence christophe.magnan@lif.univ-mrs.fr www.lif.univ-mrs.fr/

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

Tableaux personnalisés

Tableaux personnalisés Tableaux personnalisés Documentation d aide http://inventaire-forestier.ign.fr/spip/spip.php?rubrique18 2 SOMMAIRE 1. Choix des résultats à calculer...4 Principe général... 4 Étape 1 : choix d un domaine

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

FD/JF N 110979 Contacts IFOP : Jérôme Fourquet / Laure Bonneval Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com. pour

FD/JF N 110979 Contacts IFOP : Jérôme Fourquet / Laure Bonneval Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com. pour FD/JF N 110979 Contacts IFOP : Jérôme Fourquet / Laure Bonneval Tél : 01 45 84 14 44 jerome.fourquet@ifop.com pour Les Français et les écrans numériques Résultats détaillés Décembre 2012 Sommaire - 1 -

Plus en détail

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie

Africa RiskView. Bulletin Mensuel. Points forts : Introduction. Pluviométrie Points forts : Pluviométrie : Précipitations médiocres en Afrique de l Ouest Précipitations supérieures à la normale dans certaines régions d Afrique de l Est, notamment à l est du Tchad, au Soudan, au

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs MOINS DE 15 ANS Objectifs : Formation du joueur : Ces Cps ont pour objectifs de permettre aux joueurs de club différents de se retrouver dans

Plus en détail

Livret du Stagiaire en Informatique

Livret du Stagiaire en Informatique Université François-Rabelais de Tours Campus de Blois UFR Sciences et Techniques Département Informatique Livret du Stagiaire en Informatique Licence 3ème année Master 2ème année Année 2006-2007 Responsable

Plus en détail

Jouons à la pétanque

Jouons à la pétanque EPS à l école élémentaire Jouons à la pétanque S. Obholtz ; Belfort site «Instit90 Ce que l'enfant doit découvrir Savoir 1 1. Deux tenues de boules possibles 2. Adaptation de la puissance du lancer à l'éloignement

Plus en détail