Protocoles pour le suivi des pontes de tortues marines dans le cadre de Protomac. Professeur Marc Girondot

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Protocoles pour le suivi des pontes de tortues marines dans le cadre de Protomac. Professeur Marc Girondot"

Transcription

1 Muséum National d'histoire Naturelle de Paris Département de Systématique et Evolution Laboratoire des Reptiles et Amphibiens 25 rue Cuvier Paris & Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution Equipe de Conservation des Populations et des Communautés CNRS, AgroParisTech et Université Paris-Sud 11, UMR Orsay Cedex, France Protocoles pour le suivi des pontes de tortues marines dans le cadre de Protomac Professeur Marc Girondot Membre du Marine Turtles Specialist Group de l UICN Membre du comité français de l UICN Web: Résumé La logique conduisant au dénombrement des pontes de tortues marines pour établir une tendance et donc un statut est explicitée et un protocole détaillé est présenté. Ce protocole permet de s assurer que l estimation annuelle du nombre de pontes reste dans des limites raisonnables qui permettent d établir une tendance à l échelle de la dizaine d années de suivi. Le protocole stipule que 15 jours avant le début de la saison de pontes et pendant un mois, les équipes passent compter les traces tous les 3 jours au moins. Elles font de même à la fin de la saison pendant 1 mois autour de la date marquant la fin de la saison. Au centre de la saison, un passage au moins tous les 7 jours peut être effectué.

2 Introduction L estimation des effectifs de tortues marines est rendue très difficile du fait de la complexité du cycle de vie de ces espèces (Lanyon, 1989). En effet, les femelles ne pondent pas tous les ans, mais en revanche plusieurs fois durant la saison de pontes et elles sont plus ou moins fidèles à leur site de ponte. On notera de plus que toutes les montées à terre ne sont pas suivies d une ponte et qu il est en pratique pratiquement impossible de distinguer à coup sûr une ponte d une montée sans ponte. Enfin les mâles et les juvéniles ne sont jamais vus. Figure 1: Cycle biologique simplifié des tortues marines. Ces caractéristiques rendent de fait impossible l estimation directe de la taille des populations. Ainsi, seule une partie de la population sera estimée typiquement les femelles en nidification et le nombre de pontes annuelles par sites de pontes représente l indice de population le plus couramment employé (par exemple voir Godgenger, Bréheret, Bal et al., 2008, Troëng, Chacón & Dick, 2004). L obtention de cet indice passe par un échantillonnage de l activité de ponte sur un site de ponte. Un échantillonnage, c est une mesure, non pas de tout un système biologique, mais d un fragment de cet ensemble afin d en obtenir ses caractéristiques, en relation avec une question claire et précise.

3 Obtenir un échantillon représentatif nécessite donc de caractériser les éléments suivants: - Objectif de l étude, - Échelle spatio-temporelle adaptée, - Structure et dynamique du système étudié. De nombreux protocoles et méthodes sont disponibles pour réaliser un échantillonnage, tous avec des avantages et des inconvénients. Une stratégie d échantillonnage, c est avant tout un compromis entre une question biologique et un ensemble de contraintes L optimisation des stratégies d échantillonnage consiste donc à trouver la meilleure méthode d échantillonnage, c est-à-dire celle qui permettra un compromis optimal. Pour évaluer la tendance des populations des tortues marines, on cherchera donc à: - Minimiser la durée du suivi - Avoir une puissance de détection de la tendance la plus forte possible Dans une première partie, l objectif de cette note a consisté à clarifier la relation existante entre la variation interannuelle du nombre de pontes, l erreur d estimation produite lors les comptages, la durée du suivi et la capacité à détecter une tendance (Russo & Girondot, 2008a). Dans une seconde partie, différentes variantes de protocole d échantillonnage ont été testées (Russo & Girondot, 2008b) et enfin une préconisation sera faite pour le suivi des pontes de tortues marines sur la façade ouest africaine dans le cadre de Protomac.

4 Compter, mais combien de temps? Figure 2: Exemple fictif d'une série temporelle. Une série temporelle de dénombrement de pontes chez les tortues marines se décompose en quatre composantes. Un nombre d années d études, appelé N, une tendance r qui peut être positive ou négative, une variabilité interannuelle V qui décrit comment le nombre de pontes varie d année en année autour de la moyenne (d un point de vue technique V est un coefficient de variation et est donc strictement positif). Si le nombre de pontes dénombrés sur la plage suit exactement la tendance alors V=0. Une valeur de 0,5 est une fluctuation déjà très importante avec des années avec 0 pontes et d autres énormément. Le coefficient peut encore être plus fort si on observe des années exceptionnelles. L erreur d estimation annuelle, E, représente comment la valeur d une année est connue. Si E=0, cela signifie que l on connaît parfaitement la valeur de l année donc les patrouilles voient toutes les pontes et ne font jamais d erreur. C est peu réaliste, tout le monde se l accorde : toutes les nuits ne sont pas travaillées et au cours d une nuit des traces peuvent être manquées. E prend donc une valeur positive (d un point de vue technique E est aussi un coefficient de variation) et est en général inférieur à 0,5 (sinon cela signifie pratiquement qu on ne connaît pas le nombre de pontes sur la plage!). Nous avons recherché combien d années il fallait compter les pontes pour arriver à une tendance. Les principaux résultats sont résumés ci-après : - Plus la variabilité interannuelle V est forte plus il faut compter longtemps. Pour les tortues vertes, la variabilité interannuelle est forte et il faudra environ le double de temps pour détecter une tendance par rapport à l imbriquée ou l olivâtre. La luth est intermédiaire.

5 - Détecter une tendance de ±1% est irréaliste car demande plus de 30 ans de suivi. Des tendances à ±10% peuvent être détectées en 10 (tortue olivâtre) ou 20 ans (tortue verte). - L erreur annuelle E n a que peu d influence sur la possibilité de détecter la tendance, jusque dans des limites raisonnables. Cette limite raisonnable est de 0,2. Nous avons donc recherché quel est le protocole d échantillonnage sur la plage qui permet d atteindre cette valeur de E=0,2 en limitant te nombre de jours sur le terrain. Compter alors combien de jours? Une saison de pontes de tortues marines se présente toujours sous la même forme. Une phase ascendante où les tortues arrivent sur le site de ponte et commencent à pondre et une phase descendante où les tortues repartent du site de ponte vers le site d alimentation. La durée globale de la saison de ponte dépend à la fois du nombre moyen de pontes effectuées par les femelles mais aussi de la variabilité des dates d arrivée et de départ. Figure 3: Exemple de la saison de pontes de la tortue luth en Guyane française.

6 Cette forme bien caractéristique et ubiquiste a été mise à profit pour établir un modèle décrivant cette saison de pontes (Girondot, Rivalan, Wongsopawiro et al., 2006). Ainsi, connaissant seulement quelques dizaines de jours de comptage, on peut établir avec une précision assez bonne le nombre totale de pontes au cours de la saison et son erreur. Il restait cependant à déterminer exactement combien de jours devaient être compter et leur distribution au cours de la saison. Différentes modalités de dénombrement ont été simulées par 3 procédures distinctes résumées ci dessous : La situation 1 correspond à l idéal, quand toute la saison est suivie. Dans ce cas on considère que l erreur est minimale. Les situations 2 et 3 donnent un résultat identiques en terme de qualité de l estimation finale. On peut donc travailler par groupes de jours sur le terrain ce qui souvent est plus pratique. Pour un même nombre total de jours de suivis, la situation 4 est par contre elle nettement moins bonne alors que la 5 est la meilleure. En effet, la détermination du début et de la fin de la saison de ponte est l élément crucial pour déterminer le nombre total de pontes dans la saison. Une extension récente de cette méthodologie (Gaspar, Petit & Girondot, 2008) permet aussi de gérer l incertitude sur la date exacte d une ponte. Ainsi, on peut gagner en performance si au lieu de ne relever que les pontes de la nuit précédente, on relève toutes les pontes depuis le dernier passage.

7 Protocole de suivi des pontes 15 jours avant la date du début de la saison de pontes (voir plus loin les dates selon les espèces) et ce pendant un mois : Une équipe de 2 personnes passe sur la plage tous les 3 jours. Sur la fiche de patrouille, l équipe indique que la patrouille a été effectuée le matin du JJ/MM/AAAA sur telle zone. Si il a plu beaucoup les jours précédents, seules les traces de la nuit précédente seront relevées sinon toutes les nouvelles traces seront relevées (voir après comment déterminer une nouvelle trace). L indiquer sur la fiche de patrouille (Seules les traces de la nuit / Toutes les traces nouvelles). Pour chaque trace qui n avait pas été vues auparavant (voir plus loin comment ne pas la compter deux fois), la procédure suivante est effectuée : - Notez la présence d une trace - Mesure de la largeur maximale des marques laissées sur le sable. Si les équipes peuvent identifier l espèce avec certitude, cette information peut ne pas être notée. Dans ce cas, noter l espèce. Figure 4: Exemple de la mesure à prendre sur une trace. Pour information, la tortue luth laisse des traces de 150 à 230 cm, la tortue verte de 100 à 130 cm, la tortue imbriquée de 70 à 85 cm en général sous la végétation et la tortue olivâtre de 70 à 80 cm en général sur une plage ouverte.

8 - Si la patrouille a un GPS, relever le point GPS à la position estimée de la ponte ou du point de la trace le plus haut de la plage si celle-ci ne peut être estimée clairement. - Marquer la trace en la barrant à plusieurs endroits en haut de plage de traits avec un bâton. Ces traces rectilignes assez profondes seront aisément reconnaissables lors d un passage suivant et éviteront que la trace ne soit comptée deux fois. Figure 5: Exemple de trace barrée qui ne devra pas être recomptée. Autour du pic de la saison, le passage s effectue tous les 7 jours au minimum. Dans le cas, seules les traces de la nuit précédente sont relevées car il est souvent trop difficile de distinguer précisément les traces plus anciennes. A la fin de la saison de ponte, de nouveau les équipes passent tous les 3 jours en notant toutes les pontes entre deux passages si la météo le permet (même protocole que pour le début de saison). Si le responsable local du suivi juge que la procédure est trop complexe, seules les traces de la nuit précédente sont relevées selon le calendrier présenté ici.

9 Les saisons de ponte des tortues marines en Afrique centrale Les dates de saison ont été établies suite à l analyse de la base de données de Protomac pour l Afrique centrale (Godgenger, Gibudi & Girondot, 2008) : Espèce Début Pic Fin Tortue luth 15 septembre 20 décembre 30 avril Tortue olivâtre 15 juillet 30 octobre 15 février Tortue imbriquée 1 novembre 20 novembre 30 mars Tortue verte 15 août 20 décembre 30 mars Notez qu il existe des incertitudes fortes encore sur certaines de ces dates. Le protocole précédemment décrit doit être adapté sur chaque site en fonction des espèces présentes. Bibliographie Gaspar, C., Petit, M. & Girondot, M. (2008) Suivi de la ponte des tortues marines sur un atoll de Polynésie française. Congrès annuelle de la société herpétologique de France. La Rochelle, France. Girondot, M., Rivalan, P., Wongsopawiro, R., Briane, J.-P., Hulin, V., Caut, S., Guirlet, E. & Godfrey, M.H. (2006) Phenology of marine turtle nesting revealed by a statistical model of the nesting season. BMC Ecology 6, 11. Godgenger, M.-C., Bréheret, N., Bal, G., N damité, K., Girard, A. & Girondot, M. (2008) Nesting estimation and analysis of threats for Leatherback (Dermochelys coriacea) and Olive Ridley (Lepidochelys olivacea) marine turtles nesting in Congo. Oryx In press. Godgenger, M.-C., Gibudi, A. & Girondot, M. (2008) Activités de ponte des tortues marines sur l'ouest africain. Rapport d'étude pour Protomac, Gabon, pp Université Paris Sud, CNRS et Protomac, Orsay, France. Lanyon, J.M. (1989) Dugongs and turtles: grazers in the seagrass system. Biology of Seagrasses: A treatise on the biology of seagrasses with special reference to the Australian region, pp Elsevier, Amsterdam, New York. Russo, M. & Girondot, M. (2008a) How long to monitor marine turtles populations to conclude for a trend? Report for SWOT organization, pp. 99. Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution, Université Paris Sud, CNRS et AgroParisTech, Paris, France. Russo, M. & Girondot, M. (2008b) How many night counts to get a defined level of intraannual coefficient of variation for nest counts? Report for SWOT organization, pp. 46. Laboratoire Ecologie, Systématique et Evolution, Université Paris Sud, CNRS et AgroParisTech, Paris, France. Troëng, S., Chacón, D. & Dick, B. (2004) Possible decline in leatherback turtle Dermochelys coriacea nesting along the coast of Caribbean Central America. Oryx 38,

Normes minimales en matière de données de suivi des plages de ponte. Version 1.0

Normes minimales en matière de données de suivi des plages de ponte. Version 1.0 Normes minimales en matière de données de suivi des plages de ponte Version 1.0 Citation recommandée : Conseil scientifique de SWOT. 2011. L état des tortues marines dans le monde (SWOT). Normes minimales

Plus en détail

Préambule : Sous le patronage de :

Préambule : Sous le patronage de : Sous le patronage de : Association reconnue d utilité publique Université Paris VI Laboratoire d Anatomie comparée 2 place Jussieu 75005 PARIS http://www.societeherpetologiquedefrance.com Préambule : L

Plus en détail

Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007-2012

Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007-2012 Plan de restauration des tortues marines en Guyane 2007-2012 La tortue olivâtre Lepidochelys olivacea et la tortue verte Chelonia mydas. Qu est ce qu un plan de restauration? la tortue luth Dermochelys

Plus en détail

Suivi des populations d amphibiens de France

Suivi des populations d amphibiens de France Suivi des populations d amphibiens de C. MIAUD, Professeur à l'université de Savoie Atlas : répartition Gestion espaces et espèces : nécessité de nouveaux outils (N 2000; plans d action, etc.) Personnels

Plus en détail

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE)

Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) LES OPERATEURS D EFFICACITE ENERGETIQUE 15 mars 2011 Les fondamentaux du Contrat de Performance Energétique (CPE) Le CPE est issu de la Directive 2006/32/CE, du 5 avril 2006, sur l'efficacité énergétique

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail

Sciences Boîte à Outils

Sciences Boîte à Outils Sciences Boîte à Outils Si le cours de Sciences, comme tous les autres d ailleurs, est fait pour te permettre d acquérir des connaissances générales, il doit aussi te servir à utiliser des techniques,

Plus en détail

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire

Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire CHAPITRE 3 Relation entre deux variables : estimation de la corrélation linéaire Parmi les analyses statistiques descriptives, l une d entre elles est particulièrement utilisée pour mettre en évidence

Plus en détail

FICHE ENVIRONNEMENT. Protection des tortues marines à Ebodjé

FICHE ENVIRONNEMENT. Protection des tortues marines à Ebodjé FICHE ENVIRONNEMENT Protection des tortues marines à Ebodjé FICHE DE PRESENTATION MISSION : Suivi de la nidification des tortues marines et mis en place d une campagne de sensibilisation sur la protection

Plus en détail

Cette publication a été rendue possible grâce au financement accordé par Pour plus d' informations, contacter:

Cette publication a été rendue possible grâce au financement accordé par <Partemaire> Pour plus d' informations, contacter: Ces fiches d'identification sont produites dans le cadre d'une série d'outils de sensibilisation développés par la Commission des Thons de l'océan Indien et le Secrétariat Général de la Communauté du Pacifique

Plus en détail

CLE Groupe «Biodiversité»

CLE Groupe «Biodiversité» CLE Groupe «Biodiversité» AUTEUR/ÉMETTEUR COMPTE RENDU DE RÉUNION DATE DE LA RÉUNION Mission Développement Durable 17/01/2011 PARTICIPANTS Ville d Angers/ Angers Loire Métropole/ groupe projet (en interne)

Plus en détail

Parité réseau. 1. Synthèse. 2. Introduction

Parité réseau. 1. Synthèse. 2. Introduction Parité réseau Document connaissances de base, état: octobre 2013 1. Synthèse Dès lors que l électricité autoproduite affiche un coût équivalent à celui de l électricité prélevée sur le réseau, elle devient

Plus en détail

Application mobile de l IRM version 2.1

Application mobile de l IRM version 2.1 Application mobile de l IRM version 2.1 IRM application mobile v2.1 / Android iphone 08/05/2015 1 Table des matières Table des matières 1 Téléchargement 2 Installation 3 Configuration 3.1 Premier écran

Plus en détail

MAR AMBIENTE E PESCA ARTESANAL CP 292 SÃO TOME E PRINCIPE TEL / FAX : 00 239 222 792 Email: marapa@cstome.net Site: www.marapa.org

MAR AMBIENTE E PESCA ARTESANAL CP 292 SÃO TOME E PRINCIPE TEL / FAX : 00 239 222 792 Email: marapa@cstome.net Site: www.marapa.org MAR AMBIENTE E PESCA ARTESANAL CP 292 SÃO TOME E PRINCIPE TEL / FAX : 00 239 222 792 Email: marapa@cstome.net Site: www.marapa.org Rapport final du projet Sensibilisation de scolaires à la protection des

Plus en détail

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale

Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à. l intention des chercheurs évoluant en recherche fondamentale V E R S I O N A V R I L 2 0 1 2 C E N T R E D E R E C H E R C H E C L I N I Q U E É T I E N N E - L E B E L D U C H U S Guide de rédaction d un protocole de recherche clinique à l intention des chercheurs

Plus en détail

Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie)

Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie) Quelques aspects éthologiques du Fuligule nyrocaaythyanyroca dans la réserve naturelle du lac de Réghaia (Algérie) Aicha LARDJANE-HAMITI 1, Fatiha METNA 1, Samira MERABET 1, Karima RAKEM 2, Mohamed BOUKHEMZA

Plus en détail

Sophie Dincq. Développement et évaluation de méthodes scientifiques et pédagogiques pour l étude des tortues marines en Polynésie française

Sophie Dincq. Développement et évaluation de méthodes scientifiques et pédagogiques pour l étude des tortues marines en Polynésie française Développement et évaluation de méthodes scientifiques et pédagogiques pour l étude des tortues marines en Polynésie française Lieu de stage : Association Te mana o te moana, Polynésie française Maître

Plus en détail

PLAN DE RESTAURATION DES TORTUES MARINES DES ANTILLES FRANCAISES PLAN D ACTION GUADELOUPE

PLAN DE RESTAURATION DES TORTUES MARINES DES ANTILLES FRANCAISES PLAN D ACTION GUADELOUPE PLAN DE RESTAURATION DES TORTUES MARINES DES ANTILLES FRANCAISES PLAN D ACTION GUADELOUPE Direction Régionale de l Environnement de Guadeloupe Avec la participation du Réseau Tortues Marines de Guadeloupe

Plus en détail

I.2 Comment passer d un signal analogique en un signal numérique sans perdre de l information?

I.2 Comment passer d un signal analogique en un signal numérique sans perdre de l information? I- Chaîne d information I.1 Généralités Dans un ballon-sonde, on trouve des capteurs (température, luminosité, pression ) plus ou moins sophistiqués. Nous allons voir que pour un problème technique identique

Plus en détail

MUSEUM NAT. D'HISTOIRE NATURELLE PARIS Référence GALAXIE : 4113

MUSEUM NAT. D'HISTOIRE NATURELLE PARIS Référence GALAXIE : 4113 MUSEUM NAT. D'HISTOIRE NATURELLE PARIS Référence GALAXIE : 4113 Numéro dans le SI local : Référence GESUP : 4113 Corps : Maître de conférences du Muséum national d'histoire naturelle Article : 32ou40 Chaire

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITE PROFESSIONNELLE

RAPPORT D ACTIVITE PROFESSIONNELLE CENTRE :... RAPPORT D ACTIVITE PROFESSIONNELLE LICENCE Sciences Technologies Santé (STS) Mention Sciences pour l ingénieur en Chimie Alimentation Santé (CAS) Parcours (à cocher) 1 : Chimie 2 : Agro-industries

Plus en détail

Module ITC34 - Algorithmique et Programmation

Module ITC34 - Algorithmique et Programmation Module ITC34 - Algorithmique et Programmation TDs Algorithmique (trois séances) Benoît Darties - benoit.darties@u-bourgogne.fr Univ. Bourgogne Franche-Comté Année universitaire 2015-2016 Avant-propos :

Plus en détail

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION

CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION CONSOMMATION FRANCAISE D ELECTRICITE CARACTERISTIQUES ET METHODE DE PREVISION Ce document présente : les principales caractéristiques cycliques de la consommation d électricité en France, les différents

Plus en détail

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R

Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Les simulations dans l enseignement des sondages Avec le logiciel GENESIS sous SAS et la bibliothèque Sondages sous R Yves Aragon, David Haziza & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, UMR CNRS 5604, Université des Sciences

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE

1. INTRODUCTION 2. DESCRIPTION DE L ETUDE 1. INTRODUCTION Il existe en Suisse de nombreuses installations de récupération de chaleur sur les eaux usées dont le taux de récupération varie entre 30 et 80%. La plupart de ces installations se trouvent

Plus en détail

Inventaire et suivi des reptiles

Inventaire et suivi des reptiles Inventaire et suivi des reptiles Ils sont réalisés par Simon Birckel de l Office national des forêts. Point bibliographique Documents de référence Les documents de référence sont : le dossier d enquête

Plus en détail

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS

QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Journées Jeunes Chercheurs d Aussois d - Décembre D 2003 U494 QUANTIFICATION DES EXAMENS ONCOLOGIQUES AU FLUORO-DÉOXYGLUCOSE OXYGLUCOSE EN TOMOGRAPHIE PAR ÉMISSION DE POSITONS Juliette FEUARDENT Thèse

Plus en détail

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES?

MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? MODELISATION : QUELLES SONT LES HYPOTHESES FIXEES? La réalisation des calculs de TEXTINERGIE a nécessité la prise en compte de certaines hypothèses. Celles-ci portent sur les éléments du bâtiment modélisé

Plus en détail

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer

Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer Analyses du vent et étude du potentiel technico-économique éolien en mer B. Pouponneau1, L.Thiebaud 2, C. Conseil3, P.Vigne4, J.Christin5, C. Périard1, S. Martinoni-Lapierre1 Météo-France, Toulouse, France

Plus en détail

Qu est-ce que le risque?

Qu est-ce que le risque? FAIRTRADE INTERNATIONAL Qu est-ce que le risque? Le risque est l effet potentiel de l incertitude sur les objectifs d un projet. La gestion des risque compte quatre parties essentielles : l évaluation

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Expérience 3 Formats de signalisation binaire

Expérience 3 Formats de signalisation binaire Expérience 3 Formats de signalisation binaire Introduction Procédures Effectuez les commandes suivantes: >> xhost nat >> rlogin nat >> setenv DISPLAY machine:0 >> setenv MATLABPATH /gel/usr/telecom/comm_tbx

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA

APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS. Projet EPICEA APPEL A PROJETS 2007 DE LA VILLE DE PARIS PROGRAMME DE RECHERCHE SUR PARIS Projet EPICEA Etude Pluridisciplinaire des Impacts du Changement climatique à l Echelle de l Agglomération parisienne Rapport

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

I. Candidats bacheliers scientifiques (ou équivalent)... 4. II. Candidats en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles... 6

I. Candidats bacheliers scientifiques (ou équivalent)... 4. II. Candidats en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles... 6 Table des matières I. Candidats bacheliers scientifiques (ou équivalent)... 4 II. Candidats en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles... 6 III. Candidats en Bac +2 ou plus dans un établissement hors de

Plus en détail

Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute

Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute Nº 755 BULLETIN DE L UNION DES PHYSICIENS 883 Incertitudes expérimentales Étude de cas : logiciel Chute par Daniel BEAUFILS Institut National de Recherche Pédagogique, 910 Montrouge Juan-Carlos IMBROGNO

Plus en détail

Distribution publique. Gestion des réseaux électriques Sepam unité de protection et contrôle-c o m m a n d e

Distribution publique. Gestion des réseaux électriques Sepam unité de protection et contrôle-c o m m a n d e Distribution publique Gestion des réseaux électriques Sepam unité de protection et contrôle-c o m m a n d e Protégez votre installation: disponibilité, optimisation et re n t a b i l i té La protection

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse

Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Analyse, modélisation et simulation de la demande pour des véhicules électriques en Suisse Dr. Michaël Thémans, Vice-Présidence pour le Transfert de Technologie Directeur Adjoint du Centre de Transport

Plus en détail

Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT -

Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT - Ecole Régionale Postuniversitaire d Aménagement et de Gestion Intégrés des Forêts et Territoires Tropicaux - ERAIFT - 2 ème Subvention forfaitaire à l Ecole Régionale post-universitaire d Aménagement et

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

I. Candidats bacheliers scientifiques (ou équivalent)... 4. II. Candidats en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles... 6

I. Candidats bacheliers scientifiques (ou équivalent)... 4. II. Candidats en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles... 6 Table des matières I. Candidats bacheliers scientifiques (ou équivalent)... 4 II. Candidats en Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles... 6 III. Candidats en Bac +2 ou plus dans un établissement hors de

Plus en détail

MERIGEO. De la côte à l océan: l information géographique en mouvement. Brest 24-26 novembre 2015

MERIGEO. De la côte à l océan: l information géographique en mouvement. Brest 24-26 novembre 2015 Les fonds marins accessibles à tous avec la restitution tridimensionnelle haute résolution MERIGEO De la côte à l océan: l information géographique en mouvement Brest 24-26 novembre 2015 B. CHEMISKY 1

Plus en détail

Soins parentaux. Soins parentaux. Plusieurs groupes donnent des soins. Variation dans les soins parentaux fournis

Soins parentaux. Soins parentaux. Plusieurs groupes donnent des soins. Variation dans les soins parentaux fournis BIO3576 - Université d Ottawa Prof. Gabriel Blouin-Demers Labo d Herpétologie Herpetology Lab Écologie comportementale & physiologique Behavioural & physiological ecology 1 Tout comportement qui augmente

Plus en détail

Analyse de variance à 2 facteurs imbriqués sur données de comptage - Application au contrôle de

Analyse de variance à 2 facteurs imbriqués sur données de comptage - Application au contrôle de Analyse de variance à 2 facteurs imbriqués sur données de comptage - Application au contrôle de qualité Florence Loingeville 1,2,3, Julien Jacques 1,2, Cristian Preda 1,2, Philippe Guarini 3 & Olivier

Plus en détail

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur

Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur perception et leur attachement à la mer, sur ACTIVITES ECONOMIQUES LITTORALES ET MARITIMES Les Français et la mer : perceptions et attachements Analyse socio-économique générale A RETENIR Les Français sont interrogés depuis plusieurs années sur leur

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck

CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO. Août 2009 Hilde De Boeck CONTRÔLE DE LA QUALITE ANALYTIQUE AU LABO Août 2009 Hilde De Boeck SOMMAIRE 1. Introduction 2. Mise en œuvre d un CQI 3. Préparation d un échantillon CQI 4. Calcule des valeurs cibles 5. Réalisation du

Plus en détail

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay

Modélisation prédictive et incertitudes. P. Pernot. Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Modélisation prédictive et incertitudes P. Pernot Laboratoire de Chimie Physique, CNRS/U-PSUD, Orsay Plan 1 Incertitudes des modèles empiriques 2 Identification et caractérisation des paramètres incertains

Plus en détail

Des outils pour l optimisation et la robustesse. Marc Sevaux

Des outils pour l optimisation et la robustesse. Marc Sevaux Des outils pour l optimisation et la sse Marc Sevaux Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis Laboratoire d Automatique, de Mécanique et d Informatique Industrielles et Humaines (UMR CNRS 8530)

Plus en détail

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork)

EBONE. Réseau Européen d Observation de la Biodiversité. (European Biodiversity Observation NEtwork) EBONE Réseau Européen d Observation de la Biodiversité (European Biodiversity Observation NEtwork) Vers un système de surveillance de la biodiversité intégré dans l espace et dans le temps FP7 Projet Collaboratif

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les bases de l analyse technique Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif.

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme?

Exercices Alternatifs. Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? Exercices Alternatifs Quelqu un aurait-il vu passer un polynôme? c 2004 Frédéric Le Roux, François Béguin (copyleft LDL : Licence pour Documents Libres). Sources et figures: polynome-lagrange/. Version

Plus en détail

Rapport du programme : Prospection aérienne de concentration de reproducteurs (ICCAT/GBYP Phase 2-2011) Zone Malte Bloc 3CM

Rapport du programme : Prospection aérienne de concentration de reproducteurs (ICCAT/GBYP Phase 2-2011) Zone Malte Bloc 3CM Rapport du programme : Prospection aérienne de concentration de reproducteurs (ICCAT/GBYP Phase 2-2011) Zone Malte Bloc 3CM Juillet 2011 Sébastien Stradal Damien Grima Table des matières TABLE DES MATIERES...

Plus en détail

Conversion DC / DC. TOYOTA PRIUS (Source : Concours Centrale Supélec TSI 2006)

Conversion DC / DC. TOYOTA PRIUS (Source : Concours Centrale Supélec TSI 2006) TOYOTA PRIUS (Source : Concours Centrale Supélec TSI 006) Objectifs de l étude : Déterminer la plage de variation du rapport cyclique α permettant d obtenir une tension U 1 constante quelle que soit la

Plus en détail

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

12-02 BFT RECOMMANDATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ICCAT CONCERNANT LE PROGRAMME DE RÉTABLISSEMENT DU THON ROUGE DE L ATLANTIQUE OUEST

12-02 BFT RECOMMANDATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ICCAT CONCERNANT LE PROGRAMME DE RÉTABLISSEMENT DU THON ROUGE DE L ATLANTIQUE OUEST 12-02 BFT RECOMMANDATION SUPPLÉMENTAIRE DE L ICCAT CONCERNANT LE PROGRAMME DE RÉTABLISSEMENT DU THON ROUGE DE L ATLANTIQUE OUEST RAPPELANT la Recommandation de l ICCAT visant à établir un programme de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L'ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE Arrêté du 30 octobre 2014 relatif aux tarifs réglementés de vente de l électricité NOR :

Plus en détail

Le Non Farm Employment Change

Le Non Farm Employment Change FOREX-TRADING-COACHING Le Non Farm Employment Change Secret de trading Eric David Cet Ebook vous est offert par le site http://www.ericdavid-forex.com/ Attention : Cet Ebook est distribué gratuitement

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Contexte de l étude Promotion des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales Zone urbaine : peu d espace disponible au sol

Contexte de l étude Promotion des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales Zone urbaine : peu d espace disponible au sol Christelle SENECHAL Sepia Conseils Contexte de l étude Promotion des techniques alternatives de gestion des eaux pluviales Zone urbaine : peu d espace disponible au sol < Toit stockant Toiture > végétalisée

Plus en détail

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante

LA 7EME EDITION. Ø Une édition riche et innovante Le Salon de l Écologie est un événement annuel d envergure nationale organisé par les étudiants du master Ingénierie en Écologie et en Gestion de la Biodiversité (IEGB) de l Université de Montpellier.

Plus en détail

RÉGULATION DE LA CHARGE AVEC LA TÉLÉCOM- MANDE CENTRALISÉE

RÉGULATION DE LA CHARGE AVEC LA TÉLÉCOM- MANDE CENTRALISÉE RÉGULATION DE LA CHARGE AVEC LA TÉLÉCOM- MANDE CENTRALISÉE 1. Le pic de puissance sous contrôle La réduction des coûts est l'un des défis permanents auxquels toutes les sociétés distributrices d'énergie

Plus en détail

Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES

Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES Module de Formation N 4 NOTIONS COMPLÉMENTAIRES : LES INDICES INTRODUCTION Cette présentation est consacrée aux indices statistiques. Elle s adresse à des non statisticiens travaillant dans les services

Plus en détail

M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes»

M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes» M.A.E., F.S.P. «Sud-Expert-Plantes» Termes de référence de la composante 1 Plans de Formation Introduction L initiative Sud Expert Plantes du Ministère français des Affaires Etrangères soutient l'effort

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

ORGANISATION DU TEMPS DE TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Organisation du temps de travail Dernière Mise à jour : fév 2010- SOMMAIRE 1. LA DUREE LEGALE DU TEMPS DE TRAVAIL 2. LE TEMPS DE TRAVAIL EFFECTIF 3. LES GARANTIES MINIMALES POUR LES AGENTS 4. LES CONGES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 31 juillet 2013 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 21 sur 122 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Arrêté du 26

Plus en détail

I N C U B A T E U R S

I N C U B A T E U R S I N C U B A T E U R S FROILABO offre une gamme complète d incubateurs, à convection naturelle ou forcée, avec et sans réfrigération, répondant à % des applications des laboratoires. La standardisation

Plus en détail

Mon plan de sondage en 9 questions

Mon plan de sondage en 9 questions Tiral Sidi Mon plan de sondage en 9 questions Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par

Plus en détail

Avis sur la ligne directrice «indicateurs de performance des gestionnaires de réseau de gaz et d électricité»

Avis sur la ligne directrice «indicateurs de performance des gestionnaires de réseau de gaz et d électricité» Avis sur la ligne directrice «indicateurs de performance des gestionnaires de réseau de gaz et d électricité» 30-05-2012 Bruno Van Zeebroeck 1. Contexte Le législateur impose aux gestionnaires de réseau

Plus en détail

Les villes face au changement climatique

Les villes face au changement climatique Petit-déjeuner de presse 2 juillet 2015 Les villes face au changement climatique Contacts presse Météo-France Anne Orliac 01 77 94 71 36 Sarah Bardis 01 77 94 71 32 presse@meteo.fr @meteofrance Contact

Plus en détail

RAPPORT. Formation taxonomique & accès aux collections belges

RAPPORT. Formation taxonomique & accès aux collections belges Numéro de référence du dossier de candidature : CBD/GTI-02/201 Date de réception : (partie réservée à l administration belge) RAPPORT Formation taxonomique & accès aux collections belges NOTIFICATION Le

Plus en détail

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION

LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION LOAD PROFILING : ESTIMATION D UNE COURBE DE CONSOMMATION ET PRECISION D ESTIMATION Olivier Chaouy EDF R&D 1, avenue du Général de Gaulle - 92141 Clamart Cedex - France olivier.chaouy@edf.fr Résumé : Le

Plus en détail

Optimisation des tournées de ramassage scolaire de la commune de Seneffe

Optimisation des tournées de ramassage scolaire de la commune de Seneffe Optimisation des tournées de ramassage scolaire de la commune de Seneffe Laurie Hollaert Séminaire GRT 7 novembre Laurie Hollaert Optimisation des tournées de ramassage scolaire de la commune de Seneffe

Plus en détail

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE

ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Secrétariat canadien de consultation scientifique Avis scientifique 2010/054 ÉVALUATION DU STOCK DE PÉTONCLES D ISLANDE DE LA ZONE TRANSFRONTALIÈRE FRANCO-CANADIENNE DU BANC DE SAINT-PIERRE Contexte Figure

Plus en détail

Rapport d étude. ADN environnemental. Détection de l Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau. Sologne France. DREAL Centre

Rapport d étude. ADN environnemental. Détection de l Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau. Sologne France. DREAL Centre Rapport d étude 1 DREAL Centre Conseil régional de la région Centre ADN environnemental Détection de l Espèce Exotique Envahissante Grenouille taureau Sologne France Gabriel MICHELIN chargé d études faune

Plus en détail

Gestion obligataire passive

Gestion obligataire passive Finance 1 Université d Evry Séance 7 Gestion obligataire passive Philippe Priaulet L efficience des marchés Stratégies passives Qu est-ce qu un bon benchmark? Réplication simple Réplication par échantillonnage

Plus en détail

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs

Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs Saison 2012 / 2013 Centre Perfectionnement Sportif Joueurs MOINS DE 15 ANS Objectifs : Formation du joueur : Ces Cps ont pour objectifs de permettre aux joueurs de club différents de se retrouver dans

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Admissions en formation initiale sous statut étudiant. Guide de candidature des candidats internationaux

Admissions en formation initiale sous statut étudiant. Guide de candidature des candidats internationaux Admissions en formation initiale sous statut étudiant Guide de candidature des candidats internationaux Session 2013 Table des matières I. Baccalauréat Scientifique (ou équivalent)...3 II. Classe Préparatoire

Plus en détail

Problématiques dans trading à haute fréquence

Problématiques dans trading à haute fréquence Extrait de la présentation de Charles-Albert Lehalle, Atelier Trading & Micro-structure, Collège de France, 10 Décembre 2008. mdang@cheuvreux.com Recherche Quantitative, Séminaire de la finance, VNFinance

Plus en détail

Les clients puissance cube

Les clients puissance cube LETTRE CONVERGENCE Les clients puissance cube L intelligence artificielle au service du marketing des services N 28 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet de conseil

Plus en détail

Identification : ERDF-PRO-RES_07E Version : V3 Nombre de pages : 9

Identification : ERDF-PRO-RES_07E Version : V3 Nombre de pages : 9 Direction Réseau A Étude de tenue aux courants de court circuit pour le raccordement Identification : ERDF-PRO-RES_07E Version : V3 Nombre de pages : 9 Version Date d'application Nature de la modification

Plus en détail

Système des satellites de Jupiter sous Géogébra Partie II - vu de la Terre

Système des satellites de Jupiter sous Géogébra Partie II - vu de la Terre ystème des satellites de upiter sous Géogébra Partie II - vu de la Terre Les satellites de upiter représentent une très bonne illustration d un système képlérien simple si l on ne prend pas en compte les

Plus en détail

Groupe travail ICCAT d'évaluation de stock du thon rouge Atlantique Travaux de l Ifremer en amont du GT Principaux résultats du GT

Groupe travail ICCAT d'évaluation de stock du thon rouge Atlantique Travaux de l Ifremer en amont du GT Principaux résultats du GT Groupe travail ICCAT d'évaluation de stock du thon rouge Atlantique 4-11 septembre 2012, Madrid Participation: Jean-Marc Fromentin et Sylvain Bonhommeau Rédaction du compte rendu: Jean-Marc Fromentin Le

Plus en détail

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo».

Evaluation de la population de Coquilles Saint-Jacques Pecten maximus dans la zone de prospection dite «Poweo». Département Halieutique Manche Mer-du-Nord Laboratoire Ressources Halieutiques de Port-en-Bessin Station de Normandie Avenue du Général de Gaulle, BP 32 14520 PORT-EN-BESSIN Eric FOUCHER Décembre 2008

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire Programmation linéaire DIDIER MAQUIN Ecole Nationale Supérieure d Electricité et de Mécanique Institut National Polytechnique de Lorraine Mathématiques discrètes cours de 2ème année Programmation linéaire

Plus en détail

ÉPREUVE FACULTATIVE D INFORMATIQUE. Codage cyclique

ÉPREUVE FACULTATIVE D INFORMATIQUE. Codage cyclique ÉCOLE POLYTECHNIQUE CONCOURS D ADMISSION 2003 FILIÈRES PSI ET PT ÉPREUVE FACULTATIVE D INFORMATIQUE (Durée : 2 heures) L utilisation des calculatrices n est pas autorisée pour cette épreuve. Avertissements

Plus en détail

Stratégies de méthodologie

Stratégies de méthodologie Stratégies de méthodologie La gestion du temps Source : Caroline Garneau en collaboration avec Anie Chaput, orthopédagogue. Cégep Marie Victorin 3 Références Davis, Leslie et al. Study Strategies Made

Plus en détail

EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE

EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE 1 EVOLUTION DE LA FORCE MUSCULAIRE DURANT LA REEDUCATION PERINEALE Etude prospective effectuée sur 200 patientes et patients consécutivement traités pour des troubles divers de la fonction périnéo-sphinctérienne.

Plus en détail