«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches»"

Transcription

1 Synthèse de la table ronde 2- Giens XXI -octobre 2005 «Adaptation de la mise en œuvre des bonnes pratiques cliniques en fonction des caractéristiques de certaines recherches» Pierre-Henri.Bertoye, Soizic.Courcier-Duplantier, Nicolas.Best Et tous les membres de la table ronde : Michel.Abiteboul, Françoise.Augiers de Cremiers, Chantal.Belorgey, S.Blazejewski, Annick.Bouxin-Metro, Geneviève.Chene, Monique.Couderc, Muriel.Danan-Durieux, Anne.Deneulin, François.Faurisson,, Véronique.Foltzer, Jean- Marc.Laurent-Vo, Monique.Malchiodi, Pierre.Marquet, Claire.Orefice, Eric.Postaire, Claire.Rancinan, Jean-Christophe.Reynier, Alain.Spriet, Anne.Tibi, Claire.Toneatti, Jean-Marc.Treluyer, Eric.Vicaut, A.Vincent-Pelletier La qualité de la conception, de la mise en œuvre et du suivi d un essai clinique conditionne la sécurité des personnes qui s y prêtent et la recevabilité et la fiabilité des résultats obtenus sur un médicament ou une stratégie thérapeutique. La réalisation des essais cliniques se fait dans un cadre règlementaire strict récemment modifié par la directive 2001/20/CE du 4 avril 2001 «concernant le rapprochement des dispositions législatives, règlementaires et administratives des Etats membres relatives à l application de bonnes pratiques cliniques dans la conduite d essais cliniques de médicaments à usage humain.», qui a fait l objet d une transposition en France dans la loi d orientation de Santé Publique du 9 août 2004 (livre 1er, titre II du code de la santé publique) et dont le décret d application est en cours d élaboration. L application des bonnes pratiques cliniques a également fait l objet d une directive européenne, la directive 2005/28/CE du 8 avril 2005 «fixant des principes et des lignes directrices détaillées relatifs à l application de bonnes pratiques cliniques (BPCs) en ce qui concerne les médicaments expérimentaux à usage humain, ainsi que les exigences pour l octroi de l autorisation de fabriquer ou d importer ces médicaments». Cette directive appelle dans ses considérants un projet de guide relatif à des modalités spécifiques pour la mise en œuvre de ces BPCs. Dans ce contexte, l objectif de cette table ronde était d élaborer des recommandations raisonnables pour la mise en œuvre des BPCs, compte tenu des enjeux des recherches biomédicales. Ces recommandations avaient pour but d une part d influencer des réflexions ou des pratiques déjà en application dans certaines structures de recherche, d autre part d établir un point de vue consensuel entre les différents partenaires (institutionnels, cliniciens, patients, industriels) qui puisse être présenté et discuté au niveau communautaire pour enrichir les débats sur le guide européen «specific modalities for academic research» en cours d élaboration (France et UK pays rapporteurs). Avant toute chose, il est apparu nécessaire de définir de façon précise le périmètre de travail, c'est-à-dire le type de recherches pour lesquelles l adaptation de la mise en œuvre des BPCs était envisageable. De façon consensuelle, il a été décider que les travaux de la table ronde : -ne concerneraient que les recherches portant sur le médicament et bénéficiant de l AMM ; -excluraient toutes les études post AMM à visée «règlementaire», c'est-à-dire réalisées de façon prospective soit dans le cadre d une AMM conditionnelle, soit dans le cadre de la recherche d une nouvelle indication ; -se limiteraient aux essais cliniques interventionnels, et n aborderaient pas les études non interventionnelles dont le décret fixant le champ d application par rapport à la loi de santé publique n est pas encore publié.

2 Ainsi, à titre d exemples, ont été retenus dans le champ de la table ronde : Les études cliniques de sécurité Post AMM (voir ICHE2E : étudier les risques potentiels identifiés -effets indésirables ou évènements indésirables- qui nécessitent une évaluation et/ou une caractérisation plus précise) Les études cliniques visant à préciser une indication (sous population, contre-indication ) menant à des publications pouvant influer sur des recommandations de bonnes pratiques (exemple : aspirine chez l insuffisant rénal en prévention des accidents thromboemboliques) Les études cliniques de comparaison de stratégies thérapeutiques ou diagnostiques Une fois le périmètre défini, il est primordial et indispensable avant d envisager toute adaptation dans la mise en œuvre des BPCs, de définir quels sont les risques et les enjeux liés à la recherche qui va débuter. Ceci doit être entrepris le plus tôt possible, doit être décrit, documenté et détaillé de façon à mettre en regard de ces risques et de ces enjeux un véritable plan qualité. Deux types de risque ont été identifiés : - tout d abord les risques liés aux caractéristiques de la recherche : Patients de l essai (populations à risque particulier?...) Médicament (toxicité particulière?...) Dangers liés au protocole (examens invasifs?...) Méthode -design Structure en charge de la recherche (expérience en recherche clinique?...) -ensuite les enjeux liés à l impact des résultats de la recherche Enjeux sur les pratiques thérapeutiques (les résultats vont-ils avoir un impact et quel est l importance de cet impact en cas de résultats de l essai erronés?) Enjeux économiques Besoins de résultats et difficulté de dupliquer si nécessaire Afin d évaluer au mieux ces risques et enjeux, le groupe a élaboré une grille d évaluation (cf.tableau I en annexe 1) permettant de passer en revue chacun des critères cités précédemment et de l évaluer, dans le contexte de la recherche, sur une échelle de graduation, cotée de 1 (faible risque) à 4 (risque élevé). Cette échelle doit être appliquée comme un continuum au sein duquel chaque critère devra être pondéré. Il est proposé d évaluer de façon pilote cette grille dans les mois à venir sur des recherches académiques et /ou industrielles afin d évaluer son application, de l affiner ou de la compléter. Une fois le périmètre défini, les risques et les enjeux évalués, les travaux de la table ronde se sont articulés autour de 3 thématiques principales : le monitoring, le médicament expérimental, les effets indésirables. MONITORING La réflexion sur l adaptation du monitoring pose de nombreuses questions auxquelles la table ronde a essayé de répondre : Quelles sont les Contraintes règlementaires et que peut-on adapter? Le texte ICH-GCP ( ) nous rappelle tout d abord que tout essai doit être monitoré : La détermination de l étendue et des modalités du monitoring mis en oeuvre doit tenir compte de l objectif, de la complexité, et du type de recherche. Si, dans la majorité des cas, le contrôle sur

3 site doit être favorisé, dans certains cas il est possible de mettre en oeuvre un monitoring central et/ou un monitoring par sondage.

4 Quels critères d adaptation peut-on utiliser? 1 ère méthode : l approche graduelle appliquée par la DRC de l AP-HP est un exemple d adaptation déjà mis en œuvre, tenant compte du niveau de risque lié à la recherche et au produit, et visant à garantir les aspects sécuritaires de la recherche clinique tout en tenant compte des moyens disponibles. 4 classes de risque sont prises en compte : risque A : risque prévisible faible ou négligeable (ne concerne pas les essais de médicaments) risque B : risque prévisible proche de celui des soins usuels risque C : risque prévisible élevé risque D : risque prévisible élevé ou très élevé Les recherches sont classifiées par niveaux de risque, et un niveau graduel de monitoring est implanté en fonction de ce niveau (cf Annexe 2). Une évaluation prospective de cette approche va être mise en place au travers de l essai OPTIMON : OPTImisation du MONitorage des études de recherche clinique institutionnelles, coordonné par Geneviève Chêne(URC Bordeaux & INSERM U593). Il s agit d un étude randomisée, multicentrique, en clusters de deux stratégies de randomisation, l unité de randomisation étant le centre clinique au sein d une étude réelle de recherche clinique, et comparant un monitoring classique à un monitoring selon l approche graduelle inspirée décrite ci-dessus. Comme il a été précisé précédemment, il a été convenu que les critères pris en compte pour cette approche graduelle, qui a été formalisée par la DRC de l APHP en vue de réorganiser la gestion des essais pour lesquels elle était le promoteur, seraient complétés par d autres éléments listés dans le tableau I. 2ème méthode : le monitoring centralisé. Le monitoring centralisé est défini par l organisation systématique de la remontée de données prédéfinies essentielles à l essai. La mise en oeuvre d un monitoring centralisé ne peut s envisager sans un minimum de monitoring sur site. Les avantages du monitoring centralisé sont: Une économie des coûts liés aux visites sur site qui deviennent plus distantes Une plus grande souplesse dans la gestion de l essai Une efficience dans la préparation du monitoring sur site La possibilité d espacer le rythme de visites sur site En revanche il faut être conscient des contraintes Une distance par rapport à la réalité du centre Une remontée d informations dépendante de la compréhension du protocole par les investigateurs Le déplacement de la charge de travail sur l investigateur Des contraintes liées à la remontée d informations confidentielles (ex : copies de comptes rendus de biologie devant être rendues anonymes) 3 ème méthode : le monitoring par sondage

5 Trois niveaux d échantillonnage sont possibles : échantillonnage des données, échantillonnage des observations, échantillonnage des centres. Dans tous les cas, lorsque cette technique est mise en œuvre, elle doit s accompagner d une stratégie prédéfinie en fonction du résultat observé, c'est-à-dire qu il faut non seulement vérifier la qualité du sondage mais surtout définir une attitude en fonction de la qualité qui sera observée. Ainsi pourront être mises en œuvre des règles, définies au cas par cas, soit à la hausse (pour tous les centres), soit à la baisse (pour le centre considéré) MEDICAMENT EXPERIMENTAL La réflexion sur le médicament expérimental s est organisée autour du circuit du (des) médicament(s), de la traçabilité (dont l étiquetage, dispensation, observance). Cette réflexion a été menée au travers d exemples concrets et pour chaque exemple ont été analysés les enjeux en terme de risque, d impact sur la qualité des résultats et d impact sur les pratiques médicales avec à la clé des propositions d allègement pour certains cas. En préalable à ce travail, il est apparu au groupe qu il était avant tout nécessaire de définir clairement si la recherche est bien un essai de médicament, et si tel est le cas, de définir clairement quel est le médicament expérimental. La définition de l IMP (investigational medicinal product) fait l objet actuellement de discussions au niveau communautaire. La question notamment dans les essais comparatifs des traitements standards (background therapy) est cruciale : la recommandation du groupe est d essayer au maximum de sortir le(s) traitement(s) standard(s) de la définition du médicament expérimental si objectif de l essai ne pose aucune question spécifique et directe sur ce traitement de fond, et si, bien sur, l utilisation de ce traitement standard est validée par l AMM. Les textes de BPCs et de BPde fabrication prévoient que les médicaments expérimentaux font l objet d un étiquetage spécifique et d une documentation de leur circuit et de leur comptabilité. L organisation de la traçabilité doit avant tout répondre aux questions suivantes : l absence éventuelle d étiquetage spécifique : A-t-il un impact sur la sécurité des patients? A-t-il un impact sur la robustesse du résultat? A-t-il un impact sur la mesure de l observance? Le groupe recommande d utiliser en première approche l arbre décisionnel de base suivant, qui tient compte de trois éléments : Facteur 1 : le médicament est-il expérimental? Facteur 2 : la conception et les objectifs de l essai nécessite-t-ils un conditionnement spécifique à la recherche? Facteur 3 : le risque d utilisation est-il supérieur à celui de la pratique courante? Si les facteurs 1 et 2 au moins sont présents, ou si les facteurs 1 et 3 au moins sont présents un étiquetage spécifique pour la recherche est demandé. Par ailleurs, certaines situations rendent, à l évidence, difficile l étiquetage et doivent être prises en compte dans l arbre de décision. Par exemple : -lorsque les noms de spécialité des médicaments ne sont pas fixés par le protocole (exemple : identification par la classe ATC), -lorsque le circuit du médicament doit se faire via des officines de ville Enfin, dans d autres situations, l étiquetage peut même être considéré comme peu utile : -lorsque le médicament entre dans une préparation réalisée dans une pharmacie hospitalière (PUI) : seule la préparation est étiquetée

6 -lorsque le médicament est administré sous contrôle direct de l investigateur (administration IV) et la documentation est réalisée en temps réel. Il est souligné que, dans tous les cas et notamment lorsqu il y a simplification, une documentation adaptée et un bilan des circuits sont absolument nécessaires.

7 EFFETS INDESIRABLES La réflexion sur l éventuelle simplification du suivi de la pharmacovigilance dans une recherche biomédicale s est centrée d abord sur le type d opérations à simplifier (Susars, codage, EI non graves, déclarations, Rapport annuel, ) Il est apparu que l adaptation de la mise en œuvre des BPCs en cette matière était très limitée et qu elle pouvait éventuellement se concevoir pour le médicament, objet de la recherche, qui a déjà une AMM et dont le profil de sécurité est bien connu; dans ce cas, seule une simplification du recueil des évènements indésirables non graves est envisageable, qui peut se faire via l élaboration et l utilisation de listing standardisé de recueil. Il est apparu qu en matière de pharmacovigilance des essais cliniques, les actions les plus utiles à envisager étaient une aide aux investigateurs et aux promoteurs. Cette aide doit porter notamment sur l évaluation de la causalité au travers d une approche systématique prenant en compte la chronologie par rapport à la prise du médicament et la sémiologie de l évènement.de la même manière une aide/formation des investigateurs pour l évaluation la gravité d un évènement indésirable peut être apportée. Ainsi, au sein de l ANRS, une grille de cotation de la gravité des évènements indésirables a été développée. La directive européenne 2001/20/CE du 4 avril 2001, et sa transposition en France dans la loi de Santé Publique du 9 août 2004, renforcent de façon importante la responsabilité du promoteur en matière de pharmacovigilance. Face à cela, il apparaît nécessaire pour les recherches institutionnelles de mutualiser les moyens et outils nécessaires à mettre en œuvre pour répondre aux nouvelles exigences. La Circulaire n DHOS/OPRC/2005/252 du 26 mai 2005 se place dans le contexte de la nouvelle gouvernance des CHU et définit la nécessité de professionnaliser la recherche clinique et de reconnaître les personnels de recherche par la constitution de départements ou de fédérations de recherche clinique au sein des établissements. D autre part elle stipule par appel à projets la création de structures interrégionales de recherche clinique chargées d assurer des missions spécifiques d animation et de soutien de l activité de recherche, ne pouvant être assurées efficacement au niveau local, notamment, l appui à la réalisation de certaines missions spécifiques du promoteur telles que système d assurance qualité, vigilance Cette mutualisation pour la vigilance pourrait en particulier concerner : Les ressources humaines : les «vigilants» Les outils informatiques : base de données Le référentiel MedDRA pour le codage (licence, formation) La formation à Eudravigilance CT module En conclusion, l adaptation de la mise en œuvre des BPCs est possible. Elle tient compte en premier lieu des caractéristiques de la recherche : quels objectifs/quels risques/quels enjeux, plutôt que du type de promoteur (académique ou industriel). Les choix en terme d adaptation doivent être prédéfinis, documentés et justifiés ; si nécessaire ils seront aussi réévalués en cours d étude. Enfin il existe peu d allègement possible sur la pharmacovigilance.

8

9 Tableau I : gradation du risque, du moins risqué (1) au plus à risque (4) ANNEXE 1 Niveau de risque Population (P) Médicament (P) Durée de traitement/ posologie (P) Effets Indésirables (P) Autres procédures du protocole Indications de l AMM Synthèse des connaissances rassurante et stabilisée Pas de risque grave connu Peu invasif (prise de sang) (P) Synthèse des connaissances rassurante et non totalement stabilisée Effets graves mais non fréquents Sevrage potentiellement dangereux d un traitement (P) Critère principal (E) Robuste Complexité du schéma de l étude (E/P) Structures Investigateur/ Multicentrique /investigateurs Centre et (E) expérimentés multinational conséquences des résultats : population cible (E) Impact économique des résultats (E) + Probabilité de l évènement.? Ages extrêmes, femmes enceintes Effets graves fréquents mais non vitaux Critères composites Analyses intermédiaires avec règles d arrêt Investigateur peu expérimenté/multiintervenants/centre Gravité de la pathologie Défaillance significative d un système, AMM récente (< 2 ans ) Synthèse des connaissances non rassurante ou non stabilisée Usage inhabituel : dose, durée, association Risque vital connu Procédure invasive comportant un risque vital, procédures complexes/multiples (P/E) Risque d erreur important Essai séquentiel Essai qui ne sera pas répété Coût important pour la collectivité

10 + Risque Patient/risque fiabilité des données? Légende : E : P :

11 ANNEXE 2 : Monitoring graduel tel que mis en oeuvre par la DRC de l AP/HP (source : APHP) D.P.M D.P.M DELEGATION REGIONALE A LA RECHERCHE CLINIQUE D.I.R.E.Q D.I.R.E.Q Classification des Recherches par niveaux de risque Niveaux de risque DRRC-AQ/ VD Essai clinique Thérapie génique ou cellulaire Risque A - Risque B Risque C Phase IV Phase III d association de produits avec AMM Phase III Nouvelle indication Population à risque Physiopathologie Génétique non invasif (prise de sang) Invasif selon type d acte avec injection de produit selon produit Invasif selon type d acte avec inj. de produit selon produit Questionnaires Qualité de vie Psychiatrie X Si questionnaire pointu dans pathologie grave Risque D Phase I ou II Imagerie Radiologie Radiothérapie Isotopes Chirurgie Technique en routine Biopsies cutanée, ganglionnaire Technique Standard mais mal connue Chirurgie en routine Phase d apprentissage Généralisation d une nouvelle technique Nouvelle technique Mise au point Dispositifs Médicaux DM marqués CE de classe I, IIa, IIb DM de classe I CE hors indication DM marqués CE en IIa, IIb ou III en routine DM CE en IIa hors indication DM non CE en I (sauf invasif ou actif) DM marqués CE en IIb hors indication DM marqués CE en III avec peu de recul DM marqués CE en III hors indication DM non CE en I (invasif ou actif) IIa, IIb ou III D.P.M D.P.M DELEGATION REGIONALE A LA RECHERCHE CLINIQUE D.I.R.E.Q D.I.R.E.Q Niveaux graduels de monitoring des promotions AP-HP Niveaux de risque Risque A Risque B Risque C Risque D Réunion préliminaire Classification Engagement scientifique / BPC X X X X Consentements des personnes incluses EIG / Tolérance Faits nouveaux Monitoring de base (6 points) Critère principal d'évaluation Critères secondaires sélectionnés Pourcentage de dossiers monitorés à 100 % Pas en temps réél X X X X X X X - X X X - X X X - - X X - 1er / centre 1er / 10 à 20 % 100% investigateur DRRC-AQ/ VD

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE

ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Référence HCL : Titre de l étude : ELABORATION DU PLAN DE MONITORING ADAPTE POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE A PROMOTION INSTITUTIONNELLE Investigateur Coordonnateur : Méthode. Définition du niveau de risque

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

Actualités - Recherche clinique : nouveau règlement européen et - Contrat unique en France

Actualités - Recherche clinique : nouveau règlement européen et - Contrat unique en France + Actualités - Recherche clinique : nouveau et - Contrat unique en France Séance de l Académie Nationale de Pharmacie du 12 novembre 2014 Dr Véronique Lamarque-Garnier Membre correspondant national 4è

Plus en détail

EN PRATIQUE. Les nouvelles procédures de essai clinique

EN PRATIQUE. Les nouvelles procédures de essai clinique EN PRATIQUE Délégation Régionale à la Clinique Les nouvelles procédures de déclaration d un d essai clinique Vendredi 9 février 2007 clinique biomédicale (médicament, dispositif...) sur l être l humain

Plus en détail

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1

Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Estelle Marcault 06/02/2015 URC PARIS NORD 1 Définition du Monitoring Garantie que la conduite de l essai clinique, les enregistrements et les rapports sont réalisés conformément : Au protocole Aux Procédures

Plus en détail

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Chef de projet Hémato-Onco CHRU Tours Vice Présidente CPP Région Ouest1 Le contexte juridique Directive 2001/20/CE du Parlement européen et du

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

La recherche clinique :

La recherche clinique : La recherche clinique : Aspects Administratifs et Financiers Pascal Thomas EMRC PACA 20 juin 2014 Essai thérapeutique Tester un nouveau traitement (ou existant), ou un dispositif L'objectif principal =

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir

Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Un suivi post-amm pour détecter, surveiller et agir Assises du Médicament GT 1 Laure Lechertier, responsable du département Politique des produits de santé Paris, le 6 avril 2011 1 SOMMAIRE Quelques mots

Plus en détail

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011

Bonnes Pratiques Cliniques Décision du 24 novembre 2006 Parution au JO du 30 novembre 2006 Modifications par arrêtés du 22 septembre 2011 Véronique JOUIS, Coordination des ARCs - Responsable Logistique Laurence GUERY, ARC - Responsable Assurance Qualité Unité de Recherche Clinique du GH Lariboisière - Saint-Louis Coordonnateur Pr Eric VICAUT

Plus en détail

L accès au marché d un médicament :

L accès au marché d un médicament : L accès au marché d un médicament : Avant de se retrouver derrière le comptoir d une pharmacie, un médicament passe par différentes phases, de la découverte de la molécule à la fixation de son prix par

Plus en détail

EPO, enfin un circuit sécurisé

EPO, enfin un circuit sécurisé PROTOCOLES DE QUALITE EPO, enfin un circuit sécurisé S. FLANGAKIS-BARBE - Pharmacie Médicaments - CHU - 31 - TOULOUSE Ce travail collectif, réalisé au CHU de Toulouse, trouve son origine dans une réflexion

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques

Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer. Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Dr Philippe VELLA Chef de l Unité Essais Cliniques Besançon 25 novembre 2004 Essais cliniques de médicaments : ce qui va changer Début de l essai Procédure

Plus en détail

Cadres réglementaires : MTI, MTI-PP, Préparations cellulaires

Cadres réglementaires : MTI, MTI-PP, Préparations cellulaires Cadres réglementaires : MTI, MTI-PP, Préparations cellulaires Sophie LUCAS 5ème Rencontre avec les PME innovant dans le domaine de la santé 24 novembre 2011 1 Le cadre législatif en France jusqu à la loi

Plus en détail

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Pr Eric BELLISSANT CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Loi du 9 août 2004 : Recherche clinique Recherche Biomédicale Produit de Santé (RBM) Hors produit de Santé Soin Courant Sur collections

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude

PROTOCOLE PROTOCOLE PROTOCOLE 15/04/2013. é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement d une étude Etudes épidémiologiques i i d ETUDE En Recherche Clinique et Epidémiologie 2012 2013 P.Fabbro Peray Définition iti générale é Document écrit qui décrit précisément les différentes phases du déroulement

Plus en détail

L organisation de la recherche clinique en France les outils. Marie-Elise Llau Cellule Recherche & Promotion, CHU Toulouse 20 janvier 2012

L organisation de la recherche clinique en France les outils. Marie-Elise Llau Cellule Recherche & Promotion, CHU Toulouse 20 janvier 2012 L organisation de la recherche clinique en France les outils Marie-Elise Llau Cellule Recherche & Promotion, CHU Toulouse 20 janvier 2012 Un exemple d établissement de santé promoteur: le CHU Toulouse

Plus en détail

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS

Commission Sécurisation du circuit du médicament NOTE DE SYNTHÈSE ANALYSE PHARMACEUTIQUE DES PRESCRIPTIONS Page 1 sur 6 Contexte La dispensation du Médicament est définie dans le Code la Santé Publique (art. R 4235-48 CSP) comme l acte pharmaceutique associant à la délivrance du médicament : analyse pharmaceutique

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité

le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon Atelier Mise en place d une démarche qualité Évaluation de la Qualité de la Recherche Clinique dans les Structures Hospitalières : Proposition d un outil Présentée par M. Essevaz-Roulet et L. Zanetti le 25 Novembre 2004 Colloque Recherche, Besançon

Plus en détail

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016

MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 MODALITES DE CERTIFICATION DE LA PSE pour la session 2016 1. L épreuve de PSE au baccalauréat professionnel : 1.1. Les modifications : BO n 30 du 23 juillet 2015 À partir de la session 2016, l épreuve

Plus en détail

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie

Rapport de l Académie nationale de Pharmacie Rapport de l Académie nationale de Pharmacie La préparation des doses à administrer - PDA : la nécessaire évolution des pratiques de dispensation du médicament INTRODUCTION Il est généralement admis que

Plus en détail

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH.

Ce document doit servir de canevas aux dossiers soumis à l AFRETH. PROGRAMME THERMAL DE RECHERCHE CLINIQUE ET SCIENTIFIQUE 2008 ANNEXE 5 - Dossier type de soumission de projet GUIDE POUR LA REDACTION D UN PROTOCOLE TYPE DE RECHERCHE CLINIQUE Ce guide liste des rubriques

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Programme DPC n 47341500009. Le C.L.E.F. Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy Les Moulineaux

Programme DPC n 47341500009. Le C.L.E.F. Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy Les Moulineaux Formation extra-muros E s s a i s C l i n i q u e s Programme DPC n 47341500009 C.L.E.F Hôtel Ibis Paris -Porte de Versailles 15 avenue Jean Jaurès - 92130 Issy s Moulineaux 1 Essais Cliniques Objectifs

Plus en détail

La qualité du dossier clinique (Dossier source / CRF)

La qualité du dossier clinique (Dossier source / CRF) La qualité du dossier clinique (Dossier source / CRF) 4 ème journée de l EMRC Centre Blois, le 14 décembre 2012 Problématique : Comment faire du dossier médical un outil adapté à la recherche clinique?

Plus en détail

PHARMACIE - NIVEAU 2

PHARMACIE - NIVEAU 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION PHARMACIE

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE

TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE TYPOLOGIE DE LA RECHERCHE SUR LA PERSONNE La réglementation française applicable à la recherche sur la personne n est pas la même selon la typologie de la recherche. On distingue 3 catégories de recherches

Plus en détail

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM

ANNEXE 14 substantielles pour l ANSM ANNEXE 14 Exemples de modifications substantielles et non substantielles pour l ANSM NB Cette fiche aborde les attentes de l ANSM et n a pas trait aux attentes des comités de protection des personnes ().

Plus en détail

OUVERTURE ET MISE EN PLACE

OUVERTURE ET MISE EN PLACE OUVERTURE ET MISE EN PLACE Estelle Marcault 20/01/2012 URC PARIS NORD 1 Ouverture et mise en place Trois types de visites/ réunions peuvent avoir lieu : Visite de sélection Réunion investigateur Visite

Plus en détail

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris

Pharmacovigilance. Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris Pharmacovigilance Cours DIU Chef de Projet 13/04/12 Dr Raphaël Serreau Pharmacologue - Paris VIGILANCE DES ESSAIS CLINIQUES : LES DEFINITIONS ET LES NOUVEAUX ACRONYMES 2 DÉFINITIONS (1) Événement indésirable

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé

La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé La certification V 2010 des établissements de santé : son impact constaté et son impact recherché par la Haute autorité de santé Thomas LE LUDEC Directeur délégué, Directeur de l'amélioration de la qualité

Plus en détail

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1

Estelle Marcault. 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Estelle Marcault 20/01/2012 URC Paris Nord 1 Définition du Monitoring Surveillance de l avancement d un essai clinique Garantie que la conduite de l essai, les enregistrements et les rapports sont réalisés

Plus en détail

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION

PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION PROFIL DE POSTE GENERIQUE CADRE DE SANTE Option GESTION MISSIONS ESSENTIELLES : Le cadre de santé des filières infirmière, de rééducation et médico-techniques, exerce l ensemble de ses missions sous l

Plus en détail

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS :

MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : MODIFICATION DU VOLET «PRISE EN CHARGE DES CANCERS» DANS LES VOLETS MEDICAUX DU SROS : Le présent document remplace intégralement le volet préexistant. XI. PRISE EN CHARGE DES CANCERS 1. Rappel des objectifs

Plus en détail

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008

5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe. LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 5 ème conférence sur la Qualité dans les Services Publics en Europe LE CAF EN FRANCE Lundi 20 Octobre 2008 Retour d expérience - Lancement d une démarche CAF à l EFS Muriel Freyssinet et Antoine Bastin

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

POLYCLINIQUE DU COTENTIN

POLYCLINIQUE DU COTENTIN POLYCLINIQUE DU COTENTIN PROGRAMME D ACTIONS POUR LA QUALITE ET LA SECURITE DES SOINS 2013-2014 Sommaire PREAMBULE... 3 Bilan des actions 2011/2012... 4 AXE 1 : Certification de l établissement en octobre

Plus en détail

La démarche d évaluation des dispositifs médicaux Approfondir Les Réflexions des Assises. Pr Eric VICAUT Coordinateur du CEDM

La démarche d évaluation des dispositifs médicaux Approfondir Les Réflexions des Assises. Pr Eric VICAUT Coordinateur du CEDM La démarche d évaluation des dispositifs médicaux Approfondir Les Réflexions des Assises Pr Eric VICAUT Coordinateur du CEDM Partir d une réflexion mille fois entendue Le DM n est pas le médicament Les

Plus en détail

Charte des partenariats industriels

Charte des partenariats industriels Charte des partenariats industriels L Assistance Publique Hôpitaux de Paris, acteur majeur de la recherche biomédicale en France, est un partenaire privilégié et naturel des acteurs industriels qui lui

Plus en détail

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS

Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Institut du Travail Social de Tours Cellule VAE Référentiel professionnel pour le Diplôme d État d Ingénierie Sociale DEIS Annexe I de l arrêté du 2 août 2006 relatif au Diplôme d État d Ingénierie Sociale

Plus en détail

ASSURANCE DES ESSAIS CLINIQUES

ASSURANCE DES ESSAIS CLINIQUES ASSURANCE DES ESSAIS CLINIQUES MARCHE, FONCTIONNEMENT, OBLIGATIONS DU PROMOTEUR ET DES INVESTIGATEURS, EVOLUTIONS A PREVOIR. CEMO 17 NOVEMBRE 2004 MARCHE DE L ASSURANCE DES ESSAIS CLINIQUES Très peu d

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF

ASSISES DU MEDICAMENT. Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF ASSISES DU MEDICAMENT Contribution de la Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France FSPF La Fédération des Syndicats Pharmaceutiques de France, syndicat majoritaire des pharmaciens titulaires d

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection

Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants. cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Responsabilité du promoteur et obligations des soustraitants dans les essais cliniques : conformité aux Bonnes Pratiques Cliniques et point de vue de l inspection Anne RAISON Chef de l Unité Inspection

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE

LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE Fiche technique 2 LE GCS ERIGE EN ETABLISSEMENT DE SANTE Références : Articles L. 6133-7 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-12 et suivants du CSP. Une innovation majeure

Plus en détail

Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale

Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale Validation et diffusion contrôlée de l innovation médicale Processus de validation et de prise en charge de l innovation médicale en France Recherche translationnelle Recherche clinique Cognitive Non comparative

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux. Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS

ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux. Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS ATTENTE DE LA HAS L évaluation des dispositifs médicaux Mme Catherine Denis Chef du service évaluation des dispositifs médicaux - HAS 2 01 Les Dispositifs Médicaux Euro-Pharmat - Lille - 09, 10 & 11 octobre

Plus en détail

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance

Questions/Réponses. 1. Système de pharmacovigilance Questions/Réponses Questions faisant suite à la publication du décret n 2012-1244 du 8 novembre 2012 relatif au renforcement des dispositions en matière de sécurité des médicaments à usage humain soumis

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Textes de référence concernant les AI : Présentation des Activités Interdisciplinaires (Arrêté du 28 décembre 2011, en lien avec les programmes

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

RECHERCHE CLINIQUE D ILE DE FRANCE

RECHERCHE CLINIQUE D ILE DE FRANCE L A L E T T R E D E L A D É L É G A T I O N À L A RECHERCHE CLINIQUE D ILE DE FRANCE NOUVELLE RÉGLEMENTATION DE LA RECHERCHE CLINIQUE ISSN 1269-2956 2007 NUMÉRO 2 V I G I L A N C E 6 Comité de surveillance

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité

mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité mise en œuvre de l arrêté relatif au management de la qualité Réunion nationale des OMEDIT 26 mai 2011 Valerie Salomon Bureau Qualité et sécurité des soins Sous direction du pilotage de la performance

Plus en détail

Réduire les risques en santé

Réduire les risques en santé Réduire les risques en santé «Mieux vaut penser le changement que changer le pansement» Marie-Françoise Dumay, Garménick Leblanc, Marc Moulaire, Gilbert Mounier 1 Définition du risque «Possibilité de dommage»

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT

PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT PARCOURS PROFESSIONNALISANT QUALITE SECURITE ENVIRONNEMENT Financement dans le cadre de la «Charte Agroalimentaire» et du programme «AGIR pour l AGROALIMENTAIRE» Le parcours proposé se découpe en 3 modules

Plus en détail

PROCESSUS de GESTION d un ESSAI CLINIQUE

PROCESSUS de GESTION d un ESSAI CLINIQUE PROCESSUS de GESTION d un ESSAI CLINIQUE QUELQUES INFORMATIONS PREALABLES LES AUTORISATIONS Pour débuter l essai doit avoir obtenu un avis favorable du Comité de protection des personnes (CPP) et une autorisation

Plus en détail

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS MISSION «EVALUATION REGLEMENTAIRE ET JURIDIQUE DES PRATIQUES D INVESTIGATION CLINIQUE» FINANCEE PAR LE FONDS D ACTIONS CIBLEES 2011 GIP CENGEPS FICHES PRATIQUES : LOT 5 CHRU de Besançon GIRCI Est CeNGEPS

Plus en détail

Essais cliniques portant sur le médicament : Evolution de la réglementation européenne

Essais cliniques portant sur le médicament : Evolution de la réglementation européenne Essais cliniques portant sur le médicament : Evolution de la réglementation européenne Dr Cécile Delval / Directrice Valérie Nadjarian / Référent essais cliniques Direction de l Evaluation / 3 e Journée

Plus en détail

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux

La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux La politique européenne de la Mutualité Française en matière de dispositifs médicaux Assises du Médicament GT 6 Sabine Bonnot Chargée de mission Politique des produits de santé 6 avril 2011 Sommaire: -

Plus en détail

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique

La découverte de médicaments en biotechnologie. Développement clinique La découverte de médicaments en biotechnologie Développement clinique Développement clinique: But Evaluer efficacité et sécurité d un médicament pour risque/bénéfice soit acceptable par autorités enregistrement

Plus en détail

Les Recherches Non Interventionnelles: des questions spécifiques

Les Recherches Non Interventionnelles: des questions spécifiques 4eme Journée Interrégionale du GIRCI Grand Ouest Les Recherches Non Interventionnelles: des questions spécifiques Sabrina Le Bouter Coordinatrice Cellule RNI Direction de la Recherche CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

Le contrôle de gestion: un outil de pilotage médico-économique de l hôpital. Rencontre «Contrôle de gestion»- C2R 24 novembre 2005

Le contrôle de gestion: un outil de pilotage médico-économique de l hôpital. Rencontre «Contrôle de gestion»- C2R 24 novembre 2005 Le contrôle de gestion: un outil de pilotage médico-économique de l hôpital Rencontre «Contrôle de gestion»- C2R 24 novembre 2005 1 Pourquoi faire évoluer le contrôle de gestion? T2A Nouvelle Gouvernance

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE

CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE GROUPE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE CAREMEAU Place du Professeur Robert Debré - 30029 NIMES cedex 9 CENTRE MULTIDISCIPLINAIRE DE DIAGNOSTIC PRENATAL Tél. secrétariat : 04.66.68.43.67

Plus en détail

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015

Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 Point d étape relatif à la démarche d analyse des impacts du changement INC du 16 septembre 2015 1 1. Les objectifs de la démarche d analyse des impacts du changement Au cours de l Instance Nationale de

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013

Rôle des CRO dans les essais cliniques. DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 Rôle des CRO dans les essais cliniques DIU Chef de projet en Recherche Clinique 25/01/2013 La sous traitance A tous les niveaux depuis la synthèse se chimique jusqu à la publicité,, en passant par la galénique,

Plus en détail

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament

Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Formation sur la sécurisation du circuit du médicament Virginie Roué, Ingénieur Qualité-Risques Réseau AQuaREL Santé Dr Brigitte Paulmier, Pharmacien coordonnateur de la gestion des risques CH Saumur CONTEXTE

Plus en détail

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents.

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Journée de Prévention du risque infectieux en Rhône-Alpes en FAM MAS et IME LYON 17/10/2013 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

GUIDE POUR L ENTRETIEN

GUIDE POUR L ENTRETIEN GUIDE POUR L ENTRETIEN PROFESSIONNEL 1 Ce guide s inscrit dans le cadre du décret du 17 septembre 2007 : il vise à faciliter la réalisation de l entretien professionnel, à la fois pour les agents et pour

Plus en détail

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010

CONSTRUCTION DE LA VISION 2025. COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 CONSTRUCTION DE LA VISION 2025 COMITE de pilotage et scientifique 6 mai 2010 LA VISION 2025 EST AU CARREFOUR DE TROIS DYNAMIQUES Industrie Sociétés savantes Flux de découvertes scientifiques et développement

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques

DEMARCHE QUALITE. Référentiel A. France Stations Nautiques DEMARCHE QUALITE Référentiel A Grille d auto-évaluation de France Stations Nautiques F AFNOR Juillet 2004 Paragraphe Non appliqué En cours Maîtrisé Progrès Commentaire 3. ENGAGEMENTS F doit organiser une

Plus en détail

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015

DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE CAEN Hérouville-Saint-Clair, le 27 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-CAE-2015-042990 Fondation de la Miséricorde 15, Fossés Saint-Julien BP 100 14008 CAEN cedex 1 OBJET : Inspection

Plus en détail

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH

Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Quelle valorisation pour l acte de santé publique en pharmacie d officine Le point de vue syndical Marie Josée Augé-Caumon Présidente du CPOPH Missions, nouvelles missions, nouveaux rôles du pharmacien

Plus en détail

Les Métiers de la Recherche Clinique

Les Métiers de la Recherche Clinique Les Métiers de la Recherche Clinique 1 Présentation réalisée par Marie Pflieger, Pharmacien Délégation à la Recherche Clinique et à l Innovation 18 février 2014 Qu est ce qu une recherche clinique? Une

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Saisine : Ministre de la Santé (11 juillet 2012) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE

Saisine : Ministre de la Santé (11 juillet 2012) AVIS DE LA CHAMBRE DE COMMERCE Luxembourg, le 23 juillet 2012 Objet : Avant-projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 15 décembre 1992 relatif à la mise sur le marché des médicaments et le règlement

Plus en détail

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse

Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse Bertrice LOULIERE, coordonnateur OMEDIT ARS Aquitaine Journée Qualité et Sécurité des Soins dans les établissements de santé 30 septembre 2011

Plus en détail

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37

PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 PROJET EDUCATION THÉRAPEUTIQUE PEP S 37 Patient(e)s atteint(e)s d un cancer du sein BINOIT NATHALIE ROUSSEAU SOPHIE 17 JUIN 2014 Pourquoi ce projet? Le cancer : une maladie chronique? Les soins de support

Plus en détail

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa)

Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Propositions de conduite à tenir pour les femmes porteuses d implants mammaires : Avis d experts coordonné par l Institut National du Cancer (INCa) Mars 2014 Propositions de conduite à tenir pour les femmes

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail