Détention par la police Guide pratique de monitoring

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Détention par la police Guide pratique de monitoring"

Transcription

1 association pour la prévention de la torture Détention par la police Guide pratique de monitoring

2 Détention par la police Guide pratique de monitoring

3 Détention par la police - Guide pratique de monitoring Titre original en anglais : Monitoring Police Custody - A practical guide Publié en 2013 par l Association pour la prévention de la torture Pour des copies de cette publication et plus d informations: Association pour la prévention de la torture C.P CH Genève 19 Tél : +41 (0) L Association pour la prévention de la torture (APT) est une organisation indépendante non-gouvernementale basée à Genève, qui œuvre dans le monde entier en faveur de la prévention de la torture et autres mauvais traitements. L APT a été fondée en 1977 par le banquier et avocat suisse Jean-Jacques Gautier. Depuis, l APT est devenue une organisation leader dans son domaine. Son expertise et ses conseils sont demandés par des organisations internationales, des gouvernements, des institutions des droits humains et d autres acteurs. L APT a joué un rôle central dans la mise en place de normes et de mécanismes internationaux et régionaux visant à prévenir la torture, tels que le Protocole facultatif à la Convention des Nations unies contre la torture. L APT œuvre pour un monde dans lequel nul ne serait soumis à la torture ou autres traitements cruels, inhumains ou dégradants. 2013, Association pour la prévention de la torture (APT). Tous droits réservés. Le contenu de cette publication peut être librement cité ou réimprimé, à condition de citer la source. Les demandes d autorisation de reproduction et/ou de traduction de la publication doivent être adressées à l APT. ISBN Traduction française : Salvatore Sagues et Sara Dezaley Mise en page : Anja Härtwig, APT Impression : Imprimerie Villi(R), France Couverture : L APT tient à remercier M. Wim Pietersen, agent de police aux Pays Bas, pour nous permettre d utiliser certaines images provenant de sa collection d écussons de police. Pour de plus amples informations : Images chapitre 1 & 3 : APT/Chiara Tamburini Image chapitre 2 : APT/Delmi Alvarez

4 Table des matières Table des matières iii Remerciements vii Avant-propos ix Note sur la version française xi Abréviations principales xiii Introduction 1 Table des matières Chapitre I : Monitoring de la police : enjeux et contexte 5 1. Les pouvoirs de la police et les droits humains La police et les droits humains Les pouvoirs de la police et les risques encourus par les détenu e s Personnes en situation de vulnérabilité Détention par la police Corruption au sein de la police Les spécificités du monitoring des postes de police Le monitoring de la police au sens large Entretiens individuels Principales caractéristiques des visites de monitoring dans les postes de police Monitoring préventif : un cadre analytique Monitoring des lieux de détention : Principes de base 26 Chapitre II : Visiter les postes de police 27 Partie A. Préparation d une visite 28 iii

5 Détention par la police : Guide pratique de monitoring 1. Recherche et recueil d informations 28 Table des matières 1.1. Lois et règlements Registres Informations pertinentes Contacts avec d autres sources Gestion du lieu visité Préparation opérationnelle But de la visite Composition de l équipe de visite Questions de logistique Personnes de contact Préparation matérielle Code vestimentaire Documents d identité et équipement Préparation psychologique 35 Partie B. Mener une visite Arrivée au poste de police Arriver ensemble Premiers contacts Délais et obstruction Prévenir le déplacement des détenu e s Trianguler les informations Entretien initial avec la personne responsable du poste de police Objectifs de l entretien initial Observation générale des lieux Examen des registres de détention et autres documents Ordres et instructions au niveau local Registres de détention 57 iv

6 Table des matières 4.3. Informations à chercher lors de l examen des registres de la détention Autres informations Entretiens individuels avec des personnes privées de liberté Confidentialité des entretiens Entretiens effectués individuellement ou en binôme Choisir les personnes avec qui s entretenir Détenu e s «représentant un danger» Lieu des entretiens Commencer les entretiens Travailler avec un.e interprète Poser les bonnes questions Conclure les entretiens 83 Table des matières 6. Entretiens avec le personnel de police et autres personnes Questions spécifiques Soins médicaux Problématiques diverses Entretien final avec la personne responsable du poste de police 96 Partie C. Après la visite Rapports internes Rapports de visites Rapports thématiques Rapports annuels Rédiger des recommandations Suivi des recommandations, y compris par le biais d un dialogue avec d autres personnes et institutions 104 v

7 Détention par la police : Guide pratique de monitoring Table des matières vi Chapitre III : Normes internationales relatives aux pouvoirs de la police et à la détention par la police Traitement Torture et autres mauvais traitements Détention au secret Usage de la force et des armes à feu Moyens de contrainte Arrestation Fouilles Interrogatoires Transferts Participation de la police aux expulsions forcées Garanties fondamentales Droit à l information Notification de privation de liberté à des proches ou à un tiers Accès à un médecin Accès à un.e avocat.e Procédures juridiques Durée de la détention par la police Accès à un.e juge Procédure de contrôle des modalités de libération Garanties procédurales Enregistrement audio-vidéo Registres de détention Mécanismes de plaintes Inspection et monitoring Conditions matérielles Personnels de police Code de conduite Recrutement Formation Uniformes et identification 195

8 Remerciements Au nom de l APT, je souhaite exprimer ma gratitude aux expert e s et membres du personnel qui ont contribué à cette nouvelle publication. La première version de ce texte a été rédigée par Michael Kellett, ancien membre de la police, expert indépendant en matière de questions policières et membre du Comité de l APT. Le texte a été revu par Auro Fraser, ancien membre du personnel de l APT qui travaille actuellement au sein du Bureau du Haut-Commissariat aux droits de l homme en Colombie. Auro a également formulé des commentaires très utiles sur la dernière version de ce document. Jonathan Beynon, médecin et consultant en droits humains, a fourni une contribution substantielle sur les aspects médicaux du texte. Marcellene Hearn et Matthew Sands, conseillers juridiques de l APT, ont également contribué à l élaboration du chapitre III. Remerciements Enfin et surtout, le présent guide n aurait pu être élaboré sans le travail de recherche, de rédaction et de coordination d ensemble mené par Jean- Sébastien Blanc, conseiller en monitoring des lieux de détention de l APT. Le projet de document a été discuté lors d une rencontre, modérée par Jean-Sébastien Blanc et Tanya Norton (conseillers en monitoring des lieux de détention de l APT), qui s est tenue à Genève les 3 et 4 mai Je tiens à remercier les expert e s suivant e s dont les précieux commentaires fournis durant et après la rencontre se sont révélés essentiels : Silvia Casale, ancienne présidente du Comité européen pour la prévention de la torture et du Sous-Comité pour la prévention de la torture des Nations unies ; Ralph Crawshaw, ancien membre de la police et expert indépendant en matière de questions policières ; Charbel Mattar, conseiller en matière de torture et de questions policières au sein du ministère de l Intérieur du Liban ; Hernán Vales, membre du Secrétariat du Sous-Comité pour la prévention de la torture des Nations unies. vii

9 Détention par la police : Guide pratique de monitoring Le projet de texte final a également été revu par d autres expert e s dont les commentaires nous ont permis d élargir la portée de ce manuel : Remerciements Maggie Beirne, ancienne directrice du Committee on the Administration of Justice et membre du Conseil consultatif de l APT ; Donche Boshkovski, conseiller en matière de prévention de la torture au sein du mécanisme national de prévention de la Macédoine ; Amanda Dissel, déléguée de l APT en Afrique du Sud ; Anna Lawson, experte en matière des droits des personnes vivant avec un handicap ; Walter Suntinger, membre du mécanisme national de prévention autrichien et membre du Conseil de l APT. Je tiens également à exprimer ma gratitude à Emma-Alexia Casale-Katzman, qui a édité le présent manuel. Enfin, je remercie Juan E. Méndez, Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, qui a accepté de rédiger l avant-propos de ce document. Mark Thomson Secrétaire général de l APT viii

10 Avant-propos Lorsqu une personne est arrêtée par la police, elle se retrouve dans une situation particulièrement vulnérable. Dans la mesure où la police dispose de pouvoirs spéciaux, tels que l usage légitime de la force, le sort de la personne détenue est entièrement aux mains des agent e s responsables de l application des lois. Ce déséquilibre du rapport de forces crée une situation à risque, dans laquelle des abus et des actes de torture peuvent être commis. La torture est une des plus graves violations des droits fondamentaux. Elle peut détruire la dignité, le corps et l esprit d une personne, et elle a des répercussions de grande ampleur sur la société dans son ensemble. Malgré sa prohibition absolue aux termes du droit international, le recours à la torture et autres mauvais traitements reste répandu. Ces actes terribles sont souvent commis à huis clos, à l abri de tout regard extérieur. C est la raison pour laquelle le monitoring indépendant des lieux de privation de liberté joue un rôle crucial dans la prévention de toutes sortes de violations. En tant que Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, j ai appelé les États à ouvrir les lieux de privation de liberté à une surveillance extérieure afin de renforcer les efforts visant à éradiquer la torture dans le monde entier. J ai fait pression pour accroître le nombre de ratifications du Protocole facultatif à la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, qui garantit la transparence dans tous les lieux de détention grâce à un système unique comprenant des organes de visite tant au niveau international que national. En 2004, l APT a publié un guide pratique sur le monitoring des lieux de détention. Ce document visait à renforcer les capacités des personnes effectuant ce type de visites, notamment dans les prisons. Ce guide a, depuis lors, été traduit en 17 langues et est utilisé dans le monde entier. Cependant, les praticien ne s ont exprimé le besoin de conseils plus spécifiques en matière de monitoring préventif de la police, notamment en ce qui concerne la surveillance du comportement de la police et des lieux placés sous son autorité. Le nouveau manuel de l APT constitue donc une contribution bienvenue en la matière car il offre un cadre clair pour Avant-propos ix

11 Détention par la police : Guide pratique de monitoring Avant-propos comprendre les spécificités de la détention par la police. Il fournit une méthodologie détaillée pour effectuer des visites dans les postes de police ainsi que des conseils sur la manière d analyser l état de mise en œuvre des normes internationales pertinentes. Ce manuel sera d une grande utilité pour les organes de monitoring chargés de visiter les lieux de détention placés sous l autorité de la police. Il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant que les services de police dans le monde entier ne traitent toutes les personnes avec humanité et dans le respect de leur dignité. J espère sincèrement que cette publication contribuera à nous rapprocher de ce but, en favorisant des changements dans les pratiques tout en modifiant les mentalités et les attitudes individuelles. Professeur Juan E. Méndez Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants 22 août 2012 x

12 Note sur la version française La version originale de ce guide a été rédigée en anglais et la présente édition française est donc le fruit d une traduction à partir de l original. Aussi bien dans la version anglaise que française du guide, l APT s est efforcée d utiliser un langage non marqué du point de vue du genre grammatical, afin de pourvoir à l égalité de droit et de fait entre les femmes et les hommes. Une telle approche nous semble particulièrement importante pour les questions touchant à l univers de la privation de liberté, où les femmes et autres minorités ont souvent été rendues invisibles. Nous espérons que l usage d un tel langage contribuera à corriger ce malentendu. Pour ne pas avoir à réécrire les substantifs et les adjectifs faisant leur féminin en «e», l APT a opté pour un système consistant à utiliser le point centré (par exemple : «les détenu e s»). Cette approche permet d éviter lourdeurs et répétitions, même si cela n a pas été possible partout. Ainsi, nous avons conservé le terme «visiteurs» des lieux de détention, pour éviter des lourdeurs, mais il va de soi qu il inclut aussi bien les femmes que les hommes. Le terme anglais de «monitoring», bien accepté dans la langue française, a été conservé. Par contre, celui de «monitors», faisant référence aux personnes appelées à conduire des visites dans les lieux de privation de liberté, a été systématiquement traduit par «visiteurs». Enfin, en ce qui concerne le vocabulaire lié à la police, les termes les plus génériques ont été privilégiés. Ainsi, les «postes de police» se réfèrent à tous les lieux sous son autorité, indépendamment de leur taille ou statut au sein de l institution de la police. Les personnes amenées à mettre en œuvre les fonctions policières, sont quant à elles désignées tout au long du guide par le terme d «agent e s de police». Note sur la version française xi

13 Abréviations principales AG APT CADH CADHP CAT CCRAL CDE CDH CEDH CEEP CEPT CIPPDF CPT CDPH EPP ERM Assemblée générale des Nations unies Association pour la prévention de la torture Convention américaine relative aux droits de l homme (connue aussi sous le nom de «Pacte de San José») Charte africaine des droits de l homme et des peuples (connue aussi sous le nom de «Charte de Banjul») Comité contre la torture des Nations unies Code de conduite pour les responsables de l application des lois Convention des Nations unies relative aux droits de l enfant Conseil des droits de l homme Convention européenne des droits de l homme (anciennement Convention européenne de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales) Code européen d éthique de la police Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants Convention internationale des Nations unies pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées Ensemble de principes des Nations unies pour la protection de toutes les personnes soumises à une forme quelconque de détention ou d emprisonnement Ensemble des règles minima pour le traitement des détenus des Nations unies xiii Abréviations

14 Détention par la police : Guide pratique de monitoring Abréviations ONG ONU OPCAT PBPA PBRF PIDCP PFTD RB RIG RPE RPMPL SARPCCO SPT RST UNCAT GTDA Organisation non-gouvernementale Organisation des Nations unies Protocole facultatif se rapportant à la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Principes et pratiques optimales relatifs à la protection des personnes privées de liberté dans les Amériques Principes de base des Nations unies pour le recours à la force et l utilisation des armes à feu par les responsables de l application des lois Pacte international relatif aux droits civils et politiques Principes fondamentaux relatifs au traitement des détenus Règles des Nations unies concernant le traitement des femmes détenues et les mesures non privatives de liberté pour les femmes délinquantes (connues sous le nom de «Règles de Bangkok») «Lignes directrices de Robben Island» (Lignes directrices et de mesures d interdiction et de prévention de la torture et des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants en Afrique) Règles pénitentiaires européennes Règles des Nations unies pour la protection des mineurs privés de liberté Organisation régionale de coopération des chefs de police en Afrique australe Sous-Comité des Nations unies pour la prévention de la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Rapporteur spécial des Nations unies sur la torture Convention des Nations unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Groupe de travail sur la détention arbitraire xiv

15 Introduction Pourquoi un guide sur la police? Les visites inopinées et régulières effectuées dans les lieux de détention pour surveiller le traitement et les conditions de détention des personnes privées de liberté constituent l un des moyens les plus efficaces de prévenir la torture et autres mauvais traitements. L Association pour la prévention de la torture (APT) élabore des outils avec pour objectif de renforcer les capacités des organes de monitoring. Le manuel de l APT, Visiter un lieu de détention : Guide pratique, 1 a déjà été traduit en 17 langues ; cependant, c est durant les premières phases de la détention que le recours à la torture est le plus fréquent. C est la raison pour laquelle de nombreux professionnels ont souligné le besoin de disposer d un guide spécifique en matière de monitoring des postes de police 2 et du comportement des agent e s. Si la méthodologie relative aux visites présentée dans ce manuel comporte de nombreuses similitudes avec les approches en matière de monitoring dans les autres lieux de détention, y compris les prisons, elle a été élaborée afin de constituer un outil ciblé et spécifique complétant le document Visiter un lieu de détention : Guide pratique. Plutôt que de présenter une série de règles à suivre dans chaque situation, ce manuel vise à proposer des conseils et des informations sur les meilleures pratiques pouvant être adaptées aux besoins dans des contextes spécifiques. Introduction 1 APT, Visiter un lieu de détention : guide pratique, Genève, avril Disponible sur : 2 Les termes de «police» et d «agences chargées de l application de la loi» sont souvent utilisés de manière interchangeable. Cependant, le présent manuel utilise uniquement le terme de «police» car le terme d «agences chargées de l application de la loi» est souvent considéré comme ayant une acception plus étroite alors que l éventail des fonctions de la police est plus large que la seule application de la loi. 1

16 Détention par la police : Guide pratique de monitoring Public cible Le présent manuel a l ambition d être utile à toute personne chargée d effectuer : Introduction des visites de monitoring dans des postes de police et/ou autres locaux sous l autorité de la police ; des activités de prévention relatives au travail de la police. Cet outil est avant tout destiné à être utilisé par les membres des Mécanismes nationaux de prévention (MNP) qui opèrent conformément au Protocole facultatif à la Convention des Nations unies contre la torture (OPCAT). Ce dernier donne mandat aux MNP de couvrir tous les types de lieux où des personnes sont, ou pourraient être, privées de liberté, y compris les postes de police. Il est également destiné à d autres organisations et personnes ayant le mandat ou le pouvoir de visiter de tels lieux, y compris les mécanismes de visites internationaux et régionaux, les commissions nationales des droits de l homme, les organisations de la société civile, les visiteurs non professionnels et les parlementaires. Les informations contenues dans ce manuel seront utiles aux autorités responsables des postes de police ; personnel travaillant dans les postes de police ; personnel médical ; avocat e s ; autres professionnels ayant la possibilité de visiter les postes de police. Ce manuel s adresse aux organes et personnes qui ont déjà accès aux postes de police dans le cadre de leur mandat ou suite à un accord spécifique. Par conséquent, il ne traite pas du problème de l obtention d un accès aux lieux sous l autorité de la police. Les lecteurs et lectrices garderont à l esprit que l APT encourage et recommande une approche globale et intégrée du monitoring des lieux de privation de liberté. Le monitoring des postes de police devrait toujours être considéré à la lumière du travail de monitoring des autres lieux de détention ; lorsqu un organe de monitoring est chargé exclusivement de visiter les postes de police, ses membres chercheront à travailler de concert avec les mécanismes chargés de visiter d autres types de lieux de détention, en particulier les prisons. 2

17 Introduction Structure du guide Ce manuel est composé de trois chapitres principaux. Le chapitre I présente le contexte dans lequel s effectue le monitoring de la police, en soulignant les pouvoirs de la police et les rapports entre ces pouvoirs et certaines questions de droits humains. Ce chapitre présente également les dimensions clé du monitoring des locaux et autres lieux utilisés par la police, en offrant un cadre analytique permettant de comprendre les questions soulevées par le monitoring de la détention dans une perspective globale. Le chapitre II examine la méthodologie relative à la conduite de visites de monitoring. La partie A traite de la façon de préparer ces visites. La partie B porte sur la conduite de ces visites. La partie C présente des activités essentielles en matière de suivi. Le chapitre III présente et examine les normes nationales et internationales les plus pertinentes en matière de détention par la police. Structuré de manière thématique, ce chapitre peut être utilisé comme un manuel autonome. Pour chacune des questions traitées (par exemple le recours à des instruments de contrainte), le chapitre comprend des références aux documents juridiques pertinents, un commentaire expliquant ce que ces normes impliquent pour les équipes chargées des visites, ainsi que des conseils pratiques («points de repère»). Introduction 3

18 Chapitre I Monitoring de la police : enjeux et contexte

19 Détention par la police : Guide pratique de monitoring 1. Les pouvoirs de la police et les droits humains 1.1. La police et les droits humains Les organismes de police se présentent généralement comme un service, une force ou une combinaison entre ces deux fonctions. La distinction entre un service et une force peut être décrite comme suit : I Monitoring de la police : enjeux et contexte «La perspective axée sur la force, ou perspective verticale, se manifeste clairement dans une approche du maintien de l ordre autoritaire utilisée par de nombreux organismes de police. L autre perspective est celle d une police agissant en tant que prestataire de services destinés aux communautés situées dans leurs secteurs d opérations. Cette perspective axée sur le service, ou perspective horizontale, se manifeste dans les actions de maintien de l ordre communautaire et autres actions connexes : il s agit d un maintien de l ordre axé sur la résolution des problèmes et orienté vers l obtention de renseignements». 1 Malgré cette différence conceptuelle, il est généralement reconnu 2 que les principales fonctions de la police ont trait aux actions visant à : assurer la tranquillité publique et maintenir la loi et l ordre dans une société donnée ; protéger et respecter les droits et libertés fondamentaux des personnes ; prévenir, détecter et combattre le crime ; fournir une assistance et des services à la population. La police - qu elle soit perçue par le public comme un service ou comme une force - doit jouer un rôle essentiel dans la protection des droits humains. La police est chargée d assurer la sécurité et la sûreté des personnes par le biais de l application des lois ; aux termes du droit international, les agent e s de police sont tenu e s de respecter pleinement les droits humains, tout en ayant l obligation de protéger les droits humains contre toute violation commise par d autres personnes. Par nature et de par ses fonctions essentielles, 1 Anneke Osse, Understanding Policing: a resource for human rights activists, Amnesty International Pays-Bas, 2006, p.26. Disponible sur : documents/doc_22360.pdf 2 Voir, notamment, Code européen d éthique de la police (CEEP), p.7. Disponible sur https:// wcd.coe.int/viewdoc.jsp?id=224465&site=cm 6

20 Chapitre I - Monitoring de la police : enjeux et contexte la police doit agir activement afin que toutes les personnes puissent jouir de leurs droits humains. Il est, à cet égard, important d avoir une compréhension positive du rôle de la police afin de favoriser un dialogue constructif entre les organes de monitoring et la police, dialogue qui est à la base du monitoring préventif. Si les agent e s de police sont tenu e s de protéger et de respecter les droits fondamentaux des personnes, leurs propres droits doivent être, au même titre, respectés et réalisés. Par conséquent, lorsque des agent e s semblent responsables de violations de droits humains, y compris de mauvais traitements, les visiteurs garderont à l esprit qu il est possible que les membres de la police soient eux-mêmes victimes d abus. Une telle situation peut avoir un impact important sur le traitement de détenu e s. Par exemple, de très mauvaises conditions de travail ne constituent pas seulement une atteinte aux droits économiques et sociaux des agent e s, elles peuvent aussi accroître la corruption ou contribuer à d autres comportements préjudiciables envers les personnes placées sous leur garde. Dans le cadre de leurs efforts visant à comprendre les causes profondes des mauvais traitements, y compris les problèmes systémiques dans les postes de police, les équipes de monitoring adopteront une stratégie globale prenant en compte les besoins et les difficultés de la police. Le dialogue entre les visiteurs et les agents e s à propos des problèmes auxquels ils ou elles sont confronté e s peut entraîner une plus grande ouverture aux critiques ; par conséquent, il constitue souvent un outil de négociation important Les pouvoirs de la police et les risques encourus par les détenu e s Il est particulièrement important d effectuer une surveillance indépendante des deux éléments suivants : le mandat de maintien de l ordre confié à la police ; les activités menées par la police afin de prévenir, détecter et combattre le crime. I Monitoring de la police : enjeux et contexte Afin de remplir le mandat confié à la police, les agent e s chargé e s de l application des lois sont dotés d une série de pouvoirs, y compris ceux de interpeller les personnes et demander une preuve de leur identité ; arrêter des personnes ; effectuer des fouilles ; 7

21 Détention par la police : Guide pratique de monitoring contrôler les manifestations ; détenir des personnes ; interroger des personnes ; mener des enquêtes ; recourir à la force dans certaines conditions. I Monitoring de la police : enjeux et contexte Dans l exécution de ces fonctions, il est possible que les agent e s de police abusent de leurs pouvoirs et commettent des violations des droits humains. Il est, par conséquent, essentiel de soumettre le comportement de la police à un monitoring adéquat et impartial. Le recours légal à la force est une fonction légitime de la police dans la mesure où les agent e s opèrent parfois dans un environnement dangereux et ont le droit de protéger à la fois la population et de se protéger euxmêmes et elles-mêmes. Cependant, chaque fois que la force est utilisée, il y a un risque d abus, d autant plus que l État - et, par conséquent, la police - est traditionnellement considéré comme détenant le monopole de l usage légitime de la force physique. Les abus commis par la police peuvent survenir pour de nombreuses raisons, notamment parce qu il est difficile de respecter le principe de proportionnalité lorsqu il y a recours à la force ; les violations des droits humains peuvent résulter d une évaluation erronée d une situation donnée. Il peut également y avoir des abus lorsque des agent e s outrepassent leurs pouvoirs en recourant à un usage excessif de la force afin d intimider, d extorquer des informations ou pour d autres motifs. Cela peut également résulter d une culture de l impunité régnant dans certains contextes - il s agit de la situation la plus difficile à aborder pour les équipes de monitoring qui s efforcent de lutter contre la torture ou autres mauvais traitements. Dans de tels cas, les agent e s qui commettent des violations des droits humains savent qu ils ou elles ne seront pas poursuivi e s en justice ou soumis e s à des sanctions disciplinaires. Outre l usage de la force, les principaux risques ont trait aux modalités d utilisation de la contrainte et à la façon dont les fouilles sont effectuées. Ces risques peuvent également découler d une culture policière caractérisée par un profilage ethnique discriminatoire. Pour une personne détenue par la police, les risques d être victime d abus sont particulièrement élevés durant les premières heures de sa détention : c est la phase durant laquelle les détenu e s sont les plus vulnérables et c est alors que les membres de la police sont soumis à la pression la plus forte 8

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

Liste de points établie avant la soumission du cinquième rapport périodique du Cameroun

Liste de points établie avant la soumission du cinquième rapport périodique du Cameroun Comité contre la torture Liste de points établie avant la soumission du cinquième rapport périodique du Cameroun À sa trente-huitième session (A/62/44, par. 23 et 24), le Comité contre la torture a mis

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

APT POSITION PAPER A. INSTITUTIONS NATIONALES DES DROITS DE L'HOMME (INDH)

APT POSITION PAPER A. INSTITUTIONS NATIONALES DES DROITS DE L'HOMME (INDH) APT POSITION PAPER Le rôle des Institutions nationales des droits de l'homme dans la prévention de la torture et des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Au cours de la décennie écoulée,

Plus en détail

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)*

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)* Nations Unies Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. générale 3 août 2010 Français Original: anglais CAT/C/SEN/Q/3 Comité contre la torture

Plus en détail

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES

MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES MÉMORANDUM D ACCORD ENTRE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE ET L ORGANISATION DES NATIONS UNIES SUR LE RENFORCEMENT DE LA CAPACITÉ DES ÉTATS À EXÉCUTER, CONFORMÉMENT AUX RÈGLES INTERNATIONALES QUI RÉGISSENT

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par:

Traditionnellement, les personnes handicapées étaient prises en charge par: Introduction à la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées: développement et objectif de la convention, principes généraux et obligations des États Parties Shivaun Quinlivan

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin

Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Séminaire sur la mise en œuvre du Protocole facultatif à la Convention des Nations Unies contre la Torture au Bénin Recommandations / Feuille de route Les participants au séminaire sur la mise en œuvre

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION

Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION Le Rapporteur spécial des Nations Unies (ONU) sur la promotion

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND

HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND HAUT-COMMISSARIAT AUX DROITS DE L HOMME OFFICE OF THE HIGH COMMISSIONER FOR HUMAN RIGHTS PALAIS DES NATIONS 1211 GENEVA 10, SWITZERLAND Mandat de la Rapporteuse spéciale sur l indépendance des juges et

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies

Règles et normes de l Organisation des Nations Unies Règles et normes de l Organisation des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale Aide-mémoire des Casques bleus Vous avez signé un contrat avec l Organisation des Nations Unies

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Origines juridiques et obligations internationales

Origines juridiques et obligations internationales Formation à la Protection des Personnes Déplacées Internes Origines juridiques et obligations internationales 1/5 Origines juridiques et obligations internationales Origines juridiques des Principes directeurs

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.7/2012/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 14 mars 2012 Français Original: anglais Groupe

Plus en détail

Le rôle des avocats dans la prévention de la torture

Le rôle des avocats dans la prévention de la torture Le rôle des avocats dans la prévention de la torture Janvier 2008 Introduction L Association pour la prévention de la torture (APT) estime qu une prévention efficace de la torture requiert trois éléments

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition

OCSWSSW Code de déontologie et manuel des normes d exercice deuxième édition PRINCIPE II : COMPÉTENCE ET INTÉGRITÉ Les membres de l Ordre maintiennent leur compétence et intégrité dans l exercice de leur profession et se conforment aux normes de l Ordre énoncées dans le «Code de

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, VU la Constitution ;

LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES, VU la Constitution ; DECRET Nº 2014-563/PRES du 03 juillet 2014 promulguant la loi n 022-2014/AN du 27 mai 2014 portant prévention et répression de la torture et des pratiques assimilées. JO N 36 DU 04 SEPTEMBRE 2014 LE PRESIDENT

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier

Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Préambule Charte déontologique de la vidéoprotection de l OPH de Saint-Dizier Validé par le Conseil d Administration du 28 juin 2013. Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, répondre

Plus en détail

Bamako, 11-13 décembre 2007

Bamako, 11-13 décembre 2007 Mise en oeuvre des Lignes directrices de Robben Island en Afrique francophone Bamako, 11-13 décembre 2007 RAPPORT NARRATIF Introduction Ce séminaire, co-organisé par L Association pour la Prévention de

Plus en détail

CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE. (Protocole additionnel)

CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE. (Protocole additionnel) CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE (Protocole additionnel) CONVENTION DE GENEVE RELATIVE A LA PROTECTION DES PERSONNES CIVILES EN TEMPS DE GUERRE DU

Plus en détail

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI

INTRODUCTION CONCLUSION PROTECTION JURIDIQUE DU MINEUR EN CONFLIT AVEC LA LOI Protection juridique de l enfant en conflit avec la loi INTRODUCTION I- CADRE JURIDIQUE DE PROTECTION A- NOTION D ENFANT EN CONFLIT AVEC LA LOI B- INSTRUMENTS JURIDIQUES DE PROTECTION II- MESURES DE PROTECTION

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection à CASTRES Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de CASTRES a décidé de

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 19 JUILLET 2005 SUR LE TELETRAVAIL Préambule Les partenaires sociaux européens, UNICE, UEAPME et CEEP d une part, et CES (et le comité de liaison EUROCADRES/CEC) d

Plus en détail

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM

Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Politique sur le code de conduite et les conflits d intérêts à l intention des membres des conseils de section de l OCRCVM Les membres des conseils de section (les «Membres») sont tenus de lire et de signer

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES 16.1) DÉFINITIONS Les définitions suivantes s appliquent aux lignes directrices : «Compagnie» Désigne la Compagnie SouthEastern Mutual Insurance.

Plus en détail

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME

Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection. Ville d ANGOULÊME Charte d utilisation déontologique de la vidéoprotection Ville d ANGOULÊME Souhaitant améliorer la sûreté des personnes et la sécurité des biens, afin de lutter contre les actes de malveillance, la ville

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES

RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Extrait du Rapport 62e CDDH, 4-7 avril 2006 CDDH (2006)007, Annexe V RAPPORT FINAL D ACTIVITÉ DU DH-S-TER SUR LES ASSURANCES DIPLOMATIQUES Introduction 1. Le Groupe de spécialistes sur les droits de l

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes

Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes Déclaration sur l'élimination de la violence à l'égard des femmes L'Assemblée générale, Considérant qu'il est urgent de faire en sorte que les femmes bénéficient universellement des droits et principes

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes.

Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Expulsion des étrangers en Algérie, entre dispositions normatives et pratiques pertinentes. Ziad LATTOUF 1 LZ Pour entrer en Algérie, l étranger doit accomplir quelques formalités. Etre détenteur d'un

Plus en détail

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap

Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique de soutien aux étudiants en situation de handicap Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil d administration 14

Plus en détail

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er.

Projet de loi. 2. Tout intéressé peut demander l application des mesures visées au paragraphe 1er. Projet de loi concernant certaines modalités d application et la sanction du règlement (UE) N 995/2010 du Parlement Européen et du Conseil du 20 octobre 2010 établissant les obligations des opérateurs

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/2012/4 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 2 juillet 2012 Français Original: anglais Sixième session

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Mon résultat est positif? Ce qu il faut faire en cas de violation potentielle des règles antidopage Guide de consultation rapide

Mon résultat est positif? Ce qu il faut faire en cas de violation potentielle des règles antidopage Guide de consultation rapide Mon résultat est positif? Ce qu il faut faire en cas de violation potentielle des règles antidopage Guide de consultation rapide Octobre 2011 Mon résultat est positif? Ce qu il faut faire en cas de violation

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

La protection contre les discriminations

La protection contre les discriminations Accueil > Informations pratiques > Fiches pratiques > Egalité professionnelle / Discrimination Dernière mise à jour le 22 avril 2010 La protection contre les discriminations Synthèse Toute décision de

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

DACHSER Code de conduite

DACHSER Code de conduite DACHSER Code de conduite 1. Préambule Toute action chez Dachser repose sur le respect des dispositions juridiquement contraignantes aux niveaux national et international ainsi que sur tous les engagements

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. Interprétation «administrateur indépendant» désigne un administrateur qui n entretient pas avec la Compagnie ou avec une entité reliée,

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-118 DU 16 JUILLET 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT RECOMMANDATION SUR LES DISPOSITIFS D ENREGISTREMENT DES CONVERSATIONS TELEPHONIQUES MIS EN ŒUVRE

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police Page 1 RESOLUTION Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police L Assemblée générale de l O.I.P.C.-Interpol, réunie en sa 71 ème session

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement

Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Programme pour contrer toute forme de violence ou de harcèlement Adopté au Conseil d administration le 29 novembre 2004 Table des matières Préambule... 3 Définitions... 4 Objectifs, principes et champ

Plus en détail

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24)

Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III. Incrimination, détection et répression (articles 15-24) Chapitre III: Incrimination, détection et répression Infractions obligatoires Corruption d agents publics nationaux (Art. 15) Corruption

Plus en détail