SUPPORTING THE GLOBAL MONITORING PLAN ON PERSISTENT ORGANIC POLLUTANTS SENEGAL WEST AFRICAN REGION PROJECT GFL 4A76

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SUPPORTING THE GLOBAL MONITORING PLAN ON PERSISTENT ORGANIC POLLUTANTS SENEGAL WEST AFRICAN REGION PROJECT GFL 4A76"

Transcription

1 SUPPORTING THE GLOBAL MONITORING PLAN ON PERSISTENT ORGANIC POLLUTANTS SENEGAL 2012 WEST AFRICAN REGION PROJECT GFL 4A76

2

3 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de la Prévention Ministère de l Environnement et de la Protection de la Nature Ministère de l Agriculture Centre Antipoison/Direction des Etablissements de Santé Direction de l Environnement et des Etablissements Classés Centre de Recherche en Ecotoxiocologie et Sécurité Environnementale PROJET REGIONAL AFRIQUE DE L OUEST/AFRIQUE DE L EST/ MONITORING DES POP DANS L AIR AMBIANT ET LE LAIT MATERNEL Rapport national du Sénégal Août 2011 Direction de l Environnement et des Etablissements Classés 106, rue Carnot Dakar - BP 6557 Dakar Etoile Tél : (221) Fax : (221)

4 SUPPORTING THE GLOBAL MONITORING PLAN ON PERSISTENT ORGANIC POLLUTANTS SENEGAL 2012 WEST AFRICAN REGION PROJECT GFL 4A76

5

6 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi Ministère de la Santé et de la Prévention Ministère de l Environnement et de la Protection de la Nature Ministère de l Agriculture Centre Antipoison/Direction des Etablissements de Santé Direction de l Environnement et des Etablissements Classés Centre de Recherche en Ecotoxiocologie et Sécurité Environnementale PROJET REGIONAL AFRIQUE DE L OUEST/AFRIQUE DE L EST/ MONITORING DES POP DANS L AIR AMBIANT ET LE LAIT MATERNEL Rapport national du Sénégal Août 2011 Direction de l Environnement et des Etablissements Classés 106, rue Carnot Dakar - BP 6557 Dakar Etoile Tél : (221) Fax : (221)

7 Sommaire 1.1 Introduction Contexte national Arrangements organisationnels Activités nationales Prélèvement de Lait maternel Prélèvement passif d'air Laboratoire POP Formation, Analyses, Matrices Résultats et discussion Le lait humain: résultats des POPs L'air ambiant : résultats des POP Résultats de l étude d intercalibration et des échantillons miroirs Évaluation et conclusions, recommandations Conclusions et recommendations Références Annexes Protocole de l échantillonnage sur le lait maternel Protocole sur l air ambiant Liste des participants Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 2

8 1.1 Introduction Le présent rapport fait le point sur les activités nationales du projet régional Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des polluants organiques persistants (POP) dans l air ambiant et le lait maternel. Il résume les aspects méthodologiques et organisationnels liés à cette composante nationale, les activités réalisées, les résultats obtenus, commentaires et recommandations Contexte national Le Sénégal se situe à l avancée la plus occidentale du continent africain dans l Océan Atlantique. D une superficie de km 2, il est limité au nord par la Mauritanie, à l est par le Mali, au sud par la Guinée et la Guinée Bissau, à l ouest par la Gambie, et par l Océan Atlantique sur une façade de 500 km. Sa population estimée était estimée en 2009 à d habitants, avec un PIB par tête de l ordre FCFA (2008). Le Sénégal fait partie des pays les moins avancés (PMA) et ses principales recettes sont tirées de la pêche et du tourisme. Le secteur agricole qui emploie environ 70% de la population est en régression (sa part dans le PIB, moins de 20%, ne cesse de décroitre au profit du secteur tertiaire). Par ailleurs, on assiste à une urbanisation de plus en plus forte. Le pays a une expérience très limitée en matière de gestion rationnelle des substances chimiques toxiques à l instar des PMA. Soucieux de se joindre aux efforts de la Communauté internationale pour promouvoir la sécurité chimique conformément au Chapitre 19 de l Agenda 21, le pays a ratifié plusieurs Accords internationaux traitant des substances chimiques, dont la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants (POP). Dans ce cadre, le Sénégal a bénéficié de l assistance habilitante initiale du FEM pour élaborer et transmettre en 2005 au Secrétariat de la Convention, en application de l article 7 de ce traité, son plan national de mise en œuvre de la Convention (PNM). L analyse initiale de l état des lieux dans le cadre de ce PNM avait révélé, concernant les pesticides POP, qu il n y avait pas d utilisation, ni d exportation/d importation par le secteur formel. Cependant, certaines utilisations de la Dieldrine et d autres pesticides POP ont été notées au niveau du secteur du bâtiment et dans l arboriculture. Cependant, ces données mériteraient d être davantage confirmées eu égard aux difficultés de contrôle de l utilisation des pesticides au niveau du secteur informel, de la porosité des frontières et du manque de capacités des douanes dans ce domaine. Les activités habilitantes conduites par le pays ont apporté un certain niveau de connaissances et de savoir-faire sur les POP. Par ailleurs, elles ont permis une amélioration du cadre juridique avec notamment la prise de l arrêté primatorial n 9415 du 06 novembre 2008, portant interdiction d importation, de production et d utilisation des pesticides et produits chimiques visés par la Convention de Stockholm sur les Polluants Organiques Persistants (POP). Aussi, à l instar des pays du Comité Permanent Inter Etat de Lutte contre la Sécheresse dans Sahel (CILSS), l endosulfan est interdite de distribution (novembre 2007) et d utilisation (décembre 2008) au Sénégal. Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 3

9 Toutefois ces acquis et cette expérience restent encore insuffisants pour permettre aux différents acteurs d appliquer les mesures que le pays a retenus dans son PNM pour réduire/éliminer les sources et rejets des POP et satisfaire aux autres obligations de la Convention. Par ailleurs, il est tout aussi important de veiller au contrôle des mesures prises. Dans ce contexte, le suivi environnemental et toxicologique constitue des axes importants dans la mise en œuvre du PNM, tout comme devant être une contribution nationale dans la stratégie de surveillance régionale, voire mondiale, de surveillance des POP. Ainsi, parmi les objectifs visés par le Sénégal dans le cadre de ce projet, nous pouvons citer : une participation à la surveillance régionale et mondiale des POP ; une meilleure connaissance des niveaux de contamination des matrices prioritaires (air ambiant et lait maternel); une production de données à capitaliser dans sa stratégie de communication et de sensibilisation auprès des acteurs; un renforcement des capacités des centres d expertise dans le prélèvement et l analyse des POP dans l air ambiant et le lait maternel; un benchmark à l échelle de la sous région; etc Arrangements organisationnels Conformément aux conclusions de l atelier de Bamako, une organisation a été mise en place en désignant un coordinateur national par le biais du point focal de la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants et des Responsables techniques au sein des centres d expertise, en l occurrence la Fondation CERES LOCUSTOX en ce qui concerne le volet «air ambiant» et le Centre Antipoison pour le volet «lait maternel». Dans ce cadre, un protocole d accord a été signé entre la DEEC et CERES LOCUSTOX, déterminant les relations entre les deux structures dans le cadre de ce projet Activités nationales Une première réunion visant surtout à coordonner la mise en œuvre des recommandations de l atelier de Bamako (du 06 au 09 octobre 2009) s est tenue le 20 octobre Elle a ainsi permis de coordonner i) la mise en place de l équipe projet au niveau national grâce à des saisines officielles de la DEEC et demandant que les experts ayant participé à l atelier de Bamako soient impliqués dans cette équipe, ii) le transfert de 4 échantillonneurs en PUF (Polyuréthane form (3 déjà utilisés, 1 à l état neuf) et 11 échantillons déjà utilisés, de la DEEC vers CERES LOCUSTOX, iii) le transfert des échantillons de lait du Centre Antipoison à CERES LOCUSTOX. D autres réunion de coordination (au total de quatre) ont été organisées durant la mise en œuvre des activités afin de partager le niveau de réalisation, d identifier les problèmes et de proposer des solutions. Aussi, deux missions terrain ont été organisées pour rencontrer les autorités (Préfet de Bambey et Sous Préfet de Ngoye) au niveau du site, dans le but de préparer et de faciliter les campagnes de collecte d échantillons d air ambiant. Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 4

10 Au cours de ces missions, les services techniques déconcentrés de la DEEC ont été impliqués (Division Régionale de Diourbel). Un rapportage régulier des activités de terrain a été réalisé par CERES LOCUSTOX pour remonter l information au niveau de la coordination du projet. Aussi, le Centre Antipoison a produit un rapport national d activités de collecte de lait maternel pour l étude des polluants organiques persistants et un SOP pour l échantillonnage de lait maternel pour le dosage des Polluants Organiques Persistants (POP). Soulignons également, pour une bonne diffusion de l information autour du projet et une capitalisation de ses acquis, le point focal de la Convention de Stockholm et le Secrétariat de la Commission Nationale de Gestion des Produits Chimiques ont été régulièrement invités aux réunions de coordination et ont reçu les rapports y afférents. 1.2 Prélèvement de Lait maternel Méthodologie d intervention, arrangements administratifs et dissémination Cette activité a été réalisée par l équipe du Centre Antipoison (CAP) avec l implication des services et personnes ressources compétentes (médecins de région, médecins de district et personnel de santé) du Ministère chargé de la santé et la faculté de médecine de l Université Cheikh Anta DIOP de Dakar (UCAD). En effet, c est au niveau de la région médicale, du district sanitaire et dans l établissement de santé que les arrangements administratifs ont été tenus suite à la saisine du Ministère de la Santé et de la Prévention et que la présélection des donneuses a été effectuée. - - La sélection de ces donneuses de lait s est effectuée sur une durée de trois (03) mois: Juillet, Août et septembre Un atelier de restitution des résultats a été organisé par le CAP en août 2009 avec tous les acteurs qui ont participé ou facilité la collecte de la matrice, notamment le Ministère chargé de l environnement, le laboratoire de la fondation Ceres-Locustox, et d autres organismes. Pool d échantillonnage L échantillonnage a été réalisé, suivant les critères d inclusion et d exclusion et en respect du consentement préalable en connaissance de cause, sur toute l étendue du territoire et le choix des donneuses dans les régions s est fait comme suit: - région de Dakar: à l Institut d Hygiène Sociale (centre ville) et au centre de santé RoiBaudoin de Guédiawaye (banlieue); - Centre du Sénégal: les départements de Kaolack et Fatick; - Nord du Sénégal : dans les départements de Saint Louis, Richard Toll, Podor. Méthodologie d échantillonnage Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 5

11 - Prélèvement des échantillons: Une fois que la pratique de l allaitement est bien établie, l échantillonnage est effectué entre 3 et 8 semaines (21 jours à 2 mois) après la naissance. Au moment du prélèvement, des entretiens individuels sont effectués afin d obtenir les autres informations nécessaires de la Section 4 du questionnaire (voir 1.8.1) et de s assurer que le questionnaire est rempli dans son ensemble. Les procédures de l étude ont être bien expliquées, en particulier le droit de la donneuse de se retirer de l étude sans préjudice. En plus, les donneuses donnent obligatoirement leur consentement écrit sur un formulaire standard: Formulaire de Consentement en Connaissance de Cause (voir 1.8.1). L échantillon est ensuite prélevé. 50 ml de lait ont été collectés par extraction manuelle après un allaitement ou pendant que la mère se repose sur l autre sein, pour profiter du réflexe de décompression de la mère. Dans certains cas, suivant la préférence de la mère et les coutumes locales, une pompe à allaitement a été fournie pour faciliter l extraction du lait. L échantillon est ensuite recueilli directement dans le récipient fourni par l équipe du centre antipoison et les échantillons de lait ont été stockés dans un réfrigérateur à + 4 C pour un maximum de 72 heures, entre les déplacements à l intérieur des régions. Tous les questionnaires de toutes les participantes sont toujours conservés au centre antipoison et ceci afin de permettre une consultation éventuelle. La conservation de tous les dossiers respecte les exigences fixées au niveau national et aux normes internationales en ce qui concerne la confidentialité. Un document résumant les informations concernant les mères ayant fourni des échantillons pour cette étude a été dressé par Epi info et a été soumis au GEMS/Aliments mais toujours dans la plus grande confidentialité. Ce document a été envoyé avec les échantillons groupé à GEMS par DHL. Biosécurité L un des critères pour la sélection de femmes en tant que donneuses potentielles est que tant la mère, que son enfant, paraissent en bonne santé, et que la grossesse ait eu lieu normalement. Les raisons de ce critère sont d éviter de trop demander à une mère qui serait déjà en difficulté, et de réduire les effets qui pourraient être causés par des conditions médicales (par exemple, une perte de poids subite pourrait affecter l effet sur le corps d une exposition aux POP, et aussi leur taux dans le lait maternel). Au Sénégal, le dépistage de l infection à VIH étant inclus dans les bilans prénataux, le statut VIH de la donneuse est connu à partir de son dossier médical. Cependant, les donneuses dont les tests HIV sont positifs n ont pas été exclues de cette étude ; tout échantillon de lait reconnu comme étant contaminé, ou suspecté de l être par le HIV, devait être traité par chauffage à 62,5 C pendant 30 minutes. Cependant, aucune des donneuses n est VIH positif. - Transport des échantillons Après la collecte, les échantillons de 50 ml chacun, ont être envoyés au laboratoire de toxicologie - hydrologie (LTH) pour la préparation des aliquotes à envoyer. Le ramassage et Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 6

12 l envoi des échantillons a été assuré par le personnel du centre antipoison. Durant le transport, une glacière a permis de transporter les échantillons. Une fois au LTH, ils ont été immédiatement retirés des glacières et remis au congélateur à -20 C jusqu au moment du transfert au laboratoire de référence de dosage des POP à Freiburg. De petites tablettes de bichromate de potassium (K2Cr2O7) ont été ajoutées dans les flacons afin de stériliser le lait et de maintenir l intégrité des matières grasses durant le transport. Les échantillons ont été congelés à -20 C, emballés dans de la neige carbonique et expédiés vers le laboratoire destinataire en Allemagne par DHL. Chaque échantillon individuel et groupé a été étiqueté avec un code d identification unique. Les échantillons groupés ont été envoyés à la Bibliothèque de Référence de l OMS accompagnés d un résumé complet de l information (voir Annexe 1). Le laboratoire destinataire a été informé de la date d expédition ainsi que la date probable de son arrivée. Le laboratoire a ensuite confirmé l arrivée du colis. Le reste des échantillons individuels a été gardé au LTH afin d être transmis au laboratoire de la fondation Ceres-Locustox. - Préparation des échantillons individuels et groupés La manipulation des échantillons été effectué par un personnel qualifié afin de garantir leur intégrité; la Responsable du volet «lait maternel» au CAP s est chargée de tout ce qui est traitement préanalytique, aliquotage et préparation des échantillons individuels et groupés. Les échantillons individuels de lait ont être homogénéisés en les chauffant à 38 o C et en les agitant pendant 10 minutes. Ensuite, il a fallu préparer les échantillons individuels et groupés. Les échantillons individuels sont d un volume de 25 ml de lait maternel afin d être utilisés pour l analyse des POP dits «analytiquement simples», c'est-à-dire les POP pesticides et les marqueurs PCB par le laboratoire de la fondation Ceres-Locustox en fonction de la disponibilité des intrants nécessaires aux analyses. Pour les échantillons groupés, ils sont analysés à la fois pour les POP analytiquement simples et les POP analytiquement complexes, c'est-à-dire les PCDD, PCDF et les PCB apparenté aux dioxines. Ces échantillons groupés étaient au nombre de deux: - un flacon de 500 ml contenant 25 ml de lait de 16 donneuses, afin d obtenir 400 ml de lait; - un flacon de 1000 ml contenant 25 ml de lait des 34 autres donneuses, pour obtenir 850 ml de lait. Analyse des échantillons Les échantillons de lait groupés sont analysés pour les POP analytiquement simples et complexes, y compris les PCDD, PCDF et les PCB apparentés aux dioxines, par le CVUA à Freiburg, Allemagne qui est le Laboratoire de Référence de l OMS pour la quatrième étude. Les résultats sont présentés sur la base de la teneur en matière graisse des échantillons groupés. Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 7

13 1.3 Prélèvement passif d'air Mise en place, arrangements administratifs et période Dans le cadre de la mise en œuvre de cette activité, le site de Ngoye situé dans le département de Bambey a été identifié au cours d une mission de prospection (voir image google earth cidessous). Ses coordonnées géographiques sont les suivantes: N, O. Site de Ngoye Il a été retenu après concertation entre les principales parties prenantes (DEEC, CERES LOCUSTOX et Centre Antipoison), de cibler la région de Diourbel, en particulier le département le Bambey, pour s éloigner au mieux d une agglomération comme Dakar où on note des sources potentielles de POP. L existence d un service déconcentré de la Direction de l Environnement et des Etablissements Classés dans cette zone devant aussi faciliter la communication avec les autorités, le suivi et la capitalisation des résultats au niveau local. Les critères qui ont porté au choix du site sont liés à son isolement à d éventuelles sources d émissions de POP, à sa sécurité et son accessibilité. Les dispositions avaient été prises au préalable avec les autorités pour que les échantillonneurs soient préservés pendant toute la durée de la campagne d échantillonnage. Pose des échantillonneurs et période d exposition Le tableau suivant résume les échantillonneurs GEF qui ont été posés sur le site, en complément des échantillonneurs MONET préablement posés au 04 janvier Les travaux de pose ont été effectués sans difficulté. Soulignons CERES LOCUSTOX a émis la recommandation d une surveillance (gardiennage) des échantillonneurs eu égard à d un risque potentiel lié à sa proximité d une aire de jeu. Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 8

14 L incident relevé sur le terrain lors de la mission MONET 5 a justifié cette crainte, ce qui a conduit à la décision de prendre en charge le gardiennage des échantillonneurs. Echantillonneur Code futur Date de pose Date de retrait Destinataire GEF 1 SEN-1-I 04/05/ /06/2010 IVM GEF 2 SEN-2-I 04/05/ /06/2010 IVM GEF 3 SEN-3-I 04/05/ /06/2010 CERES GEF 4 SEN-4-I 04/05/ /06/2010 CERES GEF 5 SEN-5-I 04/05/ /06/2010 MTM Méthodologie d échantillonnage, conservation et analyse Chaque filtre a été déposé tout le long de la campagne conformément au protocole d échantillonnage d IVM. Un support a été conçu pour faciliter la pose des échantillonneurs. Par ailleurs des mesures ont été prises pour assurer la sécurité des échantillonneurs (gardiennage et protection contre la divagation des animaux sur le site). Les échantillons d air ont été stockés dans des glacières lors de leur transport à Dakar. Aussi toutes les fiches d échantillonnage ont été bien renseignées. Les activités d échantillonnage réalisées sont synthétisées dans le tableau ci-dessous: Date Mission Activités 30/12/2009 Prospection Concertation avec les autorités départementales et communales et préfet et localisation du site 04/01/2010 MONET 1 Fixation du support des échantillonneurs. Pose des échantillons SN_01_A_01, SN_01_B_01, SN_01_C_01 et SN_01_D_01 01/02/2010 MONET 2 Retrait de l échantillon SEN_01_A_01 et pose de l échantillon SEN_01_A_02 01/03/2010 MONET 3 Retrait de l échantillon SEN_01_A_02 et pose de l échantillon SEN_01_A_03 29/03/2010 MONET 4 Retrait des échantillons SEN_ 01_A_03, SEN_ 01_B_01, SEN_ 01_C_01, SEN_ 01_D_01 et pose des échantillons SEN_01_A_04, SEN_ 01_B_02, SEN_ 01_C_02 et SEN_ 01_D_02 26/04/2010 MONET 5 Retrait de l échantillon SEN_01_A_04 et pose de l échantillon SEN_01_A_05 05/05/2010 GEF 1 Pose des échantillons SEN-1-I, SEN-2-I, SEN-3-I, SEN-4-I et SEN-5-I 24/05/2010 MONET 6 Retrait de l échantillon SEN_ 01_A_05, Perte constatée de l échantillon SEN_ 01_B_02, Pose des échantillons SEN_ 01_A_06 et SEN_ 01_B_02 (pour remplacement) 21/06/2010 MONET 7 Retrait des échantillons SEN_ 01_A_06, SEN_ 01_B_02, SEN_ 01_C_02, SEN_ 01_D_02 Pose des échantillons SEN_ 01_A_07, SEN_ 01_B_03, SEN_ 01_C_03, SEN_ 01_D_03 30/06/2010 GEF 2 Retrait des échantillons SEN-1-I, SEN-2-I, SEN-3-I, SEN-4-I, SEN-5-I Pose des échantillons SEN-1-II, SEN-2-II, SEN-3-II, SEN-4-II, SEN-5-II 19/07/2010 MONET 8 Retrait de l échantillon SEN_ 01_A_07, Pose de l échantillon SEN_ 01_A_08 16/08/2010 MONET 9 Retrait de l échantillon SEN_ 01_A_08 Pose de l échantillon SEN_ 01_A_09 Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 9

15 13/09/2010 MONET 10 30/09/2010 GEF 3 11/10/2010 MONET 11 08/11/2010 MONET 12 06/12/2010 MONET 13 31/12/2010 GEF4 Retrait des échantillons SEN_ 01_A_09, SEN_ 01_B_03, SEN_ 01_C_03, SEN_ 01_D_03 Pose des échantillons SEN_ 01_A_10, SEN_ 01_B_04, SEN_ 01_C_04, SEN_ 01_D_04 Retrait des échantillons SEN-1-II, SEN-2-II, SEN-3-II, SEN-4-II, SEN-5-II Pose des échantillons SEN-1-III, SEN-2-III, SEN-3-III, SEN-4-III, SEN-5-III Retrait de l échantillon SEN_ 01_A_10 Pose de l échantillon SEN_ 01_A_11 Retrait de l échantillon SEN_ 01_A_11 Pose de l échantillon SEN_ 01_A_12 Retrait des échantillons SEN_ 01_A_12, SEN_ 01_B_04, SEN_ 01_C_04, SEN_ 01_D_04 Pose de l échantillon SEN_ 01_A_13 Retrait des échantillons SEN-1-III, SEN-2-III, SEN-3-III, SEN-4-III, SEN-5-III Pose des échantillons SEN-1-IV, SEN-2-IV, SEN-3-IV, SEN-4-IV, SEN-5-IV 03/01/2011 MONET 14 Retrait de l échantillon SEN_ 01_A_13 31/03/2011 GEF5 Retrait des échantillons SEN-1-IV, SEN-2-IV, SEN-3-IV, SEN-4-IV, SEN-5-IV 1.4 Laboratoire POP Historique Le Centre Régional de Recherche en Ecotoxicologie et de Sécurité Environnementale (CERES-Locustox) est né du "Projet-LOCUSTOX", mené sous l égide de la FAO de 1990 à 2003 avec le financement du Royaume des Pays-Bas et de l Etat du Sénégal et qui concernait "l Etude des effets de la lutte chimique antiacridienne sur l environnement". Dans la perspective de la pérennisation et de la consolidation des acquis scientifiques obtenus dans ce domaine, l Etat du Sénégal avait décidé la création de la Fondation CERES-Locustox, reconnue d utilité publique par Décret N du 31 décembre 1999, placée sous la tutelle du Ministère de l Agriculture. A côté de l Etat du Sénégal, on note comme membres cofondateurs: le Conseil des Organisations Non Gouvernementales d Appui au Développement (CONGAD) et ENDA-Tiers-Monde. C est un centre doté d une expertise avérée et travaillant dans un Environnement répondant aux exigences du référentiel des Principes de Bonnes Pratiques de Laboratoire de l OCDE et de la Norme ISO/CEI Mission de la Fondation La mission de la Fondation se décline globalement à "assurer des prestations et conseils sur les aspects scientifiques et techniques de maîtrise et de gestion des impacts négatifs des produits chimiques et biologiques (bio pesticides) dans les limites compatibles avec une bonne sécurité environnementale et sanitaire". Dans ce cadre, les activités de CERES- Locustox sont essentiellement orientées vers : l étude des impacts de l utilisation des pesticides sur l environnement, la santé animale et humaine (approches méthodologiques, monitoring environnemental) ; l analyse des résidus de pesticides, métaux lourds, PCB et autres polluants sur les produits agricoles et halieutiques destinés à l exportation, l eau, le sol et les sédiments ; le conseil des décideurs, distributeurs, producteurs et exportateurs sur l usage rationnel et sécurisée des pesticides ; la formation des producteurs sur les méthodes alternatives à la lutte chimique classique ; la promotion de la qualité sanitaire (Limites Maximales de Résidus de pesticides) des produits agricoles ; Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 10

16 la maîtrise des impacts négatifs des produits chimiques par la mise en œuvre de ses outils scientifiques d investigation en termes de contrôle : o de la qualité des traitements phytosanitaires et de suivi de leur nocivité éventuelle sur l environnement et la santé de la population; o des rejets industriels conformément au Code de l Environnement. Organisation La structuration actuelle de la Fondation se présente comme suit: la Direction Générale; l Unité Qualité et Réglementation; l Unité Chimie Environnementale avec son laboratoire d analyse de résidus Certifié BPL; l Unité Biologie : Laboratoire d entomologie et Laboratoire de vertébrés le Laboratoire d Hydrobiologie. l Unité Administration Finances et Logistique. Domaines de compétences Les domaines de compétence de la fondation sont les suivants: Recherches en Ecotoxicologie en général et sur les effets des traitements antiacridiens sur l environnement, la santé animale et humaine en particulier; Monitoring environnemental de l utilisation des pesticides; Analyse de résidus de pesticides sur les produits agricoles et halieutiques, les eaux pour les besoins d autocontrôle et de certification de la qualité; Suivi de la Qualité Environnementale des Traitements Antiacridiens (QUEST); Suivi Sanitaire des applicateurs de produits phytosanitaires et d agents en contact avec les pesticides; Formation des producteurs sur les alternatives à la lutte chimique; Encadrement de stagiaires et étudiants des écoles de formation pour les besoins de préparation de mémoires de fin d études; Conception d outils méthodologiques dans le cadre de la mise en place d un système de suivi environnemental. Outils méthodologiques Au regard de la mission de CERES Locustox, les outils méthodologiques capitalisés se présentent comme suit: l analyse cholinestérasique ; le guide de contrôle de la qualité des traitements antiacridiens; l Evaluation de la contamination environnementale avec des méthodes d analyse du degré de pollution des diverses composantes de l environnement et d outils de mesure des impacts sur la biodiversité et sur le cheptel; l évaluation de la contamination des denrées alimentaires y compris les produits agricoles et halieutiques et de leur niveau de conformité avec les normes d hygiène et de sécurité sanitaire; l évaluation de la qualité des eaux brutes et de consommation; la conduite d audit de laboratoires et d entreprises agricoles; Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 11

17 la gestion intégrée de la Production et des Déprédateurs (GIPD); Personnel du Laboratoire Le personnel du laboratoire est composé comme suit: PERSONNEL FONCTION 1 INGENIEUR EN GC Responsable de l Unité, coordonnateur des travaux 1 INGENIEUR EN GC Chimiste sénior, coordonnateur de projets 2 TECHNICIENNES SUPERIEURES EN GC Responsable de l extraction et de la purification 1 ASSISTANT Responsable de la documentation 2 STAGIAIRE Ingénieur en GC et Technicienne supérieure 1 INGENIEUR QUALITICIEN Responsable de l unité Qualité Réglementation, coordonnateur des audits 1 AUDITEUR INTERNE Responsables des essais biologiques Equipements du laboratoire Le laboratoire de Chimie environnementale de CERES-Locustox est actuellement équipé de: 1 CPG Agilent avec 2 µecd 1 CPG Varian avec un ECD 2 GC/MS dont l un vient d être réparé en juillet SPECTROPHOTOMETRE UV VISISBLE pour la détermination du CS2 dans les analyses de dithiocarbamates 1 Spectrophotomètre d Absorption Atomique (SAA) pour l analyse des métaux lourds. 2 HPLC AVEC UV+FLUOR/PCR A côté de ces équipements de détection, le laboratoire comprend des équipements de préparation des échantillons : 1 broyeur Ultra-Turrax pour l homogénéisation des échantillons. des systèmes au Soxhlet pour l extraction des filtres PUFs, des sols, sédiments et d autres matrices 1 système de filtration sous vide (pompes et fioles à vide) 1 centrifugeuse GM 5100 rpm et 1 centrifugeuse PM rpm pour suppléer le système de filtration 1 batterie d évaporateurs rotatifs 1 verrerie certifiee assez fournie Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 12

18 des balances de précisions 1 batterie de réfrigérateurs et de congélateurs pour la conservation séparée des échantillons, des extraits et des solutions étalons des paillasses métalliques et des fours grande capacité pour éradiquer la contamination des hottes dotées de puissant moteur pour conserver la santé des travailleurs. un groupe éléctrogène de 70 kva alimentant tout le centre en cas de coupures électriques qui sont très fréquentes de nos jours. un onduleur de 20 kva qui stabilise le courant de la salle de détection et lui assure une autonomie lors des coupures électriques. Méthodes d analyses Le laboratoire dispose de méthodes d analyse normées pour assurer prestations: l ensemble de ses Norme: NF EN , avril 1999 pour la recherche des résidus de pesticides dans les fruits et légumes NF EN 15662; La méthode QuEChERS pour toujours la recherche des pesticides dan les fruits et légumes Norme: NF EN , 2, 3 de janvier 1997des pesticides et des Polychlorobiphényles (PCB) dans les produits riches en matières grasses Norme: NF EN ISO 6468 pour les pesticides et des PCB dans l eau; Norme: ISO 10382: 2002 des organochlorés et Polychlorobiphényles (PCB) dans le sol et les sédiments. Le centre est engagé dans une politique Qualité pour accréditer son laboratoire en ISO et le certifier Bonnes Pratiques de Laboratoire d ici la fin de l année Il s est aussi lancé dans une politique de renforcement de capacité dont il attend un nouveau GCMS, de la formation de son personnel et de la remise en état de son matériel en panne Formation, Analyses, Matrices Le projet a contribué au renforcement des capacités du Laboratoire. En effet, le Responsable de l Unité Chimie Environnementale a participé, au 6 éme Summer School of Environmental Chemestry and Ecotoxicology en Tchécoslovaquie qui s est tenue du 28 juin et 03 juillet 2010 en République Tchèque. Cette formation très riche en enseignements théoriques et pratiques et en visites de sites a permis qu responsable de mener à bien la supervision des activités du Projet sur le site d échantillonnage et dans le laboratoire. Dans le même ordre d idées, CERES LOCUSTOX a accueilli du 4 au 12 octobre 2010 un expert international d IVM qui a assuré une formation les techniques d analyse des POPs dans l air et le lait maternel (voir manuel de formation en annexe). Les résultats obtenus dans le cadre de cette formation sont les suivantes: la formation du personnel du laboratoire (2 ingénieurs, une technicienne en génie chimique et un assistant) 2 stagiaires et 3 personne du Centre Anti Poison (2 doctorants et une technicienne). Le personnel du laboratoire a pu ensuite dérouler la méthode enseignée pour analyser les échantillons d intercalibration et les échantillons de filtres GEF récoltés à Ngoye. Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 13

19 1.5 Résultats et discussion Le lait humain: résultats des POPs Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 14

20 Projet régional de l Afrique de l Ouest/Afrique de l Est sur le monitoring des POP Page 15

Résumé des activités menées dans le cadre du projet d appui au Plan de Surveillance Mondial des POPs au MALI

Résumé des activités menées dans le cadre du projet d appui au Plan de Surveillance Mondial des POPs au MALI Résumé des activités menées dans le cadre du projet d appui au Plan de Surveillance Mondial des POPs au MALI Dr. DEM Safiatou BERTHE Laboratoire de Toxicologie et de Contrôle de Qualité Environnementale

Plus en détail

SUPPORTING THE GLOBAL MONITORING PLAN ON PERSISTENT ORGANIC POLLUTANTS DR CONGO WEST AFRICAN REGION PROJECT GFL 4A76

SUPPORTING THE GLOBAL MONITORING PLAN ON PERSISTENT ORGANIC POLLUTANTS DR CONGO WEST AFRICAN REGION PROJECT GFL 4A76 SUPPORTING THE GLOBAL MONITORING PLAN ON PERSISTENT ORGANIC POLLUTANTS DR CONGO 2012 WEST AFRICAN REGION PROJECT GFL 4A76 REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, CONSERVATION DE

Plus en détail

Bamako, Mali, 06 au 07 juin 2011. Rapport Succinct

Bamako, Mali, 06 au 07 juin 2011. Rapport Succinct 1 Réunion Transfrontalière des Services Vétérinaires et des Laboratoires Nationaux pour le Renforcement de la Surveillance Epidémiologique de la Fièvre de la Vallée du Rift entre le Mali, la Mauritanie

Plus en détail

Ce plan de travail couvre la période allant de Novembre 2008 à Décembre 2009.

Ce plan de travail couvre la période allant de Novembre 2008 à Décembre 2009. Nom du Centre Régional : Centre National des Technologies de Production plus Propre (CNTPP) (Algérie). Plan de travail soumis par : Nom : Mokhtar BOUOUDINA Fonction : Directeur Général Et Nom : Fazia DAHLAB

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 21 novembre 2006 définissant les critères de certification des compétences des personnes

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Quatrième enquête sur les polluants organiques persistants dans le lait maternel, coordonnée par l OMS en coopération avec le PNUE

Quatrième enquête sur les polluants organiques persistants dans le lait maternel, coordonnée par l OMS en coopération avec le PNUE Quatrième enquête sur les polluants organiques persistants dans le lait maternel, coordonnée par l OMS en coopération avec le PNUE Lignes directrices relatives à l élaboration d un protocole national (Révisé

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013

Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 Fiche de capitalisation ADEMA Séminaire ID-DL Bénin Novembre 2013 1. L expérience analysée L animation de la concertation dans le processus d élaboration du Plan Communal de Développement (PCD) de Jean

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS

SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP SYNTHESE DES TRAVAUX DE LA REUNION DU COMITE REGIONAL DE PILOTAGE ELARGI DE CLOTURE DU PREDAS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL SECRETARIAT EXECUTIF/PRA/SA-LCD-POP PROGRAMME REGIONAL DE PROMOTION

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

GUIDE PRATIQUE. IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année ID-SC-186 GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS : Vos obligations tout au long de l année GUIDE PRATIQUE PREPARATEURS, DISTRIBUTEURS, IMPORTATEURS Vos obligations tout au long de l année

Plus en détail

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr La participation de votre enfant à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Esteban est une nouvelle étude nationale qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l exposition à certaines substances de

Plus en détail

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER

PO COOPERATION TERRITORIALE 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER Page 1 Axe 2 : Intégration économique régionale Service instructeur DRRT Dates agréments CLS 04 Décembre 2008 POURSUITE D UNE MESURE D UN PROGRAMME PRÉCÉDENT Non X Oui, partiellement Oui, en totalité I.

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale

Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Côte d Ivoire Tableau 1 : Législation nationale Annexe 1: Tableaux récapitulatifs de la législation en Tableau 1 : Législation nationale Nature de l acte Intitulé/ dénomination/titre Ressources naturelles et protection de la nature Loi Loi n 2002 du

Plus en détail

Fiche métier Responsable de la préparation des produits

Fiche métier Responsable de la préparation des produits Fiche métier Responsable de la préparation Il peut aussi s appeler > Chef/responsable de station de conditionnement. > Chef d entrepôt. Caractéristiques du métier > Le/la responsable de la préparation

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public

Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Air intérieur Réglementation Etablissements recevant du public Version «organismes accrédités» SOMMAIRE Etablissements recevant du public concernés par la surveillance de la qualité de l air intérieur

Plus en détail

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010

Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Présentationde la Loi n 28-07 relative à la sécurité sanitaire des produits alimentaires «LOI SSA» Rabat, le 17 juin 2010 Parmi les objectifs tracés par le Plan Maroc Vert : Améliorer la compétitivité

Plus en détail

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique

TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs. Vision stratégique TRAVAIL de l OCDE sur les pesticides et la lutte durable contre les ravageurs Une approche coopérative globale de la réglementation des pesticides agricoles et de la lutte contre les ravageurs compatible

Plus en détail

Journée d information Élimination des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires

Journée d information Élimination des Emballages Vides de Produits Phytosanitaires Secrétariat d Etat auprès du Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement chargé de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement Service Régional de l Environnement Souss

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence"

Séminaire LCSQA Épisodes de pollution et mesures d urgence Séminaire LCSQA "Épisodes de pollution et mesures d urgence" Jeudi 22 mai 2014 Messages sanitaires Marie FIORI (chargée du dossier Qualité de l air extérieur) Sous-direction de la Prévention des risques

Plus en détail

MISE EN ŒUVRE DU PROJET PNUE SUR LA SURVEILLANCE DES POP EN RDCongo. Par Ir. Jean Claude EMENE COORDONATEUR NATIONAL DU PROJET ET POINT FOCAL POP

MISE EN ŒUVRE DU PROJET PNUE SUR LA SURVEILLANCE DES POP EN RDCongo. Par Ir. Jean Claude EMENE COORDONATEUR NATIONAL DU PROJET ET POINT FOCAL POP MISE EN ŒUVRE DU PROJET PNUE SUR LA SURVEILLANCE DES POP EN RDCongo Par Ir. Jean Claude EMENE COORDONATEUR NATIONAL DU PROJET ET POINT FOCAL POP Présentation du pays La République R Démocratique D du Congo

Plus en détail

Déroulement d une surveillance

Déroulement d une surveillance Les étapes de la pré-visite au rapport final : - Pré-visite sur site (questionnaire préliminaire) - Stratégie d échantillonnage - Représentativité temporelle - Détermination du nombre de mesures à effectuer

Plus en détail

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier

Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier 27 ème Colloque CORATA IBS MARSEILLE le 16 Septembre 2010 Du G.B.E.A. à l Accréditation en milieu Hospitalier Professeur Henri PORTUGAL LABORATOIRE CENTRAL Biochimie Hématologie Hôpital Sainte Marguerite

Plus en détail

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES

REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES REPUBLIQUE DU CONGO Ministère de la Santé, des Affaires Sociales et de la Famille CHARTE DES DONS DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES Septembre 2007 La présente publication a été élaborée avec l appui financier

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments:

Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: Réorganisation du système marocain de contrôle et de sécurité sanitaire des aliments: -------- Royaume du Maroc - Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires - Création de l Office

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA

region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page1 Guide pratique à l attention des professionnels de santé URPS DE BIOLOGIE MÉDICALE PACA region guide sante bis:mise en page 1 05/03/13 09:24 Page2

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE : CONSULTATION POUR L ELABORATION D UN PLAN CADRE DE CONTINGENCE POUR LES PAYS DU SAHEL ET DE L AFRIQUE DE L OUEST

TERMES DE REFERENCE : CONSULTATION POUR L ELABORATION D UN PLAN CADRE DE CONTINGENCE POUR LES PAYS DU SAHEL ET DE L AFRIQUE DE L OUEST COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental

Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental Décret N 2005/0577/PM du 23 février 2005 sur les modalités de réalisation des études d'impact environnemental LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT DECRETE : CHAPITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat)

ACTIVITES DE RENFORCEMENT DE CAPACITES PREVUES POUR LE PROCHAIN TRIENNAT 2012-2014 (Préparé par le Secrétariat) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 18 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.17 26 septembre 2011

Plus en détail

********** Un Peuple Un But Une Foi-

********** Un Peuple Un But Une Foi- MINISTERE DE LA SANTE REPUBLIQUE DU MALI ********** Un Peuple Un But Une Foi- COMITE NATIONAL DU CODEX ALIMENTARIUS ********** SECRETARIAT EXECUTIF (ANSSA) Centre Commercial Rue 305 Quartier du Fleuve

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014.

UNITED NATIONS. United Nations. Environment Programme. UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4. Distr.: Restricted. 17 March 2014. UNITED NATIONS EP UNEP(DEPI)/WACAF/COP.11/ Inf.4 United Nations Environment Programme Distr.: Restricted 17 March 2014 Original: French 11è Réunion de la Conférence des Parties de la Convention pour la

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

environnementaux (SPRE)

environnementaux (SPRE) Spécificités du Mastère spécialisé (MS) «Santé environnement : enjeux pour le territoire et l entreprise», de la formation d Ingénieur de l EHESP spécialité génie sanitaire (IGS) et du Master 2 santé publique

Plus en détail

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE

Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Annexe C PRODUCTION NON INTENTIONNELLE Partie I Polluants organiques persistants soumis aux obligations énoncées à l article 5 La présente annexe s applique aux polluants organiques persistants suivants,

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

d i s p o n i b i l i t é r é a c t i v i t é CALESTREME C.S. I N G é N I E R I E E N P R é V E N T I O N

d i s p o n i b i l i t é r é a c t i v i t é CALESTREME C.S. I N G é N I E R I E E N P R é V E N T I O N p r o x i m i t é d i s p o n i b i l i t é r é a c t i v i t é hseq sps audit - Conseil formation CALESTREME C.S. I N G é N I E R I E E N P R é V E N T I O N Le management des risques professionnels HYGIÈNE

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Systèmes informatiques Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de

Plus en détail

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002 Inventaire des équipements contenant des Fiche numéro: Date: Inspecteur: A Informations sur la société et le site 1 Nom: 2 Adresse: 3 4 Adresse du site: (si différente de A2) Téléphone: Fax: E-mail: 5

Plus en détail

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé

ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé ANNEXE 1 : Recommandations pour le projet de santé de centre de santé L article L 6323-1 du CSP impose aux centres de santé de se doter d un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

Charte de l'audit informatique du Groupe

Charte de l'audit informatique du Groupe Direction de la Sécurité Globale du Groupe Destinataires Tous services Contact Hervé Molina Tél : 01.55.44.15.11 Fax : E-mail : herve.molina@laposte.fr Date de validité A partir du 23/07/2012 Annulation

Plus en détail

Qualité en Recherche. A. Rivet

Qualité en Recherche. A. Rivet Qualité en Recherche A. Rivet ANGD Reciprocs, 6/07/2009 Qualité en recherche Introduction Les normes de management La norme ISO 9001 Le système d organisation du Cermav Conclusion Qualité en recherche

Plus en détail

Catalogue des matériaux de référence

Catalogue des matériaux de référence Centre d expertise en analyse environnementale du Québec Catalogue des matériaux de référence DR-12-CMR Édition : 2011-01-17 Pour toute information complémentaire sur les activités du Centre d expertise

Plus en détail

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA)

PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- LA COMMISSION -:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:- PROGRAMME REGIONAL DE BIOSECURITE DE L UEMOA (PRB/UEMOA) 2007 1. CONTEXTE ET

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Du 30 avril au 4 mai, Dakar accueille la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants

COMMUNIQUE DE PRESSE. Du 30 avril au 4 mai, Dakar accueille la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants COMMUNIQUE DE PRESSE Du 30 avril au 4 mai, Dakar accueille la Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants Les pourparlers sur les substances chimiques toxiques mettront l accent sur

Plus en détail

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf.

Termes de Référence. 7, Avenue Bourguiba, BP 48- cp18523- Dakar SENEGAL Tel 221 869 96 18 Fax 221 869 96 31 secoraf@coraf.org www.coraf. CED E AO Co mmunaut é Éco no miq u e d es Ét ats d Af r iqu e d e l O u es t Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles ECOWAS Econom ic Co mmunit y of W est Af r

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU PERSONNEL

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU PERSONNEL REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple-Un But-Une Foi -------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE --------------- DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT ET DES ETABLISSEMENTS CLASSES PROJET

Plus en détail

PROGRAMME DIASPORA Recrutement d Experts/Consultants de la Diaspora

PROGRAMME DIASPORA Recrutement d Experts/Consultants de la Diaspora MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE REPUBLIQUE TOGOLAISE RAVAIL-LIBERTE-PATRIE N /MFPRA/CTRAP/UGPD Lomé, PROGRAMME DIASPORA Recrutement d Experts/Consultants de la Diaspora

Plus en détail

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc

Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc Le dispositif de la sécurité sanitaire des produits alimentaires au Maroc 2 ème Conférence Nationale sur la Santé Marrakech, 02 juillet 2013 Ahmed Bentouhami Cadre légal, missions et attributions LOI

Plus en détail

LES PRODUITS CHIMIQUES. Le cadre de gestion des produits chimiques. Le cadre juridique de gestion des produits chimiques

LES PRODUITS CHIMIQUES. Le cadre de gestion des produits chimiques. Le cadre juridique de gestion des produits chimiques LES PRODUITS CHIMIQUES Le cadre de gestion des produits chimiques Le Togo dispose d un important arsenal juridique et institutionnel de gestion des produits chimiques. Outre le cadre juridique, le Togo

Plus en détail

Version 2.0 : 17 décembre 2014

Version 2.0 : 17 décembre 2014 Gestion de la santé au travail : mesures à prendre pour le traitement des travailleurs de la santé qui ont eu des contacts ou des contacts étroits avec la maladie à virus Ebola (MVE) Version 2.0 : 17 décembre

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

INGENIEUR SECURITE & ENVIRONNEMENT & HYGIENE PRESENTATION / ETAT CIVIL

INGENIEUR SECURITE & ENVIRONNEMENT & HYGIENE PRESENTATION / ETAT CIVIL 1 INGENIEUR SECURITE & ENVIRONNEMENT & HYGIENE PRESENTATION / ETAT CIVIL Nom Age Disponibilité Formations SIKPO Léon Bénigno 30 ans Immédiatement Master professionnel Sciences & Ingénierie l Environnement

Plus en détail

RAPPORT FINAL DE PROJET

RAPPORT FINAL DE PROJET REPUBLIQUE DU TCHAD --------------- PRIMATURE --------------- MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT, DE L EAU ET DES RESSOURCES HALIEUTIQUES --------------- PROJET PNUD/FEM/ANCR/PIMS/2452/G3 --------------- Project

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires

L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires L Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires Un dispositif institutionnel pour un contrôle intégré et moderne des produits alimentaires 2015 Qui sommes nous? L Office National de

Plus en détail

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES

GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES GUIDE D ORIENTATION STRATEGIQUE DISTRIBUTION CONTINUE DES MILDA A TRAVERS LES ECOLES Version Janvier 2013 1 Sommaire I. CONTEXTE... 5 II. OBJECTIFS DU PROGRAMME... 5 III. OBJECTIF DU GUIDE... 5 IV. PRINCIPES

Plus en détail

Marchés publics, restauration collective et circuits courts

Marchés publics, restauration collective et circuits courts Marchés publics, restauration collective et circuits courts Réponse à l appel à propositions d actions de transfert des projets financés dans le cadre du Réseau rural français Intitulé du projet Marchés

Plus en détail

Domaines d utilisation :

Domaines d utilisation : Groupe de travail : Utilisation des pesticides Domaines d utilisation : 1. Hygiène public pour lutter contre les nuisances ; 2. La santé humaine pour lutter contre les vecteurs des maladies 3. L agriculture

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur

COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE SANTÉ ET PROTECTION DES CONSOMMATEURS Direction F Office alimentaire et vétérinaire Le Directeur Grange, le D(2002) NUMÉRO DE RÉFÉRENCE : DG(SANCO)/8624/2002 RS

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015

RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015 RAPPORT SUR LA DISTRIBUTION DE VIVRES COUPLEE AVEC LA VERIFICATION BIOMETRIQUE DANS LE SITE DE DEPLACEMENT DE LAC VERT 9 JUIN 2015 Après avoir conduit l enregistrement biométrique des personnes déplacées

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS)

ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) ORGANISATION POUR LA MISE EN VALEUR DU FLEUVE SENEGAL (OMVS) PROJET DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU ET DE L ENVIRONNEMENT DU BASSIN DU FLEUVE SENEGAL (GEF/BFS) ATELIER DE CONCERTATION SUR LA GESTION DES

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE, INC. PRISE DE POSITION DE L AMM SUR LA DEGRADATION DE L ENVIRONNEMENT ET SUR UNE BONNE GESTION DES PRODUITS CHIMIQUES Adoptée par l'assemblée générale de l'amm, Vancouver,

Plus en détail

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante

Direction Générale du Travail. Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante Direction Générale du Travail Décret n 2012-639 du 4 mai 2012 relatif aux risques d exposition à l amiante 21juin 2012 Bureau des risques chimiques, physiques et biologiques Comparaison des structures

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales

MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE. Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales MANAGEMENT ENVIRONNEMENT ISO 14001 PAR ETAPES BILAN CARBONE Accompagnement groupé laboratoires d analyses médicales La démarche d analyse et d accompagnement, constituée de 3 étapes telles qu elles sont

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 8 avril 2011 N 1001/ANSSI/SR NOR : PRM D 1 2 0 1 2 9

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES

PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES -1- PRINCIPES POUR L ANALYSE DES RISQUES LIÉS AUX ALIMENTS DÉRIVÉS DES BIOTECHNOLOGIES MODERNES SECTION 1 INTRODUCTION CAC/GL 44-2003 1. Pour de nombreux aliments, le niveau de sécurité sanitaire généralement

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Tremplins de la Qualité. Tome 2

Tremplins de la Qualité. Tome 2 Tome 2 CET OUVRAGE EST UN GUIDE D INTERPRETATION DE LA NORME NF EN ISO 9001 VERSION 2000 AVANTPROPOS Ce guide d aide à la rédaction du Manuel de Management de la Qualité a été rédigé par la Fédération

Plus en détail

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001

FICHE PRATIQUE. Comparaison entre les exigences des normes ISO 9001, 14001 et OHSAS 18001 SARL Capital de 24 000 Siret 350 521 316 00025 NAF 741G créée en 1989 1bis rue Marcel PAUL - 91742 MASSY Cedex Adresse postale : 6 rue SORET 91600 Savigny sur Orge Tél : 33 (0)1 69 44 20 33 Fax : 33 (0)826

Plus en détail