Analyse de situations standards et extrêmes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de situations standards et extrêmes"

Transcription

1 c h a p i t r e 6 Analyse de situations standards et extrêmes Les situations standards ont été choisies parmi les sites dont la configuration ne crée pas en général d interrogations dans le public : les infrastructures de l émetteur et les antennes sont acceptées et intégrées à l environnement. A l inverse, les situations appelées extrêmes correspondent à des sites dont la configuration des émetteurs a fait l objet de controverses, soit qu ils aient été proches d habitations, soit que le nombre d émetteurs apparents ait été important. L objectif de ce chapitre est de donner quelques valeurs caractéristiques à des situations que le public est susceptible de rencontrer dans son environnement. Le service GSM en milieu rural Tilt Le cas exposé ici apparaît comme une configuration type pour un émetteur GSM installé dans une zone de faible densité de population. Le système d émission est placé sur un pylône de 45 m et composé d antennes panneau classiques. Les points de mesure étaient localisés conformément à la Figure 1 C 0,13 V/m à 800 m 0,05 V/m à 55 m A Hauteur de l émetteur = 45 m B Figure 1 0,12 V/m à 185 m Le seul émetteur visible à proximité des points de mesures était le pylône supportant les antennes GSM. Le relevé des mesures réalisées sur toutes les émissions GSM significatives (dont le niveau est supérieur au millième de la valeur limite fixée par la Recommandation européenne) est le suivant : du point (en MHz) Service efficace moyen (en V/m) mesuré par rapport de mesure mesuré (en V/m) à la valeur limite Point A 954,94 GSM 900 0,05 40, fois inférieur Point B 954,94 GSM 900 0,12 40, fois inférieur Point C 954,94 GSM 900 0,13 40, fois inférieur Les niveaux sont extrêmement faibles, plusieurs centaines de fois inférieurs aux limites et les calculs théoriques rendent bien compte de ce que l on observe sur le terrain, ce que nous vérifions ci dessous. Il est en effet intéressant de rechercher la distribution de l énergie pour ce type de stations, c est-à-dire comment la puissance d une station de base annoncée en watts se transforme en champ électrique exprimée en V/m. La puissance de l émission est de l ordre de la dizaine de watts (dans le cas présent 20 W). Les pertes dans la chaîne d émission sont évaluées à 16 W, la puissance à l'entrée de l antenne sera alors de 4 W. Si nous retenons ensuite les hypothèses d une propagation dans un milieu avec très peu d obstacles, alors le champ électrique sera calculé selon la formule suivante : 16 Er = P à l antenne x Ge x 30 d (où Ge est le gain de l antenne d émission par rapport à une antenne isotrope)

2 Compte tenu des caractéristiques de la station de base (la hauteur du pylône est de 45 m et l inclinaison de l antenne communément appelée tilt est réglée à 0,5 ) et du lieu choisi pour le point initial de mesure (à 185 m du pylône pour le point B), le gain Ge sera de l ordre de 1,5. Il en résulte un champ électrique de 0,071 V/m. Conformément au protocole de mesure de l ANFR, ce niveau est extrapolé au maximum de trafic par la formule suivante : E = Er x n trx ou n trx est le nombre total d émetteurs sur la cellule, soit trois pour cette commune La valeur du champ calculé au maximum de trafic pour cette cellule est alors de 0,12 V/m conformément au résultat du point de mesure B. Le résultat ci-dessus peut être également complété par une présentation de la variation du champ électrique au voisinage du point de mesure. Cela renseigne sur les variations de l exposition subie par un individu se déplaçant autour de la station de base. Dans le cas type étudié (une station de base sur un pylône en milieu rural), les mouvements se situent généralement dans le plan horizontal (éloignement ou rapprochement de l individu par rapport à l émetteur). La Figure 2 présente le résultat de ce déplacement : on constate une légère remontée du champ électrique lorsque l on s éloigne de l émetteur au-delà du point initial de mesure B, du fait de la forme des diagrammes d antennes (un résultat de la directivité des émissions GSM, car le point de mesure initial n était pas situé dans l émission principale de la station de base). Ce graphique présente également le résultat du point C, ce dernier en effet malgré son éloignement du pylône affiche un résultat similaire au point B. Concernant Figure 2 le point A, ce dernier n étant pas situé dans l axe privilégié des antennes, nous obtenons un champ extrêmement faible : malgré sa proxi- 0,2 Variation du champ électrique à proximité du point de mesure Emetteur de type GSM dans un milieu sans obstacle antenne "modélisée" mité du site d émission, il bénéficie d une atténuation supplémentaire par rapport à un point situé dans l axe des antennes. 0,16 0,18 antenne "panneau" Point B C est pourquoi il est primordial de rappeler combien l analyse d un site est importante lorsque le point le plus exposé d un espace donné est recherché. Néanmoins, la variation constatée entre mesure et calcul théorique reste modérée, sachant que l entrée dans le lobe principal de l antenne et l accroissement du gain d antenne qui en résulte sont compensés par la diminution de champ rayonné en fonction de la distance par rapport à l antenne. E (V/m) 0,14 0,12 0,1 0,08 0,06 0,04 0,04 0 Point C Distance par rapport à l émetteur (m) 17

3 Le service GSM en milieu urbain Le cas proposé apparaît comme une configuration standard pour un émetteur GSM installé dans un site urbain. Le système d émission est placé sur un bâtiment d une hauteur de 40 m dans un ensemble d immeubles. Le point de mesure était localisé au milieu des immeubles, à proximité d'une église et d'une école. Dans ce cas également, les seuls émetteurs visibles à proximité du point de mesure étaient des antennes GSM. Le relevé des mesures réalisées sur toutes les émissions GSM significatives est le suivant : Fréquence Service Champ électrique Valeur limite Niveau de champ moyen (en MHz) total par service (en V/m) mesuré par rapport (en V/m) à la valeur limite 939,80 958,60 GSM 900 0,626 40,36 64 fois inférieur 1875 GSM ,28 56, fois inférieur Les niveaux demeurent faibles mais légèrement supérieurs au cas précédent. Par ailleurs, la variation du champ électrique E au voisinage du point de mesure pour ce cas type est extrêmement complexe. L équation utilisée pour le cas précédent ne peut être reprise car elle ne prend pas en compte les phénomènes de réflexion et de diffraction. Néanmoins une indication peut être apportée par des simulations beaucoup plus complètes. Ainsi la Figure 3 représentant la répartition de l énergie dans l espace met en évidence au niveau du sol une distribution de puissance homogène en raison des réflexions sur les murs verticaux des bâtiments. Aucun des points de mesure réalisés par l Agence n a mis en évidence des phénomènes de sur-champ, c est-àdire une brusque augmentation du champ électrique qui serait due à une combinaison constructive des différents signaux (ondes directes et réfléchies ). Cartographie de la puissance reçue 20,0 Figure ,0 Antenne d'une Station de bae "GSM " 1,56 V/m à 30 m Axe y (m) 10,0 5,0 0,75 V/m 0,0-5,0 0,0 5,0 10,0 15,0 20,0 Axe x (m) Figure 4 0,68 V/m à 70 m 1,3 V/m à 34 m Les points les plus exposés se situent aux étages les plus élevés. On peut trouver plusieurs cas de figure : un immeuble héberge une station de base; un immeuble est situé face à des antennes GSM sans aucun obstacle entre les deux. Les niveaux mentionnés en Figure 4 présentent le cumul des niveaux des services GSM 900 et GSM 1800 DECT et sont le résultat de plusieurs points de mesure : il s agit donc de valeurs moyennes issues de quelques cas. Ces résultats montrent évidemment que les points les plus exposés sont situés à l extérieur et sur le point le plus élevé. Sur un ensemble de 13 points de mesure, les niveaux dans les lieux de vie ne dépassent pas en moyenne les 2 V/m soit 5 % de la valeur limite la plus faible pour les bandes de fréquences considérées. Ces mesures confirment les simulations présentées précédemment. 18

4 Les services de radiodiffusion Le cas des émetteurs de Malzéville et de la Tour Eiffel sont considérés comme standards pour des services de radiodiffusion. Ils sont en effet installés sur des structures imposantes de grande hauteur et sont en service depuis plusieurs années. Par ailleurs, les infrastructures de ces systèmes, situées à quelques kilomètres des habitations, sont visibles à l horizon et semblent aujourd hui intégrées à leur environnement. Les caractéristiques des sites en question sont les suivantes : Emetteur de Malzéville Le système d émission est installé sur un pylône de 210 m. Le point de mesure était localisé au milieu d'une zone pavillonnaire à 1 km du pylône. Les seuls émetteurs visibles à proximité du point de mesure étaient ceux situés sur le pylône, à savoir TV et FM. Emetteur de la Tour Eiffel Le système d émission est placé au dernier niveau de la Tour Eiffel à 320 m. Le point de mesure était localisé au milieu d'une zone pavillonnaire à 7 km de la Tour Eiffel, sur les terrasses de l'observatoire de Meudon. Les seuls émetteurs visibles à proximité du point de mesure étaient ceux situés sur la Tour Eiffel. Le relevé des mesures réalisées sur toutes les émissions FM et TV significatives est le suivant : du (en MHz) Service total par service (en V/m) mesuré par rapport Site (en V/m) à la valeur limite 87,5 108 MHz FM 0, fois inférieur Emetteur de Malzéville MHz TV 0, fois inférieur 87,5 108 MHz FM 0, fois inférieur Emetteur de La Tour Eiffel MHz TV 0, ,5 fois inférieur Bien que différents par leur configuration et le choix des points de mesure (respectivement situés à 1 km et 7 km du site d émission), les résultats montrent que les niveaux TV sont approximativement 30 fois inférieurs aux limites les plus basses, et les niveaux FM, 90 fois inférieurs aux limites les plus basses. A noter que pour ces deux cas, le champ électrique total par service est le résultat de la sommation de niveaux approximativement équivalents entre eux. En conclusion, sur les situations considérées comme standards par l ANFR, les relevés de champ électrique total pour les services considérés montrent en général un niveau inférieur ou voisin de 1 V/m, les rapports de ces derniers avec leur valeur limite étant de l ordre de 30 à

5 Les services de radiocommunication en milieu urbain : un cas extrême Le cas d un appartement situé à Paris sur le boulevard des Maréchaux peut être considéré comme un cas extrême d'émissions de radiocommunications en milieu urbain. Divers systèmes d émission entourent l'habitation et présentent les caractéristiques suivantes : les antennes sont installées sur des terrasses d immeubles. plusieurs émetteurs de radiotéléphonie GSM, de PMR (réseaux radioélectriques indépendants) et de radiodiffusion FM et de TV (Tour Eiffel) sont directement visibles depuis l'appartement. Les points de mesure étaient localisés sur les terrasses d'un appartement. Émetteurs GSM 900 MHz Émetteurs TETRA Émetteurs GSM 900 MHz La Tour Eiffel (Emetteurs FM et TV) Le relevé des mesures réalisées sur toutes les émissions GSM 900, GSM DECT et PMR significatives est le suivant : du (en MHz) Service total par service (en V/m) mesuré par rapport point de mesure (en V/m) à la valeur limite 1ère Mesure MHz Balises PMR 1,758 27,5 15 fois inférieur Extérieure MHz GSM 900 0,179 40, fois inférieur Terrasse Sud GSM MHz DECT 2,517 56,85 22 fois inférieur 2ème Mesure MHz Balises PMR 0,835 27,5 32 fois inférieur Extérieure MHz GSM 900 0,782 40,36 50 fois inférieur Terrasse Nord GSM MHz DECT 1,098 56,85 51 fois inférieur On constate que les niveaux mesurés sont nettement inférieurs aux valeurs limites définies par la Recommandation européenne et ce bien que les émetteurs soient en vue directe, à moins de 50 m et souvent sur un même plan. 20

6 Une situation extrême de services de radiodiffusion en milieu isolé Le cas d un site sur la montagne de la Rhune (Pyrénées Atlantiques) ne semblait pas dans une première approche extrême. Le site est isolé et accueille principalement des touristes de passage qui n y restent que quelques heures. Cependant, l analyse a mis en évidence une erreur d installation des antennes (selon l expertise de l ANFR) provoquant un dépassement des limites de la Recommandation européenne. Antenne d émission FM Antenne de radiodiffusion en 107 MHz d émission FM Le système d émission est placé sur un pylônet de quelques mètres à proximité d'une terrasse d'observation ouverte au public. Le site comporte également des émetteurs de radiodiffusion FM, de télédiffusion TV, de PMR (réseaux radioélectriques indépendants) et de GSM. Le point de mesure était situé sur la terrasse devant l'antenne FM. Le relevé des mesures réalisées sur toutes les émissions FM et TV significatives est le suivant : Fréquence Service Champ électrique Valeur limite Niveau de champ moyen (en MHz) total par service (en V/m) mesuré par rapport (en V/m) à la valeur limite 87,5 108 MHz FM 40, ,43 fois supérieur MHz TV ,3 fois inférieur Le champ électrique total en FM dépasse la recommandation : cela est dû à une émission particulière (à 107 MHz) dont le niveau atteint 39,98 V/m. Le reste des émissions représente un champ total de 2,3 V/m. La responsabilité de cette situation est réellement la conséquence de cette émission à la fréquence 107 MHz. Cette dernière est émise depuis une antenne située au niveau de la terrasse. Etant données la position et l'orientation de cette antenne, il est manifeste qu'il s'agit ici d'une erreur d'ingénierie, signalée à l autorité responsable du site. 21

7 Les services de radiodiffusion en milieu urbain : un cas extrême Le cas du site de Bonhoure (Haute Garonne) peut être considéré comme un cas extrême d'émission de radiodiffusion en milieu urbain : les antennes sont installées sur des pylônes à proximité des habitations et le public peut s approcher de cette installation à quelques mètres. Localisation du point de mesure A : en vue directe du pylône de Bonhoure à 25 m du pied du pylône; le pylône porte des émetteurs de radiodiffusion FM, de télédiffusion TV, de PMR, ERMES et DAB. Les mesures ont été réalisées à l'intérieur d'un domicile. Localisation du point de mesure B : en bordure du trottoir, sur un carrefour en vue directe du pylône de Bonhoure, à 95 mètres de sa base. Le relevé des mesures réalisées sur toutes les émissions FM et TV significatives est le suivant : du (en MHz) Service total par service (en V/m) mesuré par rapport point de mesure (en V/m) à la valeur limite Point A Point B 87,5 108 MHz FM 3, ,7 fois inférieur MHz TV 0, ,5 fois inférieur 87,5 108 MHz FM 7, ,6 fois inférieur MHz TV 0, ,5 fois inférieur Des niveaux ont été relevés pour les émissions de radiodiffusion numérique (Digital Audio Broadcast) mais ces derniers ne sont pas très significatifs, en moyenne 700 fois inférieurs aux limites. L'analyse de ces résultats montre que les niveaux moyens efficaces cumulés en FM de 3,63 V/m pour le point A et 7,76 V/m pour le point B sont relativement élevés mais sont tout de même très inférieurs à la valeur limite de 28 V/m. On constate également que les mesures intérieures sont en moyenne deux fois plus faibles que les mesures extérieures alors que le point de mesure intérieur se trouve être le plus proche du site d émission (les deux points de mesure sont espacés de 70 m). 22

8 Le tableau suivant donne l'émission la plus forte mesurée sur chacun des points de mesure. du point (en MHz) Service efficace moyen mesuré (en V/m) mesuré par rapport de mesure (en V/m) à la valeur limite Point A 104,3 1,42 19,7 fois inférieur (Intérieur) (95,2) FM (1,20) 28 (23,3 fois inférieur) Point B (104,3) (3,22) (8,7 fois inférieur) (Extérieur) 95,2 FM 3, ,3 fois inférieur Contrairement au site précédent de la Rhune, le niveau du champ total en FM n est pas dû à une seule émission forte : ce site comporte en effet un ensemble d émissions FM de puissances comparables. La responsabilité du niveau du champ total est collective. La Tour Eiffel : un site emblématique Le site de la Tour Eiffel, vu du Trocadéro, représente un autre cas type d'émission de radiodiffusion en milieu urbain. Il n est pas réellement extrême au sens où nous l entendons, puisque cet émetteur fait partie du paysage. Cependant, l Agence a souhaité afficher les valeurs relevées sur la pelouse au centre de l esplanade du Trocadéro en vue directe de la Tour Eiffel. Ce lieu touristique accueille des millions de visiteurs chaque année. Le relevé des mesures réalisées sur toutes les émissions FM et TV significatives est le suivant : Fréquence Service Champ électrique Valeur limite Niveau de champ moyen (en MHz) total par service (en V/m) mesuré par rapport (en V/m) à la valeur limite 87,5 108 MHz FM 2, ,4 fois inférieur MHz TV 2, ,3 fois inférieur On constate que les niveaux mesurés sont encore bien inférieurs aux valeurs limites définies par la Recommandation européenne bien que le point de mesure soit situé au pied d'un ensemble d'émetteurs de forte puissance. La comparaison avec les mesures effectuées sur le site de Meudon montre en FM une augmentation du niveau de champ d un facteur de 10 entre Meudon et le Trocadéro. En conclusion, en ce qui concerne les situations considérées comme extrêmes par l ANFR, les relevés du champ électrique total pour les services considérés montrent en général un niveau de quelques volts par mètre, soit un rapport typique de 10 avec les valeurs limites. 23

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) Modification du 1 er juillet 2009 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 23 décembre 1999 sur la protection contre le

Plus en détail

FICHE 01 TECHNOLOGIE

FICHE 01 TECHNOLOGIE Ministère de la santé et des sports Secrétariat d Etat chargé de l écologie Secrétariat d Etat chargé de la prospective et du développement de l économie numérique FICHE 01 TECHNOLOGIE 1. Téléphones mobiles

Plus en détail

Etude RFPro Exposition professionnelle

Etude RFPro Exposition professionnelle Société de médecine et santé au travail 20 mars 2009 Etude RFPro Exposition professionnelle A. Massardier-Pilonchéry, M. Hours T. Demallmann, C. Dousson, G. Lafon, M. Gillet, Jc.Gobet, E. Trescol UMRESTTE

Plus en détail

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant

Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) Modification du... 2009 Projet du 28.11.2008 Le Conseil fédéral suisse arrête: I L ordonnance du 23 décembre 1999 1 sur la protection

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION MAIRIE D AMIENS

DOSSIER DE PRESENTATION MAIRIE D AMIENS 02 59 60 62 80 Présentation du : Sommaire : Nom site : Code site : Adresse : Amiens_S Claudel 80021_002_02 20 Avenue Paul Claudel 80000 Amiens Fiche synthétique Descriptif du projet Carte IGN Zone de recherche

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE ANFR DR17 MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC

GUIDE TECHNIQUE ANFR DR17 MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC GUIDE TECHNIQUE ANFR DR17 MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC Version 3, 18/02/2009 périmètres de sécurité pour le public 1 Table des Matières. Introduction...4

Plus en détail

Plat Collines Interférences dues aux montagnes Forêt ou conditions similaires avec des arbres de 10m et plus Région couverte par lac, marécages

Plat Collines Interférences dues aux montagnes Forêt ou conditions similaires avec des arbres de 10m et plus Région couverte par lac, marécages ! " # $% &'&"(" &"& '&"(" )))&"(" * &+, -.&/ &+, +, 01!0 1. Couverture : carte de la région (joindre une copie) Indiquer le rayonnement souhaité : < 30km < 50km > 50km 2. Environnement : Type de relief

Plus en détail

Exposition des travailleurs aux champs EM. Microwave&RF 2014

Exposition des travailleurs aux champs EM. Microwave&RF 2014 Exposition des travailleurs aux champs EM Pratiques actuelles et perspectives de la directive 2013/35/UE chez TDF Microwave&RF 2014 Les activités du groupe TDF Radiodiffusion TV : TNT, TVHD, TV de rattrapage,

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC

GUIDE TECHNIQUE MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC ANFR Page 1 of 44 Guide final v2-080222.doc GUIDE TECHNIQUE MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC Version II 22/02/2008 ANFR Guide final v2-080222.doc Page

Plus en détail

Ces recommandations (indiquées dans la colonne la plus à droite des tableaux ci-après) ne sont pas obligatoires pour utiliser ce produit Midmark

Ces recommandations (indiquées dans la colonne la plus à droite des tableaux ci-après) ne sont pas obligatoires pour utiliser ce produit Midmark Déclarations de conformité électromagnétique à la norme EN 60601-1-2 La conformité de ce produit Midmark avec les spécifications de la norme EN 60601-1-2 concernant la compatibilité électromagnétique (CEM)

Plus en détail

D / Implantation d'un réseau WiFi :

D / Implantation d'un réseau WiFi : D / Implantation d'un réseau WiFi : Salle de réunion 10 m PA4 5 m Station fixe Bureau n 1 Bureau n 2 Portable Espace de travail Salle de repos 10 m 10 m Four à microonde Bureau n 5 Bureau n 4 Bureau n

Plus en détail

Wireless Networks Réseaux sans-fil. Radio Frequency (RF) : Fondamentaux stephane.frati@unice.fr

Wireless Networks Réseaux sans-fil. Radio Frequency (RF) : Fondamentaux stephane.frati@unice.fr Wireless Networks Réseaux sans-fil Radio Frequency (RF) : Fondamentaux stephane.frati@unice.fr Antennes Rôle: Amplification du signal Gain à l émission à la réception Ex: Antenne filaire ¼ onde Dimensions:

Plus en détail

Rapport sur les mesures d exposition aux champs électromagnétiques réalisées à la demande de la Ville de Massy. C. Way, Ville de Massy - Juillet 2012

Rapport sur les mesures d exposition aux champs électromagnétiques réalisées à la demande de la Ville de Massy. C. Way, Ville de Massy - Juillet 2012 Rapport sur les mesures d exposition aux champs électromagnétiques réalisées à la demande de la Ville de Massy C. Way, Ville de Massy - Juillet 2012 Rappel du contexte Plusieurs remontées des habitants

Plus en détail

Étude sur l évaluation du brouillage de la radiodiffusion par le LTE en terme de population dans la Mayenne ---

Étude sur l évaluation du brouillage de la radiodiffusion par le LTE en terme de population dans la Mayenne --- Étude sur l évaluation du brouillage de la radiodiffusion par le LTE en terme de population dans la Mayenne --- Compléments du 8 mars 2011 --- ANFR Contexte Ces compléments d études présentent les résultats

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION MAIRIE D AMIENS

DOSSIER DE PRESENTATION MAIRIE D AMIENS 02 59 60 62 80 Présentation du : Sommaire : Nom site : Code site : Adresse : AMIENS_N BALZAC 80021_030_02 4, rue Balzac 80080 AMIENS Fiche synthétique Descriptif du projet Carte IGN Zone de recherche Site

Plus en détail

RAPPORT D ESSAI N 30847713-01

RAPPORT D ESSAI N 30847713-01 APAVE SUDEUROPE SAS LABORATOIRE DE LYON TASSIN 177 route de Sain-Bel BP 3 69811 TASSIN CEDEX Tél. : 04 72 32 52 52 Fax : 04 72 32 52 00 Commune de Vallorcine MAIRIE 74660 VALLORCINE Contact : Georges de

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE Références du projet : Nom site : MALADRIE_44120 Code site : 44215_004_02 Adresse : RUE DE LA MALADRIE, 44120 VERTOU Etat : Création Coordonnées Lambert : X : 0 309 991 Y : 2 249 865 Z : 25m MOE MALADRIE

Plus en détail

François Gaudaire Métrologie et modélisation de l exposition aux radiofréquences 25/09/2012

François Gaudaire Métrologie et modélisation de l exposition aux radiofréquences 25/09/2012 1 2 Métrologie et modélisation de l exposition aux radiofréquences François Gaudaire 3 Pourquoi caractériser l exposition aux radiofréquences? Indispensable pour les études sur les effets biologiques des

Plus en détail

Rayonnement non ionisant

Rayonnement non ionisant Rayonnement non ionisant La protection ti contre le RNI dans le cadre de l application de la LPE Formation continue de l AVSST Formation continue de l AVSST Dominique Luy, SEVEN 9 octobre 2012 Un peu de

Plus en détail

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ

Téléphones mobiles. Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Téléphones mobiles Santé et Sécurité MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Utiliser un téléphone mobile est-il dangereux pour la santé? Avec plus de 66 millions d abonnements en France fin 2011,

Plus en détail

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS

ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS ANALYSE DU GAIN DE PRODUCTION DES TRACKERS Site pilote de démonstration à EVREUX dans l Eure. 3 trackers R T I type DST 12x18Wc monocristallins Date du rapport : 12/7/212 Date de mise en service de l installation

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

Autour de la téléphonie mobile et des antennes

Autour de la téléphonie mobile et des antennes Autour de la téléphonie mobile et des antennes La présente fiche d information contient des informations techniques sur la téléphonie mobile en général et plus spécifiquement sur les antennes. Elle explique

Plus en détail

814.710 Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant

814.710 Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant (ORNI) du 23 décembre 1999 (Etat le 1 er juillet 2012) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 12, al. 2, 13, al. 1, 16, al. 2, 38, al. 3,

Plus en détail

PROTOCOLE DE MESURE DOCUMENTATION DE REFERENCE : ANFR/DR 15-3.1

PROTOCOLE DE MESURE DOCUMENTATION DE REFERENCE : ANFR/DR 15-3.1 PROTOCOLE DE MESURE Visant à vérifier sur site pour les stations émettrices fixes, le respect des limitations, en termes de niveaux de référence, de l exposition du public aux champs électromagnétiques

Plus en détail

MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC

MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC GUIDE TECHNIQUE MODELISATION DES SITES RADIOELECTRIQUES ET DES PERIMETRES DE SECURITE POUR LE PUBLIC Document de référence : ANFR/DR 17-4 Version 4 Octobre 2014 Objectifs du présent guide Pourquoi établir

Plus en détail

Protocole Mesure de l exposition professionnelle Aux champs électromagnétiques En conditions réelles de travail Etude Expo@Lyon

Protocole Mesure de l exposition professionnelle Aux champs électromagnétiques En conditions réelles de travail Etude Expo@Lyon Protocole Mesure de l exposition professionnelle Aux champs électromagnétiques En conditions réelles de travail Etude Expo@Lyon A. Massardier-Pilonchéry E. Nerriere UMRESTTE - Unité Mixte de Recherche

Plus en détail

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques

Fiche d utilisation des outils de détection des ondes électromagnétiques Notre corps est électrique et l exposition à certaines ondes électromagnétiques sur certaines fourchettes de fréquences nous pose problème. Les ondes concernées sont : Les basses fréquences autour de 50

Plus en détail

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques

Estimations et modélisations des niveaux de champs. électromagnétiques Estimations et modélisations des niveaux de champs électromagnétiques dans le cadre d une démarche d information et de concertation entre les opérateurs de téléphonie mobile, les collectivités et la population

Plus en détail

CHARTE RELATIVE AUX ANTENNES RELAIS

CHARTE RELATIVE AUX ANTENNES RELAIS DÉPARTEMENT DES CÔTES D'ARMOR COMMUNE DE LANNION CHARTE RELATIVE AUX ANTENNES RELAIS DE TÉLÉPHONIE MOBILE prise entre la Ville de LANNION et la Société BOUYGUES TELECOM, la Société Française du Radiotéléphone

Plus en détail

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement ---

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- Le stationnement PMR Etat des lieux et prise en compte des évolutions réglementaires à Lille Métropole M. Courbot

Plus en détail

EVALUATION DU PROGRAMME REGIONAL D INFORMATISATION DES LIBRAIRIES EN MIDI-PYRENEES

EVALUATION DU PROGRAMME REGIONAL D INFORMATISATION DES LIBRAIRIES EN MIDI-PYRENEES EVALUATION DU PROGRAMME REGIONAL D INFORMATISATION DES LIBRAIRIES EN MIDI-PYRENEES POLITIQUE COMMUNE ETAT-REGION D AIDE A LA LIBRAIRIE 2008-2010 Juillet 2011 1/9 Introduction p.3 Nature des librairies

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

L élément essentiel pour une installation radio réussie reste la propagation optimisée des ondes radio.

L élément essentiel pour une installation radio réussie reste la propagation optimisée des ondes radio. Que vous ayez choisi de déployer des configurations radio en 868 ou 169 MHz, la méthodologie d installation des transmetteurs et des récepteurs reste identique. Nous rappelons que les résultats en terme

Plus en détail

Pompes à Chaleur & environnement acoustique. Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur. Fiche technique n 1

Pompes à Chaleur & environnement acoustique. Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur. Fiche technique n 1 Fiche technique n 1 Pompes à Chaleur & environnement acoustique Recommandations pour la mise en œuvre des pompes à chaleur Association Française pour les Pompes A Chaleur 1 1 Puissance et pression acoustique

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE

DOSSIER D INFORMATION MAIRIE REFERENCES DU PROJET Nom site : Code site : Adresse : Etat : Coordonnées Lambert : MOE TOURS RIVOLI 37261_004_01 Impasse Rivoli 37000 TOURS Création X : 475723 Y : 2265118 Z : 49 m Graniou Val de Loire

Plus en détail

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67)

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Novembre 2012 Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ISSN : 2258-3106 CONTENU DE L

Plus en détail

Propagation des ondes en HF

Propagation des ondes en HF Propagation des ondes en HF Pour cette étude, il faut s intéresser à plusieurs paramètres. Le document ci-dessous a été fait par F5DBT et publié sur le site et dans la news letter. Il reprend tous les

Plus en détail

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz

Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz Rapport de l ANFR sur les expérimentations concernant la compatibilité TNT/LTE autour de 790 MHz 1. Introduction Afin de compléter les études de compatibilité entre la bande numérique télévisuelle et la

Plus en détail

Mesures de champs électromagnétiques en France

Mesures de champs électromagnétiques en France Mesures de champs électromagnétiques en France Synthèse 27 Chaque année, environ 2 mesures de champs électromagnétiques sont réalisées par des laboratoires accrédités. Les rapports de mesures correspondants

Plus en détail

Observatoire des effets du tramway

Observatoire des effets du tramway Observatoire des effets du tramway Modes doux Méthodologie Les modes doux désignent les déplacements effectués à pied, à vélo, en roller Dans cette étude sur les effets du tramway, il est proposé d évaluer

Plus en détail

L exposition du public aux ondes radioélectriques

L exposition du public aux ondes radioélectriques Agence Nationale des Fréquences L exposition du public aux ondes radioélectriques EMF Day Paris, le 19 décembre 2013 Bernard CELLI Directeur de la Stratégie bernard.celli@anfr.fr Sommaire Présentation

Plus en détail

Du bon usage de la téléphonie mobile

Du bon usage de la téléphonie mobile Du bon usage de la téléphonie mobile Sommaire 1. Introduction 3 2. Le téléphone mobile a-t-il un impact sur la santé? 4 3. Antenne et terminaux : le Maroc veille à respecter les normes internationales

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION MAIRIE D AMIENS

DOSSIER DE PRESENTATION MAIRIE D AMIENS 02 59 60 62 80 Présentation du : Sommaire : Nom site : Code site : Adresse : AMIENS_N DARLINGTON 80021_021_01 Résidence Darlington Square Darlington 80000 AMIENS Fiche synthétique Descriptif du projet

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES

STATISTIQUES A UNE VARIABLE EXERCICES CORRIGES STATISTIQUES A UNE VARIALE EXERCICES CORRIGES Exercice n Les élèves d une classe ont obtenu les notes suivantes lors d un devoir : Note 4 5 8 0 4 5 8 0 Effectif 4 7 6 4 ) Déterminer l étendue et le mode

Plus en détail

INFORMATISER LES RÉSEAUX D'EAU

INFORMATISER LES RÉSEAUX D'EAU INFORMATISER LES RÉSEAUX D'EAU Informatiser les réseaux d'eau permet de : Cibler et rentabiliser les investissements patrimoniaux Optimiser le rendement du réseau Maîtriser le prix de l eau Améliorer le

Plus en détail

Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM

Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM Champs électromagnétiques : de la dosimétrie à la santé humaine Etude de la sensibilité du DAS aux positions du téléphone à proximité de la tête dans le cas de deux téléphones portables GSM AMAL Ghanmi

Plus en détail

IMPLANTATION DES STATIONS DE BASE DE TELEPHONIE MOBILE

IMPLANTATION DES STATIONS DE BASE DE TELEPHONIE MOBILE Document créé le 28/11/2007 Version du 28/11/2007 Contact Direction de l Ecologie Urbaine Mme. PRADIER Tél. 04 72 83 14 07 IMPLANTATION DES STATIONS DE BASE DE TELEPHONIE MOBILE Charte adoptée le 28 mai

Plus en détail

PROTOCOLE DE MESURE IN SITU

PROTOCOLE DE MESURE IN SITU PROTOCOLE DE MESURE IN SITU Visant à vérifier pour les stations émettrices fixes, le respect des limitations, en termes de niveaux de référence, de l exposition du public aux champs électromagnétiques

Plus en détail

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ &

TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ SÉCURITÉ & TÉLÉPHONES MOBILES SANTÉ & SÉCURITÉ TÉLÉPHONES MOBILES Avec plus de 48 millions d abonnés en France, le téléphone mobile fait partie de notre quotidien. Toutefois, certains d entre nous s inquiètent des

Plus en détail

Projet PEOPLE. Conférence de presse Bruxelles, 30 juin 2003. Discours du Commissaire Philippe Busquin

Projet PEOPLE. Conférence de presse Bruxelles, 30 juin 2003. Discours du Commissaire Philippe Busquin Projet PEOPLE Conférence de presse Bruxelles, 30 juin 2003 Discours du Commissaire Philippe Busquin Introduction : Objectifs du projet PEOPLE Parmi les activités de recherche de la Commission Européenne,

Plus en détail

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées?

Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Comment les cartes annuelles de la qualité de l air sont-elles réalisées? Les cartes «annual air quality» montrent le résultat du couplage de deux méthodes d évaluation de la qualité de l air : l interpolation

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.1 - Quels passagers dans les aéroports français? Elisabeth Bouffard-Savary (Chef de Bureau Direction du Transport Aérien DGAC) Chaque acteur

Plus en détail

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes

A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes A propos du calcul des rentabilités des actions et des rentabilités moyennes On peut calculer les rentabilités de différentes façons, sous différentes hypothèses. Cette note n a d autre prétention que

Plus en détail

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles

Perturbations provoquées par les téléphones mobiles 2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Witschi Electronic SA 08.05.2014 Perturbations provoquées par les téléphones mobiles Tous les appareils Witschi arborant le marquage CE satisfont

Plus en détail

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite?

LP CONDORCET. Q3. De quand date le premier lancement de satellite de communication? Q4. Quelle fut la première application de ce satellite? TD1 GENloc31e Étude du système de Gestion de flotte de véhicule par GSM et GPS Champ professionnel Électronique Industrielle Embarquée Activité F4 Organisation A4-2 S'informer et se documenter Compétence

Plus en détail

Annexe LISTE DES FRÉQUENCES DISPONIBLES

Annexe LISTE DES FRÉQUENCES DISPONIBLES Décision du 16 avril 2015 relative à un appel aux candidatures pour l exploitation de services de radio par voie hertzienne terrestre en modulation de fréquence à temps complet ou partagé dans le ressort

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

Le Haut Débit parlons-en... Le haut-débit par le WiMax en Lot et Garonne en dix questions/réponses

Le Haut Débit parlons-en... Le haut-débit par le WiMax en Lot et Garonne en dix questions/réponses Le Haut Débit parlons-en... Le haut-débit par le WiMax en Lot et Garonne en dix questions/réponses Le WiMax en Lot et Garonne On estime aujourd hui que plus de 20% des lignes téléphoniques de Lot et Garonne

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION DU SITE

DOSSIER D INFORMATION DU SITE DOSSIER D INFORMATION DU SITE T57005 12 square DES CLOTEAUX 35200 RENNES Date de réalisation : 07.09.2015 1- Plan de situation de la zone 2- Fiche d identité du site 3- Motivations du projet 4- Fonctionnement

Plus en détail

Antennes-relais. G u ide. des relations entre operateurs et communes

Antennes-relais. G u ide. des relations entre operateurs et communes Telephonie mobile Antennes-relais G u ide des relations entre operateurs et communes Decembre 2007 Annexe 3 MESURE DE L EXPOSITION DES PERSONNES AUX ONDES RADIOÉLECTRIQUES À la demande de l OMS, une assemblée

Plus en détail

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives

Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Belgique et Protocole de Kyoto : état des lieux et perspectives Février 2008 0. Préambule...2 1. Kyoto : où en est-on aujourd hui en Belgique?...3 2. La Belgique en bonne voie pour remplir ses engagements?...5

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION DU SITE T50710. 14 place DES LICES 35000 RENNES

DOSSIER D INFORMATION DU SITE T50710. 14 place DES LICES 35000 RENNES DOSSIER D INFORMATION DU SITE T50710 14 place DES LICES 35000 RENNES Date de réalisation : 11.03.2014 Ville de Rennes Service Santé Environnement CS 63126 35031 RENNES CEDEX Le 11 mars 2014 A l attention

Plus en détail

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL

Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec. UIT-R P.527-3 1 RECOMMANDATION UIT-R P.527-3 * CARACTÉRISTIQUES ÉLECTRIQUES DU SOL Rec 527-3 (1978-1982-1990-1992) L'Assemblée des radiocommunications de l'uit, considérant a) que la propagation de

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

ANNEXE - Pièce 3 - Modélisation de l impact acoustique

ANNEXE - Pièce 3 - Modélisation de l impact acoustique DOSSIER D ÉTAPE 2 # OCTOBRE 2010 ANNEXE - Pièce 3 MODÉLISATION DE L IMPACT ACOUSTIQUE ANNEXE - Pièce 3 - Modélisation de l impact acoustique D O S S I E R D É TA P E 2 - L G V P O I T I E R S L I M O G

Plus en détail

Stationnement automobile

Stationnement automobile H.02 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux parcs de stationnement automobile, des articles R.111-19 à R.111-19-3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11du code

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

CENTRE DE FORMATION DU RICHELIEU Point de service de Saint-Bruno. Saint-Bruno-de-Montarville Octobre 2012

CENTRE DE FORMATION DU RICHELIEU Point de service de Saint-Bruno. Saint-Bruno-de-Montarville Octobre 2012 CENTRE DE FORMATION DU RICHELIEU Point de service de Saint-Bruno Saint-Bruno-de-Montarville Octobre 2012 Rapport de visite Expertise des stationnements pour vélos Centre de formation du Richelieu Point

Plus en détail

NOM DU SITE : BOYONNE CENTRE

NOM DU SITE : BOYONNE CENTRE NOM DU SITE : BOYONNE CENTRE NOM DU SITE : BAYONNE CENTRE Commune de : BAYONNE Nom du site : BAYONNE CENTRE Adresse du site : 3, Ruelle du Port Neuf - 64000 BAYONNE Coordonnées géographiques : - X : 0291

Plus en détail

PROTOCOLE DE MESURE IN SITU

PROTOCOLE DE MESURE IN SITU PROTOCOLE DE MESURE IN SITU Visant à vérifier pour les stations émettrices fixes, le respect des limitations, en termes de niveaux de référence, de l exposition du public aux champs électromagnétiques

Plus en détail

Qu est-ce que c est? La notion de localisation

Qu est-ce que c est? La notion de localisation Qu est-ce que c est? La notion de localisation est floue Adaptation à la langue locale (peut se révéler non triviale!) Internet est indépendant (potentiellement) de la localisation Le réseau téléphonique

Plus en détail

Le câble se présente ainsi :

Le câble se présente ainsi : Test d un câble anti-pollution Basses Fréquences pour box ADSL, permettant de supprimer la grande majorité de la pollution basses fréquences de la box surtout au niveau des téléphones filaires connectés

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F

Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F NOTE DU LCSQA Métrologie Assurance Qualité : Intercomparaison des stations de mesures Premiers tests d intercomparaison des analyseurs de particules TEOM FDMS 1405F F. MARLIERE (LCSQA/INERIS) Personnes

Plus en détail

LE CENTRE DE BAYEUX SOUS LES ONDES

LE CENTRE DE BAYEUX SOUS LES ONDES 1 Avant propos : Il ne s agit pas pour ce petit mémoire de jouer au spécialiste des émissions radioélectriques de la téléphonie mobile. Je sais qu il y a un paradoxe entre la volonté de beaucoup «d avoir

Plus en détail

Comprendre et améliorer son débit internet

Comprendre et améliorer son débit internet Comprendre et améliorer son débit internet Lorraine Pour une entreprise, accéder à Internet est devenu vital. Les débits et réseaux accessibles s avèrent néanmoins très variables d un territoire à l autre.

Plus en détail

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur

Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Comparaison de capteurs à effet Hall à verrouillage bipolaire avec et sans stabilisation par hacheur Des résultats d essai montrent qu il est possible d obtenir des performances notablement plus élevées

Plus en détail

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite)

TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 197 TABLEAU 6.2 : Paramètre B (suite) 198 TABLEAU 6.3 : Paramètre B (suite) 199 TABLEAU 6.4 : Paramètre B (suite) 200 TABLEAU 6.5 : Paramètre B (suite) 201 240. PARAMÈTRE C : CHARGE D ODEUR Le paramètre

Plus en détail

ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE. Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003

ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE. Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003 AN-Conf/11-WP/57 25/6/03 ONZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 22 septembre 3 octobre 2003 Point 5 : Examen des résultats de la Conférence mondiale des radiocommunications de 2003 de l UIT

Plus en détail

La lutte contre le bruit au coeur des recherches du Groupe Les Murs Anti-Bruit

La lutte contre le bruit au coeur des recherches du Groupe Les Murs Anti-Bruit La lutte contre le bruit au coeur des recherches du Groupe Les Murs Anti-Bruit - Projet de Recherche CST - SOMARO n 24 - Collaboration avec le Laboratoire de Physique de la Matière Condensée (Ecole Polytechnique)

Plus en détail

Objet : Prise en main sur une antenne terrestre NASE786X-04-03

Objet : Prise en main sur une antenne terrestre NASE786X-04-03 Objet : Prise en main sur une antenne terrestre NASE786X-04-03 Les mesureurs de champ SEFRAM 7861 7862 7861HD 7862HD permettent la configuration d un système de réception TV terrestre ou satellite. Ce

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Dossier d'information : modification d'une antenne dans votre commune

Dossier d'information : modification d'une antenne dans votre commune Dossier d'information : modification d'une antenne dans votre commune 1 le projet d'orange 2 les motivations du projet 3 les caractéristiques techniques 4 la future installation 5 les services apportés

Plus en détail

LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE

LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE SUITE AU PROCES VERBAL DE SYNTHESE ETABLIE PAR LA COMMISSION D ENQUETE A L ISSUE DE L ENQUETE PUBLIQUE DU PROJET REMIS LE 25 JUILLET

Plus en détail

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A

CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A 105 CHAPITRE XI - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES A SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL Article 1 A - Occupations et utilisations du sol interdites 1. Les bâtiments à usage d habitation,

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Wifi public

DOSSIER DE PRESSE Wifi public DOSSIER DE PRESSE Wifi public Arras 2.0 poursuit sa modernisation: Arras, 1 ère ville du Pas-de-Calais à proposer le Wi-Fi public! SOMMAIRE UN ACCES INTERNET GRATUIT ET OUVERT A TOUS 4 L INSTALLATION DE

Plus en détail

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005

MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISO/CEI 17025 v2005 Date de révision : MISE A JOUR DE L ANNEXE TECHNIQUE Norme NF EN ISOCEI 17025 v2005 L accréditation concerne les prestations réalisées par : LCIE Groupe 1 - Fontenay aux Roses 33, avenue du Général Leclerc

Plus en détail

REGLEMENT MUNICIPAL DE PUBLICITE PREENSEIGNES ET ENSEIGNES ANNEXES

REGLEMENT MUNICIPAL DE PUBLICITE PREENSEIGNES ET ENSEIGNES ANNEXES REGLEMENT MUNICIPAL DE PUBLICITE PREENSEIGNES ET ENSEIGNES ANNEXES MAIRIE DE NICE DIRECTION ADJOINTE DE LA REGLEMENTATION DES ESPACES 1 SOMMAIRE REPRESENTATION SCHEMATIQUE DES PRESCRIPTIONS RELATIVES A

Plus en détail

REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE

REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE Département de l AIN Commune de Bellegarde sur Valserine REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE Tome 2 : Règlement Document réalisé en 2014 1 Sommaire LEXIQUE... 3 Titre 1 : Champ d application et zonage... 5 Article

Plus en détail

L assistance médicale et d urgence aux personnes (SAMU, Autoroute, transport en commun),

L assistance médicale et d urgence aux personnes (SAMU, Autoroute, transport en commun), L ARCEP organise une consultation publique sur les enjeux liés aux nouvelles fréquences pour les réseaux d accès aux services de communication électroniques. L utilisation intensive de la ressource spectrale

Plus en détail

Programme d introduction à la thermographie 1 jour

Programme d introduction à la thermographie 1 jour Programme d introduction à la thermographie 1 jour Intitulé : Introduction à la thermographie infrarouge - 1J. Opérateurs de thermographie infrarouge débutant. 1 jour (de 9h00 17h00) PARIS - Lycée Jacquard

Plus en détail

Évaluation et modélisation de la propagation vibratoire dans plusieurs immeubles d habitation

Évaluation et modélisation de la propagation vibratoire dans plusieurs immeubles d habitation Évaluation et modélisation de la propagation vibratoire dans plusieurs immeubles d habitation Rencontres Acoustique & Technique Vibrations dans les bâtiments Guillaume Coquel Régie Autonome des Transports

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION DU SITE T58053 LA BOUSSARDIERE LA BOUSSARDIÈRE 35000 RENNES

DOSSIER D INFORMATION DU SITE T58053 LA BOUSSARDIERE LA BOUSSARDIÈRE 35000 RENNES DOSSIER D INFORMATION DU SITE T58053 LA BOUSSARDIERE LA BOUSSARDIÈRE 35000 RENNES Date de réalisation : 01.12.2014 Affaire suivie par: BOUYGUES TELECOM : Jacques FOUCHET Tél : 02.28.08.26.23 GOBE : Régis

Plus en détail