À quelles conditions le logiciel libre peut-il être considéré comme un bien commun?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "À quelles conditions le logiciel libre peut-il être considéré comme un bien commun?"

Transcription

1 À quelles conditions le logiciel libre peut-il être considéré comme un bien commun? (Michèle Stanton-Jean, PhD) Introduction Avant d aborder le sujet de cette rencontre je souhaiterais faire quelques précisions. Je crois qu il est toujours important de signaler d où l on parle. Donc j aimerais préciser que je ne suis pas juriste mais historienne, et bioéthicienne, champs d étude qui ont, avec mon travail dans les fonctions publiques provinciale et fédérale, ou à l UNESCO influencé mon champs cognitif et mes valeurs. Je présenterai tout d abord dans cet exposé ce qui m a amenée à m intéresser au bien commun et j examinerai ensuite en quoi les principes et les valeurs que j ai identifiés comme terreau du bien commun peuvent alimenter la réflexion sur le développement des logiciels libres. On lit fréquemment que le logiciel libre est un bien commun. Que voulons-nous dire par bien commun? D où vient ce concept et à quelles conditions peut-il servir à caractériser le logiciel libre. Les mots ont une histoire qu il est important de connaître afin de les utiliser à bon escient et de reconnaître leurs mauvaises utilisations. Ma présentation se divise en trois points : 1. Historique et définitions 2. Le cadre conceptuel développé peut-il s appliquer aux logiciels libres? 3. Conclusion 1. Historique et définitions Pourquoi parler de l UNESCO? Parce qu au sein du système des Nations Unies, c est une organisation fondée en 1945 qui s occupe de l éducation, de la science, de la culture et des communications. Sa valeur principale est le bien commun universel de l Humanité et elle y 1

2 fait souvent référence. «Pour que cette société soit libre, sure et prospère pour tous, l UNESCO doit défendre le bien commun qui résulte de l équilibre entre les intérêts particuliers et l intérêt général 1»soulignait en 2000 son chef de l Éthique du droit du cyberespace. Plusieurs de ses programmes, recommandations, déclarations et conventions aussi bien que sa politique de libre accès au savoir technologique reflètent une vision du bien commun. Mentionnons les Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (1972), la Convention sur le patrimoine culturel immatériel (2003). En éthique et en bioéthique mentionnons le Déclaration universelle sur le génome humain et les droits de l Homme (1997), qui affirme que le génome humain, dans un sens symbolique, est le patrimoine de l humanité. Enfin, mentionnons la Résolution 41 adoptée par la conférence générale en 1999 qui rappelle l importance fondamentale du bien commun de l humanité tout entière, dont l un des aspects est l accès libre et universel à l information ainsi que la liberté de créer, de traiter de diffuser le savoir. Cette résolution demande aussi au directeur d encourager le développement et la diffusion des logiciels à code source ouvert 2. Suite à l adoption, par l UNESCO en 2005, de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l homme, dont le projet a été élaboré alors que j étais présidente du comité international de bioéthique et devant certaines réactions positives et négatives sur la portée universelle de cet instrument normatif non contraignant, j ai décidé d explorer la question suivante dans une thèse de doctorat : Dans un contexte de mondialisation, une bioéthique qui vise le bien commun universel est-elle possible au sein de la diversité et de la pluralité culturelle des nations? L exemple de l élaboration de la déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l homme de l UNESCO 3. Pour ce faire j ai entrepris de retracer brièvement l historique de la notion de bien et celles de biens public, intérêt public et intérêt général. Au cours des siècles les réponses aux 1 Bruno de Padirac, Chef de l Équipe spéciale sur l éthique et droit du cyberespace de l UNESCO, dans un discours sur Bien commun, intérêt particuliers et intérêt général dans la société de l information promue par l UNESCO, [En ligne] : (page consultée le 15 avril 2015) 2 Actes de la Conférence générale, 30 ème session, Paris novembre 1999, pages [En ligne] : (page consultée le 15 avril 2015) 3 Michèle Stanton-Jean, La Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l homme : une vision du bien commun dans un contexte mondial de pluralité et de diversité culturelle?, Thèse présentée Faculté des Arts et sciences en vue de l obtention du grade de Ph.D., Université de Montréal, octobre [En ligne] : Les pages citées dans ce texte renvoie à cette version. Voir aussi : thèses numériques de la BNDS. 2

3 questions qu est-ce que le bien, comment faire le bien, qu est-ce qui pousse les humains à s occuper des autres ou encore comment distribuer les biens et quel est le rôle de l État, ont été à la source des travaux de plusieurs penseurs. La notion de bien dont l origine remonte à Aristote et Thomas d Aquin a fait l objet de centaines de débats entre les partisans du bien individuel et du bien collectif entre les tenants du relativisme culturel et ceux de l universel. Pour Thomas d Aquin le bien de la cité est antérieur à l individu et son bien est d une dignité plus élevée que celui de chaque individu pris en lui-même. Cette préoccupation pour le bien de la cité a fait en sorte qu on lui attribue souvent la paternité du bien commun. Après une revue de l historique du concept de bien, j ai produit ce tableau, qui est imparfait, mais qui m a servi à dégager un courant économique/néolibéral et un courant et un courant humaniste/social selon les conceptions présentées du bien 4. Ce schéma illustre les différents courants épistémologiques que nous avons identifiés en voulant retracer diachroniquement l évolution de la notion de bien selon le qualificatif qu on lui attribue. Bien public et intérêt public La plupart du temps, le bien public et l intérêt public sont perçus comme quelque chose qui est décidé par l autorité en place. Par exemple, un gouvernement a la responsabilité de décider de ce qui est dans le bien et l intérêt de la population. 4 Michèle Stanton-Jean, op.cit., page 57. 3

4 Alain Guéry, un des auteurs de l ouvrage Le bien commun comme réponse politique à la mondialisation écrit que : «l État à sa naissance même est indissolublement lié au principe du bien public 5». Le bien public a donné naissance à l idée de biens publics globaux qui sont des marchandises non rivales et non exclusives et ces biens, s ils sont absolument nécessaires doivent être fournis par la puissance publique. Le corollaire étant que si ces biens sont jugés par l État comme non absolument nécessaires ils ne sont pas fournis. Pour les tenants de cette théorie nous devrions payer pour les biens publics globaux qui servent nos intérêts communs. Il faut gérer sagement le marché et faire en sorte que les politiques de développement englobent : «trade, debt, investment, financial flows and technology, and that includes payments and incentives to countries to ensure an adequate supply of global public goods 6». On adresse aux biens publics les deux principales critiques suivantes. Dans cette perspective: «bibliothèques, musées, banques de données culturelles y deviennent des services de loisir, sans autre finalité que commerciale 7 et l accès à la santé, à l eau et à l éducation y est vu comme un moyen pour stabiliser l économie alors que dans une approche à vision humaniste, cet accès est défini comme un droit. John K. Galbraith présente cette approche comme une escroquerie Car : «La grande entreprise moderne proclame son souci du bien public : en réalité, ses dirigeants ont pour seul but de faire du profit, y compris personnel. Mais il y a pis. Sur les questions d environnement, de réchauffement planétaire, et surtout de défense, des patrons déguisent en conscience citoyenne et en patriotisme des motivations purement intéressées. Le bien public subordonné au profit financier, voilà un véritable oxymore 8». Cette vision est soupçonnée de n être qu «un nouvel habillage destiné à rénover des rapports inégaux sans en modifier les fondements 9». Bien commun et biens communs Le concept de bien commun a repris de la visibilité particulièrement en environnement. Il inclut alors la prise en compte des droits des générations futures dans une perspective de développement durable. Il s est étendu aux sciences de la vie, à l internet et aux logiciels 5 Alain Guéry, «Entre passé et avenir, Le bien commun, histoire d une notion, in Olivier Delas et Christian Deblock, Le bien commun comme réponse à la mondialisation, Bruxelles, Bruyant, 2003, page Inge Kaul, Isabelle Grunberg et Marc A. Stern, Global Public Goods, New York, UNDP, 1999, page XIII. 7 Guéry, op.cit. page Les nouveaux mensonges du capitalisme propos recueillis par François Armanet et Jean-Gabriel Fredet pour les Débats du Nouvel Observateur 2006 et reproduits dans : Le Nouvel Observateur, Hors-série : Comprendre le Capitalisme : Des théories fondatrices aux dérives de la mondialisation, no 65 (mai-juin 2007), page Voir: François Constantin, «Les biens publics mondiaux, Dr.Jekyll et Mr Hyde», Papier présenté au Colloque sur Les biens publics mondiaux en

5 libres. Le bien commun est «une notion extrêmement ancienne, et même chargée historiquement, mais qui n est utilisée que depuis peu dans le secteur des nouvelles technologies, ou plus généralement dans le domaine culturel 10». L étude de l histoire du concept m a conduite à en rechercher le fondement valoriel et principiel car tout concept repose sur un ensemble de valeurs même si elles ne sont pas toujours clairement identifiées. À travers la littérature j ai recherché les valeurs ou les principes qui sont évoqués lorsqu on parle du bien commun. Il est important de mentionner que le bien commun n est pas l addition des tous les biens singuliers mais, comme l écrit Cahill, auteur d un livre sur le bien commun, il «définit une association solidaire des personnes qui est plus que l agrégat du bien de chaque individu 11». Le grand philosophe Charles De Koninck qui a longuement étudié ce concept écrit : «Le bien commun est meilleur pour chacun des particuliers qui y participent, en tant qu il est communicable aux autres particuliers : la communicabilité est de la raison même de sa perfection. Le particulier n atteint le bien commun sous la raison même de bien commun qu en tant qu il l atteint comme communicable aux autres 12». John Rawls de son côté dans La théorie de la Justice le définit comme «étant constitué par certaines conditions générales qui sont, dans un sens adéquat, à l avantage de tous de manière égale 13». Alors que le concept de biens publics mondiaux est associé à des courants de la pensée économique, le bien commun global ou universel est associé à des principes éthiques comme la justice, l autonomie, la responsabilité et la solidarité. On peut déceler là les fondements d une éthique du bien commun différente du bien public qui lui s appuie sur une vision purement économique. Cette éthique du bien commun ou de l intérêt général, ne repose pas sur une norme, mais sur le produit de la discussion entre gens responsables. Notre revue de la littérature nous a démontré que lorsque le bien commun est évoqué on l appuie sur les principes ou valeurs suivantes à partir desquels nous avons proposé le cadre conceptuel suivant Giffard, A. (19 janvier 2005). «Bien commun et bien(s) commun(s)», [En ligne] : (Page consultée le 19 avril 2015). 11 Lisa Sowe Cahill, Bioethics and the Common Good, Milwaukee, Marquette University Press, 2004, page 9. Traduction libre. 12 Charles de Koninck, De la primauté du bien commun contre les personnalistes, Montréal, Fides, 1943, pages Théorie de la justice, coll. Essais, Paris Seuil, 1997, page 282. Première édition en Anglais en 1971.Traduit de l Américain par Catherine Audard. 14 Michèle Stanton-Jean, op.cit., page 76. 5

6 Ce modèle résume les cinq piliers qui doivent se retrouver dans une approche basée sur le bien commun. La responsabilité rejoint la préoccupation d évaluer nos actions en fonction des conséquences et des impacts sur les générations futures, Elle représente un concept éthique qui repose sur les trois piliers que sont la justice, la solidarité et l autonomie. La solidarité offre une vision qui nous incite à penser globalement aux autres qu ils soient dans notre pays ou dans une autre partie du globe. Bien que l autonomie soit un concept fondamental en éthique qui incite à respecter la liberté de l individu, elle a ses limites imposées par la justice qui appelle le souci d une juste redistribution des biens et la construction du droit positif basée fréquemment sur l élaboration d un droit souple (soft law) qui sera le terreau du droit positif. Dans un tel cadre la santé, par exemple, devient à la fois un droit individuel et un bien commun. Comme le souligne Jacques Yvan Morin : «c est même là l un des exemples les plus probants de la corrélation entre le bien-être de chacun et celui de la collectivité en ces temps de maladies mondialisées 15». Il est évident que le refus d une approche du bien commun basée sur une telle vision l éloigne de la morale qui consisterait à agir en fonction de normes strictes. Elle repose plutôt sur une éthique de la discussion et de la délibération comme le propose Jürgen Habermas, dans son ouvrage sur La théorie de l Agir communicationnel. Pour ce philosophe :»La critique publique devient ainsi une extension, un épiphénomène aux travaux théoriques de recherche 16». «La quête du bien commun doit commencer par des objectifs, des valeurs 15 Multiculturalism and International Law : Essays in Honour of Edward McWinney, page Donald Ipperciel, Habermas: le penseur engagé, Québec, Les Presses de l Université Laval, page 12. 6

7 particulières que poursuivent différentes personnes et divers groupes, et rechercher, dans le respect mutuel, à les ajuster 17». Le refus d une approche du bien commun basée sur une vision universelle n est-il pas un piège dans lequel on ne devrait pas s enfermer? Alors que l on recherche les bases d une gouvernance économique mondiale, n est-il pas de bon aloi de faire la même chose en éthique en faisant en sorte que les applications prennent en compte la pluralité et la diversité des cultures? Comme le souligne Didier Sicard : «Quand la publicité d une grande banque internationale utilise les concepts de vérité à géométrie variable selon les cultures pour mieux imposer son pouvoir universel, elle ne fait qu utiliser le relativisme à des fins de domination financière 18». Et il ajoute : «Quelques frémissements donnent à penser que l acuité des situations d inégalité et de violence oblige à retrouver l intérêt collectif comme dernière sauvegarde 19». On peut donc inférer que les biens communs seront ceux qui reposeront sur les valeurs et les principes identifiés dans le cadre conceptuel développé ici. Ce seront des biens accessibles à tous, des biens premiers comme la santé, l éducation, l alimentation. 2. Le cadre conceptuel développé peut-il s appliquer aux logiciels libres? Selon Richard Stallman, fondateur de la Free Software Foundation : «Quand on dit qu un logiciel est «libre», on entend par là qu il respecte les libertés essentielles de l utilisateur : la liberté de l utiliser, de l étudier et de le modifier, et de redistribuer des copies avec ou sans modification. C est une question de liberté, pas de prix 20». Une étude de la littérature sur le logiciel libre permet de constater qu il y est fait fréquemment référence au bien commun et à une remise en question des droits de propriété intellectuelle jugés trop exclusifs et trop nombreux. On est allé jusqu a les comparer à des semences génétiquement modifiées qui ont fait l objet d un brevet et d une utilisation commercialisée et de ce fait désapproprié des agriculteurs de leur utilisation. 17 C.C. West, «Le bien commun et la participation des pauvres», in O.Williams et J. Houck (ed.). The Common Good and US Capitalism, Lanham, Maryland, University Press of America, 1987, pages Cité par Elsa Bernard, Les droits fondamentaux, «biens communs» européens? In Repenser les biens communs Paris, CNRS 2014, page Didier Sicard, L alibi éthique, Paris, Plon, 2006, page Ibidem. Page Pourquoi l «open source» passe à côté du problème que soulève le logiciel libre, [En ligne] : (page consultée le 14 avril 2015). 7

8 .Le mouvement du logiciel libre comme celui du droit de tous à la santé a connu ses détracteurs. «Pour le mouvement du logiciel libre, le logiciel libre représente un impératif éthique, l indispensable respect de la liberté de l utilisateur 21», ce qui ne plaît pas à tout le monde. Il est remarquable de constater à quel point on peut établir des correspondances avec le modèle de bien commun que j ai présenté, qui lui aussi ne plaît pas à tout le monde. Les logiciels libres sont perçus dans la littérature comme des biens de la communauté qui doivent permettre un équilibre de la relation entre l individu et la communauté, la coopération, l accès et le partage du savoir rejoignant ainsi les principes de solidarité et de justice. C est cette théorie bien appliquée qui peut faire en sorte que certaine dérives comme le déséquilibre entre partage et marchandisation, les abus des free riders ou des exploiteurs, ou encore la prise en charge des logiciels libres par les riches et les puissants ne viennent empoisonner son développement harmonieux. En somme, Le bien commun peut être la locomotive du développement du logiciel libre. Il est même essentiel à son développement. En 2013, Roberto Di Cosmo qui a consacré une grande partie de ses recherches aux logiciels libres mentionnait que la collaboration entre les acteurs du logiciel libre est essentielle pour construire une culture commune qui prend sa racine dans la liberté (principe d autonomie) et l interopérabilité, la visibilité sur l évolution future, l accessibilité par tous, et la recherche responsable en informatique. Il souligne l importance d enseigner à programmer, de faire de la recherche responsable, (principe de la responsabilité) de participer au débat politique, de soutenir l élaboration de projets de lois, de poser des questions et de chercher des réponses et de rejoindre des communautés et des associations afin de permettre la discussion. 22. «Le monde du logiciel libre, c est aussi une culture basée sur des valeurs telles que le partage, l entre-aide la coopération, la participation, la transparence [ ]. Lorsque l on s oriente vers le logiciel libre, le seul écueil que l on peut rencontrer est que l on se marginalise par rapport au courant principal dominé par des solutions commerciales et souvent monopolistiques 23». Mais est-ce là vraiment un écueil ou une chance donnée à la créativité et à l indépendance des utilisateurs? 21 Ibidem. 22 Roberto Di Como, Logiciels libres, défis et opportunités pour une informatique au service des citoyens, Mons 18 avril 2013.Disponible sur youtube. 23 Jean-Daniel Bonjour, «La logithèque libre de l étudiant et du chercheur», [En ligne] : (page consultée le 20 avril 2015). 8

9 La philosophie du bien commun me semble bien adaptée à l internet et aux logiciels libres pour les trois raisons évoquée par Alain Giffard : 1. Les limites évidentes de la logique du marché et de celle des états pour construire le cadre commun de l internet ; 2. Le rôle de ces choses ou biens dont l appropriation ne peut être pensée dans les termes habituels : [ ] les logiciels libres, les contenus ouverts. 3. L importance des nouvelles formes collectives sur le net, mais aussi des nouveaux comportements individuels : logiciels et contenus libres, wiki, blogs Conclusion Il est important de conscientiser le contenu du bien commun qui est encore un concept plus éthique que juridique. Car fréquemment plusieurs notions sont utilisées sans «rigueur intellectuelle 25». Cette connaissance des principes et des valeurs liés au bien commun permet de se poser les bonnes questions lorsqu on s engage dans des actions en lien avec les logiciels libres. Comment ma décision peut-elle contribuer au bien commun? Quel est le sens de ce que je fais? Est-ce que j agis de façon juste, autonomie, solidaire et responsable? Cette question est très importante, car une décision peut très bien ne pas être immorale, tout en étant non éthique. Par exemple : les décisions sur l allocation des ressources en santé, ou les décisions concernant les salaires des dirigeants d entreprises. Sont-elles prises uniquement pour des motifs économiques? socio-économique? sociaux? Sont-elles responsables face aux générations futures, aux plus vulnérables (les pays émergents et pauvres)? Ce questionnement est essentiel pour conserver sa liberté d agir, car cette liberté n est jamais assurée de façon permanente Comme le souligne Richard Stallman «Le logiciel libre fait face à de graves défis et dangers. Préserver notre liberté demandera des efforts résolus, comme cela en a demandé pour l'obtenir. En attendant, le système d'exploitation n'est qu'un commencement. Nous avons maintenant besoin d'ajouter des applications libres pour couvrir l'ensemble des tâches que les utilisateurs voudraient effectuer 26». 24 Alain Giffard, page 11. «Bien commun et bien(s) commun(s), 19 janvier Voir à ce sujet : François Rangeon, «L intérêt général et les notions voisines». Conférence de la chaire Droit et Médecine, Faculté de Droit de l UdeM. 4 octobre ans de logiciel libre, [En ligne] : https://www.gnu.org/philosophy/15-years-of-free-software.html, (page consultée le 18 avril 2015). 9

10 Entre le tout privé et le tout public il existe probablement une troisième voie. «S agit-il d un nouveau «patriotisme planétaire» lance Mirelle Delmas-Marty dans Les forces imaginantes du droit. Le relatif et l universel 27? S agit-il d une nouvelle gouvernance sur Internet venant contrebalancer le droit trop complexe des Etats? 28 Ou encore faut-il : «Un autre modèle : la libre expression des préférences pour le bien commun 29». Enfin puisque nous sommes à la Faculté de droit mentionnons que : «L histoire nous apprend que seule une construction juridique solide ancrée sur une approche différente permettait la diffusion de la notion de «bien commun» à côté des notions désormais bien établies de propriété privée et de propriété publique 30». Jacques Yvan Morin conviait les juristes à relever ce défi dans sa conférence sur l éthique du bien commun et la mondialisation: «Sur le chemin qui va de l éthique au droit positif, les étapes sont nombreuses et complexes. [ ]. Les juristes ne pourront mener cette tâche à bien, cependant, qu en étant eux-mêmes persuadés de l existence et des exigences d un héritage commun à tous les peuples. Le seul «réalisme» valable aujourd hui consiste à mondialiser le bien commun le mieux et le plus rapidement possible 31».. 27 Paris, Seuil 2004, page 400 ; cité par : Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosney, «La création comme un bien commun universel : réflexions sur un modèle émergent» dans : Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosney, dir. International Commons at the Digital Age- La création en partage, Éditions Romillat, Paris 2004, page Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosney, op.cit., page Danièle Bourcier et Mélanie Dulong de Rosney, op.cit., pages Vincenzo Mannino, Le «bien commun» : «la fausse impasse du droit romain et du droit savant», dans : Béatrice Parance et Jacques de Saint-Victor, directeurs, Repenser les biens communs», Paris, CNRS, 2014, pages L Éthique du bien commun et la mondialisation, Conférence de la Chaire Droit et médecine, le 20 septembre 2006, page 26. Non publiée mais les idées principales sont reprises dans le texte de Jacques Yvan Morin dans : Multiculturalism and International Law : Essays in Honour of Edward McWinney. 10

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : Introduction

LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : Introduction LE PRINCIPE DE LA SOUVERAINETE PERMANENTE SUR LES RESSOURCES NATURELLES : SA CREATION, SA DYNAMIQUE ET SON ACTUALITE EN DROIT INTERNATIONAL Introduction Leticia Sakai 1 La question de contrôle et exploitation

Plus en détail

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 E/CN/16/2013/CRP.2 Distr: 30 mai 2013 Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 Le secrétariat de la Commission pour le développement

Plus en détail

MASTER 2 spécialité ETHIQUE DE LA DECISION ET GESTION DES RISQUES RELATIFS AU VIVANT

MASTER 2 spécialité ETHIQUE DE LA DECISION ET GESTION DES RISQUES RELATIFS AU VIVANT 1 UFR LETTRES, PHILOSOPHIE, MUSIQUE DEPARTEMENT DE PHILOSOPHIE MASTER 2 spécialité ETHIQUE DE LA DECISION ET GESTION DES RISQUES RELATIFS AU VIVANT Contenus des enseignements 2012-2013 MISE A JOUR AU 19

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

9 e Conférence latino-américaine de Culture. Montevideo, les 13 et 14 juillet 2006 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE

9 e Conférence latino-américaine de Culture. Montevideo, les 13 et 14 juillet 2006 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE 9 e Conférence latino-américaine de Culture Montevideo, les 13 et 14 juillet 2006 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE 1 CHARTE CULTURELLE LATINO-AMÉRICAINE PRÉAMBULE Les chefs d état et de gouvernement

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI

Commission CI. Session d ouverture. Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI 35 ème session de la Conférence Générale Commission CI Session d ouverture Remarques d ouverture par le Président de la Commission CI Mesdames, Messieurs, Buenas tardes, Bonjour, Good afternoon, Здравствуйте

Plus en détail

La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique

La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique La définition des critères de scientificité : un débat philosophique et sociologique Mathieu Albert, Ph.D. Université de Toronto Ontario, Canada Résumé La définition des critères de scientificité fait

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE

TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE TABLE RONDE - COLLECTIF DE RECHERCHE EN GESTION DES ORGANISATIONS DE LA SANTE ET DE L ASSISTANCE INSTITUT CATHOLIQUE DE RENNES France LE CHAMP A EXPLORER Longtemps monopole de l univers public et associatif,

Plus en détail

Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones

Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones Fiche d information No 12 : L Organisation mondiale de la propriété intellectuelle et les peuples autochtones Mots clefs et points essentiels Patrimoine culturel Propriété intellectuelle Organisation mondiale

Plus en détail

Diffusion AFRISTAT. Quels droits accorder aux utilisateurs? - sur les données - sur les documents numériques

Diffusion AFRISTAT. Quels droits accorder aux utilisateurs? - sur les données - sur les documents numériques Diffusion AFRISTAT Quels droits accorder aux utilisateurs? - sur les données - sur les documents numériques Lisez le QRCode pour télécharger ce document Retrouvez ce document à cette adresse http://www.afristat.org/contenu/doc_travail_experts/140508_propriete-intellectuelle_licence-diffusion.pdf

Plus en détail

Consolidation de fondamentaux

Consolidation de fondamentaux Consolidation de fondamentaux Point de vue communicationnel sur le réel Consolidation - Stéphanie MARTY - 2009/2010 1 Question 31 31. Que signifie «avoir un point de vue communicationnel sur le réel»?

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

Education en vue du développement durable : Une définition

Education en vue du développement durable : Une définition Education en vue du développement durable : Une définition Contenu : Le développement durable : Une définition 1. Historique et contexte Suisse 2. Le développement durable Le lien entre développement durable

Plus en détail

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants:

INTRODUCTION. L Alliance Européenne pour la Liberté défendra les changements fondamentaux suivants: INTRODUCTION Les futures élections européennes se tiendront du au 5 mai 014 dans l ensemble des 8 États membres. Cette charte, non contraignante, présente les positions politiques communes que les membres

Plus en détail

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris)

Dans le cadre du décret Education Permanente. La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE. (11 074 signes espaces compris) 1 Dans le cadre du décret Education Permanente La Plate-forme francophone du Volontariat présente : ANALYSE (11 074 signes espaces compris) Le volontariat et ses limites dans le secteur social et des soins

Plus en détail

La place des Sciences humaines et sociales (SHS) dans «Horizon 2020»

La place des Sciences humaines et sociales (SHS) dans «Horizon 2020» La place des Sciences humaines et sociales (SHS) dans «Horizon 2020» Isabella Eiselt, Chargée de mission secteur SHS, Service Stratégie de la Recherche et de l'innovation, DGRI, MENESR Ministère de la

Plus en détail

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe

Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Promouvoir le dialogue interculturel : le Libre blanc du Conseil de l Europe Gabriella Battaini-Dragoni Coordinatrice du dialogue interculturel Directrice générale «Éducation, Culture et Patrimoine, Jeunesse

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES PERSONNES AÎNÉES CONTRE L EXPLOITATION

LA PROTECTION JURIDIQUE DES PERSONNES AÎNÉES CONTRE L EXPLOITATION Forum de discussion LA PROTECTION JURIDIQUE DES PERSONNES AÎNÉES CONTRE L EXPLOITATION Vendredi 27 novembre 2015 Salle 2320 2330, pavillon Gene-H.-Kruger Université Laval Programme Faculté de droit PRÉSENTATION

Plus en détail

Priorités de la Présidence luxembourgeoise

Priorités de la Présidence luxembourgeoise Dossier de presse Priorités de la dans les domaines de l Éducation nationale, de l Enfance, de la Jeunesse, de l Enseignement supérieur et de la Recherche 30 juin 2015 Priorités de la Éducation nationale,

Plus en détail

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2

Déclaration sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales 1, 2 Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 20 juin 2013 Français Original: anglais A/HRC/WG.15/1/2 Conseil des droits de l homme Première session 15-19 juillet 2013 Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE

2 FONDEMENTS ET PRATIQUES DE L'ÉDUCATION À LA PETITE ENFANCE Introduction En 1997, par sa politique familiale, le gouvernement du Québec fait de la petite enfance une de ses priorités. Il crée les centres de la petite enfance (CPE) regroupant sous la responsabilité

Plus en détail

Groupe d experts sur les sciences humaines

Groupe d experts sur les sciences humaines Groupe d experts sur les sciences humaines Rapport Le rôle accru des sciences humaines dans le 7 e programme-cadre Le 7 e programme-cadre (7 e PC) marque une nouvelle étape de l inclusion des sciences

Plus en détail

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales

Objectifs généraux. Explications. 2. Disciplines fondamentales Index Plan d'études Gymnase français de Bienne 69 2. Disciplines fondamentales sciences humaines géographie histoire introduction à l économie et au droit enseignement interdisciplinaire (EISH) Sciences

Plus en détail

Plutôt que que. Choisissez de. Lutter pour le développement et la solidarité internationale

Plutôt que que. Choisissez de. Lutter pour le développement et la solidarité internationale Choisissez de Lutter pour le développement et la solidarité internationale Plutôt que que Lutter contre l immigration et la Mondialisation de l indifférence EDITORIAL Un réseau en mouvement dans le Tarn

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain?

Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Quel profil et quelles compétences pour les leaders syndicaux d aujourd hui et de demain? Marc Antonin Hennebert, Ph.D. Professeur agrégé HEC Montréal Chercheur CRIMT marc antonin.hennebert@hec.ca & Olivier

Plus en détail

Annexe : les orientations proposées

Annexe : les orientations proposées Annexe : les orientations proposées Les propositions 10 à 13 créent des champs d action et proposent les orientations qui doivent baliser l action de la Fédération dans ces champs. Au congrès, les champs

Plus en détail

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées

Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Convention internationale sur les Droits des personnes handicapées Version Facile à lire Réalisé avec le soutien de l AWIPH 1 Ce texte est une explication en Facile à lire de la Convention. Ce n est pas

Plus en détail

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG)

Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Filière d études sanctionnée par un diplôme pour les enseignant-e-s de culture générale exerçant dans les écoles professionnelles (DCG) Description des modules Modules Module 1 Identifier le contexte de

Plus en détail

COMMUNIQUE SUR LES PRINCIPES APPLICABLES A LA POLITIQUE DE L INTERNET REUNION A HAUT NIVEAU DE L OCDE SUR L ECONOMIE INTERNET, 28-29 JUIN 2011

COMMUNIQUE SUR LES PRINCIPES APPLICABLES A LA POLITIQUE DE L INTERNET REUNION A HAUT NIVEAU DE L OCDE SUR L ECONOMIE INTERNET, 28-29 JUIN 2011 COMMUNIQUE SUR LES PRINCIPES APPLICABLES A LA POLITIQUE DE L INTERNET REUNION A HAUT NIVEAU DE L OCDE SUR L ECONOMIE INTERNET, 28-29 JUIN 2011 La Déclaration de Séoul sur le futur de l économie Internet

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Appel à contributions pour le congrès annuel de la SSCM 2016. Médias et changement social : des origines aux développements récents

Appel à contributions pour le congrès annuel de la SSCM 2016. Médias et changement social : des origines aux développements récents Appel à contributions pour le congrès annuel de la SSCM 2016 Médias et changement social : des origines aux développements récents Le changement social est souvent guidé par des idées anticipant de possibles

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières

SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX. e des matières. Table des matières SEMENT DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX e des matières CODE D ÉTHIQUE Table des matières JANVIER 2013 TABLE DES MATIERES PRÉAMBULE 3 Pourquoi un code d éthique? 3 À qui s adresse le code d éthique? 3 LA

Plus en détail

CLT/CEI/DCE/2007/PI/32

CLT/CEI/DCE/2007/PI/32 CLT/CEI/DCE/2007/PI/32 Le présent document est diffusé à titre d information, il ne vise ni à interpréter ni à compléter la Convention sur la protection et la promotion de la diversité des expressions

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Service aux collectivités : l expérience de l UQAM. Jean- Marc Fontan sociologie / UQAM

Service aux collectivités : l expérience de l UQAM. Jean- Marc Fontan sociologie / UQAM Service aux collectivités : l expérience de l UQAM Jean- Marc Fontan sociologie / UQAM Chaire de recherche stratégique UQAM sur la méthodologie et l épistémologie de la recherche partenariale Forum FQPPU

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Faut-il brûler les humanités et les Sciences humaines et sociales?

Faut-il brûler les humanités et les Sciences humaines et sociales? Faut-il brûler les humanités et les Sciences humaines et sociales? Cette formule n est pas pure provocation. Confronté à l emprise croissante de l idéologie «économiste» sur nos sociétés logique comptable,

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

D i r e c t i v e s. Directives relatives au placement d un enfant hors de son foyer d origine

D i r e c t i v e s. Directives relatives au placement d un enfant hors de son foyer d origine Directives relatives au placement d un enfant hors de son foyer d origine D i r e c t i v e s Détermination de la forme de prise en charge appropriée et de la place d accueil adéquate Office des mineurs

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de M. Koïchiro Matsuura

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE. Discours de M. Koïchiro Matsuura DG/2004/097 Original : français ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE Discours de M. Koïchiro Matsuura Directeur général de l Organisation des Nations Unies pour l éducation,

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE

DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO Paris, 2 novembre 2001 DECLARATION UNIVERSELLE DE L'UNESCO SUR LA DIVERSITE

Plus en détail

Bibliodiversité(s), revue universitaire du livre dans la mondialisation

Bibliodiversité(s), revue universitaire du livre dans la mondialisation Bibliodiversité(s), revue universitaire du livre dans la mondialisation une publication de l Alliance internationale des éditeurs indépendants, en partenariat avec Double ponctuation ( ::?!! ;; ) D O U

Plus en détail

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies

Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable Advocacy Assemblée générale Comité des droits des personnes handicapées Convention des Nations Unies Annexe 5 Glossaire Aménagement raisonnable On entend par «aménagement raisonnable» les modifications et ajustements nécessaires et appropriés n imposant pas de charge disproportionnée ou indue apportés,

Plus en détail

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT Par le Pr Abbé Louis MPALA Mbabula Il n est un secret pour personne que la rédaction du projet de DEA et de THESE pose problème. Voilà pourquoi nous tenterons de donner

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

«Un collège qui sait faire réussir» Adoptée par le conseil d administration le 12 mai 2004

«Un collège qui sait faire réussir» Adoptée par le conseil d administration le 12 mai 2004 Régie interne POLITIQUE DE COMMUNICATION «Un collège qui sait faire réussir» Adoptée par le conseil d administration le 12 mai 2004 Service des communications Produit le 22 mars 2004 1 re révision : Régie

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable

Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Déclaration de Hangzhou Mettre la culture au cœur des politiques de développement durable Adoptée à Hangzhou, République populaire de Chine, le 17 mai 2013 Nous, les participants réunis à Hangzhou à l

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Vous pensez probablement que vous réfléchissez bien la plupart des personnes le croient. Peut-être, au contraire, êtes-vous convaincu que rien ne sortira jamais de vos réflexions. Ou encore

Plus en détail

Normes Communes de Gestion (NCG)

Normes Communes de Gestion (NCG) Normes Communes de Gestion (NCG) Introduction Caritas est une expression de la Mission de l Église catholique, opérant dans le cadre établi par le droit canon et la législation nationale des pays où sont

Plus en détail

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN

MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN MANIFESTE POUR UN PARTI DEMOCRATE EUROPÉEN Il existe des périodes dans l histoire où les peuples sont appelés à faire des choix décisifs. Pour nous Européens, le début du XXI ème siècle en est une. Nous

Plus en détail

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010

Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010 1. Finance et investissement Mettre en place des mesures fiscales et réglementaires qui tiennent compte du genre pour canaliser

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS Projet de loi no 27 Loi sur l économie sociale Mémoire présenté au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire dans le cadre

Plus en détail

DES FRONTIÈRES «NOUVELLES OU «AYANT TOUJOURS PRÉEXISTÉ»? LA QUÊTE DU SAINT-GRAAL EN MANAGEMENT DE PROJETS. Christophe N. Bredillet Ph.

DES FRONTIÈRES «NOUVELLES OU «AYANT TOUJOURS PRÉEXISTÉ»? LA QUÊTE DU SAINT-GRAAL EN MANAGEMENT DE PROJETS. Christophe N. Bredillet Ph. DES FRONTIÈRES «NOUVELLES OU «AYANT TOUJOURS PRÉEXISTÉ»? LA QUÊTE DU SAINT-GRAAL EN MANAGEMENT DE PROJETS Christophe N. Bredillet Ph.D Directeur Général et Scientifique du Centre d Études Avancées et de

Plus en détail

Devoir Maison : «La petite poule rousse» Conté par Bernard Chéze et Bruno Heitz de SUEIL Jeunesse.

Devoir Maison : «La petite poule rousse» Conté par Bernard Chéze et Bruno Heitz de SUEIL Jeunesse. Cours de Théories de la Justice Année universitaire 2012-2013 Par Elisabeth Tovar Devoir maison pour le 1 Mars 2013 Devoir Maison : «La petite poule rousse» Conté par Bernard Chéze et Bruno Heitz de SUEIL

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE.

MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. MARIAGE, DIVORCE, PACS, et PROTECTION JURIDIQUE. Si la loi du 3 janvier 1968, encore aujourd hui pierre angulaire de la protection juridique des majeurs, est restée très discrète sur la notion de protection

Plus en détail

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité

Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Annexe - Résolution 1 Déclaration Ensemble pour l humanité Réunis à Genève pour la XXX e Conférence internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, nous, membres de ladite Conférence, avons centré

Plus en détail

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES

COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES 9 IGC CE/15/9.IGC/8 Paris, 5 octobre 2015 Original : français COMITÉ INTERGOUVERNEMENTAL POUR LA PROTECTION ET LA PROMOTION DE LA DIVERSITÉ DES EXPRESSIONS CULTURELLES Neuvième session ordinaire Paris,

Plus en détail

Table des matières. L émergence de l entreprise dans le droit belge des sociétés anonymes... 15

Table des matières. L émergence de l entreprise dans le droit belge des sociétés anonymes... 15 Sommaire... 5 L entreprise dans la Société du XXI e siècle... 7 Introduction aux travaux du Colloque de Rennes du 27 mai 2011 organisé par FORDE Claude CHAMPAUD Président du Conseil scientifique du Fonds

Plus en détail

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV

Inades Formation. Secrétariat Général FONSDEV Inades Formation Secrétariat Général FONSDEV Inades-Formation Secrétariat Général 08 B. P. : 8 Abidjan 08 Côte d Ivoire - Tél. (225) 22 40 02 16 - Fax (225) 22 40 02 30 - E-mail : ifsiege@inadesfo.net

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Table des matières. 1.1. Un brevet qui règne en tous lieux... 21 1.2. Un brevet qui s applique à tous objets... 24

Table des matières. 1.1. Un brevet qui règne en tous lieux... 21 1.2. Un brevet qui s applique à tous objets... 24 Table des matières Avant-propos.............................................. 5 Préface................................................... 7 Jérôme Granboulan Introduction..............................................

Plus en détail

Créer son propre emploi Pourquoi? Pour qui? Et Comment? Par Alain Cadoret

Créer son propre emploi Pourquoi? Pour qui? Et Comment? Par Alain Cadoret Créer son propre emploi Pourquoi? Pour qui? Et Comment? Par Alain Cadoret Qui suis-je? ATTENTION! Référence :Profession entrepreneur : Gasse et d Amours. Avoir un potentiel d entrepreneur c est une chose,

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme?

L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? L économie du partage : Vers un changement radical de paradigme? Introduction L effondrement planétaire de l économie de la seconde révolution industrielle, à l été 2008, a alerté la population mondiale

Plus en détail

LISTE DES ABRÉViATIONS... 7

LISTE DES ABRÉViATIONS... 7 Table des matières LISTE DES ABRÉViATIONS... 7 Préface... 11 Introduction... 13 PARTIE I L échange du savoir ou un modèle contractuel TITRE I La naissance de l œuvre libre : une initiative individuelle

Plus en détail

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET

PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET 25 (SE 2014) N 2 25 (SE 2014) N 2 PARLEMENT WALLON SESSION 2014-2015 23 MARS 2015 PROPOSITION DE DÉCRET visant à créer un «Explorateur de droits», outil d aide à l information sur tous les droits des citoyens

Plus en détail

REVUE ETHICA POLITIQUE RÉDACTIONNELLE

REVUE ETHICA POLITIQUE RÉDACTIONNELLE REVUE ETHICA Ethica est une revue interdisciplinaire et internationale qui paraît deux fois par année et qui publie des textes contribuant au progrès de la connaissance dans les domaines de l éthique théorique

Plus en détail

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous IFAP-2014/COUNCIL.VIII/Inf.10 Paris, le 27 mars 2014 Original anglais Distribution limitée Huitième session Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous 19-20 mai 2014 Maison de l UNESCO,

Plus en détail

Colloque international organisé par Kora Andrieu et co-parrainé par Jean-Marc Ferry et Alain Renaut

Colloque international organisé par Kora Andrieu et co-parrainé par Jean-Marc Ferry et Alain Renaut Colloque international organisé par Kora Andrieu et co-parrainé par Jean-Marc Ferry et Alain Renaut!"##$ #%&'()*+&,+--. Avec le soutien du: Vendredi 9 mars 2012 Après-midi : Président de séance, Geoffroy

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration?

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration? Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de Par Katherine Carleton Directrice générale, Orchestres Canada Novembre 2006 Les orchestres à l esprit d entreprise s efforcent

Plus en détail

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014

1 re secondaire BIENVENUE A L ECOLE GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 SECONDAIRE DES PATRIOTES ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 BIENVENUE A L ECOLE SECONDAIRE DES PATRIOTES GUIDE DE CHOIX DE COURS 2013-2014 1 re année du 1 er cycle du secondaire ANNÉE SCOLAIRE 2013-2014 1 re secondaire Informations École secondaire des Patriotes

Plus en détail

Logiciel Libre: des solutions pour le numérique

Logiciel Libre: des solutions pour le numérique «On ne se bat pas pour des libertés numériques différentes des autres: on se bat pour les libertés, dans le contexte numérique» Adrienne Charmet Logiciel Libre: des solutions pour le numérique Sébastien

Plus en détail

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition

Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Fondements et étapes du processus de recherche, 3 e édition Nouveauté Méthodes quantitatives et qualitatives Prix : 81,95 $ Auteurs : Marie-Fabienne Fortin, Johanne Gagnon ISBN13 : 9782765050063 Nombre

Plus en détail

Intervention de Monsieur Clément DUHAIME Administrateur de l OIF

Intervention de Monsieur Clément DUHAIME Administrateur de l OIF Conférence sur le futur de la gouvernance de l Internet Siège de l OIF, Paris, 30 juin 2014 Intervention de Monsieur Clément DUHAIME Administrateur de l OIF Seul le texte prononcé fait foi 1 Discours de

Plus en détail